Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Boissinot - Qu’est qu’un fait archéologique ?

Coll. “ En temps et en lieux ”, éd. EHESS, Paris, 2015, 367 p., 20 Fig.
Alain Ferdière
Référence(s) :

Philippe Boissinot - Qu’est qu’un fait archéologique ?, Coll. “ En temps et en lieux ”, éd. EHESS, Paris, 2015, 367 p., 20 Fig.

Texte intégral

  • 1 Comme l’observe d’ailleurs l’auteur lui-même dans sa conclusion. Il a lui-même déjà œuvré dans ce s (...)
  • 2 NB : les références bibliographiques données parfois ici étant celles citées par l’auteur de l’ouvr (...)

1On doit se réjouir de voir paraître un tel essai de réflexion sur la nature de l’objet de l’archéologie, dans un paysage archéologique français qui accorde peu de place à ce genre méthodologique1. Il suscite, comme il est normal, un certain nombre d’observations et de commentaires de ma part, globalement positifs, avec les quelques réserves permettant d’ouvrir – je l’espère – au débat et à la discussion2

  • 3 C’est souvent selon moi une manière “ branchée ” de dire “ histoire ”.

2La déclaration d’intention de l’ouvrage (p. 4 de couverture) constate que l’archéologie est devenue une “ discipline tendance ”, qui apparaît partout3, formulation où l’on perçoit une certaine ironie. L’auteur souhaite – par une approche épistémologique – remettre l’accent sur le contexte où se déroule la fouille, la seule question valable selon lui étant “ que s’est-il vraiment passé ici, à tel ou tel moment précis du passé ? ” : un point de vue que je partagerais volontiers.

3L’essai est subdivisé en douze chapitres, classiquement encadrés par une introduction et une conclusion.

  • Chap. 1 - Une pratique savante sur les agrégats

  • Chap. 2 - L’extension du domaine de l’archéologie, vers l’actuel et la philosophie

  • Chap. 3 - Mise au jour : qu’est-ce qu’il y a ici ?

  • Chap. 4 - Exhumer fait preuve de l’existant

  • Chap. 5 - Embrayer vers ce qui s’est passé

  • Chap. 6 - Ni simple déblaiement, ni enquête policière

  • Chap. 7 - À la quête d’agents rationnels

  • Chap. 8 - Déplacements et contradictions. Acculturations et religions

  • Chap. 9 - Appréhender les collectifs

  • Chap. 10 - Archéologie dans l’espace

  • Chap. 11 - Les trois sources : traces, images et textes

  • Chap. 12 - Préhistoire, protohistoire et histoire

  • 4 Quant aux “ archéologues ” cités, parmi les auteurs mentionnés en bibliographie, on a d’ailleurs en (...)

4Procédons maintenant à une analyse détaillée au fil du texte. Dès l’Avant-propos, Ph. Boissinot se revendique d’une demi-douzaine d’auteurs-chercheurs contemporains, parmi lesquels le recours à A. Schnapp ou J.-P. Demoule peut paraître contradictoire avec l’invocation faite par ailleurs – de manière récurrente – de la primauté de l’activité de terrain et de la fouille4.

5– Dans son Introduction (p. 11), l’auteur se défend d’avoir un discours “ dans le vent ” concernant l’archéologie, certes surtout hors d’Europe. Dont acte : on ne lui en tiendra pas grief, tant sont rares en France les réflexions épistémologiques et méthodologiques un peu approfondies sur la discipline, et même on l’en remerciera. Il est certainement bénéfique de s’interroger sur la nature de l’archéologie et de son objet, à l’heure où la pratique prévaut largement, sans état d’âme et souvent même sans réflexion. Mais ceci est au risque de séparer théorie et pratique, et l’affirmation, d’emblée, de l’auteur selon laquelle l’archéologie est le lieu d’intersection entre historiographie, épistémologie et sociologie des sciences, peut paraître lapidaire, voire obscure, en tout cas à ce point du développement.

  • 5 Ou ne serait-ce pas plutôt le “ fait archéologique ” que le “ site ”, si l’on en juge sur le titre 

6Ph. Boissinot propose d’entrée (p. 10 sqq.) le terme d’“ agrégat ”, emprunté explicitement à la métaphysique, en alternative à celui, plus commun, de “ site archéologique ”5 : ceci est-il vraiment nécessaire ? Peut-être pas, puisque l’auteur s’en défait déjà p. 22 et qu’il reprendra en conclusion ce terme de “ site ”, qu’il reconnaît comme équivalent… Mais voyons la suite. L’opération archéologique consiste dès lors en un démontage de l’agrégat. La comparaison, classique et d’ailleurs réfutée par la suite, avec l’enquête policière paraît cependant ici un peu gratuite…

  • 6 D’ailleurs, incidemment, l’utilisation métaphorique, complaisante et récurrente, depuis S. Freud et (...)
  • 7 D’autant qu’on passe, presque sans transition, de la Grèce archaïque, classique et hellénistique à (...)

7– Chap. 1 (p. 22), on peut considérer qu’à propos du rapport entre archéologie et histoire, l’auteur enfonce un peu des portes ouvertes, et l’historiographie du terme “ archéologie ” depuis la Grèce antique, en général simplement au sens de science historique6, ne m’apparaît pas forcément indispensable7. On passe ensuite (p. 50) à un tableau “ à grands traits ” de l’archéologie en Europe.

  • 8 NB : la référence au texte de Thucydide sur la fouille des tombes des Cariens était à ma connaissan (...)

8– Chap. 2, la définition de la démarche archéologique n’intervient que p. 32-33, avec un peu de jeu de mots entre “ mise à jour ” et “ mise au jour ”8. On note au passage, p. 54, l’usage du terme “ civilisation matérielle ” (en italique) qui, on le constate par ailleurs, revient à la mode, notamment auprès des protohistoriens (plutôt “ culture matérielle ”). L’essentiel du propos est défini p. 78 sqq. : à la question “ qu’est-ce qu’il y a ici ? ” se substitue celle “ qu’est-ce qui s’est passé ici ? ”.

  • 9 Qu’il faudrait aussi, honnêtement, resituer dans son époque, il y a aujourd’hui plus de trois-quart (...)
  • 10 Quant à la méthode d’enregistrement, aujourd’hui largement adoptée, par US en séquence, de M. Biddl (...)
  • 11 Dans la mesure ou un creusement directement et immédiatement destiné à être rebouchée, ce qui est l (...)

9– Chap. 3, incidemment, p. 90, la critique de la méthode de fouille de S.M. Wheeler9 qui pécherait notamment parce que les bermes sont non fouillées est injuste : celui-ci dit explicitement qu’il faut les fouiller en dernier lieu et cette erreur méthodologique, réelle, vient en fait de l’application dans les années 1970 de cette méthode en France, de manière simplifiée, par P. Courbin10. En ce qui concerne les méthodes de fouille, certaines références sont bienvenues mais parfois un peu obsolètes : c’est le cas de la mention de la “ méthode Harris ” en France, pour laquelle est cité Edward Harris et Bruno Desachy mais non Martin Biddle ni Henri Galinié, et lesdites “ lois ” de Harris sont improprement qualifiées de “ modèle ”. De même, le cas du trou de poteau n’est sans doute pas le meilleur exemple pour tenter d’expliquer ce qu’est une US négative11, et l’explication paraît également un peu approximative pour “ équivalence/égalité ”. Dans le même ordre d’idée, la proposition d’H. Galinié de remplacer les termes ambigus et imprécis de “ couche ” ou “ niveau ” par terme de “ dépôt ”, n’est suivie que p. 92. Mais tout ceci et certes un peu du pinaillage terminologique et méthodologique. On note cependant parfois quelque confusion conceptuelle, par exemple, au sujet de la datation pour les échelles d’analyse, pour laquelle seule sont cités la micromorphologie, les “ dosages chimiques des sols ” et la radiométrie des matériaux.

10Sur un autre point (p. 95), le fait que l’auteur note que si l’on se demande ce qui manque, c’est qu’on a commencé à interpréter peut paraître contradictoire avec ce qui est dit p. 97 (“ avant toute interprétation ”). On pourrait aussi juger que la place donnée à la dimension du temps, par rapport aux dimensions spatiales reste ici congrue.

11– Chap. 4, p. 105, si un dépôt lacustre ou un sondage carotté en dépôt sédimentaire n’est pas “ archéologique ”, comme le suggère l’auteur, alors le paysage ne l’est pas non plus, ni objet d’archéologie. Je note en revanche (p. 114-115) une intéressante critique de la distinction de Djindjian (2011), pour la typologie, entre “ types réels ” et “ types virtuels ”. Et l’on verra (p. 115 sqq.) une suggestive discussion sur “ la preuve ” en archéologie. Et p. 144 sqq., intéressantes observations sur les fouilles d’A. Gallay à Sion – d’après Gallay lui-même – selon lesquelles, avec l’approche ethnoarchéologique, il n’y a pas de “ reconstitution historique ” vraiment possible, comme initialement proposé. Avec cet auteur, on assiste ainsi à une importante remise en cause des “ modèles utilisés plus ou moins consciemment dans les comptes rendus de découverte scientifique ”, et ce sans différence fondamentale entre l’énoncé de fictions ou de réalités : porosité entre roman et histoire. Et p. 150 sqq., je note encore le travail de remplissage nécessaire pour le récit historique (selon P. Veyne) : “ rétrodiction ”, surtout de manière consciente, pour combler les blancs…

12À l’inverse, des points méritent ici discussion : par exemple p. 125, l’auteur trouve le terme d’“ archéogéographie ” bien meilleur que celui d’“ archéologie du paysage ” : je ne suis pas d’accord ici, ne serait-ce que parce qu’il n’est pas clair, dans sa référence à la géographie, par rapport à son réel objet.

13– Chap. 5 : p. 127, le propos concernant la prospection peut apparaître assez superficiel. Discutable bien sûr aussi à mon avis la définition de l’archéologie selon F. Djindjian (2011) comme “ reconstitution du passé dans une approche globale systémique ”.

14On verra encore (p. 152 sqq.) la question de l’analogie et des comparaisons : l’archéologie, pour la reconstitution de “ quasi-mondes ” (supra), doit combler de nombreuses lacunes, car il existe peu d’analogies, qui sont puissamment heuristiques ; cf., selon J.-C. Passeron, le rôle de l’analogie dans les “ modèles ” (avec l’exemple de la ville, p. 156).

  • 12 L’auteur revenant donc ici sur la comparaison avec l’enquête policière.

15– Au chap. 6, était-il vraiment nécessaire d’émettre des banalités telles que : l’archéologie n’est “ ni simple déblaiement, ni enquête policière ”, avec la référence galvaudée à Agatha Christie12 ? L’archéologie “ ressemble ” en effet à une enquête policière, mais avec de nombreuses différences, car en la matière, de nombreuses actions ne laissent pas de traces, ou peu, ou floues. Pourtant, l’auteur, après avoir dit que cette comparaison était galvaudée, s’étend ici longuement sur ce point.

16Puis intervient un examen assez rapide et à mon sens simplificateur, voire simpliste, de la New Archaeology et de ses suites en France. Puis (p. 166) il examine le manuel de J.-P. Demoule et al. 2002, avec la critique adressée à ce dernier sur la nécessité d’une “ théorie ” conscient de la démarche archéologique. Ph. Boissinot pense – à mon avis à tort – qu’il peut exister cependant une approche “ naïve ”. P. 168 sqq., est scrutée l’idée d’un “ système d’information archéologique ” numérique (dit ici “ cybernétique ”), avec trois systèmes (objets, informations intrinsèques et extrinsèques) et trois niveaux (acquisition, structuration, modélisation), mais sous langage formel (non naturel), selon F. Djindjian. Qu’y a-t-il ici de spécifique à l’archéologie ? Est-ce la taphonomie ? Voir la question de l’action de l’enfouissement, selon I. Efrenov (pour l’animal en fait, mais plus complexe pour l’archéologie et les sociétés humaines).

17– Chap. 7, concernant la quête d’agents rationnels, l’étude des comportements reste cependant problématique : quelle “ intention ” (pourquoi pas “ fonction ” ?) dans l’“ analyse technologique ” ? Puis est discuté le concept de réutilisation ou non, ainsi que la question de la “ rationalité ” et de la “ chaîne opératoire ” (cf. Balfet 1975) et la question de gestion des ressources (exemple de l’archéozoologie), tout ceci – selon l’auteur – avec plus ou moins de rationalité.

18Les questions d’évolution sont ensuite examinées : métaphore, vision naturaliste selon Darwin, contre laquelle s’élève A. Testard, car dans les sociétés, les mutations sont voulues. Et pour A. Leroi-Gourhan, l’objet de la technique est le geste en vue de produire et non l’objet produit. Le fonctionnement (et non la fonction) est le dénominateur commun entre les réalisations et la tendance : la fonction (visée) et l’objectif du “ fait ” selon A. Leroi-Gourhan. Voir l’“ evolutionary archaeology ” américaine, fondée sur la théorie de l’évolution.

19En fait, malgré ce long préambule, le propos de Ph. Boissinot revient ici, me semble-t-il, à adopter la théorie darwinienne, avec analyses des “ agrégats ” en termes de variation, en vue de sériation (avec analyse statistique).

20– Chap. 8, on observe donc des transports de formes et de matières (d’un groupe social à un autre), mais sans doute non pas des fonctions. Ainsi par exemple – vision en fait assez “ méditerranéo-centré ” de l’auteur –, la diffusion de la construction en terre crue modifie peu à peu localement tout l’habitat (dans ses formes). Il y a “ acculturation ” si les groupes humains sont assez différents. Et la colonisation grecque est alors différente par exemple de la romanisation, cette dernière plus en profondeur (et donc vraie acculturation), avec un groupe dominant : voir la distinction de Roger Bastide (1960) entre acculturation spontanée, organisée ou planifiée, vers la plus intense, et par la rencontre de divers agents culturels et non des cultures elles-mêmes, et alors avec réinterprétation des artefacts.

21Pour parler d’acculturation, il faut que les cultures d’origine soient assez différentes ; mais ceci ne peut être certain que pour les périodes historiques et donc des cultures connues par les textes : voir “ rituels et religion ”, où Ph. Boissinot manifeste son juste intérêt pour l’étymologie des mots quant aux concepts. Ainsi, à l’origine des phénomènes culturels, les rites sont à ce titre plus importants que l’économie : voir, pour les périodes anciennes, les rituels funéraires, ainsi que la religion…

22– Chap. 9 : cf. citation de Salomon Reinach (1911) sur la bonne archéologie, qui n’est pas la recherche d’objets isolés, mais d’ensembles (“ groupes ”) : ce sont quasi les mots mêmes d’Indiana Jones en préambule de ses premières aventures (je plaisante… !). L’auteur aborde ensuite la question des ensembles clos – mais ceux-ci existent-ils vraiment ? –, pour les chrono-typologies (Montelius 1895). Quant aux manuels d’archéologie récente, A. Lehoeff (2002), ainsi qu’A. Moberg (1976), sont cités, avec l’exemple d’ensemble clos tel qu’une tombe, qui n’est en réalité qu’un dépôt volontaire simultané.

23Concernant la question du singulier et du pluriel, par exemple, une société est un ensemble d’individus (tous concrets ou abstraits). Mais ce tout n’est pas seulement une collection d’individus, selon les “ atomistes ”, mais aussi des ensembles, selon les structuralistes (cf. la théorie des ensembles) : ce tout disparaît si les individus sont séparés. Ceci n’est cependant possible que dans la synchronie : voir en archéologie, avec l’informatique, l’analyse des données et les statistiques. Sont alors examinées les questions d’identité collective – culturelle – et d’ethnicité, ainsi que de “ culture matérielle ” en archéologie, ainsi que la question d’ethnie/ethnicité (avec l’exemple de la céramique de Lattes) : en archéologie, on préférera le terme de “ collectif ”.

24– Au Chap. 10 est d’abord évoquée l’expérience (négative) du camp amérindien de Millie, pour la distinction du milieu de vie. La forme de la “ maison ” est en effet très variée : c’est une niche environnementale, entité “ par décret ” et non “ de bonne foi ”, plus simple si elle est clairement délimitée (contraintes extérieures), comme une maison. Puis sont abordées les méthodes statistiques pour, en test, voir si un ensemble d’objets sur un sol est dû ou non au hasard, ce à quoi s’ajoute le problème du temps (cf. lecture de plans avec trous de poteau). Puis est examinée la qualification fonctionnelle des aires d’habitat et question de niveau social (richesse) et encore la question d’interprétation sociale à partir du domaine funéraire : il est curieux que l’auteur ne cite plus ici A. Testard ou autres.

  • 13 Ce terme me paraît impropre ici : au moins autant que des sciences de la terre appliquées en archéo (...)

25D’un point de vue paléo-environnemental, concernant l’environnement du site, le terme de “ site ” – soit “ places-extension par rapport au milieu ” – apparaît ambigu à l’auteur, ce à quoi s’ajoutent des mixtes dont s’occupe la “ géoarchéologie ”13. Quant aux relations d’un site-agrégat à son environnement théorique, voir Fig. 17 (p. 237), avec plusieurs schémas possibles, centripètes ou centrifuges, ces derniers tournés vers les analyses quantitatives et la modélisation, i. e. le traitement “ scientifique ” de l’archéologie. Ceci n’est en effet pas mentionné par les manuels d’archéologie les plus récents (Giligny 2002 et Djindjian 2011), mais en revanche par les géographes.

26Ph. Boissinot précise que, selon J. Bonnemaison, le territoire est un géosymbole. Et des possibilités sont ouvertes pour l’archéologie hors site et l’archéologie des champs (avec l’exemple un peu galvaudé du vignoble des Girardes, Fig. 18). Cette archéologie environnementale veut s’inscrire dans la réflexion sur le futur, comme de même se pose la question de l’intersite, i. e. des “ relations entre les sites ” : archéologie et paléo-environnement – mais, ajouterais-je, les deux sont-ils du même domaine ? –. Cette définition de l’intersite me paraît trop restrictive, en ce qu’il devrait aussi inclure par exemple les parcellaires. Mais un problème se pose de contemporanéité entre sites pour associer les sites entre eux, ce qui est moins facile qu’en géographie, malgré les Bases de Données et les logiciels (auxquels Ph. Boissinot se dit réticent, avec F. Djindjian). S’ajoute encore le problème de fonction et de rang des sites (et cf. modèles de Christaller). En matière d’archéologie spatiale, l’auteur en reste en gros aux polygones de Thiessen. Pour la hiérarchisation s’ajoute la question de dépendance, prise en compte par Archeomedes, Archaedyn et Tranmondyn, et en particulier par L. Nuninger et L.Sanders14.

27On revient ensuite (p. 245) sur intérêt des SIG : l’“ archéologie du paysage ” est opposée à l’archéogéographie de G. Chouquer (2007 ; 2008), distincte de la géographie et de l’archéologie. En conclusion de ce chapitre est présentée une étude de cas sur un territoire protohistorique, celui des Élysiaques, dans le SE : il s’agit d’un peuple du Languedoc, qu’on a tenté de de localiser par la culture matérielle, dont les sépultures de type Maillac Grand Bassin I, mais en fait par surinterprétation des textes pour coller à ce “ territoire ” dit culturel. Ceci rappelle mes propres critiques sur les faciès céramiques qui seraient propres à des territoires de “ cités ” gallo-romaines. Ainsi, nous dit l’auteur, on en arrive au raisonnement inverse : le territoire est homogène du point de vue de la culture matérielle et c’est donc celui des Élysiaques !

  • 15 Encore une fois, pourquoi proposer un nouveau terme pour désigner les sources (textuelles, archéolo (...)
  • 16 Les sources archéologiques lato sensu, c’est-à-dire matérielles.

28– Chap. 11, à propos des trois sources (“ traces, images et textes ”), “ traces ” est à mon avis un terme maladroit et réducteur pour qualifier les données (sources15) archéologiques et architecturales. Ainsi, Ph. Boissinot en arrive à reconnaître que, pour l’archéologie, “ l’agrégat est la réalité même ” – le “ fait archéologique ” ? cf. supra –. Ces trois sources concernent d’abord les textes (présentés à mon sens de manière un peu simpliste), avec l’exemple des écrits sur les Ségobriges, la question étant celle de coïncidence/concordance avec les données archéologiques. Puis viennent les images (iconographie, selon moi), présentées aussi de façon assez simpliste, avec une certaine confusion ici avec les images de l’enregistrement archéologique, dont les photos (exemple de Pincevent). Enfin – Troisième “ source ”, les “ traces/agrégats ”16 – cf. aussi “ indices ” –, avec le cas particulier des monuments. Ainsi, ceci constitue donc les trois catégories épistémiques.

29– Chap. 12, quelles sont les spécificités pour ces trois périodes que sont la Préhistoire, la Protohistoire et l’Histoire, par rapport à ces trois sources ? Alors que pourtant, pour Boucher de Perthes (1847 : 5), en Préhistoire, “ tout vestige devient histoire ”, le terme d’“ Histoire ” lato sensu n’est pas évoqué par Ph. Boissinot, sens auquel on peut pourtant rattacher selon moi l’ensemble de l’archéologie. La Protohistoire est classiquement définie ici comme correspondant aux cultures sans écriture, contemporaines de cultures avec écriture, ou bien – moins classiquement – incluant le Néolithique. Sont alors présentés, sans qu’on comprenne bien pourquoi, en tout cas ici, quelques “ figures de protohistoriens et institutions ”. Je suis en tout cas quant à moi d’accord avec l’auteur (p. 303 sqq.) pour rejeter la définition de l’“ Histoire ” selon Seignobos (1901 : 3 : “ l’histoire n’est pas une science, elle n’est qu‘un procédé de connaissance ”).

30P. 303, je cite : “ tout historien voulant tenir compte en toute rigueur de faits archéologiques doit d’abord se découvrir en pré/protohistorien avant de se parer des habiletés du philologue, voire du sociologue ” : ceci est selon moi une mauvaise définition de ce qu’est l’archéologie par rapport à l’histoire (et de que sont les relations qu’elles entretiennent entre elles), ainsi que la définition de ce qu’est l’Histoire lato sensu. Pour reprendre le propos de l’auteur, deux agrégats ne peuvent se contredire. Et il existe un problème de confrontation des textes et des agrégats archéologiques : l’auteur parle notamment, pour la fouille, de “ bonnes méthodes ”, “ en toute sincérité ”, de manière sans doute insuffisamment explicite. Les réalités visées par les textes et l’archéologie sont-elles bien les mêmes ? Le cas des villages médiévaux, selon É. Zadora-Rio, est cité. Et il en est ainsi de même pour le terme “ villa ” ou “ vicus ”, d’où l’utilité de classer les habitats en typologies matérielles selon la topographie et la quantification du mobilier.

31L’établissement d’un dialogue de l’archéologie avec les textes est nécessaire pour l’identification des sites (avec ici l’exemple de la viticulture). Mais une difficulté se fait jour avec les absences ; et l’archéologie ne peut établir, contrairement aux textes, des liens de causalité. L’histoire – nous dit Ph. Boissinot – est un récit, différent en cela de l’archéologie, et ce surtout pour les périodes historiques, un peu moins pour la Protohistoire. Mais, pour l’archéologie, le découpage Préhistoire/Protohistoire/Histoire reste quelque peu artificiel. Quant aux statuts de l’épigraphie et de la numismatique, peut-on parler de “ sciences “ auxiliaires ” ? Cet ultime chapitre apparaît en définitive assez “ bateau ”, sans rien de bien important ni grande originalité, de mon point de vue…

32– Enfin, en Conclusion, l’auteur constate qu’à l’évidence, l’épistémologie de l’archéologie intéresse peu les archéologues, surtout en France, et sans doute pour des raisons au moins en partie institutionnelles. Mais l’archéologie est-elle une science ? L’agrégat s’avère in fine être le “ site archéologique ” : pourquoi, dès lors, l’auteur a-t-il proposé d’entrée l’adoption de ce nouveau vocable, qui n’apporte apparemment pas de bouleversement conceptuel particulièrement marquant ? Ph. Boissinot constate par ailleurs l’autonomie universitaire de l’archéologie, aujourd’hui : elle aurait pu selon lui rester dans les départements d’histoire. Mais en fait elle n’y était pas, sauf exception, mais bien très généralement dans les départements d’histoire de l’art et archéologie. Cette autonomie reste cependant stimulante : cf. l’investissement de l’archéologie dans le domaine identitaire. Il y a cependant risque de surinterprétation. De vastes perspectives et un large champ de concepts s’ouvrent dès lors, peut-être trop mais quand même mieux que la rhétorique des experts, nous dit Ph. Boissinot…

  • 17 Certaines – la plupart – intéressantes et suggestives.

33Au fil du texte, l’auteur s’est en vérité autorisé maintes digressions17, qu’il reconnaît lui-même, in fine, comme hors sujet, ce qui est plutôt sympathique.

34S’ajoute à cet essai 28 pleines pages de Bibliographie très variée (philosophie, linguistique, sémiologie, socio-anthropologie, économie et diverses sciences naturelles (cf. p. 217). Enfin, je note un utile Index, malheureusement réduit aux noms de personnes (surtout auteurs cités).

  • 18 Hormis les fautes de français ou coquilles d’orthographe, présentes, auxquelles l’absence de correc (...)
  • 19 Par exemple, p. 15, “ holisme ”, “ méréologie ”, voire “ ontologie ”, termes qui ont des définition (...)
  • 20 Par exemple, p. 14 : “ datation absolue ” pour parler des méthodes de datations en laboratoire (cf. (...)

35Quant à la forme18, la volonté – salutaire – de mener comme ici une réflexion méthodologique, ontologique et déontologique nécessite-t-elle vraiment d’adopter tout le “ jargon ” de la philosophie, de la sociologie, de l’ethnologie… ? l’utilisation d’un vocabulaire rare et propre aux différentes approches proposées, me semble personnellement assez inutile et n’ajoute rien à la pertinence du propos19… D’autant qu’on peut noter, dans le détail, à l’inverse, certaines imprécisions terminologiques20. Ceci, ajouté à quelques maladresses dans l’expression, ne facilite pas en vérité le travail de lecture, déjà parfois ardu. Et les figures ne sont pas toujours très utiles ni parlantes (ex. Fig. 11, pour la question des échelles d’analyse).

36J’ai, on l’a vu, tenté d’opérer une analyse critique de détail du nouvel ouvrage de Philippe Boissinot. En définitive, j’ai certes émis, au fil de ce compte-rendu, des critiques de fond et de forme, parfois dans le détail. Il n’en reste pas moins un essai stimulant, ne serait-ce que parce qu’il prend place dans un certain désert de réflexion épistémologique et méthodologique de l’archéologie française. Une réflexion approfondie sur l’objet même de l’archéologie – ici l’“ agrégat ”, i. e. le site ou le dépôt archéologique – ne peut qu’être utile dans le contexte actuel et doit être accueilli a minima comme tel. Les références constantes à d’autres disciplines, même si elles ont pu parfois m’agacer, sont une ouverture épistémologique qui apporte de précieux éclairages à une discipline souvent trop repliée sur elle-même.

37On doit par conséquent en remercier chaleureusement l’auteur, ne serait-ce donc que pour avoir suscité chez certains – dont moi en l’occurrence – l’envie de débattre avec lui de ces questions…

Haut de page

Notes

1 Comme l’observe d’ailleurs l’auteur lui-même dans sa conclusion. Il a lui-même déjà œuvré dans ce sens, comme on le verra dans la bibliographie finale : voir notamment, avec aussi un titre en forme d’interrogation, le recueil : Ph. Boissinot (dir.) - L’archéologie comme discipline ?, Le genre humain, 50, Seuil, Paris, 2011, 332 p.

2 NB : les références bibliographiques données parfois ici étant celles citées par l’auteur de l’ouvrage en question, je n’en fournirai pas les références bibliographiques développées, en renvoyant à sa propre bibliographie, in fine.

3 C’est souvent selon moi une manière “ branchée ” de dire “ histoire ”.

4 Quant aux “ archéologues ” cités, parmi les auteurs mentionnés en bibliographie, on a d’ailleurs en général l’impression que ce sont ici des gens qui dissertent sur l’archéologie plutôt qu’ils ne la pratiquent. Ce n’est pourtant pas le cas de l’auteur.

5 Ou ne serait-ce pas plutôt le “ fait archéologique ” que le “ site ”, si l’on en juge sur le titre ?

6 D’ailleurs, incidemment, l’utilisation métaphorique, complaisante et récurrente, depuis S. Freud et M. Foucault, du terme comme équivalent d’“ histoire ” n’est qu’en fait un retour à cette définition première, de la Grèce ancienne.

7 D’autant qu’on passe, presque sans transition, de la Grèce archaïque, classique et hellénistique à la Renaissance…

8 NB : la référence au texte de Thucydide sur la fouille des tombes des Cariens était à ma connaissance déjà mentionnée par A. Schnapp il y a une bonne trentaine d’années.

9 Qu’il faudrait aussi, honnêtement, resituer dans son époque, il y a aujourd’hui plus de trois-quarts de siècles !

10 Quant à la méthode d’enregistrement, aujourd’hui largement adoptée, par US en séquence, de M. Biddle vulgarisée par E. Harris, elle propose à mon sens, plutôt que le regroupement des US en “ structures et en faits ”, un système logique et hiérarchisé où ensemble d’US = fait, et ensemble de faits = structure.

11 Dans la mesure ou un creusement directement et immédiatement destiné à être rebouchée, ce qui est le cas du trou de poteau avec le calage et le poteau, n’a pas besoin d’être enregistré dans la succession stratigraphique comme tel.

12 L’auteur revenant donc ici sur la comparaison avec l’enquête policière.

13 Ce terme me paraît impropre ici : au moins autant que des sciences de la terre appliquées en archéologie, il s’agit de de bioarchéologie…

14 Cf. Nuninger, Sanders 2006, en ligne : https://mappemonde-archive.mgm.fr/num11/articles/art06302.html

15 Encore une fois, pourquoi proposer un nouveau terme pour désigner les sources (textuelles, archéologiques, ethnographiques ou autres), alors qu’il existe et fait l’objet d’un certain consensus ?

16 Les sources archéologiques lato sensu, c’est-à-dire matérielles.

17 Certaines – la plupart – intéressantes et suggestives.

18 Hormis les fautes de français ou coquilles d’orthographe, présentes, auxquelles l’absence de correcteur aujourd’hui chez les éditeurs nous ont malheureusement contraints et habitués.

19 Par exemple, p. 15, “ holisme ”, “ méréologie ”, voire “ ontologie ”, termes qui ont des définitions tellement différentes que celles apparemment en œuvre ici que l’on peut s’interroger sur l’utilité de leur introduction ici.

20 Par exemple, p. 14 : “ datation absolue ” pour parler des méthodes de datations en laboratoire (cf. infra) ; ou encore, p. 5 et Fig. 2, le terme de “ sédiment ” – également utilisé, p. 86 sqq. et p. 93, avec “ processus de sédimentation complexe ”, alors que c’est un terme du domaine des sciences de la terre, inadapté pour le dépôt archéologique ; p. 86 sqq., le terme de “ niveau ” archéologique m’a toujours paru assez maladroit pour désigner ce qu’il conviendrait mieux d’appeler “ dépôt ” archéologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Philippe Boissinot - Qu’est qu’un fait archéologique ? », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/racf/3060

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

UMR 7324 CITERES-LAT, Tours, ferdiere@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page