Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sandrine Lavaud (dir.), Ézéchiel Jean-Courret, cartographie (dir.) - Atlas historique d’Agen, 2 vols. et un plan sous coffret ; vol. I, Agen, notice générale. La formation de l’espace urbain des origines à nos jours, 284 p. ; vol. II, Sites et monuments, 386 p. ; Plan historique

Ausonius-Aquitania, Bordeaux, 2017 (collection “ Atlas historique des villes de France ” ; 50)
Gaël Simon
Référence(s) :

Sandrine Lavaud (dir.), Ézéchiel Jean-Courret, cartographie (dir.) - Atlas historique d’Agen, 2 vols. et un plan sous coffret ; vol. I, Agen, notice générale. La formation de l’espace urbain des origines à nos jours, 284 p. ; vol. II, Sites et monuments, 386 p. ; Plan historique, Ausonius-Aquitania, Bordeaux, 2017 (collection “ Atlas historique des villes de France ” ; 50)

Texte intégral

Vers une appréhension de la fabrique urbaine des villes intermédiaires d’Aquitaine

1Agen, actuelle préfecture du Lot-et-Garonne, avait déjà fait l’objet d’un atlas historique en 1985 par Jacques Clemens, mais celui publié en 2017, sous la coordination de Sandrine Lavaud qui a réuni autour d’elle une équipe essentiellement constituée d’historiens, adopte la nouvelle formule des Atlas établies pour celui de Bordeaux publié en 2009. Cette réalisation s’inscrit dans un programme plus large intitulé “ les villes-têtes de l’Aquitaine : approche historique, cartographique et comparative ” dont l’objectif annoncé est de “ dépasser l’approche monographique, jusqu’alors exclusivement adoptée, pour privilégier une démarche comparative des cas urbains… ”. C’est ainsi cinq villes d’Aquitaine, Agen, Bayonne, Mont-de-Marsan, Pau et Périgueux qui ont fait – ou vont faire – l’objet de ces nouveaux atlas. Regroupée dans un coffret, cette étude sur Agen est composée du classique plan et de deux volumes de texte : celui de la Notice générale et celui des Sites et monuments. Si le second volume constitue une véritable mine de connaissances, c’est bien le premier qui constitue le corps de l’étude en proposant une synthèse sur l’évolution urbaine entre la Protohistoire récente et le xxie s.

  • 1 Chouquer G. - Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéog (...)

2Le volume de synthèse s’ouvre par une analyse du cadastre ancien menée par Ézéchiel Jean-Courret (p. 17-59). Il est rare que ce type de document soit l’objet d’une étude critique aussi poussée, la plupart du temps il est géo-référencé et sert ensuite de base à l’étude urbaine sans que l’on en ait mesuré toutes les conditions de production. Nous ne pouvons que saluer cette démarche. Ce plan sert ensuite de base à l’analyse morphologique qui s’est intéressée à la reconnaissance des différentes enceintes, de la taille des parcelles, de l’orientation parcellaire et des unités de plan, dans une vision très historiciste du plan laissant peu de place à l’auto-organisation parcellaire telle qu’a pu la définir Gérard Chouquer1.

3Une très belle analyse du rôle de l’eau dans la structuration de la ville, que l’on doit à Philippe Valette, constitue le deuxième chapitre (p. 61-84). L’auteur insiste sur l’omniprésence de l’eau, la Garonne comme ses affluents, à la fois ressources et contraintes, facteurs d’enrichissement par le commerce et de destructions comme l’attestent les nombreuses crues.

4Les neuf chapitres suivants dressent la trajectoire de la ville d’Agen qui est semblable à celle de nombreuses villes françaises, capitales de cités antiques puis chefs-lieux de diocèses et enfin préfectures, en commençant par les ferments protohistoriques.

5La synthèse que nous offrent Forence Verdin et Frédéric Prodéo (p. 85-94) sur l’occupation de l’oppidum de l’Ermitage démontre à la fois tout le potentiel de cet espace et en même temps la faible connaissance que nous en avons. L’histoire de l’agglomération gauloise (on ne parle pas encore de ville !) reste à écrire comme pour beaucoup de ville du territoire français.

6Les connaissances sur Aginnum, synthétisées par Philippe Jacques (p. 95-118), sont un peu plus nombreuses et permettent de restituer une ville de plaine organisée autour d’une nouvelle trame viaire orthonormée mise en place au ier s. de notre ère. On peut s’interroger sur la pertinence de cette restitution dans la mesure où elle s’affranchit des héritages culturels (le remplacement de l’organisation parcellaire préexistante) et géographiques (la non prise en compte des effets de sites qui réapparaîtront pourtant durant le Moyen Âge et la période moderne) qui auraient pu contraindre cette trame. La parure monumentale est, comme dans de nombreuses villes, l’élément le mieux connu. Agen possède assurément son théâtre, son amphithéâtre et des thermes alors que son forum est localisé probablement sous la cathédrale. Le déclin de la cité apparaît très tôt, dès la seconde moitié du iie s. et bien avant la crise du iiie s. comme le prouve la désaffectation du théâtre. Agen, point de rupture de charge, aurait vu un effondrement du commerce fluvial sur la Garonne. Il en résulte un abandon de certains secteurs de la ville et un resserrement de la zone urbaine au profit du développement de l’habitat rural et notamment des grandes villae. La question de l’existence d’une enceinte au Bas-Empire est évoquée sans qu’aucune preuve archéologique n’ait été établie. Selon l’auteur la première enceinte médiévale autour de la cathédrale reprendrait le tracé de cette enceinte antique implantée autour du forum. Une recherche dans le bâti agenais apporterait peut-être des réponses !

7Le manque de sources entre le ve et le début du xiiie s. a obligé les auteurs, Antoine Ducarton, Sylvie Faravel et Sandrine Lavaud à réunir près de huit siècles du fonctionnement urbain dans un seul chapitre intitulé “ la Cité épiscopale ” (p. 119-144). Cette phase mal documentée constitue pourtant la matrice de la ville médiévale et moderne. La christianisation de l’espace et la naissance d’une ville multiple organisée autour de plusieurs pôles religieux (la cathédrale Saint-Étienne et la collégiale Saint-Caprais) caractérisent la première longue période (ve-xie s.) alors que la seconde se caractérise par une première réunion des différents espaces au xiie s.

8À partir du xiiie s. les sources écrites deviennent plus nombreuses et permettent à Antoine Ducarton et Sandrine Lavaud (p. 145-168) de décrire l’entrée d’un nouvel acteur sur la scène agenaise : la commune. Elle cherche à s’extraire du pouvoir épiscopal et la construction en 1237, de la première maison commune constitue un acte de fort du marquage urbain face à ce pouvoir épiscopal. C’est aussi durant cette période qu’un nouveau maillage religieux se met en place avec l’installation des ordres mendiants (Jacobins, Carmes, Augustins et Franciscains) et l’affirmation du réseau paroissial.

9Sandrine Lavaud dresse le portrait de la ville durant la guerre de Cent Ans jusqu’au début du xvis. (p. 169-194). Grâce aux sources de la jurade mais aussi à des documents exceptionnels, comme l’enquête de 1342 portant sur la propriété du marché, l’auteur nous présente un très bel exemple d’un jeu d’acteurs opposant d’une part le chapitre cathédrale et d’autre part les consuls. Ces derniers en fondant juridiquement leurs droits ont réussi à évincer du marché le pouvoir ecclésiastique. Cette période, marquée par les conflits franco-anglais, se caractérise par l’achèvement de l’enceinte édifiée par la commune. Avec la fin du conflit, les taxes perçues pour son entretien sont destinées à d’autres actions communales telles que l’installation d’une horloge, la mise en place d’une politique d’assistance, la fondation d’une nouvelle école et une meilleure gestion de l’eau et des ponts.

10Le xvis. et la première moitié du xviis., étudiés par Laurent Coste et Stéphane Descazeaux (p. 195-224), permettent d’esquisser le paysage bâti d’Agen qui apparaît prometteur. Les troubles liés aux guerres de religions redonnent un rôle aux vieux remparts médiévaux. Mais, une fois les troubles passés, la ville devient un bastion avancé du renouveau catholique en terre protestante comme l’indiquent les quinze nouveaux couvents implantés intra muros. La commune continue de garder la mainmise sur l’aménagement de l’espace urbain sur fond de rivalités avec le pouvoir royal.

11Émilie d’Orgeix (p. 225-244), s’attache à montrer les phénomènes à l’œuvre dans la ville du xviiie s. Dynamisée par le commerce Atlantique, comme le prouvent l’essor de l’artisanat de la serge et la manufacture royale de toile à voile, la ville connaît un double mouvement d’embellissement et de désenclavement. Malgré les ambitions de l’ingénieur Lomet, l’embellissement, bien que réduit à sa partie occidentale, est néanmoins réel alors que la destruction des portes de villes et de l’enceinte, assez tardive à Agen (au milieu des années 1780), atteste le désir des élites locales d’ouvrir la ville aux flux extérieurs.

12La fin du xviiis. et la première moitié du xixs., étudiées par Martine Salmon-Dalas (p. 246-262), sont marquées par un important changement du paysage urbain comme dans de nombreuses villes de France. La vente des biens nationaux entraîne la destruction d’une très grande part des couvents qui ne furent pas convertis, comme cela l’a été ailleurs, en prisons ou casernes militaires. Ces destructions furent particulièrement importantes à Agen, qui a vu le démantèlement de sa cathédrale, et donnèrent lieu à des programmes de percement de rues à travers le centre ancien permettant de bels opérations immobilières et un meilleur contrôle des populations. La pensée hygiéniste se développe et entraîne le déplacement de l’hôpital, des cimetières et des abattoirs à l’extérieur de l’espace urbanisé. On pourra noter la faible emprise des casernes militaires dans cette première moitié du xixs., seulement deux casernes sont présentes : la caserne Lacuée et celle de la gendarmerie.

13Jean-Paul Charrié propose, dans un chapitre conclusif (p. 263-278), de dresser les grandes transformations et extensions de l’espace agenais marqué d’une part par l’installation de d’infrastructures telles que le canal latéral ou la voie ferrée et d’autre part par une croissance urbaine constante.

14Ce véritable travail d’équipe, qui fait la richesse de cet atlas, pose néanmoins la question de l’homogénéité des problématiques abordées dans chacun des chapitres même si c’est là la difficulté de tout travail de groupe. Nonobstant ce détail, qui ne cache pas l’importance de cette étude, il nous apparaît qu’un certain nombre de regrets peuvent être formulés, des regrets qui ne sont pas liés à cet ouvrage mais à la pratique même de la topographie historique. Il concerne, à notre sens, trois thématiques ou plutôt trois aspects de la recherche : les absents de la topographie, les problèmes de cartographie et les interrogations sur le découpage temporel.

15Nous nous associons aux auteurs lorsqu’ils confessent qu’une “ part d’ombre ” sur la fabrique urbaine d’Agen concerne l’absence d’étude sur le bâti médiéval et moderne. Pourtant l’architecte de l’AVAP d’Agen, (maintenant site et cité remarquable) avait été associé à cette étude. On peut se demander d’ailleurs quelle est la valeur scientifique de ces documents opérationnels souvent réalisés rapidement par une étude des seules façades. On aurait aimé voir les boutiques, les hôtels particuliers, leurs lieux d’implantation préférentiels… Les autres grands absents de cette étude, que pointent également les auteurs, sont les réseaux, tant viaires qu’hydrauliques.

16S’il est fait mention de l’usage d’un SIG pour produire les plans et traiter le cadastre ancien, il est dommage que l’outil n’ait pas permis un renouvellement des problématiques et des manières de travailler sur la topographie historique, une formalisation des données aurait permis d’aller plus loin dans l’analyse de l’espace. Ainsi, il est dommage que les études sur les réseaux hydrographiques menées dans les deux premiers chapitres, telles que la reconnaissance des anciens chenaux, ne soient pas réutilisées dans les cartes de synthèse historique, c’est ainsi que les ports protohistoriques et antiques ne débouchent sur rien et semblent s’implanter loin des rives (p. 118) ! L’utilisation de la forme finale des édifices pose également problème, à titre d’exemple c’est l’emprise de la cathédrale du xivs. qui est représentée sur les plans du xis. !

17La dernière remarque porte sur la gestion du temps, tant dans les chapitres que dans les cartes de topographies historiques. Il aurait été, d’une part, intéressant d’expliciter les choix qui prévalent au découpage temporel des différentes parties, autrement dit à la définition des rythmes urbains. Quels sont les éléments qui font rupture ? Archivistique, morphologique, évènementielle… D’autre part, les éléments de topographie historique sont assignés à une période : médiévale, moderne ou contemporaine, dans ce cas comment voir la dynamique urbaine propre à cette ville en enfermant les éléments de topographique dans un carcan historiographique prédéterminé ?

18Cependant, il faut être juste, ces questions qui ne sont pas énoncées n’entravent en rien la valeur de l’ouvrage, car les auteurs restent maîtres des sources mobilisées comme l’atteste le soin apporté à leur présentation et à leur interprétation. Constituant une véritable somme d’informations et renouvelant considérablement nos connaissances sur cette ville, cet Atlas fait maintenant référence pour l’histoire d’Agen même s’il s’agit d’“ une histoire en chantier ”. En effet, bien des points restent à éclaircir et cet ouvrage donne envie d’aller plus loin, d’explorer de nouvelles sources, tant écrites comme les sources notariales du xiiis. qu’archéologique avec des études sur le bâti mais aussi des fouilles. Nous attendons donc avec impatience la publication des derniers ouvrages de cette série très bien avancée (il ne manque que Bayonne) et surtout l’ouvrage de synthèse permettant de comparer les dynamiques et la fabrique urbaine de ces villes.

Haut de page

Notes

1 Chouquer G. - Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie, Université de Coimbra, 2007, 408 p ; Noizet H. - Germain, Victor, Martin et les autres. Morphologie urbaine et pratiques socio-ecclésiastiques à Paris aux ix-xiie siècles et au xixe siècle, Espace géographique, 2012, 4 : 324-339 ; Noizet H. - De l’usage de l’archéogéographie, Médiévales, 66 : 179-197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël Simon, « Sandrine Lavaud (dir.), Ézéchiel Jean-Courret, cartographie (dir.) - Atlas historique d’Agen, 2 vols. et un plan sous coffret ; vol. I, Agen, notice générale. La formation de l’espace urbain des origines à nos jours, 284 p. ; vol. II, Sites et monuments, 386 p. ; Plan historique », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/racf/3110

Haut de page

Auteur

Gaël Simon

UMR 7324 CITERES-LAT

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page