Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-2Comptes rendus de lectureDaouda Gary-Tounkara et Didier Na...

Comptes rendus de lecture

Daouda Gary-Tounkara et Didier Nativel (eds.) L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (XVIe-XXIe siècle). Acteurs, supports, pratiques

Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 439 p
Pascale Moity-Maïzi
Référence(s) :

Daouda Gary-Tounkara et Didier Nativel (éd.) (2012). L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (XVIe-XXIe siècle). Acteurs, supports, pratiques. Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 439 p. ISBN : 978-2-8111-0616-4

Texte intégral

  • 1 Laboratoire Sociétés en développement, études transdisciplinaires ; Université Paris-Diderot- Paris (...)
  • 2 Colloque « La fabrique des savoirs en Afrique subsaharienne : acteurs, lieux et usages dans la long (...)

1Cet ouvrage collectif est issu d’un séminaire de recherche du SEDET1 organisé de 2007 à 2009 et propose une sélection de communications présentées lors du colloque international de clôture qui a lieu en mai 20092. Comme le précise l’introduction rédigée par les deux directeurs de la publication, cet ouvrage a pour principale ambition d’« éclairer les manières dont les porteurs de savoirs participent ou non des continuités/transformations socio-historiques à travers l’élaboration de normes ou leur contestation » (p. 10). Les travaux d’historiens, majoritaires ici, présentent une palette d’études originales qui analysent différentes interactions entre Européens et Africains (et entre groupes africains) éclairant d’un œil nouveau l’émergence puis le déploiement de différentes formes d’appropriation, d’instrumentalisation ou de réappropriation de savoirs au travers de médias aussi divers que le corps, la langue, l’écriture, la musique, le récit poétique, ou le texte scientifique.

2Ce recueil s’inscrit ouvertement dans la lignée des travaux de Christian Jacob (2007). Il se présente en quatre parties de quatre à cinq chapitres chacune. La première et la quatrième constituent le socle fort de l’ensemble et s’articulent en traitant toutes deux de configurations de pouvoirs associées à la détention et à la circulation de savoirs spécifiques (secrets royaux, recettes médicales, savoirs de l’écrit, de l’invisible) dans différents pays et périodes de l’histoire africaine. Elles montrent de façon très convaincante, à partir d’études de cas d’une grande originalité, comment les pouvoirs se transmettent, se négocient, se font ou se défont, au travers de savoirs qui circulent selon des règles complexes et sur une diversité de supports. Elles nous montrent en particulier l’importance de l’écrit dans l’histoire africaine, encore trop souvent pensée comme une histoire sans écriture. On y découvre ainsi des configurations socio-historiques et des acteurs peu familiers en dehors du cercle des historiens africanistes : une pluralité de porteurs de savoirs dans des situations de rituels, d’exercice d’autorité, d’investigation scientifique ou policière, d’écriture, de production musicale ou chorégraphique... Ces deux parties de l’ouvrage mettent bien en évidence des « relations de savoirs » (p. 21). Elles nous permettent de comprendre de cette manière comment émergent et se construisent des normes et politiques culturelles, des revendications identitaires au travers d’enchâssements de supports oraux et écrits.

3On apprend par exemple (chapitre 15, de Anaïs Wion) comment la fabrication de documents juridiques (chartes, actes de donations foncières) et les modalités d’accès aux savoirs écrits, dans le royaume chrétien d’Éthiopie au XVIe siècle, ont contribué à façonner, transformer, transmettre des conceptions normatives des pouvoirs, à ritualiser certains actes politiques et juridiques. On apprend aussi (chapitre 3, de Joseph Gahama), comment s’articulent les rapports entre savoirs au service de l’ordre social et pouvoirs monarchiques dans l’Afrique des Grands Lacs (Rwanda et Burundi) entre le XIIe et le XIVe siècle.

4Comment des connaissances historiques aussi anciennes ont-elles pu parvenir jusqu’à nous ? C’est là l’un des autres intérêts de cet ouvrage : nous révéler l’existence déterminante de certains acteurs, médiateurs et traducteurs, qui ont permis de conserver puis de nous faire parvenir des traces essentielles d’événements mais aussi de connaissances dont certaines ont été tenues secrètes pendant des siècles avant d’être rendues publiques par d’autres intermédiaires. Ainsi par exemple, le code ésotérique connu des seuls initiés de la cour du Rwanda, a été recueilli puis écrit par Alexis Kagame en 1945 à la demande du roi Mutara Rudahigwa, sensible à la revalorisation de la culture rwandaise qu’il jugeait menacée par l’influence coloniale. Ce roi craignait que les dépositaires des secrets royaux ne meurent sans les transmettre. C’est ensuite l’Institut de Recherche Scientifique en Afrique Centrale (IRSAC) qui s’est chargé de le traduire, de le rendre public et d’en assurer la conservation avec l’appui des autorités coloniales désireuses de connaître les secrets de ce code ésotérique. L’auteur ne cherche pas à entrer dans la polémique sur la fidélité du texte au récit initiatique d’origine ; mais il révèle bien la complexité et l’autorité normative de ce code ésotérique et social appris par cœur durant des siècles dans un univers d’élus, il en révèle aussi les enjeux politiques qui ont traversé toute l’histoire précoloniale du Rwanda.

  • 3 Les chapitres 5 et 6, en particulier le texte de Françoise Raison-Jourde : « Enquête de gendarme, e (...)

5D’autres textes3 nous montrent l’importance du rôle de l’ORSTOM comme de tout autre acteur social doté d’un pouvoir reconnu, dans la diffusion de savoirs et de normes. L’appropriation de savoirs scientifiques, notamment par l’État malgache, est justifiée au nom de l’ordre social et d’une certaine vision du développement qui ont orienté les politiques et démarches d’enquêtes sur le terrain dans la longue durée. Cette appropriation s’est traduite notamment par le transfert de procédures d’enquêtes portées par l’ORSTOM dans les formations de gendarmes. Un retour historique sur les relations entre l’État malgache et cet organisme de recherche est l’occasion d’une savoureuse réflexion sur les dimensions politiques des stratégies de recherche en Afrique et sur les ressorts d’une assimilation inquiétante des anthropologues aux gendarmes nationaux.

6Les deux parties centrales de l’ouvrage sont d’une teneur plus inégale. Il y est aussi question de situations plus récentes, plus familières sans doute, dans l’histoire africaine. On y découvre par exemple les politiques culturelles au service de l’unité nationale au travers de l’appui à la musique et aux chants (Guinée des années 1950 à 1984) : où l’on comprend alors que la réputation internationale d’un groupe de musiciens guinéens de cette période repose avant tout sur un travail concerté de l’État et des médias nationaux ; où l’on comprend aussi comment les artistes (musiciens de Guinée mais aussi danseurs du Burkina Faso) puisent dans des savoirs anciens pour innover. Ces savoirs sont sélectionnés puis recomposés par incorporation d’apports extérieurs, dans des processus de création artistique qui se traduisent en productions originales, qu’il devient difficile de ranger dans une catégorie précise (ni folklore, ni tradition, ni même « imitation » occidentale). De plus, ces productions ne se réduisent pas à une esthétique sonore ou chorégraphique au service d’un public averti. Par les savoirs qu’elles mobilisent, elles sont aussi des médias originaux pour porter parfois très loin de leurs sources des idéologies ou des identités politiques. La musique, la danse, les techniques du corps en général, l’écriture et la langue, constituent autant de supports qui font circuler des savoirs mais se révèlent aussi comme des vecteurs légitimes de mobilisation politique ou de revendications professionnelles.

  • 4 Chloé Maurel : « L’UNESCO et la promotion des savoirs en Afrique subsaharienne de 1960 à nos jours  (...)
  • 5 Au sens que David Snow et toute une partie de la sociologie de l’action collective donne à ce conce (...)
  • 6 Les auteurs de l’introduction font notamment référence (p. 12) à un autre projet scientifique (ANR (...)

7On regrette que le chapitre 84 ne soit pas présenté dès la première partie : il nous livre en effet un corpus essentiel d’informations historiques sur le rôle stratégique joué par l’Unesco dans le travail de promotion des savoirs en Afrique depuis des décennies. Ce texte aurait mérité d’être parmi les premiers dans la mesure aussi où bon nombre des chapitres de l’ouvrage évoquent les actions ou positions de cette institution internationale. Enfin, ce chapitre est celui qui nous aide le mieux à comprendre l’engouement des institutions d’aide ou de recherche ainsi que le foisonnement des travaux sur les savoirs en Afrique : l’Unesco opère depuis longtemps dans ce domaine à différents niveaux d’intervention. Ce n’est pas une simple agence de financement ou d’exécution : les mobilisations politiques et sociales que cette institution a régulièrement organisées, les travaux qu’elle a suscités et valorisés dans différentes arènes internationales, l’alternance de ses positions et rôles (du porte-parole à la prescription en passant par la médiation) nous révèlent qu’elle a réalisé un véritable travail de cadrage5 qui oriente et justifie encore bien des projets de valorisation, d’inventaire, ou de réflexion scientifique, un peu partout en Afrique6. En rappelant au lecteur que l’Unesco est un acteur incontournable depuis les indépendances en Afrique quand on s’intéresse aux savoirs locaux, ce chapitre nous montre finalement que cette institution contribue aussi largement à façonner le paradigme d’une Économie de la connaissance. Mentionné en introduction de l’ouvrage, sans être repris ou explicité par la suite, celui-ci est présenté comme un autre enjeu majeur dans lequel les historiens et anthropologues ont un rôle essentiel à jouer. De fait, c’est aussi ce que nous montre indirectement cet ouvrage au final : historiens et anthropologues ont depuis longtemps mais plus encore aujourd’hui peut- être, une mission complexe de traduction, de formalisation, de médiation et de validation publique des savoirs à différentes échelles et dans diverses arènes politiques dont ils sont forcément partie prenante.

Haut de page

Bibliographie

Cefaï, D. & Trom, D. (éd.) (2001). Les formes de l’action collective. Paris : EHESS.

Jacob, C. (2007), Lieux de savoir. vol. I. Espaces et communautés. Paris : Albin Michel.

Haut de page

Notes

1 Laboratoire Sociétés en développement, études transdisciplinaires ; Université Paris-Diderot- Paris 7 et Institut National des langues et civilisations orientales (INALCO).

2 Colloque « La fabrique des savoirs en Afrique subsaharienne : acteurs, lieux et usages dans la longue durée », Paris, SEDET, CEMAf, ENS-LSH/LARHA, 13-15 mai 2009.

3 Les chapitres 5 et 6, en particulier le texte de Françoise Raison-Jourde : « Enquête de gendarme, enquête d’anthropologue ».

4 Chloé Maurel : « L’UNESCO et la promotion des savoirs en Afrique subsaharienne de 1960 à nos jours » (pp. 155-175).

5 Au sens que David Snow et toute une partie de la sociologie de l’action collective donne à ce concept. Voir Cefaï & Trom, 2001).

6 Les auteurs de l’introduction font notamment référence (p. 12) à un autre projet scientifique (ANR SYSAV) sur la même période (2007-2011) dans lequel des anthropologues se sont penchés eux aussi sur les processus de circulation des savoirs, sur les liens entre savoirs et pouvoirs, entre connaissance et reconnaissance, mais à partir d’approches empiriques des processus d’apprentissage dans différents secteurs de métiers. Un ouvrage de clôture de ce projet est aussi prévu chez Karthala en 2013/14. Il sera judicieux de construire une analyse comparée des deux ouvrages pour en extraire de nouveaux axes forts de recherche entre historiens et anthropologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Moity-Maïzi, « Daouda Gary-Tounkara et Didier Nativel (eds.) L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (XVIe-XXIe siècle). Acteurs, supports, pratiques »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7434

Haut de page

Auteur

Pascale Moity-Maïzi

Maître de conférences en anthropologie à l’Institut des régions chaudes, de Montpellier Supagro. Elle est membre de l’UMR INNOVATION et responsable du programme ANR Sysav.

Adresse : Montpellier Supagro Institut des régions chaudes BP 5098. 1101 Av Agropolis, FR- 34093 Montpellier cedex 05 (Cedex)
Courriel maizi[at]supagro.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search