Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rémy Arthuis et Martial Monteil (dir.) - Archéologie de la Basse-Loire

Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 194 p. (Collection Archéologie et Culture)
Jean-Baptiste Rigot
Référence(s) :

Rémy Arthuis et Martial Monteil (dir.) - Archéologie de la Basse-Loire, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 194 p. (Collection Archéologie et Culture)

Texte intégral

1Publié sous la direction de Rémy Arthuis, géomorphologue à l’Inrap et de Martial Monteil, Archéologue à l’université de Nantes, cet ouvrage présente les résultats des recherches menées sur la Loire aval entre 2005 et 2008. Ces recherches sont le fruit d’opérations d’archéologie préventive, de fouilles programmées et dans le cadre du PCR “ Des Ponts-de-Cé à l’estuaire : interactions Homme/milieux de la Loire et de ses affluents ” coordonné par A. de Saulce. Elles sont également héritières de travaux menés plus ou moins informellement depuis 2003. Publiées partiellement en 2007 (de Saulce et al. 2007), une partie des conclusions a pu être complétée et s’offre aujourd’hui à la lecture. Comme il est précisé en introduction, il s’agit d’une recherche en cours ; d’autres travaux devraient produire des résultats dans les années à venir.

2L’ouvrage présenté est agréable à lire, richement illustré (en couleur) et d’une grande rigueur scientifique. La démarche méthodologique est pluridisciplinaire, croisant les approches historique, archéologique et géoarchéologique. Elle s’inscrit dans la continuité de travaux menés depuis une trentaine d’années sur les cours d’eau. Sans être exhaustifs, on peut citer les travaux menés dans l’ouest de la France, en particulier ceux du PCR “ Géoarchéologie de la Loire Moyenne et de ses marges ”, (Carcaud et Garcin 2001), ceux réalisés dans la rivière Cher (Serna 2013) ou bien encore dans le fleuve Charente (Dumont et Mariotti 2013).

3Le texte se divise en cinq parties correspondant chacune à une enquête sur un thème précis. La première traite de la paléogéographie du site de Nantes, à travers une étude géoarchéologique très fouillée de la plaine alluviale de la Loire depuis la fin du dernier glaciaire. Les trois parties suivantes concernent des travaux menés dans le secteur de Saint-Florent-Le-Vieil : une étude sur des vestiges de moulin du Haut Moyen Âge, une étude de pêcheries dans le lit de la Loire et un travail d’archive sur les rapports entre l’abbaye de Saint-Florent-Le-Vieil et les cours d’eau. Enfin, l’ouvrage s’achève sur l’étude approfondie d’un canal parallèle à la Loire, creusé dans la plaine alluviale sur plusieurs kilomètres, entre Ingrandes et Ancenis.

Géoarchéologie de la plaine de Nantes

Par Rémy Arthuis (Inrap) et Jean-François Nauleau (Inrap), avec la collaboration de Evelyne Goubert (Université de Bretagne Sud), Delphine Barbier (Inrap), Vivien Beaudouin (BRGM)

4Les résultats proposés par Rémy Arthuis et son équipe sur le site de Nantes sont nouveaux et complètent des études du même type déjà réalisées sur le cours de la Loire plus en amont (en particulier, pour la Loire moyenne, Carcaud et Garcin ibid. ; Castanet 2008). Les modifications de la plaine alluviale de la Loire à Nantes depuis le Tardiglaciaire montrent des spécificités inconnues en Loire Moyenne, liées à la proximité de l’océan. C’est le cas par exemple de la grande variation du niveau de base du cours d’eau. Ainsi, l’étude de nombreux carottages issus de la banque de données du sous-sol du BRGM, montre qu’au Tardiglaciaire, le fleuve coule à 30 m de profondeur par rapport au niveau actuel. Le comblement du chenal s’amorce ensuite dès la fin du Tardiglaciaire, en lien avec la remontée du niveau marin. Autre originalité, la nature du sédiment. Ainsi, bien que le comblement soit à dominante sableuse, on observe une phase de dépôt argileux d’origine fluvio-estuarienne entre 7500 et 4000 BP. Ce sédiment témoigne de la remontée rapide du niveau marin au cours de l’Optimum Climatique Holocène. Sans aller plus loin dans la présentation de l’édification de la plaine alluviale de la Loire à Nantes à l’Holocène, dont on laisse le plaisir de la découverte aux futurs lecteurs, il faut signaler un résultat particulièrement intéressant concernant le Moyen Âge et les rapports des riverains avec le fleuve. En effet, après un retour probable de la dynamique fluviale au début de la période, on observe une tendance à l’assèchement de certains secteurs de la plaine alluviale. Le fleuve serait alors fortement contraint par les aménagements développés au sein du lit majeur en vue d’accroître les surfaces agricoles et de protéger les riverains (digues, drainage). Cette observation pourrait rajeunir la chronologie habituelle de l’édification des digues de protection contre les crues (les levées de l’époque moderne).

Secteur de Saint-Florent-Le-Vieil

Étude de vestiges de meunerie du Haut Moyen Âge

Par Yann Viau (Inrap) avec la collaboration de Véronique Guitton (Inrap)

5Depuis le milieu des années 1990, des découvertes fortuites étaient régulièrement faites dans ce secteur de la plaine alluviale de la Loire, à la confluence de l’Evre. Une association est née et une collaboration avec le PCR dirigé par A. de Saulce a officialisé la recherche dans la zone. Entre 2006 et 2008, trois campagnes de fouilles ont permis de remonter une masse importante de mobilier archéologique, en particulier un grand nombre de pièces de bois et d’éléments de moulins (250).

6Ce chapitre est une présentation exhaustive de ces éléments de moulin. Plusieurs dates 14C des bois renvoient l’utilisation des moulins à une période comprise entre le viie et le viiie s. Chaque élément est photographié et dessiné, puis décrit avec grand soin et enfin replacé dans son contexte d’utilisation. Des restitutions sont proposées, en particulier une jante de roue avec position des étrésillons et une aube. L’ensemble constitue un bel inventaire qui enrichit significativement un domaine encore assez mal connu en France. Un des intérêts de ce site est l’abondance des bois et leur très bonne conservation.

Étude des pêcheries dans le fleuve à la hauteur de Saint-Florent-Le-Vieil

Par Denis Fillon (Inrap)

7Entre l’île de Chalonne et la commune de Varades, de nombreux vestiges d’aménagements dans le fleuve ont été mis au jour depuis les années 1990. C’est l’enfoncement du lit, suite aux importantes ponctions de sable entre 1960 et 1990, qui a rendu possible ces observations.

8Ce chapitre s’attache à présenter les nombreux vestiges de pêcheries. Là aussi, l’étude est très précise, un travail de topographie a permis de relever l’ensemble des structures qui sont replacées dans leur contexte environnemental. À l’aide de ces données, des reconstitutions sont proposées. Par exemple, celle du système de pêcherie du “ gué au moine ”, qui présente une succession de nasses ouvertes vers l’aval et l’amont, permettant de piéger des poissons d’avalaison et de montaison. Ce système est attribuable aux sociétés médiévales (entre 926 et 1236 de n. è.) mais des datations supplémentaires devront être faites car ce type de structure nécessite un entretien important qui fait souvent disparaitre les bois anciens.

9D’autres vestiges sont présentés (en particulier des structures liées à la navigation) et un complément d’étude de deux pêcheries déjà étudiées dans les années 1990 est réalisé. La seconde structure est particulièrement impressionnante, avec ses 1 280 pieux et son empierrement. Il s’agit d’une sorte de duis marqué par deux “ passes ” permettant de guider les bateaux et de piéger les poissons.

10Finalement, les structures étudiées constituent un bel exemple des différents modes d’exploitation du fleuve et confirment s’il en était besoin, leur densité et leur enchevêtrement dans le lit du fleuve au Moyen Âge. Des travaux restent à faire pour mieux comprendre l’organisation et l’usage des ces différents aménagements, mais les nombreux relevés “ de sauvetage ” effectués offrent la possibilité de reprendre sereinement leur analyse.

Les cours d’eau et l’abbaye de Saint-Florent-Le-Vieil au Moyen Âge

Par Emmanuelle Miejac

11Dernier chapitre consacré à la commune de Saint-Florent-Le-Vieil, cette étude s’intéresse aux rapports de l’Abbaye avec les cours d’eau. C’est à la suite des différentes découvertes réalisées précédemment et en particulier les vestiges de moulins, qu’une étude documentaire a été menée. Il s’est agi de mieux comprendre la mise en place et la gestion de ces ouvrages hydrauliques, dont on pressent qu’ils sont associés à l’abbaye.

12L’étude a le mérite d’éclaircir une partie de l’histoire de la fondation de l’abbaye tout en montrant comment son territoire est organisé et administré. Une des particularités de cette abbaye était notamment d’être indépendante de l’administration ecclésiastique locale et même nationale. En effet, elle bénéficiait de “ l’exemption active ”, ce qui signifie qu’elle relevait directement du Saint-Siège. On imagine ce que cette situation pouvait avoir comme incidence sur la gestion du territoire, tant en terme juridique qu’économique. Le sacristain de Saint-Florent-Le-Vieil pouvait, dans certains cas, exercer une juridiction quasi épiscopale.

13En fin de compte, le dépouillement des cartulaires de l’abbaye montre combien la possession des droits sur les cours d’eau et l’exploitation des milieux fluviaux étaient importantes pour l’abbaye. Malheureusement, les documents consultés ne sont pas antérieurs au xe s. et restent souvent imprécis quant au rapport entre les ouvrages étudiés par les archéologues et l’abbaye. Il serait donc souhaitable que ce point soit éclairci dans des études postérieures.

La navigation fluviale : une histoire de canal ?

Par Rémy Arthuis, Emmanuelle Miejac et Jean-François Noleau (Inrap)

14L’ouvrage s’achève sur les résultats de l’étude d’un talweg parallèle à la Loire appelé la “ Boire Torse ”. Situé entre Ancenis et Ingrandes, en rive droite de la vallée de la Loire, il s’agit d’un chenal d’une quinzaine de kilomètres et large de 20 à 30 m. L’étude en a été menée en 2006-2007 à travers l’analyse de 244 sondages à la pelle mécanique et un sondage palynologique. La démarche méthodologique repose sur le croisement des données historiques et géomorphologiques. Il s’agit là encore d’un travail de qualité porté par une grande rigueur scientifique.

15Les résultats obtenus portent en particulier sur la restitution des trajectoires paysagères à l’Holocène, dans la vallée de la Loire. La “ Boire Torse ” se trouve dans la plaine alluviale, au pied du coteau, séparée du chenal actuel par une bande de terre. Une partie de cet atterrissement, la “ Grande Prée de Varades ”, a été étudiée en détail. On constate en particulier que sa mise en place remonte au Néolithique moyen, ce qui date également la fixation du chenal actuel de la Loire. Ces résultats montrent un décalage chronologique très net avec ce qui s’observe plus en amont. En effet, dans le val d’Authion, N. Carcaud (2004) a montré que la plaine alluviale se fixe en l’état au début de l’Holocène, après une phase de tressage. C’est la proximité de l’océan qui explique cette différence de temporalité en Loire aval. En parallèle, l’étude de la “ Boire Torse ” apporte une surprise de taille puisque les auteurs, sans à priori au départ, constatent qu’il s’agit d’un canal artificiel édifié entre leixe et le xiiie s. L’interprétation de ce canal reste encore ouverte: les auteurs supposent qu’il s’agit d’un ouvrage de navigation permettant de desservir des villages éloignés du chenal principal par un terrain marécageux impraticable. Si cette interprétation est séduisante, elle pose malgré tout question dans la mesure où l’on peut supposer que les bateliers déchargeaient plutôt leurs marchandises dans quelques lieux stratégiques en bord de Loire. La question du drainage est peu évoquée. Il nous semble pourtant qu’il y a là un sujet d’importance. Les auteurs concluent en mettant en évidence, à l’aide de la carte de Cassini, l’existence de ce type de cours d’eau (aménagé ?) en pied de coteau jusqu’aux Pont-de-Cé. Ils y voient la confirmation possible de l’établissement d’un réseau de canaux parallèles à la Loire et permettant le canotage et le transport fluvial dans des conditions de plus grande sécurité. Ces observations ne manquent pas de pertinence et mériteraient probablement une étude approfondie sur plusieurs secteurs du fleuve.

16Pour finir, on a là un bel ouvrage de synthèse sur les travaux d’archéologie fluviale menés récemment en Loire aval. Il s’agit d’une riche contribution à la connaissance de l’histoire et des usages de la Loire. Enfin, il est important de signaler que ce travail a été réalisé essentiellement par nos camarades de l’Inrap, dont on sait combien le temps de recherche est compté.

Haut de page

Bibliographie

Carcaud 2004

Carcaud N. - D’espace et de temps : un itinéraire de recherche et d'enseignement sur les anthroposystèmes fluviaux, mémoire d’HDR, Université d'Angers, 2 vol., 219 p. et 216 p.

Carcaud et Garcin 2001

Carcaud N. et Garcin M. - Géoarchéologie de la Loire moyenne et de ses marges, Synthèse des résultats du PCR 1996-1999, Service Régional de l’Archéologie Centre, Orléans, 125 p.

Castanet 2008

Castanet C. - La Loire en val d’Orléans : dynamiques fluviales et socio-environnementales durant les derniers 30 000 ans : de l’hydrosystème à l’anthroposystème, Thèse, sous la direction de J. Burnouf, Université Paris 1.

de Saulce, Serna et Gallicé 2007

de Saulce A., Serna V. et Gallicé A. - Archéologies en Loire. Actualité de la recherche dans les régions Centre et Pays-de-la-Loire, Estuarium, Cordemais (Collection Fleuve et archéologie).

Dumont et Mariotti 2013

Dumont A. et Mariotti J.-F. - Archéologie et histoire du fleuve Charente, Éditions universitaires de Dijon, 316 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Rigot, « Rémy Arthuis et Martial Monteil (dir.) - Archéologie de la Basse-Loire », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2605

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Rigot

Université de Tours, CITERES-LAT

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page