Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jamie Lorimer, Wildlife in the Anthropocene: Conservation after Nature

Minneapolis: University of Minnesota Press, 2015
Lucas Brunet
Référence(s) :

Jamie Lorimer, Wildlife in the Anthropocene: Conservation after Nature, Minneapolis: University of Minnesota Press, 2015, 264 p.

Texte intégral

1Dans son ouvrage Wildlife in the Anthropocene : Conservation after Nature, Jamie Lorimer entreprend un examen critique des modèles contemporains de conservation de la nature. L’auteur s’appuie sur une série d’enquêtes menées auprès des chercheurs, naturalistes et protecteurs de la nature, principalement au Royaume-Uni, mais aussi dans d’autres pays comme l’Inde. Partant du constat de l’entremêlement profond des humains avec la nature, Lorimer détaille la multiplicité des connaissances et des savoirs produits sur la nature. La thèse de l’ouvrage est que la multiplicité de ces savoirs doit être reconnue pour parvenir à une meilleure conservation de la nature. En effet, l’Anthropocène marque le basculement vers une époque où les humains ont fondamentalement modifié la composition de la planète. Conserver une nature placée sous le signe de l’Anthropocène demande de reconnaître l’incertitude des phénomènes, l’hybridité des ontologies et la diversité des acteurs humains et non humains. « Mi-manifeste » pour une nouvelle ontologie de la nature, « mi-critique » des approches classiques qui fixeraient la Nature dans l’espace des parcs nationaux et dans le temps des pratiques pré-modernes, l’ouvrage est un recueil de différents articles écrits par l’auteur. Il propose de dépasser l’opposition entre deux utopies : celle d’une maîtrise technique de la Nature et celle d’un naturalisme voué à la protection d’une nature pré-moderne.

  • 1 Pour des raisons de difficultés de traduction en français du terme wildlife, nous le gardons comm (...)

2À partir du cas de la conservation des éléphants au Sri Lanka, le premier chapitre propose de reconsidérer la conservation de la nature sur une base « multinaturelle » (affirmant une multiplicité d’ontologies de la nature). Après des millénaires de coévolution avec les humains, les éléphants forment des hybrides, composites de nature et de culture. Leurs existences s’entremêlent avec celle des humains pour former des assemblages écologiques aux propriétés émergentes. Plutôt que d’être confinés dans des réserves fermées, Lorimer démontre que les éléphants du Sri Lanka doivent peupler des espaces aux frontières fluides et cohabiter avec les humains. Il s’agit ainsi de redéfinir la conservation à distance de l’approche fixiste du territoire afin de tenir compte des réseaux de relations dans lesquels sont pris les éléphants. En 2007, l’administration chargée de leur protection au Sri Lanka a mis en place de tels espaces situés en dehors des parcs nationaux. L’auteur présente ainsi ce que serait une ontologie alternative de la nature, qu’il nomme « wildlife »1. Largement inspiré par les travaux de Latour, Deleuze, Haraway, et plus spécifiquement par ceux de Whatmore, Hinchliffe et Braun, Lorimer détaille l’hybridité, l’agencement, l’immanence et la topologie de cette wildlife. Ce cas d’étude lui permet de montrer que la wildlife, à la différence de la Nature, se compose de multiples agents, processus et connexions qu’il importe de considérer pour les politiques de conservation.

3Dans le deuxième chapitre, Lorimer étudie les logiques affectives (« affective logics ») des pratiques de connaissance naturaliste et de conservation, c’est-à-dire la manière de s’engager avec, de connaître et de ressentir la wildlife. Il s’appuie sur une enquête ethnographique d’un inventaire d’un oiseau menacé, le râle des genêts, conduit dans les Hébrides. Pour l’auteur, la charge affective et la composante corporelle des rencontres entre humains et non-humains sont à l’origine du cadrage de la conservation centré sur les espèces (entrée taxinomique de la conservation). Les organismes vivants possèdent en effet des propriétés charismatiques variées. Certains d’entre eux sont facilement identifiables à cause d’un ensemble de propriétés écologiques (anatomie, géographie, temporalité...). Quand les naturalistes s’habituent à cet ensemble, ils développent une compétence de reconnaissance instantanée des individus de cette espèce (« le jizz »). D’autres organismes vivants génèrent des réponses émotionnelles chez les naturalistes. Leur vue peut provoquer des réponses aussi variées que l’admiration ou le dégoût (« charisme esthétique »). L’intimité de leurs interactions avec les naturalistes déclenche des moments d’épiphanie et de jouissance (« charisme corporel »). Ces rencontres entre humains et non-humains produisent un mode de connaissance singulier. Les naturalistes développent des formes d’entraînement de leurs sens et de leurs corps pour « apprendre à être affecté » par les non-humains qu’ils étudient.

