Navigation – Plan du site
Varia

Où sont passé·e·s les coauteurs·trices ?

Les pratiques d’autorat dans la recherche participative
Where Are the Missing Coauthors? Authorship Practices in Participatory Research
¿Dónde están los coautores? Prácticas de autoria en investigación participativa
Daniel Sarna-Wojcicki, Margaret Perret, Melissa Viola Eitzel et Louise Fortmann
Traduction de Isabelle Bruno

Résumés

Longtemps marginale, la recherche participative est devenue une approche de plus en plus répandue dans les sciences sociales, biophysiques et les études interdisciplinaires. L’augmentation générale du nombre de publications tirées d’une recherche participative a soulevé la question de la reconnaissance des contributions de collaborateurs et collaboratrices non universitaires. Au moyen de méthodes qualitatives et quantitatives, nous avons analysé les tendances et modèles des pratiques d’autorat et de reconnaissance à partir d’un échantillon de 262 articles de revue restituant les résultats de recherches participatives sur les moyens d’existence en milieu rural, publiés entre 1975 et 2013. Seuls 6 % des chercheuses et chercheurs reconnaissent les contributions intellectuelles de leurs collaborateurs·trices non universitaires en leur attribuant un statut de coauteur·trice, tandis que 51 % se contentent de remerciements. En nous appuyant sur les entretiens menés avec les auteurs·trices principaux des articles coécrits, nous avons examiné les facteurs expliquant les cas où la qualité d’auteur était partagée avec les collaborateurs·trices non universitaires. Malgré un certain nombre d’obstacles, les chercheuses et chercheurs ayant opté pour le coautorat justifient ce choix par un souci d’éthique scientifique, la volonté de reconnaître toutes les contributions intellectuelles et un effort de décolonisation épistémique. Notre propos est non seulement de montrer que la cosignature peut être un vecteur important de justice épistémique dans la recherche participative, mais aussi d’encourager ses praticien·ne·s à faire des discussions sur les enjeux d’autorat avec leurs collaborateurs·trices une partie intégrante de la recherche-action participative [engaged scholarship]. Nous soulignons également que les contributions non universitaires au savoir scientifique doivent être prises en considération dans la compréhension des pratiques de recherche.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de : Daniel Sarna-Wojcicki, Margaret Perret, Melissa Viola Eitzel, Louise Fortmann, Where Are the Missing Coauthors? Authorship Practices in Participatory Research, Rural Sociology, 82(4), 2017, 713-746 (publication en ligne le 29 mars 2017), https://doi.org/10.1111/ruso.12156.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La version en anglais de cet article respecte les règles de l’écriture inclusive sans avoir à fém (...)

1La recherche participative, une approche de plus en plus répandue, postule que « tout le monde crée du savoir » (Fortmann, 2008 : 1). Les chercheurs participatifs1 recommandent souvent l’association des collaborateurs non universitaires « à tous les aspects du processus de recherche » (Long et al., 2016 : 251). Étant donné l’importance des diverses formes de « savoir populaire » (savoir indigène, savoir paysan, savoir local, savoir traditionnel par exemple) et des modes alternatifs de création des savoirs pour les chercheurs participatifs, nous nous sommes demandé si les auteurs de publications issues de recherches participatives reconnaissaient leurs collaborateurs non universitaires à travers une cosignature ou des remerciements explicites.

  • 2 Par souci de cohérence, nous utilisons l’appellation « scientifiques professionnels » pour les ch (...)

2À partir d’un échantillon de 262 articles de revue restituant les résultats de recherches participatives sur les moyens d’existence en milieu rural publiés entre 1975 et 2013, ainsi que des entretiens téléphoniques (d’une durée de 60 à 90 minutes) menés avec les auteurs principaux des publications cosignées formant un sous-ensemble de cet échantillon, nous soulevons trois questions empiriques sur les pratiques de cosignature et de remerciement. Premièrement, les contributions des collaborateurs non universitaires sont-elles reconnues par une cosignature ou des remerciements2 ? Deuxièmement, quels facteurs influent sur la probabilité qu’un tel article soit cosigné ? Troisièmement, quelles raisons les scientifiques pratiquant la cosignature avancent-ils pour justifier ce choix ?

  • 3 NDLT : en italique dans l’original.

3En prenant appui sur les résultats de notre enquête empirique et de son analyse, nous posons deux questions, l’une normative et l’autre épistémologique. D’abord, quand les résultats d’une recherche participative sont publiés, comment les contributions scientifiques des collaborateurs non universitaires devraient-elles être créditées3 ? Ensuite, plus fondamentalement, en quoi les contributions des collaborateurs non universitaires à la recherche participative affectent-elles notre compréhension de ce qui est scientifique ? Soyons clairs : nous ne défendons pas l’idée que toute recherche participative devrait être cosignée, ni que toute personne participant au processus de recherche devrait être reconnue comme coauteur. Nous ne défendons pas non plus la thèse selon laquelle le coautorat serait plus important que les avantages matériels tirés localement de la recherche participative. Notre propos est plutôt de mobiliser nos résultats empiriques sur les pratiques de cosignature et de remerciement pour éclairer les problèmes de distribution du pouvoir, de l’autorité, des honneurs et des responsabilités dans le cadre des recherches participatives.

4Notre démonstration procède en quatre temps. Premièrement, nous situons notre étude dans le cadre des travaux sur l’autorat en général et dans celui des recherches participatives en particulier. Deuxièmement, nous présentons nos méthodes de recherche quantitatives et qualitatives ainsi que nos résultats concernant les modèles de pratique d’autorat et de remerciement parmi les chercheurs professionnels de notre échantillon. Troisièmement, nous explorons les implications de nos résultats en termes d’éthique scientifique et d’approche participative. Notre propos est de montrer que le coautorat devrait être systématiquement discuté comme partie intégrante des pratiques de recherche participative. Enfin, nous interrogeons les effets de nos résultats sur notre compréhension de ce qui fait science.

La recherche participative

Le contexte de la recherche participative

  • 4 Fals Borda (2001, p. 30) attribue la maternité du concept de « réciprocité symétrique » à Agnes H (...)
  • 5 NDLT : mis en italique par les auteurs de l’article.

5Les mouvements sociaux qui ont engendré la recherche participative à la fin des années 1960 interrogeaient explicitement les inégalités de pouvoir inscrites dans les institutions et les pratiques dominantes de création du savoir (Cornwall & Jewkes, 1995 ; Fals Borda, 1984 ; Hall, 1992). En 1970, une « science du peuple » prit forme simultanément en Colombie, en Inde, au Brésil, au Canada ou en Tanzanie, et mit à l’épreuve les modes dominants de production du savoir dans les universités et les agences gouvernementales (voir Fals Borda, 2001 ; Freire, 1970 ; Swantz, 2008). Les premières recherches participatives reconnurent la valeur épistémique des « savoirs populaires » ou non universitaires et orientèrent la recherche scientifique vers des problèmes communautaires importants (voir Fals Borda, 1982, 2001). Il y avait une volonté explicite de reconfigurer les rapports de pouvoir propres aux systèmes traditionnels de création du savoir, laquelle se manifesta notamment dans la reconnaissance du principe selon lequel les acteurs pris comme « objets » d’une recherche devaient être les sujets de la recherche (Cornwall & Jewkes, 1995 ; Fals Borda, 2001 ; Gaventa, 1993). Pour reprendre les termes de John Gaventa (1993 : 34), « la recherche participative s’efforce de rompre avec la distinction entre enquêteurs [the researchers] et enquêtés [the researched], entre les sujets et les objets de la production du savoir, à travers la participation du peuple pour soi [people-for-themselves] dans le processus d’acquisition et de création du savoir ». En outre, comme l’a observé Fals Borda (2001, 30-31), les chercheurs participatifs ont été obligés de considérer leurs collaborateurs non universitaires comme « de vraies “personnes douées de pensée et de sentiment” […] dont les points de vue divers sur une même expérience de vie partagée devaient être conjointement pris en compte ». Il leur fallut donc œuvrer à une « réciprocité symétrique »4 avec leurs collaborateurs non universitaires, en d’autres termes à « un respect mutuel et une reconnaissance de tous les participants à la recherche, afin de parvenir à une relation horizontale de sujet à sujet5 » (Fals Borda, 2001 : 30).

  • 6 Les revues savantes sont loin d’être le seul ou le plus important vecteur de dissémination des do (...)

6Les premières recherches participatives étaient semble-t-il plus préoccupées par l’action que par les enjeux de publication dans les revues scientifiques (voir Openjuru et al., 2015)6. Cependant, dans la mesure où l’approche participative a été intégrée dans les principales institutions de recherche universitaires, gouvernementales et non gouvernementales, il en a résulté une augmentation du nombre de publications fondées sur des recherches participatives, ce qui a soulevé des questions sur la reconnaissance des contributions des collaborateurs non universitaires (Hall, 1992 ; Jordan, 2003 ; Long et al., 2016). En pratique, il a été difficile de rétablir les déséquilibres de pouvoir et de distribuer également les honneurs et prises de risque dans le processus de recherche (Chataway, 1997 ; Fals Borda, 2001 ; Lykes, 1997). L’accès différentiel des scientifiques professionnels et des collaborateurs non universitaires aux mécanismes qui confèrent l’autorité sur le savoir a continué de rendre confuses les questions de reconnaissance au moment de la publication des recherches participatives dans les revues savantes. La question « Qui se trouve être un auteur ? » en implique une autre : qui voit son savoir reconnu et sanctionné là où, du moins pour la plupart des universitaires, cela compte le plus ? L’autorat des publications scientifiques est sans doute l’étalon de valeur le plus largement reconnu dans le monde académique et un révélateur de qui est reconnu professionnellement comme scientifique (Fortmann, 1993). Par conséquent, la manière dont les chercheurs participatifs reconnaissent les contributions de leurs collaborateurs non universitaires à des articles de revues scientifiques est cruciale pour saisir comment le pouvoir, le crédit et l’autorité sur le savoir sont partagés en pratique.

Ce qu’est la science et qui est scientifique dans la recherche participative

  • 7 Nous ne suggérons pas ici qu’il y aurait une norme scientifique différente et, d’une certaine man (...)

7La science peut être définie à la fois par sa finalité, « de meilleures connaissances du monde » (Haraway, 1999 : 182), et par ses méthodes, « l’expérience et l’observation » (Conant, 1951 : 102 ; voir aussi Fortmann, 2008). Traditionnellement, aussi bien les chercheurs en sciences sociales que les biophysiciens ont considéré qu’une habilitation professionnelle était requise pour être un scientifique. Mais dans le cadre de la recherche participative, les scientifiques professionnels dépendent d’un savoir qui n’a pas été produit, et n’aurait probablement pas pu l’être, dans les limites de la science professionnelle7.

8Les articles cosignés de notre échantillon attestent le fait que les contributions des collaborateurs non universitaires à la recherche participative satisfont aux critères de scientificité. Par exemple, Noongwook, Huntington et George (2007 : 48) mobilisent le savoir traditionnel des baleiniers yupiks sur les baleines boréales au nord de la mer de Béring pour étudier les modèles de migration, leur répartition saisonnière et « les variations dans le temps de leur abondance et distribution ». Conformément aux pratiques scientifiques évoquées plus haut, le savoir traditionnel des baleiniers est « fondé sur des observations minutieuses de phénomènes particuliers [… et] ses détenteurs reconnaissent également les modèles et relations qui définissent le système environnemental dont ils font partie ». De plus, « [l]’importance du savoir traditionnel pour la sécurité et le succès de la chasse confère une grande importance au soin et à l’honnêteté dans la transmission des informations », de sorte que les observations et interprétations sont rigoureuses (voir aussi Scott, 1998 : 324).

9La recherche participative de Foale et al. (2004) sur l’aridoculture en Australie a été fondée sur l’hypothèse selon laquelle « la science ne pouvait pas éclairer la gestion des systèmes agricoles sans la participation réelle des gestionnaires de tels systèmes » (p. 322). Les agriculteurs ont posé des questions de recherche. Les données ont été interprétées « à la lumière des expériences récentes et de long terme menées par l’agriculteur et ses voisins forts de leur savoir local » (p. 323). L’expérience pratique des vicissitudes météorologiques rendait les agriculteurs meilleurs que les scientifiques professionnels pour faire face aux échecs expérimentaux causés par la sécheresse et au besoin de recadrer le projet. La recherche « a permis aux participants scientifiques et extrascientifiques d’émettre avec assurance des recommandations pour les paddocks sur des sols de même type » (p. 329). Tout comme le savoir des baleiniers, le savoir des agriculteurs était fondé sur des observations systématiques de longue durée dont dépendaient leurs propres moyens d’existence. Et leur savoir scientifique a permis aux scientifiques professionnels de conduire de meilleures recherches scientifiques.

10Bien que la validité scientifique du savoir des non-universitaires ne soit plus à démontrer (voir Lansing, 1991 ; Mukerji, 2009), les scientifiques professionnels ont souvent manqué à le reconnaître, ce qui renvoie à un phénomène plus général d’exclusion dans les sciences. Longino (1990 : 4) insiste sur l’utilisation du genre et de la race comme critères d’exclusion dans la pratique scientifique. À l’instar d’Haraway, Longino définit la finalité de la science comme « la production d’explications du monde naturel » et la conçoit comme une activité sociale, et non pas individuelle. Elle souligne la partialité des savoirs, laquelle tient au fait que les chercheurs ayant différents points de vue « voient la même chose mais prêtent attention à différents aspects » (p. 54). Elle met en garde contre la tendance à exclure des chercheurs sur la base de caractéristiques sociales, ce qui sape une recherche « méthodologiquement respectable » (p. 11). Les pratiques inclusives des chercheurs participatifs consistant à accepter des non-universitaires comme collaborateurs de recherche et à reconnaître l’importance scientifique de leur savoir correspondent bien à la conception de Longino identifiant qui devrait être considéré comme scientifique.

11Le travail d’Haraway met aussi en question l’usage des propriétés sociales, telles que le titre professionnel, pour déterminer les notions du savoir scientifique objectif et, par conséquent, qui est scientifique. Sa thèse est bien connue : tout savoir est situé, incarné et partial (Haraway, [1988] 1999 : 182). Elle a pour corollaire obligé le principe selon lequel la science excluant des chercheurs en raison de leurs propriétés sociales court le risque de perdre un savoir important. Les chercheurs participatifs s’efforcent ainsi de combiner leur propre savoir situé et leurs perspectives partiales avec les savoirs situés et les perspectives partiales de leurs collaborateurs non universitaires afin de coproduire de meilleures connaissances du monde. Autrement dit, les chercheurs participatifs reconnaissent que leurs collaborateurs non universitaires savent des choses qu’eux, les scientifiques professionnels, ne connaissent pas, et qu’ils feront donc un travail scientifique de meilleure qualité en travaillant avec des collaborateurs non universitaires qu’en menant leur recherche seuls. En outre, Haraway assimile le savoir situé à l’objectivité féministe (p. 176). De même, de nombreux chercheurs participatifs considèrent que se fonder sur de multiples savoirs situés est un élément clé des pratiques de recherche objectives, donc de bonne qualité.

L’autorat

De quoi l’autorat est-il le nom ?

12Dans cet article, nous attirons l’attention sur une forme d’autorat certes étroite mais matérielle (et mesurable) : la mention des noms d’auteur dans les articles de revue scientifique. Afin d’inscrire notre analyse dans les débats plus larges sur l’éthique, la politique et les pratiques d’autorat, il nous semble utile de considérer les trois fonctions remplies par l’autorat universitaire. L’autorat peut établir la propriété d’un texte. Il peut signaler une responsabilité et légitimité professionnelles. Et il peut contribuer au travail éthique et politique de promotion de la justice épistémique.

13L’autorat comme propriété. Le rôle de l’autorat dans l’établissement d’une propriété et d’un droit à toucher des revenus pour ses écrits est déjà ancien, remontant à la première législation sur le copyright, le Statute of Anne de 1709-1710 (Jaszi, 1991). Rose (1988 : 54) propose un récapitulatif utile de ce qu’est un auteur de ce point de vue : « il [sic] est un propriétaire, […] il est conçu comme le créateur et, de ce fait, le possesseur d’une espèce particulière de bien, “l’œuvre”. Or une matérialisation institutionnelle cruciale de la relation auteur-œuvre est le copyright, lequel ne se contente pas seulement de rendre possible la publication rentable de livres mais aussi, en le dotant d’une réalité légale, produit et affirme l’identité même de l’auteur comme auteur. » Quoique ceci joue un rôle essentiel dans la loi sur le copyright (Jaszi, 1991), ce n’est pas forcément important pour les collaborateurs non universitaires de la recherche participative, dans la mesure où le revenu tiré des publications universitaires (y compris des livres) est généralement bas, sinon inexistant. Cependant, un tel revenu peut s’avérer important dans un contexte local et, si la recherche n’avait pas pu être menée sans collaborateurs non universitaires, alors ceux-ci devraient avoir le droit à une part du flux de revenu.

  • 8 Nous tenons à remercier le rapporteur anonyme qui nous a suggéré ce concept
  • 9 Par exemple, les membres du collectif des Sangtin Writers, auteurs de Playing with fire (collecti (...)

14Un corollaire souvent négligé de l’autorat comme propriété est l’économie politique de l’autorat, les bénéfices sociaux et matériels qu’il génère8. Outre les possibles profits financiers immédiats tirés des droits d’auteur, les scientifiques professionnels tirent d’autres avantages (parfois considérables, à la fois financièrement et professionnellement) : leur titularisation ou leur promotion, l’augmentation conséquente de leur salaire, des honoraires supplémentaires et un statut conforté par l’honneur d’être sollicité comme conférencier invité. Or les collaborateurs non universitaires pourraient également tirer profit de ces invitations à des conférences et prendre part aux communications présentant les travaux auxquels ils ont contribué9. De toute évidence, l’économie politique de l’autorat mérite qu’on lui consacre plus de recherches empiriques et d’attention éthique.

15L’autorat comme signe de responsabilité et d’autorité. Dans les publications universitaires, l’autorat est le principal indicateur de responsabilité professionnelle, désignant qui répond du contenu et, par là même, reconnaissant les contributions à la publication (Biagioli, 2003 ; Huntington, 2006). Steen (2013 : 7) note que « [l]a question centrale pour déterminer l’autorat devient ainsi : pouvez-vous défendre les données ? ». Pour les chercheurs professionnels dont la carrière dépend des publications, la légitimité et la reconnaissance professionnelles conférées par la qualité d’auteur sont cruciales. Toutefois, l’autorat peut aussi être important aux yeux des collaborateurs non universitaires prenant part aux recherches participatives, en ce qu’il reconnaît de fait les créateurs du savoir scientifique et leur autorité sur ce savoir.

16L’autorat comme justice épistémique. Le travail des universitaires féministes Berenice Carroll et Miranda Fricker montre bien comment l’autorat se rapporte à la justice épistémique. Carroll (1990) affirme que le « système de classes de l’intelligence » [class system of the intellect] fait prévaloir une pensée « originale », « d’excellence » – généralement associée aux hommes blancs – contre le travail intellectuel des autres. Bien que Carroll attire l’attention sur la dévaluation du travail des femmes universitaires, son propos s’étend à d’autres, notamment aux collaborateurs non universitaires de la recherche participative. Carroll (p. 138) défend l’idée que ce « système fonctionne en grande partie à travers diverses formes d’appropriation du travail mental et physique de ceux relégués dans les classes dominées ». En d’autres termes, Carroll évoque le vol, plus précisément le vol intellectuel, une pratique universitaire profondément injuste et moralement contestable.

17Miranda Fricker (2007) éclaire ce qui sous-tend cette pratique à la lumière de son concept d’« injustice épistémique », lequel désigne le tort causé à celle ou celui à qui on dénie ses capacités de connaisseur. L’incapacité à reconnaître les contributions intellectuelles des collaborateurs non universitaires donne à voir à la fois l’appropriation de leur savoir par des scientifiques professionnels et un exemple de « déni de reconnaissance » [testimonial injustice] qui se manifeste lorsque, sur la base de ses propriétés sociales, quelqu’un est jugé inapte comme producteur de savoir. Cette incapacité affecte non seulement l’individu ainsi jugé mais aussi tous ceux qui partagent ses caractéristiques dépréciées – en général, le genre, la race, la classe sociale, l’âge et, dans ce cas, le manque de références scientifiques professionnelles. Fricker établit clairement que le recours aux propriétés sociales pour apprécier la crédibilité de quelqu’un a pour effet de « perdre une vérité » (p. 122), ce qui est en accord avec la conception avancée par Haraway et Longino de ce qu’est la « bonne science ».

18Qui est en mesure de produire des savoirs qui comptent ? Qui peut être un scientifique ? Et, par conséquent, qui devrait être reconnu comme auteur ? Les débats contemporains autour de ces questions, auxquels participent les théoriciennes citées précédemment, présentent une longue histoire. Les conditions d’attribution de la qualité d’auteur ont varié et été débattues au fil du temps (Biagioli, 2003). Traditionnellement, les controverses sur la question de savoir qui pouvait être l’auteur d’une recherche scientifique publiée prenaient en compte les propriétés sociales de l’auteur en puissance. Par exemple, en Allemagne aux XVIIIe et XIXe siècles, les techniciens qualifiés qui ont inventé et mis au point les instruments indispensables à la recherche scientifique n’ont pas été pour autant considérés comme des génies inspirés, de sorte qu’ils n’ont pas eu le droit à l’autorat (Jackson, 2003). Dans le cas des recherches participatives contemporaines, le coautorat est un enjeu complexe en raison des problèmes de crédibilité et d’intégrité des pratiques de savoir des collaborateurs locaux qui n’ont généralement aucune référence professionnelle (Openjuru et al., 2015 ; Robbins, 2006 ; Yoccoz, Nichols & Bouliner, 2003). L’histoire et l’économie politique de l’autorat, combinées avec les apports des théoriciennes féministes, plaident incontestablement en faveur d’une plus grande ouverture dans les pratiques contemporaines d’attribution de la qualité d’auteur. Une telle ouverture réduirait le vol de la propriété intellectuelle ou le manque de reconnaissance concernant le savoir scientifique produit par des collaborateurs non universitaires et favoriserait la justice épistémique dans la recherche participative.

Qui devient auteur ? Les barrières au coautorat pour les collaborateurs non universitaires

19Dans la mesure où la qualité d’auteur est valorisée par les collaborateurs non universitaires et où les scientifiques professionnels choisissent le qualificatif « participatif » pour décrire leur travail, pourquoi ces scientifiques professionnels n’incluent-ils pas les collaborateurs non universitaires parmi les auteurs ? La littérature montre que, dans certains cas, les normes disciplinaires et éditoriales font barrière. Dans d’autres cas, le savoir collectif est incompatible avec le principe selon lequel le savoir serait produit individuellement. Les scientifiques professionnels peuvent également rencontrer des barrières professionnelles. Enfin, tant les scientifiques professionnels que les collaborateurs non universitaires peuvent avancer des raisons personnelles pour ne pas être coauteurs.

20Normes disciplinaires et éditoriales. Nous avons analysé les normes d’autorat, d’une part, du protocole de Vancouver, largement utilisé dans les sciences biophysiques et les domaines interdisciplinaires et, d’autre part, du Code d’éthique professionnelle de l’American Sociological Association (ASA), afin d’y déceler d’éventuelles barrières au coautorat.

  • 10 La liste des revues respectant le protocole de Vancouver figure dans ICMJE (2016).

21Le protocole de Vancouver. La pratique actuelle en matière d’attribution de la qualité d’auteur repose sur l’intégrité de la publication et la prévention des pratiques d’autorat frauduleuses (Gasparyan, Ayvazyan & Kitas, 2013). Cette préoccupation a conduit à l’adoption de critères restrictifs d’autorat fondés sur la nature de la contribution à l’article, tels que les recommandations largement suivies du Comité international des éditeurs de revues médicales (ICMJE, 2015), plus connues sous le nom de protocole de Vancouver (voir aussi Albert & Wagner, 2003)10. Celles-ci énoncent quatre critères, auxquels s’ajoutent parfois les déclarations des contributeurs requises :

  • 11 NDLT : extrait des « Recommandations pour la conduite, la présentation, la rédaction et la public (...)

 1) Contributions substantielles à la conception ou aux méthodes de la recherche ou à l’acquisition, l’analyse ou l’interprétation des données ; ET 2. Rédaction préliminaire de l’article ou sa révision critique impliquant une contribution importante au contenu intellectuel ; ET 3. Approbation finale de la version à publier ; ET 4. Engagement à assumer l’imputabilité pour tous les aspects de la recherche en veillant à ce que les questions liées à l’exactitude ou l’intégrité de toute partie de l’œuvre soient examinées de manière appropriée et résolues11.

22L’analyse menée par Marusic, Bosnjak et Jeroncic’s (2011) de 54 articles traitant de l’autorat rejoint ces recommandations puisqu’elle identifie la conception et les méthodes de la recherche, ainsi que l’écriture, comme critères nécessaires à l’attribution de la qualité d’auteur. Il s’avère pourtant qu’à ce jour les revues de premier plan Nature et Science ne mentionnent pas l’écriture comme critère d’attribution de la qualité d’auteur, bien qu’elles exigent une déclaration de chaque auteur précisant sa contribution au manuscrit (Nature, 2015 ; Science, 2015). Une telle exigence suppose que les auteurs maîtrisent la langue anglaise. De plus, la mention « Science enverra un courriel à tous les auteurs pour confirmer la réception de chaque papier » (Science, 2015) et la pratique de nombreuses revues consistant à exiger une adresse électronique pour chaque auteur suggèrent que les éditeurs de ces revues n’envisagent que des auteurs qui sont connectés et anglophones.

23L’application des normes d’autorat du protocole de Vancouver semble interdire à beaucoup, sinon tous les collaborateurs non universitaires, de devenir coauteurs, non pas parce qu’ils n’auraient pas contribué à la production d’un savoir scientifique, mais en raison de leur inaptitude à écrire dans un anglais académique. Ces normes suscitent des critiques. Le critère relatif à l’écriture a été critiqué par Steen (2013 : 7), qui s’appuie sur le principe de responsabilité pour affirmer qu’« au fondement de la qualité d’auteur, il y a l’autorité et non pas la rédaction ». De même, des voix s’élèvent pour que la qualité d’auteur soit abandonnée au profit de crédits ou de la qualité de contributeur à la manière d’un générique défilant à la fin d’un film (Biagioli, 2003 : 265 ; Smith, 2012 : 157). Il existe un précédent historique à la pratique consistant à considérer une large variété de contributions à la publication comme critères de reconnaissance de la qualité d’auteur. Par exemple, Jackson (2003 : 122, dans un passage renvoyant à une période historique précédant celle mentionnée plus haut) note que « le rédacteur, le fabricant de papier, le typographe, le maquettiste et l’imprimeur, le correcteur, l’éditeur et le relieur », tous ont vu leur contribution à la publication du Allgemeine Oeconomisches Lexicon reconnue. La proposition de Huntington (2006 : iv) fait écho à ce modèle reconnaissant les contributeurs : « Les auteurs satisfont collectivement aux critères d’autorat, à condition que la liste des auteurs inclue ceux qui méritent d’être reconnus et ceux qui peuvent en prendre la responsabilité. » Ce déplacement de sens de la qualité d’auteur, de l’acte physique d’écrire, supposé dans la plupart des nomes éditoriales, vers la responsabilité de la production du savoir, ouvre la possibilité critique de repenser les pratiques d’autorat et la signification de la science dans la recherche participative.

  • 12 Cette partie s’appuie très largement sur le courriel que Sally T. Hillsman, présidente de l’ASA, (...)

24Le Code d’éthique de l’ASA. Le Code d’éthique actuel de l’ASA énonce12 :

  • 13 NDLT : le Code d’éthique de l’ASA, approuvé en juin 1997 par ses membres, compte cinq principes g (...)

Les sociologues s’assurent que la reconnaissance de la qualité d’auteur et autres remerciements reflètent les contributions professionnelles ou scientifiques relatives des personnes concernées, quel que soit leur statut. En demandant ou fixant une certaine mise en ordre des auteurs, les sociologues s’efforcent de refléter correctement les contributions des principaux participants au processus de recherche et d’écriture. (American Sociological Association, [1999] 2008, section 15 [b])13

  • 14 Les commentateurs souhaitant rester anonymes, tous les extraits provenant du courriel de Hillman, (...)

25Nous avons reçu les commentaires de plusieurs sociologues qui travaillent à mettre à jour le Code d’éthique de l’ASA14. Ces commentateurs reprennent le principe de responsabilité et de reconnaissance discuté plus haut. Le commentateur 1 a écrit :

[L]a qualité d’auteur d’une publication professionnelle est par nature à double tranchant. Alors que l’autorat apporte du “crédit” entendu comme gratification, la qualité d’auteur d’une publication professionnelle implique également de “répondre” de l’intégrité scientifique de la recherche et de la publication des résultats. Aux yeux des éditeurs et lecteurs, il incombe aux auteurs d’une publication professionnelle d’assumer la pleine responsabilité du contenu de la publication, ses résultats et conclusions. Ils sont responsables sur le plan professionnel et doivent rendre des comptes à leurs pairs et au lecteur profane. (Hillsman, communication personnelle, 2016)

26À la différence des restrictions explicites du protocole de Vancouver, les commentateurs de l’ASA insistent sur le jugement professionnel des sociologues individuels, en mobilisant le critère d’intégrité scientifique ou de contribution à la science pour déterminer qui devrait être auteur. Le commentateur 2 affirme :

Je pense que la section 15 suggère qu’il revient aux chercheurs professionnels – qui sont les seules personnes tenues responsables par l’ASA conformément à ses normes éthiques – de déterminer si la recherche présentée dans une publication scientifique a reçu l’apport “scientifique ou professionnel” de contributeurs désignés dans votre enquête comme “personnes locales” [collaborateurs non universitaires] ; autrement dit, il leur appartient de décider si ces individus sont responsables d’une manière ou d’une autre de l’intégrité scientifique du papier et devraient être identifiés comme “auteurs”. (Hillsman, communication personnelle, 2016)

27Le commentateur 3 a noté :

Toute recherche qui fait participer des personnes autres que des chercheurs repose sur leur apport soit en tant que “sujets humains de recherche” soit en tant que personnes qui s’y connaissent et nourrissent la recherche de leur propre expérience particulière ou de leur savoir unique. De toute évidence, tous les savoirs utiles qui contribuent significativement à une recherche et à ses produits écrits ne sont pas “scientifiques” ou “professionnels” ; il incombe aux sociologues professionnels de déterminer s’ils le sont. De nombreux projets de recherche ces dernières années se sont inscrits dans une démarche de “recherche participative” mais il n’est pas toujours certain que le travail qui s’ensuit est une recherche participative véritable. Seuls les principaux chercheurs sont en mesure de déterminer si le niveau de participation, s’agissant de la contribution à l’intégrité scientifique de la publication, justifie la qualité d’auteur ; on ne peut pas présupposer que les personnes désignées comme “chercheurs participatifs” s’avèrent toujours être des auteurs. (Hillsman, communication personnelle, 2016)

28Le commentateur 4 conclut en ces termes : « La section 15 demeure, me semble-t-il, toujours valable dans la mesure où elle suggère que le fait, pour reprendre vos termes, que les “personnes locales” [les collaborateurs non universitaires] devraient partager – voire endosser – cette responsabilité scientifique est un jugement éthique incombant aux sociologues professionnels. Ce n’est pas une affaire à prendre à la légère » (Hillsman, communication personnelle, 2016).

  • 15 Le code d’éthique de la Rural Sociology Society (RSS) est également en cours de révision. Il rest (...)

29Au moment de la rédaction de ce code en 1999, « la notion spécifique de recherche participative n’avait pas été discutée » (Hillsman, communication personnelle, 2016). Le code est actuellement en cours de révision15 et « la notion de “recherche participative” a pris diverses formes depuis 17 ans et… les interprétations actuelles doivent être nuancées » (Hillsman, communication personnelle, 2016). Il reste à voir s’il abordera spécifiquement la question éthique de la reconnaissance de la qualité d’auteur dans la recherche participative. Dans sa version actuelle, il laisse ce pouvoir de reconnaissance entre les mains des scientifiques professionnels sans recommandation explicite quant à son exercice.

L’inflation du nombre d’auteurs

30L’une des critiques à l’encontre du coautorat avec les collaborateurs non universitaires peut être énoncée ainsi : « Si vous passez un questionnaire, est-ce que tous les répondants doivent être considérés comme coauteurs ? » Par exemple, s’il y a 200 personnes interrogées, est-ce que chacune serait tenue pour coautrice ? Cette critique soulève deux problèmes. L’un est qualitatif : les contributions des collaborateurs non universitaires satisfont-elles aux exigences de l’autorat ? Nous n’avons trouvé aucune recherche à ce sujet mais nous traitons cette question à partir de notre propre enquête présentée ci-dessous. L’autre est quantitatif et porte sur le nombre croissant de coauteurs. Les recherches à ce sujet (toujours dans les revues médicales) montrent que l’augmentation de la moyenne du nombre d’auteurs est statistiquement significative, mais pas importante en nombre absolu. Par exemple, Borry, Schotsman et Dierickx (2006 : 218) ont constaté une augmentation de 1,46 à 1,85 dans neuf revues de bioéthique sur une période de 13 ans ; Camp et Escott (2013) ont trouvé une augmentation de 1,46 (1949) à 5,1 (2009) dans les numéros états-uniens et britanniques du Journal of Bone and Joint Surgery. Borry et al. (2006) et Vafeas (2010) ont montré que les études empiriques affichaient un plus grand nombre d’auteurs que les écrits plus conceptuels.

Les auteurs collectifs

  • 16 NDLT : Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits, 1969, pp. 817-849, p. 820.
  • 17 NDLT : l’italique a été ajouté par les auteurs de l’article.

31Foucault (1977 : 115) a amorcé (mais la laissait « de côté ») une « analyse historico-sociologique » interrogeant « [c]omment l’auteur s’est individualisé dans une culture comme la nôtre »16. En effet, les auteurs et les savants ont été considérés comme des génies créatifs individuels (Jaszi & Woodmansee, 2003 : 208). Jaszi et Woodmansee (2003) soulignent que cette conception de l’autorat n’est pas ajustée aux structures et cultures des savoirs traditionnels, lesquels sont l’objet de la plupart des recherches participatives. Si les collaborateurs non universitaires sont identifiés comme acteur collectif, revendiquer un droit de propriété peut s’avérer difficile. Comme le note Jaszi (1991-1992 : 302 et 315), « la loi » est « pleine d’incompréhension » quant au travail qui ne relève pas du modèle individualiste de l’autorat et « seuls les individus identifiés ou identifiables peuvent recevoir une reconnaissance légale pour leur contribution à un “travail commun” » (voir aussi Seeger, 2005 : 79)17.

32D’après certaines données informelles, il semble que les revues acceptent plus volontiers de publier des coauteurs collectifs s’il s’agit de scientifiques professionnels plutôt que de collaborateurs non universitaires. Lorsqu’une équipe nombreuse collabore à une recherche scientifique professionnelle en biophysique, elle peut utiliser un seul nom d’auteur collectif tel que l’intitulé du groupe de laboratoire, ce que Galison (2003) a documenté dans le domaine de la physique des particules. Pourtant, le Comité international des éditeurs de revues médicales exige explicitement dans le protocole de Vacouver (2016) que soient précisés les noms des contributeurs individuels au moment de la soumission, même si un nom de groupe est utilisé comme auteur. L’autorat collectif, quand il associe des collaborateurs non universitaires, complique encore la publication des recherches participatives. Le point soulevé par Gamborg et al. (2012) sur la nature collective de certaines traditions de savoir indigène est décisif quant à l’autorat collectif. Ce type d’autorat collectif, distinct des grandes collaborations en recherche biophysique, est rarement étudié. Marusic et al. (2011) notent, sans l’analyser, l’émergence d’un autorat communautaire ou collectif dans les recherches faisant participer des communautés indigènes (cf. Bawaka Country, 2015). Fortmann (2008 : 6) a documenté des cas d’hostilité d’éditeurs scientifiques à l’encontre de villageois des pays du Sud, leur déniant la qualité d’auteurs collectifs ou de coauteurs, et allant même jusqu’à les référencer comme « anonymes » plutôt que sous leur nom collectif.

Les barrières professionnelles au coautorat avec des collaborateurs non universitaires

33Les scientifiques professionnels rencontrent des obstacles importants au coautorat avec des collaborateurs non universitaires. Heather Catleden et ses collègues (Castleden, Morgan & Neimanis, 2010) ont conduit une recherche sur les discussions entre universitaires, travaillant avec les communautés indigènes au Canada, sur l’inscription des populations locales ou collaborateurs individuels comme coauteurs. S’ils ont certes reconnu les avantages potentiels du coautorat, ils ont également identifié des risques tels qu’un soutien faussement assumé aux résultats de recherche, l’émergence de désaccords au sein de la communauté (voir aussi Long et al., 2016), une perte de temps pour parvenir à un consensus, une perte de liberté académique, une moindre probabilité de publication, des difficultés à fixer les critères de reconnaissance de la qualité d’auteur, des problèmes pour distinguer l’autorat communataire et celui individuel, un prestige d’auteur dégradé, et des possibilités réduites d’accéder à un poste ou une promotion universitaire. Vafeas (2010 : 332) a mis en évidence des taux d’auteur unique plus élevés parmi les jeunes universitaires, ce qui tend à montrer que les pressions en début de carrière ou le processus de recrutement incitent à ne pas partager l’autorat avec d’autres, d’autant plus s’il s’agit de coauteurs non universitaires.

Ce qui décourage les collaborateurs non universitaires d’être coauteurs

34Les collaborateurs non universitaires ont des raisons légitimes de préférer ne pas être coauteur. La croyance selon laquelle un savoir local peut être intégré au savoir de scientifiques professionnels (ce qu’on appelle parfois « l’impératif d’intégration ») peut entraîner des effets non intentionnels, en effaçant la différence et en masquant les rapports de pouvoir (Klenk & Meehan, 2015). Comme l’ont mentionné Castleden et al. (2010), préciser un autorat collectif soulève toujours des questions pour savoir quel savoir est représenté par qui. Castleden et al. attirent l’attention sur le fait que tout le monde ne veut pas être un auteur. Il existe de nombreuses raisons de ne pas vouloir avoir son nom dans la liste des auteurs : ne pas vouloir donner l’impression de soutenir une communauté de savants, ne pas vouloir que son savoir soit détourné ou marchandisé, ou ne pas vouloir que certains types de savoir soient mis noir sur blanc et rendus disponibles au public. Huntington (2006) fait ainsi remarquer que reconnaître comme coauteurs des institutions ou l’ensemble d’une population locale suggère que tous leurs membres détiennent ou approuvent ce savoir, alors qu’en fait ce n’est pas le cas, le désir du chercheur de partager les honneurs de la recherche passant avant les questions de responsabilité. Il convient ici d’insister sur le fait que, contrairement aux travaux de Castleden et al. et Huntington focalisés sur les recherches dans les communautés indigènes, notre échantillon inclut toutes sortes de participants, y compris des producteurs agricoles à grande échelle et des pêcheurs bien intégrés au système capitaliste.

  • 18 Nous présentons quelques données sur les remerciements parce qu’ils offrent un point de comparais (...)

35Au regard de l’histoire et de la politique conflictuelles autour de l’autorat, ainsi que des diverses positions éthiques et normes esquissées plus haut, comment la reconnaissance de la qualité d’auteur est-elle en fait mise en pratique parmi les chercheurs participatifs18 ? Comment l’autorité, la responsabilité et la reconnaissance sont-elles distribuées à travers les institutions, textes et pratiques qui confèrent la qualité d’auteur ? Dans les développements qui suivent, nous présentons notre enquête empirique qualitative et quantitative sur l’autorat et les pratiques de reconnaissance au sein d’un échantillon de publications issues de recherches participatives sur les moyens d’existence en milieu rural.

Méthodes

  • 19 La liste des articles dépouillés pour notre analyse est disponible sur demande.

36Dans son volet quantitatif, notre étude analyse les modèles de pratique de coautorat et de remerciement dans la recherche participative sur les moyens d’existence en milieu rural, à partir de 262 articles scientifiques en langue anglaise publiés entre 1975 et 2013 inclus. Nous avons identifié ces articles par des requêtes dans AGRICOLA, BIOSIS, CAB Abstracts, Environmental Sciences and Pollution Management, Google Scholar, Web of Science, Wildlife and Ecology Studies Worldwide19. Nous avons utilisé une série de mots clés pour saisir la variété des façons dont les scientifiques professionnels identifient la recherche participative : « recherche-action », « recherche participative », « recherche-action participative », « recherche avec participation des paysans », « apprentissage social », « recherche émancipatrice », « science citoyenne », « science partagée », « recherche collaborative » ou « recherche participative fondée sur l’engagement communautaire ». Nous avons centré l’analyse sur les publications scientifiques qui traitent surtout des moyens d’existence ruraux, en utilisant comme indicateurs la présence de moyens fondés sur des ressources naturelles et foncières (agriculture, élevage, sylviculture, pêche, chasse et cueillette). Alors que notre recherche initiale incluait aussi des ouvrages, des chapitres, des livres blancs, des brochures, des lettres d’information et d’autres supports de littérature grise, notre étude statistique ne prend en compte que les articles scientifiques. À travers ce processus ont été sélectionnés des articles en sciences sociales et biophysiques ou explicitement interdisciplinaires.

37Nous avons codé comme « scientifiques professionnels » les auteurs qui travaillaient comme scientifiques affiliés à des universités, des institutions de recherche, des agences gouvernementales ou des organisations non gouvernementales. Nous avons codé comme « collaborateurs/coauteurs non universitaires » ceux qui étaient, par exemple, paysans, bergers, chasseurs ou pêcheurs, ou affiliés à des institutions non scientifiques. (Certaines revues mentionnent, outre l’affiliation, la source de revenu de chaque auteur.) Nous avons codé un article comme cosigné si au moins un collaborateur non universitaire figurait dans la liste des auteurs. Nous avons noté si l’attribution de la qualité d’auteur visait un individu ou un groupe (« collectif »). Nous avons codé un article comme remerciant les collaborateurs non universitaires si ceux-ci étaient remerciés quelque part dans le texte, peu importe où, et noté si les remerciements étaient adressés à des individus ou des groupes.

38Afin d’évaluer dans quelle mesure la recherche restituée dans l’article était participative, nous avons codé chaque article en adaptant l’échelle à quatre points de Bigg (1989), laquelle qualifie le type et le degré de participation dans une recherche de « contractuel » (1) à « collégial » (4) en passant par « consultatif » (2) et « collaboratif » (3). Les articles étaient codés comme « contractuels » (1) quand les membres de la population locale ont donné accès à des terrains, du travail, des services, des ressources ou des informations mais n’apportent aucune contribution au projet, à la réalisation de la recherche ou à l’interprétation de ses résultats. Nous avons codé comme « consultatives » (2) les recherches qui soulèvent et traitent des problèmes identifiés par des collaborateurs issus de la population locale, ou qui reposent sur les apports ou les informations émanant de celle-ci, par exemple à travers des questionnaires ou des groupes de discussion, mais dans lesquelles les locaux n’ont pas participé à l’élaboration du projet ou à l’analyse des résultats de recherche. Les articles étaient codés comme « collaboratifs » (3) lorsque la recherche impliquait un certain niveau de collaboration entre les scientifiques professionnels et les membres de la population locale pour l’élaboration du projet, la conduite de la recherche et l’analyse de ses résultats. Ces derniers devaient avoir substantiellement participé à au moins une des étapes de la recherche mais ne contrôlaient pas le processus de recherche de sa conceptualisation à son bouclage. Nous avons codé comme « collégiales » (4) les recherches qui associaient les collaborateurs locaux à l’ensemble du processus, depuis la définition des questions de recherche jusqu’à l’écriture de papiers et leur communication dans des conférences, en passant par le choix des méthodes, la conduite de la recherche et l’analyse des résultats. Ce qui faisait principalement la différence entre le collégial (4) et le collaboratif (3) était que les membres de la population locale étaient considérés comme des partenaires de la recherche à part entière. Ils exerçaient le même pouvoir que les chercheurs professionnels dans la mise en forme de la recherche et étaient pleinement associés à l’élaboration et la réalisation du processus de recherche.

39Les scores de participation ont été calculés à partir de la lecture intégrale du texte des articles. Tous ceux codés 4 (collégial) et ceux que le codeur initial a situés à la frontière entre deux catégories étaient lus par les trois codeurs pour calibrer les scores. Nous avons procédé à des tests statistiques pour vérifier la fiabilité entre codeurs et n’avons trouvé aucune différence significative dans les scores de participation entre codeurs. De plus, nous avons également codé les variables suivantes : présence dans l’article d’un « élément de savoir indigène » (à partir des mots clés : « indigène », « natif », « aborigène », « First Nations », ou de noms de groupes indigènes spécifiques, quel que soit le lieu de leur occurrence dans le texte) ; présence d’un « contenu attentif au genre » (mots clés : « genre », « féministe », « femmes » ou « filles » dans le titre, les mots clés ou le résumé) ; présence parmi les auteurs d’un chercheur affilié à l’un des types d’institution suivants : organes de l’ONU, centres du Consultative Group on International Agricultural Research (CGIAR), organismes de recherche nationaux, universités, organisations non gouvernementales, autorités locales, organisations tribales et autres organismes gouvernementaux.

40Nous avons utilisé le logiciel d’analyse statistique « R » (R Core Team, 2014) pour visualiser, vérifier et analyser nos données quantitatives. Les seules relations que nous avons spécifiquement/rigoureusement testées étaient des modèles binaires (« oui/non ») de coautorat ou de remerciement en fonction de toutes les variables prédictives – revue de publication, score de participation, année de publication, contenu attentif au genre (oui/non), élément de savoir indigène (oui/non), affiliation d’un auteur au moins aux types d’institution énumérés ci-dessus (oui/non pour chaque type). Nous avons construit les modèles en incluant l’ensemble des variables de sorte à tester chacune d’elles tout en contrôlant simultanément les autres. Pour ces tests statistiques (en bonne et due forme), nous avons modélisé nos données relatives au coautorat et aux remerciements avec des modèles linéaires généralisés binomiaux (en utilisant le paquet glm) et, pour les modèles incluant la revue en tant que variable aléatoire [random effect], généralisé des modèles linéaires mixtes (en utilisant glmer, du paquet lme4 [Bates et al., 2014]). Nous avons conçu un modèle pour le coautorat, un autre pour les remerciements. Nous avons considéré la revue comme une variable aléatoire car les revues étaient nombreuses et nous nous attendions à ce qu’elles varient autour de quelques probabilités moyennes de coautorat ou de remerciement. Nous avons testé l’importance de cette variable aléatoire en utilisant un test de probabilité à partir de modèles incluant tous les effets fixes possibles (Zuur et al., 2009). Nous avons confirmé l’importance des effets fixes à partir du test par défaut (t) par des tests de probabilité, lesquels ne varient pas en cas de protocole déséquilibré [unbalanced designs] ; les valeurs p correspondent à ces tests.

41Nous avons essayé de mener des entretiens téléphoniques semi-directifs avec les principaux auteurs de tous les articles cosignés avec des collaborateurs non universitaires afin de leur demander pourquoi ils ont cosigné et les facteurs facilitant ou contraignant l’attribution de la qualité de coauteur aux collaborateurs non universitaires. Nous n’avons pas interviewé les auteurs qui n’ont pas cosigné leur article, un sujet qu’il appartiendra à une autre recherche de traiter. Cinq des principaux auteurs des publications cosignées n’ont pas pu être localisés ou n’ont pas répondu aux courriels et appels téléphoniques répétés que nous leur avons adressés. Les onze auteurs interviewés ont accepté par écrit d’être cités dans cet article. En ayant recours au codage ouvert (Strauss & Corbin, 1998), un membre de l’équipe a codé les transcriptions des interviews par thème. Deux autres membres de l’équipe ont passé en revue les transcriptions et les thèmes dans un souci d’exactitude et de cohérence.

Résultats

42Nos critères de recherche ont produit 544 résultats, dont 262 étaient des articles scientifiques. Le nombre d’articles correspondant à nos critères d’inclusion a connu une croissance dans le temps, notamment depuis la fin des années 1990 avec l’augmentation des publications de recherche participative (figure 1).

Figure 1. Articles scientifiques publiés entre 1975 et 2013 présentant une dimension « participative » (N = 262)

Figure 1. Articles scientifiques publiés entre 1975 et 2013 présentant une dimension « participative » (N = 262)

Les contributions des collaborateurs non universitaires sont-elles reconnues par une cosignature ou des remerciements ?

  • 20 D’où le fait que la somme des pourcentages dépasse 100 %.

43Commençons par indiquer le résultat selon lequel seuls 16 (soit 6 %) des 262 articles de notre échantillon ont été cosignés avec des collaborateurs non universitaires (tableau 1). Sur les 262 articles, les auteurs codés comme scientifiques professionnels reconnaissent les contributions de leurs collaborateurs non universitaires dans les remerciements figurant dans 134 articles (51 %) (tableau 1). Parmi les 16 articles cosignés, 13 (81 %) comportent également des remerciements adressés aux collaborateurs non universitaires. Quatre des 18 coauteurs codés comme collaborateurs non universitaires (25 %) sont des auteurs « collectifs » et 14 (86 %) sont des individus. Deux articles affichent à la fois un coauteur individuel et un coauteur collectif, codés comme collaborateurs non universitaires20. Sur les 134 articles comportant des remerciements adressés aux collaborateurs non universitaires, 124 (93 %) remercient des groupes « collectifs », tandis que 26 (19 %) remercient des membres individuels des populations locales (dont 16 articles remerciant à la fois le groupe et des individus). Autrement dit, plus d’auteurs reconnaissent les contributions des collaborateurs non universitaires collectifs dans les remerciements que dans la liste des auteurs – laquelle, comme précisé précédemment, est limitée aux individus par certaines revues.

Tableau 1. Résumé des variables dépendantes et indépendantes.

Cosignature

Remerciements

Total (sur N=262)

16 (6 %)

134 (51 %)

Affiliations des auteurs : au moins un auteur est affilié avec...

…un centre du CGIAR [64 (24 %)]

0 (0 %)

27 (10 %)

…un organe onusien [2 (0.8 %)]

0 (0 %)

1 (0.4 %)

…un organisme national de recherche [74(28 %)]

5 (2 %)

43 (16 %)

…une université [192 (73 %)]

11 (4 %)

103 (39 %)

…une ONG [53 (20 %)]

4 (2 %)

27 (10 %)

…une autorité locale [5 (2 %)]

0 (0 %)

4 (2 %)

…une organisation tribale [4 (2 %)]

4 (2 %)

4 (2 %)

…un organisme gouvernemental [20 (8 %)]

1 (0.4 %)

8 (3 %)

Savoirs traditionnels/indigènes [36 (14 %)]

11 (4 %)

24 (9 %)

Contenu attentif au genre [15 (6 %)]

1 (0.4 %)

4 (2 %)

Score de participation :

1 – Contractuel ; le moins participatif [23 (9 %)]

0 (0 %)

13 (5 %)

2 – Consultatif [128 (49 %)]

3 (1 %)

60 (23 %)

3 – Collaboratif [80 (31 %)]

4 (2 %)

43 (16 %)

4 – Collégial ; le plus participatif [31 (12 %)]

9 (3 %)

18 (7 %)

La colonne de gauche indique le nom des variables et le nombre d’articles
pour chacune d’elle entre crochets ; la colonne centrale et celle de droite précisent respectivement le nombre d’articles cosignés par des coauteurs non universitaires et celui des articles remerciant leurs partenaires communautaires non universitaires. Tous les pourcentages sont calculés par rapport à N=262.

44La proportion d’articles cosignés est restée assez constante depuis 2000 (l’évolution dans le temps n’est pas statistiquement significative) et la proportion d’articles remerciant des collaborateurs non universitaires a augmenté ces dernières années (p = 0,05 ; figure 2, tableau 2). Que cette reconnaissance soit faible (quoiqu’elle augmente régulièrement) dans la recherche se présentant comme participative met en évidence le besoin d’interroger davantage les facteurs affectant les pratiques de reconnaissance dans le travail scientifique. Il semble que les remerciements aient augmenté dans le temps en raison notamment du désir exprimé par les scientifiques professionnels de remercier plus souvent les participants. Une autre hypothèse est que les « remerciements » sont devenus aujourd’hui une rubrique incontournable de beaucoup de publications scientifiques, encourageant par là les gestes de reconnaissance.

Figure 2. Évolution dans le temps de la proportion d’articles affichant une participation communautaire à travers (A) une cosignature ou (B) des remerciements.

Figure 2. Évolution dans le temps de la proportion d’articles affichant une participation communautaire à travers (A) une cosignature ou (B) des remerciements.

La largeur des bâtons représente le nombre d’articles publiés au cours de l’année correspondante. Son augmentation donne à voir une croissance du nombre d’articles depuis 1981. Sur chaque bâton, le segment gris clair représente la proportion d’articles publiés cette année-là affichant respectivement une cosignature ou des remerciements. S’agissant des pratiques de cosignature, la partie gris clair étant assez constante dans le temps, il semble que la culture du coautorat n’ait pas changé dans le temps. S’agissant des remerciements, on observe une augmentation du segment gris clair dans le temps témoignant d’un changement de pratique.

Tableau 2. Les résultats du modèle. NS = non significatif. Pour les effets fixes, la direction de l’effet est indiquée comme positive (+) ou négative (-).

Variables

Cosignature

Remerciements

Affiliations des auteurs : au moins un auteur est affilié à...

…un centre du CGIAR

NS

NS

…un organe onusien

NS

NS

…un organisme national de recherché

NS

NS

…une université

NS

NS

…une ONG

NS

NS

…une autorité locale

NS

NS

…une organisation tribale

NS

NS

…un organisme gouvernemental

NS

NS

Savoirs traditionnels/indigènes

(+) p=5.6e-05

NS

Contenu attentif au genre

NS

NS

Score de participation

(+) p=0.0004

NS

Année (linéaire)

NS

(+) p=0.05

Revue (effet aléatoire)

NS

p=0.077

Quels facteurs affectent la probabilité d’une cosignature ?

45Dans quelle mesure la recherche restituée dans l’article était-elle participative ? Étant donné l’intention émancipatrice première de la recherche participative, on est parti de l’hypothèse que plus la recherche était participative, plus il était probable qu’un article soit cosigné. Le plus haut degré de participation (4) a été donné à 31 (12 %) des 262 articles, le degré 3 à 80 (31 %), le degré 2 à 128 (49 %) et le degré 1 à 23 (9 %). Le taux de participation a également évolué dans le temps (figure 3), avec un degré 2 (le moins participatif, « consultatif ») en croissance même si le nombre d’articles « participatifs » a augmenté dans le même temps. Ce déclin linéaire de la « participation » dans le temps est significatif (comme nous l’avons testé dans un modèle prenant seulement en compte les taux de participation prévus par an, p = 0,002). Le score de participation a un effet significatif et positif sur le coautorat (p = 0,0004). Cet effet significatif signale une plus grande probabilité de coautorat parmi les chercheurs plus enclins à favoriser la participation des membres de la population locale à toutes les étapes du processus de recherche, y compris l’analyse des données, l’écriture et la publication.

Figure 3. Évolution du degré de participation dans le temps (N = 262).

Figure 3. Évolution du degré de participation dans le temps (N = 262).

La largeur des bâtons, qui augmente avec le temps, représente le nombre d’articles par an (262 au total). Les segments blancs représentent le degré de participation « 4 » (le plus élevé), le gris clair le « 3 », le gris foncé le « 2 » et le noir le « 1 » (le plus faible).

46Le déclin de la « participation » a donné lieu à des commentaires émanant de certains promoteurs pionniers du mouvement en faveur de la recherche participative, qui ont remarqué une érosion de l’engagement envers une pleine participation des collaborateurs non universitaires dans toutes les phases de la recherche, à mesure que les discours et techniques de la recherche participative ont été intégrés au « courant dominant » et repris par les agences gouvernementales, les organisations de développement internationales et les grandes entreprises commerciales (Hall, 1992 ; Jordan, 2003 ; Openjuru et al., 2015). Selon Barreteau, Bots et Daniell (2010 : 1), « la participation est devenue une étiquette volontiers auto-assignée », ce qui signifie en d’autres termes que l’usage du terme « participatif » dans le titre, les mots clés ou la partie méthodologique ne garantit pas nécessairement que la recherche était vraiment participative. Un tel usage n’est pas forcément mal intentionné. Par exemple, quand des chercheurs habitués à des études agricoles en laboratoire interagissent avec des agriculteurs pour la première fois, ils peuvent croire avoir fait de la recherche participative, quand bien même ce n’est pas le cas au regard de nombreuses définitions (par exemple Biggs, 1989).

47Est-ce que l’article porte surtout sur les peuples indigènes ou le genre ? Sur nos 262 articles scientifiques, 36 (14 %) sont en relation avec les savoirs indigènes et 15 (6 %) affichent un contenu attentif au genre dans le titre ou les mots clés. Des éléments de savoir indigène ont un effet positif et significatif sur les chances de cosignature (p = 5,6e-05). Les articles axés sur les savoirs indigènes ont un degré de participation plus élevé (3 ou 4) dans 35 des 36 cas. Parmi ces articles, 67 % reconnaissent des collaborateurs non universitaires et 31 % sont cosignés. Ces chiffres reflètent sans doute le fait que les questions d’autorat et de propriété intellectuelle sont de plus en plus mises en avant dans les collaborations avec les groupes indigènes et qu’un grand nombre de communautés indigènes ont un comité d’évaluation ou une instance représentative qui régule la diffusion des représentations de leur savoir et culture. Ils reflètent également les positions éthiques des chercheurs qui travaillent dans ces communautés comme indiqué plus haut.

48Dans la mesure où les chercheuses féministes en sciences sociales ont depuis longtemps souligné l’importance de ne pas traiter les participants à une recherche comme des objets (Oakley, 1981 ; Selfe & Hawisher, 2012 ; Swarr & Nagar, 2010), notre hypothèse est que les articles axés sur le genre (lesquels sont souvent, mais pas toujours, écrits par des femmes) ont plus de chances d’être cosignés. Des éléments de contenu portant sur le genre n’ont toutefois pas un effet statistiquement significatif en raison de la petite taille de l’échantillon (15). Tous les articles sur le genre présentent un degré de participation de 3 ou 4. Parmi ces articles, 27 % remercient les collaborateurs issus de la population locale et un article (7 %) est cosigné.

49L’inflation du nombre d’auteurs. Dans notre étude, le nombre d’auteurs des articles cosignés avec des collaborateurs non universitaires s’échelonne de 2 à 18, alors que celui des autres va de 1 à 21. Ce résultat suggère que le coautorat avec des collaborateurs non universitaires ne fait pas une grande différence dans le nombre d’auteurs et qu’il n’y a pas de raison objective de craindre une prolifération quantitative d’auteurs. Les entretiens avec les auteurs principaux révèlent cependant des préoccupations quant à la qualité des contributions des collaborateurs non universitaires.

Quel est le contexte institutionnel de l’article ?

50Il s’agit ici d’examiner si le choix d’une cosignature est influencé, d’une part, par la revue dans laquelle l’article est publié et, d’autre part, par l’affiliation institutionnelle de l’auteur principal.

51Revue. Des témoignages oraux informels sur des expériences de recherche participative font mention des difficultés précoces pour être publiés et repérer les revues susceptibles d’accepter finalement leur article (Louise Sperling, communication personnelle, 2007). Notre échantillon d’articles a été publié dans 135 revues. Un faible nombre (par exemple, Agricultural Systems, Experimental Agriculture) de revues individuelles ont publié plus d’articles cosignés que d’autres revues individuelles. L’effet aléatoire lié à la revue n’est pas significatif pour les cosignatures, certainement en raison du faible nombre d’articles cosignés. La revue est à la limite significative pour les remerciements (p = 0,077). Nos données d’entretien indiquent que seules quelques revues sont disposées à publier des articles cosignés avec des collaborateurs non académiques, si bien que nous avons gardé l’effet aléatoire associé à la revue dans le cas des remerciements au moment de tester les autres variables. Par exemple, l’auteur Jeff Dlott (SureHarvest, Soquel, Californie) a observé que « ce n’est pas comme si on allait être publié dans Science ou Nature. […] Avec un travail cosigné, c’est sûr que cela ne va pas arriver. »

  • 21 Aux États-Unis, les assistant professors peuvent être titularisés après sept années d’activités p (...)

52Institution de l’auteur. Aucune des affiliations d’auteur testées n’a un effet statistiquement significatif sur le fait que les auteurs professionnels cosignent avec ou remercient leurs collaborateurs non universitaires. Il n’en demeure pas moins que des personnes interrogées ont fait part d’obstacles à la cosignature dans leurs institutions. L’une d’elles a mentionné des contraintes de temps. C’est une contrainte tout particulièrement importante pour les assistant professors21 pris dans la course à la titularisation. « Il y a quelques préjugés au sein de l’Université contre la recherche participative et les enquêtes de terrain car c’est chronophage ! », a déclaré Jeff Dlott. « Je ne me sens vraiment pas soutenu par mon université. »

53Nos entretiens révèlent également que certaines conceptions de l’autorat dans le monde académique sont hostiles au fait de reconnaître des collaborateurs non universitaires comme auteurs. Un premier exemple (précédemment cité) est l’idée que les auteurs doivent être des individus et non pas des collectifs : « Certains universitaires – je ne les nommerai pas – ont proposé qu’il n’y ait pas de cosignature avec la population locale dans son ensemble, dont les détenteurs du savoir traditionnel, bien qu’il y ait des cas où ce fut le cas. Ils ont écrit au comité éditorial pour l’empêcher » (Ranjay K. Singh, CAR–Central Soil Salinity Research Institute, Karnal, Haryana, Inde). Dans le prolongement de cette idée, l’autre présupposé auquel les chercheurs de notre échantillon ont été confrontés postule que la recherche soulève trop d’enjeux touchant la population locale, de sorte qu’il leur est impossible d’être « objectifs », ce qui compromet l’objectivité d’une recherche cosignée. Comme l’a dit Sagari R. Ramdas (Food Sovereignty Alliance, Inde) : « [La réaction face aux chercheurs participatifs est :] oh, vous, les gens, vous n’êtes pas neutres. On est immédiatement enfermé dans le rôle d’acteurs partiaux parce qu’on tient à certains principes. Ils ne peuvent pas avoir confiance dans la recherche parce qu’elle serait influencée par la présence de la population locale. » Cette remarque met en évidence le fait que, contrairement à l’objectivité féministe d’Haraway ([1988] 1999) présentée plus haut, les normes épistémiques observées par certains chercheurs universitaires valorisent la distance prise avec les « sujets » de la recherche comme l’attribut d’un savoir fiable, lequel exclut les collaborateurs non universitaires de la liste des auteurs. Les enjeux attachés à la recherche les concernant directement sont jugés trop importants pour qu’ils soient en mesure de la conduire et l’analyser de manière « impartiale ». Le fait qu’inclure les collaborateurs non universitaires parmi les auteurs réduit les chances de publication dans de nombreuses revues scientifiques dissuade systématiquement les chercheurs de leur reconnaître ce titre s’ils veulent que leur recherche soit publiée dans une revue de premier plan.

54Nous l’avons déjà mentionné mais il importe ici de le répéter : les universitaires non seulement féministes mais aussi indigènes ont mis en question des notions comme celle d’objectivité, au sens de pratiques sociales, épistémologiques et éthiques de distanciation. Ils leur ont substitué d’autres modes de production des savoirs qui ne considèrent pas la « neutralité axiologique » ou le désintéressement comme la caractéristique d’un savoir fiable (Daston & Galison, 2007 ; Haraway, [1988] 1999 ; Harding, 1991 ; Ranco, 2007). De même, pour les chercheurs participatifs, les normes épistémiques d’objectivité telles que le désintéressement entravent les efforts pour rééquilibrer les rapports de pouvoir entre chercheurs universitaires et non universitaires à travers la recherche-action participative en général et le coautorat en particulier.

Quelles raisons les scientifiques professionnels avancent-ils pour justifier une cosignature ?

55Malgré les obstacles institutionnels, discursifs et personnels auxquels elles ont été confrontées, les personnes que nous avons interrogées ont choisi de cosigner leur recherche avec leurs partenaires communautaires. Trois préoccupations ressortent dans nos interviews avec les auteurs principaux des articles cosignés : la reconnaissance de contributions intellectuelles indépendantes, l’éthique de la recherche et la décolonisation épistémique.

56La reconnaissance des contributions intellectuelles indépendantes. Comme l’attestent les extraits ci-dessous, certains auteurs jugent nécessaire d’étendre la qualité d’auteur à leurs collaborateurs non universitaires parce qu’ils ont contribué de manière significative à la production de savoir :

L’origine même et la genèse dans son ensemble de la recherche tout entière a été pensée avec la population locale. À nos yeux, il était très clair dès le début que les membres de la communauté seraient coauteurs. (Sagari R. Ramdas, Food Sovereignty Alliance, Inde)

Certains des hommes jeunes avaient été formés comme managers des ressources naturelles… On a tout réalisé ensemble. Ce n’était pas que mon travail. Je l’envisageais comme notre projet, et non pas le mien. (Simone Athayde, Université de Floride)

57Ces chercheurs sont convaincus que les contributeurs à la production d’un savoir doivent être reconnus comme auteurs de la publication de ce savoir. De telles réponses renvoient à la position selon laquelle les contributions scientifiques des collaborateurs non universitaires correspondent aux définitions de l’autorat telles que celles énoncées par les publications scientifiques précédemment citées. La qualité d’auteur est ici accordée à des collaborateurs individuels ou collectifs parce qu’ils ont contribué significativement à la production et à l’expression d’un savoir scientifique, si bien qu’ils doivent être inclus dans la liste des auteurs conformément aux normes d’autorat et d’honnêteté intellectuelle.

58Éthique de la recherche. Les personnes interviewées motivent leur cosignature avec des collaborateurs non universitaires par des obligations morales et éthiques qui dépassent les normes professionnelles courantes à propos de l’autorat. Par exemple, Melanie Wiber (Université de New Brunswick, Canada) nous a confié : « Je pense que j’ai une obligation morale et éthique de reconnaître leurs contributions [celles des collaborateurs non universitaires]. » Ou, comme le remarque Romy Greiner (Institut Cairn, Université James Cook, Australia) : « Je pense qu’il est important de reconnaître le rôle souvent important que jouent les membres hors de l’équipe de recherche au sens étroit. L’autorat est une reconnaissance méritée. »

59Pour ces chercheurs participatifs, intégrer leurs collaborateurs non universitaires parmi les coauteurs suppose une responsabilité éthique consistant à repousser les limites posées par le questionnement suivant : qui peut participer à la production de savoir et quel savoir, appartenant à qui, compte dans les arènes politiques et scientifiques ? Sagari Ramdas a affirmé clairement que « [le processus de recherche participative] exige que vous respectiez les gens. Ils ne sont pas que des spécimens bons à observer. » Cette disposition éthique à cosigner sous-entend le sentiment partagé par les chercheurs participatifs qu’inclure les non-universitaires comme coauteurs peut contribuer à rétablir les asymétries de pouvoir matérialisées dans la façon dont le savoir est généré et accrédité. C’est explicitement affirmé dans les recherches avec les peuples autochtones.

60Décolonisation et émancipation/empowerment. Deux personnes interviewées travaillant dans les communautés autochtones ont spécifiquement mentionné la décolonisation épistémique comme motif pour faire figurer les collaborateurs non universitaires comme coauteurs de publications issues de recherche universitaire. Les questions d’autorat et d’appropriation ont été mises en avant dans l’expérience du chercheur Henrik Moller (Université d’Otago, Nouvelle-Zélande) :

Il y a eu dans le passé un nombre considérable d’abus et d’acculturation associés à la colonisation. Nous avons entendu beaucoup de choses révélées par nos collègues indigènes sur la manière dont les universitaires les avaient traités au fil des années. Nous avons immédiatement éprouvé le besoin d’une vaste discussion prolongée sur la façon de faire la recherche. Nous avons consacré à peu près 30 heures à faire le point en détail sur qui nous étions, pourquoi nous étions intéressés, en quoi nous étions personnellement responsables et sur le fait qu’il y aurait un véritable partenariat à condition que la population locale participe à toutes les étapes du travail, y compris l’écriture. Il y a eu un long échange sur le fait que nous ne devions pas parler pour eux et diffuser leur savoir à leur place. Ils s’inquiétaient qu’on puisse “voler leur feu” et raconter leurs histoires… il est ainsi devenu évident qu’ils seraient coauteurs.

61La pression en faveur d’une cosignature a été ici exercée par les collaborateurs non universitaires eux-mêmes. Afin de se prémunir contre un détournement de son savoir, la population locale a demandé à être associée à tous les stades de la recherche et de l’écriture. Dans les cas où la science professionnelle a contribué au processus colonial, le coautorat peut contribuer à décoloniser la manière dont le savoir est produit et permettre un contrôle sur le processus de recherche et de publication dans son ensemble.

62Au-delà de la responsabilité ou de la « reconnaissance » des producteurs de savoir associés, la cosignature participe ici d’un effort pour garantir une certaine souveraineté sur les représentations universitaires du savoir et de la culture indigènes. L’expérience de Moller est ainsi partagée par d’autres chercheurs travaillant avec des peuples autochtones forcés de faire face aux histoires d’expropriation de savoirs, d’artefacts ou de restes humains par des universitaires qui les ont précédés (Kuokkanen, 2007 ; Smith, 1999 ; Whitt, 2009). Dans de tels cas, le coautorat peut signifier un certain degré de souveraineté sur la production de savoir et marquer un pas vers la décolonisation épistémique.

Qui veut être auteur de toute façon ?

63Nos données d’entretien démontrent que les chercheurs ne devraient pas supposer que le coautorat n’intéresse pas leurs partenaires communautaires. Le fait de cosigner suscite souvent l’intérêt des non-universitaires, comme en témoignent les commentaires suivants :

Les articles peuvent être très importants pour la communauté. » (Henrik Moller, Université d’Otago, Nouvelle-Zélande)

« [L’idée selon laquelle le coautorat n’intéresse pas les partenaires communautaires] est une réaction obsolète. C’est ce qu’on aurait dit il y a 25 ans. » (Melanie Wiber, Université de New Brunswick, Canada)

« Dans 95 % des cas, les communautés traditionnelles et autochtones n’ont aucune réticence à partager leurs savoirs et pratiques ainsi qu’à être coauteurs. Seule une cosignature leur garantit que, même après leur disparition, elles survivront sur cette Terre. Elles veulent prendre leur part à l’écriture de l’Histoire. C’est une motivation très puissante. (Ranjay K. Singh, CAR – Central Soil Salinity Research Institute, Karnal, Haryana, Inde)

64Ces extraits mettent en évidence le fait que le crédit d’une publication scientifique est valorisé hors du monde universitaire. Que ce soit pour des raisons personnelles ou politiques, la cosignature peut rétribuer les individus et communautés qui offrent leur savoir et dont les modes et moyens d’existence sont affectés par le processus de recherche. Bien qu’il puisse y avoir de très bonnes raisons expliquant que certains individus et communautés ne souhaitent pas apparaître comme auteurs d’un article scientifique, les scientifiques professionnels ne peuvent pas continuer à présupposer que leur reconnaître la qualité d’auteur n’intéresse par les non-universitaires.

Vers de meilleures pratiques ?

65Nous avons montré que notre échantillon d’articles restituant une recherche participative sur les moyens d’existence en milieu rural compte très peu de cosignatures. Notre conception du coautorat, partagée par de nombreux interviewés et collaborateurs non universitaires, envisage la cosignature comme une pratique cohérente avec l’objectif émancipateur premier de la recherche participative visant à transformer les modes de production et de reconnaissance du savoir scientifique. Inclure les collaborateurs non universitaires parmi les auteurs peut contribuer à élargir les rangs de ceux dont le savoir est pris au sérieux dans les publications scientifiques et dans la société. Comme le précise Huntington (2006 : iv), la liste des auteurs est un lieu privilégié de pouvoir : « Toute forme de collaboration mérite d’être reconnue tout au long du processus de recherche, tout autant dans la signature qu’ailleurs. » L’un des auteurs de notre échantillon, Dlott, a ainsi fait remarquer que le coautorat peut favoriser « une distribution du pouvoir entre les paysans et les scientifiques en intégrant le savoir des paysans et en leur donnant un pouvoir décisionnel dans le processus de recherche ». Soulever la question de l’autorat dans les échanges avec les partenaires communautaires à propos de l’éthique de la recherche politise des sources souvent ignorées d’injustice épistémique.

66Cet article vise ainsi à ouvrir le débat parmi les chercheurs participatifs sur la manière d’œuvrer à plus de justice épistémique en ayant recours à des pratiques inclusives de cosignature. Les chercheurs participatifs et leurs collaborateurs non universitaires doivent explorer collectivement les pistes permettant de reconnaître officiellement les contributions intellectuelles des seconds dans les publications des résultats de la recherche participative. Notre propos n’est pas de prescrire les « meilleures pratiques » de coautorat ou de projeter un modèle de juste distribution des formes de reconnaissance valable pour toute recherche participative. Il entend plutôt nourrir les discussions sur les « meilleures pratiques » de distribution de la reconnaissance, de la responsabilité et de l’autorité à travers le coautorat, sans proposer de solution universelle.

67Nous sommes convaincus que la cosignature devrait être un sujet incontournable de discussion entre les scientifiques professionnels et les collaborateurs non universitaires en vue d’approfondir les pratiques de recherche participative. Si le coautorat ne fait l’objet d’aucune discussion, la recherche peut-elle vraiment être considérée comme participative ? Échanger sur la question de la cosignature permet aux chercheurs participatifs de décider collectivement de la meilleure façon de partager équitablement le crédit, l’autorité et la responsabilité parmi ceux qui ont contribué par leurs connaissances, leurs idées et leurs écrits à la production de l’article scientifique. Certes, insistons-y, nous ne défendons pas la position selon laquelle tous les participants à une étude ou tous les noms des participants à un projet de recherche devraient être inclus, sans distinction, dans la liste des auteurs. Mais nous soulignons le fait que les questions concernant la distribution de la reconnaissance, de la responsabilité et de l’autorité dans la coproduction de savoir par des scientifiques professionnels et des collaborateurs non universitaires nécessitent la réalisation de plus d’entretiens et de recherches.

68Par exemple, comment la valeur des contributions scientifiques d’un collaborateur non universitaire devrait-elle être jugée et par qui ? Nous nous opposons au parti pris accordant aux seuls scientifiques professionnels le droit de décider qui est coauteur et qui ne l’est pas. Nous préconisons à ce sujet des discussions rassemblant tous les collaborateurs de la recherche, y compris les non-universitaires. Sinon se pose le problème identifié par les coauteurs communautaires dans l’article de Koster, Baccar et Lemelin (2012 : 204), à savoir le « syndrome de l’expert intéressé “qui-sait-le mieux” » qui autorise

les universitaires à déterminer seuls la validité de chaque participation et la valeur du produit final. Le travail et le jugement des membres communautaires ne sont alors pas pris en compte. Or, sans leur entremise, traduction, discussion et interprétation, il n’y a pas de données, pas de résultats et donc pas de publication. Reconnaître un membre communautaire intéressé comme coauteur à parts égales est indispensable à un lancement réussi de la recherche et à son analyse.

69Des échanges sur l’éthique et la politique du coautorat devraient avoir lieu sur différents sites influençant les pratiques de cosignature, tels que les enseignements d’éthique de la recherche, les jurys de soutenance des thèses et de recrutement, les comités éthiques de protection des personnes [institutional review boards], les recensions et les associations professionnelles. Ces échanges peuvent non seulement s’appuyer sur les recommandations destinées aux auteurs et les codes d’éthique de la recherche élaborés par les chercheurs participatifs, mais aussi développer des moyens pour faire entendre d’autres voix et ouvrir de nouvelles perspectives sur l’autorat dans ces codes et recommandations. Les principes d’autorat, les critères d’évaluation des articles, les comités de thèse et de recrutement pourraient encourager et inciter à ce que les collaborateurs non universitaires soient reconnus. Par exemple, les recommandations aux auteurs dans la revue Journal of Community Engagement and Scholarship les encouragent activement à inclure leurs partenaires communautaires : « Une attention favorable sera portée aux manuscrits qui mettent en avant la participation centrale d’étudiants et de partenaires communautaires et qui promeuvent la recherche en milieu communautaire » (« Instructions », 2016). Une telle prise de position, plus largement adoptée et étendue, pourrait en particulier faire de la cosignature un moyen de promouvoir le travail de recherche en milieu communautaire et de partager l’autorité épistémique avec des collaborateurs non universitaires. Nous encourageons les revues à établir des principes d’autorat qui ouvrent expressément des possibilités de cosignature avec des partenaires non universitaires. Afin de s’attaquer plus particulièrement au problème posé par le fait que les choix de cosignature sont du seul ressort des scientifiques professionnels, il faudrait que les comités d’éthique tribaux, les associations de pêcheurs et de paysans et un grand nombre de collaborateurs non universitaires participent au processus de rédaction des recommandations concernant la reconnaissance de la qualité d’auteur à ces derniers. Un scientifique professionnel peut certes diriger un projet de recherche collaborative, mais, selon nous, il est alors de sa responsabilité de coordinateur d’organiser des discussions collectives sur les pratiques d’autorat entre collaborateurs, y compris non universitaires. Nous espérons que les modifications apportées aux codes d’éthique de l’ASA et de la RSS vont dans ce sens.

70Les départements universitaires et les comités éditoriaux devraient encourager les chercheurs à discuter d’une cosignature avec les collaborateurs non universitaires, plutôt que de les dissuader systématiquement d’envisager ces derniers comme des coauteurs potentiels. Soulever la question du coautorat dans les échanges sur l’éthique et les pratiques de recherche ouvre la possibilité de discuter explicitement de la politique d’autorat, des critères d’attribution de la qualité d’auteur et des conditions qui font de la cosignature un pas vers la justice épistémique.

Conclusions

71L’analyse de nos données sur les pratiques de cosignature et de remerciement dans la recherche participative, ainsi que les apports de la théorie féministe, nous ont conduits à formuler une revendication éthique concernant les pratiques d’autorat dans la recherche participative. Les implications de cette exigence éthique ont été présentées plus haut. Cette conclusion énonce un impératif scientifique fondé sur les données probantes recueillies dans notre échantillon d’articles et dans nos entretiens avec les auteurs principaux, nos propres expériences de recherche participative et des théories pertinentes.

72De nombreux auteurs principaux que nous avons interviewés ont reconnu qu’ils n’auraient pas pu avoir mené ou publié leur recherche sans les contributions scientifiques de leurs collaborateurs non universitaires. Une cosignature peut ainsi mettre en lumière la nature scientifique des contributions de collaborateurs non universitaires à la recherche participative.

73Nous partageons la position que Fals Borda (1982 : 25) a exposée dans son article fondateur sur la recherche participative en ces termes : « Les gens ordinaires ont un appareil scientifique pas moins utile que celui des autres classes ou groupes sociaux. » Sur les plans politique, éthique et scientifique, la cosignature peut servir à renverser « le système de classes de l’intelligence » conceptualisé par Carroll (1990) en reconnaissant les contributions scientifiques à la recherche de personnes dont les compétences ne sont pas certifiées par l’Université. Toujours en suivant Carroll, le coautorat reconnaît que le travail intellectuel sous-tendant un article de recherche ne se réduit pas à l’écriture elle-même, laquelle ne devrait pas être privilégiée comme condition pour être reconnu comme auteur. Ce déplacement de ce que signifie être auteur, de l’acte matériel d’écrire vers la distribution de l’autorité et de la responsabilité dans la production du savoir, offre l’opportunité précieuse de repenser ce qu’est la science et qui peut y prendre part. Ce parti pris implique à la fois le droit des collaborateurs non universitaires de voir leur autorité et leurs contributions scientifiques reconnues et le devoir du chercheur professionnel de les reconnaître. Comme l’observe Huntington (2006 : iii), non sans malice, « [p]eu de scientifiques seraient heureux de voir leurs données publiées sous un autre nom ». De tels droits ont été déclarés et appliqués dans des contextes indigènes par des comités d’évaluation tribaux et des protocoles d’accord. Là où ces institutions et mécanismes n’existent pas, la position de repli des scientifiques professionnels est en général qu’il leur appartient de décider ce qui est scientifique. Nos impératifs éthiques comme scientifiques mettent en question cette position. La justice épistémique exige de ne pas évaluer la fiabilité d’un travail au regard des caractéristiques sociales de son auteur. Une « bonne science » suppose que nous ayons largement et systématiquement recours à l’observation et l’expérimentation pour produire de meilleures connaissances sur le monde. Une « bonne science » couplée à la justice épistémique nous invite à abandonner l’hypothèse selon laquelle seuls les scientifiques professionnels ont le droit de juger ce qui est scientifique et qui peut contribuer à la science. Là où l’autorité et les contributions scientifiques des collaborateurs non universitaires sont reconnues suivant les conditions de leur choix, le coautorat peut œuvrer à la justice épistémique et améliorer les pratiques scientifiques.

Nous tenons à remercier sincèrement les 12 auteur·e·s qui ont accepté d’être interviewé·e·s : Simone Athayde, Roxanne Bainbridge, Jocelyn Davies, Jeff Dlott, Mike Foale, Romy Greiner, Andrew Higgins, Henrik Moller, Sagari Ramdas, Ranjay K. Singh, et Melanie Wiber; ainsi que Sibyl Diver, Kristin Luker, Emery Roe, Jon Solera, Barbara Joan Tiger Bass et Mehana Vaughn pour leurs commentaires précieux. Merci à Sally T. Hillsman, qui nous a aidés à recueillir les commentaires de sociologues membres de l’ASA, que nous remercions aussi. Stephen Sapp et quatre rapporteur·e·s anonymes ont contribué à améliorer significativement cet article par leurs remarques judicieuses. Alison Wylie nous a aidés à comprendre le travail de Miranda Fricker. Nous avons bénéficié de financements attribués par le programme d’apprentissage de la recherche en premier cycle de UC Berkeley et par la Chaire Rudy Grah de sylviculture et de développement durable.
NDLT : La traductrice remercie Louise Fortmann de lui avoir fait connaître ce travail et tous les auteurs de cet article de l’avoir autorisée à le traduire en français, ainsi que le comité de la Revue d’Anthropologie des Connaissances d’avoir accepté sa publication.

Haut de page

Bibliographie

Albert, T., & Wager, E. (2003). How to Handle Authorship Disputes: A Guide for New Researchers. In The COPE Report 2003, London: The Committee on Publication Ethics, 32-34.

American Sociological Association ([1999] 2008). Code of Ethics and Policies and Procedures of the ASA Committee on Professional Ethics. Washington, DC: American Sociological Association.

Barreteau, O., Bots, P. W. G., & Daniell, K. A. (2010). A Framework for Clarifying “Participation” in Participatory Research to Prevent Its Rejection for the Wrong Reasons. Ecology and Society, 15(2), 1-22.

Bates, D., Maechler, M., Bolker, B., & Walker, S. (2014). lme4: Linear Mixed-Effects Models Using Eigen and S4. R package version 1.1-7.

Bawaka Country, Wright, S., Suchet-Pearson, S., Lloyd, K., Burarrwanga, L., Ganambarr, R., Ganambarr-Stubbs, M., Ganambarr, B., & Maymuru, D. (2015). Working with and Learning from Country: Decentring Human Authority. Cultural Geographies, 22, 269-283.

Biagioli, M. (2003). Rights or Rewards? Changing Frameworks of Scientific Authorship. In M. Biagioli, P. Galison (eds). Scientific Authorship: Credit and Intellectual Property in Science (pp. 253-279). New York: Routledge.

Biggs, S. D. (1989). Resource-Poor Farmer Participation in Research: A Synthesis of Experiences from Nine National Agricultural Research Systems. No. A50 B593, The Hague: Netherlands International Service for National Agricultural Research.

Borry, P., Schotsmans, P., & Dierickx, K. (2006). Author, Contributor or Just a Signer? A Quantitative Analysis of Authorship Trends in the Field of Bioethics. Bioethics, 20(2), 213-220.

Camp, M., & Escott, B. G. (2013). Authorship Proliferation in the Orthopaedic Literature. Journal of Bone and Joint Surgery, 95(7), e44.

Carroll, B. (1990). The Politics of “Originality”: Women and the Class System of the Intellect. Journal of Women’s History, 2(2), 136-163.

Castleden, H., Morgan, V. S., & Neimanis, A. (2010). Researchers’ Perspectives on Collective/Community Co-authorship in Community-Based Participatory Indigenous Research. Journal of Empirical Research on Human Research Ethics: An International Journal, 5(4), 23-32.

Chataway, C. J. (1997). An Examination of the Constraints on Mutual Inquiry in a Participatory Action Research Project. Journal of Social Issues, 53(4), 747-765.

Conant, J. B. (1951). On Understanding Science: An Historical Approach. New York: New American Library of World Literature.

Cornwall, A., & Jewkes, R. (1995). What Is Participatory Research? Social Science and Medicine, 41(12), 1667-1676.

Daston, L., & Galison, P. (2007). Objectivity. New York: Zone Books.

Fals-Borda, O. (1982). Participatory Research and Rural Social Change. Journal of Rural Cooperation, 10(1), 25-40.

Fals-Borda, O. (1984). Participatory Action Research. Development: Seeds of Change, 2, 18-20.

Fals-Borda, O. (2001). Participatory (Action) Research in Social Theory: Origins and Challenges. In P. Reason, H. Bradbury (eds.). Handbook of Action Research: Participative Inquiry and Practice (pp. 27-37). Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

Foale, M. A., Probert, M. E., Carberry, P. S., Lack, D., Yeates, S., Brimblecombe, D., Shaw, R., & Crocker, M. (2004). Participatory Research in Dryland Cropping Systems: Monitoring and Simulation of Soil Water and Nitrogen in Farmers’ Paddocks in Central Queensland. Australian Journal of Experimental Agriculture, 44, 321-331.

Fortmann, L. (1993). Paying in Our Own Currency, Starring in Our Own Show. RRA Notes, 17(5).

Fortmann, L. (2008). Introduction. In L. Fortmann (ed.). Participatory Research in Conservation and Rural Livelihoods (pp. 1-17). Oxford, England: Wiley-Blackwell.

Foucault, M. (1977). What Is an Author? In D.-F. Bouchard, S. Simon, Michel Foucault. Language, Counter-memory, Practice: Selected Essays and Interviews (pp. 113-138). Ithaca, NY: Cornell University Press.

Freire, P. (1970). Pedagogy of the Oppressed. New York: Continuum.

Fricker, M. (2007). Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press.

Galison, P. (2003). The Collective Author. In M. Biagioli, P. Galison (eds.). Scientific Authorship: Credit and Intellectual Property in Science (pp. 325-355). New York: Routledge.

Gamborg, C., Parsons, R., Puri, R. K., & Sandøe, P. (2012). Ethics and Research Methodologies for the Study of Traditional Forest-Related Knowledge. In J. A. Parrotta, R. L. Trosper (eds.). Traditional Forest-Related Knowledge: Sustaining Communities, Ecosystems and Biocultural Diversity (pp. 535-562). New York: Springer.

Gasparyan, A. Y., Ayvazyan, L., & Kitas, G. D. (2013). Authorship Problems in Scholarly Journals: Considerations for Authors, Peer Reviewers and Editors. Rheumatology International, 33, 277-284.

Gaventa, J. (1993). The Powerful, the Powerless, and the Experts: Knowledge Struggles in an Information Age. In P. Park, M. Brydon-Miller, B. Hall, T. Jackson (eds.) Voices of Change: Participatory Research in the United States and Canada (pp. 21-40). Westport, CT: Bergen and Garvey.

Hall, B. L. (1992). From Margins to Center? The Development and Purpose of Participatory Research. American Sociologist, 23(4), 15-28.

Haraway, D. J. ([1988] 1999). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. In M. Biagioli (ed.). The Science Studies Reader (pp. 172-188). New York: Routledge.

Harding, S. (1991). Strong Objectivity and Socially Situated Knowledge. In S. Harding, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives (pp. 138-163). Ithaca, NY: Cornell University Press.

Heller, A. (1989). From Hermeneutics in Social Science toward a Hermeneutics of Social Science. Theory and Society, 18(3), 291-322.

Huntington, G. (2006). Who Are the “Authors” When Traditional Knowledge Is Documented? Arctic, 59(3), iii-iv.

ICMJE – International Committee of Medical Journal Editors (2015). Defining the Role of Authors and Contributors. http://www.icmje.org/recommendations/browse/roles-and-responsibilities/defining-the-role-of-authors-andcontributors.html (consulté le 22/01/2016).

ICMJE (2016). Journals Following the ICMJE Recommendations. http://www.icmje.org/journals-following-the-icmje-recommendations/ (consulté le 16/01/2017).

Instructions to Authors: Submission of Manuscripts (2016). Journal of Community Engagement and Scholarship, 2(1).

Jackson, M. W. (2003). Can Artisans Be Scientific Authors? In M. Biagioli, P. Galison, P. (eds.) Scientific Authorship: Credit and Intellectual Property in Science (pp. 119-132). New York: Routledge.

Jaszi, P. (1991). Toward a Theory of Copyright: The Metamorphoses of “Authorship”. Duke Law Journal, 2, 455-502.

Jaszi, P. (1992). On the Author Effect: Contemporary Copyright and Collective Creativity. Cardozo Arts and Entertainment Law Journal, 10, 293-320.

Jaszi, P., & Woodmansee, M. (2003). Beyond Authorship: Refiguring Rights in Traditional Culture and Bioknowledge. In M. Biagioli, P. Galison (eds.). Scientific Authorship: Credit and Intellectual Property in Science (pp. 195-223). New York: Routledge.

Jordan, S. (2003). Who Stole My Methodology? Co-opting PAR. Globalisation, Societies and Education, 1(2), 185-200.

Klenk, N., & Meehan, K. (2015). Climate Change and Transdisciplinary Science: Problematizing the Integration Imperative. Environmental Science and Policy, 54, 160-167.

Koster, R., Baccar, K., & Lemelin, R. H. (2012). Moving from Research on to Research with and for Indigenous Communities: A Critical Reflection on Community-Based Participatory Research. Canadian Geographer, 56(2), 195-210.

Kuokkanen, R. J. (2007). Reshaping the University: Responsibility, Indigenous Epistemes, and the Logic of the Gift. Vancouver, BC: University of British Columbia Press.

Lansing, J. S. (1991). Priests and Programmers: Technologies of Power in the Engineered Landscape of Bali. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Long, J. W., Ballard, H. L., Fisher, L. A., & Belsky, J. (2016). Questions That Won’t Go Away in Participatory Research. Society and Natural Resources, 29(2), 250-263.

Longino, H. E. (1990). Science as Social Knowledge: Values and Objectivity in Scientific Inquiry. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Lykes, M. B. (1997). Activist Participatory Research among the Maya of Guatemala: Constructing Meanings from Situated Knowledge. Journal of Social Issues, 53(4), 725-746.

Marušić, A., Bošnjak, L., & Jerončić, A. (2011). A Systematic Review of Research on the Meaning, Ethics and Practices of Authorship across Scholarly Disciplines. PLoS ONE, 6(9),12-17.

Mukerji, C. (2009). Impossible Engineering: Technology and Territoriality on the Canal du Midi. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Nature (2015). Authorship. http://www.nature.com/authors/policies/authorship.html (consulté le 01/02/2015).

Noongwook, G., Huntington, H. P., & George, J. C. (2007). Traditional Knowledge of the Bowhead Whale (Balaena mysticetus) around St. Lawrence Island, Alaska. Arctic, 60(1), 47-54.

Oakley, A. (1981). Interviewing Women: A Contradiction in Terms. In H. Roberts (ed.). Doing Feminist Research. London: Routledge and Kegan Paul, 30-61.

Openjuru, G. L., Jaitli, N., Tandon, R., & Hall, B. (2015). Despite Knowledge Democracy and Community-Based Participatory Action Research: Voices from the Global South and Excluded North Still Missing. Action Research, 13(3), 219-229.

R Core Team (2014). R: A Language and Environment for Statistical Computing. Vienna: R Foundation for Statistical Computing.

Ranco, D. J. (2007). The Ecological Indian and the Politics of Representation: Critiquing the Ecological Indian in the Age of Ecocide. In M. E. Harkin, D. R. Lewis (eds.). Native Americans and the Environment: Perspectives on the Ecological Indian (pp. 32-51). Lincoln: University of Nebraska Press.

Robbins, P. (2006). The Politics of Barstool Biology: Politics and Power in Greater Northern Yellowstone. Geoforum, 37, 185-199.

Rose, M. (1988). The Author as Proprietor: Donalson v. Becket and the Genealogy of Modern Authorship. Representations, 23, 51-85.

Sangtin Writers Collective, Nagar, R. (2006). Playing with Fire: Feminist Thought and Activism through Seven Lives in India. Minneapolis, MN: University of Minnesota Press.

Science (2015). Authorship. http://www.sciencemag.org/site/feature/contribinfo/prep/gen_info.xhtml#authorship (consulté le 13/02/2015).

Scott, J. (1998). Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed. New Haven, CT: Yale University Press.

Seeger, A. (2005). Who Got Left Out of the Property Grab Again? Oral Traditions, Indigenous Rights and Valuable Old Knowledge. In R. A. Ghosh (ed.). Code: Collective Ownership and the Digital Economy (pp. 75-84). Cambridge, MA: MIT Press.

Selfe, C. L., & Hawisher, G. E. (2012). Exceeding the Bounds of the Interview: Feminism, Mediation, Narrative, and Conversations about Digital Literacy. In L. Nickoson, M. P. Sheridan (eds.). Writing Studies Research in Practice: Methods and Methodologies (pp. 36-50). Carbondale, IL: Southern Illinois University Press.

Smith, L. T. (1999). Decolonizing Methodologies: Research and Indigenous Peoples. London: Zed Books.

Smith, R. (2012). Let’s Simply Scrap Authorship and Move to Contributorship. BMJ, 344, https://doi.org/10.1136/bmj.e157.

Steen, R. G. (2013). Authorship: To Be or Not to Be? European Science Editing, 39(1), 6-8.

Strauss, A., & Corbin, J. (1998). Basics of Qualitative Research: Techniques and Procedures for Developing Grounded Theory. Thousand Oaks, CA: Sage.

Swantz, M. L. (2008). Participatory Action Research as Practice. In H. Bradbury, P. Reason (eds.). The Sage Handbook of Action Research: Participative Inquiry and Practice (pp. 31-48). Thousand Oaks, CA: Sage.

Swarr, A. L., & Nagar, R. (2010). Critical Transnational Feminist Praxis. Albany, NY: SUNY Press.

Vafeas, N. (2010). Determinants of Single Authorship. EuroMed Journal of Business, 5(3), 332-344.

Whitt, L. (2009). Science, Colonialism, and Indigenous Peoples: The Cultural Politics of Law and Knowledge. Cambridge: Cambridge University Press.

Yoccoz, N. G., Nichols, J. D., & Bouliner, T. (2003). Monitoring of Biological Diversity. A Response to Danielsen et al. Oryx, 37, 410.

Zuur, A. F., Ieno, E. N., Walker, N., Saveliev, A., & Smith, G. M. (2009). Mixed Effects Models and Extensions in Ecology with R. New York: Springer.

Haut de page

Notes

1 La version en anglais de cet article respecte les règles de l’écriture inclusive sans avoir à féminiser de nombreux termes, la plupart restant neutres. Dans la mesure où la féminisation du texte en français l’alourdissait grandement, nous n’avons appliqué ses règles que dans le résumé. Un mode d’écriture égalitaire aurait pourtant été davantage dans l’esprit de l’article.

2 Par souci de cohérence, nous utilisons l’appellation « scientifiques professionnels » pour les chercheurs diplômés de l’enseignement supérieur, travaillant souvent dans une université ou une institution scientifique. Nous utilisons le terme « collaborateurs non universitaires » pour désigner les collaborateurs de recherche, le plus souvent – sauf exception – membres de la communauté étudiée, qui ne travaillent pas dans les institutions scientifiques et qui participent de manière continue et significative au processus de recherche.

3 NDLT : en italique dans l’original.

4 Fals Borda (2001, p. 30) attribue la maternité du concept de « réciprocité symétrique » à Agnes Heller (1989, pp. 304-305).

5 NDLT : mis en italique par les auteurs de l’article.

6 Les revues savantes sont loin d’être le seul ou le plus important vecteur de dissémination des données scientifiques. Le théâtre populaire, les vidéos, les bandes dessinées, les brochures, les chansons, les histoires et les publications non académiques offrent d’autres supports importants pour communiquer les résultats des recherches participatives.

7 Nous ne suggérons pas ici qu’il y aurait une norme scientifique différente et, d’une certaine manière, moins exigeante dans la recherche participative.

8 Nous tenons à remercier le rapporteur anonyme qui nous a suggéré ce concept

9 Par exemple, les membres du collectif des Sangtin Writers, auteurs de Playing with fire (collectif Sangtin Writers & Nagar, 2006), étaient au programme d’un panel à la conférence annuelle de l’American Association of Geographers à San Francisco en 2007 (Richa Nagar, communication personnelle, 2016).

10 La liste des revues respectant le protocole de Vancouver figure dans ICMJE (2016).

11 NDLT : extrait des « Recommandations pour la conduite, la présentation, la rédaction et la publication des travaux de recherche soumis à des revues médicales. Mise à jour : décembre 2016 » (http://www.icmje.org/recommendations/translations/french2016.pdf).

12 Cette partie s’appuie très largement sur le courriel que Sally T. Hillsman, présidente de l’ASA, nous a envoyé le 31 mai 2016 en réponse à notre demande de renseignements sur les normes d’autorat prévues par le Code d’éthique dans le cadre de la recherche participative. La réponse d’Hillsman était accompagnée par les commentaires – mentionnés dans notre article – des sociologues chargés d’actualiser le Code d’éthique de l’ASA. Nous les remercions tous pour leurs précieux commentaires.

13 NDLT : le Code d’éthique de l’ASA, approuvé en juin 1997 par ses membres, compte cinq principes généraux (Compétence professionnelle ; Intégrité ; Responsabilité scientifique et professionnelle ; Respect des droits, de la dignité et de la diversité des personnes ; Responsabilité sociale) et vingt normes éthiques (la section 15 est intitulée « Reconnaissance de la qualité d’auteur » [Authorship Credit]).

14 Les commentateurs souhaitant rester anonymes, tous les extraits provenant du courriel de Hillman, quels qu’en soient les auteurs, sont cités (d’une manière qui prête sans doute à confusion) ainsi : (Hillsman, communication personnelle, 2016).

15 Le code d’éthique de la Rural Sociology Society (RSS) est également en cours de révision. Il reste à voir si et comment un nouveau code de la RSS reconnaîtra les collaborateurs non professionnels comme coauteurs.

16 NDLT : Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits, 1969, pp. 817-849, p. 820.

17 NDLT : l’italique a été ajouté par les auteurs de l’article.

18 Nous présentons quelques données sur les remerciements parce qu’ils offrent un point de comparaison avec le coautorat comme moyen de reconnaître les contributions intellectuelles des collaborateurs. Cependant, l’objet de cet article porte avant tout sur l’autorat.

19 La liste des articles dépouillés pour notre analyse est disponible sur demande.

20 D’où le fait que la somme des pourcentages dépasse 100 %.

21 Aux États-Unis, les assistant professors peuvent être titularisés après sept années d’activités pédagogiques et scientifiques tenues pour très satisfaisantes et promus associate professors, l’accès au statut de full professor étant encore plus exigeant et concurrentiel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Articles scientifiques publiés entre 1975 et 2013 présentant une dimension « participative » (N = 262)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 2. Évolution dans le temps de la proportion d’articles affichant une participation communautaire à travers (A) une cosignature ou (B) des remerciements.
Légende La largeur des bâtons représente le nombre d’articles publiés au cours de l’année correspondante. Son augmentation donne à voir une croissance du nombre d’articles depuis 1981. Sur chaque bâton, le segment gris clair représente la proportion d’articles publiés cette année-là affichant respectivement une cosignature ou des remerciements. S’agissant des pratiques de cosignature, la partie gris clair étant assez constante dans le temps, il semble que la culture du coautorat n’ait pas changé dans le temps. S’agissant des remerciements, on observe une augmentation du segment gris clair dans le temps témoignant d’un changement de pratique.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 3. Évolution du degré de participation dans le temps (N = 262).
Légende La largeur des bâtons, qui augmente avec le temps, représente le nombre d’articles par an (262 au total). Les segments blancs représentent le degré de participation « 4 » (le plus élevé), le gris clair le « 3 », le gris foncé le « 2 » et le noir le « 1 » (le plus faible).
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Sarna-Wojcicki, Margaret Perret, Melissa Viola Eitzel et Louise Fortmann, « Où sont passé·e·s les coauteurs·trices ? »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/949

Haut de page

Auteurs

Daniel Sarna-Wojcicki

Doctorant en sciences de l’environnement à UC Berkeley.
Adresse : Department of Environmental Science, Policy and Management, University of California at Berkeley, 130 Mulford Hall MC 3114, Berkeley, CA 94720-3114 (USA).
Courriel : danielsarna[at]gmail.com

Margaret Perret

Doctorante en histoire des sciences à l’Université Harvard.
Adresse : Department of the History of Science,
Harvard University, 1 Oxford Street, Cambridge, MA 02138 (USA)
Courriel : mperret[at]g.harvard.edu

Melissa Viola Eitzel

Post-doctorante en sociologie à UC Santa Cruz.
Adresse : Science and Justice Research Center & Sociology Department, University of California, Santa Cruz, Oakes College, 50 Heller Dr, Santa Cruz, CA 95064 (USA).
Courriel : mveitzel[at]gmail.com

Louise Fortmann

Professeure émérite en sociologie des ressources naturelles à UC Berkeley.
Adresse : Department of Environmental Science, Policy and Management, University of California at Berkeley, 130 Mulford Hall MC 3114, Berkeley, CA 94720-3114 (USA).
Courriel : louisef[at]berkeley.edu

Haut de page

Traducteur

Isabelle Bruno

Maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Lille.
Adresse : CERAPS / Université de Lille, 1 place Déliot - BP 629, FR-59024 LILLE cedex (France).
Courriel : isabelle.bruno[at]univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals