Navigation – Plan du site
Carte localisation

Note sur la découverte d’un petit monument funéraire à proximité d’une villa, à La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher)

Note on the finding of a small funerary monument near a villa, in La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher)
Fabrice Couvin, Marielle Delémont, Alexandre Fontaine et Philippe Gardère
Avec la collaboration de Céline Aunay

Résumés

La réalisation récente d’un diagnostic archéologique sur la commune de La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher) a permis de mettre au jour un petit monument funéraire gallo-romain. Bien que largement arasé et récupéré, il peut être mis en relation avec une villa fouillée non loin. Cette construction fournit des indices concernant le statut social de ses propriétaires et témoigne de l’adoption, jusqu’au sein de ce territoire rural, d’une architecture funéraire d’origine méditerranéenne. Comme plus largement sur le plateau de Petite Beauce, cette découverte s’inscrit dans un paysage fortement structuré, avec la proximité d’une voie associée à un réseau d’établissements ruraux. Elle est également l’occasion de réaliser un recensement des formes d’architecture funéraire maçonnée connues en Centre-Val de Loire pour le Haut-Empire.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier nos collègues de l’Inrap, É. Frénée, Th. Guiot et S. Talin d’Eysac, qui ont bien voulu mettre à notre disposition la documentation inédite issue de leurs fouilles.

Introduction

La réalisation d’un diagnostic archéologique à La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher), à proximité du tracé de la voie antique de Blois à Areines/Vendôme, a été l’occasion de mettre en évidence les fondations d’un petit monument funéraire gallo-romain. La nature du projet d’aménagement, la construction d’une zone pavillonnaire, laisse supposer que les parcelles concernées ne seront pas loties et que ces vestiges et leurs abords feront l’objet d’une “ réserve conservatoire ” sous la forme d’un espace vert. Il semble donc dès à présent opportun de présenter les résultats de cette intervention, dont les données peuvent être mises en relation avec les prospections et les fouilles réalisées sur la commune.

  • 1 Topographie : F. Ben Nejma (Inrap), DAO : V. Chollet (Inrap).

1Cette découverte permet également de souligner, comme plus largement sur le plateau de Beauce, une forte structuration de l’espace rural au cours du Haut-Empire. Elle est aussi l’occasion de faire, à l’échelle régionale, un tour d’horizon des différentes formes d’architecture funéraire réservées à une élite rurale1.

Contextes géographique, topographique et géologique

2La commune de La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher) est implantée sur le plateau de Petite Beauce qui domine au nord la vallée de la Loire. Elle est située à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Blois, sur la D957 menant à Vendôme (Fig. 1 et 2). Les vestiges ont été mis au jour à l’occasion d’un diagnostic archéologique motivé par la mise en œuvre de la première tranche d’un projet de lotissement d’un peu plus de 2 ha. Les terrains concernés se situent immédiatement au sud-ouest du village, au lieu-dit “ Poisse-Mer ” (toponyme IGN “ Passe-Mer ”), à une altitude moyenne de 115 m NGF (Fig. 2, no 1). Ils suivent un pendage régulier d’environ 1 %, orienté NE-SO, en direction du vallon de la Cisse Landaise.

Fig. 1 - Localisation de La Chapelle-Vendômoise sur la voie antique de Blois à Areines (Loir-et-Cher), extrait de la carte SRA/PCR “ Agglomérations antiques en région Centre ”.

Fig. 1 - Localisation de La Chapelle-Vendômoise sur la voie antique de Blois à Areines (Loir-et-Cher), extrait de la carte SRA/PCR “ Agglomérations antiques en région Centre ”.

D’après J. Vilpoux, C. Cribellier, É. Roux, 2012, PCR “ Agglomérations secondaires antiques en région Centre ”

3Dans ce secteur, le substrat est constitué par le calcaire de Beauce (m1a) (Caudron 1972). Il se présente sous la forme de bancs de couleur claire, disloqués en surface et affectés par de nombreux accidents siliceux. Les sédiments qui le recouvrent sont épais de 0,8 m au plus. Dans la partie haute des terrains, on relève des argiles d’altération, alors qu’en bas de pente, on note un limon décarbonaté typique des brunisols sur substrat.

Fig. 2 - Extrait de la carte IGN, localisation du diagnostic (no 1) et des sites mentionnés dans le texte (nos 2 à 6).

Fig. 2 - Extrait de la carte IGN, localisation du diagnostic (no 1) et des sites mentionnés dans le texte (nos 2 à 6).

Infographie : V. Chollet

Contexte archéologique

4Le monument le plus ancien recensé sur la commune est le mégalithe de la “ Pierre Levée ”. Il est implanté au sud-est de son territoire, près du rebord qui domine la vallée de la Cisse Landaise, à une centaine de mètres du tracé de la voie antique auquel se superpose approximativement celui de l’actuelle D957 (Fig. 2, no 2). Il s’agit d’un dolmen, axé est-ouest, dont la chambre principale de 4,5 par 2,5 m est précédée par “ un portique ”, effondré de nos jours, qui s’ouvrait à l’est (Leymarios et Despriée 1974 : 43-45).

5À la période romaine, le territoire de La Chapelle-Vendômoise se situait au sud-ouest de la cité des Carnutes, sur le tracé de la voie qui relie les agglomérations secondaires de Blois, sur la Loire, à Areines/Vendôme, sur le Loir (Fig. 1) (Cribellier 2016 : 37, fig. 4). Un diagnostic archéologique qui a précédé les travaux de réaménagement de la D957 a permis de retrouver une section de son tracé, immédiatement au sud-est du bourg (Durand 1998 ; Durand et Hamon 1998). Celle-ci se situe à une dizaine de mètres au sud de la route actuelle, et, compte tenu de son orientation, parallèle à l’axe de la route départementale, on peut supposer qu’elle se poursuivait dans la même direction, sous le village actuel et au-delà.

6Une évaluation complémentaire a permis de décaper une section rectiligne de cette voie sur un peu plus de 130 m (Fig. 2, no 3) (Talin d’Eyzac et Chambon 1998). La bande de roulement, large d’environ 8 m, est encadrée par deux fossés, larges de 1 m pour 0,5 à 1 m de profondeur. Quand elle est bien conservée, on relève en partie supérieure un remblai de pierres calcaires émoussées, non calibrées et noyées dans du limon. Cette couche, épaisse de 0,2 à 0,4 m, conserve à sa surface des traces d’ornières présentant un écartement d’environ 1,1 m. L’ensemble repose sur un remblai de limon aplani et compacté. Bien qu’elle n’ait pas été relevée par les fouilleurs, il est probable que l’ensemble reposait dans une tranchée de fondation (Robert et Verdier 2014 : 32-33).

7Le mobilier collecté dans les comblements des fossés est datable du Haut-Empire, avec en particulier une assiette en terra-nigra du ier s. et un pot à cuire des iie-iiie s. ap. J.-C. La découverte d’une monnaie des xive-xve s., au sommet de la bande de roulement, témoigne de l’utilisation de cet axe jusqu’à la fin du Moyen Âge. À ses abords, l’identification de structures dispersées (fosse, four et puits) laisse supposer la proximité d’une occupation des ixe-xiie s. Les fouilleurs notent également la présence d’une possible inhumation d’un individu immature, probablement datable de la même période.

8En 1999, les travaux de contournement de La Chapelle-Vendômoise par la D957 ont permis la fouille partielle d’une villa gallo-romaine, à 250 m du diagnostic qui nous concerne, au lieu-dit » la Vallée de la Croix Rouge ” (Fig. 2, no 4 ; Fig. 3 no 1) (Frénée et Chambon 2000). Son axe longitudinal suit une orientation NO-SE, assez similaire à celui de la voie antique, située 150 m au nord, près ou sous la D957. L’extension de l’établissement n’est pas intégralement connue, mais on peut supposer que son emprise bâtie devait occuper près d’un hectare. Seule a été décapée une portion de la pars urbana, comprenant un porche, une partie de la cour et de sa clôture – le bâtiment résidentiel ne semble pas se situer dans l’emprise de la fouille – ainsi qu’une aile de la pars rustica comprenant une grange et un bâtiment oblong.

9L’ensemble relativement arasé est, pour la région, assez classiquement daté de la fin du ier s. au premier tiers du iiie s. ap. J.-C. Quelques céramiques attribuables à la première moitié du ier s. ap. J.-C. pourraient signaler la présence d’une occupation antérieure.

Fig. 3 - Plans des établissements gallo-romains voisins - 1 : villa “ la Vallée de la Croix Rouge ” (Frénée et Chambon 2000), 2 : villa “ les Guiebres de Cottereau ”. Plan d’après H. Delétang, complété par www.bing.com/maps le 31/03/2013), 3 : bâtiment “ la Vallée du Chaland ” (plan d’après J.-L. Lecœuvre, complété par www.bing.com/maps le 31/03/2013).

Fig. 3 - Plans des établissements gallo-romains voisins - 1 : villa “ la Vallée de la Croix Rouge ” (Frénée et Chambon 2000), 2 : villa “ les Guiebres de Cottereau ”. Plan d’après H. Delétang, complété par www.bing.com/maps le 31/03/2013), 3 : bâtiment “ la Vallée du Chaland ” (plan d’après J.-L. Lecœuvre, complété par www.bing.com/maps le 31/03/2013).

Infographie : V. Chollet

10D’autres indices d’une occupation antique sont fournis par la photographie aérienne et la cartographie en ligne. Les prospections d’Henri Delétang (enregistrées au SRA Centre-Val de Loire) ont montré, au lieu-dit “ les Guiebres de Cottereau ”, la présence d’une seconde villa, dont les constructions maçonnées se développent sur plus d’1,5 ha (Fig. 2, no 5 ; Fig. 3, no 2). Cet ensemble est implanté à 400 m au sud-est du diagnostic et 500 m au sud de la voie antique, près du rebord du plateau qui domine le vallon de la Cisse Landaise.

11Le plan des maçonneries laisse apparaître une pars urbana bordée de bâtiments, à laquelle on accède par un porche centré en façade. Le bâtiment résidentiel semble se situer dans l’angle nord-est de la cour. De part et d’autre de la pars rustica se développent deux bâtiments de type grange.

12À l’ouest de la commune, les prospections de Jean-Marc Lecœuvre (enregistrées au SRA Centre-Val de Loire) ont permis la détection d’un bâtiment isolé, probablement d’origine antique, au lieu-dit “ la vallée du Chaland ” (Fig. 2, no 6 ; Fig. 3, no 3). Cette construction rectangulaire, longue de plus de 20 m, se présente sous la forme de deux pièces accolées axées est-ouest. L’une dispose d’une galerie ou d’un appentis au nord, l’autre possède une pièce en refend dans un angle ; peut-être une cave. En l’absence d’autres vestiges identifiables, il semble s’agir d’une petite construction à vocation mixte (habitat/exploitation) se rattachant à un établissement de type “ ferme construite à la romaine ” (Gandini 2008 : 249-250). Sa distance avec le tracé supposé de la voie antique est de plus de 600 m.

13Ces différents indices laissent supposer, pour la période romaine, comme par ailleurs en Beauce, une forte densité d’établissements agricoles. Ceux-ci, comme la voie qui traverse le plateau, sont majoritairement axés NO-SE, avec, pour les villae de “ la Vallée de la Croix Rouge ” et de “ les Guiebres de Cottereau ”, des bâtiments résidentiels qui s’ouvrent au sud-est. Une orientation sensiblement identique se retrouve à la même période sur les établissements du plateau nord de Blois (Cherdo 2014), ainsi que sur la marge méridionale du plateau de Petite Beauce, à Mer et ses communes voisines (Liger 1974 ; Robert 1996 ; Couvin 2018).

Les vestiges d’une construction

14Lors de l’intervention, cinq tranchées de sondages parallèles et distantes d’une vingtaine de mètres ont été réalisées dans l’axe longitudinal des terrains. Les vestiges attribuables à la période romaine ont été identifiés près de la limite sud-ouest de l’emprise (Fig. 4). La présence de maçonneries a donné lieu à un décapage de 150 m2 dont l’extension a été limitée en raison de la proximité d’une ligne aérienne à haute tension contraignant l’évolution de la pelle mécanique.

Fig. 4 - Plan masse du diagnostic, les structures gallo-romaines apparaissent en noir, les structures en gris sont non datées ou contemporaines.

Fig. 4 - Plan masse du diagnostic, les structures gallo-romaines apparaissent en noir, les structures en gris sont non datées ou contemporaines.

Infographie : V. Chollet

15Les principaux vestiges mis au jour correspondent à une construction quadrangulaire de 7,2 par 7,2 m, orientée NO-SE, réduite à ses fondations (Fig. 5 et 6). Aucune interruption ou seuil n’a été observé. Les maçonneries, larges de 0,7 à 0,8 m pour celles sondées (F3 et F10), sont composées de blocages calcaires liés au limon argileux (Fig. 7). On note, parmi ces blocs, la fréquence élevée, entre un quart et un tiers, de calcaires brûlés, gris à cœur. Leur morphologie évoque celle d’éléments déchaussés du substrat, aucune trace de taille n’a été relevée. Les tranchées de fondation aveugles, à fond plat et bords droits, recoupent le limon-argileux naturel sur 0,4 à 0,45 m pour atteindre le toit du substrat calcaire. Aucun mobilier n’a été collecté et seul le nettoyage de la tranchée de récupération du mur F10 (Us 1) a livré dix tessons brûlés attribuables au Haut-Empire, ainsi qu’un fragment de verre incolore de forme indéterminée (non illustré).

Fig. 5 - Plan et coupes de l’enclos funéraire et des structures associées.

Fig. 5 - Plan et coupes de l’enclos funéraire et des structures associées.

Infographie : V. Chollet

Fig. 6 - L’enclos funéraire, vue depuis l’est.

Fig. 6 - L’enclos funéraire, vue depuis l’est.

Cliché : F. Couvin

Fig. 7 - Détail de la coupe du mur F10, vue depuis le sud.

Fig. 7 - Détail de la coupe du mur F10, vue depuis le sud.

Cliché : F. Couvin

16Cette clôture présentait une excroissance quadrangulaire, centrée le long du mur sud-ouest, qui a tout d’abord été interprétée comme constituant une fosse (F5), profonde de 0,4 m et creusée dans le limon-argileux jusqu’au contact du substrat calcaire (Fig. 5). La fouille d’une première moitié nord-ouest a fait apparaître un creusement à fond plat et bords droits comblé d’un limon argileux noirâtre contenant de nombreux charbons de bois (F5, Us 2) (Fig. 8). La nature du remplissage et la découverte, à la base, d’un blocage calcaire lié au limon-argileux chaîné au mur F6, nous ont incités à fouiller la structure dans son intégralité. Ceci nous a permis de vérifier que F5 constituait un massif de fondation en blocage calcaire chaîné au mur F6 (construction Us 4), dont la fosse de récupération (creusement Us 3) était comblée par un sédiment charbonneux (remblai Us 2) (Fig. 9). Une attention plus particulière aux macro-fragments présents dans ce remblai a permis d’identifier la présence d’esquilles d’os brûlés.

Fig. 9 - Massif de fondation du fait F5, vue depuis l’est.

Fig. 9 - Massif de fondation du fait F5, vue depuis l’est.

Cliché : M. Barret

17Un prélèvement de 20 l de sédiment a été réalisé, puis tamisé avec des cribles de 2 et 0,5 mm.

18La détermination des pièces osseuses n’a pas été facile, car celles-ci présentent dans l’ensemble une altération de surface assez prononcée, avec un os cortical parfois peu observable et des reliefs émoussés. Les ossements compatibles avec l’espèce humaine ne présentent aucun relief caractéristique. Ces fragments, au nombre de 108, totalisent un poids de 14,8 g et ne permettent pas de déterminer la présence d’un ou plusieurs individus. Ils se répartissent dans les différentes régions anatomiques qui sont toutes, même faiblement, représentées (Fig. 10). Aucune répartition des régions anatomiques en fonction des poids théoriques n’a été effectuée, car le contexte ne permet pas d’affirmer si ces fragments osseux brûlés proviennent d’une même crémation. Différentes couleurs, de noir à blanc uniforme, sont représentées, signe de températures variées, comprises entre 300 à plus de 650 °C (Susini, Baud et Tochon-Danguy 1988), avec toutefois une teinte majoritaire blanc uniforme, signe d’une crémation intense et de longue durée.

Fig. 10 - Tableau récapitulatif des os brûlés humains (F5, Us 2).

Fig. 10 - Tableau récapitulatif des os brûlés humains (F5, Us 2).

M. Delémont

19Huit fragments, d’un poids total de 3,4 g, ont été écartés de l’échantillon et classés en os indéterminés. De par l’aspect de leur texture externe et interne, de la trame de l’os spongieux et des reliefs observables, ils semblent avoir une origine animale, mais aucun rattachement à une espèce précise n’a pu être proposé. Ces pièces osseuses présentent des couleurs variées, témoins de différentes températures de chauffe comprises entre 250 °C à plus de 650-700 °C (Lenorzer 2006 : 153).

20Le mobilier associé à l’Us 2 de F5 comprend de la céramique (343 restes pour 4 individus, soit un poids de 538 g). L’état général est très moyen à mauvais. En raison de la nature argileuse de l’encaissant, les surfaces et les cassures sont très émoussées, les traitements de surface ont disparu. Par ailleurs, la fragmentation est très importante. Les vases identifiés sont trois cruches à pâte claire, tournées dans une argile finement micacée, une production plus caractéristique du courant du ier et de la première moitié du iie s. ap. J.-C. (Couvin 2005 : 119-123). Un petit module possède une lèvre déversée effilée (Fig. 11, no 1), un deuxième exemplaire, un col tronconique et une lèvre déversée attribuables à la fin du ier s. ou au début du iie s. ap. J.-C. (Fig. 11, no 2). Le dernier est à lèvre ronde en bourrelet (Fig. 11, no 3). Compte tenu de l’altération du mobilier, il reste difficile d’être catégorique, mais seule la lèvre du troisième vase, ainsi que cinq tessons, conservent des traces d’altération par le feu. Ce même lot comprend neuf tessons brûlés qui se rattachent à la catégorie “ pâte brune orangé engobée blanc ”. L’un d’eux, au profil tronconique très marqué, semble provenir de la partie inférieure d’une quatrième cruche (non illustré).

Fig. 11 - Cols de cruches en céramique commune claire (F5, Us 2).

Fig. 11 - Cols de cruches en céramique commune claire (F5, Us 2).

Infographie : F. Couvin

21Au regard des éléments typologiques identifiés, cet assemblage peut être daté de la seconde moitié du ier ap. J.-C. ou la première moitié du siècle suivant (50 à 150 ap. J.-C.). La présence exclusive de cruches, un vase de service à liquide, apparaît caractéristique. À l’échelle régionale, cette forme constitue le dépôt funéraire le plus fréquent, voire quasi exclusif, à partir de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. Cette tendance se vérifie parmi le mobilier des nécropoles de la “ Haute-Cour ” (ensemble 2), à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), de Tavant (Indre-et-Loire) ou du “ Bois Maussant ”, à Levroux (Indre) (Chimier 2009 : 97-103 ; Riquier et Salé 2006 : 98-100 ; Baguenier 2008 : 44-52). À Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), au cours du Haut-Empire, on relève une même augmentation du nombre de formes fermées, en particulier des cruches, au sein du répertoire céramique qui accompagne les crémations (Bel 2002 : 129).

22On note également la présence de verre, avec huit restes (8 g) de couleur bleu cobalt, issus d’un même vase de forme indéterminée (identification : Céline Aunay, non illustré). Deux de ces fragments portent des traces d’altération dues au feu. Neuf autres fragments de petite taille, dont sept fondus et déformés, ainsi que deux portant des traces d’altération par le feu, proviennent des résidus de tamisage (4 g).

23L’un des éléments osseux brûlés est un jeton de jeu. Il est fragmenté, mais la forme circulaire initiale est toujours perceptible. Lors de la crémation, il s’est cassé en deux dans le sens longitudinal. Il montre une surface externe très altérée, d’une couleur blanche uniforme, signe d’une exposition à une température de plus de 650-700°C (Susini, Baud et Tochon-Danguy 1988). La face interne est seulement noircie (Fig. 12). Ce jeton d’un diamètre de 12 mm conserve une épaisseur de 3 mm et pèse en l’état 0,3 g. Le diamètre originel devait sans doute être légèrement supérieur, car lors de la carbonisation se produit une légère rétraction de la matière osseuse. Sur la fouille de Saint-Marcel-Argentomagus (Indre) “ Les Palais, rue du Rio ”, des jetons de jeu en os animal, également brûlés, ont été collectés dans des fossés d’enclos funéraires comblés de résidus de crémation datés de la première moitié du ier s. ap. J.-C. (Couvin et al. 2007).

Fig. 12 - Jeton en os brûlé.

Fig. 12 - Jeton en os brûlé.

Cliché : M. Delémont

24Par ailleurs, quatre clous assez complets, longs de 45, 70 et 75 mm, présentent une faible corrosion, un état de conservation probablement dû à une exposition au feu. On notera que parmi les résidus issus de la flottation et du tamisage aucun carpo-reste n’a été identifié. Enfin, aucun élément architectural, en pierre ou en terre cuite, n’a été collecté.

Les vestiges périphériques

La fosse F11

25La seule structure identifiée en périphérie immédiate de l’enclos est une fosse oblongue de 0,9 par 0,4 m, aux contours arrondis, et conservée sur 0,05 m (F11) (Fig. 5). Elle est distante de moins de 1,5 m de son angle sud. Elle contenait, dans un limon argileux remanié, le squelette quasi complet d’un jeune porc déposé sur le côté droit (Fig. 13). L’observation des stades d’éruption et d’usure dentaire permet d’estimer un âge compris entre 4 et 8 mois (Hillson 2009 : 233-234). Affleurant sous la semelle de labour, le côté gauche du squelette a pu être déplacé lors du décapage. Il semble néanmoins que la décomposition se soit déroulée en espace clos. Malgré un très bon état de conservation, aucune trace particulière n’a été observée.

Fig. 13 - Fosse ou dépôt F11, vue depuis le sud.

Fig. 13 - Fosse ou dépôt F11, vue depuis le sud.

Cliché : A. Fontaine

26En l’absence de mobilier et de relation stratigraphique, rien ne permet de mettre ce squelette en relation avec l’enclos proche. Bien que l’on puisse souligner le caractère quelque peu privilégié de la consommation du porc jeune à la période romaine – un mets que l’on retrouve plus volontiers à la table des populations urbaines ou des plus aisés (Germinet, Marot et Salin 2014) ce type de dépôt carné, non consommé, ne trouve pas de parallèle dans les contextes funéraires régionaux ou dans le cadre d’études plus complètes (Blaizot 2009 : 65-68 et 242 ; Lepetz 2013). Compte tenu de la proximité d’un habitat contemporain, on ne peut pas exclure que ce squelette soit celui d’un animal malade enseveli à une période récente. À supposer que les os conservent assez de collagène, seule une datation par le 14C permettrait peut-être de trancher la question.

Le fossé F1

27Le tracé du fossé F1 se développe sur plus de 11 m en suivant une orientation NO-SE (Fig. 4). Si son creusement apparaît continu en surface, un décapage un peu plus accentué a montré la présence de deux tronçons séparés par une remontée du substrat sur une longueur d’un peu moins de 0,7 m.

28Au nord-ouest, on relève un profil en “ U ”, large de 0,8 m, qui recoupe le sommet du substrat calcaire sur 0,4 m (Fig. 14). Le comblement supérieur (Us 2), un limon-argileux remanié, livre de nombreux charbons de bois. Au-dessous, le remplissage est composé d’un limon-argileux orangé stérile (Us 3). Au sud-est, son profil en “ U ”, de 0,85 m de large pour 0,45 m de profondeur, recoupe le limon argileux naturel et s’interrompt au contact du calcaire (Fig. 14). Le comblement composé de limon argileux remanié (Us 5) comprend des inclusions de cailloutis calcaire à sa base (Us 6).

Fig. 14 - Plan et coupes du fossé F1.

Fig. 14 - Plan et coupes du fossé F1.

Infographie : V. Chollet

29Si ce fossé semble avoir fonctionné ouvert, l’absence de mobilier ne permet pas d’assurer sa chronologie. La fouille de la couche charbonneuse (Us 2) et le tamisage d’un prélèvement de 10 l de sédiment n’ont pas livré d’indice autre que la présence de charbons de bois. Par ailleurs, si ce fossé partage avec l’enclos, situé 30 m au nord-est, une orientation assez similaire, rien ne garantit qu’il se rattache à l’occupation gallo-romaine, l’axe de la trame parcellaire n’ayant visiblement pas varié depuis l’Antiquité à nos jours.

La fosse F13

30En raison de la présence de la ligne électrique aérienne et de la proximité de la limite d’emprise de la fouille, les observations réalisées sur la structure F13 sont restées très limitées (Fig. 15). Son extension maximale perçue dans les sondages est de 37 m dans l’axe NE-SO. Aucune vérification n’a pu être réalisée perpendiculairement, mais elle n’apparaît pas dans la fenêtre décapée de l’enclos, située 10 m au sud-est.

31Au nord-est, F13 a été perçu comme un creusement qui s’incline régulièrement dans le substrat calcaire. Le comblement, relevé jusqu’à 0,7 m sous la terre végétale, est constitué de limon-argileux remanié comprenant quelques fragments de cailloux et cailloutis calcaires, dont quelques-uns brûlés. Un sondage profond, réalisé au sud-ouest, laisse apparaître une stratigraphie plus importante (Fig. 15), avec depuis la surface, sous la terre végétale (Us 1) : un limon argileux remanié (Us 2) ; un limon argileux hétérogène comprenant de la Terre Cuite Architecturale (TCA) gallo-romaine, dont un fragment d’imbrex, et des cailloux calcaires pour certains brûlés (Us 3) ; une couche à forte concentration de charbons de bois (Us 4), un limon argileux avec des fragments de blocs calcaires (Us 5) et au contact du substrat calcaire, à 2 m sous la surface actuelle, une seconde couche à forte concentration de charbons de bois (Us 6). La fouille mécanique de la structure a permis la collecte de deux tessons d’une même céramique “ commune sombre brute ”. L’aspect friable et peu cuit de ce vase pourrait être l’indice d’une production du ier s. ap. J.-C.

Fig. 15 - Plan et log de la fosse d’extraction F13.

Fig. 15 - Plan et log de la fosse d’extraction F13.

Infographie : V. Chollet

  • 2 Comme souvent en Beauce, la fréquence des toponymes IGN portant le nom de “ Fosse ” trahit la prése (...)

32Malgré des observations limitées, il semble que F13 constitue une vaste extraction de calcaire. La présence de céramique et de TCA gallo-romaines fragmentées, mais présentant encore des arêtes anguleuses, semble confirmer une datation de cette période. Le compactage des sédiments sur l’ensemble de la séquence paraît garantir que F13 ne constitue pas l’une de ces nombreuses extractions modernes ou contemporaines qui parsèment le plateau2. On note dans son comblement la présence de blocs calcaires portés à haute température, similaires à ceux relevés dans les fondations de l’enclos. Ceux-ci témoignent peut-être de la proximité d’une production de chaux, antérieure ou contemporaine de la construction de l’ensemble funéraire. Une telle activité expliquerait également la présence de couches charbonneuses à la base du remplissage de l’extraction.

Synthèse des données

33Le décapage partiel de l’enclos n’a pas permis d’identifier de sépulture. Néanmoins, les éléments collectés dans la récupération de la maçonnerie F5 – restes humains et animaux calcinés, éléments mobiliers pour certains brûlés ou altérés (céramiques, verres et jeton en os), ainsi qu’une forte densité de charbons de bois – laissent supposer que cet enclos a pu accueillir un ou plusieurs bûchers ou dépôts de crémation à une période que l’on peut situer entre 50 et 150 ap. J.-C.

34Si des enclos funéraires maçonnés de plan quadrangulaire sont connus sur le plateau de Beauce et plus largement en région Centre-Val de Loire (cf. infra), l’exemple fouillé à La Chapelle-Vendômoise présente un plan original avec la présence d’un massif maçonné centré, pris en mâchoire dans le mur sud-ouest. Son blocage de fondation est chaîné au mur contre lequel il est adossé et l’ensemble paraît former un soubassement quadrangulaire de 1,85 par 1,7 m. Comme les murs qui l’entourent, il est fondé sur le toit du substrat calcaire, ce qui suggère une assise suffisante pour supporter un monument. Néanmoins, en l’absence de restes architecturaux, lapidaire ou terre cuite, il est impossible de proposer une restitution de l’élévation. Aucune interruption ou seuil n’est perçu dans la clôture, mais on peut supposer qu’elle se situait au nord-est, face au supposé monument.

35À proximité immédiate, aucun vestige funéraire n’a été identifié, mais les possibilités de décapage ont été largement limitées. On relève, à 1,5 m de l’angle sud de l’enclos, le dépôt d’un jeune porc complet en connexion anatomique, et, à 30 m au sud-ouest, le tracé parallèle d’un fossé qui livre des résidus charbonneux sans reste osseux. En l’absence de mobilier, il reste impossible de certifier que ces deux faits se rattachent à la période gallo-romaine. La seule structure qui livre du mobilier antique est une vaste fosse d’extraction de calcaire qui se développe immédiatement au nord-ouest de l’enclos. Compte tenu de l’indigence du mobilier, aucune relation d’antériorité ne peut être proposée. On peut toutefois noter que les blocages des maçonneries contiennent une proportion non négligeable de calcaires brûlés qui pourraient être des résidus issus d’une activité de production de chaux. On peut par ailleurs souligner la proximité de ces deux domaines généralement relégués en dehors de l’habitat que sont l’extraction et le funéraire.

36L’environnement archéologique immédiat est assez bien documenté avec, à environ 200 m au nord, sous le bourg actuel, le tracé de la voie qui relie Blois à Areines/Vendôme (Loir-et-Cher) ; à 250 m au nord-ouest la villa de “ la Vallée de la Croix Rouge ” et à 500 m au sud, la villa “ les Guiebres de Cottereau ”. Le plan de l’enclos montre qu’il se situe dans l’axe de la cour agricole et du porche de la villa de “ la Vallée de la Croix Rouge ” (Fig. 16), il semble donc que ce soit à cet établissement qu’il se rattache. Par ailleurs, on peut souligner qu’il n’est pas implanté le long de la voie principale, mais plus probablement à proximité d’un chemin secondaire qui desservait la villa, celui-ci peut-être matérialisé par le fossé F1.

Fig. 16 - Localisation de l’enclos funéraire et de la villa “ la Vallée de la Croix Rouge ”.

Fig. 16 - Localisation de l’enclos funéraire et de la villa “ la Vallée de la Croix Rouge ”.

Frénée et Chambon 2000 ; Couvin 2016 (infographie : V. Chollet)

Comparaisons

  • 3 Pour les plus fréquents : autel funéraire, tombeau à édicule, tombeau circulaire, tombeau-temple, m (...)

37En l’absence des restes architecturaux, rien, hormis les fondations, ne permet de préjuger du type de monument édifié. Il peut s’agir d’un autel, d’un pilier ou d’une pile, de toute évidence de petites dimensions. Les différentes études concernant l’architecture funéraire en Gaule ont toutes souligné la variété des formes et la difficulté de proposer une classification précise en matière de chronologie ou de répartition géographique. Toutefois, tous les auteurs s’accordent sur le fait que les principaux types recensés3, élevés à la mémoire de personnages issus des élites urbaines ou de propriétaires ruraux, résultent de l’adaptation de modèles d’origine méditerranéenne, parmi lesquels il est parfois possible de percevoir une certaine cohérence à l’échelle d’ensembles régionaux (Hatt 1951 : 164-185 ; Audin 1977 ; Gros 2001 : 379-468 ; Tardy et Moretti 2002).

38Au regard de la bibliographie consultée, il nous est apparu que les plans les plus proches de celui de La Chapelle-Vendômoise pouvaient renvoyer à un type de monument relativement fréquent en Gaule au cours du Haut-Empire : un mausolée-tour, pilier ou pile, de dimensions toutefois assez réduites par rapport aux exemplaires connus. Piliers et piles sont en effet largement rependus en Gaule au cours des iie-iiie s. ap. J.-C., depuis les Pyrénées jusqu’au Rhin. Seules quelques régions comme la Bretagne et la Normandie ne semblent pas concernées par ce phénomène (Hatt 1951 : 184). Ces mausolées ne constituent pas des tombeaux, mais se situent le plus souvent au sein de clôtures maçonnées renfermant des sépultures.

39Le pilier se distingue par une construction en grand appareil. La base cubique supporte un ou deux étages dotés de niches, abritant la statuaire du ou des défunts, et d’un riche décor sculpté encadré de pilastres. Ce type de monument tire son origine du tombeau à édicule sur podium de la fin de la République romaine. Ce modèle se retrouve sous la forme de mausolées au ier s. av. J.-C. en Narbonnaise (comme le “ mausolée ” des Julii à Saint-Rémy-de-Provence, B.-du-Rh.) et, suites aux conquêtes de Rome, jusqu’en territoire Trévire, où il est largement illustré à partir de la période augustéenne (pour le mieux conservé, le pilier de Bertrange, Moselle) (Gros 2001 : 399-422 ; Kremer 2016). La restitution de son décor architectonique permet de dater l’exemplaire de Faverolles (Haute-Marne) du ier s. ap. J.-C. (Février 1993) (Fig. 17). Aux iie-iiie s., des formes évoluées de ce type se retrouvent dans des nécropoles urbaines et rurales, ces dernières probablement en relation avec de grands domaines (pour le mieux conservé, le pilier d’Igel, Allemagne).

Fig. 17 - Mausolée de Faverolles (Haute-Marne), plan et restitution.

Fig. 17 - Mausolée de Faverolles (Haute-Marne), plan et restitution.

Extrait de Février 1993 : 95-96, Fig. 3-4

40Plus largement pour le nord-est de la Gaule, un inventaire récent concerne les monuments funéraires du Haut-Empire recensés en contexte rural et en périphérie d’agglomérations secondaires (Achard-Corompt et al. 2016). Il montre que ces édifices se situent généralement en position centrée au sein d’une clôture maçonnée et/ou fossoyée de plusieurs centaines à plus d’un millier de mètres carrés. La proximité d’un chemin ou d’une voie semble recherchée. Les massifs de fondation présentent des plans proches du carré avec des superficies comprises entre 4,6 et 25 m2. La statuaire conservée est rare. Les blocs d’appareil retrouvés laissent supposer qu’il s’agit de mausolées de type pilier plutôt que de tombeaux. Il semble que l’espace funéraire créé pour le monument ne soit pas réutilisé par la suite.

41La pile se caractérise par une construction en moellons recouverts ou non d’un enduit. Généralement plus élancée, elle comprend trois niveaux : un soubassement, un podium et un édicule. Ce dernier dispose d’une niche destinée à recevoir la statuaire dédiée à la mémoire du ou des défunts. Situé dans un lieu bien en vue, le monument est généralement tourné vers un axe de circulation important (Sillières et Soukoussian 1993 ; Clauss-Balty et Soukiassian 2016b).

42Le recensement des piles funéraires du Sud-Ouest montre que ces mausolées-tours, le plus souvent adossés à un enclos, se rattachent à de petites nécropoles associées à des domaines ruraux de type villa. L’origine de cette forme architecturale n’est pas totalement assurée. Des influences depuis la péninsule ibérique ont pu être évoquées, mais, compte tenu d’une chronologie qui semble principalement concerner la fin ier et le iie s. ap. J.-C., des échanges avec les régions mosellane et rhénane sont à présent privilégiés (Hatt 1951 : 183-185 ; Gros 2001 : 421-422 ; Clauss-Balty 2016 : 218).

  • 4 Environ 3 m de côté pour la première dont ne reste qu’un massif de maçonnerie déchaussé et basculé. (...)

43Si la pile est plus spécifique au Sud-Ouest, trois monuments recensés en Centre-Val de Loire présentent des caractéristiques proches (Clauss-Balty 2016). Deux sont conservés sous la forme de massifs de maçonneries à Marcé-sur-Esves (Indre-et-Loire) et à Mazangé (Loir-et-Cher)4, mais aucun enclos n’est identifié (Tardy et Moretti 2002). Le plus emblématique, Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire), encore en élévation de près de 30 m, repose sur un socle de 5,8 m de côté (Marot 2008). Il se distingue par la mise en œuvre d’un habillage et d’un décor en briques. Le monument prend place en avant d’une terrasse maçonnée qui pouvait délimiter un espace funéraire.

44Le site de “ Betbèze ” à Mirande (Gers), bien documenté par la fouille, livre deux enclos, de 13×12,7 m et 16,2×15 m, qui conservent, dans leurs maçonneries occidentales, les fondations de piles de 2,5 à 3 m de côté. L’une d’elles est encore en élévation de près de 4 m (Fig. 18) (Labrousse 1966 : 435-436 ; Vidal 2016 : 51-53). À l’est des clôtures, des interruptions marquent des entrées centrées situées face aux piles. Une trentaine de sépultures, pour l’essentiel des crémations, ont été identifiées à l’intérieur comme à l’extérieur des enclos. Le fouilleur suppose que l’une d’elle, fouillée au pied d’une des piles, pouvait être la sépulture du commanditaire. Le mobilier associé se compose principalement de vases en céramique et en verre, de quelques objets métalliques (fibule, porte-flambeau), ainsi que de fragments de statuaire. Ces deux aires funéraires semblent avoir été fréquentées de la seconde moitié du ier s. au milieu du ive s. ap. J.-C. En dépit de fortes similitudes, rien ne prouve que ces deux monuments aient été strictement contemporains.

Fig. 18 - Enclos et piles de “ Betbèze ” à Mirande (Gers).

Fig. 18 - Enclos et piles de “ Betbèze ” à Mirande (Gers).

Extrait de Labrousse 1966 : 436, Fig. 27

45Le plus petit monument de la série des piles du Sud-Ouest, les “ Tourreilles ” à Montréjeau (Haute-Garonne), présente un module de 2,6×1,7 m, pour une élévation qui devait se situer aux environs de 7 m. Pourtant, l’ensemble repose sur un massif de fondation qui ne dépasse pas 0,6 m de profondeur (Fig. 19) (Clauss-Balty et Soukiassian 2016a : 51-53). À La Chapelle-Vendômoise, le blocage de fondation, épais de 0,4 m, repose directement sur le toit du substrat calcaire, ce qui permet de supposer qu’il a pu supporter un monument en élévation.

Fig. 19 - Classement typologique des piles du Sud-Ouest.

Fig. 19 - Classement typologique des piles du Sud-Ouest.

Extrait de Clauss-Balty et Soukiassian 2016b : 180, Fig. 238

46Alors qu’à l’échelle de la Gaule, piliers et piles constituent des séries relativement homogènes du point de vue architectural et géographique, d’autres exemples, aux plans en apparence proches, ont pu mettre en œuvre une architecture moins développée. C’est le cas d’enclos fouillés en territoire Trévire, à Mayence-Weisenau (Allemagne), le long des voies situées aux abords de l’agglomération qui se développe autour du camp où stationnent des troupes romaines. Si on compte des enclos maçonnés où se dressait en position centrée un mausolée de type pilier, d’autres structures, généralement de plus petites dimensions, conservent, incluses dans leur maçonnerie face à la voie, des massifs de fondations destinés à recevoir une ou plusieurs stèles funéraires (Witteyer 1993 ; Witteyer 2008) (Fig. 20). Par leurs plans et leurs dimensions, ces exemples sont proches de celui qui nous intéresse, néanmoins les soubassements destinés à recevoir les stèles se situent systématiquement en avant de la clôture, afin que celles-ci soient visibles depuis la voie.

Fig. 20 - Enclos VII, VIII et IX de la voie funéraire de Mayence-Weisenau (Allemagne).

Fig. 20 - Enclos VII, VIII et IX de la voie funéraire de Mayence-Weisenau (Allemagne).

Extrait de Witteyer 2008 : 114.

47Des comparaisons avec le monument de P. Vesonius Phileros, conservé en élévation dans l’enclos 23 de la nécropole de la “ Porta Nocera ” à Pompéi, ont été également envisagées (Fig. 21). Sa fondation rectangulaire, de 2,2 par 1,2 m, présente en effet des dimensions très proches de celles du massif en saillie de La Chapelle-Vendômoise (1,9 par 1,2 m). Néanmoins, contrairement à ce dernier, il n’est pas accolé et chaîné au mur de clôture et semble donc plus proche du type “ pilier ”. Par ailleurs, l’édicule supérieur qui abrite la statuaire est tourné vers la voie et, à l’intérieur, une niche voûtée au niveau du sol abritait des tombes à crémation (Van Andringa et al. 2013 : 106 à 125, fig. 93 et 105). Bien que plus lointain, cet exemple n’est pas dénué d’intérêt, car il présente une chronologie proche et montre que des monuments, même de petites dimensions, ont pu revêtir une double fonction, à la fois mausolée et tombeau, ce qui ne semble pas le cas des piliers et piles répertoriés en Gaule.

Fig. 21 - Le monument funéraire de P. Vesonius Phileros, à Pompéi.

Fig. 21 - Le monument funéraire de P. Vesonius Phileros, à Pompéi.

Extrait de Van Andringa et al. 2013, Fig. 108, 109 et 111

48En raison de son arasement et en l’absence d’éléments architecturaux, il reste difficile de préciser la nature du monument fouillé à La Chapelle-Vendômoise. On ne peut pas totalement exclure qu’il s’agisse d’une construction de type autel ou niche, mais, au regard du plan et des fondations conservées, nous sommes tentés d’y voir un signal de type mausolée-tour, de petites dimensions. Compte tenu de sa position, pris en tenaille par le mur de clôture, il pourrait s’agir d’une petite pile. Cette forme architecturale pourrait être quelque peu mieux représentée dans la région (cf. infra).

Les exemples régionaux

49Au regard de l’inventaire réalisé par Dominique Tardy et Jean-Charles Moretti, les monuments funéraires se rapportant à une élite rurale et mettant en œuvre une architecture plus largement élaborée en pierre restent rares en Centre-Val de Loire (Tardy et Moretti 2002) ; ceci peut être en relation avec la situation excentrée de la région par rapport aux deux pôles de diffusion que sont le territoire Trévire et l’Aquitaine romaine.

50En dehors des trois “ piles ” précédemment citées (cf. supra), un autre monument, dont la vocation funéraire est clairement établie par la découverte de fragments de statues, notamment un sphinx accroupi, et de sépultures à crémation, est celui de Néret (Indre). Ce dernier, fouillé à la fin du xixe s., près de la voie qui relie Saint-Marcel (Indre) à Néris-les-Bains (Allier) (Fig. 22), se composait d’un enclos de 16,2×12,6 m, au centre duquel se trouvait un massif de maçonnerie de 4,2×3 m (Provost, Coulon et Holmgren 1992 : 129 ; Tardy et Moretti 2002 : 47). On peut supposer qu’il supportait un mausolée à l’architecture élaborée.

Fig. 22 - Localisation des sites funéraires régionaux cités dans le texte : Néret (1), Neuvy-Pailloux (2), La Celle-Saint-Avant (3), Cinq-Mars-la-Pile (4), Marcé-sur-Esves (5), Saint-Patrice (6), La Chapelle-Vendômoise (7), Mazangé (8), Villebarou (9) et Gondreville (10), extrait de la carte SRA/PCR “ Agglomérations antiques en région Centre ”.

Fig. 22 - Localisation des sites funéraires régionaux cités dans le texte : Néret (1), Neuvy-Pailloux (2), La Celle-Saint-Avant (3), Cinq-Mars-la-Pile (4), Marcé-sur-Esves (5), Saint-Patrice (6), La Chapelle-Vendômoise (7), Mazangé (8), Villebarou (9) et Gondreville (10), extrait de la carte SRA/PCR “ Agglomérations antiques en région Centre ”.

D’après J. Vilpoux, C. Cribellier, É. Roux, 2012, PCR “ Agglomérations secondaires antiques en région Centre ”

51Dans ce même secteur géographique, on compte également quatre enclos maçonnés, fouillés récemment près de la grande villa du “ Gué des Grands Buissons ” à Neuvy-Pailloux (Indre). La découverte ancienne d’une tombe aristocratique datée de la première moitié du ier s. ap. J.-C., à proximité de la fouille, permet de juger du statut social de ses premiers occupants (Ferdière et Villard 1993 : 156-204). Les enclos maçonnés, complets ou restitués, sont de plan carré, de 4, 6 et 7 m de côté. Deux d’entre eux sont centrés dans des murs périboles (Fig. 23) (Roy 2011 : 91-112 ; Roy et al. 2018). Deux clôtures ont livré, en leur centre, des dépôts de crémation, l’un dans une urne en verre, l’autre sans contenant apparent. Le mobilier collecté permet de dater cet espace funéraire des iie-iiie s. ap. J.-C.

Fig. 23 - Neuvy-Pailloux (Indre), “ la Cornaillerie ” et “ les Grivaudines ”, plan synthétique des vestiges.

Fig. 23 - Neuvy-Pailloux (Indre), “ la Cornaillerie ” et “ les Grivaudines ”, plan synthétique des vestiges.

D’après Roy 2011, Fig. 5

52En raison d’un fort arasement, la restitution de ces monuments n’est pas aisée, mais, il semble s’agir d’enclos à ciel ouvert, comme il en existe à Pompéi, dans de la nécropole de la Porta Nocera, l’ensemble 26a notamment (Van Andringa, Creissen et Duday 2016). Le caractère privilégié de cet ensemble de Neuvy-Pailloux repose sur la découverte, dans un puits voisin, d’un fragment lapidaire figurant une sphinge. Toutefois, compte tenu des dimensions de la villa voisine, il n’est pas exclu que cet élément provienne d’un autre monument situé hors emprise, peut-être un mausolée, plutôt que des enclos fouillés.

53Sur le site funéraire des “ Belounes ”, daté de la première moitié du ier s. ap. J.-C., fouillé à La Celle-Saint-Avant (Indre-et-Loire), le caractère privilégié de la sépulture semble reposer sur la présence d’un enclos maçonné de plus grandes dimensions (Sartou 2013). Ce dernier, de 26 m de côté, était destiné à recevoir le dépôt de crémation d’un unique individu retrouvé en son centre. En dehors de deux strigiles en fer, témoins d’une pratique associée à la culture romaine, le mobilier comprend exclusivement des céramiques, parmi lesquelles des formes de service, et des amphores vinaires brûlées.

54À Saint-Patrice (Indre-et-Loire), le caractère monumental de la clôture de 17,6 m de côté, partiellement fouillée, semble assuré par la mise en œuvre d’un appareil soigné, avec ressaut chanfreiné, sur lequel reposaient des chaperons monolithes (Lelong 1999). À l’inverse de l’exemple précédent, cet espace funéraire, fréquentée entre la fin du ier et le début du iiie s., regroupe une population plus large qui pratique majoritairement la crémation. Le mobilier très abondant comprend du verre, de la céramique et des amphores, pour certaines importées du monde méditerranéen. En dehors des vases des dépôts, il est pour l’essentiel brûlé. Néanmoins, la présence dans le répertoire publié de quelques céramiques fines plus anciennes, datées des années 20-50 ap. J.-C., permet d’envisager que cet espace funéraire était à l’origine destiné à une population plus réduite et peut-être privilégiée.

55Les deux exemples qui précèdent n’ont pas livré de monument en élévation, mais des enclos de grandes dimensions et de belle facture, alors qu’au moins l’un d’entre eux est assurément le lieu de sépulture d’un individu d’un rang privilégié. Cette absence peut s’expliquer par une chronologie relativement précoce, centrée sur la première moitié et le milieu du ier ap. J.-C., qui est antérieure la diffusion des monuments de type mausolée dans l’ouest de la Gaule.

56Parmi les ensembles funéraires recensés sur le plateau de Beauce, rares sont ceux qui livrent les témoins d’une architecture plus développée pouvant être associée à la présence d’une élite rurale. L’inventaire, il est vrai ancien, réalisé par Alain Ferdière, n’en mentionne d’ailleurs aucun (Ferdière 1993).

57Une découverte récente, réalisée à l’occasion de la construction de l’autoroute A19, au lieu-dit “ le Coluchon ” à Gondreville (Loiret), concerne l’est du plateau beauceron situé en territoire Sénon. Le monument prend place au sein d’un ensemble funéraire situé à proximité de la voie de Montargis à Sceaux-du-Gâtinais (Loiret) et fréquenté depuis La Tène ancienne jusqu’au courant du iiie s. ap. J.-C. (Scaon 2015). Seules les fondations sont conservées et aucune tombe n’est identifiée. La construction, datée de la fin du ier ou du début du iie s. ap. J.-C., présente un plan en “ fer à cheval ”, d’un peu plus de 3 m de diamètre. Il peut s’agir des soubassements d’un pilier, de la base d’un tumulus parementé, ou, si la construction est ouverte à l’est, comme le suppose le fouilleur, d’une exèdre (Gros 2001). Son niveau de démolition a livré un bloc calcaire comportant une épitaphe dédiée à la mémoire d’un citoyen romain, un élément qui nous renseigne sur le statut du défunt (Dondin-Payre et Scaon 2008).

58À 8 km au sud-est de La Chapelle-Vendômoise, sur la commune de Villebarou (Loir-et-Cher), et non loin de la même voie antique de Blois à Areines, ont été fouillés deux enclos maçonnés quadrangulaires accolés, d’une vingtaine de mètres de côté (Guiot 1998) (Fig. 24). Les deux structures conservent, chaînées à leur mur sud-est, l’une, un édicule centré de plan carré de 3,9 m de côté, l’autre deux constructions d’angle de 3,5 m de côté. Le mobilier associé est rare et plus largement daté des iie-iiie s. ap. J.-C.

Fig. 24 - Villebarou “ les Mardeaux ” (Loir-et-Cher), plan synthétique des vestiges.

Fig. 24 - Villebarou “ les Mardeaux ” (Loir-et-Cher), plan synthétique des vestiges.

D’après Guiot 1998, Fig. 10

59Ces constructions sont précédées par une série de dépôts céramiques et de fragments de vases et d’amphores vinaires brûlés datés des années 20-50 ap. J.-C. Quelques restes osseux sont également collectés, mais aucune origine, humaine ou animale, n’a pu être déterminée. En raison de l’arasement du site et de l’altération du mobilier, l’interprétation de la fonction de ce double enclos reste incertaine, mais, sans totalement écarter une vocation cultuelle, la nature des dépôts qui le précèdent plaide en faveur d’une vocation funéraire. Les fondations des édicules sont trop peu massives pour correspondre à celles de piles, mais, compte tenu de leur localisation, il pourrait s’agir de petites clôtures destinées à abriter des dépôts de crémation.

Conclusion

60Par son plan régulier de 7,2 m de côté et la nature des restes collectés, la structure fouillée à La Chapelle-Vendômoise constitue assurément un enclos funéraire, très largement arasé et récupéré. Des comparaisons avec les plans de monuments encore en élévation suggèrent que le massif, de 1,85 par 1,7 m, associé à cette clôture constitue les fondations d’un petit mausolée-tour, peut-être une pile, un type illustré par quelques exemplaires dans la région. Au regard de sa localisation, cet ensemble se rattache très probablement à une villa partiellement fouillée, implantée à 250 m au nord-ouest. Cette association habitat/monument funéraire, peu fréquemment observée, nous renseigne sur le statut de son propriétaire. Sa présence témoigne de l’adoption de formes et de pratiques funéraires d’origine méditerranéenne jusqu’au sein de ce territoire rural. Cette découverte s’inscrit dans un paysage densément occupé, à proximité d’une voie reliant les vallées de la Loire et du Loir.

61Les vestiges découverts à La Chapelle-Vendômoise permettent de compléter un inventaire peu documenté de monuments funéraires associés à la présence d’une élite rurale en région Centre-Val de Loire au cours du Haut-Empire. Alors que les fouilles de nécropoles rurales se multiplient, ce type d’édifice demeure relativement rare et son identification reste difficile en l’absence de fragments de statuaire ou d’inscription. Le matériel associé ne rend le plus souvent pas compte du rang social occupé par le défunt. Il comprend au mieux des urnes en verre, des vases en céramique et quelques objets personnels, ou peut être réduit à quelques résidus de crémation. Comme a pu précédemment le souligner Alain Ferdière, on relève une nette opposition entre les riches assemblages des tombes de La Tène et de la période gallo-romaine précoce et les modestes dépôts associés aux monuments funéraires du Haut-Empire (Ferdière 2004).

62Si une récupération systématique peut expliquer pour partie notre faible documentation, il semble que la région, comme plus largement le nord-ouest de la Gaule, soit peu concernée par ce phénomène de monumentalisation. Au Haut-Empire, elle se situe en marge des deux principales aires de diffusion architecturale que sont l’Aquitaine romaine, pour les piles, et le territoire Trévire, pour les piliers. Par ailleurs, il est probable que le mode d’exploitation de ces espaces agricoles ait également eu une incidence. En région, on relève plus généralement un tissu dense d’établissements de taille petite à moyenne, mais un nombre assez réduit (environ 15 %) de grandes et très grandes villae, propriétés de personnages de plus haut rang (Gandini 2008 : 246-249, Ferdière et al. 2010 ; Couvin 2018 : 277-285). Pour la même période, les attestations de la mise en œuvre d’une architecture funéraire monumentale restent également rares au sein des nécropoles péri-urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Achard-Corompt et al. 2016

Achard-Corompt N., Kasprzyk M., Durost R. et Bontrond R., avec la collaboration de Gestreau R., Jemin R., Gérard M., Izri S., Nouvel P. et Riquier V. - Présence des élites en milieu rural en territoires rème et tricasse durant le Haut-Empire : l’apport dans les monuments funéraires, in : Castorio J.-N. et Maligorne Y. (éd.), Mausolées et grands domaines ruraux à l’époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Ausonius Éditions, Scripta Antiqua, 90, Bordeaux : 35-64.

Audin 1977

Audin P. - La pile de Cinq-Mars et les piles gallo-romaines, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 84, 2 : 351-367.

Baguenier 2008

Baguenier J.-Ph. (dir.) - Levroux “ Le Bois Maussant ” (Indre), Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 63 p., 68 fig.

Bel 2002

Bel V. (dir.) - Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule, la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 11, Lattes, 539 p.

Blaizot 2009

Blaizot F. (dir.) - Pratiques et espaces funéraires dans le Centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Gallia, 66-1, CNRS éditions, Paris, 383 p.

Caudron 1972

Caudron M. - Carte géologique de la France, feuille Blois au 1/50 000 (no 428), notice explicative, 21 p., Orléans, BRGM.

Cherdo 2014

Cherdo F. - Création de la ZAC du “ Parc des Mézières ”, Villebarou, Loir-et-Cher, phase 1, Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Chimier 2009

Chimier J.-Ph. (dir.) - La nécropole gauloise et gallo-romaine de la Haute-Cour, ensemble 2, Esvres-sur-Indre, Indre-et-Loire, rue du Chamoine Noël Carlotti, Rapport de fouille, volume 1, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 203 p.

Clauss-Balty 2016

Clauss-Balty P. (dir.) - Les piles funéraires gallo-romaines du Sud-Ouest de la France, ARCHAIA III, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 231 p.

Clauss-Balty et Soukiassian 2016a

Clauss-Balty P. et Soukiassian G. - Catalogue des monuments, in : Clauss-Balty P. (dir.), Les piles funéraires gallo-romaines du sud-ouest de la France, ARCHAIA III, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, Pau : 13-98.

Clauss-Balty et Soukiassian 2016b

Clauss-Balty P. et Soukiassian G. - Étude typologique des piles funéraires de Sud-Ouest, in : Clauss-Balty P. (dir.), Les piles funéraires gallo-romaines du sud-ouest de la France, ARCHAIA III, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, Pau : 179-199.

Couvin 2005

Couvin F. - Premier aperçu de la céramique du Val de Loire au ier s. de notre ère, au regard de fouilles récentes des secteurs d’Orléans, Blois et Tours, in : Rivet L. (dir.), Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, actes du Congrès de Blois, Marseille : 99-138.

Couvin et al. 2007

Couvin F., Delémont M., Durand R. et Poupon F. - Le site funéraire de Saint-Marcel “ Les Palais ” (Rue du Rio) (36.200.080.AH), Document final d’opération de fouille archéologique, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 98 p., 26 fig., 28 pl. et annexes.

Couvin 2016

Couvin F. (dir.) - La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher), “ Poisse Mer ” (tranche 1), Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre-Val de Loire, 55 p.

Couvin 2018

Couvin F. (dir.) - Deux établissements ruraux laténiens et gallo-romains du plateau de Petite Beauce : “ Beaudisson ” et “ La Gueule ”II à Mer (Loir-et-Cher), 68e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, série “ Établissements ruraux laténiens et gallo-romains du centre de la Gaule ”, vol. 2, FERACF, Tours, 322 p.

Cribellier 2016

Cribellier Ch. (dir.) - Agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire, 106 notices archéologiques et synthèse, série “ Agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire ”, vol. 3, 63e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours, 481 p.

Dondin-Payre et Scaon 2008

Dondin-Payre M. et Scaon C. - Inscription funéraire trouvée à Gondreville (Loiret, cité des Sénons), Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], 45-46, 2006-2007, mis en ligne le 08 avril 2008, URL : http://racf.revues.org/839, consulté le 01 mars 2018.

Durand 1998

Durand S. - Une sépulture à “ La Treille d’Hérault ”, La Chapelle-Vendômoise, Loir-et-Cher (41.040.008.AH), Document final de synthèse, Afan, Orléans, SRA Centre.

Durand et Hamon 1998

Durand S. et Hamon T. - Épuisay-Vendôme, Blois-Saint-Gervais, RD 957 et RD 765, Rapport d’évaluation archéologique, Afan, Orléans, SRA Centre.

Ferdière 1993

Ferdière A. - Sépultures dans le monde rural gallo-romain : le cas de la Beauce, in : Ferdière A. (dir.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, actes du colloque Archéa/Ager, 7-9 février 1992, Orléans, 6e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 209-239.

Ferdière 2004

Ferdière A. - Indigènes et “ romanisés ” à travers la tombe privilégiée en Gaule, Latomus, revue d’études latines, 63, 35-57.

Ferdière et Villard 1993

Ferdière A. et Villard A. - La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges, Mémoire 2 du Musée d’Argentomagus, 7e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours, 316 p.

Ferdière et al. 2010

Ferdière A., Gandini C., Nouvel P., Collart J.-L. - Les grandes villae” à pavillons multiples alignés ” dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origines et fonctions, RAE, 59 : 357-446.

Février 1993

Février S. - Le mausolée gallo-romain de Faverolles (Haute-Marne), in : Ferdière A. (dir.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, actes du colloque ArchEa/Ager, 7-9 février 1992, Orléans, 6e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 93-98.

Frénée et Chambon 2000

Frénée É. et Chambon M.-P. - La Chapelle-Vendômoise “ La Vallée de la Croix Rouge ” (41.040.003.AH), Document final de synthèse d’opération préventive de fouille archéologique, Afan, Orléans, SRA Centre.

Gandini 2008

Gandini C. - Des campagnes gauloises aux campagnes de l’antiquité tardive, 33e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, 511 p.

Germinet, Marot et Salin 2014

Germinet D., Marot E. et Salin M. - De la viande et des pots dans la proche campagne d’Avaricum (Bourges-Cher) : exemple de la villa de Lazenay et mise en perspective, in : Deru X. et Gonzalez Villaescusa R. (dir.), La consommation dans les campagnes de la Gaule romaine, actes du Xcongrès de l’Association AGER, Lille, 4-6 avril 2012, Revue du Nord, Hors-Série, Collection Art et Archéologie, 21, Villeneuve-d’Ascq : 171-180.

Gros 2001

Gros P. - L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut- Empire, 2, Maisons, palais, villas et tombeaux, 3e partie, Les monuments funéraires, Picard, Paris, 528 p.

Guiot 1998

Guiot Th. (dir.) - Rocade nord de Blois, Villebarou “ Les Mardeaux ” (41.276.001.AH), Document final de synthèse, AFAN, Orléans, SRA Centre.

Hatt 1951

Hatt J.-J. - La tombe gallo-romaine, recherches sur les inscriptions et les monuments funéraires gallo-romains des trois premiers siècles de notre ère, réédition 1986, Picard, Paris, 244 p.

Hillson 2009

Hillson S. - Teeth, Manuals in Archaeology, Cambridge University Press, Tours, 376 p.

Kremer 2016

Kremer G. - Monuments funéraires de la cité des Trévires occidentale : réflexions sur les commanditaires, in : Castorio J.-N. et Maligorne Y. (éd.), Mausolées et grands domaines ruraux à l’époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Ausonius Éditions, Scripta Antiqua, 90, Bordeaux : 75-92.

Labrousse 1966

Labrousse M. - Informations archéologiques, circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 24, 2 : 411-448.

Lelong 1999

Lelong C. - La nécropole gallo-romaine de Saint-Patrice (Indre-et-Loire), canton de Langeais, Mémoire de la Société Archéologique de Touraine, 64 : 9-56.

Lenorzer 2006

Lenorzer S. - Pratiques funéraires du Bronze final IIIb au premier âge du Fer en Languedoc occidental et Midi-Pyrénées : Approche archéo-anthropologique des nécropoles à incinération, Thèse en Anthropologie biologique, Université Bordeaux I, 2 vol.

Lepetz 2013

Lepetz S. - Offrandes carnées sur les bûchers et restes de repas autour des tombes, témoignage des os animaux, in : Van Andringa et al. (dir.), Mourir à Pompéi, Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), volume 2, : 1367-1400 (Collection de l’École Française de Rome ; 468).

Leymarios et Despriée 1974

Leymarios C. et Despriée J. - Inventaire des mégalithes de la France, 3, Loir-et-Cher, supplément à Gallia Préhistoire, 248 p., ill.

Liger 1974

Liger B. - Le traitement de l’information dans l’espace historique, Thèse de 3e cycle, 4 tomes, Université de Tours.

Marot 2008

Marot E. - La pile gallo-romaine de Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire) : réexamen du dossier à la lumière des découvertes récentes, Revue Archéologique du Centre de la France, 47, FERACF, [en ligne], 2008, mis en ligne le 19 mai 2009, URL : https://racf.revues.org/1174, consulté le 05 décembre 2016.

Provost, Coulon et Holmgren 1992

Provost M., Coulon G. et Holmgren J. - Carte archéologique de la Gaule, 36, Indre, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 240 p.

Riquier et Salé 2006

Riquier S. et Salé Ph. - La nécropole du Haut-Empire de Tavant (Indre-et-Loire), in : Ferdière A. (éd.), Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre, 1, 29e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 7-108.

Robert 1996

Robert S. - Étude morphologique du parcellaire et de la voirie de la région de Beaugency (Loiret, Loir-et-Cher), in : Chouquer G. (dir.), Les formes du paysage 1, Étude sur les parcellaires, Édition Errance : 138-147.

Robert et Verdier 2014

Robert S. et Verdier N. - Section 1, Synthèse, in : Robert S. et Verdier N. (dir.), Dynamique et résilience des réseaux routiers : archéogéographes et archéologues en Île-de-France, 52e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 11-70.

Roy 2011

Roy G. - Neuvy-Pailloux, Indre, “ La Cornaillerie ” et “ Les Grivaudines ”, Les abords de la villa du Gué des Grands Buissons (ier-iiie s. ap. J.-C.), Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 535 p.

Roy et al. 2018

Roy G., Chéroux A., Delémont M., Fourré A., Moirin A. et Pradat M. - Un établissement rural et un ensemble funéraire antiques à proximité de la villa du “ Gué des Grands Buissons ” : le site de “ la Cornaillerie ” et “ les Grivaudines ” à Neuvy-Pailloux (Indre), Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 26 septembre 2018, consulté le 30 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2883

Sartou 2013

Sartou A. - Le site des “ Belounes ” à La Celle-Saint-Avant (Indre-et-Loire) : un enclos maçonné gallo-romain à vocation funéraire, in : Ferdière A. (éd.), Ensembles funéraires gallo-romains de la Loire moyenne, II, 44e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 9-24.

Scaon 2015

Scaon C. - Gondreville “ Le Coluchon ” et Treilles-en-Gâtinais “ Le Soy ”, in : Ferdière A. et Guiot Th. (dir.), Les sites archéologiques de l’autoroute A19 (Loiret), 54e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, série “ Archéologie de l’autoroute A19 ” , vol. 1, FERACF, Tours : 233-239.

Sillières et Soukoussian 1993

Sillières P. et Soukoussian G. - Les piles funéraires gallo-romaines du sud-ouest de la France : état de la recherche, in : Ferdière A. (dir.), Mondes des morts, monde des vivants en Gaule rurale (ier s. av.-ve s. ap. J.-C.), Actes du colloque ARCHEA/AGER (Orléans, 7-9 février 1992), 6e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 299-306.

Susini, Baud et Tochon-Danguy 1988

Susini A., Baud C.-A. et Tochon-Danguy H.-J. - Identification d’un traitement thermique des os préhistoriques humains, in : Buchet L. (dir.), Anthropologie et Histoire ou Anthropologie Historique ? Actes des 3es Journées Anthropologiques de Valbonne, Notes et Monographies Techniques, 24, Éditions du CNRS, Paris : 43-67.

Talin d’Eyzac et Chambon 1998

Talin d’Eyzac S. et Chambon M.-P. - La Chapelle-Vendômoise, “ Le Sentier d’Hérault ”, Loir-et-Cher (41.040.002.AH), Rapport d’évaluation archéologique, Afan, Orléans, SRA Centre.

Tardy et Moretti 2002

Tardy D. et Moretti J.-Ch. - Inventaire des monuments funéraires de la France gallo-romaine, in : Landes Ch. (éd.), La mort des notables en Gaule romaine, Catalogue de l’exposition, Lattes, Musée archéologique Henri-Prades, 10 octobre 2001 - 4 février 2002, Musée Henri Prades, Lattes : 27-102.

Vidal 2016

Vidal M. - Fouilles des piles funéraires de Betbèze à Mirande (Gers), essai de synthèse, in : Clauss-Balty P. (dir.), Les piles funéraires gallo-romaines du Sud-Ouest de la France, ARCHAIA III, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, Pau : 129-155.

Van Andringa et al. 2013

Van Andringa W., Duday H., Lepetz S., Joly D. et Lind T. - Mourir à Pompéi, Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), volume 1, Collection de l’École Française de Rome, 468, 987 p.

Van Andringa, Creissen et Duday 2016

Van Andringa W., Creissen Th. et Duday H. - La nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi : naissance et développement d’un paysage funéraire romain (ier siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C.), Chronique des activités archéologiques de l’École Française de Rome, [en ligne], Les cités vésuviennes, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 1 octobre 2017, URL : http://cefr.revues.org/1528.

Witteyer 1993

Witteyer M. - Die Ustrinen und Busta von Mainz-Weisenau, in : Struck M. (éd.), Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Archäologische Schriften des Instituts für Vor- und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg-Universität, Mainz, 3 : 69-80.

Witteyer 2008

Witteyer M. - La nécropole de Mayence-Weisenau, une voie pour les vivants et les morts, Les Dossiers de l’Archéologie, 330, Dijon : 114-119.

Haut de page

Notes

1 Topographie : F. Ben Nejma (Inrap), DAO : V. Chollet (Inrap).

2 Comme souvent en Beauce, la fréquence des toponymes IGN portant le nom de “ Fosse ” trahit la présence d’extractions de calcaire de datation récente. Sur la commune de La Chapelle-Vendômoise, on en compte près d’une dizaine, comme “ Fosse Borgne ”, “ Fosse Rabier ”, “ Fosse aux Gémiaux ”, “ Fosse Gilles ”, “ Fosse aux Gants ”, “ Fosse des Villes Assorts ”, “ Fosse Maison ”, “ Fosse aux Prêtres ” et “ Fosse à l’Âne ” (Fig. 2).

3 Pour les plus fréquents : autel funéraire, tombeau à édicule, tombeau circulaire, tombeau-temple, mausolée-tour (pilier, pile), mausolée en exèdre ou en pyramide.

4 Environ 3 m de côté pour la première dont ne reste qu’un massif de maçonnerie déchaussé et basculé. La seconde présentait encore une élévation de 2,5 m, pour une section de 3,9 par 3,45 m, en 1863.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation de La Chapelle-Vendômoise sur la voie antique de Blois à Areines (Loir-et-Cher), extrait de la carte SRA/PCR “ Agglomérations antiques en région Centre ”.
Crédits D’après J. Vilpoux, C. Cribellier, É. Roux, 2012, PCR “ Agglomérations secondaires antiques en région Centre ”
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 - Extrait de la carte IGN, localisation du diagnostic (no 1) et des sites mentionnés dans le texte (nos 2 à 6).
Crédits Infographie : V. Chollet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 3 - Plans des établissements gallo-romains voisins - 1 : villa “ la Vallée de la Croix Rouge ” (Frénée et Chambon 2000), 2 : villa “ les Guiebres de Cottereau ”. Plan d’après H. Delétang, complété par www.bing.com/maps le 31/03/2013), 3 : bâtiment “ la Vallée du Chaland ” (plan d’après J.-L. Lecœuvre, complété par www.bing.com/maps le 31/03/2013).
Crédits Infographie : V. Chollet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4 - Plan masse du diagnostic, les structures gallo-romaines apparaissent en noir, les structures en gris sont non datées ou contemporaines.
Crédits Infographie : V. Chollet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 5 - Plan et coupes de l’enclos funéraire et des structures associées.
Crédits Infographie : V. Chollet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 6 - L’enclos funéraire, vue depuis l’est.
Crédits Cliché : F. Couvin
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 7 - Détail de la coupe du mur F10, vue depuis le sud.
Crédits Cliché : F. Couvin
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 9 - Massif de fondation du fait F5, vue depuis l’est.
Crédits Cliché : M. Barret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 10 - Tableau récapitulatif des os brûlés humains (F5, Us 2).
Crédits M. Delémont
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 11 - Cols de cruches en céramique commune claire (F5, Us 2).
Crédits Infographie : F. Couvin
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 12 - Jeton en os brûlé.
Crédits Cliché : M. Delémont
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 13 - Fosse ou dépôt F11, vue depuis le sud.
Crédits Cliché : A. Fontaine
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 14 - Plan et coupes du fossé F1.
Crédits Infographie : V. Chollet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 15 - Plan et log de la fosse d’extraction F13.
Crédits Infographie : V. Chollet
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 16 - Localisation de l’enclos funéraire et de la villa “ la Vallée de la Croix Rouge ”.
Crédits Frénée et Chambon 2000 ; Couvin 2016 (infographie : V. Chollet)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 17 - Mausolée de Faverolles (Haute-Marne), plan et restitution.
Crédits Extrait de Février 1993 : 95-96, Fig. 3-4
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 18 - Enclos et piles de “ Betbèze ” à Mirande (Gers).
Crédits Extrait de Labrousse 1966 : 436, Fig. 27
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 19 - Classement typologique des piles du Sud-Ouest.
Crédits Extrait de Clauss-Balty et Soukiassian 2016b : 180, Fig. 238
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 20 - Enclos VII, VIII et IX de la voie funéraire de Mayence-Weisenau (Allemagne).
Crédits Extrait de Witteyer 2008 : 114.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 21 - Le monument funéraire de P. Vesonius Phileros, à Pompéi.
Crédits Extrait de Van Andringa et al. 2013, Fig. 108, 109 et 111
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 22 - Localisation des sites funéraires régionaux cités dans le texte : Néret (1), Neuvy-Pailloux (2), La Celle-Saint-Avant (3), Cinq-Mars-la-Pile (4), Marcé-sur-Esves (5), Saint-Patrice (6), La Chapelle-Vendômoise (7), Mazangé (8), Villebarou (9) et Gondreville (10), extrait de la carte SRA/PCR “ Agglomérations antiques en région Centre ”.
Crédits D’après J. Vilpoux, C. Cribellier, É. Roux, 2012, PCR “ Agglomérations secondaires antiques en région Centre ”
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 23 - Neuvy-Pailloux (Indre), “ la Cornaillerie ” et “ les Grivaudines ”, plan synthétique des vestiges.
Crédits D’après Roy 2011, Fig. 5
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 24 - Villebarou “ les Mardeaux ” (Loir-et-Cher), plan synthétique des vestiges.
Crédits D’après Guiot 1998, Fig. 10
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2969/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Couvin, Marielle Delémont, Alexandre Fontaine et Philippe Gardère, « Note sur la découverte d’un petit monument funéraire à proximité d’une villa, à La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/racf/2969

Haut de page

Auteurs

Fabrice Couvin

Responsable d’opération, Inrap, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Marielle Delémont

Anthropologue, Inrap

Articles du même auteur

Alexandre Fontaine

Archéozoologue, Inrap

Philippe Gardère

Géomorphologue, Inrap, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page