Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1VariaLes savoirs productifs

Varia

Les savoirs productifs

Enchaînement et trame des micro-entreprises informelles
Productive knowledge. The chaining and web of micro-entreprises
Los saberes productivos. La urdimbre y la trama de la microempresa informal
Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola

Résumés

Suite à une série d’entretiens réalisés en profondeur auprès de 17 micro-entrepreneurs issus du secteur informel de l’industrie de la confection localisée en milieu urbain marginal dans deux métropoles latino-américaines, notre article développe les propositions suivantes : a) les micro-entreprises informelles se forment sur la base d’une structure spécifique composée par des éléments de production et de travail et présentent une source de travail et de revenus à la portée de nombreux secteurs de la population en Amérique latine ; b) les micro-entrepreneurs qui les dirigent, mettent en œuvre une quantité importante de savoirs techniques mais aussi de gestion de la production et des réseaux sociaux qui composent le marché ; c) chaque micro-entrepreneur structure ces savoirs et les associe en combinatoires diverses et uniques qui forment la ressource fondamentale dont il dispose, en fin de compte, pour donner un sens à son activité productive, et sur la base desquels les circuits économiques personnels s’articulent et se soutiennent.

Haut de page

Notes de la rédaction

Notre article est issu de la thèse rédigée pour obtenir le doctorat en sciences de l’éducation : « Les savoirs productifs » : création et utilisation dans la micro‑entreprise de la confection. DIE-Cinvestav, Département de la Recherche en Éducation (DIE) du CINVESTAV de l’Institut Polytechnique National. Mexico, septembre 2011. M. de Ibarrola, directrice de thèse.

Texte intégral

Les savoirs de la micro-entreprise : ressource primordiale des micro-entrepreneurs informels

1Les travaux latino-américains concernant les relations entre l’éducation et le travail se sont beaucoup penchés sur les micro-entreprises informelles (Tokman, 2003 ; Gallart, 1997, 2003 ; Marshall, 1990 ; Salas, 2006). Ils ont montré l’hétérogénéité des structures de travail en Amérique latine grâce à la description et l’analyse des entreprises les plus petites et les plus représentatives de ce secteur informel.

2S’il est vrai que des auteurs renommés (Jacinto, 1998, 2006 ; Gallart, 1998, 2003 ; Ramírez Guerrero, 1998, 2003) ont évalué les programmes de formation des adultes et des jeunes afin de développer les micro-entreprenariats et ont multiplié les stratégies d’insertion des jeunes sur le marché du travail, personne ne s’est véritablement aventuré à examiner la nature des connaissances mises en œuvre par les micro‑entrepreneurs informels pour conserver et accroître leurs sources de revenu. Sur cet aspect, trouve-t-on, au mieux, des travaux montrant la faiblesse de leur niveau scolaire, la précarité de leurs connaissances et les difficultés en matière de gestion (Gallart, 2003 ; Tokman, 2003 ; Briones, 1998 ; Castels, Portes & Benton, 1991). Il n’existe pratiquement aucune étude concernant les savoirs et leur application dans les micro‑entreprises latino‑américaines, hormis quelques descriptions de programmes de formation générale et professionnelle de micro-entrepreneurs qui se penchent sur la consolidation de l’apprentissage des savoirs techniques, pas plus qu’il n’existe de manuels pour mettre en œuvre des plans d’affaires, plus formés aux caractéristiques des micr‑entreprises (Gallart, 1997, 2003 ; Messina 2001 ; Jacinto 2006). On ne trouve pas non plus de recherches sur la gestion et le partage des connaissances équivalentes à celles portant sur les grandes entreprises du secteur formel. En effet, les travaux dans le domaine de la sociologie de la connaissance et en particulier dans la gestion de la connaissance dans le monde économique, ont porté pour l’essentiel sur les entreprises du secteur « moderne » de l’économie. Il en est de même pour les articles sur le thème de la circulation des savoirs tacites parmi les collectifs au sein de ces entreprises (Gherardi, 2008). Ces travaux portent sans aucun doute sur des entreprises beaucoup plus complexes que celles analysées dans notre article, à savoir des entreprises établies formellement, de taille plus importante et dotées de ressources suffisantes pour mener à bien leur activité de manière constante (Villavicencio & Arvanitis, 1994).

  • 1 Dictionnaire de la langue espagnole (2010). Vingtième édition. Électronique.

3L’espagnol et le français s’accordent à distinguer la connaissance du savoir. Savoir signifie « être érudit dans un certain domaine, posséder l’habileté pour réaliser quelque chose, être instruit ou adroit dans l’expression d’un art ou d’une faculté »1. Il s’agit d’une définition générique qui admet l’articulation entre plusieurs connaissances, expériences, croyances et informations traduites de façon concrète en une réalité de savoir-faire et/ou de savoir faire quelque chose. L’application du concept dans l’éducation mondiale et dans la recherche éducative latino-américaine a été largement répandue. Son intention principale est de saisir la différence entre ce vaste patrimoine personnel et les connaissances plus spécialisées, systématisées et codifiées acquises plutôt par la voie du système scolaire et certifiées formellement (Morin, 1999 ; Puiggrós, 2004 ; Tenti Fanfani, 2000). Le savoir, quant à lui, peut avoir des fins pratiques et/ou esthétiques, théologiques, scientifiques, il comprend des croyances complètement subjectives basées sur la tradition pouvant se présenter sous des formes codifiées ou tacites, et dont la transmission est relayée par le biais des sens, ainsi que divers moyens de communication. Ce savoir ainsi reconnu conforme la matière qui rassemble les communautés épistémiques et les communautés de pratiques (Lave & Wenger, 1991).

4Notre recherche s’appuie sur les hypothèses qui ont reconnu l’importance de ces savoirs et des apprentissages pour y parvenir (Paradise & Rogoff, 2009 ; Lave & Wenger, 1991 ; Barato, 2005 ; Ryle, 2005). Dans une perspective de gestion d’entreprise, Ruffier remarque justement qu’un établissement qui réussit est celui qui passe par l’acquisition d’un savoir capable de dépasser le cadre de l’entreprise et par la traduction des termes spécialisés à travers des circuits informels d’information et de solidarité obtenus grâce à l’intégration des réseaux de travailleurs au fil du temps. Ruffier se réfère à ces derniers comme des savoir-faire, savoir‑être et reconnaît plusieurs champs du savoir (Ruffier, 1998).

  • 2 Le concept de savoirs productifs que nous utilisons est délibérément restreint à l’activité économi (...)

5La proposition qui sous-tend notre article est que tous les micro-entrepreneurs mettent en jeu une version personnelle des savoirs productifs acquis par diverses voies : familiale, professionnelle, scolaire. Ces savoirs deviennent l’axe d’organisation de l’activité productive de ces micro‑entreprises et leur plus importante ressource. Nous défendrons ici une définition des savoirs productifs comme une série d’expériences, d’aptitudes, d’informations, de croyances, de valeurs et de connaissances aux origines plurielles qui s’ajoutent les unes aux autres, s’associent sous forme de réservoirs de savoirs personnels, se manifestent et se répartissent ensuite dans un système d’activité productive pour donner un sens à la micro-entreprise2.

6Plus qu’une description des formes sous lesquelles se présente le savoir, il s’agit de reconnaître les savoirs qui convergent pour donner un sens à une activité productive micro-entrepreneuriale (et à l’emploi qui y est lié). Ce sont donc des savoirs qui répondent au besoin d’organiser les activités micro‑entrepreneuriales dans un système cohérent et d’adopter une pratique apte à se décliner en objectifs productifs et économiques. Ces savoirs sont en constante reconfiguration et adaptation, résultat de l’interaction entre les réseaux d’agents sociaux et économiques avec lesquels interagit obligatoirement le micro-entrepreneur.

La connaissance… est certainement répartie entre des individus divers, les outils technologiques et les processus qui composent l’organisation mais elle est surtout le résultat de l’action coordonnée qui la met en action et donne du sens à sa fonction productive. (Villavicencio, 2002, p. 511)

Un échantillon de 17 micro-entrepreneurs informels

7Cet article s’appuie sur le contexte mexicain au début du XXIe siècle marqué par de faibles taux de croissance économique et où prédominent le manque d’opportunités d’emploi formel ainsi que les maigres attentes quant à un changement possible que ce soit à court ou à moyen terme. C’est là un contexte dans lequel le secteur micro‑entrepreneurial informel a historiquement proliféré et où pourtant la formation des individus qui y travaillent a été peu analysée.

8Notre étude a été menée à partir de l’analyse qualitative de 17 entretiens réalisés auprès de micro-entrepreneurs du secteur de la confection de vêtements. Notre choix s’est porté sur des micro-entreprises de confection localisées en zone marginale pour les raisons suivantes : a) la confection connaît un processus de production clairement identifié et connu ; les entreprises produisent des produits universels et leur place est prépondérante sur les marchés latino-américains ; b) les micro‑entreprises de la confection offrent des opportunités de travail et de ressources pour des hommes et femmes de tout âge ; c) le coût d’entrée en termes de capital de départ et l’investissement initial n’est pas une barrière à l’entrée des micro-entreprises dans la confection. Pour effectuer notre sélection, nous avons fait appel à des experts en matière de micro‑entrepreneurs informels : des organisations de la société civile telles que Amextra, Protagonizar, Ariel Job Center et Micro MEDA Mexico ; les deux premières sont des caisses d’épargne et des entreprises dédiées à la microfinance, Amextra se trouve dans la Vallée de Chalco, près de la ville de Mexico et Protagonizar à San Miguel (Argentine) ; Ariel Job Center est une organisation d’aide et de formation aux micro‑entrepreneurs, située dans la communauté juive de Buenos Aires (Argentine), Micro MEDA Mexique est une organisation soutenue par les États‑Unis et le Canada, qui met en place des programmes de formation destinés aux micro‑entrepreneurs de la zone métropolitaine et semi‑rurale proches de la ville de Mexico. Nous avons aussi tenu compte des recommandations des interviewés afin de rencontrer aussi des personnes de leurs connaissances : fournisseur, client ou associé travaillant dans le même secteur d’activité.

9Les entretiens ont été menés sur le lieu de travail, ce qui nous a permis de noter les caractéristiques des ateliers et des espaces de travail, leurs relations avec l’espace réservé à la famille, les outils technologiques utilisés, la présence d’autres travailleurs et parfois même la présence de clients ou de fournisseurs. Comme nous pouvons le constater dans le tableau 1, environ 65 % des micro‑entrepreneurs interviewés sont des femmes. Concernant leur situation familiale, ils sont tous mariés ou divorcés avec des enfants, sauf trois d’entre eux. Les tranches d’âge présentent une grande diversité. Cependant, si nous mettons en regard ces données avec les années d’expérience dans le commerce indépendant, nous pouvons observer une moyenne d’âge de 25 ans pour la création de sa propre entreprise. Même si certains sont plus jeunes, personne n’a démarré avant l’âge de 20 ans. Les produits vendus, commercialisés, distribués, créés, sous-traités sont très variés. Le niveau scolaire est diversifié, tout comme le nombre d’années d’expérience dans l’entreprise indépendante.

Tableau 1. Données sociodémographiques et professionnelles des micro-entrepreneurs interviewés

Nom, âge

Pays

Scolarité (années)

Expérience dans le travail (en années)

Entreprise indépendante (années)

Produits

Uriel 28

Argentine

13

1

2

Vêtements pour hommes, chemises et blousons

Andrea 37

Uruguay

13

0

8

Vêtements tricotés pour femmes

Ezequiel 27

Argentine

13

1

2

Vêtements pour filles et garçons

Leonel 28

Mexique

15

0

8

Sous-traitance de maillots de bain, patrons vêtements de sports scolaires.

Genaro 34

Mexique

13

14

3

Chemises type vie quotidienne pour hommes

José Juan 34

Mexique

12

0

10

Chemises type vie quotidienne pour hommes

Hilda 45

Mexique

12

2

15

Sous-traitance de vêtements pour filles

Celia 30

Mexique

12

2

5

Sous-traitance de serviettes et édredons

Norma 34

Argentine

11

4

6

Vêtements pour filles et adolescentes

Noelia 27

Argentine

12

0

4

Vêtements sur commande dans le quartier

Gabriel 37

Uruguay

12

14

1

Sous-traitance de sous- vêtements féminins

Filomena 57

Argentine

11

16

24

Uniformes scolaires vêtements de sport

Myriam 33

Mexique

9

6

4

Sous-traitance et commandes spéciales

Mercedes 45

Mexique

7

2

20

Commandes spéciales et uniformes scolaires

Camila Rosa 51

Argentine

6

0

18

Sous-traitance pour grandes entreprises, commandes spéciales

Ma. Teresa 54

Mexique

6

25

10

Uniformes scolaires et commandes spéciales

Luisa 44

Mexique

3

3

20

Uniformes scolaires et Sous-traitance

Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola

Les micro-entreprises informelles d’Amérique latine en milieu urbain

10Les micro-entreprises sont présentes dans pratiquement tous les domaines de production économique des pays latino‑américains ; elles exercent des activités ou des métiers dérivés de la manufacture, du commerce, de la créativité. Il s’agit donc d’activités articulées par des processus qui forment un système économique, voire un établissement, et génèrent des revenues pour leurs membres.

11Plusieurs études sur les micro-entreprises en Amérique latine se réfèrent à leur croissance, aux logiques d’organisation, à leur importance sociale et les qualifient de « free lance », « self‑employment », travail autonome, économie informelle, profession libérale, économie solidaire, commerce ambulant ou entreprenariat (Gallart, 2003 ; Fernández, 2000 ; Mizrahi, 2000 ; Cross, 1997 ; Marshall, 1990).

12D’importants spécialistes de la région ont étudié le contexte d’informalité dans lequel se développent les micro‑entreprises ; les marchés où elles vendent (bien souvent marginaux) et la précarité de leurs ressources. C’est aussi l’informalité des programmes d’aide apportées à ce secteur qui est évaluée. Cependant, ils n’ont pas encore proposé une définition propre satisfaisante de la micro-entreprise informelle (Tokman, 2003 ; Gallart, 2003 ; Ramírez, 2003 ; Castells, 1989 ; De Soto, 1991 ; Mizrahi, 1987 ; Salas, 2006).

13Quatre caractéristiques importantes ressortent des micro-entreprises analysées, qui nous permettent de déboucher sur notre propre définition.

  1. Premièrement, le petit nombre d’employés ainsi que les ressources financières et matérielles dont la micro-entreprise dispose. Pour ce qui est de sa taille, les micro-entreprises sont des petites unités de production. Le nombre maximum d’employés peut varier selon le pays, l’organisme qui la définit ou bien le secteur économique d’activité : le commerce, l’industrie manufacturière, les services, les activités agricoles.

    • 3 « Les institutions sont les règles du jeu de la société. Strictement parlant, ce sont les limites q (...)

    Deuxièmement, le contexte d’informalité dans lequel les microentreprises évoluent : a) les types de marchés où elles vendent : marginal ou complémentaire (Mizrahi, 2000) ; b) elles jouent le rôle de refuge pour héberger principalement les secteurs marginalisés de la population qui n’ont pas d’emploi formel ; c) les activités exercées se situent, partiellement ou complètement, en dehors des cadres institutionnels. Pour aborder ce deuxième aspect, il est souvent fait référence à la notion d’institution3, définie comme un large cadre légal, doté de caractéristiques de formalité liées à l’action des marchés, y compris le marché du travail. Dans ces cadres régulateurs, la normativité apparaît comme globale et transversale aux marchés, elle s’applique aux divers secteurs de l’économie et se traduit dans le comportement des entreprises. L’informalité du secteur de la micro-entreprise génère un respect faible, intermittent, voire inexistant face aux réglementations (Gallart, 2003 ; Tokman, 2003 ; Salas, 2006).

  2. Troisièmement, la précarité de la majorité de ces micro-entreprises : faiblesse des ressources, relation précaire entre capital et main-d’œuvre, majorité de transactions effectuées de façon informelle et, de manière générale, des outils technologiques à leur disposition insuffisants ou obsolètes. Nous pouvons généralement observer leur présence en milieu urbain, dans les commerces, les échoppes et les ateliers clandestins, semi-fixes ou ambulants, dispersés dans les rues et à l’intérieur des maisons ; d’où les horaires irréguliers et plus généralement la carence de plusieurs ressources.

    • 4 La notion de « rationalité affective » est explicitée plus loin, dans le paragraphe concernant la c (...)

    Quatrièmement, la persistante présence d’une rationalité affective4 autour de la famille, les amis, l’entourage social et la zone géographique immédiate. Ces éléments sont pris en compte dans le processus de prise de décision, influencent les activités et impliquent des solutions qui concernent les besoins personnels et familiaux même au détriment d’améliorations commerciales. Au‑delà d’une rationalité accumulative, c’est la présence des logiques de comportements et de relations concernant la vie quotidienne de la micro-entreprise qui contredit les exigences de l’efficience et de la productivité, ou des logiques provoquées par la nécessité de diviser le travail en fonction de l’organisation familiale, ce qui génère des processus discontinus et fragmentés, des incertitudes et la méconnaissance des processus productifs efficaces.

14Les micro-entreprises informelles sont par conséquent des unités productives et commerciales, quel que soit le secteur concerné, qui intègrent des ressources et des savoirs acquis par leurs membres, dans des configurations fondées sur une rationalité affective et une rationalité accumulative. Ce sont des entreprises indépendantes qui n’ont ni succursales, ni franchises, ni bureaux rattachés à une quelconque maison mère et qui ne sont pas liées à des opérations illégales ou à une organisation criminelle. On les appelle informelles non seulement pour des raisons de carence, de marginalité sociale et économique dans laquelle elles évoluent mais surtout parce qu’elles exercent souvent leurs activités en dehors des règlements et des cadres institutionnels formels.

15Le secteur de la micro-entreprise est hétérogène car il regroupe des petites unités, diverses et multiples, que l’on observe dans tous les pays latino‑américains. Il inclut aussi bien des entreprises précaires que des minuscules entreprises à la pointe de la technologie.

16Un micro-entreprenariat naît et se consolide à mesure que les échanges économiques s’intensifient, que sont menées des activités productives plus durables et que se forment des emplois comprenant une certaine structure intégrée aux fonctions et aux processus de production. Ces configurations se transforment et se consolident, conformément aux savoirs intégrés dans des processus, des personnes, des artefacts et des marchés qui se transforment ensuite en entreprises.

Les configurations productives dans le secteur de la micro-entreprise

17La notion de configurations productives définit la façon dont s’articulent les composantes principales d’une organisation telles que les ressources humaines, financières et ses artefacts technologiques. Les configurations permettent d’identifier les dispositifs qui ressortent des différents systèmes économiques. Ces deux notions (configurations et systèmes) utilisées dans notre recherche mettent à profit les définitions de Enrique de la Garza pour caractériser l’industrie « maquiladora » (de sous‑traitance) d’exportation au Mexique. L’auteur propose d’aborder les systèmes d’activités productives qui ne sont « ni stables ni harmonieuses » (Engeström, 2001, p. 87).

18L’étude des configurations productives consiste à porter un regard analytique approprié sur le système de la micro‑entreprise dénué de la rigidité inhérente aux propositions des modèles industriels destinés à l’industrie exportatrice, la sous‑traitance ou bien le modèle néolibéral qui vise un niveau macro où les configurations productives étudiées se réfèrent à la gestion et à l’organisation des entreprises : fordisme, taylorisme, toyotisme, cercles de qualité (de la Garza, 2009, p. 3). C’est à travers ces configurations que peuvent être abordés les niveaux meso- et micro‑entrepreneurial, évitant ainsi les biais structuralistes. On définit l’approche à un niveau où les acteurs et ses capacités et activités influent sur l’innovation et la restructuration de la micro‑entreprise et permettent d’aborder la complexité d’un secteur économique hétérogène qui dans sa fragilité réagit de différentes manières aux aléas du marché.

  • 5 « Recomendados » en espagnol.

19     a. Le profil sociodémographique de la force de travail. La main-d’œuvre familiale est très présente, ce qui implique des rendements liés à l’énergie déployée par les personnes des deux sexes et de tout âge. En plus des membres de la famille, on fait appel aux « pistonnés »5, c’est-à-dire une personne proche de l’entourage familial ou bien des connaissances géographiquement proches qui pourraient prendre part au labeur.

20Tout ceci est dans la logique persistante de la rationalité affective. Elle n’exprime pas une marque d’affection entre des personnes mais découle de liens traditionnels, filiaux ou familiaux ; ces éléments contribuent à la structure des systèmes productifs.

… La coopération volontaire est plus facile dans une communauté qui a hérité d’un capital social riche et varié, sous forme de normes de réciprocité et de réseaux d’engagements civiques (Putnam, 1994, p. 211). Concrètement, le capital social « […] se réfère aux caractéristiques inhérentes des organisations sociales : la confiance, les normes, les réseaux, la participation civile et les règles et institutions aussi bien formelles qu’informelles qui peuvent améliorer l’efficacité de la société par la mise en œuvre des actions coordonnées… (Candia, 2003, p. 3).

21     b. Les outils technologiques et ses utilisations possibles. En ce qui concerne le facteur technologique, les processus productifs à l’intérieur de la micro-entreprise informelle urbaine s’organisent quant aux machines, équipements, outils et équipement et matériaux à leur portée. Il s’agit de technologies généralement précaires et détériorés par l’usage, fréquemment de technologies « bricolées », d’adaptations créatives et d’une maintenance réalisée directement par le personnel de la micro‑entreprise. Ce type de technologie permet de répondre aux fins productives mais de manière inefficace en termes de relation coût/temps. Par conséquent, la main-d’œuvre est utilisée de manière intensive.

Il s’agit de micro-entreprises qui fonctionnent avec des produits qui ne fournissent pas le secteur manufacturier, dans lequel même si la technologie utilisée est ancienne, elle fonctionne encore pour ce type de produit. Ces biens peuvent satisfaire les besoins de première nécessité ou [de l’artisanat de luxe]. Les marchés peuvent alors être plus ou moins réduits en termes d’“acheteurs” (Briones, 1998, p. 16).

22Les micro-entrepreneurs interviewés confirment le fait que la technologie, même obsolète, débouche sur une répartition des savoirs dans et hors de l’entreprise, qui se transforme ensuite en processus d’apprentissage social, de telle sorte qu’il ne concerne pas seulement l’échange ou l’achat-vente de machines d’occasion mais plutôt la formation d’un processus de création, d’assimilation, de copie, de transfert de connaissances dans lequel l’artefact présent favorise la circulation des connaissances et des expériences entre le personnel de la micro-entreprise et les acteurs extérieurs (fournisseurs, autres entreprises) (Villavicencio & Arvanitis, 1994, p. 266 ; Sverrisson, 1992, cité par eux).

23     c. L’organisation de la production et les relations de travail. Les micro-entreprises informelles tendent à conserver la flexibilité des processus de production, ce qui les rend plus attrayantes pour satisfaire les besoins de la sous-traitance des plus grandes entreprises (Añez, 2008). La sous-traitance avec les entreprises du secteur micro‑entrepreneurial varie en fonction de leur capacité à gérer les délais de paiement, les crédits à long terme et autres règles imposées par les entreprises donneurs d’ordre qui commandent la chaîne de valeur (volumes et délais de production). Ces aspects influencent le type de recrutement du personnel. En effet, les employés doivent s’adapter à la charge de travail saisonnière, aux périodes de production plus ou moins chargées, à la périodicité des commandes et aux modalités du paiement des salaires : à la semaine, à la quinzaine, à la pièce, au forfait, à la commission, avec une allocation, au non-paiement, etc.

24     d. La nature des chaînes de production. Les relations de marché du secteur micro-entrepreneurial se créent avec des entreprises de taille variable et débouchent sur des relations asymétriques et hiérarchiquement verticales. Il se tisse ainsi des chaînes de valeur allant des entreprises centrales qui se développent sur la base d’activités intensives en main-d’œuvre vers des entreprises de moindre importance, souvent des micro‑entreprises informelles, et des relations définies comme appartenant à un marché complémentaire. D’autre part, les relations entre les entreprises relevant du même secteur micro-entrepreneurial se traduisent dans des conditions de recrutement inégales mais dans lesquelles les facteurs d’interaction basés sur la solidarité et la confiance règnent habituellement à un niveau horizontal avec de faibles différences de pouvoir.

25Géographiquement proches, ces micro-entreprises établissent un réseau de micro-entreprises et des individus qui demandent des biens et des services d’un marché marginal (Mizrahi, 1997).

… La persistance d’activités qualifiées de marginales, tout d’abord informelles puis identifiées à partir de ce raisonnement, apparaissent comme des expressions du retard dans les sociétés capitalistes périphériques (Candia, 2003, p. 42).

Les catégories de savoirs productifs

26L’essentiel de notre analyse repose sur une catégorisation des savoirs des activités productives des micro-entrepreneurs, grâce à laquelle il a été possible de distinguer trois grandes catégories de savoirs productifs décrites ci-dessous. Ces catégories permettent d’identifier les connaissances, les processus, les recettes, les traditions et même les croyances des activités productives des micro‑entreprises informelles. Ces savoirs identifiés par le travail de terrain peuvent relever de compétences techniques, d’activités liées à la gestion de l’entreprise ; elles peuvent concerner des individus ou des groupes, réseaux, institutions ou marchés sur lesquels se situent les micro-entreprises.

27Le terme de « compétence » a acquis une acception majeure dans tous les pays, y compris le Mexique. Cette acception part de l’ouverture que le concept propose quant à la compréhension des combinaisons de connaissances, savoirs, savoir‑faire, savoir-être qui se mettent en jeu effectivement au travail, et de la reconnaissance des différents moyens, moments et manières de les acquérir en dehors du système scolaire (Salas & Planas, 2008). Il est même compris comme un nouveau « paradigme » qui permettrait de dégager les besoins propres du monde de travail pour un meilleur dessin des programmes scolaires de formation (de Ibarrola, 2008). Cependant, le terme comporte aussi d’importantes restrictions concernant le concept que nous avons finalement identifié comme savoir productif : a) il existe une grande confusion sur le sens précis du terme ; b) la notion a évolué jusqu’à intégrer les familles des connaissances codifiées de manière rigide et surtout standardisée ; c) la reconnaissance et la certification des compétences requièrent des démonstrations du comportement réussi, l’échec étant exclu ; d) la notion maîtrise à présent la conception de parcours scolaires de formation, de validité internationale au détriment des connaissances et spécificités locales ainsi que de tous les savoirs qui s’acquièrent dans d’autres parcours (Salas & Planas, 2008 ; de Ibarrola, 2008 ; Perrenoud, 2008).

Savoir-faire technique (SFT)

28Il se réfère aux processus de production de la micro-entreprise d’un point de vue opérationnel, aux capacités techniques des micro-entrepreneurs et à l’usage effectif des machines, instruments, outils, organisation du travail, préparation de la matière première, intrants et de la technologie (obsolète, basique ou moyennement développée), ainsi que d’autres artefacts (usage, opération, maintenance, réparation). Il concerne non seulement la connaissance et l’utilisation de machines et outils mais aussi l’organisation du processus productif : qui fait quoi ? Dans quelle partie ? Pour quel type de processus ? Quelle finition ? Et, quel contrôle de qualité (Cole, 1992) ? Il s’agit ainsi d’un savoir lié au déploiement qui s’opère en reliant les savoirs personnels à chaque étape du processus.

  • 6 Interview de Leonel, juillet 2007.

Mais d’abord je dois acheter le tissu vendu au rouleau dans le centre, rue de la République du Guatemala (nom d’une rue du centre-ville de Mexico). Je le déroule et le laisse se détendre afin que le tissu perde son élasticité car si on le coupe tel qu’acheté il rétrécit à la couture. Il faut donc attendre, tracer et couper dans la journée et coudre la suivante6.

29Au sein de cette catégorie, nous avons identifié trois sous-catégories de savoirs : faire un patron, couper et coudre.

Le savoir de la chaîne de production (SCP)

30L’insertion de chaque unité micro-entrepreneuriale dans un réseau d’entrepreneurs, une chaîne de production ou un marché dépend du savoir concernant les réseaux d’agents et les liens établis entre eux dans le but de dynamiser l’activité économique. L’accès à ces réseaux a une incidence directe sur les savoirs qui permettent au micro-entrepreneur dans un premier temps de « savoir qui » et, dans une seconde étape, de connaître les manières d’établir des contacts et de conserver une relation productive avec ces agents : les institutions, les organisations et les agents de type gouvernemental ou privé ; les réseaux inter-entreprises et productifs qui participent dans les processus de production, de logistique et d’échanges de produits ou de services, sans oublier les étapes qui incombent au fournisseur et à la commercialisation.

  • 7 Interview de Celia, Adelina et Obdulia, juillet 2007

Au début, nous faisions de la sous-traitance pour la marque Barbie : des pyjamas pour fillette, puis une entreprise est venue nous voir parce que nous connaissions un monsieur avec qui nous avions déjà travaillé. Il nous avait recommandé comme étant des personnes responsables et travailleuses. Les personnes des nappes nous ont parlé puis nous ont donné la sous-traitance à faire chez nous mais nous sommes les seuls parce qu’ils ne donnent pas de travail en dehors de l’entreprise et c’est ce que nous avons conservé, et nous fabriquons en sous-traitance des nappes et des serviettes pour l’entreprise “Manteles de México” située à Los Reyes... et maintenant nous faisons aussi des édredons. Nous allons acheter le tissu, nous coupons et cousons pour les vendre nous-mêmes. C’est ce que nous faisons quand il n’y a pas beaucoup de travaux en sous-traitance...7

31Nous avons identifié les trois sous-catégories suivantes : les savoirs sur les institutions d’entraide, sur les marchés et sur les fournisseurs et l’approvisionnement.

Le savoir en gestion (SG)

32Le savoir en gestion permet de profiter de l’expérience et de la connaissance dans l’application des décisions qui permettent de gérer les ressources dont dispose l’entreprise, la prise de décisions opportunes afin d’arriver aux objectifs fixés ou pensés par le propriétaire. Ce type de savoir ne se limite pas au cadre administratif car il conjugue plusieurs variables propres à la formation du micro-entrepreneur, à son expérience, à ses potentialités et même les façons de gérer les facteurs affectifs afin de concerter des accords, des conventions tacites ou codifiées qui visent à la systématisation des activités de la micro-entreprise.

  • 8 Interview de Norma, juillet 2006

… J’essaie toujours que ce soit le double, le fait est que le prix est faible mais si je paye 5 pesos pour une jupe, je gagne 2,50 pesos. Celle-là, je l’ai commencée aujourd’hui et je dois vendre 100 pièces pour dégager un bénéfice car le stand coûte  esos, la sécurité 5 pesos, plus 10 pesos de transport, c’est-à-dire que je dois vendre toute cette quantité sur laquelle je vais gagner 2,50 pesos pour chaque jupe, c’est peu.
- Qui t’a appris à calculer ces quantités ?
- Moi-même8.

33Dans cette catégorie, nous avons identifié les trois sous-catégories de savoirs : les savoirs sur les systèmes de production, sur les systèmes de contrôle et dans la gestion commerciale.

Les systèmes économiques : comprendre l’hétérogénéité des micro-entreprises informelles

34L’analyse des réponses aux entretiens nous a permis de déterminer les catégories de savoirs décrites auparavant et d’identifier pour chacune d’entre elles le degré de maîtrise, la présence ou l’absence de savoirs à chaque étape du processus de confection de vêtements selon les références données.

35Pour comprendre la trame des savoirs productifs que les micro-entrepreneurs mettent en jeu et grâce auxquels ils définissent des systèmes économiques spécifiques, nous avons noté les résultats en fonction des descriptions : (B) pour bon, (M) pour moyen, (F) pour faible et (N) pour l’absence de ce savoir (ou « non-savoir »).

36Sur la base du travail de terrain, objet de notre étude, nous avons identifié les systèmes suivants dont la typologie n’est pas exhaustive :

Le système de production par sous-traitance
Le système d’atelier consolidé
Le système d’atelier traditionnel

37Ce schéma permet de visualiser, ce que savent les micro-entrepreneurs pour mettre en œuvre leurs micro-entreprises dans la confection. On remarque des différences importantes entre les configurations des savoirs productifs grâce auxquelles on peut apprécier la mise en valeur de différentes combinaisons des savoirs dans les divers systèmes économiques. Nous remarquons, enfin, que parmi toutes les configurations de savoirs productifs de cette étude, il n’y a aucun doublon.

38Les systèmes économiques se réfèrent à des configurations propres aux combinaisons de savoirs et à la manière de les associer à d’autres facteurs pour donner un sens à l’activité économique, en dialogue permanent avec : a) les artéfacts, b) les agents productifs présents sur ces marchés, c) les aspects affectifs qui entourent le micro-entrepreneur, d) les parcours personnels de formation et les expériences du micro-entrepreneur, et e) l’intentionnalité dont l’intensité de travail génère la circulation et l’inclusion de savoirs et de connaissances.

39On les nomme systèmes économiques car ils comportent des aspects qui dépassent la simple organisation de la fabrication ou de la production. De plus, ils incluent les chaînes de distribution, la commercialisation et les stratégies pour parvenir aux marchés visés et à l’organisation des services après-vente.

  • 9 Le tableau d’origine comprenait des pondérations numériques allant de 0 à 4. On pouvait y observer (...)

Tableau 2. Configuration des savoirs productifs et systèmes économiques9

Micro- entrepreneur

SFT

SCP

SG

Système économique

Uriel

NBB, NBN, NNN

NBN, BNN, BNN

BNN, MBB, NBN

sous-traitance

Andrea

NMB, NNN, NNN

BBF, NBN, BNN

BNN, FBB, BNN

sous-traitance

Ezequiel

NBB, NNN, NNN

NBF, BNN, BNN

BNN, MBB, NBN

sous-traitance

Leonel

NMN, BMB, BBF

MFB, NMM, NBB

NBN, NBM, MNF

Atelier consolidé

Genaro

NMB, BNN, NNN

NBB, BNN, BNN

NBN, FMB, NBN

Atelier consolidé

José Juan

NBB, BNN, NBF

MBF, BNN, BNN

NBN, MMB, NBF

Atelier consolidé

Hilda

NNB, NNN, BMF

BFF, NBN, NNB

NBN, MBF, BNN

Atelier consolidé

Celia

BMF, NBB, BMF

MFM, NBM, NBM

NBN, FBB, MNB

Atelier consolidé

Norma

BNB, NBF, NBF

BBF, BNN, NBN

NNB, MMF, NNB

Atelier consolidé

Noelia

MMM, NNB, NMB

BNB, NNM, NMM

NNM, FMF, NNB

Atelier traditionnel

Gabriel

NNN, NNN, BNN

BNN, NFN, NNB

NMN, FMN, MNN

Atelier traditionnel

Filomena

BBB, NBB, NMM

MFB, NNB, NMM

NNB, FBM, NBF

Atelier traditionnel

Myriam

NBB, NMB, NBF

FMM, NFM, NMM

NMN, FMM, FNM

Atelier traditionnel

Mercedes

NBB, NMM, NMB

MNB, NNM, NFM

NNB, FBF, NNB

Atelier traditionnel

Camila Rosa

MBB, NBB, NBB

MNB, NMB, NBM

NBN, FMB, FMB

Atelier traditionnel

Maria Teresa

MBN, NBM, NMM

BNB, NNB, NFM

NMN, FMM, NNB

Atelier traditionnel

Luisa

NMM, NMB, NMM

BNB, NNB, NFF

NNB, NMF, NNB

Atelier traditionnel

Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola

  • 10 Cet auteur manifeste une restriction de ses recherches menées sur des entreprises consolidées, fili (...)

40Ruffier avait identifié dès 1987 l’importance de cette articulation parmi les différents savoirs plus ou moins spécialisés qui se mettent en jeu dans les entreprises pour atteindre les objectifs de production : « L’efficacité productive d’un système de production dépend de la qualité des échanges d’information parmi les différents domaines du savoir et les différents moments de l’histoire du système » (Ruffier et al., 1987 cité par Ruffier, 1998, p. 161)10.

41Les systèmes économiques ne sont pas typiques des seuls micro-entrepreneurs interviewés ; ils sont plutôt une réplique d’autres entreprises disséminées entre les marchés de la société qui les conçoit mais dont la configuration inachevée et en pleine tension du développement des savoirs productifs, se traduit en changements, en adaptations de styles, voire même en une croissance non planifiée. Il convient de signaler, comme le fait Gherardi (2006, p. 2), que « l’accomplissement de l’objectif d’une activité requiert une connaissance expansive... apprendre de nouvelles façons d’accommoder tous les éléments qui la composent... favoriser de nouvelles faiblesses et contradictions, et lance finalement un nouveau cycle de transformation ».

Le système de sous-traitance

  • 11 On appelle marchés spécialisés ceux où convergent l’offre et la demande d’un secteur donné ou d’une (...)

42Le micro-entrepreneur qui met en jeu ce système économique produit majoritairement grâce à la sous-traitance avec d’autres ateliers ou micro‑entreprises. Les multiples échanges et interactions avec les agents impliqués dans la chaîne de production font que les savoirs en matière de gestion des processus éducatifs, de la commercialisation et de l’approvisionnement prédominent. C’est un système qui reste vigilant face à la demande du marché sur le style, la mode, les couleurs, les tissus et les « saisons » ; ses activités se délimitent et se systématisent en fonction des demandes de créneaux de marchés spécialisés. Certains traits définis dans ces systèmes sont la commercialisation en espaces spécialisés11 et principalement avec des entreprises du secteur moderne. Ce système présente les caractéristiques suivantes :

  1. Les niveaux de scolarité sont plus élevés par rapport à d’autres groupes qui composent les autres systèmes économiques. Le nombre d’années moyen de scolarité est de 13 ans.

  2. L’expérience dans l’entreprise personnelle indépendante est relativement courte : 4 ans en moyenne. C’est, de fait, la moyenne la plus faible parmi tous les groupes de micro-entrepreneurs de notre échantillon.

  3. La plus faible moyenne obtenue pour autres emplois est d’à peu près six mois pour le groupe. Peu d’expérience professionnelle.

  4. La formation technique intentionnelle n’est explicite dans aucun de ces cas. Dans ce système économique, se manifestent des savoirs qui permettent la mise en œuvre de certains processus de contrôle de qualité. Les trois cas de micro‑entrepreneurs ont commencé des études universitaires, tronquées dès la première année, ont reçu l’aide d’un membre de leur famille dans leur parcours de travail ou d’études et possèdent de bonnes notions concernant le marché. Ils ont un local établi dans une zone de vente spécialisée et présentent des plans d’affaire plus organisés et des stratégies basées sur des rudiments de marketing.

  • 12 Interview d’Andrea, juillet 2006.

Moi, je travaille avec elles, je leur laisse le matériel et elles se chargent de le répartir à chacune d’entre elles, de réviser un par un si le vêtement est livré, s’il faut défaire, si ce n’est pas au point, ça arrive parfois... et elles gagnent un pourcentage sur la production faite par les travailleuses, c’est ainsi que je travaille avec chaque chef de groupe12.

  • 13 Interview d’Uriel, juillet 2006.

Quand j’aime bien quelque chose, je le dessine, je l’envoie au dessinateur qui fait le patron, le coupe, je remets le nouveau modèle à celui qui coud, il coud, me donne le modèle, si j’aime bien, j’appelle celui qui me l’a fait... car il sait le faire maintenant... je lui fait refaire un essai pour avoir tous les détails et je le laisse faire jusqu’à ce qu’il me donne la qualité requise13.

43Pour ce type de système économique (et par conséquent pour chacun des autres), nous avons représenté graphiquement selon la fréquence d’occurrence de la valeur Bon (B) dans chacune des catégories et pour chaque micro-entrepreneur.

Schéma 1. Présence de savoir dans les micro-entreprises de sous-traitance

Schéma 1. Présence de savoir dans les micro-entreprises de sous-traitance

Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola

44Dans ce système de sous-traitance, c’est le savoir en gestion (SG) qui ressort ; le savoir de production (SCP) se réfère à un point médian alors que le savoir‑faire technique est moins fréquent. La prédominance de SG provient de l’importance des systèmes de contrôle, d’établissement de contrats, de conventions et d’accords dans cette configuration ainsi que la mise en œuvre de systèmes de contrôle et de gestion.

L’atelier consolidé

45Le système économique de l’atelier consolidé laisse transparaître une tendance plus importante dans le développement de réseaux et des agents qui peuvent être présents dans le développement des activités productives. Son approche se concentre dans le produit ou dans l’objet comme résultat intégré dont l’acceptation par le client se traduit par son acceptation par les marchés. Par conséquent, les savoirs qui le soutiennent, équilibrent les savoirs techniques, les savoirs concernant la production et, dans une moindre mesure, les savoirs de gestion. Il existe une grande diversité de marchés pour ce système économique : il peut s’agir des marchés locaux, d’une sous-traitance intensive ou d’entreprises du secteur moderne ou de marchés spécialisés fréquentés par les grossistes qui recherchent des gros volumes de produits spécifiques.

46De manière générale, il s’agit d’ateliers axés sur les processus techniques de la fabrication et dans lesquels l’interaction se joue avec des réseaux d’agents diversifiés et avec des conventions souvent tacites. Nous avons à faire, par conséquent, à des circuits de commercialisation qui répliquent, et même intensifient le travail et la mise en pratique des divers savoirs disponibles.

47Les micro-entrepreneurs de notre échantillon qui appartiennent à ce système ont :

  1. Des niveaux de scolarité qui dépassent l’enseignement secondaire, avec 12,5 ans d’études en moyenne pour le groupe.

  2. Des durées d’expérience dans la micro-entreprise indépendante d’environ huit ans en moyenne, chiffre plus élevé que parmi ceux appartenant à des systèmes économiques de type « atelier traditionnel ».

  3. Peu d’années d’expérience dans des postes autres que l’entreprise propre : trois ans et demi en moyenne.

  4. Une scolarité technique plus importante et présente dans trois cas sur six.

48José Juan, Genaro et Norma sont aux commandes de marchés hautement spécialisés, pour distribuer leurs produits auprès d’autres micro-entrepreneurs. José Juan et Genaro envoient leurs produits par voie terrestre à des clients géographiquement éloignés. La spécialisation requiert une production constante et marquée par une grande intensité. Ils vendent quelques jours par semaine sur des lieux de vente en gros. Leonel, Hilda et Celia distribuent des produits sous-traités principalement pour les entreprises du secteur moderne. La grande intensité de l’activité absorbe la majorité de leur temps de production. Pour leur part, Leonel et Celia prennent le temps de créer leurs propres patrons qu’ils distribuent ensuite habituellement à un niveau local auprès de consommateurs du milieu, à d’autres micro-entreprises ou auprès de marchés populaires.

  • 14 Interview de José Juan, mars 2006.

… Un gros portefeuille de clients à Toluca, je veux dire de 25 à 30 clients en moyenne te rendent visite une fois ou deux fois. C’est un roulement de clients, la fois suivante 10 autres clients... Nous partons à 3 h et demie du matin... nous arrivons à 5 h, de 5 à 6 nous montons notre étal. Il faut le protéger avec une bâche. Nous accrochons des cintres d’exhibition pour montrer nos produits et les gens peuvent finalement les repérer, les voir... Nous avons commencé à vendre il y a deux ans à 6 h 30 ou 7 h du matin. À cette heure‑là on vendait déjà. Actuellement nos clients arrivent à 8 h environ14.

  • 15 Interview de Leonel, juillet 2007.

Parce que le processus du maillot de bain est très rapide. On a plus en quantité, avec deux travailleurs on a 2000 ou 3000 pièces, les survêtements, on en fait moins et on a besoin de plus de gens... mais en fait je gagne plus avec les survêtements car je conçois le patron15.

Schéma 2. Présence de savoir dans l’atelier consolidé

Schéma 2. Présence de savoir dans l’atelier consolidé

Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola

49Pour les micro-entrepreneurs du système économique d’atelier consolidé, il existe un meilleur équilibre entre les différentes catégories de savoirs productifs mais une certaine prédominance de SCP et une moindre présence de SG.

L’atelier traditionnel

50Dans ce système économique, ce sont les savoir-faire techniques qui prédominent : l’habileté dans l’utilisation de certains aspects techniques se combine avec les artéfacts (machines et outils) pour produire et honorer les commandes ; c’est la production même du produit demandé qui oriente les activités. Les savoirs qui permettent de développer des réseaux d’agents peuvent être importants bien qu’ils n’aient pas forcément une place prédominante. Les activités de gestion concernent certaines actions de contrôle sur la saisonnalité et l’organisation des fournisseurs. Elles ne créent pas de systèmes élaborés de contrôle.

51Ces micro-entrepreneurs vendent sur des marchés locaux, généralement proches géographiquement de l’atelier familial, du voisinage ou du quartier. Dans ce type de système traditionnel dans la confection, ce qui est manufacturé relève de commandes personnelles, ou répond à la demande d’organisations proches (parents d’élèves, professeurs et élèves d’établissements proches) ; ou bien il s’agit de traiter des demandes de clients qui commercialisent et distribuent au détail sur des marchés populaires ou des marchés peu spécialisés situés à proximité de l’atelier‑domicile.

    • 16 3e classe du primaire et bachillerato dans le système scolaire mexicain.

    Les niveaux de scolarité de ces micro-entrepreneurs sont en moyenne inférieurs à ceux qui exercent leur activité dans les autres systèmes économiques. Toutefois, ils présentent des résultats plus variés en ce qui concerne leurs succès scolaires. Dans notre échantillon, les niveaux varient du CE2 à la terminale16.

  1. Selon le tableau précédent, les micro-entrepreneurs qui se regroupent dans ce système économique détiennent l’expérience la plus ample dans l’entreprise indépendante : en moyenne douze ans et demi.

  2. Les années d’expérience dans d’autres activités est en moyenne de huit ans et un quart.

  3. La formation technique intentionnelle existe de façon peu représentative.

52Filomena a une grande expérience en couture, de bonnes connaissances en organisation de la main-d’œuvre dans la production et un long parcours professionnel dans le secteur de la confection. Elle préfère cependant travailler seule dans sa micro-entreprise pour s’épargner des problèmes d’organisation du personnel, de transactions diverses, de ventes et de paiement. Elle essaie de rester au niveau local de façon à pouvoir s’occuper de ses deux enfants âgés de 15 et de 10 ans. Il y a des cas comme ceux de Camila Rosa, Miriam, Luisa et Mercedes, qui malgré les obstacles imposés par leur conjoint, ont réussi à surmonter et à assurer le suivi de l’entreprise. Dans les cas de Camila et de Miriam, la première a dépassé la contrainte au point que son revenu est devenu la ressource principale du foyer. Miriam, pour sa part, intensifie ses activités productives quand son mari est en déplacement et les réduit quand il est là. Luisa et Mercedes ont eu moins de chance pour développer leur micr‑entreprise. Pourtant, elles ont de l’expérience, maintiennent l’activité à un rythme peu soutenu et ne s’occupent que de commandes sur des marchés locaux. Pour Noelia, le commerce de type traditionnel lui permet d’obtenir des revenus sans pour autant négliger ses trois petits. Noelia donne quelques arguments en faveur de ce système économique qu’elle défend avec son mari. Teresa occupe la table de la salle à manger et distribue le travail parmi ses fils âgés.

  • 17 Interview de Noelia, juillet 2006.

Il dit que c’est un travail de servitude car je suis toute la journée assise à la machine et moi je lui dis que c’est une aide pour la maison, qu’on ne fait pas toujours ce qui nous plaît mais il voit que c’est une aide, c’est ce que je lui dis : “tu ne dois pas t’énerver mais au contraire me remercier parce que parfois j’achète beaucoup de choses pour la maison que lui tout seul ne pourrait pas obtenir”17.

Schéma 3. Présence de savoir dans les ateliers traditionnels

Schéma 3. Présence de savoir dans les ateliers traditionnels

Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola

53Dans ce cas, nous remarquons la prédominance de savoir-faire techniques notés « Bon », les autres types de savoirs étant peu présents. Il y a même des cas dans notre échantillon dans lesquels nous observons clairement une prédominance de savoir-faire techniques et une déficience des autres catégories de savoir. Teresa, Luisa, Noelia et Gabriel semblent compenser leur faible savoir technique par une bonne connaissance du tissu productif. Hormis le cas de Camila Rosa et dans une moindre mesure celui de Filomena, le savoir en gestion est faible dans notre échantillon de micro-entrepreneurs.

Conclusion

54Le secteur de la micro-entreprise se structure grâce à l’interaction des éléments professionnels et productifs dans une multitude de minuscules unités de production qui développent leurs activités au milieu des tensions inhérentes à la réalité des marchés et dans un contexte de carences en tout genre. Il s’agit d’un secteur qui ne peut pas être expliqué par un seul groupe d’arguments en raison de l’hétérogénéité de ses origines, de sa formation, de son développement et de sa croissance. En effet, chaque micro‑entreprise fait apparaître des motivations très diverses dans sa création et son développement, que nous avons tenté de schématiser et de regrouper dans la notion de systèmes économiques (Gallart, 2003 ; Tokman, 2003 ; Ramírez, 2003 ; Mizrahi, 2000 ; Valenzuela, Marques & Leiva, 20 ; Jaramillo, 2004 ; Salas, 2006).

55La micro-entreprise apparaît comme ce qui donne sens au travail pour ceux qui en ont été dépourvus, et comme ce qui leur permet d’avoir des sources de revenus. Ces micro‑entreprises sont un travail qui n’est pas répertorié et ne correspond à aucun des adjectifs que l’on adjoint au travail, comme le travail honorable, le travail aliéné, l’auto‑emploi, le sous-emploi, etc.

56Même s’il s’agit de ce type de travail, il y a des savoirs qui s’utilisent et qui sont la principale ressource dans ce contexte tellement précaire. À partir du moment où s’effectuent l’achat et la transformation des matières premières et des intrants et que l’usage pratique du produit est donné, les micro‑entrepreneurs informels montrent qu’ils savent que ces biens auront une finalité, que ces matériaux et artefacts peuvent être utilisés pour être transformés en biens finaux, ils savent dans quel segment de marché (dans cette strate sociale précise) ces biens seront ciblés et quel sera leur prix.

57Les savoirs productifs sont un concept qui permet d’analyser de manière complète la spécificité des savoirs qui rendent possible et favorisent la production dans un secteur apparemment sous-qualifié d’emblée de par son faible niveau scolaire et des connaissances réduites. La catégorie met l’accent sur les répertoires de savoirs qui se sont construits grâce au parcours scolaire, au travail ou à l’expérience obtenue dans la gestion de la propre micro-entreprise. La catégorie reconnaît une série d’expériences, d’aptitudes, d’informations, de croyances, de valeurs et de connaissances aux origines plurielles qui s’ajoutent les unes aux autres, s’associent sous forme de réservoirs de savoirs personnels, se manifestent et se répartissent ensuite dans un système d’activité productive pour donner un sens à la micro-entreprise. Ces répertoires ne rebutent sur aucun type de savoir ou de processus d’acquisition. Il s’agit de savoirs sociaux parce qu’ils sont développés par le biais de leur interaction avec les agents du milieu et des marchés de la micro-entreprise. Ils permettent d´étudier de plus près les savoirs prédominants, leur usage, leur distribution ainsi que les sources possibles de leur formation.

58Au-delà de l’apport de la catégorie des savoirs productifs, une des principales découvertes de notre recherche provient des combinatoires qui forment des associations uniques pour chaque micro-entrepreneur. Les savoirs productifs déjà intégrés s’organisent en constellations de savoirs particuliers du micro-entrepreneur, que nous avons représentées dans chaque système économique.

59Observer la micro-entreprise à travers le prisme des savoirs productifs permet de constater comment se cristallisent des configurations productives qui délimitent des systèmes économiques, même un peu amorphes, mais qui ne sont pas dépourvus de logiques semblables à l’usage de leurs savoirs. Chaque système économique se caractérise par la prédominance d’un savoir ou plus parmi les trois types mentionnés et par l’absence d’autres.

60Une seconde découverte, dérivée de la première, abandonne l’idée selon laquelle les micro-entreprenariats sont inaccessibles à cause de leur hétérogénéité et de la taille réduite des unités de production : ces combinatoires de savoirs soutiennent des systèmes économiques spécifiques.

61Étant donné que les configurations des systèmes économiques sont liées aux savoirs productifs disponibles, ces deux notions forment la chaîne et la trame des activités productives dans la micro‑entreprise informelle de la confection.

62La micro-entreprise est fondamentale pour des millions de personnes dans des pays touchés par la crise économique et le chômage. Les micro-entrepreneurs à la recherche de solutions de survie sont une option productive, une possibilité de réaliser leurs rêves, leurs souhaits, leurs espérances et satisfaire leurs besoins. La découverte des systèmes économiques dans le cas des micro-entreprises informelles de la confection présentées représente une avancée méthodologique pour approfondir l’analyse des savoirs productifs nécessaires pour le développement de ce secteur avec une vision plus large et précise que les notions issues des logiques de la gestion, les processus, les divisions et les organes des entreprises modernes de grande taille.

Haut de page

Bibliographie

Barato, J. N. (2005). Formación profesional: ¿saberes del ocio o saberes del trabajo? Montevideo: Cinterfor.

Briones, C. (1998). Microempresa y transformación productiva. San Salvador. FLACSO, Genesis, Friederich Ebert Stufing. 1998.

Blum Valenzuela, R. (1996). De la política mexicana y sus medios. ¿deterioro institucional o nuevo pacto político ?. Mexico: Miguel Angel Porrúa, CIDAC.

Candia, J. M. (2003). Sector informal ¿treinta años de un debate bizantino? Mexico. en revista Pistas, no.9, Instituto del mundo del trabajo.

Castells, M., Portes, A. & Benton, L. (1989). The Informal Economy: studies in advance and less developed countries in World underneath: the origins, dynamics & effects of the informal economy. USA. The John’s Hopkins University Press.

Cole, M. (1992). Context, modularity, and the cultural constitution of development. In L.T. Winegar & J. Valsiner (eds.), Children’s development within social context (vol. 2, pp. 5‑31). Hillsdale, NJ. Lawrence Erlbaum Press.

Cross, J. (1997). Debilitando al clientelismo: la formalización del ambulantaje en la ciudad de México. Revista Mexicana de Sociología, 59(4), 93‑115.

de Ibarrola, m. (ed.) (2008). La formación escolar por competencias. Ideas@ Concyteg http://octi.guanajuato.gob.mx/octigto/index.php?option=com_wrapper&Itemid=3.

de la Garza, E. (2009). La Crisis del Modelo Maquilador en México. México.

de la Garza, E. (2005). La Epistemología Crítica y el Concepto de Configuración: Alternativas a la estructura y función estándar de la Teoría. México.

Dertouzos, M., Lester, R. & Solow, R. (1989). Made in America. Regaining the productive edge. Cambridge: Massachussets: The MIT Press.

Gallart, M. & Bertoncello, R. (1997). Cuestiones actuales de la formación. CINTERFOR. Papeles de la oficina técnica, no.2. Montevideo.

Gallart, M. A. (2003). Habilidades y competencias para el sector informal en América Latina: una revisión de la literatura sobre programas y metodologías de formación. CINTERFOR, Boletín Técnico Interamericano de Formación Profesional (155, N° sobre Formación en la economía informal.), pp. 33‑75.

Gherardi, S. (2006). The Background and Foundation for the Practice-turn in Organizational Learning. Research Unit on Communication, Organizational Learning, and Aesthetics, Trento University.

Jacinto, C. & Gallart, M.A. (1998). Por una segunda oportunidad. La formación para el trabajo de jóvenes vulnerables. OIT/CINTERFOR, Red Latinoamericana de Educación y Trabajo.

Lave, J. & Wenger, E. (1991). Aprendizaje situado: participación periférica legítima. (trad. Raúl Ortega Ramírez). México: UNAM, FES Iztacala.

Marshall, A. (1990). ¿Contrataciones ‘flexibles’ o trabajo precario?: el empleo temporario y a tiempo parcial. en La precarización del empleo en la Argentina. Bibliotecas universitarias: Centro editor de América Latina, CIAT, CLACSO. Buenos Aires.

Mizrahi, R. (2000). Las condiciones fundacionales del sector informal urbano. In R. Grompone (ed.). Lecturas de la informalidad. Buenos Aires.

Morin, E. (1999). Los 7 saberes necesarios para la educación del futuro. Santillan/UNESCO.

Nebel, M., Flores Crespo, P. & Herrera-R-Nebel Ma.T. (Eds) (2012). Desarrollo como libertad en América Latina. Fundamentos y explicaciones. México, Universidad Iberoamericana.

Novick, M. (1997). Una mirada integradora de las relaciones entre empresas y competencias laborales en América Latina. Competitividad, redes productivas y competencias laborales. ¿homogeneidad o segmentación ? Montevideo: CINTERFOR.

Paradise, R. & Gaskins, S. (2010). Learning through observation in daily life. In D.F. Lancy, J. Bock & S. Gaskins (eds.) The anthropology of learning in childhood. Altamira Press. USA.

Perrenoud, P. (2008). Construir las competencias, ¿es darle la espalda a los saberes?. Red U. Revista de docencia universitaria, número monográfico II “Formación centrada en competencias (II)”. Consulté 16/07/ 2012 http://www.redu.m.es/Red_U/m2.

Portes, A. (2000). La economía informal y sus paradojas. in Informalidad y exclusión social. CFE, SIEMPRO, OIT.

Puiggrós, A. & Gagliano, R. (2004) La Fábrica del Conocimiento: los saberes socialmente productivos en América Latina. Buenos Aires: Ed. Homo Sapiens.

Ramírez, J. (2001). Estrategias para generar una transición formativa escuela-trabajo en los jóvenes pobres urbanos. El papel de los actores sociales involucrados. In E. Pieck (ed). Los jóvenes y el trabajo: la educación frente a la exclusión social (pp. 333‑354). UIA, Biblioteca Francisco Xavier Clavijero, México.

Ramírez, J. (2003). Capacitación Laboral para el Sector Informal en Colombia. Formación en la Economía informal, Boletín CINTERFOR, Montevideo, No.155.

Ruffier, J. (1998). La eficiencia productiva: cómo funcionan las fábricas. Montevideo: Cinterfor.

Ryle, G. (2005). El concepto de lo mental. Espagne: Paidós.

Sala, G. & Planas, C. (2009). Retos teóricos e implicaciones metodológicas del enfoque de competencia laboral. Sociología del trabajo, (66), 31‑46.

Salas, C (2006). El sector informal: auxilio u obstáculo para el conocimiento de la realidad social en América Latina. Mexico. In E. de la Garza Toledo (ed.). Teorías sociales y estudios del trabajo: nuevos enfoques. Anthropos, UAM.

Saraví, G. (1997). La Microempresa Ante el Nuevo Escenario Productivo: ¿hacia dónde se dirigen las relaciones laborales? Análisis de un Distrito Industrial en México. University of Texas at Austin / Ciesas México. Prepared for delivery at the 1997 Meeting of the Latin American Studies Association Continental Plaza Hotel Guadalajara, Mexico Avril 17‑19.

Tenti Fanfani, E. (2000) “Saberes sociales y saberes escolares”. Cero en Conducta, 15(48), 21‑39.

Tokman, V. (2003). “De la Informalidad a la Modernidad.” CINTERFOR, Boletín Técnico Interamericano de Formación Profesional, (155, Formación en la economía informal), 9‑31.

Villavicencio, D. (2000). Economía del conocimiento, Comercio Exterior (Mexico), 52(6), 468‑470.

Villavicencio, D. & Arvanitis, R. (1994). Transferencia de tecnología y aprendizaje tecnológico: reflexiones basadas en trabajos empíricos. El Trimestre Económico, 61(2), 257‑279.

Wenger, E. (2001). Comunidades de práctica: aprendizaje, significado e identidad. Paidós. Buenos Aires.

Haut de page

Notes

1 Dictionnaire de la langue espagnole (2010). Vingtième édition. Électronique.

2 Le concept de savoirs productifs que nous utilisons est délibérément restreint à l’activité économique des micro-entrepreneurs. Il est différent de celui de capabilities, un concept aux origines plutôt philosophiques et fréquemment utilisé dans les considérations faites sur le développement humain ; il sert à connaître – et même à mesurer – la liberté effective avec laquelle ont été choisis les termes de vie associés au bien-être (général) et la capacité réelle à modifier les multiples dimensions des carences qui caractérisent la pauvreté (Nebel, Flores-Crespo & Herrera, 2012, p. 25).

3 « Les institutions sont les règles du jeu de la société. Strictement parlant, ce sont les limites qui régissent les relations sociales entre les personnes… ces formes structurent les stimulants dans les échanges humains, qu’ils soient de nature économique, politique ou sociale », affirme l’économiste Douglass North. Par conséquent, « les individus dérivent consciemment de cette structure institutionnelle un calcul rationnel des coûts et bénéfices de toutes les conduites possibles » (Blum, 1996, p. 30).

4 La notion de « rationalité affective » est explicitée plus loin, dans le paragraphe concernant la configuration productive.

5 « Recomendados » en espagnol.

6 Interview de Leonel, juillet 2007.

7 Interview de Celia, Adelina et Obdulia, juillet 2007

8 Interview de Norma, juillet 2006

9 Le tableau d’origine comprenait des pondérations numériques allant de 0 à 4. On pouvait y observer le domaine de connaissance dans chacune des sous-catégories. Cependant, nous avons suivi les consignes d’un des correcteurs qui recommandait une pondération d’ordre plus qualitatif afin d’éviter l’interprétation d’une somme de savoirs et d’aide à l’appréciation des différentes compositions des savoirs dans chaque cas.

10 Cet auteur manifeste une restriction de ses recherches menées sur des entreprises consolidées, filiales d’entreprises françaises.

11 On appelle marchés spécialisés ceux où convergent l’offre et la demande d’un secteur donné ou d’une industrie particulière. Le savoir de cette industrie particulière, par exemple la confection, la mécanique métallurgique, l´électronique, l’informatique, l’électricité, l’industrie de la chaussure, etc., circule entre les agents de tout type d’entreprise, même les micro-entreprises informelles.

12 Interview d’Andrea, juillet 2006.

13 Interview d’Uriel, juillet 2006.

14 Interview de José Juan, mars 2006.

15 Interview de Leonel, juillet 2007.

16 3e classe du primaire et bachillerato dans le système scolaire mexicain.

17 Interview de Noelia, juillet 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Présence de savoir dans les micro-entreprises de sous-traitance
Crédits Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/8654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Schéma 2. Présence de savoir dans l’atelier consolidé
Crédits Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/8654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Schéma 3. Présence de savoir dans les ateliers traditionnels
Crédits Crédits : élaboré par Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/8654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilio Andrés Martínez López et María de Ibarrola, « Les savoirs productifs »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/8654

Haut de page

Auteurs

Emilio Andrés Martínez López

Docteur en sciences, spécialisé en Recherche éducative, Centro de Investigación y de Estudios Avanzados, Cinvestav, IPN, Mexique (2011) et maîtrise en Administration publique (Centro de Investigación y Docencia Económicas, CIDE, Mexique. Il a publié sur les savoirs, les micro-entreprises et la formation pour le travail. Il est consultant dans divers projets sociaux sur la formation des micro-entrepreneurs et des jeunes pour le travail. Parmi ses publications : « Las organizaciones de la sociedad civil y su papel en una opción de formación para el autoempleo : el caso de Micro MEDA México y su interés por potenciar los “saberes productivos” », in Girardo et al. (eds.). Estrategias educativas y formativas para la inserción social y productiva. CINTERFOR / OIT, Montevideo.

Adresse : DIE – Cinvestav, Instituto Nacional Politecnico (Mexique)
Courriel : negrimex[at]yahoo.com.mx

María de Ibarrola

Professeure du Départment de Recherches en éducation du Centro de Investigación y de Estudios Avanzados, Cinvestav, IPN, Mexique. Chercheur National (nivel III), Maîtrise en sociologie, Université de Montréal (1969) et docteur en Recherche éducative. Depuis 1985, elle développe des travaux sur les politiques, les institutions et les acteurs dans les rapports entre l’éducation et le travail. Plus de 75 publications en sociologie de l’éducation, en politique éducative mexicaine, en enseignement supérieur et technologique, en particulier en ce qui concerne la formation pour le travail et le futur des diplômés. Parmi ses publications : Formación escolar para el trabajo, Cinterfor, OIT, Montevideo (2006) ou « Priorité à la formation scolaire pour le travail au Mexique. Tensions et contradictions entre l’État, les secteurs professionnels et les étudiants ». Formation et Emploi, 2009, nº 107, 25‑39.

Adresse : DIE – Cinvestav, Instituto Nacional Politecnico (Mexique)
Courriel : mdei[at]prodigy.net.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search