4Le chapitre 3 appréhende les activités de connaissance et conservation de la biodiversité comme un processus de normalisation des pratiques et de disciplinarisation des sujets de la conservation, lié aux unités, modèles et cartes de gestion qu’elles génèrent. La conservation de la biodiversité y est analysée comme une biopolitique cherchant à réguler la vie à l’échelle de la population des espèces pour déterminer ce qu’on doit faire vivre ou laisser mourir (Foucault, 1976). Lorimer examine le « biodiversity action plan » du Royaume-Uni, qu’il complète par des entretiens menés avec des scientifiques et des décideurs impliqués dans les politiques de conservation. Il décrit diverses pratiques de connaissance (descriptions, relevés, priorisations) qui réduisent la biodiversité totale à un faible nombre d’espèces alors mentionnées dans le plan. Selon l’auteur, ces pratiques de connaissance sont problématiques pour la conservation à cause de l’unité ontologique primaire de la biodiversité (l’espèce) et de la disparité des descriptions taxinomiques. Certaines espèces possèdent en effet un pouvoir charismatique plus important que d’autres et ont été documentées avec une plus grande précision. L’utilisation de ces connaissances, assimilables à des mécanismes de surveillance panoptiques, ne pourrait être fructueuse pour la conservation sans la réalisation d’inventaires complets et le financement intégral des actions de conservation.

5Dans le chapitre 4, Lorimer analyse les conséquences de la biopolitique décrite précédemment sur la conservation de la population du râle des genêts (« corncrake ») au Royaume-Uni. Afin de protéger cet oiseau, les naturalistes ont cherché à conserver une nature dite « pré-moderne », façonnée par d’anciennes pratiques agricoles. Selon l’auteur, ce modèle de conservation (« conservation as composition ») s’appuie sur un paradigme d’équilibre écologique, mais vise à restaurer une nature pourtant déjà dégradée par l’homme. S’opposant à la conservation d’une nature fixiste, Lorimer défend la reconnaissance du rôle des processus évolutifs et de la dynamique des écosystèmes. En fin de compte, même si le programme de conservation a réussi à restaurer une partie de la population du râle des genêts, ce modèle de conservation ne répond pas aux exigences de l’Anthropocène et s’oppose à une gestion adaptative rendue nécessaire par le changement climatique.

  • 2 En français, le terme « wild experiment » renvoie à un jeu de mots qui désigne à la fois « l’expé (...)

6Au contraire, le chapitre 5 présente le cas d’un modèle de conservation articulé à une dynamique de non-équilibre écologique. Davantage que la préservation, c’est l’ingénierie de nouvelles natures et la restauration de processus disparus que l’auteur propose ici de comprendre et qu’il désigne par le terme « wild experiment »2. L’auteur étudie le cas du ré-ensauvagement de la réserve Oostvaardersplassen des Pays-Bas. Initialement réservé pour un projet industriel avorté, ce polder a été progressivement colonisé par la wildlife et fut finalement attribué à une organisation de conservation. L’organisation essaya d’y recréer une paléo-écologie de l’Holocène en libérant des animaux (chevaux, bestiaux) et en les abandonnant à leur sort. Pour l’auteur, cette expérience sauvage est productive parce qu’elle est spéculative au sens où elle constitue une intervention qui déborde le modèle d’une recherche confinée, contrôlée, excluant les non-spécialistes. Elle montre que l’écologie du déséquilibre demeure non linéaire et génère des surprises. Lorimer détaille ensuite les paradoxes suscités par cette expérience. Celle-ci se déroule en réalité sur un espace ni tout à fait « trouvé » ni tout à fait « créé » par l’homme, et ne peut être véritablement qualifiée ni de scientifique ni de démocratique.

