Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1Dossier thématiquePour une Approche pragmatique, éc...

Dossier thématique

Pour une Approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise

Towards pragmatic, ecological and political app roaches to expertise
Hacia un enfoque pragmático, écológico y político de la experticia
Marc Barbier, Lionel Cauchard, Pierre-Benoít Joly, Catherine Paradeise et Dominique Vinck
Traduction(s) :
Towards pragmatic, ecological and political app roaches to expertise [en]
Hacia un enfoque pragmático, ecológico y político de la experticia [es]

Résumés

L'article propose un regard rétrospectif sur l'étude et la critique sociologique de l'expertise. La recherche s'est concentrée sur son rôle dans la société, sa légitimité et ses liens avec les connaissances universitaires. Comme sa légitimité et sa crédibilité ont été remises en cause par la controverse et la question des conflits d'intérêts, la recherche s'est intéressée à ses liens avec le fonctionnement de la politique et des marchés, ainsi qu'à la manière de devenir expert et à la pratique de l'expertise en situation. L'expertise est alors étudiée comme une pratique sociale qui combine savoir-faire, savoir-comprendre et savoir-combiner, pour traiter une situation problématique. L'article rend compte de la constitution de deux orientations de recherche : l'une traite de la constitution conjointe des énoncés et des infrastructures dont dépendent leur création ; l'autre qualifie les situations dans lesquelles les connaissances ordinaires ne suffisent pas pour former un jugement ou trouver une solution. Il traite également des transformations des lieux d'expertise (l'émergence des think tanks notamment) et de leurs pratiques (en particulier le système de Check and balance et l’advocacy), ainsi que des politiques (démocratisation technique) et des formes de gestion de l'expertise. Le texte vise à décentrer la manière dont l'expertise a été considérée comme appartenant aux scientifiques. Il propose plutôt une reconstitution des relations et des transferts de connaissances entre le monde académique et le monde « profane » (non-expert), entre la société et ses autorités respectives. L'article préconise une approche pragmatique, écologique et politique de l'expertise. En considérant l'expertise d'un point de vue pragmatique, il convient d'étudier l'hétérogénéité des pratiques, la transformation de la relation entre la connaissance et le pouvoir, dans laquelle la production de connaissances est liée à l'inclusion de différents groupes d'experts et à la création de nouvelles relations. L'approche écologique décrit les mécanismes de l'expertise et sa gouvernance, ainsi que la construction d'espaces de dialogue, ce qui permet de consolider les connaissances des experts dans différentes situations problématiques. Enfin, le texte donne un aperçu des modes d'existence de la politique d'expertise, de sa dimension institutionnelle et performative, et de sa régulation. L'article propose donc d'étudier les dispositifs d'expertise et les perspectives que les acteurs déploient en tant qu'experts.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plus de deux décennies, l’expertise scientifique et technique fait l’objet d’un nombre croissant de travaux qui abordent à la fois la constitution des savoirs, leur mobilisation dans des situations problématiques et les processus d’institutionnalisation de ces activités. Ces recherches examinent le rôle joué par les activités d’expertise en relation avec des enjeux de politique publique, économiques ou relevant de différentes sphères professionnelles (notamment médicale). Elles portent aussi sur les liens de l’expertise aux savoirs professionnels ou académiques et concentrent leur attention sur les effets des savoirs mobilisés par l’expertise ou par une profession et sa juridiction sur tout ou partie de la société. Questionner l’expertise, c’est toujours s’interroger sur la légitimité de ces savoirs et des formes d’action qui les fondent. L’étudier, c’est aborder les singularités, agencements, contingences historiques et dispositifs par lesquels cette légitimité est fondée. Enfin, comprendre l’expertise comme un problème de société, c’est examiner comment pratiques, appuis conventionnels et rapports de force modifient des ensembles de connaissances au moment de leur genèse et les distribuent différemment.

  • 1 Dans ce dossier le propos est centré sur l’expertise scientifique ou technologique, et ne traite pa (...)

2Cette attention portée à l’expertise par les sciences humaines et sociales interroge nos propres attachements intellectuels (Benamouzig et al., 2011), mais aussi progressivement le management de la recherche lui-même (Vilkas, 2009). L’expertise relève de la société de la connaissance, terme invoqué pour caractériser ce que la modernité, l’engendrement et la régulation des innovations, doivent à la production de savoirs. Lorsque l’expertise est remise en question (controverses, polémiques, conflits d’intérêts, procès), l’ensemble de l’édifice est ébranlé et interroge la place des sciences et des techniques dans le fonctionnement de nos sociétés et de la démocratie. La question des fondements de la légitimité et de la crédibilité de l’expertise retient l’attention des chercheurs en sciences sociales, parfois de manière transdisciplinaire. Ils se penchent sur les liens entre les experts et le fonctionnement politique de la cité ou des marchés, ainsi que sur la manière dont se forme et se pratique l’expertise en situation et sur les modalités par lesquelles « on devient expert ». Ces questions justifient que la Revue d’Anthropologie des Connaissances ouvre un espace d’analyse fondé sur des études empiriques et la conceptualisation du phénomène de l’expertise1.

Un regard rétrospectif

3La critique sociologique de l’expertise connaît une première formalisation dans les travaux de Jürgen Habermas (1973) qui distingue trois modèles de décision : décisionniste (pur choix politique), technocratique (choix fondé sur la connaissance objective des contraintes et des faits connus des experts) et pragmatique (choix fondé sur le dialogue entre experts et profanes). Le modèle pragmatique est alors opposé au modèle technocratique dans lequel les experts sont mobilisés pour cautionner la décision et masquer les véritables motivations, enjeux et conséquences des décisions. Au cours des années 1970, surgissent les premiers travaux d’analyse de cas d’intervention d’experts dans la sphère publique (Nelkin, 1975 ; Druet, Kemp & Thill, 1980). Dorothy Nelkin (1979), par exemple, réunit un ensemble de textes portant sur les activités des experts et leur rôle dans les débats sur les choix technologiques qui engagent le devenir des sociétés. Dans une analyse comparée des mouvements antinucléaires en France et en Allemagne, avec Michael Pollak (Nelkin & Pollak, 1981a), elle pose la question des rapports entre les appareils de l’État, ses experts et la société civile. Dans un article publié la même année, Nelkin et Pollak (1981b) comparent les modes de régulation des innovations technologiques en France, Allemagne et États‑Unis ; ils montrent comment les experts constituent des ressources pour les pouvoirs publics, mais aussi que le recours à des expertises contradictoires, à des contre-expertises et à des batailles d’experts produit plusieurs effets : ouverture d’un espace intermédiaire de régulation entre la science et l’État, multiplication des ressources auxquelles ont accès les scientifiques, remise en cause de l’image de la science ayant la prétention de dire le vrai. Plusieurs analyses critiquent alors le rôle social des experts (Druet, Kemp & Thill, 1980) à propos de l’engagement de certains pays dans des programmes nucléaires et dans les décisions patronales en termes de gestion et d’informatisation des entreprises. Dans son ouvrage, Patrick Lagadec (1981) conteste le caractère non discutable des énoncés d’expertise et plaide pour que soit également rendu compte des variables prises en compte et de la part d’incertitude et de risque associée à chaque variante. Il suggère qu’en situation d’incertitude, l’expertise devrait « ouvrir la discussion, non la clore ». Il n’y aurait donc pas une seule manière d’avoir recours à l’expertise, mais une palette de modalités qu’il convient d’explorer.

4La sociologie s’est intéressée dans les années 1980 à l’expert et à l’expertise, au tournant d’une réflexion collective scientifique et politique générale portant sur les questions de qualifications et de compétences dans les mondes du travail. Avec les travaux de Philippe Fritsch (1985) sur les situations d’expertise, et ceux de Catherine Paradeise (1985) sur le rôle des professions, l’expertise est abordée comme une combinaison entre une forme d’autorité fondée sur l’accès à la connaissance tirée de l’expérience, et une relation de confiance, plus ou moins généralisée, dans un savoir efficace attendu d’une profession ayant acquis statut reconnu (Paradeise, 1988). La sociologie s’est avancée en France dans l’étude de l’expert et de l’expertise autour d’un intérêt pour les fondements sociologiques de cette relation et ce qu’elle génère en termes de délégation légitime du diagnostic et de la décision (Paradeise, 1985). Elle s’efforçait de déborder l’analyse des statuts ou des grands corps de l’État pour s’intéresser à la constitution des compétences (Trépos, 1992).

5Suite à ce premier mouvement, l’exploration se poursuit par l’introduction de dimensions analytiques et théoriques importantes pour la suite : la notion de perception dans des configurations limites – qui vient avec l’irruption d’une sociologie qui ne se dit pas encore pragmatique (Bessy & Chateauraynaud, 1995) – et la notion de situation dans la sociologie des compétences quittant le registre de coordination par les relations de travail ou les relations marchandes, pour aborder celui d’une action collective définie par un problème à traiter (Trépos, 2002). Les activités de l’expert – suivant les registres d’une sociologie du travail – ou les activités d’expertise – suivant les registres d’une sociologie de l’action – sont alors étudiées comme des pratiques sociales mettant en œuvre la combinaison de savoir‑faire, savoir-comprendre et savoir-combiner pour traiter un problème délicat dans une situation troublée.

6Deux orientations semblent alors se dessiner. L’une va rejoindre les travaux en plein développement conduits dans les études sociales des sciences et des techniques en considérant que le problème n’est pas le statut des connaissances dans la décision, mais la constitution conjointe des énoncés et des infrastructures sur lesquelles leur création prend appui. Alors que les travaux des sciences studies sur l’expertise sont en plein essor (Callon & Latour 1981 ; Rip, 1985 ; Jasanoff, 1987), Sheila Jasanoff (1990) étudie par analyse de cas aux États-Unis l’expansion des communautés d’experts dans la prise de décision. Elle poursuivit ensuite par l’étude des relations entre la sphère de l’élaboration du droit et celles des activités scientifiques et technologiques (Jasanoff, 1995) repoussant l’idée de leur total indépendance pour initier un débat sur leur co‑évolution et leurs liens de dépendance mutuelle, notamment en situation de controverse (Limoges, 1993), les relations entre sciences et politiques recelant de nombreux paradoxes (Weingart, 1999) et une grande variété de styles dans la mobilisation de l’expertise scientifique (Renn, 1995).

7Les travaux français sur l’expertise rejoignent alors ceux qui portent sur l’étude des pratiques de gestion des risques ou des crises initiés autour des questions d’environnement (Theys, 1991). Cette vision bouscule l’étude des dispositifs établis de résolution des problèmes publics. Il devient difficile de considérer que les procédures de la démocratie représentative suffisent à elles seules pour identifier sans ambiguïté les problèmes, que l’expertise fait un lien univoque et efficace entre l’identification des problèmes publics et la mise en œuvre administrative de leur solution ; et enfin que la légitimité de l’action réside dans la séparation entre science et décision. Dès lors que, sous l’impact des crises, des situations de risques et des mobilisations citoyennes ou consuméristes, s’érode la croyance dans une objectivité du savoir déjà là, la délégation de jugement à l’expert, et donc son statut, deviennent problématiques.

8L’autre orientation va préfigurer une sociologie plus positive de l’expertise en qualifiant ces situations troublées comme celles où la connaissance ordinaire ne suffit pas à former un jugement ou à trouver une solution. Elle convoque l’expert, l’institution légitimante et le profane. Ces travaux mobilisent et parfois rejoignent ceux des sociologues des organisations et des administrations et ceux des politistes se questionnant sur les transformations contemporaines de l’État. Ces développements s’inscrivent dans l’exploration d’un changement dans le rapport entre décideurs et ceux qui peuvent fonder le sens et les conditions de leurs actions. La société française est demeurée longtemps peu réactive concernant la prise en compte des risques majeurs (Laufer & Paradeise, 1982). Les travaux sur l’émancipation de l’expertise par rapport à l’ordre politico-administratif sont contemporains des changements importants qui apparaissent en France dans les années 1990 ; ils inscrivent à l’agenda la montée des questions environnementales et la perception de la « vulnérabilité sociale » au risque, provoquant des tensions entre la recherche d’une expertise plus indépendante des corps d’état et la recherche de réajustements démocratiques en matière de choix scientifiques et techniques (Lascoumes, 2002). Le modèle d’expertise traditionnel se trouve déstabilisé à partir du moment où l’on ne peut plus tenir l’identification des problèmes et des acteurs pertinents de l’expertise pour acquis. Les études des crises de l’environnement, des crises sanitaires et des catastrophes industrielles rendent visible et bientôt prégnant pour les décideurs eux‑mêmes que l’incertitude et les évolutions démocratiques en matière de choix scientifiques et techniques mettent en cause la légitimité de la délégation de jugement à des experts scientifiques ou techniques. En considérant que les crises et les controverses liées sont des processus d’évaluation informelle de choix technologiques (Rip, 1986), il s’agit alors de comprendre comment se constitue la légitimité conjointe des acteurs et de leurs énoncés dans l’appréciation des risques (Joly, 1999). Avec l’organisation de procédures de débats publics (conférences de consensus et jurys de citoyens depuis les années 1980 dans les pays de l’Europe du Nord) et l’activité des agences, apparaissent alors de nouvelles procédures d’expertise distribuée offrant aux acteurs hétérogènes, porteurs d’enjeux, des arènes de délibération. Elles permettent de discuter l’identification des problèmes et la représentation des risques réels ou théoriques. Il s’agit de « négocier les contraintes de réalité que les décideurs accepteront de reconnaître » (Godard, 1997). On assiste alors à un phénomène de désacralisation de l’expertise des corps d’état ou des comités scientifiques ad hoc, conduisant à reconnaître la légitimité des problèmes posés par les « profanes » (Estades & Remy, 2003) qui deviennent experts de leur quotidien mais tout en maintenant une asymétrie radicale de légitimité des savoirs sous-jacents (Blondiaux, 2008). Cela conduit également à envisager les processus d’expertise comme des processus d’exploration (Barthe, 2003), indiquant donc des proximités fortes dans l’étude des controverses, de l’expertise et des procédures d’évaluation technologique.

9Ces déploiements intellectuels opèrent au moment où la difficile institutionnalisation de l’expertise scientifique en dehors d’un système d’expertise d’État (Restier-Melleray, 1990) devient en France un problème de réforme de l’État, la loi sur les agences sanitaires venant apporter une reconfiguration radicale. Pour autant, la monopolisation d’une compétence experte par les autorités publiques au nom d’une doctrine de l’Intérêt Général doit composer avec la formation de différentes représentations de cet Intérêt, suivant des classes de risques et des intérêts professionnels. En France, l’histoire de l’expertise publique est ainsi marquée par des oppositions sous‑jacentes entre la compétence universitaire et celle des grands corps d’État. Ce qui caractérise l’expertise traditionnelle « à la française », c’est d’être « technocratique », selon les termes d’Habermas (1968). L’identification des problèmes y est présumée sans ambiguïté et les objets d’intérêt national sont fixés et certains. Il existe des comités scientifiques mais pas d’arène publique au sens donné à ces termes par l’analyse des politiques publiques, suivie par la sociologie des sciences puis des controverses (Callon, Lascoumes & Barthe, 2001 ; Kuty & Thuderoz, 2005).

10Dans ce contexte, le devenir des pratiques d’expertise serait « lié à leur capacité à se démocratiser [et] à organiser une expertise plurielle […] sachant faire une place véritable aux profanes » (Lascoumes, 2002, p. 377). Par conséquent, les frontières de l’expertise deviennent « de plus en plus flottantes avec les enjeux de collectivisation et de démocratisation, et les enjeux de pluralisme et de transparence [qui] amènent à en brouiller l’identification » (Cadiou, 2006, p. 122). On peut s’interroger sur la conséquence de cette nouvelle donne sur les pratiques effectives de l’expertise, leurs formes, contenus et acteurs, et leur rapport à la science, en termes de « définition de procédures de mobilisation des connaissances et de délibération au sein des comités d’experts » (Joly, 1999, p. 48). De quelle manière les pouvoirs publics (aux niveaux national et international), mais aussi les citoyens, entreprises et chercheurs, se saisissent-ils concrètement de cet enjeu en termes d’organisation des espaces politiques pour l’expertise ? Quels sont les effets sur la nature et la division du travail entre participants, les répertoires argumentatifs mobilisés, le déplacement des arènes politiques, et au final les actions et les résultats ? Faut-il voir dans ces nouveaux phénomènes un dépassement de la double délégation des citoyens face « à la science et à la représentation politique » (Callon et al., 2001, p. 312) ? Les questions que soulève l’étude des activités d’expertise conduisent également les science and technology studies (STS) à devoir renouveler leurs modes d’approche et la façon de concevoir les conséquences politiques de leurs travaux (Rip, 2003).

