Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1Dossier thématiqueEntre trajectoires et évènements,...

Dossier thématique

Entre trajectoires et évènements, quand l’expertise s’attache au vivant

Pourquoi les éléphants d’Amboseli ont été contraints de reprendre leurs migrations
Between courses and events, when expertise is engaged in the living. Why do elephants of Amboseli were forced to restart their migrations
Entre trayectorias y eventos, cuando la experticia se apega a los seres vivos. Porqué los elefantes de Amboseli han sido forzados a reanudar sus migraciones
Dorothée Denayer

Résumés

Cet article propose un regard pragmatique sur les trajectoires contiguës de deux scientifiques. L’un s’est donné pour but de produire des savoirs utiles à l’action pour gérer la savane et les vivants qu’elle abrite ; l’autre, spécialiste du comportement des éléphants, cherche à les connaître dans la proximité et la durée. Tous deux sont des experts invités à se prononcer sur la gestion du parc d’Amboseli (Kenya) et de ses richesses biologiques. À travers l’analyse des documents que ces deux chercheurs nous offrent (articles scientifiques et textes biographiques), cet article vise la compréhension de leur posture et tente de montrer comment leurs travaux et la situation d’expertise, à laquelle ils sont conviés, sont entremêlés. Et s’ils en viennent à s’affronter, cette situation ne doit pas être vue comme le résumé de modèles de science antagonistes, mais plutôt comme le résultat d’attachements multiples qui nourrissent leurs savoirs et leurs compétences, et qui sont tantôt complémentaires, tantôt contradictoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avril 1995, Parc National d’Amboseli, Kenya. Une cinquantaine de personnes sont réunies en colloque autour de quelques experts : écologues et spécialistes du comportement des éléphants. Ces mammifères emblématiques représentent l’une des attractions phares du parc. Mais, au cours des années 1980, ils se sont multipliés au point que certains écologues en arrivent à la conclusion qu’ils menaçaient la biodiversité (Moss, 1989 ; Western, 1989 ; Western, 1997). C’est le cas de David Western, qui a étudié pendant de nombreuses années les migrations des éléphants et leur pression de pâturage sur la végétation (Western & Lindsay, 1984 ; Western, 1989 ; Western & Maitumo, 2004 ; Western, 2006 ; Western, 2007). À son expertise répond celle de Cynthia Moss et de ses collègues. Cette Américaine est considérée par ses pairs comme une spécialiste du comportement individuel et social des éléphants. Les deux chercheurs se connaissent bien : ils se côtoient depuis plus de 25 ans, au cœur de leur terrain d’étude commun. En 1989, ils ont porté ensemble la cause des éléphants au cours d’une réunion historique de la CITES qui a abouti à l’interdiction totale du commerce de l’ivoire (Western, 1997). Mais, lorsqu’il s’agit de déterminer si les éléphants sont trop nombreux dans le parc, s’ils menacent la biodiversité, s’ils doivent être gérés en conséquence et de quelle manière, leurs avis divergent profondément. Ce colloque est l’occasion d’exposer leurs arguments antagonistes. L’un des deux seulement se montre alors capable de répondre à ce devoir d’expertise. Pourquoi ?

2La première chose à dire de cette dispute est qu’elle ne survient pas dans le cadre d’une « expertise de service » ou « professionnelle », soit encore d’une approche technique, résolument objective et visant à réduire une incertitude sur des faits à trancher, le plus souvent par un juge. Nous sommes dans une situation « inhabituelle » dans laquelle des spécialistes s’engagent et cherchent à contribuer par leurs analyses à un diagnostic et à des propositions pour l’action (Théry, 2005 ; Trépos, 1996). D’emblée on pressent que le cas à traiter se laissera difficilement « purifier » (Granjou, 2004), autrement dit qu’il sera difficile de le délivrer de la subjectivité des experts ou de leurs convictions (Rémy & Estades, 2002). Et qu’il sera en outre délicat de l’inscrire dans un dispositif normatif durable (Barbier & Granjou, 2005 ; Trépos, 1996). Une particularité accrue dans le cas d’expertises nourries par des recherches de terrain. De fait, en matière d’expertise scientifique, les sociologues de sciences comme ceux de l’expertise se sont principalement intéressés à la recherche de laboratoire. Ils ont montré que celle-ci, loin d’être confinée, est partie prenante d’autres pratiques et d’autres enjeux, via les réseaux socio-techniques qu’elle mobilise. L’affaire que je veux suivre ici est marquée par le caractère « volatile » d’un terrain pétri par ses singularités. « L’incertitude irréductible est la marque des sciences de terrain », a écrit Isabelle Stengers (1999). La recherche y prend en compte des objets vivants, imprévisibles, pris dans de multiples réseaux et trajectoires et elle doit, par ailleurs, produire des critères de validation qui lui sont propres (Hubert, 2002). En prenant distance par rapport au modèle dominant de la science, je veux explorer le principe selon lequel il y a « plusieurs manières de prendre le terrain au sérieux » (Vinck, 2000), en postulant que celles-ci ont partie liée avec le « devenir expert » des chercheurs qui s’y engagent.

3Dans cet article, je m’efforcerai de serrer de près différentes façons d’étudier les éléphants du Parc National d’Amboseli. Les chercheurs présents au colloque de Serena Lodge, qui travaillent sur le même site, sur la même espèce, ont des postures de recherche très éloignées l’une de l’autre. Je me propose de suivre avec pragmatisme leurs trajectoires. Mais ce projet n’est lui-même pas venu de nulle part… Ayant lu une première analyse de cette situation d’expertise décrite par Charis Cussins (1997) et Charis Thompson (2002) (en réalité la même personne), j’ai été frappée par l’apparente asymétrie de la scène et l’incapacité de Moss, l’éthologue, à s’inscrire dans le débat proposé. J’ai voulu en savoir plus, aller au-delà de l’analyse du colloque seul, de cet événement pris comme un tout. Pour ce faire, j’ai mobilisé deux types de sources. Le premier est « classique », il a consisté à réunir et à croiser les très nombreuses publications (articles et rapports) des deux chercheurs. Ces textes donnent un accès direct à leurs résultats scientifiques, lesquels passent par une nécessaire montée en généralité, liée à la nature même du « faire science », qui détache ces résultats des situations dans lesquelles ils sont produits. Mais Moss et David Western nous offrent d’autres écrits, de type autobiographique, au travers desquels leur réflexibilité s’exprime plus librement. Des récits dont le style est différent, ainsi que les éléments pris en considération. Ton, langage, questionnements, ils ont un caractère nomade. Et s’ils perdent en portée générale et s’engluent parfois dans les anecdotes, ils restituent les processus de production de connaissance dans toute la rugosité de leur texture. Loin du lissage induit par le format des publications scientifiques, ces récits déplient dans le temps, ils « mettent en intrigue » (Veyne, 1978 ; Ricœur, 1985) le travail du chercheur en même temps que ses engagements, ses justifications et ses visions du monde.

4Indiquer ces deux types de sources ne consiste pas seulement à obéir à la règle qui veut que l’auteur d’un article donne à voir son matériel et sa méthode. C’est également affirmer qu’en interrogeant « autrement » ces deux chercheurs (Despret, 1996), j’espère mettre en lumière « autrement » leurs postures de recherche. Montrer que celles-ci sont en fait des « assemblages » d’entités hétérogènes en constante évolution ou en déplacement, des alternances de construction de nouvelles compétences et de situations d’expertise. Et qu’ainsi les trajectoires expertes et les événements d’expertise vont s’entremêler : les premières précèdent les secondes qui s’y incrustent en les transformant. Suivre cet enchevêtrement et les ajustements qu’il suppose, c’est très certainement reconnaître avec Callon et Rip (1992) que l’expertise articule différents « pôles », technico-scientifique, socio-politique, économique et réglementaire. Mais c’est encore prendre le temps de déplier celle-ci dans des histoires singulières. Des histoires écrites par les chercheurs mais dans lesquelles ils se trouvent aussi emportés.

Trajectoires : experts en devenir

L’« écosystème total » de David Western1

  • 1 S’agissant des deux experts, les guillemets comptent particulièrement puisqu’ils mettent en évidenc (...)

5C’est dans une réserve victime de déforestation que débarque David Western à la fin des années 1960, et c’est même pour cette raison qu’il s’y rend (Western, 1997). Il a grandi en Tanzanie où il a développé une vision de l’écologie fondée sur l’idée de « coexistence ». Son projet : étudier la plaine d’Amboseli comme un « écosystème » qu’il veut « total », mélangeant de façon indissociable « les humains et la vie sauvage » (Western, 1997). Il entend ainsi saisir dans un même regard ce que les disciplines scientifiques ont jusque-là tenu séparé. Amboseli, dernière aire protégée du Kenya toujours habitée, est au cœur de nombreux conflits. Après la Seconde Guerre mondiale, les autorités coloniales adoptent des politiques de sédentarisation des tribus masaïs locales, de tradition pastorale et nomade. La densité de bétail augmente rapidement au cours des décennies suivantes (Lindsay, 1987). Or, à partir des années 1950, les scientifiques observent un net recul de la végétation dans la réserve (Western & van Praet, 1973). Entre la dégradation du milieu et la présence des troupeaux masaïs, un parallèle est rapidement établi (Lindsay, 1987). Des voix s’élèvent pour interdire l’accès de la zone aux éleveurs. En représailles, ceux-ci s’en prennent aux animaux sauvages. Western est mandaté pour déterminer scientifiquement les causes de la déforestation observée et pour étudier les paramètres susceptibles de rétablir un équilibre entre activités humaines et vie sauvage.

6Il initie en 1967 un travail de suivi des déplacements des espèces migratrices et des troupeaux masaïs qui se prolongera sur plusieurs décennies (Western, 1997). Des photos aériennes et des observations de terrain lui permettent de diviser le bassin d’Amboseli en zones d’habitat, sur base de la composition spécifique et de la structure des formations végétales. Au sein de ces habitats, il étudie les migrations de 15 espèces de grands mammifères, dont les éléphants, à l’aide notamment de colliers émetteurs (Western & Lindsay, 1984). Des données sont recueillies auprès des Masaïs, dont il gagne l’amitié (il explique dans son livre combien cela a pu s’avérer long et difficile pour un écologue, d’origine occidentale de surcroît). Il découvre le comment de la répartition de leurs troupeaux et leurs critères de sélection des sites de pâturage (Western & Dunne, 1979), il remarque que les bergers sont capables d’expliquer finement les préférences alimentaires de leurs bêtes :

Les Masaïs font preuve d’une perception fine des moindres détails de leur environnement, qu’ils “monitorient” grâce à des indicateurs d’une rare sensibilité, comme la production de lait de leurs vaches ou encore le confort des humains et des animaux. (Western & Dunne, 1979)

7Des cartes de distribution sont réalisées à différentes échelles, pour la faune sauvage ainsi que pour le bétail. Western constate que les Masaïs et la faune suivent des chemins migratoires similaires, en compétition permanente pour les ressources naturelles (Western, 1981). Une compétition qui définit en grande partie un mode de coexistence loin d’être pacifique. Il découvre, au fil de son investigation, que les frontières de la réserve ne coïncident pas avec les limites des domaines de migration des herbivores, qu’ils soient sauvages ou domestiques. À l’époque de la création des premières réserves de faune, à Amboseli comme ailleurs, les explorateurs occidentaux avaient eu le regard attiré par les attroupements exceptionnels d’animaux sauvages concentrés autour des quelques points d’eau en saison sèche. Les limites de ces zones humides sont devenues par la suite les frontières de nombreuses aires protégées, dans une méconnaissance totale des dynamiques migratoires de la faune. Des sanctuaires incapables donc de protéger efficacement les animaux migrateurs tout au long de l’année.

8En 1969, David Western assiste à un meeting scientifique sur la reproduction et la physiologie des mammifères. Richard Laws, zoologue, y évoque les derniers résultats de son étude sur les éléphants du parc Tsavo, victime lui aussi de déforestation. Il explique la mort des arbres par une densité d’éléphants devenue trop importante dans ce qui constitue pour eux un refuge face à une pression de braconnage toujours plus intense (Laws, 1970). La « théorie du surpâturage », se retourne alors contre les éléphants (Western, 1997). Laws préconise pour Tsavo des abattages draconiens, ce qui soulève un tollé de protestations parmi les scientifiques présents. Western, de son côté, réussit à convaincre de la nécessité d’étudier toutes les dynamiques à l’œuvre au sein de l’écosystème avant de prendre de telles mesures à Amboseli. Avec Charles van Praet, jeune forestier belge, il décide de chercher l’explication du côté des premières victimes du phénomène : les arbres. Très vite, ils acquièrent la conviction que les Masaïs ne sont pas responsables de la dégradation du milieu. Ceux-ci ont en effet fortement réduit leurs activités dans la région depuis qu’une série de mesures a été prise pour les en écarter. Les observations de terrain montrent d’ailleurs que les arbres fleurissent autour de leurs campements. Western et van Praet (1973) observent que les éléphants s’en prennent effectivement aux arbres, mais décèlent que de nombreux arbres morts n’ont pas été approchés par eux. Suite à des analyses de sol, ils détectent que selon les saisons et la pluviométrie, la salinité y varie fortement, parfois jusqu’à des seuils intolérables pour les végétaux. Leurs conclusions sont publiées dans la revue Nature : la salinité est la principale cause du dépérissement des arbres dans le bassin d’Amboseli.

9La réunion de 1969 aurait dû être un colloque « ordinaire » à l’écart du monde et des questions de gestion. Dans l’urgence, elle s’est improvisée scène d’expertise. Suite à cela, Western a recentré ses travaux sur les problèmes de déforestation. Pour en arriver à la conclusion qu’il est temps de rendre aux Masaïs le contrôle du territoire et une part des bénéfices économiques liés à la préservation de la biodiversité. Il propose alors un plan qu’il veut rassembleur :

J’ai dessiné l’aire protégée au centre, autour des marais. Une fois les marais protégés, la faune continuera à attirer le tourisme. Pourquoi ne pas appeler ça le “Parc Masaï” ? Faisant des Masaïs plutôt que du gouvernement les responsables ? Ils pourraient récolter les bénéfices du tourisme, leur mode de vie actuel n’étant pas assuré. Tout autour de cette zone, ils pourraient continuer à pratiquer le pastoralisme. De toute façon, 90 % de la zone n’a aucune valeur comme terre agricole. Si on crée des points d’eau supplémentaires, la zone de saison sèche pourrait être étendue, compensant la perte des marais. (Western, 1997)

10Mais ce plan va bouleverser bien plus que les frontières de l’aire protégée. Il est découvert avec enthousiasme par les chercheurs du Centre d’Études pour le Développement de Nairobi, séduits par cet écologue qui s’intéresse à l’humain. Western se laisse convaincre de l’intérêt d’une étude socio-économique complémentaire à sa propre approche, qui conduit à la conclusion que les Masaïs ont tout à gagner à s’impliquer dans la gestion de la faune et du tourisme. L’étude prévoit des compensations pour les Masaïs (approvisionnement en eau via des aqueducs, créations d’écoles et de dispensaires, retombées économiques du tourisme, etc.). En échange, ils se verraient contraints d’éviter une « zone sanctuaire » définie autour des marais, seule source d’eau permanente en saison sèche, si précieuse pour la faune sauvage. Mais rien de tout cela ne convainc les Masaïs, qui s’opposent à toute modification des frontières de leur territoire (Western, 1997). Le gouvernement kenyan décide néanmoins de créer le Parc National d’Amboseli. Des conflits éclatent, les attaques à la lance contre les rhinocéros et les éléphants se multiplient. Afin d’apaiser les tensions et en attendant que l’approvisionnement en eau soit assuré, les Masaïs sont autorisés à aller et venir dans les marais. Western (1982) salue la création du Parc National qu’il voit comme une avancée importante pour les droits des populations locales et un exemple à suivre pour de nombreuses réserves africaines. Selon lui, le pastoralisme ne peut que conduire à une pauvreté persistante, et il faut, de façon parallèle, encourager la mise en culture de certaines terres. La valorisation de la faune sauvage et du tourisme doit coexister avec la reconnaissance de droits fonciers, l’expérimentation d’une agriculture nouvelle. Pourtant, dès le début des années 1980, de nouveaux problèmes apparaissent (Western, 1997). L’approvisionnement en eau est défectueux et les indemnités qui devaient compenser les dégâts causés aux cultures par les animaux sauvages sont réglées de manière irrégulière. Dès 1983-1984, avec l’arrivée d’une nouvelle génération de guerriers masaïs, on observe une recrudescence des attaques sur les éléphants et les rhinocéros, ce qui donne à penser qu’une période sans rites de passage avait pu être confondue avec un « changement de mentalités » chez les Masaï (Lindsay, 1987).

11Entre-temps, Western poursuit ses recherches. Les années 1970 sont marquées par une terrible sécheresse, créant pour lui les conditions d’une interminable saison sèche. Son regard est alors attiré par le rôle particulier des éléphants dans l’écosystème. L’eau devenant rare, une concentration exceptionnelle d’espèces évolue dans les marais, au cœur du Parc National.

12Elles se répartissent les pâtures en fonction de leurs préférences alimentaires. Les éléphants, capables de dévorer les plantes les plus coriaces, poussent le plus loin dans les broussailles, ouvrant le chemin pour les autres herbivores en créant de nouvelles pâtures. La sécheresse met en évidence qu’autant d’espèces peuvent coexister dans un milieu apparemment si pauvre grâce à la spécialisation extrême de leurs niches écologiques (Western, 2002). Western comprend que les éléphants jouent un rôle important dans ce processus. Il se lance dans une compilation de comptages aériens, de transepts et de radiopistage. Et il invite des spécialistes de leur comportement à venir compléter ses propres recherches par une étude rapprochée de la population et ses individus.

La « longue marche » de Cynthia Moss

13Recrutée par David Western, Cynthia Moss entreprend en 1972 le recensement et le suivi des éléphants d’Amboseli. Moss est une scientifique autodidacte. Après des études littéraires aux États-Unis, elle travaille d’abord comme journaliste, jusqu’à ce que, au cours d’un voyage en Tanzanie, elle rencontre lain Douglas Hamilton. Ce scientifique de renom mène alors une étude sur les éléphants du Parc National du Lac Manyara. L’éthologue, séduit par les qualités d’observatrice de l’Américaine, l’engage comme assistante. Pendant les trois années que dure leur collaboration, Moss se forme aux méthodes d’identification et au suivi des animaux. La technique de Douglas Hamilton est basée sur l’observation des oreilles (dont les trous, les entailles, les veines constituent un moyen d’identification aussi précis que les empreintes digitales chez l’humain) ainsi que d’autres traits secondaires (d’éventuelles blessures ou verrues, la taille de la trompe, etc.). Au-delà de ces critères établis, Moss explique comment, avec le temps, elle développe un véritable « coup d’œil » :

Aucun éléphant ne ressemble à un autre, et quand un chercheur commence à observer des éléphants et à essayer de les distinguer, il ou elle se mettra à voir une grande variété de caractéristiques individuelles : taille et forme du corps et des défenses, attitude et façon de se déplacer, etc. On peut reconnaître un éléphant comme on reconnaît un ami de l’autre côté de la rue. (Moss, 1996)

14Le « coup d’œil » est cette forme de « prise », de compréhension du monde, en particulier du vivant, qui se déploie dans le « lâcher-prise ». Il caractérise le regard de certains éthologues, mais aussi de certains éleveurs (Procoli, 2004). L’approche de Moss est éminemment subjective, parce qu’elle passe par l’intelligence des sujets et qu’elle ne peut être directement traduite dans des objets (même si ses observations seront confirmées par des analyses génétiques). Son « coup d’œil » est à la base des travaux qu’elle déploiera durant de longues années. Chaque individu ou presque ayant été identifié et baptisé, la chercheuse détaille ses activités quotidiennes, l’organisation sociale des éléphants, leurs déplacements et leurs comportements reproducteurs.

15Dans sa démarche éthologique, la connaissance fine du comportement de l’espèce en général passe par l’étude des faits et gestes des individus d’une population singulière. Chaque événement, chaque jeu, chaque blessure, mais aussi chaque « témoignage d’intelligence » comptent et sont recensés (Poole & Moss, 2008). Les observations, reportées dans des tableaux et des courbes, expriment la croissance démographique et le sex-ratio de la population (Poole & Moss, 1981). Mais le format scientifique seul ne permet pas de rendre compte de l’intensité des rapports sociaux et de la richesse des comportements qu’elle observe. Comme Western, Moss ressent le besoin de publier le caractère intense et singulier de son travail dans des écrits d’un style plus personnel où elle mobilise ses compétences littéraires et journalistiques. Ce faisant, elle en dit beaucoup sur ses méthodes et sa posture de recherche :

Le 10 juin, alors que je traversais le marais de Longinye en quête d’éléphants, j’aperçus un petit groupe de quatre. Je m’approchai : c’était Tania avec ses deux petits en compagnie de Tilly, la plus jeune fille d’Oreille Déchirée. À ma grande tristesse, Tania était de toute évidence très souffrante. Voici ce que j’écrivis :

1732 – Tania a l’air malade – elle reste plantée à ne rien faire – sa peau semble ridée et le dessus de ses yeux s’est creusé. Elle a au moins deux blessures au côté gauche – l’une près de l’épaule et l’autre très haut derrière l’oreille. Elle poudre et tâte ses blessures. […] Au moment où j’allais partir, Tania s’avança vers ma Land Rover et jusqu’à ma vitre puis elle resta là, soulevant les paupières de temps à autre pour me regarder. J’ignorais ce qu’elle faisait, mais je sentais alors qu’elle cherchait à me communiquer l’étendue de sa douleur. (Moss, 1989)

16Les travaux de Moss débutent en pleine sécheresse, face à laquelle les éléphants font preuve d’une adaptabilité remarquable. Elle observe que dans ces conditions écologiques difficiles, le temps entre deux gestations se trouve allongé et l’âge moyen pour un premier petit est retardé, ces deux phénomènes ayant pour effet de limiter le nombre de naissances. Les éléphants développent également une forme avancée de solidarité, qui leur permet de résister aux coups durs. Les matriarches et femelles expérimentées jouent un rôle crucial en termes de succès reproducteur, en aidant les jeunes mamans à prendre soin de leurs petits. De plus, leur expérience dans la quête de nourriture fait toute la différence en ces temps difficiles (Archie, Moss & Alberts, 2006). Ces observations mettent en évidence un ensemble de paramètres qui garantissent l’équilibre et la durabilité de cette population, mais aussi les éventuelles conséquences d’un braconnage qui vise souvent les individus les plus âgés, pourvus des plus grandes défenses. Le constat de cette adaptabilité pousse Moss à faire preuve d’un grand sens critique par rapport aux résultats de ses propres travaux et de ceux de ses collègues. Elle va jusqu’à remettre en cause la notion de « vérité » lorsqu’il est question de comportement éléphantin, pratiquement insaisissable dans toute son étendue et sa complexité :

Comme je ne cesse de le répéter, au moment où l’on est convaincu que les éléphants agissent d’une certaine façon pour une raison particulière, ils s’arrangent pour faire quelque chose de totalement inattendu et qui va à l’encontre de la théorie émise. (Moss, 1989)

17Pour vivre au plus près des éléphants, en 1975, Moss installe son campement au cœur du Parc National, ce qui lui permet d’élargir la palette de ses connaissances (Moss, 1989). À travers une multitude de nouvelles situations, elle développe une sensibilité accrue et affine son « coup d’œil ». Elle « s’éléphante » (Lestel, 2010) dans un processus d’ouverture à l’animal et à ses comportements. Le retour des bonnes pluies en 1977, et la recrudescence de l’activité sexuelle des éléphants la poussent à étudier le « comportement œstral » des femelles (Moss, 1989). Jusque-là, les chercheurs avaient rarement pu observer les accouplements, ce qui les avait conduits à la conclusion que les éléphants se reproduisaient discrètement, de nuit. Moss explique que son expérience et le caractère inhabituel de certaines attitudes lui permettent d’identifier les indices d’un accouplement imminent et d’en observer alors un très grand nombre : contre toute attente, l’accouplement des éléphants est fréquent et a lieu en plein jour. Elle engage Joyce Poole pour étudier plus spécifiquement les mâles. Elles découvrent ensemble la signification de ce qui passait jusqu’alors pour une horrible maladie les rendant soudain très agressifs. Pour elles, il s’agit d’une forme de rut, déjà décrite chez l’éléphant d’Asie (Poole & Moss, 1981). En 1980, quelques années après le retour des pluies et la recrudescence de l’activité sexuelle, survient un véritable « baby-boom ». C’est l’occasion d’étudier plus finement le comportement des « tout-petits ».

18Cynthia Moss passera des décennies à observer les éléphants d’Amboseli. Pourtant, la longévité du pachyderme est telle que plus de trente années d’observation ne sont pas suffisantes pour suivre l’existence d’un seul individu. D’après ses calculs, l’espérance de vie d’un éléphant d’Afrique dans la nature approche les 65 ans. Ainsi, malgré la longueur de son étude, celle-ci ne pourra jamais être considérée comme « finie ». La chercheuse travaille dans la constance, mais cela ne l’empêche pas de multiplier les collaborations avec des biologistes, des généticiens, et même des psychologues (Archie et al., 2006 ; Archie, Moss & Alberts, 2006 ; Bradshaw et al., 2005 ; Poole & Moss, 1981, 2008 ; Shrader et al., 2006). Des travaux dont les conclusions rendent toujours plus fragile la frontière entre les éléphants et nous.

Des assemblages en devenir

19Au fil des trajectoires des deux protagonistes, on voit se construire deux projets de connaissance, deux « assemblages », s’éloignant des catégories générales ou des paradigmes disciplinaires, mais intégrant des entités fines, particulières et hétérogènes : une carte de répartition des animaux, un savoir masaï ou encore un regard d’éléphant. Des assemblages qui bousculent les concepts et protocoles standards : l’écosystème se fait « total », le protocole d’identification évolue en « coup d’œil ». Le chercheur décide où poser son regard, que prendre en compte, et comment. Mais s’il se fait guide, il est aussi « pris », il fait partie de ce qu’il cherche à assembler. Malgré son idéal de neutralité, il n’est pas surplombant et ne maîtrise pas tout : il est embarqué dans une histoire, confronté à des événements inattendus qui le poussent à bifurquer.

20En suivant le fil d’un projet de recherche, on apprend que celui-ci ne peut être compris que dans sa temporalité, entre temps longs et temps courts. Western, qui cherche à expliquer des phénomènes dans la durée (le fonctionnement d’un écosystème), construit pourtant des séquences de recherche plutôt courtes. Un rythme défini par les méthodes d’enquête et d’expérimentation qu’il choisit en cherchant à mettre en place des solutions rapidement. Moss, de son côté, fonde son travail sur l’accumulation de moments d’observation souvent furtifs et toujours inédits, mais elle est aussi emportée par la longue vie des éléphants. Pour elle, rien ne se clôture jamais vraiment. Elle suit son objet de recherche, quelles que soient les bifurcations qu’il prend.

21Les postures de recherche sont différentes et hybrides : Western navigue entre le terrain comme lieu d’expérimentation, de validation ou de construction d’une problématique (Vinck, 2000) ; Moss se dit elle-même tantôt observatrice, interprète, scientifique, philosophe ou simplement « amoureuse des éléphants ». L’éléphant d’Amboseli n’a pas de mode d’existence idéal (Souriau, 2009), il est saisi dans ces différentes manières de le prendre au sérieux. Et les mots des chercheurs font eux-mêmes partie des assemblages. Ils en disent long sur leur définition de ce dont il est bon de débattre, sur ce qu’il est légitime ou pas de mobiliser comme compétences et comme arguments en tant que scientifique et/ou en tant qu’expert. Des ressources qui ne sont pas « au repos » (Dodier, 1993), mais qui doivent être considérées comme des forces qui collectent, dans des processus dont l’état en un instant résulte de tout ce qui précède. Et chacun de ces instants est en même temps un nouveau point de départ, pointant l’« horizon d’attente » du chercheur en ligne de mire (Dodier, 1993). Le « temps long » compte en tant que tel, et pourtant il n’est aussi « qu’une » succession de moments.

L’expertise, un événement

Amboseli comme un « laboratoire ultime »

22Pendant plusieurs années, les travaux de Moss et de Western cohabitent à Amboseli dans une ambiance amicale. Si leurs questions, leurs styles et leurs méthodes sont radicalement différents, ils disent se considérer comme complémentaires. Il aurait pu en rester ainsi, mais les éléphants d’Amboseli en décident autrement :

Les éléphants étant ce qu’ils sont, à savoir imprévisibles, ils modifièrent leurs déplacements saisonniers. Après le début des bonnes pluies de 1977, ils commencèrent à séjourner de plus en plus à l’intérieur du bassin. […] Cette tendance à rester à l’intérieur du parc et à s’y nourrir toute l’année durant influait évidemment sur la végétation et l’on émit alors l’opinion que les éléphants pourraient devenir un problème pour la préservation des habitats. Pour nous, la vraie question était avant tout de comprendre ce qui avait motivé ce changement dans leurs habitudes. (Moss, 1989)

23L’interruption des migrations ne bouleverse pas outre mesure le travail de Moss et de ses collègues. Au contraire, elle la considère comme une nouvelle preuve de l’adaptabilité remarquable dont ils sont capables et confirme pour elle la menace que représentent les Masaïs, aux yeux des éléphants eux-mêmes :

Le changement le plus évident survenu à Amboseli en 1977 était la disparition des Masaïs et de leurs troupeaux qui avaient du quitter la zone de 250 km2 devenue désormais parc national. […]. Ayant passé des milliers d’heures en compagnie des éléphants d’Amboseli, je sais que ce sont les Masaïs qu’ils redoutent le plus. (Moss, 1989)

24Pour Western, ces événements sont l’occasion d’une bifurcation vers un nouveau type d’expérimentation :

J’ai bricolé avec les éléphants dans l’Amboseli pour montrer que je peux faire passer leur habitat d’une région boisée à la prairie et inversement, et cela en contrôlant la répartition des éléphants. (Western, 2002)

L’expérience était assez simple : une parcelle de 40 km2 entourée d’un fossé de quatre pieds de large, juste assez pour la garder à l’abri des éléphants. En quelques mois, de jeunes acacias se dressèrent là, imposants et en bonne santé, alors que pendant vingt ans ils avaient dépéri. L’expérience a confirmé une fois pour toutes que Charlie et moi avions eu tort de blâmer la salinité. (Western, 1997)

25Cette étude débute en 1981. Elle consiste, dans un premier temps, à tester l’incidence des principaux facteurs susceptibles de contrarier le développement des végétaux. Des parcelles sont ensemencées, la moitié protégée des herbivores, l’autre leur étant libre d’accès. L’ensemble est préservé des ravageurs (à l’aide d’insecticides) et d’éventuelles plantes compétitrices (la zone entourant les jeunes pousses est régulièrement tondue). Dès 1983, les résultats de cette première phase sont considérés comme « hautement concluants » (Western, 1997). Les pousses, protégées des herbivores, se sont joyeusement développées. Une clôture électrifiée placée autour des parcelles, à 2,50 mètres de hauteur, permet ensuite de démontrer que, parmi tous les herbivores sauvages, les éléphants seuls sont responsables de la déforestation. Cette expérience est répétée en divers endroits du parc, imposant à tous l’évidence de cette conclusion : les éléphants, à l’abri au sein du parc national, sont devenus trop nombreux, ils dévorent les arbres.

26Western ne s’intéresse pas qu’au périmètre protégé. Il remarque qu’à l’extérieur du parc, la forêt ne dépérit pas, au contraire, elle empiète sur les autres milieux. Son hypothèse est que les éléphants jouent un rôle d’« espèce-clé » à l’échelle du bassin entier (Western, 1989). En effectuant leurs migrations, ils consomment et piétinent les végétaux, dispersent les graines contenues dans leurs excréments, créent une mosaïque de milieux tantôt boisés, tantôt herbacés. La sédentarisation des pachydermes a mis fin à ce phénomène. Ils ne sont plus là pour freiner le développement des arbres hors du parc et, inversement, empêchent leur croissance au sein de celui-ci. En bref, Western estime qu’il faut forcer les éléphants à reprendre leurs allées et venues. Cette solution suppose la collaboration de Masaïs qui, devenus sédentaires eux aussi, doivent accepter de les voir traverser leurs terres, dont certaines sont maintenant cultivées. Les conditions de la coexistence ont considérablement changé...

27Pour Moss, la relative prospérité des éléphants est fragile et il est inconcevable de les obliger à reprendre leurs migrations contre leur gré, ce qui signifie, au mieux, de les effaroucher. Ils ont, selon elle, « choisi » la sédentarisation pour assurer leur survie. Ce phénomène est considéré comme « naturel » par celle qui définit les éléphants comme des animaux hautement « capables d’adaptabilité ». De nombreux facteurs environnementaux, la sécheresse par exemple, ou humains, la cohabitation avec les Masaïs, affectent les éléphants et il est impossible d’avoir prise sur eux. Elle pense qu’une régulation de la population animale ne pourra manquer d’avoir lieu de façon « spontanée » (Moss, 1989). Pour finir, elle estime que, malgré les résultats accumulés, les connaissances issues des expériences de Western ont une portée trop limitée, dans le temps et dans l’espace, pour permettre de trancher.

28Entre « adaptabilité naturelle » et « désordre », tout est une question d’assemblage. À ce stade, Western et Moss ne peuvent plus se considérer comme complémentaires. Leurs méthodes et leurs questions doivent « faire avec » les surprises qui viennent des Masaïs ou de ces animaux que l’on dit sauvages. Tous sont obligés de résister ou de s’adapter aux agressions faites à leurs territoires, que celles-ci soient locales, qu’elles proviennent des gouvernements ou encore du climat…

Le colloque de Serena Lodge

29Alors que pour les éthologues il n’y a rien à « trancher », un colloque est organisé. Deux journées annoncées comme un débat d’experts sur l’avenir de la biodiversité et des éléphants d’Amboseli. Ce sont aussi deux journées voulues par Western, pour donner à voir ses derniers résultats. Outre les écologues et les spécialistes des éléphants, les participants à cette réunion sont invités par le KWS (Kenya Wildlife Service), dont Western est devenu le directeur. Ce sont des représentants des Masaïs, des journalistes, des élus locaux, des acteurs du tourisme… et une philosophe anglaise proche des Sciences Studies : Thompson (Cussins, 1997). Western s’exprime le premier, cadrant d’emblée le débat autour des questions de déforestation. Il présente ses résultats, démontrant une corrélation entre le déclin de la biodiversité et la densité croissante d’éléphants et il propose d’emblée ses solutions (Cussins, 1997). Moss intervient ensuite dans une argumentation en décalage avec les enjeux soulevés par Western et déjà légitimes aux yeux des autres participants. Elle argumente que chaque année d’étude supplémentaire des éléphants est un « bonus pour la science ». Elle souligne que cette population mérite en outre d’être protégée en raison des droits intrinsèques des animaux sociaux (Cussins, 1997) et que les questions introduites par Western ne doivent pas remettre en cause la nécessité de leur préservation (Thompson, 2002). D’autres experts interviennent en se ralliant aux arguments de l’un ou de l’autre, accentuant la polarisation des points de vue en présence. Suite aux différentes interventions, Western propose une visite de ses parcelles expérimentales, pour que les participants puissent « voir par eux-mêmes » la relation concentration d’éléphants/déforestation. D’après Cussins (1997), Moss cache alors son visage dans ses mains. Elle tente de convaincre les personnes présentes de ne pas prendre part à l’excursion et refuse de monter dans le bus qui les emmène. Au terme de la réunion, Western parvient à un accord avec les Masaïs et les autorités locales pour un nouveau plan de gestion qui doit inciter les éléphants à reprendre leurs migrations.

30Les travaux de Western profitent dans les années qui suivent d’un rayonnement scientifique important en écologie, au sein du courant de la « community-based conservation », et en sociologie des sciences (grâce aux publications de Charis Cussins en anglais et de Bruno Latour en français). De son côté, Cynthia Moss continue ses recherches, s’entourant de plusieurs assistantes d’origine masaï. L’une d’elles, Soila Sayialel, est aujourd’hui en charge de la coordination de ses projets qui comprennent un volet de sensibilisation important. Elle participe aussi à la mise en place d’incitants financiers pour soutenir les Masaïs qui doivent tolérer les déplacements des pachydermes sur leurs terres aujourd’hui cultivées.

La situation particulière prise dans une trajectoire

31La scène d’expertise que j’étudie est singulière, et ce d’autant plus qu’elle est attendue et organisée par l’un des protagonistes, qui s’y trouve donc impliqué à un double titre. Mais on peut penser sans risque de beaucoup se tromper que dans ce genre d’expertise, les situations sont toutes très particulières. Des situations incrustées dans des réseaux d’attachements ou des chaînes de « faire-faire » (Latour, 2000). Western et Moss disent des choses des éléphants, ils leur font faire des choses ou leur en laissent faire d’autres, pendant que les éléphants continuent à « s’appartenir », à maîtriser une partie de leur destin. Et au cours du colloque de Serena Lodge, Western fait faire des choses à sa collègue Cynthia, mais également à ses parcelles d’expérimentation ainsi qu’aux participants. Car il ne s’agissait pas exactement pour ces derniers de les « voir par eux-mêmes ». Dispositifs circonscrits dans l’espace et dans le temps, les parcelles de Western sont outillées par lui pour être vues comme l’expression de dynamiques beaucoup complexes, à l’échelle d’un écosystème tout entier. L’excursion est prise dans le projet du chercheur : tenant compte des effets de ses propositions sur le contexte socio-politique et notamment sur l’avenir des Masaïs, ses énoncés scientifiques visibles et reproductibles à souhait s’avèrent particulièrement robustes en situation de débat public (Rip & Groenewegen, 1989). Son idée de coexistence évolue encore pour intégrer la nécessité d’une négociation et d’une validation locale. Il est le « super‑expert », capable de livrer des réponses attendues et des repères clairs (Trépos, 1996). Face à lui, Moss ne peut ni ne veut rivaliser. Elle joue le jeu de son collègue, et à ce moment précis, elle est « disqualifiée » (Despret, 1996). Elle est ballottée, incapable de montrer à autrui ce qu’elle voit pourtant si bien. Inapte à se montrer experte, « malgré » ou « à cause de » la posture de recherche qui est la sienne.

32Qu’on la qualifie d’expertise d’engagement ou d’expertise participante, la scène qui se déroule à Serena Lodge est tout entière dans l’urgence et la décision à prendre. L’expertise tient dans la conclusion, la politique, mais aussi dans la formulation du problème (Trépos, 1996) et la solution retenue sera seulement bonne à « ce moment-là » et pour « ces personnes-là », conditionnée par les connaissances apportées et la demande exprimée. Une situation que l’on peut considérer d’un autre point de vue comme « indécidable », illustrant une fois encore qu’en matière de biodiversité, la solution définitive et idéale ne sera pas au rendez-vous, de même qu’il n’y a pas non plus d’éléphant idéal, capable d’intégrer toutes les modalités d’existence qui pourraient lui être attribuées.

Conclusion

33Rémy et Estades (2002) ont montré l’activité d’expertise comme le passage de l’exercice ordinaire d’un métier à la réponse à donner dans des situations plus ou moins délicates. Délicate, le mot est bien choisi, non seulement en raison de décisions difficiles à prendre, mais aussi de tous les ajustements nécessaires pour passer du « devenir‑expert » à l’ « événement d’expertise » (Trépos, 1996). La tentation est grande de voir ces deux volets à ce point dissemblables, qu’il serait nécessaire pour les saisir de mobiliser des données et des approches distinctes. Car on ne devient pas expert du jour au lendemain. Il faut envisager le temps long, celui d’un déplacement de compétence ou d’équipement, supplément de savoirs, de savoir-faire, de « savoir‑mobiliser » (Trépos, 2002), autrement dit, l’acquisition d’un « équipement expert » (Trépos, 1996). Le second mouvement semble plus instantané : l’acteur ainsi pourvu est mandaté, il entre dans un processus visant à répondre à une demande, à résoudre un problème urgent. Il mobilise les éléments de son équipement comme un ensemble donné de ressources. La question est alors de savoir si ses propositions seront suffisamment robustes (Callon & Rip, 1992). Bien que l’on devine un lien entre ces deux moments, les études qui s’intéressent à l’un ou à l’autre ne prennent pas en compte les mêmes questions, ni les mêmes temporalités.

34La pragmatique nous invite à restaurer, par la richesse des cas, la complexité de la réalité telle qu’elle se présente à nous, sans passer par le filtre de l’un ou l’autre courant ou grille d’analyse. Le cas n’est plus là pour aider à éclairer un questionnement. En se déployant, c’est lui qui impose ce qui est à prendre en compte pour le décrire. Et le prendre au sérieux, c’est d’abord l’explorer dans la diversité considérable de ses rapports au temps, ainsi que montrer la variété des horizons qu’il engage (Dodier, 1993). Tracer les connaissances et les performances dans des temporalités courtes ou longues, tendues vers un but précis ou bien ouvertes à la découverte, d’où qu’elle vienne. Montrer à travers leurs histoires comment les chercheurs s’accrochent à leurs objets de connaissance, autant qu’à leurs manières de connaître. Des chercheurs qui saisissent et/ou sont saisis dans une multiplicité d’attachements qui se comprend d’autant mieux si on admet avec Dodier (1993) que l’hétérogénéité interne d’une action est la règle (alors que l’homogénéité resterait l’exception). Considérer dans le temps les attachements fins qui se nouent conduit à prendre distance avec les catégories plus générales de « modèles de sciences » et de « valeurs ». Les valeurs, même si on leur reconnaît un caractère clandestin (Wynne, 1997), sont à mon sens trop abstraites, tandis que les « modèles de sciences » identifiés par C. Thompson restent trop loin de ces situations multiformes qui se succèdent, se confortent ou au contraire se contestent mutuellement. L’analyse pragmatique des trajectoires expertes suggère alors qu’il n’est pas pertinent de distinguer radicalement le « devenir expert » et les « événements d’expertise », et qu’il faut bousculer un rapport trop linéaire qui voudrait toujours voir l’apprentissage de la recherche précéder l’expertise. Il faut plutôt examiner comment l’une saisit ou est saisie par l’autre, et réciproquement, et considérer du même coup les composantes hétérogènes qui construisent pas à pas le projet de recherche et les compétences expertes. Avec un tel regard pragmatique, nous refusons de voir la situation d’expertise comme un lieu de validation ultime, résumant la trajectoire du chercheur, mais nous comprenons par ailleurs que le devenir expert ne domine pas l’expertise en prétendant l’expliquer totalement. Ces actions sont concrètes au sens premier de ce terme, c’est-à-dire qu’elles « grandissent » ensemble. Et elles s’entremêlent d’autant plus que nous avons affaire à des travaux de terrain dont les interrogations portent sur des objets impossibles à confiner dans le temps et dans l’espace. Des objets qui sont aussi des sujets, qui se montrent imprévus, désordonnés ou capables d’adaptation. Tous sont vivants.

Je tiens à remercier tout particulièrement ma directrice de thèse, Catherine Mougenot, pour son précieux soutien dans la réalisation de ce projet (et de tant d’autres). Un grand merci également à Kelly Escobar et Yvonne Ditte, pour leur coup de pouce linguistique.

Haut de page

Bibliographie

Archie, E. A., Morrison, T. A., Foley, C. A. H., Moss, C. J. & Alberts, S. C. (2006). Dominance rank relationships among wild female African elephants, Loxodonta africana. Animal Behaviour, 71, 117-127.

Archie, E. A., Moss, C. J. & Alberts, S. C. (2006). The ties that bind: genetic relatedness predicts the fission and fusion of social groups in wild African elephants. Proceedings of the Royal Society B, 273, 513-522.

Barbier, M. & Granjou, C. (2005). Quand l’expertise scientifique construit la précaution : le cas des maladies à prions. Droit et Société, 60, 331-352.

Bradshaw, G. A., Schore, A. N., Brown, J. L., Poole, J. H. & Moss, C. J. (2005). Elephant breakdown. Social trauma: early disruption of attachment can affect the physiology, behaviour and culture of animals and humans over generations. Nature, 433, 807.

Callon, M. & Rip, A. (1992). Humains, non humains : morale d’une coexistence. In J. Theys et B. Kalaora (éd.), La Terre Outragée. Les experts sont formels. Paris : Autrement.

Cussins, C. (1997). Des éléphants dans le magasin de la science. Comment concilier biodiversité, intérêts humains et connaissance scientifique ? La Recherche, 303, 53-56.

Despret, V. (1996). Naissance d’une théorie éthologique. Paris : Synthélabo.

Dodier, N. (1993). Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique. Réseaux, 62, 63-86.

Granjou, C. (2004). Le travail des experts : analyse d’un dispositif d’évaluation des risques alimentaires. Sociologie du travail, 46, 329-345.

Hubert, B. (2002). Le traitement du long terme et de la prospective dans les zones ateliers (suite). Les rapports entre chercheurs et acteurs. Natures Sciences Sociétés, 10(4), 51-62.

Latour, B. (2000), Factures/fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement. In A. Micoud & M. Peroni (éd.), Ce qui nous relie (pp. 189-207). La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube, 189-207.

Laws, R. M. (1970). Elephants as agents of habitat and landscape change. Oikos, 21, 1-15.

Lestel, D. (2010). L’animal est l’avenir de l’homme. Paris : Fayard.

Lindsay, W. K. (1987). Integrating parks and pastoralists: some lessons from Amboseli. In D. Anderson & R. Grove (eds), Conservation in Africa. People, policies and practice. Cambridge: University Press.

Moss, C. J. (1989). La longue marche des éléphants. Treize années avec les grands troupeaux du Kenya. Paris : Robert Laffont.

Moss, C. J. (1996). Getting to know a population. In K. Kangwana (ed.), Studiyng Elephants (pp. 58-74). Nairoby: African Wildlife Fondation.

Poole, J. H. & Moss, C. J. (1981). Musth in the African elephant, Loxodonta africana. Nature, 292, 830-831.

Poole, J. H. & Moss, C. J. (2008). Elephant Sociality and Complexity: The Scientific Evidence. In C. Wemmer & K. Christen (eds), Elephants and Ethics: Toward a morality of Co-existence. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Procoli, A. (2004). Le temps et la construction du regard sur l’animal de rente. Ethnographie des pratiques et récits des éleveurs bretons. Cahiers d’économie et sociologie rurales, 72, 92-113.

Rémy, E. & Estades, J. (2002). Santé et Environnement : des situations d’expertise contrastées. In C. Gilbert (éd.), Risques collectifs et situations de crise : apports de la recherche en sciences humaines et sociales. Paris : L’Harmattan.

Ricoeur, P. (1985) Temps et récit I. L’intrigue et le récit historique. Paris : Le Seuil.

Rip, A. & Groenewegen, P. (1989). Les faits scientifiques à l’épreuve de la politique. In m. Callon (éd.), La science et ses réseaux. Genèse et circulation des faits scientifiques. Paris : La Découverte.

Shrader, A. M., Ferreira, S. M., McElveen, M. E., Lee, P. C., Moss, C. J.& van Aarde, R. J. (2006). Growth and age determination of African savanna elephants. Journal of Zoology, 270, 40-48.

Souriau, E. (2009). Les différents modes d’existence. Paris : Presses Universitaires de France.

Stengers, I. (1999). L’invention des sciences modernes. Paris : Flammarion.

Théry, I. (2005). Expertises de service, de consensus, d’engagement : essai de typologie de la mission d’expertise en sciences sociales. Droit et sociétés, 60, 1, 311-327.

Thompson, C. (2002). When elephants stand for competing philosophies of nature: Amboseli National Parc, Kenya. In J. Law & A. Mol (eds), Complexities (pp. 166-190). Durham, NC: Duke University Press.

Trépos, J.-Y. (1996). La sociologie de l’expertise. Paris : Presses Universitaires de France.

Trépos, J.-Y. (2002). L’expertise comme équipement politique de la société civile. Questions de communication, 2, 7-18.

Veyne, P. (1978). Comment on écrit l’histoire, Paris : Le Seuil.

Vinck, D. (2000). Pratiques de l’interdisciplinarité. Mutations des sciences, de l’industrie et de l’enseignement. Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble.

Western, D. (1981). A challenge for conservation: Human dimensions of the savanna ecosystems. The L.S.B. Leakey Foundation News, 21.

Western, D. (1982). Amboseli National Park: Enlisting landowners to conserve migratory wildlife. Ambio, 11(5), 302-308.

Western, D. (1989). The Ecological Role of Elephants in Africa. Pachyderm, 12, 42-45.

Western, D. (1997). In the Dust of Kilimanjaro. Washington D.C.: Island Press.

Western, D. (2002). La nature comme laboratoire ultime. Cosmopolitiques, 1, 86-105.

Western, D. (2006). A half century of habitat change in Amboseli National Park, Kenya. African Journal of Ecology, 45, 302-310.

Western, D. (2007). The Ecology and Changes of the Amboseli Ecosystem. Recommandations for Planning and Conservation. Nairobi: African Conservation Center.

Western, D. & Dunne, T. (1979). Environnemental aspects of settlement site decisions among pastoral Maasai. Human Ecology, 7(1), 75-97.

Western, D. & Lindsay, W. K. (1984). Seasonal herd dynamics of a savanna elephant population. African Journal of Ecology, 22, 229-244.

Western, D. & Maitumo, D. (2004). Woodland loss and restoration in a savanna park: a 20-year experiment. African Journal of Ecology, 42, 111-112.

Western, D. & Van Praet, C. (1973). Cyclical Changes in the Habitat and Climate of an East African Ecosystem. Nature, 241, 104-106.

Wynne, B. (1997). Controverses indéterminations et contrôle social de la technologie. Leçons du nucléaire et de quelques autres cas au Royaume-Uni, in O. Godart (éd.), Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines, Paris : Éditions Quae.

Haut de page

Notes

1 S’agissant des deux experts, les guillemets comptent particulièrement puisqu’ils mettent en évidence les termes qu’eux-mêmes utilisent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorothée Denayer, « Entre trajectoires et évènements, quand l’expertise s’attache au vivant »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7657

Haut de page

Auteur

Dorothée Denayer

Assistante et doctorante au sein de l’unité SEED (Socio-économie, Environnement et Développement) du Département de Sciences et Gestion de l’Environnement de l’Université de Liège (ULg). Cette biologiste de formation s’intéresse aujourd’hui à la conservation de la biodiversité sous ses aspects concrets, et donc forcément comme un phénomène pétri d’humanité. Ses travaux de thèse se concentrent sur la question des compétences « réelles » des gestionnaires du vivant. Des compétences qu’elle envisage sous leur caractère « situé » et hybride, remettant en cause celles prescrites. La compétence se comprend « en allant », dans le déroulé des trajectoires des acteurs, et elle tend à mélanger l’humain et le non-humain, le vivant, la technique et le social, à brouiller les catégories d’acteurs.

Adresse : DER Sc. et Gestion de l’environnement (Arlon Campus Environnement) Bât. BE-011 Socio-économie, Environnement et Développement, Avenue de Longwy, 185, BE- 6700 Arlon (Belgique).
Courriel : d.denayer[at]ulg.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search