Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1Dossier thématiqueLes conditions de l’articulation ...

Dossier thématique

Les conditions de l’articulation entre recherche et expertise

Le cas des recherches sur la biodiversité
Articulating research and expert activities. Insights from the case of biodiversity studies
Las condiciones de la articulación entre la investigación científica y la pericia. El caso de la investigación sobre la biodiversidad
Céline Granjou, Isabelle Mauz et Michel Daccache

Résumés

L’organisation de l’expertise scientifique à destination politique a donné lieu à toute une littérature normative à la frontière entre sociologie des sciences et sociologie politique. En revanche, rares sont les travaux qui s’attachent à éclairer de manière pragmatique la façon dont les scientifiques s’investissent– ou pas– dans des activités de conseil, de support et d’expertise. À partir de l’exemple du champ de recherches émergent sur la biodiversité, nous entendons ici montrer que l’investissement des chercheurs dans des activités de conseil, support ou expertise à destination des gestionnaires est tout particulièrement lié aux stratégies qu’ils développent, ou pas, pour articuler ces activités avec le reste de leur travail de recherche. Nous nous appuyons ici sur la notion d’articulation telle qu’elle a été développée par Fujimura (1987). Après avoir décrit certaines spécificités des biodiversity studies, nous mettons en lumière deux niveaux conditionnant l’investissement dans l’expertise, le niveau de l’organisation du travail et celui de sa valorisation. Au niveau organisationnel, il s’agit que la réalisation des activités d’expertise puisse être rendue compatible avec la gestion du temps et du personnel de travail ainsi qu’avec l’organisation logistique des investigations empiriques ; au niveau de la valorisation du travail, il s’agit qu’elles puissent s’accompagner de la possibilité de valoriser des résultats par la publication. Ces résultats permettent de nuancer l’idée que les convictions personnelles ou l’ancienneté au sens strict sont les paramètres essentiels de l’investissement des chercheurs dans l’expertise et soulignent le poids des logiques organisationnelles et des impératifs professionnels du monde académique.

Haut de page

Texte intégral

1L’organisation de l’expertise scientifique à destination politique a donné lieu à toute une littérature normative à la frontière entre sociologie des sciences et sociologie politique (Millstone & Zwanenberg, 2000 ; voir aussi le débat suscité par l’article de Collins & Evans, 2002 dans Social Studies of Science). En revanche, rares sont les travaux qui s’attachent à éclairer de manière pragmatique la façon dont les scientifiques s’investissent – ou pas – dans des activités de conseil, de support et d’expertise, et la manière dont ces activités s’articulent avec le reste de leur travail de recherche. Du côté des sciences politiques, le rôle des chercheurs intervenant comme experts dans le formatage des cadres de l’action publique a été pointé à travers la notion de « communauté épistémique » (Haas, 1989 ; Meyer & Molyneux-Hodgson, 2011) mais sans questionner le fonctionnement de ces communautés du point de vue des logiques professionnelles et des impératifs du champ scientifique lui-même. Notre objectif ici est de partir des points de vue des chercheurs eux‑mêmes sur leurs activités d’expertise afin d’éclairer les conditions de leur investissement dans de telles activités. Il s’agit donc d’apporter un regard pragmatique sur la manière dont nombre de chercheurs développent – de façon plus ou moins importante – des activités de conseil, de support et d’expertise à destination de gestionnaires, décideurs ou autres parties prenantes. En effet, si le choix du chercheur de s’investir, ou pas, à un moment donné dans une activité d’expertise tient à certains facteurs individuels (convictions personnelles) et à d’autres déterminants (type de sollicitation, existence d’une rétribution ou d’une compensation financière…), nous entendons souligner que cet investissement est aussi étroitement lié à la capacité du chercheur à articuler l’expertise au reste de son travail de recherche.

  • 1 On utilise ici la notion de pertinence sociale dans un sens large, comme le fait d’être en prise av (...)
  • 2 La Conférence de Rio en 1992 ayant impulsé la production d’objectifs et de plans au niveau de chaqu (...)

2La question de la biodiversité constitue un cas d’étude privilégié pour cette réflexion. Les biodiversity studies sont en effet un champ de recherches émergent où s’expriment particulièrement bien certaines transformations des politiques scientifiques et des modes de financement de la recherche focalisés par une demande croissante de « pertinence sociale »1. Dans le cas de la biodiversité, la constitution de la conservation de la biodiversité en objectif d’action publique depuis les années 19902 s’est accompagnée d’un besoin de conseils et de support scientifique de la part du gouvernement comme de nombreux gestionnaires. La question de savoir comment réunir l’expertise nécessaire et comment dialoguer avec les chercheurs en écologie a récemment donné lieu à la rédaction d’un rapport sur l’organisation française en matière d’expertise sur la biodiversité, coordonné par l’écologue Yvon le Maho (Le Maho & Bouchet, 2011) pour le ministère de l’Écologie.

  • 3 La notion de « travail d’articulation » dans un sens plus large est développée par Anselm Strauss ( (...)
  • 4 “Articulating consists in creating strategies by which researchers juggle, balance and meet multipl (...)

3Nous défendrons l’idée que l’investissement des chercheurs dans des activités de conseil, support ou expertise à destination des gestionnaires est tout particulièrement lié aux stratégies qu’ils sont en mesure de développer pour articuler ces activités avec le reste de leur travail de recherche. Nous nous appuyons ici sur la notion d’articulation3 telle qu’elle a été développée par Fujimura (1987) pour pointer les différentes formes de bricolage (tinkering) accomplies par les chercheurs afin de construire des problèmes de recherche qui satisfassent différents ordres de contraintes – celui du travail expérimental, celui de l’organisation du laboratoire et celui du monde social qui inclut les collègues ou les hiérarchies plus à distance et les financeurs4. La notion d’articulation a été ensuite développée pour souligner l’absence de déterminisme conceptuel dans la construction des problèmes de recherche et le fait que ceux‑ci sont construits de manière progressive et partiellement contingente par les scientifiques (Griesemer, 1992).

  • 5 Respectivement : Centre national de recherche scientifique ; Institut national de recherche agronom (...)
  • 6 Agence nationale de la recherche, Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieu (...)

4Nous avons mené une enquête exploratoire par entretiens auprès d’environ trente chercheurs travaillant dans le champ de la biodiversité et représentant des spécialités diverses ainsi que différentes appartenances institutionnelles (universités et grands instituts de recherche : Cnrs, Cemagref, Inra5), complétés par l’exploration des pages web de présentation des individus et des équipes, la lecture d’articles scientifiques, ainsi que par des entretiens avec certains de leurs interlocuteurs gestionnaires d’espaces naturels. Les scientifiques rencontrés sont des chercheurs en poste, pour la majorité d’entre eux directeurs de recherches ou professeurs en charge de la direction d’UMR (Unités mixtes de recherches), de département ou d’équipe – même si nous avons également rencontré quelques jeunes chercheurs et quelques chercheurs retraités. L’enquête a donc permis de reconstruire les trajectoires professionnelles des chercheurs ainsi que leur vécu, et d’interroger plus particulièrement les individus sur leurs activités d’expertise. À cette occasion, nous avons parfois été amenés à préciser que nous entendions par là leur participation à des comités d’experts ou à des études commanditées par des décideurs et des gestionnaires – alors que certains évoquaient spontanément plutôt des activités d’évaluation scientifique pour l’ANR ou l’AERES6. Il ne s’agit pas ici de présumer que les activités académiques et les activités d’expertise sont toujours clairement différenciables l’une de l’autre, et encore moins de prétendre qu’elles sont de nature essentiellement différente, mais de nous appuyer sur une définition pragmatique (liée à la destination et au type de public visés par l’activité scientifique) et heuristique. La délimitation des activités que nous avons incluses dans la catégorie d’expertise s’appuie notamment sur la définition de l’expertise proposée par Philippe Roqueplo (1996), pour qui c’est le contexte d’énonciation qui différencie l’activité d’expertise de l’activité académique.

5Après avoir pointé les raisons pour lesquelles les activités d’expertise sont aujourd’hui devenues plus légitimes pour les chercheurs qu’elles ne pouvaient l’être il y a quelques décennies, en particulier dans le domaine de la biodiversité, nous suggérons que l’investissement dans ce type d’activités dépend de la possibilité d’articuler ces activités au reste du travail de recherche à deux niveaux : sur le plan de l’organisation du travail et sur celui de sa valorisation. Au niveau de l’organisation du travail, il s’agit que la réalisation des activités d’expertise puisse être rendue compatible avec la gestion du temps et du personnel de travail ainsi qu’avec l’organisation logistique des investigations empiriques ; au niveau de la valorisation du travail, il s’agit qu’elles puissent s’accompagner, au moins dans une certaine mesure, de la possibilité de publier dans des revues scientifiques reconnues. C’est en effet de la valorisation académique que dépendent la reconnaissance par les pairs ainsi que le passage des grades en interne à la carrière de chercheur, même si la participation à des activités d’expertise peut contribuer à d’autres formes de reconnaissance du travail de recherche – relations liées avec des personnalités politiques par exemple. Or, si la condition d’ancienneté et de reconnaissance déjà acquise dans le monde académique a souvent été mobilisée pour expliquer que les chercheurs seniors s’investissent plus souvent dans des activités d’expertise que les jeunes chercheurs, il s’agit ici d’une part d’approfondir cette idée en mettant au jour les conditions dans lesquelles le chercheur pourra simultanément répondre à une demande d’expertise et espérer une publication, et d’autre part de souligner l’importance d’un autre registre de conditions, celui de l’organisation même du travail au niveau de l’individu, de son équipe et aussi de l’accès au terrain.

Les biodiversity studies et la montée des activités d’expertise

6Revenons d’abord brièvement sur la constitution d’un champ de recherches sur la biodiversité : il ne s’agit pas ici de faire l’historique de la constitution d’une communauté autour de la biodiversité, ce qui renverrait à un travail socio‑historique à part entière, mais de pointer et de comprendre l’existence de demandes et/ou d’incitations à faire de l’expertise qui s’expriment pour les chercheurs sur les questions de biodiversité.

Entre champ de recherches émergent et domaine d’action publique

7Les biodiversity studies constituent un champ émergent qui regroupe des spécialités et des cultures épistémiques très diverses (Loreau, 2010) : “Biodiversity science […] is interdisciplinary by nature. It is a science that arises from the need to provide broader perspectives on issues of societal relevance that cannot be addressed by traditional scientific disciplines in isolation” (Loreau, 2010, p. 7). Comme suggéré par ce chercheur, l’émergence de ce champ de recherches est toutefois inséparable du déploiement simultané d’un domaine d’action publique. Cette situation crée une interpellation inédite pour les chercheurs de fournir des connaissances utiles pour la gestion, qui rencontre par ailleurs un certain nombre de transformations du monde de la recherche.

8Mullins (1972) décrit plusieurs stades successifs dans le mouvement d’institutionnalisation d’une communauté scientifique, allant de la phase paradigmatique (liens informels entre chercheurs), à la phase dogmatique (réseau de communication formalisée et de co-publication), puis à la phase académique (mise en place de revues et d’enseignements). Si l’on retient cette typologie comme première grille de lecture, les biodiversity studies se situent dans la phase dogmatique, marquée notamment par un début d’institutionnalisation avec la création ou le changement de nom de laboratoires, de revues, de stations de recherche et même d’un master parisien (Écologie Évolution Biodiversité) autour du thème de la biodiversité. Cette institutionnalisation est promue depuis les années 1990 par l’existence de financements publics dédiés aux recherches sur la biodiversité (appels à projets dépendant des Programmes environnement du Cnrs comme le programme national de recherche « Dynamique de la biodiversité et environnement » lancé en 1993, appels à projets Écologie et Gestion du Patrimoine Naturel du ministère de l’Environnement). L’IFB (Institut français de la biodiversité), groupement d’intérêt scientifique créé en 2000, a consolidé et pérennisé les programmes précédemment mis en place (Barbault, 1993 ; Jollivet, 2004). Sa première mission a été de préparer la rédaction de la Stratégie nationale pour la biodiversité (parue en 2004). La fusion de l’IFB avec le Bureau des Ressources Génétiques dans la nouvelle Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) en 2008 pérennise et institutionnalise la thématique.

  • 7 Sur la montée de la demande d’expertise sur la biodiversité voir (Le Maho & Bouchet, 2011).
  • 8 L’IPBES, dont la création a été officiellement décidée fin 2010 sous la houlette du Programme des N (...)

9La promotion et l’institutionnalisation d’un champ de recherches sur la biodiversité en France sont donc liées au déploiement d’un nouveau domaine d’action publique dédié à la gestion de la biodiversité – et non plus uniquement à la protection de la nature entendue au sens strict des espèces et des espaces menacés (Blandin, 2009) : l’investissement précoce du ministère de l’Environnement, les missions de l’IFB puis de la FRB en termes d’aide à la rédaction de la Stratégie nationale sur la biodiversité, montrent que l’émergence des biodiversity studies est, en partie, liée à la montée en puissance d’une demande de capacités d’expertise pour contribuer à la gestion publique de la biodiversité7. Ainsi, la création d’une politique de la biodiversité ne déroge pas à une dynamique analysée par ailleurs, selon laquelle le déploiement de politiques environnementales crée une forte demande d’expertise scientifique (Lascoumes, 1994 ; Granjou & Mauz, 2007 ; Ollitrault, 2008). Le contexte national répond également à une demande d’expertise scientifique qui s’exprime au niveau international : la FRB a initié un travail de cartographie des équipes et chercheurs travaillant sur la biodiversité afin de disposer d’une liste des capacités d’expertise nationales pour être en mesure de participer aux futurs travaux d’évaluation internationale dans le cadre de l’IPBES (Intergovernmental Platform on Biodiversity and Ecosystem Services)8.

L’expertise : un nouveau débouché pour la recherche ?

  • 9 Avec par exemple la revue Conservation Biology créée dès 1987 (puis d’autres revues comme Journal f (...)

10Mais au-delà de ces éléments propres à l’institutionnalisation de la biodiversité, où se jouent à la fois la constitution d’un champ de recherches et le renouvellement d’un domaine d’action publique, d’autres tendances lourdes plus générales au monde de la recherche concourent à rendre légitime, voire nécessaire, l’investissement des chercheurs en sciences de l’environnement dans des activités de conseil, de support ou d’expertise destinées aux pouvoirs publics et aux gestionnaires. Il s’agit d’abord de la réaffirmation d’une demande de pertinence sociale faite à la recherche – qui s’exprime, paradoxalement, en même temps qu’une exigence également réaffirmée d’excellence académique (Kleinman & Vallas, 2001 ; Tétart & Torny, 2009 ; Hessels et al., 2009). Hessels et al. (2009) ont montré combien cette exigence était cependant loin d’être inédite et valait pour toutes les disciplines mais en revêtant des expressions différentes : éclairage de la décision publique pour des sciences comme les sciences de l’environnement, application technologique pour une discipline comme la chimie, développement culturel pour les disciplines plus littéraires. Dans le cas des sciences de l’environnement, la biologie de la conservation, dans les années 1980 aux États-Unis et au début des années 2000 en France9, illustre la rentrée en grâce des perspectives de conservation de la nature dans la recherche académique, qui tendait jusqu’alors à exclure de telles perspectives au nom d’un idéal de scientificité pure.

11Mais ce sont aussi les modes de financement des recherches qui se transforment aujourd’hui. On pense à la montée d’un fonctionnement par projets de recherches, où les partenariats avec des acteurs non académiques sont parfois très appréciés – ils sont alors interprétés comme un indice de l’adéquation avec le critère de pertinence sociale. Certains programmes de l’Agence nationale de la recherche par exemple privilégient de tels partenariats, au point que certains gestionnaires témoignent d’une multiplication des sollicitations par les chercheurs pour qu’ils participent au montage de projets ANR, et pointent un risque de saturation de leur part :

  • 10 Cet aspect est développé dans Granjou et Mauz (2011).

On a déjà eu le coup avec des Anr, on a répondu à je ne sais pas combien d’Anr donc là on est sollicité nous, parce qu’il faut une accroche territoriale. Un espace protégé c’est un plus dans les Anr, apparemment. Donc on a eu beaucoup de sollicitations, on a dû répondre à, je ne sais plus, cinq six peut-être sept bon ben y en a qu’un qui a abouti…10

12Enfin, on pense aussi à la baisse générale des dotations internes des laboratoires qui incitent les chercheurs à passer des conventions avec des acteurs publics et privés – collectivités locales, administrations comme les Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), l’Office national des forêts ou l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, parcs nationaux ou régionaux, conservatoires… Cette évolution induit par ailleurs une convergence accrue entre les activités de laboratoires dits fondamentaux et celles d’équipes de recherche considérées comme plus finalisées.

13Sans entrer dans le débat déjà ancien sur la montée d’un pilotage de la recherche par le contexte et la demande (Nowotny et al., 2001), il s’agit ici simplement de souligner que le fait d’entretenir des liens avec le monde de « l’opérationnel » et de la gestion est devenu aujourd’hui beaucoup plus légitime, voire valorisé, que ce n’était le cas dans les années 1970 où la recherche était davantage dominée par des revendications d’autonomie vis-à-vis des préoccupations « non scientifiques » (Louvel, 2011).

Recherche et expertise : une articulation sous contraintes

  • 11 L’expertise collective coordonnée par l’Inra sur le thème « Agriculture et biodiversité » dont il s (...)

14Dans ce contexte renouvelé, notre enquête montre que la nature et l’ampleur des investissements des chercheurs dans les activités de conseil, de support et d’expertise restent pour autant très variables. Les témoignages sur le vécu de ce type d’activités sont extrêmement contrastés pour un même travail d’expertise11, entre des individus qui ont « trouvé ça très intéressant » ou ont été « enthousiasmé[s] », et d’autres pour qui cela a très clairement été un « cauchemar ». Nous montrerons ici combien l’investissement dans de telles activités a à voir avec la possibilité plus ou moins grande pour le chercheur d’articuler ces activités avec le reste de ses activités scientifiques, en pointant deux niveaux de conditions pour que cette articulation puisse se faire : sur le plan de l’organisation du travail, il s’agit que la réalisation des activités de conseil, de support ou d’expertise puisse être rendue compatible avec la gestion du temps et du personnel de travail, ainsi qu’avec l’organisation logistique des investigations empiriques ; sur le plan de la valorisation du travail, il s’agit qu’elles puissent s’accompagner, au moins dans une certaine mesure, de la possibilité de publier des résultats. Or ces deux niveaux de condition ne jouent pas de la même manière selon les activités d’expertise déployées.

Des vécus contrastés

15Les activités d’expertise ne concernent pas tous les chercheurs rencontrés et peuvent, lorsqu’elles existent, constituer une part plus ou moins importante de leur travail. Nous développerons d’abord les exemples de deux chercheurs caractérisés par des investissements contrastés.

16Dans notre échantillon, l’un des chercheurs les plus investis dans une posture d’appui et de réponse aux gestionnaires est un écologue d’une cinquantaine d’années travaillant au CNRS sur des questions de connectivité écologique :

Pour moi, ça [l’orientation vers la gestion les activités d’expertise] a pris beaucoup d’importance. […] Et c’est vraiment… une recherche même impliquée, pas juste appliquée ou on fournit des résultats dans un rapport et… on laisse, et on parle d’autre chose. On essaie de suivre, évaluer et… et aller plus loin.

17Il mène des travaux dans le cadre de conventions de financement avec de nombreux gestionnaires, parcs, DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), Conseils généraux et régionaux, aménageurs privés. Il fait également partie de plusieurs commissions scientifiques, dans le cadre d’un conservatoire botanique national, d’un Parc naturel régional, d’un Conseil scientifique régional de protection de la nature (CSRPN), ainsi que du comité français de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Fréquemment sollicité pour contribuer à l’élaboration de chartes ou de procédures de gestion d’espaces sensibles, il explique que la réponse à ces sollicitations passe par une organisation du travail liée à l’encadrement de stages de master ou à la délégation à un ingénieur de recherches :

Par exemple, le Conseil Général souhaite identifier ce que peut être son rôle dans la mise en place de la trame bleue. Donc… je prépare un sujet de master là-dessus et on le mène sur… sur une année. C’est un exemple, mais il y en a… je peux vous donner une dizaine d’exemples de ce genre de choses où… Ou la DREAL, voilà, maintenant ce que… la DREAL a maintenant besoin de… d’élaborer son schéma régional de cohérence écologique et stratégie de création d’aires protégées. Donc, j’ai fourni deux demandes de subvention pour travailler là‑dessus avec eux. J’embauche… mon ingénieur de recherche va travailler là-dessus avec moi et fournir des propositions de méthodologies pour le faire.

18Pour lui, ces activités sont liées à un engagement personnel au service de la gestion de la biodiversité mais aussi, comme la citation précédente le suggère, à la possibilité d’articuler la réponse aux sollicitations des gestionnaires avec la gestion de l’équipe qu’il coordonne : la réalisation concrète des travaux est en effet confiée à des stagiaires qu’il encadre ou à un ingénieur de recherches avec qui il collabore. Par ailleurs, elles ouvrent relativement aisément sur la possibilité d’en tirer des publications scientifiques :

Ça s’articule assez bien. Il est clair que je passe beaucoup de temps là-dessus, donc je ne passe pas autant de temps à rédiger des publications mais bon, si on réfléchit correctement… […] En tant que scientifique, on a toujours des questionnements scientifiques, donc on doit toujours pouvoir le publier, tout en infléchissant la manière de le faire pour que ça puisse avoir une valeur ajoutée pour les gestionnaires.

19Un autre écologue âgé de moins de quarante ans, travaillant au Cemagref et spécialiste des questions d’hétérogénéité spatiale de la végétation, estime à l’inverse que répondre aux questionnements des gestionnaires est loin d’aller de soi. Au moment où nous écrivons, il est membre du conseil scientifique d’une réserve et mène un projet sur financement de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Pourtant, il estime que l’articulation entre les demandes des gestionnaires et la valorisation scientifique à destination des pairs relève du « grand écart » sinon de la « schizophrénie » :

C’est caractéristique du grand écart qu’on nous demande […] : c’est d’être à la fois performant sur l’aspect scientifique et publications, et… et à la fois répondre à une démarche vraiment de réponses à des questions d’acteurs du terrain.

20Pour lui, satisfaire les questions des gestionnaires exige de repenser a posteriori des dispositifs expérimentaux conçus dans une logique initiale de questionnement scientifique académique, par exemple en ajoutant des dimensions éventuellement assez lourdes à un protocole d’observation ou d’expérimentation :

Ce qu’on essaie de faire parce que c’est notre culture [universitaire], c’est d’essayer de transformer ces études un peu fondamentales, académiques pour en retirer des éléments ensuite pour le… pour les éleveurs et les gestionnaires, mais ce n’est pas forcément quelque chose qu’on fait naturellement.

21Et si ces dimensions expérimentales ajoutées expressément pour répondre aux interrogations des gestionnaires sont jugées intéressantes ou du moins légitimes au sens où le projet est financé par le gestionnaire, le chercheur estime qu’il ne sera en revanche pas possible de les valoriser dans un article scientifique :

Ce n’est pas forcément sans intérêt, mais en tout cas, c’est difficilement valorisable. Et je pense même d’ailleurs que sur l’article qu’on va préparer là sur les premiers résultats qu’on a, c’est des éléments qu’on n’intègrera pas dedans. Mais qui, par contre, sont dans le rapport destiné au programme… au programme financeur.

22Il explique que l’un des obstacles à la valorisation académique des résultats tient notamment à la difficulté de parvenir à une validité statistique suffisante des expérimentations et observations menées sur les territoires gérés ou exploités par les gestionnaires. Les critères de publication des revues en écologie demandent en effet de réaliser un grand nombre de « réplicats » dans des conditions contrôlées, ce que le travail in situ permet difficilement, surtout quand les paramètres qu’il faut faire varier sont liées à des pratiques humaines (type d’agriculture ou d’élevage) qui restent modérément contrôlables (Henke, 2000) :

Même quand les gens disent “on a planté un certain nombre de parcelles sur une zone homogène, etc.”… quand on fait des mesures fines, on voit toujours des différences. Il y a toujours des gradients, etc. Or nos communautés [végétales], elles réagissent très facilement à ça. […] Il y a la maîtrise également du niveau de pâturage qui n’est pas toujours évidente hein… quand la variable est “ah le mec, il passe… il passe deux fois par an… il y a son troupeau qui traverse la zone”, par exemple. Ben quand c’est ce type-là d’information qu’on a sur l’intensité du pâturage, ça peut parfois être un petit peu faible par rapport à ce qu’on aimerait nous avoir comme variable d’entrée. (un autre écologue)

23C’est pourtant les résultats obtenus sur les territoires qu’ils gèrent ou qu’ils exploitent qui intéressent au premier chef les gestionnaires, peu soucieux pour beaucoup des études réalisées dans des contextes différents : les témoignes que nous avons pu recueillir sur ce point de la part de gestionnaires sont concordants avec le travail de Henke (2000, pp. 489-490).

24À partir de ces deux exemples contrastés – et même si cela n’est peut-être plus étonnant à l’heure où les organismes de recherches convergent de plus en plus dans leurs politiques (Tétart & Torny, 2009) – il reste intéressant de noter que le chercheur du Cemagref est moins orienté vers l’aide à la gestion que le chercheur du Cnrs. Si ce résultat ne vaut ici que pour les deux exemples traités, il reste intéressant car contre-intuitif eu égard aux historiques des deux instituts en question – le Cnrs ayant été d’emblée dédié à la recherche fondamentale dès sa création en 1939, alors que le Cemagref, après avoir été un centre reconnu d’expertise et d’appui technique, a acquis le statut d’Établissement public à caractère scientifique et technique (EPST) en 1985 (il continue par ailleurs de revendiquer la spécificité de mener de front recherche académique d’excellence et activités d’appui technique et d’expertise).

25Par ailleurs, au-delà de la question de l’ancienneté des chercheurs, ces deux exemples suggèrent aussi l’existence de stratégies professionnelles pour organiser le travail (délégation du travail à un stagiaire ou un assistant de recherches, partage du temps de travail) et le valoriser (infléchir un travail pour qu’il puisse être valorisé à la fois pour les gestionnaires et par une publication) qui conditionnent l’investissement dans les activités d’expertise et le vécu que les chercheurs en ont. L’ensemble des entretiens menés permet de préciser comment les chercheurs articulent, le cas échéant, leurs activités d’expertise avec le reste de leur travail de recherche sur les deux plans de l’organisation et de la valorisation.

Articuler recherche et expertise : la contrainte organisationnelle

  • 12 Sur la validité plus générale de ces deux styles d’expertise, qui correspondent en fait à deux épis (...)

26La contrainte organisationnelle ne s’exprime pas de la même manière selon le type d’activités d’expertise qui est déployé. Dans certains cas, le chercheur se fonde sur l’expérience et la connaissance qu’il a accumulées – sans travail de terrain spécifique – alors que, dans d’autres cas, il met en place un dispositif expérimental ad hoc ou le modifie expressément pour obtenir des réponses aux demandes des gestionnaires12.

27Lorsqu’aucun travail empirique spécifique n’est mené, la contrainte que les chercheurs soulignent sur un plan organisationnel est surtout celle de la gestion du temps. Il s’agit d’abord du temps passé à siéger dans un comité et à examiner des dossiers, ou encore à rédiger des rapports (avec des contraintes éventuellement spécifiques de rédaction et de lisibilité) et à exposer des résultats devant les publics concernés. Un chercheur explique ainsi :

- Et ça signifie quoi comme travail ? Je veux dire comme travail concret ?
- Ah ! Bien, des... des réunions en groupe de travail, et après des rapports. Et après, finalement, des exposés devant des... des autorités politiques, ça peut être la région, le Conseil Régional… au ministère de l’Agriculture, ce genre de choses, voilà. Quitte à aller jusqu’à des assemblées plus larges, des... comment ça s’appelle, des assemblées de sylviculteurs, où on nous demande notre avis sur tel ou tel sujet.

28L’expertise peut devenir encore plus chronophage quand les chercheurs s’engagent dans des travaux de revue de littérature, comme dans le cas de l’Expertise scientifique collective de l’Inra « Agriculture et biodiversité ». Plusieurs chercheurs concernés ont souligné que le temps passé à l’identification et la lecture de papiers, articles publiés ou littérature grise, avait été nettement supérieur à ce qu’ils escomptaient en s’engageant dans ce travail :

  • 13 L’entretien a été effectué en avril.
  • 14 Dans le même sens, un autre participant souligne la masse de papiers qu’il a fallu trier et consult (...)

C’est… avec un travail énorme… Personne ne s’attendait à travailler autant. Et donc, ben on s’est fait un peu prendre les uns, les autres à différents degrés. Enfin moi en gros, ça fait depuis le mois d’août que je travaille13… C’est tout mon temps de recherche qui passe pratiquement là-dessus. Enfin à part mes étudiants, mais… Donc, c’est énorme.14

  • 15 Vaste état de l’art sur les écosystèmes planétaires qui s’est déroulé de 2001 à 2005 et a mobilisé (...)

29Un chercheur a finalement refusé de participer au Millenium Ecosystem Assessment15 – dont les réunions se passent à l’étranger – parce que « c’était vraiment trop ».

30Cette gestion du temps s’exprime au niveau individuel et au niveau collectif de l’équipe d’insertion. Un participant à l’expertise « Agriculture et biodiversité » conclut de son expérience que, pour le futur, il conviendrait de prévoir une compensation à ce temps passé dans l’expertise et perdu au niveau de l’animation du collectif de travail, par exemple sous la forme de l’embauche de personnel temporaire :

Pas une décharge [de travail] mais disons que ce [l’expertise] soit intégré. Parce que si vous voulez moi j’ai l’impression que moi ce que j’ai fait pendant un an et demi c’est que j’ai lu des articles, j’ai rédigé des choses, j’ai fait des choses comme ça mais moi mon équipe n’en a absolument pas profité… et je pense que ça d’une façon ou d’une autre il faut qu’il y ait une compensation au niveau de l’équipe […] en contrepartie il y a un financement pour son équipe, ou prendre quelqu’un ou voilà quoi. Et ça à mon avis c’est essentiel pour qu’il y ait une véritable mobilisation des scientifiques vers l’expertise.

31Dans le cas où les activités de conseil et d’expertise demandent un travail empirique spécifique, la gestion du temps peut se résoudre en déléguant ce travail empirique à un stagiaire ou à du personnel assistant les chercheurs. Mais dans un tel cas, l’investissement dans l’expertise peut aussi en retour ouvrir une opportunité logistique : elle peut permettre d’accéder à des terrains particulièrement bien adaptés pour mener certains travaux expérimentaux ou certaines observations. Une contrainte forte de l’activité des chercheurs sur la biodiversité est en effet liée au fait de devoir travailler « en plein air », dans des milieux dont la maîtrise leur échappe donc en grande partie, à l’inverse du microcosme du laboratoire. Le climat, les difficultés d’accès aux sites ainsi que la nécessité d’établir des bonnes relations avec leurs usagers et exploitants éventuels (agriculteurs notamment) peuvent rendre le travail des chercheurs particulièrement difficile. Un partenariat, formalisé dans une convention qui prévoit des formes de restitution ou la formulation de recommandations, peut alors constituer une occasion non négligeable pour les chercheurs d’accéder au terrain et d’y développer leurs protocoles dans de bonnes conditions.

Articuler recherche et expertise : la contrainte de la valorisation du travail

  • 16 Un expert de l’Uicn confirme ce fait : « [Faire partie d’un groupe de spécialistes de l’Uicn] ne m‘ (...)

32Il ne suffit pas ici de noter que la participation même à des comités, des rapports ou des études commanditées par des gestionnaires est très peu valorisée en termes de reconnaissance par les pairs et d’avancée dans la carrière académique16. Et il ne suffit pas d’en déduire que l’ancienneté décharge en partie les chercheurs de la course à la reconnaissance et rend plus aisé l’investissement dans l’expertise. L’enquête montre que des chercheurs fortement investis dans des activités d’expertise continuent de publier dans des revues scientifiques de rang A, en s’arrangeant pour mener les deux types d’activité de front.

33Là encore, les stratégies développées sont différentes en fonction des types d’activités d’expertise. Lorsqu’aucun travail ad hoc n’est mené, le chercheur s’appuie en général sur des résultats qui ont déjà été développés et valorisés suivant une logique académique. Un écologue spécialiste de la diversité génétique forestière explique par exemple livrer des « diagnostics » fondés sur les connaissances et l’expérience acquises par lui‑même ou son équipe :

[Nous nous fondons] sur notre connaissance à la fois des espèces concernées, là... et puis sur notre connaissance un peu des... des mécanismes de la manière dont fonctionnent les forêts, etc. et puis de ce qu’on peut dire. Des fois, on ne peut pas dire grand‑chose. Par contre, des fois, on a suffisamment d’éléments pour donner des recommandations.

34En revanche, les chercheurs qui ont investi du temps dans une étude ad hoc ou même dans une revue de littérature comme dans le cas de l’expertise « Agriculture et biodiversité » s’efforcent en général de pouvoir publier une partie au moins de ces travaux :

Heureusement on arrivera, je pense, à être publié.

  • 17 Voir ce témoignage : « Pour moi, ça a été une sacrée expérience, vraiment très très intéressante en (...)

35Ce qui ne signifie pas que les chercheurs ne mesurent l’apport du temps passé à l’expertise que sous l’angle du nombre de publications de rang A adossées à cet investissement. Plusieurs soulignent aussi l’aspect formateur de cet exercice, l’ouverture qu’il permet sur des aspects plus sociologiques, politiques (voir comment fonctionnent les ministères et développer des relations assez étroites avec des personnes haut placées dans l’administration de l’environnement ou dans le gouvernement, qui contribuent également à la reconnaissance de leur discipline ou de leur propre travail) ou éthiques17, ainsi que l’intérêt qu’il y a pour des recherches futures à avoir fait le tour de la littérature sur une question, qui peut parfois amener à repositionner son regard et ses questionnements.

36Mais au-delà de cet intérêt et de cet aspect formateur, la plupart des chercheurs soulignent que les résultats intéressant les gestionnaires se confondent rarement avec les résultats qui pourraient être publiés. En effet, comme on l’a déjà suggéré, les résultats intéressant les gestionnaires sont souvent des résultats contextualisés, portant sur leurs territoires plutôt que sur des mécanismes généraux et abstraits, alors que la publication dans des revues implique un plus fort degré de montée en généralité. Les manières de s’y prendre pour faire en sorte que l’investissement dans des études et travaux répondant aux intérêts des gestionnaires puisse s’accompagner de l’obtention de résultats susceptibles d’être publiés sont multiples.

  • 18 L’un d’eux souligne par exemple la difficulté de formuler des réponses isolant les facteurs humains (...)

37Arrêtons-nous brièvement sur le cas de chercheurs qui se sont investis de manière très importante, tout au long de leur carrière, dans des études pour des gestionnaires, au détriment de leur capacité de publication dans des revues académiques. Il s’agit de chercheurs, appartenant plutôt au Cemagref ou à l’Inra, qui ont développé une posture d’appui technique auprès de gestionnaires locaux (notamment parcs nationaux ou régionaux, instituts techniques agricoles). Ils ont produit un certain nombre de guides, méthodes de diagnostic et d’évaluation de la végétation d’alpages qui sont souvent très appréciés par les gestionnaires. La reconnaissance qu’ils ont acquise auprès de ces gestionnaires est notamment liée à une connaissance approfondie des territoires de ces gestionnaires, qui sont leurs terrains d’investigation, ainsi que des pratiques spécifiques. Or la réalisation de tels travaux, de type parfois monographique, est, de l’avis même de ces chercheurs, peu compatible avec l’énoncé de diagnostics plus généraux et abstraits qui auraient pu donner lieu à publication18. Ce type d’investissement dans l’expertise à distance des critères de valorisation académique est le fait dans notre échantillon de chercheurs en fin de carrière voire retraités : il paraît aujourd’hui rendu difficile voire impossible du fait du durcissement des critères d’entrée dans le métier et de progression dans la carrière.

38Pour les autres chercheurs concernés, articuler l’obtention de résultats intéressant les gestionnaires et celle de résultats publiables peut passer par le montage d’un protocole ou d’une étude à « tiroirs », où l’on attend des registres de résultats différents dans la même investigation ; ou par le fait de dédier certains protocoles et certaines études à la réponse aux gestionnaires (notamment si leur mise en œuvre peut être déléguée) tandis que le chercheur conserve du temps personnel pour rédiger des publications qui ne s’appuieront qu’indirectement sur ces investigations-là ; ou encore, comme le montre Henke (2000) dans le cas des essais en champ (field trials), par l’exercice de certaines formes de contrôle et de surveillance sur les acteurs de terrain et leurs pratiques de manière à obtenir un contrôle suffisant des paramètres (et à éviter toute altération ou toute destruction inopinée des expérimentations en cours), et à se rapprocher des standards de laboratoire tout en travaillant in situ.

Conclusion

39Revenons d’abord brièvement sur les deux types d’activités d’expertise que nous avons distingués : il s’agit bien d’un regroupement sur un critère pragmatique – le type de travail qu’elles nécessitent chez les chercheurs – et non d’une typologie de profils de chercheurs. Dans notre échantillon, certains des chercheurs les plus investis dans l’expertise sont concernés à la fois par la participation à des comités ou des conseils scientifiques, et par la réalisation d’études sur convention avec des gestionnaires. Pour autant, il est vrai aussi que certains chercheurs s’investissent avant tout dans des activités comme la participation à des comités (du niveau le plus local au plus international) tandis que d’autres développent surtout des études sur convention. Les manières d’articuler les activités d’expertise avec le reste du travail de recherche se présentent alors différemment. Il ressort plus généralement de notre étude que l’articulation entre recherche et expertise implique des stratégies et des arrangements divers : il n’y a pas de « trajectoire type » qui caractériserait les chercheurs investis dans l’expertise, comme il n’y a pas un schéma systématique, une « recette », qui caractériserait leur démarche de travail. L’investissement dans des activités d’expertise, quelles qu’elles soient, ouvre plutôt un jeu de contraintes et d’opportunités pour le chercheur qui s’expriment sur des registres divers – durée et quantité de travail pour l’individu et son équipe, facilité de l’accès au terrain, possibilité de valorisation par la publication, diversification des réseaux et des modes de reconnaissance, etc. – et que nous avons tenté de regrouper en deux niveaux – organisation et valorisation du travail. Ce classement révèle que, alors qu’il est courant de souligner le déterminant professionnel (ancienneté dans la carrière), il convient donc plutôt d’examiner les stratégies déployées par les chercheurs pour tenter de publier à partir, ou à côté, des activités d’expertise qu’ils mènent. Il existe par ailleurs d’autres déterminants ou conditions plus pragmatiques, comme la possibilité de déléguer le travail de terrain à un stagiaire ou celle d’accéder à un terrain d’observation ou d’expérimentation grâce à une convention avec un gestionnaire.

40Notre travail souligne ainsi que l’investissement dans ces activités de support et d’expertise à destination des gestionnaires et des décideurs ne s’explique pas uniquement par des paramètres individuels (l’inclination) ou contingents (le type de sollicitation), mais aussi par des paramètres internes au fonctionnement du monde de la recherche, liés aux logiques organisationnelles et aux impératifs professionnels du monde académique. Il ne suffit pas ici de prendre acte de certaines transformations globales du fonctionnement du monde académique quant à ses financements et ses modes de légitimation – qui tendent à faciliter l’investissement des chercheurs dans des activités qui ont pu être auparavant plus strictement exclues de la définition de la « bonne recherche » ; il ne suffit pas non plus, dans le cas de la biodiversité, de noter le développement d’un besoin d’expertise de la part des pouvoirs publics impliquant des sollicitations plus ou moins formalisées faites aux chercheurs sur des sujets très divers et à des niveaux d’action très variables. Il faut aussi tenir compte, à un niveau plus « micro », des formes d’organisation possibles pour le chercheur vis‑à-vis de son collectif de travail et de son objet d’études, ainsi que des stratégies déployées face aux injonctions croissantes à la publication.

  • 19 Voir aussi là-dessus la thèse de Giovanni Prete (2010).

41Au final, il est étonnant de voir que peu de travaux s’intéressent aux activités de conseil technique, d’appui à la gestion et d’expertise développés par les chercheurs. Bien que l’image du savant dans sa tour d’ivoire ne soit plus celle qui permette de penser le travail de recherche depuis longtemps, la variété des liens que les scientifiques peuvent tisser avec des personnes et des groupes extérieurs à la communauté de pairs est rarement considérée et examinée en sociologie des sciences19. Notre travail suggère que, souvent ignorées ou méprisées par les chercheurs de sciences sociales comme par les chercheurs concernés eux-mêmes (ou leurs collègues), les activités d’expertise à destination des décideurs et gestionnaires participent pourtant bien souvent du travail de recherche. Elles constituent l’une des dimensions de l’activité scientifique et non pas simplement un produit secondaire, une activité en‑deçà ou à côté du « vrai » travail scientifique – ce qu’elles sont souvent censées être si l’on s’en tient aux critères de validation en vigueur dans le monde de la recherche. Il serait intéressant de considérer plus systématiquement ces activités dans différents champs scientifiques et différentes disciplines, dans la perspective d’une sociologie des sciences attentive à réintégrer le travail scientifique dans l’ensemble des mondes sociaux avec lesquels il est, de près ou de loin, relié. S’il exacerbe probablement le phénomène observé, le cas des biodiversity studies est certainement loin d’être singulier et ouvre plutôt sur une compréhension plus globale et intégrée du travail scientifique, en lien aussi avec une interrogation spécifique à développer sur la manière dont les chercheurs pensent et pratiquent la question de la pertinence de leurs travaux.

Nous tenons à remercier ici l’ensemble des personnes qui ont bien voulu se prêter au jeu de l’entretien sociologique dans le cadre de ce travail, et tout particulièrement nos collègues écologues et agro-écologues de l’IRSTEA.

Haut de page

Bibliographie

Barbault, R. (1993). Le point sur le programme national « Dynamique de la biodiversité et environnement ». Lettre du programme environnement. 11, 12-23.

Clarke, A. E. & Fujimura, J. (Ed.) (1992). The Right Tools for the Job. At Work in Twentieth-Century Life Sciences. Princeton University Press. 3-44.

Collins, H. & Evans, R. (2002). The third wave of Science Studies: Studies of Expertise and Experience, Social Studies of Science, 32(2), 235-296.

Fujimura, J.H. (1987). Constructing “do-able” problems in cancer research: articulating alignment. Social Studies of Science, 17(2), 257-293.

Granjou, C. & Barbier, M. (2010). Métamorphoses de l’expertise. Précaution et maladies à prions. Editions Quae, collection Natures Sociales.

Granjou, C. & Mauz, I. (2007). Un « impératif scientifique » pour l’action publique ? Analyse d’une compétition pour l’expertise environnementale. Socio-logos. (2) (revue en ligne). Article consultable : http://socio-logos.revues.org/document893.html.

Griesemer, J. R. (1992). The Role of Instruments in the Generative Analysis of Science. In A.E. Clarke & J. Fujimura (eds), The Right Tools for the Job. At Work in Twentieth-Century Life Sciences (pp. 47-76). Princeton: Princeton University Press.

Haas, P. (1989). Do regimes matter? Epistemic communities and mediterranean pollution. International organization, 43(3), 377-403.

Henke, C. R. (2000). Making a Place for Science: The Field Trial. Social Studies of Science, 30(4), 483-511.

Hessels, L. K., van Lente, H. & Smits, R. (2009). In search of relevance: the changing contract between science and society. Science and public policy, 36(5), 387-401.

Jollivet, M. (2004). L’institut français de la biodiversité. Natures Sciences Sociétés, 12, 213-215.

Kleinman, D. L. & Vallas, S. P. (2001). Science, capitalism and the rise of the “knowledge worker”: the changing structure of knowledge production in the United States. Theory and Society, 30(4), 451-492.

Lascoumes, P. (1994). L’éco-pouvoir. Environnements et politiques. Paris : La Découverte.

Le Maho, Y. & Bouchet, Ph. (2011). Mission de réflexion sur l’organisation française en matière d’expertise sur la biodiversité, rapport pour le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer.

Loreau, M. (2010). The challenges of biodiversity science. In O. Kinne (ed.). International Ecology institute, Germany. Excellence in ecology (17).

Louvel, S. (2011). Des patrons aux managers. Les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Meyer, M. & Molyneux-Odgson, S. (2011). Communautés épistémiques : une notion utile pour théoriser les collectifs en sciences ? Terrains et Travaux, (18), 141-154.

Millstone, E. & van Zwanenberg, P. (2000). Beyond sceptical relativism: evaluating the social constructions of experts risks assessments. Science, Technology and Human Values, 25(3), 265-282.

Mullins, C. M. (1972). The development of a scientific specialty: The phage group and the origins of molecular biology. Minerva, 10(1), 51-82.

Nowotny, H., Scott, P. & Gibbons, M. (2001). Rethinking Science. Cambridge: Polity Press.

Ollitrault, S., 2008. Militer pour la planète. Sociologie des écologistes. Rennes : PUR.

Prete, G. (2010). Les intermédiaires du risque. Recherche, alerte, surveillance : mobilisations scientifiques face aux introductions de pathogènes de quarantaine en agriculture. Thèse de doctorat en sociologie, Centre de Sociologie des Organisations.

Roqueplo, P. (1996). Entre Savoir et Décision : l’expertise scientifique. Éditions de l’INRA. Strauss, A. L. (1985). Work and the Division of Labor. Sociological Quarterly, 26(1), 1-19.

Tetart. G. & Torny. D. (2009). “Ça tue parfois mais ça n’est pas dangereux”, Injonction institutionnelle et mobilisation scientifique autour d’un pathogène émergent, Bacillus cereus. Revue d’anthropologie des connaissances, 3(1), 73-102.

Haut de page

Notes

1 On utilise ici la notion de pertinence sociale dans un sens large, comme le fait d’être en prise avec des questions de société : pour une approche diachronique de la question de la pertinence sociale en recherche, voir Hessels et al. (2009).

2 La Conférence de Rio en 1992 ayant impulsé la production d’objectifs et de plans au niveau de chaque État, comme la Stratégie Nationale pour la Biodiversité en France.

3 La notion de « travail d’articulation » dans un sens plus large est développée par Anselm Strauss (1985).

4 “Articulating consists in creating strategies by which researchers juggle, balance and meet multiple, simultaneous demands at multiple levels of work organization” (Fujimura, 1987, p. 275).

5 Respectivement : Centre national de recherche scientifique ; Institut national de recherche agronomique ; Centre de recherche pour les sciences et les technologies de l’environnement.

6 Agence nationale de la recherche, Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

7 Sur la montée de la demande d’expertise sur la biodiversité voir (Le Maho & Bouchet, 2011).

8 L’IPBES, dont la création a été officiellement décidée fin 2010 sous la houlette du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, se veut un équivalent du GIEC (Groupe International d’Experts sur le Climat) dans le domaine de la biodiversité.

9 Avec par exemple la revue Conservation Biology créée dès 1987 (puis d’autres revues comme Journal for Nature Conservation ou Biodiversity and Conservation), ou encore les journées francophones de biologie de la conservation appelées « le Réveil du Dodo ».

10 Cet aspect est développé dans Granjou et Mauz (2011).

11 L’expertise collective coordonnée par l’Inra sur le thème « Agriculture et biodiversité » dont il sera question plus bas.

12 Sur la validité plus générale de ces deux styles d’expertise, qui correspondent en fait à deux épistémologies de la preuve, voir Granjou et Barbier (2010, p. 132 et suivantes).

13 L’entretien a été effectué en avril.

14 Dans le même sens, un autre participant souligne la masse de papiers qu’il a fallu trier et consulter : « Je crois que la première difficulté ça a été la masse avec laquelle… la masse d’informations avec laquelle on est arrivé. C’est monstrueux quoi, la quantité de… […] là je sais pas on est arrivé à… on a fait les premières interrogations on est arrivé avec 1500 articles quoi. »

15 Vaste état de l’art sur les écosystèmes planétaires qui s’est déroulé de 2001 à 2005 et a mobilisé plus d’un millier de chercheurs de divers pays.

16 Un expert de l’Uicn confirme ce fait : « [Faire partie d’un groupe de spécialistes de l’Uicn] ne m‘a jamais servi dans le contexte franco-français, ça ne m‘a jamais servi d‘avoir une petite reconnaissance internationale. J‘avais beau le mettre en avant, on m‘a dit : ‘‘on s’en fout de ton truc !’’. »

17 Voir ce témoignage : « Pour moi, ça a été une sacrée expérience, vraiment très très intéressante en termes de réflexion, à la fois sur bon, la valeur qu’on accorde aux éléments de biodiversité. Quand les gens me demandaient : mais à quoi il sert votre pique-prune [type de scarabée], je leur disais : ben je ne sais pas, à rien, ça fait partie de ces bestioles dont on pourrait imaginer que la nature puisse éventuellement se passer quoi, donc c’était pas très facile. Ça m’a fait réfléchir à la question des valeurs liées aux éléments de biodiversité, à la prise de décision publique, au fait que ben les points de vue sont divergents, s’opposent et qu’il faut bien en sortir. »

18 L’un d’eux souligne par exemple la difficulté de formuler des réponses isolant les facteurs humains des facteurs physiques ainsi que les difficultés de la prédiction des évolutions quand il s’agit de comprendre les effets des pratiques agricoles sur la biodiversité :
« Y’a rien de plus difficile que la connaissance de la dynamique de ces milieux de montagne, de ses effets sur les conditions d’usage. […] Donc si vous prenez les 30 ans de travaux qu’on a fait là […] on n’a jamais pu faire de pronostic d’évolution, de ces…. Par exemple, cette trentaine de faciès, euh… sauf cas particulier… […] C’est hypercompliqué parce que… parce que scientifiquement personne n’est capable d’émettre des hypothèses au-delà d’une certaine évolution de quelques décennies » (un agro-écologue du Cemagref).

19 Voir aussi là-dessus la thèse de Giovanni Prete (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Granjou, Isabelle Mauz et Michel Daccache, « Les conditions de l’articulation entre recherche et expertise »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7801

Haut de page

Auteurs

Céline Granjou

Chargée de recherches en sociologie à Irstea Grenoble (UR DTM), chercheure associée à l’UMR Pacte. Sa thèse s’intéresse aux comités d’experts scientifiques liés à la mise en place de politiques sanitaires de précaution (vache folle, OGM). Elle s’intéresse actuellement aux sciences de la biodiversité et à leurs relations avec les nouvelles formes de gouvernance environnementale à l’échelle nationale et internationale.

Adresse : IRSTEA Grenoble, 2 rue de la Papeterie, BP 76, FR-38402 Saint-Martin-d’Hères Cedex (France).
Courriel : celine.granjou[at]irstea.fr

Articles du même auteur

Isabelle Mauz

Sociologue à Irstea Grenoble (UR DTM) et chercheure associée à l’UMR Pacte. Elle étudie les nouvelles modalités d’investigation et de gestion de la nature, dans une époque marquée par une relative montée des préoccupations en faveur de la biodiversité. Elle s’intéresse notamment aux interrelations entre les chercheurs en biodiversité et les gestionnaires de la nature et à la mise en place d’une gouvernance globale de la biodiversité.

Adresse : Irstea Grenoble, 2 rue de la Papeterie, BP 76, FR-38402 Saint-Martin-d’Hères Cedex (France).
Courriel : isabelle.mauz[at]irstea.fr

Articles du même auteur

Michel Daccache

Post-doctorant en sociologie à Irstea (Grenoble), DTM. Ses travaux portent sur des enjeux relevant de la sociologie des sciences et de l’expertise. Sa thèse, réalisée à l’EHESS, portait sur la gestion de risques en entreprise. Depuis, ses recherches portent sur la gouvernance de la crise écologique à travers des objets comme la biodiversité et l’économie de l’environnement.

Adresse : IRSTEA – Grenoble, 2 rue de la Papeterie, BP 76, FR-38402 Saint-Martin-d’Hères Cedex (France).
Courriel : michel.daccache[at]irstea.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search