Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Guyon et Marc Heijmans (dir.), L’Antiquité tardive en Provence (ive-vie siècle) : naissance d’une chrétienté

Actes Sud/Aux Sources Chrétiennes de la Provence, Arles, 2013, 224 p. (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine ; hors collection)
Elisabeth Lorans
Référence(s) :

Jean Guyon et Marc Heijmans (dir.), L’Antiquité tardive en Provence (ive-vie siècle) : naissance d’une chrétienté, Actes Sud/Aux Sources Chrétiennes de la Provence, Arles, 2013, 224 p. (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine ; hors collection)

Texte intégral

  • 1 Citons, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques-uns des bilans parus depuis les années 90 : en co (...)

1À l’échelle de la France actuelle, la Provence est sans conteste la région qui offre le plus de traces visibles de l’architecture chrétienne des premiers siècles et c’est un nouveau bilan que nous offrent aujourd’hui Jean Guyon et Mark Heijmans, à la suite de nombreux travaux antérieurs auxquels ils ont collaboré voire qu’ils ont dirigés1. Cette nouvelle publication prend la forme d’un volume de grand format de plus de 220 pages et très richement illustré de cartes, de plans et de photographies. Vingt et un chercheurs y ont participé outre les deux directeurs de publication, tous deux membres du Centre Camille-Jullian, qui accueille dans ses collections l’ouvrage publié conjointement par Actes Sud, basé à Arles s’il est besoin de le rappeler, et par une association, Aux sources chrétiennes de la Provence, dont la seule existence prouve l’intérêt que ces questions suscitent dans le Midi et le désir de promouvoir cette période comme le patrimoine qu’elle nous a légué auprès du grand public.

2L’ouvrage, préfacé par Claude Dagens, évêque d’Angoulême et membre de l’Académie française, offre, à la suite d’une courte introduction, une structure chronologique en trois parties correspondant aux trois siècles considérés. Chacun d’entre eux est subdivisé en trois sections identiques : “ La trajectoire historique du siècle ” ; “ Les témoins archéologiques ” ; “ Des faits et des hommes ”. La structuration même de l’ouvrage, qui compte un total de 60 notices d’une ou deux pages, témoigne de la volonté des auteurs de toucher le plus grand nombre, à travers des textes courts dont les titres martèlent les idées principales à retenir, les renvois fréquents à d’autres notices facilitant la navigation à l’intérieur du volume. La postface, signée de Xavier Delestre, conservateur régional de l’archéologie de Provence-Alpes-Côte d’Azur, est suivie d’un glossaire, qui aurait sans doute pu être développé davantage, et d’une chronologie qui met en parallèle “ le contexte géo-politique ” de l’empire et “ les faits et les hommes en Provence ”. Suit une bibliographie d’une page réduite aux ouvrages de portée générale, qui complète les indications fournies à la fin de chaque notice. Enfin, les résumés des 60 notices en anglais, traduits par Simon Loseby, lui-même spécialiste de la Marseille de l’Antiquité tardive et plus généralement de la question urbaine à cette période, occupent les sept dernières pages.

3Il ne saurait être question de résumer ici chaque notice ni même chaque partie de l’ouvrage mais plutôt de dégager quelques points forts de la Provence chrétienne qui jouit d’une image de marque, si j’ose dire, très positive due à la qualité des œuvres conservées, à commencer par les célèbres sarcophages de marbre décorés de scènes inspirées de l’Ancien et du Nouveau Testament. Présents à Arles et à Marseille mais aussi en d’autres lieux à partir du deuxième quart du ive s., ils proviennent pour la plupart de Rome, même si des ateliers locaux ont existé, notamment à Marseille. Si ces sarcophages témoignent de la diffusion de la foi chrétienne chez les élites peu de temps après l’instauration de la tolérance religieuse par Constantin en 313, la construction de lieux de culte a davantage tardé. En tout cas, parmi les édifices chrétiens connus en Provence par l’archéologie, aucun n’est antérieur au ve s., à l’exception d’une église reconnue à Arles attribuée au troisième quart du ive s. et interprétée comme une chapelle privée réservée à l’évêque et à ses clercs. C’est néanmoins un maillage de communautés chrétiennes déjà fourni qui est attesté vers 600 à travers tout le territoire provençal, en associant données matérielles et sources littéraires. La place des agglomérations secondaires dans le développement du christianisme est attestée par la présence d’églises de bonne taille parfois assorties de baptistère, comme à Saint-Maximin, et en milieu rural cohabitent fondations épiscopales, créées notamment sous l’action de Césaire d’Arles, évêque de 502 à 542, et aristocratiques.

4À la tête de ces réseaux, les groupes épiscopaux implantés dans les chefs-lieux où ils occupaient soit une position périphérique, soit une position centrale, à l’emplacement du forum, témoignage de la place que l’Eglise avait acquise dans la cité. Le transfert de l’église épiscopale à Aix-en-Provence et à Arles, exceptions à la règle de stabilité de la très grande majorité des ecclesiae primitives, témoigne de cette importance topographique et symbolique parfois renforcée par la coexistence de deux églises épiscopales. Pour autant, la plupart des cathédrales de la région étaient des édifices uniques et d’un plan simple : une nef, de quelques dizaines de mètres de longueur, prolongée à l’est d’une abside réservée au clergé. Marseille fait exception avec une nef de 50 m de longueur à laquelle fait écho le très vaste baptistère maintenant disparu mais bien documenté.

5De plan comparable, carré à l’extérieur et octogonal à l’intérieur, à l’exception de celui de Cimiez établi dans la salle de chauffe de thermes antiques, les baptistères provençaux montrent des variations de taille révélatrices de la hiérarchie urbaine : une centaine de mètres carrés à Cimiez, Fréjus et Riez, le double à Aix-en-Provence, qui souhaitait affirmer son primat sur les Eglises de Provence orientale, et enfin 600 m2 pour le baptistère de Marseille, qui surpasse de loin tous les édifices de cette nature en Gaule mais aussi à Rome et Milan et dont le décor de mosaïques et de placage de marbre n’a pas d’équivalent dans la région.

6Le monde des morts est également abordé à travers l’étude des nécropoles et des édifices funéraires, qui témoignent du développement du culte des saints à partir du ve s. À signaler parmi les découvertes les plus récentes la basilique de la rue Malaval à Marseille édifiée au début du ve s. et, curieusement, abandonnée dans le courant du siècle suivant. Le culte des reliques y est particulièrement bien marqué par la présence dans l’abside d’une fosse à reliques implantée sous l’autel et d’une memoria constituée de deux tombes masculines en sarcophage contenant chacune un cercueil de plomb et dotées de tuyaux de bronze permettant de verser de l’huile qui ruisselait sur les cercueils avant d’être recueillie. L’accumulation des tombes à l’intérieur de la basilique comme à l’extérieur atteste la forte dévotion rendue à ces personnages anonymes et manifeste la grande diversité des pratiques funéraires à cette période.

7Le début du monachisme provençal est abordé principalement à partir de l’exemple très éclairant de Lérins où vie communautaire et vie érémitique ont d’abord coexisté. En témoigne la fouille de la chapelle Saint-Sauveur qui a révélé un premier oratoire associé à un espace de vie, au ve s., tandis qu’au début du siècle suivant l’édifice agrandi reçut une fonction funéraire et commémorative.

8Enfin, la question urbaine, cruciale à cette période, est abordée de manière assez brève. À une certaine stabilité du paysage urbain au ive s., exception faite d’Arles où Constantin aurait laissé sa marque par la construction de nouveaux édifices (thermes du Nord) ou le remodelage de certains espaces (forum, cirque), succèdent des transformations plus importantes avec la construction de nouvelles enceintes, de taille réduite, à Arles, Marseille ou Avignon, mais aussi dans des agglomérations secondaires. Cette période voit aussi la transformation de nombreux édifices publics, en particulier les édifices de spectacle, colonisés par des habitations et de nouveaux usages, marquant la fin de la vie “ à la romaine ”. À travers la question urbaine, qui implique le temps long, on perçoit les limites du découpage chronologique de l’ouvrage qui demeure quelque peu artificiel puisque de nombreuses notices dépassent la période dans laquelle elles sont insérées. Saluons néanmoins la production d’un bel ouvrage dont on aimerait avoir l’équivalent pour des régions plus septentrionales de la Gaule.

Haut de page

Notes

1 Citons, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques-uns des bilans parus depuis les années 90 : en complément de l’ouvrage de synthèse Naissance des Arts chrétiens, Paris, Ministère de la Culture, 1991, dans lequel la Provence occupe une place de choix, voir Les premiers monuments chrétiens de la France, 1. Sud-Est et Corse, Paris, Picard, 1995 ; J. Guyon dir., Les premiers chrétiens en Provence, guide archéologique, éditions Errance, 2001 (voir compte rendu dans RACF, 41, 2002, p. 281-282. Dirigé par le même auteur et M. Heijmans, le dossier intitulé  “Antiquité tardive, haut Moyen Âge et premiers temps chrétiens en Gaule méridionale ” et publié en deux livraisons donne une belle vision d’ensemble ( “Première partie : réseau des cités, monde urbain et monde des morts ”, Gallia, 63, 2006, p. 1-170 ;  “Seconde partie : monde rural, échanges et consommation ”, Gallia, 64, 2007, p. 1-189). Enfin, la Provence est bien représentée dans l’ouvrage suivant : D. Paris-Poulain et al. (dir.), Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle. Hagiographie, épigraphie et archéologie : nouvelles approches et perspectives de recherche, actes du colloque d'Amiens 2007, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009 (Archéologie et Culture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Lorans, « Jean Guyon et Marc Heijmans (dir.), L’Antiquité tardive en Provence (ive-vie siècle) : naissance d’une chrétienté », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 56 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2547

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lorans

Professeur d’archéologie médiévale à l’Université François Rabelais de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page