Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Reconnaissance politique des savoirs professionnels

Expérimentation, légitimation, réflexivité et organisation d’un groupe d’agriculteurs autour des connaissances professionnelles
A Political Recognition of Professional Knowledge. Experimentation, legitimization, reflexivity and organization of a group of farmers around professional knowledge
Reconocimiento institucional de los saberes profesionales. Experimentación, legitimación, reflexividad y organización de un grupo de agricultores en torno al conocimiento profesional
Jessica Thomas

Résumés

Cet article croise une socio-anthropologie de la connaissance et une sociologie de l’action publique afin de rendre compte des effets d’un soutien public accordé à un groupe d’agriculteurs pour ses activités de production et formalisation de connaissances. Croiser ces deux approches permet de rendre compte de la convergence des aspirations professionnelles et institutionnelles autour d’expérimentations menées par des agriculteurs pour une écologisation de leurs pratiques. Le collectif étudié a reçu une subvention publique pour un projet d’expérimentation de pratiques agro-écologiques de semis direct, dans le cadre de la politique de « transition agro-écologique » lancée en 2012 par le ministère de l’Agriculture français. L’enquête décrite dans cet article vise à analyser les effets, pour ce collectif, de la reconnaissance institutionnelle des savoirs professionnels pour des pratiques plus écologiques. Quatre effets structurants de la reconnaissance des savoirs professionnels sur les activités du groupe sont présentés. Tout d’abord, le discours sur la pertinence des connaissances professionnelles est un élément moteur pour les membres du groupe afin qu’ils s’engagent dans des expérimentations. Ensuite, la reconnaissance des savoirs professionnels permet à ce groupe de légitimer son positionnement dans le paysage agricole territorial, notamment auprès des pouvoirs publics. Un autre effet est celui d’une forme de réflexivité sur le métier d’agriculteur suscitée par cette valorisation des connaissances de terrain. Enfin, des conséquences organisationnelles pour le groupe résultent des aspirations des agriculteurs à la réappropriation de leurs décisions. En revendiquant l’élaboration d’une « expertise collective » et le statut d’« agriculteurs-experts », les membres du groupe, influencés par ce contexte de valorisation de leurs connaissances, agissent, pensent et s’organisent, pour défendre une forme de réappropriation des décisions qui leur est propre.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le projet agro-écologique en France, Maaf, 2014.

1Les pressions croissantes appelant à des réformes de fond du système agricole conduisent désormais un large nombre d’acteurs du développement à reconnaître la pertinence de connaissances des agriculteurs, résultant de pratiques de terrain. Cette légitimation de l’expérience des professionnels pour développer des pratiques plus durables résulte en partie de critiques portant sur la diffusion de techniques uniformisées et donc inadaptées à la gestion des ressources locales. Le secteur agricole français a été fortement secoué depuis plus de 20 ans par des controverses environnementales localisées, des crises sanitaires majeures et plus récemment par les réponses à apporter à des enjeux globaux (climat, écologie, biodiversité, énergie). Ces crises ont contraint les gouvernements successifs au verdissement des politiques agricoles (Lowe et al., 2010 ; Barbier, 2010). Pour y répondre, une rhétorique de la transition est utilisée par le ministère en charge de l’agriculture et progressivement réappropriée dans de nombreux espaces professionnels et militants. Après les débats du Grenelle de l’Environnement, et l’affichage d’un volontarisme politique autour de la réduction de l’usage des pesticides ou du soutien à l’agriculture biologique, le ministre Stéphane Le Foll appelle de ses vœux une « transition agro-écologique », mise en œuvre dès 2012 à travers le « Projet agro-écologique pour la France ». Ce programme national sonne alors comme la version des autorités françaises d’une modernisation écologique du secteur agricole (Deverre & de Sainte Marie, 2008). Dans ce projet gouvernemental, l’agro-écologie est décrite comme étant intensive en connaissances, car résultant d’une « approche systémique » des exploitations1. Pour le ministère en charge de l’agriculture, il s’agit alors notamment d’afficher une rupture avec la modernisation agricole caractérisant la période allant de 1960 aux années 1980.

2En effet, si les ambitions de modernisation du secteur agricole étaient déjà après-guerre imprégnées de références aux effets bénéfiques de la production et de la circulation de connaissances techniques pour accélérer le progrès des pratiques agricoles (Muller, 1984), les scandales sanitaires et environnementaux invitent depuis les années 1970 à une relecture critique de cette période. Cette critique conduit à une remise en question de la supériorité attribuée à l’expertise scientifique et technique des autorités intervenant dans le développement agricole au cours de la période de modernisation (Darré, 1986 ; Alphandery, 2001). L’analyse des évolutions du système de recherche et de développement agronomique pointe le caractère descendant et standardisant de ces prescriptions (Labarthe, 2010 ; Bonneuil, Denis & Mayaud, 2008). Depuis les années 1980, les conceptions des connaissances jugées nécessaires pour le changement de pratiques évoluent vers une revalorisation progressive des savoirs professionnels (Mc Corkle, 1989). Dans cette perspective, les travaux de Jean-Pierre Darré (1986, 1996) pour la constitution de « Groupes Professionnels Locaux sont emblématiques de cette tendance à la reconnaissance de l’expérience des agriculteurs et de leur capacité à fonder une identité professionnelle à partir de ce qu’ils savent, y compris du système qui les encadre. Progressivement sont apparus des groupes impliqués dans la circulation de connaissances, à distance de l’appareil de développement agricole (Goulet et al., 2008, 2013). Cet article analyse ces nouvelles dynamiques collectives orientées, notamment, vers la production de connaissances, et soutenues par des dispositifs d’action publique encourageant la production de connaissances expérientielles par des groupes d’agriculteurs. En effet, l’affichage ministériel renouvelé d’une prise en considération des connaissances des agriculteurs, pour accélérer la modernisation écologique du monde agricole, nous incite à interroger la teneur des réflexions politiques et professionnelles sur le partage de connaissances, ainsi que leurs éventuels effets performatifs sur les groupes de développement formés par des agriculteurs.

Analyser les effets d’une reconnaissance politique des savoirs professionnels pour l’écologisation des pratiques agricoles

3L’une des approches des travaux sociologiques portant sur les groupes de développement agricole a été d’étudier la manière dont un collectif d’agriculteur s’engage dans un processus de production de connaissances. Les analyses sociologiques de groupes d’agriculteurs engagés dans une démarche de changement ne manquent pas (Darré, Le Guen & Lémery, 1989 ; Darré, 1994,1996 ; Lémery et al., 1996 ; Béguin & Cerf, 2009 ; Compagnone, Auricoste & Lémery, 2009 ; Lamine et al., 2009 ; Goulet & Vinck, 2012 ; Elzen et al., 2012). L’étude présentée ici se nourrit de ces perspectives en se centrant plus particulièrement sur le rapport à l’action publique d’un groupe de développement agricole dans le contexte d’institutionnalisation de l’agro-écologie. Une seconde approche adoptée par d’autres travaux, témoigne du rôle moteur des collectifs d’agriculteurs dans la mise en œuvre des politiques de modernisation agricole (Gerbaux & Muller, 1984 ; Fouilleux, 2000 ; Rémy, Brives & Lémery, 2006). Les recherches portant sur des dynamiques professionnelles proches de celles que nous décrirons s’inscrivent donc d’une part dans une sociologie de la connaissance et de l’innovation en agriculture, et d’autre part dans une sociologie de l’action publique dans le secteur agricole. Cet article vise à mieux articuler ces deux approches en poursuivant certains des travaux qui ont déjà mobilisé cette interdisciplinarité (Landel, 2015). Notre analyse, influencée par ces recherches, questionne les modalités de la constitution et de la transformation des actions, des stratégies et de l’organisation d’un collectif, sous l’effet d’une action publique valorisant les connaissances professionnelles.

4Le contexte politique particulier de revalorisation des savoirs expérientiels des agriculteurs pour l’écologisation des pratiques agricole dans le « Projet agro-écologique pour la France », est l’occasion de questionner les effets éventuels, pour les groupes de développement, des politiques incitant à la production de connaissances professionnelles singulières. Il est important de noter que pour le groupe suivi, la logique collective et les activités de production de connaissance préexistaient à la mise en place de l’instrument d’action publique étudié. En conséquence, il faut interroger d’une part, comment s’hybrident les problèmes du groupe d’agriculteurs ciblé et ceux des agents de l’État à l’initiative des instruments de soutien à l’agro-écologie, et d’autre part, ce que provoque la reconnaissance institutionnelle de connaissances situées. En résumé, le travail présenté ici se structure autour d’une question principale : quels sont les effets de l’appropriation d’une politique de modernisation écologique focalisée sur la production et la circulation des connaissances, pour un groupe d’agriculteurs ciblé ? En d’autres termes : le collectif d’agriculteurs peut-il faire des connaissances expérientielles à la fois un moteur, un produit et un outil pour s’engager dans l’action, s’organiser, ou encore, s’insérer dans les rapports de force propres au monde agricole, entre les acteurs privés et publics du conseil, et si oui, comment ?

5Pour répondre à la question des effets de l’appropriation d’une politique publique de soutien à la production et circulation de connaissances pour l’écologisation, cet article propose une analyse de l’engagement dans l’action pour la production de connaissances, d’un collectif lauréat de l’appel à projet intitulé « Mobilisation Collective pour l’Agro-écologie » (MCAE), intégré au programme national du « Projet agro-écologique pour la France » (PAE) lancé en 2012. Cette étude rend compte d’un travail de terrain réalisé auprès d’une association d’agriculteurs soutenue par un financement public, émanant de la politique agro-écologique du ministère de l’Agriculture, pour leur travail sur les techniques d’agriculture de conservation, visant à améliorer la fertilité des sols, notamment à travers le semis direct. En se centrant sur les démarches de production et de partage des connaissances expérientielles des agriculteurs visant l’écologisation de leurs pratiques, l’analyse présentée décrit le positionnement du groupe par rapport aux attentes des pouvoirs publics. On montrera que les interventions incitatives de l’État encourageant la production de connaissances pour le changement ont des conséquences pour le collectif enquêté en ce qui concerne sa structuration, ses actions, ainsi que les processus de légitimation et de prises de décision initiés par les agriculteurs. Il résulte des observations menées que l’action publique en faveur de la production et de la circulation de connaissances professionnelles structure en partie le travail et l’organisation de cette association d’agriculteurs. Les membres du groupe se réapproprient en retour cette demande institutionnelle, notamment en s’en servant pour défendre leur position dans des rapports de force propres au monde agricole. Les agriculteurs du groupe revendiquent la pertinence de ce qu’ils nomment leur « expertise collective », construite par l’action organisée des membres. C’est notamment en se pensant et en se réalisant en tant que groupe moteur dans la production de connaissances pour l’écologisation des pratiques agricoles que le collectif se développe et se légitime auprès d’une diversité d’acteurs institutionnels et professionnels.

6Dans une première partie, nous proposons de décrire et de questionner l’effet du contexte d’institutionnalisation de l’agro-écologie qui apparaît comme un moment de mise en politique des connaissances professionnelles. Nous étudierons les évolutions de l’action publique (Hassenteufel, 2008) dans le cadre de la transition agro-écologique, ce qui amènera à justifier l’approche analytique choisie. Le croisement de la socio-anthropologie des connaissances et de la sociologie de l’action publique permet de se focaliser sur ce que produit le travail sur les connaissances d’un groupe d’agriculteurs, lorsqu’il s’approprie une politique de valorisation des connaissances professionnelles pour l’écologisation des pratiques agricoles. Dans une deuxième partie, nous rendrons compte de l’inscription des activités du groupe dans ce contexte institutionnel. La troisième partie décrira trois effets de la reconnaissance politique des savoirs professionnels : sur les activités expérimentales menées lorsque les membres du groupe revendiquent l’élaboration d’une « expertise collective » sur les tentatives de légitimation du groupe auprès des acteurs territoriaux et sur les perceptions qu’ont les membres du groupe de leur propre métier. Enfin, dans une dernière partie, nous analyserons un quatrième effet de cette mise en visibilité des connaissances des agriculteurs, concernant cette fois-ci les réflexions des membres du collectif sur l’organisation des activités et le fonctionnement de leur association.

Enquêter un collectif réagissant à la mise en politique des connaissances professionnelles

  • 2 L’agriculture de conservation des sols est un système de production agricole reposant principalem (...)
  • 3 Le Semis Direct sous Couvert Végétal (SCV) est une technique de semis limitant l’intervention de (...)
  • 4 L’APAD (Association pour une Agriculture Durable) est un réseau professionnel encourageant les pr (...)

7L’enquête ethnographique conduite entre 2014 et 2016 est constituée d’observations répétées de temps collectifs partagés par les membres d’un groupe d’une vingtaine d’agriculteurs, de discussions avec ces agriculteurs en marge de réunions, de tours de plaines et de formations, ainsi que d’entretiens avec les agriculteurs fondateurs et l’animateur recruté. Le groupe d’agriculteurs étudié rassemble des membres installés dans les bassins versants de l’Ouest du Pas-de-Calais. Les agriculteurs de ce collectif pratiquent l’agriculture de conservation des sols2 et expérimentent des pratiques de semis sous couvert végétal3 (SCV) au sein d’une association professionnelle. En 2013, sept agriculteurs décident de formaliser leur engagement en créant cette association, dans le but de candidater à l’appel à projet « Mobilisation Collective pour l’Agro-écologie » (MCAE), lancé par le ministère de l’Agriculture. Ils choisissent alors de faire de leur association une antenne départementale du réseau APAD4 et parviennent à être sélectionnés pour bénéficier d’un financement public de leur projet d’expérimentation collective pour l’agro-écologie. Ce collectif d’agriculteurs a été suivi dans le cadre de travaux menés au sein d’un Observatoire Sociologique des Transitions Agro-écologiques, car il était lauréat de l’appel à projet MCAE, et parce qu’il revendiquait une approche combinant des pratiques en rupture vis-à-vis de l’agriculture intensive avec d’autres pratiques culturales plus conventionnelles. C’est aussi la revendication par ce collectif de sa réappropriation des connaissances mobilisées par ses membres pour améliorer leurs pratiques, dans leur dossier de candidature à l’appel à projet, qui a attiré notre attention.

8Deux critères de sélection ont donc prévalu dans le choix de ce groupe afin de répondre à la problématique des effets éventuels d’une politique publique incitant à la production de connaissances professionnelles. D’une part, le groupe a été sélectionné parmi les lauréats d’un appel à projet en portant un projet visant spécifiquement l’élaboration de nouvelles connaissances par les agriculteurs. Les agriculteurs de ce groupe ambitionnaient dès leur candidature la production de connaissances à travers ce qu’ils théorisent comme une « expertise collective ». D’autre part, ce groupe a choisi de perfectionner et de défendre l’agriculture de conservation comme une forme d’agro-écologie. Les choix politiques du ministre de l’Agriculture d’alors, Stéphane Le Foll, attestent de la légitimation, et de la reconnaissance institutionnelle, dans le champ du développement agricole, de nouveaux acteurs promouvant l’agriculture de conservation (Landel, 2015).

9Les observations que nous avons effectuées ont porté aussi bien sur des temps de formation, des tours de plaines entre agriculteurs, des journées de démonstration ou de sensibilisation, et des réunions des membres de l’association. L’analyse conduite repose également sur une dizaine d’entretiens avec les membres du groupe et son animateur, ainsi que sur l’étude de sa production documentaire, qu’il s’agisse de supports de communication, de supports de travail, de documents techniques et administratifs circulant entre les membres, ou encore des échanges de mails entre agriculteurs. En parallèle de ce suivi, une dizaine d’entretiens a été menée auprès des agents du ministère en charge de l’agriculture devant élaborer et mettre en œuvre le Projet agro-écologique pour la France au sein d’une direction nationale du ministère (DGPE). Deux agents des services déconcentrés du ministère en région (DRAAF), en contact direct avec le groupe d’agriculteurs dans le cadre de sa candidature à l’appel à projet MCAE ont également été interrogés. Ces entretiens auprès des institutions à l’origine des politiques agro-écologiques visaient à mieux appréhender le contexte politique et administratif dans lequel s’insère le travail du groupe d’agriculteurs, qui constitue bien le cœur des recherches ici présentées.

L’institutionnalisation de l’agro-écologie : une mise en politique des savoirs professionnels ?

Replacer la politique agro-écologique dans le contexte politique de modernisation écologique

  • 5 Cette expression est utilisée par un fonctionnaire du ministère en charge de l’agriculture en cha (...)

10Lancé fin 2012, le « Projet agro-écologique pour la France » (PAE) a pour ambition une réorientation des objectifs de développement de l’ensemble du secteur agricole. Ce projet politique posant l’agro-écologie comme le nouvel horizon du développement agricole est décrit comme une approche de « méta-politique publique »5. L’analyse du PAE et des entretiens conduits auprès des fonctionnaires de la Direction Générale de la Performance Économique et Environnementale des Entreprises (DGPE) – la direction du ministère de l’Agriculture chargée de l’élaboration et de la mise en œuvre du PAE –attestent de choix de gouvernance du changement par l’incitation à la production et circulation de connaissances. L’interprétation des choix stratégiques du ministère amène à deux constats importants pour comprendre dans quel contexte et à travers quelles modalités les connaissances professionnelles sont ciblées pour encourager la transition écologique du secteur agricole.

11En premier lieu, malgré l’affichage de l’agro-écologie comme un changement « systémique » du développement agricole, les politiques de soutien à cette modernisation écologique de l’agriculture ne passent pas par des transformations structurelles de l’action publique. Les interventions publiques se traduisent principalement par l’adaptation de dispositifs d’intervention publique déjà existants (adaptation des aides PAC, réorientation des objectifs des organismes de recherche, de développement, d’enseignement, etc.). De plus, les politiques de soutien à l’agro-écologie demeurent essentiellement incitatives. Le PAE ne s’appuie pas sur un droit contraignant. Anticipant les oppositions répétées des professionnels du secteur agricole à l’accumulation de normes, les services de l’État affichent la politique de transition agro-écologique comme une démarche de soutien à des engagements volontaires des agriculteurs dans des changements de pratiques. Les autorités justifient le choix d’une « gouvernance partenariale » et d’un État « régulateur » plutôt que « réglementaire » (Hassenteufel, 2007) en s’appuyant sur des éléments de définition de l’agro-écologie qu’elles qualifient de « non normative ». Elles en concluent que les instruments d’action publique doivent être eux aussi plus souples, légitimant ainsi leur faible force contraignante.

  • 6 Cette expression est utilisée par un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture en charge de l’é (...)

12Second constat, les politiques agro-écologiques affichent un soutien particulier à la production de connaissances professionnelles, car elle est présentée à la fois comme un moyen et un objectif des changements de pratiques des agriculteurs. Dans un contexte où l’adaptation des dispositifs, les stratégies d’incitation, ou encore la co-construction, apparaissent comme autant de tentatives de pacification des rapports avec les professionnels du secteur agricole, la reconnaissance de la pertinence des connaissances professionnelles est une manière supplémentaire d’impliquer les agriculteurs dans la transition agro-écologique. Pour embarquer un large panel d’acteurs dans la modernisation écologique de l’agriculture, le discours public reconnaît que les changements de pratiques dépendent de façon significative de la mobilisation, de la production et de la circulation de connaissances nouvelles ou réactualisées, davantage contextualisées et incarnées. Le « changement de paradigme » que les décideurs appellent de leurs vœux vise une agro-écologie « écologiquement et intellectuellement intensive »6. Le concept du transcodage développé par Lascoumes (1996) permet une première lecture de la problématisation réalisée par les agents du ministère de l’agriculture concernant l’agro-écologie. La reconnaissance politique des savoirs professionnels rencontre en effet les aspirations d’un certain nombre d’agriculteurs. Beaucoup d’entre eux aspirent à une revalorisation de leur métier. Ils sont désireux de se réapproprier en partie les décisions de production et d’organisation propres au secteur, après des années d’une modernisation considérée comme guidée par des experts politiques, scientifiques, techniques et économiques.

13Ces deux orientations, identifiées à la suite de l’analyse du PAE et des entretiens, s’inscrivent dans des évolutions tendancielles des politiques publiques, étudiées en sciences politiques. D’une part, la diminution des interventions directes de l’État et le basculement vers des politiques incitatives ont été documentés dans différents secteurs (Hood, 1995 ; Thoenig, 1987). Ils ont été décrits comme une caractéristique de l’adoption des techniques du « New Public Management » dans l’administration (Bezes, 2008). D’autre part, la légitimation de nouveaux acteurs jugés crédibles pour la mise en œuvre d’un développement agricole écologisé s’inscrit dans un mouvement de promotion d’une gouvernance multi-acteurs et multi-niveaux, elle aussi tendancielle (Majone, 1997). Enfin, le focus des politiques publiques sur la production et circulation de connaissance caractérise également les évolutions actuelles de la gouvernance des transitions (Voß & Freeman, 2016 ; Theys, 2002). Le champ disciplinaire du « transition management » a mis en avant les dynamiques de co-construction des connaissances entre les acteurs comme des leviers d’évolution des systèmes sociotechniques (Borrás & Edler, 2014).

Croiser sociologie de l’action publique et socio-anthropologie des connaissances pour analyser la place accordée aux connaissances dans la politique agro-écologique

14La sociologie de l’action publique nous est particulièrement utile pour comprendre le contexte institutionnel de reconnaissance des connaissances professionnelles, susceptible d’impacter les décisions du collectif étudié. L’analyse cognitive des politiques publiques aide à mettre en perspective les ambitions de changement (Hassenteufel, 2008), véhiculées par cette action publique. Pierre Muller (2005) souligne les transformations des cadres cognitifs et normatifs que connaissent les acteurs dans leurs interactions avec les pouvoirs publics. Dans cet article, la mise en avant des connaissances professionnelles comme un facteur indispensable au changement de pratique pour l’écologisation est appréhendée comme un élément constitutif des cadres cognitifs à la fois des agents de l’État et des agriculteurs ciblés. Dans cette perspective, notre travail d’enquête accorde une attention particulière aux transformations d’un collectif sur les plans des actions menées, des interactions, des prises de décision et de la construction d’une identité commune, en réaction à un dispositif public.

15Il nous paraît d’autant plus pertinent d’interroger la réception par les acteurs d’un instrument d’action publique, lorsqu’il vise explicitement à la production et à la circulation de connaissances professionnelles afin de soutenir l’innovation pour le changement des pratiques professionnelles. Il s’agit d’analyser comment le collectif étudié s’insère dans le contexte décrit de reconnaissance de leurs savoirs. Cela suppose d’identifier ce qui est alors approprié, performé ou réinventé de leur point de vue, et comment la dynamique du groupe porte cette reconnaissance en pratique. L’enjeu est d’interroger comment les acteurs de terrain se saisissent d’une politique publique en construction en interagissant et en agissant pour lui donner du sens, se l’approprier ou y contribuer, réalisant ainsi leur propre « transcodage » (Lascoumes, 1996). Des objectifs institutionnels et professionnels peuvent converger, se rencontrer et se modeler réciproquement.

16Cet article vise à compléter ces apports de la sociologie de l’action publique, dans le secteur agricole (Gerbaux & Muller, 1984 ; Fouilleux, 2000), en l’articulant à d’autres travaux, généralement distincts, menés en sociologie de la connaissance et de l’innovation en agriculture (Goulet, 2008, 2013 ; Goulet & Vinck, 2012 ; Elzen, Barbier, Grin & Cerf, 2012). Ce choix de croisement disciplinaire résulte en partie de l’objet lui-même, la reconnaissance des connaissances expérientielles étant autant portée par le groupe d’agriculteurs que par l’action publique. Dans cette optique, nous adopterons d’une part une approche de socio-anthropologie de l’action publique (Olivier de Sardan, 2010), prenant pour objet les politiques agricoles, du fait de nos questionnements sur l’appropriation d’un dispositif public soutenant l’agro-écologie. D’autre part, nous nous appuierons sur une socio-anthropologie de la connaissance, appliquée au monde agricole, puisque l’objet de l’enquête est une politique de soutien aux connaissances pour le changement de pratiques. En choisissant une approche pragmatique des savoirs, et en mobilisant l’anthropologie des connaissances, nous interrogeons deux processus à l’œuvre : la structuration des connaissances par les agriculteurs, ainsi que des mécanismes à travers lesquels les connaissances sont structurantes pour les activités de ce collectif (Adell, 2011).

Un collectif en travail dans le contexte de l’institutionnalisation de l’agro-écologie

Fondation et fonctionnement organisationnel du collectif

17La structuration initiale de ce collectif repose sur des relations d’interconnaissance préexistantes entre 7 agriculteurs qui entretenaient des relations amicales et professionnelles depuis plusieurs années, favorisées par leur proximité géographique et leur appartenance à divers groupes gérés par la Chambre d’agriculture. En 2013, l’un des agriculteurs de ce cercle resserré de collègues apprend, par l’intermédiaire de l’association APAD, le lancement de l’appel à projet CASDAR « Mobilisation Collective pour l’Agro-écologie » (AAP MCAE). Il convainc alors 12 autres agriculteurs de l’opportunité de candidater à cet appel à projet pour financer des expérimentations collectives afin d’améliorer leurs pratiques de semis direct sous couvert (SCV). Les membres fondateurs sont déjà engagés dans des « techniques culturales simplifiées » (TCS), pour certains depuis une dizaine d’années, tandis que d’autres sont au début de leur démarche de changement. Ces agriculteurs s’essaient également régulièrement au semis direct. La plupart sont installés en grandes cultures et cultures industrielles mais des polyculteurs-éleveurs viennent progressivement élargir ce collectif.

18C’est pour répondre à l’AAP MCAE que le groupe d’agriculteurs crée une association. Le cadre de structuration en antenne départementale de l’APAD a des effets directs sur les actions entreprises par les agriculteurs. Le réseau associatif APAD et le fait d’être lauréat de l’AAP MCAE permettent à ce groupe d’acquérir une visibilité auprès des professionnels de la région, ce qui explique en partie l’expansion rapide du nombre d’adhérents. Ainsi, alors que l’association regroupe en 2013 les 13 agriculteurs engagés dans l’AAP MCAE, elle compte désormais en 2017, près de 50 adhérents et a embauché un animateur. Cependant, si l’appartenance à un réseau national a facilité la création de l’association, ce sont les agriculteurs fondateurs constituant le bureau de l’association qui sont à l’origine des décisions administratives et techniques.

Photo 1. Invitation pour une journée de restitution du projet MCAE de l’association, à destination des professionnels du territoire et des pouvoirs publics

Photo 1. Invitation pour une journée de restitution du projet MCAE de l’association, à destination des professionnels du territoire et des pouvoirs publics

Les journées de présentation et d’action autour du projet structurent les activités de l’association et permettent une mise en visibilité des connaissances produites par le collectif.

Source : Thomas

Des temps de partage d’expériences et d’expérimentation créés par et pour les agriculteurs

19Au cours de la période de 2014 à 2016, les temps de travail en commun se multiplient. Ils peuvent être décrits comme ayant à la fois des finalités de perfectionnement technique des agriculteurs, de production de références pour attester de la pertinence environnementale des pratiques de semis direct, et enfin de sensibilisation de différents publics (professionnels ou non). Autant d’activités qui invitent en permanence les agriculteurs à mobiliser, échanger et produire des connaissances, ainsi qu’à les mettre directement en discussion. La vie de ce collectif est rythmée par des tours de plaines mensuels, des formations, et des journées de communication pour un public extérieur. Pendant ces temps d’échange, les conversations sont centrées sur des pratiques nouvelles ou ayant déjà fait leurs preuves, mais aussi les problèmes rencontrés, les réponses apportées, ou encore les difficultés qui persistent.

Encadré. Le tour de plaines

Les tours de plaines constituent le cœur du travail en commun de ce groupe. Ces visites dans les champs des agriculteurs pour observer ensemble, s’interroger mutuellement, se conseiller, et permettre le partage d’expérience, sont répandues au sein de nombreux groupes de développement agricole. Il s’agit d’une pratique ancienne, que les agriculteurs du groupe ne décrivent pas comme originale, mais plutôt comme étant « réappropriée » dans la mesure où elle n’est plus organisée par un conseiller, mais initiée et animée par les agriculteurs. Les agriculteurs partagent dans ces réunions des observations faites dans leur ferme, des récits d’expériences autour d’une nouvelle machine ou d’un nouveau produit, la réussite ou l’échec d’un essai, ou encore les descriptions de certains itinéraires techniques. Au cours des entretiens, les agriculteurs mettent en avant leur choix de ne pas solliciter la Chambre d’agriculture pour un conseil ou une animation classique.
« Les conseillers à la Chambre, ils n’avaient pas de réponses à nos questions… ou plutôt, ils ne s’y intéressaient pas. Moi je parie qu’il y a 4 ou 5 agriculteurs à leurs formations, mais ils ne se remettaient pas en question à l’époque. » (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en décembre 2014)

20Le financement octroyé étant conditionné à un projet d’expérimentation, le groupe mène des essais, en complément des temps de réunion visant à l’amélioration des pratiques. Un second volet du projet vient donc s’ajouter au travail d’amélioration technique : celui visant à tester de nouvelles pratiques et à produire de nouvelles références prouvant leurs bienfaits, à destination des pouvoirs publics notamment. Le travail commun d’expérimentation vise par exemple la mise en place de nouveaux couverts végétaux en interculture, de différentes associations culturales, de nouvelles densités, dates et techniques d’implantation de semis, et des modes alternatifs de fertilisation. Les essais ont donc une autre finalité : prouver l’intérêt environnemental des techniques de semis direct. L’analyse ethnographique des activités de ce groupe révèle la part importante accordée à l’expérimentation qui se traduit par des activités concrètes : des analyses conduites par les agriculteurs pour la mesure de l’infiltration par les sols ; des tests d’observation de la structure et de la microfaune du sol ; la mise en place d’un protocole de recherche avec l’Agence de l’eau pour mesurer le ruissellement dans les champs ; l’échange avec des structures menant des recherches appliquées sur le sol (association spécialiste de l’érosion, laboratoire universitaire spécialisé dans la biodiversité des sols). L’enjeu est notamment de produire des « références » afin de prouver l’impact positif des pratiques de semis direct sur l’environnement, aussi bien aux professionnels du territoire, qu’aux autorités locales.

Une structuration du collectif, influencée par les politiques agro-écologiques

21Les activités du collectif témoignent de l’importance accordée à la mobilisation, aux échanges et à la production de connaissances par les agriculteurs. Ce focus sur les savoirs, qui rassemblent aussi bien des connaissances techniques, des « références », des indicateurs, que des récits d’expériences, nous semble à la fois propre à de nombreux groupes de développement agricole, mais aussi renforcé par l’orientation donnée au dispositif d’action publique ici étudié, qui cadre les activités de l’association.

  • 7 L’expression est mentionnée et expliquée au cours de divers entretiens réalisés avec les agricult (...)

22Ce qui frappe, c’est une forme de convergence entre d’une part, les attentes des pouvoirs publics, formalisées dans les instruments de politiques publiques, et d’autre part les aspirations poursuivies par les agriculteurs autour d’une réappropriation des connaissances à travers la construction d’une « expertise collective »7. Cette expression est employée de manière récurrente par les agriculteurs fondateurs. C’est au cours de l’élaboration du projet, et dans les échanges avec une structure d’accompagnement spécialisée dans l’animation de groupes d’agriculteur que les agriculteurs se ressaisissent de cette expression. Ils la décrivent comme correspondant aux aspirations qu’ils ne formalisaient pas auparavant de manière aussi claire, et comme importante à mettre en visibilité pour convaincre les pouvoirs publics du caractère « incarné » de leur projet.

À la DRAAF, ils voulaient qu’on soit précis sur les objectifs d’expérimentation du groupe dans le dossier de candidature. Ça a pris du temps, on s’est adapté, mais on a mis en avant des recherches qui nous concernaient… sur les connaissances sur la conséquence de la qualité de l’eau en semis sous couvert. Après, ils nous demandaient aussi de prévoir des présentations de nos résultats… de ce qu’on a appris. (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en décembre 2014)

23Cela nous invite à mettre en avant ce que provoque l’acte de candidature à l’appel à projet MCAE en ce qui concerne les réflexions suscitées autour des connaissances. Les critères de l’appel à projet national, et les échanges avec les autorités régionales, ont directement impacté le discours, mais aussi les réflexions et les activités du collectif sur le long terme. La constitution du dossier de candidature à l’appel à projet a été un moment de mise en discussion entre les fondateurs de l’association concernant la manière dont ils produiraient des connaissances et les rendraient communicables. L’analyse de la problématisation des enjeux par les agriculteurs du groupe atteste de leurs tentatives de légitimation à travers la production de connaissances, que les autorités appellent également de leurs vœux. Le constat proposé ici est celui d’une convergence des problématisations autour du rôle des connaissances professionnelles pour le changement de pratiques. La réappropriation de l’instrument d’action publique par le groupe donne lieu à des activités diverses, qui répondent également aux intérêts des agriculteurs. Le collectif affirme et travaille son identité tout en faisant écho aux évolutions institutionnelles.

Nous, après l’appel à projet, on voulait aussi être identifié comme un groupe en pointe sur le semis sous couvert... Ça c’est notre spécificité… On voulait que d’autres agriculteurs ou des élus viennent chercher chez nous des conseils. (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en novembre 2015)

24Ce sont autant d’aspirations préexistantes, qui évoluent, influencées par le contexte d’institutionnalisation d’une agro-écologie valorisant les expériences professionnelles. Il y a une circulation entre les sphères institutionnelles et professionnelles de la valorisation des connaissances professionnelles pour l’écologisation du secteur agricole. La convergence d’une reconnaissance politique des savoirs professionnels avec les ressentis, les attentes et les intérêts relatifs aux connaissances, propres au groupe, a permis aux agriculteurs enquêtés de formaliser une stratégie d’action spécifique relative aux connaissances : la construction d’une « expertise professionnelle collective ». Elle constitue sa revendication centrale et nous apparaît comme l’affirmation d’un segment d’« identité professionnelle » (Müller, 2009 ; Lémery, 2003 ; Le Guen, 1997). « L’expertise collective » nous apparaît comme constituant une stratégie de ces acteurs pour agir et se positionner dans les rapports de force structurant un paysage du développement agricole en recomposition. L’insertion dans un dispositif public reconnaissant le rôle des connaissances des agriculteurs semble être une opportunité pour le positionnement de ce groupe dans ce paysage professionnel où les connaissances sont également valorisées.

Travailler pour et sur une « expertise collective »

25Les activités du groupe visant à la construction de « l’expertise collective » montrent que la production et la diffusion de connaissances sont conçues à la fois comme moyen et comme fin. L’étude ethnographique du collectif révèle trois implications de la reconnaissance de la pertinence des connaissances professionnelles pour l’écologisation. En premier lieu, les savoirs visent le perfectionnement technique pour l’expansion d’un modèle agricole choisi, et jugé compatible avec les attentes agro-environnementales actuelles. En second lieu, les savoirs servent à légitimer les actions du groupe d’agriculteurs dans un contexte territorial où les pouvoirs publics valorisent les expérimentations visant des pratiques agricoles plus écologiques. Les agriculteurs mènent également des réflexions pour améliorer leur capacité d’apprentissage. Enfin, la reconnaissance des connaissances de terrain dans les sphères institutionnelles et professionnelles nourrit également une forme de réflexivité au sein du groupe sur certaines caractéristiques du métier d’agriculteur.

Perfectionner les pratiques à travers une « expertise-collective »

26Afin d’appréhender l’importance de ce concept d’« expertise collective » qui structure les savoirs, et joue aussi un rôle structurant pour le groupe, il nous faut tout d’abord analyser d’où vient cette revendication pour une expertise professionnelle bâtie à partir d’interactions et d’accumulations entre les connaissances des membres du groupe. Les récits recueillis en entretien témoignent du rôle de la critique autour de ce que l’on qualifiera d’un « régime de production des savoirs » (Pestre, 2003 ; Bonneuil et al. 2006 ; Bonneuil & Thomas, 2009). Ce régime est décrié comme ayant dépossédé les agriculteurs d’une part de leurs prises de décisions. Les membres du groupe reprennent régulièrement ce discours critique vis-à-vis des autorités scientifiques agronomiques, des experts, des techniciens, et de tout un appareil de développement agricole jugé coupable du soutien à des pratiques intensives néfastes pour l’environnement et les conditions de travail. En réaction, ils définissent leur approche comme étant en rupture vis-à-vis d’un fonctionnement qu’ils qualifient de « classique » dans le développement agricole : le recours à des conseils « descendants » prodigués par des conseillers de Chambre d’agriculture ou des techniciens commerciaux travaillant pour des firmes agro-industrielles ou des coopératives. Pour cela, les agriculteurs fondateurs de l’association défendent les échanges entre pairs comme le socle constitutif de « l’expertise collective ». Cette dernière repose sur les connaissances de chaque agriculteur du groupe.

Le principe de l’association c’est qu’on n’a pas de technicien. Chaque agriculteur quand il fait son tour de plaines est technicien. Donc on ne va pas dans un groupe pour retirer des informations, on y va pour en retirer et en donner. Ça c’est fondamental. Parce que de ce fait là, quand quelqu’un ne vient pas, c’est un morceau de technicien en moins. Donc c’est très important que les gens viennent, et ça on leur dit à chaque fois. Parce que maintenant, le technicien c’est tout le monde. Ça permet aux gens d’être plus responsables, et de ne pas venir pour être juste preneurs. (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en janvier 2015)

Nous, après l’appel à projet, on voulait aussi être identifié comme un groupe en pointe sur le semis sous couvert... Ça c’est notre spécificité… On voulait que d’autres agriculteurs ou des élus viennent chercher chez nous des conseils. (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en novembre 2015)

27Chaque agriculteur est décrit comme étant le « meilleur expert de son exploitation ». Cela suppose une responsabilité et une forme de participation particulière de l’agriculteur au cours des temps de travail collectif. La posture d’écoute ne suffit plus car les agriculteurs de ce groupe attendent que chacun apporte une contribution concrète à travers le partage de son expérience. Le perfectionnement des techniques de semis direct est donc conceptualisé par les agriculteurs moteurs comme reposant sur des discussions entre professionnels en pointe sur le SCV, qu’ils complémentent de temps de formation ciblés et choisis par leurs soins. Il importe aux agriculteurs de se réunir pour mettre en discussion les expériences et les expérimentations des uns et des autres. Le partage des savoirs est mis en avant pour susciter la mobilisation des membres du collectif. Les connaissances ont alors un rôle structurant puisque c’est pour la production ou la mobilisation de savoirs que les agriculteurs se réunissent, et sont incités à proposer des essais dans leurs champs.

Mettre en visibilité des connaissances pour se légitimer auprès des acteurs territoriaux

28Croiser des questionnements propres à l’anthropologie et à la sociologie des connaissances avec une approche de sociologie de l’action publique révèle d’autres enjeux attachés aux savoirs par les acteurs enquêtés. À travers la production de connaissances, il ne s’agit pas seulement pour ce collectif d’inciter à poursuivre le perfectionnement technique d’agriculteurs pionniers. L’analyse des relations entre le collectif, les autorités locales et d’autres opérateurs territoriaux nous permet d’identifier un autre objectif que les agriculteurs attachent parfois explicitement aux connaissances en circulation au sein des activités. La production et la circulation de connaissances visent également à convaincre les acteurs administratifs, politiques et socio-économiques du territoire de la légitimité du groupe en tant qu’acteur engagé dans la transition agro-écologique. Les agriculteurs expliquent qu’ils cherchent à démontrer la pertinence de leur travail en TCS et en SCV pour des pratiques agricoles plus durables. Ils veulent devenir des « acteurs de référence ».

On voulait très vite être certifié comme “organisme de formation” et organiser des formations sur les TCS pour d’autres agriculteurs de la région… et sur le territoire discuter aussi avec l’Agence de l’eau… car on pourrait porter des projets. (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en novembre 2015)

29Il semble donc qu’une autre finalité de la production de connaissances soit la quête de reconnaissance, dans les sphères institutionnelles et professionnelles. Les agriculteurs de ce groupe utilisent les connaissances qu’ils remobilisent ou produisent, lorsqu’ils interagissent avec les services déconcentrés du ministère de l’Agriculture (DDT et DRAAF), le Conseil régional, l’Agence de l’eau, la Chambre d’agriculture, ou encore un lycée agricole. Ils envisagent notamment la production de références techniques sur les pratiques en évolution, comme des éléments de preuve pour attester de la pertinence des pratiques de semis direct pour la préservation de l’environnement. Ils expriment un besoin de « reconnaissance » de leurs efforts pour préserver les ressources, notamment de la part des pouvoirs publics. Les agriculteurs les plus engagés dans le groupe aspirent à infléchir l’application locale de certaines réglementations qu’ils jugent inadaptées à leurs pratiques. Il apparaît que tout un ensemble de savoirs qualifiés alternativement à travers les termes de « références », « indicateurs », « données », « connaissances », « expériences », soient également au service de la défense d’un modèle technique – celui des TCS –et d’intérêts propres au groupe, comme en témoigne la volonté de modifier le cadre réglementaire.

On a un problème qui persiste : je pense qu’on est performants au niveau environnemental, mais on ne peut pas profiter des mesures agro-environnementales, parce qu’elles ne correspondent pas à notre façon de travailler. L’agence de l’eau aujourd’hui, elle demande encore que ce soit des agriculteurs bio qui soient autour des captages, alors que nous on sait que le bio ça pollue plus que notre système. Et avec la réglementation c’est pareil. Quand on ne laboure pas, il faut qu’on apporte de l’azote dans le sol, pour rééquilibrer le manque d’azote par rapport au carbone. Mais quand on apporte de l’azote au mois de septembre, c’est interdit par la réglementation. C’est complètement contradictoire. C’est vrai que si la personne laboure et qu’elle apporte de l’azote en automne, c’est criminel car ça fait trop d’azote. Mais notre cas est différent. La réglementation est bien faite pour quelqu’un qui travaille le sol et mal faite pour nous. Il y a une incompréhension, et un manque de reconnaissance encore aujourd’hui. Donc on s’est dit “il faut qu’on travaille là-dessus”. (Un agriculteur du groupe, Entretien réalisé en novembre 2015)

30Le groupe produit des indicateurs dans le but de prouver la réduction de l’impact sur l’environnement des pratiques de conservation des sols mises en œuvre. À titre d’exemple, certains membres du groupe ont posé des bougies poreuses, fournies par l’Agence de l’Eau, dans plusieurs parcelles pour mesurer les effets du semis direct sur les pertes nitriques dans le sol. Pour les agriculteurs interrogés, les « indicateurs », et les « références » permettent d’attester de la pertinence des pratiques de semis direct. Ils les présentent comme les signes d’une bonne maîtrise de leur système, ainsi que de leurs connaissances des réalités du milieu naturel au sein duquel s’inscrit leur activité.

  • 8 VIVEA est le fonds d’assurance formation mis en place par la profession agricole. Il soutient le (...)

31Ces connaissances qu’ils tentent de rendre communicables, visibles, repérables, sont autant d’arguments censés attester de la crédibilité et de la légitimité du groupe. Pour ces agriculteurs, mettre en avant « l’expertise collective » élaborée au cours du travail du groupe est une stratégie visant à se positionner dans le champ du développement agricole comme un acteur incontournable. Les membres du bureau de l’association ont par exemple demandé à l’animateur de monter un dossier pour être reconnu organisme de formation. Il s’agissait ainsi de pouvoir bénéficier des fonds VIVEA8 lorsque les agriculteurs du collectif organisent leurs propres formations. Ils expliquent qu’à terme, ils souhaitent proposer à d’autres acteurs extérieurs au collectif des temps de formation. Ils ciblent à la fois d’autres agriculteurs, mais aussi des élus, ou des membres d’autres opérateurs territoriaux. Cela suppose un travail pour attester de leur crédibilité à dispenser des conseils sur les TCS et le SCV.

32Les objectifs des membres sont multiples, puisqu’il s’agit à la fois de tenter d’infléchir certaines applications réglementaires, d’obtenir des sources de financement, et d’être sollicités lorsque des projets territoriaux sont engagés. Les membres les plus actifs mettent en avant les connaissances des agriculteurs du groupe portant sur les écosystèmes du territoire, et les pratiques respectueuses des ressources, pour en faire des atouts dans les négociations avec d’autres acteurs du territoire susceptibles de supporter le groupe (Agence de l’eau, Conseil Régional, DRAAF, DDT, Parc régional, VIVEA, IAD, industriels de la transformation et de la distribution, etc.). En résumé, l’analyse du discours des membres du groupe sur les connaissances et les activités relatives à ces dernières révèle qu’elles sont conçues comme leur octroyant une légitimité et une crédibilité.

Photo 2. Les agriculteurs du collectif présentent à une classe de BTS agricole les résultats d’essais de semis directs menés dans leur champ au cours de la « Nuit de l’Agro-écologie »

Photo 2. Les agriculteurs du collectif présentent à une classe de BTS agricole les résultats d’essais de semis directs menés dans leur champ au cours de la « Nuit de l’Agro-écologie »

Un événement institutionnel organisé par le ministère de l’Agriculture pour promouvoir l’agro-écologie sur le terrain.

Source : Thomas

Reconnaissance des connaissances professionnelles et réflexivité sur les représentations du métier d’agriculteur

33On l’a vu, le discours véhiculé par les fondateurs est que chaque membre détient la meilleure connaissance du milieu dans lequel il exerce son activité, qu’il s’agisse des particularités physiques de l’agro-écosystème, ou des conditions technico-économiques de l’activité. Il en résulte l’émergence d’une figure de l’agriculteur particulière. L’ethos professionnel (Fusulier, 2011 ; Zarca, 2009) valorisé est désormais cette attitude d’« agriculteur-chercheur » ou d’« agriculteur-expert », selon les termes mêmes employés par les membres du groupe. Il influence directement les pratiques pendant les tours de plaines où des mesures sont réalisées (mesures d’infiltration, comptage d’insectes, analyse de la structure du sol…). La dimension cognitive du travail de l’agriculteur est mise en avant. Lors des formations, les agriculteurs présentant leur système de production soulignent la complexité des interactions entre les différents éléments de ces systèmes de culture. Les choix à raisonner et la prise de décision sont identifiés comme des activités intellectuelles qui requièrent un degré de connaissance important, et une adaptation régulière.

34Cette figure de « l’agriculteur chercheur » se concrétise ainsi pendant les formations et les tours de plaines. Son rôle envisagé pour la fabrication de l’expertise collective implique une valorisation de tout un ensemble de connaissances et de compétences d’observation, d’interprétation, d’analyse. L’agriculteur est « agriculteur-expert » parce qu’il observe, témoigne de son expérience, apporte ses connaissances, propose un diagnostic, des interprétations et éventuellement des conclusions. Il est « agriculteur-chercheur » parce qu’il participe à des essais, des tests, et suit des protocoles, même si ces derniers n’ont pas un degré de scientificité très exigeant. La production et la mobilisation de connaissances pour améliorer les systèmes de culture et convaincre divers interlocuteurs de la valeur ajoutée des pratiques de SCV se révèlent donc également structurantes pour les représentations qu’ont ces agriculteurs de leur propre métier.

Effets de la reconnaissance des savoirs professionnels sur l’organisation du groupe

35En analysant les discours et les activités de ce collectif d’agriculteurs, on constate que la reconnaissance des savoirs professionnels a des conséquences sur les réflexions relatives à l’organisation du groupe et aux méthodes de travail en commun. Dans la pratique, on observe également dans l’organisation des temps collectifs une hybridation des savoirs considérés comme réappropriés avec une autre forme de circulation des connaissances plus descendante. En effet, un poids important continue d’être accordé à la parole de personnes ressources extérieures au groupe, considérées comme des experts. Cependant, cela n’empêche pas le groupe de se penser comme étant engagé dans une démarche de réappropriation de certains processus cognitifs orientant la prise de décision.

Reconnaissance des savoirs professionnels et réflexivité sur l’organisation du groupe

36Les connaissances mobilisées par les agriculteurs du groupe ne servent pas uniquement à l’évolution des pratiques techniques ou bien à la légitimation du collectif auprès des acteurs territoriaux. Le suivi ethnographique de ce groupe dévoile des réflexions des agriculteurs sur les méthodes d’acquisition des savoirs et l’organisation collective à faire évoluer, afin de se réapproprier une démarche de production et de formalisation des connaissances.

37Le partage de connaissances et d’expériences apparaît comme un élément mobilisateur des membres du groupe, et structurant pour les décisions relatives à la gestion de l’association. Les agriculteurs membres du bureau de l’association envisagent notamment des changements organisationnels et méthodologiques à mettre en œuvre pour améliorer la valorisation des connaissances circulant dans le groupe. En entretien, deux des membres fondateurs de l’association évoquent un « protocole » et une « méthode » à suivre lors des tours de plaines, pour que les connaissances partagées ne se perdent pas et aient un impact direct sur les pratiques.

À un moment, on s’est dit que les tours de plaines ça n’allait plus : les nouveaux venaient, ils écoutaient et puis c’est tout. On s’est dit que peut-être tout ne les intéressait pas. On voulait qu’ils soient actifs… alors on est en train de changer ça… maintenant ce qu’on propose, c’est des petits groupes thématiques… sur ce qui les intéresse. Par exemple, un groupe pour ceux qui sont intéressés par le maïs en semis direct, un autre sur les associations de cultures. (L’animateur du groupe, Entretien réalisé en marge de l’AG du groupe en février 2017)

38Alors que dans un premier temps les membres du bureau de l’association tentent de mobiliser à chaque rendez-vous un maximum d’adhérents, ils changent progressivement d’avis devant les engagements inégaux d’agriculteurs plus ou moins avancés dans leurs pratiques de conservation des sols. Cette évolution est due à un problème régulièrement identifié et verbalisé au cours de conversations entre les membres du bureau. Ils déplorent le nombre trop faible de propositions d’expérimentations menées chez les agriculteurs. Il leur vient alors l’idée de fédérer de petits groupes thématiques où chaque agriculteur pourrait se sentir plus directement concerné par les problématiques techniques travaillées collectivement, et s’engager dans une démarche d’essai sur l’une de ses parcelles. Cela atteste de l’importance accordée à la réalisation d’expérimentations par les agriculteurs, dans la perspective d’une formalisation de résultats à diffuser au sein du groupe, ainsi que vers d’autres acteurs territoriaux, comme précédemment évoqué.

Réappropriation de la production de connaissances ou réappropriation d’un processus décisionnel ?

39Le suivi de ce groupe montre qu’au cours des formations organisées, les agriculteurs continuent d’avoir recours à des personnes ressources extérieures au groupe, auxquelles ils attribuent un statut d’expert. L’observation de ces formations atteste d’un fonctionnement relativement classique, où le formateur sollicité a un statut de spécialiste venu apporter des connaissances. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le discours revendicatif sur l’indépendance de leurs choix, les membres du collectif continuent de se reposer sur des apports cognitifs et techniques extérieurs, venant même parfois d’acteurs qu’ils n’exemptent pas de critiques (conseillers dépendants d’organismes de développement agricole, consultants indépendants, fournisseurs...). On peut alors s’interroger sur ce sentiment qu’ont les agriculteurs d’accroître leur autonomie malgré un rapport au conseil qui semble coutumier. Pour tenter d’expliquer ce qui peut nous apparaître comme potentiellement contradictoire, une piste est de prendre au sérieux le sentiment des agriculteurs du groupe d’avoir retrouvé une marge de manœuvre dans le choix des intervenants auprès du collectif. Il semble que la revendication d’autonomie résulte du sentiment des agriculteurs de maîtrise du choix des thématiques de travail et des spécialistes à solliciter. Les entretiens montrent que les agriculteurs ont le sentiment que ces spécialistes peuvent apporter les connaissances qui leur sont nécessaires, et cela parce qu’ils sont reconnus dans leur cercle professionnel restreint – celui des TCS et du SCV. Le statut d’expert est accordé à des conseillers extérieurs dans la mesure où ils répondent directement aux problématiques et besoins suscités par des évolutions de pratiques vers les TCS et le SCV.

40Les agriculteurs de ce groupe expriment leur sentiment de réappropriation du processus de décision concernant le choix des intervenants, des expérimentations et de leurs pratiques. Ces conceptions des agriculteurs autour d’une réappropriation de certaines décisions résultent à la fois d’une revalorisation de l’expérience des professionnels, et du choix de la sollicitation de connaissances et de personnes ressources extérieures au groupe. Dans ce groupe, la valorisation de l’expérience singulière de chaque agriculteur ne semble pas incompatible avec la mobilisation d’un panel recomposé d’intervenants extérieurs, parfois qualifiés d’experts. En résumé, ce n’est pas tant un changement dans les sources et les méthodes de production et de circulation des savoirs auquel on assiste, mais davantage une réappropriation des décisions relatives aux objets de connaissances. Les agriculteurs organisant les journées de formation mettent en avant leur choix des experts sollicités et considèrent qu’ils maîtrisent davantage leurs prises de décisions.

Photo 3. Un expert indépendant reconnu dans le milieu des TCS intervient auprès des agriculteurs du collectif dans le cadre d’un atelier sur la fertilité des sols

Photo 3. Un expert indépendant reconnu dans le milieu des TCS intervient auprès des agriculteurs du collectif dans le cadre d’un atelier sur la fertilité des sols

Source : Thomas

Conclusion

41Le croisement entre socio-anthropologie de l’action publique et socio-anthropologie des connaissances a permis de constater des convergences entre les aspirations institutionnelles et professionnelles relatives à la place des savoirs professionnels dans un contexte de modernisation écologique de l’agriculture. La reconnaissance institutionnelle et politique de la pertinence des savoirs professionnels pour la transition agro-écologique fait de la capacité à produire des connaissances pour le changement un enjeu de taille pour des groupes de développement. Croiser ces deux disciplines nous a permis ici d’analyser les effets des instruments d’action publique visant à la production et à la formalisation de connaissances, pour les communautés professionnelles sollicitées. Il s’agirait de mieux comprendre comment ces dernières s’approprient ces dispositifs, et ce qu’elles en font, car cette convergence des attentes institutionnelles et des aspirations des professionnels relatives à l’élaboration de connaissances participent à structurer l’action et les stratégies des acteurs.

42L’analyse présentée dans cet article amorce cette étude des effets de la reconnaissance de la pertinence de leurs savoirs pour les agriculteurs d’un groupe. Il en ressort quatre effets attestant de l’influence de la valorisation des connaissances professionnelles. Tout d’abord, l’importance accordée à ces savoirs s’accompagne d’une volonté des agriculteurs de travailler au perfectionnement et à la diffusion de leurs pratiques agronomiques. Elle participe à guider et justifier le travail expérimental collectif. Deuxième effet, la reconnaissance politique des connaissances des agriculteurs est une opportunité pour le groupe de défendre sa légitimité à intervenir dans le secteur de développement agricole, auprès des acteurs territoriaux. Produire des connaissances sur le semis direct devient un moyen pour ces agriculteurs de s’insérer dans des rapports de force propres au développement agricole. Troisième effet, les agriculteurs en revendiquant une « expertise collective » et un statut d’« agriculteur-chercheur », se forgent des conceptions de leur métier qui leur sont propres. Ils considèrent notamment que leurs actions leur permettent de se réapproprier certains processus de prise de décision sur la gestion de leurs cultures. Enfin, les membres du bureau font évoluer l’organisation de l’association dans le but d’être plus performants et autonomes dans la mise en circulation et la diffusion des savoirs techniques.

43Il ressort que, dans un contexte de reconnaissance politique des connaissances professionnelles pour l’écologisation, les agriculteurs du groupe ont un rapport particulier aux connaissances. Elles supportent autant le changement des pratiques professionnelles que l’évolution des stratégies qu’ils élaborent. Ces stratégies de choix, de fabrication et de mise en visibilité des connaissances permettent aux membres d’acquérir davantage de crédibilité. Elles sont aussi l’occasion de développer des réflexions et des discours sur la réappropriation des prises de décision par un meilleur contrôle sur les connaissances à mobiliser pour faire des choix techniques. Il apparaît que les stratégies de légitimation par les savoirs, et d’organisation du groupe, reposent sur une forte réflexivité du groupe sur la production de connaissances. En résumé, le processus de sélection de l’appel à projet « Mobilisation Collective pour l’Agro-écologie » initie une structuration des échanges entre professionnels, incite à une formalisation des pratiques et des savoirs et conduit à des questionnements sur la manière d’élaborer ou de mobiliser les connaissances supportant des pratiques agricoles. Cela a incité le groupe étudié à des réflexions, des discours et des actions sur les connaissances supportant ces transformations. Pour ces professionnels d’un secteur en transition écologique, il s’agit de rendre visible le caractère alternatif de leurs activités relatives aux savoirs. Leur travail sur les connaissances leur permet aussi bien de se structurer, d’obtenir une reconnaissance, des ressources et éventuellement d’infléchir la mise en œuvre des politiques publiques, tout en ayant le sentiment de se réapproprier les décisions importantes dans leur métier.

44Si la revendication de réappropriation des connaissances est régulière au cours des échanges entre les membres du groupe, le suivi ethnographique montre également que les agriculteurs continuent d’accorder un statut d’expert à certains intervenants extérieurs, dont les méthodes de formation restent descendantes. Mais cela n’empêche pas les agriculteurs du groupe de considérer qu’ils se réapproprient le choix des intervenants techniques dans leur exploitation et retrouvent davantage le contrôle de leurs décisions professionnelles. Ce résultat d’enquête qui révèle le rôle central de la réflexivité des agriculteurs sur la construction des savoirs dans leurs activités, leurs actions de légitimation et leur organisation collective invite à s’interroger sur les perceptions des agriculteurs relatives à la prise de décision. Une piste pour tenter de comprendre ce qui peut apparaître comme un paradoxe est de considérer l’importance accordée par ces agriculteurs à l’appartenance à une communauté de pratique développant le semis direct (Goulet, 2013), qu’ils considèrent comme relativement indépendante des structures classiques de développement agricole. L’engagement dans cette communauté permet l’accès des membres à des connaissances « choisies », répondant directement aux enjeux techniques qu’ils souhaitent relever. Comme pour de nombreux groupes de praticiens, l’identification et la participation de ces agriculteurs à la communauté du semis direct leur donnent accès aux connaissances à travers divers supports (écrits, vidéo, numériques…), et facilitent la sollicitation de personnes ressources.

45Pour aller plus loin dans l’exploration des causes et des implications de ce sentiment de réappropriation des choix professionnels dans le métier d’agriculteur, une autre piste pourrait être de rapprocher cette perception d’une réappropriation des décisions, de celle relative à l’autonomie. L’autonomie est en effet une revendication largement partagée par des agriculteurs dont les systèmes de culture sont très différents, et le positionnement vis-à-vis des circuits économiques, techniques, scientifiques et institutionnels classiques du développement agricole tout aussi variés. Ce qui transparaît dans le cas étudié est une définition spécifique de l’autonomie, qui fait sens de manière particulière pour les agriculteurs du groupe, en lien direct avec les contextes territorial et professionnel dans lesquels ils évoluent. Dans ce cas, l’autonomie renvoie à l’exercice d’une altérité qui passe par des pratiques techniques, expérimentales, organisationnelles, décisionnelles et d’apprentissage, perçues comme distinctives vis-à-vis de celles d’autres acteurs du développement agricole, mais qui ne sont pour autant pas en rupture profonde avec les circuits économiques, techniques et scientifiques classiques. Derrière les multiples mobilisations d’un terme commun, des constructions et des stratégies propres à des espaces professionnels attribuent des sens variés à l’autonomie dans l’exercice du métier d’agriculteur. Ces redéfinitions ancrées dans des contextes, liées à la défense de pratiques et de modèles agricoles spécifiques, ainsi qu’aux conceptions que les agriculteurs se font de leur métier, semblent fortement influencées par la réflexivité des professionnels sur les connaissances qu’ils mobilisent pour l’action. L’analyse montre donc le caractère situé et contextualisé des processus de définition de l’autonomie professionnelle. Nous en déduisons l’intérêt d’approfondir les travaux de terrain en sciences sociales visant à analyser la diversité des processus de définitions de l’autonomie à l’œuvre dans les situations professionnelles.

Je remercie Marc Barbier, Phanette Barral et Claire Lamine pour leurs relectures et corrections attentives. Cette enquête a été rendue possible grâce aux membres, et aux financements, du projet de recherche de l’Observatoire Sociologique des Transitions Agro-écologiques (INRA SAD).

Haut de page

Bibliographie

Adell, N. (2011). Anthropologie des savoirs. Paris : Armand Colin.

Allaire, G. (1988). Le modèle de développement agricole des années 1960. Économie rurale, 184(1), 171-181.

Alphandéry, P. (2001). Les campagnes françaises de l’agriculture à l’environnement (1945-2000). Politiques publiques, dynamiques sociales et enjeux territoriaux. Thèse pour le doctorat en sociologie sous la direction de Bertrand Hervieu, Institut d’études politiques de Paris, 2 vol., 465 f°, 22 juin 2001. Ruralia. Sciences sociales et mondes ruraux contemporains, 8. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/234

Barbier, M., Cauchard, L., Joly, P.-B., Paradeise, C., & Vinck, D., (2013). Pour une approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise. Revue d’anthropologie des connaissances, 7 (1), 1-23. https://doi.org/10.3917/rac.018.0001

Barbier, M. (2010). The ecologization of agricultural development and the treadmill of sustainable development. A critique in a state of transition. Przeglad Socjologiczny (Sociological Review), 59 (2), 9-28.

Bonneuil, C., Demeulenaere, E., Thomas, F., Joly, P. B., Allaire, G., & Goldringer, I. (2006). Innover autrement ? La recherche face à l’avènement d’un nouveau régime de production et de régulation des savoirs en génétique végétale. Dossiers de l’environnement de l’INRA, 30, 29-51.

Bonneuil, C., Denis, G., & Mayaud, J.-L. (2008). Pour une histoire des acteurs et des institutions des sciences et techniques de l’agriculture et de l’alimentation. Sciences, chercheurs et agriculture, 5-44.

Cerf, M., Compagnone, C., & Labarthe, P. (2013). Introduction. Conseiller en agriculture : acteurs, marchés, mutations. Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, 337, 4-6.

Compagnone, C. (2014). Les viticulteurs bourguignons et le respect de l’environnement. Revue française de sociologie, 55(2), 319-358.

Compagnone, C., Goulet, F., & Labarthe, P. (dir.), 2015, Conseil privé en agriculture : acteurs, pratiques et marché, Dijon-Versailles : Educagri-Quae.

Compagnone, C., Auricoste, C., & Lémery, B. (2009). Conseil et développement en agriculture : quelles nouvelles pratiques. Dijon-Versailles : Educagri-Quae.

Darré J.-P. (1984). La production des normes au sein d’un réseau professionnel. Sociologie du Sociologie du travail, 2, 141-156.

Darré J.-P. (1986). La production de connaissances dans les groupes locaux d’agriculteurs, Agriscope, 7, 24-29.

Darré, J.-P. (1996). L’invention des pratiques dans l’agriculture : vulgarisation et production locale de connaissance. Paris : Karthala.

Darré, J.-P., Le Guen, R., & Lémery, B. (1989). Changement technique et structure professionnelle locale en agriculture. Économie rurale, 192(1), 115-122.

Demeulenaere, E., & Bonneuil, C. (2010). Cultiver la biodiversité : semences et identité paysanne paysanne. In B. Hervieu, N. Mayer, P. Müller, F. Purseigle, J. Rémy, Les mondes agricoles en politique. De la fin des paysans au retour de question agricole. Paris, Les Presses Sciences Po.

Deverre, C., & de Sainte Marie, C. (2008). L’écologisation de la politique agricole européenne. Verdissement ou refondation des systèmes agroalimentaires. Revue d’études en agriculture et environnement, 89(4), 83-104.

Fontaine, J., & Hassenteufel, P. (2002). To Change or not to Change?: Les changements de l’action publique à l’épreuve du terrain. Rennes : PU Rennes.

Fouilleux, È. (2000). Entre production et institutionnalisation des idées : la réforme de la politique agricole commune. Revue française de science politique, 277-305.

Fusulier, B. (2011). Le concept d’ethos. De ses usages classiques à un usage renouvelé. Recherches sociologiques et anthropologiques, 42(1), 97-109.

Gerbaux, F., & Muller, P. (1984). La naissance du développement agricole en France. Économie rurale, 159(1), 17-22.

Goulet, F. (2008). Des tensions épistémiques et professionnelles en agriculture. Dynamiques autour des techniques sans labour et de leur évaluation environnementale. Revue d’anthropologie des connaissances, 2(4), 291-310.

Goulet, F. (2013). Mettre en récits et partager l’expérience. Éléments pour l’étude des savoirs dans des collectifs professionnels. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(2), 501-524.

Goulet, F., & Vinck, D. (2012). L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement, Revue française de sociologie, 53(2), 195-224.

Goulet, F., Pervanchon, F., Conteau, C., & Cerf, M. (2008). Les agriculteurs innovent par eux-mêmes pour leurs systèmes de culture. In R. Reau, T. Doré, Systèmes de culture innovants et durables 8(pp. 53-69). Dijon, Educagri.

Hassenteufel, P. (2007). L’État mis à nu par les politiques publiques ? In Le temps de l’État. Mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum, Paris : Fayard.

Hassenteufel, P. (2008). Sociologie politique : l’action publique. Paris : A. Colin.

Hervieu, B., & Mayer, N. (2010). Les Mondes agricoles en politique : de la fin des paysans au retour de la question agricole. Paris : Presses de Sciences Po.

Hood, C. (1995). Contemporary public management: a new global paradigm? Public Policy and Administration, 10(2), 104-117.

Jankowski, F. (2014). La diffusion de savoirs agro-écologiques dans l’état de Oaxaca (Mexique). Revue d’anthropologie des connaissances, 8(3), 619-641.

Joly, P. B., & Paradeise, C. (2003). Introduction. Agriculture et alimentation : nouveaux problèmes, nouvelles questions. Sociologie du travail, 45(1), 1-8.

Labarthe, P. (2010). Services immatériels et verrouillage technologique. Le cas du conseil technique aux agriculteurs. Économies et sociétés, 44(2), 173-96.

Lamine, C., Meynard, J.-M., Perrot, N., & Bellon, S. (2009). Analyse des formes de transition vers des agricultures plus écologiques : les cas de l’Agriculture Biologique et de la Protection Intégrée. Innovations agronomiques, 4, 483-493.

Landel, P. (2015). Réseaux d’action publique et accès aux connaissances pour la « transition écologique ». Économie rurale, 3, 59-78.

Landel, P. (2015). Participation et verrouillage technologique dans la transition écologique en agriculture. Le cas de l’Agriculture de Conservation en France et au Brésil (Doctoral dissertation, AgroParisTech).

Lascoumes, P. (1996). Rendre gouvernable. De la traduction au transcodage. L’analyse des processus de changement dans les réseaux d’action publique. La gouvernabilité (pp. 325-338). Paris : CURAPP.

Le Guen, R. (1997). Les élections aux Chambres départementales d’agriculture du 31 janvier 1995, Un révélateur du changement d’identité professionnelle des agriculteurs. Économie rurale, 237(1), 30-36.

Lémery, B. (2003). Les agriculteurs dans la fabrique d’une nouvelle agriculture. Sociologie du travail, 45(1), 9-25.

Lémery, B., Couix, N., Barbier, M., & Cartier, S. (1996). Agriculture et environnement : jeux d’acteurs, émergence de nouvelles formes d’organisation et recherche de coordinations sur les espaces ruraux. Actes du colloque in G. Allaire, B. Hubert, A. Langlet (éd.), Nouvelles fonctions de l'agriculture et de l'espace rural : enjeux et défis identifiés par la recherche (pp. 35-54). Actes du colloque INRA, Toulouse, 17-18 décembre 1996.

Levain, A., Vertes, F., Ruiz, L., Delaby, L., Gascuel-Odoux, C., & Barbier, M. (2015). ‘I am an intensive guy’: the possibility and conditions of reconciliation through the ecological intensification framework, Environmental Management, 56(5).

Lowe, P., Feindt, P. H., & Vihinen, H. (2010). Introduction: greening the countryside? Changing frameworks of EU agricultural policy. Public administration, 88(2), 287-295.

Majone, G. (1997). From the positive to the regulatory state: causes and consequences of changes in the mode of governance. Journal of Public Policy, 17(2), 139-167.

McCorkle, C. M. (1989). Toward a Knowledge of Local Knowledge and Its Importance for Agricultural RD&E. Agriculture and Human Values, 6(3), 4-12.

Muller, P. (1984). Le technocrate et le paysan : essai sur la politique française de modernisation de l’agriculture de 1945 à nos jours. Paris : Éditions de l’Atelier.

Muller, P., & Saez, G. (1985). Néo-corporatisme et crise de la représentation. In La représentation, Paris, Economica, 121-140.

Muller, P. (2000). La politique agricole française : l’État et les organisations professionnelles. Économie rurale, 255(1), 33-39.

Muller, P. (2005). Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Revue française de science politique, 55(1), 155-187.

Muller, P. (2009). Le basculement du regard. Études rurales, 1, 101-112.

Olivier de Sardan, J.-P. (2010). Anthropologie médicale et socio-anthropologie des actions publiques. Dispositifs de recherche, commanditaires, réformes…. Anthropologie & Santé. Revue internationale francophone d’anthropologie de la santé.

Pestre, D. (2003). Regimes of knowledge production in society: Towards a more political and social reading. Minerva, 41(3), 245-261.

Rémy, J., Brives, H., & Lémery, B. (2006). Conseiller en agriculture. Versailles : Quae.

Rogers, E. M. (1962). Diffusion of Innovations. New York: The Free Press.

Theys, J. (2002). La gouvernance, entre innovation et impuissance. Le cas de l’environnement. Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, (Dossier 2).

Thoenig, J.-C. (1987). L’ère des technocrates : le cas des Ponts et Chaussées (Vol. 23). Paris : L’Harmattan.

Voß, J. P., & Freeman, R. (Eds.) (2016). Knowing governance: The epistemic construction of political order. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Wezel, A., Bellon, S., Doré, T., Francis, C., Vallod, D., & David, C. (2009). Agroecology as a science, a movement and a practice. A review. Agronomy for sustainable development, 29(4), 503-515.

Zarca, B. (2009). L’ethos professionnel des mathématiciens. Revue française de sociologie, 50(2), 351-384.

Haut de page

Annexe

ADEAR : Associations pour le développement de l’emploi agricole et rural
APAD : Association pour la Promotion d’une Agriculture Durable
BASE : Biodiversité Agriculture Sol & Environnement
CUMA : Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole
CETA : Centre d’Études des Techniques Agricoles
CEDAPA : Centre d’Étude pour un Développement Agricole Plus Autonome
CIVAM : Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et Milieu Rural
DDT : Direction Départementale des Territoires
DRAAF : Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt
FNAB : Fédération Nationale d’Agriculture Biologique
GAB : Groupement des Agriculteurs Biologiques Direction Départementale des Territoires
GEDA : Groupe d’Étude et de Développement Agricole
IAD : Institut de l’Agriculture Durable
VIVEA : Fond pour la formation des entrepreneurs du Vivant

Haut de page

Notes

1 Le projet agro-écologique en France, Maaf, 2014.

2 L’agriculture de conservation des sols est un système de production agricole reposant principalement sur trois principes techniques pour améliorer la vie des sols : le non-labour (ou TCS pour « techniques culturales simplifiées »), la couverture permanente des sols, la diversification des rotations et des cultures.

3 Le Semis Direct sous Couvert Végétal (SCV) est une technique de semis limitant l’intervention de l’agriculteur sur le sol. L’implantation de la nouvelle culture ne nécessite pas de labour et se fait dans la culture intermédiaire précédente.

4 L’APAD (Association pour une Agriculture Durable) est un réseau professionnel encourageant les pratiques d’agriculture de conservation.

5 Cette expression est utilisée par un fonctionnaire du ministère en charge de l’agriculture en charge de l’élaboration et de la conduite du PAE, en poste au sein de la Direction Générale de la Performance Economique et Environnementale des Entreprises, interviewé en février 2016.

6 Cette expression est utilisée par un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture en charge de l’élaboration et de la conduite du PAE, en poste au sein de la Direction Générale de la Performance Economique et Environnementale des Entreprises, interviewé en février 2016.

7 L’expression est mentionnée et expliquée au cours de divers entretiens réalisés avec les agriculteurs fondateurs au cours de l’année 2015, ainsi que dans différents documents de communication du groupe.

8 VIVEA est le fonds d’assurance formation mis en place par la profession agricole. Il soutient le développement de compétence des exploitants agricoles et finance leur formation professionnelle continue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Invitation pour une journée de restitution du projet MCAE de l’association, à destination des professionnels du territoire et des pouvoirs publics
Légende Les journées de présentation et d’action autour du projet structurent les activités de l’association et permettent une mise en visibilité des connaissances produites par le collectif.
Crédits Source : Thomas
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Photo 2. Les agriculteurs du collectif présentent à une classe de BTS agricole les résultats d’essais de semis directs menés dans leur champ au cours de la « Nuit de l’Agro-écologie »
Légende Un événement institutionnel organisé par le ministère de l’Agriculture pour promouvoir l’agro-écologie sur le terrain.
Crédits Source : Thomas
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Photo 3. Un expert indépendant reconnu dans le milieu des TCS intervient auprès des agriculteurs du collectif dans le cadre d’un atelier sur la fertilité des sols
Crédits Source : Thomas
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Thomas, « Reconnaissance politique des savoirs professionnels »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/877

Haut de page

Auteur

Jessica Thomas

Doctorante en sociologie au sein du laboratoire LISIS. Ses recherches croisent la sociologie de l’action publique et l’anthropologie des connaissances pour analyser les politiques publiques de soutien à l’agro-écologie. Elle centre ses travaux sur les activités politiques et professionnelles valorisant les connaissances expérientielles des agriculteurs pour encourager les changements de pratiques agricoles.

Adresse : LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée Cité Descartes, 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne, FR-77454 Marne-la-Vallée Cedex 02 (France).
Courriel : jessica.thomas[at]posteo.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals