Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les jeux entre singularité et généricité des savoirs agro-écologiques dans un réseau d’éleveurs

The interplays between singularity and genericity of agroecological knowledge in a network of livestock farmers
Los juegos entre la singularidad y la genericidad de los conocimientos agroecológicos en una red de ganaderos
Nathalie Girard et Danièle Magda

Résumés

L’écologisation de l’agriculture soulève de nombreuses questions sur les connaissances nécessaires pour accompagner la transition agro-écologique, tant du point de vue de leurs modes de production et de leur nature que des formes de transmission ou de partage. Si la pluralité de connaissances que nécessite cette transition et le renouveau des formes de conseil qu’elle implique sont maintenant reconnus, les modalités de capitalisation des connaissances des agriculteurs ont été peu étudiées. En particulier, peu de travaux se sont attachés à analyser le travail épistémique des agents de cet accompagnement, entre expériences singulières et savoirs génériques. Dans cet article, nous décrivons comment les animateurs d’un réseau d’éleveurs donnent du sens aux expériences que ces éleveurs échangent, afin de les accompagner vers l’autonomie, tout en légitimant leur propre expertise. Nous montrons comment ces agents de développement tentent de transmettre une méthode tout en donnant la primauté à l’analyse de la situation, et les tensions que cela crée pour capitaliser les conceptualisations dans l’action exprimées par les éleveurs.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Un enjeu central pour les agriculteurs s’engageant dans la transition agro-écologique est d’apprendre en situation (Chantre, Le Bail & Cerf, 2014 ; Cristofari, Girard & Magda, 2016). En admettant que les agro-écosystèmes ne peuvent pas être complètement contrôlés, l’agro-écologie met en effet en avant que les objets biologiques gérés par les systèmes agricoles sont complexes et évolutifs, imparfaitement connus, soumis à de nombreux aléas. La gestion de systèmes agro-écologiques appelle alors à passer d’« un imaginaire de la maîtrise totale à une situation dans laquelle la maîtrise des choses suppose de faire avec » (Lémery, 2009). En incitant à délaisser cette « quête de la certitude » (Dewey, 2014), l’agro-écologie, définie comme une agriculture qui valorise la biodiversité (Altieri, 1999), invite les agriculteurs à travailler avec le vivant. Mais différents auteurs ont montré que cela crée une complexification des situations de travail des agriculteurs, supposant de prendre en compte l’imprévu, la variabilité et le doute dans leurs actions (Brédart & Stassart, 2017), de développer des diagnostics plus fins, plus locaux et des tâches de contrôle plus nombreuses (Mayen & Lainée, 2014).

2Parallèlement, l’agro-écologie questionne également la production et la transmission des connaissances par la recherche et les institutions de développement agricole. Le « Transfert de Technologie » installé depuis la modernisation agricole entre des chercheurs produisant des connaissances génériques et des agriculteurs devant contextualiser ces connaissances pour les utiliser dans leur propre situation avec l’appui du développement (Röling, 1990 ; Chevassus-au-Louis, 2006) est plus que jamais remis en cause par l’agro-écologie (Hazard et al., 2017). En mettant en avant le caractère situé des pratiques agro-écologiques, les agronomes s’interrogent alors sur la diversification des itinéraires de production de savoirs agronomiques opérationnels, questionnant la définition même du type de résultats à produire, entre connaissances universelles et connaissances localisées (Prévost et al., 2016). Certains agronomes développent alors de nouvelles méthodes, comme celle cherchant à mobiliser les connaissances des agriculteurs, vues alors comme des connaissances à la fois expertes et contextualisées (Doré et al., 2011). D’autres comme Altieri et Toledo (2011) mobilisent ces connaissances comme argument en faveur d’une « souveraineté technologique » de l’agriculture paysanne et argumentent en faveur d’une nécessaire implication directe des agriculteurs dans les processus d’innovation technologique. Les nombreuses initiatives de collectifs se revendiquant de l’agro-écologie en Europe défendent ainsi la reconnaissance de différentes formes de connaissances agro-écologiques (Coolsaet, 2016) et l’autonomie décisionnelle des agriculteurs, appelant ainsi à des systèmes de connaissance plus distribués (Girard, 2014) et des apprentissages mutuels entre chercheurs et agriculteurs (Hazard et al., 2017). Au croisement entre des démarches top-down et bottom-up du développement agricole, se multiplient les plateformes, groupes, réseaux et associations d’échanges à partir des savoirs des agriculteurs. Ces démarches renouvèlent les questions d’apprentissage dans les groupes professionnels (Lucas & Gasselin, 2016) tout en faisant apparaître des tensions épistémiques sur la production de connaissances en agriculture au sein de l’appareil de recherche-développement (Goulet, 2008).

  • 1 Ce terme englobe les conseillers, formateurs ou animateurs qui accompagnent les agriculteurs.
  • 2 La justification des savoirs est ici appelée légitimation plutôt que validation, dans le sens où (...)

3C’est dans ce contexte de tensions autour de la production et la circulation des savoirs agro-écologiques que nous situons cet article, qui se focalise plus particulièrement sur l’activité des agents de développement1. En effet, face à ce que de nombreux auteurs qualifient de « changement de paradigme en agriculture » (Cerf, Guillot & Olry, 2010) ou de « nouvelle épistémologie » (Cohen, 2017), ce sont à la fois les savoirs de l’agro-écologie qui sont en cours de constitution (Bellon & Ollivier, 2013) et les métiers du développement qui évoluent (Cerf et al., 2012 ; Auricoste et al., 2013). Mais ces travaux analysent peu les ressources cognitives qui permettent à ces agents d’accompagner les agriculteurs, et en particulier la manière dont ils mobilisent l’expérience des agriculteurs. Or mettre en forme les expériences d’individus, situées dans des contextes physiques ou sociaux contrastés, pour les transformer en ressources utiles pour d’autres, ne va pas de soi. Certains auteurs ont décrit comment le partage d’expérience entre agriculteurs suppose des épreuves et dispositifs assurant la mise en équivalence des expériences et la montée en généricité (Goulet, 2013), mais ils n’analysent pas le « travail épistémique », c’est-à-dire la production, la formalisation, l’évaluation et la légitimation2 de connaissances, réalisé par les agents de développement au sein de collectifs d’agriculteurs développant des pratiques agro-écologiques. Que produisent et transmettent ces acteurs pour favoriser l’apprentissage des agriculteurs ? Comment capitalisent-ils les expériences singulières des individus ? Quel(s) processus de généralisation mettent-ils en place et quel rôle donnent-ils aux connaissances scientifiques ?

  • 3 C’est-à-dire des végétations qui évoluent uniquement sous l’effet de la fauche et du pâturage et (...)

4C’est à ce questionnement que nous tentons ici d’apporter des éléments de réponse, à partir de l’analyse empirique d’un réseau d’éleveurs utilisant des végétations semi-naturelles diversifiées3 pour nourrir leurs animaux. Ce sont des pratiques d’alimentation des troupeaux que nous qualifions d’agro-écologiques dans la mesure où elles cherchent à « faire avec » la biodiversité existante des couverts végétaux, et non à les artificialiser. D’autre part, ce réseau fait écho aux multiples initiatives cherchant à capitaliser les savoirs des agriculteurs et revendiquant leur autonomie décisionnelle. À ce double titre, nous le considérons comme représentatif des transformations en cours dans l’écologisation de l’agriculture et des enjeux qu’elles portent en termes de savoirs, d’apprentissage et d’accompagnement au changement. En visant à la fois à capitaliser les expériences singulières des éleveurs et à transférer des connaissances génériques, la Société coopérative et participative (Scop) de conseil et formation et le réseau d’éleveurs qu’elle accompagne constituent un cas particulièrement pertinent pour étudier le travail épistémique de ces agents de développement.

Gérer des connaissances entre expériences singulières et savoirs génériques

  • 4 Une connaissance actionnable renvoie à un « savoir à la fois valable et pouvant être mis en actio (...)

5Nous explicitons ici notre posture épistémologique, au carrefour entre connaissances possédées et connaissances issues de l’expérience, ainsi que notre point de vue managérial nous amenant à questionner l’actionnabilité4 des connaissances produites. Nous montrons ensuite que singularité des expériences et généricité des savoirs ne fonctionnent pas que comme un couple d’opposés, mais entretiennent des relations très entrelacées que nous proposons d’explorer à l’aide de quelques concepts.

Une posture épistémologique s’intéressant à la fois aux connaissances possédées et aux connaissances issues de l’expérience

6À la suite de Cook et Brown (1999), nous adoptons une posture au carrefour entre :

  • une « épistémologie de la possession », qui considère les connaissances comme un capital possédé par les individus ou les organisations, isolable sans dénaturation de l’action et stockable dans un artéfact (support écrit, système informatique…) ;

  • une « épistémologie de la pratique », focalisée sur les processus de « knowing », terme intraduisible qui désigne le travail épistémique de l’action elle-même en situation, avec ses caractéristiques dynamiques, concrètes et relationnelles, et proche de la notion d’expérience (Dewey, 2005) héritée de la philosophie pragmatiste américaine.

7Dans la lignée d’auteurs tels que Blackler (1995) ou Cook et Brown (1999), nous considérons que connaissances possédées et knowing sont complémentaires, les premières pouvant être un support pour produire le knowing et réciproquement. Mais s’il existe de riches descriptions empiriques des processus situés de knowing (Gherardi, 2009) ou des théories sur l’explicitation et la combinaison des connaissances possédées (Nonaka & Takeuchi, 1995), les travaux adoptant cette double épistémologie (comme Blackmore, 2007 ; Teulier & Hubert, 2004) sont plus rares et ne s’intéressent que peu aux conséquences managériales d’une telle épistémologie.

Gérer des connaissances entre connaissances possédées et expériences situées

  • 5 Ou plutôt de conceptualisation de relations entre genres (Dewey, 1993), appelant à préférer le te (...)

8En nous intéressant au travail épistémique des agents de développement, nous focalisons notre analyse sur leurs pratiques de gestion des connaissances. Hansen, Nohria et Tierney (1999) ont ainsi distingué les stratégies « de socialisation » passant par l’accumulation et le partage d’expériences de personne à personne, des stratégies de « documentarisation » fondées sur l’articulation de connaissances, c’est-à-dire leur verbalisation et leur mise en débat, et leur codification dans des artéfacts. En passant par une codification, la documentarisation vise à capitaliser les connaissances (Hatchuel, Le Masson & Weil, 2002) et est censée produire des connaissances standardisées transférables d’un contexte à l’autre. Cela suppose alors d’accompagner des mécanismes de construction de théories et de généralisation5 pour abstraire de leur contexte les solutions trouvées dans la pratique et tirer ainsi des leçons des expériences passées (Nicolini & Meznar, 1995). Mais le caractère actionnable des connaissances ainsi produites n’est que rarement pris en compte. De plus, ces processus sont généralement pensés dans une opposition dichotomique entre singularité des situations et généricité des savoirs, au sein d’une relation linéaire d’adhérence ou de dés-adhérence (au sens de Schwartz, 2009) des savoirs vis-à-vis de la situation d’action.

Singularité des expériences, généricité des savoirs : une fausse opposition

9Si généricité des savoirs et singularité des expériences semblent s’opposer, les diverses acceptions et théorisations qui en ont été faites, tant à l’échelle de l’individu qu’à celle d’une action organisée, appellent à dépasser cette apparente opposition. Dans un « régime de l’exactitude » (Licoppe, 1996), où ce qui compte est la répétabilité et la généralisation, les connaissances scientifiques produites renvoient à des théories estimées valides, c’est-à-dire à des principes abstraits qui permettent à un individu d’agir dans divers contextes (Tsoukas, 2005). Ainsi, les savoirs sont fortement liés à la notion de généricité, comme souligné par Avenier (2010) qui les définit comme des connaissances relatives à des genres de phénomène, visant à transcender les singularités des phénomènes particuliers du genre considéré. À l’opposé, une expérience « est le résultat d’une interaction entre un être vivant et un aspect quelconque du monde dans lequel il vit » (Dewey, 2005). Faire une expérience, c’est donc se confronter à une situation définie comme « environnement expériencé » (Dewey, 1993), ce qui focalise l’attention sur la spécificité de l’interaction entre une personne et un environnement.

10Mais, si Rogalski et Leplat (2011) parlent ainsi d’expériences épisodiques « issues de situations singulières », ces auteurs les conceptualisent à la fois comme des ruptures de la routine (incidents, problèmes…) mémorisables avec leur contexte, et comme des situations typiques, des « cas d’école » illustratifs de toute une classe de cas, et donc porteuses d’une forme de généricité. Ces mêmes auteurs proposent également la notion d’expérience sédimentée, particulièrement importante pour tirer parti des variations de l’environnement dans des tâches où la composante sensorimotrice joue un rôle essentiel. Une expérience sédimentée désigne alors l’accumulation progressive d’un ensemble d’expériences et les processus d’abstraction et de conceptualisation, d’automatisation de l’action, permettant de tirer des leçons de la répétition dans l’exécution d’une tâche. La notion d’expérience comporte ainsi des dimensions de généricité.

11De même lorsqu’on s’intéresse au caractère actionnable des savoirs, il s’agit bien d’examiner en quoi ils peuvent être mis en action dans la vie quotidienne, c’est-à-dire en quoi ils « permettent de concevoir des solutions singulières à des problèmes contextuels » (David, 2007). Tout d’abord, un savoir générique comporte souvent une dimension normative (Prasada, 2000), dans le sens où il cadre et filtre les attentes que l’on a alors sur les objets que l’on va rencontrer dans une situation singulière. Mais plus largement, savoirs génériques et capacité d’action dans une situation singulière sont fortement liés : une connaissance générique permet à l’individu d’exercer son jugement dans une nouvelle situation, entre les règles génériques prescrites par un mode d’emploi et le contexte d’application (Tsoukas, 2005) et de faire des distinctions sur la base du contexte et/ou d’une théorie (Tsoukas & Vladimirou, 2001).

12Ainsi, tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle d’une action organisée, singularité des expériences et généricité des savoirs ne fonctionnent pas que comme un couple d’opposés, mais entretiennent des relations très entrelacées. C’est en décrivant les pratiques d’agents de développement accompagnant un réseau d’éleveurs que nous explorons dans ce texte ces relations entrelacées, que nous nommons « jeux entre généricité et singularité ».

Des concepts pour saisir les jeux entre singularité et généricité

13Pour décrire ces jeux, nous faisons appel à des concepts nous permettant de décrire à la fois l’accumulation d’expériences, l’articulation de connaissances et leur codification dans des artéfacts.

  • 6 C’est-à-dire « what is perceived through the senses, judged through the senses, and produced and (...)

14Tout d’abord, nous chercherons ainsi à rendre compte des conceptualisations dans l’action, gérant de manière entremêlée actions, observations in situ et sources diverses d’information. L’idée est d’approcher les « schèmes » des agriculteurs, c’est-à-dire les « formes invariantes d’organisation de l’activité et de la conduite pour une classe de situations déterminée » (Vergnaud, 2007), qui articulent deux propriétés de l’action efficace apparemment contradictoires que sont l’invariance et l’adaptabilité (Pastré, 2005). Afin de décrire les processus de généralisation à l’œuvre, nous nous attacherons en particulier à identifier les catégories permettant de définir l’action qui convient ou la gamme d’actions possibles dans une situation. En effet, la discrétisation de catégories permet de stabiliser des points de vue sur le monde (Mondada & Dubois, 1995) et de faire face à la fois à la diversité et à la variabilité des situations d’action (Mayen & Lainée, 2014). Enfin, l’agro-écologie supposant des capacités d’observation de la part des agriculteurs, nous attacherons un intérêt particulier à la manière dont les « connaissances sensibles »6 (Strati, 2007) sont exprimées dans ces conceptualisations.

15D’autre part, nous chercherons à caractériser comment ces conceptualisations issues de l’expérience sont verbalisées, partagées et discutées collectivement. Il est reconnu que le récit d’expériences est crucial dans le partage de connaissances dans les organisations (Sole & Wilson, 2002), et en conceptualisant des invariants de traitements de situations-problèmes qui ont réussi, « la transmission d’expériences épisodiques par le récit dans un collectif peut alors conduire au développement d’autrui » (Rogalski & Leplat, 2011). Ces récits ne sont indépendants de règles (Tsoukas, 2005) : si les premiers sont toujours spécifiques et propres à l’action d’un individu, ils impliquent toujours plus ou moins des suggestions de formes d’action qui conviennent. Tsoukas va plus loin en suggérant que l’utilité des récits ne réside pas tant dans ces suggestions d’action qu’ils comportent que dans les connexions contingentes qu’ils aident à faire entre règles et circonstances locales. Les récits comportent ainsi une « généralité flexible » qui les rend à la fois adaptables et spécifiques (Brown & Duguid, 1991).

16Enfin, nous analyserons les artéfacts produits comme des « instruments » dans leur capacité à combiner connaissances possédées et knowing (Labatut, Aggeri & Girard, 2009), et portant en particulier une « philosophie gestionnaire » (Hatchuel & Weil, 1995) définissant les objets et les objectifs de la gestion. En effet, ils matérialisent et véhiculent des conceptions structurantes, des manières légitimes d’attribuer des valeurs et de prescrire l’action qui convient.

Faire pâturer des végétations semi-naturelles : une pratique alternative, un réseau national

17Notre propos s’appuie sur l’analyse empirique du réseau Pâtur’Ajuste, rassemblant des éleveurs utilisant des végétations semi-naturelles pour l’alimentation de leurs troupeaux : il s’agit d’un collectif où s’échangent et se capitalisent les expériences de ces éleveurs, mais aussi, pour les agents de développement les accompagnant, d’un espace de transfert d’une méthode qui promeut une action en situation. Après avoir décrit ce réseau Pâtur’Ajuste et la méthode éponyme, nous précisons notre posture vis-à-vis de ce terrain et notre méthodologie d’analyse.

Le réseau Pâtur’Ajuste, un collectif où s’échangent et se capitalisent les expériences

18Conçu en 2013 par Scopela7 avec l’appui des auteurs de ce papier dans le cadre d’un projet de recherche, le réseau Pâtur’Ajuste8 a pour objectif est de « constituer, à l’échelle nationale, un lieu d’échange et de capitalisation des expériences » autour des pratiques d’élevage s’appuyant sur « des bases plus écologiques » (Charte du réseau, 2013). L’enjeu était également, pour Scopela, « d’accompagner localement la transition de l’agriculture vers une agriculture productive, mieux assise sur des processus écologiques, moins tournée vers l’artificialisation des surfaces, et plus basée sur la valorisation des savoir-faire locaux » (Charte du réseau, 2013) en diffusant la méthode Pâtur’Ajuste, que nous décrivons dans la section suivante.

19C’est un collectif hétérogène composé principalement d’éleveurs, auquel participent également quelques conseillers agricoles et enseignants. Au 1er avril 2017, le réseau comportait 183 adhérents répartis sur 38 départements (figure 1). Les éleveurs participant à ce réseau sont ainsi fortement dispersés géographiquement et apportent au collectif une très forte hétérogénéité de situations, tant sur le plan des systèmes d’élevage (bovin, ovin, caprin, lait/viande), que des contextes pédo-climatiques et socio-économiques (filières, accompagnement technique, environnement social, origine des éleveurs…).

Figure 1. Le réseau Pâtur’Ajuste au 1er avril 2017

Figure 1. Le réseau Pâtur’Ajuste au 1er avril 2017

Source : Scopela

  • 9 Toutes les citations issues de nos données sont référées à un individu (identifié par ses initial (...)

20Ce réseau ne se définit donc pas à partir de pratiques identiques pour tous les membres, mais plutôt à partir d’une certaine altérité par rapport aux autres systèmes d’élevage plus artificialisés. Comme l’exprime une éleveuse du réseau, ce qui la motive à participer, « c’est vraiment de voir, justement, comment les animaux utilisent les espaces naturels, voilà, la capacité qu’ils ont de trouver leur pitance, en fait, dans ces espaces, que tout le monde pense inappropriés pour le pastoralisme » (SP9, avril 2016).

21L’activité centrale du réseau consiste en des « journées techniques » bisannuelles chez un éleveur du réseau (« éleveur-hôte »), rassemblant une majorité d’éleveurs, dont la plupart participent régulièrement à ces journées, ainsi que quelques conseillers agricoles ou animateurs territoriaux (figure 2). Ces journées permettent à la fois de découvrir les pratiques d’un éleveur du réseau, à chaque fois dans une région différente, d’échanger sur les pratiques des uns et des autres, de discuter de thèmes techniques et de l’avenir du réseau.

Figure 2. Les participants aux journées du réseau Pâtur’Ajuste

Journées du réseau

Éleveurs

(dont nouveaux)

Conseillers et animateurs

5-6 novembre 2013 (Lot)

30

6

22-23 avril 2014 (Puy-de-Dôme)

37 (19)

9

21-22 octobre 2014 (Maine-et-Loire)

27 (7)

5

21-22 avril 2014 (Isère)

22 (6)

5

4-5 novembre 2015 (Côtes-d’Armor)

38 (19)

12

19-20 avril 2016 (Nièvre)

21 (8)

6

2-3 novembre 2016 (Corrèze)

24 (0)

3

22Dans la lignée de la Charte, Scopela essaie de favoriser une forme d’engagement des éleveurs dans le réseau de type contributive et d’éviter de les placer dans une posture passive de réception d’une expertise extérieure. Scopela a conçu ce réseau sur la base de deux objectifs : transmettre la méthode Pâtur’Ajuste et la manière d’« agir en situation » qu’elle prône, et capitaliser les expériences des éleveurs.

La méthode Pâtur’Ajuste, ou comment « agir en situation »

  • 10 Tous, sauf l’écologue qui est restée dans la recherche, sont maintenant membres de Scopela.

23Pour Scopela, un des enjeux dans la conception de ce réseau était d’opérationnaliser la méthode Pâtur’Ajuste, initialement conçue pour des techniciens. Cette méthode est issue de travaux pluridisciplinaires menés par une équipe constituée d’une écologue, d’un écozootechnicien et de conseillers en pastoralisme et gestion environnementale. Deux membres de cette équipe ont fondé en 201110 Scopela dont le projet de développement, centré sur cette méthode, promeut également un accompagnement en rupture avec un conseil qui vise uniquement à transférer des outils à appliquer.

24Afin de revaloriser les couverts diversifiés des prairies et parcours pour les systèmes d’élevage, ces travaux ont développé une approche (Agreil et al., 2011) permettant de qualifier ces ressources à partir de l’analyse des interactions dynamiques entre les processus du comportement alimentaire animal au pâturage, ceux impliqués dans la dynamique des communautés végétales et les pratiques de pilotage de l’éleveur. Les méthodes classiques d’évaluation de la ressource fourragère issues des sciences agronomiques sensu stricto, reposent en effet sur une quantification ex situ de la valeur nutritive des espèces végétales considérées individuellement (via leur concentration en azote et leur degré de lignification). Dans Pâtur’Ajuste, prendre en compte le comportement de sélection des animaux au pâturage et de l’appétence relative des espèces en fonction de leur association a permis de définir la notion de valeur alimentaire comme évolutive et située. Cela a permis de reconsidérer la valeur alimentaire d’espèces comme les ligneux jugées auparavant comme indésirables, et plus largement celle de prairies diversifiées. Analyser ensemble les trois dimensions du système pastoral (végétation, animal au pâturage et pratiques d’éleveurs) définit surtout une philosophie de gestion dynamique de cette diversité, tout en reconnaissant le caractère complexe et incertain de cette gestion. Comme nous l’avons montré dans des travaux antérieurs (Girard, Doré & Magda, 2016), il s’agit d’une méthode originale pour la manière dont cette qualification se focalise sur la construction de ces ressources. Elle s’appuie sur des travaux qui ont montré que la diversité des couverts végétaux peut constituer une ressource pour les systèmes d’élevage mais implique que les éleveurs puissent développer des modes de gestion dits « adaptatifs » qui les invitent à changer de posture dans le pilotage de l’alimentation de leur troupeau.

25Il ne s’agit pas seulement pour l’éleveur de s’approprier de nouveaux indicateurs et outils de pilotage, mais de passer d’un mode de gestion basé sur la mise en œuvre de prescriptions conçues en dehors des situations d’action à une gestion procédant par ajustements au fil de l’action et par apprentissage par l’expérience dans sa propre situation. Cette philosophie gestionnaire implique à la fois de prendre en compte une pluralité de fins qui ne sont pas des « fins-en-soi » (Dewey, 2014), mais des « fins-en-vue », c’est-à-dire des intentions qui doivent être constamment mises à l’épreuve des moyens utilisés et de leurs conséquences. Au-delà des outils fournis à l’éleveur, la méthode Pâtur’Ajust se présente comme un nouveau cadre pour penser sa pratique mettant au centre l’analyse de la situation, et en particulier celle de la diversité des couverts végétaux et du comportement du troupeau. Dans ce sens, elle constitue un cas représentatif des changements auxquels invite l’agro-écologie en cherchant à redonner une autonomie de pensée et d’action à l’éleveur. Elle pose cependant la question de la relation de conseil à développer pour accompagner l’éleveur dans la construction de ses pratiques au fil de ses expériences.

Posture vis-à-vis du terrain et méthodologie d’analyse

26En participant à la conception du réseau Pâtur’Ajuste dès son émergence, nous avons construit une relation de partenariat avec Scopela qui passe par des réunions régulières de travail ensemble, à la fois sur les processus de gestion des connaissances et les modalités de pilotage du réseau. Cette posture de recherche-intervention ainsi mise en place auprès de Scopela se double d’une position d’observation des journées de rencontre du réseau Pâtur’Ajuste, qui nous fournit à la fois des données sur notre objet de recherche et du matériau pour discuter avec Scopela sur le pilotage du réseau. À côté des données recueillies sur les journées du réseau et les artéfacts produits par le réseau, notre analyse se nourrit donc aussi des réunions de travail que nous avons eues avec Scopela sur la conception et l’animation du réseau.

27Cette étude repose sur le traitement de l’enregistrement vidéo des sept journées techniques du réseau Pâtur’Ajuste (de novembre 2013 à novembre 2016, voir figure 2), ainsi que sur celui de l’enregistrement audio de nos réunions de travail avec Scopela (une dizaine de réunions). Tous ces enregistrements ont été retranscrits. Nous avons également recueilli et analysé les divers documents produits par le réseau, comme les fiches techniques et la Charte du réseau. L’ensemble du corpus (entretiens retranscrits, documents techniques et articles scientifiques) a été structuré dans une base de données à l’aide du Computer-Aided Qualitative Data Analysis Software NVivo. Ce corpus a ensuite été codé et analysé de manière inductive, avec une stratégie proche de la « grounded theory » consistant à comparer de manière systématique des unités de données et à construire graduellement un système de catégories (Langley, 1999). L’analyse a ainsi été réalisée en deux étapes de codage :

  • un codage descriptif, proche des données, permettant de décrire et retrouver ultérieurement les informations recueillies, c’est-à-dire à la mise en forme des faits (David, 2004) ;

  • un codage analytique (ou « codage axial » selon Strauss & Corbin, 2004) permettant d’affecter des catégories conceptuelles à des segments de texte du corpus.

28Des allers-retours entre le corpus recueilli, ce codage analytique et notre cadre conceptuel nous ont permis de construire et stabiliser ces catégories conceptuelles et ainsi de proposer notre analyse de cette situation concrète.

Le focus choisi : la visite de terrain pour partager les expériences, les fiches techniques pour capitaliser les savoirs

29Dans cet article, en cohérence avec notre posture épistémologique examinant à la fois les formes de codification des connaissances et les processus de « knowing », nous analysons conjointement la visite de terrain par laquelle démarrent les journées techniques du réseau et les fiches techniques produites.

30La visite de terrain, centrée sur l’exploitation de l’éleveur-hôte, est un moment privilégié des journées techniques pour étudier les échanges d’expériences entre éleveurs. La visite commence par une description par l’éleveur-hôte de son exploitation, puis se poursuit par la visite de 2 à 4 parcelles de l’exploitation, choisies pour leur singularité par rapport à ce qui s’observe ailleurs dans le réseau (couvert végétal, pratiques…) et leur exemplarité en référence à un thème souvent mis en avant comme problématique par le groupe. Lors de la visite de chaque parcelle, l’éleveur-hôte y explicite ses objectifs sur la parcelle, les couverts végétaux présents, ses pratiques habituelles d’utilisation de la parcelle par le(s) troupeau(x) et le(s) lot(s) d’animaux. C’est parfois l’occasion de faire un récit de l’histoire de la parcelle et de l’évolution des pratiques d’utilisation et de gestion de cette parcelle singulière, mais aussi des pratiques de la petite région, permettant au groupe de comprendre l’évolution de ce type de milieu et son état actuel visible. C’est un récit orienté, qui aboutit à la présentation du thème choisi en amont par Scopela (par exemple, la mise à l’herbe, le report sur pied…). En analysant les échanges oraux entre agriculteurs, nous décrypterons comment sont mises en récits et en règles les expériences individuelles et comment – et pour faire quoi – les agents de développement s’en emparent. Dans l’examen de ces récits et règles, nous prêterons ainsi une attention particulière à la manière dont sont explicités ou non les domaines de validité des savoirs exprimés et les situations auxquelles ils se réfèrent, afin de décrypter comment les agents de développement s’appuient sur ces expériences pour procéder à des montées en généricité.

31Outil classique de conseil agricole, les fiches techniques constituent la production la plus visible du réseau. Scopela leur attribue un rôle central pour transmettre leur méthode aux éleveurs, mais aussi, dans une perspective de co-construction cohérente avec sa vision de la relation de conseil, pour capitaliser les expériences des éleveurs. Avec cette intention de co-construction, Scopela affirme sa volonté de s’extraire d’un mode plus conventionnel de conception de documents techniques et de « transfert de recettes ». Néanmoins, à la création du réseau, les principes et les modalités de cette co-construction n’étaient pas définis et représentaient une interrogation pour Scopela. Le processus qui s’est mis en place a constitué un objet d’analyse particulièrement pertinent pour rendre compte des jeux entre singularité et généricité des savoirs. L’analyse du contenu de ces fiches et de leur processus de construction nous permet d’examiner comment et sur quoi s’opère la capitalisation des savoirs et comment sont mises en forme les expériences individuelles exprimées lors des journées. Nous analyserons comment les expériences accumulées et les connaissances articulées sont formalisées et codifiées, combinées, par les agents de développement et par les agriculteurs eux-mêmes, avec d’autres formes de savoirs, notamment scientifiques. Nous analyserons pour cela les artéfacts produits et diffusés afin d’accéder aux connaissances explicitées et codifiées que ces acteurs produisent et diffusent dans leur activité d’accompagnement.

Apprendre à « agir en situation » : un difficile équilibre entre expériences singulières et méthode générique ?

32Le réseau a été conçu sur la base de deux objectifs : transmettre la méthode Pâtur’Ajuste et la manière d’« agir en situation » qu’elle prône, et capitaliser les expériences des éleveurs. Nous décrivons ici le travail épistémique fait par Scopela pour produire, formaliser, évaluer et légitimer les savoirs élaborés et échangés dans le réseau au prisme de ces deux objectifs.

« Ça dépend » : il n’y a pas de recettes, il faut analyser la situation !

33Tant lors de la visite de terrain que dans les échanges en salle, Scopela donne la primauté à la situation, celle observée par l’ensemble des participants aux journées, mais aussi celles « expérienciées » par les participants.

Explorer ensemble les dimensions de la singularité par une mise en situation

34Lors de la visite, la situation observée est évidemment très présente dans les échanges entre éleveurs qui font fréquemment référence à « ici », «  », « cette parcelle »… et à la variabilité que rencontre l’éleveur-hôte dans ses pratiques (« Ça dépend des surfaces de parcs. C’est vachement variable » BG - avril 2016). La visite consiste alors en un dialogue sous forme de questions-réponses entre le groupe et l’éleveur-hôte, parsemé d’interventions de Scopela. Scopela insiste notamment sur l’observation de la parcelle, vue comme difficile pour les éleveurs et source de confusion possible (« Méfiez-vous des types d’herbe. Vous avez vu, tout à l’heure, on a fait la confusion entre le brome et le brachypode. Il faut vraiment regarder », avril 2015).

35Au-delà de la visite de terrain, les termes qui reviennent sans cesse dans ces journées de rencontre sont : « ça dépend » – sous-entendu du type de végétation, de l’année, de la saison, de la pousse de l’herbe, des objectifs de l’éleveur, de la race, des critères de sélection des animaux, des chiens qu’on a… Scopela se démarque ainsi fortement d’une position de fournisseur de recettes, en affirmant qu’« il n’y a pas une bonne ou une mauvaise solution. Ça dépend franchement des contextes et des choix de chacun » (avril 2016). Scopela insiste ainsi sur la singularité de la situation de chacun, dans le but d’amener les éleveurs à réfléchir sur leurs propres objectifs en relation à leurs parcelles et leurs animaux. Par exemple, aux questions des éleveurs sur quel critère utiliser pour décider de sortir le troupeau d’une parcelle, Scopela répond ainsi : « Le “Il n’y a plus d’herbe”, c’est un accord entre l’éleveur et ses animaux » (novembre 2015). Face au désir de certains éleveurs de disposer d’une règle standard pour décider, s’oppose ainsi un conseil qui met l’accent sur l’accord singulier entre l’éleveur et les objets qu’il gère en fonction de ses objectifs.

36Mais la visite donne également à voir la situation dans son épaisseur historique : si la visite est forcément située spatialement, elle donne l’opportunité à l’éleveur-hôte de raconter une « expérience épisodique » passée, en donnant des prévisions pour la suite de l’année en fonction de son « expérience sédimentée » de la zone et de la variabilité qu’il a expérimentée dans cette zone :

Ça a fonctionné tout l’hiver. Là, au printemps, évidemment, je n’aurai pas de problème. Et puis, cet été, on verra comment ça repousse. Ça dépend de la saison. S’il pleut beaucoup, je n’ai pas d’inquiétude, parce que c’est une zone qui est très dynamique quand même. S’il pleut beaucoup, j’aurai trop d’herbe. Et s’il ne pleut pas assez, j’aurai juste assez. (ND, avril 2016)

37La visite de terrain est ainsi l’occasion d’explorer les multiples dimensions, tant temporelles, spatiales que personnelles, de la singularité des situations de gestion des éleveurs, tout en donnant à voir la manière dont les éleveurs apprennent de leur propre expérience entre variabilité et répétition.

« Chez moi », « chez toi » : valoriser la diversité des situations

38Cette primauté donnée sans cesse à la situation n’est pas sans déstabiliser les éleveurs habitués à recevoir un conseil technique à appliquer :

La réponse systématique qu’on a, c’est “Ça dépend”. […] C’est un peu déstabilisant au début parce qu’on se retrouve face à plus de questions que tu as en arrivant. (avril 2015)

39Mais ce même éleveur poursuit en explicitant alors l’intérêt qu’il voit à ces journées nationales mettant en réseau des situations très hétérogènes : « D’aller sur plusieurs fermes et de voir des systèmes différents, du coup, tu comprends pourquoi ça dépend. On l’a vu, dans certains endroits, où la dynamique d’embroussaillement n’était pas gênante, et dans d’autres oui, pourquoi il fallait l’attaquer, comment il fallait l’attaquer. »

40La diversité des situations, intrinsèque à ce réseau national rassemblant autant des éleveurs de chèvres que de vaches ou de brebis, des Alpes ou des bords de Loire (figure 1), est au cœur des échanges. « Chez toi », « chez moi » sont des locutions très souvent employées, permettant de référer l’expérience partagée de la visite par rapport à la situation singulière de celui qui s’exprime. Ce processus fait alors contraster les pratiques des uns et des autres, qu’il s’agisse d’éleveurs de régions éloignées ou au contraire voisines :

CV : Nous, elles nous le disent quand elles veulent changer de parc.
CD : Moi, elles ne le disent pas, elles n’ont pas le temps. Je les ai changées avant.
CV : Nous, déjà si on les écoute, on les changerait de parc bien avant.
CD : Non, moi, elles ont un rythme, pas de problème.
(Novembre 2016. CV est éleveur de brebis et porcs en Haute-Loire, CD éleveur de brebis dans le Limousin)

41Scopela utilise également la parcelle visitée pour jouer sur le contraste entre les différents objectifs des éleveurs présents sur un même couvert végétal (ici la molinie), mettant là encore en avant la singularité de leurs situations :

  • 11 Le report est une technique consistant à ne pas faucher ou pâturer la ressource végétale au momen (...)

CD : moi, je veux de la molinie pour avoir…, parce que c’est une plante qui se reporte bien sur pied11 et qui m’assure de la ressource en période séchante. Mais je veux qu’elle soit diversifiée parce que je veux mettre des bêtes à forts besoins.
JMW : Moi, je ne veux pas qu’elle soit diversifiée […] Je veux de la molinie parce que ça fait un volume d’herbe énorme.
SCOPELA : Peut-être la différence entre vous 2, pour éclairer ça, c’est que le type de besoins que tu cherches à satisfaire, ce n’est pas le même que le tien.
JMW : Exactement. Moi, je recherche de la molinie quasiment pure, à la limite, qui se reporte sur pied.
(Novembre 2016, CD = éleveur-hôte dans le Limousin, JMW = éleveur dans l’Hérault)

42Cette diversité de pratiques peut alors être répertoriée en tant que telle, comme dans la fiche « concevoir sa conduite parcellaire » où figure un « petit catalogue de principes techniques ». En d’autres termes, le réseau permet de donner à voir l’amplitude et les registres des singularités en contrastant et en capitalisant les situations visitées ou racontées.

Utiliser les témoignages comme « faits surprenants » pour déconstruire les idées reçues

43Au fil des visites, mais aussi dans les fiches techniques rédigées, Scopela s’appuie sur les observations qui peuvent paraître surprenantes et leur permettent de remettre en cause une « idée reçue » (ici que la ronce ne se pâture pas) :

Sur la consommation de la broussaille, moi, je trouve qu’il y a un truc qui est frappant ici, c’est que... Pierre, il me dit qu’il laisse ses bêtes 4 jours, donc, on ne peut pas dire qu’il les fait tirer longtemps, longtemps, longtemps. En 4 jours, on voit que la ronce, enfin, là, ça se voit bien, elle est mangée, toutes les têtes sont mangées […]. C’est super-important cette observation. (Scopela, novembre 2013)

44Relever de telles observations, faites ensemble lors de la visite d’une parcelle en compagnie de l’éleveur-hôte, leur permet d’apporter la preuve concrète, vécue par chacun des participants – et non abstraite – que « l’idée reçue » est fausse : l’exemple singulier prend le rôle de « contre-exemple » qui suffit à lui seul à réfuter l’idée (à la manière de Popper, 1985). Mais c’est aussi en sollicitant et en formalisant une diversité de témoignages des participants que Scopela montre qu’« on entend tout et son contraire », déconstruisant par là la possibilité d’une règle générique simple.

45À première vue, cette primauté donnée à la situation semble instaurer un « régime de la singularité », proche du régime de la curiosité de Licoppe (1996) faisant appel à des témoins visuels, garants de la vraisemblance de ce qui est rapporté et engagés dans leur narration, des faits étonnants et singuliers et mettant en scène une expérience (ici la visite de terrain). Décrit comme cela, ce régime laisserait peu de place aux connaissances scientifiques, et plus largement peu à la généricité, et supposerait que les éleveurs doivent apprendre chacun dans leur exploitation en faisant leurs propres expériences. Mais cette première interprétation néglige le contenu méthodologique apporté par Scopela dans le réseau.

Transmettre une méthode pour « agir en situation »

46En effet, en apportant une méthode, Scopela s’inscrit aussi dans un jeu générique-singulier dans lequel le générique est constitué de connaissances technico-scientifiques, et où le singulier correspond à la situation de l’éleveur qui doit construire ses pratiques sur ces bases génériques.

Des fiches techniques pour transmettre une méthode

47Les interactions avec les éleveurs sont organisées en trois étapes, au départ assez informelles, puis de plus en plus instituées au cours du temps que sont, le choix du thème technique et une première définition de ses enjeux, la rédaction de la fiche et enfin une mise en discussion d’une première version de la fiche (figure 3). Les première et troisième étapes ont lieu lors des journées bisannuelles du réseau principalement lors de séquences en salle, mais aussi lors des visites de parcelles qui sont choisies au départ en lien avec un thème technique soulevé par les participants. Ces interactions, toutes animées par Scopela, permettent aux participants, à la fois d’échanger sur le thème de la prochaine fiche, et de réagir lors du débat organisé autour d’une fiche déjà rédigée, mais aussi de proposer des amendements de la fiche précédente. La deuxième étape, de rédaction à proprement parler, est prise en charge par les membres de Scopela en mobilisant des éléments des échanges collectifs, mais aussi des échanges plus individuels, au moment de la préparation des journées avec les éleveurs-hôtes. De 2013 à 2016, six fiches techniques ont été ainsi rédigées selon le processus décrit ci-dessous.

Figure 3. Les étapes de construction des fiches techniques du réseau Pâtur’Ajuste

Figure 3. Les étapes de construction des fiches techniques du réseau Pâtur’Ajuste

Des « fondamentaux » nécessaires pour agir en situation

48Pour Scopela, les éleveurs ont besoin, pour construire leurs propres pratiques, de comprendre des « fondamentaux », c’est-à-dire des connaissances sur les processus qui régissent le comportement alimentaire animal au pâturage et les dynamiques des végétations. Selon la méthode Pâtur’Ajuste, ce sont ces connaissances technico-scientifiques qui donneront aux éleveurs les moyens d’évaluer par eux-mêmes ce qui peut faire ressource alimentaire pour leur troupeau, d’identifier les pratiques à mettre en œuvre en fonction de leurs propres objectifs et d’interpréter ce qu’ils observent comme des indicateurs de diagnostic et de pilotage. Ces fondamentaux sont ainsi vus par Scopela comme indispensables pour apprendre à construire des pratiques qui valorisent effectivement la diversité des végétations. À travers ces « fondamentaux », Scopela cherche à la fois à déconstruire des idées reçues (e.g. « les ligneux, ça ne se mange pas ! »), à transmettre des principes d’action (e.g. le choix des dates de pâturage doit se faire en fonction de cibles sur la végétation qui vont orienter sa dynamique), et à proposer des indicateurs de pilotage (comme l’importance du nombre de juvéniles pour une espèce végétale cible). Selon Scopela, ce sont ces fondamentaux qui permettent de développer l’autonomie de l’éleveur car « c’est ce qui rend autonome pour ré-appréhender le réel tout seul » (Scopela, 09/02/17).

49Ces « fondamentaux » sont constitutifs de la méthode Pâtur’Ajuste et au cœur des interactions avec les éleveurs et d’animation du réseau. Ils sont alors codifiés dans des fiches techniques qui constituent le principal outil pour les expliciter et les diffuser. Par exemple, la figure 4 illustre ces « fondamentaux » sur l’exemple de la mise en réserve chez les espèces herbacées. Le schéma, lui-même utilisé comme support de formation, montre le processus et sa légende argumente pourquoi et comment on peut catégoriser les espèces d’une prairie en deux grands types (« rapides » et « lentes ») et justifiant de les piloter différemment. Cette catégorisation constitue selon Scopela un indicateur de pilotage dont l’appropriation sera d’autant plus importante que l’éleveur aura compris les processus en jeu.

Figure 4. Un exemple de « fondamental » : les deux principaux types de dynamique de mise en réserve chez les espèces herbacées

Figure 4. Un exemple de « fondamental » : les deux principaux types de dynamique de mise en réserve chez les espèces herbacées

Source : Scopela

50La diffusion de ces « fondamentaux » se fait également par socialisation lors des journées. Dans les échanges sur le terrain ou au cours des réunions du réseau, les membres de Scopela s’attachent, à partir d’un témoignage, d’une description, d’une pratique, à expliciter les processus qui les sous-tendent. Chaque fois que cela est possible, Scopela fait mention aux processus biologiques pour mettre en évidence les liens de causalité entre une pratique et les états de végétation, expliquer un phénomène, ou faire comprendre pourquoi les dynamiques de végétations sont parfois imprévisibles. Cet effort d’explicitation des processus en jeu se fait dans chaque situation au détour des visites de terrain et des récits des éleveurs de ce qu’ils observent sur leurs fermes. Mais au-delà de donner des explications, il s’agit pour Scopela, en faisant concrètement cet exercice dans différentes situations devant les éleveurs, à propos de différents processus, de donner aux éleveurs une capacité à diagnostiquer et agir.

51Si le transfert des « fondamentaux » n’est jamais vraiment remis en cause dans son principe, il pose néanmoins de nombreuses questions à Scopela. D’une part, sur la nature des connaissances à transférer et leur profondeur : Jusqu’où aller dans l’explicitation des processus sous-jacents pour aider à agir ? Un éleveur a-t-il besoin de connaître le processus de photosynthèse pour comprendre comment ont été construites les typologies des espèces végétales en fonction de leur sensibilité au pâturage ? Elles amènent Scopela à s’interroger sur le statut et la nature de ce qu’ils appellent les « fondamentaux », entre mécanismes sous-jacents, sorte de « lois générales de la nature », et traduction qu’ils en font en termes de connaissances actionnables. D’autre part, Scopela se pose des questions sur sa propre pratique et capacité d’animation des échanges, face à la difficulté de saisir en situation et au fil des récits, la possibilité d’expliciter les fondamentaux en lien avec ce qui est observé.

Utiliser les expériences pour illustrer la méthode à transmettre mais sans intégrer les reformulations des éleveurs

52À chaque thème abordé dans une fiche, Scopela s’appuie sur les propos des éleveurs pour démontrer la pertinence de leur proposition méthodologique. Les propos des éleveurs se retrouvent ainsi retranscrits dans les fiches sous le statut de « retours d’expériences » ou « témoignages ». Les premières fiches étaient d’ailleurs structurées en deux volets distincts entre fondamentaux et témoignages. La figure 5 illustre comment Scopela mobilise les observations des éleveurs sur le comportement alimentaire de leurs troupeaux. Scopela cherche à faire admettre que les préférences alimentaires des animaux changent au cours du temps en fonction de leurs besoins et de la ressource disponible et donc à déconstruire l’idée que la valeur alimentaire des espèces végétales est intrinsèque. Dans cet exemple, les propos des éleveurs sont juxtaposés aux règles génériques proposées par Scopela, lesquelles en retour fournissent une explication rationnelle à leurs observations des changements de comportement des animaux.

Figure 5. Une mise en correspondance des observations des éleveurs et des préférences alimentaires des animaux au pâturage au fil des saisons

Figure 5. Une mise en correspondance des observations des éleveurs et des préférences alimentaires des animaux au pâturage au fil des saisons

Source : fiche technique « comprendre et piloter les préférences alimentaires au pâturage » sept 2014

53Globalement, dans l’ensemble des fiches, le mouvement reste le même, Scopela sélectionne les témoignages qui confortent son message, sans rencontrer vraiment de contradictions.

54Parfois, les fondamentaux apportés par Scopela (cf. ci-dessous l’exemple de plantes qui gardent de la photosynthèse l’hiver) sont traduits par certains éleveurs, ici sous la forme d’un indicateur sonore (« la bruyère qui craque »).

SCOPELA : Le genêt, les résineux, la callune, la myrtille. Tout ce qui garde du vert l’hiver, ça veut dire que les tissus sont photosynthétiques, sont en activité. Et le seul moyen de le faire au gel, c’est d’augmenter la densité en sucre, c’est l’antigel. Et du coup, la valeur nutritive, enfin, la concentration en nutriments augmente. S’il ne gèle pas, le sucre n’augmente pas.
JMW : Mais c’est un indicateur, si tu marches dessus, ça fait crac ou pas crac.
SCOPELA : Eux, ils le voient comme ça, ça craque ou ça ne craque pas. (Novembre 2016)

55Mais si Scopela cherche à relier ces expressions de connaissances sensibles à leurs « fondamentaux », il ne cherche pas forcément à en extraire des règles génériques et actionnables pour d’autre : la capitalisation reste pensée comme un processus de codification (Hansen, Nohria & Tierney, 1999) et limitée à ce qui pourrait être transcrit par des mots dans une fiche.

Éleveur : Moi, je fonctionne beaucoup à l’œil.
SCOPELA : Ça, dans une fiche technique… (Novembre 2015)

56Si certaines observations (par exemple, dans la figure 5, sur les choix alimentaires des animaux) peuvent être mis en mots à partir de termes calibrés par la science (dans cet exemple, l’appétence), d’autres au contraire font l’objet de verbalisations qui ne peuvent pas rendre compte des dimensions sensibles de l’expérience (« la bruyère qui fait crac »), et d’autres encore échappent sans doute à toute verbalisation. Deux pistes sont actuellement discutées au sein du réseau pour dépasser cette difficulté : la conception de retours d’expérience mobilisant des supports vidéo et la mise en place d’un dispositif de compagnonnage entre éleveurs.

Une tension entre transfert d’une méthode et capitalisation des expériences

57Si Scopela saisit des points qui émergent lors des discussions avec les éleveurs, il y a finalement peu de capitalisation de la manière dont les éleveurs reformulent le thème proposé par Scopela ou des conceptualisations qu’ils verbalisent en dehors de ces thèmes. Par exemple, dans la construction de la dernière fiche (avril 2017), les éleveurs ont reformulé la manière dont Scopela cadre le débat pour déconstruire l’idée reçue que les compétences des races sont uniquement liées à leur bagage génétique. Le lien posé entre l’inné, c’est-à-dire la génétique, et l’acquis (ce qui va se jouer en grande partie sur la ferme en lien avec la conduite) est censé amener les éleveurs à mieux s’approprier l’idée que ces compétences sont issues en grande partie de l’apprentissage des animaux guidés par leurs pratiques. Lors des dernières journées du réseau, les éleveurs ont déplacé ce débat sur la manière dont ils voient les enjeux de la diversité génétique au sein de leur système (le bagage génétique pour la performance, la diversité des races pour l’adaptation du troupeau, etc.), puis reformulé dans leurs propres termes comment ils posent la question de la génétique et de sa gestion. Dans la fiche correspondante, Scopela n’a retenu que les apports des éleveurs portant sur : (i) un amendement des critères de sélection avec notamment l’ajout des critères esthétiques ; (ii) des améliorations graphiques sur les figures pour faire apparaître la plus grande plasticité des individus jeunes pour acquérir des compétences.

58La circulation des connaissances est ici proche d’un transfert classique de connaissances scientifiques génériques qu’il s’agit de contextualiser en fonction de la situation de l’éleveur. Dans ce paradoxe entre la primauté donnée à la situation et son intention de transmettre une méthode, Scopela se retrouve en tension entre le transfert de connaissances génériques et une difficile capitalisation des expériences, limitée à enrichir le thème dans lequel doivent s’inscrire ces expériences. Si l’intention était de « laisser l’enrichissement progressif depuis l’exposé de choses singulières, on accumule et on essaie que cette expression produise du générique » (Scopela, 09/02/17), cette accumulation et cette « production de générique » ne vont pas de soi.

59Pourtant, il existe de multiples jeux à l’œuvre dans le réseau entre singulier et générique, comme autant de pistes pour produire des connaissances actionnables (au sens d’Argyris, 1995).

Les jeux épistémiques pour produire des connaissances actionnables entre situation singulière et méthode générique

60Ainsi, les échanges au sein du réseau dépassent fréquemment la singularité de la situation dans laquelle le groupe est plongé, connectant ainsi de diverses manières énoncés génériques et situations singulières.

Des allers-retours entre récits et règles pour explorer leurs conditions de validité et les reformuler

61Les journées sont l’occasion de multiples énoncés génériques par les éleveurs eux-mêmes, surtout les plus expérimentés, qui expriment leurs règles, par exemple :

    • 12 Microformes en buttes ou en mottes plus ou moins arrondies constituées de touffes de graminées ou (...)

    les « systèmes » qui sont valables partout selon eux : « Un système aussi pour tomber les touradons12 relativement vite, c’est de multiplier par 2 ou 3 le chargement à l’hectare, la première année pour toutes… C’est valable pour toutes les friches » (JMW, novembre 2016).

  • les pratiques qui marchent : « Les jeunes agneaux adorent bouffer de la ronce. C’est très bien consommé au printemps. C’est très bien maîtrisé avec des pâturages de printemps » (CD, novembre 2016).

62Ces énoncés génériques, qui dépassent largement l’exploitation ou la parcelle visitée, donnent alors lieu à divers entrelacements entre récits et règles, avec des allers-retours entre situation singulière observée, récit d’expérience vécue et propositions génériques, permettant de les valider ou de les assortir de conditions.

63Une théorisation proposée par un éleveur expérimenté (ci-dessous « JMW ») pour expliquer l’état observé par le groupe peut parfois être corroborée par l’éleveur-hôte (ici « MD ») qui fait part de ses observations :

JMW : À quelques endroits, genres fougères, […] que ça fait un peu genre de paillasse, ça fait quand même un microclimat. Quand il y a du vent froid, etc., l’herbe repousse plus vite, à côté de tout, que dans un pré tout plat, qui gèle et qui givre […].
MD : Et effectivement, ça corrobore, à la montagne, la semaine dernière, il y avait des jonquilles au milieu de la bruyère. Et dans les parties fauchées, où le sol est..., il n’y en avait pas. (Avril 2014)

64Les éleveurs-hôtes décrivent non seulement la parcelle, telle que peut être observée ici et maintenant par le groupe, mais aussi leurs pratiques habituelles, issues de leur expérience sédimentée. Résultant de la répétition d’expériences singulières chez cet éleveur, elles constituent un schème pour son action, qui s’exprime sous forme générique (« L’hiver, les vaches, elles rentrent vers le 20 décembre », SP, novembre 2015), assorti des formes habituelles de variations (« Les parcs de printemps, c’est entre 3 et 10 jours. 10 jours quand je fais un parc vraiment grand, mais plutôt autour d’une semaine », ND, avril 2016). Certains éleveurs expérimentés généralisent également en exposant ce qui constitue, pour eux, les différentes pratiques possibles sur une telle parcelle, et les dynamiques écologiques qu’elles enclenchent.

Si tu enlèves mécaniquement la bruyère, elle revient vite. Si tu l’enlèves avec les bestioles, elle a du mal à revenir. (JMW, avril 2014)

65À l’échelle du réseau, de telles expressions ont pourtant une connotation fortement singulière pour les autres éleveurs vis-à-vis de leurs propres situations. Ces partages d’expériences donnent alors souvent lieu à des explorations collectives du domaine de validité des pratiques et croyances exprimées. Par analogie avec son propre problème et la parcelle observée, un éleveur peut par exemple questionner l’éleveur-hôte sur ce qu’il proposerait comme solution et obtenir une règle générique (« la ronce, tu passes trois fois au printemps »), mais d’autres sont là pour nuancer par un « ça dépend » et revenir sur la situation singulière qu’ils ont sous les yeux.

66Si Scopela instrumentalise parfois les propos des éleveurs pour déconstruire des idées reçues, il saisit également ces explorations des conditions de validité des règles des éleveurs pour reformuler des règles génériques. À l’invitation de Scopela qui demande aux éleveurs des règles qui marchent (« Comment est-ce qu’on revient en arrière quand les touradons se sont accumulés ? », novembre 2016), les réponses obtenues sont variables, entre des affirmations sous la forme de règles génériques (« Si tu fais des passages de printemps répétés, tu vas vers sa disparition. Donc, tu vas la rabaisser, et puis après, tu peux la faire crever », CD, novembre 2016) et d’autres, plus prudentes, sous la forme de récit, avec un ancrage fort dans l’expérience individuelle (« Moi, du coup, je les pâture, en saison estivale, mais j’ouvre ce genre de milieu là, plus des coteaux de landes, en hiver, et je vois qu’elles reviennent finir en hiver le travail », JC, novembre 2016). L’accumulation d’une diversité d’expériences, avec l’optique « on entend tout et son contraire », leur permet alors de reformuler une règle générique assortie des conditions particulières des objectifs et de la situation de l’éleveur. Ainsi, la proposition générique « la vache mange la ronce », déconstruite à partir des divers témoignages recueillis, a été reformulée en précisant les conditions de sa validité permettant de l’utiliser dans l’action quotidienne en fonction de la situation (« quand la conduite accompagne la vache pour que la ronce ait la même appétence que l’herbe, on réussit à faire manger la ronce en même temps que l’herbe ») et sa contraposée (« quand la conduite exacerbe les préférences alimentaires, la ronce est un aliment non comestible »). Définir conjointement l’action et la situation permet ainsi de formuler, à partir de l’expérience des uns, des connaissances actionnables pour d’autres.

Des catégories fonctionnelles pour définir l’action qui convient

67Les journées sont aussi l’occasion d’identifier, à partir de la situation observée (une parcelle, un couvert végétal), des types de situations, ou autrement dit de définir des catégories à partir desquelles identifier l’action qui convient. Ce sont des catégories fonctionnelles dans le sens où elles correspondent non pas à une finalité de description statique, mais de cadrage d’une action possible pour une fonctionnalité attendue. Ce peut être des catégories plus ou moins connectées avec les « fondamentaux » apportés par Scopela, comme le montre l’échange en novembre 2016 entre Scopela et le groupe à propos d’une plante observée dans la parcelle (la molinie). Alors que l’éleveur-hôte exprime ce qu’il tient pour vrai dans l’impact de ses pratiques et sur la dynamique de cette plante particulière de sa région, Scopela reformule en présentant une catégorie de la méthode (« c’est une espèce que nous, on appelle les espèces lentes à la remise en réserve », cf. figure 4). S’ensuit une relance d’un autre éleveur qui a besoin de savoir si sa situation (un territoire avec du brachypode) rentre dans la catégorie et questionne Scopela pour savoir si « ce qu’on est en train de dire là […] pour les gens qui ne sont pas sur le même genre de milieux, ça peut être applicable ». Scopela saisit alors l’occasion pour exprimer ou faire exprimer par les éleveurs quelles sont les autres plantes qui rentrent dans la même catégorie :

SCOPELA : Brachypode, molinie, ce sont des plantes similaires, ce sont des lentes à la mise en réserve, donc, elles supportent très mal le pâturage de printemps, et beaucoup mieux les pâturages d’été […] Listons-les rapidement. Donc, tu cites brachypode. Toi, tu cites canche cespiteuse. La molinie qu’on a sous les yeux. La canche ? Oui, il vient de le dire. Des carex, oui. Des grands carex. Le nard. L’aphyllante oui, pour ceux qui connaissent. L’aphyllante de Montpellier, c’est très méditerranéen. Ça ne concerne pas tout le monde. Vous, dans le Lot, c’est le brachypode. (Novembre 2016)

68Ainsi, lorsque les énoncés des éleveurs correspondent à un « fondamental » de Scopela, la catégorie se trouve là confortée par la présentation conjointe de son intension (ce qu’elle signifie, voir Rosch, 1976) et de son extension (les cas particuliers qu’elle recouvre), combinant de fait généricité et cas singuliers.

69Mais à d’autres occasions, les catégories fonctionnelles exprimées par les éleveurs ne correspondent pas nécessairement aux fondamentaux de Scopela. C’est par exemple un éleveur expliquant les catégories de brebis qu’il mobilise lorsqu’il garde son troupeau (« J’ai défini […] mes 3 lots dans un troupeau. Les sérieuses, les suiveuses et les fugueuses », BG, avril 2016), catégories qui ne seront pas relevées et capitalisées par Scopela. Ainsi, l’accumulation de singulier, ou l’expression de catégories personnelles, ne suffisent pas pour produire des « connaissances actionnables ».

Conclusion

70Nous avons décrit les jeux entre singularité et généricité, en analysant le travail épistémique de production, de formalisation et de légitimation de savoirs réalisé par des agents de développement animant un réseau d’éleveurs utilisant des végétations semi-naturelles. Nous avons illustré comment ces acteurs mettent en avant l’accord singulier qui doit se construire entre l’éleveur et les objets qu’il gère, à la manière des paludiers de Bretagne Sud étudiés par Delbos (1993). Mais au-delà d’une analyse ethnographique de savoirs situés, nous avons montré que le travail réalisé par ces agents de développement est crucial pour construire le sens (Weick, 1995) donné à ces expériences individuelles. Plutôt qu’un simple transfert entre niveaux d’abstraction dans un continuum entre savoirs génériques et expériences singulières, les jeux que nous avons décrits renvoient davantage à différents registres d’argumentation dans lesquels ces acteurs donnent des rôles précis aux récits d’expériences :

  • ils les utilisent pour amener les éleveurs à explorer les différentes dimensions (temporelles, spatiales) de la singularité, leur montrer à la fois la diversité et la variabilité des situations, mais aussi surprendre les éleveurs dans leurs certitudes et déconstruire les règles génériques. Tout ce travail cherche à orienter les éleveurs vers une posture de construction de leurs pratiques plutôt que d’application de règles génériques et à les accompagner dans l’analyse de leur propre situation ;

  • ils construisent également la convergence entre les récits d’expériences et leur apport technique, dans une perspective d’illustration et de légitimation de leur expertise.

  • 13 Au sens de celui « qui sait ce qui doit être fait ici et maintenant » (Vial, 2006).

71Notre analyse de l’accompagnement du réseau Pâtur’Ajuste rejoint ainsi ce qui a été montré pour d’autres acteurs chargés d’accompagner des agriculteurs à changer leurs pratiques, avec de forts enjeux en termes d’apprentissage à accompagner autrement (Auricoste et al., 2013). Mais au-delà de capacités de maïeutique que doit mobiliser le conseiller pour « construire avec des agriculteurs tant les problèmes que les solutions » (Cerf, Guillot & Olry, 2010), nous avons montré le rôle de « guide »13 de Scopela pour amener les éleveurs à penser autrement leurs pratiques. Dans le cas étudié, ce guidage passe par la transmission d’un cadre systémique (la méthode Pâtur’Ajuste), censé apprendre aux éleveurs à agir en situation. Mais plus qu’un guidage qui permettrait de donner « la bonne route […] de manière à éviter les désagréments liés à l’incertitude » (Vial, 2006), il s’agit bien davantage d’impulser l’autonomisation des agriculteurs, en les accompagnant à dépasser déstabilisations, doutes et remises en question pour devenir des « praticiens réflexifs » (Schön, 1994), qui utilisent les incertitudes comme source d’apprentissage et les ambiguïtés de la situation dans la mise en action (Gherardi, 2008). C’est là un changement de posture, tant pour les agriculteurs que pour les acteurs les accompagnant, qui ouvre un champ de questions sur les processus et dispositifs de développement de ces capacités d’action.

72Enfin, ce travail nous incite, en tant que producteurs de connaissances génériques, à plus de réflexivité lorsque nous affichons l’ambition de produire des connaissances scientifiques visant à renforcer la capacité des acteurs à agir en situation. Cela pose en particulier des questions sur la nature des connaissances que nous produisons en sciences biotechniques. Quelles sont les connaissances à produire sur les objets du vivant lorsqu’il s’agit de les piloter ? Comment produire des connaissances à l’interface entre la compréhension des processus du vivant et les situations d’action, sans retomber dans le piège d’une catégorisation a priori de ce qui est générique et singulier ?

Cet article a bénéficié du soutien des projets financés par l’ANR, TATA-BOX (ANR-13-AGRO-0006) et IDAE (ANR-15-CE21-0006), ainsi que du projet financé dans le cadre du programme « Pour et Sur le Développement Régional » (PSDR) ATA-RI (Accompagnement des Transformations Agro-écologiques – Recherche Ingénierique).

Haut de page

Bibliographie

Agreil, C., Guérin, G, Magda, D., Barthel, S., Barret, J., Dannels, P., Greff, G., Guignier, C., Mailland-Rosset, S., Meignen, R., Mestelan, P., & De Sainte Marie, C. (2011). Mise en œuvre des MAE-t « gestion pastorale ». Proposition de la démarche PÂTUR’AJUSTE pour une gestion adaptative. Fourrages, 208, 293-303.

Albert, M.-N., & Avenier, M.-J. (2011). Légitimation de savoirs élaborés dans une épistémologie constructiviste à partir de l’expérience de praticiens. Recherches qualitatives, 30(2), 22-47.

Altieri, M. A. (1999). The ecological role of biodiversity in agroecosystems. Agriculture Ecosystems & Environment, 74(1-3), 19-31.

Altieri, M. A., & Toledo, V. M. (2011). The agroecological revolution in Latin America: rescuing nature, ensuring food sovereignty and empowering peasants. Journal of Peasant Studies, 38(3), 587-612.

Argyris, C. (1995). Savoir pour agir. Surmonter les obstacles à l’apprentissage organisationnel. Paris : InterÉditions.

Avenier, M.-J. (2007). Repères pour la transformation d’expérience en science avec conscience. In M.-J. Avenier, C. Schmitt (dir.). La construction de savoirs pour l’action. Paris : L’Harmattan.

Avenier, M.-J. (2010). Genericization. In A. J. Mills, G. Durepos & E. Wiebe (Eds.), Encyclopedia of Case Study Research. London: Sage, 422-424.

Auricoste, C., Cerf, M., Doré, T., & Olry, P. (2013). Accompagner le changement de pratiques des conseillers agricoles en mobilisant un dispositif de conception-évaluation de formation : l’exemple de la formation conseiller demain en agronomie. Agronomie, Environnement et Sociétés, 3(2), 93-100.

Bellon, S., & Ollivier, G. (2013). Dynamiques paradigmatiques des agricultures écologisées dans les communautés scientifiques internationales. Natures Sciences Sociétés, 21(2), 166-181.

Blackler, F. (1995). Knowledge, knowledge work and organizations: an overview and interpretation. Organization Studies, 16(6),1021-1046.

Blackmore, C. (2007). What kinds of knowledge, knowing and learning are required for addressing resource dilemmas?: a theoretical overview. Environmental Science & Policy, 10(6), 512-525.

Brédart, D., & Stassart, P. M. (2017). When farmers learn through dialog with their practices: A proposal for a theory of action for agricultural trajectories. Journal of Rural Studies, 53, 1-13.

Brown, J. S., & Duguid, P. (1991). Organizational Learning and Communities-of-Practice: Toward a Unified View of Working, Learning, and Innovation. Organization Science, 2(1), 40-57.

Cerf, M., Omon, B., Barbier, C., David, O., Delbos, C., Gagneur, C.-A., Guillot, M.-N., Lusson, J.-M., Minas, A., Olry, P., & Petit, M.-S. (2012). Agents de développement : des métiers en débat. Comment accompagner des agriculteurs qui changent leur façon de cultiver ? Innovations agronomiques, 20, 27-47.

Cerf, M., Guillot, M.-N., & Olry, P. (2010). Construire l’expérience en ressource pour l’action : une formation-action de conseillers agricoles face au changement de paradigme en agriculture. Travail et apprentissages, 6, 125-149.

Chantre, É., Le Bail, M., & Cerf, M. (2014). Une diversité de configurations d’apprentissage en situation de travail pour réduire l’usage des engrais et pesticides agricoles. Activités, 11 (11-2).

Chevassus-au-Louis, B., (2006). Refonder la recherche agronomique. In B. Chevassus-au-Louis (dir.) Les défis de l’agriculture au XXIe siècle. Les leçons inaugurales du groupe ESA, 193-226.

Cohen, A. G. (2017). Des lois agronomiques à l’enquête agro-écologique. Esquisse d’une épistémologie de la variation dans les agro-écosystèmes. Traces, 33(2), 51-72.

Cook, S. D., & Brown, J. S. (1999). Bridging epistemologies: The generative dance between organizational knowledge and organizational knowing. Organization Science, 10(4), 381-400.

Coolsaet, B. (2016). Towards an agroecology of knowledges: Recognition, cognitive justice and farmers’ autonomy in France. Journal of Rural Studies, 47, 165-171.

Cristofari, H., Girard, N., & Magda, D. (2016). How agroecological farmers develop their own practices: a grid to describe the objects and mechanisms of learning. Communication at IFSA symposium, Harper University, juillet 2016.

David, A. (2004). Études de cas et généralisation scientifique en sciences de gestion. Proceedings of the 13th conference of the Association Internationale de Management Stratégique (AIMS), 90-110.

David, A. (2007). Scientificité et actionnabilité des connaissances en sciences de gestion : renversons la perspective ! In M.-J. Avenier, C. Schmitt (dir.). La construction de savoirs pour l’action. Paris : L’Harmattan, 109-137.

Delbos, G. (1983). Savoir du sel, sel du savoir, Terrain, 1, 11-22.

Dewey, J. (1993). Logique. La théorie de l’enquête (première édition 1938). Paris : PUF.

Dewey, J. (2005). Œuvres philosophiques, Tome III. L’art comme expérience. Pau, Publications de l’Université de Pau, Farrago Première édition : Dewey John (1934). Art as Experience. New York: Minton, Balch & Company.

Dewey, J. (2014). La quête de certitude. Une étude de la relation entre connaissance et action. Paris : Gallimard. Édition originale 1915.

Doré, T., Makowski, D., Malézieux, E., Munier-Jolain, N., Tchamitchian, M., & Tittonell, P. (2011). Facing up to the paradigm of ecological intensification in agronomy: revisiting methods, concepts and knowledge. European Journal of Agronomy, 34(4), 197-210.

Gherardi, S. (2008). « Aujourd’hui les plaques sont molles ! » Savoir situé et ambiguïté dans une communauté de pratiques. Revue d’anthropologie des connaissances, 2(1), 3-35.

Gherardi, S. (2009) Knowing and learning in practice‐based studies: an introduction. The Learning Organization, 16(5), 352-359.

Girard, N. (2014). Quels sont les nouveaux enjeux de gestion des connaissances ? L’exemple de la transition écologique des systèmes agricoles. Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, 49(19), 51-78.

Girard, N., Doré, A., & Magda, D. (2016). Caractériser les liens entre qualification et gestion des ressources : une analyse comparative de méthodes de gestion des végétations en élevage. Développement durable & Territoires, 7(3). https://doi.org/10.4000/developpementdurable.11363

Goulet, F. (2008). Des tensions épistémiques et professionnelles en agriculture. Dynamiques autour des techniques sans labour et de leur évaluation environnementale. Revue d’anthropologie des connaissances, 2(4), 291-310.

Goulet, F. (2013). Mettre en récits et partager l’expérience. Éléments pour l’étude des savoirs dans des collectifs professionnels. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(2), 501-524.

Hansen, M. T., Nohria, N., & Tierney, T. (1999). What’s your strategy for managing knowledge? The Knowledge Management Yearbook 2000-2001, 1-10.

Hatchuel, A., & Weil, B. (1992). L’expert et le système. Gestion des savoirs et métamorphose des acteurs dans l’entreprise industrielle. Paris : Economica.

Hatchuel, A., Le Masson, P., & Weil, B. (2002). De la gestion des connaissances aux organisations orientées conception. International Social Science Journal, 171, 25-37.

Hazard, L., Steyaert, P., Martin, G., Couix, N., Navas, M. L., Duru, M., Lauvie, & A., Labatut, J. (2017). Mutual learning between researchers and farmers during implementation of scientific principles for sustainable development: the case of biodiversity-based agriculture. Sustainability Science, https://doi.org/10.1007/s11625-017-0440-6.

Labatut, J, Aggeri, F., & Girard, N. (2009). The active role of instruments in articulating knowing and knowledge. The case of animal qualification practices in breeding Organizations. Learning Organization (The), 6, 85-103.

Langley, A. (1999). Strategies for theorizing from process data. Academy of Management Review, 24, 691-710.

Lémery, B. (2009). Le développement agricole à l’épreuve d’un nouveau régime de production des savoirs sur le vivant. In B. Hervieu, B. Hubert (dir.) Sciences en campagne. Regards croisés, passés et à venir. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 141-149.

Licoppe, C. (1996). Du singulier au régulier ou de la curiosité à l’utilité. TAP/Anthropologie des sciences et des techniques, 88-126.

Lucas, V., & Gasselin, P. (2016). L’autonomisation d’éleveurs en Cuma : entre pragmatisme économique, activation de processus écologiques et perte de confiance. In Colloque SFER Libéralisation des marchés laitiers.

Mayen, P., & Lainée, A. (2014). Apprendre à travailler avec le vivant: développement durable et didactique professionnelle. Dijon : Raison et Passions.

Nonaka, I., & Takeuchi, H. (1995). The knowledge creating company: how Japanese companies create the dynamics of innovation. New York: Oxford University Press.

Pastré, P. (2005). La conception de situations didactiques à la lumière de la théorie de la conceptualisation dans l’action. In P. Rabardel, P. Pastré (dir.), Modèles du sujet pour la conception. Dialectiques activités développement, 73-107.

Popper, K. (1985). Conjectures et réfutations. Paris : Payot.

Prasada, S. (2000). Acquiring generic knowledge. Trends in Cognitive Sciences, 4(2), 66-72.

Prévost, P., Capitaine, M., Prost, L., Cerf, M., Omon, B., & Compagnone, C. (2016). Savoir agronomique pour l’action. Agronomie, Environnement et Sociétés, 6(2).

Rogalski, J., & Leplat, J. (2011). L’expérience professionnelle : expériences sédimentées et expériences épisodiques. Activités, http://journals.openedition.org/activites/2556.

Röling, N. (1990). The Agricultural Research-Technology Transfer Interface: A Knowledge Systems Perspective. In Making the link: Agricultural Research and Technology Transfer in Developing Countries. San Francisco & London: D. Kaimowitz, Westview Press, Boulder, 1-42.

Rosch, E. (1976). Classification d’objets du monde réel : origines et représentations dans la cognition. In S. Ehrlich, E. Tulving (dir.), La mémoire sémantique. Bulletin de psychologie, 242-250.

Schwartz, Y. (2009). Produire des savoirs entre adhérence et désadhérence. In P. Béguin, M. Cerf (dir.). Dynamique des savoirs, dynamiques des changements. Toulouse : Octarès, 15-28.

Schön, D. A. (1994). Le praticien réflexif. À la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel. Québec : Éditions Logiques.

Sole, D., & Wilson, D. G. (2002). Storytelling in organizations: The power and traps of using stories to share knowledge in organizations. LILA, Harvard, Graduate School of Education.

Strati, A. (2007). Sensible knowledge and practice-based learning. Management Learning, 38(1), 61-77.

Strauss, A., & Corbin, J. (2004). Basics of qualitative research. Thousand Oaks, California: Sage Publications.

Teulier, R., & Hubert, B. (2004). The notion of “intermediary concepts” contributes to better understanding of the generative dance between knowledge and knowing. Proceedings of the 20th EGOS colloquium.

Tsoukas, H. (2005). Complex knowledge: Studies in organizational epistemology. Oxford: Oxford University Press.

Tsoukas, H., & Vladimirou, E. (2001). What is organizational knowledge? Journal of Management Studies, 38(7), 973-993.

Vergnaud, G. (2007). Représentation et activité : deux concepts étroitement associés. Recherches en éducation, 4, 9-22.

Vial, M. (2006) Accompagner n’est pas guider. Conférence aux formateurs de l’École de la Léchère, Fondation pour les classes d’enseignement spécialisé de la Gruyère, Suisse.

Weick, K. E. (1995). Sensemaking in organization. Thousand Oaks, CA: Sage Publications, xii-231 p.

Haut de page

Notes

1 Ce terme englobe les conseillers, formateurs ou animateurs qui accompagnent les agriculteurs.

2 La justification des savoirs est ici appelée légitimation plutôt que validation, dans le sens où elle repose sur leur capacité à constituer des « repères viables pour cheminer dans le monde en direction de ses buts » (Albert & Avenier, 2011).

3 C’est-à-dire des végétations qui évoluent uniquement sous l’effet de la fauche et du pâturage et sont caractérisées par une diversité d’espèces (parfois mélangeant herbacées et ligneuses). Elles se distinguent des prairies semées à partir d’espèces issues de la sélection génétique et régulièrement retournées.

4 Une connaissance actionnable renvoie à un « savoir à la fois valable et pouvant être mis en action dans la vie quotidienne » (Argyris, 1995).

5 Ou plutôt de conceptualisation de relations entre genres (Dewey, 1993), appelant à préférer le terme de généricité (Avenier, 2007).

6 C’est-à-dire « what is perceived through the senses, judged through the senses, and produced and reproduced through the senses. It resides in the visual, the auditory, the olfactory, the gustatory, the touchable and in the sensitive–aesthetic judgement ».

7 Scopela est une SCOP de formation et conseil en agriculture et environnement (http://www.scopela.fr/). Elle est constituée en 2017 de 7 membres. Nous ne rentrons pas dans ce texte dans la diversité de leurs points de vue et pratiques et nous utiliserons par la suite le singulier pour désigner Scopela comme une entité à part entière.

8 http://paturajuste.fr/ Si le réseau ne se revendique pas comme « agro-écologique », ils sont confrontés aux questions que pose l’agro-écologie en mettant au centre de leurs préoccupations la gestion de la diversité.

9 Toutes les citations issues de nos données sont référées à un individu (identifié par ses initiales) et une date.

10 Tous, sauf l’écologue qui est restée dans la recherche, sont maintenant membres de Scopela.

11 Le report est une technique consistant à ne pas faucher ou pâturer la ressource végétale au moment de sa croissance (donc à l’état de biomasse verte), mais plus tard lorsqu’elle est à maturité (donc partiellement lignifiée). Cette réserve de biomasse est ainsi appelée « report sur pied ».

12 Microformes en buttes ou en mottes plus ou moins arrondies constituées de touffes de graminées ou Carex, que l’on observe dans certaines tourbières ou zones humides.

13 Au sens de celui « qui sait ce qui doit être fait ici et maintenant » (Vial, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le réseau Pâtur’Ajuste au 1er avril 2017
Crédits Source : Scopela
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 3. Les étapes de construction des fiches techniques du réseau Pâtur’Ajuste
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 4. Un exemple de « fondamental » : les deux principaux types de dynamique de mise en réserve chez les espèces herbacées
Crédits Source : Scopela
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/855/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 5. Une mise en correspondance des observations des éleveurs et des préférences alimentaires des animaux au pâturage au fil des saisons
Crédits Source : fiche technique « comprendre et piloter les préférences alimentaires au pâturage » sept 2014
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/855/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Girard et Danièle Magda, « Les jeux entre singularité et généricité des savoirs agro-écologiques dans un réseau d’éleveurs »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/855

Haut de page

Auteurs

Nathalie Girard

Directrice de recherches à l’INRA, au sein du département Sciences pour l’Action et le Développement (SAD). Après une thèse en ingénierie des connaissances, elle a soutenu une HdR en sciences de gestion à l’Université Paris-Dauphine. Ses travaux portent sur les pratiques et stratégies de gestion des connaissances, dans le contexte de l’écologisation de l’agriculture.

Adresse : INRA – Centre de recherches Occitanie-Toulouse, UMR 1248 AGIR (Agro-écologie, Innovations et TeRritoires), 24 chemin de Borde Rouge – Auzeville – CS 52627, FR-31326 Castanet Tolosan cedex (France).
Courriel : nathalie.girard[at]inra.fr

Danièle Magda

Directrice de recherches à l’INRA, au sein du département Sciences pour l’Action et le Développement (SAD), docteur et HdR en écologie (Paris XI). Ses travaux actuels portent sur les évolutions des rapports homme-nature dans la transition écologique et en particulier dans le processus d’écologisation en agriculture.

Adresse : INRA – Centre de recherches Occitanie-Toulouse, UMR 1248 AGIR (Agro-écologie, Innovations et TeRritoires), 24 chemin de Borde Rouge – Auzeville – CS 52627, FR-31326 Castanet Tolosan cedex (France).
Courriel : daniele.magda[at]inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals