Navigation – Plan du site
Carte localisation

Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire)

Sequential organization and new archaeologic data from the “Limons des plateaux” formation, in the north of Tours (Indre-et-Loire)
Philippe Gardère et Nasser Djemmali

Résumés

La formation des Limons des plateaux, au nord de Tours, consiste en un ensemble de dépôts lœssiques mis en place au cours du Weichselien moyen. Les récentes opérations d’archéologie préventive ont permis la découverte sur quatre sites d’industries lithiques du Moustérien ainsi que l’obtention de datations absolues. À partir d’une coupe de référence, une séquence-type est proposée. Elle met en lumière l’existence de deux sous-unités, qui se distinguent notamment par les mécanismes pédologiques les ayant affectées, durant et postérieurement à leur mise en place. Le récolement des données sur 176 points d’observation, issus de la BSS du BRGM et des études de l’Inrap, permet de proposer un premier modèle numérique de la variation de l’épaisseur des Limons des plateaux entre Choisille et Bédoire.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a bénéficié du soutien de l’ARC “Chronostratigraphie du Pléistocène en région Centre” (dir. M. Liard, C. Coussot et Ph. Gardère) qui a permis de mobiliser le nombre de jours nécessaires (10 au total) au dépouillement des données, ainsi qu’à la formation aux logiciels (analyse statistique et traitement SIG). Nos remerciements vont aux rapporteurs du Comité de Lecture de la RACF, pour leurs remarques constructives.

Caractéristiques sédimentaires et chronostratigraphie des Limons des plateaux

Contexte général

1La formation des Limons des plateaux affleure fréquemment sur la rive droite de la Loire, sur le plateau dominant le fleuve, au nord immédiat de la ville de Tours (Fig. 1). De nature essentiellement lœssique, l’ensemble se présente sous la forme de dépôts argilo-sableux, faiblement éolisés, dans lesquels domine la fraction inférieure à 50 microns (Yvard 1968).

Fig. 1 - Contexte géologique des environs de la ville de Tours.

Fig. 1 - Contexte géologique des environs de la ville de Tours.

Philippe Gardère, Inrap

2Leur mise en place est datée du Pléistocène au sens large, les données chronologiques restant souvent imprécises. L’âge “Wurmien tardif” attribué à des dépôts comparables, associés à des sables soufflés dans le sud de la Touraine (secteur de Loches : Marquet 1976), ne peut être retenu pour les termes plus septentrionaux. En effet, ces derniers livrent une industrie lithique relevant du Paléolithique moyen et de récentes datations (>41000 cal BP) plaident en faveur de l’existence d’au moins un épisode de formation au cours de l’Interpléniglaciaire (“Würm moyen”).

3À leur base, ces limons sont souvent soulignés par une semelle caillouteuse essentiellement constituée de meulière et de silex concassés, emballés dans une matrice sableuse et très argileuse. Ce niveau basal est hérité des formations géologiques antérieures plus ou moins démantelées et résidualisées. Sur le plateau nord de Tours, il s’agit tout particulièrement de matériaux issus des épandages détritiques du Mio-Pliocène (Rasplus et al. 1974 : m3-p) et parfois des altérites du calcaire lacustre de Touraine (Rasplus et al. 1974 : e7b-g1). La transition entre de tels niveaux argileux et la base véritable des Limons des plateaux s’opère très progressivement, rendant souvent impossible la distinction d’une limite inférieure nette. L’assise des Limons est donc réputée comme s’amorçant généralement sur des passées graveleuses. La série est ensuite constituée de dépôts argilo-limoneux. Les clastes calcaires et siliceux sont souvent disséminés et ne s’organisent que rarement en niveaux subcontinus. Il en est de même des sables qui s’avèrent dispersés de façon homogène et ne se rencontrent pas concentrés dans des niveaux bien individualisés. Grâce à la multiplication des coupes et des sondages, à l’occasion d’opérations d’archéologie préventive, une organisation interne est mise en lumière. Sur les séries les mieux conservées, deux sous-unités se distinguent. La séquence basale montre des dépôts particulièrement argileux, aux couleurs assez vives. La séquence supérieure est parée de teintes plus ternes et les glosses y sont plus resserrées. Le passage d’une séquence à l’autre s’incarne sous la forme d’un niveau assombri par une grande quantité de nodules d’oxydes ferromanganiques.

4Les phénomènes pédologiques habituellement rencontrés sur de telles séries lœssiques sont fréquents. Ils affectent aussi bien les dépôts profonds des Limons que leur partie supérieure, actuellement exposée à l’altération et à la dégradation. Dans le cadre de la présente étude, l’accent est mis sur les mécanismes anciens, affectant les Limons dans leur masse plutôt qu’au niveau de leur partie la plus superficielle.

Coupe de référence (clinique de l’Alliance – Saint-Cyr-sur-Loire, 37)

Séquence sédimentaire

5La séquence mise au jour à l’occasion du diagnostic archéologique de la clinique de l’Alliance à Saint-Cyr-sur-Loire revêt tous les attributs compatibles avec son élévation au titre de coupe de référence (Cherdo et al. 2016b). Les dépôts se situent sur la bordure d’un plateau qui surplombe la vallée de la Petite Gironde, ruisseau affluent de la Choisille. La série la plus dilatée et présentant un maximum de faciès sédimentaires distincts se trouve à hauteur du log G15 (Fig. 2). L’assise des dépôts est formée par l’altération du calcaire sous-jacent, mêlée à des lambeaux détritiques de Mio-Pliocène (m3-p). Il s’agit d’une grave siliceuse concassée emballée dans une matrice argileuse à sable grossier de couleur orange. Le dépôt est parsemé d’auréoles argileuses blanchâtres témoignant de la proximité du sommet du calcaire lacustre.

Fig. 2 - Séquence des Limons des plateaux à Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).

Fig. 2 - Séquence des Limons des plateaux à Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).

D’après Gardère in Cherdo et al. 2016b)

6La séquence basale des Limons des plateaux se développe sur 113 cm d’épaisseur. Les dépôts se caractérisent par une charge assez importante en sables grossiers, avec :

70 – 66 cm : Argile limoneuse orange à sables grossiers à très grossiers, parcourue de petites glosses grises typiques des fragipans et différant des structures habituellement interprétées comme étant des fentes de gel. Présence dans la partie sommitale (à 58 cm) d’un niveau subhorizontal et discontinu de blocaille de silex, dont la taille varie entre 1 cm et 8 cm. Aux alentours du log relevé, certains blocs dépassent les 20 cm.

866 – 85 cm : Sédiment à texture comparable, dans lequel l’expression de l’oxydation des argiles est plus poussée. Les auréoles d’altération prennent des teintes globalement plus foncées et plus rouges.

985 – 97 cm : Matériau argileux, fortement décoloré et contenant de fréquents nodules d’oxydes noirs.

1097 – 113 cm : Niveau le plus décoloré, et donc le plus clair, de la séquence. Texture limoneuse, structure à tendance grumeleuse. Inclusions de fragments limoneux ou plus argileux, sous forme de boulettes et de papules. Nodules d’oxydes noirs fréquents.

11La séquence supérieure des Limons des plateaux atteint une épaisseur de 83 cm. Les dépôts se caractérisent par une diminution sensible de leur charge en sables grossiers, l’allure générale est également celle d’un fragipan, avec :

12113 – 128 cm : Argile limoneuse (enrichissement relatif en fines par rapport au niveau sous-jacent). La couleur devient plus brune, les nodules d’oxydes noirs sont également fréquents.

13128 – 152 cm : Argile limoneuse brun-orange à glosses grisâtres. Gros nodules d’oxydes de Fe-Mn dispersés.

14152 – 177 cm : Sédiment aux caractéristiques comparables à celle du niveau précédent, se démarquant par une faible quantité de nodules de Fe-Mn de petites dimensions.

15177 – 196 cm : Horizon lessivé, marqué par une texture plus limoneuse et des teintes plus brunes et grises, due à la proximité immédiate de l’horizon supérieur du sol actuel (labour, ressuyage, transfert de matière organique).

16La terre végétale actuelle scelle les dépôts, son épaisseur est de 26 cm ; la coupe relevée ici atteint donc une hauteur totale de 222 cm.

Horizons pédologiques et limites de séquences

17Sur la série décrite, la séquence de limons la plus ancienne présente l’ensemble des caractéristiques attendues lors de l’altération d’un dépôt argilo-limoneux, de type luvisol dégradé à tendance planosolique (Baize 2008). Ce type de sol se marque notamment par une décoloration des sédiments dans sa partie supérieure et la formation de glosses, conséquences de la dégradation chimique des argiles. Suivant ce modèle, chacun des faciès correspond à un horizon pédologique précis : 0 – 66 cm = BTg ; 66 – 85 = BTgd ; 85 – 97 cm = Eg ; 97 – 113 cm : Eg montrant des affinités avec un horizon E en formation (Fig. 2). La disparition de l’horizon de surface en rapport avec les limons les plus anciens (horizon Ae) indique un hiatus érosif à l’interface.

18Le faciès qui vient ensuite (113 – 128 cm), montrant un regain de la fraction argileuse non dégradée et une coloration à nouveau dans le spectre de l’orange, se rapporte donc à la base de la séquence plus récente. Les dépôts qui constituent l’essentiel de celle-ci (113-177 cm) présentent un type d’altération qui, quoique moins poussée, est comparable à celle de l’horizon BTg de la séquence basale. Les sédiments appartiennent donc également à un luvisol dégradé, mieux conservé que le précédent, ce qui s’explique par l’âge plus récent de leur mise en place. L’horizon suivant (177-196 cm) incarne un horizon lessivé du type Eg ou E, toujours en fonctionnement, avec des échanges perpétuels avec la surface du sol actuel.

19La formation des nodules d’oxydes ferromanganiques de part et d’autre de la limite entre les deux séquences n’est pas intégralement contemporaine de la mise en place du premier ensemble. Le phénomène est probablement enclenché par la situation de la tranche sédimentaire, à un moment de son histoire, dans la zone de battement de la nappe phréatique. L’alternance de conditions réductrices et oxydantes est en effet connue pour être favorable à la formation de nodules Fe-Mn (McKenzie 1989). La genèse des oxydes est donc postérieure à la mise en place d’une partie importante des limons et ne peut être considérée comme un jalon chronologique fiable. En revanche, la localisation des nodules à l’interface des séquences trouve son explication dans les différences de porosité texturale entre les deux unités, induisant des comportements différents des eaux interstitielles en milieu phréatique.

Organisation à l’échelle du plateau nord de Tours

20Le découpage séquentiel caractérisé à la clinique de l’Alliance se retrouve de façon récurrente sur le plateau nord. Les dépôts y sont diversement préservés et tous les cas de figure intermédiaires entre une séquence complète et des dépôts intégralement altérés ou remaniés – parfois dès la fin du Pléistocène ou le début de l’Holocène – se rencontrent. Le site du 31-33 rue du Colombier à Tours (Cherdo et al2016a) est un exemple de séquence érodée (Fig. 3). L’existence de deux sous-unités distinctes se vérifie régulièrement, corrélée avec l’existence d’un important front de dégradation pédologique médian, de type luvisol dégradé à tendance planosolique, comme sur le site du 113 rue de la Chevalerie (Poitevin et al2015 b ; Fig. 4), à Tours. Sur le diagnostic des Hauts de Sainte Radegonde (Poitevin et al2015 a), c’est la séquence supérieure qui offre un découpage détaillé en différents horizons pédologiques (Fig. 5). En l’absence de données archéologiques, cette coupe présente cependant un intérêt moindre que celles de la clinique de l’Alliance et du 113 rue de la Chevalerie.

Fig. 3 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ 31-33 Rue du Colombier ” (37), montrant une série érodée et recouverte par d’épaisses colluvions limoneuses.

Fig. 3 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ 31-33 Rue du Colombier ” (37), montrant une série érodée et recouverte par d’épaisses colluvions limoneuses.

D’après Gardère in Cherdo et al. 2016a

Fig. 4 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ 113 Rue de la Chevalerie ” (37).

Fig. 4 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ 113 Rue de la Chevalerie ” (37).

D’après Gardère in Poitevin et al. 2015b

Fig. 5 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ Les Hauts de Sainte-Radegonde ” (37).

Fig. 5 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ Les Hauts de Sainte-Radegonde ” (37).

D’après Gardère in Poitevin et al. 2015a

21Sur le versant de la vallée de la Loire, des dépôts exclusivement colluviaux sont recensés. C’est le cas du diagnostic de la rue de l’Anguille (Cherdo et al. 2016c), où des vestiges lithiques pouvant être attribués au Paléolithique moyen présentent un excellent état de fraîcheur. Le mobilier est apparu dans un limon colluvial dont le profil pédologique, à la base de la séquence, indique cependant qu’il a été probablement remobilisé au cours du Weichselien supérieur (cf. infra ; Fig. 7).

22Les degrés de préservation et surtout les épaisseurs des Limons des plateaux diffèrent donc assez brusquement d’un point à l’autre de la zone d’étude. Cette variabilité rend difficile toute tentative empirique de prévision sur les opérations archéologiques en préparation. Outre les interrogations portant sur l’engagement des moyens – mécaniques et humains – que chaque intervention implique, la question du potentiel archéologique –tout particulièrement pour les vestiges du Paléolithique – reste la plus prégnante.

Contenu archéologique des Limons des plateaux et données chronologiques

23Des découvertes de surface sont mentionnées sur la carte archéologique, parmi lesquelles le mobilier lithique témoigne régulièrement d’une présence humaine au Paléolithique moyen. La mise au jour de vestiges bien caractérisés, dans un contexte sédimentaire précis au sein des Limons des plateaux reste un événement exceptionnel. Au cours de ces dix dernières années, quatre opérations menées par les équipes de l’Inrap de Tours ont permis des observations satisfaisantes. Dans tous les cas, le matériel lithique est daté du Paléolithique moyen, mais seul le site de la clinique de l’Alliance, à Saint-Cyr-sur-Loire permet une caractérisation efficiente.

Clinique de l’Alliance (Saint-Cyr-sur-Loire)

– Localisation du niveau archéologique

24L’opération réalisée à la clinique de l’Alliance à Saint-Cyr-sur-Loire (Cherdo et al2016b) a mis en évidence la présence d’une industrie lithique d’aspect homogène. L’ensemble découvert est constitué d’artefacts provenant de tranchées situées dans l’angle sud-oriental de l’emprise et semble se développer au sein d’un espace relativement vaste d’environ 4000-5 000 m2. Leur profondeur n’excède pas 1 m (hors remblais contemporains). Dès les premières découvertes de vestiges lithiques, une extension latérale de près de 70 m2 a été effectuée à l’extrémité sud de la tranchée 7, alors que le décapage de la tranchée 8 a donné lieu à la mise au jour d’une concentration d’artefacts (F.123) sur une surface maximale d’1,00 m2. Celle-ci a été fouillée manuellement et les pièces ont été prélevées et reportés dans les limites de ce carré (Fig. 6). Deux sondages profonds ont été ménagés dans son environnement immédiat dans le but de vérifier l’éventuelle présence d’un niveau sous-jacent et de documenter la stratigraphie dans laquelle il était inscrit. Au final, le mobilier des tranchées 7 et 8 se situe au sommet de la première séquence limoneuse, alors que la concentration lithique du F.123 semble se trouver dans la sous-unité supérieure.

Fig. 6 - Localisation et pièces caractéristiques du mobilier lithique issu du diagnostic Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).

Fig. 6 - Localisation et pièces caractéristiques du mobilier lithique issu du diagnostic Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).

Philippe Gardère, Inrap

25Le corpus mobilier dans son ensemble est constitué de 485 pièces lithiques, dont 197 artefacts cotés et 288 esquilles, localisés essentiellement dans deux tranchées, qui mobilisent la plus grande part de cette série – avec respectivement 117 et 352 pièces (ce qui correspond à 24 % et près de 72 % de la totalité des vestiges).

– Matières premières exploitées et état de conservation des artefacts lithiques

26Les 485 pièces lithiques qui composent la série sont presque toutes en silex sénonien local de couleur brune à grise dont de nombreux affleurements sont distingués le long des vallées de la Loire et de la Choisille. Des effectifs, peu nombreux (5 individus), ont même été taillés dans de la chaille provenant des mêmes gîtes locaux situés à quelques kilomètres de distance. La morphologie de certains nucléus indique un approvisionnement en blocs décimétriques relativement irréguliers avec un cortex crayeux peu épais, mais chargé en inclusions calcaires et en diaclases, dont un exemplaire brut de taille a été récupéré au cours de la réalisation de l’extension de la tranchée 7. Le choix de la matrice est variable, mais il est plus souvent défini sur des blocs que sur des galets ; ces derniers sont en silex brun ou gris à grain fin à très fin et portent un néocortex marqué. Des surfaces naturelles et/ou gélives affectent également l’aspect externe de ces artefacts, renforcé par la présence d’un petit lot de sept blocs gélifs non taillés. Quatre pièces débitées dans un silex exogène de couleur marron de provenance indéterminée viennent compléter cette série.

27Les composants de cet assemblage présentent, généralement, un excellent état de conservation avec des surfaces à l’aspect frais qui se distinguent par des arêtes peu altérées et des bords acérés (malgré la présence de quelques ébréchures). Les pièces qui portent un très mauvais état de conservation sont extrêmement rares (seules 3 pièces affichent des surfaces incontestablement érodées). Cependant, des variations sont identifiables entre les pièces provenant de la tranchée 8 et le restant des artefacts. Elles concernent la patine qui recouvre leurs surfaces dont l’aspect blanchâtre est assez distinctif et affecte la totalité des pièces provenant de la concentration fouillée. Cette patine est extrêmement discrète et majoritairement absente sur les éléments provenant des autres sondages.

28On notera, enfin, avec un intérêt attentif la quantité substantielle (5 %) des pièces brûlées associée à leur distribution marquante dans le groupe de la tranchée 7.

– Décompte général du matériel lithique

29L’identification techno-morphologique réalisée sur la totalité des pièces permet de dégager des éléments d’appréciation sur la composition technologique de cet ensemble. La propriété première se manifeste dans leurs caractéristiques technologiques assez homogènes et sensiblement cohérentes en dépit du fait qu’elles ne semblent pas appartenir à un niveau unique. En effet, l’amas F.123 qui provient de la tranchée 8 présente une provenance altimétrique distincte indiquant un ancrage stratigraphique dans la moitié supérieure de l’horizon argileux orange, alors que le reste des artefacts s’inscrit dans la moitié inférieure de ce même horizon.

30Un décompte comparatif a été effectué afin de mesurer le degré de proximité/différence entre ces deux sous-ensembles (Tr.7 et Tr.8) aux provenances stratigraphiques apparemment distinctes. Il en ressort qu’en dehors de la quantité élevée des petits éléments (imputable à la fouille manuelle et au tamisage des sédiments de F.123), les modalités aussi bien quantitatives, mais surtout qualitatives ne semblent pas discriminantes.

31La deuxième particularité de cet ensemble se traduit par la présence, dans la tranchée 8, d’une proportion élevée de petits éléments (inférieurs à 30 mm) alors que dans le même temps le groupe de la tranchée 7 comporte plus de 16 % de ces petits éléments malgré l’absence de fouille manuelle fine. Cela semble traduire une faible sensibilité aux processus post-dépositionnels caractéristique d’un degré limité de perturbations naturelles (solifluxion, cryoturbation, etc.).

32L’approche techno-économique permet de percevoir que l’ensemble est composé, pour l’essentiel, d’un matériel qui traduit la présence des deux séquences intermédiaires de la chaîne opératoire (mise en forme et production). Aucune activité anthropique permettant de déceler une phase d’acquisition n’a été identifiée sur le bloc révélé dans l’environnement des artefacts de la tranchée 7. Par ailleurs, aucun éclat de façonnage n’y a été caractérisé avec certitude.

33L’assemblage lithique indique l’utilisation d’une chaîne opératoire de débitage principale orientée vers l’obtention de produits Levallois (Tabl. 1). Les quatre nucléus de cette catégorie sont porteurs des critères discriminants que sont l’intersection d’une surface de débitage opposée à une surface d’aménagement des plans de frappe, la mise en place de convexités latérales et distales associées à des plans de frappe sur les surfaces de débitage et, enfin, le débitage d’enlèvements parallèles au plan d’intersection des deux surfaces (Boëda 1994).

Tabl. 1 - Décompte technologique de la série lithique du mobilier issu du diagnostic Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).

Tabl. 1 - Décompte technologique de la série lithique du mobilier issu du diagnostic Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).

34L’investissement technique consenti lors de la mise en forme des nucléus apparaît relativement modeste. De larges plages corticales recouvrent encore les surfaces d’aménagement, même si elles restent cantonnées à leurs zones centrales. De petits enlèvements rapprochés ont établi l’aménagement des plans de frappe aboutissant à des produits où les talons facettés, fréquemment convexes, sont majoritaires.

35Les convexités sur les surfaces de débitage sont obtenues par la mise en place d’enlèvements centripètes plutôt envahissants convergeant vers l’installation de procédés d’exploitation aussi bien linéaux que récurrents. Ces derniers ont été reconnus sur les négatifs de la majorité des nucléus ainsi que pour de nombreux éclats de plein débitage et d’aménagement.

36Les volumes des nucléus présentent des disparités significatives. Certains exemplaires sont porteurs de zones d’inclusions qui ont perturbé le débitage et ont assez rapidement entraîné l’arrêt de leur exploitation. Par ailleurs, deux spécimens de petites dimensions (60 mm×60 mm pour le premier et 45 mm×40 mm pour le second) montrent un degré d’exhaustion assez avancé.

37Les nucléus qui ne sont pas porteurs du concept Levallois sont soit des fragments de nucléus n’ayant pas conservé les caractéristiques d’un système déterminable, soit des nucléus indifférenciés caractérisés par l’absence d’une structuration du débitage. Ces derniers sont informes et peuvent présenter une seule surface productive sur laquelle se développe une conception opportuniste.

38L’approche techno-économique des phases de la chaîne opératoire permet de suggérer que l’assemblage traduit une production réalisée in situ après une phase d’acquisition vraisemblablement effectuée en dehors du site. Les proportions relatives des nucléus et des éclats de plein débitage sont logiquement peu élevées en comparaison des éclats de mise en forme et d’aménagement.

39L’analyse morphotechnique du débitage montre, quant à elle, qu'une certaine morphologie des produits plutôt allongée (entre 60 et 80 mm) et peu épaisse (avec une moyenne de 8-12 mm) semble avoir été recherchée. Les éclats Levallois sont, généralement, quadrangulaires relativement allongés, parfois triangulaires ou à extrémité pointue (Fig. 6). Cette hypothèse reste, néanmoins, relativement fragile en raison de la quantité assez restreinte de cet échantillon.

40Enfin, l’ensemble de ces artefacts témoigne de l’utilisation exclusive de la percussion directe au percuteur dur donnant des bulbes marqués associés à des talons lisses fortement majoritaires, même si on note la présence de cinq talons dièdres à facettés.

41L’outillage est peu abondant. Trois éléments portant des ébréchures ainsi que deux encoches sont douteux et n’ont pas été retenus dans ce décompte. Cependant, sept pièces ont été identifiées comme étant des outils. Il s’agit, essentiellement, de racloirs simples ainsi que l’extrémité distale d’un racloir double convergent (pointe moustérienne ?). La retouche des bords est, le plus souvent, écailleuse, marginale et rasante à semi-abrupte (Fig. 6). Elle présente une délinéation rectiligne ou convexe, rarement concave n’occupant que partiellement les bords aménagés. On peut noter, enfin, que le bord gauche du racloir convergent laisse apparaître le début d’une retouche demi-Quina que la fracture de la pièce n’a pas permis de caractériser dans sa totalité.

– Synthèse sur le mobilier de la clinique de l’Alliance

42Cet ensemble lithique définit un groupe homogène porteur de caractéristiques technologiques assimilables aux séries lithiques du Paléolithique moyen. L’homogénéité technologique se traduit par l’utilisation majoritaire d’un débitage d’éclats Levallois semblant privilégier un système de production linéal centripète et récurrent. Celle-ci ne doit, cependant, pas occulter une légère disparité dans la disposition spatio-stratigraphique entre les vestiges de la tranchée 8 et les artefacts révélés dans le reste des sondages positifs. Cette disparité semble manifester la présence de deux occupations du Paléolithique moyen qu’il n’a pas été donné de caractériser ; leur première étude n’ayant pas permis de déterminer d’aspects pertinents dans l’éventuelle discrimination entre ces deux groupes.

43Néanmoins, cet ensemble s’inscrit aisément dans la variabilité des industries du Paléolithique moyen régional sans fournir, dans le cadre présent, l’opportunité d’une attribution chrono-culturelle plus précise en raison de la faible représentativité de l’outillage. Les sites d’Angé “le Petit Jardin” (Locht et al. 2009), de Saint-Firmin-des-Près “ la Garenne ” (Lhomme et al. 1999) et au-delà les sites du Sénonais (Deloze et al. 1994), malgré certaines spécificités technologiques propres mais avec une large utilisation du concept Levallois de débitage, en représentent les exemples les plus proches.

Rue de la Chevalerie (Tours)

44Au 113 rue de la Chevalerie (Poitevin et al2015b), à une profondeur de l’ordre de 1,65 m, deux éclats de silex ont été découverts, également au sommet de la sous-unité inférieure des Limons. Les pièces se situaient à proximité d’une vraisemblable aire de combustion d’environ 1 m² (structure F. 100), aux contours mal délimités et perturbée par des phénomènes de cryoturbation. La nature anthropique de cette structure, suggérée par l’association de charbons et d’ocre, se trouve confortée par la présence, à ses abords immédiats, des deux silex taillés présentant un excellent état de fraîcheur.

45Le premier est un éclat simple, au talon lisse, alors que le second est un éclat brûlé au talon facetté large. Le facettage se prolonge sur le bord gauche de l’éclat. Cette préparation est cohérente, sans être exclusive, avec certaines caractéristiques des productions de type Levallois du Paléolithique moyen.

46Les quantités insuffisantes de charbon n’ont pas permis l’obtention d’une date AMS. Il a été décidé de procéder à une mesure sur graphite dont le résultat est un âge radiocarbone conventionnel situé aux alentours de 41550 cal BP. Cependant, le sédiment encaissant a été daté par OSL à 75 ± 6 ka (datation par Thamo-Bozso et al. in Poitevin et al. 2015b). En dépit de l’écart entre les deux datations, l’intervalle chronologique confirme une mise en place antérieure au dernier Pléniglaciaire.

Rue de l’Anguille (Tours)

47Un petit lot de vestiges lithiques a été découvert dans le cadre du diagnostic du 49-51 rue de l’Anguille à Tours (Cherdo et al2016c), sur une faible superficie de la tranchée 2 (Fig. 7). Il s’agit d’un nucléus et de deux éclats de mise en forme qui présentent un excellent état de fraîcheur témoin d’un faible remaniement post-dépositionnel. La matière première est un silex blond ou noir provenant des formations locales du Turonien inférieur.

Fig. 7 - Position du mobilier lithique sur le diagnostic du 49-51 rue de l’Anguille, Tours.

Fig. 7 - Position du mobilier lithique sur le diagnostic du 49-51 rue de l’Anguille, Tours.

D’après Gardère in Cherdo et al. 2016c

48Les caractéristiques technologiques de ce petit ensemble semblent être la recherche de produits laminaires peu réguliers et plutôt rectilignes détachés au moyen d’un percuteur de pierre dure.

49Le nucléus Iso 1 présente deux plans de frappe opposés permettant une production laminaire peu régulière bipolaire. Ses dimensions suggèrent un état proche de l’exhaustion : 64 mm de longueur pour une largeur de 37,1 mm et une épaisseur de 30,2 mm.

50Les quelques éléments qui constituent cet assemblage sont cohérents d’un point de vue technologique mais ne permettent pas de définir un cadre chrono-culturel précis. Au vu de la faible représentation du mobilier lithique au sein des Limons des plateaux, la caractérisation de ce corpus présente un intérêt, en dépit de l’incertitude qui règne quant au contexte chronostratigraphique En effet, des productions laminaires à la pierre sont attestées depuis le Paléolithique moyen, tandis que l’étude du profil pédologique propose pour la mise en place des dépôts un probable remaniement postérieur au Weichselien moyen.

Rue de la Pierre (Tours)

51Dans la partie centrale de la tranchée 1 du diagnostic de la rue de la Pierre, à Tours (Couderc et Gardère 2015), les limons ont été testés jusqu’à 1,40 m de profondeur où le substrat a été atteint. Deux éclats de datation indéterminée, ont été relevés à 0,90 m de profondeur. Un décapage fin de la zone n’a pas révélé d’autres vestiges, ni la présence d’un niveau d’occupation. Cependant, leur position dans la partie inférieure de limons pléistocènes partiellement remaniés semble suggérer leur appartenance à un ensemble du Paléolithique moyen.

Synthèse sur l’organisation interne et l’âge des Limons des plateaux

52L’étude sur le terrain de la formation des Limons des plateaux dans le nord de la Touraine permet de conclure que ces dépôts consistent en une succession de faciès sédimentaires à forte dominante argileuse. L’épaisseur globale varie fortement, elle semble corrélée aux irrégularités topographiques de ses assises géologiques (notamment le calcaire lacustre de Touraine) plutôt qu’à l’érosion des dépôts supérieurs.

53À la suite d’une semelle généralement graveleuse, deux sous-unités se distinguent sur les cortèges les mieux préservés. Chacune témoigne de la mise en place dans un contexte froid, sous l’influence conjointe de ruissellements et de mécanismes éoliens. La dégradation, lors de phases humides, de ces ensembles initialement lœssiques aboutit à la formation d’horizons pédologiques, caractéristiques de luvisols dégradés. La séquence basale, plus affectée, voit les termes de sa partie supérieure fortement décolorés par la transformation géochimique de ses constituants argileux (horizons BTgd et Eg). Trois des deux sites contenant des indices de présence humaine ancienne livrent du mobilier lithique dans des contextes chronostratigraphiques identiques : dans la partie supérieure de la sous-unité la plus ancienne, au sein des horizons pédologiques les plus dégradés. Alors que les Limons des plateaux semblent se développer plutôt vers la fin du Pléistocène au sud de la région (secteur de Loches), l’attribution chrono-culturelle du mobilier et les datations absolues indiquent une mise en place dans le courant de la première moitié du Weichselien moyen sur le plateau nord de Tours.

Vers une modélisation de l’épaisseur des Limons des plateaux

Sélection et mise en forme des données

54Le récolement des informations concernant les Limons des plateaux au nord de la Loire s’est opéré par l’intermédiaire de deux sources : la Banque du Sous-Sol (BSS) du BRGM1 et les rapports d’archéologie préventive, de l’Inrap2 et du Sadil. Un premier examen exhaustif a porté sur les 313 fiches (194 issus de la BSS, 119 de l’Inrap) répertoriées à ce jour dans la zone d’étude. Les points ne permettant pas de connaître l’épaisseur totale des Limons (base non atteinte) ont été écartés, de même que les sondages géotechniques aux descriptions trop imprécises. Ce travail a abouti à la constitution d’une base de données riche de 176 points (82 BSS, 94 Inrap, cf. Annexe 1). À partir de ce corpus, une première modélisation de l’épaisseur de la formation a été bâtie, entre Choisille (à l’ouest) et Bédoire (à l’est). Les logiciels utilisés sont les suivants : MS Excel pour la base de données ; R pour le krigeage et l’obtention des variogrammes (Fig. 8) ; QGIS pour la mise en forme et la représentation graphique.

Fig. 8 - Principales étapes dans la mise en forme et le traitement statistique des données concernant la modélisation des variations de l’épaisseur des Limons des plateaux.

Fig. 8 - Principales étapes dans la mise en forme et le traitement statistique des données concernant la modélisation des variations de l’épaisseur des Limons des plateaux.

Philippe Gardère, Inrap

Modélisation de l’épaisseur des Limons des plateaux

55Le modèle numérique de terrain (MNT) obtenu dans un premier temps incarne les variations d’épaisseur des Limons en considérant que la surface concernée est uniforme (Fig. 9). Il convient de surimposer ensuite à cette carte les contraintes topographiques, sur la base desquelles ces dépôts ne peuvent être présents (notamment la vallée de la Loire, incisions du plateau) (Fig. 10).

Fig. 9 - Modèle numérique brut des épaisseurs des Limons des plateaux, avec localisation des points pris en compte pour le calcul.

Fig. 9 - Modèle numérique brut des épaisseurs des Limons des plateaux, avec localisation des points pris en compte pour le calcul.

Philippe Gardère, Inrap

Fig. 10 -Modèle numérique de terrain final obtenu par superposition du modelé topographique actuel.

Fig. 10 -Modèle numérique de terrain final obtenu par superposition du modelé topographique actuel.

Philippe Gardère, Inrap

56Les épaisseurs prises en compte dans ce modèle sont celles constatées directement sur le terrain lors des opérations d’archéologie préventive, ainsi que celles répertoriées dans la BSS du BRGM. Il faut noter que cette dernière source d’information est d’une qualité très variable. Outre les forages ne fournissant simplement pas d’indications exploitables dans le cadre de ce projet, on constate régulièrement que l’épaisseur des Limons peut atteindre jusqu’à 6 m. Ce chiffre est manifestement excessif, l’analyse directe sur le terrain ne laisse apparaître aucune séquence de plus de 3,50 m. La surestimation de la puissance des dépôts s’explique probablement par une confusion avec les assises géologiques sous-jacentes : les faciès les plus argileux du Mio-Pliocène (m3-p) ont pu être assimilés en forage à la base des Limons des plateaux. Afin de ne pas fausser la construction du MNT en introduisant des valeurs aberrantes, le choix a été fait de limiter l’épaisseur maximale à 4 m. Il faut également souligner que chacun des points se place dans des zones où l’épaisseur des limons est importante, sans que les mesures directes n’indiquent des valeurs supérieures à 3,50 m. Il est important de définir également les secteurs où la formation est aujourd’hui absente, notamment du fait de l’érosion par les vallées. C’est pour cette raison que des points correspondant à une épaisseur de 0 m ont été pris en compte dans le MNT, en périphérie de la zone d’affleurement des Limons.

57Le MNT final, intégrant les données pondérées, met en lumière les épaisseurs les plus importantes dans la zone centrale du plateau, la plus épargnée par l’érosion. Suivant cette même logique de moindre érosion, les Limons des plateaux se développent suivant un axe sud-ouest/nord-est, en direction de la zone où ces dépôts recouvrent de larges surfaces. Il faut par ailleurs signaler que ce modèle n’a pas de valeur prédictive pour la découverte de gisements du Paléolithique moyen. Il a pour but de sensibiliser les acteurs de l’archéologie locale aux moyens à mettre en œuvre en vue d’estimer pleinement le potentiel archéologique des zones dans lesquelles les Limons sont les plus développés.

Perspectives

58La cartographie montre clairement que la fenêtre au nord de Tours – sur laquelle a été testée la construction d’un MNT de l’épaisseur des Limons des plateaux – se trouve à la périphérie de la zone de plus grand développement de cette formation. La poursuite du projet exige donc une extension en direction de l’est, jusqu’à la vallée de la Brenne. La possibilité d’obtenir une modélisation fiable devra être examinée au préalable. En effet, dans ce secteur sensiblement moins urbanisé que les abords immédiats de Tours, les données issues de la BSS se révèlent plus dispersées (sondages géotechniques moins fréquents qu’en ville) et les opérations archéologiques susceptibles d’alimenter la base de données sont très peu nombreuses : seulement trois opérations sont répertoriées entre l’autoroute A10 et la Brenne.

Haut de page

Bibliographie

Baize 2008

Baize D. - Grands processus pédogénétiques – Luvisols, 23 p. [URL] http://www.denis-baize.fr/

Boëda 1994

Boëda E. - Le concept Levallois : variabilité des méthodes, Monographie du CRA, 9, CNRS éditions, Paris, 280 p., 177 fig.

Cherdo et al. 2016a

Cherdo F., Gardère Ph. et Poitevin G. - Rapport de diagnostic, Tours “31-33 rue du Colombier”, Indre-et-Loire, Inrap Centre-Île de France, rapport d’opération de diagnostic archéologique, 36 p.

Cherdo et al. 2016b

Cherdo F., Gardère Ph., Djemmali N. et Kildea F. - Rapport de diagnostic, Saint-Cyr-sur-Loire “Clinique de l'Alliance”, 1 bd Alfred Nobel, Indre-et-Loire, Inrap Centre-Île de France, rapport d’opération de diagnostic archéologique, 97 p.

Cherdo et al. 2016c

Cherdo F., Gardère Ph., Kildea F. et Poitevin G. - Rapport de diagnostic, Tours “49-51 Rue de l’Anguille”, Indre-et-Loire, Inrap Centre-Île de France, rapport d’opération de diagnostic archéologique, 39 p.

Couderc et Gardère 2015

Couderc A. et Gardère Ph. - Rapport de diagnostic, Tours “Rue de la Pierre”, Indre-et-Loire, Inrap Centre-Île de France, rapport d’opération de diagnostic archéologique, 35 p.

Deloze et al. 1994

Deloze V., Depaepe P., Gouédo J.-M., Krier V. et Locht J.-L. - Le paléolithique moyen dans le nord du Sénonais (Yonne) : contexte géomorphologique, industries lithiques et chronostratigraphie, MSH, Paris, 280 p., ill., (DAF ; 47).

Lhomme et al. 1999

Lhomme V., Connet N. et Chaussé Ch. - Le site paléolithique moyen de “La Garenne” à Saint-Firmin-des-Prés (Loir-et-Cher), DFS de sauvetage urgent, AFAN/SRA Centre, Orléans, 73 p., 13 fig.

Locht et al. 2009

Locht J.-L., Caspar J.-P., Coutard S., Debenham N., Djemmali N., Kiefer D., Koehler H., Soressi M. et Teheux E. - “Le Petit Jardin” à Angé (Loir-et-Cher). Un site paléolithique moyen à la confluence de toutes les influences, Rapport Final d’Opération de fouille, Inrap, Pantin, SRA, Orléans, 2 vol., 281 p., 154 fig.

Marquet 1976

Marquet J.-C. - Sur des formations superficielles würmiennes en Touraine, Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, 13, 1 : 37-44.

McKenzie 1989

Mc Kenzie R.M. - Chap 9. Manganese oxides and hydroxides, i: J.B. Dixon et S.B. Weed (éd.), Minerals in soil environments, SSSA Book Series 1.

Poitevin et al. 2015a

Poitevin G., Bouillon J., Di Napoli F. et Gardère Ph. - Rapport de diagnostic, Tours “Les Hauts de Sainte-Radegonde” Indre-et-Loire, Inrap Centre-Île de France, rapport d’opération de diagnostic archéologique, 139 p.

Poitevin et al. 2015b

Poitevin G., Cherdo F., Gardère Ph., Kildea F. et al. - Rapport de diagnostic, Tours “113 rue de la Chevalerie et 139 rue des Bordiers”, Indre-et-Loire, Inrap Centre-Île de France, rapport d’opération de diagnostic archéologique, 68 p.

Rasplus et al. 1974

Rasplus L., Acaydé G. et Desprez N - Carte géologique détaillée de la France n° 457, Tours, BRGM, carte accompagnée d’une notice de 17 p.

Thamo-Bozso et al. 2016

Thamo-Bozso E., Nagy A., Füri J., Torok-Sinka M. et al. - Results of OSL dating of Tours – Chevalerie (D110580), France. MFGI (Geological and Geophysical Institute of Hungary) : 12 p.

Yvard 1968

Yvard J.-C. - Formations éoliennes des plateaux de la région de Tours, Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, 5, 2 : 101-110.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Contexte géologique des environs de la ville de Tours.
Crédits Philippe Gardère, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 2 - Séquence des Limons des plateaux à Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).
Crédits D’après Gardère in Cherdo et al. 2016b)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ 31-33 Rue du Colombier ” (37), montrant une série érodée et recouverte par d’épaisses colluvions limoneuses.
Crédits D’après Gardère in Cherdo et al. 2016a
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 4 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ 113 Rue de la Chevalerie ” (37).
Crédits D’après Gardère in Poitevin et al. 2015b
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 - Séquence des Limons des plateaux à Tours “ Les Hauts de Sainte-Radegonde ” (37).
Crédits D’après Gardère in Poitevin et al. 2015a
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 6 - Localisation et pièces caractéristiques du mobilier lithique issu du diagnostic Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).
Crédits Philippe Gardère, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Tabl. 1 - Décompte technologique de la série lithique du mobilier issu du diagnostic Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 7 - Position du mobilier lithique sur le diagnostic du 49-51 rue de l’Anguille, Tours.
Crédits D’après Gardère in Cherdo et al. 2016c
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 8 - Principales étapes dans la mise en forme et le traitement statistique des données concernant la modélisation des variations de l’épaisseur des Limons des plateaux.
Crédits Philippe Gardère, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 9 - Modèle numérique brut des épaisseurs des Limons des plateaux, avec localisation des points pris en compte pour le calcul.
Crédits Philippe Gardère, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 -Modèle numérique de terrain final obtenu par superposition du modelé topographique actuel.
Crédits Philippe Gardère, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2761/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gardère et Nasser Djemmali, « Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 28 août 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2761

Haut de page

Auteurs

Philippe Gardère

Inrap, 121 rue d’Alésia, 75014 Paris ; Université de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT, MSH Val-de-Loire, 37200 Tours

Articles du même auteur

Nasser Djemmali

Inrap, 121 rue d’Alésia, 75014 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page