Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-2Comptes rendus de lectureUne théorie de la cognition socia...

Comptes rendus de lecture

Une théorie de la cognition sociale qui perd l’esprit… des individus

Québec : presses de l’université du Québec, 2011
Laurent Cordonier
Référence(s) :

Jean Robillard (2011). La société savante. Communication et cognition sociale. Québec : presses de l’université du Québec

Texte intégral

Une théorie de la cognition sociale détachée de toute influence psychologique

1La société savante est un ouvrage aussi ambitieux que dense. Ambitieux, car son auteur affirme y proposer un modèle de la cognition sociale qui devrait être à même de remplacer ceux existants ! Et si l’ouvrage est dense, c’est que s’y trouvent développées des réflexions et des considérations touchant tant aux sciences sociales qu’aux sciences cognitives, en passant par la philosophie. Jean Robillard s’intéresse au « projet fascinant d’unir les sciences sociales aux sciences cognitives » (p. 2), projet poursuivi par les diverses approches rassemblées sous le label de « sociologie cognitive ». Disons-le immédiatement, si le projet (sous une certaine forme au moins) trouve grâce aux yeux de l’auteur, les différentes sociologies cognitives qui en sont issues ne le convainquent pas. Le principal reproche général qu’il leur adresse est de se soumettre à ce qu’il appelle le « modèle psychologique » de la cognition sociale : ce modèle réduirait la cognition sociale à un ensemble d’activités mentales individuelles à propos du monde social, activités mentales qui permettraient à l’individu d’acquérir des connaissances (i.e., des représentations adéquates) à son sujet – les travaux de Raymond Boudon ou ceux d’Herbert Simon, par exemple, seraient fondés sur ce modèle. Ainsi, dans le cadre du « modèle psychologique » de la cognition sociale, « [le] “monde social” est l’objet de l’information et des connaissances, il ne participe pas des mécanismes cognitifs » (p. 20). Pour l’auteur, si le « modèle psychologique » est défaillant, c’est que pour pouvoir être dite sociale, une activité cognitive doit être le fait de plusieurs individus inscrits dans un contexte de socialité partagé – les représentations produites par une telle activité cognitive sont, dès lors, publiquement partagées et accessibles, autrement dit, sociales. On comprend donc que ce n’est que dans et par la communication que peut se réaliser la cognition sociale, telle que la conçoit Jean Robillard.

2Selon l’auteur, l’objectif de la science qui s’intéresse à la cognition sociale est de « comprendre comment un traitement social d’informations parvient à construire une connaissance socialement partagée ou distribuée » (p. 21), autrement dit, de déterminer quels sont « les mécanismes de la formation et de la distribution sociale des contenus cognitifs [i.e., des représentations] », ainsi que de déterminer « quel est le rôle de ces mécanismes dans la création de formes sociales de représentations et de comportements » (p. 2). La thèse principale exposée dans cet ouvrage est que, pour atteindre cet objectif, la sociologie cognitive doit abandonner le « modèle psychologique » de la cognition sociale ; « mon projet est de développer une théorie et un modèle de la cognition sociale détachée de toute influence psychologique » (p. 18). Prendre en compte ce qui se passe « dans la tête » des individus n’amènerait donc rien à la compréhension des phénomènes de cognition sociale – c’est-à‑dire, à la compréhension de la formation, de la circulation et de la distribution des représentations sociales, ainsi qu’à la compréhension du rôle que jouent ces représentations dans les comportements sociaux des individus. Partant, c’est au niveau des relations communicationnelles entre les individus que devrait se situer l’analyse, le langage étant à la fois le média et le mode d’organisation des représentations sociales (les représentations sont définies par l’auteur comme des formes organisées de contenus sémantiquement chargés) : « La forme organisée des contenus est linguistique. La forme en question est donc publique et sociale à cette condition (la manière dont elle est organisée dans la tête de chaque membre [d’un groupe social] n’a pas ici d’importance) » (p. 113). En soutenant qu’il faut circonscrire l’observation et l’analyse « à la limite extérieure de l’épiderme des individus » (p. 144) pour expliquer les phénomènes de cognition sociale, l’auteur dit poursuivre le même objectif qu’Edwin Hutchins. Il consacre d’ailleurs un intéressant chapitre à l’analyse de Cognition in the wild, ouvrage dans lequel Hutchins (1995) modélise les opérations sociocognitives permettant à l’équipage d’un navire de guerre de l’armée américaine de le manœuvrer avec succès. Il ressort de cette analyse que si Hutchins évite effectivement de se conformer au « modèle psychologique » de la cognition sociale en en restant aux relations communicationnelles qu’entretiennent les membres de l’équipage, il tomberait pourtant dans un autre piège que tendrait la psychologie cognitive aux sociologues désireux d’expliquer les phénomènes de cognition sociale : « [Hutchins] refuse la dimension psychologique de l’analyse cogniticienne du social, mais ses propres modèles sont structurés comme le ferait un psychologue cogniticien – il y utilise les mêmes paradigmes » (p. 23), ce qui lui interdirait de reconnaître l’importance, pourtant décisive, de certains facteurs impliqués dans la réalisation de la tâche sociocognitive qu’il étudie. En l’occurrence, le recours à une modélisation et à des concepts directement issus de la psychologie cognitive ne lui permettrait pas de prendre en compte le fait que le capitaine du navire possède un droit de contrôle sur les actions des membres de l’équipage : « Tenir compte [de ce fait] obligerait à reconsidérer les mécanismes de la diffusion de l’information en considérant l’importance cruciale non pas d’un concept de hiérarchie systémique mais d’un concept d’autorité normativement inscrite dans une hiérarchie sociale formant un système social avant d’être un système de traitement d’information » (p. 94).

  • 1 Axiome 1 : « Tout ce qui peut probablement être communiqué peut probablement être connu. » ; Axiome (...)
  • 2 Théorème 1 : « Ce qui peut probablement être socialement communiqué peut probablement être socialem (...)

3L’enjeu pour Jean Robillard est donc de proposer une modélisation de la cognition sociale qui s’affranchisse à la fois du « modèle psychologique » de la cognition sociale, et de la structure de modélisation utilisée en psychologie cognitive. Son modèle théorique (composé de deux axiomes1 et trois théorèmes2, et dont la cohérence logique interne est établie par le recours à la formalisation mathématique) indique essentiellement que l’explication des phénomènes sociocognitifs repose sur l’analyse de la façon dont les individus élaborent collectivement, dans et par la communication, le sens des représentations sociales. Pour mener à bien une telle analyse, il est évidemment nécessaire de prendre en compte le contexte social des échanges communicationnels.

Retrouvons nos esprits

4Il est malheureusement difficile de se rendre compte de la façon dont le modèle que propose Jean Robillard pourrait être opérationnalisé et, plus encore, de déterminer ce qu’il pourrait effectivement apporter à la compréhension de phénomènes sociocognitifs concrets. En effet, comme le revendique l’auteur, son modèle est purement théorique et « n’a pas pour objectif premier de rendre compte de faits empiriques bien qu’il “parle” du monde social. […] Or, tant et aussi longtemps qu’un programme de recherches empiriques n’aura pas été mené dans le but de tester un modèle théorique quelconque, toute discussion ayant trait aux caractères de la validité empirique de ce dernier conservera les traits et le statut de la formulation d’hypothèses » (p. 130). Je ne me risquerai pas ici à la formulation de telles hypothèses. Je vais plutôt m’intéresser aux propositions épistémologiques centrales de l’ouvrage.

  • 3 « Ce qui est valable dans le modèle individualiste, c’est son ontologie implicite : une société ou (...)

5Comme nous l’avons vu, l’auteur soutient qu’il faut situer l’analyse des phénomènes de cognition sociale non pas au niveau des individus (celui de leurs propriétés cognitives), mais au niveau de leurs relations communicationnelles (celui où se construit le sens des représentations sociales, et celui où elles circulent et se modifient). En même temps, Jean Robillard se définit comme « réaliste » et « matérialiste radical » (p. 7). Il refuse donc d’attribuer un statut ontologique à quelque entité supra-individuelle que ce soit. Il adopte ainsi une position ontologique individualiste, mais sans en adopter la méthodologie3. Un tel positionnement est évidemment possible, épistémologiquement parlant : élaborer un modèle scientifique qui réfère à des entités de « haut niveau » (supra‑individuelles, p. ex.) ne veut pas forcément dire qu’on leur reconnaît un statut d’existence dans le monde (i.e., un statut ontologique), dans la mesure où ces entités peuvent tout à fait être conçues comme des entités théoriques, c’est-à-dire des abstractions issues du travail scientifique de théorisation et de catégorisation. Notons encore que dans le cadre du réalisme scientifique, ce qui va permettre d’évaluer la validité de ce travail d’abstraction, c’est la fécondité explicative de ces entités théoriques, et l’adéquation de la théorie à laquelle elles appartiennent avec la constitution du monde – ce qui ne peut être établi que par confrontation de ladite théorie à l’empirie.

6C’est une chose de soutenir qu’il est théoriquement possible de modéliser les phénomènes de cognition sociale à un haut niveau d’abstraction. Mais c’en est une autre d’avancer qu’il faut s’en tenir là, et que ce qui se passe « dans la tête » des individus ne nous est d’aucune utilité pour comprendre ces phénomènes. En effet, à moins d’adopter un émergentisme radical (ce que ne fait pas l’auteur), les propriétés des entités des niveaux de description supérieurs dépendent de celles des entités des niveaux inférieurs. (Ce qui ne veut pas dire qu’elles peuvent y être réduites, encore moins qu’il faut éliminer les descriptions des niveaux supérieurs si on parvient à les réduire à un niveau inférieur – cette position épistémologique anti‑éliminativiste est connue sous le nom de « réductionnisme conservatif » (voir Esfeld, 2011, chap. 7).) Concrètement, il paraît par exemple difficile d’expliquer la récurrence et la pérennité de certaines représentations sociales ou culturelles sans s’intéresser aux caractéristiques naturelles de la psychologie humaine. Ainsi, tant Dan Sperber que Pascal Boyer montrent dans leurs travaux comment le succès de certaines représentations culturelles s’explique en partie au moins par le fait que leurs propriétés les rendent particulièrement faciles à mémoriser et saillantes pour le système cognitif humain (voir, p. ex., Boyer, 1994 ; Sperber, Hirscheld, 2004). Il semble donc difficile de nier que la compréhension du fonctionnement et de la nature de la psychologie humaine puisse être nécessaire pour expliquer certains phénomènes sociocognitifs.

7Jean Robillard conclut La société savante en affirmant qu’il a « pris le parti insolent d’une sorte de volonté de naturalisation des sciences sociales » (p. 144). À vrai dire, je peine à voir en quoi son entreprise participe d’un quelconque naturalisme. En effet, et l’auteur le reconnaît, l’emprunt méthodologique de la modélisation aux sciences naturelles ne fait pas « des sciences sociales des sciences naturalisées » (p. 148). Son naturalisme se résume en fait à « l’identification et [à] l’usage de quelques catégories naturelles communes à certaines sciences » (p. 144) ; concrètement, il se résume donc à l’usage du concept de représentation. Ce n’est certainement pas suffisant pour faire d’une théorie sociologique une théorie naturalisée, à moins de vider le projet naturaliste de toute substance. Comme Laurence Kaufmann et moi-même l’avons proposé (Kaufmann & Cordonier, 2011, 2012), un naturalisme social conséquent doit réellement chercher à établir un continuum entre les sciences sociales et les sciences de la nature (de la biologie à la psychologie cognitive, en passant par les neurosciences) – sans asservir les premières aux secondes. Il s’agit alors d’aborder l’être humain en tant qu’il est naturellement et premièrement un animal social, une espèce dont la phylogenèse a été influencée non seulement par le poids de l’environnement biologique et physique, mais aussi par celui de l’environnement social. La pression sélective de l’environnement social a nécessairement façonné la cognition humaine, la dotant de compétences et de mécanismes adaptés à une forme déterminée de socialité. Adopter un naturalisme social, c’est entre autres s’intéresser aux « pentes cognitives naturelles » de l’esprit humain, à la façon dont elles influencent les productions culturelles (dont font partie les représentations partagées), et à la façon dont, en retour, la culture agit sur elles – en les redoublant ou, au contraire, en en inhibant l’expression.

8Je soutiens donc que le modèle de la cognition sociale que propose Jean Robillard n’est pas naturaliste en un sens conséquent. Cela ne constitue évidemment pas en soi un argument contre ce modèle, dans la mesure où le naturalisme social, en tant que position épistémologique, n’a aucune prétention hégémonique au sein des sciences sociales. Mais ce que je veux souligner, c’est que si l’on prend le pari naturaliste au sérieux, alors l’étude des phénomènes de cognition sociale passe nécessairement par le recours à la conception scientifiquement élaborée et empiriquement étayée de la nature et du fonctionnement de l’esprit humain qu’offre la psychologie cognitive.

Haut de page

Bibliographie

Boyer, P. (1994). The Naturalness of Religious Ideas. Berkeley: University of California Press.

Esfeld, M. (2011). Introduction à la philosophie de l’esprit. Bern: Bern Studies in the History and Philosophy of Science.

Hutchins, E. (1995). Cognition in the wild. Cambridge: MIT Press.

Kaufmann, L. & Cordonier L. (2011). Vers un naturalisme social. À la croisée des sciences sociales et des sciences cognitives, SociologieS [En ligne], Débats : « Le naturalisme social ».

Kaufmann, L. & Cordonier, L. (2012). Les sociologues ont-ils perdu l’esprit ? À la recherche des structures élémentaires de la vie sociale, SociologieS [En ligne], Débats : « Le naturalisme social ».

Robillard, J. (2011). La société savante. Communication et cognition sociale. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Sperber, D. & Hirschfeld, L. (2004). The Cognitive Foundations of Cultural Stability and Diversity, Trends in Cognitive Sciences, 8(1), 40-46.

Haut de page

Notes

1 Axiome 1 : « Tout ce qui peut probablement être communiqué peut probablement être connu. » ; Axiome 2 : « Est socialement connu un contenu cognitif partagé par au moins deux membres d’un groupe social donné sur la base d’une attribution interindividuelle de propriétés de sémantisation. » (p. 121, 124).

2 Théorème 1 : « Ce qui peut probablement être socialement communiqué peut probablement être socialement connu. En d’autres termes, la probabilité P1 qu’un contenu x soit socialement connu ou non est conditionnée par la probabilité P2 que ce contenu soit socialement communiqué en y, quand 0 ≤ x ≤ 1 et 0 ≤ y ≤ 1. » ; Théorème 2 : « Il existe un mécanisme d’attribution de propriétés de sémantisation interindividuelles. » ; Théorème 3 : « Ce mécanisme caractérise un espace de probabilités où les interactions de sémantisation sont mesurables. » (p. 123-125).

3 « Ce qui est valable dans le modèle individualiste, c’est son ontologie implicite : une société ou un groupe social quelconque sont formés chacun d’un certain nombre d’individus. […] Il ne s’agit […] plus de reproduire le modèle d’analyse de l’individualisme méthodologique, mais de prendre en compte le principe d’un individualisme ontologique dans l’analyse » (p. 27).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Cordonier, « Une théorie de la cognition sociale qui perd l’esprit… des individus »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7424

Haut de page

Auteur

Laurent Cordonier

Assistant à la Faculté de Sciences Sociales et Politiques de l’Université de Lausanne. Il travaille

sur l’existence et la nature d’un domaine cognitif spécifique, intitulé « sociologie naïve », dédié à la cognition sociale.

Adresse : Université de Lausanne Laboratoire de Sociologie (LabSo) Institut des sciences sociales, Quartier UNIL-Mouline, Bâtiment Géopolis CH-1015 Lausanne (Suisse)
Courriel laurent.cordonier[at]unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search