Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Brice Laurent, Democratic experiments: Problematizing nanotechnology and democracy in Europe and the United States

Matthieu Hubert
Référence(s) :

Brice Laurent, Democratic experiments: Problematizing nanotechnology and democracy in Europe and the United States, Cambridge, MA: MIT Press, coll. « Inside technology », 2017, 279 p.

Texte intégral

1Au moment où les nanotechnologies disparaissent peu à peu des grandes priorités des politiques de recherche et d’innovation, l’ouvrage de Brice Laurent tombe à point nommé pour en faire un bilan critique. Dans ce livre ambitieux, publié dans la collection « Inside Technology » de MIT Press, l’auteur montre en quoi les nanotechnologies constituent un cas propice à l’élaboration d’une contribution originale des STS au renouvellement des théories sur la démocratie. L’ouvrage est divisé en trois parties et sept chapitres, ainsi qu’un prologue et une conclusion.

2Le chapitre 1 est une introduction aux principaux concepts (problématisation, agencement, publics, co-production, entre autres) et aux principaux auteurs (Callon, Jasanoff, Dewey, Foucault, en particulier) auxquels se réfère l’ouvrage. Il revendique une « définition minimale » de la démocratie, considérant celle-ci comme une catégorie « en train de se faire » (p. 15), et privilégie une approche en termes d’agencement et de problématisation. Ce faisant, l’investigation empirique s’étend à d’autres lieux d’enquête (d’autres « sites de problématisation ») comme les agences de normalisation ou des musées des sciences, sans se limiter aux dispositifs de participation publique. En outre, l’approche proposée permet, selon l’auteur, de se départir d’une vision statique des institutions : il ne s’agit pas tant d’étudier comment des nouveaux problèmes rencontrent des vieilles institutions, que d’analyser comment différents agencements stabilisent progressivement différentes problématisations des nanotechnologies. Enfin, dans cette perspective, le refus de toute dichotomie entre le problème public et sa représentation fait du chercheur une partie prenante du processus de (re-)problématisation.

3Le chapitre 2 se penche sur les musées des sciences en les analysant comme des « sites » où les nanotechnologies sont problématisées. Il questionne conjointement la nature des nanotechnologies et le rôle des musées dans les sociétés démocratiques. Pour les différentes initiatives européennes et nord-américaines étudiées par l’auteur, les formes de représentation des nanotechnologies et de leurs publics sont sensiblement distinctes. Ainsi, par exemple, l’initiative européenne Nanodialogue est plus focalisée sur les aspects éthiques, légaux et sociaux des nanotechnologies et la production de recommandations aux décideurs de la Commission européenne. Pour les instances politiques européennes, tout l’enjeu est d’élaborer une stratégie de communication basée sur le dialogue et l’évaluation des attentes de la société, sans passer par le filtre des organisations non gouvernementales. La communication scientifique y est considérée comme faisant partie intégrante du processus de recherche. L’enjeu est différent pour les responsables du Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle à Grenoble, dont l’exposition vise bien davantage à façonner un citoyen apte à participer au débat public en l’informant sur les principaux défis technologiques que doivent relever les chercheurs en nanosciences.

4Le chapitre 3 étudie différents instruments de participation publique, leurs objectifs et les questions que soulèvent leurs mises en œuvre. En France, les débats organisés par la Commission Nationale du Débat Public interrogent la pertinence du découpage des enjeux soulevés par les nanos en sous-débats et en sous-thèmes pourtant fortement interdépendants. Les critiques et les contestations survenues pendant et après la délibération publique montrent les désaccords qui subsistent concernant la définition même des nanotechnologies (qu’est-ce qui entre dans la catégorie « nano » et qu’est-ce qui n’en relève pas ?), ainsi que la dénonciation d’une instrumentalisation du débat public au service d’une politique de promotion des nanotechnologies. Dans les conférences citoyennes (dites « de consensus ») étudiées par l’auteur, aux États-Unis et en région parisienne, d’innombrables techniques d’information, de contrôle et de discipline du citoyen délibérant sont utilisées, que ce soit pour rendre possible un débat à l’échelle nationale dans le cas américain, ou pour s’assurer de la production d’une « opinion raisonnable » dans le cas parisien (en écartant éventuellement l’opinion de citoyens jugés « trop critiques ») (p. 75). Enfin, en s’appuyant sur une enquête de huit mois d’observation participante au sein de l’OCDE, l’auteur analyse le travail de recension des initiatives de participation publique dans les pays membres de l’organisation internationale. Il y constate que le périmètre des activités concernées dépend largement des pays considérés ; de ce fait, une définition très large de la participation publique (au sens de public engagement) s’impose progressivement, incluant des activités qui relèvent davantage de la communication scientifique ou de la formation. De plus, en raison de la division des tâches entre différents groupes de travail au sein de l’OCDE, la nature des nanotechnologies en tant qu’entité technique n’y est que peu questionnée.

5Le chapitre 4 examine certaines tentatives de définition des nanomatériaux dans les institutions de standardisation et de régulation (ISO, US Environmental Protection Agency, European Chemical Agency, AFNOR, ANSES, etc.). Ces institutions doivent composer avec des instruments de mesure peu standardisés, des choix de critères incertains (la taille ? la surface ? la spécificité des propriétés physicochimiques à l’échelle nanométrique ?) et des études de risque aux résultats contradictoires. Leur travail d’identification et de catégorisation des nanomatériaux est également contraint par leurs moyens, nécessairement limités au regard de la grande diversité de nanoproduits déjà présents sur le marché et par leurs propres objectifs. Ainsi, l’ISO, dont la mission est de créer de bonnes conditions de marché sans empiéter sur les prérogatives nationales, impose un traitement séparé des questions de définition des nanomatériaux (universelles car purement scientifiques, selon l’organisation) et de celles (politiques donc nationales, toujours selon elle) qui touchent à la régulation des risques pour la santé et l’environnement. L’Union européenne comme les États-Unis adoptent une démarche sensiblement différente en faisant le choix d’une régulation « au cas par cas », ce qui rend possible un examen conjoint des questions de définition et des problèmes de risque.

6Le chapitre 5 considère les initiatives mises en œuvre aux États-Unis et en Europe afin de promouvoir un développement « responsable » des nanotechnologies – c’est-à-dire l’ensemble des actions ou instruments destinés à anticiper les risques et les bénéfices potentiels des nanotechnologies, et à en informer le public. Deux approches bien distinctes se dessinent de deux côtés de l’Atlantique. Aux États-Unis, il y a un débat sur la nature de l’expertise (des spécialistes de bioéthique ou des éthiciens « embarqués » dans les laboratoires de nanosciences) qui serait à même de prendre en compte cet aspect en produisant une connaissance objective (scientifique, et non politique). En Europe, les instruments d’expertise en sciences sociales sont censés fournir des recommandations à la Commission européenne afin d’être prises en compte dans la construction des politiques scientifiques ; en retour, les politiques de l’Union européenne visent notamment à inciter les chercheurs et les institutions scientifiques à respecter un certain nombre de valeurs communes.

7Le chapitre 6 discute les formes de mobilisation d’un groupe d’activistes anti-nanos et d’une organisation de la société civile en France. Les deux organisations veulent s’engager de manière critique dans les instruments de débat public, mais le font de manières bien différentes : l’une critique la logique même du développement technologique et considère, par là même, les instruments de participation publique comme des outils destinés à forcer l’acceptation des nanotechnologies (et des techniques en général) ; l’autre qui, dans un premier temps, participera aux débats organisés par la Commission Nationale du Débat Public avant de s’en retirer au double motif que, d’une part, ils ne sont pas adaptés à ce vaste ensemble de techniques rassemblées sous le label nano et que, d’autre part, ils ne viennent pas suffisamment questionner les objectifs du développement des nanotechnologies. Les modes d’action de ces deux organisations de la société civile viennent aussi interroger le rôle des sciences sociales et la manière avec laquelle elles produisent plus ou moins d’extériorité par rapport à leur objet.

8Le chapitre 7 s’appuie sur les résultats empiriques présentés dans les chapitres précédents pour jeter les bases de ce que l’auteur appelle un « constitutionnalisme critique », c’est-à-dire une « perspective non évaluative mais normative » sur la démocratie (p. 179). Il identifie trois types de « processus au travers desquels les problématisations sont constamment re-stabilisées » (p. 195) : l’extension (l’adaptation du cadre réglementaire existant, par exemple), la purification (comme l’élimination des activistes les plus contestataires dans une conférence de consensus) et la comparaison (le benchmark de l’OCDE concernant les différentes initiatives nationales de public engagement, par exemple). L’auteur rappelle ici les principaux apports de sa démarche : diversifier les lieux d’enquête pour penser la démocratie, au-delà des partis politiques et des assemblés d’élus ; considérer les catégories fondamentales des démocraties libérales (telles que responsabilité, anticipation ou participation) non pas comme des ressources externes (ou des critères objectifs) pour évaluer la qualité démocratique des processus politiques considérés, mais plutôt comme des objets d’étude à part entière dont il s’agit, pour l’analyste, d’étudier les usages qu’en font les acteurs et leurs dynamiques.

9Le fait d’adopter une « définition minimale » (p. 15) de la démocratie offre un intérêt méthodologique indéniable en fournissant une prise empirique sur des problèmes de théorie politique et en les rendant par là même accessibles à une enquête sociologique. En ce sens, appliquer une approche STS (notamment les théories de la co-production) sur des questions de philosophie politique est un exercice productif. Néanmoins, mettre en œuvre cette définition a minima dans le cas de la notion de « démocratie » présente aussi certaines limites, tant celle-ci est lestée d’une charge symbolique forte : dire d’une pratique ou d’un instrument qu’il est démocratique, c’est déjà le valoriser en tant que tel, sans questionner ce que cette qualification implique sur la nature de cette pratique ou cet instrument. Or, même si l’auteur prend toujours le soin de restituer la diversité des points de vue, même les plus critiques, ce choix théorique le conduit à porter une grande attention à ce que font les acteurs qui façonnent les politiques des nanotechnologies pour les associer à cette vague idée de démocratie, sans véritablement s’interroger sur les objectifs et les conséquences de leur développement : à quoi bon, finalement, financer le développement des nanotechnologies ? La question n’est pas vraiment abordée de front.

10Au final, cet ouvrage constitue un réel apport pour l’anthropologie des connaissances en ce qu’il introduit une perspective originale sur la relation entre technologie et politique, et offre une excellente démonstration de la pertinence des approches STS pour aborder des questions fondamentales de la théorie politique, au-delà de l’étude des procédures de participation publique ou de l’analyse des dispositifs d’évaluation des technologies (technology assessment).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hubert, « Brice Laurent, Democratic experiments: Problematizing nanotechnology and democracy in Europe and the United States »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/994

Haut de page

Auteur

Matthieu Hubert

CONICET – CENIT, Avenida Callao 383, 3B, Ciudad Autónoma de Buenos Aires, Argentine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals