Navigation – Plan du site
Carte localisation

De l’étable au pressoir : essai d’interprétation des dépendances agricoles gallo-romaines du site des Jacquins ouest à Neulise dans la Loire (42)

From the barn to the press: An interpretation test of the Gallo-Roman agricultural dependencies of the Jacquins Ouest site in Neulise in the Loire (42)
Yannick Teyssonneyre, Guillaume Maza, Hatem Djerbi et Laudine Robin
Avec la collaboration de Sabrina Save et Caroline Schaal

Résumés

Les résultats de l’opération réalisée sur le site des Jacquins Ouest de Neulise dans le département de la Loire ont permis de combler un vide archéologique persistant sur la commune. Ils se conjuguent pour restituer une occupation continue de la parcelle entre la période augustéenne et la fin du IIIe s., voire le début du IVe s. de notre ère. Ainsi, deux établissements ruraux se succèdent entre le Ier et le IIIe s., avant de laisser place à une limite parcellaire. Par trois, voire quatre fois, un changement de statut foncier est clairement observable. Le premier renvoie à l’installation et l’évolution d’un important bâtiment construit dans la tradition gauloise dont l’emprise est délimitée par des palissades et des plantations. Le second, matérialisé par les restes d’un grand bâtiment maçonné, doté d’un complexe artisanal, pourrait être identifié à une dépendance vinicole munie d’un pressoir. La dernière occupation est marquée par l’installation d’un fossé parcellaire dont la limite semble redéfinie par la création d’un second fossé reprenant en grande partie le tracé du précédent. Ces fossés délimitent des fosses de plantations situées en bordure de la parcelle observée. Le site sera de nouveau occupé à l’époque contemporaine avec une série de plantations de vigne associées à des drains.

Haut de page

Texte intégral

Présentation du site

1Le site de Neulise est implanté à près de 476 m d’altitude au cœur du territoire Ségusiave, à égale distance des agglomérations antiques de Feurs et de Roanne (42), sur un versant du plateau séparant les bassins du Forez et du Roannais (Fig. 1). Malgré sa position centrale sur cet axe de communication, il reste mal documenté pour ce qui est des vestiges archéologiques.

Fig. 1 - Localisation du site.

Fig. 1 - Localisation du site.

© Eveha 2019

Le contexte archéologique

2C’est une borne milliaire anépigraphe (déplacée) mise au jour dans le chevet de l’église du bourg de Balbigny (Lavendhomme 1997 : 68) qui reste le seul témoin du passage de la voie Lyon-Vichy par Mediolanum (Pontcharrat-sur-Turdine). Cet élément déterminant permet d’envisager la localisation de l’axe reliant la capitale de Forum Segusiavorum (Feurs) à l’agglomération de Rodumna (Roanne), à l’est de l’emprise (Fig. 2 n1) ; hypothèse étayée par la topographie même du terrain qui surplombe le plateau volcano-granitique du secteur. Bien que située au centre de l’aire d’influence des deux centres urbains structurant le territoire Ségusiave de la plaine du Forez et à proximité d’agglomérations antiques de moindre importance (Moingt et Salt-en-Donzy), la commune de Neulise n’est guère documentée pour la période antique. Seules deux occurrences de sites à tegulae sont inventoriées aux lieux-dits “les Plaines” au sud de la commune et aux “Ratis”, installés immédiatement au nord-ouest des Jacquins (Fig. 2 nos 2 et 3), là où des éléments lithiques datés du Paléolithique et du Néolithique (Lavendhomme 1997 :148) ont été mis au jour. D’autres sites, repérés dans un environnement proche, doivent être également signalés, notamment celui de la commune voisine de Saint-Marcel-de-Féline qui livre une documentation plus fournie pour la période. En effet, l’occupation de l’oppidum du Cret-Châtelard datée de La Tène finale perdure jusqu’au Haut-Empire, probablement sous la forme d’un village, avant de péricliter au cours du iiie s. ap. J-.C (Fig. 2 n4). Parmi les multiples vestiges recensés sur le site, on remarque, à côté des nombreuses structures maçonnées (fondations, murs, empierrements), fosses et fossés, les 36 puits fouillés par Auguste Chaverondier, Vincent Durand et Joseph Déchelette, dans lesquels d’abondantes quantités de mobilier daté entre le ier et le iiie s. de notre ère témoignent d’une occupation soutenue (Lavendhomme 1997 : 209-212). Sur la même commune, à “Chassenay-aux-Gardes”, un dépôt secondaire de crémation daté de la première moitié du ier s. a été mis au jour en 1884, à proximité immédiate de maçonneries détruites (ibid. :213 ; Fig. 2 n5). Enfin, un atelier de tuilier est pressenti avec la découverte, en 1988, de nombreuses tegulae au lieu-dit “Ferrière” par Bernard Marchand (ibid. : 213 ; Fig. 2 n6). Plusieurs établissements ruraux, situés sur les premières terrasses de la Loire, plus au sud, viennent renseigner l’occupation de ce secteur (ibid. : 68-69). Ainsi, sur la commune de Balbigny, des lieux d’habitats potentiels ont été recensés par Vincent Georges lors de prospections pédestres et suivis de travaux à Tardivon (no 7), Chamaroux (no 8), La Garelle (n°9), les Ruines (n°10), également à Chambon où l’on soupçonne l’existence d’une villa (no 11), comme à La Ronzière (no 12) (ibid. 213 ; Fig. 2 nos 7 à 12). Le diagnostic dirigé par Éric Thévenin en 2013 sur le site ZAIN a permis de mettre en évidence une petite nécropole datée du second quart du ier s. ap. J.-C. Elle s’étend sur une surface d’environ 100 m2 (Thévenin 2015b ; Fig. 2 n13). Des vestiges du iie s. ont également été mis en évidence et sont interprétés comme un petit habitat domestique dédié aux travaux agricoles traditionnels, voire saisonniers (ibid.). À cet inventaire qui témoigne du potentiel archéologique de ce secteur vient s’ajouter le diagnostic réalisé par Vincent Georges dans le cadre des travaux de l’A89 au niveau de l’échangeur de Balbigny (Georges 2008). L’ouverture d’un sondage extensif a permis d’envisager une occupation rurale gallo-romaine, d’interprétation incertaine, implantée en bordure d’une zone humide et d’une source (Fig. 2 n14). Comme pour les établissements ruraux recensés ici, les agglomérations Ségusiaves connaissent un arrêt brutal de leur occupation au milieu du iiie s., ce qui semble conduire Feurs à perdre son autorité administrative dès le début du ive s., au profit de Lyon (Lavendhomme 1997).

Fig. 2 - Carte archéologique des principaux sites autour de Neulise.

Fig. 2 - Carte archéologique des principaux sites autour de Neulise.

© Eveha 2019

Le contexte géo-morphologique

3À Neulise, les importants processus d’érosion des sols sont responsables de la disparition de 0,60 m d’amplitude stratigraphique des horizons antiques, ce qui explique l’absence de niveaux d’occupation conservés. En effet, ce secteur situé sur un dévers présente une double inclinaison oscillant entre 5 % à l’est et 13 % au-delà d’un affleurement rocheux délimitant un promontoire naturel situé dans la partie occidentale du site (Fig. 3). Les vestiges mis au jour correspondent à des “nucléus” ou “semelles” d’occupation dont les empreintes révèlent un ancrage originel au sol beaucoup plus important que celui observé aujourd’hui (Fig. 3). Ils prennent place à l’ouest de l’affleurement et, du fait de la topographie, seuls deux horizons sédimentaires d’origine colluviale recouvrent les structures antiques. Ils recouvrent un apport sédimentaire d’origine éluviale, très compact et homogène, riche en graviers anguleux et en mobilier archéologique, disposé à plat en surface de la couche (TCA, céramiques), situé au niveau d’une dépression naturelle formant une vaste cuvette contre la partie centrale de la zone septentrionale de l’emprise. Cet apport constitue le seul niveau de circulation conservé. À l’exception de ce dernier, l’ensemble des vestiges est ancré sur le substrat naturel qui se décline en deux horizons. Le premier est formé de tuf anthracifère plus ou moins altéré, fracturé et lité par endroits, tandis que le second est composé d’altérites qui s’arénisent. Des veines d’argile blanche, peut-être de la kaolinite, se sont formées au sein des anfractuosités de la roche, rendant ce substrat faiblement perméable. Ce facteur explique la proximité de la nappe hypodermique en transit permanent sur le site. Il montre également, par l’altération différentielle du tuf, la création du “promontoire” sur lequel reposent la parcelle et les zones déprimées adjacentes qui ont permis l’occupation du site.

Fig. 3 - Plan masse des vestiges.

Fig. 3 - Plan masse des vestiges.

© Eveha 2019

Le phasage

4Les vestiges antiques sont chronologiquement circonscrits entre le début de la période augustéenne et l’Antiquité tardive. En raison de l’érosion, seul un niveau antique a été conservé au nord du site. Un phasage précis n’est donc pas possible. Les quatre phases d’occupation distinguées grâce au mobilier en céramique (Fig. 4) s’appuient sur des comparatifs régionaux et groupes géo-morphologiques établis à l’occasion de synthèses (Lavendhomme et Guichard 1997 ; Batigne-Vallet et al. 2012). En plus des relations stratigraphiques qu’entretiennent les différents ensembles présentés, nous avons, pour déterminer le phasage, tenu compte de l’étude du mobilier TCA dont les typologies régionales ont fait l’objet d’une synthèse (Clément 2013).

Fig. 4 - Évolution de la parcelle au Haut-Empire par phase d’occupation.

Fig. 4 - Évolution de la parcelle au Haut-Empire par phase d’occupation.

© Eveha 2019

L’implantation d’un premier établissement à vocation agricole

5Excepté deux fragments de silex taillés dont la découverte en position secondaire atteste une probable occupation ou fréquentation du site durant la préhistoire, déjà mise en évidence lors de la phase de diagnostic (Thévenin 2015a), les vestiges les plus anciens sont datés entre la période augustéenne et la première moitié du ier s. de notre ère. Ils caractérisent l’appropriation et la structuration d’une parcelle marquée par l’implantation d’un établissement rural, délimité à l’est par une palissade dont l’accès pourrait correspondre à l’interruption constatée au centre de son tracé.

L’édifice central

  • 1 Pour un édifice de 4,25 m de largeur, un seul pan de toiture est également envisageable. Installé s (...)
  • 2 La forme quadrangulaire des plans de nombreux poteaux, suggère des porteurs vraisemblablement équar (...)

6Un bâtiment oblong et étroit est implanté sur poteaux porteurs (23×4,75 m) au milieu de l’emprise. Il montre une superficie au sol d’environ 109 m2, avec une orientation à N°82 E qui fixe la trame de cette première occupation antique. Il est associé à une sorte d’“avant cour” palissadée (Fig. 4 n1). Délimitée par des façades se développant sur 21,75 m au sud et 21,9 m au nord, le plan de ce bâtiment montre à l’évidence que ces façades ne sont pas parallèles. En effet, l’écart observé entre ces deux pans de construction avoisine 3,3 m à l’est et 4,25 m à l’ouest (Fig. 5). Il pourrait s’expliquer par la longueur de l’édifice installé sur un léger dévers. S’il paraît évident que le différentiel altimétrique observé sur les deux façades a constitué une contrainte dans l’édification de l’ossature de l’édifice, l’hypothèse d’un remblai intégralement érodé est également envisageable. Ses façades sur lesquelles on imagine des sablières directement encastrées dans des entailles sur les flancs des porteurs sont constituées de onze à douze poteaux. Induit par l’implantation régulière des trous de poteau porteur distants en moyenne de 1,4 m au nord pour 1,5 m au sud, le plan du bâtiment suppose une architecture comparable à celle des maisons à une nef. Il implique un toit à deux pans et croupe, où la solidité des façades est assurée par des entraits reliant les poteaux (Buchsenschutz 2005, Fig. 5 n55-56)1, dix paires de porteurs d’ouest en est (Fig. 5). Installés dans le substrat naturel (roche mère et arène) ces 23 trous de poteau, vraisemblablement équarris2, présentent des sections identiques (Fig. 5). Du fait de la longueur de l’édifice, et de l’absence de trous de poteau situés au centre des façades est et ouest, l’hypothèse d’une toiture à pans coupés ou “en pavillon” offre l’avantage de stabiliser les chevrons tout en réduisant la prise au vent de la toiture (ibid. : 57).

7Ils sont séparés les uns des autres par un espace oscillant entre 0,6 m et 1,9 m, sauf pour deux d’entre eux situés au centre de la façade septentrionale et distants de 3,7 m. Notons d’ailleurs que l’écart marqué entre ces deux structures ne peut être fortuit. Il montre, à l’évidence, un vaste accès et les trous de poteau situés de part et d’autre (F64 et F68) en marqueraient l’encadrement (Fig. 5). L’adjonction des montants F246 et F65 situés à proximité immédiate aurait permis de constituer des renforts visant à pallier le surpoids créé par la toiture au niveau de la sablière haute de cet accès septentrional, tout en assurant la stabilité de la faîtière. De même, la présence des structures F71 et F320, qui ne trouvent pas de vis-à-vis au niveau de la façade sud, pourrait, en resserrant le maillage de l’armature de la façade nord, être considérées comme les renforts des sablières (Fig. 5). La différence observée entre les largeurs des façades occidentale (F52-F116) et orientale (F319-F338) serait à l’origine de l’adjonction d’un aménagement de renfort installé sur 4,9 m de longueur à l’extrémité ouest de l’édifice (F114, F115 et F116). Mais l’originalité de ce bâtiment réside dans son extrémité occidentale marquée par l’adjonction d’un trou de poteau faîtier excentré par rapport à l’axe de la façade. Cette singularité architecturale livre le plan d’une façade en forme de “ligne d’étrave” qui a sans doute nécessité l’installation de trous de poteau soutenant la faîtière dans cette partie du bâtiment. Situé à 0,85 m à l’ouest de la façade occidentale, ce trou de poteau pourrait soutenir l’extension maximale de la toiture. De plus, en l’associant à ses homologues F115 et F126 axés sur la ligne de faîtage de l’édifice, on peut envisager une construction renforçant la charpente de la toiture, là où elle est la plus large (Fig. 5). Cet aménagement semble complété par l’association d’un dispositif de trous de poteau se développant au niveau et parallèlement à l’aménagement évoqué (F114, F115 et F126) contre les façades nord (F53) et sud (F119, F129 et F121) de l’édifice. Ces trous de poteau de moindre circonférence sont solidement ancrés contre les parois de l’édifice, jusqu’à 0,22 m de profondeur. Ils pourraient être lus comme les témoins de structures visant à consolider l’armature de la toiture, comme le feraient des étais. À moins qu’il ne s’agisse d’un dispositif visant à protéger l’édifice des effets d’un vent dominant, cet aménagement pourrait compenser le mauvais réglage du parallélisme des parois. Les trous de poteau (F246, F124) situés entre les porteurs marquant l’encadrement de l’entrée au nord semblent délimiter l’espace au sein de l’édifice (Fig. 5). L’écart entre ces deux structures pourrait être interprété comme l’accès à une subdivision avoisinant 23,8 m2 (5,8×4,1 m). L’intérieur de l’édifice présenterait deux pièces. La première, où aucune structure n’a été mise en évidence, forme un vaste espace de 85 m² de forme oblongue et rectangulaire. La seconde, plus modeste, s’apparente à une petite annexe, au sein de laquelle les aménagements de renfort de la faîtière (F115 et F126) pourraient également marquer un cloisonnement (Fig. 5).

Fig. 5 - Planimétrie et stratigraphie des trous de poteau de l’édifice n°1.

Fig. 5 - Planimétrie et stratigraphie des trous de poteau de l’édifice n°1.

© Eveha 2019

8Construit dans la tradition laténienne, ce bâtiment en bois est daté du début de l’époque augustéenne sur la base du mobilier céramique mis au jour au sein de ses trous de poteau (Fig. 7). Le plan allongé, étroit, muni d’un large accès au nord et d’une annexe cloisonnée dans sa partie occidentale rappelle, celui des bâtiments agricoles observés au sein de certains établissements gaulois, notamment celui de Beuille dans l’Allier dont les dimensions (22×3 m) voisinent celles de Neulise (Garcia 2014 ; Fig. 8 n1). Il faut également évoquer, dans de moindres proportions, les plans des immenses bergeries de La Crau (Badan et Brun Congès 1995 : Fig. 8 n2) mais aussi celle maçonnée de “Saint-Hyppolyte, la coupe III” à Narbonne (Maza et Silvino 2013 : fig. 12 ; Fig. 8 n3). Ces comparaisons militent en faveur de l’identification d’un bâtiment de stabulation. Régionalement pour la période, les exemples de constructions comparables sont traditionnellement interprétés comme des édifices liés à des activités agricoles (annexe, abri, remise ou étable) comme c’est le cas sur l’établissement des Moissonnières (A89) à Balbigny (Georges 2008 : 12, fig. 10 ; Fig. 8 n5), de “l’Épine” à Chassieu-Genas dans le Rhône (Coquidé et Vermeulen 1999 : 217, fig. 20 ; Fig. 8 n6), ou sur le site du 10 Rue Marietton à Lyon (Monin, Ayala et Horry 1995 : fig. 53 ; Fig. 8 n7).

9On signalera d’ailleurs que ce type de planimétrie renvoie plus spécifiquement à celui des étables sur poteaux mises en évidence dans le nord de la France (Broes et al. 2012 : 12, fig. 7 ; Fig. 8 n10). Sur la base de ces comparaisons, on pourrait identifier la palissade de l’édifice formant une sorte de “cour enclose” située devant le bâtiment comme celle d’un parc agro-pastoral permettant de trier le bétail.

Une “avant-cour enclose”

10En effet, cet ensemble de forme rectangulaire délimite une emprise au sol avoisinant 69 m² et se développe plus ou moins parallèlement à l’édifice. Les structures le composant se distinguent nettement de celles du bâtiment précédent ; elles possèdent toutes des formes subcirculaires à ovalaires d’amples dimensions, profondément ancrées au niveau de la roche mère (0,12 m) et à 0,47 m de profondeur dans les arènes (Fig. 5).

11Leurs dispositions en décalage avec les structures de la façade septentrionale les excluent de l’architecture du bâtiment ; il s’agit plus sûrement d’une palissade. Le même constat ne peut être établi pour l’extrémité occidentale de l’aménagement (Fig. 5). Les trous de poteau se développant sur les alignements sud et nord apparaissent en revanche parfaitement disposés en vis-à-vis, formant ainsi trois paires de structures (F47/F48, F49/F62, et F50/F61). Sur le plan générique des bâtiments, une telle disposition renvoie à une nef, déjà évoquée, et pourrait suggérer un édifice couvert à cette extrémité (Fig. 5). On notera que ces structures sont installées sur un rocher dont le relief bombé et accidenté semble avoir été une contrainte pour un aménagement de ce type. Ces structures possèdent d’ailleurs les dimensions et les profondeurs conservées les moins importantes (Fig. 5). Ajoutons que la longueur des portées, avoisinant 4,1 m de moyenne, rend l’utilisation de poteaux porteurs d’une telle armature peu crédible pour ces structures (F47, F48, et F49) dont les moindres dimensions supposent un aménagement plus léger. Dans ce contexte, il semble difficile d’envisager un second bâtiment. Reste que l’agencement et la disposition des trous de poteau forment un ensemble cohérent et structurant, permettant d’identifier une construction délimitée par une cour sise devant le premier édifice avec un accès par l’est. Malgré un fort niveau d’arasement, les dimensions particulièrement amples de certaines structures (Fig. 5 : F238, F237, F59, F60, et F240) suggèrent l’existence d’une clôture devant le premier édifice. Bien que les exemples régionaux ne soient pas nombreux, ce type d’avant-cour fermée est largement observable devant les édifices de stabulation ou des bergeries. Citons, comme points de comparaison, les enclos palissadés du site de “la Villette” à Riorges, localisés en périphérie de Roanne et interprétés comme de possibles constructions liées au parcage du bétail (Granier 2012 : fig. 36 ; Fig. 8 n8). Notons encore les alignements de trous de poteau lus comme les subdivisions de secteurs à vocation agro-pastorale (jardinage, maraîchage, surfaces vivrières de produits sensibles aux longs transports, élevage, pacage, etc.) du site du Centre hospitalier au 81-83 Rue de Charlieu de Roanne (Bocquet et Giry 2018 : fig. 25, 29, 35). Les deux alignements de structures en creux mises en évidence contre la berme septentrionale (Fig. 4) sont, en l’état, difficilement qualifiables. S’agit-il de clôtures ? Doit-on les comparer à celles référencées sur le site du 81-83 Rue de Charlieu à Roanne (Bocquet et Giry 2019 : fig 25, 29, 35) ? Elles supposent surtout, avec la palissade orientale, une continuité du site se développant au nord de l’emprise.

Une limite palissadée

12Composé de deux alignements de trous de poteau situés perpendiculairement à l’orientation du bâtiment n1, la limite orientale se développe sur deux linéaires distincts, vraisemblablement liés l’un à l’autre et mesurant respectivement 13,2 m et 7,25 m de long (Fig. 6). L’installation ultérieure de constructions et de fossés drainants explique les manques observés et la discontinuité du linéaire sud principalement conservé devant les aménagements (F252, F282, F283, F228). Pour autant, le hiatus de 3,2 m de longueur observé au centre de ce linéaire (entre F42 et F252) ne relève pas du hasard (Fig. 6). Ces deux poteaux possèdent des dimensions, des plans et des sections qui suggèrent un accès sensiblement comparable à celui du premier édifice (Fig. 6). Ainsi, ces deux linéaires totalisent 20 structures en creux de dimension homogène (0,5 m en moyenne). Ils se conjuguent pour former une palissade longue de 34,2 m depuis la berme septentrionale (Fig. 6 : 1 et 2). Certes, l’érosion a eu une action particulièrement importante sur la zone, ce qui nous autorise à envisager une perte de 0,4 m de sédimentation sur les horizons antiques. De plus, la conservation sur 0,2 m en moyenne de ces trous de poteau arasés montre l’ampleur de leur creusement d’origine et pourrait même justifier les manques observés sur certains secteurs. On notera qu’il n’existe aucun retour de cet aménagement mis en évidence dans la partie sud de l’emprise. Il est donc probable que la façade méridionale de l’édifice n1 ait marqué la limite sud de l’établissement.

Fig. 6 - 1 - Partie nord des structures vidées de la palissade orientale - Vue du nord. 2 - Partie sud des structures vidées de la palissade orientale - Vue du sud 3. Planimétrie et stratigraphie des trous de poteau de la palissade orientale.

Fig. 6 - 1 - Partie nord des structures vidées de la palissade orientale - Vue du nord. 2 - Partie sud des structures vidées de la palissade orientale - Vue du sud 3. Planimétrie et stratigraphie des trous de poteau de la palissade orientale.

© Eveha 2019

13L’existence de structures isolées à l’est de cette palissade (Fig. 4) reste anecdotique et confirme le cantonnement de l’occupation au sein d’un espace circonscrit au sud par le premier édifice, à l’ouest par l’affleurement rocheux et à l’est par une palissade. Une aire enclose avoisinant 975 m² est ainsi restituable sur l’emprise observée. Toutefois, l’absence de limites septentrionales constitue une contrainte pour caractériser pleinement cet établissement rural.

Élément de chronologie et de culture matérielle de la première phase d’occupation

14Sa datation repose sur un lot peu abondant de céramiques qui fournit pourtant de bons jalons chronologiques pour une installation au tout début du Haut-Empire. Le mobilier provient essentiellement des trous de poteau du bâtiment (Tabl. 1 ; Fig. 7). La vaisselle sigillée des ateliers de la Graufesenque procure un précieux terminus post quem pour les années 15-20 de notre ère (Genin 2007). Elle apparaît dans les faciès céramiques régionaux durant l’horizon 7 de Roanne (Genin 1997; Genin et Lavendhomme 1997), au sein d’une fosse contemporaine de Feurs récemment publiée (Maza et Tourgon 2011), ou encore durant l’horizon 4 de Lyon daté vers 20 de notre ère (Genin 1997). La coupelle de type Drag. 24-25A se situe plus précisément entre les années 15 et 80/90 de notre ère (Fig. 7, vase n1). Les assiettes à bord oblique en “grise fine” renvoient en revanche à un répertoire de formes plus ancien, hérité de la céramique campanienne à vernis noir et de la sigillée italique tardo-républicaine (Fig. 7, vases nos 2 et 3). Même si le modèle est connu depuis l’horizon 5 de Roanne, il se diffuse seulement à la période augustéenne (horizon 6) (Genin, Lavendhomme et Guichard 1992 ; Lavendhomme et Guichard 1997). De la même manière, des fragments de plat en terra nigra ou de bouilloire à pâte kaolinitique orientent la chronologie sur la période augustéenne prise au sens large (horizons 6 et 7). Les vases correspondant à la batterie de service ou de cuisine régionale se partagent entre les productions à pâte claire et celles à pâte siliceuse. Les premières livrent des éléments de panse de cruche et un pichet à col mouluré recouvert d’un engobe orangé. La cuisson des aliments est illustrée par un plat à paroi courbe, une marmite et un pot à bord débordant (Fig. 7, vases nos 4, 5 et 7). Ils sont associés à une assiette à bord oblique pour le service et un pichet à col tronconique pour chauffer l’eau (Fig. 7, vases nos 8 et 6). Les types de céramique rencontrés apparaissent durant la période augustéenne et perdurent largement jusqu’au milieu du ier s. de notre ère (Batigne-Vallet (dir.) 2006 ; Genin et Lavendhomme 1997). Les importations d’amphores méditerranéennes restent rares sur ce site, mais témoignent de la consommation de vin italique produit en Étrurie méridionale (Dressel 1), ainsi que de saumures de la région de Cadiz, au sud de l’Espagne.

Fig. 7 - Mobilier céramique de l’état 1 (Augustéen).

Fig. 7 - Mobilier céramique de l’état 1 (Augustéen).

Dessin : G. Maza ; DAO. A. Titta, © Eveha 2019

15Les conteneurs républicains renvoient à la fin du second âge du Fer et caractérisent surtout les contextes régionaux compris entre La Tène D1 et La Tène D2 (Maza 1998). Ils disparaissent rapidement après la Guerre des Gaules et de manière définitive au début du Principat, remplacés par des formes nouvelles (Dressel 2/4) d’autres origines (Desbat 1998 ; Lemaitre, Desbat et Maza 1998). À Roanne, les Dressel 1 sont considérées comme résiduelles à partir de l’horizon 6 (Genin et Lavendhomme 1997). Les fragments de Dressel 7/11 du sud de la péninsule ibérique traduisent l’adoption d’assaisonnements à la romaine dans la cuisine locale. Leur introduction à Roanne date de l’horizon 6-7, mais le modèle est connu sur une large fourchette chronologique qui s’étend du milieu du ier s. avant notre ère jusqu’au milieu du ier siècle suivant. Les indices à disposition privilégient une datation à partir de la fin du règne d’Auguste, même si le fond commun montre des antécédents plus anciens remontant clairement au changement d’ère.

Tabl. 1 - Distribution du mobilier céramique de l’état 1.

Tabl. 1 - Distribution du mobilier céramique de l’état 1.

© Eveha 2019

Tentative d’interprétation

16Régionalement, les critères typo-morphologiques de ce bâtiment rappellent ceux du site du Pré-de-la-Cour à Montagnieu dans l’Ain où l’occupation datée entre les années 40/30 av. et 20 ap. J.-C. est marquée par l’implantation d’un enclos palissadé de forme rectangulaire, accolé à un bâtiment sur poteaux présentant le plan caractéristique des édifices à deux nefs (Chastel et al. 1988 ; (Fig. 8 n4). Ce type de bâtiment oblong à une nef, sur poteaux, est attesté au sein des établissements enclos régionaux de La Tène finale, généralement interprétés comme des fermes indigènes (Malrain, Matterne et Méniel 2002). L’établissement Gaulois de Beuille dans l’Allier livre d’ailleurs un plan de bâtiment tout à fait comparable à celui de Neulise (Fig. 8 n1). Formée de deux lignes de neuf poteaux se développant sur 22 m de long pour 3 m de large, cette construction est rattachée à une fonction agricole, a priori dédiée au parcage des animaux (Garcia 2014 : 32, fig. 1). Dans le cas de Neulise, on peut imaginer un établissement rural à vocation agricole, possiblement spécialisé dans l’élevage. Il pourrait s’agir d’une petite exploitation indépendante, cantonnée à des activités agricoles spécifiques en liaison avec les capacités productives de son terroir (Ouzoulias et Van Ossel 2009 : 117). La question récurrente (Granier 2012 ; Coquidé et Vermeulen 1999 ; de Klijn, Motte et Vicherd 1996) de sa dépendance à un grand domaine de type villa dont il pourrait constituer une annexe reste posée. Il est difficile, en l’absence d’un plan complet de l’établissement, de le caractériser pleinement. Toutefois, la présence de tubulures d’hypocauste et d’un gros fragment de brique mis au jour au sein d’une structure située hors de l’espace enclos suppose la proximité éventuelle d’un autre bâtiment, peut-être plus luxueux, dont la construction aurait nécessité ce type de matériaux.

Fig. 8 - Édifices et sites de comparaison : 1. Plan du bâtiment agricole (LTD) du site de Monteignet-sur-l'Andelot/Beuille (03) (d'après Garcia 2014 : fig. 1 : 31) ; 2. Planimétrie et restitution de la bergerie Négeiron-Négrès 6 à La Crau (Var) (d'après Badan, Congès et Brun 1986 : 163 et 169) ; 3. Planimétrie de la bergerie Saint Hypollite -La Coupe III à Narbonne (Aude) (d'après Maza et Silvino 2013 : fig.12) ; 4. Phase 1 et 2 de l'établissement du Pré de la Cour à Montagnieu dans l'Ain (d'après De Klijn et al. 1996 : fig. 6) ; 5. Planimétrie de la périphérie d'un bâtiment oblong sur le site des Moissonnières (échangeur de l'A89) à Balbigny (Loire) - (d'après Georges 2008 : fig.10) ; 6. Planimétrie d'un bâtiment oblong et d'une palissade sur le secteur nord du site de “L'épine” à Chassieu-Genas (Rhône)(d'après Coquidé et Vermeulen 1999 : fig. 20) ; 7. Planimétrie du bâtiment augustéen du site du 10 Rue Marietton à Lyon 9e dans le Rhône (d'après Monin et Ayala 1995 : fig 53) ; 8. Planimétrie de l'enclos palissadé du Ier s. du site de La Vilette à Riorges dans la Loire (d'après Granier 2012 : fig.36) ; 9. Planimétrie de l’édifice agricole de Saint-Germain-du Puy dans le Cher (d’après Segard 2018 : 58, fig. 7) ; 10. Planimétrie et cartographie des phosphores du bâtiment n°1 de Saint-Brice-La-Forêt(Val-d'oise) (d'après Broes et al. 2012 : fig. 7).

Fig. 8 - Édifices et sites de comparaison : 1. Plan du bâtiment agricole (LTD) du site de Monteignet-sur-l'Andelot/Beuille (03) (d'après Garcia 2014 : fig. 1 : 31) ; 2. Planimétrie et restitution de la bergerie Négeiron-Négrès 6 à La Crau (Var) (d'après Badan, Congès et Brun 1986 : 163 et 169) ; 3. Planimétrie de la bergerie Saint Hypollite -La Coupe III à Narbonne (Aude) (d'après Maza et Silvino 2013 : fig.12) ; 4. Phase 1 et 2 de l'établissement du Pré de la Cour à Montagnieu dans l'Ain (d'après De Klijn et al. 1996 : fig. 6) ; 5. Planimétrie de la périphérie d'un bâtiment oblong sur le site des Moissonnières (échangeur de l'A89) à Balbigny (Loire) - (d'après Georges 2008 : fig.10) ; 6. Planimétrie d'un bâtiment oblong et d'une palissade sur le secteur nord du site de “L'épine” à Chassieu-Genas (Rhône)(d'après Coquidé et Vermeulen 1999 : fig. 20) ; 7. Planimétrie du bâtiment augustéen du site du 10 Rue Marietton à Lyon 9e dans le Rhône (d'après Monin et Ayala 1995 : fig 53) ; 8. Planimétrie de l'enclos palissadé du Ier s. du site de La Vilette à Riorges dans la Loire (d'après Granier 2012 : fig.36) ; 9. Planimétrie de l’édifice agricole de Saint-Germain-du Puy dans le Cher (d’après Segard 2018 : 58, fig. 7) ; 10. Planimétrie et cartographie des phosphores du bâtiment n°1 de Saint-Brice-La-Forêt(Val-d'oise) (d'après Broes et al. 2012 : fig. 7).

© Eveha 2019

De l’essor au déclin du premier établissement

17Les vestiges de la seconde phase de l’occupation, circonscrits entre le milieu du Ier et le début du iie s. de notre ère, correspondent à l’essor ainsi qu’à une certaine restructuration de l’établissement, comme le prouve l’adjonction d’une annexe construite contre la façade nord du premier bâtiment.

L’adjonction d’une annexe artisanale

18Cette construction agrandit la superficie de l’édifice de 28,5 m2 (Fig. 4 et 9) et induit le réaménagement de l’accès à la cour palissadée, comme en témoignent de nouveaux trous de poteau. Ce constat est affirmé par la régularité métrique des écarts entre structures, ainsi que par le parallélisme et la perpendicularité de la disposition de cet aménagement par rapport au premier édifice (Fig. 4 et 8). Les poteaux porteurs corniers F241 et F286 forment, avec le trou de poteau F242, un axe parallèle à la façade septentrionale du bâtiment. Cette identification permet de comprendre l’ossature générale de la construction. Elle présente en effet, avec les structures F68 et F72, un plan de forme quadrangulaire mesurant 5,7 m de longueur pour 5 m de largeur. Probablement relié par un entrait au nord et des sablières hautes au niveau des façades occidentales et orientales, cet agencement renvoie au même mode de construction que celui du premier édifice. Il s’en singularise toutefois par son alignement médian. Ce dernier, constitué de trois structures (F70, F245 et F242) distantes de 2,33 m de l’extrémité orientale de l’ossature et 1,45 m de sa limite occidentale, n’est pas clairement situé au centre de l’ensemble (Fig. 8). Sa disposition implique de fait une toiture dont les pans ne présentent pas des dimensions homogènes. En effet, l’identification de cet axe de faîtage particulier suppose très clairement que l’espace fonctionnel des fosses, abrité par le pan de toiture le plus large, n’a pas été endommagé par l’armature de la faîtière. De même, l’adjonction d’un trou de poteau (F70) contre la façade nord de l’édifice, là où nombre de porteurs assurent sa solidité, suggère que la liaison entre les toitures pourrait s’opérer via une ferme d’arêtier. Les moindres dimensions du trou de poteau F242 au nord de cet axe autorisent la probable identification, entre F286 et F241, d’une ferme dotée d’une contrefiche que l’irrégularité des pans de toiture aurait obligé à fabriquer. Elles permettent également de discerner une fonction d’étai au niveau de la contrefiche de la ferme, voire un aménagement, une potence liée au foyer (Fig. 4 et 9).

Fig. 9 - Planimétrie et stratigraphie de l’annexe de l’édifice n°1 – Stratigraphie E/O de la fosse F67 – Détail du conduit de la fosse F243.

Fig. 9 - Planimétrie et stratigraphie de l’annexe de l’édifice n°1 – Stratigraphie E/O de la fosse F67 – Détail du conduit de la fosse F243.

© Eveha 2019

19Ainsi, les premières hypothèses de restitution architecturale de cette annexe située contre l’accès du premier édifice militent en faveur d’une construction en bois, soignée, probablement un appentis, construite pour abriter un complexe fossoyé, matérialisé par les structures F67 et F243 et installé à 2,6 m au nord de l’édifice.

20Cet ensemble est matérialisé par l’implantation d’une grande fosse foyère (3×2,5×0,4 m) reliée à un creusement (F243) de plan ovoïde de moindres dimensions (0,74×0,6×0,20 m) par un petit conduit long de 0,25 m et large de 0,26 m (Fig. 9 nos 1 n3). Ce dernier adopte un profil en “U” qui se distingue par des parois verticales se terminant par un fond de section concave (Fig. 9 n1). Plusieurs constats peuvent être établis pour cet aménagement constitué de deux fosses. Bien que l’érosion ait pu occulter une bonne partie des vestiges, la vocation foyère de cette construction aux pourtours incontestablement rubéfiés ne laisse guère de doute. En effet, la forme ovalaire (1,2×0,7 m) de son US de fonctionnement (US 246), sa composition charbonneuse et cendreuse dans laquelle de nombreux fragments de terre cuite rougie ont été mis en évidence permettent à la fois de localiser le foyer au centre de cette installation et de mieux identifier la première phase comme un remblai d’excavation servant de lit d’installation préalable (Fig. 9 nos 1 et 2). Le mobilier céramique témoigne d’une installation entre 30 et 70 ap. J.-C. L’identification de la fosse F243 liée à F67 par un petit conduit reste plus délicate. On notera que le fond du creusement (475,85 m) donne sur les parties hautes de l’US 246 (475,79 m). Ce schéma organisationnel renvoie à l’agencement des petits ateliers métallurgiques en fosse dont les conduits sont interprétés soit comme l’emplacement d’une tuyère, soit comme un canal d’évacuation. Ils sont notamment attestés sur les sites des “Illettes” à Annecy-le-Vieux en Haute-Savoie (Motte 2005 : fig. 11 et 12) ou encore à Chassieu-Genas sur le site de l’Épine (Coquidé et Vermeulen 1999 : 223, fig. 27). On notera toutefois qu’ils débouchent rarement sur une fosse. L’absence de fragments de tuyère reste également problématique. Une autre hypothèse, plus audacieuse, consisterait à identifier l’emplacement d’un soufflet pour attiser le foyer. Quoi qu’il en soit, les seuls fragments de terre rubéfiée de petit module (parois de fours), le ciselet, le clou et la scorie mis au jour rendent bien fragile l’interprétation fonctionnelle précise de cet ensemble dont la vocation artisanale ne laisse cependant aucun doute. Si les données disponibles autorisent l’hypothèse d’une fosse foyère dont les dimensions, la structuration et l’agencement font écho à une ou des fonctions artisanales diverses et successives, elles demeurent mal définies pour cet ensemble. Le mobilier mis au jour au sein de la dernière phase de comblement (270 NR/26 NMI) permet de situer son abandon entre la fin du Ier s. et le début du iie s. ap. J.-C. (Fig. n13 nos 1, 7, 8, 11, 13, 15,18, 19,20, 21, 22, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 33 et 34).

21L’identification d’une fosse d’extraction d’argile grossière située en dehors de la surface enclose illustre une activité de production en lien avec les matériaux extraits et montre l’essor de l’occupation que les limites de l’établissement ne parviennent plus à contenir. L’association de fosses dépotoirs en marge des surfaces palissadées marque probablement une gestion sanitaire des déchets au sein de l’établissement (Fig. 4).

L’identification des fosses de plantation : une limite végétalisée ?

22De même, la mise en évidence de deux fosses de plantation de plan rectangulaire orientées et axées sur la façade méridionale du premier édifice renvoie à des pratiques agricoles. On notera même qu’elles pourraient participer à la structuration de l’espace en offrant une limite végétalisée à l’occupation. Il est d’ailleurs tentant de leur associer la totalité des fosses de même type située dans la partie orientale de l’emprise (Fig. 4 et 10).

Fig. 10 - 1 : Phase d’apparition des fosses de plantations de la partie nord 2. Phase d’apparition des fosses de plantations de la partie sud et sériations des fosses de plantations d’après leur relation stratigraphique.

Fig. 10 - 1 : Phase d’apparition des fosses de plantations de la partie nord 2. Phase d’apparition des fosses de plantations de la partie sud et sériations des fosses de plantations d’après leur relation stratigraphique.

© Eveha 2019

23L’étude des relations stratigraphiques qu’entretiennent ces fosses entre elles, datées au mieux de l’époque romaine, permet de caractériser au moins trois phases de plantations dont les linéaires apparaissent perpendiculaires à ceux formés par les exemplaires bien datés (Fig. 4 et 10). Ce type de creusement renvoie à une pratique de défoncement en fosse (scrobes). Il est bien connu dans l’Antiquité (Caton, De Agricultura XXXI, 28, Columelle, Les arbres, XVI, 2, et 3 ; Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XVII, 35). Non exclusif d’une culture en particulier, il est généralement lié à la plantation d’arbres ou d’arbustes (Boissinot 2001).

L’installation d’une nouvelle palissade

24Si ces différentes adjonctions dotent le premier bâtiment de nouvelles fonctionnalités, l’implantation d’un complexe palissadé ouvrant au nord de l’emprise révèle une certaine continuité de la trame d’occupation (Fig. 3, 4). En effet, c’est sur un horizon sédimentaire éluvial très compact et homogène, caractérisé par une matrice limoneuse et sableuse de couleur brun clair, riche en graviers anguleux et en mobilier archéologique disposé à plat sur la couche (TCA, céramique), que trois tranchées (F11, F25 et F28) sont installées au nord de la fouille (Fig. 11 ; Fig. 12). Ce dépôt meuble et homogène, dont la structure grumeleuse semble indiquer un travail physico-chimique assez développé, s’apparente à des colluvions pédogénéisées piégées dans une vaste dépression du substrat, formant une sorte de cuvette dans la partie centrale au nord de l’emprise. Le mobilier archéologique, principalement céramique, fournit un terminus post quem autour du milieu du ier s. ap. J.-C. Leur disposition matérialise la périphérie de l’encadrement d’un espace extérieur à cette enclave. Les négatifs d’au moins dix trous de poteau puissamment ancrés au sein de ces linéaires et originellement calés par des TCA placées de champ contre les parois des tranchées sont disposés parallèlement au premier bâtiment. Ils ne laissent guère de doute sur l’identification de ce complexe (Fig. 11 nos 2 et 3). En se juxtaposant à 0,9 m à l’ouest de la palissade orientale du premier état, les trois linéaires (F11 : 13,7×0,5×0,13 m/F25 : 8,25×0,26×0,12 m/F29 1,75×0,60×0,20 m) pourraient être lus comme un aménagement de réfection ou de subdivision d’un espace à localiser au nord de l’emprise. Si l’écart observé entre F28 et F25 peut s’expliquer par une remontée de l’affleurement rocheux à ce niveau, les 5,6 m séparant les structures F11 et F25, situés face à l’entrée du premier édifice, sont en revanche à considérer comme une interruption volontaire. On notera également que la nature limono-argileuse du comblement de ces tranchées se distingue de celle des autres structures et suggère une architecture mixte pour l’élévation de ces palissades.

Fig. 11 - Planimétrie et stratigraphie de la palissade de l’état 2. Planimétrie et stratigraphie de la palissade de l’état 2.

Fig. 11 - Planimétrie et stratigraphie de la palissade de l’état 2. Planimétrie et stratigraphie de la palissade de l’état 2.

© Eveha 2019

25Les tegulae utilisées pour le calage des poteaux au sein de ces tranchées confirment pour l’essentiel la chronologie envisagée à partir de la seule céramique, avec une majorité de type E dont la datation s’échelonne entre la période flavienne et la fin du iie s. de notre ère (Clément 2013 : 90, fig. 74). Ajoutons que cet ensemble palissadé ne présente pas de retour occidental et semble illustrer la pérennité du premier aménagement. Il confirmerait la fonction de limite du substrat rocheux à l’est (Fig. 4). Si la délimitation de l’établissement par des palissades installées en tranchées est attestée à Lyon, notamment sur le site du “11-13 rue Roquette” pour borner des propriétés (Maza et Teyssonneyre 2012), celle de Neulise illustre vraisemblablement une partition d’espaces fonctionnels identiques à ceux que l’on observe dans les établissements ruraux régionaux datés de la fin de La Tène et du début de l’époque romaine (De Klijn, Motte et Vicherd 1996 ; Granier 2012 ; Bocquet et Giry 2018). À cette délimitation effective et probablement fonctionnelle des espaces de l’établissement, héritée de pratiques de l’époque gauloise, il faut signaler le large accès observé au centre de la palissade septentrionale situé face à celui de l’édifice. La mise au jour de deux nouveaux trous de poteau (F57 et F239) dans la partie orientale de l’axe septentrional de la cour enclose est à mettre en corrélation avec la probable réfection de l’accès à l’édifice (Fig. 4). Au cours de la première phase, l’ouverture de l’enclos palissadé de l’édifice s’effectuait par l’est (Fig. 4). L’implantation de l’annexe clôturant ce passage correspond sans doute à ces deux nouveaux trous de poteau de dimensions identiques dont l’installation suppose de fait l’arrachement de l’une des structures antérieures. Ces deux nouvelles structures présentent toutes deux de moindres dimensions que celles observées précédemment (F57 : 0,68×0,58×0,24/F239 : 0,52 m×0,46 m×0,14 m). Elles recelaient du mobilier et notamment des fragments de pots en céramique commune à bord débordant mouluré sur col court, datés des ier et iie s. (Fig. 13, vase n24). Leur proximité et leur disposition en dehors de l’axe défini par la palissade du premier état supposent un lien fonctionnel qu’il est tentant d’interpréter comme la réfection de l’extrémité orientale de l’avant-cour sise face à l’accès du bâtiment, voire comme le discret témoin d’un porche lié à l’annexe. Ainsi, l’accès de l’édifice donnerait sur la dépendance de la cour, face à celle qui est observable au nord de l’emprise (Fig. 13).

Fig. 12 - 1 Phase d’apparition de la tranchée de palissade. 2 et 3. Détail de trous de poteau ancrés dans les tranchées de la palissade ; 4. Carte de répartition du phosphore sur l'horizon US 231.

Fig. 12 - 1 Phase d’apparition de la tranchée de palissade. 2 et 3. Détail de trous de poteau ancrés dans les tranchées de la palissade ; 4. Carte de répartition du phosphore sur l'horizon US 231.

© Eveha 2019

Élément de chronologie et de culture matérielle de la seconde phase d’occupation

26La datation de cette deuxième phase d’occupation peut compter sur un mobilier plus abondant approchant la cinquantaine d’individus (Fig. 12 ; Tabl. 2).

Tabl. 2 - Distribution du mobilier céramique de l’état 2.

Tabl. 2 - Distribution du mobilier céramique de l’état 2.

© Eveha 2019

27La vaisselle de table en sigillée reste discrète avec trois vases fragmentaires (non illustrés) attribués à l’atelier de La Graufesenque (bols Drag. 27, Ritterling 9, Drag. 24-25), caractéristiques des deux premiers tiers du ier s. de notre ère (Genin 2007). Le fragment de sigillée italique est en position résiduelle et renvoie à l’occupation sous-jacente d’époque augustéenne. Les productions peintes emblématiques du territoire ségusiave sont représentées par trois bols de Roanne à bord en bourrelet ou en amande (Fig. 13 nos 1 et 2). Ces vases sont très fréquents durant tout le ier s. de notre ère, et particulièrement à Roanne durant l’horizon 8, les contextes plus récents montrant un rapide déclin au siècle suivant (Genin et Lavendhomme 1997). La vaisselle régionale (grise fine et terra nigra) montre des formes d’assiettes (Fig. 13 n3) et de pots (Fig. 13 n4) propres au milieu du ier s. de notre ère (Genin et Lavendhomme 1997). Les vases à “pâte claire” sont très majoritairement à tendance siliceuse. Le service des liquides comprend un pichet à col côtelé, dont l’anse comporte un “téton” décoratif emprunté aux pouciers de la vaisselle métallique (Fig. 13 n7), et une cruche à bord en bandeau mouluré (Fig. 13 n5). Les deux pots à col mouluré et bord débordant mouluré ou lèvre déversée (Fig. 13 nos 6 et 8) sont dévolus au petit stockage. Cet assemblage est fréquent au sein du vaisselier ségusiave du ier s. de notre ère, de même que la bouilloire des officines de potiers Voconces (Genin et Lavendhomme 1997 ; Batigne et Desbat 1996). La batterie de cuisine comprend des vases tournés à pâte siliceuse, le plus souvent identifiables à des formes ouvertes (18) que fermées (14). Les pots à cuire sont les plus nombreux avec douze individus (Fig. 13 nos 10-13, 15, 30, 33), devant les jattes (9), les marmites (6), les plats (3) et les pichets (2). Les premiers sont majoritairement à bord débordant mouluré sur col court, ce qui correspond au type le plus courant au Ier s. de notre ère et au début du suivant (Genin et Lavendhomme 1997 ; Batigne-Vallet (dir.) 2006). Le pot “Haltern 62” (Fig. 13 n9) et les pichets à col côtelé (Fig. 13 n16) s’insèrent parfaitement dans cet horizon chronologique. Il en est de même pour les marmites tripodes à bord débordant (Fig. 13 nos 18, 21, 22, 31), les jattes à lèvre débordante (Fig. 13 nos 14, 19, 20) ou en bandeau (Fig. 13 nos 23, 29) et la bassine à large bord débordant (Fig. 13 nos 17). En revanche, les formes de plats (Fig. 13 nos 32, 34) renvoient à des contextes de la fin du ier s. de notre ère et du suivant (Genin et Lavendhomme 1997). Les couvercles à bord retroussé (Fig. 13 nos 24-25) sont également plus courants à partir de la fin du ier s. de notre ère (Fig. 13 nos 24-25). La présence d’au moins trois dolia ou amphores régionales (Fig. 13 nos 26, 27) suppose une activité de stockage ou de transport non négligeable. Il y a peu à dire sur les amphores, extrêmement rares. Elles se rapportent à la fois aux productions vinaires de l’Italie tardo-républicaine (Dressel 1) et aux officines lyonnaises, dont les prémices sont datées de la période augustéenne (Desbat et Dangréaux 1997 ; Maza et al. 2002). S’agissant de la vaisselle fine (sigillée), les indices à disposition, au demeurant peu nombreux, confirment une datation du Ier s. de notre ère. L’absence de formes plus récentes, notamment celles du service dit flavien dont les premières occurrences sont connues à partir des années 50-60 de notre ère, incite à resserrer la chronologie durant les deux premiers tiers du siècle (Genin 2007). Notons que certains éléments de la batterie de cuisine privilégient une datation plus récente, couvrant la fin du ier s. jusqu’au milieu du iie s. de notre ère. Même si la fourchette reste approximative faute de fossiles directeurs plus précis, cette phase s’insère entre celle du début du ier s. (État 1) et du milieu du iie s. au plus tôt (État 3). Le petit mobilier n’apporte pas plus d’éléments pour affiner la datation de cet ensemble. Comme pour la première phase de l’occupation, la faiblesse du mobilier de quincaillerie (7 clous) suppose une architecture où le bois joue toujours un rôle majeur. La faible quantité d’artefacts présuppose des occupants aux modestes moyens. En effet, seule une scorie, un ciselet (Fig. 18 n1) et un fragment d’anneau en alliage cuivreux ont été inventoriés. Bien qu’isolés au sein d’une même phase de comblement, la scorie et le ciselet permettent d’identifier une probable activité métallurgique.

Fig. 13 - Mobilier céramique de l’état 2 (30-70) : peinte (n°1-2), grise fine (n°3-4), claire siliceuse (n°5-8), sombre rouge (n°9-13), commune rouge (n°14-27), commune sombre (n°28-34).

Fig. 13 - Mobilier céramique de l’état 2 (30-70) : peinte (n°1-2), grise fine (n°3-4), claire siliceuse (n°5-8), sombre rouge (n°9-13), commune rouge (n°14-27), commune sombre (n°28-34).

Dessin : G. Maza ; DAO. A. Titta, © Eveha 2019

Tentative d’interprétation de la seconde phase d’occupation du premier établissement

28L’identification du niveau de circulation antique a fait l’objet d’une cartographie chimique. Malheureusement, les teneurs en phosphore extrêmement basses (Fig. 12) n’ont pas permis de discerner un éventuel passage de bétail. Ainsi, l’interprétation de ce bâtiment comme édifice agricole dédié au parcage du bétail pourrait être nuancée. Pourquoi ne pas envisager d’autres lectures de ces vestiges ; un entrepôt de stockage, une remise, une vaste grange. Il faut cependant rappeler que les comparaisons effectuées pour l’édifice restent effectives. La nature limono-sableuse grossière et argileuse du sédiment retrouvé n’était pas vraiment favorable à la fixation du phosphore, d’ailleurs, l’échantillon test pratiqué sur le sol de pâture actuel n’a livré que des teneurs relativement basses en phosphore.

29Si ce type d’organisation spatiale est mal connu pour la période au sein des établissements ruraux régionaux, l’architecture et l’installation de palissades structurant et délimitant des ensembles clos découlent de pratiques et de modes de gestion incontestablement issus de la période gauloise (Fig. 13). La caractérisation de l’établissement de Neulise dont l’occupation perdure sur près d’un siècle, livre, à travers plusieurs activités productives, agricoles (culture, élevage ?) et artisanales (métallurgie, extraction de terre ?), l’image d’une exploitation hybride partagée entre des pratiques romaines (plan orthonormé/mode de plantation/mobilier) et d’origine gauloise (enclos/segmentation d’espace/architecture…) (Fig. 14). On retrouve un schéma identique sur le site du “Pré la cour” à Montagnieu dans l’Ain, dont la deuxième phase d’occupation, contemporaine des Jacquins, est interprétée comme l’évolution d’une “ferme gauloise déjà fortement romanisée” (Chastel et al. 1988 : 140 ; Fig. 18 n4). Il en va de même des petits agglomérats d’établissements ruraux qualifiés de “fermes indigènes” au ier s. de notre ère sur le site de Chassieu-Genas dans le Rhône (Coquidé et Vermeulen 1999 : 241 ; Fig. 8 n6). À Neulise, l’indéniable pérennité des vestiges situés au nord de l’emprise autorise deux hypothèses, déjà évoquées pour la première phase : annexe d’un grand domaine ou exploitation indépendante.

Fig. 14 - 1. Vue générale des structures vidées du bâtiment n°1 et de sa cour enclose depuis l’est ; 2. Vue générale des structures vidées du bâtiment n°1 et de sa cour enclose depuis l’ouest ; 3. Proposition schématique de restitution de l’occupation lors du second état de l’occupation.

Fig. 14 - 1. Vue générale des structures vidées du bâtiment n°1 et de sa cour enclose depuis l’est ; 2. Vue générale des structures vidées du bâtiment n°1 et de sa cour enclose depuis l’ouest ; 3. Proposition schématique de restitution de l’occupation lors du second état de l’occupation.

Réalisation O. Benatia, © Eveha 2019

L’identification d’un second établissement

Une grange au plan standardisé

30Datés entre le milieu du iie et le iiie s. de notre ère, les vestiges de la troisième phase de l’occupation marquent une refondation par le démantèlement de l’établissement gallo-romain précédemment observé. Une nouvelle orientation (nord-sud) et l’emploi de murs en pierre suggèrent un probable changement d’exploitation. Les vestiges inventoriés renvoient à l’installation, l’occupation et l’abandon du second édifice (Fig. 4). Du fait de l’érosion et des spoliations observées, les fondations maçonnées conservées au mieux sur une à deux assises apparaissent largement tronquées et arasées. Leur appareillage est constitué de blocs de granite grossièrement équarris, liés à l’argile. Toutefois, les vestiges en présence permettent la restitution d’un bâtiment de plan rectangulaire à deux nefs de très grande ampleur (22,5 m×19 m soit 427 m2 de superficie interne), doté de deux espaces de plan rectangulaire mesurant respectivement 271,6 m2 pour la pièce occidentale et 82,5 m2 pour l’espace oriental. Le négatif d’arrachement d’une importante structure quadrangulaire située au niveau de la jonction des murs sud suppose la présence d’au moins une base de pilier maçonnée renforçant la construction. Ce type de bâtiment renvoie au plan générique des granges ou dépendances identifiées sur de nombreuses villae en Gaule (Ferdière 1988 ; Gaston 2008) (Fig. 15).

Fig. 15 - Planimétrie et stratigraphie du bâtiment n°2.

Fig. 15 - Planimétrie et stratigraphie du bâtiment n°2.

© Eveha 2019

Fig. 16 - Stratigraphie du complexe artisanal du bâtiment n°2.

Fig. 16 - Stratigraphie du complexe artisanal du bâtiment n°2.

© Eveha 2019

Le complexe intérieur

31Au centre de cet édifice, un aménagement complexe est articulé autour d’une grande fosse d’orientation est-ouest localisée à 5,4 m du mur oriental, 5,15 m du mur occidental et 4,6 m de celui du sud du bâtiment (Fig. 17 nos 1 et 4). Cette fosse présente une forme sub-rectangulaire se développant sur 10,5 m de longueur pour 2,5 m de large en moyenne et apparaît centrée dans la partie méridionale du bâtiment. Conservé sur 0,4 m d’épaisseur au maximum, son creusement revêt des parois sub-verticales à obliques se terminant par un fond à double auge. La première auge occupe la partie orientale de la fosse et se développe sur 3,65 m de longueur pour 2,6 m de largeur au maximum. Conservée sur 0,26 m d’épaisseur, on notera qu’elle est bordée à l’est par la base F343, au nord par le négatif F290 et au sud par une sorte de banquette taillée dans le substrat (Fig. 16 : axe n1). Aménagée contre la paroi sud, cette dernière présente une forme rectangulaire en plan (1,6 m×0,5 m) et ressemble à une marche. (Fig. 16 : axe 1). Dans la partie occidentale, la seconde auge se développe sur 6,7 m de longueur pour 2,5 m de largeur. Les parois septentrionales de ce second creusement sont marquées par quatre négatifs de forme semi-circulaire (F292, F294, F295 et F342), ayant, pour au moins l’un d’entre eux, accueilli un bloc en granite de 0,4 m par 0,5 m de côté. Un seul aménagement identique a été observé (F329) face à ce bloc, conservé contre la paroi méridionale de la fosse. Les relevés stratigraphies opérés sur ces structures confèrent à la fosse un profil “en gradin” aux parois obliques à sub-verticales se terminant par un fond plat (Fig. 16 : axe n2). On notera toutefois que l’extrémité orientale de ce second creusement (auge occidentale) fait exception à ce schéma, puisque le fond de la structure est marqué, en son centre, par une dépression de forme sub-circulaire mesurant 0,7 m de diamètre et 0,09 m d’épaisseur (Fig. 16 : axes nos 2 et 3). En tout, quatre phases de comblement ont été distinguées au sein de cette structure. Conservée entre 0,02 m et 0,04 m d’épaisseur, la première phase de comblement (US 356) a été mise au jour au sein du second creusement. Elle est caractérisée par une matrice argileuse, grise, compacte et homogène, dont le dépôt d’origine anthropique vise à imperméabiliser cette partie de la fosse soumise au passage de la nappe hypodermique. Cette US beurre le fond de la fosse. Elle a livré, sur sa partie sommitale, un mobilier céramique abondant, daté du iiie s. (Fig. 18, vases nos 2, 4, 9, 12, 16, 17, 18, 25 et 31), ainsi que l’essentiel du mobilier en verre (Fig. n18, vases nos 39 à 41) et en métal du site. Ce dernier est illustré par de gros fragments de plaques en fer, des fragments de ferrures, une barre en fer (semi-produit ?) une serpe à emmanchement à douille et un disque en plomb ajouré (Fig. 19 nos 2, 3, 4 et 5).

32La deuxième phase de comblement s’apparente à des restes de charpente ou d’architecture de bois calcinés. La datation 14Copérée sur le brandon le mieux conservé livre une datation autour de 2025 ± 30 BP (Poz-74565 : 112BC (94,5%) 55AD). Cette couche est partiellement recouverte par des poches de terre argileuse, chauffées, correspondant à de l’architecture de terre brulée (Fig. 16 – US 264). Ces matériaux inégalement répartis au sein des creusements de la fosse F137 sont probablement liés à l’effondrement des murs du bâtiment n2. L’ensemble est scellé par l’US 141 caractérisée par une matrice limono-argileuse et sableuse, brune à grise, compacte et hétérogène, contenant une forte densité de TCA de type F (iiie s.) en majorité mêlée à de rares tessons de céramique (Fig. 18, vases nos 1, 11 et 21), des fragments de verre (Fig. 18, vase n42), des clous de construction, des poches de terre rubéfiée et des charbons de taille centimétrique. Les quantités de tegulae et d’imbrices plaident en faveur d’une couche de démolition issue de l’effondrement d’une toiture. Cet horizon comble, dans la grande majorité des cas, les négatifs des aménagements observés contre les bordures septentrionales (F290, F292, F294 et F295) et méridionales (F239) de la fosse.

33La présence des couches de démolition (US 264, US 265 et US 141) issues de l’effondrement de la toiture et des murs de la bâtisse plaide en faveur d’une contemporanéité du fonctionnement de la fosse avec celle du bâtiment n2. Ce constat est d’ailleurs confirmé par les études de mobilier céramique et TCA effectuées sur les lots issus des différentes structures.

34Quatre négatifs de porteurs (F88, F259, F141 et F287) présentent une implantation centrée sur la fosse F137 et délimitent un aménagement de plan rectangulaire (7,9 m×6,1 m×8,4 m×6,25 m) dans lequel semble s’insérer, au nord, une fosse de plan rectangulaire également (F263). Ces quatre négatifs de poteaux, disposés en vis-à-vis, possèdent des creusements de forme quadrangulaire. L’identification de calages en couronne au nord, conservés entre 0,62 à 0,78 m de profondeur permet de restituer de larges poteaux de forme quadrangulaire de 0,45 m de côté au minimum tandis qu’au sud, les deux porteurs apparaissent nettement moins ancrés dans le substrat (F141 et F287). La présence d’un élément de panse moulée en sigillée de Lezoux, attribuable à la septième phase de production de cet atelier, fournit, pour l’installation des calages des porteurs septentrionaux (F88), un TPQ entre 150 et 250 ap. J.-C. Toutefois, la datation 14C effectuée sur les charbons du fantôme de cette structure livre une date calibrée étonnante autour de 2060 ± 30 BP (Poz-74563 : 166BC (95,4%) 20AD), avoisinant celle effectuée au sein de la fosse F137. Ces quatre trous de poteau forment ainsi une ossature en bois distante de 7,5 m du mur occidental et de 8,1 m du mur oriental. Comme la fosse F137, cette construction apparaît donc relativement centrée au sud du bâtiment avec lequel elle partage une même orientation. Bien que le différentiel altimétrique observé entre l’épaisseur des structures situées au nord de la fosse et celles situées au sud soit relativement important, l’ampleur des creusements autorise l’identification de poteaux porteurs particulièrement puissants, dont la disposition pourrait avoir supporté la charpente du bâtiment (Fig. 16 : axes nos 8 et 10). Toutefois, le mode de construction diverge suffisamment (calage en couronne, ancrage au sol) pour imaginer des fonctionnalités différentes entre l’ensemble septentrional (F88-F259) et méridional (F141-F287). Notons que la disposition de la fosse rectangulaire F263 (1,68×0,55×0,13 m), localisée sur l’axe défini entre les porteurs septentrionaux plaide en faveur de son rattachement à ce complexe. Signalons également la présence de deux trous de poteau disposés perpendiculairement à la grande fosse centrale (F92/F140) dont l’association permet d’observer un linéaire parallèle à celui des ossatures F88, F259, F141 et F287 dont ils sont distants de 0,72 m à l’est. Enfin, à 0,6 m au sud de l’extrémité occidentale de F137, une fosse de plan trapézoïdal mesurant 1,5×1,1×0,16 m, au creusement rectiligne se terminant par un fond plat, a été mise en évidence dans l’emprise de ce dispositif (Fig. 15). La forme géométrique de cette fosse d’orientation nord-sud renvoie là encore au négatif d’un aménagement probablement récupéré ou dégradé in situ.

35Cet agencement complexe, centré dans la partie intérieure de l’édifice s’articule autour d’une fosse de grande dimension et semble très clairement lié à l’occupation et à la fonction du bâtiment (Fig. 15). En effet, la présence de couches de démolition (US 264, US 265 et US 141) issues de l’effondrement de la toiture et des murs de la bâtisse plaide en faveur d’une contemporanéité du fonctionnement de la fosse avec celle du second bâtiment. L’ossature de plan rectangulaire formée par les puissants porteurs F88, F259, F141 et F287 induit une superstructure en bois qui pourrait avoir participé au support de la toiture de l’édifice dans lequel la fosse rectangulaire F263 et peut-être les trous de poteau F92 et F140 ainsi que la fosse F136 auraient été utilisés.

36Précisons que l’état d’arasement global des vestiges du site rend leur interprétation délicate et maintient notre proposition de lecture au stade de l’hypothèse. Généralement isolés, les exemples locaux de ce type de grande fosse sont interprétés de deux façons. Soit des bâtiments semi-excavés comme on en trouve sur les sites de la Tranche II de la Zac Bonvert à Mably (Delhoofs et al. 2016 : fig. 432) ou du Pège à Chambéon-Magneux Hauterives (Vermeulen et al. 2014), soit le siège d’une activité artisanale comme sur le site de La Demi-Lune campé sur la commune de Mably (Grand et Corompt 1996). À Neulise, cette installation au centre du bâtiment maçonné exclut une fonction d’habitat et oriente l’interprétation vers une fonction artisanale (Fig. 15). Rappelons que les datations 14C opérées sur les structures bien datées du iiie s. livrent des dates contemporaines à situer à la fin de La Tène D. L’écart de près de trois siècles entre les datations du mobilier céramique de ces structures suppose que le démantèlement des matériaux en bois du premier édifice ait pu servir, pour une partie au moins, à la construction des charpentes et de l’ossature de ce complexe artisanal. Ces réemplois de matériaux ayant trois siècles d’ancienneté sont notamment attestés sur les bois de charpente des cathédrales, comme à Die dans la Drôme (Rens. Jacques Planchon), sur la charpente de l’église d’Aulnay-sous-Bois en Île-de-France ou encore dans les éléments de toiture des habitats Ligériens du xviiie s. (Huygen et Lafarge 2010 ; Ruffié 2010 : 64-67). Ils permettent de souligner l’importance de la récupération dans l’économie quotidienne du site et présupposent une certaine difficulté à obtenir des matières premières.

Vers l’interprétation d’un pressoir

37L’association de ce dispositif façonné pour partie avec du bois vraisemblablement récupéré avec les maçonneries du bâtiment n2 évoque un probable complexe à fonction artisanale. En effet, l’imperméabilité assurée par le dépôt argileux (US 356) caractérise très probablement une fonction de bassin pour au moins l’une des auges (Fig. 15 : axes nos 2 à 6). Ainsi, l’existence d’une fosse oblongue servant de bassin situé au centre d’un grand bâtiment renvoie à des exemples régionaux bien documentés. Le site de “Champ Chalatras” aux Martres-d’Artière dans le Puy-de-Dôme livre, d’ailleurs, pour une période datée entre le milieu du iie s. et le début du iiie s., le plan d’un édifice tout à fait comparable par sa forme et ses dimensions (22,5 m×19 m). Constitué de trois pièces, il est équipé, en son centre, de deux bassins en béton hydraulique accolés, dotés de cuvettes de vidange se développant sur une longueur avoisinant 7 m pour 1,56 m de largeur (Vallat et Cabanis 2009). Si la construction de ces bassins maçonnés les distingue de ceux de Neulise, la forme de leur creusement “en gradin”, leur dimension et leur localisation au sein d’un bâtiment de plan comparable, doté de deux puissants piliers centraux supportant la toiture, justifient la comparaison. Interprété comme la dépendance d’une villa ayant accueilli une activité vinicole, ce bâtiment arasé n’a toutefois pas conservé les vestiges de son pressoir pour lequel l’hypothèse d’une presse installée sur une plateforme surélevée a été envisagée (ibid.). À Neulise, la fosse F137 pourrait être le négatif de deux bassins en bois accolés dont le coffrage aurait été construit sur les bases observées des poteaux (F342 et F343), ce qui permettrait d’identifier plus clairement la banquette taillée dans le substrat comme la marche d’un escalier d’accès à l’auge orientale (Fig. 15 : axe n1 et Fig. 16 nos 4 et 5). Les traces d’arrachement des bases des aménagements bordiers F239, F290, F292, F294 et F295 suggèrent une spoliation de cette armature en bois, transformant ainsi la fosse F137 en un dépotoir de fortune voué à la récupération des matériaux du bâtiment. Les amas de rejets détritiques qui jonchaient le fond des auges confirment cette fonction secondaire et expliquent pourquoi l’étude carpologique a livré seulement des restes de blé et d’anecdotiques taxa de rosiers, etc. (Tabl. 4)

38Si la perspective d’un bassin constitué de deux auges se vérifiait, alors l’ossature délimitée par les vestiges F88, F259, F141, F287 et F263 pourrait être identifiée comme une grande superstructure en bois dont l’agencement renverrait à celle d’un pressoir se développant perpendiculairement à la fosse F137 (Fig. 16). Les structures F88 et F259 dotées de deux puissants calages (Fig. 16 : n°3) seraient identifiables à des jumelles encadrant le négatif d’un contrepoids (F263). Disposées en vis-à-vis de ces jumelles, les structures F141 et F287, considérées comme de “fausses” jumelles, permettraient de restituer un arbre d’au moins 8,5 m. Au regard de ses emplacement et agencement, cette armature en bois aurait pu supporter une partie de la charpente de la toiture de l’édifice. Dans le cas de Neulise, l’état d’arasement des vestiges ne permet ni d’affirmer ni même de proposer l’identification d’un pressoir à vis ou à levier, même si l’ampleur du dispositif plaide pour un levier. La forme géométrique de la fosse F136 milite en faveur du négatif d’une structure en bois, peut-être un bac ou un réservoir. En l’état des données disponibles, l’interprétation de cette structure reste délicate et renvoie au mieux à un lien fonctionnel avec la fosse F137. Il en va de même pour les deux trous de poteau F92 et F140 dont la présence peut être liée au chantier de construction ou à un autre aménagement, mais difficilement qualifiable.

Fig. 17 - 1. Vue générale des stratigraphies de la fosse F137 ; 2. Vue générale du complexe artisanal ; 3. Stratigraphie du trou de poteau F88 ; 4. Détail de la fosse vidée nappée par l’US 356 ; 5. Planimétrie des vestiges localisés au centre du bâtiment n°2 ; 6. Proposition de lecture des vestiges localisés au centre du bâtiment n°2 ; 7. Restitution schématique des pressoirs à levier de type C20 et C21 - (d’après Brun 1986 : fig. 6) ; 8. Proposition de restitution du pressoir de Lunas dans l’Hérault (34) (d’après Gourdiole 1994).

Fig. 17 - 1. Vue générale des stratigraphies de la fosse F137 ; 2. Vue générale du complexe artisanal ; 3. Stratigraphie du trou de poteau F88 ; 4. Détail de la fosse vidée nappée par l’US 356 ; 5. Planimétrie des vestiges localisés au centre du bâtiment n°2 ; 6. Proposition de lecture des vestiges localisés au centre du bâtiment n°2 ; 7. Restitution schématique des pressoirs à levier de type C20 et C21 - (d’après Brun 1986 : fig. 6) ; 8. Proposition de restitution du pressoir de Lunas dans l’Hérault (34) (d’après Gourdiole 1994).

39Il nous semble important de notifier que l’écart entre les porteurs constitue un point de fragilité pour la presse, notamment dans le cas des jumelles (3,7 m). Les structures F342 et F292 situées sur l’axe probable de l’arbre du pressoir pourraient compenser cette faiblesse architecturale et ainsi être lues comme ses renforts ou porteurs (Fig. 16 n5). Au vu de l’irrégularité des contours de la fosse et de la présence d’aménagements sur les bordures, l’hypothèse d’un coffrage en bois fondé sur des bases de poteaux (F239, F290, F292, F294, F295, F342 et F343) pour matérialiser les contours de la fosse F137 semble plausible.

40Sans garantir la restitution des élévations de ce complexe, on peut imaginer que les structures septentrionales dotées de deux puissants calages étaient bien des jumelles encadrant le négatif d’un contrepoids, et les structures méridionales accolées de fausses jumelles. Ce schéma organisationnel permet d’identifier le creusement de la partie orientale dotée d’une marche d’accès comme un probable fouloir. Celui de la partie occidentale correspondrait à une cuve dont le trop-plein s’écoulerait dans le bac d’une fosse périphérique (F136), validant ainsi l’hypothèse d’un pressoir de type C20/C21 (Brun 1986 : Fig. 28) dont l’ossature aurait contribué à supporter la toiture de l’édifice (Fig. 17 n7). L’organisation interne de ce bâtiment doté d’un bassin en son centre rappelle celle des dépendances du site de “Champ Chalatras” aux Martres-d’Artière dans le Puy-de-Dôme dont la fonction vinicole contemporaine a été démontrée. La comparaison est également possible, mais dans une moindre mesure, avec les bâtiments de “Quinquiris et Bartissol” à Castelnaudary (Bohny et al. 2015). Les traces d’arrachement des bases des aménagements bordiers de la fosse centrale ainsi que les rejets détritiques qui jonchaient le fond des auges suggèrent une spoliation des matériaux de ces bassins avant l’écroulement du bâtiment n2, vraisemblablement sous l’action d’un incendie. Ce constat atteste là encore l’importance de la récupération des matériaux dans l’économie du site. On observe également cette pratique dans les fosses de rejets où des blocs grossiers issus de la spoliation des murs de l’édifice ont été mis en évidence. Cet ensemble articulé au centre du bâtiment renvoie, avec ces aménagements bordiers, à la restitution vraisemblable d’un pressoir similaire à celui de “Lunas” dans l’Hérault (Fig. 17 n8). Comme sur les sites de la “villa Goiffieux” à Saint-Laurent d’Agny (Poux et coll. 2011) et “Grand’plantes” à Fleurieux-sur-l’Arbresle (Motte et al. 2010) dans le département du Rhône, ou encore celui du site “le Genevray – Route de Versoie” à Thonon-les-Bains (Landry 2015 : 250, fig. 57), l’identification à Neulise d’un pressoir entièrement construit en bois correspond aux modes de construction des pressoirs de nos régions (Brun 2004 : 104).

41On l’a compris, ce bassin doté d’une grande et d’une petite cuve, associé à un pressoir, montre une plausible activité de vinification au sein de la pièce la plus importante. De même, l’absence de fosse ou de fond de dolia au sein du bâtiment suppose un éventuel stockage en foudre de bois ou en tonneaux qui n’aurait pas laissé de traces au sol. La pièce orientale, étroite et allongée, dans laquelle on observe le négatif d’un probable bac ayant accueilli la démolition de la toiture de l’édifice (F96) pourrait fournir un espace préférentiel pour une éventuelle zone de stockage (Fig. 15). Le bâtiment n2 correspondrait à une dépendance à vocation vinicole, dotée d’une salle des machines, d’une zone de stockage, avec un vignoble situé dans un périmètre relativement proche. Son isolement sur l’emprise appelle également l’existence d’un domaine de rattachement. Or, si des plantations de vignes sont attestées régionalement (Poux et coll. 2011 ; Vallat et Cabanis 2011 ; Argant et Lemaître 2017 ; Teyssonneyre et al. 2018) et plus au nord à Gevrey-Chambertin en Côte d’Or (Garcia et al. 2011), ce type de culture n’est guère présent dans la Loire où aucune occurrence n’est recensée à ce jour. La présence d’une serpe à emmanchement à douille longue de 30 cm reste le seul témoignage d’une activité agricole (Fig. 19). Toutefois, ce type d’outil est usité dans tous les travaux d’élagage ou de taille. Il pourrait être utilisé dans la taille des vignes “hautes” se développant sur pergola comme à Saint-Laurent-d’Agny ou sur palissage oblique comme à Chevrey-Chambertin (Poux et coll. 2011 ; Garcia et al. 2011 : 103, Fig. 61). Il est plus vraisemblable que cet outil, issu de la fosse centrale, ait servi à des activités d’ébranchages divers.

Élément de chronologie et de culture matérielle de la troisième phase d’occupation

42Les lots de céramique rattachés à l’État 3 montrent une nette évolution des faciès. Encore faut-il rappeler que l’essentiel des informations provient de la grande fosse interprétée comme le négatif d’un pressoir situé au centre du bâtiment. Si la vaisselle de table est faiblement représentée, elle renvoie pour une bonne part aux productions en sigillée de Gaule du Centre. Les principaux éléments se rattachent à la phase 8 de Lezoux, qui correspond à la dernière grosse phase de production des ateliers lédoziens, datée entre les deuxième et troisième quarts du iiie s. (Bet et Delor 2000). Les formes lisses se résument à une assiette L043A/Curle 23 (Fig. 18 n1) et un fond de mortier Drag. 45/L100 (Fig. 18 n5), associées à un fragment de panse de bol hémisphérique moulé Drag. 37 (Fig. 18 n6). Une assiette L043 ou L045 (Fig. 18 n2) et un bol moulé Drag. 37 appartiennent en revanche à la phase 7 de Lezoux (Fig. 18 n3), qui pourrait être en partie contemporaine. Ces productions apparaissent en effet dès le milieu du iie s., mais perdurent jusque dans le premier tiers du iiis. (Delage 1998). Plusieurs fragments de vases sont par ailleurs clairement en position résiduelle : bol moulé Drag. 37 de la phase 5 ou 6 de Lezoux, assiette Drag. 18 des officines de La Graufesenque (Fig. 18 n4), tesson isolé de sigillée italique d’Italie du nord. Une datation avancée dans le iiie s. se déduit également de l’association d’un gobelet Déchelette 72 en céramique métallescente, vraisemblablement originaire des ateliers bourguignons, et de plusieurs fragments de gobelets attribuables aux productions de Lezoux (Fig. 18 nos 9 à 12). L’assiette à bord courbe rattachée à la catégorie claire lissée (Fig. 18 n13) est également plus caractéristique de la seconde moitié du iie s. et surtout du iiie s. de notre ère (Leblanc 2007). L’assiette en “grise fine” (Fig. 18 n7) et les bols de Roanne peints sont en revanche plus fréquents durant le ier s. de notre ère, ces derniers étant toutefois encore connus durant les deux siècles suivants (Genin et Lavendhomme 1997 : 90 et 97-102). L’exemplaire à pâte fine orangée apparaît dans les contextes des iie et iiie s. de notre ère, où il est indifféremment classé en céramique peinte ou en commune claire (Genin et Lavendhomme 1997). Autant qu’il soit possible d’en juger, les vases à pâte claire (Fig. 18 nos 14-16, 22) dévolus au service des liquides (cruche) et au petit stockage (pot) semblent également faire référence à des modèles récents des iie et iiie s. de notre ère (Leblanc 2007). Il en va d’ailleurs de même pour le mortier identifié aux productions bourguignonnes (type 6 ; Fig. 18 n17), répertorié dans les contextes lyonnais seulement à partir du début du iiie s. de notre ère (Saison-Guichon 2001). Les vases constituant la batterie de cuisine s’inscrivent majoritairement au sein du même horizon chronologique. Ils renvoient aux traditionnels pots à bord débordant mouluré (Fig. 18 nos 27-30, 33, 34, 37) ou bord en bourrelet (Fig. 18 nos 18, 31, 32, 36, 38), ces derniers étant toutefois nettement plus fréquents à partir de la fin du iie et du iiie s. de notre ère (Batigne-Vallet et al. 2006). La présence d’un fond de vase à plan de pose étroit et profil cintré abonde dans le même sens (Fig. 18 no 20). Le même constat est valable pour les plats/assiettes tripodes (Fig. 18 n26) et les jattes à lèvre débordante moulurée (Fig. 18 nos 21, 23, 25) ou bord triangulaire aplati (Fig. 18 n23), nettement plus fréquents à partir des horizons 11 et surtout 12 de Roanne (Genin et Lavendhomme 1997). Les amphores sont peu nombreuses, mais plaident également pour une datation avancée dans le iiie s., notamment pour ce qui concerne la pâte des conteneurs de type Dressel 20 (Silvino 2001). Ces propositions de datation sont par ailleurs corroborées par l’examen des terres cuites architecturales associées. La trentaine de profils exploitables d’un point de vue typo-chronologique montre en effet une domination certaine du type F (32 exemplaires), daté des années 180-210 de notre ère (Clément 2013 : 90, fig.74). Aux formes plus anciennes se rattachent uniquement trois exemplaires de type E qui était bien représenté au sein de l’état antérieur (ibid.). Un individu doit par ailleurs pouvoir être identifié au type G, le plus récent, daté depuis les années 210 jusqu’au milieu du ive s. de notre ère (ibid.). Une datation en plein iiie s. est enfin confortée par la vaisselle en verre, qui, bien que rare, montre l’association remarquable d’une coupe Ising 44 et d’une assiette à rebord triangulaire (Fig. 18 nos 39 et 42), dont les occurrences pour le quart sud-est de la France sont principalement connues entre la fin du iie et le iiie s. de notre ère, mais sont rarement mises en évidence sur les sites ruraux (Robin 2016). Il en va d’ailleurs de même pour le fragment d’attache foliacée d’un plateau de balance en alliage cuivreux soudé au plomb et son anneau de suspension (Fig. 19 n3).

Tabl. 3 - Distribution du mobilier céramique de l’état 3.

Tabl. 3 - Distribution du mobilier céramique de l’état 3.

© Eveha 2019

Fig. 18 - Céramique de l’État 3: sigillée Gaule du Centre (n°1-6), grise fine (n°7, 8a et 8b), métallescente (n°9-12), claire lissée (n°13), claire siliceuse (n°14-16), claire calcaire grossière (n°17), commune sombre rouge (18-31), commune sombre noire (n°32-38) ; mobilier en verre (n°39-42)

Fig. 18 - Céramique de l’État 3: sigillée Gaule du Centre (n°1-6), grise fine (n°7, 8a et 8b), métallescente (n°9-12), claire lissée (n°13), claire siliceuse (n°14-16), claire calcaire grossière (n°17), commune sombre rouge (18-31), commune sombre noire (n°32-38) ; mobilier en verre (n°39-42)

Dessin : G. Maza ; DAO. A. Titta. Mobilier en verre : dessin et DAO : L. Robin, © Eveha 2019

43La mise au jour d’un fragment de lingot en fer ou semi-produit (barre), d’un clou de chaussure et d’un disque en plomb perforé (poids, lest, amulette... ?) livre l’image d’un mobilier hétérogène correspondant à une certaine catégorie d’habitants capables de rejeter des matières premières et possédant des balances en bronze, ainsi qu’un vaisselier de service relativement diversifié (Fig. 19). Ce même constat peut d’ailleurs être établi pour les carporestes dont l’essentiel des identifications indique une prédominance de céréales carbonisées identifiables à du blé de type froment, exclusivement mis au jour au niveau des amas de concentration de céramique (Tabl. 4). Ce blé, très exigeant en matière de sol, suppose que les agriculteurs avaient accès à des terres de qualité ou à la possibilité d’importer les céréales.

Tabl. 4 - Résultat de l’étude carpologique de la fosse F137.

Tabl. 4 - Résultat de l’étude carpologique de la fosse F137.

© Eveha 2019

44Ce bâtiment semble avoir fonctionné sur une période relativement courte. Pour autant, la question de son appartenance à un grand domaine doit être évoquée, car il est peu probable que cet édifice soit resté isolé. Son identification à proximité du tracé supposé de la voie reliant les agglomérations de Feurs à Roanne fait de Neulise une étape centrale où l’existence d’un établissement domanial reste parfaitement plausible.

Fig. 19 - Petit mobilier des états 2 et 3. 1. Ciselet en fer - État 2 ; 2. Fragment d’attache folicacée de plateau de balance (Ae) avec son anneau de suspension - État 3 ; 3. Disque en plomb perforé - État 3 ; 4. Serpe en fer - État 3, semi-produit en fer - État 3.

Fig. 19 - Petit mobilier des états 2 et 3. 1. Ciselet en fer - État 2 ; 2. Fragment d’attache folicacée de plateau de balance (Ae) avec son anneau de suspension - État 3 ; 3. Disque en plomb perforé - État 3 ; 4. Serpe en fer - État 3, semi-produit en fer - État 3.

Dessin : Y. Teyssonneyre, © Eveha 2019

De l’implantation à la redéfinition d’une limite parcellaire

Les vestiges fossoyés

45Datés entre la fin du iiie et le ive s. de notre ère, les vestiges de la quatrième phase d’occupation illustrent clairement une désertion de l’occupation sur l’emprise observée. À l’exception d’un fragment de tegula de type G, daté entre le début du iiie et le milieu du ive s. de notre ère (Clément 2013), issu de l’un des fossés, le mobilier récolté est considéré comme résiduel. Grâce aux relations stratigraphiques qu’il entretient avec les ruines de l’occupation antérieure, on peut rattacher cet ensemble de structures à une quatrième phase de l’occupation. Il s’agit de deux fossés dont les tracés se confondent et viennent en partie recouper l’emprise et les structures des deux premiers édifices (Fig. 4). L’implantation successive des deux fossés d’orientation et de pendage NE-SO recoupant les vestiges des occupations antérieures marque sans équivoque une limite traversant la parcelle. Le décalage observé au nord-est entre les fossés suppose, avec la jonction de leurs tracés, une probable redéfinition de cette section du parcellaire. L’observation des profils des linéaires entaillant les arènes sablo-graveleuses au nord et la roche mère au sud met en évidence des processus d’érosion latérale avec évasement des parois, survenus après la phase de creusement. Au vu de la morphologie des comblements, il ne semble pas que ces structures aient bénéficié d’une phase de stabilité avec végétalisation. Même au sud-ouest où la stratigraphie de comblement est la plus développée, aucun horizon pédologique n’a pu être observé. Au nord-est, on ne peut exclure qu’un hypothétique horizon pédologique ait été érodé et soit absent de la stratigraphie encore conservée, mais cette hypothèse reste peu plausible. Cette absence s’explique probablement par un comblement suffisamment rapide et régulier, suivi d’une phase de remplissage ou d’érosion avec une action d’origine anthropique directe ou indirecte, caractérisée par la troncature des sols, due à l’érosion post-antique. Bien que le fossé F328 soit construit sur une zone de transit colluvial, son différentiel altimétrique oscille entre 0,15 m à une altitude de 475, 99 m NGF et 0,75 m à 474,96 m NGF au sud-ouest (Fig. 20). Ces observations marquent l’ampleur de l’érosion, responsable de la perte de 60 cm des horizons antiques à l’est de l’affleurement de tufs anthracifères, postérieurement à l’aménagement des structures fossoyées.

Fig. 20 - Planimétrie des fosses de plantation et stratigraphie des fosses de plantation et des fossés parcellaires.

Fig. 20 - Planimétrie des fosses de plantation et stratigraphie des fosses de plantation et des fossés parcellaires.

© Eveha 2019

Les fosses de plantations

46Ces fossés pourraient être associés à un ensemble de fosses de plantation d’orientation nord-sud se développant sur 8,25 m de longueur (Fig. 20). Leur implantation à intervalles réguliers dans la dépression laissée par la tranchée de spoliation de l’un des murs du bâtiment de la troisième phase de l’occupation permet leur rattachement à cette quatrième phase. Ces fosses présentent des formes homogènes, probablement structurées à l’origine par un canevas de tuteurs matérialisés ici par au moins deux trous de piquet. Leurs critères typo-morphologiques rappellent les pratiques agronomiques évoquées pour la seconde phase de l’occupation. Ces creusements marqués par les négatifs des développements racinaires des plantations ne laissent guère de doute, de même ceux de leurs probables rejets situés dans l’emprise. Les détritus (nodules de terre cuite architecturaux, céramique, charbon) mis en évidence sur les parties sommitales de leur comblement pourraient correspondre à une pratique de fumure ; toutefois, la présence d’une dolabre (dolabra) en fer, probablement liée au déracinement de ces plantations, suggère l’entretien dont elles ont fait l’objet, voire l’épierrement des maçonneries.

La dolabre

Fig. 21 - Dolabre en fer.

Fig. 21 - Dolabre en fer.

Dessin : Y. Teyssonneyre, © Eveha 2019

  • 3 Conrad Cichorius, Die Reliefs der Traianssäule. Zweiter Tafelband : Die Reliefs des Zweiten Dakisch (...)

47Cet outil composite long de 46 cm regroupe les caractéristiques d’une pioche et d’une hache. Il pèse 1252,5 g (Fig. 21) et possède un emmanchement à douille dont le diamètre externe de 55 mm permet de restituer un manche de 4 cm de diamètre sur sa partie sommitale, elle-même dotée, à l’origine, d’œillères de maintien. Conservé sur 29 cm de longueur, son pic de pioche présente une section quadrangulaire de 1,5 cm de côté qui s’affine au niveau de sa partie distale dont la pointe est manquante (Fig. 21). Son côté tranchant, parallèle au manche, mesure 11 cm de longueur pour 5,2 cm de hauteur et 1,7 cm de largeur au maximum. On notera que la pointe du pic est brisée et que la lame de cette hache est particulièrement émoussée, ce qui pourrait expliquer son abandon (Fig. 21). Les premières formes de dolabre (dolabra) sont attestées dès le ier s. av. J.-C. et perdurent jusqu’au iiie s. ap. J.-C. Ses caractéristiques typo-morphologiques permettent d’associer cet exemplaire au type 3 défini par N. Tisserand (2003), dont la chronologie est généralement circonscrite entre le ier et le iie s. (ibid.). Ce type de dolabre identifié sous l’appellation de “Pickelaxt” (pic/hache), est composé d’une lame d’environ 10 cm de long, parallèle au manche et d’un pic à son opposé. Deux variantes se déclinent au sein de ce troisième type. Elles se distinguent par leur pic présentant plus communément une section losangique, à l’extrémité pointue ou aplatie. Ici les dimensions, le poids, la section quadrangulaire du pic et son contexte chronologique permettent de proposer une troisième variante de dolabre. Sa mise au jour sur la partie sommitale d’une fosse de plantation renvoie à la fonction polyvalente de cet outil qui sert à creuser et à couper. L’iconographie des panneaux nos 169 et 170 (Scène XCII de Cichorius3) de la colonne trajanne nous montre également son utilisation pour déraciner et abattre des arbres. Généralement mise au jour sur les camps militaires, la dolabre est l’outil inconditionnel du paquetage du légionnaire. Elle est communément définie comme une militaria entre la fin de la période tardo-républicaine et le iiie s. de notre ère où elle est utilisée à la fois comme arme de guerre et outil de bûcheronnage. Son contexte de découverte, comme ses dimensions relativement importantes renvoient ici à une variante plus récente, si ce n’est une innovation, des productions du type III évoquées supra. Les exemplaires de dolabre ne sont pas nombreux régionalement. Citons pour mémoire le modèle du pseudo sanctuaire de Cybèle à Lyon (Desbat et Maza 2008 : 243 n54) ou encore celui de Gergovie ou de Gondole dans le Puy-de-Dôme (Deberge et coll. 2008 : 233 nos 3 et 5) dont les contextes chronologiques sont plus anciens. Les types les plus récents de dolabra restent mal documentés, ce qui donne à l’exemplaire de Neulise une grande valeur heuristique. Les principales découvertes de dolabre pour la période proviennent du site de Künzing, toutefois, à cette période, seul le type 2 est recensé (Tisserand 2003). De fait, l’exemplaire mis au jour à Neulise pose, au vu des constats établis, la question de son appartenance aux militaria et suppose une variante de dolabre d’usage “civil” probablement lié à des travaux agricoles. Cette variante pourrait faire écho à un outil contemporain de l’établissement du Chazeau à Messimy (69), possédant un pic de taille similaire mais qui se distingue par une tête marteau (Maza et al. 2018). Mentionnons également l’appellation de “doloires” émise par les moines de Pratz au cours du Haut Moyen-âge (Billoin et al. 2016 : 256). Au cours de cette période, ces “doloires” sont décrites comme des sortes de petites haches dont se servent les charpentiers pour dégrossir les pièces de bois en vue de construire des “huttes” (ibid.).

48Quoi qu’il en soit, l’écartement et les dimensions de ces fosses prouveraient l’existence d’un petit espace végétalisé arboricole, vraisemblablement entretenu, et confirment la vocation agraire de cette périphérie de la parcelle tout en posant la question de son étendue et de l’établissement dont elles dépendaient.

En guise de conclusion

49Les résultats de l’opération réalisée sur le site des Jacquins Ouest de Neulise dans le département de la Loire ont permis de combler un vide archéologique sur la commune. Ils se conjuguent pour restituer l’occupation continue de la parcelle entre la période augustéenne et la fin du iiie s., voire le début du ive s. de notre ère (Fig. 4). Ainsi, deux établissements ruraux se succèdent entre le ier et le iiie s., avant de laisser place à une limite parcellaire. Par trois, voire quatre fois, un changement de statut foncier et manifestement d’exploitation est donc clairement observable. Le premier renvoie à l’installation et l’évolution d’un grand bâtiment construit dans la tradition gauloise dont l’emprise est délimitée par des palissades et des plantations. La périphérie de cet établissement est marquée par la présence d’un grand bâtiment de stabulation, peut-être une bergerie, délimitée par des palissades et des plantations dont la continuité au-delà du secteur étudié suggère une partition fonctionnelle d’un établissement dont la partie résidentielle reste à localiser. Le second, matérialisé par les restes d’un grand bâtiment maçonné, doté d’un complexe artisanal, pourrait être identifié à une dépendance vinicole munie d’un pressoir. Isolé au centre du secteur fouillé, ce type d’édifice au plan standardisé induit, là encore, la présence d’un domaine de rattachement et celle d’un vignoble. Encore inédit dans la Loire, ce type d’installation appelle des comparaisons plus locales et s’inscrit dans les schémas des grands domaines fonciers. Il matérialise peut-être un investissement notable et spécialisé dont la durée d’utilisation (une génération) ne suppose pas un grand succès puisque l’incendie qui met un terme à son fonctionnement ne semble pas avoir été suivi de la reconstruction de l’édifice (Fig. 4). Par la suite, l’occupation est matérialisée par l’installation d’un fossé parcellaire dont la limite semble confirmée par la création d’un second fossé reprenant en grande partie le tracé du précédent. Ces fossés ne délimitent que des fosses de plantations situées en bordure de la parcelle observée. Ils marquent clairement une désertion des constructions sur la parcelle. Toutefois, ici aussi, la question de l’étendue de ces cultures et de leur appartenance à un établissement apparaît fondamentale pour une période où, en l’état des découvertes, les sites restent relativement discrets pour ne pas dire inexistants. L’évolution de cette emprise marque-t-elle l’émergence d’un autre établissement dont nous n’aurions observé ici que les périphéries ? Rien ne permet de l’affirmer. Notons toutefois que cette occupation pourrait correspondre à celle des domaines régionaux. Le site sera de nouveau utilisé, mais seulement à l’époque Contemporaine, où une série de plantations de vignes associées à des drains a été mise en évidence et laisse maintenant place à une zone d’activités (Fig. 3).

Haut de page

Bibliographie

Argant et Lemaitre 2017

Argant Th. et Lemaître S. - Saint-Vulbas (01), “Pipa-Lima”, Rapport final d'opération archéologique, Éveha, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 3 vol.

Badan, Conges et Brun 1995

Badan O., Congés G. et Brun J.-P. - Les bergeries romaines de la Crau d’Arles. Les origines de la transhumance en Provence, Gallia, 52 : 263-310.

Batigne Vallet et al. 2006

Batigne Vallet C. et al. (dir.) - Les céramiques communes en Rhône-Alpes, Rapport de PCR, CNRS.

Batigne Vallet et al. 2012

Batigne Vallet C. et al. - Les céramiques communes dans leur contexte régional. Faciès de consommation et mode d’approvisionnement, Actes de la table ronde (Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2-3 février 2009), Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, n°60, Lyon : 330.

Batigne Vallet et Desbat 1996

Batigne Vallet C. et Desbat A. - Un type particulier de cruche : les bouilloires en céramique d’époque romaine (Ier-IIIe siècles), Actes du congrès de Dijon, SFECAG : 381-393.

Béal, Coquidé et Tenu 2013

Béal J.-Cl., Coquidé C. et Tenu R. (dir.) - Ludna et Asa Paulini. Deux étapes antiques du Val de Saône sur la route de Lyon (Doc. Arch. Rh.-Alpes, 39), Lyon.

Bet et Delor 2000

Bet Ph. et Delor. B. - La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire. Révision décennale, Actes du congrès de Libourne, SFECAG : 461-484.

Billoin (dir.) 2016

Billoin D. - L’établissement de Pratz le Curtillet. Un domaine mérovingien dans les hautes terres jurassiennes (fin VIe-VIIe siècle), (Recherches archéologiques, 10), CNRS, INRAP.

Bocquet et Giry 2018

Bocquet S. et Giry K. - La frange nord-est de Rodumna/Roanne (Loire) : la fouille des 81-83 rue de Charlieu (ier s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C.), Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2019, mis en ligne le 02 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/racf/2580

Boissinot 2001

Boissinot Ph. - Archéologie des vignobles antiques du sud de la Gaule, in : J.-P. Brun et F. Laubenheimer (dir.), La viticulture en Gaule, tome 58, Paris : 45- 68.

Bohny et al. 2015

Bohny J. et al. - CASTELNAUDARY - PRAE Nicolas Appert - 2e tranche – Bartissol, Languedoc-Roussillon, Département de l’Aude (11), Rapport final d’opération, 3 vol., Chaponnay.

Broes et al. 2012

Broes F., Clavel V., De Clercq W., Fechner K., Rouppert V. et Vanmoekerke J. - À la recherche des espaces de stabulation : Étude pluridisciplinaire d’habitats du Néolithique au Moyen Âge dans le nord de la France, Vivre avec les bêtes, Archéopages, 35 : 6-15.

Brun 1986

Brun J.-P. - L’oléiculture antique en Provence, Les huileries du département du Var, Supplément à la Revue archéologique de Narbonnaise, 15, CNRS, Paris.

Brun 2004

Brun J.-P. - Archéologie du vin et de l’huile de la Préhistoire à l’époque hellénistique, Ed. Errance, Paris.

Buchsenschutz 2005

Buchsenschutz O. - Du comparatisme à la Théorie architecurale, in : Buchsenschutz O. et Mordant C. (dir), Architectures protohistoriques en Europe occidentale, du Néolithique final à l’âge du fer, Actes du 127e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Nancy 2002, CTHS, Nancy : 49-63.

Caton

Caton, De l’agriculture, Livre III, Texte établi, traduit et commenté par Raoul Goujard Ed., Les Belles Lettres, Paris 1975.

Chastel et al. 1988

Chastel J., De Klijn H. et Vital J. - L’habitat gallo-romain du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain), Note préliminaire, RAE, XXXIX : 135-140.

Columelle

Columelle - De l’agriculture, Livre III, Texte établi, traduit et commenté par Jean-Christian Dumont, Ed. Les Belles Lettres, Paris 1993.

Clément 2013 

Clément B. - Les couvertures de tuiles en terre cuite en Gaule du Centre-Est (IIe s. av. – IIIe s. ap. J.-C.), Monographie instrumentum, 46, Monique Mergoil, Montagnac.

Coquidé et Vermeulen 1999

Coquidé C. et Vermeulen C. - Évolution d’une zone d’habitat rural du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C., Chassieu-Genas L’Épine (Rhône), Revue archéologique de Narbonnaise, 32.

De Klijn, Motte et Vicherd 1996

De Klijn H., Motte S. et Vicherd G. - Éléments sur la romanisation des campagnes en Nord Rhône-Alpes, Revue archéologique de Picardie, Numéro spécial, 11 : 271-286.

Deberge et coll. 2008

Deberge Y. avec la collaboration de Garcia M., Loughton M., Verrier G. et Gruel K. - Militaria de la moyenne vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence), in : Poux M. (dir.), Sur les traces de César, Militaria tardo-républicains en contexte Gaulois, Actes e la table ronde de Bibracte du 17 octobre 2002, Collection Bibracte n°14, Glux-en Glenne : 226-235.

Delhoofs, Maza et Silvino 2016

Delhoofs H., Maza G., Silvino T. et al. - ZI de Bonvert, Tranche 2 Mably, Rapport final d’opération d’archéologique préventive, Éveha, 3 vols., SRA Rhône-Alpes, Limoges.

Desbat et Dangreaux 1997

Desbat A. et Dangreaux B. - La production d’amphores à Lyon, Gallia, 54 : 73-104.

Desbat 1998

Desbat A. - L'arrêt des importations de Dressel 1 en Gaule, Actes du congrès d'Istres, SFECAG, 1998 : 31-35.

Desbat et Dangreaux 1997

A., Dangreaux B. - La production d'amphores à Lyon, Gallia, 54 : 73-104.

Desbat et Maza 2008

Desbat A. et Maza G. - Militaria de la moyenne vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence), in : Poux M. (dir.), Sur les traces de César, Militaria tardo-républicains en contexte Gaulois, Actes de la table ronde de Bibracte du 17 octobre 2002, Collection Bibracte n°14, Glux-en Glenne : 237-250.

Garcia 2014 

Garcia M. - L’établissement agricole de La Tène finale de Monteignet-sur-l’Andelot “Beuille” (Allier), Bulletin de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, 32, Paris : 31-33.

Garcia et al. 2011

Garcia J.-P, Chevrier S. et Fick N - Une vigne gallo-romaine de plaine à Gevrey-Chambertin (Côte d’or), Ier-IIe s. apr. J.-C. Implications pour le développement des terroirs viticoles de coteaux en Bourgogne, Gallia, 68-1 : 93-110.

Gaston 2008

Gaston Ch. - Bâtiments “standardisés” dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté, Revue archéologique de l'Est, Tome 57 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 26 août 2009. URL : http://rae.revues.org/3123.

Genin 1997

Genin M. - Les horizons augustéens et tibériens de Lyon, Vienne et Roanne. Essai de synthèse, Actes du congrès du Mans, SFECAG : 13-36.

Genin 2007

Genin M. - La Graufesenque (Millau, Aveyron), vol. II : sigillées lisses et autres productions, Études d’archéologie urbaine, Fédération Aquitania, Pessac.

Genin et Lavendhomme 1997

Genin M. et Lavendhomme M.-O. - Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain. Évolution des mobiliers domestiques, DAF 66, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Genin, Lavendhomme et Guichard 1992

Genin M., Lavendhomme M.-O. et Guichard V. - Les influences méditerranéennes dans le répertoire des céramiques grises de Roanne (Loire) au ier siècle avant J.-C. et au ier siècle après J.-C., Actes du congrès de Tournai, SFECAG : 181-188.

Georges 2008

Georges V. (dir.) - Balbigny/SaintMarcel de Félines A89 Secteur 12, Rhone-Alpes, Loire (42), 2 vol., Lyon, SRA-RA, Inrap RAA.

Gourdiole 1994

Gourdiole R. - Pressoirs antiques des Hauts-Cantons, Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts-Cantons de l’Hérault, 17 : 65-66.

Grand et Corompt 1996

Grand K. et Corompt N. - ZAC La Vilette, la Demi-Lieue Riorges, Mably, Rapport d’opération archéologique, AFAN, Bron.

Granier 2012

Granier F. - Riorges, (Loire), ZAC de la Villette : rapport final d’opération, Archeodunum, Chaponnay, 3 vol.

Huygen et Lafarge 2010

Huygen J.-M. et Lafarge I. - Débat - De la récupération à la réversibilité en architecture, Archéopages, 29, Paris : 68-73.

Landry 2015

Landry Ch. - Thonon-les-Bains, Haute-Savoie, Le Genevray - Route de Versoie, Rapport final d'opération, 3 vol., Inrap, Bron.

Lavendhomme 1997

Lavendhomme M.-O. - Carte archéologique de la Gaule. La Loire (42), Académie des Inscriptions et Belles Lettres, MSH, Paris.

Lavendhomme et Guichard 1997

Lavendhomme M.-O. et Guichard V. - Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois, DAF 62, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Leblanc 2007

Leblanc O. - Les faciès des céramiques communes de la Maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), du ier siècle avant J.-C. au iiie siècle après J.-C., SFECAG, supplément 3 : 208.

Lemaitre, Desbat et Maza 1998

Lemaitre S., Desbat A. et Maza G. - Les amphores du sanctuaire de Cybèle à Lyon, Actes du congrès d'Istres, SFECAG : 49-59.

Malrain, Matterne et Méniel 2002

Malrain F., Matterne V. et Méniel P. - Les paysans gauloise (iiie siècle-52 av. J.-C.), Errance, Paris.

Maza et Silvino 2013

Maza G. et Silvino T. - Nouveaux ensembles d’époque augustéenne de Narbonne antique, “rats des villes” (19/20 quai d’Alsace) et “rats des champs” (Saint-Hippolyte, La Coupe III), in : Mauné S. (dir.), Du Rhône aux Pyrénées : aspect de la vie matérielle en Gaule Narbonnaise 2 : 1-20.

Maza, Teyssonneyre et Mignot 2018

Maza G., Teyssonneyre Y. et Mignot O. et al. - Messimy (69), “Le Chazeau” Tranche 2, Extension du parc industriel des Laboratoires Boiron, Rapport final d'opération archéologique, Éveha, Études et valorisations archéologiques (Limoges, F.), SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 6 vol., 2018

Maza, Teyssonneyre et al. 2013

Maza G., Teyssonneyre Y., Djerbi H., Clément B. Linton J., Nicot R., Robin L. et Boissard E. Lyon - Rhône (69), 11-13-Rue Roquette - Résidence Etudiant Univers 9 RFO, Chaponnay, 2013.

Maza et Tourgon 2011

Maza G. et Tourgon D. - Du nouveau sur les faciès céramiques précoces de la capitale de cité des Ségusiaves (Feurs, Loire). Angle de la place du 11 novembre et de la rue Rozier, Actes du congrès d’Arles, SFECAG : 701-712.

Maza et al. 2002

Maza G, Saison A., Vallet C. et Becker C. - Un dépotoir de potiers du ier siècle de notre ère dans la cour des Subsistances à Lyon, Actes du congrès de Bayeux, SFECAG : 275-330.

Monin, Ayala et Horry 1995

Monin M., Ayala G. et Horry A. - 10, rue Marietton, 69009 Lyon, Document final de synthèse. SAM et AFAN. DRAC Rhône-Alpes, Service Régional de l'Archéologie, Lyon, 86 p.

Motte 2005

Motte S. - Annecy-le-Vieux (74), Les Ilettes, Haute-Savoie, Rhône-Alpes, Rapport de fouille, 2 vol., Bron, Inrap.

Motte et al. 2010

Motte S. et al. - A89 - Secteur 2, Fleurieux-sur-l’Arbresle, Rhône, Rhône-Alpes “Grand’Plantes”, Rapport Final d’Opération, 2 volumes, Bron.

Motte et al. à paraître.

Motte S. et al. - La ferme antique de Fleurieux-sur-l’Arbresle, RAE, à paraître.

Ouzoulias et Van Ossel 2009

Ouzoulias P. et Van Ossel P. - Petites et grandes exploitations agricoles : le cas de la plaine de France, in : Leveau Ph., Raynaud C., Sablayrolles R. et Trément F., Les formes de l’habitat gallo-romain, terminologies et typologies à l’épreuve des des réalités archéologiques, colloque AGER VIII, Toulouse 2007, Aquitania, supplément 17, Bordeaux : 111-121.

Poux et coll. 2011

Poux M. avec la collaboration de Thibaut Debize Th., Clément B., Collet A., Gilles A., Guillaud L, Catherine Latour -Argant C., Prioux F.,Tripier A. et Carrato Ch. - Le “vin du triumvir” à Lyon, témoignages archéologiques et littéraires sur une production de vin sur le territoire de Lyon, Gallia, 68-1 : 13-9.

Pline L’ancien

Pline L’ancien - Histoire Naturelle, Livre XVII, Texte établi, traduit et commenté par J. André, Ed. Les Belles Lettres, Paris, 1964.

Robin 2016

Robin L. - Le mobilier en verre, in : Delhoofs, Maza et Silvino 2016.

Ruffié 2010

Ruffié N. - Le bateau ligérien remployé. Une logique économique du xviiie siècle, Archéopages, 29, Paris : 64-67.

Saison-Guichon 2001

Saison-Guichon A. - Les mortiers de cuisine en céramique commune claire à Lyon, Actes du congrès de Lille-Bavay, SFECAG : 465-477.

Segard 2018

Segard M. - Saint-Germain-du-Puy/Les Boubards (Chers) : une villa en périphérie du chef-lieu de cité Avaricum/Bourges, in : Ségard M. (dir.), Établissement Ruraux de Gaule Romaine - Quelques études de cas, Ed In Folio : 48-63.

Silvino 2001

Silvino T.- Les importations d’amphores à huile de Bétique à Lyon du ier siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C. Étude préliminaire, Actes du congrès de Lille-Bavay, SFECAG : 331-346.

Teysonneyre et coll. 2018

Teyssonneyre Y. avec la collaboration de Bruyère J. et Djerbi H. - Lentilly/Les Fourches (Rhône) : un établissement rural des Monts du Lyonnais, in : Ségard M. (dir.), Établissement Ruraux de Gaule Romaine - Quelques études de cas, Ed In Folio : 164-181.

Thevenin 2015

Thevenin E. - Neulise, ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 11 août 2015, URL : http://adlfi.revues.org/15266

Tisserand 2003

Tisserand N. - Les sources antiques appliquées à l’étude des panoplies d’artisans : l’exemple de l’outillage militaire, Dijon, université de Bourgogne (Mémoire de DEA, multigraphié).

Vallat et Cabanis 2009

Vallat P. et Cabanis M. - Le site de “ Champ Chalatras ” aux Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme) et les premiers témoins archéologiques de la viticulture gallo-romaine dans le bassin de Clermont-Ferrand (Auvergne), Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 48 | 2009, mis en ligne le 24 février 2010, URL : http://racf.revues.org/1325

Vallat et Cabanis 2011

Vallat P. et Cabanis M. - La viticulture antique dans le bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), in : Gallia, 68-1 : 237-256.

Vermeulen et al. 2014

Vermeulen Ch. et al. - Chambéon-Magneux-Haute-Rives (42), La Pège, Le Chatelard/Les Rompets, Les Chalinas, Rapport de fouille, Bron, SRA-RA, Inrap RAA, 4 vol.

Haut de page

Notes

1 Pour un édifice de 4,25 m de largeur, un seul pan de toiture est également envisageable. Installé sur sablières hautes, cette hypothèse impliquerait des chevrons avoisinant 5 m de longueur dont les écarts seraient déconnectés de ceux des porteurs. Toutefois sur toute la longueur de l’édifice, sans entraits, le risque d’écartement des façades s’avère trop important pour retenir cette hypothèse.

2 La forme quadrangulaire des plans de nombreux poteaux, suggère des porteurs vraisemblablement équarris.

3 Conrad Cichorius, Die Reliefs der Traianssäule. Zweiter Tafelband : Die Reliefs des Zweiten Dakischen Krieges, Tafeln 58-113, Berlin, Verlag von Georg Reimer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation du site.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 2 - Carte archéologique des principaux sites autour de Neulise.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 - Plan masse des vestiges.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 4 - Évolution de la parcelle au Haut-Empire par phase d’occupation.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 5 - Planimétrie et stratigraphie des trous de poteau de l’édifice n°1.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 6 - 1 - Partie nord des structures vidées de la palissade orientale - Vue du nord. 2 - Partie sud des structures vidées de la palissade orientale - Vue du sud 3. Planimétrie et stratigraphie des trous de poteau de la palissade orientale.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 7 - Mobilier céramique de l’état 1 (Augustéen).
Crédits Dessin : G. Maza ; DAO. A. Titta, © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tabl. 1 - Distribution du mobilier céramique de l’état 1.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 8 - Édifices et sites de comparaison : 1. Plan du bâtiment agricole (LTD) du site de Monteignet-sur-l'Andelot/Beuille (03) (d'après Garcia 2014 : fig. 1 : 31) ; 2. Planimétrie et restitution de la bergerie Négeiron-Négrès 6 à La Crau (Var) (d'après Badan, Congès et Brun 1986 : 163 et 169) ; 3. Planimétrie de la bergerie Saint Hypollite -La Coupe III à Narbonne (Aude) (d'après Maza et Silvino 2013 : fig.12) ; 4. Phase 1 et 2 de l'établissement du Pré de la Cour à Montagnieu dans l'Ain (d'après De Klijn et al. 1996 : fig. 6) ; 5. Planimétrie de la périphérie d'un bâtiment oblong sur le site des Moissonnières (échangeur de l'A89) à Balbigny (Loire) - (d'après Georges 2008 : fig.10) ; 6. Planimétrie d'un bâtiment oblong et d'une palissade sur le secteur nord du site de “L'épine” à Chassieu-Genas (Rhône)(d'après Coquidé et Vermeulen 1999 : fig. 20) ; 7. Planimétrie du bâtiment augustéen du site du 10 Rue Marietton à Lyon 9e dans le Rhône (d'après Monin et Ayala 1995 : fig 53) ; 8. Planimétrie de l'enclos palissadé du Ier s. du site de La Vilette à Riorges dans la Loire (d'après Granier 2012 : fig.36) ; 9. Planimétrie de l’édifice agricole de Saint-Germain-du Puy dans le Cher (d’après Segard 2018 : 58, fig. 7) ; 10. Planimétrie et cartographie des phosphores du bâtiment n°1 de Saint-Brice-La-Forêt(Val-d'oise) (d'après Broes et al. 2012 : fig. 7).
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 9 - Planimétrie et stratigraphie de l’annexe de l’édifice n°1 – Stratigraphie E/O de la fosse F67 – Détail du conduit de la fosse F243.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 10 - 1 : Phase d’apparition des fosses de plantations de la partie nord 2. Phase d’apparition des fosses de plantations de la partie sud et sériations des fosses de plantations d’après leur relation stratigraphique.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 11 - Planimétrie et stratigraphie de la palissade de l’état 2. Planimétrie et stratigraphie de la palissade de l’état 2.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 12 - 1 Phase d’apparition de la tranchée de palissade. 2 et 3. Détail de trous de poteau ancrés dans les tranchées de la palissade ; 4. Carte de répartition du phosphore sur l'horizon US 231.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tabl. 2 - Distribution du mobilier céramique de l’état 2.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 13 - Mobilier céramique de l’état 2 (30-70) : peinte (n°1-2), grise fine (n°3-4), claire siliceuse (n°5-8), sombre rouge (n°9-13), commune rouge (n°14-27), commune sombre (n°28-34).
Crédits Dessin : G. Maza ; DAO. A. Titta, © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 14 - 1. Vue générale des structures vidées du bâtiment n°1 et de sa cour enclose depuis l’est ; 2. Vue générale des structures vidées du bâtiment n°1 et de sa cour enclose depuis l’ouest ; 3. Proposition schématique de restitution de l’occupation lors du second état de l’occupation.
Crédits Réalisation O. Benatia, © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 15 - Planimétrie et stratigraphie du bâtiment n°2.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 16 - Stratigraphie du complexe artisanal du bâtiment n°2.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 17 - 1. Vue générale des stratigraphies de la fosse F137 ; 2. Vue générale du complexe artisanal ; 3. Stratigraphie du trou de poteau F88 ; 4. Détail de la fosse vidée nappée par l’US 356 ; 5. Planimétrie des vestiges localisés au centre du bâtiment n°2 ; 6. Proposition de lecture des vestiges localisés au centre du bâtiment n°2 ; 7. Restitution schématique des pressoirs à levier de type C20 et C21 - (d’après Brun 1986 : fig. 6) ; 8. Proposition de restitution du pressoir de Lunas dans l’Hérault (34) (d’après Gourdiole 1994).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Tabl. 3 - Distribution du mobilier céramique de l’état 3.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 18 - Céramique de l’État 3: sigillée Gaule du Centre (n°1-6), grise fine (n°7, 8a et 8b), métallescente (n°9-12), claire lissée (n°13), claire siliceuse (n°14-16), claire calcaire grossière (n°17), commune sombre rouge (18-31), commune sombre noire (n°32-38) ; mobilier en verre (n°39-42)
Crédits Dessin : G. Maza ; DAO. A. Titta. Mobilier en verre : dessin et DAO : L. Robin, © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tabl. 4 - Résultat de l’étude carpologique de la fosse F137.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 19 - Petit mobilier des états 2 et 3. 1. Ciselet en fer - État 2 ; 2. Fragment d’attache folicacée de plateau de balance (Ae) avec son anneau de suspension - État 3 ; 3. Disque en plomb perforé - État 3 ; 4. Serpe en fer - État 3, semi-produit en fer - État 3.
Crédits Dessin : Y. Teyssonneyre, © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 20 - Planimétrie des fosses de plantation et stratigraphie des fosses de plantation et des fossés parcellaires.
Crédits © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 21 - Dolabre en fer.
Crédits Dessin : Y. Teyssonneyre, © Eveha 2019
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3301/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Teyssonneyre, Guillaume Maza, Hatem Djerbi et Laudine Robin, « De l’étable au pressoir : essai d’interprétation des dépendances agricoles gallo-romaines du site des Jacquins ouest à Neulise dans la Loire (42) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 58 | 2019, mis en ligne le 17 mai 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/racf/3301

Haut de page

Auteurs

Yannick Teyssonneyre

Bureau d’étude et d’investigations archéologiques ÉVEHA, Laboratoire Archéométrie et Archéologie - UMR 5138

Guillaume Maza

Bureau d’étude et d’investigations archéologiques ÉVEHA, Laboratoire Archéométrie et Archéologie - UMR 5138

Hatem Djerbi

Bureau d’étude et d’investigations archéologiques ÉVEHA, Laboratoire Archéorient - UMR 5133

Laudine Robin

Bureau d’étude et d’investigations archéologiques ÉVEHA, Laboratoire Archéométrie et Archéologie - UMR 5138

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page