Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Dominique Raynaud, Optics and the rise of perspective: a study in network knowledge diffusion

Sven Dupre
Traduction de Céline Granjou
Référence(s) :

Dominique Raynaud, Optics and the rise of perspective: a study in network knowledge diffusion, Oxford: The Bardwell Press, coll. « GEMAS studies in social analysis », 2014, 258 p.

Cet article est une traduction de :
Dominique Raynaud, Optics and the rise of perspective: a study in network knowledge diffusion [en]

Texte intégral

1Optics and the Rise of Perspective est un livre remarquable par son interdisciplinarité. Son auteur, Dominique Raynaud, historien des sciences et sociologue, a réuni dans cet ouvrage trois champs d’études qui se sont rarement rencontrés : tout au moins, c’est plus communément la rencontre de deux de ces disciplines qui a montré ses fruits, et rarement celle des trois ensembles. Le premier champ est celui de l’histoire des sciences, et plus spécifiquement l’histoire de la perspective, un champ interdisciplinaire en soi qui, dans les suites de l’ouvrage d’Erwin Panofsky Perspective as Symbolic Form (1927), allie histoire des sciences et histoire de l’art, parmi d’autres disciplines, depuis le dernier siècle. La deuxième discipline est l’histoire des universités. Raynaud s’appuie sur les travaux prosopographiques florissants sur la mobilité des étudiants et des enseignants dans ce champ. Enfin, étant sociologue, Raynaud mobilise l’analyse de réseaux qui, appliquée aux études historiques de la diffusion des savoirs, s’est largement développée en lien principalement avec les humanités digitales.

2L’un des problèmes clefs dans l’histoire de la perspective est la question de l’invention (ou de la découverte ou redécouverte, selon les points de vue) de la perspective linéaire au quinzième siècle. En lien avec les expériences de Filippo Brunelleschi mobilisant un panneau dans lequel était percé un trou devant le Baptistère et le Palazzio Vecchio à Florence au début du quinzième siècle, les historiens ont largement débattu du comment et du pourquoi de cette invention, y compris de la véracité et de la pertinence du compte rendu des expériences de Brunelleschi.

3Dans les deux dernières décennies, Raynaud a contribué aux travaux en histoire de la perspective dans de nombreuses publications, et notamment de façon très significative à la question des origines de la perspective dans L’Hypothèse d’Oxford (1998). Dans ce livre, il attribue une grande importance à l’optique, une discipline bien développée au Moyen Âge, notamment grâce aux franciscains Robert Grosseteste, Roger Bacon et John Pecham. Ces derniers ont produit un corpus de connaissances en optique accessible aux artisans et ouvriers qui ont inventé la perspective linéaire. Cette « hypothèse » laisse deux questions en suspens, auxquelles Raynaud cherche à répondre dans ce nouvel ouvrage Optics and the Rise of Perspective.

4La première question dérive du point de vue historique selon lequel la science de l’optique que les franciscains développèrent et disséminèrent était largement basée sur les contributions majeures à l’optique faites par le monde islamique médiéval. Si ce savoir était déjà disponible en arabe, consigné par écrit par des savants comme al-Kindi et Ibn al-Haytham, alors la question se pose : pourquoi la perspective n’a-t-elle pas émergé dans le monde médiéval islamique ? Cette question a hanté les historiens de la perspective pendant un bon moment, et l’historien de l’art allemand Hans Belting y a récemment consacré son ouvrage Florence and Baghdad: Renaissance Art and Arab Science (2011). Raynaud consacre la première partie de son livre à élaborer sa propre réponse à cette question. Le fait qu’il identifie l’antiréalisme patent dans la culture médiévale islamique comme étant l’obstacle le plus important au développement de la perspective linéaire ne surprendra pas complètement la plupart des lecteurs.

5La seconde partie de son livre, à laquelle il consacre beaucoup plus de place, traite d’une autre question ouverte, que l’on peut considérer comme la préoccupation majeure du livre. C’est afin d’y répondre que Raynaud réunit les trois champs d’études mentionnés plus haut. Pourquoi la perspective linéaire émergea-t-elle à Florence, et plus largement, dans le centre de l’Italie ? La question est particulièrement pertinente étant donné qu’Oxford était le premier centre d’optique dans l’Europe médiévale, et que les franciscains, considérés comme les principaux agents du développement et de la diffusion des savoirs en optique, avaient un réseau d’universités, d’études (studia) et de bibliothèques dans toute l’Europe.

6En formulant sa réponse, Raynaud adopte un point de vue sociologique ; d’abord, avec l’idée qu’une innovation scientifique peut être partiellement expliquée par la diffusion des connaissances adéquates, et ensuite avec l’idée que plus un environnement social est cosmopolite, plus il tend à adopter les innovations. En appliquant l’analyse de réseaux, Raynaud montre de façon convaincante que l’Université de Bologne était plus cosmopolite que n’importe quelle autre université, et notamment qu’Oxford et Paris, qui constituaient les deux autres points nodaux dans le réseau franciscain de diffusion des savoirs ; autrement dit, les membres de l’Université de Bologne avaient davantage d’opportunités d’être en contact avec d’autres universités et l’Université de Bologne était en meilleure position pour attirer des enseignants venant de l’étranger. Par conséquent, Raynaud conclut que « les universités du centre de l’Italie étaient dans une position d’autonomie et de pouvoir qui leur permettait de s’approprier des ressources venant des autres centres, et de conserver certaines ressources auxquelles d’autres centres n’avaient pas accès » (p. 136). Ces universités ont ainsi accumulé les savoirs en optique, les ont diffusés au travers du réseau franciscain paneuropéen, si bien que le centre de l’Italie constituait une région propice au développement de la perspective linéaire.

7Cet ouvrage ne développe pas seulement une thèse convaincante sur la diffusion des savoirs, il conforte également la thèse de Raynaud sur l’importance de l’optique franciscaine dans le développement de la perspective linéaire, thèse qu’il a avait développée dans L’Hypothèse d’Oxford. Alors que ce dernier ouvrage n’est disponible qu’en français, le livre Optics and the Rise of Perspective récemment paru pourra contribuer à mieux faire connaître cette thèse dans le monde académique anglophone. En tout cas, il le mérite très certainement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sven Dupre, « Dominique Raynaud, Optics and the rise of perspective: a study in network knowledge diffusion »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/998

Haut de page

Auteur

Sven Dupre

Utrecht University and University of Amsterdam

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals