Navigation – Plan du site
Carte localisation

Le hameau moderne abandonné de Pré-Rigot (Compains, Puy-de-Dôme)

The deserted hamlet from the modern age of Pre-Rigot (Compains, France)
Frédéric Surmely, Jay Franklin, Amélie Berthon et Alban Horry

Résumés

Le site est localisé à 1 100 m d’altitude, dans le massif du Sancy, en bordure d’un haut plateau basaltique. Il a été découvert en 2013 par nous-mêmes à l’occasion d’une campagne de prospection thématique. Il se compose de plusieurs constructions semi-enterrées, entourées d’enclos et de murs. Aucune trace ni mention de cet habitat n’a été trouvée dans les archives. Un sondage a été mené, sur une large surface de plus de 230 m², de façon à englober l’ensemble d’un des bâtiments. L’édifice se compose de deux pièces, malheureusement fort endommagées par l’utilisation ultérieure du site comme poubelle. Au vu de son architecture, du mobilier collecté, la bâtisse correspond indiscutablement à un établissement agricole, de rang moyen, occupé de façon permanente et non à une construction temporaire à usage spécialisé (buron ou proto-buron), comme on aurait pu s’y attendre au vu de la situation géographique. L’édifice a été construit au cours du xviie s., transformé au moins une fois à une date indéterminée, avant de devenir, assez récemment, un lieu de décharge, notamment pour les bêtes mortes. Cette dernière utilisation a eu malheureusement pour conséquence la mutilation de l’édifice.
L’ensemble du site peut donc être interprété, en première analyse, comme un hameau, regroupant au moins sept bâtiments, dont l’usage et l’exacte contemporanéité restent à établir. Le site semble avoir été créé ex nihilo et abandonné assez subitement. Les raisons de cette désertion brutale et définitive restent mystérieuses, peut-être en lien avec des mutations agricoles, l’extension de l’élevage bovin spécialisé et/ou les crises démographiques de la fin du règne de Louis XIV.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier chaleureusement les membres de l’équipe de recherches : Florie-Anne Auxerre-Géron, Jean-Baptiste Chalin, René Murat, Bob Linam, Caroline Yon-Bernard, Jeff Navel, Cristina L. Bolte, Amber Clements, Cayla Michelle Cannon, Caroline Jeangérard et Jacob Ian Wall, ainsi que Catherine Larnaudie, maire de Compains et les deux rapporteurs de la RACF.

L’opération a été menée dans le cadre d’un échange international franco-américain centré sur l’archéologie, animé par Jay Franklin et Frédéric Surmely.

Le sondage a été financé par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et le conseil général du Puy-de-Dôme, avec le soutien de la commune de Compains.

Justification des recherches

1Le site a été découvert en 2013, dans le cadre de la prospection diachronique menée sur la commune de Compains (Surmely 2013), dans le massif volcanique du Sancy. Il présentait des caractéristiques proches de celle d’un hameau “ déserté ” d’époque médiévale, tout en offrant quelques traits originaux. Dans le cadre de la caractérisation chronologique et fonctionnelle des habitats et structures de ce secteur, qui fait suite aux recherches similaires menées dans le sud du massif du Cantal, nous avons donc décidé d’entreprendre un sondage sur ce site.

Localisation géographique et contexte historique

2Le site se localise en bordure septentrionale du grand plateau volcanique de Curreyre, à 1 110 m d’altitude. Il occupe une position plane, avec un léger pendage nord-sud. En revanche, il est bordé au nord par un à-pic impressionnant, formant un escarpement presque vertical de 120 m et quasiment infranchissable (Fig. 1). Le plateau est exposé aux vents dominants. Le site est totalement isolé de tout habitat actuel. Le bourg de Compains est distant de 500 m à vol d’oiseau, mais avec un dénivelé de 120 m. Les hameaux actuels les plus proches sont Escouailloux, à 1 500 m de distance linéaire, et Curreyre (2 000 m). Aucune autre forme d’habitat permanent n’est présente à moins de 2 km. Aux abords du site, les seules constructions présentes correspondent à des burons (habitat temporaire spécialisé), aujourd’hui abandonnés. Le climat est particulièrement rude, avec des hivers froids et des précipitations très abondantes.

Fig. 1 - Localisation géographique du site et contexte archéologique du hameau de Pré-Rigot (étoile rouge). En jaune : structures pastorales d’époque moderne (peignes) ; en bleu : hameaux médiévaux 1 : Les Yvérats. 2 : La Taillade. 3 : Brion.

Fig. 1 - Localisation géographique du site et contexte archéologique du hameau de Pré-Rigot (étoile rouge). En jaune : structures pastorales d’époque moderne (peignes) ; en bleu : hameaux médiévaux 1 : Les Yvérats. 2 : La Taillade. 3 : Brion.

DAO F. Surmely

3L’isolement du site semble être une réalité enracinée dans l’histoire. En effet, les prospections n’ont révélé aucun autre site interprétable comme de l’habitat permanent médiéval ou moderne, sur l’ensemble du plateau. Les hameaux médiévaux (cf. infra) découverts aux abords, au Teston de Joran, à Curreyre (site des Yvérats, fouillé depuis 2014), de la Taillade (sondé en 2015) et de Brion, sont distants de plus de 2,5 km.

4Le plateau recèle de nombreuses structures pastorales d’époque médiévale/moderne (Surmely, sous presse), la plus proche se situant à environ 800 m au sud (Fig. 2).

Fig. 2 - Photographie aérienne du site, au cours des sondages.

Fig. 2 - Photographie aérienne du site, au cours des sondages.

© F. Surmely

Description du site

5Le site se compose d’un ensemble de structures, divisé en deux types principaux (Fig. 3 et 4), d’une part des bâtiments rectangulaires semi-excavés, entourés d’un bourrelet de terre, présentant parfois une séparation interne, et d’autre part des murs formant délimitant parfois des formes fermées (enclos). La description du site repose sur l’observation visuelle de l’état actuel (S = Structure, E = Enclos, M = Mur).

Fig. 3 - Photographie aérienne rapprochée du site. La structure sondée (S1) est entourée en rouge.

Fig. 3 - Photographie aérienne rapprochée du site. La structure sondée (S1) est entourée en rouge.

© F. Surmely, 2013

Fig. 4 - Relevé micropotopographique du site.

Fig. 4 - Relevé micropotopographique du site.

Levé et report : J.-B. Chalin, F.-A. Auxerre-Géron et F. Surmely

6S1 : bâtiment ayant fait l’objet du sondage. C’est une structure allongée, avec une division interne visible entre deux pièces. Elle est proche de l’enclos E1. Sa surface apparente était de 125 m².

7S2 : bâtiment le plus en pointe du plateau, et aussi le plus petit, avec un sol excavé et une surface interne de 118 m² environ. Sa forme est grossièrement quadrangulaire. Il n’y a pas d’indice apparent de murs en pierres, de division interne, ni d’ouverture.

8S3 : bâtiment allongé dans le sens de la pente, à forme rectangulaire, occupant une surface de 250 m² environ. Malgré l’érosion, on distingue une division interne, avec une différence de niveau entre les deux espaces et une possible entrée. La structure est dotée de murs en pierres, dont une petite portion est visible en surface.

9S4 : bâtiment proche de S3, tant du point de vue morphologique que topographique. Il occupe une surface totale (bourrelet périphérique inclus) de 290 m². Il a des murs en pierres, dont on peut suivre le tracé.

10S5 : petit édifice, orienté de la même façon que les bâtiments S3 et S4, mais de dimensions plus réduites, avec une superficie de 130 m² seulement. Ses murs sont en pierres (le sommet du mur pignon nord apparaît en surface), mais aucune division interne n’est observable.

11S6 : bâtiment disposé perpendiculairement à la pente. Il est très long et occupe une surface de 350 m², bourrelet inclus. Il est très érodé et donc difficile à interpréter. On observe au moins deux entrées et très certainement un cloisonnement interne composé de quatre cellules alignées et dotées chacune d’un couloir individuel. Cette forme est caractéristique des structures pastorales de type “ peigne ”, qui sont nombreuses dans le secteur, bien que toujours isolées des habitations (Surmely et le Junter 2017). Elle est dotée, au moins partiellement, de murs en pierres. S’ils ne sont pas très fréquents, les “ peignes ” à murs en pierres sont connus dans la zone (Surmely 2012 ; Surmely et le Junter 2017).

12S7 : plus grand édifice du groupement. Il est situé au sud des autres, sur une autre parcelle du cadastre actuel et disposé grossièrement dans le sens de la pente. Comme ses voisins, il a un sol excavé et un bourrelet périphérique particulièrement imposant du côté ouest, qui occupe une surface totale de 450 m² environ. Une division interne coupe la structure en deux dans le sens de la longueur, délimitant deux espaces pas exactement contigus.

13E1 : enclos situé à l’ouest de S1 et très proche de celle-ci. Sa superficie est d’environ 500 m². Sa délimitation à l’est et au sud a été faite par un muret en pierres, dont certaines portions sont visibles en surface.

14E2 : structure présumée, difficilement visible au sol. Il pourrait s’agir d’un enclos.

15M1 : mur voisin de l’enclos E2 et peut-être en relation avec celui-ci. Il est orthogonal au sens de la pente et pourrait donc être un mur de terrasse.

Archives

16Aucune mention de bâtiment ne figure sur le cadastre, dont la première édition date de 1828 (Fig. 5). La parcelle (no 155 de la section D) est quasiment identique à celle d’aujourd’hui, et elle appartenait déjà à l’époque aux habitants de la commune de Compains, ainsi que la parcelle de bois attenante.

Fig. 5 - Extrait du tableau d’assemblage du premier cadastre (1828) de la commune de Compains (AD63).

Fig. 5 - Extrait du tableau d’assemblage du premier cadastre (1828) de la commune de Compains (AD63).
  • 1 Jugement du tribunal d’Issoire du 2 juillet 1794 (AD63 1Q 1091).
  • 2 Procès Minet/Lenègre, 1866 (AD63 39fi087).

17Il est à noter que ces biens communaux n’ont pas été privatisés, contrairement à ceux des habitants du hameau de Brion qui ont été partagés en 1794, en application de la loi du 10 juin 17931. Sur un plan dressé en 1866, à l’occasion du procès2, le lieu est orthographié Pré Rigaud. Le terme de “ montagne ”, indiquant un lieu d’estive, est réservé à d’autres lieux voisins, comme Barbe-Sèche et Rège. Aucune autre archive, plan ou texte, n’a pu être retrouvée à la suite de nos recherches aux archives départementales du Puy-de-Dôme, y compris dans les registres paroissiaux.

Méthodologie

18Le sondage a été mené durant le mois de juillet 2013, en accord avec le conservateur régional de l’archéologie d’Auvergne, sur une large surface de plus de 230 m², de façon à englober l’ensemble de la structure S1, incluant le bourrelet périphérique. Il était même prévu d’étendre le décapage à une partie de l’enclos voisin (E1), mais cela n’a pu être réalisé faute de temps. Le décapage préliminaire a été réalisé à la mini-pelle, suivi d’un décapage manuel des niveaux archéologiques. Des prélèvements ont été effectués pour les analyses paléoenvironnementales : palynologie,Y. Miras ; anthracologie et carpologie, M. Cabanis, GEOLAB).

19La position des objets a été relevée par carrés de 2×2 m.

Le Bâtiment S1

Stratigraphie

20La liste des unités stratigraphiques, faits et structures, est donnée en annexe.

Description (Fig. 6)

État 1

21La structure, après décapage, se révèle avoir la forme un rectangle de 6,8 m de largeur, pour une longueur minimale de 18,3 m, soit au moins 125 m² de superficie. La surface exacte est impossible à déterminer, dans l’état actuel des recherches, du fait des bouleversements ayant affecté l’extrémité nord-ouest.

22L’édifice a été orienté grossièrement dans le sens de la pente, les murs pignons se trouvant respectivement au sud-est et au nord-ouest. Les murs sont composés essentiellement de pierres de taille irrégulière, liés à la terre. On remarque que les blocs les plus imposants ont été disposés à la base des murs. Les pierres utilisées proviennent exclusivement des formations volcaniques locales (basanites). Un soin a été apporté à certains blocs, qui ont été équarris et même taillés. C’est le cas notamment de plusieurs éléments formant la bordure de l’escalier. L’utilisation de l’argile comme liant pour la maçonnerie était la règle dans les pays de montagne volcanique à cette époque (Charbonnier et Grélois 2005).

Fig. 6 - Relevé micro-topographique de la structure 1.

Fig. 6 - Relevé micro-topographique de la structure 1.

Relevé et report J.-B. Chalin et F. Surmely

23L’intérieur de la structure a été légèrement creusé (environ 0,50 m), jusqu’au substrat rocheux (US 100), la terre ayant été rejetée à l’extérieur pour former un bourrelet périphérique (B70), lui-même bordé du côté externe par un autre mur (M71). Cette disposition “ semi-enterrée ” est commune à l’ensemble des architectures vernaculaires de pierre de la moyenne montagne auvergnate d’époques médiévale et moderne (Nicolas et al. 2012). Elle présentait un triple intérêt pour les constructeurs : conforter les murs, leur donner une base saine sans fondations et surtout améliorer l’isolation thermique. Ce dernier avantage était à coup sûr le plus intéressant, compte tenu du climat rude des massifs montagneux auvergnats. Dans le cas de Pré-Rigot, il est vraisemblable que la profondeur de creusement a été limitée par la faible puissance des formations superficielles et la proximité du substrat basaltique extrêmement dur et pratiquement impossible à affouiller avec les moyens de l’époque. Les mêmes caractéristiques s’observent d’ailleurs sur le hameau médiéval voisin de la Taillade (Surmely 2015).

24Les murs périphériques sont conservés le plus souvent sous la forme de la simple assise inférieure, au mieux de trois niveaux.

25L’intérieur de la bâtisse a été divisé en deux parties de superficie inégale par un mur de refend (US 47), formé du même type d’appareil.

26La pièce 1 (au sud-ouest) a été très endommagée par les remaniements postérieurs et notamment par l’aménagement d’une zone d’équarrissage (Fig. 7). Sa superficie est d’environ 61 m². Son sol était, au moins partiellement, recouvert d’un dallage assez régulier (D21), formé de pierres plates de tailles différentes non taillées, mais présentant au moins une surface plane disposée sur le haut. Il est conservé dans la partie sud-ouest exclusivement. Il est impossible de savoir si ce dallage s’étendait initialement à l’ensemble de la pièce, du fait des bouleversements ultérieurs. De même, les destructions postérieures ont détruit la partie nord du mur gouttereau oriental de la même pièce (carrés P11-P12). Or, c’est à ce même endroit que semble avoir été aménagé un accès extérieur direct à cette même pièce, le long du mur M47, dont l’assise se prolonge en dehors du cadre du mur gouttereau oriental. Dans ce cas, la possible entrée serait en liaison avec le dallage D16.

Fig. 7 - Vue zénithale de la pièce 1 à l’achèvement du sondage.

Fig. 7 - Vue zénithale de la pièce 1 à l’achèvement du sondage.

© F. Surmely

27La pièce 2 (au nord-est) est située en contrebas, dans l’alignement de la pièce 1. La différence de niveau entre l’extrémité nord de la pièce 2 et l’extrémité sud de la pièce 1 est de 1,35 m, soit une pente générale théorique de 8 %. Les destructions postérieures nous empêchent de connaître de quelle manière a été rattrapée la différence de niveau et s’il y avait une communication interne entre les deux espaces. Le mur de refend (M47) a été en effet en partie détruit ultérieurement. S’il y avait une communication entre les deux pièces, elle n’aurait pu se situer qu’à l’ouest. De même, les modifications postérieures, ayant entraîné la destruction du mur pignon nord, ne permettent pas d’estimer la longueur de la pièce. En se basant sur le mur externe M42, nous savons qu’elle était d’au moins 9,1 m, donc de superficie égale ou supérieure à la pièce no 1. Son sol a été intégralement dallé (D33), très régulièrement, avec un module de pavé inférieur à celui de la pièce 1 (Fig. 8 à 10). Toutefois, comme dans l’espace supérieur, les pavés n’ont pas été taillés, mais seulement choisis avec grand soin dans la blocaille basaltique présente aux alentours. Le dallage repose directement sur le substrat rocheux. Il existe une très légère pente, du sud vers le nord, d’environ 3 %. Dans la partie centrale, une rigole, de très petites dimensions, a été aménagée en faisant jouxter des dalles de module plus important possédant un côté latéral rectiligne.

Fig. 8 - Vue zénithale d’une partie de la pièce 2, avec le dallage (D33, état 1), et la tranchée (T15) le recoupant (état 3).

Fig. 8 - Vue zénithale d’une partie de la pièce 2, avec le dallage (D33, état 1), et la tranchée (T15) le recoupant (état 3).

© F. Surmely

Fig. 9 - Autre vue zénithale d’une partie de la pièce 2.

Fig. 9 - Autre vue zénithale d’une partie de la pièce 2.

© F. Surmely

Fig. 10 - Vue zénithale du dallage D33.

Fig. 10 - Vue zénithale du dallage D33.

© F. Surmely

28Du côté sud, dans le prolongement de la rigole, on observe une partie plane (Fig. 11). Il semble s’agir d’une surface rocheuse naturelle, polie par l’érosion. Il est possible que ces dalles aient pu servir de plaque-foyère, mais cela nous paraît toutefois peu vraisemblable.

Fig. 11 - Vue du dallage D33 et de la surface polie.

Fig. 11 - Vue du dallage D33 et de la surface polie.

© F. Surmely

29Cette pièce était dotée d’un accès, sous la forme d’un escalier, encadré par un petit corridor, fait de grandes dalles particulièrement bien agencées et taillées. Cet escalier a trois marches, de taille égale. Il débouche sur un perron, lui-même relié à la partie nord du bâtiment par un couloir rectiligne, dont la longueur actuelle est de 6 m (Fig. 12).

Fig. 12 - Vue rapprochée de la partie nord-est de la pièce 2, avec l’escalier, le perron et le couloir.

Fig. 12 - Vue rapprochée de la partie nord-est de la pièce 2, avec l’escalier, le perron et le couloir.

© F. Surmely

État 2

30Dans un second état, le bâtiment a été raccourci, par une diminution de la longueur de la pièce 2. Le mur pignon nord a été démoli et un autre mur (M45) a été construit, au moins 3 m en-deça, ramenant la superficie de la pièce à 40 m² et celle de l’édifice tout entier à 100 m² environ (Fig. 13). Le mur M45 est composé de blocs de même taille et nature pétrographique que le mur antérieur (M42), et il s’agit d’ailleurs peut-être de récupération. Mais son originalité réside dans l’emploi d’un liant composé d’une argile collante rougeâtre, de type argile à potier, dont l’origine est inconnue. On note aussi un moindre soin apporté à l’agencement des composants lithiques. Le mur a donc été implanté au ras de l’entrée, sans autre modification apparente du reste du bâtiment, à l’exception d’une sorte de blocage (D54), localisé dans l’angle sud-est de la pièce 2. Le niveau d’arasement des maçonneries rend la reconstitution de l’ensemble très délicate. L’hypothèse serait qu’un second accès ait été ouvert dans la pièce 2, le blocage D54 formant alors un dispositif de type perron à une marche.

Fig. 13 - Vue zénithale du bâtiment.

Fig. 13 - Vue zénithale du bâtiment.

© F. Surmely

31Il est également impossible de dire si ce réaménagement architectural s’est accompagné d’une modification dans l’usage du bâtiment. De même l’intervalle de temps séparant les deux états de construction est difficile à déterminer, probablement assez réduit, puisque le mobilier apparaît globalement homogène (cf. infra).

État 3

32Entre l’état 2 et l’état 3 a dû avoir lieu une période d’abandon de la structure, qui s’est traduite par sa ruine et la récupération d’une bonne partie des pierres.

33L’état 3 est l’utilisation de la structure comme lieu d’équarrissage et de poubelle, notamment dans la pièce 1. Il faut attribuer à cette phase la destruction de tout le sol de la partie nord de la pièce 1, le surcreusement du substrat rocheux et l’ouverture d’une tranchée (T15) dans la pièce 2 qui traverse le dallage D33 et le mur D45 et sans doute des bouleversements un peu partout. La fonction de cette tranchée pourrait être l’évacuation des liquides de putréfaction.

34L’enlèvement des ossements a été fait à la mini-pelle, sans collecte ni examen détaillé des restes, pour des raisons sanitaires. Nous avons pu identifier des restes de plusieurs vaches, mais aussi chevaux, chiens, ainsi que des détritus divers (cercles de roues de charrettes, ferrailles diverses…).

35La datation du fonctionnement de ce lieu de décharge ne saurait être fixée précisément, mais certains ossements semblent avoir moins de 100 ans, les secteurs de moyenne montagne étant généralement caractérisés par une très mauvaise conservation de la matière organique. On peut même supposer que des ossements plus anciens aient disparu.

36Nous n’avons trouvé aucune mention de ce type de décharge dans les archives.

37Comme nous l’avons dit, cet aménagement a mutilé et bouleversé la structure originelle.

Mobilier

Petit mobilier métallique (hors armement et monnaie) (AB)

38Le petit mobilier est principalement métallique, avec un nombre total de restes s’élevant à 188. La répartition par matériau majoritaire constituant l’objet se définit dans le tableau suivant :

Tabl. 1 - Répartition du mobilier selon les matériaux (en nombre de restes, NR).

Tabl. 1 - Répartition du mobilier selon les matériaux (en nombre de restes, NR).

39Une série d’objets a par ailleurs été radiographiée, afin de faciliter la lecture des éléments métalliques, faiblement corrodés.

– Accessoires vestimentaires (Fig. 14)

- Boucles

40Les fragments de boucles sont ici fragmentaires. Le fragment 69 est une traverse latérale de boucle à cadre rectangulaire, le seul exemplaire en alliage cuivreux de ce lot. La boucle 90 est aussi rectangulaire, en fer. Ces types, très classiques, ne sont pas datables. La boucle ovale allongée 15 comporte encore une chape dont la radiographie révèle une composition non ferreuse. Cet objet a brûlé d’après l’aspect du métal. Cette boucle peut être qualifiée de récente.

Fig. 14 - Accessoires vestimentaires.

Fig. 14 - Accessoires vestimentaires.

DAO A. Berthon

- Perles

41Quatre types de perles ont été mis au jour, majoritairement en verre.

  • 3 Les perles en os sont plus ou moins fréquentes à l’époque moderne et de dimensions variables, notam (...)

42La perle 36 est en os. Sa surface est légèrement brunie par l’oxydation3. La perle noire facettée est très probablement en jais (88). On lui comparera des perles facettées proches datées de la fin du xviie s. en Floride, sur des chapelets (Deagan 2002 : 70, fig. 4.29), mais surtout à une perle exhumée dans la résidence fortifiée rurale de “ Pré Putet ” (Allier), qui est identique (Berthon à paraître : pl. 11/10, époque moderne). Les perles en verre sont plus nombreuses : une petite perle sphérique bleu cobalt (106) trouve des comparaisons identiques à Southampton (Angleterre), mais aussi à Roanne (Loire), pour le xviie s. (Harvey et al. 1975 : 275-276, obj. 1958 ; Berthon in Delhoofs 2013, sép. 1282). Enfin, un lot de quatre perles en pâte de verre opaque, beige, à la surface piquetée et irisée, est issu de l’US 30 (63) (Fig. 14 et 15). Il est à noter que l’époque moderne est une grande consommatrice de perles et de verroterie diverses, tant pour l’usage religieux via les chapelets, que pour un usage ornemental ou vestimentaire (Guillet et Pothier 2005 : 45).

Fig. 15 - Perles en pâte de verre.

Fig. 15 - Perles en pâte de verre.

© F. Surmely

- Bagues

43La bague 94 est un anneau fin, à jonc plat, d’un diamètre de 19 mm, très probablement en argent. Aucun décor n’est décelé.

44La bague 110 est fragmentaire et seul le chaton, après nettoyage, est lisible. Il s’agit d’un chaton ovale estampé où apparait en relief le monogramme “ IHS ”. Sur l’anneau, de chaque côté du chaton, un motif grillagé en relief est identifiable. Le monogramme “ IHS ” est un symbole chrétien très fréquemment utilisé à l’époque moderne (Colardelle 2008 : 326-327 et 347).

- Accessoires divers

45La bouclette en fer 60 est un œillet de barbacane, fragmentaire, dont il manque un anneau de fixation. Il fonctionne avec une agrafe, afin de fermer deux pans de vêtement. Cet exemplaire est en fer, bien que les plus couramment utilisés soient en alliage cuivreux (Berthon 2012 : 44). Certains œillets-agrafes sont toutefois en fer comme le montrent les exemples de Londres au début du xvie s. et au milieu du xixe s. (Egan 2005 : 51 , obj. 220 ; Henderson et al. 2013 : 88-89, fig. 101, sép. 8-9).

46Parmi les accessoires jugés comme vestimentaires, le grelot 61 apparaît sous une forme classique, qu’il n’est pas possible de dater, puisque ce type hérité du Moyen Âge est encore utilisé aujourd’hui (Egan et Pritchard 1991 : 336-341). Il se présente sous la forme de deux calottes hémisphériques de cuivre assemblées. La partie supérieure est fendue pour accueillir une bélière (anneau de suspension, ici simplement constituée d’une bande de métal repliée), alors que la calotte inférieure est ajourée, laissant un motif classique d’une fente terminée par deux cercles. La radiographie montre que la bille, faisant office de battant sonore, est encore présente. L’usage n’est pas déterminé avec exactitude puisque l’iconographie figure des grelots aussi bien portés par les animaux (faucons, chiens, harnachement) que suspendus sur les vêtements religieux ou civils (enfants notamment ; Egan 2005 : 57 ; Deagan 2002 : 138-154).

47Deux épingles dites à tête enroulée ont été découvertes : 62 et 74. Elles appartiennent à un type moderne très classique abondamment utilisé, constitué d’une tige effilée dont la tête est un fil enroulé deux fois et pressé autour de l’extrémité proximale. Ce type est utilisé du xiiie au xixe s., sans distinction typologique (Berthon (dir.) 2013 : 77-79 ; Egan et Pritchard 1991 : 297-304 ; Biddle et Barclay 1990 ; Jorrand 1986).

– Objets textiles (Fig. 16 et 17)

48Les objets textiles sont des outils, mais l’activité est jugée comme domestique et féminine dans la grande majorité des cas. L’objet 51 (Fig. 16) a été interprété comme un poinçon à broder. La tige effilée, de section ovale, servait à perforer les matières souples comme le tissu (Arminjon et Blondel 2002 : 582, fig. 2725). L’anneau de préhension est ici brisé. Un léger décor de type bossette meulée est présent sous l’anneau.

Fig. 16 - Objet no 51 (US 30), à tête brisée, interprété comme un poinçon à broder.

Fig. 16 - Objet no 51 (US 30), à tête brisée, interprété comme un poinçon à broder.

© F. Surmely

49Le disque lithique perforé 95 est une fusaïole (25,12 g ; Fig. 17). Cet accessoire rentre donc dans l’étape du filage. Très commun, cet objet est présent dans de nombreux habitats médiévaux et modernes. Cet exemplaire est particulier puisque la perforation centrale, où se place le fuseau, est très régulière et a dû être mise en œuvre au tour. La pierre, légère à grain fin, se prête à ce façonnage.

50Nous n’écarterons pas non plus les deux épingles à tête enroulée décrites plus haut. Certes, l’usage vestimentaire ne fait aucun doute dans la plupart des cas, d’après l’iconographie, mais les études anglaises décrivent ces objets comme “ sewing pins ”, les associant donc aux travaux de couture (Biddle et Barclay 1990 ; Beaudry 2006 : 10-43).

– Objets domestiques

- Équipement domestique divers (Fig. 17)

51Il s’agit ici essentiellement d’ustensiles culinaires : un fragment de grande cuillère en fer (81), une plaque incurvée de type chaudron ou marmite probablement en fonte, avec une trace de moule (73) et un pied de contenant de type chaudron ou marmite, probablement en fonte (25). Ce pied prend la forme stylisée d’une patte animale, de manière classique. La partie supérieure possède un léger creux, pour l’ancrage du contenant sur son support et le revers montre une gorge sur toute la hauteur du pied, à peine lisible en radiographie. Si les éléments 25 et 73 sont bien en fonte, leur datation est donc postérieure à la fin du xviie s. Seules des analyses métallographiques plus poussées peuvent le confirmer.

Fig. 17 - Mobilier domestique, lithique et métallique.

Fig. 17 - Mobilier domestique, lithique et métallique.

DAO A. Berthon

52À ces accessoires s’ajoutent des pierres à aiguiser, qui accompagnent aussi bien l’usage des couteaux que des outils tranchants, de type faux ou faucilles : 92 et 13.

– Coutellerie (Fig. 18)

53La coutellerie moderne est assez diversifiée, et les exemplaires exhumés sur le site de “ Pré Rigot ” s’accordent typologiquement avec des corpus d’époque moderne (Egan 2005 ; Mynard et Zeepvat 1992 ; Goodall 2005) :

Fig. 18 - Coutellerie.

Fig. 18 - Coutellerie.

DAO A. Berthon

- Couteaux pliants
  • 4 L’usage évoqué dans cet article est essentiellement artisanal, cependant, la forme basique de ces l (...)

54Les couteaux pliants sont des lames articulées qui, via une goupille, viennent se ranger dans un étui, monoxyle ou composite selon les cas. Les lames adoptent généralement un profil particulier, comme c'est le cas de l'exemplaire 46. On observe sur l’extrémité proximale une perforation pour sa rotation, ainsi qu’une absence de soie remplacée par un découpage en biseau. Cette configuration se retrouve sur les lames de couteaux pliants du xviiie s., exhumées au Québec (Moussette 2000, fig. 44).

55Le couteau 34 possède encore son étui, gainé de fer. Il s’agit de deux plaques rivetées sur un support latéral : on compte trois rivets latéraux (disposition classique dans ce cas de figure) et un rivet sur la crosse terminale. La lame n’est pas intégralement insérée dans l’étui, ce qui permet une sortie plus aisée. Les étuis complexes sont fréquents à partir du xviie s. et surtout au xviiie s. (Goodall 2005 : 403-404, obj. 171-172 ; Mynard et Zeepvat 1992 : 192, obj. 329 et 332 ; Berthon in Caillot 2013, obj. 465-500, fosse 20062).

- Couteaux à soie étroite sans placage riveté

56Les couteaux 35, 49 et 86 sont plus difficiles à cerner chronologiquement, du fait de la pérennité de ce type depuis le Moyen Âge. La soie demande un emmanchement monolithe ou monoxyle sans rivet (trace de manche en bois sur l’exemplaire 86). Le petit format et la forme allongée de la lame sont plus adaptés à un usage de table.

- Couteaux à soie large et placages rivetés

57La soie de ces couteaux est cette fois large et perforée pour accueillir des placages de chaque côté. Ces derniers peuvent être en bois ou en os. Là encore, ce type d'emmanchement est utilisé depuis le xive s. (Cowgill et al. 1987) et seul un emmanchement complet peut éventuellement déterminer une datation. Les exemplaires concernés sont : 20, 27, 47, 72-82-83. Certaines viroles sont remplacées par des placages minces rectangulaires, généralement en alliage cuivreux : il en reste des vestiges pour les couteaux 82 et 83. Ce détail est par ailleurs identifié sur des couteaux du début du xviie s. à Nonsuch Palace en Angleterre (Goodall 2005 : 400-401, obj. 149). La plupart des rivets utilisés sont tubulaires et en alliage cuivreux, ce métal donnant un aspect décoratif au manche le plus simple.

- Couteaux à mitre

58La mitre est un élément en relief, forgé dans la masse du couteau, séparant la lame du manche. Elle peut se présenter sous forme d'une butée plus ou moins mince comme sur le couteau 23, ou sous forme cylindrique plus ou moins allongée comme sur le fragment 84. Les mitres similaires au couteau 84 se retrouvent fréquemment sur les exemplaires d’époque moderne, notamment entre le xvie et le xviiie s., mais avec un usage plus courant, semble-t-il, pour la fin du xvie et le xviie s. (ibid. : 401-403, obj. 159 à 165 ; Mynard et Zeepvat 1992 : 185-187 et 190-191 ; Egan 2005 : 90-94 et 141-142 ; Egan in Mann 2008 : 51-53, fig. 36/14).

- Inscriptions

59Le développement de la coutellerie s'accompagne parfois d'une réglementation sur la qualité et la diffusion des productions. Si les couteaux sont légalement marqués depuis le Moyen Âge, notamment en Angleterre (Cowgill et al. 1987 : 17-24), l’époque moderne voit aussi se développer des signatures d’artisans, qui ne sont plus de simples signes ou symboles, mais des signatures complètes. C’est le cas de la lame 34. La radiographie a révélé une inscription, malheureusement illisible, car placée sous la zone de corrosion la plus importante (elle trouve en effet à cet endroit un point d’accroche). La lecture doit s’effectuer à l’envers sur la radiographie, la croix ou dague marquant le début de la signature. Sont lisibles les lettres “ DEHA.. ” (?). Ce type de signature rappelle des exemplaires datés du xviie au xixe s. (Arminjon et Blondel 2002 : 244-245, n° 1216 et 1219 ; Moussette 2000 ; Berthon in Pesenti 2013, MET-6). La lame 46 est quant à elle simplement marquée d’une croix.

– Objets en métal liés à l’architecture

60Cette catégorie concerne étonnamment peu d’objets : seuls quelques clous, éléments de pentures-ferrures (bandes métalliques perforées de format divers) ont été découverts. On notera parmi ces éléments de ferrure quelques objets remarquables : une extrémité de ferrure fleurdelisée (54 ; Fig. 19), motif classique pour ce type d’objet et une charnière articulée et repliée (21) (Tabl. 2).

Fig. 19 - 1 : clé no 29 (US 18) ; 2 : clé no 10 (HS). 3 : objet no 54, extrémité de ferrure fleurdelisée (US 30) ; 4 : couteau à soie large et placages rivetés no 20 (US 10) ; 5 : couteau à soie large et placages rivetés no 83 (US 40).

Fig. 19 - 1 : clé no 29 (US 18) ; 2 : clé no 10 (HS). 3 : objet no 54, extrémité de ferrure fleurdelisée (US 30) ; 4 : couteau à soie large et placages rivetés no 20 (US 10) ; 5 : couteau à soie large et placages rivetés no 83 (US 40).

© F. Surmely

Tabl. 2 - Mobilier métallique lié à l’architecture ou aux huisseries (objets en contexte seulement).

Tabl. 2 - Mobilier métallique lié à l’architecture ou aux huisseries (objets en contexte seulement).

61Cinquante-neuf objets métalliques sont en lien avec l’architecture (les objets ici hors contexte n’entrent pas en ligne de compte), dont 52 clous ou tiges de clou. Si ce chiffre apparaît important, il faut toutefois le relativiser du fait du nombre de clous. Seulement sept objets hors clous sont inventoriés et leur dispersion est importante. L’architecture moderne est généralement grande consommatrice de métal et les vestiges de ce type numériquement importants (Berthon (dir.) 2013 : 123-130). Nous pouvons avancer l’idée, qu’une récupération des matériaux de construction ait pu être organisée.

62Ces éléments ne sont pas seulement utilisables dans un cadre architectural, mais aussi dans l’ameublement. Il est difficile, sans contexte précis, de faire une distinction pertinente entre une ferrure de coffre ou de porte, entre un piton de maçonnerie ou une vertevelle de verrou.

– Serrurerie (Fig. 20)

63Ce groupe comprend trois clefs et un moraillon à auberon. Là encore, nous devons souligner l’absence de données sérieuses quant à la typologie et la chronologie des clefs d’époque moderne. La clef 10 possède un anneau réniforme, avec une tige débordante pleine, de section quadrangulaire puis circulaire après l’hayve (décrochement au niveau du panneton). Le panneton symétrique est droit avec deux rouets et un râteau à quatre dents. Pour les comparaisons, nous nous sommes basés sur les caractéristiques techniques de l’objet, à savoir sa tige à deux sections terminée par un “ bouton ” et le motif du panneton. Les deux critères réunis n’ont pas été découverts sur d’autres clefs modernes. En revanche, ce type de tige, ou canon, semble utilisé depuis le xvie s., jusqu’au début du xxe s., avec des occurrences plus fréquentes pour les xviie-xviiie s. (Egan 2005 : 73-74, obj. 319 ; Goodall 2005 : 388-389, obj. 94 et 95 ; Mercuzot 2002 : 142-143 ; Goodall 1990, fig. 329, clefs 3831, 3839, 3841).

Fig. 20 - Éléments de serrurerie, fermeture et huisserie.

Fig. 20 - Éléments de serrurerie, fermeture et huisserie.

DAO A. Berthon

64La clef 29 est elle aussi complète : l’anneau pentagonal est plat de section, raccordé à la tige par un léger bourrelet ou bossette. La tige est “ creuse ” ou plutôt enroulée (la jointure est lisible latéralement), ce que confirme la radiographie. La tige est cependant “ bouchée ” à son extrémité. Le panneton, très découpé, à un profil en forme de crochet (Fig. 21). On note sur celui-ci une bouterolle (fente le long de la tige), un rouet circulaire et un râteau à quatre dents. Aucune clef aux caractéristiques identiques n’a été identifiée, mais pour A. Mercuzot, le profil de ce type de panneton est datable du xviiie s. (Mercuzot 2002 : 140, type 4).

Fig. 21 - Mobilier équestre et quincaillerie diverse.

Fig. 21 - Mobilier équestre et quincaillerie diverse.

DAO A. Berthon

65La petite clef 56 possède des caractéristiques non datables : l’anneau circulaire est plat, la tige est pleine avec un panneton à bouterolle très simplifié. Sa taille permet toutefois de l’associer à un petit coffret ou un objet d’ameublement avec une serrure de petite dimension.

66L’objet articulé 39 est un moraillon à auberon, fonctionnant avec un boîtier de serrure. La ferrure brisée était rivetée sur un support, tandis que la patte articulée (moraillon) devait permettre l’insertion ou le retrait de l’auberon (petit anneau en forme de “ U ”) dans la fente de la serrure prévue à cet effet. Cette fente, ou auberonnière, en accueillant l’auberon, permettait de fermer ou d’ouvrir la serrure par glissement du pêne dans l’auberon. Ce système est largement connu depuis le Moyen Âge.

– Mobilier équestre (Fig. 22)

67Avant toute chose, notons que l’étude de la maréchalerie moderne et de ses artefacts n’est pas très développée par rapport à l’époque médiévale. Si, pour cette dernière période, des datations relativement précises sont possibles, liées à la progression technique du ferrage, il ne semble pas être de même pour la période moderne. En effet, les distinctions chrono-typologiques sont faibles et l’observation des vestiges sans radiographie ne permet pas une précision importante sur la description des fers et des étampures (perforations).

68Trois fragments de fer ont été exhumés, ainsi que sept clous de ferrage. Les fers sont larges (couverture supérieure à 30 mm) avec des étampures rectangulaires courtes, placées à proximité de la rive externe : 87, 109 et 111. Les clous 55-57 (US 30) et 96 possèdent les caractéristiques typologiques fonctionnant avec les fers : tiges de section méplate et têtes rectangulaires planes adaptées aux étampures (type Portet 5a ; Portet et Raynaud 2009 : fig. 3.54). Pour G. Brunner, ces clous sont postérieurs à 1750, mais son article se base sur des contextes assez flous, comme des voies de circulation utilisées sur plusieurs siècles (Brunner 2007 : fig. 3 et 6). D’après les données à notre disposition, ces éléments correspondent toutefois à une ferrure antérieure au xixe s. (Chappell 1973 ; Mynard et Zeepvat 1992 : 171-173 ; Egan 2005 : 180-181). Seul le clou 108 (US 55) ne fonctionne pas avec les fers, ce type étant plutôt considéré comme médiéval (Portet et Raynaud 2009 : fig. 3.54).

– Outillage et objets indéterminés (Fig. 22)

69Cette catégorie est assez peu représentée. Seule la virole 33 peut être identifiée correctement. Sa section en “ V ”, pleine, permet un maintien en force plus important. Parmi les éléments probables d’outils, nous identifierons deux petits coins ou burins à tête martelée (31 et 91), outils d’usage polyvalent, un fragment de douille rivetée (30) et une tige de section circulaire (89). Les fragments 8, 32 et 65 peuvent être assimilés à des fragments de maillons de chaîne.

70Il semble que l’espace sondé soit plutôt une unité familiale domestique mixte, en liaison avec une activité agricole et la présence d’équidés. En effet, la présence de mobilier “ féminin ”, d’ustensiles domestiques courants, d’accessoires vestimentaires et de parure corrobore cette hypothèse. On notera parallèlement l’absence d’outillage agricole dans les espaces sondés. Quant au niveau de vie, on ne peut dire qu’il s’agit de mobilier haut de gamme, mais pas non plus de mobilier modeste.

71Il est possible que ces unités d’habitats aient fait l’objet de récupération de matériaux, d’où la faible proportion de mobilier métallique lié à l’architecture, pourtant courant pour ces périodes.

Balle pour arme à feu (FS)

  • 5 Après 1850, avec la généralisation des canons rayés, les projectiles ronds disparaissent au profit (...)

72Un seul objet a été mis au jour. Son diamètre est de 13,07 mm, son poids de 10,8 g et sa densité de 11. Il s’agit indiscutablement d’une balle sphérique en plomb d’arme à feu portative de calibre moyen se chargeant par la bouche, datable de la période comprise entre la fin du xvie et la seconde moitié du xixe s.5. Il ne s’agit pas d’un calibre utilisé pour les armes réglementaires des principaux pays européens, la norme militaire usuelle étant de 16 à 18 mm pour les armes d’épaule (fusil, carabine) et de 14,2 à 17,5 mm pour les armes de poing (pistolet), selon les pays, pour un poids allant de 22 à 30 g (Demarta 1983 ; Vuillemin 1997). Les données sont plus imprécises concernant les armes de guerre portatives antérieures au début du xviiie (mousquets, arquebuses, pistolets). Les arquebuses et les mousquets avaient des calibres supérieurs (Bongrain 2005 : 142). C’est aussi le cas, semble-t-il, des pistolets. La balle pourrait correspondre à un élément de sharpnel (obus à balles), mais ce type particulier de munition n’a été employé que sur les grands champs de bataille.

73Il semble donc que la balle retrouvée sur le site de Pré-Rigot corresponde à une munition d’arme civile, ce qui est d’ailleurs le plus vraisemblable vu le contexte. La très grande diversité des armes civiles, du fait notamment de la réutilisation fréquente d’armes de guerre recanonnées par des armuriers professionnels ou semi-amateurs, empêche de savoir à quel(s) type(s) d’arme(s) peut correspondre la balle et d’avoir des repères chronologiques. Le calibre de 13 mm correspond en effet à celui de pistolets de duel du milieu du xixe s. et de carabines de chasse tant à silex qu’à piston.

Monnaies (FS)

74Les deux monnaies découvertes sont en mauvais état, rognées, usées et corrodées. Il est prévu qu’elles soient nettoyées. À l’issue de cette opération, elles seront alors étudiées par un spécialiste. La description donnée ici est de fait indicative.

Fig. 22 - 1 : double tournois. 2 : liard des Dombe de Marie de Montpensier.

Fig. 22 - 1 : double tournois. 2 : liard des Dombe de Marie de Montpensier.

© F. Surmely

– Double tournois (Fig. 22-1)

75+ ….N…ET…N (roi de France et de Navarre)

76+ DOUBLE… NOIS. Trois lis posés 2 et 1 dans un cercle

77Diamètre de 19,7 mm ; 2,6 g.

78Ce type de titulature royale et les trois lys cerclés au revers se retrouvent sur les doubles tournois frappés sous Henri III et Louis XIII, de 1575 à 1640. Le millésime, inscrit au revers, est malheureusement illisible. La plus forte analogie se fait avec un double tournois de Louis XIII, frappé en Riom en 1625-1626.

– Liard des Dombes de Marie de Montpensier (Fig. 22-2)

79A - M couronnée entre trois fleurs de lys dans un cercle

80R - Croix de l’ordre du Saint-Esprit

8114,1 mm de diamètre ; 0,9 g. La monnaie est très usée.

82Liard des Dombes de Marie de Montpensier (1608-1627). Le rognage et l’altération empêchent une identification plus précise.

Mobilier céramique (AH)

83Le mobilier découvert est quasi identique au sein des différentes US. Assez fragmentaire, il est constitué d’une douzaine de groupes techniques différents (Fig. 23). Il ne livre que très peu d’éléments typologiques, ce qui rend difficile l’argumentaire chronologique. Au stade actuel des connaissances sur les céramiques modernes en contexte archéologique en Auvergne, il reste difficile de déterminer les origines géographiques des différents produits et par conséquent d’effectuer une classification. Il est en effet aléatoire de comparer les céramiques régionales avec celles de régions assez éloignées où les études sont plus avancées. Quelques rares ensembles de mobilier découverts lors de fouilles archéologiques permettent d’effectuer des comparaisons : un lot de du xviie s. provenant de Clermont-Ferrand (Horry 2001) ; un autre découvert à Brioude (Gauthier 2000) ainsi que l’ensemble abondant provenant de la Chartreuse de Port-Sainte-Marie (Guyot 1998 : 124-188). L’inventaire effectué ici prend en considération un aspect morphologique général lié à la cuisson des récipients et à la présence ou absence de revêtement. La découverte de certains groupes techniques particuliers plus faciles à identifier permet de fixer un terminus post-quem pour la chronologie du mobilier issu de l’occupation du bâtiment et que l’on peut placer assurément à la période moderne. Les similitudes entre chaque lot des différentes US incitent à les regrouper pour leur description et l’argumentaire.

Fig. 23 - Vue d’une partie du mobilier céramique de l’US 15.

Fig. 23 - Vue d’une partie du mobilier céramique de l’US 15.

© F. Surmely

84Les céramiques communes rouges et communes rouges glaçurées, qui sont les productions les plus représentées, sont caractérisées par des pâtes plus ou moins fines. Les revêtements plombifères sont pour la plupart assez partiels et transparents. Une panse de récipient indéterminé, peut-être une gourde, est cependant recouverte d’une glaçure verte externe bien couvrante. Dans la catégorie commune rouge, un des bords découverts est constitué d’une large lèvre évasée munie d’un petit bandeau. Le diamètre évoque soit un récipient destiné au stockage, soit un grand conteneur de type bassine ou cuvier. Un fragment évoque un objet de type réchaud ou trépied. On signalera également la découverte d’un fragment de panse percée, sans doute une faisselle en céramique commune rouge non glaçurée.

85La céramique commune grise est présente également mais dans de plus faibles proportions que les céramiques à cuisson post-oxydante. Les pâtes sont plus ou moins fines avec pour certaines une présence remarquée de nombreuses particules de mica. Peu d’éléments typologiques peuvent être analysés. On citera un bord évasé large qui pourrait appartenir à un grand pot à cuire globulaire dont le type est attesté jusqu’au xviiie s., dans les dépotoirs de la Chartreuse de Port Sainte-Marie.

86Les catégories identifiées comme céramiques claires et céramiques claires glaçurées intègrent des productions à pâte de couleur beige clair qui se caractérisent souvent par la présence de nombreuses particules fines de mica. Tous les tessons, majoritairement des panses, appartiennent à des formes fermées et les quelques bords et fonds évoquent des récipients à liquide de type cruche. Un tesson de panse est recouvert d’une glaçure verte associée à un décor réalisé à l’aide d’une bande de barbotine blanche.

87Quelques éléments font référence aux productions à pâte blanche glaçurée ou céramique kaolinitique issus probablement de plusieurs centres de production. On citera des fragments de pots en pâte blanche grossière et à glaçure jaune qui rappellent les produits découverts sur les sites des burons du Cantal et qui pourraient être d’origine méridionale. D’autres sont recouverts d’une glaçure vert clair tachetée de vert foncé et c’est le cas d’un bord de cruche. Ces productions sont proches de celles attestées sur les sites de la région de Clermont-Ferrand et présentes dans plusieurs contextes datés des xviie-xviiie s. Deux fonds de plats sont en pâte rose recouverte soit d’une glaçure jaune tachetée de vert, soit d’une glaçure jaune unie. Enfin, un bord constitué d’une lève évasée appartient à un petit pot culinaire, peut-être un coquemar, en pâte beige recouverte d’une glaçure plombifère verte.

88Les céramiques engobées sont plus rares que les autres productions, mais présentes à plusieurs reprises. Elles sont réparties au sein de différentes techniques : la céramique rouge décorée, la céramique à décor jaspé, la céramique verte sur engobe et le sgraffito. La céramique rouge décorée est caractérisée par une pâte beige ou rose sans doute réalisée à l’aide d’argiles kaolinitiques et recouverte d’un engobe lie de vin. Une glaçure brillante très couvrante est associée à des décors réalisés à l’aide de barbotine blanche ou jaune. Les autres produits sont toujours réalisés dans des pâtes claires avec engobe blanc ou rouge. Il s’agit majoritairement de céramiques de table. On mentionnera donc plusieurs fragments d’assiettes ou de plats en rouge décorée ; un bord d’assiette en céramique engobée rouge à glaçure transparente ; un bord d’assiette en céramique jaspée ; un bord d’écuelle à oreilles en céramique rouge décorée et un bord d’écuelle à oreilles en céramique verte sur engobe. Un bord en céramique verte sur engobe et avec décor incisé de type sgraffito appartient à un plat ou à une assiette du type dit à l’italienne avec large marli et diffusé au xviie s. Ce récipient n’est pas loin de rappeler des assiettes découvertes dans un dépotoir du château de Montmorin (Puy-de-Dôme). On peut également intégrer à cette catégorie des céramiques engobées un fragment de petit récipient en pâte rouge fine sans glaçure et qui présente un décor de bandes de barbotine blanche rayonnantes. Il s’agit d’un bec tubulaire de petites dimensions qui appartient sans doute à un biberon.

89Le lot a également révélé la présence de produits cuits à haute température, à pâte dure que l’on peut rapprocher ou identifier à des grès. De coloris variés allant du gris foncé, au brun et au beige clair, ils sont présents dans toutes les unités stratigraphiques du bâtiment. Quelques fragments présentent également des traces de revêtement plombifère. Les quelques bords et fonds découverts évoquent plutôt des récipients destinés au stockage ou peut-être en lien avec la fabrication des laitages. C’est le cas des bords de pots munis d’une lèvre en bandeau dont un présente un bec verseur pincé. Un autre récipient en grès glaçuré possède un bord constitué d’un large bec verseur ou bec en gouttière. Enfin, deux fonds appartiennent à des vases tripodes. Le manque de profils complets incite néanmoins à la prudence.

90Malgré l’aspect fragmentaire des éléments découverts, il est néanmoins possible d’identifier quelques éléments relatifs à la constitution du vaisselier domestique en lien avec l’occupation de cet habitat. Il appartient clairement à un ensemble lié à une occupation sédentaire sur la longue durée et qui par certains aspects, quantité de mobilier par exemple, est différent de celui étudié dans les structures pastorales saisonnières, où seuls quelques récipients isolés ont été découverts (écuelles et rares pots à cuire). Sur le site de Pré-Rigot, plusieurs fragments évoquent les vaisselles de cuisine, comme les pots en grès, dont certains ont peut-être aussi participé à l’élaboration de laitages (pots à crémer, barattes) par ailleurs évoquée par la présence d’une faisselle en céramique commune rouge. Ces pots en grès peuvent également appartenir au groupe des récipients de stockage destinés à des denrées diverses. En ce qui concerne les céramiques de cuisson, on ne dispose que de rares éléments, comme le pot à large lèvre évasée en céramique commune grise ou le coquemar en céramique kaolinitique glaçurée. Les pots tripodes en grès ont peut-être été utilisés pour la cuisson. Un fragment d’objet en pâte claire ou rouge évoque un objet de type trépied ou réchaud sur lequel pouvaient être disposés les pots à cuire. À Pré-Rigot, comme sur la plupart des sites de la période moderne, les vaisselles de table présentent des traces de suie indiquant leur utilisation sur le foyer pour réchauffer leur contenu. Les vaisselles de table occupent une place respectable dans ce lot, avec trois types principaux : l’écuelle à oreilles, le plat et l’assiette pour le service et la consommation des mets et les cruches pour le service des boissons. Les écuelles à oreilles sont parmi les formes les plus caractéristiques du vaisselier de consommation de la période moderne au même titre que les assiettes et les plats dont le profil dit à l’italienne avec le large marli. Les exemplaires découverts présentent dans certains cas des motifs qui évoquent un goût pour des vaisselles usuelles qui revêtent aussi un petit aspect ornemental. Les formes hautes fermées destinées au service des liquides comme les cruches sont également présentes et associés à quelques formes de verrerie pour la boisson. Plus anecdotique, on citera un petit récipient, sans doute un biberon en pâte rouge décorée à l’engobe. Il faut remarquer l’absence d’objets en céramique liés à l’hygiène corporelle et à la toilette, en raison sans doute du statut social de l’habitat. Parmi les produits significatifs et qui facilitent l’argumentaire chronologique, il faut mentionner les céramiques engobées qui apparaissent au début de la période moderne avec en particulier la céramique rouge décorée et la céramique jaspée. On notera aussi l’absence de faïence ce qui est finalement en phase avec la chronologie proposée. En effet, les faïences sont assez rares dans la première moitié du xviie s. et de plus se trouvent plutôt dans les sites urbains ou aristocratiques. Il faut attendre le xviiie s. pour que ce type de production soit plus amplement diffusé.

91Toutes les données collectées s’accordent pour fixer les premiers témoins de l’occupation de la structure au xviie s.

Mobilier lapidaire

  • 6 Identification réalisée par P. Boivin (Département de géologie de l’université d’Auvergne).

92Plusieurs fragments de blocs taillés ont été découverts dans les niveaux de déblais. Il y a notamment un linteau de cheminée et plusieurs montants. Ils sont façonnés dans une roche différente de celle qui a été utilisée pour la construction des murs et qui n’est pas strictement locale. Il s’agit d’une trachyandésite6, roche commune dans le massif du Sancy et qui a des propriétés voisines de la “ Pierre de Volvic ” (facilité de taille, résistance au gel…).

Étude carpologique

93Une étude sommaire a été effectuée, sous trois prélèvements de sédiments provenant des US 23, 30 et 40.

94Deux sont presque stériles. L’US 23 a livré des restes de céréales (dont le seigle) et de plantes adventices des moissons et des semis d’hiver.

Datation et caractérisation

95La datation de l’édification du bâtiment est difficile à établir, compte tenu des bouleversements qu’a connus son remplissage et des incertitudes qui entourent encore la caractérisation chronologique précise du mobilier d’époque moderne (cf supra). Tous les indicateurs fournis par l’étude des vestiges concordent toutefois pour indiquer une construction au cours du xviis., et sans doute dans sa première moitié. Aucun vestige antérieur à ce siècle n’a été découvert. Il s’agirait donc d’une création ex nihilo.

96Cela est confirmé par une datation radiocarbone, effectué sur un charbon de bois issu de l’US 40 (carré D16) : 315 + 30 BP, soit 1484-1648 av. J.-C. (Ly-10829).

97L’édifice a été transformé au moins une fois. Toutefois, au vu du mobilier (cf. supra), les phases d’occupation semblent avoir été rapprochées.

98Le bâtiment était vaste et comprenait deux pièces situées dans l’enfilade l’une de l’autre, sur le modèle bien connu de la “ ferme-bloc ” et de la “ longhouse ” des Îles britanniques. Mais la fonction précise des deux espaces reste indéterminable. Il est toutefois certain qu’au moins l’un d’entre eux servait à loger une famille, vu la nature des objets découverts. On pourrait être tenté d’attribuer à l’espace le plus vaste, la pièce 2, une fonction de stabulation, compte tenu de la rigole centrale. Ce drain est toutefois très peu marqué et ne saurait donc constituer un indice fiable d’un point de vue fonctionnel. L’accès conservé, étroit, doté d’un escalier et précédé d’un perron et d’un couloir paraît très peu propice à la circulation d’animaux domestiques. Mais il pouvait y avoir un autre accès sur le mur pignon, détruit lors du réaménagement de l’édifice. Il faut donc rester prudent sur l’interprétation fonctionnelle de la pièce n2.

99L’ensemble était couvert en matériaux d’origine végétale, probablement chaume, ce qui était le cas de la majorité des bâtiments du massif du Sancy jusqu’au milieu du xxe s. (Lhéritier 1937), ou en bardeaux (Charbonnier et Grélois, 2005).

100On peut supposer que les constructions voisines étaient d’autres fermes et bâtiments annexes, occupés de façon contemporaine, dans le cadre d’un petit hameau. Cette hypothèse s’appuie sur plusieurs indices : similitudes morphologiques de plusieurs édifices (notamment S1, S3, S4, voire S5), proximité sans recouvrement et même degré d’érosion des différentes structures, absence de vestiges rapportables à une période plus ancienne. La confirmation de la contemporanéité des différentes constructions ne pourra toutefois être faite que par le biais de la poursuite de travaux de terrain ou d’exploitation d’archives détaillées non découvertes à ce jour.

101L’étude des graines montre la présence de céréales et de plantes adventices des cultures, attestant le stockage de céréales. Les vestiges mobiliers sont caractéristiques d’une unité domestique occupée de façon permanente, où femme(s) et enfant(s) étaient présents. Mais surtout l’architecture de la bâtisse se démarque nettement des structures pastorales spécialisées que l’on retrouve aux alentours et qui étaient marquées par leur petite taille et leur extrême simplicité (Surmely et al. sous presse ; Surmely et le Junter 2017). Ces structures pastorales temporaires n’étaient en outre occupées que par des hommes (Charbonnier 1980 ; Fournier 1983).

  • 7 L’expression usuelle dans les terriers du xv-xvie est “ hostel (maison NDRL), avec ses aises, court (...)

102Il y a donc tout lieu de considérer la structure S1 comme un centre d’exploitation agricole, occupé de façon permanente par une famille, au sein d’un petit hameau, isolé dans une zone géographique au climat rude et presque entièrement consacrée à l’estive bovine (Fournier 1983 ; Surmely et le Junter 2017). Même si la majeure partie des matériaux utilisés pour le bâti a été prise sur place et donc à très faible coût, il faut noter le soin apporté à la construction, avec notamment le recours à des pierres taillées de provenance allochtone et l’existence très probable d’une cheminée, dispositif encore rare dans les constructions civiles. L’enclos E1 jouxtant la structure était probablement destiné à la stabulation d’animaux domestiques liés à la ferme. La fonction des édifices voisins reste difficile à déterminer. S3 et S4 ont une morphologie apparente très proche de celle de S1. Il pourrait donc s’agir de deux autres maisons. Les textes décrivant les domaines du Bas Moyen Âge et de l ‘époque moderne font toujours état de l’existence d’édifices annexes à la maison, grange, fenière, loges à cochon, four, étable7… Il est donc probable que quelques constructions du hameau aient eu cette fonction, d’autant que le climat local imposait une protection plus grande du bétail et des récoltes diverses. Le bâtiment S6, dont la forme rappelle celle des structures pastorales spécialisées des estives (Surmely et le Junter 2017), était-il réservé aux bovins et à la fabrication du fromage ? L’édifice S2, de petite taille, pourrait être un four à pain. Sans doute y avait-il autour des jardins, voire des champs.

103Le statut foncier des occupants reste bien évidemment indéterminable (propriétaire, locataire…). Leur niveau économique, difficile à déterminer, pourrait être intermédiaire si l’on en juge d’après les objets découverts. La comparaison avec le site médiéval voisin des Yvérats, daté du xiie s., fait apparaître des traits communs (construction en pierres sèches, creusement du sol de l’édifice), mais aussi des différences très sensibles comme l’abondance du mobilier métallique et la taille de certaines pierres.

104Ce hameau a été abandonné totalement et définitivement avant le début du xixe s., car aucune trace de lui n’apparaît sur le cadastre de 1828. Il n’est pas mentionné dans les divers documents de la seconde moitié du xviiie s. que nous avons pu examiner. Il s’agirait donc d’un abandon à situer entre la seconde moitié du xviie et la seconde moitié du xviiie.Les raisons ayant causé cette désertion sont bien évidemment difficiles à cerner (Leroy-Ladurie et Pesez 1965).

105Il peut s’agir bien sûr d’un phénomène ponctuel et isolé, lié à une épidémie. Il serait toutefois surprenant qu’un évènement catastrophique de ce type n’ait pas été suivi peu après d’une réoccupation du site, par des descendants ou voisins.

106Une autre hypothèse, plus vraisemblable, serait de lier l’abandon du hameau à une évolution économique ou démographique plus large. Dans ces hautes terres, nous savons que l’époque moderne a vu l’extension progressive de l’estive bovine dans le cadre d’une production spéculative fromagère très rentable (Nicolas 2016). Il est donc possible que les occupants du hameau aient délaissé leur terroir, délibérément ou sous la contrainte du propriétaire, pour faire place à des troupeaux présents durant l’estive. Ce phénomène est connu pour la fin du xiie s., dans les montagnes d’Auvergne, où il a entraîné la désertion de nombreux fermes et hameaux (Bouyssou 1972-1974 ; Nicolas et al. 2012 ; Surmely et al. sous presse). Ce fut le cas notamment des sites voisins de la Taillade (Surmely 2015) et des Yvérats (Surmely 2016), sur la même commune de Compains.

107Dans les régions plus basses, les archives montrent l’existence d’un “ grand mouvement de transfert de la terre qui dans la région des Dômes commence à la fin du xvie s. et se prolonge jusqu’à la fin du xviiie. Les paysans jusqu’alors seuls ‘propriétaires utiles’ abandonnent une part importante de leurs fonds aux seigneurs, à la haute bourgeoisie clermontoise et aussi à une bourgeoisie locale… ” (Charbonnier 1968). Et c’est à cette mobilité foncière que P. Charbonnier attribue la désertion du hameau de Villevieille à Saint-Pierre-le-Chastel, entre 1620 et 1686 (Charbonnier 1968 ; Tournadre 2017 ; Fig. 24). Le phénomène est d’ailleurs national (Leroy-Ladurie et Pesez 1965).

Fig. 24 - Plan du “ village déserté ” du Camp des Chazaloux, appelé aussi Villevieille, Saint-Pierre-le-Chastel (Puy-de-Dôme) établi en 1869 par P.-P. Mathieu et M. Petit. L’existence du hameau est attestée par les textes de 1284 à 1620-1680.

Fig. 24 - Plan du “ village déserté ” du Camp des Chazaloux, appelé aussi Villevieille, Saint-Pierre-le-Chastel (Puy-de-Dôme) établi en 1869 par P.-P. Mathieu et M. Petit. L’existence du hameau est attestée par les textes de 1284 à 1620-1680.

108Dans le cas de Pré-Rigot, un autre facteur, qui a pu se combiner avec les précédents, pourrait être la grande crise de la fin du règne de Louis XIV. Les “ Années de misère ”, selon l’expression de M. Lachiver (1991), ont frappé très durement l’Auvergne, entre 1693 et 1709, avec des mortalités dépassant parfois 20 % de la population locale (Nicolas 2016) et ont pu causer une rétraction durable et même définitive du peuplement permanent et l’effacement de certains petits écarts.

109Comme toujours, nous nous heurtons à l’insuffisance des sources et des études pour replacer le site dans un contexte plus général. L’histoire démographique du massif du Sancy n’a pas été étudiée en détail. Les études de P. Charbonnier (1980) et d’A. Poitrineau (1965) sont malheureusement en dehors du cadre chronologique du site.

110Quant aux sources archéologiques, elles restent également pauvres et incertaines. L’inventaire des sites archéologiques a été effectué de façon inégale selon les communes. Une prospection systématique a bien été conduite sur une partie des communes de Compains, Besse-en-Chandesse, Le Mont-Dore et Saulzet-le-Froid (Surmely 2012), mais les autres secteurs du massif du Sancy demeurent très mal connus. Mais surtout, nos recherches récentes dans le Sancy comme dans le Cantal montrent que la différenciation entre hameaux d’époque médiévale et moderne reste très délicate, voire impossible, sans sondages. Les deux types d’habitat comportent en effet des constructions dont la forme générale est semblable, avec ou sans division interne. Le seul critère morphologique qui nous semble fiable est le couloir coudé qui apparaît comme une caractéristique réservée aux seules bâtisses médiévales et la différence de niveau entre les deux espaces contigus qui semble particulière aux structures modernes bipartites. Mais ces caractéristiques architecturales ne sont pas toujours visibles en surface et n’apparaissent parfois qu’à la fouille. La proximité d’une motte castrale ne saurait être considérée comme un critère de datation fiable, car la contemporanéité des deux entités, motte et hameau, ne peut pas être assurée au simple examen visuel. La complexité de la question est encore renforcée par l’existence probable de deux générations de “ villages désertés ” au cours du seul Moyen Âge, la première pouvant être datée du xie s., comme nous l’avons vu. Si l’on fait foi aux archéologues du début du xxe s., une autre phase de rétraction de l’habitat permanent serait intervenue vers le xive s., avec l’abandon de hameaux importants comme celui du Camp des Chazaloux (Saint-Pierre-le-Chastel) et Villars (Orcines) dans le Puy-de-Dôme, en lien peut-être avec la Grande Peste ou des mutations économiques (Fournier 1983). Enfin, il est avéré que certains terroirs ont pu connaître plusieurs phases d’abandon et de réoccupation, se traduisant par des reconstructions, aménagements, créations nouvelles, dont la compréhension est impossible sans fouilles. C’est le cas notamment du hameau des Chazaloux (Tournadre 2017).

111D’une façon générale, il nous apparaît donc inacceptable de dater, par la simple observation visuelle, les “ villages désertés ” présents par centaines dans les montagnes d’Auvergne et même dans certaines zones de plaine épargnées par l’agriculture.

112Ainsi, sur la seule commune de Compains, on peut s’interroger sur l’âge des groupements de structures de la Chandelière, de la Vaisse (site no CO 544), de la Taillade-Sud (site no CO 120/121/128/129) et surtout celui des Yvérats-Hauts (CO 433-443 ; Fig. 25). Ce dernier site, dont les bâtiments sont très faiblement enfouis, dépourvus de bourrelet externe et d’aspect relativement peu érodés, tout en étant absents du cadastre napoléonien, nous semble être à dater de façon quasi-certaine de l’époque moderne. Mais dans ce dernier cas, se pose la question de son statut : groupement de cases pastorales ou bien hameau véritable occupé de façon permanente ? Dans le massif voisin du Cantal, nous avons la preuve d’au moins un abandon à l’époque moderne, à Roussy (commune de Saint-Projet-de-Salers ; Miras et al. 2003).

Fig. 25 - Vue aérienne du site 433-443 (Les Yvérats-Haut, Compains, Puy-de-Dôme), à l’arrière-plan. Au premier plan, structure pastorale de type “ peigne ”.

Fig. 25 - Vue aérienne du site 433-443 (Les Yvérats-Haut, Compains, Puy-de-Dôme), à l’arrière-plan. Au premier plan, structure pastorale de type “ peigne ”.

© F. Surmely

113Dans tous les cas, il faut souligner que la mobilité de l’habitat semble avoir été assez grande dans ces zones de montagne dans l’ensemble des périodes médiévale et moderne, pour des raisons qui tiennent à la faible densité de population et au faible coût de construction dus à l’abondance des matériaux (Charbonnier et Grélois 2005 ; Nicolas et al. 2012 ; Surmely 2016).

Conclusion et perspectives de recherche

114Le sondage effectué sur le site de Pré-Rigot a permis de caractériser et de dater un bâtiment appartenant à un groupement de constructions d’époque moderne sur un haut plateau du massif du Sancy. Au vu de son architecture, du mobilier collecté, la bâtisse correspond indiscutablement à un centre d’exploitation agricole, de rang moyen, occupé de façon permanente et non à une construction temporaire à usage spécialisé (buron ou proto-buron), comme on aurait pu s’y attendre au vu de la situation géographique. L’édifice a été construit au cours du xviie s., transformé au moins une fois à une date indéterminée, avant de devenir, assez récemment, un lieu de décharge, notamment pour les bêtes mortes. Cette dernière utilisation a eu malheureusement pour conséquence la mutilation de l’édifice.

115L’ensemble du site peut donc être interprété, en première analyse, comme un hameau, regroupant au moins sept bâtiments, dont l’usage et l’exacte contemporanéité restent à établir. Le site semble avoir été créé ex nihilo et abandonné assez subitement.

116C’est la première fois qu’un tel habitat est étudié dans les hautes terres du Massif Central. Son abandon total et définitif pose évidemment des questions. Ce phénomène pourrait ne pas être ponctuel et anecdotique, car des sites analogues sont présents dans les environs, occupant des positions topographiques similaires. Mais, comme nous l’avons souligné plus haut, la réponse à ces interrogations bute sur la caractérisation chronologique et fonctionnelle des très nombreux sites similaires présents dans les montagnes d’Auvergne et dont l’existence a été signalée par les érudits et les archéologues à partir de la fin du xixe s. (Julien et Bleynie de Châteauvieux 1878 ; Déchelette 1912 ; Charbonnier 1968 ; Fournier 1979). Assurément, la datation de ces “ villages désertés ”, qui sont connus par centaines dans l’ensemble des montagnes d’Auvergne, reste à faire et pourrait s’être échelonnée sur des siècles, bien au-delà de la période médiévale à laquelle ils ont été traditionnellement associés, en réponse à des mutations économiques et des crises démographiques dues à la disette, aux guerres et aux épidémies, dans le cadre d’une mobilité foncière et socio-économique qui nous apparaît indubitable.

117La préservation des paysages anciens dans les montagnes jusqu’à une époque très récente, du fait de la prédominance des prairies naturelles et de la faible densité de population, a favorisé la conservation de ces “ reliques ”, alors même que ces sites ont presque tous été effacés dans les zones de plaine. Ajoutons que la question ne concerne pas uniquement des hameaux et villages. Nos recherches dans les montagnes du sud du Cantal ont permis de mettre en évidence des établissements isolés, qui ont subi le même sort que les agglomérations. Il est possible que de telles formes d’habitat permanent aient existé durant l’époque moderne, indépendamment des structures pastorales spécialisées liées à l’estive bovine (Surmely et le Junter 2017).

118L’enjeu de la poursuite des recherches nous semble donc important, puisqu’il s’agirait de développer les connaissances dans deux directions jusque-là complètement négligées par la recherche, tant dans le domaine archéologique qu’historique : l’architecture vernaculaire et l’histoire des campagnes auvergnates à la fin de l’Ancien Régime, tout en apportant des informations propres à l’histoire du massif du Sancy et générales sur l’archéologie rurale de la période moderne.

Haut de page

Bibliographie

Arminjon et Blondel 2002

Arminjon C. et Blondel N. - Objets civils et domestiques, vocabulaire typologique (Principes d’analyse scientifique), Éditions du Patrimoine, Paris (rééd. 2006).

Beaudry 2006

Beaudry M. C. - Findings, the material culture of needlework and sewing, Yale University Press, New Haven et Londres.

Berthon 2012

Berthon A.-A. - Œillets, barbacanes, agrafes et annelets : fermer discrètement son vêtement à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, Instrumentum, 36, Chauvigny : 43-45.

Berthon 2013

Berthon A.-A. (dir.) - Aspects de la culture matérielle moderne à La Rochelle, les objets archéologiques dans leur contexte, Éveha, Limoges.

Berthon à paraître

Berthon A.-A. - Maison forte et motte castrale. Distinction fonctionnelle et analyse du mobilier archéologique : comparaison de la maison forte du Pré-Putet (Yzeure, Allier) et de la motte de Villars-les-Dombes (Ain), in : Poisson J.-M. et Sirot E., Publications de la table ronde de Lyon, oct. 2006.

Biddle et Barclay 1990

Biddle M. et Barclay K. - Sewing Pins and Wire . In Biddle M. (dir.) (1990), Object and economy in medieval Winchester, Artefacts (tome 1 et 2), Winchester studies 7. ii, Winchester : 560-571.

Bouyssou 1972-1974

Bouyssou L. - Les montagnes cantaliennes du XIIIème au XVIIIème siècles, Revue de la Haute-Auvergne, 43 : 143-164 et t. 44 : 36-78.

Bongrain 2005

Bongrain G. - Histoire technique et tactique du projectile, Crépin-Leblond, 216 p.

Brunner 2007

Brunner G. - Eine Typologie von Hufnägeln als Mittel für Datierungen, Mittelalter-Moyen Age-Medioevo-Temp medieval, Zeitschrift des Schweizerischen Burgenverreins, 12/1 : 1-10.

Caillot sous presse

Caillot I. - Paris Le Carreau du Temple. Rapport final d’opération archéologique, Éveha, Études et Valorisations Archéologiques, SRA Île-de-France, 9 vol.

Chappell 1973

Chappell E. - A study of Horseshoes in the Department of Archaeology, Colonial Williamsburg : in : Hume I.N. (ed.), Five Artifacts Studies, Colonial Williamsburg Occasional Papers in Archaeology, vol. 1, Williamsburg : 100-116.

Charbonnier 1968

Charbonnier P. - Les villages disparus de la région des Dômes, Bulletin philologique et historique : 357-376.

Charbonnier 1980

Charbonnier P. - Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du XIVe au XVIe s., Publication de l’Institut d’Études du Massif Central, 2 vol., 1 294 p.

Charbonnier et Grélois 2005

Charbonnier P. et Grélois E. - Les écarts et leurs habitations en Basse-Auvergne du Moyen-Âge à la Révolution, in : Antoine A. - La maison rurale en pays d’habitat dispersé de l’Antiquité au XXe s.

Colardelle 2008

Colardelle R. - La ville et la mort, Saint-Laurent de Grenoble, 2 000 ans de tradition funéraire, Bibliothèque de l’Antiquité Tardive, Brepols Publishers, Turnhout.

Cowgill et al. 1987

Cowgill J., Neergaard M. (De) et Griffiths N. - Knives and Scabbards, Medieval Finds from Excavations in London: 1, Museum of London, Londres (rééd. 2000).

Deagan 2002

Deagan K. - Artifacts of the Spanish Colonies of Florida and the Caribbean 1500-1800, vol. 2: Portable, personal Possessions, Smithsonian Institution Press, Washington et Londres.

Déchelette 1912

Déchelette J. - Les cases en pierre sèche en Auvergne, Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques : 3-19.

Delhoofs 2013

Delhoofs H. - 28, rue de Charlieu, ROANNE (42), Les aménagements urbains antiques en périphérie est de Roanne-Rodumna. Le cimetière Saint-Julien et son environnement du haut Moyen Âge à la période industrielle : dix siècles d’inhumation à Roanne, Rapport final d’opération archéologique (fouille préventive), 4 vol., Éveha, SRA Rhône-Alpes.

Demarta 1983

Demarta F. - Le fusil d’infanterie français 1300 à nos jours, Ed. du Portail, 306 p.

Egan 2005

Egan G. - Material culture in London in an age of transition. Tudor and Stuart period finds c. 1450-c. 1700 from excavations at riverside sites in Southwark, MoLAS 19, Londres.

Egan et Pritchard 1991

Egan G. et Pritchard F. - Dress Accessories 1150-1450, Medieval Finds from Excavations in London: 3, Museum of London, Londres (rééd. 2002).

Fournier 1979

Fournier P.-F. - Ruines de villages bâtis à pierre sèche et abandonnés, Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 89 : 235-311.

Fournier 1983

Fournier G. et P.-F. - La vie pastorale dans les montagnes du centre de la France, Bulletin Historique et Scientifique de l’Auvergne, 91, n° 676 : 199-538.

Gauthier et al. 2000

Gauthier F., Bastard V., Combes P., Gaime S. et Horry A. - Brioude (Haute-Loire). Place Saint-Julien. Rapport de surveillance archéologique de travaux, Service régional de l’Archéologie d’Auvergne, Clermont-Ferrand.

Goodall 1990

Goodall I.H. - Locks and Keys : in Biddle M. (dir.), Object and economy in medieval Winchester, Artefacts (tome 1 et 2), Winchester studies 7. ii, Winchester : 1001-1036.

Goodall 2005

Goodall I. H. - Iron Objects : in : Biddle M. (dir.), Nonsuch Palace, The Material Culture of a Noble Restoration Household, Oxbow Books, Exeter : 373-411.

Guillet et Pothier 2005

Guillet B. et Pothier L. (dir.) - France, Nouvelle-France, naissance d’un peuple français en Amérique, catalogue d’exposition du musée du château des ducs de Bretagne de Nantes et musée de Pointe-à-Callière à Montréal, Paris-Nantes-Montréal.

Harvey et al. 1975

Harvey Y., Goodall I. et Biek L. - The small finds, catalogue. In Platt C. et Coleman-Smith R. et alii (1975), Excavations in Medieval Southampton 1953-1969, vol. 2, Leicester University Press, Leicester : 254-293.

Henderson et al. 2013

Henderson M., Miles A., Walker D., Connell B. et Wroe-Brown R. - ‘He being dead yet speaketh’, Excavations at three post-medieval burial grounds in Tower Hamlets, east London, 2004-10, MoLA monograph 64, Londres.

Jorrand 1986

Jorrand J.-P. - Étude d’une série d’épingles post-médiévales découvertes à Laon (Aisne), Revue Archéologique de Picardie, 3, 139-141.

Julien et Bleynie de Châteauvieux 1878

Julien A. et Bleynie de Châteauvieux F. - Mémoire sur les villages en ruine de Villars et des Chazaloux, Mémoire de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand, XX : 429-450.

Lachiver 1991

Lachiver M. - Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi, Fayard.

Lapeyre 2004

Lapeyre O. - Un village médiéval déserté : Espinasse de Collandres (Cantal), Bulletin du GRHAVS, n° 65, 59 p.

Leroy-Ladurie et Pesez 1965

Leroy-Ladurie E. et Pesez J.-M. - Les villages désertés en France, vue d’ensemble. Annales, 20, 2 : 257-290.

Mercuzot 1997

Mercuzot A. - Guide des outils et objets domestiques, édition Jean-Cyrille Godefroy, Paris.

Miras et al. 2003

Miras Y., Guenet P., Surmely F., Michelin Y., Tible R., Walter-Simonnet A.-V. et Richard H. - Histoire de l’environnement et des dynamiques agro-pastorales dans le massif du Cantal : la tourbière de Roussy (Saint-Projet-de-Salers, France), Quaternaire, 14 (4) : 265-278.

Moussette 2000

Moussette M. - Des couteaux pour la traite des fourrures, Revue d’Histoire de la Culture Matérielle, 51 : 3-15.

Mynard et Zeepvat 1991

Mynard D.-C. et Zeepvat R.-J. - Excavations at Great Linford, 1974-1980, The Buckinghamshire Archaeological Society Monograph Series n° 3, Aylesbury.

Moulier 2007

Moulier P. - Chaumières du Cantal. Cantal Patrimoine, n° 12 : 7-31.

Nicolas 2016

Nicolas V. - Genèse d’un monde pastoral, le système d’estive sur la planèze méridionale du Plomb du Cantal, de la fin du Moyen-Âge au milieu du XIXe s. Thèse de l’université de Caen, 705 et 260 p.

Nicolas et al. 2012

Nicolas V., Surmely F., Miras Y. et Llergo-Lopez Y. - L’évolution des paysages et des architectures sur la planèze sud du Plomb du Cantal du XIe au XIXe s. Apport des données archéologiques, archivistiques et paléoenvironnementales, Édition du CTHS.

Pesenti 2013

Pesenti C. - Le Pré-aux-Chevaux, Ruvigny (51), tranches 2 et 3, Rapport final d’opération archéologique, rapport de fouilles, Éveha, SRA Champagne-Ardennes.

Poitrineau 1965

Poitrineau A. - La vie rurale en Basse-Auvergne, 1726-1789, PUF, 2 vol., 780 et 149 p.

Portet et Raynaud 2009

Portet N. et Raynaud M.-A. - Le mobilier en fer : les objets équestres, in : Bourgeois L. (dir.), Une résidence des comtes d’Angoulême autour de l’an Mil, le castrum d’Andone, fouilles d’André Debord, Caen : 202-233.

Surmely 2012

Surmely F. - Prospection inventaire sur les communes de Compains, le Mont-Dore et Saulzet-le-Froid. Rapport 2012. SRA Auvergne, dact, 2 vol.

Surmely 2013

Surmely F. - Rapport de sondage du site Pré-Rigot, SRA Auvergne.

Surmely 2015

Surmely F. - Le hameau médiéval de la Taillade à Compains (63), Rapport de sondage. SRA, dact., 24 p.

Surmely 2016

Surmely F. - Le hameau médiéval des Yvérats à Compains (63), Rapport de fouille programmée trisannuelle, SRA, dact., 76 p.

Surmely et al. 2010

Surmely F., Nicolas V., Tzortzis S., Miras Y., Savignat A., Guenet P., Servera P. et Petit S. - Recherches sur l’histoire de l’occupation humaine sur le planèze sud du Plomb du Cantal. Actes de la table ronde internationale de Gap, Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine, 4 : 235-252.

Surmely et le Junter 2017

Surmely F. et le Junter J. - Les structures pastorales des massifs du Sancy et du Cézallier (Puy-de-Dôme, France), Revue Archéologique du Centre de la France, Tome 56|2017, http://journals.openedition.org/racf/2517.

Surmely et al. Sous presse

Surmely F., Nicolas V., Franklin J., Linam R. et Cabanis M. - The seasonal pastoral settlement in the middle mountains of the Auvergne region (France), during the modern Period (XV-XVIIIth centuries), in : Costello E. et Svensson E. (dir.), Tranhumance, Actes du congrès EAA de Glasgow.

Tournadre 2017

Tournadre M. - Le Camp des Chazaloux - Villevieille. Étude documentaire, Clermont-Ferrand, dact, 84 p.

Vuillemin 1997

Vuillemin H. - Du silex au piston. La grande aventure des fusils réglementaires français 1717-1865, Tradition Magazine, HS n° 2, 98 p.

Haut de page

Annexe

Niveaux sédimentaires

US 10 : Déblais. Blocs de tous modules, certains cassés et provenant des murs de la structure, emballés dans sédiment jaunâtre à rougeâtre, mélangés à de nombreux ossements animaux (surtout dans la pièce 1, avec plusieurs carcasses entières de chevaux, vaches et porcs) et des ferrailles diverses dont certaines d’âge récent, ainsi que quelques tessons d’âges divers.

US 15 : Pièce 2. Tranchée coupant le mur nord (M 45) et le blocage (US 50) et traversant la pièce 2 du nord au sud. En partie fouillée.

US 18 : Extérieur. Niveau présent sur le dallage (D 16)

US 20 : Pièce 1. Niveau situé sur le dallage (D 21) à l’ouest et sur l’US 23. Sédiment argileux, à forte composante organique (dont de nombreux charbons).

US 23 : Pièce 1. Sédiment compris entre les dalles (D 21) et sous l’US 20.

US 30 : Pièce 2 et abords extérieurs. Niveau de remblai disposé sur l’US 40.

US 40 : Pièce 2. Niveau reposant directement sur le dallage (D 33). Sédiment argileux à assez forte composante organique, renfermant des vestiges (métal, céramique…).

US 50 : Pièce 2. Blocage, lié à l’argile rouge composant une partie du mur US 45 et bouchant l’entrée de la pièce 2.

US 80 : terre humifère

US 100 : substrat basaltique

Dallages et murs

D 16 : Extérieur. Dallage.

D 21 : Pièce 1. Dallage situé sur le substrat rocheux et sous le niveau US 23. Composé de dalles irrégulières de basalte. Présent uniquement dans la partie ouest de la pièce 1. Semble avoir été détruit ailleurs.

D 33 : Pièce 2. Dallage, composé de dalles de basalte jointives, avec une arête centrale, de direction nord-sud, formant une sorte de rigole. Coupé par la tranchée US 15. Ce dallage repose sur le substrat rocheux aplani.

M 42 : Pièces 1 et 2. Murs gouttereaux et pignon sud du bâtiment. Composés de blocs de basalte local, assemblés à la terre, avec des blocs régularisés et pour certains taillés. Les murs reposent directement sur le substrat rocheux, sans fondation. Une entrée est présente, dans la partie nord-est de la pièce 2.

M 45 : Pièce 2. Mur pignon nord du bâtiment. Coupé par la tranchée US 15.

M 47 : Pièce 1 et 2. Mur de refend, séparant les pièces 1 et 2. Conservé sur une assise.

Haut de page

Notes

1 Jugement du tribunal d’Issoire du 2 juillet 1794 (AD63 1Q 1091).

2 Procès Minet/Lenègre, 1866 (AD63 39fi087).

3 Les perles en os sont plus ou moins fréquentes à l’époque moderne et de dimensions variables, notamment sur les chapelets. Mac Gregor 2005 : 426, n° 31, première moitié duxviie s. ; Henderson et al. 2013, perles de chapelets, fig. 108, sép. 42, milieu du xixe s. ; Berthon et Larre in Berthon (dir.) 2013 : 94-95, obj. 196, xve-xviie s.

4 L’usage évoqué dans cet article est essentiellement artisanal, cependant, la forme basique de ces lames ne peut se limiter à un usage aussi précis. Nous n’avancerons donc pas d’identification d’activité dans ce cas.

5 Après 1850, avec la généralisation des canons rayés, les projectiles ronds disparaissent au profit des balles ogivales.

6 Identification réalisée par P. Boivin (Département de géologie de l’université d’Auvergne).

7 L’expression usuelle dans les terriers du xv-xvie est “ hostel (maison NDRL), avec ses aises, courtilhages et appartenances ” (Tournadre 2017 : 32).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation géographique du site et contexte archéologique du hameau de Pré-Rigot (étoile rouge). En jaune : structures pastorales d’époque moderne (peignes) ; en bleu : hameaux médiévaux 1 : Les Yvérats. 2 : La Taillade. 3 : Brion.
Crédits DAO F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 - Photographie aérienne du site, au cours des sondages.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3 - Photographie aérienne rapprochée du site. La structure sondée (S1) est entourée en rouge.
Crédits © F. Surmely, 2013
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 4 - Relevé micropotopographique du site.
Crédits Levé et report : J.-B. Chalin, F.-A. Auxerre-Géron et F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 5 - Extrait du tableau d’assemblage du premier cadastre (1828) de la commune de Compains (AD63).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6 - Relevé micro-topographique de la structure 1.
Crédits Relevé et report J.-B. Chalin et F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 7 - Vue zénithale de la pièce 1 à l’achèvement du sondage.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig. 8 - Vue zénithale d’une partie de la pièce 2, avec le dallage (D33, état 1), et la tranchée (T15) le recoupant (état 3).
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 9 - Autre vue zénithale d’une partie de la pièce 2.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 10 - Vue zénithale du dallage D33.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 11 - Vue du dallage D33 et de la surface polie.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 12 - Vue rapprochée de la partie nord-est de la pièce 2, avec l’escalier, le perron et le couloir.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 13 - Vue zénithale du bâtiment.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Tabl. 1 - Répartition du mobilier selon les matériaux (en nombre de restes, NR).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 14 - Accessoires vestimentaires.
Crédits DAO A. Berthon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 15 - Perles en pâte de verre.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 16 - Objet no 51 (US 30), à tête brisée, interprété comme un poinçon à broder.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 17 - Mobilier domestique, lithique et métallique.
Crédits DAO A. Berthon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 18 - Coutellerie.
Crédits DAO A. Berthon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 19 - 1 : clé no 29 (US 18) ; 2 : clé no 10 (HS). 3 : objet no 54, extrémité de ferrure fleurdelisée (US 30) ; 4 : couteau à soie large et placages rivetés no 20 (US 10) ; 5 : couteau à soie large et placages rivetés no 83 (US 40).
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tabl. 2 - Mobilier métallique lié à l’architecture ou aux huisseries (objets en contexte seulement).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 20 - Éléments de serrurerie, fermeture et huisserie.
Crédits DAO A. Berthon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 21 - Mobilier équestre et quincaillerie diverse.
Crédits DAO A. Berthon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 22 - 1 : double tournois. 2 : liard des Dombe de Marie de Montpensier.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 23 - Vue d’une partie du mobilier céramique de l’US 15.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 24 - Plan du “ village déserté ” du Camp des Chazaloux, appelé aussi Villevieille, Saint-Pierre-le-Chastel (Puy-de-Dôme) établi en 1869 par P.-P. Mathieu et M. Petit. L’existence du hameau est attestée par les textes de 1284 à 1620-1680.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 25 - Vue aérienne du site 433-443 (Les Yvérats-Haut, Compains, Puy-de-Dôme), à l’arrière-plan. Au premier plan, structure pastorale de type “ peigne ”.
Crédits © F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2559/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Surmely, Jay Franklin, Amélie Berthon et Alban Horry, « Le hameau moderne abandonné de Pré-Rigot (Compains, Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 20 février 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2559

Haut de page

Auteurs

Frédéric Surmely

DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, 4 rue Pascal 63000 Clermont-Ferrand ; GEOLAB UMR 6042 du CNRS, surmely.frederic@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Jay Franklin

East Tennessee State University, Johnson City, USA

Amélie Berthon

Eveha, 44 rue Proudhon, 6000 Clermont-Ferrand ; UMR 5138 du CNRS

Alban Horry

Inrap, 12 rue Maggiorini, 69500 Bron ; UMR 5138 du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page