Navigation – Plan du site
Carte localisation

La frange nord-est de Rodumna/Roanne (Loire) : la fouille des 81-83 rue de Charlieu (ier s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C.)

The northeastern fringe of Rodumna/Roanne (Loire): the excavation of the 81-83 rue de Charlieu (1st century BC-4th century AD)
Sylvie Bocquet et Karine Giry
Avec la collaboration de François Bérard, Manon Cabanis, Marie Gagnol, Isabelle Gonon, Janick Ode, Daniel Frascone et Dominique Lalaï

Résumés

La fouille préventive menée en 2010 par une équipe de l’INRAP aux 81-83 rue de Charlieu aborde sur 8 163 m² la genèse et l’évolution de la marge nord-est de Rodumna/Roanne (Loire). Les premières traces d’une fréquentation du secteur datent de la période laténienne et se caractérisent par un long fossé dont l’axe est repris au début du ier s. ap. J.-C. lors de l’implantation d’une voie. Le développement de cet espace périphérique s’opère selon une trame structurée par des aménagements variés (palissades, fossés, fosses) et des bâtiments. Une cave maçonnée a livré en remploi une inscription lapidaire mentionnant l’empereur Claude et le premier décor peint du style à candélabre restituable à Roanne. Le contexte général est essentiellement domestique mais divers indices attestent la possibilité ou la proximité d’activités artisanales (séchage/fumage, en lien avec le textile ou usant d’alun). Après le milieu du iiis.-courant du ive s., le secteur devient agricole, jusqu’à la fondation du Carmel de la Réparation (1897). Ces résultats, autour de la morphogenèse d’une zone périurbaine, complètent la connaissance de l’espace urbain antique et suscitent de nouvelles réflexions sur le mobilier céramique roannais.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Roanne (Loire) se situe à 85 km au nord-ouest de Lyon. Au Haut-Empire, l’agglomération appartient à la cité des Ségusiaves. Avec Forum Ségusiavorum/Feurs, la capitale distante de 40 km au sud-est, Rodumna est la seule ville évoquée par Ptolémée au iie s. pour ce territoire (Géographie, ii, 8, 11).

2Suite aux travaux de J. Déchelette, conservateur du musée municipal de 1893 à 1914, et de passionnés bénévoles qui, dès les années 1960, se mobilisent pour pallier les destructions massives du sous-sol, le site a bénéficié de deux publications de synthèse portant sur le village gaulois (Lavendhomme et Guichard 1997) et sur l’évolution du mobilier domestique gallo-romain (Genin et Lavendhomme 1997). Depuis, les résultats des diagnostics et des fouilles, souvent réalisés sur de grandes superficies, ont renouvelé la perception de l’agglomération où la tradition gauloise était réputée prépondérante et la romanisation discrète.

Les circonstances de l’intervention

3La fouille préventive préalable au projet de construction du complexe médico-psychologique du Centre hospitalier est localisée au nord-est du centre-ville, en bordure de la rue de Charlieu, le long de laquelle se sont multipliées les interventions archéologiques depuis la fin des années 1970 (Vaginay 1977 ; Poncet, Aulas et Vaginay 1979 ; Blin 1991 ; Bouvier 2004 ; Bocquet et Thévenin 2006 ; Bocquet 2008 ; Bocquet 2012 a et b ; Mayoud 2011 ; Delhoofs 2013) (Fig. 1).

4Sa superficie de 8 163 m² (1,4 ha accessible au diagnostic) offre l’opportunité d’aborder la genèse et l’évolution d’un secteur établi à la périphérie de Rodumna et au débouché d’une voie, du début de notre ère aux iiie-ive s. (Fig. 2). L’état de conservation des vestiges est médiocre ; si les aménagements excavés sont relativement bien conservés et que plusieurs sols subsistent pour certaines phases, les superstructures ont disparu. La fouille a été réalisée par une équipe de l’INRAP, sur 3,5 mois au cours de l’été 2010.

Un site entre fleuve et marais

5Roanne, entre les Monts de la Madeleine (1 157 m NGF), à l’ouest, et les Monts du Beaujolais (1 012 m NGF), à l’est, se trouve à l’extrémité sud d’une plaine largement ouverte vers le nord mais barrée au sud par le seuil de Neulise qui la sépare de la plaine du Forez et de Feurs. Dans ce bassin sédimentaire, la Loire a édifié un complexe de terrasses. Roanne occupe la rive occidentale de la terrasse supérieure (Fx), probablement d’origine würmienne. Avec le réchauffement climatique post-glaciaire, le fleuve s’est enfoncé dans ses dépôts, constituant un talus de près de 10 m encore visible dans le paysage. Il ne revient plus, même sous forme d’inondations, sur le site de la terrasse haute, soumis uniquement à l’érosion naturelle et anthropique (d’ap. Franc in Bocquet et Thévenin 2006). Cette dynamique a façonné une surface légèrement vallonnée, au sein de laquelle subsistent à l’ouest de la ville de vastes marais asséchés définitivement au tournant des xixe-xxe s. (Fig. 1). Les zones de peuplement s’étirent, contraintes par ces secteurs marécageux et par la topographie ligérienne, à l’est, selon un axe globalement SO-NE, tout en profitant d’un sous-sol sableux bien drainé.

6Le secteur des 81-83 rue de Charlieu, à 278,80 m NGF, se trouve à environ 800 m de la Loire actuelle, canalisée en contrebas.

Fig. 1 - Plan d’ensemble des principaux vestiges antiques de Roanne et localisation des fouilles récentes.

Fig. 1 - Plan d’ensemble des principaux vestiges antiques de Roanne et localisation des fouilles récentes.

Fond : cadastre.gouv. fr - 2010, DAO S. Bocquet

Le contexte archéologique

7Des silex et du mobilier céramique du Néolithique final sont attestés en position résiduelle au sommet du fluviosol ou dans des structures antiques au nord de la rue de Charlieu, mais le site de Roanne est surtout fréquenté à partir de la fin du iiie s. av. J.-C. L’agglomération se structure après le début du iie s. av. J.-C. aux abords de la rue Gilbertès, à 300 m au sud-ouest du site des 81-83 rue de Charlieu (Fig. 1). De 5 ha dans la première moitié du iie s. av. J.-C., l’habitat couvre une dizaine d’hectares au milieu du ier s. av. J.-C. et atteint 35 à 38 ha du milieu du ier au iiis. ap. J.-C.

8Le développement de Roanne doit beaucoup à sa position de carrefour de plusieurs itinéraires terrestres, dans la proximité de l’axe ligérien. Sur la Table de Peutinger, Rodumna est la troisième étape sur un itinéraire menant de Lugdunum/Lyon à Augustonemetum/Clermont-Ferrand par Mediolanum/Pontcharra-sur-Turdine et Aqua Calidae/Vichy (Genin et Lavendhomme 1997 : 17). Le réseau routier roannais, à partir de voies qui jouent très tôt un rôle structurant dans la morphologie urbaine, forme une sorte de patte d’oie, proposée dès la fin des années 1960 et documentée par les fouilles récentes. Depuis le sud, en provenance de Montbrison d’une part, de Feurs et de Lyon d’autre part, l’accès à l’agglomération se fait par une voie (actuelles rues Anatole-France et Charles-de-Gaulle) en bordure de laquelle se localise le seul ensemble funéraire antique connu pour Roanne. Installé à 700 m au sud du centre de l’agglomération, il est utilisé du iie s. av. au iiie s. ap. J.-C. L’axe nord-sud se divise au nord de la place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny en trois itinéraires. Le premier contourne les zones marécageuses en direction du nord-ouest, vers Ariolica/La Pacaudière et Varennes-sur-Allier. Le deuxième, prolongeant l’axe méridien, correspond à l’actuelle rue Albert-Thomas, en direction du Bourbonnais et de Nevers. Le troisième, qui se perpétue dans le tracé de la rue de Charlieu, part vers Autun, en bordure de la côtière ligérienne. C’est au sud de ce dernier axe, dans un secteur bordier du bourg, qu’a été découvert l’unique monument public identifié à ce jour. Il s’agit d’un édifice daté du tout début du ier s. ap. J.-C. (un temple à cella unique ?) (Bocquet 2011 ; Bocquet 2015 : 143-145), peut-être installé à proximité d’une plateforme (Delhoofs 2013).

9Les importantes surfaces fouillées depuis les années 2000 (près de 3 ha avec les diagnostics) apportent des données significatives sur la formation et la caractérisation de l’espace urbain roannais. Jusqu’au milieu du iiie s., le bourg semble conserver un certain dynamisme voire se développe et diversifie ses activités. Le ive s., jusque-là uniquement perçu à travers des vestiges funéraires et monétaires isolés, commence à transparaître depuis la mise au jour, en 2005, au sud de l’agglomération (place Maréchal de-Lattre-de-Tassigny) d’une pièce construite au iiie s. et transformée vers les ve-vie s. en baptistère (Le Nézet-Célestin 2009), ainsi que dans des aménagements des 81-83 rue de Charlieu.

  • 1 Ces résultats intègrent l’axe de recherche “ Agglomérations secondaires ” de l’UMR 5138-Arar, coord (...)

10Les résultats de la fouille des 81-83 rue de Charlieu documentent un secteur méconnu, les marges nord-est du bourg gaulois puis antique, notamment sous l’angle de la morphogenèse urbaine1, et invitent à de nouvelles réflexions sur le mobilier céramique roannais.

11Dans ce cadre, divers lots, sélectionnés pour leur homogénéité chronologique ou des critères stratigraphiques, ont été classés par catégories (fine, commune, amphore) et groupes techniques (sigillée, peinte…). Bien que dans la lignée des travaux roannais antérieurs (Genin et Lavendhomme 1997), des modifications de classement et de dénominations se sont imposées. Le terme de “ commune claire ”, usité en Lyonnais pour des vases à pâte calcaire, est ainsi remplacé par celui de “ fine claire ”, les productions roannaises étant surtout à pâte siliceuse. Les “ non tournées ” et les “ tournées grossières ” initialement regroupées sous le vocable de “ commune sombre ”, désormais réservé aux vases tournés cuits en milieu réducteur, sont dissociées. Ceux cuits en milieu oxydant se partagent entre “ commune rouge ” à pâte orangé/brun et “ blanche grossière ” à pâte ocre/beige. L’ensemble totalise 13 387 fragments ou nombre de restes (NR) pour 1 489 vases, dont le nombre minimum d’individus (NMI) a été estimé après collage des bords et des formes archéologiquement complètes, sans pondération par la prise en compte d’autres éléments tels que les fonds, anses ou décors (Tabl. 1) (Arcelin et Tuffreau-Libre 1998). Sauf mention contraire, les pourcentages sont en NMI.

Tabl. 1 - Répartition du mobilier céramique par phases et horizons de Roanne correspondants.

Tabl. 1 - Répartition du mobilier céramique par phases et horizons de Roanne correspondants.

K. Giry

12Les autres catégories de mobilier (figurine, lampe, verre, monnaie, instrumentum) indispensables à l’appréhension des modes de vie et des activités pratiquées, sont sporadiquement évoquées au grès des structures. Leur illustration se limite aux éléments les plus pertinents et les mieux conservés. Disséminées au fil du texte, les informations fournies par l’inventaire et la détermination des restes fauniques permettent enfin une évocation sommaire des espèces animales identifiées sur le site.

Genèse et rythmes de l’évolution d’un secteur périphérique antique

Un sous-sol sableux (phase I)

13Le terrain naturel se compose de sables grossiers à moyens jaune doré et fluides ou de sables lités avec lignes brunes durcies, auxquels s’ajoutent parfois des lentilles de graviers en open-work, rarement des petits galets. Ces dépôts alluviaux culminent en moyenne à 277,20 m NGF. Un gradient est-ouest existe dans la terrasse, avec une charge plus grossière et des litages clairement visibles à l’est et des assemblages sableux plus fins et des litages plus complexes à l’ouest. La limite est nette (sans doute une interface entre deux niveaux de terrasses alluviales de la Loire, construite durant le Quaternaire) et correspond à un fossé antique (948) au-delà duquel il n’a pas été repéré de vestiges. Il semble que l’habitat occupe préférentiellement le secteur situé à l’est de ce dernier, délaissant un secteur occidental où les niveaux sableux sont plus instables (Fig. 1 et 2).

14En surface de la terrasse, au moins pour les vingt centimètres supérieurs, se pose la question d’un fluviosol (prairie humide, ripisylve ?) partiellement conservé (Moulin in Bocquet 2012a : 70-73).

Les premières traces d’occupation à l’époque laténienne (phase ii)

15Hormis un tesson du premier âge du Fer recueilli dans un épandage antique, la première occupation organisée se situe, d’après la stratigraphie et le mobilier céramique, entre le milieu du iie s. et le milieu du ier s. av. J.-C. Deux fossés matérialisent ainsi un aménagement d’époque laténienne structuré, inédit dans ce secteur. Le fossé principal (1658-1673-1607), axé SO-NE, est reconnu sur une longueur minimale de 60 m et restituable sur au moins 84 m (Fig. 2). Son ouverture varie de 1,40 m à 2,30 m de largeur, avec une profondeur de 1,10 m. Le remplissage progressif de la structure, entretenue et curée, cumule diverses couches à faciès hydromorphe. À l’est, un fossé secondaire vient s’y greffer.

Fig. 2 - Plan synthétique des vestiges de la fouille.

Fig. 2 - Plan synthétique des vestiges de la fouille.

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

  • 2 Delestrée et Tache vol. III (DT) n3201 : 75, pl. IX ; Delestrée et Tache vol. III (DT) n°3204 : 7 (...)

16Le tracé du fossé principal, un long linéaire, régulier sinon rectiligne, incite à lui attribuer une fonction importante. En effet, en dépit d’une légère inflexion, son orientation (41°E) sera reprise par celle des vestiges du Haut-Empire, au point d’évoquer un marqueur précurseur de l’organisation de l’espace. Outre une fonction drainante, il pourrait participer de pratiques agricoles ou signaler une limite de propriété. Malgré la fragilité de l’argument, sa longueur tendrait à retenir cette dernière hypothèse, sans nécessairement exclure d’autres fonctions. Plusieurs structures du Haut-Empire, notamment dans la zone centrale, renferment des fragments résiduels de céramique laténienne ainsi que deux potins éduens dont un “ au taureau tricornu2 ”, qui suggèrent une occupation possiblement plus proche que celle de la rue Gilbertès.

17La tentation d’y reconnaître le fossé bordier d’un chemin protohistorique effacé ne peut être écartée puisque son emplacement et son orientation seront repris par la voie antique nord-est de Rodumna qui l’absorbe et s’y superpose. Cette topographie trouve un écho, sinon un prolongement, dans le fossé parcellaire fouillé aux 61-63-71 rue de Charlieu, le long duquel se fixe la voie (Mayoud 2011 : 65-66).

La structuration de l’espace vers le changement d’ère (phase iii)

Création d’une voie et premiers aménagements domestiques (sous-phase iiia, vers 10 av. J.-C.-15 ap. J.-C.)

18L’évènement le plus remarquable est la création vers le changement d’ère de deux larges fossés parallèles (1057 et 1666-1601-1720-1670) qui supplantent en les encadrant les fossés laténiens (Fig. 3). Par leur ampleur et leur longévité, ils vont durablement marquer le paysage. Orientés SO-NE (43°E), sur plus de 80 à 90 m de longueur, avec des ouvertures supérieures à 2 m de largeur, agrandies par diverses opérations de curage jusqu’à 2,80 m, et sur une profondeur voisine de 1,10 m, ces fossés subsistent jusqu’au iie s. Le fossé oriental se singularise par un double creusement, localement triple, au comblement homogène voire synchrone, qui témoigne d’un entretien régulier, et par une profondeur maximale de 1,80 m, inédite pour ce type de structure à l’échelle de la fouille (Fig. 4).

Fig. 3 - Plan des vestiges de la phase III (vers 20-10 av. J.-C. - 30 ap. J.-C.).

Fig. 3 - Plan des vestiges de la phase III (vers 20-10 av. J.-C. - 30 ap. J.-C.).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

Fig. 4 - Coupe stratigraphique dans la voie établie au début du Ier s., partie est.

Fig. 4 - Coupe stratigraphique dans la voie établie au début du Ier s., partie est.

Relevé C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bocquet

19L’emprise recoupée par les fossés couvre une bande de 22 m de large, avec une zone centrale vide de 14 à 16 m de largeur. Il est bien sûr délicat de conclure sur le statut de l’ouvrage mais la permanence de son tracé jusqu’au iiie s. (au minimum) induit la reconnaissance d’une voie. Pour autant, la chaussée n’a pas été observée. Seuls des niveaux possiblement préparatoires, ou antérieurs à la préparation, existent entre les fossés, sur une épaisseur de 0,36 m. Il s’agit de fines couches, disposées horizontalement, de sables triés et propres (1651 à 1655), déposés dans une légère dépression (Fig. 4). Leur origine naturelle, étayée par l’absence d’artefacts, ne trouve pas d’explication satisfaisante. Deux hypothèses se présentent. Dans la première, après la fermeture des fossés laténiens, un début d’aménagement viaire en creux a pu être amorcé, puis abandonné à un phénomène naturel de colmatage consécutif à quelque mécanisme hydrologique local. Dans la seconde, le processus de comblement est analogue mais se met en place dans une zone déprimée préexistante, peut-être naturelle. En outre, le faciès polyphasé, localement phosphaté et discontinu du remplissage s’exprime sur un temps long mais impossible à estimer et au cours duquel l’empreinte de l’homme dans l’environnement semble moindre. Le niveau de circulation devait se situer au-dessus de ces dépôts sableux (277,94 m NGF), avec une surface (bombée ?) en surplomb des fossés, rendus ainsi davantage opérants.

20On retiendra la création vers le changement d’ère d’une voie d’accès au bourg, à laquelle les occupations postérieures vont se subordonner. Cette chronologie concorde avec celles d’autres tronçons de voies récemment fouillés, aux 61-63-71 rue de Charlieu (Mayoud 2011 : 65-67) ou avenue de Paris (Argant et Maza 2015 : 168-169). Dans ces exemples, le modelé de la chaussée se compose de recharges compactes de galets, parfois marquées d’ornières, comme sur le site de la place Maréchal de-Lattre-de-Tassigny (Le Nézet-Célestin 2015 : 126).

21Dès cette époque, l’occupation du secteur se précise avec plusieurs structures domestiques, diffuses et qui débordent d’un secteur méridional localisé hors emprise. Il s’agit d’abord, au sud-est, d’une fosse (1539) contenant un vase de stockage en place (1588) (Fig. 5, n7), et, en secteur centre ouest, d’un petit foyer (521) aménagé aux abords d’un lambeau de sol (571) (Fig. 3). Viennent ensuite principalement des fosses relevant, en usage primaire, du stockage (silo) et de l’extraction de sables et, en usage secondaire, de dépotoirs.

Fig. 5 - La céramique de la sous-phase IIIa.

Fig. 5 - La céramique de la sous-phase IIIa.

Dessins É Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

Un premier bâtiment (sous-phase iiib, vers 15-30 ap. J.-C.)

22Au plus tard vers 15-30 ap. J.-C., un premier bâtiment (n1), orienté NO-SE, apparaît en lisière sud-est de la fouille (Fig. 3). Il subsiste sous la forme de trois tronçons de solins, partiellement enfouis, construits à l’aide de galets décimétriques, de blocs de granite et de fragments de terre cuite architecturale, ainsi que par des tranchées et des lambeaux de sols. L’ensemble est installé après une préparation sommaire du terrain, notamment au moyen d’un épandage de tuiles fragmentaires puis d’un remblai de nivellement limono-argileux (1540). Les portions de murs les mieux conservées, avec trois assises parementées, possèdent une largeur de 0,36 à 0,52 m et sont observables sur une longueur de 1 à 5,20 m. Les solins délimitent une surface d’occupation supérieure à 6 m² et estimée d’au minimum 18 m². Une extension de la construction vers l’ouest, dès le projet initial, est probable. L’arasement de la construction a effacé tout indice sur la nature des élévations (terre crue ?) ou de la couverture. Quant à sa fonction, les données n’autorisent aucune hypothèse, même si le mobilier collecté (céramiques, meule, clous de menuiserie en fer, restes fauniques, fibule en alliage cuivreux de type Feugère 19d1) relèvent essentiellement de la sphère domestique (Fig. 6 ; Fig. 8, n1-1421).

23Deux fosses présentent toutefois un remplissage particulier. La première (1449) concentre des scories de fer de 0,01 à 0,15 m, pour un poids total de 5,95 kg (déchets de forge), tandis que la seconde (1436) se démarque par une forte et inexpliquée proportion de céramiques fines et de vases liés au service des liquides (Fig. 6, nos 6, 7, 9, 10, 11, 14).

Fig. 6 - La céramique de la sous-phase IIIb.

Fig. 6 - La céramique de la sous-phase IIIb.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

24Bien que peu nombreux, les vestiges précoces illustrent la conquête encore ponctuelle de ces secteurs et repoussent vers le nord-est les limites d’occupations supposées pour le premier quart du ier s. On se gardera néanmoins de parler d’extension de l’agglomération puisqu’il n’est pas encore possible d’établir la continuité spatiale de ces vestiges avec les données plus méridionales, notamment des abords de la rue Gilbertès. À une centaine de mètres au nord-est, les structures du Pôle Énergie (Fig. 1) ajoutent à la diffusion, même discontinue, de l’occupation vers le changement d’ère (Bocquet 2008).

Le mobilier céramique de la phase iii (K. Giry)

25Le foyer 521, le sol 571, les trous de poteau 734, 802 et les fosses 1438 et 1539 situent l’installation d’un habitat vers le changement d’ère (sous-phase iiia). Ces assemblages totalisent 262 fragments pour quinze individus (Tabl. 2).

Tabl. 2 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la sous-phase IIIa.

Tabl. 2 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la sous-phase IIIa.

K. Giry

26En céramique fine figurent un plat de sigillée italique apparenté au service Ib d’Oberaden (Fig. 5, n1), une coupelle Menez 41 en terra nigra produite dès 30-10 av. J.-C. dans la vallée de l’Allier (Lallemand 2005 : 56 ; Menez 1989 : 149) (Fig. 5, n2) et des bols peints présents en Roannais dès 40-30 av. J.-C. (Fig. 5, n3) (Grand 1995 : 179).

27Les céramiques communes, destinées à la préparation, au stockage ou à la cuisson des aliments, se partagent entre un pichet en grise fine fréquent à Lyon et à Roanne dès l’époque augustéenne (Fig. 5, n4) (Genin et Lavendhomme 1997 : 97), des pots sans col à lèvre déversée moulurée à pâte non tournée ou tournée, sombre ou rouge, produits dans la lignée des vases de “ type Besançon ” fréquents sur le site au ier s. av. J.-C. (Genin et Lavendhomme 1997 : 108) (Fig. 5, n5), des marmites à collerette courte, dites “ en poulie ”, qui apparaissent sur Roanne vers 10 av.-15 ap. J.-C. (Fig. 5, n6) (Genin et Lavendhomme 1997 : 109), et deux vases de stockage à large lèvre débordante représentés par une forme basse ouverte et une haute disloquée in situ, attestés localement dès le ier s. av. J.-C. (Fig. 5, n7) (Lavendhomme et Guichard 1997 : 96-97). Bien présente en nombre de fragments (20,2 %), la céramique non tournée comprend également un gobelet (Fig. 5, n8), un dolium à épaisse lèvre quadrangulaire et un couvercle.

28Le mobilier amphorique, discret, provient de Bétique.

29Le mobilier des fosses 1205, 1421, 1436, 1627 et du fossé 1670 qui caractérise la phase iiib totalise 498 fragments pour 63 vases répartis entre fine (42,9 %) et commune (57,1 %) (Tabl. 3).

Tabl. 3 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la sous-phase IIIb.

Tabl. 3 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la sous-phase IIIb.

K. Giry

30Les sigillées, majoritairement sud-gauloises (6,3 %), sont illustrées par des plats Drag. 17 et coupelles Drag. 24/25, dont l’une porte une applique en spirale, fréquente en contexte tibérien (Fig. 6, n1) (Genin 2007 : 326) ; celles du Centre à engobe non grésé (4,8 %) par des coupelles Lez. 040 et Lez. 034 produites entre 10 et 40 ap. J.-C. (Bet et Delor 2000 : 466-467 ; 469) (Fig. 6, nos 2-3). À leurs côtés, la terra nigra (7,9 %) se partage entre des plats Lamb. 5/7, Menez 6/10 (Fig. 6, nos 4-5) et des coupelles Menez 55, 68 (Fig. 6, nos 6-7) et Menez 41. Sont également présents une imitation de gobelet d’Aco à revêtement argileux rouge non grésé (Fig. 6, n8), un vase de type Beuvray (Fig. 6, n9), une coupe carénée ansée à décor guilloché et glaçure plombifère, apparentée au type Vertet 59 dont la production débute dans le Centre vers 20 ap. J.-C. (Fig. 6, n10) (Brulet, Vilvorder et Delage 2010 : 292), une cruche à col large et engobe blanc (Fig. 6, n11) et des bols peints largement prépondérants (17,5 %) (Fig. 6, n12).

31Au sein des céramiques communes, les productions tournées grossières à pâte sombre (15,9 %) ou rouges (15,9 %) devancent de peu les non-tournées en baisse mais toujours bien présentes (11,1 %), suivies des grises fines (9,5 %) illustrées notamment par des vases globulaires et un gobelet à col tronconique et décor lissé (Fig. 6, nos 13-14), et des fines claires (4,8 %).

32Que ce soit en non tournée, commune rouge ou sombre, les pots sans col à lèvre déversée moulurée prédominent (Fig. 6, n15) aux côtés de marmites à lèvre débordante moulurée (Fig. 6, n16) ou à collerette courte, de couvercles à lèvre simple ou en bandeau, avec ou sans sillon inférieur et de jattes de stockage à lèvre débordante à méplat lisse ou mouluré (Fig. 6, n17).

33Non bouleversé par une occupation antérieure dense qui aurait généré un abondant mobilier résiduel, le matériel amphorique venu d’Italie, de la péninsule ibérique ou de Gaule, est très en deçà des taux précédemment publiés pour la même période et préfigure la modestie de ces importations sur le site durant toute l’époque antique (Genin et Lavendhomme 1997 : 115).

Le développement d’un secteur périphérique vers 30-70 ap. J.-C. (phase IV)

34Le milieu du ier s. marque une rupture dans l’évolution du secteur. Tout l’espace disponible est investi par des structures parfois modestes, localement denses, se chevauchant ou regroupées par type dans des espaces possiblement contraints. La densification des vestiges se reflète dans l’abondance du mobilier, céramique notamment. Dès les années 30 à 70 ap. J.-C., la prospérité de Rodumna atteint un degré tel que ce secteur excentré est rejoint par le développement du bourg. Les modalités de l’accroissement de l’occupation s’articulent à partir de la voie qui impose un axe SO-NE (43°E) auquel se conforment les bâtiments, les tranchées, les fossés et les alignements de poteaux, dans un découpage parcellaire qui apparaît relativement orthogonal (Fig. 7).

Fig. 7 - Plan des vestiges de la phase IV (vers 30-70).

Fig. 7 - Plan des vestiges de la phase IV (vers 30-70).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

Un secteur oriental faiblement occupé

35Le secteur situé à l’est de la voie comprend encore, au moins au début de la période, le bâtiment 1 qui reste isolé, bien que quatorze trous de poteau observés à moins de 8 m à l’est suggèrent une construction ou un aménagement connexe (Fig. 7). Dans ce secteur, une bande sans vestiges, large de 4 à 6 m, pourrait indiquer un espace de circulation entre le bâtiment 1 et les fosses dépotoirs les plus proches. Dans ce schéma, l’essaim de trous de poteau isole peut-être les fosses du bâtiment. C’est vraisemblablement aussi la fonction (partielle ?) des tranchées (1495, 1496) prolongeant vers le nord le bâtiment 1. Une vingtaine de clous de menuiserie et au moins cinq de construction suggèrent une architecture en bois.

36Au nord-est du bâtiment 1, diverses fosses supérieures au mètre, auxquelles se mêlent des creusements de taille plus modeste, s’étendent jusqu’en limite de la fouille sans organisation apparente.

37Du premier ensemble, il faut retenir des dimensions importantes (jusqu’à 4 m de diamètre), des creusements irréguliers, des profondeurs comprises entre 0,55 m et 1,56 m et des remplissages stratifiés. Ces derniers résultent d’un processus de comblement analogue : de multiples couches, à composante régulièrement organique, livrant des rejets domestiques ou architecturaux, sus-jacentes ou mêlées à des lentilles sableuses consécutives à des effondrements de parois et colmatées par des couches plus ou moins compactes. Certaines fosses, les plus profondes ou les plus régulières notamment, restées un temps ouvertes avant leurs comblements progressifs, ont pu être initialement creusées pour une activité particulière comme du stockage de denrées ou l’extraction de matériaux sablo-gravillonneux.

  • 3 82 de ces petits objets circulaires désignés selon les auteurs sous les termes de “ pottery discs ” (...)

38Pour le second ensemble, l’isolement stratigraphique et la variété des petits creusements (1558, 1255, 1443, peut-être 1403, 1391, 1393, 1564, 1695, 1424) ne permettent plus d’en saisir la fonction, sinon de dépotoirs, secondaires pour certains. D’autres fosses évoquent des plantations. Un creusement ovale (1,56 × 0,94 × 0,68 m) au profil en entonnoir (1697), associé à une rigole linéaire (1699 : 1,60 × 1,46 × 0,30 m), peut répondre à d’autres usages. L’installation évoque un système de latrines à fosse simple sans cuvelage et pourvue d’une évacuation (Bouet 2009 : 35), qui pourrait avoir fonctionné en lien avec les occupants du bâtiment 1 localisé à 14 m. Son comblement limono-argileux brun noir et charbonneux inclut de nombreux rejets domestiques dont un lot homogène de cinq “ rondelles ” retaillées dans des vases en terra nigra ou grise fine3. Leur présence au sein d’une structure interprétable comme des latrines est particulièrement intéressante, certains auteurs se faisant l’écho pour ces objets, entre autres hypothèses, d’un usage sanitaire, celui de s’essuyer à l’instar de notre papier hygiénique (Bouet 2009 : 172-173).

39Le bâtiment 1 et les fosses de l’espace sud-est participent d’un environnement peu construit, en limite des extensions du bourg et où sont rejetés les reliefs de consommation de la vie courante : céramiques (1687, 1611), meules (1703, 1496), lampe à huile (1496), vestiges de mobilier ou de contenant en bois (1394), cuillère-sonde en alliage cuivreux correspondant à la variante D des “ Löffelsonden ” établie par E. Riha (Fig. 8, n14-1634), fibules en alliage cuivreux de type Feugère 24d1 (Fig. 8, n2-1496) et Feugère 3b1b (Fig. 8, n3-1756), plaque de harnais en fer (1685), balsamaire soufflé en verre incolore (Fig. 10, n17-1634), pion de jeu en verre (Fig. 10, n19-1496), matériaux de démolition et déchets alimentaires.

Fig. 8 - Instrumentum.

Fig. 8 - Instrumentum.

Étude M. Gagnol, Dessins C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bigot, S. Bocquet

Un secteur occidental structuré

40Les terrains situés à l’ouest de la voie concentrent les principales occupations. Elles esquissent des axes orthogonaux et sont organisées dans un espace circonscrit, à l’est, par le fossé bordier viaire (1057) et, à l’ouest, par un fossé (948) orienté SO-NE qui présente une inflexion marquée au nord (60 min. × 1 × 0,60 m) (Fig. 7). Ce dernier, malgré une morphologie relativement modeste, signale la limite occidentale de l’habitat et l’isole d’une zone peut-être à vocation agro-pastorale.

41À équidistance entre ces fossés, un troisième fossé (689-693), au tracé rectifié (29 × 1-1,84 × 0,80 m), divise peut-être déjà longitudinalement la zone sud-ouest. Il établit une démarcation reprise jusqu’au milieu du iiie-courant ive s. Il ne peut toutefois être précisé s’il est creusé avant ou après l’installation du bâtiment 3.

- Le bâtiment 3

42Ce bâtiment, le plus ancien du secteur situé à l’ouest de la voie, apparaît vers le deuxième quart du ier s., au plus loin à 4 m du fossé bordier 1057 (Fig. 7). Il subsiste sous la forme de deux solins chaînés (588 et 1069), constituant un axe NO-SE conservé sur une longueur de 11,30 m, et de deux autres solins (1068 et 1067) formant un retour perpendiculaire long de 8 m. Ses murs, visibles sur une assise et en moyenne larges de 0,40 m, se composent de galets fluviatiles (microgranite, quartzite, diorite) que complètent quelques fragments de terre cuite architecturale. Aucun liant n’est perceptible. Leur récupération nuit toutefois à une lecture satisfaisante du périmètre du bâtiment ainsi qu’à la définition des solins et de la nature des élévations. En fonction des vestiges et de la disposition des structures environnantes, le bâtiment 3 peut couvrir une surface proche de 80 m² (Pièces F, G et H). La pièce E (environ 20 m²), perforée par des trous de poteau et des fosses, est sans doute à restituer comme un espace extérieur.

  • 4 RIC II rev. n°1120 : 140 ; Giard vol. II no 297 : 118.

43L’abandon du bâtiment, dans les années 70 ap. J.-C., se matérialise par plusieurs remblais parmi lesquels un niveau limono-sableux incendié (1070) qui renferme un denier de Vespasien frappé à Lyon en 714. L’étude des restes carpologiques de cette couche révèle une diversité botanique conforme à ce que pourrait contenir un bâtiment effondré : des fruits comestibles (noisette, cerise), des graines de plantes sauvages de bord de chemins et rudérales, des charbons de chêne à feuillage caduc et de hêtre pour le feu ou la construction et des charbons de sapin blanc pectiné pour la construction ou les objets. Jouxtant le bâtiment 3, une fosse irrégulière (1446 : 6,50 × 2,20 × 1,44 m) a livré des fragments de démolition pouvant provenir de son démantèlement.

44La fonction du bâtiment n’est pas définie, peut-être s’agit-il d’une habitation, comme le suggère le mobilier issu des fosses dépotoirs environnantes : céramiques (1331), coupe en verre soufflée à la volée (Fig. 10, n5-1331), meules (1219, 880), couteau domestique en fer (1134) et, en alliage cuivreux, clou décoratif (1098), bague de type Riha 28 (507-596), fibules de types Feugère 22b2 (Fig. 8, n5-1095), Feugère 29a27 (Fig. 8, 6-1098) et Feugère 24b1 (Fig. 8, 7-1331).

45Les multiples fosses creusées à l’ouest ou à proximité du bâtiment 3 se répartissent en deux groupes. D’une part, s’observent, un peu à l’écart, des creusements amples à comblements complexes et stratifiés (1095, 1125, 1645), qui livrent proportionnellement peu de mobilier ou de rejets domestiques et dont la fonction première s’oriente vers l’extraction de matériaux sablo-gravillonneux. D’autre part, des fosses plus petites, aux comblements homogènes, parfois riches en rejets organiques et mobiliers (1219, 1130, 1136, 1098, 1134, 1426), qui paraissent davantage groupées (circonscrites ?) et parfois se recoupent, pourraient n’avoir eu qu’une fonction de dépotoir (Fig. 7).

Les fosses et creusements de la zone nord

46Au nord du bâtiment 3, au-delà de l’extrémité du fossé 689 et jusqu’en limite de la fouille, les occupations se caractérisent par des vestiges fossoyés de formes, tailles et profondeurs variées (Fig. 7).

47En dehors des trous de poteau, parfois alignés, et des fosses d’extraction ou de rejets (452, 1239, 1235, 1370), les rares structures du secteur nord-ouest s’accordent avec des activités ou des aménagements domestiques, comme la conservation des denrées avec quatre silos probables (250, 401, 885, 1000), particulièrement adaptés au sous-sol sableux drainé, et au moins un vase de stockage ovoïde en commune rouge enterré à proximité de la voie (1024).

  • 5 La fouille a livré 116 fragments de verre rattachables à 35 vases pouvant être dessinés, six objets (...)

48La fosse la plus septentrionale (6), un dépotoir (1,62 m de diamètre × 0,50 m), renferme un abondant mobilier : céramiques, lampe à huile de type Loeschcke IV (Fig. 9, nos 1-6), fibule en alliage cuivreux de type Feugère 3b1 ou 3c (Fig. 8, nos 4-6) et restes fauniques. Une autre fosse du groupe nord (1080), sans doute destinée au stockage, révèle un fond annulaire de cruche, en place. Le contexte domestique de ce secteur, en dépit de l’absence de constructions, transparaît également dans un petit remblai de 5 m², comblant une cuvette superficielle du terrain (716). Il fournit un lot céramique important mêlé à des restes fauniques, à deux clous décoratifs en fer, à un fond de balsamaire soufflé en verre bleu-vert de type Is. 65 (Fig. 10, n16) et à un fragment de perle en verre émeraude (Diamètre : 4 mm).

Fig. 9 - Lampes à huile (ier et iie s.) et figurine en terre blanche extraite d’un fossé du milieu iiie-courant ive s.

Fig. 9 - Lampes à huile (ier et iie s.) et figurine en terre blanche extraite d’un fossé du milieu iiie-courant ive s.

Dessins C. Plantevin, DAO S. Bocquet

Fig. 10 - Le mobilier en verre.

Fig. 10 - Le mobilier en verre.

Dessins J. Ode, Cliché M. Gagnol, DAO É. Bayen

49Plus singulière, la structure 880, à 25 m à l’ouest du bâtiment 3, entre les fossés 948 et 689, possède un plan quadrangulaire aux bords arrondis (2,40 × 1,60 × 0,56 m) et des parois évasées au-dessus d’un fond faiblement concave. Un limon brun sombre à noir tapisse les parois. Il est largement recouvert par des terres cuites architecturales fragmentaires qui disparaissent sous un amas de galets associés à une forte proportion de mobilier amphorique et céramique. Quelques restes fauniques et autre mobilier sont piégés dans la couche supérieure (deux clous en fer, col de petite bouteille ou flacon en verre, rondelle en terre cuite). L’affaissement centripète du colmatage implique la présence de matériaux organiques dont la décomposition a entraîné le tassement des niveaux supérieurs comblant la fosse. Si cette dernière peut être un simple dépotoir domestique, à faciès organique, avec des apports de rejets sélectionnés à calibrés (décharge de chantier ?), la structure pourrait aussi répondre à d’autres usages tels que des latrines.

50Enfin, au nord du bâtiment 3, un espace libre, finalement clôturé aux iie-iiie s., mérite d’être signalé (Fig. 7). Il reprend l’emplacement d’une dépression sous-jacente et superficielle de la terrasse alluviale et couvre une surface de 310 à 350 m². Il présente une sédimentation brune à noirâtre, issue de composants organiques mal minéralisés. La rareté du mobilier exhumé de ces limons sableux qui peuvent atteindre localement une épaisseur de 0,50 m pose l’hypothèse d’un secteur ouvert, en friche, cultivé ou peut-être d’une aire de pacage.

Le mobilier céramique de la phase IV

51La multiplication des fosses dépotoirs vers 30-70 ap. J.-C. fournit un lot important. Cette période reste donc, comme précédemment observé, la plus abondamment illustrée en mobilier céramique (Genin et Lavendhomme 1997 : 72, Fig. 30). L’association du mobilier du radier 517, des remblais 659, 716, des fosses 6, 505, 880, 1098, 1125, 1219, 1249, 1382, 1386, 1394, 1426, 1430, 1443, 1523, 1532, 1597, 1610, 1611, 1645, 1662, 1685, 1687, du silo 250 et de la tranchée 1496 totalise 5938 fragments pour 544 vases, répartis entre fine (41,5 %), commune (56,6 %) et amphore (1,8 %) (Tabl. 4).

Tabl. 4 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase IV.

Tabl. 4 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase IV.

K. Giry

52La sigillée, (8,5%), majoritairement attribuée aux ateliers sud-gaulois, révèle un répertoire varié. Plusieurs types se côtoient parmi lesquels des plats Drag. 15/17, Drag. 18, des tasses/coupelles Drag. 24/25, Drag. 27, Ritt. 8, Ritt. 9, Hermet 31, Ritt. 5, Drag. 30 ainsi que des Ritt. 12 et Drag. 4/22 produits à partir des années 40 (Genin 2007 : 327, 336) (Fig. 11, nos 1-4). Les importations du Centre présentent un panel de formes plus retreint : Drag. 29, Lez. 026 et Lez. 028 (Bet et Delor 2000). Alors que 73 % de ce répertoire correspond à des coupelles, celui de la terra nigra dont la représentativité (8,8 %) avoisine celle de la sigillée, se compose à l’inverse de 85 % d’assiettes ou de plats “ de Saint-Rémy ” (Menez 6/10) (Lallemand 2005 : 58) ou Menez 33 (Fig. 11, nos 5-6) et plus secondairement de coupelles Menez 50, 55 ou 56.

Fig. 11 - La céramique de la phase IV.

Fig. 11 - La céramique de la phase IV.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

53Les vases de type Beuvray (0,4 %), la plombifère, la céramique engobée (0,4 %) font une modeste apparition, ainsi que la paroi fine lyonnaise (0,7 %) illustrée par des bols Bertrand 4 et gobelets Bertrand 16 qui apparaissent sur les sites de consommation lyonnais à partir de 30-40 ap. J.-C. (Fig. 11, n7) (Brulet, Vilvorder et Delage 2010 : 319).

54La céramique peinte (22,2 %), composée à 96 % de bols, est en plein épanouissement avec des décors variés de type P1b, P2g, P2d, P3/P7, P4, P6 que l’on retrouve sur les formes hautes (Grand 1995 : 183) (Fig. 11, nos 8-9).

55Alors que la céramique non tournée chute à 0,6 % et confirme la désaffection pour cette catégorie au-delà des années 30 (Genin et Lavendhomme 1997 : 136), les productions à pâte rouge ou claire affichent un succès croissant : commune rouge (25,9 %), fine claire (11 %), mortier (1,8 %), commune sombre (11,9 %) et grise fine (5,3 %). Cette dernière, dont le répertoire évolue peu, se partage entre pichets à col décoré, jattes à bord rentrant, pots globulaires, à col côtelé ou à épaule carénée ; la fine claire entre cruches à lèvre en bandeau strié ou mouluré, pots piriformes ou globulaires, à col mouluré ou à épaule carénée (Fig. 11, nos 10-11), entonnoir caréné à panse moulurée déjà connu à Roanne vers 30-70 (Genin et Lavendhomme 1997 : 105) (Fig. 11, n12) et jatte à lèvre pendante ornée d’incisions (Fig. 11, n13).

56Les mortiers à lèvre pendante Haltern 60, qui apparaissent localement vers le milieu du ier s. (Genin et Lavendhomme 1997 : 105), s’imposent rapidement face au type Haltern 59 à lèvre en bandeau, avec déjà plus des deux tiers des individus (Fig. 11, n14).

57Toutes céramiques grossières confondues, les pots sans col issus du répertoire laténien représentent plus d’un tiers des vases (Fig. 11, n15). Quelques individus à col court et lèvre débordante moulurée, déversée ou arrondie sont néanmoins présents (Fig. 11, n16), aux côtés de jattes à lèvre arrondie, moulurée, pendante ou à gorge interne (Fig. 11, nos 17-20), de marmites à collerette courte ou à lèvre en bourrelet (Fig. 11, nos 21-22), de couvercles et de vases de stockage, dominés ici par les formes hautes (Fig. 11, n23).

58Le mobilier amphorique se partage entre l’importation de Dr. 7/11, de Dr. 20 ibériques, de type 3 de Lyon (Desbat et Dangréaux 1997 : 77) et des individus à pâte brun-orangé. Ces productions, supposées locales, comprennent des imitations de Gauloise 3, de Dr. 2/4 (Dumoulin 1997 : 93-96) et des individus à large lèvre débordante et méplat sommital (Fig. 11, n24) dont les premiers exemplaires apparaissent à Roanne vers 30-70 et en Limagne entre 30 av. et 20 ap. J.-C. (Genin et Lavendhomme 1997 : 137 ; Wittmann 2017 : 633, pl. iii nos 1, 2). Bien que leur fonction reste incertaine, celle du transport et du stockage du vin a été envisagée (Vallat et Cabanis 2011 : 251-252).

59Outre l’équilibre et la complémentarité des répertoires de la sigillée et de la terra nigra, le mobilier de la phase IV confirme le statut privilégié de la céramique peinte, véritable production emblématique du territoire ségusiave. Parallèlement au désintérêt pour les vases non tournés, les céramiques culinaires tournées cuites en milieu oxydant s’imposent. Si les pots, les jattes ou les couvercles figurent indistinctement en commune rouge ou sombre, d’autres récipients sont plus spécifiquement associés à un mode de cuisson comme les marmites, majoritairement à pâte sombre et les vases de stockage à pâte rouge.

60Indépendamment des amphores à huile de Bétique dont l’acheminement jusqu’au marché roannais s’avère régulier, les importations amphoriques sont modestes et sans doute compensées par des productions locales présentant de nombreuses similitudes avec celles observées en territoires biturige, carnute, turon ou arverne (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005).

Interprétation

61Vers le milieu du ier s., le site apparaît clairement scindé en deux zones distinctes (Fig. 7). Tandis que l’espace à l’est de la voie révèle une occupation lâche, riche en fosses dépotoirs, ayant pu initialement servir à l’extraction de matériaux sableux nécessaires à l’artisanat, à l’aménagement de voie ou à la construction, celui situé à l’ouest est davantage structuré et habité. La présence des fossés bordant la voie ne permet cependant pas de préciser les éventuels cheminements entre les deux secteurs (planches jetées transversalement ?), qui évoluent peut-être indépendamment.

62Au final, cette phase compte au minimum une cinquantaine de fosses. Une certaine organisation se perçoit, avec des regroupements mais aussi des espaces vides ou peu occupés qui persistent aux phases postérieures.

63Des concentrations de poteaux ressortent très distinctement des alignements (clôture, délimitation ?) qui participent à l’organisation de l’espace et dont les orientations sont en adéquation avec le tracé de la voie antique. Ces répartitions sous-tendent une certaine gestion des terrains, peut-être même un découpage parcellaire, au sein duquel, et à partir de la voie, se répartissent des zones bâties puis, au nord d’une délimitation fossoyée, un secteur ouvert où sont prélevés sables et graviers, et rejetés les déchets.

64La répartition lâche des vestiges caractérise une zone périphérique ou en voie d’urbanisation. La présence d’une pointe de faux en fer, mal conservée (1496), seul outil agricole trouvé lors de la fouille et l’un des rares connus pour Roanne, rappelle d’ailleurs la proximité de la campagne. Noyés au sein d’un mobilier à vocation essentiellement domestique et relevant d’un habitat plutôt modeste, on notera un fragment d’emboîture en fer (1687), en mauvais état, témoin de la présence d’une adduction d’eau et un support de vase en alliage cuivreux, soudé à l’étain, preuve de l’importation épisodique de mobilier métallique de qualité (Fig. 8, n19-1386).

Un secteur suburbain prospère à la fin du ier-début du iie s. (phase V)

65Dès le dernier quart du ier s., de nouveaux bâtiments apparaissent tandis que se pérennise l’organisation bipartite du site : insertion au sein d’un parcellaire déjà mis en place antérieurement à l’ouest de la voie ; creusements davantage dispersés et d’usages variés à l’est (Fig. 12).

Fig.12 - Plan des vestiges de la phase V (vers 70-110).

Fig.12 - Plan des vestiges de la phase V (vers 70-110).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

La cave (bâtiment 5)

66Dans un secteur parsemé de dépotoirs, une cave maçonnée de belle facture (bâtiment 5) est implantée entre le fossé bordier ouest de la voie (à 12 m) et le fossé 689 (à 6 m) (Fig. 13 et 14). Sa mise en place intervient à partir du dernier quart du ier s., d’après, notamment, un fond d’amphore Gauloise 4 piégé dans la construction (1300). Elle dispose d’une surface utile de 11 m² et subsiste sur une hauteur de 1,90 m. Elle est apparue totalement isolée. Son environnement immédiat se résume à un fossé linéaire (1508) et à des fosses dépotoirs domestiques (1376, 1170) (Fig. 12). Seul un épandage de petits fragments de terre cuite architecturale et de cailloutis évoque un sol extérieur sommaire (1518), à moins d’un mètre à l’est. Un second lambeau de sol de même nature (1488) se trouve à 3,50 m au sud. Il emprisonne un fragment de bleu égyptien, utilisé dans divers domaines (artisanat, décor, hygiène).

- Une construction soignée (Fig. 13 et 14)

67Les murs sont construits en soutènement dans un creusement préalable de plan rectangulaire, légèrement trapézoïdal. La mise en œuvre soignée des maçonneries, parementées sur leur face interne et chaînées entre elles, peut s’observer sur le mur sud-ouest (1300) partiellement décroûté lors de la fouille. La maçonnerie alterne deux ou trois assises de moellons à tête dressée de granite rose ou gris avec deux ou trois assises régulières montées de fragments de tegulae, dont les rebords sont présentés en parement. Les joints de mortier de chaux, blanc et grossier, apparaissent irréguliers, creux et localement beurrés. Le blocage des murs use des mêmes matériaux, dans des modules centimétriques ou en éclats. Il faut noter une courte reprise (1335), peut-être de chantier, de l’angle extérieur des murs nord-ouest et nord-est. Enfin, un trou de poteau (1333) intégré au mur sud-ouest (1300), près du soupirail 1305, pourrait participer de la transition sous-sol/rez-de-chaussée (Fig. 14).

68Côté intérieur, la partie basse du mur forme un léger ressaut incliné, large de 0,04 à 0,06 m, plus décoratif qu’architectonique. Il s’élève à 0,50 m au-dessus du sol de la cave pour trois des murs et à 1 m du sol pour le mur nord-ouest. Un enduit de mortier blanc, badigeonné d’un lait de chaux blanchâtre, habille sans interruption murs et ressauts.

69Dans son état initial, la cave est éclairée et ventilée par deux soupiraux en abat-jour, construits en réserve dans le mur sud-ouest et espacés de 0,46 m. Leurs glacis se composent de fragments de tegulae et d’imbrices (faces bombées vers le ciel), liés par un mortier beige extrêmement compact. Les soupiraux ont ensuite été réduits au moyen de fragments de tegulae formant un glacis parementé et incliné à 48°.

70Le sol est constitué d’un radier de galets surmonté d’un mélange de mortier et cailloutis. Il est finalisé après les élévations des murs et la mise en place du seuil d’accès à la cave.

Fig. 13 - La cave (bâtiment 5) (fin Ier-IIe s.).

Fig. 13 - La cave (bâtiment 5) (fin Ier-IIe s.).

Cliché A. Defoulounoux

Fig. 14 - Plan et coupes de la cave (bâtiment 5) (fin Ier-IIe s.).

Fig. 14 - Plan et coupes de la cave (bâtiment 5) (fin Ier-IIe s.).

Relevés C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bocquet

- L’accès (Fig. 13 et 14)

71Le seuil d’accès, dans l’angle ouest, portait un élément restituable par les cavités assurant son encastrement dans les murs. Il devait s’agir d’un madrier, très certainement en bois (1,70 × 0,34 × 0,14 m), surélevant le seuil de 0,26 m par rapport au sol de la cave. Les embrasures de la porte conservent des négatifs de chambranle ou d’huisserie sur le nu des murs ainsi que des feuillures de vantail ou de porte (vraisemblablement en bois). Les enduits harmonisent l’ensemble jusqu’aux embrasures.

72Contre le seuil, un petit massif (1319) assure l’ancrage de l’escalier d’accès par l’intermédiaire de deux négatifs circulaires d’une vingtaine de centimètres de diamètre (1313 et 1314), présumés accueillir l’extrémité des limons. L’emplacement de l’escalier, ou d’un repos ou palier, se perçoit également dans une fosse à parois verticales (1321), dotée d’un fond concave entouré de deux cavités d’une quarantaine de centimètres de largeur, qui peuvent évoquer la position de poteaux ou de limons et qui orientent vers un accès rectiligne, proche de l’échelle de meunier (au moins deux clous de construction et sept clous de menuiserie se trouvaient dans la fosse). À l’entrée de la cave, deux murets de soutènement (1311 et 1312), appuyés contre l’ouverture, servent certainement au maintien de l’escalier. Ces maçonneries frustes (0,90 × 0,50 × 0,60 m) coffrent la base de l’échelle, tout en retenant les sédiments sableux de l’encaissant. Leurs faibles longueurs infèrent une inclinaison moyenne à forte de l’échelle. Toutefois, pour contenir les infiltrations du matériau sablo-gravillonneux, un habillage de type bardage a pu compléter le dispositif.

73La configuration de l’accès extérieur et sommital des degrés (simple sol, plancher ou palier), avec ou sans abri ou auvent protégeant la descente de cave de la pluie, reste inconnue. À titre indicatif, en prenant en compte une hauteur arbitraire de 0,20 m, il faudrait neuf ou dix échelons, ou marches, pour sortir de la cave et du bâtiment, jusqu’au niveau du sol extérieur le plus proche (1518). Dans un autre exemple roannais de cave, où le palier est conservé, la hauteur des marches, supposées en bois, a été estimée à 0,15 m, avec une pente de l’escalier de 36° (Argant et Maza 2015 : 179).

- Les décors peints

74Les matériaux de démolition retrouvés dans la cave étaient composés de fragments de parois en terre crue et d’enduits peints dont la provenance reste incertaine. Deux hypothèses peuvent être évoquées. On peut en effet considérer que ces matériaux ont été déplacés lors du démontage d’un bâtiment non localisé dans l’emprise de la fouille et rapportés intentionnellement par charrette pour combler la cave après son abandon. Il s’agirait donc de remblais. On ne peut cependant pas écarter qu’ils proviennent d’un éventuel rez-de-chaussée directement restituable au-dessus de la cave, car, fait troublant, les fragments d’enduits peints ont principalement été retrouvés en plaques effondrées en connexion et stratifiées à la base du remblai. Toutefois, il convient de reconnaître que les décors sont incomplets et difficilement attribuables à un bâtiment de seulement 11 m². Cette hypothèse est donc fragile.

75Classiquement, le revers de la plupart des fragments conserve des empreintes sous forme de chevrons réguliers, caractéristiques d’un système d’accrochage sur un enduit de terre situé entre le mortier des enduits et le mur. L’enduit de terre observé est constitué d’un limon brun très sableux (0,02 m d’épaisseur) et paraît avoir été appliqué sur des briques en argile crue.

  • 6 Merci à Julien Boislève, toichographologue (INRAP), pour ses conseils avisés.

76Après la dépose carroyée des fragments et des plaques, le remontage des enduits peints permet la recomposition de plusieurs ensembles6.

77Le plus complet révèle un riche décor retrouvé principalement dans les remblais localisés en bordure de la paroi nord-ouest (Fig. 15). La plinthe, d’une hauteur minimale de 0,28 m, est une bande rose mouchetée de noir, de jaune et de blanc. Elle est couronnée d’une bande jaune bordée par des filets de couleurs noir et rouge marron puis d’une bande verte bordée d’un filet blanc. Au-dessus, la zone inférieure est rythmée par des filets verticaux noir et blanc qui limitent des compartiments longs et des inter-compartiments plus étroits.

Fig. 15 - Plaques d’enduits peints retrouvées en bordure de la paroi nord-ouest de la cave (bâtiment 5). Proposition de restitution du décor mural. Étude I. Gonon (INRAP).

Fig. 15 - Plaques d’enduits peints retrouvées en bordure de la paroi nord-ouest de la cave (bâtiment 5). Proposition de restitution du décor mural. Étude I. Gonon (INRAP).

Clichés I. Gonon, DAO I. Gonon, F. Pennors, S. Bocquet

78Les compartiments, de couleur rouge ocre, sont ornés de touffes de feuillages lancéolés vert foncé et vert clair, agrémentées de fleurs jaunes et rappelant le modèle fréquent des iris d’eau. Deux petites fleurs à six pétales circulaires jaunes et raccordées à une fine tige à petites feuilles sont disposées entre les touffes. Les inter-compartiments sont de teinte blanche (imitation d’albâtre ?) ou présentent des veinures obliques rose pâle et foncé, marquées de tracés noirs circulaires et dentelés et qui peuvent évoquer des imitations de marbre. Une bande horizontale jaune, bordée de part et d’autre de filets rouge marron et blanc, surmonte ces éléments et borde au-dessus un champ noir horizontal et continu. Ce dernier, haut de 0,17 m, comprend un motif en “ L ” jaune bordé de filets blancs ainsi que, pour l’une des plaques, un départ de champ rouge ; ils annoncent la composition de la zone médiane qui alterne des inter-panneaux noirs et des panneaux rouges, selon un schéma classique en Gaule romaine.

79Les inter-panneaux noirs sont ornés d’un candélabre central tripode et à plateau. Sa hampe est parée de bulbes et, en partie supérieure, d’au moins deux ombelles à motifs végétaux et à festons. Les filets blancs verticaux bordant les inter-panneaux noirs et les panneaux rouges sont animés d’une tige à petits feuillages, grimpante en bas et de thyrse tête en bas, en haut. La hauteur du parement est inconnue ; en revanche, une imitation de corniche moulurée pourrait correspondre au haut de paroi, hypothèse probable d’après la stratigraphie des plaques effondrées. Le rythme et les dimensions de tous ces éléments de décor sont toutefois inconnus.

80Le deuxième ensemble d’enduits peints, retrouvé cette fois dans les remblais localisés contre la paroi nord-est de la cave, montre quelques variantes mais dans la même configuration (Fig. 16). Une plinthe rose mouchetée de noir, de jaune et de blanc est surmontée d’une bande jaune bordée de filets noir et rouge marron et d’une bande verte surmontée d’un filet blanc. La zone inférieure, de couleur noire, est divisée par des filets verticaux blancs qui définissent des compartiments longs et des inter-compartiments plus étroits. Les inter-compartiments sont ornés d’un motif végétal central composé d’une tige jaune reposant sur le filet rouge marron de la plinthe et de feuilles allongées vertes. Aucun décor n’a été retrouvé pour les compartiments longs. La zone médiane a la même structure décorative que le premier ensemble, à savoir une alternance de panneaux rouges et d’inter-panneaux noirs, eux aussi ornés de candélabres mais de type différent. En effet, deux ensembles recueillis dans l’angle ouest de la cave présentent un candélabre muni d’une hampe grêle et blanche, et orné d’une ombelle jaune à festons, d’où sont suspendus de part et d’autre deux rubans verts cernés de blanc, et qui est surmontée par des coussinets verts. Aucun ensemble de plaques ne peut être rattaché à la zone supérieure.

Fig. 16 - Plaques d’enduits peints retrouvées en bordure de la paroi nord-est de la cave (bâtiment 5). Proposition de restitution du décor mural. Étude I. Gonon (INRAP).

Fig. 16 - Plaques d’enduits peints retrouvées en bordure de la paroi nord-est de la cave (bâtiment 5). Proposition de restitution du décor mural. Étude I. Gonon (INRAP).

Clichés I. Gonon, DAO I. Gonon, F. Pennors, S. Bocquet

81Un troisième assemblage de fragments recueilli au sud-ouest de la cave montre un élément de candélabre. Une ombelle jaune incomplète sur fond noir est à noter. Le filet blanc de séparation entre panneau rouge et inter-panneau noir est orné de bulbes tantôt blancs tantôt jaunes ; il rappelle les filets agrémentés de tiges végétalisées et de thyrses du premier ensemble.

82Plus simple, le dernier ensemble témoigne d’un décor différent, au moins sur une partie. Il offre un décor classique en zones et composé d’une plinthe grise mouchetée de blanc, de rouge et de noir, surmontée d’une bande jaune bordée de filets blancs, puis d’un départ de panneaux rouges et d’inter-panneaux noirs. Au-delà, aucun élément n’est connu.

83Pour Roanne, il s’agit du programme peint le plus élaboré restituable à ce jour. De bonne qualité, il témoigne d’un type de décor très répandu et très apprécié en Gaule romaine, le style à candélabre. Certains motifs sont peu attestés en Gaule, avec des comparaisons au sein d’agglomérations aux dimensions et statuts plus importants que ceux de Roanne, dans des domus. Les filets ornés de thyrses se retrouvent ainsi à Fréjus (Var) ou à Carcassonne (Aude) avec des thyrses têtes en bas (Rancoule et Sabrie 1985) ; les touffes de feuillages agrémentées de fleurs et candélabre orné sont connues à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) (Barbet 2008 : fig. 138). Le pied tripode du candélabre du premier ensemble évoque mais ici sans volûtes un motif peint dans la Maison des Nones de Mars à Limoges (Haute-Vienne) (Barbet, Monier et Loustaud 1993 ; Barbet 2008 : Fig. 57).

84Cette découverte inédite permet d’envisager la présence dans un environnement proche d’un bâtiment richement décoré et inhabituel par rapport à ce qui a été jusque-là observé dans l’agglomération de Roanne. Une cave reliée à un domaine, non reconnu à ce jour, établi au voisinage de l’agglomération est également une hypothèse recevable.

85D’autres décors peints, plus simples, ont récemment été mis au jour à Roanne aux 61-63-71 rue de Charlieu et au Centre-Pierre-Mendès-France. Ils étaient conservés in situ dans des pièces semi-enterrées attribuées au ier s. ap. J.-C. (Boissard 2013a et b).

- La fonction de la cave

86Aucun élément ne permet d’intégrer la cave (bâtiment 5) à une construction plus vaste bien qu’elle ait été construite dans un environnement plutôt dégagé et à proximité de la voie. Elle apparaît isolée. Dans l’hypothèse d’un bâti au-dessus, sa superficie réduite tendrait toutefois à privilégier l’existence d’un seul niveau en rez-de-chaussée. On soulignera l’impression de solidité qui se dégage de ses murs. Certes, le terrain sableux peut contraindre à quelques efforts pour une meilleure stabilité de l’édifice, mais il assure aussi un drainage naturel aux parties enterrées.

87Les raisons des bouchages des deux soupiraux (1304 et 1305), en façade sud-ouest, qui assombrissent la cave et restreignent l’apport en air, ne sont pas connues. Faut-il y voir un lieu de stockage de denrées particulières ? Les enduits et les murs de la cave ne révèlent pas d’empreintes d’humidité et il ne subsiste au sol et sur les murs aucun système d’accroche ou d’ancrage pour des contenants, des montants ou quelque étagère (suspendue depuis le plafond ?). Il reste à supposer le stockage de denrées ou d’artefacts dans des contenants mobiles (amphores, paniers, sacs, ...). Aller au-delà s’avère problématique car la cave était vide lors de son abandon.

88Le remblai de démolition (1192) qui comble la cave n’est guère significatif quant à un usage spécifique puisqu’il livre essentiellement un fragment de lampe à huile de type Loeschcke IV (Fig. 9, n5) et du mobilier céramique culinaire indiquant un abandon dans le courant du iie s.

89Très peu de clous (cinq fragments en fer) et de terres cuites architecturales en sont issus. On ignore de quelle manière cette cave ou l’éventuel rez-de-chaussée qui la surmontait étaient couverts.

90Le démontage en fin de fouille des maçonneries a révélé les fragments d’une inscription sur plaque de calcaire jaune à entroques, un matériau présent dans la région de Charlieu (Loire), mentionnant l’empereur Claude (Fig. 17). Les deux principaux fragments composaient une partie du parement des embrasures du soupirail est, face inscrite à l’intérieur de la maçonnerie. Il est possible que l’inscription ait encore été monolithique lors de son transfert aux environs de la cave et qu’elle ait été brisée pour son recyclage, puisque d’autres éléments décimétriques ont été trouvés dans le mur sud-ouest. Cela pose la question de la localisation originelle de l’inscription : se trouvait-elle à proximité, dans les environs de la voie ? A-t-elle été utilisée ? Alors que ce type de calcaire possède un fort caractère érosif, la netteté des lettres et des moulures de l’encadrement fait en tout cas douter d’une exposition prolongée en espace extérieur. Le débat est ouvert, d’autant qu’aucun aménagement ou structure ne correspond sur la fouille à un contexte cohérent avec l’objet.

Fig. 17 - Inscription lapidaire, sur plaque de calcaire jaune à entroques, en réemploi dans une maçonnerie de la cave (bâtiment 5). Étude et transcription F. Bérard (Ens).

Fig. 17 - Inscription lapidaire, sur plaque de calcaire jaune à entroques, en réemploi dans une maçonnerie de la cave (bâtiment 5). Étude et transcription F. Bérard (Ens).

Cliché S. Bocquet, DAO É. Bayen

  • 7 L’inscription funéraire (CIL XIII, 1649) exhumée en 1820 dans le quartier des casernes (Centre Pier (...)

91L’inscription comporte six lignes. La dernière ligne montre qu’il s’agit d’un ex-voto avec un formulaire classique : u(otum) s(oluit) [l(ibens)] m(erito). Le nom du dédicant devait se trouver dans les deux lignes précédentes (Loic[…]Ae, en ligne 4 et Vert[…]Elv+, en ligne 5), avec peut-être aussi celui de la divinité, mais la cassure centrale, dans laquelle environ trois lettres ont disparu, rend les restitutions très difficiles. Il est également possible que le nom de la divinité ait été exprimé ailleurs (par exemple sur l’objet lui-même) ou sous-entendu s’il était évident. Aux trois premières lignes figure la titulature de l’empereur Claude, peut-être parce qu’il était associé à l’hommage rendu à la divinité, selon un usage fréquent dans les provinces gauloises, même si la formulation est ici originale : Tib(erio) C[la]udio (ligne 1), Caesa[ri ?] Aug(usto) (ligne 2), Ger(manico) + […]O (ligne 3). Elle date le texte entre 41 et 54 ap. J.-C. Cette découverte est importante car il s’agit de l’unique témoin épigraphique trouvé en fouille à Roanne7.

92In fine, le mobilier extrait du comblement d’abandon de la cave et des fosses environnantes suggère un contexte exclusivement domestique. Toutefois, on rappellera qu’il existe bien des pièces excavées que l’on suspecte d’avoir une fonction cultuelle, par exemple à Eckbolsheim (Bas-Rhin) pour une pièce semi-enterrée du iie s. appartenant à une villa (Brunet-Gaston et Monier 2011) ou bien encore pour la cave 13 du quartier Vaulabelle d’Auxerre qui contenait deux figurines de Mithra (Groetembril 2011 : 311-320), mais ce n’est assurément pas le cas ici. Il n’y a ni figurines de dévotion, ni brûle-parfum(s), ni traces d’un autel ou de table.

Le bâtiment 4

93Le bâtiment 4 est localisé à 9 m au nord-est de la cave (bâtiment 5). Il est installé à partir du dernier quart du ier s., au-dessus des remblais d’abandon du bâtiment 3 (Fig. 12).

94Sa mise en place débute par le creusement irrégulier d’une excavation d’une vingtaine de centimètres de profondeur. La construction se compose de quatre espaces mitoyens, de constitution et de dimension analogues, qui forment un quadrilatère (Fig. 18) : espaces A (1,90 × 1,78 m), B (1,90 × 1,82 m), C (1,91 × 0,60 m minimum) et D (1,91 × 1,94 m). Sa superficie globale observée s’élève à 18,04 m² (4,40 × 4,10 m), mais peut couvrir, par symétrie projetée des parois extérieures des murs, environ 25 m² (5,30 × 4,80 m). L’ensemble subsiste sur une trentaine de centimètres de hauteur.

Fig. 18 - Plan du bâtiment 4 (fin Ier-IIe s.).

Fig. 18 - Plan du bâtiment 4 (fin Ier-IIe s.).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

95Les espaces ou cellules se répartissent de part et d’autre d’une maçonnerie parementée, d’axe SO-NE (472). Conservée sur une assise (3,20 × 0,39 × 0,20 m), elle réunit des blocs de granites rose et gris, quelques blocs de calcaire, des galets et des fragments de terre cuite architecturale qui enserrent un blocage de composants décimétriques. Ce mur médian est doublé par des bordures (env. 0,18 m de largeur) constituées de fragments centimétriques et décimétriques d’imbrices et de tegulae, posés à sec ou solidarisés par un limon sableux (424, 591, 430). Les espaces A et D ainsi que B et C sont séparés par une bande de fragments de tuiles (423, 430). Des résidus de terre crue, marqués de rares traces de rubéfaction, plaident pour des parois élevées en terre ou adobe. Au sommet de la bordure orientale de l’espace A (424), un aménagement quadrangulaire de fragments centimétriques de tuiles, couvert de nodules de terre crue (594), pourrait tenir un rôle architectonique de maintien ou d’accroche dans la paroi en élévation, voire constituer le négatif d’un poteau de cloison ou d’un aménagement bas connexe aux parois (Fig. 18).

96Si un amas de blocs (589) peut être lié à la récupération du mur nord-est du bâtiment, aucune donnée ne renseigne les murs méridionaux. La façade nord-ouest ne semble pas posséder de mur construit au moyen de blocs et galets. Elle se singularise, en espace A, par une étroite bordure réunissant cinq assises montées au moyen de fragments de tuiles (422), sur une hauteur de 0,16 m, et contre laquelle s’accole une construction de tegulae fragmentaires empilées rebords vers le haut (445 : 0,75 × 0,35 m) (Fig. 19). Ces dernières définissent quatre assises (affaissées), couronnées par un niveau de fragments de tuiles. Un limon sableux peut lier les éléments ou au besoin réajuster les assises. L’aménagement se poursuit, après une interruption de 0,45 m, en espace D, moins bien conservé et avec des fragments rubéfiés ou thermofractés (1011 et 1010). Entre les murets de tuiles 422/445 et 1011/1010, un assemblage de tegulae fragmentaires (446) signale un aménagement spécifique qui évoque la couverture d’un canal.

Fig. 19 - L’espace A du bâtiment 4 en cours de fouille (fin Ier-IIe s.) avec, en arrière-plan, les solins du bâtiment 3 (Ier s.).

Fig. 19 - L’espace A du bâtiment 4 en cours de fouille (fin Ier-IIe s.) avec, en arrière-plan, les solins du bâtiment 3 (Ier s.).

Cliché L. Kuntz, DAO S. Bocquet

97À l’ouest, une tegula thermofractée et rubéfiée (1008) a servi de plaque foyère et peut renseigner la fonction du bâtiment. Elle est associée sur son bord ouest à une petite cuvette remplie de limon charbonneux (1487), en lien avec des opérations de curage ou témoignant d’une aire de travail pour le foyer (Fig. 18). Côté est, la tegula 1008 jouxte différents niveaux de limons en partie rubéfiés. Ils comblent une dépression (1139 : 0,67 × 0,30 × 0,13 m), observée entre les murets 445/422 et 1010/1011 et limitée au sud-est par un fragment de tegula (1099) fiché dans le remblai sous-jacent. Au sommet des limons, des fragments centimétriques de terre cuite architecturale (1009), en position secondaire, pourraient signaler les vestiges d’un canal de chauffe, couvert par l’aménagement 446 et fermé par un système comprenant le fragment de tegula fiché.

98Enfin, les sols ont été installés une fois les espaces circonscrits. Les radiers, montés sur deux ou trois niveaux, se caractérisent par des fragments de terre cuite architecturale centimétriques mêlés à quelques éclats de calcaire et granite gris, sans liant, ou en terre pour l’espace C. En espaces A et D, un limon sableux brun à graviers et petits blocs (espace D) recouvre ou relaye partiellement le hérisson de tuiles. Ces préparations portent des sols en mortier de tuileau grossier et mêlé à des cailloutis (416 et 412, en espaces A et D) ou à du mobilier céramique fragmenté (espace D) (Fig. 19).

99Le sol de l’espace A a ultérieurement été perforé par une perturbation semi-circulaire (0,44 × 0,40 × 0,10 m), comblée par des fragments de briques et de tegulae (570) qui rétablissent une surface plane rejoignant celle de l’aménagement 446 (Fig. 18). La perturbation, due à l’arrachement ou à la récupération d’un élément, se localise au-dessus de la cuvette 1139. L’usage de l’espace A perdure après cet évènement.

100L’exiguïté et la régularité des quatre cellules de 4 m² du bâtiment 4 définissent au moins deux espaces d’environ 8 m² (A/D et B/C). Aucune donnée n’autorise à agrandir davantage la construction. Parmi le mobilier, peu abondant et fragmentaire, seuls deux tessons d’amphores lipariotes, intégrés au sol de l’espace A (416), sous-tendent indirectement la proximité d’une activité artisanale usant de l’alun, un solide incolore qui avait plusieurs utilisations possibles (agent tannant pour la fabrication du cuir, mordant pour la fixation des couleurs, opérations métallurgiques, par exemple) (Borgard, Brun et Picon 2005). Mais rien ne permet de confirmer que ces éléments sont en relation avec la fonction du bâtiment 4. Si la présence du mortier de tuileau pourrait dans un premier temps faire penser à des cellules ayant servi de lavoir, de cuve ou de fouloir, la qualité médiocre de ce mortier et l’absence de traces de décantation, de joints d’étanchéité, de conduit, d’évacuation ou de mobilier spécifique nous poussent à éliminer l’hypothèse de tels usages. L’architecture plutôt sommaire et les dispositifs observés en espace A évoquent davantage une structure en lien avec une combustion et peut-être une installation de séchage ou de fumage. La tuile 1008 semble matérialiser l’entrée d’un aménagement possiblement interprétable comme un court canal de chauffe, central par rapport à la cellule A (446, 1099).

101D’après les vestiges conservés, le plan apparaît inhabituel par rapport à la typologie des séchoirs proposée par P. Van Ossel, bien qu’il se rapproche du type C regroupant les fours à chambre basse et à canal de chauffe unique (Van Ossel 1992 : 141, fig. 4). Il existe toutefois de nombreuses variantes (Goy et al. 1989 ; Lame et Mazimann 2011 ; Ferber et Rigaud 2011) dont l’une dans une chronologie analogue (fin ier-début iie s.) se trouve sur le site de Galbert à Annecy (Gabayet 2015 : 108-110). Sur la plupart des sites, la finalité précise de ce type d’installation prête à discussion et est déterminée par le contexte archéologique voire la découverte d’objets (Van Ossel 1992 : 137-144 ; Goy et al. 1989 ; Lame et al. 1987 ; Lame et Mazimann 2011 ; Ferber et Rigaud 2011 ; Barral et al. 2015 : 49). Même si l’hypothèse d’une fonction en lien avec le séchage ou le fumage paraît séduisante, il reste impossible à ce stade de déterminer si le bâtiment 4, avec une possible architecture double et organisée de part et d’autre du mur 472 (processus de séchage progressif et de stockage ?), a pu servir au traitement de denrées telles que des légumineuses, des céréales ou des viandes.

102Son abandon intervient dans la seconde moitié ou à la fin du iie s. Il a donc pu coexister avec la cave.

Des creusements disséminés en secteur ouest

103Il est en revanche vain de tenter d’attribuer aux utilisateurs des bâtiments 4 ou 5 les fosses localisées dans l’espace non bâti à l’ouest du fossé 689 (Fig. 12). Ainsi, la structure 951, qui s’étend sur près de 16 m², renvoie par son creusement irrégulier (2,60 m de diamètre × 0,72 m) à une fosse d’extraction de sables puis à un dépotoir domestique. Une autre fosse (931) présente des plan et profil réguliers à anguleux qui, malgré l’absence de négatif ou d’un nombre significatif de clous, conviendraient à un coffrage, peut-être chevillé. La structure 1259 pourrait, quant à elle, renvoyer à un puisard voire à des latrines (Bouet 2009 : 29-31). Son creusement circulaire (1,80 m de diamètre × 1,06 m), doté d’un fond concave et de parois s’évasant en surface, a été chemisé au moyen de pierres et de galets décimétriques, surmontés de fragments de terre cuite architecturale qui constituent une finition ou un accès aplani à la structure. La construction, haute de 0,50 m, ménage un espace central vide de 0,74 m de diamètre. Sous le bâti, la partie inférieure du creusement cumule un sable gravillonneux bruni puis un sable jaune trié, évoquant une circulation ou une infiltration de liquides.

104Au nord-est du bâtiment 4, les traces d’occupations structurées se raréfient, même si des alignements de poteaux se perçoivent, dans un paysage clairsemé (Fig. 12). C’est le cas de huit ou neuf poteaux (480, 1023, 1020, 1014, 991, 486, 489, 492 et 801) longeant, sur une longueur de 16 à 23 m et à une distance de 2 m, le fossé bordier de la voie. L’alignement évoque une palissade, entre la voie et les parcelles adjacentes. Des axes en retour orthogonal NO-SE peuvent exister, comme avec les petites fosses ou trous de poteau, pour la plupart dotés de calages, 97, 128, 133, 134, 154, 160, 161, 100, 103, 106, 123, 130, 149, 152, 157, 190, 205, voire 208, 437, 440, 443 ou encore 304 (Fig. 12).

105Ces alignements délimitent une zone apparemment peu exploitée du secteur nord-ouest, autour d’une vaste surface vide déjà existante au milieu du ier s. (Fig. 12). Sa fréquentation se matérialise par la présence de rejets abondants de mobilier, qui induisent pourtant la proximité d’un lieu de vie. Les artefacts sont localement piégés dans une sédimentation issue de décompositions d’inclusions organiques, qui doit se comprendre comme un feuilletage de divers niveaux, uniformisé par les occupations ultérieures et par les circulations hydriques. De petits remblais comblent les dépressions superficielles ou un sol accidenté (245, 277).

106Au nord de l’espace ouvert, moins de dix fosses et plusieurs trous de poteau confirment une occupation étendue mais lâche (Fig. 12). Le secteur, déjà dévolu à la gestion des déchets domestiques au milieu du ier s., regroupe divers dépotoirs domestiques (1742, 1744). La fosse la plus intéressante (1244), quelque peu isolée, borde le fossé 948 ; elle présente un plan quadrangulaire (1,20 × 0,98 × 1 m) évoluant en partie supérieure en un creusement ovoïde de 2 m de diamètre. Son comblement polyphasé comprend, posé à plat au fond de la fosse, un fond de pot de grande taille en commune sombre, conservé sur 0,12 m, qui semble avoir été volontairement découpé. Si l’usage de dépotoir convient au recyclage de la fosse, le récipient renseigne peut-être sa fonction primaire (stockage de denrées ?).

Un secteur oriental ouvert

107Le secteur longeant à l’est la voie, malgré une perception tronquée par la construction du Carmel à la fin du xixe s., semble connaître une certaine désaffection et révèle presque exclusivement des vestiges fossoyés (Fig. 12). Au sud, sont rassemblées sur un espace minimal de 100 à 200 m² des fosses de dimensions variées (1525, 1552, 1247, 1358, 1350, 1460, peut-être 1639, 1545, 1547). Le bâtiment 1 ayant disparu, elles se rattachent à une occupation structurée à localiser hors de la fouille.

108La qualification de dépotoir, en dépit d’un remplissage monocouche pour certaines de ces fosses, correspond à la fonction secondaire sinon primaire des creusements. En effet, le secteur concentre depuis le ier s. de nombreuses fosses de rejets et, de fait, les espaces préservés pour une éventuelle extraction de sables s’amenuisent d’autant. Les rares vestiges de solins, de drains, d’un support maçonné et isolé (1250), d’un fond d’amphore ibérique récupéré pour stocker de la chaux éteinte (1415) ainsi que quelques trous de poteau ajoutent à l’impression d’une zone connexe aux principales occupations domestiques.

109En se dirigeant vers le nord-est, les fosses dépotoirs semblent se disperser (1629), à proximité d’un ensemble de poteaux datés des ier-iie s. et esquissant au moins un alignement NNO-SSE (1727 ?, 1734, 1729, 1692, 1636, 1705 voire 1631).

110Une organisation en différents pôles d’activités pratiquées en arrière des parcelles ouvrant sur la voie est possible.

Le mobilier céramique de la phase V

111Le matériel retenu pour illustrer les années 70-110, provient des sols 245, 416, 618, de l’empierrement 737, des remblais 932, 1072, des fosses 573, 884, 1132, 1244, 1321, 1376, 1388, 1415, 1455, 1674, 1781, de la fosse 1170 et du mur 1300. Avec 2 185 fragments pour 287 vases, il confirme une répartition stable par catégories : fine (41,5 %), commune (55,7 %), amphore (2,8 %) (Tabl. 5).

Tabl. 5 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase V.

Tabl. 5 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase V.

K. Giry

112En hausse, la sigillée (13,6 %), selon un schéma déjà bien mis en évidence pour cette période (Genin et Lavendhomme 1997 : 75) reste largement dominée par les produits sud-gaulois. Elle se partage ainsi entre des coupelles ou bols Drag. 35, Drag. 37, Ritt. 14, Ritt. 12, Drag. 24/25, Drag. 33, Drag. 4/22, Drag. 27, Ritt. 9 et des plats Drag. 18 et Drag. 36 (Fig. 20, n1-2) auxquels s’ajoutent des individus à vernis orange venus du Centre de type Lez. 008 (Fig. 20, n3) ou Drag. 37, produits dès les années 70-110 ap. J.-C. (Bet et Delor 2000). à l’ensemble est également associé un fond de coupelle, retaillé et orné de croisillons incisés sur la tranche, qui servait probablement à décorer un support malléable non déterminé (argile, pâte alimentaire…) (Fig. 20, n4). Le répertoire de la sigillée, marqué par une hausse des plats et assiettes (40 %), correspond, et s’adapte aussi vraisemblablement, à la baisse de la terra nigra (4,2 %) qui perdure sous la forme de plats de “ Saint-Rémy ”, seul type à survivre jusqu’au début du iie s. (Lallemand 2005 : 59) (Fig. 20, n5).

Fig. 20 - La céramique de la phase V.

Fig. 20 - La céramique de la phase V.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

113La paroi fine engobée du Centre (1,7 %), produite des années 70 au premier quart du iie s., apparaît sous la forme de gobelets Lez. 331 (Fig. 20, n6) (Brulet, Vilvorder et Delage 2010 : 325) et la céramique à engobe blanc (0,7 %) sous celle d’un vase ayant pu servir de tire-lait, mais aussi à alimenter des nourrissons ou des adultes malades (Jaeggi, Wittmann et Garnier 2015 : 574) (Fig. 20, n7).

114Toujours dominée par les bols, la céramique peinte (20,9 %) reste en tête de la vaisselle de table avec des décors, quand ils sont conservés, moins variés et moins nombreux mais encore souples et complexes de type P3b, P4 ou P9a (Fig. 20, n8).

115Au sein des céramiques communes, celles à pâte oxydée restent majoritaires : commune rouge (27,9 %), fine claire (7,3 %), mortier à lèvre pendante (0,3 %), commune sombre (13,2 %), grise fine (5,6 %), non tournée (1,4 %).

116Tandis que la grise fine se partage entre vases globulaires, pots à lèvre débordante moulurée, jattes à bord rentrant ou à collerette et plats apodes à bord rentrant (Fig. 20, nos 9-10), la fine claire se divise entre cruches, vases globulaires simples ou à col mouluré.

117Les pots, les couvercles et les jattes constituent plus des trois quarts du répertoire de la commune. Si une large part des pots reste sans col, ceux à col marqué s’affirment peu à peu (Fig. 20, n11-12), aux côtés de jattes à bord mouluré, arrondi, à paroi verticale et collerette courte (Fig. 20, nos 13-15). Suivent les marmites, majoritairement à collerette courte (Fig. 20, n16), et les vases de stockage composés aux trois quarts de formes hautes (Fig. 20, n17).

118Outre de l’amphore à huile Dr. 20 de Bétique illustrée notamment par un fond retaillé ayant pu servir de couvercle pour un vase de stockage (Fig. 20, n18), ce lot comprend deux fragments d’amphore à alun de Lipari produite du ier s. av. au début du ive s. ap. J.-C. (Borgard, Brun et Picon 2005 : 157-159), une G. 4 et des individus lyonnais de types 4 et 7 (Desbat et Dangréaux 1997 : 77-79). Les productions locales, possiblement originaires des ateliers du 64 rue de Charlieu ou du 12 avenue de Paris, comptent une imitation de Dr. 2/4 et des vases à lèvre débordante à méplat (Dumoulin 1997 : 93-96 ; Argant et Maza 2015 : 176) (Fig. 20, n19).

119Alors que la céramique peinte confirme son statut privilégié au sein des céramiques fines, la terra nigra baisse, sans doute en partie suppléée par la sigillée, mais ne disparaît pas brutalement, contre toute attente (Genin et Lavendhomme 1997 : 96). Les vases de stockage, avec 4 % des vases de la phase V, sont présents dans des proportions supérieures à celles observées pour d’autres contextes roannais (Genin et Lavendhomme 1997 : 114) et posent la question de la proximité d’activités domestiques ou artisanales, liées à la conservation de produits dont la nature reste à définir (liquides, céréales…).

Interprétation

120À la fin du ier s. et au début du iie s., les occupations se répartissent sur l’ensemble de l’emprise accessible de façon discontinue et sporadique, mais toujours selon des orientations orthogonales conformes à l’axe viaire. Alors qu’à l’est de la voie, le secteur paraît principalement dévolu à la gestion des déchets domestiques, à l’ouest, l’occupation se structure autour de deux constructions de dimensions modestes, mais soignée pour l’une, et de terrains peu investis (extrémités ouest et nord de la fouille). L’espace central vide de la zone nord-ouest pourrait correspondre à un terrain intermédiaire et limitrophe entre deux propriétés.

121La majorité des structures témoigne d’un contexte domestique (573, 1170, 1415, 1455, 1525, 1629, 1674) (Fig. 8, n8 ; Fig. 9 nos 2-4). Du mobilier en verre provient des fosses 1674 (Fig. 10, n4) et 1170 : gobelet de couleur bleu-vert (Fig. 10, n6), petit flacon ou bouteille soufflé(e) en verre naturel bleu-vert (Fig. 10, n9). Les éléments de parure concernent deux occurrences en alliage cuivreux : un bracelet probablement de type Riha 3.3 (1781) et une fibule de type Feugère 24e (Fig. 8, n8-573). Quatre clous de chaussures très concrétionnés, trouvés au sud-ouest de la fouille, dont l’un est à décor cruciforme sous la tête (931) et deux à décor de globules sous la tête, mettent en évidence le port de caligae et interrogent sur leur propriétaire (militaire ?). En 1997, M. Feugère au regard de mobilier divers (plaques de cingula, boucles, éléments de harnais, pions, jetons) avait évoqué la présence ou le passage dans le bourg, au Haut-Empire, de quelques auxiliaires de cavalerie qui auraient pu contribuer à diffuser de nouvelles façons de vivre (Genin et Lavendhomme 1997 : 60). Ces objets rappellent en tout cas que le secteur est un lieu de passage fréquenté qui permet d’accéder à l’agglomération.

122Si la composante domestique reste prégnante, elle ne disqualifie pas d’autres activités, qu’elles soient artisanales avec le bâtiment 4 (fumoir à viande ou à charcuterie, séchoir à grains ou à légumineuses ?) et suggérées plus indirectement par la présence des deux tessons d’amphores de Lipari en position secondaire dans le même bâtiment. Au tournant des ier-iie s., ce secteur marginal et périurbain de Rodumna semble connaître une diversification de ses activités.

Une frange suburbaine dynamique dans la première moitié du iie s. (phase VI)

123La première moitié du iie s. atteste un dynamisme de la marge nord-est de Roanne, que ce soit par les constructions existantes, par l’apparition de nouveaux bâtiments ou par la fermeture des fossés bordiers de la voie qui facilite certainement la circulation entre les secteurs. Pour autant, l’emprise de l’espace public semble globalement respectée.

Les aménagements du secteur est

124L’espace à l’est de la voie continue de présenter des occupations fossoyées, apparemment reléguées dans ce secteur. Deux ou trois regroupements principaux invitent néanmoins à envisager de possibles pôles d’activités distincts (Fig. 21).

Fig. 21 - Plan des vestiges de la phase VI (vers 110-150).

Fig. 21 - Plan des vestiges de la phase VI (vers 110-150).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

125Au nord, deux creusements d’environ 1,80 m de diamètre se remarquent (1620, 1758). Le plus profond (1620) descend à 2 m et renvoie vraisemblablement à une recherche de matériaux sablo-gravillonneux. Les comblements indiquent des dépotoirs domestiques secondaires, intégrant des restes végétaux ou organiques évoqués par une coloration sombre. Un usage complémentaire en tant que latrines est possible. Les fosses peuvent participer d’un petit groupe couvrant une centaine de mètres carrés, au côté de structures datées dans une fourchette large du iis. et dans un espace faiblement exploité. Parmi les cinq autres fosses, se distingue un vaste creusement (3,18 × 1,80 × 1 m) (1691), comblé progressivement, après avoir été laissé un temps à l’air libre, puis recyclé en dépotoir domestique. Deux creusements (1769 et 1767), profonds de 1,40 m et de 2 m, correspondent à des fosses abandonnées ouvertes, en partie comblées par des effondrements de parois et finalement fermées simultanément par divers apports de rejets domestiques. C’est aussi le cas d’un dernier creusement excentré au nord du groupe (1722) que ses dimensions (2,84 m de diamètre × 1,21 m) orientent, de nouveau, vers de l’extraction de sable.

126Ces structures s’articulent autour d’un aménagement axé NO-SE (1613) et orienté perpendiculairement à la voie (Fig. 21). Il combine un probable solin (2,60 × 0,80 m) formé de galets, de blocs centimétriques à décimétriques (granite, quartzite, diorite) et de fragments de terre cuite architecturale, avec, en dessous, une tranchée, peut-être de drainage (Fig. 22). À l’est, un niveau de circulation (1614), conservé sur environ 2 m², inclut des nodules de tuiles, des fragments de meule (andésite) et du mobilier céramique qui renseigne une ambiance domestique. Le mobilier métallique comprend un clou de construction et dix clous de menuiserie en fer. Un effet de paroi rectiligne est perceptible pour sa limite est. Un creusement SO-NE (2,70 × 1,12 × 0,31 m), comblé de fragments de terre cuite architecturale, complète le dispositif (1615). L’ensemble, très perturbé, témoigne d’un aménagement construit, sans doute ouvert, peut-être un espace abrité ou protégé (espace de travail, de stockage, pour du fourrage ?).

Fig. 22 - Les structures 1613, 1614, 1615 et la fosse 1620, au nord-est de la fouille (IIe s.).

Fig. 22 - Les structures 1613, 1614, 1615 et la fosse 1620, au nord-est de la fouille (IIe s.).

Cliché A. Savignat, DAO S. Bocquet

127Au sud, les occupations consistent essentiellement en des fosses hétérométriques, aux comblements stratifiés à partir d’apports anthropiques intercalés dans une sédimentation sableuse s’écoulant des parois, et en lien avec la gestion des rejets domestiques (Fig. 21). Certaines, à l’instar du creusement 1521 observé sur une longueur de 4,40 m, une largeur de 3,10 m et une profondeur de 1,16 m, sont de taille importante (Fig. 23). Leur fonction première reste énigmatique, autour de la collecte de matériaux sableux. Pour l’une (1537), l’hypothèse de latrines est vraisemblable. Une autre (1408), de 2 m de diamètre d’ouverture et de 1,24 m de profondeur, se caractérise par un abondant mobilier céramique, dont un relief d’applique apposé à la base d’une anse de cruche (Fig. 27, n12).

Fig. 23 - Les fosses 1521 (à droite) et 1537 (à gauche) de la première moitié du IIe s., en secteur sud-est.

Fig. 23 - Les fosses 1521 (à droite) et 1537 (à gauche) de la première moitié du IIe s., en secteur sud-est.

Cliché A. Defoulounoux

128Ce secteur est uniformément remblayé vers le milieu du iie s. par l’apport d’un limon argileux brun sombre (1271), saturé de fragments de terre cuite architecturale, galets et blocs. Il couvre une surface minimale de 145 m² avec une épaisseur pouvant atteindre 0,50 m. La couche enrobe du mortier de chaux, des boules d’argile blanchâtre, quelques clous de menuiserie en fer, un peu de verre (coupe en verre moulé naturel bleu-vert de type Is. 3b et coupe soufflée à la volée de couleur bleu-vert) et de nombreux tessons de céramique.

Un secteur ouest organisé et construit

129Au cours de la première moitié du iie s., le fossé 948 qui jusque-là limitait à l’ouest les occupations antiques disparaît (Fig. 21). Sa désaffection se traduit par un épandage de limon sableux mêlé à des fragments de terre cuite architecturale et à de galets (949) ainsi que par trois fosses le recoupant (1372, 1384 et 1374). Le fossé 689 qui scindait longitudinalement le secteur disparaît également au cours du iie s. Le mobilier collecté ne permet cependant pas de préciser la chronologie entre la disparition de ces fossés structurants et les occupations des bâtiments.

- Le bâtiment 6

130Le bâtiment 6 est le seul implanté à l’ouest du fossé médian 689 et s’inscrit parfaitement dans la trame parcellaire régissant le secteur. La construction est matérialisée par neuf à dix trous de poteau, dont les diamètres d’ouverture oscillent entre 0,40 et 0,84 m, avec des profondeurs conservées de 0,24 à 0,77 m (Fig. 24). Un groupe de quatre poteaux, de diamètres légèrement plus importants et profondément ancrés (901, 913, 968, 974), se détache. Les calages montrent, contre les parois, un agencement de galets de quartzite et microgranite (jusqu’à 0,25 m), surmontant des blocs de calcaire jaune (max. 0,35 × 0 15 × 0,10 m) plutôt disposés en fond de creusement (901), et pouvant être complétés de fragments de terre cuite architecturale (913, 974). Les autres trous de poteau (904, 907, 934, 940, 962, 965) présentent des calages similaires, parfois moins architecturés, mais qui confèrent une certaine homogénéité à l’ensemble. Cette architecture implique une recherche de stabilité, qui induit une construction pérenne et peut-être un étage. Les quatre grands trous de poteau définissent une structure de plan quadrangulaire d’environ 17 m². Le poteau de l’angle nord (968) a été renforcé à deux reprises (965, 962). Le trou de poteau 934, à l’intérieur du bâtiment, relève sans doute d’un aménagement connexe, peut-être en lien avec la couverture ou un système d’aération sommital. Les autres creusements participent au maintien originel ou secondaire de l’ossature principale.

Fig. 24 - Plan et coupes des structures composant le bâtiment 6 (première moitié du IIe s.).

Fig. 24 - Plan et coupes des structures composant le bâtiment 6 (première moitié du IIe s.).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

131Les élévations et la couverture n’ont pas laissé de traces et sont à restituer en matériaux périssables.

132Cette construction occupe l’angle oriental d’un espace rectangulaire clôturé d’environ 70 m², délimité par onze trous de poteau, diversement conservés selon les axes. La limite sud-occidentale (861, 862, 863, 864, 865, 866, 867, 868), à 3 m au sud du bâtiment, forme l’alignement le plus complet. Un retour SO-NE s’esquisse avec deux trous de poteau (835 et 742), toutefois très espacés. La limite nord-orientale associe deux poteaux (742, 971) distants de 5,50 m, un écart qui sous-tend l’ouverture partielle de cet axe. Globalement moins profonds, ces creusements (0,38 à 0,70 × 0,24 à 0,40 m) possèdent également des calages de galets et de fragments de terre cuite architecturale.

133Dans l’emprise de cet espace, les traces d’occupations sont rares : un trou de poteau ou de piquet (838) et le lambeau d’un niveau d’occupation (1076).

134Le bâtiment 6 correspond certainement à une construction utilitaire, de type resserre, ou s’il est surélevé, de type grenier ou fenil, compris dans un espace clos, peut-être en lien avec un élevage ou du parcage animalier.

135Son environnement proche, dans un rayon de 20 m, s’avère particulièrement indigent (Fig. 21). Il se compose, au nord-est, de petites structures ponctuelles dont l’organisation ne se décèle plus et, au sud-ouest, d’une fosse isolée (2 m de diamètre × 0,60 m), apparentée à un creusement d’extraction de sable reconverti en dépotoir domestique au cours du iie s. (950).

- Aux abords du bâtiment 4 et de la cave

136Le bâtiment 4 et la cave (bâtiment 5) ne semblent pas bénéficier d’améliorations ou de rénovations majeures au cours de la première moitié du iie s.

137Au moins un niveau d’occupation documente la périphérie du bâtiment 4. Il fonctionne avec de petites recharges et des ragréages de sols qui dépassent de quelques centimètres l’aménagement 446 (canal de chauffe) et trahissent son abandon. L’un d’eux a livré une fibule en alliage cuivreux de type Feugère 14c1 (Fig. 8, n10-755). Le bâtiment peut néanmoins continuer à être utilisé un temps pour une fonction différente qui nous échappe.

138À 3,50 m au nord-ouest du bâtiment 4 (Fig. 21), un alignement de dix trous de poteau (398, 339, 336, 335, 334, 333, 332, 330, 329, 1113) orienté NO-SE indiquerait une palissade longue de 11 m (Fig. 25). Elle fait écho à une courte tranchée (5,35 × 0,88 × 0,66 m) creusée à une cinquantaine de centimètres vers le nord (1641). Son orientation NO-SE, sa mitoyenneté avec l’alignement de poteaux et une position équidistante entre le bâtiment 4 et une série de tranchées septentrionales du iie s. incitent à envisager une limite parcellaire intermédiaire.

Fig. 25 - Les tranchées 321, 350, 568 et 1274 de la première moitié du IIe s. et le bâtiment 8 de la seconde moitié du IIe s.

Fig. 25 - Les tranchées 321, 350, 568 et 1274 de la première moitié du IIe s. et le bâtiment 8 de la seconde moitié du IIe s.

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet)

- Un chemin d’axe SO-NE

139L’alignement de poteaux et la tranchée 1641 sont partiellement recouverts par un chemin d’axe SO-NE, constitué de galets centimétriques, de cailloutis et de fragments de terre cuite architecturale (326, 327, 328) (Fig. 25). De nombreux tessons de céramique, très fragmentés, de petits restes fauniques et quelques objets métalliques en ont été extraits : clous de construction et de menuiserie en fer, crochet en fer, bague de type Riha 17.2 ou Guiraud 5b en alliage cuivreux (Fig. 8, n11-327), virole, anse de coffret en alliage cuivreux (Fig. 8, n20-327). La surface, localement rechargée et aux contours irréguliers, atteint une largeur de 4,60 m et une longueur de 7,40 m, ou de 9 m jusqu’au bâtiment 4 si le cailloutis observé sur sa frange nord-est appartient au même niveau (Fig. 18). Dans cette hypothèse, le chemin relie le bâtiment à la zone centrale non bâtie, au-delà d’un ensemble de courtes tranchées (Fig. 21).

- Les structures linéaires 321, 350, 568 et 1274 d’axe NO-SE

140La zone centrale, jusqu’alors peu investie, est donc subdivisée par une limite orientée NO-SE qui regroupe sur une longueur globale de 18 m et une largeur maximale de 2,50 m quatre tranchées parallèles (1274, 321, 350 et 568) (Fig. 25). Elles possèdent des longueurs allant de 4,40 à 7 m, avec des largeurs comprises entre 0,50 et 1,14 m et des profondeurs autour de 0,40 m, sauf pour la tranchée septentrionale (1274) descendant sur 0,76 m. Les profils sont irréguliers, avec des parois évasées, dissymétriques, à ressaut (1274) ou remontant aux extrémités (321). Le mode de comblement est identique : un limon sableux peu anthropisé, scellé sur une dizaine de centimètres d’épaisseur par une concentration de galets, de blocs, de fragments de terre cuite architecturale et de tessons céramiques. Ces éléments sont associés à un peu de faune ainsi qu’à des objets métalliques (tige, clous, ardillon de fibule d’un type non déterminé, monnaie illisible) et en verre (anse rubanée à une crête bleu-cobalt de cruche ou de flacon, fond de pot bleu-vert (Fig. 10, n14-350) et fragment, moins courant, de coupe à côtes de type Is. 3 réalisée dans un verre moulé mosaïqué, bleu cobalt à décor jaune et blanc).

141Faut-il restituer des aménagements qui se succèdent ou une utilisation simultanée ? Fonctionnent-ils par deux (par exemple 321 avec 1274) ou par trois ? Leur parallélisme et leur homogénéité concourent à la perception d’un ensemble cohérent ; les faibles distances qui les séparent (0,40 m) corroborent davantage une succession de creusements, notamment pour la tranchée 350 qui recèle un mobilier céramique semble-t-il légèrement antérieur.

142En somme, ces tranchées renvoient aux vestiges d’éléments cloisonnant l’espace perpendiculairement à la voie, mais dont l’architecture générale reste mal perçue (les quelques clous conservés ne peuvent certifier la présence d’une palissade). Cette limite va subsister au moins jusqu’à la fin du iie s., quelle que soit ensuite sa matérialisation (poteaux). Elle peut, par ailleurs, trouver un écho, dans les trous de poteau alignés et prolongeant à l’ouest la tranchée 350, mais qui sont datés des ier-iie s. sans plus de précision (Fig. 21, entre 304 et 443). Le plan d’ensemble des tranchées évoque un passage contrôlé rappelant une entrée en chicane.

143L’espace ouvert au nord-est se caractérise par des accumulations de limons sableux assombris par la décomposition de végétaux ou d’apports organiques, parsemés de cailloutis et livrant du mobilier céramique, plus rarement des artefacts métalliques ou en verre (pot de type Is. 67, bleu-vert) (Fig. 10, n11-683). Apparemment homogène, la couche (683) procède de micro-remaniements du secteur, pouvant résulter d’activités agro-pastorales, proches des habitations.

- Le bâtiment 2

144Au nord, un nouvel espace structuré émerge avec la mise en place du bâtiment 2, orienté NO-SE (Fig. 21). Il se compose de deux pièces offrant 25,50 m² de surface utile (Fig. 26).

Fig. 26 - Plans et abords des bâtiments 2, 7 et 9, avec coupe.

Fig. 26 - Plans et abords des bâtiments 2, 7 et 9, avec coupe.

Relevés équipe, DAO E. Bayen, S. Bocquet

145La pièce sud-est (J), de 15,40 m², est délimitée par des solins (44, 47, 54 et 56) au mieux préservés sur une assise d’une dizaine de centimètres de hauteur, une longueur de 3,28 m et une largeur de 0,34 m (56). Ils sont construits au moyen de galets décimétriques, complétés de rares blocs de granite rose et de granite gris et de quelques fragments de tuiles. L’accès pouvait se faire dans l’angle nord-est de la pièce, au niveau d’un espace réservé.

146Les parois internes des solins sud-ouest (54) et nord-ouest (56) sont doublées de fragments de terre cuite architecturale calibrés, posés à plat et ponctuellement conservés en bordure d’un lambeau du radier du sol de la pièce en fragments de tuiles (60). À proximité, les fragments céramiques et amphoriques du niveau 37 forment un sol ou un ragréage de sol, peut-être légèrement postérieur, du milieu ou de la seconde moitié du iie s. Enfin, deux trous de poteau (51 et 1116) dotés de calages, d’une quarantaine de centimètres de diamètre et de profondeur, distants de 1,30 m et décentrés légèrement au sud de l’axe longitudinal de la pièce, ont pu venir soutenir la charpente.

147La pièce nord-ouest (I), de 10,10 m², est accolée à la pièce J. Elle présente des solins en tranchées (58, 169 et 171) dont le mieux conservé (58), sur une assise, a une longueur de 3,08 m et une largeur de 0,32 m. Il faut noter l’emploi majoritaire de blocs décimétriques à pluri-décimétriques (microgranites, rares calcaires) et des fragments de terre cuite architecturale, au détriment des galets. La mauvaise conservation de l’ensemble ne permet pas d’identifier les accès depuis l’extérieur et, le cas échéant, à partir de la pièce J. Un trou de poteau circulaire (0,44 × 0,24 m) équipé d’un calage occupe l’angle intérieur nord de la pièce I (173). Le sol n’existe plus.

148La faible largeur des solins plaide pour un bâtiment d’un seul niveau, avec des élévations en matériaux périssables, peut-être à partir de sablières basses. La nature de la couverture du bâtiment est inconnue.

149L’exiguïté des espaces et le rare mobilier collecté ne permettent pas d’établir catégoriquement la fonction de la construction, une habitation ou un bâtiment utilitaire. L’unique aménagement de la pièce J est un creusement qui accueille un pot (52), trouvé intact en position couchée (Fig. 34, n8). Son basculement a pu résulter d’une dégradation d’un espace vide qui l’aurait initialement protégé (contre la planche d’une boîte, par exemple). En pièce I, une fosse quadrangulaire (883), à parois verticales et fond plat, suggère un contenant en matériaux périssables dans lequel se trouvait un pot à cuire (stockage de denrées périssables ou alimentaires ?). Il faut aussi souligner la présence de scories de fer, dispersées dans les solins 58 (23 nodules de 0,02 à 0,12 m, pesant 2,23 kg), 171 (un nodule de 0,17 m × 0,20 m, pour un poids de 2,53 kg) et, à l’ouest, 41 (un nodule de 0,03 m de diamètre). L’absence de battiture ou de niveau rubéfié indique toutefois des rejets secondaires depuis un cadre artisanal ou domestique non identifiable dans l’emprise de la fouille.

150À l’extérieur du bâtiment 2, un solin perpendiculaire au pignon sud-est de la pièce I divise ses abords (Fig. 26). Enterré ou semi-enterré (41 : 2,05 × 0,46 × 0,10 m), il est constitué de blocs centimétriques et décimétriques, de fragments de tuiles et d’un bloc de granite gris quadrangulaire plat (0,28 × 0,30 m). Sept fragments de clous de menuiserie en fer pourraient provenir de son élévation ou d’un proche ouvrage en bois. À son extrémité nord-ouest, une empreinte circulaire de 0,54 m de diamètre (46) trahit le négatif d’un élément disparu, qui évoque fortement le catillus 39 (0,52 m de diamètre) d’un moulin rotatif en andésite vacuolaire, mis au jour à 2,20 m au nord-est. Son œillard, agrandi ou cassé, montre une perforation irrégulière de 0,18 m de diamètre et confirme le remploi de la meule, incrustée dans un niveau de circulation (31). Elle a pu servir de socle à un élément ou à un support vertical, de type poteau, ou en tant que pivot voire fonctionner avec l’empreinte 46 pour l’aménagement d’un passage, par exemple.

151Des lambeaux de sols (43 et 36) datés des iie et iiie s. subsistent entre la meule 39 et le solin 41.

- Une aire de circulation (503, 31, 30)

152Le bâtiment 2 et son extension sud-est fonctionnent concomitamment avec un niveau de circulation caillouteux (503) qui inclut quelques galets et tuiles fragmentaires (Fig. 26). Il bute contre le sommet du solin 47 et, sur une longueur minimale de 8,50 m et une largeur de 5,50 m, suit une orientation SO-NE, globalement perpendiculaire au bâtiment 2. Du mobilier divers en est issu : des fragments métalliques (au moins cinq clous en fer, une fibule de type Feugère 14b1b (Fig. 8, n9) et une tige en alliage cuivreux), de nombreux tessons céramiques et quelques restes fauniques pulvérulents. L’ensemble caractérise un chemin ou un espace extérieur de type cour. Ce niveau primitif est rehaussé par un cailloutis (31) et par un petit remblai limono-sableux (30). Le premier livre notamment l’un des rares outils du site, une soie d’alêne fragmentaire incomplète de type Duvauchelle 4B. Le second contient 702 tessons de céramique ainsi qu’un peu de mobilier en verre (goulot d’un flacon soufflé en verre naturel bleu-vert : Fig. 10, n10) et en métal (cinq clous de construction, un clou décoratif, au moins quinze clous de menuiserie en fer et une bille en alliage cuivreux dont la fonction est inconnue), au milieu desquels se perdent des restes fauniques et des fragments de tuiles. L’abondance et la diversité du mobilier créent l’image de rejets domestiques pêle-mêle. Ils renforcent l’hypothèse d’un chemin privé, sinon d’une impasse, aboutissant au bâtiment 2, mais à la surface duquel il n’a pas été observé d’ornière.

- Le bâtiment 7

153À 3,80 m au nord-est du bâtiment 2, les vestiges de l’angle sud-ouest du bâtiment 7 perforent les couches caillouteuses 503 et 31 (Fig. 26). Le mur NO-SE (11 : 3,10 × 0,35-0,55 × 0,16 m) et son retour perpendiculaire (13 : 1,10 × 0,42 × 0,10 m) sont construits en galets et blocs de granite décimétriques à pluri-décimétriques et avec quelques fragments de terre cuite architecturale disposés sans liant sur une assise. L’extension du bâtiment est hypothétique. En fonction de la présence clairsemée des matériaux, le mur NO-SE pourrait atteindre une longueur de 5,40 m et le mur SO-NE jusqu’à 9,60 m. Dans ce schéma optimal, la surface délimitée s’élève à 52 m². En dépit de ses lacunes, le bâtiment 7 s’intègre dans une trame cohérente avec celle du bâtiment 2, de part et d’autre des cailloutis 503 et 31.

154Sa durée d’utilisation reste floue malgré la mise en évidence de vestiges stratigraphiquement postérieurs, mais de datation trop large. Au sud, un fond d’amphore lyonnaise (231) se trouve ainsi sur le tracé restitué du mur périphérique oriental du bâtiment 7. De même, le pot en commune sombre 420 écrasé in situ intervient vraisemblablement dans une phase postérieure au bâtiment. Il était surmonté d’un fond de bol peint (dépôt volontaire ?, domestique ou cultuel ?).

155Pour les bâtiments 2 et 7 et le mobilier de trois fosses dépotoirs proches (1073, 631, 876) (Fig. 21), le contexte domestique prévaut. Un petit fragment de perle cylindrique en verre émeraude, très irisé, a été trouvé dans le mur 11. La fosse 631 se singularise par la présence de deux trous de poteau et d’un coffrage ou calage quadrangulaire de tegulae fragmentaires, sans fond ni couvercle (636) (Fig. 21 et 26). Au moins un recollage de tessons céramiques existe entre le comblement de l’un des trous de poteau et un trou de poteau voisin (629). Ils s’inscrivent dans un environnement regroupant plusieurs creusements alignés (623, 644, 646, 648) qui peuvent former une palissade. Immédiatement à l’est du bâtiment 2, la fosse en entonnoir 876, comblée de cailloux, évoque une structure drainée qui pourrait rappeler une fosse de plantation d’arbre.

Le mobilier céramique de la phase VI

156Avec la raréfaction des fosses dépotoirs, le matériel retenu se réduit à 1 172 fragments pour 160 vases. Issu des solins 58, 169, 321, 568, de la couche 683, du remblai 755 et des fosses 1408, 1521, 1537, 1549, 1620, il montre une très légère hausse des céramiques communes (59,4 %) au détriment des fines (38,8 %) et des amphores (1,8 %) (Tabl. 6).

Tabl. 6 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VI.

Tabl. 6 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VI.

K. Giry

157La sigillée, en baisse (8,1 %), tend à confirmer, malgré quelques individus de provenance incertaine, la part croissante des productions du Centre selon un processus déjà mis en évidence (Genin et lavendhomme 1997 : 75). Se trouvent ainsi associés des bols ou coupelles de type Lez.008, Lez. 014/ 015 (Fig. 27, n1), Lez. 024, Drag. 37, un fond estampillé DONNVCI, daté de la première moitié du iie s. aux Martres-de-Veyre (Romeuf 2001 : 241-242) ainsi que des individus de type Ritt. 12/ Curle 11 à collerette décorée datée vers 80-110 dans les ateliers du sud (Genin 2007 : 327), Ritt. 14B à marli décoré daté des années 80/90-iie s. (Genin 2007 : 330) (Fig. 27, nos 2 et 3), Drag. 24/25, Drag. 27 et des plats Drag. 36/Ve A2, Drag. 18, Drag. 15/17. Les plats de type “ Saint-Rémy ” en terra nigra (5,6 %) perdurent (Fig. 27, n4), aux côtés de discrets gobelets à paroi fine Lez. 331 (1,3 %) (Fig. 27, n5) et d’un lot toujours important de bols peints (23,8 %), associés à des décors à registres multiples (Fig. 27, n6) ou à composition principale P3, P6 ou P7b.

158En commune, une nouvelle catégorie dite “ blanche grossière ” (0,6 %) apparaît aux côtés des communes rouges (21,9 %), sombres (17,5 %), fines claires (10,6 %), grises fines (5,6 %), mortiers à lèvre pendante (2,5 %) et non tournées (0,6 %).

Fig. 27 - La céramique de la phase VI.

Fig. 27 - La céramique de la phase VI.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

159Au cours de cette phase, la grise fine, illustrée par des pots globulaires à lèvre déversée, en bourrelet ou pendante (Fig. 27, nos 7-8), compte ses premiers vases Dum. 2.11 à panse moulurée et décor à la molette dont l’apparition est placée vers 120 ap. J.-C. (Dumoulin 1997 : 92 ; Genin et Lavendhomme 1997 : 101-102). La fine claire, partagée entre pots globulaires à lèvre en bourrelet ou à col mouluré, jattes à bord rentrant et cruches à lèvre en bandeau mouluré, en bourrelet ou pendante (Fig. 27, n9-11), comprend un relief d’applique représentant un visage joufflu et à la chevelure travaillée (Fig. 27, n12). Placé à la base d’une anse selon une pratique décorative fréquente sur la vaisselle métallique, il se rapproche de reliefs apposés sur les gobelets à paroi fine Déch. 74 (Bet et Gras 1999 : 20).

160Les pots, toujours en tête des formes produites en commune, sont désormais majoritairement à col marqué, que ce soit à lèvre débordante moulurée, déversée, pendante ou en bourrelet (Fig. 27, nos 13-14). Les marmites, encore fréquemment à collerette courte (Fig. 27, n15) ou à lèvre débordante moulurée, comptent un individu caréné à lèvre moulurée et bec tubulaire et un tronconique à bord débordant mouluré (Fig. 27, nos 16-17). Les premiers plats à cuire tripodes Dum. 2.1 font leur apparition (Fig. 27, n18), tandis que les couvercles perdurent sans changement notable. Les vases de stockage se répartissent à quasi égalité entre formes hautes et basses.

161Au discret mobilier amphorique (1,8 %) se rattachent une Dr. 20, une imitation gauloise de Dr. 9 et une amphore régionale à col cylindrique mouluré et à courte lèvre débordante à méplat lisse (Fig. 27, n19).

162Le mobilier inventorié pour la phase VI invite à moduler certaines hypothèses envisagées sur l’arrêt des importations de la terra nigra en Roannais et sur le déclin de la céramique peinte (Genin et Lavendhomme 1997 : 131-132). Alors que la première persiste au sein de nos ensembles jusqu’au début du iie s., et que la seconde est à son taux le plus élevé, la question d’un arrêt des importations de la terra nigra et d’un désintérêt pour la céramique peinte plus tardifs qu’initialement supposés doit être posée. Certaines formes persistent enfin en commune sans évoluer malgré des décennies d’existence (marmites à collerette, vases de stockage, couvercles, ...), d’autres s’imposent (pots à col marqué…) et de nouvelles apparaissent (plats Dum. 2.1, pots Dum. 2.11).

Interprétation

163La première moitié du iie s. voit l’extension des occupations bâties à l’ensemble de l’emprise fouillée, en particulier aux terrains situés à l’ouest de la voie. Une évolution s’esquisse avec la mise en valeur de parcelles septentrionales (Fig. 21). Ce développement traduit un dynamisme inédit de ce secteur périphérique de Roanne, dans un environnement lâche bien que dépendant du parcellaire fixé au ier s. Une des évolutions topographiques concerne la modification de la voie qui perd définitivement ses fossés bordiers alors que son emprise semble respectée. Autre élément structurant du paysage, le fossé limitant à l’ouest les aménagements antiques disparaît également. Cette limite persiste néanmoins car aucun indice de fréquentation ou d’occupation antique ne l’outrepasse, y compris sur la parcelle mitoyenne (Bocquet 2012b).

164Les divisions spatiales mises en place dans la seconde moitié du ier s. se maintiennent. Au sud-ouest, subsistent le bâtiment 4 et la cave (bâtiment 5), en arrière desquels est créée une construction sur poteaux porteurs (bâtiment 6). Un chemin sommairement aménagé (326-327-328) relie le bâtiment 4 et la vaste zone centrale demeurée libre, depuis un ensemble de tranchées (321, 350, 568, 1274) sans doute en lien avec une entrée en chicane, jusque dans la seconde moitié du iie s. Cette limite perpendiculaire à la voie, déjà présente dans la seconde moitié du ier s., pourrait marquer une séparation entre deux pôles d’activités distincts, avec au sud, les occupations liées au bâtiment 4 et à la cave (bâtiment 5) centrées sur la transformation et de stockage de denrées et au nord, au-delà de la zone ouverte, celles s’articulant autour des bâtiments 2 et 7 aux activités moins spécialisées autour d’un habitat.

165Si le panel des bâtiments peut renvoyer à des activités variées, les fosses et le mobilier associé, moins abondants, concernent essentiellement la sphère domestique. Dans les terrains situés au sud-est de la voie, plus éloignés des ensembles bâtis reconnus, s’observe au contraire une augmentation des structures fossoyées, employées ou remployées en dépotoirs domestiques. Cette concentration évolue vers le milieu du iie s. et un remblai (1271) vient niveler voire assainir le secteur peut-être de nature bourbeuse.

166Alors que jusqu’ici, la première moitié du iie s. semblait à l’échelle de l’agglomération correspondre à une période de régression économique et à un arrêt de l’expansion de l’habitat (Genin et Lavendhomme 1997 : 29), les résultats de la fouille indiquent plutôt un développement de l’occupation, dans le prolongement des vestiges domestiques, artisanaux ou commerciaux fouillés plus au sud aux 61-63-71 rue de Charlieu (Mayoud 2011 : 246-247).

Le déplacement des occupations dans la seconde moitié du iie s. (phase VII)

167Après le milieu du iie s., le déplacement des pôles d’occupations structurées aux limites nord de l’extension connue du bourg se confirme. Les nouvelles installations procèdent toujours d’un découpage orthogonal, qui entérine l’usage et la répartition des grands espaces précédemment établis.

Déclin des terrains méridionaux

  • 8 11 mm de diamètre. Œdipe, de profil, casqué, tourné vers la gauche, est assis sur un support (roche (...)

168La frange méridionale de la fouille semble progressivement abandonnée (Fig. 28). La cave (bâtiment 5) pourrait être définitivement condamnée dans le courant du troisième quart du iie s., sans doute suivie de peu par le bâtiment 6 qui connaît ses dernières réfections d’après le mobilier céramique extrait de deux trous de poteau (910, 937). Les fosses sont moins nombreuses. Seules deux à trois structures relèvent assurément de la seconde moitié du iie s., dont un vaste creusement circulaire d’au minimum 3,60 m d’ouverture et 1,86 m de profondeur (1201). Son comblement stratifié, en partie issu de l’effondrement des parois, présente au moins un recreusement. Il livre des restes fauniques, de nombreux tessons céramiques, mais aussi une intaille ronde en cornaline perdue d’une bague en fer, dont le décor représente Œdipe et le Sphinx8 (Fig. 8, n12), et une vingtaine de petits fragments d’enduits peints monochromes blancs ou rouges (représentant environ 1 m² de surface) rejetés avec des morceaux de parois en terre sans enduits. Ils rappellent la proximité de la cave (bâtiment 5), à 8 m au sud, sans que ces deux ensembles puissent être catégoriquement corrélés.

Fig. 28 - Plan des vestiges de la phase VII (vers 150-180).

Fig. 28 - Plan des vestiges de la phase VII (vers 150-180).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

169Au sud-est, la présence d’un second grand creusement circulaire de 3,60 m d’ouverture sur près de 1 m de profondeur (1194), au comblement composé d’une seule couche hétérogène, renforce l’impression de parcelles tendant à se désertifier. L’utilisation de ce dépotoir domestique s’inscrit dans l’environnement des bâtiments 8 (à 7 m au nord-est), 4 (à 5 m au nord-ouest) et de la cave (à 12 m à l’ouest). Même si dans l’angle sud-ouest de la fouille apparaissent les fosses 1160 et 950 datées du iie s., la faible quantité de dépotoirs étonne et traduit peut-être des changements dans la gestion urbaine des déchets, jusque-là probablement sous-estimée pour l’agglomération (Genin et Lavendhomme 1997 : 25). Les constructions, ainsi que les cheminements les environnant, ont pu repousser les zones réservées à la gestion des déchets dans des secteurs exclus de l’emprise de fouille.

170Au sud-est de la voie, quelques fosses (1748, 1555, 1481, 1519), principalement des dépotoirs domestiques, confirment un environnement fréquenté mais peu exploité.

171- Le bâtiment 8

172Un bâtiment quadrangulaire de 13 m² est néanmoins élevé au nord-est du bâtiment 4, au moyen de sept poteaux (432, 444, 448, 474, 477) dont deux (453 et 456) participent d’une division spatiale connexe (Fig. 25). Les trous de poteau, d’environ 0,50 m de diamètre, conservés sur une vingtaine de centimètres de profondeur, possèdent des calages de fragments de terre cuite architecturale et de galets de granite rose et de granite gris. Le bâtiment a un sol en terre battue, duquel provient un fragment de pot Is. 62 à bandeau vertical soufflé dans du verre bleu-vert (Fig. 10, n13). Il abrite un foyer (284) composé de trois tegulae fragmentaires jointives (deux présentent des empreintes de pattes de chien) qui offrent une surface de 1 m par 0,58 m. L’accès n’est pas connu, peut-être entre les poteaux 477 et 474 de la façade sud-est. Le bâtiment, proche du chemin 326-327-328, se trouve à environ 6 m de la voie mais pourrait en être isolé par un alignement de poteaux (ier-iie s.).

173Son exiguïté rend incertaine l’identification de sa fonction (habitation ?).

Divisions parcellaires du secteur nord-ouest

174Le secteur central se morcelle suivant un découpage orthogonal tenant compte des orientations enregistrées par les bâtiments, structures ou fossés antérieurs. La zone libre non bâtie ressort clairement au cours de la seconde moitié du iiie s., sous la forme d’un espace rectangulaire délimité par plusieurs dispositifs (Fig. 28).

- Le fossé 1683-1681-1166

175Au nord-ouest, une forte limite d’axe SO-NE (45°E) marque le paysage, sous la forme d’un fossé (1683-1681-1166) aux extrémités arrondies, repéré sur une longueur de 16 m et une largeur variant de 1,50 à 3 m, pour une profondeur d’1 m (Fig. 28). En dépit d’une légère sinuosité du tracé, de divergences de profils et de comblements inhérents aux entretiens et curages, l’ensemble compose une structure unitaire et prégnante. La base du creusement montre des irrégularités mais pas de dénivelé ; si une fonction drainante était recherchée, elle s’opère par infiltration dans le sable encaissant. Un creusement de 1,20 m de diamètre (356) pourrait prolonger et clore au sud-ouest la tranchée, qui atteindrait alors 17 m de longueur. Son comblement inclut un bloc granitique long d’une quarantaine de centimètres, qui évoque un élément de marquage au sol de type borne. À cet endroit, l’extrémité du fossé se place dans l’axe des tranchées perpendiculaires 350, 321, 1274 et 568 (Fig. 21), remplacées dans la seconde moitié du iie s. par des poteaux. On note d’ailleurs que ce fossé est établi à 28 m de la voie, comme l’ancien fossé 689-693.

- Le remplacement des tranchées 321, 350, 568 et 1274

176La délimitation fossoyée SO-NE répond au système antérieur des courtes tranchées NO-SE auxquelles se substituent douze poteaux (295 et 298 ; 291, 456 et 453 ; 558, 561 et 371 ; 392, 395, 386 et 389) (Fig. 28). Ils possèdent des ouvertures variant de 0,30 à 0,60 m de diamètre et des profondeurs d’une quarantaine de centimètres et jusqu’à 0,70 m. Les calages sont constitués en proportions variables de fragments de terre cuite architecturale et de galets ou de blocs (granite, basalte, diorite, calcaire). Dans plusieurs creusements, le négatif du poteau apparaît en réserve des éléments du calage, avec des diamètres de 0,22 à 0,25 m. Les deux poteaux sud-est sont communs au bâtiment 8. Hormis trois occurrences, les poteaux fonctionnent en binôme, mais les distances entre chaque groupe varient considérablement, de 1,10 à 3,30 m. Ils forment deux rangées parallèles, distantes de 1,50 m (389, 386, 395, 392, 371, 561, 558 et 295, 298, 291, 453 et 456). Il se ménage donc un passage entre les trous de poteau 561-558 et 295-298, dessinant une sorte de chicane, qui offre un accès entre la zone sud-ouest lotie et l’espace ouvert nord-est.

-L’alignement de poteaux 1

177À l’extrémité nord-est du fossé 1683-1681-1166, un autre groupe de structures découpe le secteur suivant une orientation NO-SE (45°O). 42 à 43 trous de poteau forment un alignement de 19 à 21 m de longueur, le plus souvent sur deux rangs, et occupent une emprise large de 1,80 m (Fig. 28 et 29). Une incertitude subsiste pour le creusement 495 qui se trouve un peu à l’écart vers le sud et à une distance de 3 m.

Fig. 29 - Plan et coupes des trous de poteau de l’alignement 1 (deuxième moitié du IIe s.).

Fig. 29 - Plan et coupes des trous de poteau de l’alignement 1 (deuxième moitié du IIe s.).

Relevés équipe, DAO É. Bayen

178Les plans des creusements, arasés, varient d’ouvertures circulaires à ovales (0,50-0,60 m de diamètre). Certains creusements se distinguent par des dimensions plus importantes (0,90 × 0,54 m ; 0,76 × 0,30 min.). Les parois apparaissent majoritairement rectilignes et évasées ; les fonds, souvent plats, conservent régulièrement l’empreinte ou l’emplacement en réserve du poteau disparu, avec des sections allant de 0,14 à 0,24 m. Tous les creusements possèdent des calages, plus ou moins organisés, à partir de fragments de terre cuite architecturale, de blocs de diverses natures (granite, microgranite, diorite, basalte, quartzite, exceptionnellement calcaire blanc), parfois de galets et de tessons d’amphores (826). Ces matériaux triés et calibrés se retrouvent généralement sur toute la hauteur du creusement mais, régulièrement, se concentrent autour de l’ouverture. Quelques creusements se recoupent (166/811, 717/720, 745/748, 767/770) ; d’autres s’imbriquent (139 et 695), forment des binômes (360 et 363, 369 et 1040 complétés de 1043 ainsi que 1046 et 366) ou des groupes resserrés (811, 166, 805, 808).

179Malgré des différences morphologiques et des irrégularités dans l’implantation des poteaux (espacements variables, notamment), les creusements composent un ensemble rectiligne dont le bord sud-ouest (811, 166, 805, 808, 139, 141, 144, 236, 239, 717, 256, 758, 262, 265, 773, 271, 274, 360, 369, 1043 et 366) semble constituer la colonne vertébrale à partir de laquelle se rajoutent des poteaux complémentaires. Pour autant, il n’est guère possible de différencier les poteaux d’origine de ceux qui ont été ajoutés aux éléments fragilisés, en dehors des poteaux recoupant d’anciens creusements, et force est d’admettre qu’il ne ressort pas de plan particulier au sein des poteaux “ doublant ” l’axe sud-ouest. Aucun dispositif n’évoque la présence d’une porte ou d’un passage transversal. L’écartement de 2,20 m observé entre les trous de poteau 274 et 360 pourrait cependant remplir ce rôle.

180En complément des poteaux, la matérialisation de cette limite se fait vraisemblablement aussi par quelques planches ou madriers, suggérés et solidarisés par les clous en fer retrouvés régulièrement au sein des comblements.

181Aux côtés des vestiges amphoriques, des céramiques communes ou de vaisselle de table (dont une cruche à anse décorée cherchant à imiter la vaisselle métallique : 259) (Fig. 34, n9), de rares objets confortent l’ambiance domestique environnante : un crampon de menuiserie en fer (233) et un tesson de bouteille ou de pot carré en verre incolore soufflé dans un moule (495).

Le bâtiment septentrional 9 et ses abords

182Au nord-est, l’alignement de poteaux 1 délimite un espace en mutation. L’évolution principale se traduit par la mise en place d’une nouvelle construction dans le voisinage du bâtiment 2, selon une orientation générale qui s’insère à nouveau dans le découpage orthogonal du secteur (Fig. 28).

- Le bâtiment 9 et la canalisation 230

183Le bâtiment 9 une pièce rectangulaire excavée de 20-21 m², que limitent des tranchées de récupération de murs installés dans le substrat sableux (1063) (Fig. 30). Les niveaux de circulation du secteur permettent d’avancer une hauteur minimale de la pièce de 1,50 m (Fig. 26). Elle peut être supérieure si une partie émergeait au-dessus du sol extérieur, tel qu’observé pour la cave (bâtiment 5). Seuls quelques blocs bruts et pluri-décimétriques de granite rose ou gris, ponctués de traces de mortier, témoignent au sud-est (1086) de la composition des murs. Quelques centimètres carrés (0,13 × 0,12 m) d’un enduit de mortier blanc fin non hydraulique s’observent sur l’un des blocs.

Fig. 30 - La construction excavée 9 (milieu IIe-milieu IIIe s.).

Fig. 30 - La construction excavée 9 (milieu IIe-milieu IIIe s.).

Cliché é. Bayen

184La préparation du sol (1088), épaisse de 0,15 m, se compose d’un hérisson de petits galets associés à de rares fragments de terre cuite architecturale, couvert par un mortier à inclusions caillouteuses et à nodules de chaux grossiers. Elle porte un sol en mortier de tuileau (1060) bien conservé malgré quelques accrocs. Il ne montre aucun négatif lié à un accès ou à des aménagements internes mais se caractérise par une double déclivité de 2,33 %, de l’ENE vers l’OSO et du SO vers le NO, aboutissant à un puisard (1061), que le mortier de sol nappe en partie.

185Le puisard se situe dans l’angle ouest de la pièce, quasiment contre les murs (Fig. 26). Il est aménagé dans un creusement étroit, en même temps que la pièce. La maçonnerie, avec une ouverture de plan circulaire (0,62 à 0,70 m) et sur une profondeur de 1,75 m, se compose d’assises montées de tegulae fragmentaires dont les rebords forment le parement et masquent le blocage interne constitué de cailloux et fragments de terre cuite architecturale noyés dans du mortier. Sa base, plus sommaire, alterne assises de galets et de petits blocs (granite, quartzite), et assises de tegulae. Le fond n’est pas aménagé et correspond à l’utilisation de la structure. Remplie d’eau (moins de 0,70 m3), celle-ci se vide en une demi-heure par absorption complète par le substrat sableux, comme cela a pu être constaté lors de la fouille. Aucun élément n’atteste un système de fermeture du puisard.

186L’analyse archéobotanique menée sur un prélèvement de 20 l du limon sablo-argileux brun (1062) qui comble le puisard révèle exclusivement des caryopses de céréales carbonisés : 26 graines de Cerealia non identifiées au genre, quatre semences d’orge vêtue (Hordeum vulgare) et une de blé (Triticum sp.). L’absence d’adventices des cultures et d’enveloppes de céréales pourrait indiquer un stockage de grains avant préparation alimentaire ou consommation. Les 20 charbons observés proviennent de trois taxons. Les deux premiers sont le chêne à feuillage caduc et le hêtre, bois de chauffe et de construction. Des charbons de noisetier (Corylus avellana) reflètent une collecte de bois dans des haies et fourrés ou peut-être une plantation de noisetiers à proximité.

187Ce comblement renferme également des fragments de tegulae et de briques, des galets, des nodules de mortier, un peu de mobilier métallique (dont une bague sans décor en alliage cuivreux de type Riha 2.34 ou Guiraud 8a et une applique en alliage cuivreux) (Fig. 8, n21), une coupe à côtes de type Is. 3 réalisée dans du verre moulé mosaïqué, de couleur bleu cobalt et à décor jaune, blanc et brun (Fig. 10, n2) ainsi que du mobilier céramique varié (Fig. 34, nos 2, 5, 6, 18). Une soixantaine de restes fauniques documente une consommation privilégiant les espèces domestiques à travers la triade du cheptel bovin, capriné et surtout porc, mais aussi le coq domestique, et complétée de quelques individus issus de la faune sauvage, avec de la perdrix, de la barge ou du lamellibranche marin.

- La canalisation d’eau 230

188La canalisation en bois est aménagée dans une tranchée (8 × 0,54 × 0 19 m) creusée en bordure sud-est du chemin 502-35-32-66. Son extrémité sud-ouest bifurque légèrement en direction du bâtiment 9, sans qu’une probable interaction entre les deux n’ait pu être mise en évidence (Fig. 26). Quatre emboîtures en fer, très dégradées mais dont les diamètres avoisinent 0,11 m, subsistaient à intervalles irréguliers dans la tranchée (0,70 m pour trois d’entre elles puis 3,20 m pour la plus septentrionale). D’autres pièces (au moins trois ?) semblent manquer. La nature domestique ou artisanale du contexte de découverte ne peut cependant se déduire de la présence d’adductions en bois, employées aussi bien dans la sphère privée que pour des programmes publics. Plus largement, les modalités de l’approvisionnement en eau sous pression sont pour l’instant inconnues pour Roanne. Le point de captage d’eau de la canalisation pourrait être en lien avec l’Oudan, un affluent de la Loire situé à environ 870 m au nord de la fouille.

- Datation et fonction

189Le lot céramique associé à l’utilisation du puisard, daté au plus tôt du troisième quart du iie s., incite à placer l’ensemble de la construction dans une chronologie proche. Le mobilier extrait des remblais de démolition qui comblent la cavité consécutive à la récupération des maçonneries indique un terminus post quem dans le second quart du iiie s. Sur une hauteur de 1,60 m, ils enrobent du mobilier divers, mais pas assez de fragments de tuiles pour restituer une toiture couvrant une surface minimale de 21 m².

190Seule la fonction domestique de la pièce se perçoit à travers les analyses et le mobilier. Pour autant, l’architecture spécifique du sol incliné en direction du puisard suggère un usage complémentaire, pouvant nécessiter un nettoyage efficace du sol à plus ou moins grandes eaux. La situation enterrée de la pièce tendrait à indiquer un lieu de stockage requérant fraîcheur et peut-être humidité ou une activité artisanale qui reste difficile à définir à partir des données disponibles. Différentes pistes en lien avec des artisanats associés à l’installation de bassins ont été explorées (activités vinicoles, textiles ?). L’absence de restes de vigne cultivée (Vitis vinifera) au sein du puisard ou des proches bassins 1180 et 358 (cf. infra) (Fig. 26) ainsi que la présence de la canalisation d’eau 230, incompatible avec une fonction vinicole (Brun 2005 : 23), invitent cependant à exclure l’hypothèse d’une structure destinée au recueillement de moût de raisin, proposition avancée pour deux bassins à enduit hydraulique et cuvette de vidange, identifiés aux Martres-d’Artière sur le site de la villa de Champ Chalatras (Puy-de-Dôme), mais de dimensions moins importantes (Vallat et Cabanis 2011 : fig. 163).

191La présence de la canalisation d’eau rappelle en revanche le système de remplissage des bassins de la grande fullonica de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) qui, avec plus d’un mètre de profondeur, possèdent des capacités de remplissage (environ 25 m3) proches de celles possibles pour la construction 9 (environ 31 m3) (Leblanc 1996). Malgré son caractère isolé et la présence d’une cuvette de vidange que l’on ne retrouve pas sur ces homologues romanères où le système de vidange s’effectue par le biais de canalisations en pierre, la possibilité d’avoir ici un bassin destiné au lavage de la laine ou au trempage des étoffes après tissage a été envisagée.

192Toutefois, plusieurs constructions comparables au bâtiment 9 ont été mises au jour ces dernières années sur Roanne et tendent à contrecarrer cette hypothèse. Ce sont d’abord trois pièces semi-enterrées fouillées en 2010 aux 61-63-71 rue de Charlieu (Mayoud 2011 : 73-80, 191 ; Bocquet 2015 : 146-150) (Fig. 1). Établies entre le milieu du ier s. et le début du iie s., elles possèdent des murs en sous-sol maçonnés portant des élévations à ossature de bois. Elles offrent des surfaces de 19 à 26 m², couvertes de sols en terrazzo légèrement inclinés, en direction d’une amphore Dressel 20 découpée et fichée dans le sol (PCE1559) ou vers un puits perdu quadrangulaire et maçonné (PCE1368). La troisième pièce (PCE1516), dans une utilisation tardive du iie-début iiie s., conserve près de l’accès une fosse servant à un stockage de graines supposé en lien avec l’alimentation animale (Mayoud 2011 : 234). Un quatrième exemple se trouve 12 avenue de Paris (Argant et Maza 2015 : 178-179) avec une pièce semi-enterrée du milieu ier s., de 26 m², dont le sol en mortier de tuileau s’incline d’environ 2 % en direction d’un puits carré maçonné. Les accès aux pièces se font par un escalier hors-œuvre. Dans trois cas, les parois présentent un décor peint moucheté sur fond blanc, qui rappelle le vestige d’enduit mural blanc observé sur l’un des blocs encore en place du mur sud du bâtiment 9. La présence de ces enduits exclut l’hypothèse de structures destinées à être mises en eaux.

193Enfin, la comparaison avec le bâtiment du iie s. fouillé en 1990, 28 rue de Charlieu, à 125 m au sud-est du bâtiment 9 apporte d’autres données (Blin 1991 : 171-173). Cette construction isolée de 41 m² est enterrée sur une hauteur minimale de 1 m et accessible par un escalier récupéré et supposé en bois. Les murs sont recouverts par un enduit intérieur blanc lissé. Le sol en mortier de tuileau s’incline en direction d’un puisard comblé de sédiments organiques et peut-être couvert par une dalle quadrangulaire. Deux bases de piliers servaient à soutenir une poutraison en partie haute. Au fond de l’une des tranchées de récupération partielle et secondaire des murs, a été observé un “ dépôt ” de cornes bovines, suggérant la proximité d’une activité de corneterie. On ne saurait conclure sur la finalité de ces restes, et encore moins sur les activités en lien avec le bâtiment 9, mais ces éléments méritent réflexion en raison de la proximité de tessons d’amphores lipariotes incrustés dans le chemin 502.

- Le chemin bordant le bâtiment 9

194Ce chemin est constitué de niveaux caillouteux (502, 35, 32, 66) que rehaussent des dépôts limoneux anthropisés, sur une longueur de 8 m et une largeur de 5 m. Il prolonge les cailloutis 503 et 31 et se poursuit au-delà de la limite de la fouille, selon une orientation NO-SE (Fig. 26). Le cailloutis 502 renfermait des objets métalliques (clous de construction, de menuiserie et décoratif, un crochet, un stylet en fer), du verre (fond plat incolore d’un vase à verser), quelques restes fauniques pulvérulents et un lot important de mobilier céramique. Le niveau 32 contient un fragment de miroir en alliage cuivreux, une cuillère-sonde en alliage cuivreux, variante D de Riha (Fig. 9, n15), divers clous en fer, des tessons de verre (petit pot verdâtre (Fig. 10, n15), col bleu-vert de basalmaire de type Is. 6 et anse à deux crêtes d’un flacon ou d’une cruche), un fragment de placage en obsidienne, un autre de figurine moulée en terre cuite, quelques restes fauniques ainsi que de nombreux tessons céramiques.

195Aux côtés de cet abondant mobilier domestique, la moitié des tessons amphoriques (87 sur 176) du sol 502 provient d’amphores orientales dites de Lipari, des conteneurs destinés au transport de l’alun, utilisé notamment comme agent tannant pour la fabrication de certains cuirs ou comme mordant pour la fixation des couleurs sur les tissus (Borgard, Brun et picon 2005). Leur présence peut faire écho à d’autres données du secteur.

196Le niveau caillouteux 35 bute ainsi contre deux plots en pierre situés sur sa bordure nord-ouest (Fig. 26). Le plus septentrional (660), un bloc de calcaire jaune quadrangulaire (0,44 × 0,44 × 0,08 m), très érodé, est calé dans une concentration de galets et de fragments de terre cuite architecturale. À 2,30 m au sud-ouest, le second bloc de calcaire jaune 409, délité (0,60 × 0,30 × 0,14 m), repose sur un calage similaire qui améliore son assise tout en compensant les irrégularités de sa base. Isolés, leur corrélation avec un bâtiment (le bâtiment 7, étant alors détruit ?), pour un portique ou un passage en tant que support de piliers ou de chambranle par exemple, ne peut s’argumenter. Par ailleurs, le dé 409 jouxte deux récipients intégrés en bordure du niveau de circulation (Fig. 31) : un fond d’amphore régionale (406) et un d’amphore lyonnaise (231), fiché dans le sol et rempli de chaux blanche. Ce dernier a pu servir de réserve pour un chantier de construction (Seigne 1999 : 63) ou à des fins artisanales (traitement des peaux). La chaux neutralisant la propagation des odeurs, il pourrait également avoir participé à la collecte des urines de passants (Bouet 2009 : 168). Un intéressant parallèle peut être établi avec une amphore Dressel 2/4 mise au jour à l’angle de voies sur le site de Saint-Romain-en-Gal (Rhône), protégée par un empilement de blocs calcaires et interprétée comme un vase de foulon (Brissaud 2003). Un dernier aménagement sommaire de fragments décimétriques de tuiles (407, 408), conservé sur 0,93 m de longueur et sur deux assises, pourrait également participer au maintien des vases. Combiné aux tessons d’amphores lipariotes, un contexte artisanal (traitement des peaux ou des textiles) pourrait éclairer la présence des plots et des fonds de vase.

Fig. 31 - Les vases 231 et 406 jouxtant le plot en calcaire jaune 409, en cours de fouille (IIe s.).

Fig. 31 - Les vases 231 et 406 jouxtant le plot en calcaire jaune 409, en cours de fouille (IIe s.).

Cliché é. Bayen, DAO S. Bocquet

- La fosse 1180 et la structure maçonnée 358

197Un second ensemble à caractère hydraulique existe à moins de 3 m au nord-est du bâtiment 9 (Fig. 26). Il s’agit d’un creusement quadrangulaire (1,58 × 1,08 × 0,56 m), aux parois et au fond faiblement concaves (1180), comblé de limons à faciès argileux ou organiques.

198Trois imbrices empilées faces bombées contre terre (72) aboutissent dans l’angle externe nord de la fosse. Elles forment un conduit d’axe nord-sud, sans creusement d’installation apparent (L. conservée : 0,80 m). Le dispositif achemine sans doute un liquide (de l’eau ?) dans la fosse, une présence que suggère également l’évolution hydromorphique des comblements.

199Un bol peint complet, percé sur sa panse d’un petit trou après cuisson, gisait posé à l’envers au fond du creusement (Fig. 34, n4). Sa perforation le rend inefficace pour du puisage, à moins qu’elle n’intervienne dans une fonction de filtre. Une autre identification pourrait être celle d’un pot horticole (Barat et Morize 1999 : Fig. 7, n51).

200Après le comblement de la fosse et dans son emprise, est pratiqué un nouveau creusement rectangulaire (358) aux angles arrondis (1,40 × 1 × 0,24 m), dans lequel est déposé un remblai limoneux portant un radier de galets (jusqu’à 0,10 × 0,15 m). Ils préparent la mise en place d’un sol en mortier de tuileau (74 : 1,22 × 0,72 × 0,03 m), compact mais marqué d’un affaissement centripète imputable au tassement des couches sous-jacentes (Fig. 32). Situé à la même altitude que les recharges du chemin voisin (502, 35), cet aménagement apparaît peu ou pas enterré.

Fig. 32 - La structure 358 et son revêtement en mortier de tuileau (deuxième moitié du IIe s.).

Fig. 32 - La structure 358 et son revêtement en mortier de tuileau (deuxième moitié du IIe s.).

Cliché A. Defoulounoux, DAO S. Bocquet

201Aucun système de vidange n’a été observé, ni aucune perforation pour une conduite (mais les parois ont disparu). Le remblai limoneux qui masque le mortier a été analysé à partir d’un prélèvement de 20 l, mais sans succès puisque seule une semence d’alchémille (Alchemilla sp.) est ressortie.

202Les dimensions modestes de la structure renvoient peut-être à un usage domestique et évoquent une réserve d’eau ou de liquide (bassin extérieur, destiné au nettoyage d’objets, de matériaux, abreuvoir ?), au système d’alimentation inconnu (conduite, eaux pluviales, versement manuel ?). Il ne peut non plus être exclu qu’elle soit en lien avec une activité artisanale, autour du textile par exemple (foulage au pied, lavage de la laine ?).

- Une palissade d’axe divergent

203Dans le même secteur, un alignement de cinq poteaux (16, 20, 23, 26 et 29) vient scinder l’espace extérieur entre les bâtiments 2 et 9 (Fig. 26). Les creusements (en moyenne de 0,50 m de diamètre pour une profondeur maximum de 0,50 m) possèdent des calages constitués principalement de fragments de terre cuite architecturale, pour le maintien de poteaux d’environ 0,22 m de section. Leurs espacements varient de 0,46 m à 1,20 m, sans qu’une chronologie puisse être précisée. L’orientation de la palissade qu’ils forment, selon un axe de 37°O, diverge légèrement de celles des autres structures du secteur.

204Si les fonctions de la construction excavée 9 et des structures hydrauliques adjacentes restent incertaines, elles s’inscrivent dans un contexte domestique large, peut-être dans le cadre d’activités vivrières ou artisanales. Leur environnement immédiat compte de rares fosses dépotoirs (620, 1724, 1582) et au moins une structure (1740 : 2,62 m de diamètre × 1,70 m) ayant pu servir à l’extraction de matériaux ou de puisard (Fig. 28). Le secteur pourrait être isolé d’une zone arrière nord-ouest cultivée ou en friche, par l’intermédiaire d’un ensemble de structures d’axe SO-NE, placé dans la continuité du grand fossé 1683-1681-1166. Il comprend un creusement linéaire (641), long d’environ 4 m, large de 0,34 à 0,60 m et profond d’une trentaine de centimètres. La structure livre, en plus de mobilier divers et de blocs, treize clous de menuiserie qui posent la question d’un bâti en bois. Plusieurs trous de poteau (644, 646, 648, 650, 623, 627, 183) s’alignent approximativement et à moins d’1 m du creusement.

  • 9 Merci à André Rebiscoul (INRAP) pour cette information.

205La présence des tessons d’amphores orientales dans le sol 502, corrélés aux récipients 231 et 406 fichés dans le cailloutis voisin, invite à d’autres considérations. Bien que les données manquent pour rapprocher vestiges construits et erratiques, la proximité d’une activité usant d’alun semble se préciser, comme sur d’autres fouilles récentes. Avenue de Paris, une activité de tannerie a ainsi été mise en évidence par la présence de fosses de déchets osseux de caprinés (ier s.) puis, ultérieurement, par des tessons d’amphores à alun. S’y rattachent des fosses d’aisances et des latrines en quantité et de qualité inhabituelles pour Roanne (Argant et Maza 2015 : 179, 180-183). Des fragments d’amphores à alun sont également signalés aux 61-63-71 rue de Charlieu. Enfin, aux 81-83 rue de Charlieu, si quelques scories de fer (déchets de forge) apparaissent épisodiquement, seule la scorie écoulée de grande taille (17 : 0,50 × 0,20 × 0,15 m) trouvée en position secondaire dans le prolongement de la palissade divergente atteste une opération de réduction9. Les données restent trop limitées pour toutefois conclure à la proximité de productions métallurgiques usant, elles aussi, de l’alun (Berthault 2005 : 330). Le débat est donc ouvert.

Des indices de pratiques funéraires

206À l’ouest de la voie, plusieurs découvertes incitent à identifier des vestiges funéraires de la seconde moitié du iie s., inédits pour Roanne.

207Dans la zone centrale, il s’agit d’un coffrage de tegulae (307 : 0,50 × 0,20 × 0,20 m) qui rappelle une architecture fréquente en Gaule méridionale mais rarement observée en région Rhône-Alpes (Blaizot 2009 : 69) (Fig. 28 et 33). De part et d’autre, subsistent deux pots ovoïdes en céramique commune (301 et 309). Le premier, debout et complet, était fermé par un plat tripode posé à l’envers pour servir de couvercle et renfermait une fibule “ skeuomorphe ” de type Feugère 28a1 (Fig. 33). Le second, couché et incomplet, pourrait avoir basculé contre une paroi périssable (une boîte, un coffrage chevillé ?).

Fig. 33 - Les pots 301, fermé par un vase tripode, et 309 à proximité du coffrage 307 (deuxième moitié du IIe s.).

Fig. 33 - Les pots 301, fermé par un vase tripode, et 309 à proximité du coffrage 307 (deuxième moitié du IIe s.).

Cliché A. Defoulounoux, Dessins K. Giry, C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bocquet

208L’interprétation d’un réceptacle funéraire mixte, constitué de deux imbrices se faisant face et de parois en bois posées en bâtière (Blaizot 2009 : 75), peut être envisagée pour deux autres structures, mal datées (313 et 182) (Fig. 28).

209Malgré l’absence d’ossements, l’hypothèse de sépultures demeure recevable au vu de l’architecture des coffrages, qui par leurs dimensions et caractéristiques se rapprochent d’inhumations de sujets périnataux. Ces vestiges se trouvent en marge des occupations, peut-être en limite de parcelles ou d’espaces aux fonctions différentes (313, 301, 307, 309) ou à proximité de bâtiment (182), dans le cadre de vie des habitants, comme cela a été observé en Gaule sur de très nombreux sites du Haut-Empire faisant écho aux textes antiques (Blaizot 2009 : 308-310).

210Plus anecdotique, mais également inédit pour le secteur nord-est de Roanne, un fragment de fémur a été extrait d’un trou de poteau (495) possiblement rattaché à l’alignement 1 (Fig. 28). Il signale une sépulture bouleversée d’un individu subadulte, se trouvant près de l’axe routier ou intégrée à un domaine rural septentrional inconnu. Il est en effet très peu vraisemblable qu’il provienne du seul ensemble funéraire antique connu à Roanne, localisé à plus de 1,2 km vers le sud (rues de la Berge, Brison, Benoît-Malon).

Le mobilier céramique de la phase VII

211Retenu pour illustrer le faciès de la phase VII, le matériel des niveaux de circulation 35, 502, des unités 37, 178, des pots 52, 231, 406, 420, 301, 309, des trous de poteau 141, 166, 239, 256, 259, 271, 298, 495, 748, 761, 773, 805, 811, 910, 937, du puisard 1061, des fosses 620, 1180, 1194, 1201, 1481, 1519, 1724, des fossés 1681, 1683 et du remblai 1192 totalise 2319 fragments pour 278 individus. L’écart entre commune (70,1 %) et fine (28,4 %) se creuse ; les amphores restent discrètes (1,4 %) (Tabl. 7).

Tabl. 7 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VII.

Tabl. 7 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VII.

K. Giry

212Au sein des céramiques fines, la sigillée (6,8 %) est illustrée par des vases grésés majoritairement originaires du Centre (Genin et lavendhomme 1997 : 76). L’ensemble se divise ainsi entre bols Drag. 37, coupelles Drag. 35/Lez. 014, Drag 27/ Lez. 028, plat Drag. 42/Lez.017, et diverses formes surtout caractéristiques du iie s. comme les coupelles Lez. 042, les assiettes Curle 23/ Lez. 043, Curle 15/Lez. 045 (Bet et Delor 2000 : 469-470) ou le flacon Lez. 109, à pâte rouge très cuite caractéristique de la phase 6 de Lezoux et dont la production débute vers le milieu du iie s. (Bet et Delor 2000 : 474) (Fig. 34, nos 1-2).

213La paroi fine du Centre (2,5 %), dont on situe traditionnellement l’arrêt des productions au plus tard vers le milieu du iie s., compte des gobelets Lez. 331, Lez. 337 et un plat Lez. 340 (Fig. 34, n3) (Bet et Gras 1999 : 22). Alors que la terra nigra atteint son niveau le plus bas (2,5 %), la céramique peinte diminue également (16,2 %) (Fig. 34, n4), nullement compensée par l’apparition discrète de nouvelles coupes à décor rouge sur fond blanc, dites “ peintes à l’éponge ”, essentiellement diffusées entre le milieu iie et le début du iiie s. (Genin et Lavendhomme 1997 : 90) (Fig. 34, n5).

Fig. 34 - La céramique de la phase VII.

Fig. 34 - La céramique de la phase VII.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

214Largement majoritaire, la céramique commune reste dominée par les productions à pâte oxydée : commune rouge (28,8 %), commune sombre (16,2 %), fine claire (14,7 %), grise fine (5,4 %), mortier (2,2 %), blanche grossière (1,4 %) et non tournée (1,4 %).

215La grise fine se partage entre des pots Dum. 2.11 décorés à la molette (Fig. 34, n6), des coupelles apodes à lèvre simple ou en bourrelet et un pichet à lèvre en bandeau dérivé d’un type fréquent au ier s. La fine claire se répartit entre des cruches à lèvre en bandeau mouluré, des jattes à lèvre en bandeau saillant présentes sur Lyon dès la fin du ier s. mais surtout caractéristique du iie s. (Genin et Lavendhomme 1997 : 106) (Fig. 34, n7), des pots à col court et lèvre dentelée à gorge interne datés de la première moitié et surtout du troisième quart du iie s. (Genin et Lavendhomme 1997 : 106-107) (Fig. 34, n8) auxquels s’ajoute une bouilloire à lèvre débordante et gorge interne, munie d’un poucier et d’une anse décorée, à pâte brune, peu fine et revêtement micacé (Fig. 34, n9).

216Au sein des céramiques communes, les pots, qui avoisinent près d’un tiers des formes, sont à col marqué et lèvres parfois massives, qu’elles soient débordantes moulurées, en bourrelet, pendantes ou anguleuses (Fig. 34, n10). Dans la plus pure tradition gauloise, certains portent sur le haut de la panse un décor ondé, dont la réapparition a également été observée sur le site de Fourneaux (Loire) dans un contexte daté de la fin iie-iiie s. (Vaginay et Samuel 1981 : 42) (Fig. 34, n11). D’autres, à col côtelé et ansés, illustrent un type signalé sur Roanne à partir des années 150-180 (Genin et Lavendhomme 1997 : 112) (Fig. 34, n12). Sont également associés à cet ensemble des jattes à lèvre arrondie ou à haut bord en bandeau (Fig. 34, n13), dont une production locale, datée vers 150-180, vient d’être mise en évidence (Argant et Maza 2015 : 175), ainsi que des plats à cuire Dum. 2.1. (Fig. 34, n14), des couvercles et des vases de stockage ovoïdes ou en bassines.

217Les marmites totalisent enfin près d’un tiers des formes comptabilisées en commune. Celles à collerette courte présentent pour certaines d’entre elles, un affaissement de cet attribut jusqu’à former des lèvres pendantes similaires à celles observées sur les marmites carénées à bec tubulaire (Fig. 34, nos 15-16). Un nouveau type à fond bombé et lèvre pendante, apparenté à la forme Santrot 92, fait son apparition (Santrot et Santrot 1979 : 76 ; Genin et Lavendhomme 1997 : 112) (Fig. 34, n17).

218Le matériel amphorique, toujours en marge (1,4 %), témoigne de la relative constance des importations ibériques d’amphore à huile Dr. 20 auxquelles se trouvent associés de l’amphore de Lipari et des productions lyonnaises illustrées par un probable fond de type 4 (Desbat et Dangréaux 1997 : 90-91). Les productions régionales se partagent entre un individu à lèvre bombée pendante et sillon interne à pâte orange (Fig. 34, n18) et un récipient à courte lèvre plate, pâte fine beige et revêtement rouge non couvrant. La présence de fragments à pâte brune et épais engobe rouge sombre, place enfin Roanne en limite sud-orientale de diffusion d’une production attestée de l’Auvergne à l’embouchure de la Loire (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 173-174).

219Alors que les taux en baisse de la céramique peinte incitent à placer les débuts de son déclin au plus tôt au-delà du milieu du iie s., l’absence totale sur le site de vases évasés à couverte blanche, censés correspondre à l’évolution du bol de Roanne à cette période (Genin et Lavendhomme 1997 : 93), invite plutôt à envisager une production isolée et limitée, tant dans le temps que spatialement. Concernant la céramique commune, cet ensemble laisse enfin percevoir l’évolution de pots ou de marmites aux caractéristiques plus affirmées (cols marqués, lèvres plus massives, collerettes affaissées…), l’apparition de nouveaux types (pots ansés à col mouluré, marmites Santrot 92, jattes à haute lèvre en bandeau…) et la résurgence tardive sur certains vases à pâte sombre de décors de traditions séculaires (pots à décor ondé incisé).

Interprétation

220L’évolution du secteur au cours de la seconde moitié du iie s. se caractérise par le désinvestissement progressif de la frange sud, le morcellement structuré du secteur central et par le développement de la zone nord de la fouille. Ainsi, l’implantation du bâtiment 9 tient compte du maillage orthogonal préexistant et trouve un écho dans la mise en place du fossé 1681-1683-1166 et de l’alignement de poteaux 1. Ces limites répondent à une série de poteaux ménageant un passage en chicane. Fossés et alignements plantés encadrent un espace libre d’environ 310 m² dont le caractère pérenne pourrait traduire un découpage parcellaire ancien ayant peu évolué et dont la matérialisation devient davantage nécessaire.

221L’envergure des vestiges fossoyés et plantés marque fortement, y compris visuellement, le paysage et contraignent les circulations, même si chaque section reste potentiellement accessible depuis la voie. Ces découpages renvoient à différentes entités parcellaires ou foncières, ou encore à des zones à dévolutions ou statuts divergents.

222L’apparition de nouveaux édifices mais aussi la gestion des terrains et sa matérialisation offrent l’image d’un secteur nord-ouest dynamique alors que la frange méridionale de la fouille, pourtant plus proche du bourg, paraît désinvestie.

223L’essentiel du mobilier collecté confirme un contexte domestique déjà observé dans les phases précédentes. Seuls la fosse 1201 et un niveau d’occupation jouxtant le bâtiment 8 fournissent des fragments de lampes à huile, de type Loeschcke IV (Fig. 9, n6) et, pour la première, des éléments de figurine moulée en terre cuite, également retrouvés dans le chemin (32). Les fragments de meules sont rares (1534, 1614). Parmi le mobilier en verre, fragmentaire et dispersé (Fig. 28), il peut être mentionné une coupe en verre moulé naturel bleu-vert de type Is. 3b (1201), une coupe à côtes de type Is. 3 réalisée dans un verre moulé mosaïqué brun à décor blanc (Fig. 10, n3-1748), un bas de panse cylindrique d’un gobelet de type Is. 34 à décor de lignes incisées (Fig. 10, n7-230), un col bleu outremer d’une bouteille ou d’un petit flacon (1681), une petite bouteille ou un pot carré soufflé dans le moule (495), un pot soufflé dans du verre bleu-vert de type Is. 62 (Fig. 10, n12-231) et un élément de vitre (1582). Ce dernier rappelle un rivet interprété comme un ornement de fenêtre en fer, extrait de l’empierrement 35, au nord de la fouille. Quelques objets se distinguent : une charnière en os (230), un crampon de menuiserie en fer (233), un couteau domestique en fer (1180) aux abords des bâtiments 2 et 9 et, pour les éléments de parure, l’intaille déjà citée en cornaline ronde représentant Œdipe et le Sphinx (1201) (Fig. 8, n12).

224Les restes fauniques, issus de la consommation carnée, se concentrent dans les fosses dépotoirs ou sont isolés dans quelque trou de poteau ou petite fosse. Le grand dépotoir 1201 livre l’ensemble le plus important (une centaine de fragments) avec des ossements de porcs majoritaires, des restes de bovins et de caprinés en proportions analogues et deux os de coq domestique. En zone sud-est, la fosse 1519 renferme aussi des restes proportionnellement plus importants (42 individus) que dans les autres structures. En zone sud-ouest, la fosse 1194 se singularise par un tri de restes bovins ; mais avec seulement 20 fragments, pour neuf tessons de céramique, toute conclusion est hasardeuse.

225La vocation d’habitation de ce secteur prévaut, bien qu’elle puisse ne pas être exclusive en raison notamment des caractéristiques architecturales de la construction excavée 9 et des structures 1180 et 358, compatibles avec une activité artisanale, possiblement en lien avec le textile (foulage au pied, lavage de la laine, trempage des étoffes après tissage…), ce que pourrait également suggérer la présence de possibles vases de foulon (231, 406) et de fragments d’amphores lipariotes (502). À moins de 100 m au sud, la fouille des 61-63-71 rue de Charlieu conclut à une imbrication des habitations, jardins et équipements artisanaux ou commerciaux, avec au moins un bâtiment supérieur à 150 m², assorti d’un portique et d’une cour de plus de 100 m², interprétée comme des halles (Mayoud 2011 : 246-247) (Fig. 1). Plus au sud, le four de potier du 63 rue de Charlieu peut fonctionner jusqu’au début du iiie s. (Blin 1991). Cette configuration mêlant habitat et artisanat s’observe également dans le secteur sud de la ville pour la seconde moitié du iie s. et jusqu’au iiie s., comme mis en évidence par la fouille de la place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny (Le Nézet-Célestin 2005 et 2015).

Un secteur rural à la fin du iie-milieu du iiie s. (phase VIII)

226Entre la fin du iie et le milieu du iiie s., le secteur est progressivement moins habité et moins fréquenté. Les terrains libérés évoluent en vastes zones à vocation agro-pastorales. Au nord-ouest de la voie, une gestion de l’espace se perçoit à travers l’entretien des découpages préexistants (alignements 1 et 2) ou l’apparition de nouvelles palissades dans le secteur central. Seule la frange septentrionale est encore habitée ou dépend d’un habitat à situer au nord de l’emprise de la fouille (Fig. 35).

Fig. 35 - Plan des vestiges de la phase VIII (fin IIe-milieu IIIe s.).

Fig. 35 - Plan des vestiges de la phase VIII (fin IIe-milieu IIIe s.).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

Les vestiges dispersés de la moitié sud de la fouille

227Si les terrains situés à l’est de la voie témoignent d’occupations ponctuelles et clairsemées durant le iie s., ils ne sont pas totalement désertés et recèlent jusqu’au milieu du iiie s. quelques vestiges dispersés et inorganisés : deux vastes dépotoirs peu profonds et se recoupant, l’un domestique (1625), l’autre comblé de matériaux de démolition (1754) ; deux lambeaux de niveaux d’occupations ; une fosse de plus de 3 m de diamètre pour une profondeur de 2,60 m, renvoyant à de l’extraction de sables et graviers, puis à un recyclage en dépotoir domestique (1714) ; enfin, plus au sud, deux petits dépotoirs domestiques (1557, 1380).

228Les terrains méridionaux localisés côté ouest de la voie ne sont guère plus documentés, avec un dépotoir domestique isolé, large mais peu profond (1055).

Les clôtures du secteur ouest

229La mise en valeur de l’espace central du secteur situé à l’ouest de la voie se maintient dans ce qui subsiste du parcellaire orthogonal antérieur. La grande majorité des vestiges consiste en des alignements de poteaux (Fig. 35).

230Un groupe méridional, d’axe NO-SE (45°O), confirme la disparition du bâtiment 4, qu’il recoupe en partie. Les trous de poteau 417, 418, 427, 841, 843, 849, 853, 887, 893 et, ceux excentrés, 851 voire 859, peuvent fonctionner ensemble malgré les disparités observées dans les diamètres (0,26 à 0,74 m) et les profondeurs (0,34 à 0,79 m) ainsi que les irrégularités dans leurs intervalles (0,30 à 1 m). Tous les creusements (à l’exception de 859) conservent des calages de fragments de terre cuite architecturale et de galets, dans des proportions et agencements variables, dont l’un (427) laisse deviner un diamètre du poteau proche de 0,22 m. Les poteaux 851 et 859 se démarquent, respectivement à 1 m et à 2,20 m, plus à l’ouest, avec une esquisse de retour.

231Cette clôture de 6 m de longueur, qui a pu connaître des réfections, est mise en place d’après la stratigraphie et le mobilier céramique au tournant des iie-iiie s.

232Elle pourrait avoir été prolongée ou pourrait prolonger un second alignement de poteaux, associé à du mobilier céramique du iie s., suivi sur une longueur de 10 à 15 m (522, 525, 528, 531, 534, 537, 540, 543, peut être 514 et 510) et affectant un retour SO-NE de 4 m de longueur (603, 609). Les creusements (0,33 à 0,60 m de diamètre ; 0,13 à 0,42 m de profondeur) bénéficient de calages similaires aux précédents, mieux construits et destinés à maintenir des poteaux d’une vingtaine de centimètres de section. Les poteaux 540 et 537, 531 et 534 ainsi que 525 et 522 sont jumelés. Les distances entre les creusements restent hétérogènes, de 1,20 à 3 m.

233Si les deux groupes ont fonctionné ensemble, ils créent une division longue de 22,60 m, qui au sud-est ne semble pas marquer de retour. Au minimum au sud-ouest, elle limite une vaste zone ouverte (environ 900 m²) dont l’exploitation (cultures, pâtures ?) n’a pas laissé de traces (exception faite de la fosse 1055). La palissade traverse le bâtiment 4 en ignorant ses limites et le retour SO-NE (543, 603 et 609) s’aligne sur le même axe que la façade sud-est de l’ancien bâtiment 6. Des mouvements mais aussi le maintien de limites parcellaires sont sans doute ici perceptibles.

- L’alignement de poteaux 2

234À l’ouest, un nouvel alignement de poteaux, axé SO-NE (45°E), se substitue au fossé comblé 1681-1683-1166. Il s’agit d’une palissade comprenant au minimum neuf poteaux (222, 79, 81, 83, 91, 93, 87, 89, 191), longue de 12,60 m (Fig. 35). Elle pourrait atteindre près de 21 m de longueur en rapprochant quatre autres poteaux (219, 614, 726, au nord-est, et 676, au sud-ouest) plantés hors de l’emprise de l’ancien fossé.

235De l’ensemble de ces structures ressort une grande homogénéité de construction, tant dans les dimensions (les ouvertures oscillent entre 0,60 et 0,80 m de diamètre ; les profils, de 0,40 à 0,88 m de profondeur, sont réguliers avec des parois évasées et des fonds plats) que dans le montage des calages. Ceux-ci se composent, pour les plus complets, de fragments de terre cuite architecturale plutôt décimétriques surmontés d’assises de galets voire de blocs (granite, diorite). Ils permettent d’estimer le diamètre du poteau disparu aux environs de 0,25 m de section (93). Deux cas (87 et 93) ont été remplacés par des poteaux ultérieurs (89 et 91).

236Les distances régulières entre les trous de poteau (1 à 1,40 m) concourent à l’impression d’un ouvrage unitaire.

237Il faut toutefois remarquer des poteaux plus profondément ancrés (83, 191, 222 et 676), soit qu’ils se situent en extrémités de la palissade et qu’ils en absorbent les tensions, soit, pour le poteau 83, qu’il constitue un tuteur renforcé au centre de l’ouvrage. La structure 219 se singularise en accueillant deux poteaux calés.

238Deux autres trous de poteau calés (723 et 225), non datés, bordent le flanc nord-ouest de l’alignement 2 et peuvent s’inscrire en complément.

239Les comblements incluent de nombreux tessons céramiques résiduels, mêlés à du mobilier métallique fragmentaire (clous de construction, de menuiserie et décoratif en fer, anse de coffret en alliage cuivreux). Le mobilier piégé dans le trou de poteau 81 pose la question de sa longévité au-delà du milieu du iiie s.

240Il est en tout cas certain que cet alignement pérennise une limite en reprenant celle du fossé 1681-1683-1166, déjà inscrite dans le même axe que celui des anciens fossés 689-693 et celles de quelques trous de poteau (381, 318, 374) ou de la tranchée 641. Mitoyen, l’alignement 1 pourrait participer de ce paysage et avoir subsisté jusqu’au iiie s. Il s’agit d’une palissade double, conçue pour durer.

Autour de l’abandon du bâtiment 9

241Le bâtiment 9 reste en fonction. Les équipements qui l’environnent varient peu et sont rares, peut-être, encore un temps, de part et d’autre de la palissade divergente formée par les trous de poteau 16, 20, 23, 26 et 29 (Fig. 26). Une fosse (782) de plan oblong (1,50 × 1 × 0,47 m) se rattache vraisemblablement à son usage ; elle renferme une cruche à deux anses parvenue debout et intacte (Fig. 36, n°13). Au sommet du col, un fragment de tegula assurait la fermeture partielle du vase, retrouvé vide. Ce dernier devait permettre la préservation à court et moyen termes de liquides (vin, huile, produits laitiers, eau ?). Profitant de la fraîcheur du sous-sol, la fosse, qui se limitait vraisemblablement à un usage domestique (réserves familiales), pourrait également avoir servi au stockage d’aliments solides, avant d’être remployée en dépotoir.

Fig. 36 - La céramique de la phase VIII.

Fig. 36 - La céramique de la phase VIII.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

242L’abandon du bâtiment 9 passe par une récupération totale de ses maçonneries, à l’exception du puisard déjà obturé. Les remblais de démolition, observés sur une surface de 35 m² et sur une épaisseur de 1,60 m, mêlent divers matériaux (tuiles, blocs granitiques, enduits blancs, mortier de chaux) et principalement du mobilier céramique pouvant être daté jusqu’au milieu du iiie s. La fin de l’utilisation du chemin contigu est synchrone.

243Des limons hétérogènes matérialisent ensuite l’abandon du secteur. Ils renferment du mobilier s’échelonnant du ier au iiie s. et traduisent des couches brassées, notamment par les pratiques culturales post-antiques.

Le mobilier céramique de la phase Viii (K. Giry)

244L’étude des 998 fragments pour 100 vases inventoriés pour les remblais de démolition 64, 1059, 1063 (bâtiment 9) et les fosses 782, 1055, 1380, 1625, 1714 laisse percevoir la stabilisation à un taux élevé de la céramique commune (70,3 %), celle de la fine à son niveau le plus bas (23,2 %) et un ultime sursaut du mobilier amphorique (6,5 %) (Tabl. 8).

Tabl. 8 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VIII.

Tabl. 8 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VIII.

K. Giry

245Pour la première fois en tête des céramiques fines, la sigillée (11,6 %), dont les éventuels individus originaires du Sud sont à considérer comme résiduels (Genin et Lavendhomme 1997 : pl. 76), se partage entre coupelles Drag. 33 /Lez. 036, Drag. 46/Lez. 042, plats Drag. 31/Lez. 055 auxquels se trouvent adjointes de nouvelles formes, à pâte et vernis rouges caractéristiques de la phase 7 de Lezoux (milieu iie-premier tiers du iiie s.) dont un mortier Curle 21/Lez. 097 produit dans la seconde moitié iie- début iiie s. (Bet et Delor 2000 : 473) et deux Drag. 45/Lez. 100, créés à Lezoux vers l’extrême fin du iie mais surtout caractéristiques du iiie s. (Brulet, Vilvorder et Delage 2010 : 124) (Fig. 36, n1). Deux bols Drag. 37 à pâte et vernis orangés attribuables à la phase 8 de Lezoux (deuxième et troisième quart du iiie s.) viennent clore cet ensemble (Bet et DELOR 2000 : 463). La métallescente (0,7 %), dont la production débute dans les ateliers du Centre dans la seconde moitié du iie s. et se poursuit au iiie s., apparaît sous la forme de gobelets Lez. 306 et Lez. 307 (Fig. 36, nos 2-3) (Bet et Gras 1999 : 28). La céramique peinte, désormais marginalisée, témoigne de taux nettement en baisse (8,7 %) et tout particulièrement en nombre de fragments (3,8 %).

246Au cours de la phase Viii, les tendances antérieures se poursuivent comme l’affirmation des productions oxydées : commune rouge (34,8 %), blanche grossière (4,3 %), mortier (5,1 %), fine claire (13,8 %), commune sombre (8,7 %), grise fine (2,9 %), non tournée (0,7 %).

247Alors que la grise fine persiste sous la forme de pots Dum. 2.11 (Fig. 36, n4), la fine claire se partage entre des cruches à haute lèvre en bandeau, à bord triangulaire, en bourrelet ou en bandeau mouluré, des pots globulaires, des jattes à lèvre en bandeau saillant ou à lèvre moulurée.

248Au sein des céramiques culinaires, les pots restent majoritairement à col marqué (Fig. 36, n5), les jattes à lèvre arrondie (Fig. 37, n6), les plats à cuire de type Dum 2.1 (Fig. 36, n7), tandis que les couvercles ou les vases de stockage en baisse ne révèlent toujours pas d’évolutions morphologiques marquantes. Les marmites confirment le succès du type Santrot 92 (Fig. 36, n8) et l’apparition d’un nouveau modèle à col lisse, panse bombée et lèvre à collerette déjà mis en évidence localement pour la fin iie-iiie s. (Genin et Lavendhomme 1997 : pl. 123, n4) (Fig. 36, n9). Un individu de grande taille à lèvre pendante, à pâte brune et engobe rouge révèle l’importation isolée d’un type bien connu en Auvergne au milieu iie-iiie s. (Fig. 36, n10). Les pots ansés à col mouluré et pâte rouge perdurent aux côtés de bouilloires à bord en bandeau mouluré, bec pincé et épaule carénée à pâte semi-grossière brune dont l’une garde les traces d’un engobe rouge au niveau de la lèvre (Fig. 36, nos 11-12).

  • 10 Analyses par chromatographie en phase gazeuse réalisées par Françoise Formenti, sur du mobilier de (...)

249Avec un taux inhabituellement élevé (6,5%), le matériel amphorique inclut trois Dr. 20 ibériques, deux imitations locales de G. 3, un individu à lèvre débordante oblique et ressaut interne (Fig. 36, n13), une variante à col mouluré du type Dum. 2.15 produit vers 150-180 (Fig. 36, n14) (Dumoulin 1997 : 93) et un individu à large lèvre à méplat, dont le col forme un goitre sur lequel prennent appui deux anses massives (Fig. 36, n15). Des fragments à pâte brune et couverte rouge mat rappellent enfin la diffusion jusqu’en Roannais d’un type d’amphore régionale pour lequel a été envisagée une fonction de stockage et de transport pour des produits variés, que ce soit pour du vin (Vallat et Cabanis 2011 : 251-252) ou des céréales non transformées10.

250La céramique fine s’appauvrit numériquement, avec comme principale représentante la sigillée et l’apparition des premières métallescentes du Centre. Les amphores régionales, dont le contenu reste ouvert à discussion (céréales, vin ?), représentent plus de la moitié des formes amphoriques inventoriées sur le site, alors qu’elles apparaissent sur d’autres secteurs et pour la même période, comme une “ part restreinte ” du mobilier (Genin et Lavendhomme 1997 : 119). Se pose ainsi la question des limites des estimations numériques pour de petits ensembles, celles-ci fluctuant inévitablement au gré de la nature du contexte d’origine.

Interprétation

251Entre la fin du iie et le milieu du iiie s., la physionomie du secteur évolue en une juxtaposition d’espaces largement ouverts que soulignent des alignements de poteaux. La gestion des terrains s’inscrit dans la trame héritée du début du ier s. ap. J.-C. Il faudrait aussi s’interroger sur la possibilité d’autres modes de délimitation non conservés, tels que des haies ou des talus. Les différents alignements de poteaux modèlent un secteur désormais à dominante rurale, où persistent des contraintes parcellaires. Pour autant, ces terrains ne sont pas gagnés par des épandages détritiques. Ils pourraient être réservés à d’autres usages comme des activités agro-pastorales difficilement lisibles dans le sous-sol.

252L’empreinte domestique reste présente autour du bâtiment 9 et dans le matériel extrait des vestiges fossoyés, tels que les rares dépotoirs parsemant encore les deux secteurs bordant la voie. Bien que restreints, ce mobilier apparaît varié : amphores, céramiques culinaires ou de table, lampe à huile (782), gobelet soufflé en verre incolore de type Is. 34 (Fig. 10, n8-853), flacon ou petite bouteille (fond plat) et balsamaire de type Is. 28b (Fig. 10, n18-1714) en verre, ressort de fibule recyclé en alliage cuivreux (1557), fragment de meule (1714).

253Ce secteur est assurément devenu périphérique au bourg de Roanne qui tend alors à se concentrer à environ 600 m au sud, sans doute aux abords de la place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny.

254La rétraction des secteurs habités au cours du iiie s. correspond au déclin économique général et à la déprise urbaine observée à Roanne, aujourd’hui en fonction des fouilles récentes repoussés dans la seconde moitié du siècle. On s’interrogera toutefois sur la destination des matériaux récupérés du bâtiment 9.

- La voie

255La question de la voie se heurte aux mêmes limites que pour les phases antérieures, avec une bande de roulement disparue qui impose une grande prudence. Elle semble toutefois maintenue et avoir peu changé de tracé, même si les variations inévitables sur plusieurs siècles ne se perçoivent plus. L’hypothèse d’une permanence du tracé repose sur divers indices topographiques. Jusqu’au iie s., les fossés bordiers assurent un cadre à un espace central qui ne montre pas de perturbation ou de transgression évidente des occupations antiques, même après leur désaffection. À l’est, aucun vestige ne se rattache à un aménagement viaire, que ce soit sur la fouille ou sur les parcelles hospitalières voisines (Poncet, Aulas, Vaginay 1979 ; Blin 1991 ; Bocquet et Thévenin 2006). Seul se dérobe à notre connaissance le sous-sol de l’actuelle rue de Charlieu, un axe en partie rectifié au milieu du xixe s., qui est perforé de réseaux contemporains et s’écarte de plus de 7 m de la limite de fouille et d’une cinquantaine de mètres de la voie antique, mieux reconnue aux 61-63-71 rue de Charlieu (Mayoud 2011 : 66-67, 239-240).

256Par conséquent, il faut tenir pour acquis que la voie nord-est de Rodumna, longeant la côtière de la terrasse ligérienne en direction d’Autun, perdure globalement selon le même tracé au moins jusque dans le courant du iiie s.

Une ultime occupation antique au milieu du iiie-courant du ive s. (phase IX)

257Le réexamen de céramiques isolées et inédites pour Roanne conduit à proposer une dernière occupation antique vers le milieu du iiie-ive s., illustrée par des structures dispersées qui concordent néanmoins avec le parcellaire antérieur.

Une limite parcellaire

258C’est le cas du fossé 1560, d’axe NE-SO (41°O), conservé sur une longueur de 27 m, depuis son extrémité nord-est arrondie jusqu’en limite sud de la fouille, avec une largeur de 1,50 à 1,84 m à son ouverture et de 0,80 m à sa base, à plus d’1 m de profondeur (Fig. 37). Son comblement hydromorphe compte quatre couches qui comprennent des restes fauniques (essentiellement de bovins, avec deux restes de chien), divers fragments de tuiles, du mobilier céramique, un élément de figurine en terre blanche (Fig. 9, n7) ainsi que des objets métalliques (clous de menuiserie et chaîne en fer, bracelet et rivet en alliage cuivreux). L’ensemble indique un environnement domestique proche. Le fossé renvoie à une limite parcellaire au sein d’un espace agro-pastoral mais son implantation en bordure de la voie suggère également un possible rapprochement entre ces structures.

Fig. 37 - Plan des vestiges de la phase IX (milieu IIIe-IVe s.).

Fig. 37 - Plan des vestiges de la phase IX (milieu IIIe-IVe s.).

Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet

259D’autres céramiques potentiellement tardives se signalent à proximité : en surface de l’ancien fossé bordier 1057 et, au nord-ouest, dans le trou de poteau 916.

Un bâtiment tardif ?

260Au nord-est et en marge orientale de l’alignement de poteaux 2, au sein duquel le creusement 81 contient deux céramiques postérieures au milieu du iiie s., le trou de poteau 352 est également à rattacher à une phase tardive (Fig. 37). Bien qu’isolé, il pourrait être mis en relation avec deux autres structures, tous trois groupés sur une surface de 15 m².

261Le foyer 311 se compose de tegulae entière et fragmentaires, posées à plat et associées à des éclats de chant et en calage, sur une préparation de fragments de tegulae et d’imbrices. Elles couvrent une surface de 0,70 m² (1 m² restitué). Le lot céramique hétérogène extrait de l’aménagement indique un terminus post quem de la fin du iie-iiie s.

262À moins de 1 m au nord-est, la fosse oblongue 312 (1,80 × 0,80 × 0,24 m) est axée NO-SE (une orientation signifiante ?). Son comblement hydromorphe, à partir d’une succession de couches argileuses, s’est opéré rapidement. Le mobilier emprisonné relève d’un contexte domestique : céramique commune, amphore, verre, un clou de construction et six clous de menuiserie en fer et une pièce, en mauvais état, de charnière dite “ en applique ” généralement utilisée par paire pour des coffres de bois. La fonction de la fosse, peut-être destinée à abriter un coffre, n’est pas arrêtée.

263L’architecture du foyer évoque un feu abrité, domestique, pour lequel il ne peut être restitué un cadre bâti sauf à considérer le seul trou de poteau 352. Une construction sur solins de pierre ou sablières hors-sol, entièrement disparue, est possible mais non démontrable. Si l’on admet que le poteau 352 et le foyer fonctionnaient ensemble, ils pourraient témoigner d’un habitat postérieur au milieu du iiie s.

  • 11 RIC vol. ViiI n26 : 316.
  • 12 Le canon est probablement creux et l’objet a un panneton découpé, situé perpendiculairement à l’axe (...)
  • 13 14 × 10,2 mm. Vénus, casquée, tournée vers la gauche, est debout, appuyée du coude sur une colonnet (...)

264La fréquentation du secteur au ive s. transparaît également à travers quelques objets dispersés sur l’ensemble de la fouille. L’élément le plus précis est un bronze de Constance ii frappé à Aquilée (1re officine) entre 337 et avril 34011, trouvé au sommet de la terrasse alluviale. Trois objets proviennent de remblais d’abandon sus-jacents au chemin bordant le bâtiment 9 : une cuillère-sonde en alliage cuivreux dite “ à long cou ”, variante F des “ Löffelsonden ” étudiées par E. Riha (Fig. 8, n16-283) ; une fibule cruciforme de type Feugère 31c (ou Zwiebelknopffiebel) daté entre 340 et 360 dont témoigne une barrette plate (traverse placée sur la partie supérieure de la fibule) ; une clé en fer à mouvement rotatif12 selon un modèle qui apparaîtrait à l’Antiquité tardive (Eneau 2002 : 36). Enfin, issue des derniers remblais d’abandon antiques de la zone centrale du secteur ouest, il faut mentionner une intaille ovale en nicolo bleu dont le décor représente Vénus Victrix13 (Fig. 8, n13).

Des indices céramiques inédits

265Des éléments épars associés aux trous de poteau 81, 352, 916 et aux fossés 1560, 1057 (surface) suggèrent une occupation à situer au plus tôt dans la seconde moitié du iiie ou au début du ive s.

266Un mortier Drag. 45/Lez. 100 de “ Geminus ” attribuable à la phase 8 de Lezoux (240/280) (Fig. 38, n1) et un inhabituel et grossier individu caréné à courte lèvre verticale et pâte sombre (Fig. 38, n3) proviennent ainsi du trou de poteau 81. Une jatte à lèvre en bandeau vertical mouluré à pâte grise fine, issue du fossé 1560, s’apparente à un individu identifié sur Roanne dans une sépulture du ive s. (Giry 2015 : 58, n4) (Fig. 38, n2). Il s’agit d’une forme connue en Lyonnais dès le milieu du iiie s. en commune rouge (Silvino et al. 2011 : Fig. 24, n7), et également fréquente en Auvergne où son apparition serait à situer au plus tôt dans le dernier quart du iiie s. (information A. Wittmann, INRAP Auvergne).

Fig. 38 - La céramique de la phase IX.

Fig. 38 - La céramique de la phase IX.

Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen

267Un pot sans col à lèvre en amande oblique et pâte sombre, morphologiquement proche d’individus lyonnais du milieu iiie-ive s., se distingue également de l’ensemble et provient du trou de poteau 916 (Silvino et al. 2011 : Fig. 6, nos 1, 3) (Fig. 38, n4). Deux pots, à col et épaule marqués, portent enfin un grossier décor à la molette de carrés ou de rectangles placés verticalement ou en oblique (Fig. 38, nos 5-6) et restent sans équivalent à ce jour pour Roanne, l’Auvergne ou le Lyonnais. L’un se trouvait piégé au sein du trou de poteau 352, l’autre en surface du fossé 1057. Ils s’inscrivent néanmoins dans l’esprit de productions tardives datées de la seconde moitié du iiie s. en Haute-Savoie ou de la fin iie-iiie s. en Loiret (Serralongue 2003 : 102-103 ; Ferdière et al. 2012 : Fig. 96).

268Ces discrets témoins, quoi qu’isolés et disparates, ouvrent des perspectives tout à fait nouvelles pour la connaissance du mobilier roannais de l’Antiquité tardive encore très mal documenté.

Interprétation

269L’ensemble des données laisse entrevoir un secteur qui, bien qu’excentré, n’est pas déserté. Un fossé et une palissade pérennisent des axes parcellaires antérieurs. Le secteur évolue vers un espace rural, peut-être encore en partie ou sporadiquement habité, notamment si la présence d’une petite unité construite autour du foyer 311 est retenue. Cet isolement pourrait être relatif et rappelle l’existence sur la fouille des 61-63-71 rue de Charlieu du bâtiment F sur poteaux et avec sol en mortier de tuileau, construit vers le milieu du iiie s., et des indices de fréquentations du site dans la seconde moitié de ce même siècle (Mayoud 2011 : 247-248).

270Après le milieu du iiie-courant du ive s., les traces d’occupation disparaissent et l’absence de tout aménagement structuré augure ce qu’illustre la documentation écrite et iconographique moderne, à savoir un secteur devenu agricole et qui restera non construit jusqu’à l’implantation en 1897 du Carmel de la Réparation.

271Sur l’ensemble des sites roannais récemment fouillés, l’abandon des occupations antiques se situe au plus tard dans la seconde moitié du iiie s. (Maza et Silvin2017 ; Argant et Maza 2015 : 188 ; Mayoud 2011 : 248). L’Antiquité tardive est une période quasiment inconnue sur Roanne, abordée par des découvertes funéraires (Giry 2015) ou monétaires anciennes (Genin et Lavendhomme 1997) du ive s., et celle, récente, d’un baptistère (ve-vie s.) installé dans une pièce construite au iiie s. (Le Nézet-Célestin 2005 et 2009). Les vestiges des 81-83 rue de Charlieu, bien que modestes, nourrissent la problématique d’une continuité de l’occupation du site de Roanne entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

La marge nord-est de Rodumna

Structuration de l’espace et parcellaire

272La fouille des 81-83 rue de Charlieu documente les limites de l’agglomération antique roannaise et caractérise un espace périphérique évolutif. Les parcelles jouxtant au nord et au nord-est la fouille, diagnostiquées à plusieurs reprises, sont peu investies : quelques fosses ne dépassant pas le début du iie s. boulevards Palissy et des Côtes (Bocquet 2008), des céramiques disséminées le long du boulevard de Belgique et, isolé beaucoup plus à l’ouest, un four à céramique du ier s. (Genin et Lavendhomme 1997 : 43). L’extension de l’agglomération semble atteinte et le secteur fouillé constitue l’espace organisé le plus septentrional de Roanne et assurément sa marge nord-est (Fig. 1).

273Dès le début du ier s. ap. J.-C. et selon un axe SO-NE (43°E), hérité de la période laténienne malgré une légère inflexion, les principaux vestiges se conforment à un découpage régulier assujetti à la voie antique. Il ne s’agit toutefois pas d’une trame rigoureusement orthonormée, comme celle régissant le chef-lieu de cité Forum Segusiavorum/Feurs (Loire). À Roanne, l’appropriation de l’espace et le développement urbain, y compris dans les espaces marginaux, passent par une structuration propre à chaque secteur, principalement en fonction de l’axe sur lequel il se greffe, et peut-être adaptée à la topographie pour la frange est bordant le rebord de la terrasse de la Loire.

274Aux 81-83 rue de Charlieu, ce découpage se révèle constant ; il ne s’observe pas de variation dans les orientations des vestiges entre la fin du ier s. av. J.-C. et le milieu du iiie-ive s. (Fig. 2). Cette régularité et cette pérennité induisent probablement une certaine planification, restant souple et concernant davantage les terrains situés à l’ouest de la voie. À l’est de celle-ci, les contraintes topographiques engendrées par la présence de la Loire entravent le développement d’un bourg dont l’expansion n’impose pas, quoi qu’il en soit, une exploitation massive de tous les terrains jouxtant ses axes de communication. De fait, dans ce secteur faiblement urbanisé et qui ne sera jamais saturé, force est néanmoins de constater que les occupations se limitent à un cadre et à des orientations orthogonales, qui, en l’absence de rues notamment, traduisent davantage des parcelles que des îlots. Ce phénomène de résilience de lots présumés parcellaires dans les zones urbaines marginales est identifié sur nombre d’agglomérations, comme à Boutae/Annecy (Haute-Savoie) (Gabayet 2015 : 130-131).

275Toutefois, si des axes forts se discernent, définir des modules pour chaque phase d’occupation est malaisé. On perçoit cependant bien que le découpage du secteur s’opère perpendiculairement à la voie, au-delà d’une bande libre d’au minimum 4 m de largeur (avec, puis sans les fossés bordiers). Suit un espace habité ou exploité profond de 23-24 m, jusqu’à une limite matérialisée, aux ier-iie s., par les fossés 689-693, et, de la seconde moitié du iie s. au iiie voire ive s., par les tranchées 1166-1681-1683 puis la palissade 2, et au sein duquel les bâtiments (en retrait) et les petites clôtures s’inscrivent dans un découpage orthogonal de l’espace. S’étend ensuite une zone de même longueur aux occupations plus lâches (fonds de parcelles, espaces ouverts, gestion des déchets, extraction de sable), circonscrite par un fossé aux ier et iie s. (948), à l’ouest duquel, même après son abandon, il ne s’observe plus de vestiges. Seul un bâtiment sur poteaux porteurs est implanté dans cette zone arrière (Bâtiment 6), peut-être en raison d’une fonction utilitaire spécifique. La corrélation parcellaire entre les zones ouest et est, de part et d’autre des fossés longitudinaux, ne peut être étayée faute d’éléments tangibles.

276Les séparations transversales s’identifient difficilement, notamment parce qu’il n’existe plus de cheminements perpendiculaires à l’axe viaire ou que d’autres systèmes de cloisonnement ont laissé peu ou pas de traces (haies, petites barrières, talus). De même, l’éloignement des bâtiments, selon des écarts irréguliers, brouille la reconnaissance d’un éventuel module parcellaire. Dans ce but, il a été tenté d’utiliser en tant qu’outil métrologique l’espace central non bâti et souligné par des palissages et par de courtes tranchées. Il présente une longueur moyenne de 23,50 m (près de 80 pieds romains) et une largeur de 13-13,50 m (environ 45 pieds romains), soit une surface d’environ 310 m² (Fig. 39). Pour citer un exemple régional, cette superficie est similaire à celle estimée (300 m²) pour les parcelles de la périphérie est d’Annecy (Gabayet 2016 : 130). Le report de ce module à l’ensemble de la fouille recoupe plusieurs limites de bâtiments, palissades ou fossés. D’autres en sont toutefois exclues et ne permettent pas de trancher la question. La transposition du module sur la fouille voisine des 61-63-71 rue de Charlieu est par ailleurs concordante avec les vestiges (Mayoud 2011) ; il se superpose également avec des propositions avancées sur la fouille du 12 avenue de Paris où la longueur des parcelles est estimée à 83 m avec des largeurs comprises entre 12 et 18 m (Argant 2013 : 290-298) (Fig. 1). Les données pour le secteur central de l’agglomération (rue Gilbertès), comme pour le secteur méridional (place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny), sont toutefois insuffisantes sur ce point pour établir des comparaisons entre le centre urbain et sa périphérie (Besson, Blin et Triboulot 2016).

Fig. 39 - Réflexion autour de la structuration de l’espace et du parcellaire.

Fig. 39 - Réflexion autour de la structuration de l’espace et du parcellaire.

Relevés équipe, DAO S. Bocquet

La nature des occupations et des activités

277Diverses activités se perçoivent dans ce secteur à dominante domestique où la contiguïté des travaux agricoles est invoquée, pour le ier s., par une pointe de faux. Les espaces libres suggèrent également une part non négligeable des activités agricoles ou pastorales (jardinage, maraîchage, surfaces vivrières de produits sensibles aux longs transports, élevage, pacage, etc.), qui peuvent témoigner d’une fonction économique de la périphérie urbaine voire questionnent sur une forme d’exploitation par l’agglomération pour son approvisionnement.

278Des indices ténus suggèrent la proximité d’activités artisanales.

279En dehors d’un unique fragment de raté de cuisson rappelant le voisinage d’ateliers céramiques et trouvé dans une fosse du ier s. (1697), diverses scories attestent ainsi un travail du fer proche. Ces résidus, en majorité des déchets de forge, sont répartis sur l’ensemble de la fouille et couvrent plusieurs phases : 5,95 kg dans une fosse du début du ier s. (1449) ou 2,7 kg autour du bâtiment 2 (iie s.), pour un total de moins de 25 kg dont 13,50 kg pour l’imposante scorie 17. Cette dernière correspond à une scorie de réduction mais est en position secondaire. Le corpus est donc loin d’être significatif d’autant que les scories de forge peuvent provenir d’un travail épisodique (refonte, réparation d’objets), domestique ou agricole, ou encore être en lien avec un chantier de construction.

280Plus probants, les fragments d’amphores de Lipari incitent à considérer la proximité d’un artisanat usant d’alun, notamment dans l’environnement de la construction 9 et du chemin 502 (seconde moitié du iie-iiie s.), en bordure desquels deux fonds d’amphore fichés dans le sol évoquent des vases de foulon ayant pu servir à la récupération d’urines. En l’absence d’autres éléments, les modalités de cette activité restent cependant mal définies. Le même secteur livre une soie d’alêne en alliage cuivreux, servant au travail du cuir, qui pourrait aussi trouver sa place dans un cadre domestique.

281Concernant toutes les périodes d’occupations et s’observant sur l’ensemble des sites roannais, l’extraction de matériaux sablo-gravillonneux du sous-sol alluvial s’opère par des fosses peu étendues, parfois profondes, dans le voisinage des habitations. Les cavités créées finissent en dépotoirs, ici domestiques. En dehors des besoins de la production céramique ou du verre, le sable entre dans les activités de construction (murs, mortiers, enduits, sols, voies et leur entretien). Certaines fosses très profondes ont pu répondre à la recherche d’un granulat particulier, tel que préconisé par Vitruve (Livre Second, chapitre V ; Perrault 1986 : 27). Elles supposent une certaine disponibilité de terrains non pollués et on s’étonnera du peu de recoupements de ces creusements étalés dans le temps. Certains espaces, notamment à l’est de la voie, semblent rester dévolus à l’extraction de sables en tant que carrière potentielle et proche, dans un schéma par ailleurs reconnu (Blin 2016 : 182). Cela pose la question du statut ou de la gestion des terrains concernés (Reddé 2016).

282Le constat du faible recoupement des creusements vaut pour les fosses ayant pu servir de latrines et surtout pour les nombreux dépotoirs domestiques, proches ou intégrés aux espaces construits, une habitude héritée de l’organisation gauloise. La zone sud-est, aux abords de la voie et en marge des habitations après le milieu du ier s., nuance le propos car elle semble caractériser une zone détritique. Elle interroge à son tour sur la définition et le statut du secteur est. Il est apparemment ouvert et se prolonge sur les terrains situés de l’autre côté de la rue de Charlieu, peut-être dans l’esprit d’une friche ou d’un espace communautaire sur lequel la gestion édilitaire s’applique peu ou pas et où chacun déposerait ses déchets. Ce schéma rappelle des espaces suburbains interprétés comme des décharges extra muros, tels que les vastes épandages de rejets domestiques et artisanaux de la ZAC Sextius Mirabeau à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) (Nin et Leguilloux 2003 : 161).

283Si l’essentiel du mobilier relève de la sphère domestique, la situation excentrée du secteur, donnant accès au bourg, corrélée à la fonction ambiguë de certains bâtiments, concourt à l’impression d’un espace où des activités artisanales, de stockage voire pourquoi pas commerciales peuvent coexister et se compléter.

284La fouille montre un espace périphérique entre ville et campagne qui, comme cela est souvent constaté pour les chefs-lieux de cités ou les grandes villes de Gaule romaine, se dilate ou se rétracte (Besson, Blin et Triboulot 2016 ; Dumas et Blaizot 2016 ; Ménard et Plana-Mallart 2015 ; Pomerèdes et al. 2012). Dans le cas présent, ce phénomène s’observe cependant au sein d’un découpage raisonné des terrains, moins fréquemment repéré pour les agglomérations de moyenne ou petite taille. C’est un paysage contrasté, aux occupations aimantées par l’axe viaire, un secteur intégrant des espaces libres interstitiels à vocation agro-pastorale et imbriquant des occupations de diverses natures. Il est désormais acquis que coexistent en marge nord-est de Rodumna des habitations, des bâtiments à caractère commercial (des 61 au 83 rue de Charlieu) et des secteurs artisanaux aux activités variées : préparation et conservation d’aliments (séchoir/fumoir), activités en lien possible avec le textile (bassins, vases de foulon) ou dans une sphère plus large usant de l’alun, activités métallurgiques (des 61 au 83 rue de Charlieu) et production de céramiques (aux 61-63-71 rue de Charlieu). L’évolution de cette périphérie n’est du reste pas sans poser de questions pour la seconde moitié du iie s. et la première moitié du iiie s., période pour laquelle les données disponibles sur le secteur central du bourg sont insuffisantes (arasements ?) ou sous-entendent une forme de déclin qui brouille les interactions et les limites des espaces urbain et périurbain. Depuis le centre présumé de l’agglomération (rue Gilbertès), il ne faut toutefois parcourir qu’environ 400 m pour sortir de la ville vers le nord et qu’un peu plus de 900 m vers le sud pour rejoindre la nécropole. 1,4 km environ sépare ainsi la nécropole du débouché de la frange nord-est de Roanne, une distance praticable à pied en une trentaine de minutes.

285Les modes de construction attestés pour la frange urbaine nord-est indiquent qu’ils différent peu sinon pas de ceux connus pour les espaces plus centraux et davantage urbanisés de l’agglomération. La cave illustre, aux côtés d’exemples récents plus simples, la complexité de ces espaces où voisinent des dépendances en matériaux périssables et une architecture maçonnée. La découverte d’un programme décoratif peint interroge sur la présence d’un bâtiment d’une certaine aisance dans un environnement proche. L’usage de vitres ou d’adductions d’eau dénote également des équipements jusque-là peu observés pour Roanne, même si en revanche tout réseau d’évacuation par égouts, généralement mieux établi au sein des zones artisanales ou d’habitations modestes, s’avère absent du site.

286Au-delà de cet espace périurbain, le territoire environnant Roanne à courte distance commence à être mieux appréhendé depuis quelques années grâce aux opérations d’archéologie préventive et est forcément en interaction avec la ville, comme dans d’autres cas (Ménard et Plana-Mallart 2015 : 22-24 ; Pomarèdes et al. 2012). Le rôle et la fonction des établissements sont encore à préciser et une étude globale reste à mener. Ainsi, à l’ouest de la ville, des traces de parcellaires (fossés) ou de pratiques agro-pastorales (fossés et fosses) (Georges 2014), une annexe agricole ou une ferme (fossés, enclos, éléments de construction) (Granier 2012) et une dépendance semi-enterrée sur poteaux de 56 m² environ (Lavendhomme 1997 : 159-161) sont connus sur la commune de Riorges (Fig. 40). À l’est de la ville, des bâtiments d’habitation (villa ?) du Haut-Empire sont attestés à Perreux (Lavendhomme 1997 : 152-153). Au nord-est, le premier établissement est rencontré à 4 km sur le site de Bonvert à Mably, déjà occupé au second âge du Fer et qui pourrait correspondre au Haut-Empire à un habitat groupé comprenant au moins deux espaces funéraires et une petite zone d’activité potière datée du ier s. ap. J.-C. (Delhoofs et al. 2017). Ce site peut être en lien avec un passage sur la Loire, en marge du méandre d’Aiguilly (Genin et Lavendhomme 1997 : 19 ; Lavendhomme 1997 : 128-130), ou sur l’itinéraire menant à Autun par l’axe prolongeant la rue de Charlieu. L’éloignement de cet habitat amène la question de la gestion et du contrôle, par la ville (?), des terrains qui jouxtent la périphérie nord-est de Roanne ou compris entre ces deux sites (Reddé 2016). Les études menées depuis de nombreuses années sur l’espace périurbain de Nîmes (Gard) ont montré la complexité, la diversité et l’évolution constante des interactions ville-campagne, et proposé la propriété des terroirs situés dans l’environnement immédiat de la ville par celle-ci (Monteil 1999 ; Pomarèdes et al. 2012 : 299). Enfin, à moins d’un jour de marche de Roanne (à environ 26 km) en direction du nord-ouest, il faut mentionner le site d’Ariolica/La Pacaudière (Loire) occupé du ier au milieu du iiie s. et identifié comme un quartier artisanal et commercial d’une agglomération restant à définir ou en tant que station routière (Le Nézet-Célestin 2004), et vers le sud-est, à une grosse journée de marche, la capitale de cité Forum Ségusiavorum/Feurs (Loire).

Fig. 40 - Localisation de Roanne et des occupations antiques mentionnées.

Fig. 40 - Localisation de Roanne et des occupations antiques mentionnées.

DAO S. Bocquet

Conclusion

287L’opération des 81-83 rue de Charlieu, la plus vaste parcelle fouillée à Roanne, permet d’aborder la frange urbaine nord-est de Rodumna et d’en restituer une évolution dynamique et significative de la fin de la période laténienne aux iiie-ive s. La reconnaissance, même partielle, de la voie antique est primordiale car cet axe longeant le rebord de la terrasse ligérienne restait largement méconnu. Désormais, son tracé et ses abords sont documentés sur une longueur de 200 m et plus ponctuellement jusqu’à la rue Gilbertès (400 m). Elle joue un rôle directeur et structurant, à partir duquel émerge un secteur organisé selon une trame orthogonale, pérenne jusqu’au iiie s. et, pour la première fois à Roanne à travers des vestiges civils, susceptible de déborder sur le ive s. Le secteur est ensuite déserté. La bourgade se rétracte plus au sud, aux abords de la place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny où un bâtiment du iiie s. sera reconverti à partir des ve-vie s. en baptistère (Le Nézet-Célestin 2009). Aux 81-83 rue de Charlieu, les traces d’éventuelles activités agro-pastorales ne se perçoivent plus jusqu’aux projets urbanistiques de la fin du xixe s.

288Plusieurs bâtiments enrichissent une documentation encore peu étoffée sur les modes et techniques de constructions, à l’instar des deux autres fouilles récentes menées rue de Charlieu (2010) et avenue de Paris (2012). Malgré leurs petites tailles, ils font évoluer l’image roannaise d’un habitat rustique et ancré dans la tradition, même si les tesselles de mosaïque ou les éléments de marbre restent rarissimes et se limitent à des découvertes anciennes (Lavendhomme 1997 : 169).

289Les fonctions économique et commerciale de Roanne, interdépendantes de sa dynamique urbaine, restent prépondérantes, en lien étroit avec la situation de la ville au carrefour de voies terrestres et sans doute avec son éloignement de la capitale de cité Forum Ségusiavorum/Feurs (Loire). Les activités artisanales, si elles sont toujours dominées par la production potière (genin et Lavendhomme 1997 : 25-27), apparaissent du ier s. au milieu du iiie s., grâce aux acquis des fouilles préventives, davantage diversifiées.

Haut de page

Bibliographie

CAL : Cahier Archéologique de la Loire
DAF : Documents d’Archéologie Française
DARA : Document d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne
MAM : Monographies d’Archéologie Méditerranéenne
RACF : Revue Archéologique du Centre de la France
RA : Revue d’Auvergne
RAE : Revue Archéologique de l’Est
RAN : Revue Archéologique de Narbonnaise
SFECAG : Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule

Arcelin et Tuffreau-Libre 1998

Arcelin P. et Tuffreau-Libre M. - La quantification des céramiques : conditions et protocole. Actes de la table ronde du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray (Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998), Bibracte 2, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont-Beuvray.

Argant 2013

Argant Th. (dir.) - Roanne (Loire), Centre Universitaire Pierre Mendès-France, 12 avenue de Paris, rapport final de fouille, Archeodunum Sa, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 3 volumes.

Argant et Maza 2015

Argant Th. et Maza G. - Nouveaux développements sur l’urbanisme et l’artisanat antique de Rodumna. Les fouilles de la cour de la Caserne Werlé/Centre Pierre Mendès-France, in : Histoire et Patrimoine de Roanne et sa région, Mélanges d’archéologie roannaise en écho à Joseph Déchelette, 21, Roanne : 160-195.

Barat et Morize 1999

Barat Y. et Morize D. - Les pots d’horticulture dans le monde antique et les jardins de la villa gallo-romaine de Richebourg (Yvelines), in : Actes du congrès de Fribourg, SFECAG, Marseille : 213-236.

Barbet 2008

Barbet A. - La peinture murale en Gaule romaine, Paris.

Barbet, Monier et Loustaud 1993

Barbet A., Monier F. et Loustaud J.-P. - Les peintures murales de la Maison des Nones de Mars à Limoges, Aquitania, II : 63-111.

Barral et al. 2015

Barral P. (dir.), Billoin D., Blin S., Bossuet G., Cramatte C., Fruchart C., Lapaige C., Mamie A., Monnier J., Mougin P., Nouvel P., Piningre J.-F. et Thivet M. - Nouvelles données sur l’agglomération antique d’Epomandiodurum (Mandeure et Mathay, Doubs), Gallia, 72-2 : 11-142.

Barthélémy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005

Barthélemy-Sylvand C., Chambon M.-P. et Couvin F. - Les amphores ligériennes en région Centre (Carnute, Turon, Biturige) de la période augustéenne à la fin du Haut-Empire, in : Actes du congrès de Blois, SFECAG, Marseille : 159-175.

Berthault 2005

Berthault F. (s/dir.) - Alun et artisanat en gaule romaine, in : Borgard Ph., Brun J.-P., Picon M. (dir.) - L’alun de Méditerranée : colloque international, Naples (4-5-6 juin 2003), Lipari (7-8 juin 2003), Collection du Centre Jean Bérard, 23, Naples/Aix-en-Provence/Paris : 324-334.

Besson, Blin et Tribouot 2016

Besson C., Blin et Triboulot B. (dir.) - Franges urbaines, confins territoriaux. La Gaule dans lEmpire. Actes du colloque international (Versailles, 29 février-3 mars 2012), Service régional d’archéologie d’Ile de France, UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA (Archéologie de la Gaule et du Monde antique), Mémoires, 41, Bordeaux, Ausonius Éditions.

Bet et Delor 2000

Bet Ph. et Delor A. - La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule Centrale du Haut-Empire. Révision décennale, in : SFECAG, Actes du congrès de Libourne, Marseille : 461-483.

Bet et Gras 1999

Bet Ph. et Gras D. - Parois fines engobées et céramique métallescente de Lezoux, in : Brulet R., Symonds R., Vilvorder F. (dir.) - Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines : Actes du colloque de Louvain-la-Neuve (18 mars 1995), 8e Suppl. aux RCRF Acta, RCRF, Oxford : 13-38.

Blaizot 2009

Blaizot F. (dir.) - Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, 66.1 Suppl. à Gallia, CNRS, Paris.

Blin 1991

Blin O. - Roanne (Loire): les fouilles de la rue de Charlieu en 1990. Lecture d’une occupation péri-urbaine du Ier au IIIe siècle ap. J.-C., RACF, 30 : 163-174.

Blin 2016

Blin O. - Dynamique d’occupation et d’évolution d’un secteur péri-urbain du vicus antique de Diodurum (Jouars-Pontchartrain, Yvelines), in : Besson C., Blin et Triboulot B. (dir.) - Franges urbaines, confins territoriaux. La Gaule dans lEmpire. Actes du colloque international (Versailles, 29 février-3 mars 2012), Service régional d’archéologie d’Île de France, UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA (Archéologie de la Gaule et du Monde antique), Mémoires, 41, Bordeaux, Ausonius Éditions : 173-190.

Boissard 2013a

Boissard E. - Trois exemples inédits de découverte d’enduits peints antiques sur des chantiers d’archéologie préventive en Rhône-Alpes, in : Boislève J., Dardenay A. et Monier F. (éd.) - Peintures murales et stucs d’époque romaine. De la fouille au musée, Actes des 24e et 25e colloques de l’AFPMA, Narbonne, 12 et 13 novembre 2010 et Paris, 25 et 26 novembre 2011, Bordeaux, Ausonius Éditions : 369-384 [Pictor, I].

Boissard 2013b

Boissard E. - Les enduits peints, in : Argant Th. (dir.) - Roanne (Loire), Centre Universitaire Pierre Mendès-France, 12 avenue de Paris, rapport final de fouille, Archeodunum Sa, SRA Rhône-Alpes, Lyon : 264-265.

Bocquet et Thévenin 2006

Bocquet S. et Thévenin é. - Roanne (Loire), Centre hospitalier. 28 rue de Charlieu, rapport final de fouille archéologique préventive, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 3 volumes.

Bocquet 2008

Bocquet S. - Roanne (Loire), Centre hospitalier. « Pôle énergie ». Boulevards des Côtes et Palissy, rapport final d’opération de fouille, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Bocquet 2011

Bocquet S. - Les agglomérations gauloise et antique de Rodumna (Roanne) : informations sur les découvertes récentes, in : Histoire et Patrimoine de Roanne et sa région, Regards sur l’archéologie dans la Loire (Roanne 6-7 novembre 2009), 17, Roanne : 127-143.

Bocquet 2012a

Bocquet S. (dir.) - Roanne (Loire), 81-83 rue de Charlieu. Reconstruction de la psychiatrie, rapport final de fouille, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 4 volumes.

Bocquet 2012b

Bocquet S. - Roanne (Loire), 17 Boulevard de Belgique - Lycée Albert-Thomas (cantine), rapport de diagnostic, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Bocquet 2015

Bocquet S. - De la « rusticité » d’une bourgade secondaire au faste romain ! Exemples récents d’architecture romaine à Roanne, in : Histoire et Patrimoine de Roanne et sa région, Mélanges d’archéologie roannaise en écho à Joseph Déchelette, 21, Roanne : 50-66.

Borgard, Brun et Picon 2005

Borgard Ph., Brun J.-P. et Picon M., (dir.) - L’alun de Méditerranée : colloque international, Naples (4-5-6 juin 2003), Lipari (7-8 juin 2003), Collection du Centre Jean Bérard, 23, Naples/Aix-en-Provence/Paris.

Bouet 2009

Bouet A. - Les latrines dans les provinces gauloises germaniques et alpines, 59e Suppl. à Gallia, CNRS, Paris.

Bouvier 2004

Bouvier A. - Roanne (Loire), Centre hospitalier régional. 28 et 71 rue de Charlieu, rapport d’évaluation archéologique, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Brissaud 2003

Brissaud L. - Un vase de foulon sur le site de Saint-Romain-en-Gal ? Hypothèses et pistes de recherche, in : Ballet P., Cordier P. et Dieudonné-Glad N. (dir.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, in : Actes du colloque de Poitiers, (19-21 septembre 2002), Monique Mergoil, Montagnac : 61-76.

Brulet, Vilvorder et Delage 2010

Brulet R., Vilvorder F. et Delage R. - La céramique romaine en Gaule du Nord. Dictionnaire des céramiques : la vaisselle à large diffusion, Brepols, Turnhout.

Brun 2005

Brun J.-P. - Archéologie du vin et de l’huile en Gaule romaine, Errance, Paris.

Brunet-Gaston et Monier 2011

Brunet-Gaston V. et Monier F. - Une pièce semi-enterrée à Eckolsheim (Bas-Rhin) et sa décoration peinte, in : Balmelle C., Eristov H. et Monier F. (dir.) - Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Mosaïque, peinture, stuc, in : Actes du colloque international, Université de Toulouse II-Le Mirail. Bordeaux, Suppl. à Aquitania, 20 : 321-328.

Delestrée et Tache 2007

Delestrée L.-P. et Tache M. - Nouvel atlas des monnaies gauloises III. La Celtique, du Jura et des Alpes à la façade atlantique, Commios, Saint-Germain-en-Laye.

Delhoofs 2013

Delhoofs H. (dir.) - Roanne (Loire), 28 rue de Charlieu, rapport final de fouille, Eveha, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 4 volumes.

Delhoofs et al. 2017

Delhoofs H., Djerbi H., Maza G., Silvino T. et Sinquin J.-B. - Mably. Le site de Bonvert entre la fin du Ier âge du Fer et le second Moyen Âge, in : Journées darchéologie régionales. Loire-Rhône, 16 novembre 2016, Lyon, DRAC-SRA : 15-20.

Desbat et Dangréaux 1997

Desbat A. et Dangréaux B. - La production d’amphores à Lyon, Gallia, 54 : 73-104.

Dumoulin 1997

Dumoulin F. - La production de céramique gallo-romaine à Roanne (Loire), RACF, 36 : 79-97.

Duvauchelle 2005

Duvauchelle A. - Les outils en fer du Musée romain d’Avenches, Association Pro Aventico, Avenches, Documents du musée romain d’Avenches (Suisse), 11.

Eneau 2002

Eneau Th. - Les objets en fer du sanctuaire gallo-romain du Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne), Association des publications chauvinoises, 2002.

Ferber et Rigaud 2011

Ferber E., Rigaud P. - Le fumoir de Vens (commune de Seyssel - Haute-Savoie), Hors-Série L’Archéothéma, 3 : 40-41.

Ferdière et al. 2012

Ferdière A., Guillemard Th. et Lanos Ph. avec la collaboration de Delage R., Dufresne Ph., Poirier Ph. et Thellier É. - Un atelier de potiers-tuiliers de la fin du Haut-Empire en forêt d’Orléans : Vrigny “ Châtillon ”, Loiret (Fouilles 1969-1973), in : Ferdière A. (dir.) - Deux ateliers de potiers de la Loire moyenne au Haut-Empire : Vrigy (Loiret) et Amboise (Indre-et-Loire), 40e Suppl. à la RACF, FERACF, Tours : 9-143.

Feugère 1985

Feugère M. - Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C., CNRS, Suppl. à la RAN, 12, Paris.

Gabayet 2015

Gabayet F. (dir.) - La marge orientale du vicus de Boutae. Les fouilles Galbert à Annecy (Haute-Savoie), DARA 42, ALPARA-MOM, Lyon.

Genin 2007

Genin M. - La Graufesenque (Millau, Aveyron), vol. II : sigillées lisses et autres productions, Études d’archéologie urbaine, Fédération Aquitania, Pessac.

Genin et Lavendhomme 1997

Genin M. et Lavendhomme M.-O. - Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain. Évolution des mobiliers domestiques, DAF 66, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Georges 2014

Georges V. (dir.) - Riorges (Loire), ZAC du Marclet, rapport de diagnostic, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Giard 1988

Giard J.-B. - Catalogue des monnaies de l’Empire romain, vol. II, de Tibère à Néron, Paris : Bibliothèque nationale de France, VII.

Giry 2015

Giry K. - Retour sur deux tombes de l’Antiquité tardive découvertes à Roanne à l’époque de Déchelette, in : Histoire et Patrimoine de Roanne et sa région, Mélanges d’archéologie roannaise en écho à Joseph Déchelette, 21, Roanne : 50-66.

Goy et al. 1989

Goy C., Llopis E., Mazimann J.-P., Mougin P. - Les séchoirs gallo-romains de Mathay-Mandeure (Doubs), RAE, 40, 1 : 115-120.

Grand 1995

Grand K. - Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire), RACF, 34 : 177-194.

Granier 2012

Granier F. (dir.) - Riorges (Loire), La Villette, rapport final d’opération d’archéologie préventive, Archeodunum Sa, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 3 volumes.

Groetembril 2011

Groetembril S. - La question des pièces souterraines peintes en Gaule, in : Balmelle C., Eristov H. et Monier F. (dir.) - Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Mosaïque, peinture, stuc, in : Actes du colloque international, Université de Toulouse II-Le Mirail. Bordeaux, Suppl. à Aquitania, 20 : 311-320.

Guiraud 1989

Guiraud H. - Bagues et anneaux à l’époque romaine en Gaule, Gallia, 46, 1 : 173-211

Guiraud 1988

Guiraud H. - Intailles et camées de l’époque romaine en Gaule (territoire français), CNRS, 48e Suppl. à Gallia, Paris.

Isings 1957

Isings C. - Roman glass from dated finds. Academiae Rheno-Traeictinae Instituto Archaeologico II, J.B. Wolters, Groningen/Djakarta.

Jaeggi, Wittmann et Garnier 2015

Jaeggi S., Wittmann A. et Garnier N. avec la collaboration de Frère D. - Biberon ou not Biberon ? Les analyses biochimiques de contenus et la question de la fonction de vases gallo-romains, communément appelés “ biberons ”, in : Actes du Congrès de Nyon, SFECAG, Marseille : 561-576.

Lallemand 2005

Lallemand D. - L’origine et l’évolution de la terra nigra dans la Basse Vallée de l’Allier, in : Actes du Congrès de Blois, SFECAG, Marseille : 39-61.

Lame et al. 1987

Lame M., Llopis E., Mazimann J.-P. et Mougin P. - Les fumoirs à viande gallo-romains de Mathay-Mandeure (Doubs), RAE, 38, 3-4 : 424-429.

Lame et Mazimann 2011

Lame M. et Mazimman J.-P. - Fumage et séchage : technique de conservation de la viande. L’exemple de Mandeure/Mathay (Doubs), Hors-Série L’Archéothéma, 3 : 34-39.

Latour 1892

Latour H. de la - Atlas des monnaies gauloises, Paris (réed. 2001, Éd. Des Cheveau-légers).

Lavendhomme 1997

Lavendhomme M.-O. - Carte archéologique de la Gaule. La Loire (42), Académie des Inscriptions et Belles Lettres, MSH, Paris.

Lavendhomme et Guichard 1997

Lavendhomme M.-O. et Guichard V. - Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois, DAF 62, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Leblanc 1996

Leblanc O. - Les bassins de foulons sur le site de Saint-Romain-en-Gal (Rhône), in : Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen (Égypte, Grèce, monde romain), Collection de l’Institut d’Archéologie et d’histoire de l’Antiquité, Maison de l’Orient, Université Lumière-Lyon 2-CNRS, 2 : 137-141.

Le Nézet-Célestin 2004

Le Nézet-Célestin M. - À la découverte d’Ariolica : fouilles archéologiques d’un quartier gallo-romain à la Pacaudière, in : Histoire et Patrimoine de Roanne et sa région, n° 11, Roanne : 61-68.

Le Nézet-Célestin 2005

Le Nézet-Célestin M. (dir.) - Roanne (Loire), Centre Ancien. Rue du Château, Place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, rue A. Roche, Rue Fontenille, place Clémenceau, rapport de fouille, INRAP, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 4 vol.

Le Nézet-Célestin 2009

Le Nézet-Célestin M. - Le baptistère de Roanne, place Maréchal de Lattre de Tassigny (Loire), in : Paris-Poulain D., Istria D. et Nardi Combescure S. (dir.) - Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle : hagiographie, épigraphie et archéologie. Actes du colloque international dAmiens, Université de Picardie Jules Verne, Faculté des arts, 18-20 janvier 2007, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 195-202 (Collection Archéologie et Culture).

Le Nézet-Célestin 2015

Le Nézet-Célestin M. - Fouille de la voie romaine, place Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny à Roanne, in : Histoire et Patrimoine de Roanne et sa région, Mélanges d’archéologie roannaise en écho à Joseph Déchelette, 21, Roanne : 116-136.

Loeschcke 1919

Loeschcke S. - Lampen aus Vindonissa, Zürich, 1919.

Mayoud 2011

Mayoud S. (dir.) - Roanne (Loire), Un quartier de l’agglomération antique. 61-63-71 rue de Charlieu, rapport final de fouille, Archeodunum Sa, SRA Rhône-Alpes, Lyon, 3 volumes.

Maza et Silvino 2017

Mazat G. et Silvino T. - L’horizon 13 de Roanne (Loire), Centre Pierre Mendès-France : l’Anarchie militaire (deuxième moitié du IIIe s. ap. J.-C.), in : Actes du congrès de Narbonne, SFECAG, Marseille : 815-825.

Ménard et Plana-Mallart 2015

Ménard H. et Plana-Mallart R. (éds.) - Espaces urbains et périurbains dans le monde méditerranéen antique, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier.

Menez 1989

Menez 1989 - Les céramiques fumigées (“ Terra Nigra ”) du Bourbonnais. Étude des collections de Néris-les-Bains et Châteaumeillant, RACF, 28, 2 : 117-178.

Monteil 1999

Monteil M. - Nîmes antique et sa proche campagne. Étude de la topographie urbaine et périurbaine (fin VIe s. av. J.-C.-VIIe s. ap. J.-C.), MAM, 3, Lattes.

Nin et Leguilloux 2003

Nin N., Leguilloux M. - La gestion des déchets à Aix en Provence dans l’Antiquité, in : Ballet P., Cordier P. et Dieudonné-Glad N. (dir.) - La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, in : Actes du colloque de Poitiers, (19-21 septembre 2002), Monique Mergoil, Montagnac : 133-163.

Perrault 1986

Perrault Cl. - Vitruve, De Architectura, traduction française, 3 vol. Dijon, 1946, réed. Errance, Paris.

Pomarèdes et al. 2012

Pomarèdes H., Bel V., Breuil J.-Y., Celié M., Montèil M., Séjadon P. et Vidal L. - Le paysage périurbain à Nîmes (Gard, France) de la Protohistoire au Haut-Empire (VIe av. n. è.- IIe de n. è.), in : Belarte C. et Plana-Mallart R. (éd.) - El paisatge periurbà a la Mediterrània Occidental durant la Protohistòria i Antiguitat / La paysage périurbain en Méditerranée Occidentale pendant la Protohistoire et l’Antiquité, “ Documenta ” 26, Institut Català d’Arquologia Clàssica, Tarragona : 283-313.

Poncet, Aulas et Vaginay 1979

Poncet J., Aulas Ch. et Vaginay M. - Hôpital de Roanne, rapport de fouille de sauvetage, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Rancoule et Sabrié 1985

Rancoule G., Sabrié M. et R. - Un bâtiment gallo-romain avec revêtements muraux peints (Cité de Carcassone, Aude), Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude, LXXXV : 59-65.

Reddé 2016

Reddé M. - Franges urbaines, confins territoriaux : quelles notions, pour quelle réflexion ?, in : Besson C., Blin et Triboulot B. (dir.) - Franges urbaines, confins territoriaux. La Gaule dans lEmpire. Actes du colloque international (Versailles, 29 février-3 mars 2012), Service régional d’archéologie d’Île de France, UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA (Archéologie de la Gaule et du Monde antique), Mémoires, 41, Bordeaux, Ausonius Éditions : 649-660.

Riha 1986

Riha E. - Römisches Toilettgerät und medizinische Instrumente aus Augst und Kaiseraugst. mit naturwissenschaftlichen Beiträgen von Marcel Joos, Jörg Schibler und Willem B. Stern, Forschungen in Augst, 6, Augst.

Riha 1990

Riha E. - Der Römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst. mit naturwissenschaftlichen Beiträgen von Willem B. Stern und Curt W. Beck sowie einem Exkurs von Alex R. Furger, Forschungen in Augst, 10, Augst.

RIC vol. II rev.

Carradice I., Buttrey Th. V., Amandry M. (éd. scientif.), Burnett A (éd. scientif.) - The Roman imperial coinage, Vol. II. Part 1, from AD 69 - 96, Vespasian to Domitian, 2d fully rev. ed., London : Spink, 2007, xxiii.

RIC vol. VIII

Kent J. P. C., Sutherland C. H. V. (éd. scientif.), Carson R. A. G. (éd. scientif.) - The Roman imperial coinage, Vol. VIII, the family of Constantine I, A.D. 337-364, London : Spink and Son, 1981, XXXIX.

Romeuf 2001

Romeuf A.-M. - Les Martres-de-Veyre, le quartier artisanal gallo-romain (Puy-de-Dôme), Cahier du Centre Archéologique de Lezoux, 2.

Rütti 1991

Rütti B. - Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Forschungen in Augst, 13, 1-2, Augst.

Santrot et Santrot 1979

Santrot M.-H. et Santrot J. - Céramiques communes gallo-romaines d’Aquitaine, Centre de Recherches Interdisciplinaires d’Archéologie Analytique, ERA 584, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris.

Seigne 1999

Seigne J. - Techniques de construction en Gaule romaine, in : Bessac J.-C. et al., La construction. La pierre, Errance, Paris : 63 (Collection “Archéologiques”).

Serralongue 2003

Serralongue J. - Le mobilier céramique des IIe-IIIe siècles de quatre puits de l’habitat péri-urbain des Ilettes à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie), in : Actes du congrès de Saint-Romain-en-Gal, SFECAG, Marseille : 91-113.

Silvino et al. 2011

Silvino T., Bonnet Ch., Cécillon Ch., Carrara S. et Robin L. - Les mobiliers des campagnes lyonnaises durant l’Antiquité tardive : premier bilan, 30e Suppl. à la RAE : 109-172.

Vaginay 1977

Vaginay M. - Compte-rendu des fouilles de sauvetage sur les terrains de l’hôpital de Roanne, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Vaginay et Samuel 1981

Vaginay M. et Samuel E. - Le site gallo-romain des “ Coines ” fourneaux (Loire), CAL, 1, 1980-1981 : 39-53.

Vallat et Cabanis 2011

Vallat P. et Cabanis M. - La viticulture antique dans le bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), in : Gallia 68.1., CNRS, Paris : 237-255.

Van Ossel 1992

Van Ossel P. - Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, 51e Suppl. à Gallia, CNRS, Paris.

Wittmann 2017

Wittmann A. - Les ensembles augustéens. Phase récente (changement d’ère-15 après notre ère, in : Mennessier-Jouannet C. et Deberge Y. (dir.) - Chronologie du mobilier archéologique du Second Âge du Fer en Auvergne, 65e suppl. à la RACF, FERACF, Tours : 615-638.

Haut de page

Notes

1 Ces résultats intègrent l’axe de recherche “ Agglomérations secondaires ” de l’UMR 5138-Arar, coordonné par J.-Cl. Béal (Professeur honoraire des Universités), et le PCR “ Habitats agglomérés en pays ségusiave : les formes du fait urbain dans la cité ségusiave du ier au iiie s. ap. J.-C. ”, dirigé par F. Dumoulin (SRA Auvergne-Rhône-Alpes), dans le cadre duquel se prépare une synthèse sur l’agglomération de Roanne.

2 Delestrée et Tache vol. III (DT) n3201 : 75, pl. IX ; Delestrée et Tache vol. III (DT) n°3204 : 75 ; LT (Latour) n°5253 pl. XVI.

3 82 de ces petits objets circulaires désignés selon les auteurs sous les termes de “ pottery discs ”, “ pessoï ”, “ jetons ” ou “ rondelles ” apparaissent sur le site, des phases III à IX. Découpés dans des céramiques communes (76 %) ou fines (21 %), des amphores (1,2 %) ou des terres cuites architecturales (2,4 %), ils possèdent des diamètres échelonnés de 14 à 77 mm, avec une prédilection entre 21 et 60 mm. 72 % du corpus provient de structures en creux (fosses dépotoirs, latrines, trous de poteaux, fossés), 11 % du comblement de structures construites (puisard, bâtiment, bassins), 9 % de voiries, 6 % de remblais et seulement 1 % de niveaux de sol.

4 RIC II rev. n°1120 : 140 ; Giard vol. II no 297 : 118.

5 La fouille a livré 116 fragments de verre rattachables à 35 vases pouvant être dessinés, six objets (deux jetons, deux intailles, deux perles dont l’une hors contexte), deux vitres et dix scories. Les typologies utilisées et citées sont celles de C. Ising (1957) notée Is. et de B. Rütti (1991) notée AR.

6 Merci à Julien Boislève, toichographologue (INRAP), pour ses conseils avisés.

7 L’inscription funéraire (CIL XIII, 1649) exhumée en 1820 dans le quartier des casernes (Centre Pierre-Mendès-France) est considérée comme un faux moderne, au mieux une copie récente d’un original antique disparu (Genin et Lavendhomme 1997 : 30). F. Bérard prépare une publication portant sur l’inscription découverte aux 81-83 rue de Charlieu.

8 11 mm de diamètre. Œdipe, de profil, casqué, tourné vers la gauche, est assis sur un support (rocher ?) ; ses jambes sont tendues devant lui ; il lève une main au niveau de son visage ; il se trouve face au sphinx, de profil, perché sur une colonne.

9 Merci à André Rebiscoul (INRAP) pour cette information.

10 Analyses par chromatographie en phase gazeuse réalisées par Françoise Formenti, sur du mobilier de La Pacaudière (Loire) (fouille INRAP sous la direction de M. Le Nézet-Célestin), étudié par C. Bonnet (INRAP) et C. Batigne-Vallet (CNRS).

Éléments pour une synthèse sur les spécificités et la diffusion de la céramique gallo-romaine en région Centre, in : Actes du congrès de Blois, SFECAG, 2005, Marseille : 387.

11 RIC vol. ViiI n26 : 316.

12 Le canon est probablement creux et l’objet a un panneton découpé, situé perpendiculairement à l’axe de la poignée dont le sommet est circulaire et plat.

13 14 × 10,2 mm. Vénus, casquée, tournée vers la gauche, est debout, appuyée du coude sur une colonnette. Elle est enveloppée d’un tissu, des hanches aux genoux. Elle prend appui sur une jambe ; l’autre jambe est pliée et le pied est appuyé contre une colonne. Un parallèle de cet objet est connu au musée du Berry à Bourges (Cher) (Guiraud 1988 : 122, n321).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Plan d’ensemble des principaux vestiges antiques de Roanne et localisation des fouilles récentes.
Crédits Fond : cadastre.gouv. fr - 2010, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Tabl. 1 - Répartition du mobilier céramique par phases et horizons de Roanne correspondants.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2 - Plan synthétique des vestiges de la fouille.
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 3 - Plan des vestiges de la phase III (vers 20-10 av. J.-C. - 30 ap. J.-C.).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4 - Coupe stratigraphique dans la voie établie au début du Ier s., partie est.
Crédits Relevé C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 5 - La céramique de la sous-phase IIIa.
Crédits Dessins É Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 6 - La céramique de la sous-phase IIIb.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tabl. 2 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la sous-phase IIIa.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tabl. 3 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la sous-phase IIIb.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 7 - Plan des vestiges de la phase IV (vers 30-70).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 8 - Instrumentum.
Crédits Étude M. Gagnol, Dessins C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bigot, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 9 - Lampes à huile (ier et iie s.) et figurine en terre blanche extraite d’un fossé du milieu iiie-courant ive s.
Crédits Dessins C. Plantevin, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 10 - Le mobilier en verre.
Crédits Dessins J. Ode, Cliché M. Gagnol, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tabl. 4 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase IV.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 11 - La céramique de la phase IV.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig.12 - Plan des vestiges de la phase V (vers 70-110).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 13 - La cave (bâtiment 5) (fin Ier-IIe s.).
Crédits Cliché A. Defoulounoux
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 14 - Plan et coupes de la cave (bâtiment 5) (fin Ier-IIe s.).
Crédits Relevés C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 15 - Plaques d’enduits peints retrouvées en bordure de la paroi nord-ouest de la cave (bâtiment 5). Proposition de restitution du décor mural. Étude I. Gonon (INRAP).
Crédits Clichés I. Gonon, DAO I. Gonon, F. Pennors, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 16 - Plaques d’enduits peints retrouvées en bordure de la paroi nord-est de la cave (bâtiment 5). Proposition de restitution du décor mural. Étude I. Gonon (INRAP).
Crédits Clichés I. Gonon, DAO I. Gonon, F. Pennors, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 17 - Inscription lapidaire, sur plaque de calcaire jaune à entroques, en réemploi dans une maçonnerie de la cave (bâtiment 5). Étude et transcription F. Bérard (Ens).
Crédits Cliché S. Bocquet, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 18 - Plan du bâtiment 4 (fin Ier-IIe s.).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 19 - L’espace A du bâtiment 4 en cours de fouille (fin Ier-IIe s.) avec, en arrière-plan, les solins du bâtiment 3 (Ier s.).
Crédits Cliché L. Kuntz, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tabl. 5 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase V.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 20 - La céramique de la phase V.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 21 - Plan des vestiges de la phase VI (vers 110-150).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 22 - Les structures 1613, 1614, 1615 et la fosse 1620, au nord-est de la fouille (IIe s.).
Crédits Cliché A. Savignat, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 23 - Les fosses 1521 (à droite) et 1537 (à gauche) de la première moitié du IIe s., en secteur sud-est.
Crédits Cliché A. Defoulounoux
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 24 - Plan et coupes des structures composant le bâtiment 6 (première moitié du IIe s.).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 25 - Les tranchées 321, 350, 568 et 1274 de la première moitié du IIe s. et le bâtiment 8 de la seconde moitié du IIe s.
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 26 - Plans et abords des bâtiments 2, 7 et 9, avec coupe.
Crédits Relevés équipe, DAO E. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tabl. 6 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VI.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 27 - La céramique de la phase VI.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 28 - Plan des vestiges de la phase VII (vers 150-180).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 29 - Plan et coupes des trous de poteau de l’alignement 1 (deuxième moitié du IIe s.).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 30 - La construction excavée 9 (milieu IIe-milieu IIIe s.).
Crédits Cliché é. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 31 - Les vases 231 et 406 jouxtant le plot en calcaire jaune 409, en cours de fouille (IIe s.).
Crédits Cliché é. Bayen, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 32 - La structure 358 et son revêtement en mortier de tuileau (deuxième moitié du IIe s.).
Crédits Cliché A. Defoulounoux, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 33 - Les pots 301, fermé par un vase tripode, et 309 à proximité du coffrage 307 (deuxième moitié du IIe s.).
Crédits Cliché A. Defoulounoux, Dessins K. Giry, C. Plantevin, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tabl. 7 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VII.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 34 - La céramique de la phase VII.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 35 - Plan des vestiges de la phase VIII (fin IIe-milieu IIIe s.).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 36 - La céramique de la phase VIII.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tabl. 8 - Répartition par catégories du mobilier céramique de la phase VIII.
Crédits K. Giry
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 37 - Plan des vestiges de la phase IX (milieu IIIe-IVe s.).
Crédits Relevés équipe, DAO É. Bayen, S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 38 - La céramique de la phase IX.
Crédits Dessins é. Bayen, K. Giry, DAO É. Bayen
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 39 - Réflexion autour de la structuration de l’espace et du parcellaire.
Crédits Relevés équipe, DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 40 - Localisation de Roanne et des occupations antiques mentionnées.
Crédits DAO S. Bocquet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2580/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet et Karine Giry, « La frange nord-est de Rodumna/Roanne (Loire) : la fouille des 81-83 rue de Charlieu (ier s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C.) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2580

Haut de page

Auteurs

Sylvie Bocquet

INRAP Rhône-Alpes, 12 rue Louis Maggiorini, 69500 Bron, UMR 5138

Karine Giry

INRAP Rhône-Alpes, 12 rue Louis Maggiorini, 69500 Bron, UMR 5138

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page