Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frédérique Blaizot - Les espaces funéraires de l’habitat groupé des Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) du viie au ixe s.

Thanat’Os, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine/Ausonius, Pessac, 2017, 573 p.
Matthieu Gaultier
Référence(s) :

Frédérique Blaizot - Les espaces funéraires de l’habitat groupé des Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) du viie au ixe s., Thanat’Os, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine/Ausonius, Pessac, 2017, 573 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication de la thèse de l’auteure soutenue en 2011 à Bordeaux et on peut se féliciter de la rapide mise à disposition à la communauté scientifique de cet imposant travail de recherche qui porte sur les espaces funéraires de l’habitat du haut Moyen Âge des Ruelles à Serris (77).

2Il s’agit donc d’une publication monographique mais c’est celle d’un site exceptionnel par l’ampleur des fouilles dont il a bénéficié entre 1989 et 1997 sur plus de 16 ha et par l’ampleur du corpus funéraire qu’il a livré : 765 sépultures en position primaire (682 dans l’ensemble funéraire groupé et 83 dispersées dans les différents noyaux d’habitat) auxquelles viennent s’ajouter 300 individus identifiés au sein du corpus des ossements en position secondaire. L’auteure a également intégré à son analyse 17 sépultures découvertes à moins d’1 km sur le site du Pré Chêne à Jossigny. En effet, cette étude, placée “ à l’interface entre l’anthropologie et l’archéologie ” selon les termes employés par Frédérique Blaizot, s’inscrit dans une analyse plus globale portée par François Gentili dans le cadre de sa thèse sur les “ Agglomérations rurales et terroirs du haut Moyen Âge en Île-de-France (vi-xiie s.) ” dont le site des Ruelles constitue le pivot.

3L’ouvrage est divisé en six chapitres. Les trois premiers et plus volumineux sont consacrés à l’analyse systématique des différents dispositifs de dépôt dans les fosses de l’ensemble funéraire groupé. Dans le quatrième, ces différents types sont replacés dans un phasage de l’ensemble funéraire aboutissant à une mise en perspective typochronologique. Ce référentiel est ensuite employé dans le cinquième chapitre pour l’analyse des sépultures découvertes au sein ou en marge des différents noyaux d’habitat autour de l’ensemble funéraire principal. Le sixième et dernier chapitre est consacré à l’étude du recrutement, de la dynamique spatiale, des pratiques funéraires au sein des espaces sépulcraux de Serris puis à l’intégration de ces données dans un modèle archéologique et historique à même de nourrir la réflexion sur les relations des sociétés rurales du haut Moyen Âge à la mort et à leurs morts.

4Plusieurs points forts se dégagent de cet ouvrage.

5Le premier, et non des moindres, est la démonstration faite par Frédérique Blaizot de la possibilité qui reste offerte aux archéologues de revenir sur des données parfois anciennes avec grand profit. En effet, bien que 21 ans séparent l’achèvement de sa thèse de celui de la première opération de fouille sur Serris et bien que la collection ostéologique ne soit pas accessible à l’heure actuelle, les données recueillies lors des quatre opérations menées en 1989 et 1997 ont pu être réexploitées. Cela n’a été rendu possible que par la mise en œuvre dès les phases de terrain d’un enregistrement détaillé, systématique et aussi descriptif que possible des informations livrées par la fouille des sépultures. On peut espérer que les collections ostéologiques seront de nouveau accessibles dans un futur proche afin de compléter et affiner les interprétations proposées.

6Autre intérêt de cet ouvrage, l’auteure ne se contente pas de nous livrer une étude connexe aux questionnements sur l’évolution de l’organisation sociale et culturelle des communautés rurales de la fin du haut Moyen Âge. Les apports spécifiques de l’archéo-anthropologie sont ici mobilisés pour participer à ces interrogations par l’élaboration d’un modèle spécifique au village de Serris. Ainsi, entre le viie et le xie siècle l’étude de l’évolution de l’organisation funéraire montre le passage progressif d’un modèle polynucléaire à une organisation centrée autour du pôle religieux alors que les tombes dispersées dans l’habitat tendent à disparaître ce qui conduit Frédérique Blaizot à situer l’émergence du cimetière aux Ruelles vers le ixe siècle. D’autre part, si l’identification des élites semble relativement aisée dans les premiers temps funéraires grâce à certains indices matériels concordants (port d’accessoires vestimentaires richement ouvragés, pratiques funéraires particulières, emplacement des tombes), elle se complexifie par la suite puisque ces éléments de distinction disparaissent après le viiie siècle. L’expression du pouvoir passerait alors par d’autres modalités : dons à l’Église ou à des communautés religieuses, modalités d’aménagement de l’habitat (tour, double fossé). Enfin l’identification de groupes de tombes partageant des modes d’expression funéraire traduit sans doute la réalité de groupes sociaux sans que l’on puisse toujours en expliquer l’origine ou la raison. Ainsi, l’apparition de la tombe en fosse anthropomorphe au ixe siècle accompagne le recentrage des inhumations autour du pôle religieux qui se structure selon une division est/ouest. L’appropriation de cette nouvelle architecture funéraire est caractéristique de la partie orientale du cimetière tandis que le groupe occidental privilégie le maintien de pratiques héritées des siècles précédents.

  • 1 Clichés des tombes, face d’apparition, orientation et cotes de profondeurs des os.
  • 2 Deux catalogues et un fichier d'annexes au format pdf en accès libre à partir de la fiche de l’ouvr (...)

7Pour conclure, un apport essentiel de cet ouvrage réside, à mon sens, dans la publication d’une typochronologie des sépultures entre le viie et le xie siècle à Serris qui peut servir de base pour le développement des recherches dans ce domaine sur l’ensemble de l’Île de France au haut Moyen Âge. La classification des tombes proposée par Frédérique Blaizot repose sur une distinction primordiale entre des tombes dites “ en fosses ” et celles pour lesquelles le corps est déposé dans un contenant en bois. L’élément essentiel distinguant le premier type du second réside dans l’absence de parois construites autour du défunt déposé à même le sol ou sur un support en bois dans un surcreusement aménagé au fond de la fosse. Les banquettes ainsi constituées autour du corps servent d’assise pour sa couverture. La classification typologique proposée s’appuie sur les relevés de profils des fosses et sur des observations de placements et déplacements ostéologiques récurrents au sein des tombes : “ effets de plaque ”, raccourcissement ou élongation de parties corporelles par rapport au vivant, glissements... L’auteure en livre une analyse synthétique et systématique qui fait sens. Elle nous rappelle également que, si une part de subjectivité pèse sur les interprétations des anomalies taphonomiques, l’accès aux données brutes1 sous la forme de catalogues et d’annexes disponibles sur le site des éditions Ausonius2 permet, dans une certaine mesure, d’y remédier.

8Dans sa conclusion, Frédérique Blaizot souligne un paradoxe : alors que les méthodes de l’anthropologie de terrain sont mises en œuvre depuis de nombreuses années en France sur les fouilles archéologiques préventives et programmées, on n’en dispose pas dans de nombreuses régions d’une typochronologie raisonnée des sépultures des périodes historiques. Ce constat pourrait d’ailleurs sans doute être étendu aux périodes antérieures... Cet ouvrage y remédie en apportant un premier éclairage sur ces questions pour le haut Moyen Âge francilien. À court terme, d’autres initiatives ont pour but de poursuivre l’exploration de ce champ de la recherche. On peut mentionner, entre autres, l’habilitation à diriger des recherches de Frédérique Blaizot portant sur la région Rhône-Alpes entre le iie et le xe siècle et l’organisation d’un colloque en 20193 à Tours, sur les avancées récentes de la connaissance des typochronologies funéraires en France. Espérons qu’elles ne seront pas sans lendemains.

Haut de page

Notes

1 Clichés des tombes, face d’apparition, orientation et cotes de profondeurs des os.

2 Deux catalogues et un fichier d'annexes au format pdf en accès libre à partir de la fiche de l’ouvrage dans le catalogue des éditions Ausonius : http://ausoniuseditions.u-bordeaux3.fr/collections?auteur=Fr%C3%A9d%C3%A9rique+Blaizot

3 https://www.gaaf-asso.fr/rencontres/typochronologies-tombes-prehistoire-protohistoire-antiquite-medieval-moderne-contemporain-france/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Gaultier, « Frédérique Blaizot - Les espaces funéraires de l’habitat groupé des Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) du viie au ixe s. », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2609

Haut de page

Auteur

Matthieu Gaultier

Service de l’Archéologie du Département d’Indre-et-Loire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page