7Dans le chapitre 6, l’auteur interroge l’influence des images en mouvement, projetées sur des écrans, sur l’engagement des publics occidentaux dans la conservation de la nature. Pour l’auteur, les images jouent un rôle prépondérant dans notre société. Elles conditionnent la façon dont le public pense et agit à l’égard de la wildlife. En ce sens, elles possèdent des effets de gouvernementalité et façonnent les subjectivités environnementales de leurs publics. En analysant les documentaires et films réalisés sur les éléphants, animal charismatique par excellence, Lorimer documente leurs logiques affectives. Une première logique consiste à provoquer la sentimentalité et la sympathie en anthropomorphisant les espèces. Une seconde logique cherche plutôt à inspirer l’émerveillement et le respect face à la force de la nature. Les limites de ces deux logiques sont ensuite relevées par l’auteur : tandis que la première tend à effacer toute altérité animale, la seconde tend à empêcher l’engagement avec une nature qui apparaît inaccessible.

8Le chapitre 7 examine les conséquences de la transformation de l’économie politique de la conservation. Pour ce faire, Lorimer présente une initiative spectaculaire (« the London Elephant Parade ») réalisée en 2010, où deux cent cinquante statues d’éléphants décorées par des artistes ont été installées dans les rues de Londres. Les revenus engendrés par cette levée de fonds financèrent l’achat de corridors connectant les espaces de vie fragmentés des éléphants en Inde. Pour Lorimer, cette initiative démontre que les espèces sont désormais conçues et gouvernées par les acteurs de la conservation comme un capital vivant (« lively capital ») qui génère lui-même les financements nécessaires à sa conservation. Ce développement de la privatisation, de la monétarisation et de la financiarisation de la nature répond, selon l’auteur, à une diminution du pouvoir des États au profit d’acteurs non étatiques (ONG environnementales, entreprises). La conservation est transformée par le néolibéralisme en un spectacle (diffusion d’images affectives) et en une source d’expériences (écotourisme) qui se destinent non plus à des membres de la société civile, mais à des consommateurs éthiques. Par exemple, les zoos génèrent des revenus en attirant leurs publics avec des espèces charismatiques (panda, ours polaire), pourtant inadaptées à la captivité. Autre exemple, l’écotourisme marchandise des rencontres affectives avec des espèces charismatiques pour financer leur protection. Quant à l’éléphant, l’auteur montre comment sa figure inonde le marché pour générer de nouveaux revenus suite à la « London Elephant Parade », tout en connectant des communautés épistémiques et politiques distinctes (« cosmopolitan species »). Cette opération tisse néanmoins des relations bien moins égalitaires et démocratiques que les autres modèles de conservation décrits dans les chapitres précédents. L’auteur déplore ainsi le contraste émotionnel qui oppose l’enthousiasme des consommateurs métropolitains pour un éléphant lointain aux souffrances engendrées par celui-ci chez les fermiers indiens.

9Le dernier chapitre invite à renouer avec les écologies urbaines, qui ont été longtemps négligées car considérées comme manquant d’esthétisme et éloignées d’un état d’équilibre. Lorimer rapporte les résultats de son enquête menée avec des écologues urbains et des gestionnaires de toitures vertes. Il note que de nouvelles espèces (synurbiques) s’épanouissent dans les friches urbaines (« brownfield ») ou sur les toits des immeubles, désormais perçus comme des écosystèmes à part entière (« novel ecosystems »). L’auteur affirme que tenir compte de ces écologies urbaines reviendrait à sortir du cadre de la pensée purifiée des espaces protégés, où une nature appréhendée comme stable et immuable s’opposerait à la société. L’ontologie de la wildlife qui se dessine en milieu urbain appellerait ainsi à une approche plus relationnelle de l’espace. L’approche topologique de régions spatiales aux frontières fixes et délimitées devrait laisser place à une topologie fluide, plus à même de prendre en compte les propriétés de la wildlife. Cependant, l’auteur insiste aussi sur les risques engendrés par une connectivité des espaces accrue qui facilite notamment le déplacement des espèces invasives.

  • 3 Marris (2011).

10La conclusion revient sur la nécessité d’une « cosmopolitique » de la wildlife à l’heure de l’Anthropocène, c’est-à-dire une politique reconnaissant l’existence de processus dynamiques, d’agencements divers et de résultats inattendus dans le vivant. L’auteur appelle à reconnaître la dimension politique de la construction des savoirs se rapportant à la wildlife, qui, par leurs multiplicités, ouvrent la voie à différents futurs écologiques. En fonction des décisions à venir, la responsabilité de l’être humain est engagée dans l’administration du jardin turbulent (« rambunctious garden »3) que serait la planète terre. En ce sens, Lorimer réaffirme le besoin de conserver la wildlife par des approches classiques mêlant science, politique et administration. Toutefois, Lorimer reconnaît aussi le potentiel de nouvelles approches comme le ré-ensauvagement pour ré-insuffler de l’espoir à la conservation et outrepasser l’opposition entre le développement humain et la conservation. Il termine son ouvrage en condamnant les critiques du capitalisme qui revendiquent l’existence d’une nature vierge et pré-moderne. Conscient qu’une nature fluide et fongible peut sembler davantage complémentaire avec les politiques néolibérales qu’une nature immuable, il estime toutefois que cette proximité n’est qu’apparente. Selon lui, le caractère public et turbulent de la wildlife excède les logiques de l’échange de marché. L’auteur invite ainsi à développer une économie politique opposée aux principes néolibéraux, qui tiendrait aussi compte des opportunités offertes par l’Anthropocène.

11Richement documenté et argumenté, peut-être parfois à l’excès, compte tenu du grand nombre de notions (« cosmocène », « chorégraphie ontologique ») qui ne sont pas systématiquement reprises et explicitées, l’ouvrage de Lorimer arrive à point nommé dans les débats grandissants sur l’Anthropocène. On en retiendra en particulier une approche de la pratique de la conservation comme un apprentissage à être affecté, ou encore la notion de multinatures, désignant des natures multiples et fluides. Décrit dans le chapitre 5, le cas d’étude du ré-ensauvagement de Oostvaardersplassen fascine aussi par son étrangeté et son originalité. Pourtant, l’ouvrage manque probablement de recul sur les conséquences politiques d’une mise en œuvre large et systématique de l’approche ontologique revendiquée. Quels risques y aurait-il pour la conservation d’abandonner le recours aux parcs nationaux ou aux espaces protégés, comme le prône l’auteur ? Est-il possible d’appeler à prendre en compte l’Anthropocène dans la conservation sans revendiquer que l’être humain puisse encore limiter l’ampleur des transformations impliquées par cette nouvelle époque ? Quelles conséquences l’abandon de l’idée de la nature pourrait-il avoir pour les personnes non familières avec le débat postmoderne ? Bien que brièvement mentionnée, la question de la proximité entre l’approche multinaturelle proposée et l’économie politique néolibérale nécessiterait d’être approfondie, en particulier pour les risques qui lui sont associés (voir Neyrat, 2016). L’ouvrage passionnera toutefois tout lecteur désirant comprendre les transformations à l’œuvre dans la production des savoirs en écologie et en biologie de la conservation, ainsi que dans les pratiques de conservation de la nature.

Haut de page

Bibliographie

Foucault, M. (1976). Histoire de la sexualité. La volonté de savoir (Tome 1, vol. 1). Paris: Gallimard.

Marris, E. (2011). Rambunctious Garden: Saving Nature in a Post wild World. New York : Bloomsbury.

Neyrat, F. (2016). La Part inconstructible de la Terre : critique du géo-constructivisme. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1 Pour des raisons de difficultés de traduction en français du terme wildlife, nous le gardons comme tel dans le texte. On pourrait le rapprocher de l’idée de « faune et de flore » ou de « vie sauvage », sans pour autant parvenir à refléter son sens complet. Pour Lorimer, le terme renvoie à une multiplicité qui recouvre plusieurs notions comme les espèces, les processus écologiques ou encore les animaux individuels.

2 En français, le terme « wild experiment » renvoie à un jeu de mots qui désigne à la fois « l’expérience sauvage » et « l’expérience en matière de nature sauvage ».

3 Marris (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucas Brunet, « Jamie Lorimer, Wildlife in the Anthropocene: Conservation after Nature »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/737

Haut de page

Auteur

Lucas Brunet

Irstea, Université Grenoble Alpes, lucas.brunet[at]irstea.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals