Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1Dossier thématiqueLa production de connaissances en...

Dossier thématique

La production de connaissances en temps de crise sanitaire

Que nous apprend la réponse internationale à la grippe aviaire en Indonésie ?
Producing knowledge in times of health crisis. Insights from the international response to avian influenza in Indonesia
La producción de los conocimientos en tiempos de crisis sanitaria. ¿Qué nos enseña la respuesta internacional a la gripe aviaria en indonesia?
Paul Forster et Olivier Charnoz
Traduction(s) :
Producing knowledge in times of health crises [en]

Résumés

Passant en revue les efforts pour contrôler la grippe aviaire en Indonésie entre 2005 et 2010, le présent article examine pourquoi la réponse financée et mise au point par la communauté internationale s’est, à l’origine, essentiellement focalisée sur les petits élevages de volaille de basse-cour, excluant ou exonérant ainsi un secteur industriel important et peu réglementé de la responsabilité d’endiguer la propagation et la persistance du phénomène. Un certain nombre d’a priori pesant sur les agences nationales et internationales est identifié qui a contribué à fausser la production des connaissances et a conduit à se concentrer sur les petits éleveurs plutôt que sur toutes les parties prenantes concernées. Ceci inclut l’admission trop rapide de la « biosécurité » comme inhérente à la production industrielle de volaille, le parti pris de politiques de développement axées sur les plus pauvres, l’absence de volonté de coordination des secteurs public et privé, et une définition de la santé basée plutôt sur la santé de l’homme que sur la santé animale. Ces a priori ont été renforcés par les modalités et les incitations organisationnelles propres des donateurs et des organisations chargées de la mise en œuvre. Pour traiter plus efficacement les urgences sanitaires mondiales, les procédures de gouvernance sanitaire globale et nationale doivent mieux prendre en compte la manière dont les connaissances sont produites et utilisées en temps de crise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La santé est un domaine dans lequel la production de connaissances et le déploiement de l’expertise peuvent avoir des conséquences désastreuses si les diagnostics qui influencent la conception de réponses publiques sont erronés, même partiellement. Cela est d’autant plus vrai en période d’urgence sanitaire, par exemple face à de nouveaux types de maladies de portée potentiellement mondiale. Dans de telles situations, qui exigent une expertise rapide mais scientifiquement exacte, les enjeux sont immenses. Bien que la production de l’expertise sanitaire demeure inévitablement un processus social, inséré dans les contraintes organisationnelles et les dynamiques de pouvoir qui caractérisent toute activité humaine, un équilibre et un chemin doivent être trouvés par lesquels peut être produit, en dépit des contraintes temporelles, un savoir que l’on peut raisonnablement déclarer « peu biaisé ». Bien qu’il soit difficile de définir un tel concept à partir de la perspective constructiviste à laquelle nous, chercheurs, souscrivons largement, on peut peut-être intuitivement le définir comme un type de connaissance dont les limites sont intrinsèques au savoir scientifique actuel, plutôt que limitées par le caractère social de sa production.

2La crise qui s’est développée en Indonésie à partir de 2003, autour du désormais tristement célèbre virus H5N1, offre un riche territoire d’enquête sur ces questions, notamment sur les processus d’expertise en situation de crise. Cet article soutient que la réponse qui a été apportée, principalement conçue par des experts internationaux et presque exclusivement financée par des bailleurs de fonds eux-mêmes internationaux, s’est largement trompée dans l’identification qu’elle a faite des petits éleveurs de basse-cour comme responsables de la propagation du virus et de sa persistance. Sur cette base, cet article se demande quel genre de préjugés et de biais sont intervenus dans les processus de production de connaissances en Indonésie à partir de 2003, conduisant à une erreur de diagnostic et à des options aussi erronées de politiques publiques.

3Ce papier est organisé de la façon suivante. Nous commençons par donner quelques informations générales sur le H5N1, au niveau mondial comme dans le contexte indonésien, puis nous présentons notre méthodologie de recherche. Les sections qui suivent font valoir qu’une attention presque exclusive mais erronée a été portée aux éleveurs de basse-cour dans la réponse internationale à la crise indonésienne. Nous identifions ensuite un ensemble de biais qui ont contribué à déformer la production de connaissance, notamment des modalités institutionnelles au sein des grandes organisations, le pouvoir de certains types de compétences, comparés à d’autres, au sein d’organisations clés, la pression au décaissement rapide de l’argent et la nécessité de montrer des « résultats », le discours et les préoccupations bien intentionnés « en faveur des pauvres » qui irriguent la coopération internationale, ainsi que la prééminence du sujet « santé humaine » sur celui de « santé animale » dans les discours et les organisations mondiales. Tous ces éléments nous conduisent à offrir un portrait plus complet et réaliste de ce que « l’expertise » signifie en pratique dans la gouvernance mondiale de la santé publique. Nous concluons en présentant une série de propositions normatives qui pourraient contribuer à améliorer la pertinence des réponses internationales en temps de crise sanitaire.

Grippe aviaire : menaces globales et crises nationales

  • 1 Source : Charles Lambert, sous-secrétaire d’État, USDA. Présentation lors de la sixième conférence (...)

4On estime que la grippe aviaire hautement pathogène (GAHP) provoquée par le virus de la grippe A (H5N1) était un phénomène rare avant 2003, 20 foyers seulement ayant été déclarés dans le monde entre 1959 et cette date (Medical News Today, 2004). Depuis, les éruptions de la maladie se sont considérablement multipliées, 62 pays ayant déclaré des foyers entre 2003 et août 2010 (OAA 2010), avec un pic de 56 pays en 2006 (OMSA, 2006). Dès 2008, les estimations suggéraient que, sur une population mondiale de 18 milliards de volailles, deux milliards de volatiles avaient été tués ou abattus dans le cadre de campagnes de lutte contre la diffusion de la maladie1 (OAA, 2011a). En 2012, la grippe aviaire due au H5N1 est considérée comme endémique au sein de la population avicole au Bangladesh, en Chine, en Égypte, en Inde, en Indonésie (rapportant le plus grand nombre de foyers) et au Vietnam, et des poussées sporadiques continuent de se produire dans une zone s’étendant du Japon et de la Corée à l’est à la Méditerranée à l’ouest. Il est à présent admis que l’élimination du virus chez les volailles prendra des décennies (OAA, 2011b).

5À ce jour, le virus H5N1 est resté fortement circonscrit à certaines espèces, avec uniquement 516 cas humains confirmés en laboratoire et 306 décès déclarés par quinze pays jusqu’en janvier 2011 (OMS, 2012). Les pays à haut revenu ont connu très peu de décès humains et ont été en mesure de contenir efficacement les foyers chez les animaux (Pittman & Laddomada, 2008). Les pays à revenu faible ou intermédiaire, notamment ceux affichant un nombre important de volailles (poulets, canards et cailles), ont dû faire face à une menace plus importante. Des souches hautement pathogènes telles que le H5N1 tuent pratiquement la totalité des volailles infectées dans les 24 heures, et dans de nombreuses régions d’Afrique et d’Asie, où les infrastructures vétérinaires manquent de ressources et où les poulets et les œufs sont d’importantes sources de protéines, le choc économique consécutif a durement frappé les petits éleveurs et les producteurs commerciaux (Rushton et al., 2005). Comme pour les autres virus de la grippe, les oiseaux aquatiques sauvages sont des hôtes naturels, portant le virus de manière asymptomatique dans leurs viscères et les évacuant avec leurs déjections, et les souches de virus ne traversent que rarement la barrière des espèces pour infecter les humains, soit directement, soit par l’intermédiaire d’hôtes tels que les porcs ou la volaille. Néanmoins, le virus capricieux de la grippe peut muter à tout moment ou se réorganiser en une forme plus facilement susceptible d’infecter les humains et se transmettre de l’un à l’autre, causant ainsi une pandémie dont l’extension et la gravité sont imprévisibles.

6L’Indonésie, vaste pays de l’Asie du Sud-Est classé dans la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire, a été gravement et durablement affecté par la grippe aviaire due au virus H5N1 et la maladie est considérée comme endémique dans les îles principales de Java, Sumatra, Bali et la plus grande partie de Sulawesi depuis septembre 2006. Le virus a été initialement détecté au centre de Java mi-2003 et s’est répandu dans 31 des 33 provinces à la mi-2005, se propageant à travers un archipel complexe s’étendant sur plus de 5000 km d’est en ouest. À ce jour, un nombre non répertorié de poulets, de l’ordre de plusieurs centaines de millions, ont péri des suites du virus et les conséquences économiques et sociales de l’épizootie se sont révélées importantes. Dès août 2005, les pertes économiques étaient estimées à plus de 500 millions d’USD, affectant plus de 2,5 millions d’ouvriers de l’industrie avicole (Priosoeryanto et al., 2005, p. 146). L’Indonésie a également déploré le plus grand nombre de cas humains de H5N1 et de décès au monde. Le premier cas humain apparu en Indonésie a été confirmé en juin 2005 et, au 5 juillet 2010, 166 cas et 137 décès avaient été confirmés en laboratoire, principalement parmi des enfants et de jeunes adultes (OMS, 2010). Cela représente un taux de létalité élevé de 83 %.

7De nombreux facteurs, tels que la taille, la géographie, l’écologie, la politique et les facteurs socio-économiques, sont autant d’obstacles au contrôle de la grippe aviaire en Indonésie (Forster, 2009 ; Padmawati & Nichter, 2008), mais le présent article examine les raisons pour lesquelles la réponse internationale s’est dès l’origine concentrée de façon disproportionnée sur le petit élevage de volailles de basse‑cour, un angle de vue étroit qui s’est traduit par des systèmes d’intervention et une vaste surveillance au niveau des communautés, des campagnes de communication massives et des inquiétudes concernant les habitudes culturelles des Indonésiens vis‑à-vis des oiseaux. Cette approche a largement exclu et dispensé les grands producteurs industriels de volailles de tout effort, bien qu’il soit admis que l’élevage industriel peut générer des maladies animales telles que la grippe aviaire en raison d’une forte concentration d’animaux associée à une faible diversité génétique (GRAIN, 2006). À l’instar de nombreux pays d’Asie de l’Est et du Sud‑Est, l’Indonésie a connu une croissance drastique du nombre d’entreprises de production industrielle avicole associée à une expansion économique, une richesse et une demande en viande croissantes ainsi que l’urbanisation et l’apparition de supermarchés (cf. Delgado et al., 1999 ; Gulati et al., 2005). Parallèlement à cette tendance globale, la population avicole d’Indonésie a augmenté de 7 à 15 % par an entre 2006 et 2008 et la production industrielle de volailles a été pratiquement multipliée par dix au cours de la dernière décennie (OAA, 2009b, p. 18).

8Les organisations chargées de concevoir la réponse, principalement l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (OAA) en coopération avec l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ont préconisé et sont en train de mettre en œuvre, en collaboration avec les autorités nationales et infranationales, une réponse centrée sur des standards mondiaux et des normes techniques de veille sanitaire, de contrôle des déplacements, de vaccination et d’abattage. Simultanément, un vaste éventail d’initiatives de communication, menées par le Fonds international de secours à l’enfance des Nations unies (UNICEF) et des partenaires de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), ont relayé les dangers de la maladie auprès de la majorité de la population. Ces interventions ont été largement motivées par la peur des effets d’une possible pandémie de H5N1sur les économies et les populations du Nord.

9Le cas de la grippe aviaire en Indonésie constitue pour cette raison un exemple pertinent de forte menace sanitaire globale. Comprendre les succès et les échecs de la réponse internationale dans ce pays est crucial pour mieux préparer le monde à d’autres crises semblables.

La dimension politique des connaissances : une recherche difficile

10Il n’est jamais aisé, pour un chercheur, d’identifier les rapports de pouvoir dans la production des connaissances, étant donné les interactions sociales subtiles en présence, l’importance des enjeux et l’aversion de nombreux acteurs, aussi bien dominants que dominés, à communiquer des informations essentielles. Néanmoins, la présente étude aborde ces questions en passant en revue des publications spécialisées, documents stratégiques, reportages parus dans la presse ainsi que 35 entretiens semi‑structurés avec des parties prenantes aux niveaux international, national et local, conduits entre septembre 2009 et février 2010.

11Les personnes interviewées ont été identifiées par trois canaux principaux. Tout d’abord, les organisations internationales concernées (OAA, OMS, USAID) ont été identifiés par une revue de littérature et via les listes de présence lors d’événements tels que la sixième Conférence ministérielle internationale sur la grippe aviaire et pandémique, qui s’est tenue à Charm el‑Cheikh, en Égypte du 24 au 26 octobre 2008. Leurs représentants en Indonésie ont été contactés pour leur demander s’ils seraient prêts à contribuer, ou à désigner une personne pour ce faire. En second lieu, les principaux acteurs indonésiens – gouvernementaux et non gouvernementaux – ont été identifiés au travers d’un corpus de 185 000 mots regroupant 367 articles sur le H5N1 tirés du Jakarta Post (qui, avec Kompas, est considéré comme l’un des journaux de l’Indonésie d’enregistrement) couvrant la période de 14 janvier 2004 au 27 août 2008. Troisièmement, un processus en « boule de neige » a été employé par lequel on a demandé à toute personne interrogée qui devrait à son avis être consulté dans cette recherche.

12Des notes sténographiques ont été prises lors des entretiens et des enregistrements audio ont été faits pour certains. Toutes les personnes interrogées ont été assurées que leur contribution demeurerait « non imputable », c’est‑à-dire anonyme. Ces données ont été transcrites peu après chaque interview pour former un document de 21 000 mots. Suivant en cela Fischer (2003), une approche discursive a été adoptée dans l’analyse de texte, mettant l’accent sur les récits et histoires qui émergent à partir des données empiriques issues des entrevues, ainsi que du corpus d’articles de journaux (cf. Keeley & Scoones, 2003). Les mots et discours sont compris comme une forme d’action et sont cruciaux pour l’analyse. La méthodologie a donc été ethnographique, si l’on accepte que l’ethnographie doit être à la fois activement située entre les systèmes de signification (Clifford 6 Marcus, 1986) et une discipline offrant des « descriptions denses » (thick description), une exploration des significations intégrées à la langue et aux actions des acteurs sociaux (Geertz, 1973). Une approche alliée à la grounded theory (Glaser & Strauss, 1967 ; Strauss, 1987) a également été utilisée afin de permettre à l’enquête de suivre les préoccupations des informateurs et d’ouvrir de nombreuses perspectives que possible. La notion de triangulation – « apprentissage progressif, recoupement et approximation par une enquête plurielle » (Chambers, 1994, p. 1254) – a aussi guidé nos efforts.

13Cette approche centrée sur les acteurs et leurs discours, est bien adaptée à une enquête sur les interactions, les chevauchements, les confusions et les contestations propres aux domaines sociaux et technoscientifiques (Callon, 1986 ; Callon, 1991 ; Law, 1986). Comment les problèmes sont formulés, comment les acteurs (pas seulement les personnes, mais aussi les organisations et les objets) deviennent des « inscrits », et comment les jeux d’intérêts relatifs aux objectifs de la politique et des préoccupations pratiques sont « traduits » sont des préoccupations centrales. Le succès des idées de politiques publiques est supposé ne pas être inhérent à leur conception, mais lié à leur capacité à mobiliser des soutiens et à imposer une cohérence de plus en plus forte à ceux qui s’y opposent ou les soutiennent (Latour, 1996).

14Dans l’étude de la gouvernance sanitaire mondiale, peu de travaux ont été menés à ce jour pour comprendre la manière dont les relations de pouvoir devraient être prises en compte lors de la conception de politiques et institutions internationales et dans la mise en œuvre de leurs interventions.

15Alors qu’un important corpus de travaux de recherche existe concernant les aspects biomédicaux du H5N1, peu d’études traitent de ses aspects sociaux et politiques. Au sein des sciences sociales, la plupart des travaux ont étudié le H5N1 via le champ émergent de la « diplomatie sanitaire mondiale », amalgame de relations internationales et de politique de santé publique (Brundtland, 2003 ; Fidler, 2005 ; Heymann, 2006). Une attention particulière a été portée par ces travaux sur la décision de l’Indonésie en décembre 2006 de cesser le partage des échantillons de virus H5N1 au niveau international, et ce contre les nouvelles réglementations sanitaires internationales établies en 2005 (Elbe, 2010 ; Fidler, 2007 ; Fidler & Gostin, 2006). Un autre volet de la recherche en sciences sociales porte sur une approche technocratique qui a été appelée « la sécurité des systèmes vitaux » : il s’agit des efforts gouvernementaux pour sécuriser les infrastructures essentielles, les institutions et les services publics contre des événements à « probabilité faible, mais à fortes conséquences », par exemple des événements météorologiques extrêmes, les attentats terroristes, les catastrophes environnementales et les épidémies (Collier & Lakoff, 2008, p. 4). Dans le cas du virus H5N1, ces préoccupations sont particulièrement présentes dans la planification et la gestion des pandémies (Bish & Michie, 2010 ; Hairon, 2007).

16Encore moins d’études ethnographiques ou anthropologiques existent. Une exception, sur l’Indonésie, est le travail de Lowe (2010) qui enquête sur la façon dont le virus, les oiseaux sauvages, la volaille et les humains interagissent pour créer une dynamique de « nuage multi-espèces ». Un numéro spécial de Anthropology & Medicine (avril 2008) considère le H5N1 dans l’Est et le Sud‑Est de l’Asie, et développe une approche « bio‑sociale » plutôt qu’épidémiologique. Il appelle à la poursuite des recherches multidisciplinaires sur les interactions entre facteurs biologiques, sociaux et éthiques dans les « mondes locaux » (Kleinman et al., 2008). Dans le même numéro, entre deux articles de Chine (Liu, 2008 ; Zhang & Pan, 2008) et deux de Thaïlande (Auewarakul, Hanchaoworakul & Ungchusak, 2008 ; Chuengsatiansup, 2008), Padmawati Nichter (2008) propose une étude pilote des perceptions populaires et de la réponse communautaire au H5N1 dans le centre de Java, en Indonésie. Tout en trouvant des différences significatives d’opinion concernant les causes et la responsabilité de la transmission et le degré de risque pour les humains, l’article suggère que différentes formes de « logiques pratiques » motivent les petits éleveurs de basse-cour et les éleveurs commerciaux, qui sont influencés de façons différentes par les médias de masse, les programmes gouvernementaux, l’aide étrangère et les dynamiques de rumeurs.

17Aucun de ces travaux ne prend en compte les relations de pouvoir présentes dans la production des connaissances lors de la conception et de la mise en œuvre des réponses publiques aux maladies zoonotiques émergentes. Pour tenter de combler cette lacune, la présente étude examine la façon dont le pouvoir influe sur la production de connaissances à l’aide d’une quadruple définition des dimensions dudit « pouvoir » : 1) le pouvoir coercitif, c’est-à-dire l’influence directe de A sur B par la coercition ou des manœuvres incitatives ; 2) le pouvoir institutionnel, c’est-à-dire l’influence indirecte de A sur B à travers une utilisation efficace des institutions intermédiaires telles que les marchés ou des organisations ; 3) le pouvoir structurel, c’est‑à-dire l’influence s’exerçant à travers des catégories sociales structurelles établies depuis longtemps et conférant une prédominance à certains acteurs ; 4) le pouvoir productif, c’est‑à-dire l’influence exercée via des discours émergents accordant un poids croissant à certains acteurs (Barnett & Duvall, 2005). Cette étude accorde une attention particulière aux quatre domaines suivants : 1) les acteurs publics, élus et services publics impliqués dans la création, la promotion et la mise en place d’une autorité « légitime » au sein de la jeune et dynamique démocratie indonésienne ; 2) les acteurs commerciaux, la grande industrie avicole indépendante et puissante, les coopératives de plus petite taille et les petits éleveurs de volailles indépendants ; 3) les relations entre les acteurs publics et privés ; 4) la dynamique entre les acteurs internationaux, les acteurs nationaux, privés et publics, ainsi que les défis accompagnant la mise en œuvre d’une réponse d’urgence dans un environnement politique, social et écologique complexe.

18Il est important de comprendre l’influence des relations de pouvoir afin de répondre aux crises sanitaires mondiales telles que les maladies émergentes, les maladies infectieuses potentiellement pandémiques et les maladies animales transfrontalières. La grippe aviaire est un exemple éloquent qui recoupe ces trois catégories, et l’Indonésie offre un exemple utile de la manière dont les rapports de pouvoir nationaux et internationaux peuvent déployer des externalités complexes et inattendues ayant un impact global, via leur influence sur la production des connaissances. Ce faisant, ces rapports de force peuvent rendre des actions internationales inefficaces, constituant un vaste défi pour les fondements conceptuels et le fonctionnement des idéaux et des institutions de gouvernance mondiale.

La réponse à la grippe aviaire en Indonésie : focus sur les plus petits éleveurs

19Comme indiqué précédemment, l’Indonésie a bénéficié d’une aide financière internationale importante de soutien pour répondre à la grippe aviaire. Cette aide a été versée en grande partie par l’intermédiaire d’organisations membres des Nations unies travaillant en collaboration avec le gouvernement indonésien sous l’égide du Plan stratégique national (PSN) de 2006 pour le contrôle de la grippe aviaire et de la pandémie de grippe (République d’Indonésie, 2006). Ce plan, qui a été élaboré avec l’aide d’experts internationaux en vue d’une demande de financement en janvier 2006, comportait des éléments se rapportant à la santé humaine et à la santé animale. Le précédent plan avait été géré principalement par l’OMS, qui avait assisté le ministère de la Santé dans ses efforts pour fournir des stocks de médicaments et du personnel d’encadrement et renforcer les laboratoires et les systèmes d’information. Parallèlement, l’UNICEF, en coopération avec le Comité national indonésien chargé de la grippe aviaire et de la pandémie (KOMINAS FBPI), s’est concentré sur la communication relative aux changements de comportements en lançant une campagne nationale de sensibilisation appelée « Tanggap Flu Burung » (« Agir contre la grippe aviaire »), centrée sur quatre messages : 1) ne touchez pas d’oiseaux malades ou mourants ; 2) lavez‑vous soigneusement les mains avant de manger et veillez à bien cuire la volaille ; 3) séparez les nouveaux oiseaux du reste de l’élevage pendant deux semaines ; 4) déclarez tout symptôme similaire à ceux de la grippe aviaire et contactez un médecin, surtout après un contact avec des oiseaux. D’autres initiatives incluaient le Projet de contrôle de la grippe aviaire dans les communautés, mis en œuvre par DAI, une entreprise privée américaine spécialisée dans la conduite de projets de développement. Ces vastes campagnes de sensibilisation ont toutes initialement concentré leurs activités sur les petits éleveurs de volailles de basse‑cour.

20La composante santé animale du PSN, le Plan stratégique national (PTSN) 2006-2008 pour le contrôle progressif de la GAHP chez les animaux (ministère de l’Agriculture, 2005), modifié en 2008 (ministère de l’Agriculture, 2008), disposait d’un budget approximatif et ambitieux de 320 millions d’USD sur trois ans et comportait neuf éléments : gestion de la campagne, renforcement du contrôle des animaux, veille épidémiologique, services de laboratoire, quarantaine animale, législation et mise en application, communications, recherche et développement, et restructuration industrielle. Il s’agissait d’un plan global auquel l’OAA avait largement contribué. Une réunion d’experts qui s’est tenue à Bangkok, en Thaïlande, entre le 21 et le 23 juillet 2004 et qui incluait l’OAA, l’OMSA et d’autres institutions spécialisées, avait élaboré des principes directeurs pour le territoire, publiés en septembre de la même année (OAA, 2004). Ces réunions, de même que les réunions, analyses et contributions de l’OAA qui ont suivi, se sont révélées fondamentales pour donner forme et orienter l’action à mener en Indonésie. À titre d’exemple, l’une des personnes interrogées nous confie :

  • 2 Interview, Djakarta, 14 septembre 2009.

Le PTSN a été entièrement conçu par des consultants internationaux dont certains n’avaient pas vraiment idée des conditions de vie dans notre pays. C’était un bon plan d’après les normes et les standards internationaux et il a été approuvé avec enthousiasme par le ministère de l’Agriculture [qui] s’est imaginé qu’un déluge de moyens financiers allait nous submerger, mais maintenant, avec l’expérience que nous avons à présent, il faut se demander jusqu’à quel point il était adapté à la situation indonésienne2.

21Depuis le début de l’année 2006, l’activité principale de l’OAA en Indonésie a été la mise en œuvre du Programme de surveillance participative de la maladie (Participatory Disease Surveillance, PDS) qui, en 2007-2008, a ajouté une composante de réponse et d’intervention pour devenir le Programme participatif de surveillance et de réponse à la maladie (Participatory Disease Surveillance and Response, PDSR). Celui‑ci est basé sur une approche qualitative de l’épidémiologie, appelée « épidémiologie participative », avec pour objectif de développer une réponse communautaire en matière de détection et de prévention de la maladie faisant appel aux connaissances locales sur les lieux et dates d’apparition des foyers et impliquant la population locale dans les efforts de contrôle (Mariner & Roeder, 2003). Il s’est rapidement transformé en une machine vaste et bien financée. De janvier 2006 à septembre 2008, par exemple, les équipes du programme PDSR, qui comptaient plus de 2000 vétérinaires et para-vétérinaires qualifiés, ont effectué, selon les rapports, plus de 177 300 visites de contrôle, ont détecté 6011 foyers de grippe aviaire dans 324 districts et ont rencontré plus de deux millions d’éleveurs de volailles et membres de la communauté (USAID, 2008). Les dimensions du programme se reflètent également dans l’affectation des fonds et le nombre de postes de travail centralisés. Les services de terrain fournis par l’OAA en Indonésie entre 2005 et mai 2009 ont coûté plus de 31 millions d’USD, dont environ 23 millions d’USD ont été dépensés pour le programme PDSR (OAA, 2009a, p. 23, tableaux 3, 4 et 5). En mai 2009, l’OAA employait 15 salariés et consultants internationaux et 60 nationaux, dont une majorité d’entre eux travaillant pour le programme PDSR.

Participation communautaire : sur la bonne voie ?

22Le programme PDSR a été un succès à bien des égards. Les « non-vétérinaires » commentent de manière admirative sa portée, son organisation et sa raison d’être. L’approche locale constitue une tentative essentielle pour répondre de manière spécifique aux besoins soumis à la complexité des conditions en Indonésie, et le fait de donner un visage humain à un effort nécessairement massif est précieux. Grâce à ce programme, un groupe d’équipes dédiées à la santé animale a été mis en place et formé au suivi, à l’endiguement et à la prévention. Des moyens lui ont été alloués afin de lui permettre de mener des activités de terrain et de transmettre les résultats aux services nationaux et locaux dédiés à l’élevage. Des liens ont aussi été noués avec des services vétérinaires où les compétences sont développées.

23Néanmoins, deux questions majeures planent sur le programme PSDR et, en fait, sur les activités de nombreuses autres agences nationales et internationales impliquées dans la réponse à la grippe aviaire en Indonésie : pourquoi l’élevage d’animaux de basse‑cour a-t-il été identifié si tôt comme un secteur à ce point critique pour l’intervention et pourquoi l’attention est-elle restée focalisée sur ce secteur pendant aussi longtemps et à un coût financier aussi élevé alors que la maladie continuait de se propager ?

24Pour de nombreux Indonésiens impliqués dans l’industrie avicole, ce degré d’attention semblait déplacé. L’une des personnes interrogées dotée d’une longue expérience du secteur avicole en Indonésie indique :

  • 3 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

C’était un secret de Polichinelle que la grippe aviaire provenait de l’industrie de la volaille et que celle-ci était fortement affectée. [...] Une grande quantité d’informations officieuses circulait et si vous interrogiez les acteurs industriels un à un, ils admettaient tous avoir un problème. Les communautés implantées autour de certaines grandes fermes – des fermes d’élevage – se plaignaient de l’odeur d’incinération [lors de la destruction des carcasses malades]. C’était la même chose s’agissant de certaines exploitations de volailles pondeuses3.

25Un autre fonctionnaire indonésien déclare :

  • 4 Interview, 8 février 2010, Djakarta.

KOMNAS a toujours dit que l’élevage de volailles de basse-cour était victime de la grippe aviaire, et non la cause ; que le problème se situait dans l’industrie et non dans les élevages de volailles de basse-cour. En 2003, les premiers foyers sont apparus dans l’industrie, et non dans les élevages de volailles de basse-cour. Et qui a été ensuite responsable de la propagation ? Ce doit être l’industrie. Comment les élevages de volailles de basse-cour auraient-ils pu propager la maladie aussi rapidement dans tout le pays ?4

26Rédigée cinq ans après la première annonce officielle de l’infection par le virus H5N1, une évaluation indépendante du programme PDSR (OAA, 2009a) constate sans ambiguïté :

Les résultats issus du programme de l’OAA et d’autres sources indiquent que des secteurs autres que celui de l’élevage de volailles de basse-cour jouent un rôle critique dans la dynamique et la persistance du virus de la GAHP en Indonésie (p. 9).

  • 5 Cette classification est discutée plus loin, mais le PTSN en donne les définitions suivantes : « Da (...)

Sur la base de preuves élaborées par le programme de l’OAA et d’autres acteurs ces trois dernières années environ, il est désormais apparu que le fait de se concentrer sur l’élevage de volailles de basse-cour dans le secteur 4 n’est sans doute pas utile au contrôle de la GAHP, même si les mesures prises par les équipes du PDSR étaient rendues plus efficaces5 (p. 44).

Le PDSR ne semble pas avoir eu un impact significatif sur la prévalence de la GAHP et les outils dont il dispose sont faibles. L’équipe chargée de l’évaluation conclut que pour mettre en place un contrôle efficace de la GAHP, il faut accorder plus d’attention aux secteurs commerciaux de la volaille, notamment au secteur 3, dans lequel les outils de surveillance sanitaire participative sont susceptibles de jouer un rôle moins important que dans le secteur 4 (p. 61).

27Des doutes officiels sur la pertinence du secteur des « volailles de basse-cour » ont commencé à apparaître tôt mais n’ont pas eu d’échos. En mai 2007, une étude de l’OAA sur le PDSR, incluant une étude externe de sa base de données, a révélé une corrélation négative entre le taux de cas humains rapporté et la densité de la population de poulets indigènes. Celle-ci a été interprétée comme le signe qu’un risque plus important de transmission à l’homme pourrait être associé à certaines méthodes de commercialisation plutôt qu’au contact avec des volailles au domicile et n’a pas conduit à des examens plus approfondis ou à un engagement auprès des acteurs industriels plus importants (OAA, 2009a, p. 27). Comme le mentionne un virologue interrogé dans un mémo personnel :

Si l’on considère le nombre de volailles familiales par personne dans les différentes provinces d’Indonésie et le nombre de personnes infectées par la grippe aviaire par habitant, on découvre que plus la volaille familiale par personne est nombreuse dans une province donnée, moins il y a de cas infectés par habitant et vice versa. En d’autres termes, il existe une corrélation négative entre la possession de volaille familiale et les cas humains de grippe aviaire.

28Ailleurs en Asie du Sud-Est, une autre analyse précoce effectuée par Otte et al. (2007) a révélé que la volaille familiale thaïlandaise était moins exposée au risque d’infection que les volailles d’élevage commerciales ou les oiseaux destinés à la ponte, et une autre étude plus récente et plus complète (ILRI, 2009) a conclu que la présence de volailles industrielles d’élevage constituait effectivement un facteur de risque d’apparition de la grippe aviaire dans la volaille familiale à Java. Une personne interrogée résume ainsi l’état d’esprit qui régnait début 2010 :

  • 6 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

On se rend de plus en plus compte que les gens se sont trompés de cible en se préoccupant principalement des pauvres vivant quotidiennement avec leur volaille6.

29Les rapports de pouvoir impliqués dans la production des connaissances et qui ont conduit à cette approche erronée mais dominante, axée sur les petits éleveurs de volailles de basse-cour, sont examinés ci-après plus en détail.

La construction du sens par les donateurs

30Dans leurs travaux de diagnostic et d’analyse, les agences techniques internationales et la communauté des donateurs ont créé des concepts destinés à clarifier des problèmes, mais qui ont du même coup incontestablement estompé ou obscurci d’autres problèmes importants. De grandes entreprises de production avicole ont notamment été initialement construites cognitivement comme « biologiquement sûres » en théorie, ainsi que le reflète la typologie des secteurs avicoles utilisée par l’OAA. Même aujourd’hui, les effets de cette typologie sont rarement remis en question. Cependant, elle représente une manifestation importante de pouvoir structurel : un pouvoir inscrit dans l’identité intrinsèque des acteurs.

31Les origines de la classification OAA du secteur avicole sont difficiles à déterminer mais paraissent être issues des taxonomies OAA pour les systèmes d’élevage présents dans le monde dans les années 1970. Il en existe des formes diverses mais on trouvera ci-après l’une des définitions données par l’OAA :

Secteur 1 : système industriel intégré avec un haut niveau de biosécurité et des volatiles/produits commercialisés (p. ex. des fermes faisant partie d’une entreprise de production de poulets intégrée dotées de procédures de biosécurité standard clairement définies et mises en œuvre).

Secteur 2 : système commercial de production de volailles avec un degré moyen à élevé de biosécurité et des volatiles/produits habituellement commercialisés (p. ex. des fermes dont les volatiles sont confinés à l’intérieur en permanence ; évitant tout contact avec d’autres volailles ou la vie sauvage).

Secteur 3 : système commercial de production de volailles avec un degré faible à minimal de biosécurité et des volatiles/produits entrant sur le marché des volatiles vivants (p. ex. une ferme de ponte en cage avec des volatiles dans des hangars ouverts ; une ferme avec des volailles passant du temps en dehors du hangar ; une ferme produisant des poulets et des oiseaux aquatiques).

Secteur 4 : production de village ou de volailles de basse-cour avec un degré minimal de biosécurité et des volatiles/produits consommés localement » (OAA, 2006, p. 9).

32Comment expliquer alors qu’avec une telle vision du monde, ait pu passer inaperçu le fait que d’autres secteurs que le secteur 4 étaient très fortement impliqués dans le développement et la transmission de la grippe aviaire ?

33En Indonésie, cette classification a défini un cadre de réponse à la grippe aviaire qui ne s’est pas toujours avéré constructif. L’une des personnes interrogées, un spécialiste international de la santé animale, déclare :

  • 7 Interview téléphonique, 8 février 2010.

Des études ont été menées tôt sur le secteur des volailles de basse-cour. L’un des résultats a révélé que le “Secteur 3.5” – le commerce à petite échelle – se transformait petit à petit en activité d’élevage de basse-cour. Le fait que ces secteurs soient séparés en Indonésie était un genre de mythe7.

34Après qu’on lui eut présenté cette analyse du « Secteur 3.5 », un journaliste indonésien spécialisé interrogé également répond :

  • 8 Interview, 12 février 2010, Djakarta.

Je dirais que c’est même encore plus compliqué que cela. En fait, il s’agit des secteurs 3.1 à 3.9 et ce n’est pas simple. Le secteur 3 a une vaste portée. Ils n’ont pas tous le même système de gestion. Ils n’ont pas tous les mêmes compétences. Certains peuvent avoir des milliers d’oiseaux, d’autres seulement une centaine. Une seule et même approche peut ne pas être adaptée. Mais il faut bien faire quelque chose8.

35De la même façon, la classification ne fait pas de distinction entre les poules pondeuses qui peuvent vivre plusieurs années et les poulets produits pour la viande, qui n’ont une espérance de vie que d’un mois environ. Une telle approche réductrice est non seulement vouée à l’échec en raison de la complexité de l’industrie de la volaille en Indonésie, mais elle conduit également à une vision erronée du problème.

36Un autre exemple de pouvoir structurel relatif à l’identité sociale des parties prenantes est ancré dans les cultures professionnelles de certains experts. L’expertise vétérinaire internationale est arrivée en Indonésie en se focalisant inévitablement sur les animaux et en négligeant dès l’origine les chaînes complexes caractérisant l’élevage industriel, qui vont de la production alimentaire aux méthodes d’abattage en passant par les systèmes de transport, voire les systèmes d’assainissement des marchés publics. Une croyance s’est également imposée selon laquelle les solutions techniques éprouvées et testées dans d’autres régions étaient les méthodes les plus appropriées pour faire face à la maladie. Un agent de l’OAA interrogé, basé à Djakarta, nous confie :

  • 9 Interview, 12 février 2010, Djakarta.

En 2003, on a déploré une mortalité considérable dans les élevages commerciaux. Les grandes entreprises se sont alors mises à vacciner et ont semblé reprendre le contrôle. Au vu de l’énorme quantité de vaccins achetés, la plupart des donateurs internationaux ont pensé que les grandes entreprises étaient en mesure de gérer la crise et la géraient plutôt bien. Nous sommes à présent moins certains que la vaccination soit la solution en Indonésie9.

37L’analyse donnée par une autre personne interrogée nous offre une vision de l’intérieur et une meilleure compréhension de ce qui s’est produit au sein de la communauté des donateurs et du rôle joué par les arrangements organisationnels en temps de crise. Cela aurait pu sortir d’un manuel sur les dynamiques sociales :

  • 10 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

Une fois l’évaluation initiale effectuée, elle n’a pas été remise en cause pendant longtemps. Ceci était partiellement dû à la psychologie et à la dynamique de groupe. On le constate fréquemment en médecine lorsqu’un diagnostic présomptif n’est pas remis en cause. L’environnement et la culture ne sont pas propices à une remise en question. Dans le domaine de la médecine, les gens se réunissent pour discuter de ce qui n’a pas marché. Cela n’a pas été le cas pendant les deux premières années. Maintenant, nous savons que nous ignorions beaucoup de choses…
Au début, il y avait tellement peu de personnes impliquées qu’il y avait inévitablement un biais en faveur de leur expertise [vétérinaire]. Et les gens qui planifiaient étaient également ceux qui effectuaient le travail et qui se chargeaient de la mise en œuvre. Les planificateurs mettaient en œuvre une stratégie. Il y avait donc un préjugé qui renforçait les hypothèses d’origine. L’expertise du personnel en charge du problème était également concentrée sur les petits éleveurs. Dans l’ensemble, l’approche “basse-cour” faisait effectivement judicieuse au tout début. Si nous avions su à l’époque ce que nous savons maintenant, l’approche aurait été différente10.

38Elle poursuit en ajoutant :

L’analyse initiale était basée sur des entretiens semi-structurés, à l’instar de ce que vous [les intervieweurs effectuant la recherche] faites à présent, et dépendait donc de la confiance et de l’hypothèse selon laquelle les personnes interrogées disposaient des connaissances nécessaires, ce qui n’était pas toujours le cas. Les producteurs commerciaux ne savaient peut-être pas à quoi ressemblait le virus de la GAHP et ils préféraient peut-être dire “nous n’avons aucun problème”... Il y avait également un a priori favorable dû au succès initial de la mission. Ceci a généré des financements supplémentaires qui ont renforcé l’approche en cours. Le système s’autoalimentait.

39Un intervenant international interrogé dans le cadre de la présente étude pointe la réalité :

  • 11 Interview, 5 novembre 2009, Djakarta.

Il devait pouvoir afficher des priorités claires, et l’OAA qui mobilisait pour faire face à une urgence ne s’est pas précipitée pour élaborer un plan de travail dirigé vers le grand secteur commercial11.

40Comme le résume l’une des personnes interrogées :

  • 12 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

À présent, nous voyons bien que le problème était toujours d’abord et avant tout avec les grandes sociétés, mais cela ne plaît guère aux politiciens12.

41En réalité, les organisations internationales impliquées n’apprécient pas non plus : bien peu sont celles qui considèrent que s’occuper de grands groupes industriels fait partie de leurs attributions, sans compter que leurs mandats ne leur confèrent aucune autorité pour traiter avec ces groupes.

Ceux qui paient les violons... le pouvoir coercitif des financeurs

42L’autorité associée à un mandat défini au plan international est valable pour un certain nombre de domaines d’intérêts convergents ayant trait à la réponse à la grippe aviaire en Indonésie entre 2005 et 2010. Un haut fonctionnaire de l’OAA interrogé dans le cadre de cette étude déclare :

  • 13 Interview, 13 novembre 2009, Djakarta.

N’oubliez jamais que le PDSR a été en grande partie imposé à l’Indonésie. Il s’agissait d’un processus régi par les donateurs. Il y avait beaucoup de pression de la part des donateurs. Il régnait une atmosphère d’urgence13.

43Un autre vétérinaire international nous dit :

  • 14 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

L’USAID était l’un des bailleurs de fonds. AusAid en était un autre. Ils nous ont dit : “Nous voulons que le programme soit mis en œuvre en Indonésie.” Le gouvernement ne leur a pas demandé de venir. Au bout d’un an ou deux, à défaut d’un protocole d’entente, tout le monde s’est bousculé pour obtenir un accord signé par le ministère des Affaires étrangères. Tout allait trop vite. L’USAID versait beaucoup d’argent. L’OAA devait le dépenser. L’OAA devait faire ce que voulait l’USAID. L’OAA n’est pas loquace à ce sujet, mais l’USAID a dirigé toute l’affaire, notamment leurs spécialistes aux États‑Unis qui dictent jusqu’à aujourd’hui ce que doivent être les objectifs de l’OAA en Indonésie. L’OAA fait des choses qu’elle ne voudrait pas faire. La PDS [la surveillance sanitaire participative] a été utilisée avec succès sous une autre forme en Afrique dans le cas de la peste bovine. Mais il s’agissait d’une autre maladie sur un autre continent. Pourquoi les gens ont-ils pensé que cela fonctionnerait en Indonésie ? Ils ne le savaient pas, mais c’était une bonne manière de dépenser rapidement de l’argent14.

44À Djakarta, l’USAID n’a pas répondu à nos demandes d’interview mais beaucoup de personnes interrogées par nos soins ont pointé la puissance coercitive associée à leur financement et leur dépendance vis‑à-vis de leurs experts internes et des solutions perçues comme « éprouvées » – comme autant de facteurs éclairant la persistance de la concentration des efforts sur le secteur de l’élevage de basse-cour. Un autre agent de l’OAA, citant un document de 2006 de l’USAID qui avait financé la première extension du PDSR, déclare :

  • 15 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

Dans l’annexe, le diagnostic était le suivant : secteurs 1 & 2 – en grande partie non affectés [par le H5N1] ; secteur 3 – en grande partie non affecté ; secteur 4 – GAHP. C’est la raison pour laquelle on s’est focalisé dessus. L’évaluation initiale était légèrement erronée15.

45Il poursuit ainsi :

... la communauté des donateurs – l’USAID – a joué le rôle d’un puissant dirigeant technique. Ils étaient un peu réticents à admettre le besoin de s’occuper de la chaîne de marché, par exemple… On ne dépense pas autant d’argent pour l’industrie ; il est plus facile de dépenser de l’argent en s’occupant des petits éleveurs. Il y avait 190 millions d’USD dans le pot et il fallait les dépenser immédiatement.

46Sur cette base, la marche à suivre proposée par l’agent interrogé consiste en une meilleure collaboration et coordination entre les agences, et entre les agences et le gouvernement :

II est nécessaire que tous les organismes travaillent avec le gouvernement. Aujourd’hui, les organismes bilatéraux travaillent sur une base contractuelle et non pas essentiellement avec le gouvernement. L’une des bases de la participation est de travailler sur ce qui constitue les préoccupations de vos parties prenantes. L’USAID devrait travailler avec le KOMNAS, le ministère de l’Agriculture, mais il est habitué à dicter à ses contractants ce qu’ils doivent faire. L’organisation essaie de mettre en œuvre des changements sans impliquer le gouvernement. Comme après le récent séisme en Haïti. Les États‑Unis voulaient que les choses avancent, alors ils ont travaillé de manière indépendante avec des contractants. Il faudrait un partenariat plus important. Il faut faire confiance à l’approche multilatérale.

47Les rapports de pouvoir inhérents aux relations internationales dépassent le cadre du présent article, mais ils sont particulièrement pertinents dans le cas de la grippe aviaire où ils sont le fruit d’un mélange entre les préoccupations de sécurité nationale et des agendas de santé publique globale plus normatifs et orientés vers le développement. Au vu du potentiel en termes de pandémie humaine du virus et des effets économiques potentiels d’une telle situation, les efforts investis dans la réponse à la grippe aviaire sont largement perçus comme bénéficiant prioritairement aux nations riches (Calain, 2007a, b), ce qui peut entraver les réponses nationales dans les pays à faible revenu. Par ailleurs, alors que l’ordre économique mondial est en pleine transformation, de nouvelles conceptions des relations internationales et du développement émergent, loin des modèles centre-périphérie (Appadurai 1996 ; Sivaramakrishnan & Agrawal, 2003 ; Sassen, 2007). Au‑delà de la réponse à la grippe aviaire, l’autorité « globale » est de plus en plus fragile et doit être de plus en plus négociée, en dépit de la mise en application généralisée des nouveaux règlements sanitaires internationaux de 2005.

La « lutte contre la pauvreté » : une priorité qui peut biaiser les diagnostics et les réponses aux crises sanitaires

48Au-delà des impératifs de l’urgence et de l’hégémonie exercée par l’aide bilatérale, les personnes interrogées ont donné une analyse plus complexe encore de la situation. Le vétérinaire international cité plus haut déclare notamment :

  • 16 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

Les organisations internationales – DFID, USAID, par exemple – appliquent typiquement le prisme de la pauvreté. C’est pourquoi elles ont commencé avec les petits éleveurs de basse-cour. Le programme PDSR a débuté avec une image des petits éleveurs pauvres16.

49De la même façon, l’OAA, dont la devise est « contribuer à construire un monde sans faim », dans ses attributions et sa culture, est très encline à soutenir les pauvres et les petits agriculteurs. Avec des consignes et des financements poursuivant cet objectif précis en Indonésie, où la grippe aviaire a des implications importantes aussi bien pour la sécurité alimentaire que pour la santé humaine, pourquoi l’organisation aurait‑elle remis en cause sa mission ? Le prisme de la pauvreté était également bien installé dans la mentalité du gouvernement indonésien, notamment au sein du ministère de l’Agriculture. Un fonctionnaire indonésien nous dit :

  • 17 Interview, 11 novembre 2009, Djakarta.

L’approche du gouvernement consiste à permettre à la communauté de faire face à la pauvreté. La stratégie de réduction de la pauvreté regroupe toutes les politiques gouvernementales et le secteur de la volaille ne fait pas exception17.

50Un vétérinaire indonésien souligne également le poids politique de la population rurale et le besoin pour le gouvernement de renforcer le soutien aux éleveurs pauvres :

  • 18 Interview, 8 février 2010, Djakarta.

L’OAA est arrivée dans le pays et a commencé à travailler avec le gouvernement. Ils y étaient obligés. C’est sa mission, sa position par défaut. Cela l’a conduite à se concentrer sur les pauvres et sur les services vétérinaires locaux. Le gouvernement central n’a rien à dire aux grands éleveurs et se concentre sur le développement des petits éleveurs, s’assurant de leur donner un certain avantage compétitif. Il y a de nombreux électeurs dans l’île rurale de Java, et avec l’arrivée de la démocratie, dans une zone où le cheptel de nombreux éleveurs était affecté, la grippe aviaire était une question sensible. Ainsi, le PDSR a été mis en place uniquement pour détecter la maladie dans les “ayam kampung” [les poulets de village] et ils l’ont trouvée. Il y avait donc un a priori au niveau de l’observation – vous trouvez ce que vous cherchez et vous pensez ainsi chercher au bon endroit. Mais comment savaient-ils que l’industrie contrôlait la situation ? Il n’y a pas vraiment eu de recherche scientifique de bonne qualité18.

51Tout ceci conforte l’idée, qui n’est pas une surprise aux yeux des chercheurs en sciences sociales, que la construction des connaissances n’est pas un processus exempt de priorités. Des considérations politiques sont souvent à la base de cette construction. À titre d’exemple, on rapporte qu’un conflit important a eu lieu à huis clos entre l’USAID et le ministère américain de l’Agriculture (USDA). Alors que l’USAID rapporte au congrès américain sur la base de son mandat de lutte contre la « pauvreté », la représentation de l’USDA en Indonésie parle au nom du ministère américain de l’Agriculture et a une compréhension nettement plus spécifique des problèmes de santé animale, notamment dans le contexte de l’agro-industrie. Ces deux organisations se sont affrontées autour de la définition du problème et l’USAID l’a emporté, poussant à une interprétation de la situation dans le sens d’un problème de pauvreté. Un observateur se remémore du conflit en ces termes :

  • 19 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

L’USDA a toujours travaillé avec des industriels et des commerciaux aux États‑Unis. Il a donc abordé le problème avec une mentalité différente. Cependant, ce n’est pas ce point de vue qui a eu gain de cause… Il apparaît que l’USAID n’utilise pas l’USDA comme source d’expertise. Ceci doit avoir été frustrant et même décourageant pour eux. On dit que les experts santé de l’USAID basés à Washington ne se soucient pas de ce que pense l’USDA. Des consultants en développement en place depuis longtemps prévalent sur l’expertise de l’USDA19.

52Une autre dynamique puissante à l’œuvre au sein de l’USAID, de l’avis de plusieurs personnes interrogées, était l’impératif de verser les fonds rapidement, une obligation que l’USAID et d’autres donateurs ont incontestablement relayée à l’OAA, celle-ci étant ainsi sous pression pour déplacer rapidement les fonds. D’après une personne interrogée travaillant au sein de l’OAA :

  • 20 Interview, 13 novembre 2009, Djakarta.

Ceci explique pourquoi, en Indonésie, le programme de l’OAA était singulièrement pragmatique. Dans les autres pays, les programmes de l’OAA le sont beaucoup moins. Là, nous sommes allés directement trouver les parties prenantes locales pour leur verser l’argent, directement sur le terrain. Le programme PDSR a notamment versé à plus de 2000 travailleurs de terrain 100 USD par mois, ce qui est facile à débourser. L’un des inconvénients est que c’est beaucoup moins durable20.

53Une autre personne interrogée déplore :

  • 21 Interview par téléphone, 8 février 2010.

Personne n’a vraiment demandé s’il existait des foyers de maladie dans le secteur commercial. Ils l’ont juste cru sur parole. Il est juste vraiment triste de constater que des millions de dollars ont été dépensés sans preuve. Personne ne s’est demandé ce qui transmettait la grippe aviaire et comment la contrôler de manière totalement efficace. Cela ne fonctionne toujours pas vraiment selon un modèle fondé sur les preuves... Il n’y avait pas de véritables preuves21.

54Finalement, le besoin de mettre de l’argent sur le terrain pour faire preuve d’« efficacité », associé aux mandats « en faveur des pauvres » qui irriguent les organisations internationales comme l’USAID, l’OAA et les gouvernements locaux, peut s’avérer contre‑productif lorsqu’il s’agit de mettre en forme des diagnostics de santé publique et les politiques associées. Dans le cas qui nous occupe, les modalités politiques et organisationnelles se sont combinées pour fournir une interprétation faussée de la situation.

Les grands groupes : contrôle du discours

  • 22 « Les ventes de poulet chutent de 50 % », Jakarta Post, 29 janvier 2004.

55Le présent article s’est jusqu’ici concentré sur les a priori technico-scientifiques et culturels des organisations internationales finançant et mettant en œuvre la réponse à la crise, mais les acteurs domestiques commerciaux impliqués dans la production de volailles ont également biaisé l’analyse des choses. La crainte principale des grandes sociétés et des producteurs commerciaux est une diminution de la demande ; or, en plusieurs occasions, la consommation de poulets a considérablement baissé en raison de la grippe aviaire. Le premier événement qui a suivi l’annonce par le gouvernement de l’apparition de l’infection, le 25 janvier 2004, a été le plus dramatique. À Djakarta, capitale indonésienne, les ventes ont été divisées par deux en quelques jours22. Un analyste du secteur brosse un tableau éloquent :

  • 23 Interview, Djakarta, 16 septembre 2009.

La première baisse de prix a été la plus catastrophique. C’était comme si on avait tracé un cercle autour de la ville. Ils [les commerçants] refusaient d’en prendre plus parce qu’il y avait dans la ville une énorme quantité de volatiles qui ne pouvaient être vendus. Ceci s’est répercuté jusqu’aux portes des élevages. Il n’y a pas de stockage au froid. Ce fut un choc que personne n’oubliera23.

  • 24 « Les restaurants de poulet et les vendeurs voient leurs ventes chuter », Jakarta Post, 28 juillet (...)
  • 25 « Les éleveurs sont durement frappés par l’effondrement des ventes de volailles », Jakarta Post, 2 (...)
  • 26 « Les vendeurs de poulets déclarent que les ventes s’effondrent », Jakarta Post, 17 janvier 2007.
  • 27 « Les éleveurs de Bali commencent à sentir les effets négatifs de la lutte contre la grippe aviaire (...)

56Le second événement suivit l’annonce par le gouvernement, le 20 juillet 2005, des premiers décès confirmés dus au virus H5N1 dans le pays. En quelques jours, les fournisseurs de volaille rapportèrent à nouveau une chute de la demande allant jusqu’à 65 %, le commerce fut très ralenti et les restaurateurs se plaignirent que les gens « avaient peur de manger du poulet » et qu’ils fermaient tôt24. En un week‑end, la consommation chuta de 70 % dans toute la ville25. De la même manière, des effets plus localisés se produisirent en janvier 2007, suite au décès de quatre personnes infectées par le virus H5N1 en une semaine à Djakarta26, suivis de deux autres décès en deux semaines à Bali, en août 200727.

57Au vu de l’importance de ces « chocs de consommation », la prévalence et la persistance de la grippe aviaire ont toujours été minimisées par les grandes sociétés vis‑à-vis du public alors que dans le même temps, elles introduisaient des processus de biosécurité renforcés pour protéger leurs opérations. C’est là un exemple de pouvoir productif : une influence exercée par le contrôle du discours public. Un cadre dirigeant qui n’a pu être interrogé qu’au titre de représentant d’un groupe industriel et non d’une société, et exigeant même que ledit groupe reste anonyme, nous donne une analyse très rôdée qui illustre bien le discours des industriels :

  • 28 Interview, Djakarta, 9 septembre 2009.

La grippe aviaire a affecté principalement les poulets indigènes... Le gouvernement a tenté de soutenir les petits éleveurs mais ils n’en avaient rien à faire. Maintenant, la grippe aviaire est terminée. On ne constate que quelques éruptions intermittentes de la maladie dans les villages28.

58Comme cela s’illustre ici, les grandes sociétés préféreraient ne pas admettre l’existence de la grippe aviaire et s’efforcent de nier la présence d’une maladie qui s’est avérée réduire la demande de leurs produits et affecter leur rentabilité de manière négative. Tant que les gens continueront de consommer du poulet, leurs bénéfices financiers seront peu affectés par les effets sporadiques ou plus larges de la maladie et peuvent même augmenter, puisque plus de poulets sont nécessaires au remplacement des volatiles morts et que davantage de nourriture est indispensable à l’élevage pour produire la viande perdue en raison de la maladie. Ils peuvent même profiter de l’échec de concurrents plus petits et techniquement moins bien équipés.

59Les éleveurs commerciaux, qui opèrent à diverses échelles et sont souvent liés par contrat à de grands intégrateurs industriels ou de grands intermédiaires, ont également intérêt à réduire les craintes des consommateurs. Ils dépendent largement de grands intégrateurs (via leur revenu, les conseils techniques ou leurs matières premières) et sont par conséquent exposés à un pouvoir coercitif via de multiples incitations manipulées. En cas de maladie, les pressions commerciales les obligent par exemple à distribuer leur produit infecté sur le marché le plus rapidement possible, en passant outre les dangers accrus de diffusion de la maladie. Pour ces groupes également, le risque construit autour de la grippe aviaire est plus fortement associé aux pressions commerciales liées au fait de ne pas pouvoir vendre leurs volatiles plutôt qu’à la mort des volatiles dans leurs locaux, et il supprime ainsi de la même manière le discours sur la maladie.

  • 29 Globe Asia, août 2010.

60Un dernier rapport de pouvoir puissant avéré parmi les acteurs domestiques est le pouvoir structurel inscrit dans les relations souvent opaques entre les intérêts des grands groupes commerciaux et les gouvernements nationaux et locaux. Depuis 2003, l’industrie a enregistré une croissance rapide sous le contrôle de grandes sociétés oligopolistiques. Et avec trois grandes sociétés générant 70 % de la production de poulets (Sumiarto & Arifin, 2008, p. 10), les deux plus importantes ayant des chiffres d’affaires nationaux respectifs de 1,6 milliards d’USD et de 1,45 milliards d’USD en 200929, de nombreuses personnes interrogées ont fait référence aux connexions politiques dont bénéficient ces grandes sociétés, y compris des liens familiaux, ainsi qu’à leur capacité à « acheter » des acteurs clés par la corruption passive ou active et à exercer des pressions sur les fonctionnaires qui ne sont pas favorables à leur point de vue.

61Un fonctionnaire du gouvernement indonésien nous confie son sentiment en ces termes :

  • 30 Interview, 11 février 2010, Djakarta.

L’acteur politique n’a aucun moyen de contrôler l’industrie, surtout au niveau local. C’est comme se trouver dans un hélicoptère. On peut regarder en bas et voir le problème, mais on ne peut rien contrôler30.

62Ceci étant, les interactions public-privé dans l’industrie avicole peuvent sembler ne pas beaucoup différer de celles des autres domaines de la vie commerciale et quotidienne en Indonésie qui a été classée au 110e rang (au même niveau que le Bénin, la Bolivie, le Gabon, le Kosovo et les îles Salomon) au titre de l’indice de perception de la corruption 2010 de Transparency International31. En dépit d’améliorations récentes, toutes les administrations postérieures à 1997 souffrent d’un certain degré de continuité avec celles d’un passé autoritaire, qui se caractérisaient par une corruption institutionnalisée, des processus opaques et une connivence avec les intérêts commerciaux. La corruption profondément inscrite dans les réseaux patron‑client et l’accaparement des ressources par les élites sont largement perçus comme demeurant endémiques (Webber, 2005 ; Jamie, 2009 ; Kimura, 2011). Bien qu’Erawan (2007) rapporte des différences significatives dans les types de politique menées à travers le pays, avec des situations d’accaparement de la part des gouvernements locaux et une corruption rampante dans certaines juridictions, et le renforcement de la démocratie et l’émergence de gouvernements efficaces dans d’autres, la récente décentralisation politique a aggravé la situation d’après de nombreux commentateurs (Roth, 2007 ; Simandjuntak, 2009).

63La décentralisation politique, surtout dans sa forme indonésienne si particulière (Banque mondiale, 2003), conspire par nature contre presque tous les principes propres à juguler une maladie animale infectieuse. Cela nécessite en effet une action globale, cohérente et coordonnée dans toute la zone infectée. Mais avec des priorités, des compétences et des financements variant au gré des 456 régions autonomes (McLeod, 2008), et les services vétérinaires constituant par ailleurs une « cible facile » pour les politiques de réduction des coûts (Normile, 2007, p. 31), les directives nationales ne sont mises en œuvre que lorsque les responsables locaux pensent qu’il est nécessaire de le faire et qu’ils bénéficient d’un soutien local. Ces dynamiques sont aggravées par le manque de crédibilité du gouvernement central pour traiter avec l’industrie avicole, suite à un catalogue d’interventions malheureuses couvrant plus de quarante années (Rusastra et al., 1988 ; Yusdja, 1996 ; Yusdja et al., 2004). Elles sont aussi renforcées, comme il a déjà été mentionné, par le fort désir de nombreux acteurs non gouvernementaux, petits ou grands, de supprimer toute discussion sur la question.

64Du point de vue rhétorique, le gouvernement national a bien adopté toutes les prescriptions de l’expertise internationale qui a conçu la réponse à la crise, qu’il s’agisse des contrôles de vaccination, de l’abattage, des restrictions sur le déplacement des volailles, ainsi que sur la surveillance au niveau local. Il a aussi accepté avec enthousiasme les financements liés. Toutefois, il n’a vu aucun de ces programmes être mis en œuvre de façon uniforme dans le pays compte tenu des complexités politiques de la décentralisation, du manque de capacités techniques et de crédibilité pour faire appliquer les réglementations nationales. Des collusions avec des conglomérats industriels ont aussi joué un grand rôle. Tout ceci a abouti à une incapacité totale du gouvernement à faire face au secteur industriel de la volaille et à répondre à ses pratiques. Le gouvernement a donc soutenu et renforcé les biais des organisations internationales qui ont tendu vers un diagnostic et une intervention axés sur le petit élevage paysan. Le secteur industriel a ainsi été entièrement laissé à lui‑même.

65Commentant la faiblesse de la mise en œuvre de la structure de régulation, un autre fonctionnaire du gouvernement, constate avec regret :

  • 32 Interview, 8 février 2010, Djakarta.

Nous avons des difficultés à atteindre cette industrie avicole. Ils détiennent le pouvoir32.

66En pratique, ces interactions public-privé complexes, fréquemment opaques et informelles constituent l’un des facteurs les plus décisifs affectant toute réponse à la grippe aviaire en Indonésie ; et le cadre analytique du présent article fournit une explication sur les raisons pour lesquelles elles sont aussi contestées. Les grandes entreprises jouissent d’un réel pouvoir productif sur le contrôle du discours et en ont usé pour mettre à mal le consensus concernant l’étendue et les effets de la maladie. Elles possèdent également un pouvoir coercitif sur la manière de manipuler les incitations destinées à la majorité des éleveurs de volailles et leur pouvoir structurel bien établi leur permet de dominer l’action gouvernementale d’une manière non optimale pour le contrôle de la maladie. Il est significatif qu’aucune des grandes sociétés n’ait approché les donateurs ou le gouvernement pour leur demander un soutien financier, voire technique. Toute leur stratégie a consisté à gérer le problème à huis clos.

« Priorité à l’humain » : une approche qui conduit à se concentrer sur les symptômes plutôt que sur les causes

67Un dernier rapport de pouvoir important lié à la production de connaissances en matière de réponse à la crise de la grippe aviaire en Indonésie concerne la lecture, dominante parmi les acteurs internationaux, de l’épizootie comme une menace pour la santé de l’homme. Bien que le nombre de cas humains déclarés de grippe due au virus H5N1 et de décès soit resté faible, plusieurs personnes interrogées ont suggéré que la volaille de basse-cour a été la cible de l’action parce qu’il semblerait que se situe là le risque le plus important pour la santé humaine :

  • 33 Interview, 11 février 2010, Djakarta.

L’accent était mis sur la volaille de basse-cour, parce que se situaient là les cas détectés d’infection de l’homme. Mais en fait, en termes de propagation de la maladie, la volaille de basse-cour est une victime et non pas une source ou une cause33.

68Un autre vétérinaire indonésien interrogé l’exprime différemment :

  • 34 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

La basse-cour était le lieu où les gens mouraient et c’était l’endroit où les gens étaient en contact avec les volailles34.

69Pourtant, un autre fonctionnaire international reconnaît :

  • 35 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

Les cas humains étaient généralement associés à des volatiles de village malades. Ceci était important surtout pour l’USAID et l’OMS. Cela avait beaucoup à voir avec l’image de la basse-cour. Il n’y a pas vraiment eu d’études35.

70Le facteur « contact avec les volailles » n’était pas immédiatement évident pour le premier cas humain indonésien confirmé en laboratoire et déclaré en juillet 2005 : un fonctionnaire du gouvernement âgé de 38 ans, dont le bureau était situé au centre de Djakarta et qui travaillait à l’international (OMS, 2005). Cependant, au 28 septembre 2006, 68 cas furent confirmés en Indonésie, dont 52 avec une issue fatale (OMS, 2006), et bien que les études n’aient pas été toujours définitives, le contact avec la volaille est considéré comme ayant été la voie de propagation dans la plupart des cas.

71Il ne s’agit pas de dire ici que cette compréhension de la maladie relève de l’incompétence mais, dans le contexte de la menace pandémique globale et de l’intérêt des médias à l’échelle mondiale. Il s’agit plutôt ici de suggérer que cette forte attention portée aux cas humains – parmi ceux vivant au contact de la volaille dans la campagne indonésienne – a eu un effet négatif sur l’évaluation précise des sources principales du problème, de même que sur l’élaboration de la réponse politique appropriée à donner. Comme l’a fait remarquer l’une des personnes interrogées, l’une des conséquences a été de modeler la réponse en prenant pour modèle la propagation des maladies infectieuses entre humains plutôt qu’entre animaux :

  • 36 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

Les gens ont pris le VIH/SIDA comme modèle et toutes les campagnes centrées sur les tentatives de prévention. L’idée était qu’un certain comportement bien défini devait être modifié et que si l’on y parvenait, la chaîne de propagation serait interrompue. Tel était l’état d’esprit et c’est cette approche conceptuellement simple qui a été utilisée contre le virus H5N1. Il s’agissait d’un virus aviaire et les humains l’attrapaient au contact des oiseaux. Il fallait supprimer l’interface entre les humains et les animaux. Or où se situait cette interface ? Où les humains vivent-ils en contact avec les animaux ? Dans les élevages de basse‑cour ! En conséquence, le besoin de se laver les mains, de mettre les oiseaux en cage et de cesser de toucher les volailles est devenu l’enjeu principal des campagnes de l’UNICEF... Avec le recul, on peut dire que cette approche relativement simpliste n’était pas la meilleure manière de stopper la propagation de la maladie36.

72Cette dynamique peut être lue comme une illustration du pouvoir structurel et productif dont jouissent les préoccupations de santé humaine par rapport aux préoccupations de santé animale. Une illustration aussi de la prévalence de la perspective médicale sur le regard vétérinaire au sein des organisations et des forums mondiaux. Cela met une fois de plus en lumière les a priori mentionnés plus haut au regard des modalités institutionnelles des organisations internationales impliquées dans la réponse en Indonésie, qui disposent d’une expérience plus large du traitement des maladies humaines telles que le VIH/ SIDA que des maladies animales.

Conclusion : renforcer la réévaluation constante des connaissances organisationnelles

73Le présent article a défendu l’idée qu’une série de facteurs afférents au pouvoir, aux modalités organisationnelles et à la production des connaissances a interféré avec la capacité de presque toutes les organisations impliquées dans la réponse à la grippe aviaire en Indonésie à établir un diagnostic précis de la situation et à formuler et mettre en œuvre une stratégie efficace. Aussi bien les agences internationales que nationales ont trop facilement accepté l’idée d’une « biosécurité » inhérente à la production industrielle de volailles et aucune n’était préparée à entamer un travail avec le secteur industriel qui avait à cœur de se disculper. Les mandats normatifs « en faveur des pauvres », qui caractérisent de nombreuses organisations internationales et bilatérales, les préoccupations politiques des gouvernements nationaux et locaux et la perception de la grippe aviaire comme un problème de santé humaine ont également contribué à détourner l’attention des grandes entreprises industrielles et à la nécessité de renforcer leurs procédures sanitaires. Par ailleurs, la nécessité de distribuer des fonds afin de faire preuve d’« efficacité », a grandement brouillé l’analyse des meilleurs angles d’action. En conséquence, les petits éleveurs de « basse-cour », qui ne pouvaient faire entendre leur voix dans un plan quelconque de lutte contre l’épizootie, ont été érigés en boucs émissaires, facilement disponibles comme cibles à la fois du blâme et de l’action réparatrice.

74En fin de compte, ces biais peuvent être lus comme l’expression d’une certaine vision de la modernité scientifique, une vision qui cristallise des relations précises de pouvoir entre diverses organisations, discours, perspectives, disciplines et préoccupations. Il s’agit notamment de dynamiques telles qu’une foi profonde dans les procédés industriels par rapport aux procédés « traditionnels », conduisant à négliger les contextes locaux, ou encore une forme de « politiquement correct » qui impose une lecture « pro‑pauvres » des choses dans les interventions internationales, même face à une crise de santé publique complexe. Ces biais peuvent aussi être considérés comme des stratégies d’adaptation d’acteurs rationnels à des contraintes multiples : la nécessité de fournir une réponse dans l’urgence ; la tentation d’adopter des modèles connus et testés en dépit de contextes très différents, l’obligation de mettre en œuvre les fonds rapidement et d’afficher des résultats, ou encore le recours à l’expertise disponible, qui inévitablement cadre les objets analysés.

75Cette dynamique reflète largement les modalités institutionnelles et professionnelles respectives des agences de coopération internationales de même que le poids et le pouvoir structurel de formes d’expertise préconstituées dans leur planification et leurs procédures opérationnelles. En Indonésie, entre 2005 et 2010, il existait des lacunes notoires et des lacunes ignorées dans l’interprétation scientifique, un manque de clarté de nombreuses méthodes et des a priori dans la manière dont certains types d’expertise étaient sélectionnés et employés, le tout ayant été insuffisamment remis en cause pendant trop longtemps. L’évaluation de 2009 de l’OAA représente un travail complet et éclairé. Cependant, des questions demeurent au sujet des raisons pour lesquelles elle n’a pas été effectuée plus tôt et pourquoi certaines de ses recommandations les plus évidentes n’ont pas été plus rapidement identifiées de manière moins formelle.

76Chercher des solutions à ces problèmes implique néanmoins de repenser en grande partie la manière dont l’expertise est mobilisée, dont sont établis les diagnostics et dont les options stratégiques sont remises en cause, notamment en temps d’urgences sanitaires mondiales. Partant de l’exemple indonésien, force est de constater que la capacité à identifier et à analyser les problèmes indépendamment des gouvernements, des industries locales et des expertises partiales doit, en toute connaissance des préoccupations de ces groupes, être développée, de même que la capacité à remettre en question les diagnostics de départ ou dominants, même si cela implique de remettre en cause des décisions déjà actées et même si ces changements entraînent des coûts financiers.

77Plus largement, ces problèmes soulignent la nécessité de repenser la manière dont l’identification, l’évaluation et la gestion des crises sanitaires locales aux implications globales sont effectuées. Une expertise vaste et structurée est sans aucun doute nécessaire, tout comme des forums de discussion et des débats contradictoires ainsi que des formes de contrôle et d’évaluation permettant d’établir un audit des nouvelles preuves lorsque celles-ci apparaissent, de centraliser les doutes et les idées nouvelles en provenance de la plus large palette possible de parties prenantes et de préserver la capacité de mettre en question les choix politiques et les orientations au plus haut niveau. En bref, une large palette de points de vue multi- et interdisciplinaires doit être accessible et on doit continuellement pouvoir s’y référer. L’objectif est de mettre en place un débat et une information plus transparents et de réduire le temps d’adaptation des politiques et de réallocation des fonds, si nécessaire.

78Dans le cadre de ces réaménagements, un facteur important devant être pris en considération est l’obligation des donateurs de débourser leur soutien financier rapidement et de faire preuve d’« efficacité » auprès des gouvernements ou de l’électorat des donateurs. Cette tension, fréquemment induite par des cycles budgétaires brefs ou annuels, renforce les structures et les programmes préexistants au lieu d’inciter à leur examen critique. Compte tenu de la nécessité pour les organisations donatrices de verser l’argent sur le terrain, la solution la plus simple, qui n’est peut-être pas la meilleure, est souvent d’élargir les programmes existants. Un autre défi clé consiste à ne pas devenir prisonnier des modalités et caractéristiques professionnelles d’une organisation lorsque celle-ci se caractérise par une spécialisation intense ou des priorités impératives (p. ex. la « lutte contre la pauvreté ») pouvant induire des erreurs opérationnelles ou d’observation. Par exemple, la préoccupation principale et l’expertise du personnel de l’OAA sont axées sur l’agriculture à petite échelle et sur les plus pauvres et peut s’avérer ne pas être l’expertise appropriée pour traiter la question des grandes sociétés agro‑industrielles.

79Les trois quarts des maladies futures seront vraisemblablement d’origine animale, un processus favorisé par la mondialisation, le changement climatique et les pratiques d’élevage accompagnant la croissance rapide de la population mondiale ainsi que sa prospérité croissante dans de nombreux territoires. De ce fait, la gestion de la santé animale à l’échelle mondiale sera de plus en plus critique pour le bien-être de la planète, de l’homme et de l’animal. Une série de questions apparaît ainsi quant au rôle et à la participation future des organisations internationales dans la réponse aux menaces de maladies mondiales. Et ce d’autant plus que la conception moderniste et universaliste du bien public mondial, qui a sous‑tendu leur activité au cours des cinquante dernières années, fait place à des configurations politiques de plus en plus complexes. Alors que la puissance économique et politique continue de se déplacer vers les nations émergentes, le pouvoir de ces organisations, leurs sources de financement et leurs droits supposés intervenir, seront surveillés et débattus de façon croissante. À cet égard, le virus H5N1 en Indonésie fournit une puissante illustration d’un ensemble plus large de questions d’intérêt vital pour l’avenir.

Les auteurs remercient Abdil Mughis Mudhoffir, Abdul Azid, Irsyad Zamjani et Bugie Kurnianto de leurs importantes contributions et de leur travail d’assistance de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (1996). Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis: University of Minnesota Press.

Auewarakul, P., Hanchaoworakul, W. & Ungchusak, K. (2008). Institutional responses to avian influenza in Thailand: Control of outbreaks in poultry and preparedness in the case of human-to-human transmission. Anthropology & Medicine, 15(1), 61-67.

Barnett, M.N. & Duvall, R. (2005). Power in global governance. Cambridge: Cambridge University Press.

Bish, A. & Michie, S. (2010). Demographic and attitudinal determinants of protective behaviours during a pandemic: A review. British Journal of Health Psychology, 15(4), 797-824.

Brundtland, G.H. (2003). Global Health and International Security. Global Governance, 9(4), 417-423.

Calain, P. (2007a). Exploring the international arena of global public health surveillance. Health Policy Planning, 22(1), 2-12. http://heapol.oxfordjournals.org/cgi/content/ abstract/22/1/2.

Calain, P. (2007b). From the field side of the binoculars: a different view on global public health surveillance. Health Policy Planning, 22(1), 13-20. http://heapol.oxfordjournals.org/cgi/content/abstract/22/1/13.

Callon, M. (1986). Some Elements of a Sociology of Translation: Domestication of the Scallops and the Fishermen of St. Brieuc Bay. In Law, J. (ed.), Power, Action and Belief: A New Sociology of Knowledge? London: Routledge.

Callon, M. (1991). Techno-economic Networks and Irreversibility. In Law, J. (ed.), A Sociology of Monsters: Essays on Power, Technology and Domination. London: Routledge.

Chambers, R. (1994). Participatory Rural Appraisal (PRA): Analysis of Experience. World Development, 22(9), 1253-1268.

Chuengsatiansup, K. (2008). Ethnography of epidemiologic transition: Avian flu, global health politics and agro-industrial capitalism in Thailand. Anthropology & Medicine, 15(1), 53-59. http://dx.doi.org/10.1080/13648470801919057.

Clifford, J. & Marcus, G.E. (1986). Writing culture: the poetics and politics of ethnography. California: University of California Press.

Collier, S. & Lakoff, A. (2008). Biosecurity interventions: global health & security in question. New York: Columbia University Press.

Delgado, C.L., Rosegrant, M.W., Steinfeld, H., Ehui, S.K. & Courbois, C. (1999). Livestock to 2020: the next food revolution. International Food Policy Research Institute (IFPRI); Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO); International Livestock Research Institute (ILRI).

Elbe, S. (2010). Haggling over viruses: the downside risks of securitizing infectious disease. Health Policy and Planning, 25(5), 476-485.

Erawan, I.K.P. (2007). Tracing the Progress of Local Governments since Decentralisation. In McLeod, R.H., MacIntyre, A. (eds). Indonesia - Democracy and the Promise of Good Governance. Singapore: ISEAS Publishing.

Fidler, D.P. (2005). From International Sanitary Conventions to Global Health Security: The New International Health Regulations. Chinese Journal of International Law, 4(2), 325-392. http://chinesejil.oxfordjournals.org/cgi/content/abstract/4/2/325.

Fidler, D.P. (2007). Indonesia’s Decision To Withhold Influenza Virus Samples From The World Health Organization: Implications For International Law ASIL Insight, 11(4).

Fidler, D.P. & Gostin, L.O. (2006). The New International Health Regulations: An Historic Development for International Law and Public Health. The Journal of Law, Medicine & Ethics, 34(1), 85-94. http://dx.doi.org/10.1111/j.

Fischer, F. (2003). Reframing Public Policy: Discursive Politics and Deliberative Practice. Oxford: Oxford University Press.

Food and Agriculture Organization [FAO] (2004). Recommendations on the prevention, control and eradication of highly pathogenic avian influenza (HPAI) in Asia. Retrieved 5 November, 2009, from: http://www.fao.org/docs/eims/upload/165186/FAOrecommendationsonHPAI.pdf

Food and Agriculture Organization [FAO] (2006). Poultry Sector Country Review: Egypt. Retrieved 26 April, 2011, from: http://ftp.fao.org/docrep/fao/011/ ai355e/ai355e00.pdf.

Food and Agriculture Organization [FAO] (2009a). Independent Evaluation of FAO’s Participatory Disease Surveillance and Response Programme in Indonesia. Rome.

Food and Agriculture Organization [FAO] (2009b). The State of Food and Agriculture. Rome.

Food and Agriculture Organization [FAO] (2010). FAOAIDEnews Situation Update 69. Retrieved 4 March, 2012, from: http://www.fao.org/3/ak779e/ak779e00.pdf

Food and Agriculture Organization [FAO] (2011). Approaches to controlling, preventing and eliminating H5N1 Highly Pathogenic Avian Influenza in endemic countries. Retrieved 9 August, 2012, from: http://www.fao.org/3/i2150e/i2150e.pdf

Forster, P. (2009). The Political Economy of Avian Influenza in Indonesia. Brighton: STEPS Centre.

Geertz, C. (1973). The interpretation of cultures: selected essays. New York: Basic Books.

Glaser, B.G. & Strauss, A.L. (1967). The Discovery of Grounded Theory. Chicago: Aldine.

Grain (2006). Fowl Play - The Poultry Industry’s Central Role In The Bird Flu Crisis. Retrieved 11 June, 2012, from: http://www.grain.org/go/birdflu.

Gulati, A., Minot, N., Delgado, C.L. & Bora, S. (2005). Growth in high-value agriculture in Asia and the emergence of vertical links with farmers. Symposium toward High-Value Agriculture and Vertical Coordination: Implications for Agribusiness and Smallholders. National Agricultural Science Centre, Pusa, New Delhi.

Hairon, N. (2007). Avian Influenza and Pandemics. Nursing Times, 103(7), 23-24.

Heymann, D.L. (2006). SARS And Emerging Infectious Diseases: A Challenge To Place Global Solidarity Above National Sovereignty. Annals of the Academy of Medicine. Singapore, 35, 350-353.

International Livestock Research Institute [ILRI] (2009). Final report of the operational research in Indonesia for the effective control of highly pathogenic avian influenza. Nairobi.

Jamie, S. (2009). Dilemmas of democratic consolidation in Indonesia. The Pacific Review, 22(3), 293-310.

Keeley, J. & Scoones, I. (2003). Understanding Environmental Policy Processes. London: Earthscan.

Kimura, E. (2011). Indonesia in 2010. Asian Survey, 51(1), 186-195.

Kleinman, A.M., Bloom, B.R., Saich, A., Mason, K.A. & Aulino, F. (2008). Asian flus in ethnographic and political context: A biosocial approach. Anthropology & Medicine, 15(1), 1-5. http://dx.doi.org/10.1080/13648470801918968.

Latour, B. (1996). Aramis, or the love of technology. Cambridge, Mass: Harvard University Press.

Law, J. (1986). On the Methods of Long Distance Control: Vessels, Navigation and the Portuguese Route to India. In Law, J. (ed.), Power, Action and Belief: A New Sociology of Knowledge. London: Routledge.

Liu, T.-S. (2008). Custom, taste and science: Raising chickens in the Pearl River Delta Region, South China. Anthropology & Medicine, 15(1), 7-18.

Lowe, C. (2010). Viral clouds: becoming H5N1 in Indonesia. Cultural Anthropology, 25(4), 625-649.

Mariner, J.C. & Roeder, P.L. (2003). Use of participatory epidemiology in studies of the persistence of lineage-2 rinderpest virus in East Africa. Vet. Rec., 152(21), 641-647.

McLeod, R.H. (2008). Survey of Recent Developments. Bulletin of Indonesian Economic Studies, 44(2), 183-120.

Medical News Today (2004). Bird flu statistics 1959-2003. Retrieved 7 June, 2012, from: http://www.medicalnewstoday.com/releases/6306.php.

Ministry of Agriculture (2005). National Strategic Work Plan for Progressive Control of HPAI in Animals. Avian Influenza Control Campaign 2006 - 2008. An Indicative Outline. Jakarta, Indonesia.

Ministry of Agriculture (2008). National Strategic Work Plan for the Progressive Control of Highly Pathogenic Avian Influenza in Animals, Proposals for Phase 2 for Implementation 2009 to 2011. Jakarta, Indonesia.

Normile, D. (2007). Indonesia Taps Village Wisdom to Fight Bird Flu. Science, 315 (5808), 30-33.

Otte, J., Pfeiffer, D., Tiensin, T., Price, L. & Silbergeld, E. (2007). Highly pathogenic avian influenza risk, biosecurity and smallholder adversity. Livestock Research for Rural Development, 19, Article #102.

Padmawati, S. & Nichter, M. (2008). Community response to avian flu in Central Java, Indonesia. Anthropology & Medicine, 15(1), 31-51. http://dx.doi.org/10.1080/13648470801919032.

Pittman, M. & Laddomada, A. (2008). Legislation for the control of avian influenza in the European Union. Zoonoses Public Health, 55(1), 29-36.

Priosoeryanto, B.P., Huminto, H., Agungpriyono, D.R., Handharyani, E., Estuningsih, S., Harlina, E. et al. (2005). An outbreak of avian influenza (AI), a zoonotic disease that affects the poultry industry: Indonesia experience. Journal of Agriculture and Rural Development in the Tropics and Subtropics, Supplement Issue 83, 145-152.

Republic of Indonesia (2006). National Strategic Plan for Avian Influenza Control and Pandemic Preparedness 2006 - 2008. Jakarta, Indonesia.

Roth, D. (2007). Many governors, no province. In Nordholt, H.S., van Klinken, G.A. (eds). Renegotiating Boundaries: Local Politics in Post-Soeharto Indonesia. Leiden: KITLV Press.

Rusastra, I.W., Yusdja, Y., Sumaryanto, Darmawan, D.H. & Djatiharti, A. (1988). Penelitian Analisa Finasial dan Ekonomi Kelembagaan Perusahaan Inti Rakyat Perunggasan. Bogor: Pusat Penelitian Sosial Ekonomi Pertanian.

Rushton, J., Viscarra, R., Guerne Bleich, E. & McLeod, A. (2005). Impact of avian influenza outbreaks in the poultry sectors of five South East Asian countries (Cambodia, Indonesia, Lao PDR, Thailand, Viet Nam) outbreak costs, responses and potential long term control. World’s Poultry Science Journal, 61(3), 491-514.

Sassen, S. (2007). A Sociology of Globalization. New York: W.W. Norton.

Simandjuntak, D. (2009). The Quest for a Territory of their Own: Ethnic Mobilization and the Making of a New Province in Sumatra, Indonesia. (Vol. ASSR Working Paper Series). Amsterdam: School for Social Science Research, University of Amsterdam.

Sivaramakrishnan, K. & Agrawal, A. (2003). Regional Modernities: The Cultural Politics of Development in India. Stanford, NJ: Stanford University Press.

Strauss, A. (1987). Qualitative analysis for social scientists. Cambridge: Cambridge University Press.

Sumiarto, B. & Arifin, B. (2008). Overview on Poultry Sector and HPAI Situation for Indonesia with Special Emphasis on the Island of Java. Background Paper Africa/Indonesia Team Working Paper N°3 Retrieved 5 October, 2010, from: http://www.research4development.info/PDF/Outputs/HPAI/wp03_IFPRI.pdf.

UNSIC/World Bank (2010). Animal and Pandemic Influenza. A Framework for Sustaining Momentum. 5th Global Progress Report.

US Agency for International Development [USAID] (2008). Assessment of the United States Government Avian Influenza and Pandemic Influenza Prevention and Control Efforts in Indonesia. Washington DC: The Global Health Technical Assitance Project.

Webber, D. (2005). A Consolidated Patrimonial Democracy? Democratization in Post-Suharto Indonesia. Post-Cold War Democratization in the Muslim World: Domestic, Regional and Global Trends. Joint Sessions of the European Consortium of Political Research. Granada.

World Bank (2003). Decentralizing Indonesia - A Regional Public Expenditure Review. http://siteresources.worldbank.org/INTINDONESIA/Resources/Decentralization/RPR-DecInd-June03.pdf.

World Health Organization [WHO] (2005). Avian influenza – situation in Indonesia – update 25. Retrieved 17 October, 2012, from: http://www.who.int/csr/don/2005_07_21a/en/index.html.

World Health Organization [WHO] (2006). Avian influenza – situation in Indonesia – update 34. Retrieved 18 October, 2012, from: http://www.who.int/csr/don/2006_09_28/en/index.html.

World Health Organization [WHO] (2010). Avian influenza – situation in Indonesia – update. Retrieved 12 November, 2011, from: http://www.who.int/csr/don/2010_07_05/en/index.html.

World Health Organization [WHO] (2012). Cumulative number of confirmed human cases for avian influenza A(H5N1) reported to WHO. Retrieved 5 September, 2012, from: http://www.who.int/influenza/human_animal_interface/EN_GIP_20120706CumulativeNumber H5N1cases.pdf.

World Organisation for Animal Health [OIE] (2006). Update of Highly Pathogenic Avian Influenza in Animals (Type H5 and H7). Retrieved 22 October, 2012, from: http://www.oie.int/animal-health-in-the-world/update-on-avian-influenza/2006/

Yusdja, Y. (1996). Daging Ayam Broiler Bisakah Menjadi Komoditi Ekspor Andalan? Majalah Pangan. 29(III).

Yusdja, Y., Ilham, N. & Sayuti, R. (2004). Tinjauan Penerapan Kebijakan Industri Ayam Ras : antara Tujuan dan Hasil. Forum Penilitian Agro Ekonomi, 22(1), 22-36.

Zhang, L. & Pan, T. (2008). Surviving the crisis: Adaptive wisdom, coping mechanisms and local responses to avian influenza threats in Haining, China. Anthropology & Medicine, 15(1), 19-30. http://dx.doi.org/10.1080/13648470801919008.

Haut de page

Notes

1 Source : Charles Lambert, sous-secrétaire d’État, USDA. Présentation lors de la sixième conférence ministérielle internationale sur la grippe aviaire et pandémique, Charm el‑Cheikh, Égypte, 26 octobre 2008.

2 Interview, Djakarta, 14 septembre 2009.

3 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

4 Interview, 8 février 2010, Djakarta.

5 Cette classification est discutée plus loin, mais le PTSN en donne les définitions suivantes : « Dans la terminologie adoptée par l’OAA et l’OMSA, l’industrie avicole est considérée comme incluant : secteur 1, les producteurs commerciaux à grande échelle verticalement intégrés ; secteur 2, les gros producteurs indépendants d’élevage et de ponte ; secteur 3, les petits exploitants indépendants ; secteur 4, les producteurs de volaille élevée en plein air. Il s’agit là d’une classification de travail utile, mais la distinction entre les secteurs 3 et 4 n’est pas rigoureuse » (note de bas de page 6).

6 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

7 Interview téléphonique, 8 février 2010.

8 Interview, 12 février 2010, Djakarta.

9 Interview, 12 février 2010, Djakarta.

10 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

11 Interview, 5 novembre 2009, Djakarta.

12 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

13 Interview, 13 novembre 2009, Djakarta.

14 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

15 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

16 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

17 Interview, 11 novembre 2009, Djakarta.

18 Interview, 8 février 2010, Djakarta.

19 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

20 Interview, 13 novembre 2009, Djakarta.

21 Interview par téléphone, 8 février 2010.

22 « Les ventes de poulet chutent de 50 % », Jakarta Post, 29 janvier 2004.

23 Interview, Djakarta, 16 septembre 2009.

24 « Les restaurants de poulet et les vendeurs voient leurs ventes chuter », Jakarta Post, 28 juillet 2005.

25 « Les éleveurs sont durement frappés par l’effondrement des ventes de volailles », Jakarta Post, 2 août 2005.

26 « Les vendeurs de poulets déclarent que les ventes s’effondrent », Jakarta Post, 17 janvier 2007.

27 « Les éleveurs de Bali commencent à sentir les effets négatifs de la lutte contre la grippe aviaire », Jakarta Post, 22 août 2007 ; « Les restaurants de Bali retirent le poulet du menu », Jakarta Post, 24 août 2007.

28 Interview, Djakarta, 9 septembre 2009.

29 Globe Asia, août 2010.

30 Interview, 11 février 2010, Djakarta.

31 Voir : http://www.transparency.org/cpi2010 [accédé le 4 août 2011]

32 Interview, 8 février 2010, Djakarta.

33 Interview, 11 février 2010, Djakarta.

34 Interview, 9 février 2010, Djakarta.

35 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

36 Interview, 5 février 2010, Djakarta.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Forster et Olivier Charnoz, « La production de connaissances en temps de crise sanitaire »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 31 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/7944

Haut de page

Auteurs

Paul Forster

Docteur en Sciences Politiques. Politiste et chercheur en sciences sociales, il s’intéresse au développement international et à la décision publique. Basé à Londres et à Jakarta, Indonésie, il travaille comme consultant indépendant, en mettant en œuvre des méthodes interdisciplinaires pour lier la théorie à l’action dans les domaines, liés, des maladies infectieuses, de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de la gouvernance globale de la santé.

Adresse : STEPS Centre Institute of Development Studies University of Sussex, Brighton, BN1 9RE (Grande-Bretagne)
Courriel : p.forster[at]ids.ac.uk

Olivier Charnoz

Docteur en Sciences Politiques. Politiste et chercheur multidisciplinaire de l’Agence Française de Développement, il est également chercheur invité au Kadoorie Institute de Hong Kong University. Il mène un programme de recherche sur cinq ans, intitulé « Rapports de force locaux, impacts mondiaux », comprenant des études de cas sur la biodiversité, le changement climatique et la santé publique en Indonésie, en Inde, en Chine, au Brésil et à Sainte-Lucie.

Adresse : Département de la Recherche, Agence Française de Développement, 5 Rue Roland Barthes, FR-75598 Paris Cedex 12 (France)
Courriel : o.charnoz[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search