Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1Dossier thématiqueUn espace d’engagement citoyen ?

Dossier thématique

Un espace d’engagement citoyen ?

La participation profane et le changement institutionnel dans la gouvernance contemporaine des risques
Space for engagement? Lay participation and institutional change in contemporary risk governance
¿un espacio de compromiso ciudadano? la participación profana y el cambio institucional en la gobernanza contemporánea de riesgos
Kevin E. Jones et Alan Irwin

Résumés

Ces dernières années, une transition dans les approches européennes de gouvernance du risque et, en particulier, de la participation citoyenne à l’expertise scientifique a pu être observée. Alors que les politiques de gestion des questions liées aux risques entrent traditionnellement dans la compétence des bureaucrates et des scientifiques, certaines expériences menées dernièrement ont élargi la portée de ces processus à un plus grand nombre de participants, et notamment aux membres du public au sens large. Dans cet article, nous suivrons une de ces expériences, menée au Royaume‑Uni : l’inclusion de membres dits « profanes » dans les comités consultatifs scientifiques (CCS). Notre recherche porte sur l’émergence des rôles des personnes non expertes au sein des CCS et sur les démarches expérimentales de ces comités et des membres qui y ont participé. De plus, nous nous sommes posé la question de savoir si de telles expériences sur l’engagement contribuaient à créer de nouvelles formes d’espace social et institutionnel, ou si elles validaient simplement l’approche d’experts (fortement critiquée) qui domine actuellement. Notre conclusion suggère qu’il est nécessaire, afin d’utiliser au mieux le potentiel de transformation de cet engagement, de considérer l’inclusion de « membres profanes », et d’autres expériences sur l’engagement citoyen, comme un moyen d’encourager la réflexivité contextuelle et l’engagement critique dans les cultures et les pratiques des comités scientifiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article se base sur un chapitre d’un livre précédent (Jones & Irwin, 2010) publié chez Hutter (2010). Cependant, il a été considérablement révisé pour ce numéro spécial. Notre contribution se base sur des recherches menées avec le soutien généreux du ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (Defra – UK Department for Environment, Food and Rural Affairs). Voir Jones et al. (2008) pour un récit plus complet du projet et de ses résultats.

Texte intégral

Introduction : les expériences menées en termes de « nouvelles » gouvernance scientifique

1Dans cet article, nous explorerons un aspect important de la gouvernance contemporaine du risque : les tentatives d’incorporation de contributions « publiques » ou de « membres profanes » dans les processus décisionnels. Au cours des dernières années, il s’est développé, au sein des instances européennes, un discours en faveur d’un « engagement des citoyens » (Irwin, 2006 ; Stirling, 2005 ; Wynne, 2006). Dans beaucoup de cas cette rhétorique s’est accompagnée d’expérimentations pratiques, telles que des forums regroupant les parties prenantes, des jurys populaires, et une foule d’autres actions allant dans le sens de cet engagement. Cependant, malgré ce débordement de paroles et d’actes, des doutes demeurent quant au point auquel les cultures traditionnelles – souvent technocratiques – de la gestion des risques peuvent permettre des interactions significatives entre les citoyens et les pouvoirs décisionnels. Ces mouvements ont-ils transformé la culture de la gestion de risques, ou s’est-il plutôt opéré un changement plus marginal dans les processus de gouvernance et dans l’idée que l’on s’en fait ? Nous nous pencherons plus précisément sur la question de savoir si le développement de l’engagement citoyen crée des formes innovantes d’espaces réglementaires dans lesquelles de nouvelles formes de relations de savoir sont produites.

2Nous étudierons un développement en particulier, au sein de cette « nouvelle » gouvernance scientifique : l’inclusion de membres non scientifiques, ou « profanes », au sein de Comités consultatifs scientifiques (CCS). Nos recherches ont porté sur la manière dont le rôle des membres « profanes » était compris, et sur la manière dont il se constituait alors même qu’il émergeait en tant que pratique. De plus, nous avons pour but d’examiner la manière dont l’inclusion de membres « profanes » au sein des CCS peut être perçue dans le cadre de processus réflexifs de changement et d’adaptation de la gouvernance et de la citoyenneté scientifique. Du fait de cette double ambition d’explorer et la construction de la notion de membre « profane », et son rôle actif dans la transformation de la gouvernance scientifique, nous soutiendrons qu’il est nécessaire de considérer cet engagement tant comme un acte de gouvernance que d’adaptation. En d’autres termes, il est nécessaire d’apprécier cet engagement, non seulement comme une série d’événements discrets et nécessairement imparfaits, mais aussi en sa capacité d’encourager des transformations au sein des structures et des cultures de la gouvernance du risque (Irwin et al., 2013).

3Afin d’explorer les transformations au sein de la gouvernance scientifique, il est utile de se pencher sur les types d’« espaces » socio-institutionnels qui évoluent autour d’initiatives engageant les citoyens. À quel point peut-on considérer que de telles initiatives créent un nouvel espace réglementaire ? Quelles sont la nature et les caractéristiques de cet espace ? Et que cela représente‑t-il pour l’avenir de la gouvernance du risque ? L’enjeu, en d’autres termes, est d’explorer la topographie socio‑épistémique (Irwin & Michael, 2003) de ce nouvel engagement et les formes de discours et de dialogue qui s’y trouvent. Par conséquent, il nous faut prendre en considération la question de savoir si la mise en place de la participation de membres « profanes » au sein des CCS implique la création d’un nouveau territoire démocratique et institutionnel, ou si elle ne fait qu’inclure quelques personnes extérieures à leurs politiques dans des « modes établis d’être et de savoir ». En ouvrant les portes des comités consultatifs à des personnes extérieures, les institutions créent‑elles de nouvelles possibilités culturelles pour la gouvernance du risque, ou maintiennent-elles simplement le statu quo en invitant quelques membres profanes dans le but d’apaiser les critiques ?

  • 1 Cette approche « holistique » de l’espace est nourrie par le récit de la vie et de l’œuvre d’Henri (...)

4Cette métaphore spatiale est à utiliser avec prudence. Comme le notent Crang et Thrift (2000), la notion d’« espace » est devenue un outil théorique souple, employé par les universitaires pour dire beaucoup de choses, mais en oubliant trop souvent de mettre en question son sens voulu. En d’autres termes, on prend le risque, en brouillant les limites des implications sémantiques du mot, de s’éloigner des contextes compliqués et contestés qui nécessitent, afin de les explorer et de les interpréter, l’utilisation du terme d’« espace ». Bien que cet article ne propose pas d’analyse spatiale rigoureuse de la gouvernance du risque, nous employons délibérément l’idée d’« espace » comme un moyen d’explorer les contextes hétérogènes dans lesquels la bureaucratie, les experts et le grand public se retrouvent dans le même processus politique. Plus précisément, nous utilisons le terme d’« espace » pour décrire : i) la création de nouveaux points de rencontre entre les institutions et les acteurs concernés à titre plus général ; ii) les relations sociales qui y prennent place ; et iii) les idées et les valeurs – en particulier, celles qui ont trait au savoir – qui posent les fondations du contexte de prise de décisions1. Plutôt que de se concentrer sur un seul élément du processus de prise de décisions, nous nous orientons vers les relations entre le lieu, la pratique et la culture. C’est dans les tensions et les contradictions qui existent entre ces éléments spatiaux que les limites et les possibilités de l’engagement de membres profanes peuvent être identifiées. En ce sens, il est possible de parler des espaces comme des opportunités (Harrison et al., 2004).

5En développant une métaphore spatiale, nous envisageons aussi un éventuel assouplissement des réseaux institutionnels et cognitifs existants, accompagné de l’établissement de nouvelles alliances et de nouveaux assemblages. En décrivant cet engagement comme étant potentiellement créateur de nouvelles formes d’espaces réglementaires, nous ne suggérons pas qu’il existe un lieu unique dans lequel sont prises les décisions concernant les risques (Nowotny, 2007, p. 480 ; voir aussi Webster, 2007). En effet, l’accent qui a été mis sur la pluralité des lieux et des assemblages de la gouvernance de risques est une caractéristique importante des études sociologiques récentes dans ce domaine (par exemple, Irwin & Michael, 2003). Alors que nous pourrions nous concentrer sur un endroit géo-spatial – la salle de réunion des conseillers scientifiques –, il est très clair que tout cela est traversé par nombre de réseaux, mobilités et fluidités (Urry, 2000).

  • 2 Le gouvernement a révisé son code de déontologie des CCS de 2001 en 2007, et y a apporté d’autres m (...)

6Comme nous l’avons déjà suggéré, un lieu important de changement au sein de la gouvernance contemporaine du risque se situe dans les actions des Comités consultatifs scientifiques. Au cours de la dernière décennie, entre soixante-dix et quatre-vingts CCS ont opéré pour le gouvernement britannique. Et, alors que le nombre de comités est resté stable, leurs rôles et leurs mandats ont fait l’objet d’une importante réflexion et au moins de quelques réformes. Les recherches que nous rapportons ici ont été menées entre 2005 et 2010, période pendant laquelle le gouvernement britannique œuvrait à réviser ses directives en termes d’analyse scientifique dans les prises de décisions (Guidelines on Scientific Analysis in Policy Making) et son code de déontologie des comités consultatifs scientifiques2 (Code of Practice for Scientific Advisory Committees). Dans le même temps, le ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (Defra - Department for Environment, Food and Rural Affairs) menait des expériences sur la forme et la composition de certains de ses comités consultatifs. Alors que les comités étaient traditionnellement composés d’experts scientifiques indépendants représentant une grande diversité de disciplines, certains comités ont choisi de s’ouvrir à des personnes externes à un domaine scientifique particulier – généralement dites « profanes ». En pratique, et comme nous le verrons, cette définition de « profane » inclut bien souvent des personnes dotées de qualifications académiques et d’expertise, mais dans d’autres domaines que la science, la technologie, l’ingénierie ou la médecine.

7Ce pas dans le sens d’une ouverture du procédé d’expertise et de conseil scientifique peut sembler contre-intuitif, et il n’a pas été épargné par la critique. Cependant, un coup d’œil aux rôles des CCS, tels qu’ils ont été définis par les versions de 2001 et de 2010 du code de déontologie, peut donner une idée plus nette du contexte dans lequel cette ouverture a pris place. En 2001, la fonction des comités consultatifs scientifiques était d’« aider le gouvernement à récolter des données scientifiques et à en juger » (Government Office of Science, 2001). En 2010, cette définition avait été élargie pour devenir : « La fonction des CCS est d’aider les ministères (et autres instances publiques) à accéder, interpréter et comprendre pleinement les informations scientifiques, et à juger de leur pertinence, de leur potentiel et de leur application » (Government Office of Science, 2011). Alors que la logique élémentaire de la première pourrait se prêter à une interprétation simple, quoique éventuellement scientiste, de la place de la science dans les prises de décisions, la seconde suggère une relation beaucoup plus complexe entre elles. De plus, l’idée que les conseils devraient être évalués en fonction de leur pertinence, potentiel et application implique une variété de rôles extra scientifiques. Cette idée nous renvoie à des disfonctionnements passés.

8Après Kingdon (1984), les spécialistes de ces politiques parlent parfois d’ouverture politique ou « d’occasions d’influer sur les politiques » (policy window), pour décrire les moments où il est possible de s’éloigner du statu quo et de mettre en avant des approches entreprenantes dans un contexte politique. Il est dit que de telles occasions se présentent quand sont réunies la dynamique politique, l’identification d’un problème et des innovations politiques. Bien souvent, de telles convergences font suite à des crises. Comme nous le verrons maintenant brièvement, une occasion en particulier s’est présentée (au moins partiellement) au début du XXIe siècle.

9La prise en compte des notions de citoyenneté, d’engagement populaire et d’ouverture dans les processus de gouvernance et de prise de décision au Royaume-Uni est fortement associée aux philosophies du Parti Travailliste de Tony Blair quand il fut élu en 1997. En proposant ce qu’il appelait une « troisième voie » (Giddens, 1998), le projet des Nouveaux Travaillistes visait à créer une société solidaire, mais en rejetant les traditions de la Gauche et son attachement aux grandes entreprises nationalisées en particulier. Au lieu de cela, les Nouveaux Travaillistes proposaient un modèle de gouvernement décentralisé nécessitant la création d’attitudes et de responsabilités sociales partagées pour répondre aux défis sociaux auxquels la nation faisait face. Des approches positives à ces problèmes, qui comprenaient des questions de développement durable et d’environnement, ne devaient pas émaner uniquement de l’État ni des entreprises, mais de nouveaux partenariats et d’un nouveau contrat social3. Le Defra, né des cendres du gouvernement précédent et dans le sillage du scandale de l’esb (l’encéphalopathie spongiforme bovine), devint la visée de maintes initiatives issues de cette « troisième voie ». Au cours du mandat Travailliste, la création d’un nouveau « pacte environnemental »4, qui devait répondre aux défis de développement durable de l’époque, devint une priorité stratégique du ministère. En bref, l’impulsion politique derrière les expériences sur la gouvernance par l’engagement public, y compris l’introduction de membres profanes, découlait directement d’une préoccupation plus générale pour la nature de la citoyenneté.

10Le gouvernement était déjà en difficulté à cet égard, puisque le Defra traversait une crise de gouvernance (et de citoyenneté) alors même qu’était institué le nouveau pacte environnemental. L’héritage de l’ESB demeurait au nouveau Ministère, et les échecs richement documentés du gouvernement quand il s’agissait de rendre compte de conseils scientifiques faux, incertains et parfois biaisés (Jones, 2004 ; Millstone & van Zwanenberg, 2001), avaient mis la gouvernance scientifique sous le feu des projecteurs. Les CCS se trouvèrent alors au centre politique de nombreux domaines politiques contentieux et firent l’objet d’examens minutieux de la part des citoyens. Les OGM, les déchets radioactifs, les nanotechnologies devinrent des domaines où les liens entre les citoyens, la science, et le gouvernement étaient sujet à débat. Les CCS, qui, par le passé, avaient été considérés comme les gardiens de la rationalité et de l’objectivité scientifique, se trouvèrent non seulement scrutés, mais aussi parfois sujets à des attaques politiques et juridiques. Plutôt que de partir du principe que les gens accorderaient leur confiance aux CCS et à la science, le gouvernement s’inquiéta d’observer une perte de légitimité et d’autorité. La reconnaissance de ce problème le poussa à remettre en question le rapport entre la citoyenneté et la science y compris les rôles et les membres des Comités consultatifs scientifiques.

11Cette ouverture au changement a aussi encouragé (et, dans une certaine mesure, fait appel à) de nouvelles relations entre des décideurs et des universitaires qui travaillaient dans la gouvernance scientifique. De ce fait, la conception de contributions « profanes » dans la gouvernance du risque et de l’environnement était fortement facilitée par une réflexion critique sur la compréhension de la science par le public qui apparut (en particulier) au Royaume-Uni dans les années 1990 (par exemple Irwin, 1995 ; Irwin & Wynne, 1996 ; Nowotny et al., 2001 ; Wynne, 1991). L’idée que les citoyens pourraient jouer un rôle déterminant dans le processus de prise de décision coïncidait aussi avec des défis plus généraux auxquels faisait face la pureté épistémologique de la science, de même qu’avec un mouvement, au sein du monde de la science et de la technologie, visant à reconfigurer les rapports entre la science et la société (voir, par exemple, Jasanoff, 2003). Quoique l’idée que les prises de décisions devraient appartenir à l’expertise et à l’autorité d’un service public professionnel – informé par des conseillers scientifiques indépendants issus de différents corps de métier – ait historiquement été considérée comme étant la meilleure pratique, ces idéaux technocratiques sont désormais sujets à bien plus de critiques (Ezrahi, 1990 ; Hilgartner, 2000 ; Jasanoff, 1990 ; Pielke Jr., 2007). Aujourd’hui, toute tentative de masquer le contexte des prises de décisions aux yeux inquisiteurs des citoyens peut sembler naïve, au mieux – et, au pire, comme une cynique politique d’exclusion et de désengagement civique. Le savoir, comme le fait remarquer Nowotny (2007, p. 481), « n’a pas d’implications inhérentes ». Il fut un temps où l’exclusion technocratique des citoyens du processus de prise de décisions était quasiment invisible. Aujourd’hui, les politiques participatives demeurent, du moins pour le moment, au premier plan de la gouvernance des risques et de l’environnement.

12Evans et Plows (2007, p. 828) font remarquer qu’au cours des années 1990, le problème de la participation publique dans la gouvernance scientifique est passé d’une question de reconnaissance de la valeur de cette démarche au problème pratique de savoir comment s’y prendre. Quand faut-il « engager » un membre profane ? Qui associer ? Que faire des conséquences de cette association ? Ces questions ont occupé une place importante dans la littérature de la dernière décennie (voir Irwin, Elgaard Jensen & Jones, 2013). Dans le même temps, les chercheurs en science et technologie (STS – Science and Technology Studies) sont passés d’un plaidoyer en faveur de plus d’ouverture et d’engagement citoyen à une approche plus empirique (et critique) du cadre, des processus, et des résultats d’un tel engagement (Irwin, 2001). Globalement, tandis que la notion générale selon laquelle la participation publique était une « bonne chose » (Evans & Plows, 2007) pouvait être timidement acceptée, la valeur que l’on pouvait en retirer restait, comme nous le verrons, le sujet d’importants désaccords. Une pensée en termes de « déficit » (voir Irwin & Wynne, 1996) à propos des membres profanes persistait sur de nombreux fronts. Et la valeur de la participation « profane » n’est pas non plus reconnue universellement. Même s’il existe une obligation normative croissante d’engagement citoyen, la valeur de ces interactions dans le processus de prise de décisions et dans la gouvernance du risque est souvent perçue de manière ambiguë ou indirecte. Il est en effet possible de percevoir une volonté souvent forte de la part du gouvernement de ramener les choses à la normale, et de continuer à pratiquer la gouvernance scientifique telle qu’elle est traditionnellement comprise.

Présentation de la méthodologie

13Notre tâche dans cet article est donc de comprendre comment les rôles « profanes » sont apparus, et comment ils furent socialement négociés à cette occasion pour une ouverture et une potentielle réflexivité. Ces expériences visaient-elles principalement à rendre leur légitimité aux processus existants, ou visaient-elles plus généralement à changer ce que l’on peut définir comme « de la science rigoureuse » ? Les membres profanes doivent-ils seulement se concentrer sur certains aspects de la discussion (peut-être l’aspect éthique, ou des questions de communication), ou doivent-ils jouer un rôle équivalent à celui des autres membres ? Permettent‑ils l’émergence de nouvelles formes de gouvernance du risque, ou renforcent-ils d’anciennes manières de penser et d’agir ?

  • 5 Ici nous rendons compte d’une partie d’une enquête plus large, effectuée avec le concours du Defra (...)
  • 6 Voir également Kerr et al., 1998 pour un cadre de réflexion additionnel dans une étude de contribut (...)

14Dans ce qui suit, nous donnerons des réponses à toutes ces questions telles que nous les avons identifiées au cours d’un travail empirique : une série de recherches qualitatives menée sur des cas d’engagements citoyens5 alors que le Defra faisait ses premiers pas dans l’expérimentation des CCS et l’inclusion de membres profanes. Ainsi, cet article représente une exploration de la manière dont les individus interprètent ces questions assez générales dans un contexte très spécifique – et émergent. Il est important de noter qu’il s’agit ici d’une étude de la compréhension réflexive de « l’engagement citoyen en train de se faire », puisque les participants interprétaient largement leurs propres rôles tout en travaillant comme membres de comités consultatifs, ou en étroite relation avec ceux‑ci. Nous présentons les fonctionnaires, les scientifiques et les membres « profanes » comme étant engagés dans un processus actif de compréhension, bien que ce soit dans des situations dans lesquelles les participants se retrouvent autant à répondre qu’à contribuer à des lignes d’argumentation partiales, contradictoires, et mal définies6. La notion de membre profane était à l’époque, et continue à être, conçu d’une manière assez libre et souple. Il n’y a pas de modèle conventionnel de ce que devrait être un membre profane ni de ce que devrait être son rôle (Dyer, 2004 ; Hogg & Williamson, 2001). Il n’existait pas non plus de protocole pour identifier ou sélectionner les personnes à placer dans les comités. Nos participants furent impliqués dans des processus visant à donner du sens et à développer les pratiques de ces nouveaux rôles alors qu’ils apparaissaient. Il est donc essentiel de comprendre que notre présentation des rôles de membres profanes ne propose pas une série de points de vue établis (ni de positions arrêtées) sur les buts et les raisons d’être de l’engagement citoyen. Ce qui suit est plutôt le résultat de discours et de réflexions contextuellement construits. Nous devons faire attention à ne pas considérer nos participants comme « dupes de leur culture » (voir, par exemple, Wynne 2008), mais bien comme des collaborateurs dans une exploration de ce que le statut de membre profane peut signifier en théorie et en pratique.

  • 7 Pour un développement plus complet au sujet de la méthodologie, veuillez vous reporter à notre rapp (...)

15La recherche elle-même comportait une série de 17 entretiens non directifs avec des membres de comités et des décideurs, et des groupes de discussion comportant des membres de cinq CCS (chacun comptant entre cinq et huit participants). Nos conversations avec les participants exploraient le rôle des CCS, les contributions qu’apportaient différents types de membres du comité aux CCS, et les facteurs qui créaient des opportunités ou des barrières au développement des rôles des membres et des fonctions des CCS. De plus, sur la durée du projet, les activités de six CCS ont été observées en pratique, et nous ont fourni une occasion de voir le travail des comités comme une action sociale dans laquelle les fonctions des comités et les rôles des membres « profanes » se sont construits7.

16Pour conclure cette brève section méthodologique, nous tenons à justifier notre choix d’utiliser les termes d’ « expérience » et d’ « expérimentation ». Bien que l’on puisse soutenir qu’il est raisonnable de voir ainsi des initiatives spécifiques, il faut aussi reconnaître qu’il s’agit principalement d’un cadre que nous avons construit en tant que chercheurs plutôt que forcément un terme – ou une « façon de voir » (Berger, 1972) – utilisé par l’ensemble des participants. De la même manière, le champ lexical de l’ « expérimentation » représente un choix méthodologique délibéré, voué à convoquer l’idée de nouveauté, les implications et les apprentissages qui ont émané de cette initiative (dont l’idée de dilemmes sous‑jacents). C’est un cadre très différent de, par exemple, la représentation de l’implication citoyenne comme « l’état habituel des choses », ou « de la rhétorique creuse ». De cette manière, nous adoptons délibérément un cadre de travail analytique qui n’est pas libre de préférences normatives.

La valeur d’être profane

17Nous entamons une discussion sur la valeur qu’ajoute l’intégration de membres profanes au processus consultatif en s’interrogeant sur le lien qui est fait entre les membres profanes et les citoyens. Ce lien est prédominant dans les données résultant de recherches, car les participants décrivent les membres profanes comme représentant des intérêts publics dans les activités de gouvernance scientifique. Souvent, ces rôles sont liés à des préoccupations concernant la confiance accordée à la science, au procédé consultatif et à la gouvernance d’une manière générale. Cependant, certaines des discussions ont mis en lumière un potentiel des membres profanes à contribuer aux résultats du procédé consultatif même. Les membres profanes, en d’autres termes, pourraient être considérés comme des moyens d’améliorer la qualité, de même que la légitimité vis‑à-vis de l’opinion publique, des conseils donnés au gouvernement.

Rôles Profanes I : les membres profanes et le grand public

18Dans les discussions que nous avons tenues avec des décideurs, des membres de comités, et des conseillers gouvernementaux, il était systématiquement question des membres profanes comme étant liés à l’opinion publique. « Les membres profanes », comme le disait l’un des participants, « peuvent ajouter une voix importante dans un processus qui n’est pas vu juste comme une bande de scientifiques prenant des décisions dans des réunions tenues à huis clos. » Les membres profanes étaient vus comme ayant la responsabilité de représenter l’intérêt public dans les CCS. Les participants avaient souvent du mal à identifier les profils des membres profanes ainsi que les tâches qui devraient, en pratique, leur revenir. Cependant, grâce aux entretiens et aux groupes de discussion, une série de thèmes récurrents donnant forme aux rôles représentatifs des membres profanes furent mis en lumière.

19Ces thèmes ont été organisés autour de trois fonctions. Premièrement, les membres profanes étaient perçus comme un moyen d’assurer la transparence dans le processus consultatif scientifique, qui leur valait le titre de témoins. Deuxièmement, ils étaient considérés comme des médiateurs, améliorant la communication entre les CCS et le public. Et, troisièmement, ils étaient décrits comme ayant une responsabilité dans le fait de remettre en contexte les conseils scientifiques dans la société contemporaine.

Témoin de conseils scientifiques

20La présence de membres profanes dans les CCS était perçue comme une opportunité pour apporter plus de transparence, et donc d’intégrité, au système consultatif. Les participants décrivaient les membres profanes comme jouant un rôle de surveillants. Certains parlaient de ce rôle comme de celui de « témoin public » des actions des comités consultatifs scientifiques et du gouvernement, ou comme étant des sortes de « chiens de garde » du comité. Le fait d’apporter de la transparence, dans ce cas, émanait partiellement du fait de permettre au regard public d’accéder au travail des comités là où il était accessible et observable. De plus, les participants imaginaient que la transparence était un moyen pour les membres profanes d’aider à s’assurer que les comités opéraient avec rigueur et honnêteté. En ce sens, la valeur de la présence de membres profanes découle de leur statut de non-scientifiques, détachés des intérêts des comités et du gouvernement en général. Un des participants fit ainsi le lien entre la présence de membres profanes, la transparence et la légitimité :

Il y a des logiques dont je peux voir l’intérêt. L’une d’entre elles concerne la transparence et la légitimité. Les gens penseront toujours que quelque chose se passe sans qu’ils le sachent ; que quelque chose ou qu’une discussion a lieu sans qu’ils en soient au courant. Je pense qu’il y a potentiellement un intérêt dans le fait d’avoir un – à défaut d’un meilleur terme – un représentant du peuple dans ce groupe.

Communication

21Le second rôle commun des membres profanes que nous avons identifié est celui de médiateurs avec l’opinion publique. Les discussions que nous avons eues reflétaient souvent des perceptions globales sur la difficulté de rapporter un savoir ésotérique et expert à un public non expert. L’échange suivant entre un membre d’un comité (P1) et l’intervieweur (IV), exprime le besoin de rendre ce langage accessible à la population :

P1 : Je pense que de nos jours, quiconque publie quelque chose sur le site web devrait soit avoir quelqu’un pour le relire ici, soit demander à quelqu’un de l’extérieur de l’aider à le mettre dans un anglais simple.
IV : Oui, il y a un comité qui fait appel à l’Association pour l’Anglais Simple (« Plain English Society ») pour réviser ses textes.
P1 : Nous nous y mettons maintenant. Nous allons recevoir une formation, et ça devrait être bien, bien mieux.

22Par conséquent, les membres non scientifiques ont été proposés comme traducteurs d’un langage expert à un langage non expert, ou comme porte-parole des comités. En effet, certains membres profanes ont écrit des rapports publics, et se sont investis pour communiquer les conseils scientifiques à des non‑experts au sein du système politique. Se souvenant d’un tel événement, un membre d’un comité le décrivit comme suit :

Je pense qu’il est important que les avis du comité soient compris. Je me souviens d’un membre profane qui nous disait : « écoutez, nous devons expliquer ce que vous voulez dire », et c’est bien parce qu’ils s’assurent que tout le monde comprenne.

23Les participants parlaient aussi de communication en termes plus généraux, par-delà des préoccupations de langage et de traduction. La communication était promue comme moyen de sensibiliser les gens au travail des comités, et d’accroître l’intérêt des citoyens. Dans la citation qui suit, l’un des participants décrit la communication comme étant un moyen de rendre « significatifs » les travaux du comité pour les citoyens. D’une part, ses paroles rappellent qu’il est nécessaire de rendre compréhensible le langage ésotérique des scientifiques. D’autre part, elles suggèrent que les membres profanes peuvent donner plus de sens aux avis scientifiques et à la science pour l’opinion publique :

Les membres profanes peuvent s’assurer que ce que nous faisons soit accessible aux citoyens… Tant que les gens ne comprennent pas ce qu’on fait, et pourquoi c’est pertinent et significatif, il va de soi que l’information ne leur est pas accessible. En signalant des questions comme “à quoi sert ce produit chimique ?”, les gens en voient la pertinence. Sans ça, vous avez juste un produit chimique avec un nom très long.

Mise en contexte social

24L’idée que les membres profanes puissent replacer les avis scientifiques dans un contexte social était le troisième thème liant les membres profanes à la représentation des citoyens. Ce rôle donne à l’engagement citoyen une valeur qui dépasse le fait de sensibiliser l’opinion publique au travail du comité, pour provoquer une prise de conscience du contexte public par le comité. Il a été dit que les membres profanes pourraient représenter une sorte d’expertise publique qui pourrait apporter une contribution dans les CCS. Un président de comité a ainsi décrit le membre profane de son comité comme étant « un véritable expert et interprète du domaine de la vie publique ». Ainsi, ces individus étaient rarement liés à des communautés politiques en particulier, telles que des entreprises ou des ONG. Ils étaient plutôt décrits comme pouvant apporter un contrepoint public aux membres scientifiques en tant que non-scientifiques (Ravetz, 1991). Alors que les scientifiques sont estimés pour leur capacité à appliquer leur expertise au procédé consultatif, les membres profanes servaient à replacer une discussion scientifique, abstraite et ésotérique, dans un contexte social plus terre à terre :

Je suppose que, dans une certaine mesure, je me vois comme l’homme qu’on rencontrerait dans le RER – une personne ordinaire – qui peut donc apporter à ce comité une certaine dose de bon sens ; sans dire qu’il en manque. Mais, quand on s’attaque à des sujets vraiment ésotériques qui sont terriblement intéressants, mais peut-être pas très pertinents pour la grande majorité des gens, dans la mesure où ils sont concernés, j’ai un rôle à jouer.

25D’autres participants ont décrit ce rôle de mise en contexte comme un facteur rendant le travail du comité pertinent et apte à répondre à « l’opinion publique ». Dans certains cas, les comités étaient vus comme étant très bons quand il s’agissait de répondre à des questions techniques à propos de leurs démonstrations, mais incapables de prendre en considération des questions perçues comme étant très importantes pour les citoyens. De tels commentaires ont imposé aux comités un devoir qui dépassait l’évaluation empirique de la science, pour atteindre les questions, les préoccupations et les critiques des autres citoyens. L’échange qui suit, entre un décideur (P) et un chercheur (R), décrit la participation de membres profanes comme un moyen parmi d’autres d’ouvrir les comités aux préoccupations des citoyens :

: Je pense que les questions des citoyens doivent être considérées comme pertinentes, ou, si elles ne le sont pas, elles doivent trouver une réponse, et on doit expliquer pourquoi elles ne le sont pas… Les comités n’arrivent pas à répondre car ils pensent que les réponses sont évidentes ou inutiles. Mais elles sont pertinentes pour ceux qui les posent. Donc je pense que les membres profanes font partie d’un ensemble plus grand d’outils qui peuvent rendre vos conseils scientifiques, et vos conseils en matière de politiques scientifiques, pertinents. Je pense que pertinent est à peu près le bon mot.
: D’accord… Je veux juste être sûr d’avoir bien compris… En tant qu’experts, ils connaissent certaines questions qui ont besoin d’une réponse, mais pas tout ce qui a besoin d’une réponse, seulement ce qui est pertinent selon leur propre expertise ?
: Oui. Je crois que c’est ça.

Discussion

26Avant d’étudier d’autres présentations de membres profanes, il serait bon de se pencher sur certains enjeux des rôles profanes/publics que nous avons déjà présentés. Premièrement, en liant les membres profanes aux intérêts publics, des inquiétudes ayant trait à la légitimité de la gouvernance scientifique, au sein du Defra en particulier, se révèlent. Deuxièmement, il y a la notion que la personne profane est « séparée » du reste du comité. De ce fait, le rôle de communication range la personne profane dans un rôle de médiateur et de « créateur de réseaux », plutôt que comme porteur actif d’un savoir nouveau et d’une expertise. Troisièmement, le fait de réunir les intérêts publics et le conseil scientifique a un impact sur la perception de l’expertise dans le milieu de la gouvernance, et pour le rôle des CCS en particulier. Au sein des sciences sociales, le brouillage des frontières entre science et société a été amplement documenté (par exemple, Barnes & Edge, 1982 ; Latour, 1991 ; Nowotny et al., 2001). Cependant, dans ce contexte, la présence de membres profanes, en plus d’exposer ces interactions, propose leur intégration en tant qu’éléments de bonne gouvernance.

27Plutôt que d’identifier des rôles clairement délimités et jouables (voir aussi Warren, 1999), les données suggèrent des aspirations normatives pour les programmes d’engagement citoyen et la démocratisation de la gouvernance. Nos discussions empiriques attirent aussi l’attention sur les tensions sous-jacentes, y compris dans la relation entre les membres profanes et les citoyens, entre le savoir profane et le savoir expert, et entre la science et les politiques. Nous soulèverons ces questions à nouveau plus tard. En premier lieu, nous nous intéresserons à une série alternative de rôles profanes, dont on entend moins parler, dans laquelle les membres profanes ne sont pas vus comme des représentants citoyens, mais comme des membres intégrés qui contribuent aux conseils du comité.

Rôles Profanes II : les membres profanes comme conseillers

Des experts complémentaires

28Nombre de nos discussions à propos de la présence de membres profanes suggéraient que le terme de « profane » – dans le sens d’« inexpert » – reflétait mal la qualité des membres profanes. Les participants faisaient souvent remarquer que les membres profanes, bien qu’ils n’aient pas d’expertise scientifique, pouvaient être considérés comme des experts à part entière. Des experts en sciences sociales, notamment, étaient considérés comme pouvant aider les comités à comprendre les citoyens et à se rapprocher de leurs préoccupations et des contextes sociaux. Des économistes étaient décrits comme pouvant aider à mettre en lumière des problèmes financiers concernant le travail des comités. L’inclusion de spécialistes en éthique était vue comme pouvant aider les scientifiques à comprendre les dilemmes moraux et normatifs qui se jouent dans certains domaines politiques. Ainsi, autour des tables des CCS que nous avons étudiés, nous avons vu à de nombreuses reprises les membres profanes fournir expressément une expertise complémentaire. Par exemple, dans le comité consultatif responsables des émissions dans l’environnement (ACRE - Advisory Committee on Releases to the Environment), il y avait côte à côte des experts en biotechnologie et en microbiologie, et deux membres experts en agronomie et en pratiques agricoles.

29Nos discussions sur la présence de membres profanes ont donc donné lieu à une conversation qui lui était liée, à propos de l’extension (et de la définition la mieux appropriée) de l’expertise au sein du corps consultatif. Il est intéressant de noter que l’ACRE ne parle pas de « membres profanes », mais simplement de « membres » au même titre que les autres. Le fait d’étendre le statut de membre au-delà des experts scientifiques fut décrit une fois comme l’action d’ajouter « le bon type d’outils » dont « un comité a l’usage ». Dans un autre groupe, cette position fut décrite en termes de distinction entre les scientifiques et les experts non‑scientifiques :

P1 : Il faut des experts, des experts scientifiques et des experts non-scientifiques. Les membres profanes se rangent dans la catégorie des experts non scientifiques.
P2 : Je pense que l’on a besoin de comprendre beaucoup de choses qui relèvent d’autres domaines. Il faut être conscient des notions de psychologie et d’éthique, et cætera. Par le passé, certaines personnes ont dit “oh, on a tous, on est tous dotés d’une d’éthique, vous savez, on a parlé de valeurs”, mais maintenant il semble qu’il soit très utile, dans certains contextes, d’avoir un expert de ce genre de pensée et de questions sous la main.

Les rôles de remise en question

30En plus des arguments en faveur de l’inclusion de membres non scientifiques, une certaine valeur a été accordée au fait d’avoir « un vrai membre profane qui ne soit pas expert dans quoi que ce soit d’utile au comité ». Un autre participant a décrit cette démarche comme étant le fait de faire appel à quelqu’un issu d’un « milieu socioprofessionnel différent » :

On a besoin d’avoir des économistes, et on a besoin aussi des politologues. Mais en fait, c’est une dimension différente. On peut toujours faire appel à des gens qui amènent à notre table des compétences nouvelles qui peuvent aussi être très bénéfiques, mais je pense qu’il y a vraiment une valeur dans le fait d’avoir là des gens qui ne sont experts en rien du tout, que ce soit un commercial ou n’importe qui, issu d’un milieu socioprofessionnel différent… Et c’est de ça que je parle quand je parle de membres profanes.

31Les participants nous ont ainsi parlé de contributions moins concrètes qui ne découlaient pas d’une sorte de conseil complémentaire, mais d’un ensemble plus général de qualités personnelles et intellectuelles. Un bon membre profane était considéré comme devant être capable de comprendre et de suivre des conversations techniques détaillées, comme devant être proactif quand il s’agissait de s’impliquer dans la conversation, et, surtout, comme devant avoir suffisamment confiance en soi pour interagir avec les divers experts présents. Gardant ces qualités en tête, un membre profane décrivit sa propre contribution en disant qu’elle posait simplement « des questions gênantes ».

Un membre profane devrait apporter une perspective différente et devrait être capable de l’articuler. Mon boulot, c’est de poser les questions gênantes, les questions que les experts ne peuvent pas poser. Je peux demander « pourquoi ». Les experts ont souvent peur de montrer leurs lacunes. J’ai le droit d’être ignorante.

32Cette capacité à remettre en question l’expertise en dehors des discours scientifiques était généralement appelée la fonction de « remise en question ». Ainsi, Sir John Krebs, ancien président de l’Agence de normalisation alimentaire (Food Standards Agency), décrit son membre profane idéal dans ces termes :

  • 8 Extrait d’un entretien avec Sir John Krebs, 6 juin 2006.

Un bon membre profane remet en question les présupposés implicites des scientifiques ; il pose les questions que les scientifiques ne posent jamais, car elles font partie de leur code de conduite normal… Je mets la barre assez haute pour les membres profanes, et je n’attends pas qu’ils correspondent tous à tous ces critères, mais mon membre profane idéal garderait ce genre de choses à l’esprit.8

33Il demeure une certaine ambiguïté dans le fait de parler de rôle de remise en question. Les participants sont allés loin pour identifier le type de contextes dans lesquels une telle remise en question peut être bénéfique. La citation suivante suggère qu’il existe un lien entre le rôle de remise en question et les fonctions de communication dont nous avons parlé précédemment. Cependant, en plus de traduire les conseils scientifiques pour les citoyens, la communication est décrite comme faisant partie d’un processus qui encouragerait les comités à prendre en compte l’aspect conditionnel et la nature contextuelle de leurs conseils au gouvernement :

Je pense que beaucoup de scientifiques ont tendance à être très rigides quand il en va de la manière dont ils utilisent les outils scientifiques dont nous disposons. Je ne veux pas du tout critiquer ces outils scientifiques, c’est ce qu’on a de mieux. Mais… nous devons être plus ouvert d’esprit quant à la possibilité qu’ils nous trahissent quand on essaie de les utiliser pour déterminer précisément si l’usage d’une substance comporte un risque ou pas… Les comités scientifiques ne devraient pas déguiser les choses avec un langage qui en obscurcit l’ensemble. L’exemple classique est l’expression “rien ne prouve” que quelque chose comporte un risque. L’absence de preuve de risque n’est pas la preuve d’une absence de risque… Je pense qu’il appartient aux comités de donner les conseils les plus clairs possibles et de mettre en exergue les zones de doute, ou là où il pourrait y avoir un problème à cause d’autres facteurs impliqués. Je pense qu’il nous incombe de ne pas juste travailler un discours scientifique classique, mais de s’exprimer de manière à être compris par tous. Allez expliquer ce qui pose un doute sur le long terme. Je pense que les gens perçoivent parfois l’évaluation de risques – et c’est ainsi que ça a toujours été – comme le Sacré Graal. Il est utile de connaître et d’utiliser ces outils, mais il est aussi utile d’en connaître les limites…

Discussion

34Plutôt que d’être de simples témoins ou contrôleurs du processus consultatif, les membres profanes étaient parfois considérés comme un moyen d’améliorer la qualité des conseils prodigués. Par conséquent, les membres profanes étaient perçus comme des contributeurs internes plutôt que séparés des opérations des comités. De plus, alors que le rôle de remise en question n’a pas à constituer une intervention scientifique explicite, il laisse au moins penser qu’il est possible de reconstruire les cadres du conseil. Par exemple, nous avons observé des rôles de remise en question servant à encourager les comités à considérer une gamme plus large de problèmes lors de l’évaluation des risques. Des questions étaient ainsi posées sur l’étendue de l’acceptabilité des risques (notamment : « qu’est‑ce qu’un taux de cancer acceptable ? »), et sur la manière dont les conseils prodigués pouvaient prendre en compte les doutes demeurant.

35Tous les CCS sont obligés de mettre en question et de débattre rigoureusement les preuves scientifiques. Les comités sont fondamentalement des espaces de délibération. Comme en fait état le code de déontologie en vigueur (Government Office of Science, 2011, § 43) : « Tous les membres devraient considérer qu’il est de leur ressort de… s’assurer que le comité a l’occasion de prendre en compte des avis scientifiques opposés, et, quand il le faut, les préoccupations et les valeurs des acteurs concernés avant de prendre une décision. » Le rôle des membres des comités n’est pas juste d’apporter leur expertise, qu’elle soit scientifique ou sociale, à la table, mais aussi de le faire de manière à répondre à des questions de doute cruciales, et de définir les zones qui nécessitent une nouvelle expertise scientifique, en accordant de la valeur à toutes les approches scientifiques et en identifiant tout ce qui est important du point de vue social et du point de vue des acteurs concernés. Il peut être tentant de se servir de l’autorité des experts pour taire des problèmes et pour classer des affaires politiques compliquées et sujettes à débat (Stirling, 2005). En jouant un rôle important de remise en question, la présence de membres profanes peut être conçue comme un moyen de « faire jouer » la légitimité et le fondement social en transformant ces notions abstraites en pratiques concrètes dans les comités.

36Le rôle dans la communication, en tant que témoin et porteur d’un ancrage social, met l’accent sur l’importance de la représentation publique, et mène à penser qu’il est nécessaire d’avoir là des citoyens qui soient de bons communicateurs, des observateurs honnêtes et des représentants des citoyens. Les « experts complémentaires » étendent la portée de l’expertise (par ex. : sciences sociales, éthique, économie) représentée autour de la table et laissent penser qu’il est nécessaire d’avoir accès à des représentants dédiés et dignes de ces domaines. Le rôle de remise en question, pour sa part, n’est pas associé à des questions de représentativité : ni par rapport au public, ni par rapport à un quelconque champ de connaissance avancée. Du point de vue de la « remise en question », l’expertise n’est pas simplement quelque chose que l’on apporte à la table, mais elle se représente et se conteste lors de la délibération. La capacité à participer à ces forums par des vertus, telles que la confiance en soi, la curiosité critique, la capacité au dialogue et la patience, peuvent être considérées aussi hautement que les qualifications de n’importe quel expert. Il est possible d’imaginer des citoyens, des experts en sciences sociales ou en éthique, des avocats, des acteurs concernés, ou même des scientifiques jouer un tel rôle.

Les tensions entre le savoir « profane » et le savoir « expert »

37Nos participants ont débattu de la présence de membres profanes en long, en large, et avec enthousiasme. Ce faisant, ils ont reconnu que la participation citoyenne peut représenter une part de l’évolution dans les espaces de prise de décision de la gouvernance du risque. L’inclusion de non-experts dans les CCS ne modifie pas simplement leur champ opératoire, mais pose aussi des questions difficiles quant au savoir des experts et quant à la gouvernance scientifique (Jasanoff, 1990 ; Stilgoe et al., 2006 ; Stirling, 2005). En liant les CCS au public, l’inclusion de membres profanes étend le processus consultatif en confrontant ouvertement l’expertise scientifique dans un contexte social et politique. De même, le rôle de remise en question implique qu’il existe un besoin de compétences nouvelles, et effectivement d’une nouvelle expertise, pour affronter l’incertitude et l’aspect conditionnel de la science.

38Cependant, il n’est pas surprenant que les attentes associées à la présence d’un membre profane prennent à contre-pied des pratiques et des valeurs traditionnellement ancrées dans la prise de décision. Nous sommes bien loin d’une intégration sans heurts des rôles profanes dans le travail consultatif ; des ruptures et des contradictions ont aussi été relevées.

Représentativité extérieure et neutralité des valeurs

39En se penchant de plus près sur les logiques motivant les rôles profanes décrits précédemment, en lien avec la représentation sociale, certaines hypothèses problématiques font surface. Premièrement, la notion de base de « représentation » des citoyens par les membres profanes est très discutable (Collins & Evans, 2007). De même, l’attribution d’un rôle de communiquant aux membres profanes met non seulement une responsabilité immense sur les épaules de l’individu en question (qui n’a pas nécessairement d’expérience ni de qualifications dans ce domaine), mais soulève également des questions fondamentales à propos de ce qui devrait être communiqué, et de la manière de le faire. Sur un plan plus basique, certains des rôles que l’on attribue aux membres profanes supposent un modèle homogène de « public », et une notion assez rudimentaire selon laquelle « la science » et « la société » peuvent être amenées à se rencontrer de la sorte. Au cours de ces discussions, il a été possible de discerner l’hypothèse que la confiance du public en la science serait rétablie grâce à une ouverture et une transparence accrues (plutôt que de nécessiter pour cela un débat sur le plan fondamental à propos des priorités et des préférences socio-scientifiques). Comme les participants nous l’ont suggéré à plus d’une occasion : « Ça aide, mais je ne pense pas que ça coche tout à fait la case “légitimité”. En quelque sorte, cela représente une encoche dans cette case, mais ça ne la coche pas. »

40En plus d’être très exigeant envers les membres profanes, le rôle de représentation crée des contradictions sur la façon dont la qualité des avis d’experts est traditionnellement estimée en termes d’objectivité et de neutralité des valeurs. La question de la représentation sociale suscitait souvent un débat sur la valeur de l’impartialité dans les avis scientifiques, et sur la manière dont elle devrait être définie dans un tel contexte. Dans le dialogue suivant, des membres d’un CCS expriment leurs inquiétudes par rapport au fait d’être forcés par les décideurs à accueillir des membres profanes :

P1 : Je pense que, s’il y a des suggestions par rapport à la gamme de compétences dont les comités ont besoin, il faut en effet que l’on soit à l’écoute et attentifs. Ce qui me préoccupe, c’est qu’en élargissant la représentation de quelque manière qui soit finalement choisie, ils émasculent le pouvoir décisionnel du comité…
P2 : Je pense bien qu’il pourrait y avoir une sorte de problème fondamental si les instances politiques veulent intégrer des membres extérieurs aux comités, car l’intérêt qu’ils y trouvent se fonde probablement sur l’idée que – qu’ils devraient jouer un rôle de représentants. En fait, ça va à l’encontre du principe fondamental de tout CCS : que les gens ne sont pas des représentants de quoi que ce soit d’autre que de leur discipline, et qu’ils n’apportent que leur expertise.

41Dans certains cas, l’inclusion de membres profanes était donc perçue comme pouvant menacer l’intégrité du processus consultatif. L’inclusion de membres profanes dans des discussions de nature scientifique était parfois vue comme brouillant de manière inappropriée les frontières entre la science et la politique sur lesquelles l’objectivité et l’autorité des comités sont fondées. En posant ces questions, les participants ouvraient la conversation à des thèmes touchant fondamentalement à la nature du savoir et à son lien avec les structures et les procédés du travail des comités.

Des relations de savoir

42De même, en observant les comités et en discutant avec les participants, nous avons clairement vu que les relations entre différents types d’expertises ne sont pas aussi évidentes qu’elles peuvent le sembler de prime abord. En discutant avec un comité qui se préparait à accueillir un membre profane, les participants ont exprimé des doutes sur ce que cette personne pourrait amener en substance comme contribution. Nous avons entendu à nouveau des commentaires suggérant qu’il pourrait être plus utile d’avoir des membres profanes dans des comités traitant d’affaires moins techniques et dans lesquels une perception sociale plus globale est pertinente. Ainsi, les participants se sont demandés s’il ne serait pas plus pertinent de recevoir comme membres profanes d’autres scientifiques :

P1 : Certains des autres comités avec lesquels on travaille… Je pense qu’on a très peu gagné en ayant un membre profane… Il serait complètement hors sujet, parce que là, c’est totalement…
P2 : Oui, mais je veux faire ça un peu différemment. Je veux quelqu’un qui ait assez de connaissances scientifiques pour suivre un débat scientifique… C’est vraiment de la science pure et on perd très vite le fil.

43Sans surprise, certains membres profanes ont exprimé des réserves quant à la manière dont leur rôle évoluait. Ils nous parlaient souvent d’un sentiment d’être à l’écart par rapport au reste du comité et au travail dans lequel ils étaient impliqués. Comme l’avait noté une responsable politique, les membres profanes ne sont typiquement qu’un ou deux parmi une majorité de membres dotés de qualifications et d’expertise scientifique.

À moins que cette personne ait une force de volonté exceptionnelle… je pense qu’elle sera toujours dominée par un paradigme scientifique écrasant », dit-elle. Les CSS, « n’ont tout simplement pas la faculté de prendre en compte ces problèmes généraux, car ils ont assez de chats à fouetter juste en essayant d’évaluer la qualité d’un système de régulation ou d’une évaluation de risques », ajoute un autre participant. Sans surprise, les membres profanes étaient parfois mis mal à l’aise vis-à-vis de leur rôle, et avaient des doutes à propos de leur contribution.

C’est dans la nature du rôle : par défaut, un membre profane n’est pas un expert. Il y a donc quelque chose d’impénétrable. Quelque chose d’insurmontable. Enfin, je sais pas. Mais non, j’ai pas trouvé que c’était un rôle facile à jouer. Je pense qu’il devrait y avoir un groupe plus grand de membres profanes. J’aimerais être plus experte. Je me perds, là-dedans. Est-ce ma faute, est‑ce que je ne joue pas le jeu ? Mais je ne suis pas vraiment au clair avec ce rôle, mis à part que je dois soulever quelques questions, que je suis un peu un témoin.

44De ces récits de relations perçues entre les contributions expertes et profanes, on peut conclure qu’une potentielle division des membres en deux classes peut être observée : i) les membres experts sont supposés procurer les données nécessaires au gouvernement pour prendre une décision, et ii) les membres profanes sont censés apporter une certaine légitimité, mais opèrent à l’extérieur du cœur des affaires scientifiques du comité. Sarah Dyers, dans une étude de la présence de membres profanes dans des comités de recherche éthique, note aussi que les membres profanes ont peu d’autorité pour remettre en question le jugement des experts (Dyers, 2004). « Au final, comme l’explique un membre d’un comité avec qui nous avons discuté, les conseils doivent se baser sur des preuves. » En se basant sur nos recherches empiriques, il serait raisonnable de dire que la position dominante en ce moment consiste à dire que les membres profanes devraient jouer un rôle dans la communication et la médiation plutôt que de jouer un rôle plus fondamental dans le processus consultatif.

  • 9 Par exemple, il est intéressant de se pencher sur le rôle des rapporteurs dans les comités. Il est (...)

45Il nous faut donc nous interroger sur les manières dont les préjugés les plus répandus quant à l’expertise peuvent potentiellement restreindre et affaiblir le processus consultatif. La mise en place de limites claires entre les rôles experts et profanes inhiberait l’émergence du rôle de remise en question, et, comme le note Weiner, elle soulève des doutes sur la capacité de telles expériences à avoir des répercussions en profondeur sur les relations expert/profane dans la gouvernance en général. Qui plus est, nombre de nos participants scientifiques ont fait remarquer qu’il est difficile de délibérer en regroupant plusieurs expertises : « Vous devriez jeter un coup d’œil autour de la table : il y a beaucoup de sujets sur lesquels je ferais mieux de me taire. » « Les frontières » n’existent donc pas qu’entre les experts et les membres profanes, elles peuvent tout aussi bien séparer différents domaines scientifiques (Klein, 1996). Dans les deux cas, il en résulte une inhibition du rôle de remise en question9. En ce sens, les CCS risquent de se transformer en cérémonies au cours desquelles se jouent le conseil et l’autorité (Hilgartner, 2000), plutôt que de s’investir dans la tâche difficile de délibérer.

Conclusion

46Quels sont donc les enjeux pour les défis auxquels fait face la gouvernance du risque en général, et dont il était question au début de cet article ? En premier lieu, notre étude empirique suggère qu’il y a effectivement eu une attention portée aux préoccupations et au regard des citoyens au sein des structures de régulation britanniques. Nous n’irons évidemment pas jusqu’à dire que les processus britanniques de gouvernance scientifique ont été révolutionnés, ni que tous les participants sont acquis à la cause d’un plus grand engagement sociétal (au contraire, beaucoup de voix sceptiques se sont élevées au cours de nos discussions). Cependant, une poussée institutionnelle a été créée au sein du système actuel des comités consultatifs scientifiques, et elle peut servir – du moins, potentiellement – comme stimulateur de délibérations et de réflexions. L’actuel code de déontologie des CCS en est un bon exemple : il invite des gens de l’extérieur à rejoindre des CCS (et même à les présider), il reconnaît la difficulté qu’il y a à gérer le doute et la variété des types de conseils, il réaffirme le rôle des comités comme espaces de délibération, et il donne de l’importance à la transparence et la communication (Government Office of Science, 2011). Ce sont des recommandations importantes, qui donnent aux comités la place d’explorer et de redéfinir les rôles consultatifs au sein du gouvernement. Cependant, il est difficile pour nous de tirer des conclusions du code de déontologie et des résultats d’une seule étude (menée relativement tôt dans le cadre de cette « expérience sociale »), et de dire s’il s’agit d’une incorporation à portée limitée, ou du début d’une territorialisation plus large. Quoi qu’il en soit, nous pouvons dire qu’il existe au moins une certaine motivation, un intérêt, et, souvent, un enthousiasme quand il s’agit de prendre en main ces questions et de voir où elles mènent.

47Ceci étant dit, nous tenons à noter que la mise en pratique de ces « nouvelles » idées n’en est qu’à ses premiers balbutiements. Ce n’est que maintenant que les hypothèses et les implications contenues dans le vaste principe de participation citoyenne sont discutées, notamment par des membres profanes qui ne comprennent souvent pas leur rôle ni leur fonction. Tout cela mène à penser qu’il existe un sérieux fossé entre la grande rhétorique et la manière dont ce principe s’applique en pratique – un fossé qui se négocie dans et autour des pratiques des comités plutôt qu’à un niveau stratégique à l’échelle de la gouvernance. Autrement dit, on attend beaucoup des membres profanes et de l’engagement citoyen en général – et on en attend probablement trop. Notre projet de recherche peut être vu comme occupant précisément l’espace dans lequel les attentes générales rencontrent les pratiques quotidiennes et l’immense travail requis pour extraire du sens de ces contextes et de ces conditions qui émergent. Au moment où nous écrivons, il est difficile de savoir si ces expériences se concluront par une réussite ou par un échec – en partie parce que les critères définissant la réussite ou l’échec n’ont été exprimés qu’en termes très vagues et généraux.

48Le fossé entre la rhétorique politique générale à propos de l’engagement citoyen et l’expérience pratique de le « faire exister » est un espace occupé par des questions difficiles à propos de l’expertise et des preuves qui pourraient être prises en compte dans ce genre de cas. Devrait‑on accorder aux points de vue et aux opinions des « non‑experts » le même statut qu’à ceux de scientifiques qualifiés dans le processus d’évaluation et d’étude de données relatives au risque (Prior, 2003) ? Les membres profanes devraient-ils être considérés comme des « représentants » ou comme des experts (Collins & Evans, 2007) ? Il semble, pour l’instant, que les principes généraux de l’engagement citoyen ne se marient pas bien avec les pratiques existantes de la gouvernance et qu’en conséquent, leur association se fait (inévitablement, pourrait‑on dire) d’une manière décousue, fortement imprégnée de son contexte, et ad hoc. Par conséquent, ceci est l’étude d’un savoir et d’une action en train de se faire, et de la manière dont la « représentation » et l’ « expertise » sont formulées ensembles dans certaines situations. Une leçon importante que nous pouvons tirer de cette étude est qu’une réflexion très limitée en termes de politiques a actuellement lieu à ce sujet, en dehors de ses contextes d’application – ce qui suggère de nouveau que l’« engagement citoyen » est perçu comme une étape séparée et délimitée du processus de gestion de risques. Notre conception des rôles de membres profanes devrait également se situer dans le cadre d’une relation potentiellement réflexive et transformatrice de la gouvernance scientifique, plutôt que comme des engrenages supplémentaires (et limités) dans la machine. De ce point de vue, la présence d’un membre profane est à la fois porteuse d’une série de problèmes complexes de gouvernance scientifique et d’un moyen de les résoudre. Il en découle que l’exploration de l’intégration de membres profanes et des processus critiques qui visent à trouver un espace pour l’engagement citoyen sont eux-mêmes des activités d’une importance cruciale si le fossé entre la rhétorique vague et la pratique socioculturelle est voué à être comblé (voir aussi Irwin, Jensen & Jones, 2013 ; Popay & Williams, 1996).

49En séparant clairement les membres « experts » des membres « profanes » (Weiner, 2009), les activités délimitées de la sorte risqueraient de délaisser le potentiel de transformation de l’engagement citoyen. La science est encore loin des contextes sociaux et organisationnels dans lesquels les conseils scientifiques entrent en vigueur. Le fait de dresser une frontière entre les différents types d’experts, et entre les experts et les « experts non experts », met au premier plan les capacités cognitives des individus d’un côté, et d’un autre côté, donne trop d’importance à la représentativité des membres (qu’il s’agisse de représenter un domaine de compétence ou le public). Les comités ne devraient pas être perçus uniquement comme des regroupements d’expertises et de représentants, mais comme des forums délibératifs (PEP, 1960) dans lesquels se construisent, se discutent et se jouent les estimations et les avis des experts (Hilgartner, 2000). Le risque actuel, avec des expériences aussi limitées, est de perdre de vue les considérables défis auxquels fait face la gouvernance scientifique, et le besoin d’expérimentation créative qui existe, non seulement en termes d’engagement citoyen, mais aussi pour créer des formes de gouvernance plus robustes socialement (Nowotny et al., 2001) et plus réflexives (Beck, Giddens & Lash, 1994).

50Que dire alors de la métaphore spatiale que nous avons abordée précédemment dans cet article ? En ce qui concerne les liens entre le lieu, la pratique et le savoir, nous avons identifié un certain nombre de tensions dont la résolution (ou l’absence de résolution) déterminera l’impact de l’insertion de membres profanes et les bénéfices que le gouvernement espérera tirer d’une gouvernance du risque plus ouverte. Tandis que l’intégration de membres profanes a eu un certain impact sur le paysage politique (du moins, au sein du forum des CCS), les avancées à venir rencontreront des difficultés liées à des pratiques et des valeurs bien enracinées qui mettent l’accent sur la nature neutre et experte du conseil scientifique. L’« engagement citoyen » au Royaume‑Uni est ainsi un espace caractérisé par de fortes ambiguïtés et de considérables dilemmes, parmi lesquels la rencontre entre une rhétorique générale et un besoin localisé de flexibilité ne sera pas le moindre. C’est un espace émergent et dominé par une rhétorique pensée en termes d’opportunités de dépasser les limites de la technocratie. Cependant, c’est aussi un espace très contraint dont la capacité à provoquer le changement dans les prises de décisions sur des questions de risque est limitée. Force est de constater qu’il s’agit là d’un espace qui reste marginal dans les principaux domaines de la gouvernance du risque. Le gouvernement ferait bien de voir plus loin que les propriétés intrinsèques de l’engagement citoyen afin de se demander comment les membres profanes peuvent aider à transformer l’espace décisionnel pour répondre aux défis complexes et changeants auxquels est confrontée la gouvernance du risque.

Les auteurs tiennent à remercier Dr. Michael Farrelly et Dr. Jack Stilgoe pour leur soutien et leurs contributions inestimables au projet de recherche, de même que Dr. Chris Snary qui a promu notre travail au sein du Defra.

Haut de page

Bibliographie

Barnes, B. & Edge, D. (1982). Science in Context: Readings in the Sociology of Science. Milton Keynes: Open University Press.

Beck, U., Giddens, A. & Lash, S. (dir.) (1994). Reflexive Modernization: Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order. Cambridge: Polity.

Berger, J. (1972). Ways of Seeing. London: Penguin.

Chief Scientific Adviser (2005). Guidelines on Scientific Analysis in Policy Making. London: Office of Science and Technology.

Chief Scientific Adviser (2010). The Government Chief Scientific Adviser’s Guidelines on the Use of Scientific and Engineering Advice in Policy Making. London: BIS.

Collins, H. & Evans, R. (2007). Rethinking Expertise, Chicago: University of Chicago Press.

Crang, M. & Thrift, N. (dir) (2000). Thinking Space. London: Routledge.

Dyer, S. (2004). Rationalising the public participation in the health service: the case of research ethics committees. Health & Place, 10, 339-348.

Evans, R., & Plows, A. (2007). Listening without Prejudice? Re-Discovering the Value of the Disinterested Citizen. Social Studies of Science, 37(6), 827-853.

Ezrahi, Y. (1990). The descent of Icarus: science and the transformation of contemporary democracy, Cambridge, Mass.; Londres: Harvard University Press.

Giddens, A. (1998). The Third Way. Cambridge: Polity.

Government Office for Science (2011). Code of Practice for Scientific Advisory Committees. London: BIS.

Government Office for Science (2007). Code of Practice for Scientific Advisory Committees. London: DTI.

Government Office for Science (2001). Code of Practice for Scientific Advisory Committees. London: DTI.

Harrison, C.M., Munton, R.J.C. & Collins, K. (2004). Experimental Discursive Spaces: Policy Processes, Public Participation and the Greater London Authority. Urban Studies. 41, 903-917.

Hilgartner, S. (2000). Science on Stage: Expert Advice as Public Drama, Stanford: Stanford University Press.

Hogg, C. & Williamson, C. (2001). Whose interests do lay people represent? Towards an understanding of the role of lay people as members of committees. Health Expectations, 4, 2-9.

Hutter, B. (ed.) (2010). Anticipating Risk and Organising Risk Regulation in the 21st Century. Cambridge: Cambridge University Press.

Irwin, A. (1995). Citizen Science: A Study of People, Expertise, and Sustainable Development. London: Routledge.

Irwin, A. (2001). Constructing the scientific citizen: science and democracy in the biosciences. Public Understanding of Science, 10, 1-18.

Irwin, A. (2006). The Politics of Talk: Coming to Terms with the ‘New’ Scientific Governance. Social Studies of Science, 36, 299-320.

Irwin, A., Jensen T.E. & Jones, K.E. (2013). The Good, the Bad and the Perfect - criticizing engagement practice. Social Studies of Science, 43(1), 118-135.

Irwin, A. & Michael, M. (2003). Science, Social Theory and Public Knowledge. Maidenhead: Open University Press.

Irwin, A. & Wynne, B. (dir) (1996). Misunderstanding Science? Cambridge: Cambridge University Press.

Jasanoff, S. (1990). The Fifth Branch: Science Advisers as Policymakers, Cambridge: Mass.: Harvard University Press.

Jasanoff, S. (2003). Technologies of Humility: Citizen Participation in Governing Science. Minerva, 41, 223-244.

Jones, K. E. (2004). A Cautionary Tale about the Uptake of ‘Risk’: BSE and the Phillips Report. In N. Stehr (ed.) The Governance of Knowledge. New Jersey: Transaction Books. 161-186.

Jones, K.E. (2005). Understanding Risk in Everyday Policy Making. London: Defra.

Jones, K. E. & Irwin, A. (2010). Creating space for engagement? Lay membership in contemporary risk governance. In B. Hutter (ed.), Anticipating Risk and Organising Risk Regulation (pp. 185-207). Cambridge: Cambridge University Press.

Jones, K. E., Irwin, A., Farrelly, M. & Stilgoe, J. (2008). Understanding Lay Membership and Scientific Governance. London: Defra.

Kerr, A., Cunningham-Burley, S. & Amos, A. (1998). The new genetics and health: mobilizing lay expertise. Public Understanding of Science, 7(1), 41-60.

Kingdon, J.W. (1984). Agendas, Alternatives and Public Policies. Boston: Little, Brown & Co.

Klein, J. T. (1996). Crossing Boundaries: Knowledge, Disciplinarities and Interdisciplinarities. London: University Press of Virginia.

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Paris : la Découverte

Millstone, E. & Van Zwanenberg, P. (2001), Politics of expert advice: lessons from the early history of the BSE saga. Science and Public Policy, 28, 99-112.

Nowotny, H. (2007), How many policy rooms are there? Evidence-based and other kinds of science policies. Science, Technology and Human Values, 32(4), 479-490.

Nowotny, H., Scott, P. & Gibbons, M. (2001), Re-Thinking Science: Knowledge and the Public in an Age of Uncertainty. Cambridge: Polity Press.

Pielke Jr, R. (2007), The Honest Broker: Making sense of science in policy and politics. Cambridge: Cambridge University Press.

Political and Economic Planning (PEP) (1960), Advisory Committees in British government, London: Allen & Unwin.

Popay, J. & Williams, G. (1996), Public Health Research and Lay Knowledge. Social Science & Medicine, 42(5), 759-768.

Prior, L. (2003). Belief, knowledge and expertise: the emergence of the lay expert in medical sociology. Sociology of Health and Illness, 25, 41-57.

Ravetz, J.R. (1991). Connaissance utile, ignorance utile? In J. Theys & B. Kalaora (dir.), La Terre Outragée (pp. 87-103). Paris : Éditions Autrement.

Schulte zu Berge, M. (2010). Science, participation, and governance: Contested meanings and practices of environmental policy-making. PhD: University of Liverpool.

Shields, R. (1998). Lefebvre, Love and Struggle: Spatial Dialectics. London: Routledge.

Stilgoe, J., Irwin, A. & Jones, K. E. (2006). The Received Wisdom: Opening Up Expert Advice, London: Demos.

Stirling, A. (2005). Opening Up or Closing Down? Analysis, participation and power in the social appraisal of technology. In m. Leach, I. Scoones & B. Wynne (dir.), Science and Citizens: Globalizations and the Challenge of Engagement (pp. 218-231). London: Zed Books.

Urry, J. (2000). Sociology Beyond Societies: Mobilities for the Twenty-first Century. London: Routledge.

Warren, M.E. (1999). Democratic Theory and Trust. In M.E. Warren (ed.) Democracy & Trust (pp. 310-345). Cambridge: Cambridge University Press.

Webster, A. (2007). Crossing Boundaries: social science in the policy room. Science, Technology and Human Values, 32(4), 458-478.

Weiner, K. (2009). Lay Involvement and Legitimacy: The Construction of Expertise and Participation within HEART UK. Journal of Contemporary Ethnography, 38(2), 254-273.

Wynne, B. (1991). Knowledges in context. Science, Technology, & Human Values, 16(1), 111-121.

Wynne, B. (2006). Public engagement as a means of restoring public trust in science - Hitting the notes, but missing the music? Community Genetics, 9, 211-220.

Wynne, B. (2008). Elephants in the rooms where publics encounter ‘science’? A response to Darrin Durant, ‘Accounting for expertise: Wynne and the autonomy of the lay public’. Public Understanding of Science, 17(1), 21-33.

Haut de page

Notes

1 Cette approche « holistique » de l’espace est nourrie par le récit de la vie et de l’œuvre d’Henri Lefebvre par Rob Shields (1998).

2 Le gouvernement a révisé son code de déontologie des CCS de 2001 en 2007, et y a apporté d’autres modifications en 2011. Le gouvernement a révisé ses lignes directrices pour l’analyse scientifique dans les prises de décisions de 2005 en 2010, en tant que « The Government Chief Scientific Adviser’s Guidelines on the Use of Scientific and Engineering Advice in Policy Making ».

3 http://www.labour-party.org.uk/manifestos/1997/1997-labour-manifesto.shtml.

4 http://www.audit-commission.gov.uk/SiteCollectionDocuments/Downloads/20060719annuallecture.pdf.

5 Ici nous rendons compte d’une partie d’une enquête plus large, effectuée avec le concours du Defra entre 2005 et 2010. Cette enquête comprend le détachement de M. Jones au ministère en 2005 (Jones, 2005), une consultation sur la participation profane, de 2006 à 2008 (Stilgoe et al., 2006 ; Jones et al., 2008) et la direction d’une thèse de doctorat d’état sur la gestion des risques et l’engagement (Schulte zu Berge, 2010).

6 Voir également Kerr et al., 1998 pour un cadre de réflexion additionnel dans une étude de contributions d’experts profanes dans des délibérations d’ordre éthique à propos de la génétique médicale.

7 Pour un développement plus complet au sujet de la méthodologie, veuillez vous reporter à notre rapport pour le Defra (Jones et al., 2008, pp. 5-10).

8 Extrait d’un entretien avec Sir John Krebs, 6 juin 2006.

9 Par exemple, il est intéressant de se pencher sur le rôle des rapporteurs dans les comités. Il est commun, quand un comité doit répondre à une question particulière, que le président désigne un des membres du comité pour prendre les rennes d’une enquête, ou d’un des domaines concernant l’enquête, en fonction de leur domaine de spécialisation. Les rapporteurs sont essentiels à l’avancement des travaux. Cependant, il peut s’avérer difficile de remettre en question un rapport sans remettre en question le membre qui le présente ni ses contributions et compétences propres. (Jones et al., 2008)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin E. Jones et Alan Irwin, « Un espace d’engagement citoyen ? »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/8032

Haut de page

Auteurs

Kevin E. Jones

Associé principal de recherches à la Faculté des sciences de l’agriculture, de la vie et de l’environnement et à la Faculté de l’Éducation permanente de l’Université d’Alberta. Ses recherches portent actuellement sur les processus sociaux et culturels de l’adaptation institutionnelle aux risques liés à la sécurité alimentaire et au réchauffement climatique.

Adresse : City-Region Studies Centre, Faculty of Extension 2-184 Enterprise Square, CA-10230 Jasper Ave Edmonton, AB T5J 4P6 (Canada)
Courriel : k.e.jones[at]ualberta.ca

Alan Irwin

Professeur au Département de l’Organisation à l’École de commerce de Copenhague. Certaines de ses publications précédentes portent sur l’engagement du public avec la science, les risques et leur régulation, et sur la sociologie environnementale. Ses recherches actuelles se concentrent sur la gouvernance scientifique.

Adresse : Copenhagen Business School, Kilevej 14, K 1.70, DK-2000 Frederiksberg (Danemark)
Courriel : ai.research[at]cbs.dk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search