11En prenant du recul sur les formes de l’expertise publique dans différents espaces nationaux, sont apparus des travaux comparatifs, notamment avec la notion de régime de régulation des risques (Roth et al., 2001) ou de régimes de production de connaissance (notamment dans le domaine des biotechnologies, voir par exemple Jasanoff, 2005 ; Gaudillière & Joly, 2006). Ainsi, aux États-Unis, les policy experts sont présents très tôt dans le monde de l’administration publique. Ils sont conçus dès le début du vingtième siècle comme des vecteurs de rationalisation de l’administration publique, fondée sur la séparation entre politique et administratif et du contrôle démocratique (Lindblom & Cohen, 1979 ; Nelkin & Pollak, 1981a et b ; Spenlehauer, 1999 ; Cadiou, 2006 ; Jouzel, 2009). Les think tanks occupent une place croissante dans l’implantation de l’expertise comme science et organisation du gouvernement (Spenlehauer, 2003). Ils sont de divers types, signalant à la fois le pluralisme et la politisation de l’expertise aux États‑Unis (Cadiou, 2006). L’expertise organisée dans ces think tanks et autres groupes de pression vient à l’appui des formes normales de la vie démocratique américaine, où la multiplicité des opinions fait du débat et de la négociation une figure majeure de la décision dans un système de Check and balance (Guston, 1999). On comprend comment les sciences sociales concentrent leur attention sur l’expertise comme composante particulière mais régulée et ordinaire d’advocacy. Dans ce modèle de l’advocacy, personne ne possède le monopole des ressources d’une expertise qui alimente le pluralisme politique ; reste que les polities sont aussi traversées d’asymétries dans les capacités d’accès aux arènes où se concrétisent les règlements ou les évitements.

12Même au sein des pratiques de l’advocacy (Hilgartner, 2000), l’expertise représente la possibilité de l’expression décentralisée des opinions dans un monde où, à la différence de la France, le concept d’Intérêt Général, comme expression d’une volonté transcendantale, n’existe pas (Habermas, 1978 [1962] ; Laufer & Paradeise, 1982). L’effet de ces travaux et la restitution d’un autre point de vue sur le monde ont conduit à mettre en évidence la dépendance des activités d’expertises vis-à-vis des modes d’organisation des systèmes administratifs et politiques des états, et à mettre en lumière un modèle d’expertise post-normale (Funtowicz & Ravetz, 1993) indiquant par-là que la prise en compte de la complexité et des incertitudes est une composante essentielle (et non le résultat de biais ou de mauvaises configuration de problèmes).

13Les travaux des politistes français sont allés dans ce sens. Ils saisissent les fonctions, places et effets des activités d’expertise dans les situations de crise ou dans la gestion ordinaire des risques collectifs. Ainsi, Claude Gilbert (2003) distingue, dans la fabrique des politiques publiques, trois façons contemporaines de gérer les risques et incertitudes par l’expertise. (1) L’expertise peut d’abord aider à gérer les conséquences des arbitrages opérés par les autorités publiques lorsque le travail d’objectivation du risque par l’expertise technique ou scientifique est jugé possible et son articulation à la décision utile à la réduction du risque. Le travail des experts est alors de nature pédagogique. (2) Dans une deuxième configuration, l’expertise aide à gérer la confrontation entre société civile et autorités publiques. Cela peut être le cas lorsque la société civile promeut des problèmes comme candidats à la mise sur agenda public, dans une relation antagoniste avec les autorités publiques. Les protestataires se dotent de leurs propres experts qui, contre ceux des autorités, mettent en forme le risque par la production de connaissances avec la visée de l’imposer comme problème public. Dans cette configuration, le rôle des « lanceurs d’alertes » et des acteurs de la société civile est déterminant. Ce sont les logiques qui prévalent dans l’espace public de débat qui orientent l’issue de la mise en risque. (3) Dans un troisième contexte, des jeux d’acteurs concernés, hétérogènes, entre lesquels les rôles ne sont pas distribués a priori, réalisent la « mise en risque ». L’issue quant à la définition du problème est donc incertaine. Les risques sont construits par leur mise en forme à l’aide d’équipements divers. Ils existent d’autant plus qu’ils sont plus équipés (par la statistique ou des rapports d’observation ou de commissions diverses, etc.). Les experts impliqués dans le travail d’équipement du risque sont donc là aussi partout et très divers. La mise en risque peut satisfaire des intérêts variés, y compris institutionnels (extension, ressourcement des territoires de compétences, réorganisations). Par contraste avec la vision « compensatoire » de l’action publique inscrite dans les deux premiers modèles, dont l’objectif est de mettre en place des équipements « remédiateurs », le dernier s’ancre dans une conception « autonomiste » où chaque bénéficiaire de l’action publique doit aussi en être l’acteur (Granjou, 2003). Dans ce modèle « polyphonique », associé à la forte diversité des acteurs impliqués, de leurs visions et de leurs mobiles, l’usage de l’expertise est confronté à la nécessité de fonder des modes nouveaux de gouvernance et de régulation des espaces politiques.

14Dès lors que rationalités savantes et profanes sont considérées comme également légitimes dans le processus d’expertise, le rapport fondateur de l’expertise à la « connaissance savante » est questionné. Deux visions différentes de la place de l’expertise contradictoire s’expriment. D’un côté, le point de vue défendu par Roqueplo (1997) est qu’il faut construire des frontières plus fortes entre science et politique, par une expertise objective et contradictoire en vue d’une « connaissance raisonnable ». De l’autre côté, Michel Callon et Arie Rip suggèrent de développer un équipement politique alternatif à l’expertise décisionnaire, sous la forme d’une expertise participative (Callon & Rip, 1991).

15Il s’agit pour ces derniers de tirer les conséquences du fait que les frontières entre savoirs profanes et savants sont devenues illusoires, ce qui conduit nécessairement à récuser l’argument que la spécificité des énoncés scientifiques fonderait leur privilège d’expertise. Ainsi conçu, l’expert, acteur bardé de savoirs légitimes, disparaît derrière les processus d’expertise multi‑acteurs, qui deviennent un enjeu central de la négociation. L’attention est alors moins portée sur le rôle de l’expert que sur la performativité des situations d’expertise et sur les conditions d’une fabrique des arrangements les plus solides possibles entre divers pôles ou arènes : scientifiques, réglementaires, sociaux, économiques et politiques. L’enjeu se déplace au niveau des « modalités d’organisation du processus de production des connaissances et aux mesures à mettre en œuvre » pour les ouvrir à une diversité d’acteurs (Callon et al., 2001, p. 314).

16Toutefois, le nombre de cas empiriques étudiés reste faible et les analyses sur les « forums hybrides » renvoient souvent à une vision irénique des rapports entre acteurs engagés, où l’on remarque parfois une « absence de réflexion sur les limites de ce type d’interactions sociales » (Joly, 2005, p. 153). Ainsi, Christine Noiville (2003), à contre‑courant de l’engouement actuel pour la « démocratie dialogique », se positionne en faveur d’un renforcement du rôle de l’État dans les processus d’expertise. D’autres (Barbier & Granjou, 2005 ; Granjou & Barbier, 2010) proposent de dépasser le discours dénonciateur vis‑à-vis des « savants » pour étudier de près le caractère intrinsèquement composite de l’expertise scientifique au sein des comités. De fait, il existe une porosité des frontières entre science et politique : « tous les sociologues du risque insistent sur le fait que l’expertise scientifique lie inextricablement l’appréciation scientifique objective et la prise en considération de diverses contraintes, économiques, hiérarchiques ou corporatistes, et que le texte de l’expertise mélange des résultats scientifiques à des opinions sur le risque ou l’intérêt de l’opération » (Hermitte, 1997, p. 88).

17De ce débat, nous retiendrons l’intérêt d’évaluer au plus près les pratiques et dynamiques effectives de démocratie technique dialogique (modèle du forum hybride) et la réalité de l’effritement ou la reconstitution de frontières entre mondes savants et profanes d’une part, entre autorités publiques et société d’autre part. Jusqu’à quel point les comités et arènes dans lesquels se prennent des décisions qui engagent l’ensemble de la société ont-ils modifié leurs procédures et leur composition pour représenter la diversité de leurs parties prenantes ? Il s’agit de rendre compte du travail des « experts » en situation (les spécialistes autant que les représentants choisis pour mener l’expertise au nom de groupes d’intérêts divers), dans les espaces politiques de l’expertise. Ce travail doit mettre en lumière « la diversité de leurs cultures épistémiques » (Joly, 2005, p. 140), de leurs « règles coutumières » (Lamont, 2009), le poids des spécificités des contextes locaux et nationaux sur les collectifs engagés (Callon & Rip, 1991 ; Granjou, 2004), ou encore la division du travail et la possible hiérarchisation informelle des arguments portés par les divers membres des comités (Debure, 2012).

Questions pendantes à l’issue du programme « risques collectifs et situations de crise »

18Le bilan tiré à l’issue de dix années du programme « risques collectifs et situations de crise » a été l’occasion d’un travail important de recension de travaux et d’un bilan rétrospectif (Borraz, Gilbert & Joly, 2005 ; Joly, 2007). Les discussions sur la place, les fonctions, les formes et les enjeux de l’expertise scientifique y ont été déterminants pour construire une analyse critique des travaux conduits durant une décennie (Joly, 2005). Il faut y revenir et rappeler les enjeux et verrous scientifiques identifiés par ces travaux. Une partie des contributions de ce dossier thématique prolonge ces questions et ouvre de nouvelles pistes de recherche, fondées sur des études de cas de dispositifs ou de situations dans lesquelles sont appréhendées les pratiques concrètes de l’expertise, leurs modes d’existence dans des configurations sociales, professionnelles et politiques variées ainsi que les formes d’organisation et les instances de légitimation qui cadrent leur juridiction. Ces contributions s’attachent à revenir sur les situations d’expertise chères à Fritsch (1985) dans lesquelles l’expert vient à exister et à être embarqué dans un processus de décision publique.

19À la suite de cette période marquée par les activités du programme « Risques Collectifs et Situation de crise », les travaux sur l’expertise se sont développés à l’articulation des études en sociologie des sciences et des techniques, en sociologie de la professionnalisation, et d’une analyse des processus d’action publique (Lima, 2009). La série des crises sanitaires qui se sont constituées en problèmes publics (Chateauraynaud & Torny, 1999 ; Barbier, 2003) et la bureaucratisation de l’expertise qui s’en est suivie (Benamouzig & Besançon, 2005) ont conduit à un mouvement assez profond de remise en cause critique des fonctions de l’expert (Berrebi-Hoffmann & Lallement, 2009) ou des oppositions entre experts et profanes (Estades & Remy, 2003), indiquant également la nécessité pour les historiens de questionner la place et la fonction des experts dans la longue durée (Bantigny, 2011). Ce mouvement a été concomitant du développement, dans les années 2000, de nombreuses études sur les processus de décision et de négociation au cœur des dispositifs participatifs d’action publique (Blondiaux & Sintomer, 2002) et d’organisation du débat public (Revel, Blatrix & Blondiaux, 2007 ; Sintomer, 2007), travaux qui ont redéployé un regard critique sur le rôle politique des experts dans ces dispositifs.

20Récemment, l’ouvrage de Bérard et Crespin (2010) constitue une indication importante de la poursuite des travaux sur l’expertise pour lesquels le renouveau d’un attrait pour la pensée de Michel Foucault sur les relations entre savoir et pouvoir est important. En effet, c’est en laissant de côté un travail de définition de l’expertise ou de l’expert que les études actuelles entendent plutôt considérer l’épaisseur, la constitution mais aussi les variations importantes des contextes d’énonciation de la parole et du travail des experts. Ce rapport entre ces contextes et les régimes de véridiction établis en dehors des situations d’expertise fait l’objet d’un travail nettement plus appuyé par des travaux empiriques. Les processus d’expertise sont appréhendés à travers la prise en compte des situations dans des contextes professionnels, organisationnels et institutionnels, redonnant également une place importante à la dimension biographique du « devenir expert ». Le présent dossier de la Revue d’Anthropologie des Connaissances entend poursuivre dans cette perspective en s’attachant à reconnaître deux conséquences importantes de ce renouveau.

21La première conséquence est de rompre avec l’idée d’une dualité entre l’expert scientifique attaché à des institutions de recherche et l’expert professionnel attaché à des mondes productifs. Cette dualité a souvent reposé sur une sociologie des sciences, qui tendait à ne pas appréhender les activités de recherche et de production de savoir comme l’exercice d’une profession, mais à projeter sur l’expertise une conception académique de l’activité savante aux prises avec le vieux dilemme wébérien (Wissenschaft als Beruf) tendu entre recul axiologique et engagement. Les sciences studies ont transformé cette conception en faisant le constat récurrent de la multiplicité des engagements, des attachements et du travail aux frontières à l’opposé de la définition mertonnienne d’une science comme institution repliée sur elle‑même.

22La deuxième conséquence est de rompre avec le schéma qui fait de l’expertise scientifique la rencontre entre l’institution de la science et la décision publique. La configuration est certes marquée par la séparation des activités savantes et décisionnaires – fondant conjointement la légitimité de l’expert et de l’autorité publique – mais aussi par leur hybridation effective dans les dispositifs d’expertise, particulièrement invoquée en situation d’incertitude ou de crise alors que les pratiques sont d’autant plus fortement imbriquées qu’il s’agit précisément d’en sortir (Barthe & Gilbert, 2005). Cette figure de la modernité décrite par le « faitiche » (Latour, 1996) est prise en compte quand il s’agit d’étudier l’expert et la situation d’expertise, y compris la bureaucratisation de l’expertise scientifique dans les agences. Aussi, c’est moins le caractère transgressif de l’activité d’expertise (Roqueplo, 1997) qui intéresse aujourd’hui les chercheurs que la façon dont les experts se frayent un chemin dans des situations qui provoquent curiosité et intérêt.

23Le changement de cadre opéré par le tournant participatif a vraisemblablement accentué ce virage, déplaçant la focale de la question de l’État en action vers les questions posées au cœur des situations-problèmes d’une action collective. Ce tournant a permis de désencastrer les études de l’expertise de la question des rapports entre savoir et pouvoir, science et décision. Il est largement amorcé par les travaux fondateurs de Brian Wynne (1996), qui constatent que ces situations-problèmes se caractérisent par une polyphonie de savoirs et de formes de légitimité, dont celle des profanes (lay-members), premiers détenteurs d’une expertise des problèmes vécus.

24On peut donc penser que la déconstruction des « mythes de l’expertise » identifiés par Arie Rip (1985) est achevée, en tous les cas pour les études sociales des sciences et des techniques et de nombreux politistes, et que les études réalisées aujourd’hui ne sont plus redevables d’un détour critique sur ce point. Elles prennent désormais en compte la façon dont peut fonctionner cette mystification comme ressource argumentative et de justification. L’explosion du recours aux experts s’accompagne aussi de la généralisation de discours dénonciateurs, critiques, apologétiques sur l’expert scientifique. Pourtant, les activités d’expertise sont là et certainement pour longtemps ; la profusion des experts est un signe de ce que l’on pourrait appeler une forme de démocratie technique bavarde plutôt que dialogique. Le texte fondateur de Callon et Rip (1991), qui qualifie l’expertise de dispositif à établir une cartographie des gradients de résistance (ibid., p. 232), reste lumineux. Mais il est toujours difficile d’établir les conditions de ce travail de cartographie et de ses effets performatifs. L’étude des situations d’expertise invite à un travail approfondi de contextualisation pour éviter de réifier l’expertise ou de revenir à des considérations sur les différences langagières et cognitives qui fonderaient des différences radicales, présociales, entre experts scientifiques et profanes ou semi-profanes (Collins & Evans, 2002, 2007).

Pour une approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise

25Les travaux sur l’expertise des dernières décennies abordent rarement les formes et les pratiques de la mobilisation des experts scientifiques du point de vue des « experts eux‑mêmes » et en tenant compte de la variété des contextes d’exercice d’une expertise fondée sur des savoirs scientifiques. Or l’avènement du système d’agence et ses transformations ont conduit de nombreux chercheurs, même en recherche fondamentale, à être sollicités au service de l’élaboration de normes d’action publique, en sus des traditionnels experts des grands corps de l’État. La systématisation du recours à l’expert scientifique dans l’action publique a conduit à porter attention à la façon dont, en situation, règles de conduite de l’expertise et règles de décision publique sont articulées. Conjointement, on assiste à une professionnalisation de l’expertise scientifique dans des activités dites de Regulatory Sciences, visant à fonder la décision, publique notamment mais aussi professionnelle, sur des preuves (par exemple avec l’Evidence Based Medecine). Il s’agit donc de s’interroger sur « ce qu’il en est d’être expert » aujourd’hui : quelles sont les pratiques de l’expertise scientifique au regard des conditions concrètes d’exercice des missions ou du travail d’expert, des contraintes formelles ou émergentes, des ancrages et des trajectoires des experts ? Quelles sont les relations entre coopération, compétition et éviction entre experts et communautés professionnelles dans la définition des questions qu’il est « bon » de débattre et des savoirs « légitimes » qu’il est « bon » de mobiliser ? Quels sont les discours de portée critique ou réflexive qui éclairent les conditions, les produits et les effets des pratiques d’expertise ? Il s’agit donc d’explorer les tensions qui traversent les pratiques d’expertise au regard des impératifs, conditions et situations d’expertise.

Pour une pragmatique de l’expertise

26Les activités d’expertise se déroulent dans des situations d’action cadrées, finalisées mais également contingentes du fait d’un inachèvement radical des dispositifs de gestion qui voudraient encapsuler les restitutions de l’expert dans la décision. En lien avec le foisonnement des activités d’expertise, le comité d’expert ne peut rester la seule scène idéal-typique de l’expertise scientifique à finalité politique. Il convient de rendre compte de la diversité des scènes et activités ainsi que de la manière dont certains y deviennent experts. Dès lors, c’est moins la problématique de la transgression du scientifique par l’expertise que celle du devenir expert qui appelle un renouvellement des travaux.

27Cela conduit à réinvestir les organisations d’expertise avec une approche compréhensive (agence, comité ad hoc, commission, conseil scientifique d’organisation intermédiaire, etc.) mais aussi à considérer que l’étude des formes d’exercice professionnel, en lien avec des situations d’action collective ou de formes d’implication marquées par des obligations (inspection notamment) ou des engagements, est tout aussi important. En effet, les recherches ont peu porté sur la façon dont on devient expert, sur la façon dont les experts règlent leurs rapports avec leurs collègues et avec les autres acteurs de la gestion des risques, sur le rôle que peuvent jouer les experts dans la mise en risque de certains problèmes (Joly, 2005, p. 160). Il s’agit alors de rendre compte des trajectoires des chercheurs-experts et, partant, de leurs communautés pour analyser comment ils se positionnent sur des problèmes travaillés aux frontières.

28Comme le montre l’étude de Dorothée Denayer (2013, ce numéro), une approche socio-historique de la trajectoire et du devenir-expert est une méthode riche d’enseignements. Dans son article, elle la met au service d’une comparaison de deux trajectoires contrastées et entremêlées de spécialistes d’objets liés dans leur écologie (l’un sur la savane, l’autre sur les éléphants) en apportant un point de vue original sur la diversité des rapports au temps qui caractérisent la recherche, l’expertise et l’action. Là aussi, la recherche et l’expertise ne sont pas dans un rapport d’engendrement de l’une par l’autre mais proviennent concomitamment de l’activité.

29Il s’agit donc de bien considérer comment les activités d’expertise sont constitutives d’un champ de pratiques hétérogènes. Le regard porté peut dès lors être qualifié de pragmatique au sens où il s’agit de donner à voir les régimes de perception des acteurs aux prises avec les positions actancielles de la situation d’expertise, mais aussi de rendre compte de la révision des catégories de l’action dans les processus d’expertise. Cela permet ainsi de considérer l’effet en retour des pratiques d’expertise, et des tensions qui les traversent, sur les disciplines ou sur les corps constitués d’experts (ou les dispositifs de leur légitimation). C’est un regard pragmatique qui peut être ainsi porté sur ces objets et, partant, sur les transformations des relations entre savoir et pouvoir.

30En quittant l’étude des comités d’expert pour néanmoins aborder la façon dont les activités scientifiques constituent des savoirs experts, l’article de Giovanni Prete (2013, ce numéro) montre dans le cas des recherches agronomiques sur les parasites agricoles que les activités d’expertise sont travaillées par les chercheurs et les organisations scientifiques au cours même des activités de recherche. Les mobilisations du travail scientifique peuvent contribuer à construire les risques en problèmes publics et être également influencées par la manière dont les acteurs publics se les approprient. Ainsi, l’attention qui peut être portée au travail d’articulation entre les investissements de nature académique et ceux visant la constitution de savoirs d’expertise ne disparaît pas lorsqu’on se situe hors des arènes institutionnelles de l’expertise scientifique à finalité politique. Il ne s’agit pas d’un simple changement d’objet, mais bien de la constitution d’un point de vue sur des activités expertises nombreuses réalisées par des chercheurs dont les travaux s’inscrivent dans une certaine continuité avec des mondes productifs.

31S’inscrivant également dans cette perspective pragmatique, Céline Granjou et Isabelle Mauz (2013, ce numéro) montrent dans le domaine de la biodiversité comment l’investissement dans l’expertise ne fait pas que prolonger l’activité scientifique mais qu’il peut aussi l’engendrer, la rendre possible, la faciliter. Il existe ainsi un travail d’articulation entre investissement académique et investissement d’expertise, les activités d’expertise étant présentes au cœur même des trajectoires de recherche. Elles montrent comment, dans un contexte d’institutionnalisation de la biodiversité en France, les chercheurs tentent d’aligner les arènes et moments d’expertise et les transformations en cours des cultures épistémiques, incluant notamment un rapport au terrain qui se modifie. Dans un moment où les figures du chercheur-militant environnemental et du lanceur caractérisent un certain type de contribution critique à l’action publique, il est également important de rendre compte des modes d’existence de formes plus discrètes et plus routinisées d’engagement scientifique.

Pour une écologie des dispositifs de gouvernement par l’expertise

32Les modalités de qualification des activités d’expertise légitimées par la mise en place de dispositifs tendent à rendre ambiguë leur fonction : forment-elles un équipement technique, prolongement d’une volonté politique disposée ailleurs, ou bien un équipement politique dont la décision ne serait qu’une conséquence ? Pour Jean-Yves Trépos (1996), l’expertise représentait déjà « un équipement politique, en ce qu’elle contribue, au nom d’arguments techniques, à la stabilité d’instances de décision ». L’ouvrage dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès (2004), Gouverner par les instruments, reprend finalement cette perspective en approfondissant les effets, de rationalisation notamment, qui découlent de la conception des instruments, et en précisant les formes d’engagement et de retrait de la discussion politique sur les fins et les valeurs.

33Dans la continuité de ces questionnements, Martine Kaluszynski (2013, ce numéro) propose une approche socio‑historique des rapports entre le droit et le pouvoir politique en abordant la science pénitentiaire comme une science de gouvernement au service de la mise en dispositif d’une politique pénale forte à la fin du dix-neuvième siècle. Ce travail investit la constitution des modalités par lesquelles des savoirs experts et des pratiques pénales se constituent à partir d’un savoir produit par quelques acteurs investis d’un rôle moteur dans l’élaboration des règles et des lois, et qui vont établir des liens entre connaissance et action, et participer ainsi à la construction des politiques pénales.

34Mais le cadrage de l’expertise peut aussi être source de désaccords entre les acteurs, exprimés au moment de la constitution des problèmes à traiter et des dispositifs pertinents pour les résoudre : « Selon les différentes façons de cadrer le problème, le type de connaissances pertinentes est tout à fait différent » (Joly, 2005, p. 140). Mobilisant une approche critique, l’article de Paul Foster et Olivier Charnoz (2013, ce numéro) met ainsi clairement en évidence les défauts inhérents à l’application d’un plan préconçu par les experts internationaux dans la gestion de l’épidémie de grippe aviaire en Indonésie. Leur travail analyse de manière fine le rôle et les biais dans les modalités d’action des organismes internationaux face aux crises sanitaires. Il souligne en particulier la mauvaise prise en compte des contextes locaux des situations de crise, les représentations sociales et culturelles dont sont porteurs les organismes internationaux, les rapports de force entre les organisations pourvoyeuses de fonds et celles qui se retrouvent placées dans le rôle de simple exécutant ou encore les effets du contexte d’urgence et de crise sur la mise en place du dispositif d’expertise.

35Dans les sociétés démocratiques, les dispositifs d’expertise (think tanks, conférences de consensus, etc.) sont des aménagements d’espaces dialogiques souvent sans liens avec la représentation démocratique instituée. Ils apparaissent comme des outils de la pertinence de décisions publiques potentielles et appellent un transfert de savoirs des experts vers un autre espace que celui dans lequel ils sont quotidiennement engagés.

36Prolongeant les recherches sur les forums hybrides, l’article de Kevin Jones et Alan Irwin (2013, ce numéro) s’appuie sur l’analyse de l’expérience anglaise d’intégration de membres dits « profanes » dans différents comités d’experts suite aux apprentissages résultant des transformations structurelles de l’expertise provoquées par la crise de la vache folle. Cette contribution propose une déconstruction de la notion de « profane » et illustre la très grande variété des positions dont la dichotomie experts vs non‑experts ne rend pas justice. Il s’agit alors d’encourager une « réflexivité contextuelle », permettant de mettre en discussion les cadres de l’expertise ; mais aussi de concevoir un changement de second ordre lié à la transformation de l’espace de la gouvernance des risques induit par cette variété des positions.

37On en vient dès lors à observer une multiplicité de dispositifs fondés sur le recours à l’expertise. Ils sont loin d’être tous dédiés au traitement de problèmes de politiques publiques sectorisées. À chaque espace politique donné par une situation ou par la mise en œuvre d’un dispositif dialogique, correspond un espace d’expertise dont la félicité propre tient à son cadrage, à la construction d’arènes de débats et à la mobilisation de parties prenantes expertes en problèmes, en solutions ou en procédures. Ces parties prenantes ne sont pas non plus détachées de tout lien à leurs ancrages ordinaires, lesquels sont renégociés et transformés. La variété des dispositifs et arènes politiques invite dès lors à développer, dossier par dossier, une approche écologique des situations d’expertise, en portant attention autant à des formes ordinaires et professionnelles d’exercice des compétences reconnues comme expertes qu’à des formes moins ordinaires liées à l’exercice d’une autorité légitime ou à des engagements associatifs ou privés.

38Ces travaux, pris ensemble de façon à la fois comparative et cumulative, constituent une approche écologique des dispositifs d’expertise. Ainsi, la focale n’est plus portée sur la seule figure du comité d’experts scientifiques ; il s’agit dès lors d’étudier le travail des experts dans la variété des situations où il se déroule. Cette perspective prolonge les travaux plus anciens comme ceux de Michael Pollak (1982) sur la constitution des champs réglementaires, mais cela concerne aussi les disciplines scientifiques des sciences réglementaires (Demortain, 2011) de plus en plus constituées dans des rapports étroits avec des institutions gouvernant la mise en œuvre d’évaluation de risques collectifs, et avec la construction des marchés que peuvent ouvrir des promesses technologiques.

Les modes d’existence de la politique de l’expertise

39Les espaces d’expertise sont déjà politiques en ce sens que les experts participent autant, à travers le dispositif d’expertise, à l’institution des problèmes qu’à leur construction comme problèmes traitables et donc à une forme de régulation politique. On retrouve la « dimension instituante » de l’expertise qui crée et redéfinit l’objet expertisé (Castel, 1985). Cette contribution à la régulation politique provient du dispositif lui-même qui annonce la production de solutions. Dès lors, la structuration du dispositif produit des effets de cadrage, pouvant préfigurer des débordements.

40Ce caractère performatif du dispositif d’expertise est important. Il provient d’une légitimité à dire la réalité et le vrai que véhicule la position d’expert qui est en fait fondamentalement, historiquement et socialement construite.

41Là encore, l’idéal-type du comité d’expert est utile pour concevoir cette dimension de performativité. Dans les moments de controverses entre experts, ou d’adossement à des disciplines scientifiques traversées par des incertitudes fortes, des désaccords ou des problèmes déontologiques, c’est la pluralité des modes d’établissement des effets de vérité qui vient perturber la régulation politique attendue. Mais il ne faut pas en rester à ce type de configuration. La variété des situations et des dispositifs est indicatrice d’une variété des problèmes publics posés et des formes de légitimité qui se déploient avec leur traitement. De plus, les conceptions et perceptions croisées des actes politiques varient avec la nature publique, privée, civique des acteurs. Cette variété requiert ainsi très certainement de renouveler nos conceptions du politique et de la structuration propre aux polities. Le travail est largement en cours depuis de nombreuses années sur ce point, la variété des formes d’expertise exprimant celle des conceptions d’une politique des savoirs dans des dispositifs qui organisent ou tout au moins régulent ces formes. La synthèse proposée par Dumoulin et al. (2005) fournit un état intéressant de cette variété.

42Avec ce dossier, il s’agit de souligner l’importance d’une étude des dispositifs ou des situations d’expertises attachées à des régulations professionnelles ou marchandes, notamment pour comprendre la constitution des politiques de la nature et de l’énergie ou de la politique des marchés à travers la normalisation des objets dans une période dite de transition. Cette approche des figures politiques de l’expertise consiste du coup à se départir d’une vision positiviste de la décision : « le bon processus d’expertise fait la décision » pour entrer dans une compréhension de la variété des processus et de leur composition aux frontières du périmètre de l’État et dans l’étude des modes d’organisation de l’expertise laissés à une forme de régulation conjointe investie par les acteurs économiques ou des professions.

43Ainsi, l’article de Lionel Cauchard (2013, ce numéro) s’intéresse à la manière dont la haute qualité environnementale (HQE) des bâtiments a été saisie en France par différents espaces de normalisation qui ont produit une diversité de formes du dispositif HQE selon les règles d’organisation des arènes, leur degré d’ouverture et la diversité des membres, ou encore la variété des registres de l’argumentation. Il s’agit d’un travail généalogique qui porte sur la question de la double constitution de l’expert et de l’objet de l’expertise. Il montre la création conjointe des arènes de normalisation et de ce dont les acteurs veulent disposer sur le plan normatif, en abordant notamment les problèmes de traduction entre les différentes cultures professionnelles, les stratégies de « recherche d’alliés » ou encore la prégnance d’une forte hiérarchisation entre les acteurs selon leur degré de maîtrise et de spécialisation dans les savoirs scientifiques et techniques. L’article propose enfin une conceptualisation du statut et des pratiques de l’expert, et de ce qui le fonde en termes de dispositions, au sein des espaces de normalisation technique.

44L’article de Brice Laurent (2013, ce numéro) s’intéresse aux opérations de définition des substances chimiques en analysant le cas des nanomatériaux aux niveaux national, européen, international. En se centrant sur l’analyse des processus de construction des normes dans chacun de ces espaces, il montre combien celles‑ci sont étroitement liées aux espaces politiques au sein desquels elles sont fabriquées et négociées. L’incertitude ontologique qui entoure ces objets et la variété des arènes de construction conduisent in fine à des approches et à des définitions différentes du problème des nanomatériaux.

45Enfin, le texte de Jean-Pierre Galland (2013, ce numéro) traite de l’organisation des processus de certification vérifiant la qualité des produits mis sur le marché dans l’Union européenne. Il montre la difficulté à instituer un marché commun libéré des diverses formes de protectionnisme et les tensions qui apparaissent lorsqu’on ne souhaite ni complètement laisser la main aux forces du marché, ni se reposer sur les structures politiques légitimes en place (celles des États de l’Union). L’échafaudage des procédures est impressionnant, tout comme le caractère relatif de leur efficacité ou encore le double « retour du refoulé » permanent (retour des forces du marché dans des logiques de certification qu’on voudrait libérées des intérêts économiques en place, retour implicite des frontières nationales dans un jeu d’accréditation qu’on voudrait transnational) auquel la Commission est confrontée dans ses diverses tentatives d’organisation du domaine. Au final, l’article interroge les formes de gouvernementalité mises en œuvre dans la construction de l’édifice européen, et notamment l’articulation entre les logiques marchandes et les logiques de réglementation qui organisent la certification.

46Dans les sociétés démocratiques, ces dispositifs d’expertise attachés à la constitution de régulations économiques font de la politique dans le sens où ils organisent la vie matérielle, rationalisent des risques, concrétisent ou limitent des promesses technologiques. Mais c’est une politique des matérialités beaucoup moins bruyante, bien que tout aussi disputée, que celle que peuvent porter les nombreux aménagements d’espaces dialogiques qui ont des liens très distendus avec la représentation démocratique instituée. On entrevoit alors l’importance qu’il peut y avoir à saisir ces modes d’existence variés de la politique de l’expertise à partir de l’étude des dispositifs d’expertise et des points de vue que les acteurs y déploient en tant qu’experts.

Haut de page

Bibliographie

Bantigny, L. (2011). Usages, mésusages et contre-usages de l’expertise. Une perspective historique. Histoire@Politique. Politique, culture, société. 14, 3-3.

Barbier, M. (2003). Une interprétation de la constitution de l’ESB comme problème public européen. Revue Internationale de Politique Comparée, 10 (2), 233-246.

Barbier, M. & Granjou, C. (2005). Quand l’expertise construit la précaution. Le cas des maladies à prions. Droit et Société, 60, 331-352.

Barthe, Y. (2003). De la décision à l’exploration : les transformations de l’expertise dans le domaine des déchets nucléaires. In C. Gilbert (éd.). Risques collectifs et situations de crises. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales (pp. 129-143). Paris : L’Harmattan.

Barthes, Y. & Gilbert, C. (2005). Impuretés et compromis de l’expertise, une difficile reconnaissance. À propos des risques collectifs et des situations d’incertitude. In l. Dumoulin et al. (dir.). Le recours aux experts. Raisons et usages politiques (pp. 43-62). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Benamouzig, D. & Besançon, J. (2005). Administrer un monde incertain : les nouvelles bureaucraties techniques. Le cas des agences sanitaires en France. Sociologie du travail, 47 (3), 301-322.

Benamouzig, D., Barbier, J.-C., Geoffard, P.-Y. & Duvouw, N. (2011). Les sciences sociales à l’épreuve de l’expertise. Sociologie, 2(1), 91-105.

Bérard, Y. & Crespin, R. (dir.) (2010). Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs. Presses Universitaires de Rennes, coll. « Res Publica ».

Berrebi-Hoffmann, I. & Lallement, M. (2009). À quoi servent les experts ? Cahiers internationaux de sociologie, CXXVI, 5-12.

Bessy, C. & Chateauraynaud, F. (1995). Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception. Paris : Métailié.

Blondiaux, L. (2008). Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative. Paris : Seuil, coll. « La République des idées ».

Blondiaux, L. & Sintomer, Y. (2002). L’impératif délibératif. Politix, 15 (57), 17-35.

Borraz, O., Gilbert, C. & Joly, P.-B. (2005). Risques, crises et incertitudes : pour une analyse critique. Cahiers du GIS « risques collectifs et situations de crise ». (3).

Cadiou, S. (2006). Savoir et action publique : un mariage de raison ? L’expertise en chantier. La Documentation française. Horizons stratégiques, (1), 112-124.

Callon, M., Lascoumes, P. & Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain, Essai sur la démocratie technique. Paris : Seuil.

Callon, M. & Latour, B. (1981). Unscrewing the Big Leviathan; or How Actors Macrostructure Reality and How Sociologists Help Them To Do So? In K. Knorr & A. Cicourel (eds). Advances in Social Theory and Methodology: Toward an Integration of Micro and Macro-Sociologies. London: Routledge an Kegan Paul.

Callon, M. & Rip, A. (1991). Forums hybrides et négociations des normes sociotechniques dans le domaine de l’environnement. La fin des experts et l’irrésistible ascension de l’expertise. In Environnement, science et politique. Les experts sont formels (n°13, pp. 227-238). Paris : Germes.

Callon, M. & Rip, A. (1992). Humains, non humains, morale d’une coexistence. In J. Theys & B. Kalaora, La terre outragée. Les experts sont formels. Paris : Éditions Autrement.

Castel, R. (1985). L’expert mandaté et l’expert instituant. In Situations d’expertise et socialisation des savoirs. Saint-Étienne, Actes de la table ronde organisée par le CRESAL.

Chateaureynaud, F. & Torny, D. (1999). Les Sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Paris : EHESS.

Collins, H. & Evans, R. (2002). The third wave of science studies: studies of expertise and experience. Social Studies of Science, 32 (2), 235-296.

Collins, H. & Evans, R. (2007). Rethinking Expertise. Chicago: University of Chicago Press.

Debure, A. (2012). Crédibiliser pour expertiser : Le Codex Alimentarius et les comités d’experts FAO-OMS dans la production réglementaire internationale de sécurité sanitaire des aliments. Thèse de Doctorat en Sociologie - École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Demortain, D. (2011). Scientists and the Regulation of Risk. Standardising Control. Cheltenham, UK: Edward Elgar.

Druet, P-P., Kemp, P. & Thill, G. (1980). Le rôle social de l’expert et de l’expertise. Esprit. 10, 55-67.

Dumoulin, L. (2007). L’expert dans la justice : de la genèse d’une figure à ses usages. Paris : Economica.

Dumoulin, L., La Branche, S., Robert, C. & Warin, P. (dir.) (2005). Le recours aux experts. Raisons et usages politiques. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Estades, J. & Remy, E. (2003). L’expertise en pratique. Les risques liés à la vache folle et aux rayonnements ionisants. Paris : L’Harmattan. Collection « Risques Collectifs et Situations de Crise ».

Fritsch, Ph. (1985). Situations d’expertise et expert-système. in colloque du CRESAL, Situations d’expertise et socialisation des savoirs, actes de la table ronde. Saint-Étienne, 14-15 mars.

Funtowicz, S. & Ravetz, J. (1993). The Emergence of Post-Normal Science. In: von Schomberg, R. (ed.). Science, Politics and Morality: scientific uncertainty and decision making (pp. 85-126). London: Kluwer Academic Publisher.

Gaudillière, J-P. & Joly, P.-B. (2006). Appropriation et régulation des innovations biotechnologiques : pour une comparaison transatlantique. Sociologie du travail, 48, 330-349.

Gilbert, C. (2003). La fabrique des risques. Cahiers internationaux de sociologie, 1(114), 55-72.

Godard, O. (1997). Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme et de l’INRA.

Granjou, C. (2004). Le travail des experts : analyse d’un dispositif d’évaluation des risques alimentaires. Sociologie du Travail, 46, 329-345.

Granjou, C. (2003). L’expertise scientifique à destination politique. Cahiers internationaux de sociologie. CXIV, 175-183.

Granjou, C., Barbier, M. (2010). Métamorphoses de l’expertise. Précaution et maladies à prions. Paris: Quae, coll. « Natures sociales ».

Guston, D.H. (1999). Stabilizing the boundary between Us politics and science: the role of the Office of technology transfer as a boundary organization. Social Studies of Science, 29 (1), 87-111.

Habermas, J. (1973 [1968]). La technique et la science comme idéologie. Paris : Gallimard.

Habermas, J. (1978 [1962]). L’espace public. Paris : Payot.

Hermitte, M-A. (1997). L’expertise scientifique à finalité politique. Réflexions sur l’organisation et la responsabilité des experts. Justices, 8, 79-103

Hilgartner, S. (2000). Science on Stage. Expert Advice as Public Drama. Stanford: Stanford University Press.

Hood, C., Rothstein, H. & Baldwin, R. (2001). The Government of Risk: Understanding Risk Regulation Regimes. Oxford University Press.

Jasanoff, S. (1987). Contested Boundaries in Policy-Relevant Science. Social Studies of Science, 17 (2), 195-230.

Jasanoff, S. (1990). The Fifth Branch: Science Advisers as Policymakers. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Jasanoff, S. (1995). Science at the Bar: Law, Science, and Technology in America. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Jasanoff, S. (2005). Designs on Nature: Science and Democracy in Europe and the United States. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Joly, P.-B. (1999). Besoins d’expertise et quête d’une légitimité nouvelle : quelles procédures pour réguler l’expertise scientifique ? Revue française des affaires sociales, 53 (1), 45-53.

Joly, P.-B. (2005). La sociologie de l’expertise : les recherches françaises au milieu du gué. In Risques, crises et incertitudes : pour une analyse critique, Cahiers du GIS Risques Collectifs et Situations de Crise, (3), 117-174.

Joly, P.-B. (2007). Scientific expertise in the Agora Lessons from the French experience. Journal of Risk Research, 10(7), 905-924.

Jouzel, J.N. (2009). Quand tout est poison et que rien n’est poison. Les usages politiques des savoirs sur la toxicité des particules. In Y. Chalas, C. Gilbert & D. Vinck (éd.). Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude ? (pp. 135-149). Paris : Édition des Archives Contemporaines.

Kuty, O. & Thuderoz, Ch. (2005). Négociations et délibérations à l’heure de la démocratie dialogique. Négociation, Dossier : « Délibération et négociation », 4 (2), 117-129.

Lagadec, P. (1981). La civilisation du risque : catastrophes technologiques et responsabilité sociale. Paris : Seuil.

Lamont, M. (2009). How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgment. Harvard University Press.

Lascoumes, P. (2002). L’expertise, de la recherche d’une action rationnelle à la démocratisation des connaissances et des choix. Revue française d’administration publique, 3 (103), 369-377.

Lascoumes, P. & Le Galès, P. (2004). Gouverner par les instruments. Paris : Presses de la FNSP

Latour, B. (1996). Petite réflexion sur le culte moderne des dieux faitiches. Paris : Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond ».

Laufer, R. & Paradeise, C. (1982). Le prince bureaucrate. Machiavel au pays du marketing. Paris : Flammarion.

Lima, L. (2009). Les frontières de l’expertise. Cahiers internationaux de sociologie, 1 (126), 149-155.

Limoges, C. (1993). Expert Knowledge and Decision-making in Controversy Contexts. Public Understanding of Science, 2(4), 417-426.

Lindblom, C. E. & Cohen, M. D. (1979). Usable knowledge. New Haven, CT: Yale University Press.

Nelkin, D. (1975). The political impact of technical expertise. Social Studies of Science, (5), 35-54.

Nelkin, D. (1979). Controversy: Politics of Technical Decisions. Londres: Sage Publication.

Nelkin, D. & Pollak, M. (1981a). The atom besieged: extraparliamentary dissent in France and Germany. Cambridge: MIT press.

Nelkin, D. & Pollak, M. (1981b). La régulation technologique : le difficile mariage entre le droit et la technologie. Revue française de science politique, 32 (2), 86-105.

Noiville, C. (2003). Du bon gouvernement des risques. Paris : PUF.

Paradeise, C. (1985). Rhétorique professionnelle et expertise. Sociologie du Travail, 27 (1), 17-31.

Paradeise, C. (1988). Acteurs et institutions, la dynamique des marchés du travail. Sociologie du Travail, 30 (1), 79-105.

Pollak, M. (1982). La régulation technologique : le difficile mariage entre le droit et la technologie. Revue française de science politique, 32 (2), 165-184.

Renn, O. (1995). Style of using scientific expertise: a comparative framework. Science and Public Policy, 22 (3), 147-156.

Restier-Melleray, Ch. (1990). Experts et expertise scientifique. Le cas de la France. Revue française de science politique, 40 (4), 546-585.

Revel, M., Blatrix, C., Blondiaux, L et al. (édr.) (2007). Le débat public : une expérience française de démocratie participative. Paris : Éd. La Découverte, coll. Recherches.

Rip, A. (1985). Expert in public arenas. in H. Otway & m. Peltu (eds.). Regulating Industrial Risks. Science, hazards and public protection (pp. 94-110). London: Butterworths.

Rip, A. (1986). Controversies as informal Technology assessment. Knowledge, 8 (2), 349-371.

Rip, A. (2002). Co-evolution of science, technology and society. Entschede, University of Twente. June. An expert review for the Bundsministerium Bildung und Forschung’s Förderinitiative Politik, Wisenschaft une Gesellschaft.

Rip, A. (2003). Constructing expertise: in a third wave of science studies? Social studies of science, 33(3), 419-434.

Roqueplo, Ph. (1997). Entre savoir et décision : l’expertise scientifique. Paris : Éditions de l’INRA

Sintomer, Y. (2007). Le pouvoir au peuple. Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative. Paris : La Découverte, coll. « Cahiers libres ».

Spenlehauer, V. (1999). Intelligence gouvernementale et sciences sociales. Politix, (48), 95-128.

Spenlehauer, V. (2003). Une approche historique de la notion de politiques publiques. Informations sociales, (septembre), 34-45.

Trépos, J.-Y. (1992). Sociologie de la compétence professionnelle. Nancy : PUN.

Trépos, J.-Y. (1996). Sociologie de l’expertise. Paris : PUF.

Trépos, J.-Y. (2002). L’expertise comme équipement politique de la société civile. Questions de communication, (2), 7-18.

Vilkas, C. (2009). Des pairs aux experts : l’émergence d’un “nouveau management” de la recherche scientifique ? Cahiers internationaux de sociologie, CXXVI, 62-76.

Weingart, P. (1999). Scientific Expertise and Political Accountability : Paradoxes of Sciences in Politics. Science and Public Policy, 26 (3), 151-161.

Wynne, B. (1996). May the Sheep Safely Graze? A reflexive view of the expert-lay knowledge divide. In S. Lash, B. Szerszynski & B. Wynne (eds). Risk, Environment and Modernity (pp. 44-83). London: Sage.

Haut de page

Notes

1 Dans ce dossier le propos est centré sur l’expertise scientifique ou technologique, et ne traite pas notamment des travaux consacrés à l’expertise judiciaire (Dumoulin, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Barbier, Lionel Cauchard, Pierre-Benoít Joly, Catherine Paradeise et Dominique Vinck, « Pour une Approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7452

Haut de page

Auteurs

Marc Barbier

Directeur de Recherche à l’INRA, au département Sciences pour l’Action et le Développement. Il développe ses recherches en études sociales de l’innovation, des sciences et des techniques dans le domaine de l’agriculture, de l’agronomie et des sciences du vivant. Il a travaillé sur les dispositifs agro-environnementaux, la mise en problème public de la crise de la vache folle et les relations entre sciences et décision publique. Récemment, ses travaux concernent les transitions agro-écologiques et les émergences de domaines de recherche et d’innovation liés au développement durable en agriculture. Il est directeur de l’unité de recherche INRA Science en Société, et membre actif de l’IFRIS. Il a publié récemment avec Boelie Elzen, System Innovations, Knowledge Regimes, and Design Practices towards Transitions for Sustainable Agriculture. (Ed. Inra [online, CC], Paris) et avec Céline Granjou, Les métamorphoses de l’expertise, (Ed. Quae, Paris, 2010)

Adresse : INRA SenS, Université Paris-Est Marne La Vallée, Cité Descartes 5, Bd Descartes Champs sur Marne, FR-77454 Marne-la-Vallée (France)
Courriel : barbier[at]grignon.inra.fr
Website : http://sens.inra-ifris.org/

Articles du même auteur

  • FabLabs [Texte intégral]
    L’institutionnalisation de Tiers-Lieux du « soft hacking »
    FabLabs. The Institutionnalisation of thrid-places of “soft Hacking”
    FabLabs. La institucionalización de terceros lugares de «soft Hacking»
    Paru dans Revue d’anthropologie des connaissances, 10-1 | 2016
  • Maintenir la vigilance [Texte intégral]
    Les objets-frontières-transitionnels dans la pérennisation des dispositifs de surveillance des « soldats de Dieu »
    Keeping the Vigilance. Transitional-boundary-objects in the durability of the monitoring devices of the “soldiers of God”
    Mantenga la vigilancia. Los objeto-frontera-transicional en la sostenibilidad de los dispositivos de vigilancia de los «soldados de Dios»
    Paru dans Revue d’anthropologie des connaissances, 9-2 | 2015

Lionel Cauchard

Postdoctorant au sein de l’IFRIS et du LATTS (Université Paris Est Marne-la-Vallée, École des Ponts Paris Tech, CNRS). Il s’intéresse à la fabrication et à la performation des dispositifs d’évaluation et de normalisation sur les marchés, les organisations et les écologies professionnelles dans les secteurs de la construction et de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Adresse : LATTS-IFRIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Cité Descartes 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne, FR- 77454 Marne-la-Vallée Cedex 02 (France)
Courriel : lionel.cauchard[at]univ-mlv.fr

Articles du même auteur

Pierre-Benoít Joly

Économiste et sociologue, est directeur de recherche à l’INRA. Il dirige l’Institut Francilien Recherche, Innovation, Société (IFRIS) et le Laboratoire d’Excellence (Labex) SITES. Spécialiste d’économie et de sociologie de l’innovation, il travaille sur la maîtrise sociale des dynamiques de construction des savoirs et de production des innovations. À partir d’études variées sur les interactions entre science, démocratie et marché, l’ambition est d’analyser les transformations contemporaines de l’espace public de la science et les nouveaux modes de gouvernance de l’innovation et des risques. Il enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Il a été membre du groupe d’experts « Science et gouvernance » de la Commission européenne. Il est actuellement membre du Conseil de la European Association for the Studies of Science and Technology (EASST) et du Comité de Prévention et de Précaution et préside le Conseil Scientifique du Programme OGM du ministère de l’Écologie.

Adresse INRA SenS Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Cité Descartes 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne, FR-77454 Marne-la-Vallée (France)
Courriel joly[at]inra-ifris.org
Website : http://sens.inra-ifris.org/

Catherine Paradeise

Sociologue, professeur à l’Université Paris Est Marne la Vallée, chercheure au LATTS, présidente de l’IFRIS (Institut francilien recherche, innovation, sociétés). Elle a longtemps consacré ses travaux à l’analyse des marchés du travail, de la négociation collective et des relations professionnelles. Elle s’intéresse aujourd’hui aux organisations scientifiques et universitaires. En particulier, ses travaux portent sur la recomposition des liens entre régulations managériales et régulations professionnelles en relation avec les réformes en cours dans la plupart des pays d’Europe. Dans ce contexte, elle analyse également les évolutions des dispositifs de jugement de la qualité académique et les modalités de construction organisationnelle de la réputation et du prestige académique. Quelques publications récentes : La profession académique saisie par la nouvelle gestion publique. Dossier « Nouveau management public et profession », dir. Ph. Bezes et D. Demazière, Sociologie du travail, (4), 2011 ; Réformes et ordres universitaires locaux. In Felouzis G. et S. Hanhart (dir.) Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses. Bruxelles, De Boeck, coll. « Raisons éducatives », 2011 ; avec Ph. Larédo, Politiques de recherche et pratiques scientifiques, Dossier thématique Open science et marchandisation des connaissances, Cahiers Droit, science et technologie, 2010 ; avec E. Ferlie, I. Bleiklie & E. Reale (eds), University governance : Western European comparative perspectives, Springer, Dordrecht, 2009 ; avec G. Mallard & A. Peerbaye (eds), Global science and national sovereignty. Studies in historical sociology of science, Routledge, New York, (3), 29-41.

Adresse LATTS - Institut Francilien Recherche, Innovation et Société Université Paris-Est Marne-la-Vallée Cité, Descartes 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne, FR- 77454 MARNE-LA-VALLÉE Cedex 02 (France)
Courriel catherine.paradeise[at]univ-mlv.fr

Dominique Vinck

Professeur ordinaire à l’Université de Lausanne et enseigne au sein du Collège des Humanités de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il est membre de l’Institut des Sciences Sociales de l’UNIL et chercheur associé au laboratoire PACTE Politique–Organisations (CNRS, Université de Grenoble). Ses recherches portent sur la sociologie des sciences et de l’innovation. Il investit actuellement le domaine de l’ingénierie des cultures et humanités digitales. Il a publié notamment : Ingénieurs au quotidien. Ethnographie de l’activité de conception et d’innovation (PUG, Grenoble, 1999), Pratiques de l’interdisciplinarité (PUG, Grenoble, 2000), Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique (A. Colin, Paris, 2007), L’équipement de l’organisation industrielle. Les ERP à l’usage (Hermes, 2008), Les nanotechnologies (Le Cavalier Bleu, 2009), Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude (EAC, 2009), Les Masques de la convergence (EAC, 2012).

Adresse : Université de Lausanne (UNIL), Institut des Sciences Sociales, CH- 1015 Lausanne (Suisse)
Courriel : dominique.vinck[at]unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search