Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7-1Comptes rendus de lectureCéline Granjou & Marc Barbier. Mé...

Comptes rendus de lecture

Céline Granjou & Marc Barbier. Métamorphoses de l’expertise. Précaution et maladies à prions

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme ; Versailles, Éditions Quæ, 2010
Lionel Cauchard
Référence(s) :

Céline Granjou & Marc Barbier (2010). Métamorphoses de l’expertise. Précaution et maladies à prions, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme ; Versailles, Éditions Quæ, 304 p.

Texte intégral

1Les auteurs nous proposent une étude diachronique de l’activité des comités d’experts chargés d’évaluer les risques liés aux prions. L’ouvrage se concentre particulièrement sur deux espaces d’expertise, d’une part, le Comité interministériel sur les encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles (CIESST) créé en 1996, dit « Comité Dormont » du nom de son président, et d’autre part, le comité sur les ESST créé le 17 juillet 2001 au sein de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). À travers l’observation des modalités concrètes du travail des scientifiques enrôlés au sein des comités, les auteurs s’interrogent plus largement sur la nature et la portée des transformations récentes dans la gouvernance de l’expertise publique sur les risques sanitaires en France.

2Le premier chapitre analyse l’émergence et la fabrication conjointes d’un champ de recherche et d’un champ d’action publique sur les problèmes soulevés par les ESST. Il souligne en particulier le rôle essentiel des crises dans l’émergence et le développement des champs de recherche. Ainsi, en ce qui concerne la France, le scandale des hormones de croissance en 1992 joue un premier rôle d’alerte sanitaire dans le domaine des maladies à prions. Mais c’est surtout l’ampleur prise par l’affaire de la « vache folle » en 1996, et la découverte du franchissement possible de la barrière d’espèce, qui amènent les autorités publiques à lancer des programmes de recherche en lien avec la mise en place d’une politique d’évaluation des risques pour la santé publique.

3Les deuxième et troisième chapitres interrogent ensuite l’évolution des rapports entre recherche, expertise et action publique en soulignant le rôle pionnier joué par le comité Dormont dans la reconfiguration de ces rapports. Dans le deuxième chapitre, les auteurs se focalisent sur l’interface « recherche/expertise ». Mis en place dans un contexte de crise, le comité Dormont expérimente et pose quelques grands principes fondateurs pour l’expertise publique, parmi lesquels la revendication de la scientificité, l’indépendance des experts vis-à-vis des industriels et du pouvoir politique, ainsi que la séparation entre évaluation et gestion du risque. Ces pratiques seront très largement reprises lors de la création de l’AFSSA, même si on observe une prise de distance progressive avec les normes scientifiques et les pratiques de validation des connaissances au sein de la communauté académique. Ainsi, avec la création du comité sur les ESST au sein de l’AFSSA, l’expertise change de style et bascule d’une « pratique délibérative », caractérisée par un appui centré sur des données publiées (donc validées par les pairs), à une « pratique démonstrative » de l’expertise qui repose sur la production de preuves expérimentales ad hoc. Ce second modèle présente une approche plus technicienne de l’expertise et consacre une nouvelle figure de « super‑expert », l’épidémiologiste statisticien. On glisse ainsi d’un « rapport programmatique » à la recherche où le manque de données scientifiques disponibles avait notamment conduit le comité Dormont à prescrire de nouveaux travaux de recherche, à un « rapport finalisé » à l’expertise où les experts produisent eux-mêmes les données dont ils ont besoin pour instruire les saisines en prenant des distances avec les normes et pratiques de la communauté académique.

4Le troisième chapitre porte la focale sur l’interface « expertise/décision ». Il rend compte de la négociation sur le partage des rôles entre les experts et les décideurs. La pratique de l’expertise donne lieu à un travail de « purification » visant, d’une part, à garantir l’objectivité scientifique des avis et, d’autre part, à mettre à distance toute considération (et intérêt) économique et industrielle au profit d’un engagement des experts pour la défense de la santé publique. Elle se traduit par la séparation entre l’évaluation (confiée à des scientifiques) et la gestion des risques (relevant des administrations et du pouvoir politique). Cependant, cette frontière est remise en cause par les enjeux du « risque réel » qui amènent les experts à prendre également en considération la mise en œuvre concrète des mesures de prévention (et notamment le fait qu’elles ne soient pas ou mal appliquées par les acteurs en dépit des règlements). Cette reconfiguration de l’expertise s’apparente au final à ce que les auteurs nomment un « recyclage précautionneux du modèle rationnel-légal (français) » dont les experts seraient les nouveaux garants.

5Le quatrième et dernier chapitre analyse les effets de l’activité des experts sur la structuration des problèmes publics. Le contexte de forte incertitude sur les maladies à prions ainsi que le caractère public et la circulation de leurs écrits participent à la prise de conscience des experts en leur « responsabilité sociale ». Son expression trouve sa traduction dans l’adoption par les experts de normes d’écriture présentant l’étendue des controverses et les limites des connaissances scientifiques dans un souci d’information « grand public ». Ce processus de fabrication par les experts d’un « standard de jugement précautionneux » sur les risques sanitaires participe en retour à « un renouvellement des mécanismes d’accès des problèmes à l’espace public » (p. 245).

6La remarquable richesse du matériau empirique collecté par les auteurs permet de pénétrer la « boîte noire » des comités d’experts. Cet aspect du travail est d’autant plus important à souligner que l’on se situe dans un domaine où l’accès aux données de terrain se révèle dans la plupart des cas particulièrement difficile à obtenir. Ce matériau empirique de grande qualité permet ainsi de dévoiler l’hétérogénéité et les dynamiques de régulation collective au sein des comités d’expertise, que ce soit à travers les différentes « figures d’experts », la « frontière » entre les spécialistes et les non‑spécialistes ou encore le rôle du président dans l’organisation et la répartition des tâches entre les membres. Il montre aussi combien l’appropriation de leur rôle d’expert par les membres du comité s’effectue essentiellement par le biais d’un processus d’apprentissage situé. Enfin, à la différence des approches en termes de démocratie technique qui voient dans le caractère « composite » de l’expertise sa légitime remise en cause et donc la nécessité d’y associer les publics profanes, les auteurs démontrent de manière convaincante, et preuves à l’appui, combien ce caractère composite est en définitive essentiel au bon déroulement d’une expertise (et non un écart par rapport à un idéal normatif). D’un point de vue méthodologique, l’ouvrage fournit de nombreux outils pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. Les auteurs font ainsi preuve d’une grande inventivité et souplesse en mobilisant des registres et des outils d’analyse très variés : analyses scientométrique, statistique, textuelle, entretiens, etc. Enfin, la littérature scientifique est abondamment mobilisée et discutée tout au long de l’ouvrage, les auteurs veillant à se situer parmi les travaux nationaux et internationaux portant sur le sujet. L’ouvrage de Céline Granjou et Marc Barbier apporte ainsi une contribution importante aux débats actuels sur les pratiques et le rôle des experts scientifiques ainsi que sur les transformations relatives à la gouvernance des agences publiques d’expertise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Cauchard, « Céline Granjou & Marc Barbier. Métamorphoses de l’expertise. Précaution et maladies à prions »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 7-1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/8812

Haut de page

Auteur

Lionel Cauchard

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, LATTS-IFRIS
Courriel : lionel.cauchard[at]univ-mlv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search