Navigation – Plan du site
Carte localisation

Une plaquette d’ivoire sculpté de l’Antiquité tardive dans la grande villa périurbaine de “Lazenay” à Bourges (Cher)

A platelet of sculpted ivory from the late Antiquity in the large peri-urban villa of "Lazenay" in Bourges (Cher)
Jean-Claude Béal et Alain Ferdière
Avec la collaboration de Emmanuel Marot

Résumés

Lors de la fouille d’un riche dépotoir du Bas-Empire, en 1975, sur la grande villa périurbaine de Bourges “ Lazenay ”, un élément de décor (relief) sculpté en ivoire a été mis au jour. L’examen du mobilier associé permet de préciser la date d’enfouissement et le statut du site alors. L’étude de l’objet lui-même montre un élément remarquable participant sans doute à un décor de meuble de prestige. Les comparaisons proposées confirment le caractère exceptionnel de cet objet, dans une villa-palais sans doute alors d’un personnage de haut rang de la société biturige de l’Antiquité tardive.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Emmanuel Marot, avec son Service, pour les illustrations de cet article concernant la villa de Lazenay et ses fouilles (dessins et tirages photos).

1Dans les provinces occidentales de l’Empire romain et à côté de pièces d’exception (diptyques, coffrets ou plaques diverses), conservées le plus souvent grâce à leur dépôt dans les trésors chrétiens, le corpus des objets d’ivoire découverts en fouille est mince : ils représentent rarement plus d’1 % des collections archéologiques d’instrumentum (Deschler-Erb 1998 : Fig. 150) et les découvertes d’ivoires à décor figuré sont plus rares encore. Ceci tient sans doute à une assez faible diffusion de ces objets hors de Rome, où la cour impériale captait la plupart des belles pièces et des défenses de belle taille (Béal 2007 : 215-217), au point d’avoir tenté, en 384, de réserver la possession des diptyques d’ivoire aux seuls consuls ordinaires (Code Théodosien, 15, 9, 1) et à la famille impériale ; elle tient aussi à la nature du matériau, l’ivoire, d’éléphant sauf exception rarissime, qui résiste mal aux variations de température et d’humidité.

2Déjà signalé (Kisch 1976 : 313 et Fig. 3) mais resté inédit, le fragment de plaquette sculptée découvert sur le site de la villa de Lazenay dans un contexte tardif est donc une pièce remarquable sur l’identification de laquelle on doit s’interroger.

Contexte de sa découverte (AF)

3La grande villa périurbaine de “ Lazenay ” (Fig. 1), au sud de la ville de Bourges-Avaricum capitale de cité des Bituriges Cubi, en bordure est (droite) de la vallée de l’Auron, a été peu à peu mise en évidence, par les prospections aériennes et les fouilles, à partir des années 1970.

Fig. 1 - Réseau d’établissements antiques de la proche campagne de Bourges-Avaricum au Haut-Empire (qualité informative et hiérarchisation selon Gandini 2008, actualisées par les recherches archéologiques préventives récentes).

Fig. 1 - Réseau d’établissements antiques de la proche campagne de Bourges-Avaricum au Haut-Empire (qualité informative et hiérarchisation selon Gandini 2008, actualisées par les recherches archéologiques préventives récentes).

DAO E. Marot, X. Rolland, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus

4Le point en a été fait à l’occasion du colloque de Nantes sur les ports (Ferdière et Marot à paraître a) et une bibliographie exhaustive sur le site de “ Lazenay ”, toutes périodes confondues sera donnée dans Ferdière et Marot à paraître b. C’est ainsi essentiellement la partie résidentielle de cet établissement qui a été jusqu’à présent appréhendée (Fig. 2).

Fig. 2 - Environnement immédiat et état des connaissances de la villa de Lazenay à l’époque romaine (prospections aériennes et fouilles), avec la localisation du dépôt concerné.

Fig. 2 - Environnement immédiat et état des connaissances de la villa de Lazenay à l’époque romaine (prospections aériennes et fouilles), avec la localisation du dépôt concerné.

DAO X. Rolland, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus

5Face au projet d’aménagement du Val d’Auron en lac artificiel, l’un de nous (AF) a engagé, en 1974-1975, une fouille préventive sous forme de tranchées parallèles, ensuite complétées par des sondages ponctuels, afin d’évaluer le potentiel de ce site menacé (Ferdière 1974 ; 1975a et b). Différentes phases d’occupation ont ainsi été mises en évidence, au moins du début du Haut-Empire jusqu’au haut Moyen Âge.

  • 1 Un mur quant à lui datable de la seconde moitié du ier s. et donc bien antérieur au dépôt concerné (...)
  • 2 Épaisseur non visible dans ce sondage, restituée par “ projection ” de son autre parement (est) mis (...)

6L’une de ces tranchées EO (tr.5), tirée perpendiculairement à la rivière Auron, qui coule vers le nord en contrebas de l’aire explorée, a mis au jour toute une série de murs de la villa, avec une stratigraphie complexe alors relevée, dont le plus à l’ouest (M.5)1 est épais (env. 0,90 m)2 et d’axe nord-sud : le dernier avant l’Auron et le “ quai ” qui le bordait ici au ier s. (Ferdière et Marot à paraître a), sans doute mur de clôture ou façade et en partie de terrasse. Contre son flanc ouest (aval de la pente) étaient épandus des vestiges divers, correspondant manifestement à un dépotoir. Afin de mieux percevoir ce dernier et d’y recueillir plus d’éléments de datation, un sondage (S.5, env. 23,5 m2 après élargissement à la campagne de juillet) a été ouvert l’année suivante à l’extrémité ouest de cette tranchée (Ferdière 1975c : 17 ; Kisch 1976 : 312-313).

  • 3 L’épaisseur d’environ 40 cm indiqué dans le rapport (Ferdière 1975a : 4) est erroné et correspond s (...)
  • 4 Remblai constitué d’éléments de démolition (cf. infra).

7Ce dépôt (US.505) prend place au sommet de la stratigraphie de ce sondage, juste sous la terre arable (Fig. 3), sa partie supérieure étant au niveau d’arasement du mur M.5, et peut donc avoir subi une érosion en surface. Il s’étend sur 4 à 5 m de large contre et à l’est de M.5, sur une épaisseur3 de ± 13 à 22 cm, se terminant en pointe, à l’est, sur le dépôt inférieur US.5074.

Fig. 3 - Plan et coupe du sondage occidental dans le sondage 5 avec le mur M 5 et le dépotoir associé, US 505.

Fig. 3 - Plan et coupe du sondage occidental dans le sondage 5 avec le mur M 5 et le dépotoir associé, US 505.

Relevés A. Ferdière, 1975 ; DAO E. Marot, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus

  • 5 Sur au moins une trentaine de centimètres de hauteur, à compter du niveau d’arasement de ce mur.

8C’est un volume d’environ 3,5 m3 qui a ainsi pu être fouillé de ce dépôt. Le parement ouest de M.5 est repris sans doute par un renforcement de moellons liés au mortier hydraulique de tuileau5 (cf. Ferdière 1975b : 4 et plan Fig. 5) (Fig. 4).

Fig. 4 - Parement ouest de M 5 et reprise en partie haute.

Fig. 4 - Parement ouest de M 5 et reprise en partie haute.

Cliché : A. Ferdière, 1975

  • 6 Le rapport de Pâques 1975 (Ferdière 1975a : 4) y signale des regroupements remarquables de tessons (...)

9Un premier temps interprété comme une couche de démolition, puis comme un remblai, ce dépôt (US.505), tardif, peut être identifié à des rejets divers, essentiellement domestiques, qui – plus que mêlés à ceux-ci – semblent recouvrir un remblai constitué de matériaux de démolition (surtout US 507, en dessous) ; ce ou ces dépôts peuvent dans une certaine mesure avoir été utilisés en remblais d’assainissement en aval de ce mur6. Il doit s’agir alors d’un assez vaste épandage de déchets domestiques en décharge vers la berge de la rivière, car il intervient bien après l’abandon du “ quai ”, dès la fin du ier s. de n. è. (Ferdière et Marot à paraître a), bien qu’on ne puisse savoir, en l’état des connaissances du site, où se situait au Bas-Empire le cours de l’Auron, qui pouvait aussi divaguer en de multiples bras dans le vaste lit majeur qui était, au moment de ces fouilles, à l’ouest du terrain sondé (remplacé aujourd’hui par le Lac d’Auron).

  • 7 Voir les quelques pièces d’huisserie en fer infra.
  • 8 Celles-ci, qui comprennent certainement aussi des importations lointaines et exotiques, n’ont pas d (...)

10Le contenu de ce dépotoir est très hétérogène, constitué donc à la fois d’éléments de démolition ­et de mobilier : pour la première série, issu de l’état antérieur à ce dépôt, on note des charbons de bois (bois de charpente et huisserie7 carbonisés), des blocs de mortier, des pierres calcaires dont des moellons, des fragments de TCA (tegulae et imbrices, briques et tubuli d’hypocauste), d’enduits peints (blanc, rouge…), et de nombreux plaquages et moulures de marbre et pierres décoratives d’origines diverses8, dont un fragment d’un petit bas-relief en marbre blanc : le fragment montre le bras droit d’un personnage vu plus ou moins de face, tirant de deux doigts une flèche du carquois qu’il porte au dos (Fig. 5). La scène se passe dans un contexte agreste suggéré par le feuillage qui apparaît sous le bras du personnage. Sous réserve d’un examen plus approfondi, on pourrait attribuer ce petit fragment à un relief figurant Diane chasseresse, thème également connu, par exemple, dans la grande villa tardive du Petit Corbin à Montagne (Gironde ; Espérandieu 1910 : 1243). Mais ces éléments de démolitions concernent surtout l’US inférieure 507, dont doit provenir ce dernier fragment, bien qu’immatriculé US 505.

Fig 5 - Fragment de bas-relief en marbre blanc, de l’US inférieure, 507.

Fig 5 - Fragment de bas-relief en marbre blanc, de l’US inférieure, 507.

Cliché : E. Marot

11Ainsi a donc pu être collecté (US 505) un abondant mobilier, qui a aisément été daté du Bas-Empire, dont l’objet publié ici et pour lequel seule une petite partie a fait l’objet de publications. On en retiendra d’assez nombreux éléments datant.

  • 9 Ainsi que peut-être même, de mémoire, et un fragment de test d’oursin.

12– De nombreux ossements animaux et restes de coquillages, déchets alimentaires de l’habitat contemporain, publiés (Salin 2010 : 39, 150 et Ann. 2.7) : on note une forte proportion de porc, selon la tradition biturige ancienne de consommation de cet animal, et de nombreuses coquilles d’huîtres et de palourdes, auxquelles on peut ajouter (observées en fouille : Ferdière 1975a : 4 ; 1975b : 4) moules, coques, coquilles Saint-Jacques, pétoncles, nacre, pince de crabe9, témoignant encore, avec ces importations maritimes lointaines, du statut social élevé des résidents de la villa encore au Bas-Empire ; s’y ajoutent des coquilles de gros escargots dits “ de Bourgogne ”, très vraisemblablement aussi rejets alimentaires.

  • 10 Revues pour cette publication par E. Marot, Service Archéologique de Bourges-Métropole, que nous re (...)

13– De la céramique assez abondante (voir Chambon et Rouquet 1999 : 379 et Fig. 8)10, où l’on note en particulier :

    • 11 Avec plusieurs molettes présentes, mais une seule identifiable, du groupe 3 de Hübener à hachures o (...)

    de la sigillée d’Argonne, dont des bols Ch.320 décorés à la molette11, assiette et coupe Ch.304, un gobelet à décor à la barbotine (cf. Chambon et Rouquet loc. cit.) ;

  • des dérivés des sigillées et métallescentes de Jaulges-Villiers-Vineux et de Trèves : gobelets métallescents à décor guilloché, parfois à dépression et des coupes Ch. 323 à décor guilloché (ibid.°), gobelets métallescents à légende de barbotine blanche ;

  • au moins un gobelet de forme fermée décoré à l’éponge, production sans doute poitevine (ibid.°, Fig. 8, en haut à gauche) ;

    • 12 Provenant des mêmes ateliers que les précédentes à l’éponge.

    des productions pictones12 inspirées de vaisselle argonnaise (ive s.-premières décennies du ve s. ; Guitton 2012 : Fig. 24-25), dont un mortier Ch. 328/330 à décor peint en blanc sur fond orangé (pâte sableuse jaune beige) ;

    • 13 Dont l’absence, pour les véritables productions de DSP, est également notable.

    de la céramique lissée grise (mode B) à décor estampé (ou à la molette ondulée) (Chambon et Rouquet 1999 : 379), dite “ DSP ” de type Maison Blanche/Groupe du Centre (selon Rigoir 1968 : 243), en fait techniquement différente des vraies DSP méditerranéennes ou atlantiques13 et maintenant bien identifiée comme une production régionale, sans doute arverne, par S. Chabert (2016 : 309-310) : céramique “ à engobe noir lustré ” ou “ fine sombre lustrée ” (cf. Chabert 2019 : 243-244), parfois à décor ondé, à la molette ou estampé, datée du ive-1re moitié ve s. ;

    • 14 Sans doute prise en 1975 pour de la DSP méridionale.

    de la sigillée claire D africaine (1 fragment), également typique du ve s.14 ;

  • enfin, de la céramique en cuisson de mode A à décor à l’engobe ocre à rouge foncé, dite “ brossée ”, régionalement caractéristique du Bas-Empire, objet spécifique de la publication de M.-P. Chambon et N. Rouquet (loc. cit.).

  • 15 Vol. 2-1, Catal. formes ouvertes : cat. 214 (coupe à décor en grain de riz, 200-250), 747 (bol à lè (...)

14– Du verre (une trentaine de tessons), avec quelques fragments à décor incisé (dont une main avec fleur, et une tête masculine), nombreux bols et gobelets à bord coupé, dont des exemplaires en verre verdâtre, ensemble typique du Bas-Empire, sans doute jusqu’au début du ve s. (cf. Moirin 2005, 1 : 50-51, 73, 117, 119, 159 ; 2.1 et 2.2 (catal. nombr. nos15) ; s’y ajoute une perle de collier polyédrique en verre bleu clair et deux ou trois fragments de bracelet en verre (1 vert (?) et 2 noirs, de 2 bracelets différents, ainsi qu’un anneau en verre bleu).

  • 16 Cette rareté est peut-être notable, dans ce contexte pourtant apparemment aisé : est-ce, au moins e (...)
  • 17 L’absence de fibules, notamment, est remarquable.

15– En revanche, le mobilier métallique est relativement rare16 : on y note, en fer, des clous, dont plusieurs de chaussure, un gond de porte, une clef, quelques ferrures (huisserie) ; et une vingtaine d’éléments en alliage cuivreux17 (plaque, clou (de meuble ?), possible ferret à crochet de lanière, dés à coudre (?), plaque de serrure, épingle, anneau) ; une dizaine de fragments de plomb non identifiables, dont une plaque ; et en argent, une possible garniture d’extrémité de lanière (en cuir ?), en ogive.

  • 18 Le rapport de la campagne de Pâques 1975 (Ferdière 1975a : 4) indique “ plus de 40 ” monnaies : 18 (...)

16– Mais les monnaies sont nombreuses, même s’il ne s’agit que de numéraire de faible valeur18 : sans doute plus de 40 monnaies au total sur les deux campagnes pour cette US 505, dont 18 identifiées à l’époque par Mtre A. Cothenet (1975a) : la série, qui débute à Gallien (antoninianus de 266) et se termine avec Théodose (aes IV indéterminé, 388/392), comprend 2 antoniniani (Gallien et Tétricus père), 5 minimi (imitations locales, type Tétricus), 4 folles (Constantin, Constance II, imitation de 335/341 et 2 Constant), 5 aes III (Constance II, Valens et 3 Valentinien Ier) et l’aes IV théodosien ; une 2e liste, plus récente, de monnaies provenant sans doute de cette US (cf. note infra-paginale 18, appelée supra, dont 2 Julien César de 354-355, 1 Valens de 364-367 et une imitation théodosienne) ne change pas fondamentalement ces indications de TPQ par les monnaies (c. 395), même si elle montre sans doute une déposition étalée dans le temps sur quelques décennies, à partir peut-être du début du ive s., avec une seule monnaie vraiment “ résiduelle ” (mais circulant sans doute encore à la fin du iiie s.), un sesterce de Faustine Jeune (161-175). Malgré en principe ce terminus post quem, compte tenu de la rareté en Gaule intérieure des frappes postérieures à Théodose, il est fort probable qu’il faille reporter la clôture de ce dépôt – en tout cas par les monnaies – au début du vs. (1er quart ?).

17– En os, quelques épingles à cheveux fragmentaires (3 pointes et 2 têtes : 1 ronde et 1 travaillée mais altérée) et un petit dé à jouer.

  • 19 Malheureusement perdue à la suite d’une exposition du mobilier de ce dépotoir au Musée du Berry, à (...)

18– Enfin, outre l’élément en ivoire objet de la présente publication, on note une grosse perle de collier en jais de forme prismatique19, un matériau très probablement d’origine lointaine (Yorkshire, GB) et rare dans nos régions, où il est en général attaché à des contextes tardifs aisés (cf. Bertrand 2018 : 552-553) ; et aussi, peut-être en jais, un fragment de bracelet…

19Tous ces indices montrent donc que l’on est en présence d’un dépôt détritique correspondant certainement à la frange la plus aisée des résidents de la villa, pour l’Antiquité tardive. Quant à la datation – selon plusieurs indices chronologiques fournis par les éléments datant supra –, le dépôt 505 s’est vraisemblablement constitué sur plusieurs décennies, entre le milieu du ive et le 1er tiers du ve s., la fourchette 425-435 constituant le terminus post quem.

20Il faut en outre noter que l’on connaît la nécropole correspondant à la villa pour la même période du Bas-Empire (sans doute un peu plus tôt), située à plus d’1 km à l’est de ce secteur sondé en 1974-1975 (Troadec 1995 ; Chambon et Rouquet 1999 ; Fourré 2002 ; Durand 2005).

21La plaque décorée objet du présent article a été découverte lors de la campagne de fouille de Pâques 1975, posée à plat à la base du dépôt 505, apparemment en surface de l’US inférieure (remblai de démolition) US 507, comme le montre le cliché pris alors (Ferdière 1975a : Pl. ph. 3, b) (Fig. 6).

Fig. 6 - La plaque en ivoire (indiqué par la flèche blanche), en place sur le remblai de démolition US 507, au centre de cette photo médiocre.

Fig. 6 - La plaque en ivoire (indiqué par la flèche blanche), en place sur le remblai de démolition US 507, au centre de cette photo médiocre.

Cliché A. Ferdière, 1975

La plaque de Lazenay et son décor (JCB)

Description

  • 20 Dès les années 1970, François Poplin avait cependant identifié l’ivoire comme matériau de cet objet (...)

22La plaque de Lazenay est faite d’ivoire (Fig. 7a) et non d’os comme on l’avait d’abord cru (Ferdière 1975a ; Kisch 1976 : 313)20 ; elle est issue du débitage paraxial d’une défense, la plaque ayant été prélevée en dehors du cœur de la défense (Poplin 1977 : 85). Son décor a été orienté selon le fil de l’ivoire et non perpendiculairement à lui : le haut et le bas de la composition sont donc tournés vers l’extrémité distale ou proximale de la défense.

23Sa forme s’inscrit dans un triangle rectangle (H. cons. : 87 mm ; l. cons. : 59 mm ; ép. max. au niveau de la tête : 12 mm ; ép. min. : 3 mm) brisé à ses deux angles aigus ; son grand côté a un profil incurvé.

Fig. 7 - La plaque d’ivoire sculptée de Lazenay : a) recto (face décorée) ; b) verso.

Fig. 7 - La plaque d’ivoire sculptée de Lazenay : a) recto (face décorée) ; b) verso.

Clichés : E. Marot

24Une fine rainure d’assemblage court le long des petits côtés, tandis que le grand côté en est dépourvu. La plaque devait donc occuper l’angle droit d’un panneau, prise, en situation d’écoinçon, entre une moulure d’encadrement où s’insérait la rainure latérale et la courbure d’un arc de cercle tangent au grand côté.

25Au dos de la face sculptée (Fig. 7b), la plaque a été dressée à l’aide d’une râpe fine qui a laissé de longues traces linéaires obliques par rapport à ses bords conservés. Un repentir de sciage est visible près de l’angle supérieur.

26Sur la plaque est sculptée, en assez fort relief, la figure d’une Victoire ailée au buste dressé. Pour autant qu’on puisse en juger malgré les fentes et les éclats du matériau, le visage, sous une chevelure bouclée, est assez rond et caractérisé par des traits plus épais que ceux de la tête de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne : Béal 2007 : 211, Fig. 5) ; il est légèrement tourné vers la gauche. Les pupilles sont marquées, comme toujours dans la petite sculpture d’ivoire où, à la différence de la sculpture sur pierre, ce détail ne constitue pas un indice chronologique.

27La déesse est vêtue d’une longue tunique sans manches qu’un lien serre sous la poitrine et qui bouffe par-dessus une ceinture à la taille, selon un usage remontant à la Grèce classique (Rolley 1999, Fig. 110) et encore courant au ve s. (Volbach 1976, no 45 : 46, Pl. 25) ; les volumes principaux du plissé sont rendus.

28Le plumage des ailes est figuré par des stries ondulantes et, à la différence de celle de l’aile droite, l’implantation de l’aile gauche est assez maladroitement suggérée.

29La déesse tient de la main droite une palme appuyée contre son avant-bras, et son bras gauche tendu à l’horizontal devait tenir une couronne disparue dans la fracture de l’objet, deux attributs fréquemment associés à Victoria (Vollkommer 1997 : 250, nos 163-167).

30Le bas du corps est appuyé obliquement contre le bord de la courbure de la plaque et suggère l’élan de la déesse vers le haut ; le rétrécissement de la plaque sous la cassure suppose que les pieds devaient être tendus pointe vers le bas, dans une position qui accompagne ce mouvement, et non posés sur un globe qui figure l’orbis terrarum, comme on le voit par exemple sur le diptyque dit “ de Justinien ” (Volbach 1976, no 48 : 47, Pl. 26).

31Sous le bras gauche et contre la brisure droite de la plaque subsiste l’amorce d’un arrachement.

32Le décor figuré dont le fragment qui nous occupe faisait partie comportait à l’évidence deux Victoires identiques avec leurs attributs, disposées en symétrie au-dessus d’un arc (Fig. 8), selon un schéma iconographique bien connu dans le décor architectural, notamment des arcs de triomphe (Vollkommer 1997 : 255-256, nos 244-246 : arcs de Tripoli et de Leptis Magna), mais attesté aussi dans la petite sculpture sur os : on peut en rapprocher une Victoire porteuse d’une couronne et dressée contre la courbure d’une plaque du Musée Benaki d’Athènes (Marangou 1966 : 59, no 211, Pl. 63 b).

Fig. 8 - Proposition de restitution du panneau sculpté de Lazenay.

Fig. 8 - Proposition de restitution du panneau sculpté de Lazenay.

Dessin : J.-C. Béal ; DAO : M. Lagrange

33Étroitement associée à l’empereur dans les premiers temps de l’époque impériale, Victoria était représentée accompagnant et couronnant le prince : les exemples sont nombreux, notamment sur les monnaies, jusqu’à la fin de l’Empire (Hölscher 1967 : 80-92 ; Vollkommer 1997 : 263-265, nos 312-341). Au iie s., elle couronne aussi des généraux vainqueurs (Vollkommer 1997 : 265, nos 343-351). Mais la Victoire devient aussi sous l’Empire une allégorie de la victoire sur la mort (Vollkommer 1997 : 269) et plus largement une figure de la prospérité, à laquelle, à l’époque chrétienne, se substituent les représentations d’anges.

34Si donc la double silhouette de Victoria et sa mise en page dans les écoinçons d’un arc évoquent une forme de triomphe, on ne peut identifier précisément le personnage qui se trouvait sous l’arc : prince, magistrat ou militaire, voire même divinité.

35Malgré le raccord difficile de l’aile gauche à l’épaule, la silhouette ne témoigne pas de la maladresse des sculptures du coffre de Selongey (Côte-d’Or : Béal 2001/02, Fig. 4 à 11 ; ici Fig. 9) et le traitement de la tunique, encore qu’un peu schématique, n’atteint pas la linéarité du vêtement de la Ménade de Montmaurin (Haute-Garonne : Fouet 1983 : 184, Pl. LIX ; ici Fig. 10) traité sur une plaque épaisse de 9 mm ou de Psyché (Fig. 11) et du personnage en grande robe du coffre de Selongey (Béal 2001/02, Fig. 11 et 12) sur des plaques de 6 à 7 mm. Par rapport aux autres ivoires provinciaux auxquels on peut le comparer, le fragment témoigne plutôt d’un rendu d’une assez bonne qualité, avec un relief plus vigoureux que celui des fragments de Saint-Loup-de-Comminges (Haute-Garonne : Fouet 1952 : Fig. 5bis, 7 à 12) et plus encore de ceux d’Avenches (Bron 1985 : 36) traités en bas-relief sur des plaquettes minces (6 mm).

Fig. 9 - Élément de décor du coffre de Selongey : Amour endormi.

Fig. 9 - Élément de décor du coffre de Selongey : Amour endormi.

Cliché : P. Veyssère

Fig. 10 - Élément de décor de Montmaurin : Ménade

Fig. 10 - Élément de décor de Montmaurin : Ménade

D’après Fouet 1983 : Pl. LIX

Fig. 11 - Élément de décor du coffre de Selongey : Psyché.

Fig. 11 - Élément de décor du coffre de Selongey : Psyché.

Cliché : P. Veyssère

Hypothèse de restitution

36Il convient d’abord d’éliminer les hypothèses de restitution où des plaquettes entoureraient un médaillon circulaire d’assez grande taille, tel le tondo d’Alexandrie (diam. : 120 mm env. : Rodziewicz 2016 : 56, Fig. 50) ou celui de Kenchreai, port antique de Corinthe (Stern et Hadjilazaro Thimme 2007 : 130-130, no 283, Pl. IV.4, Fig. IV.55) ou un anneau plat comme à Kenchreai (Stern et Hadjilazaro Thimme 2007 : 95-117, diam. de 120 à 148 cm) : une orientation des figures selon des axes radiaux y conviendrait, tandis que la représentation de la Victoire en écoinçon s’y oppose et impose au contraire qu’elle surmonte une arcature.

37La restitution de la courbure à partir du fragment conservé permet d’en évaluer le diamètre à 160 mm environ, la petite taille du fragment conservé et les petites déformations de la plaque d’ivoire ne permettant pas d’avoir une mesure parfaite de la courbure. La largeur de la scène figurée, avec les deux Victoires, est ainsi de l’ordre de 190 mm, pour une hauteur de 110 mm environ. Une archivolte devait courir contre le bord de la courbure, réduisant de quelques centimètres la largeur de l’ouverture : nous avons supposé, dans notre hypothèse, une archivolte épaisse de 12 mm et une ouverture de 136 mm où une lunette prenait place.

38L’archivolte se retournant à angle droit sur le chapiteau, comme on le voit souvent alors dans le décor d’architecture idéale des diptyques (par exemple : Volbach 1976 : 57, no 66, Pl. 38) ou d’autres objets (missorium de Théodose : Baratte 1996 : 248-249, Fig. 120), l’arc pouvait retomber sur des colonnes qui, chapiteaux et bases compris, devaient évidemment être plus hautes que l’ouverture de l’arc n’est large. Un rapport de 2/1 au moins entre la hauteur de la colonne et la largeur de l’entrecolonnement est courant, plus encore dans l’Antiquité tardive, par exemple sur le diptyque de Probus (début du ve s. ; Volbach 1976 : 31-32, no 1, Pl. 3). Les colonnes peuvent donc avoir été hautes d’une trentaine de centimètres (272 mm dans notre hypothèse de restitution), voire plus. Il est possible que cette longueur ait été atteinte par la juxtaposition de plusieurs fragments d’ivoire, mais, lorsque, comme ici, le décor est orienté selon le fil de l’ivoire, l’ivoirier peut tirer sans difficulté de la défense des plaques longues de 30 à 40 cm.

39En revanche, la section circulaire de la défense impose à l’artisan une forte contrainte en largeur, notamment quand il s’agit d’y prélever des plaques paraxiales (Engemann 1987 : 181). Ainsi, dans le corpus des objets d’ivoire réuni par W. F. Volbach (1976), seuls les plaques des diptyques no 32 (p. 41, Pl. 16-17 ; l. : 15 cm) et no 63 (p. 55-56, Pl. 35 ; l. : 16,2 cm) atteignent ou dépassent 15 cm de largeur, celles-ci ayant le plus souvent une largeur de 12 à 14 cm. C’est la juxtaposition de plaques qui permet d’obtenir des objets plus larges, comme les diptyques composites qui résultent de l’assemblage de quatre plaques plus petites autour d’une plaque centrale plus importante (diptyque “ de Justinien ”, par exemple : Volbach 1976 : 47-48, no 48, Pl. 26). Ainsi, la représentation des deux Victoires dans une scène de 190 mm ne pouvait-elle être obtenue que par l’addition, au moins, de deux plaques symétriques (Fig. 12, A-AA).

40De même, sous la lunette (Fig. 12, B) qui pouvait être faite d’une ou deux plaques, la partie centrale du décor devait être complétée par deux plaques latérales symétriques dans lesquelles les colonnes étaient sculptées. Nous avons retenu dans notre hypothèse de restitution que, pour épargner les plus grosses défenses et dans un souci de bonne gestion de l’ivoire, l’artisan ait débité dans un même bloc épais une plaque centrale de 95 mm et deux plaques latérales de 47,5 mm (Fig. 12, CC, C, CCC).

Fig. 12 - Schéma d’assemblage des plaques d’ivoire du panneau restitué pour Lazenay. Voir dans le texte pour la numérotation des plaques (A, B, C…).

Fig. 12 - Schéma d’assemblage des plaques d’ivoire du panneau restitué pour Lazenay. Voir dans le texte pour la numérotation des plaques (A, B, C…).

Dessin : J.-C. Béal ; DAO : M. Lagrange

41On obtiendrait ainsi, en complétant le panneau par une moulure (12 mm dans notre hypothèse) qui court à sa périphérie, un objet composite d’environ 415 × 215 mm.

Fonction du panneau

42La production des ivoiriers antiques était diverse. À côté de la grande statuaire impériale ou religieuse (Albizzati 1959) ou des petits objets qui parfois nous sont parvenus et témoignaient de l’art d’utiliser les restes (Béal 2007), l’ivoire servit aussi, à l’époque impériale, à décorer les bâtiments (parois, portes, plafonds) et, plus encore, à faire ou à orner des meubles. Les écrivains antiques y ont fait de nombreuses allusions (Jacob 1892), mais les vestiges archéologiques sont peu nombreux. On connaît par exemple des lits (Letta 1984 : 95-97, nos 1-33 ; époque hellénistique et ier s. ap. J.-C.), des sièges et des armaria (?) à Kenchreai (Stern et Hadjilazaro Thimme 2007 : 205-313 ; ivs.), des tables tripodes à Herculanum (Guidobaldi 2010 ; ier s. ap. J.-C.) ; des coffrets sont attestés tout au long de l’époque impériale (Arc-sur-Argens, Var : Reymondon 1986 ; ier-iie s. ap. J.-C. ; Selongey : Béal 2001/02 ; iiie s. ap. J.-C.) et leur production se poursuivit avec les coffrets-reliquaires de l’Antiquité tardive (Volbach 1976 : 77-78, no 107, Pl. 57 : coffret de Brescia (Italie) : dernier quart du ive s. ; Volbach 1976 : 84, no 120, Pl. 64 : coffret de Samagher (Croatie) ; première moitié du ve s.).

43À ceci s’ajoute la production tardive, et souvent mal datée, des diptyques impériaux, consulaires ou privés (Utro 2005 ; David 2007) qui sont attestés à partir de la fin du iiie s. et s’inscrivent dans la tradition des tablettes envoyées par le Prince ou offertes en cadeau, dont Martial (Épigrammes, XIV, III-V) se fait l’écho au ier s. ap. J. - C. (sur les cadeaux impériaux ou privés : Engemann 2014 : 49-65).

44Vu le format qu’on peut approximativement lui restituer, le panneau de Lazenay n’est pas un objet négligeable et la question se pose de la fonction qu’il a pu remplir. Il n’était pas fait pour être vu sur ses deux faces comme c’est le cas des vrais diptyques où, au recto sculpté de chacune des deux plaques qui le forment, s’oppose un verso lisse destiné à l’écriture. La relative rugosité du verso permettait en revanche un meilleur collage sur un support de bois dans lequel le panneau aurait été encastré.

45Ce format assez considérable exclut l’emploi de l’objet pour des lits, dont les châssis sont moins hauts, ou des coffrets ; les coffres de mariage associant bois et os – et non ivoire – (Strzygowski 1904 : 172-175, nos 7060-7064, Pl. XI-XIII) peuvent atteindre près de 40 cm de hauteur totale, mais sont en forme de tronc de pyramide, avec des panneaux encastrés trapézoïdaux.

46Le panneau peut être rapproché des deux plaques du “ diptyque ” Querinianus de Brescia (Fig. 13). Celui-ci, plus petit cependant (H. : 24,5 cm) que le panneau de Lazenay, présentait à son sommet une lunette semi-circulaire, qui était peut-être primitivement complétée par un couronnement analogue à celui auquel appartient la plaque conservée de Lazenay. Le “ diptyque ” auquel l’un de ses possesseurs fit ajouter, au xve s., des écoinçons métalliques et un sommet droit dorés pour lui donner une forme rectangulaire, aurait été un décor de coffre ou de meuble (Volbach 1976 : 57, no 66, Pl. 38 ; Compostella 1990 : 340-341, no 5b.1c ; ve s.).

Fig. 13 - Plaques du “diptyque” de Brescia.

Fig. 13 - Plaques du “diptyque” de Brescia.

D’après Molinier 1896 : 44

47Le format et le décor glorieux du panneau de Lazenay pourraient plutôt convenir – mais ce n’est qu’une hypothèse – à un siège d’apparat, à l’image des panneaux, hauts d’une trentaine de centimètres environ, qui habillent la face antérieure de la caisse de la chaire de Ravenne (Fig. 14), plus tardive, il est vrai (Volbach 1976 : 93-94, no 140, Pl. 72-74 ; vie s.).

48Quoi qu’il en soit, il faut au moins retenir que le panneau de Lazenay était un objet d’ivoire composite, de grand format, dont la partie conservée nous ramène à l’iconographie de la Victoire ou plus largement de la puissance et de la prospérité romaine.

Fig. 14 - Chaire de Ravenne.

Fig. 14 - Chaire de Ravenne.

D’après Engemann 2014 : Fig. 133

Ivoire et villae

49Si les découvertes d’ivoires sculptés faites en milieu urbain sont, pour diverses raisons sans doute, peu nombreuses dans les provinces de l’Occident romain (Bron 1985), des découvertes un peu moins rares proviennent, comme à Lazenay, de grandes villae (Béal 2007, avec bibliographie antérieure). À Chiragan, la partie résidentielle de la villa a livré une petite tête féminine en ronde-bosse et un petit chapiteau (en ivoire ou en os) réputés provenir d’un coffret. Une plaque de coffret figurant une Ménade provient de la villa de Lassales à Montmaurin. Un petit relief de fonction indéterminée montrant une représentation de Saison (Automne ou Hiver) a été trouvé dans la villa du Ga à l’Isle-d’Abeau (Isère). De la plus modeste villa des Tuillières à Selongey provient un ensemble d’objets d’ivoire enfouis vers le milieu du iiie s., dont un coffret et des plaquettes sculptées d’un coffre à structure de bois. Un autre ensemble a été découvert dans la villa mal connue de la Haut del Sant à Saint-Loup-de-Comminges : G. Fouet (1950 : 150-151) croyait y reconnaître deux coffrets ou un seul “ au décor hétérogène ”, mais nous y avons identifié en fait les éléments de différents objets.

50Ces exemples témoignent de l’aisance dans lequel vivaient les grands propriétaires terriens, ce à quoi, pour l’Antiquité tardive, fait écho une lettre de Sidoine Apollinaire (Lettres, VIII, 8, 3), datée vers 467, où il crédite son ami Siagrius, en résidence en Gaule dans sa villa Taionnaca non localisée, de sièges ornés d’ivoire (eboratas curules), de litières dorées et d’étoffes de pourpre.

Origine du panneau

51Il est vain de chercher à situer à quelle sphère stylistique de la Méditerranée se rattache le petit fragment de Lazenay alors que, même pour des panneaux plus complets, l’enquête hésite au moins entre Alexandrie, Rome ou Constantinople. On s’en tiendra aux données textuelles ou archéologiques fiables.

52Inconnue dans les provinces du nord-ouest de l’Empire, à une exception très ponctuelle, à Lyon, à la fin de l’époque augustéenne (Desbat 2005 : 131), l’artisanat de l’ivoire est attesté à Rome par des inscriptions d’eborarii et d’un elefantarius – si du moins le terme désigne bien un ivoirier de l’Antiquité tardive –, par des découvertes de défenses (sur ces points, voir Béal 2000 : 112), et par les traces archéologiques de cette activité sur le Palatin (St Clair 2003). D’autres découvertes, à Alexandrie, y fournissent la preuve, rare, de l’activité des ivoiriers (Rodziewicz 2016 : 173-177). Le panneau de Lazenay, ou le meuble auquel il appartient, provient sans doute de l’une de ces villes, peut-être de Rome d’où il a pu arriver comme cadeau ou comme achat ; il est en tout cas un objet exotique et un gage d’urbanité classique en Gaule vers le début du ve s.

53La plaquette de Lazenay apparaît donc comme le vestige d’un objet remarquable, meuble de prix sans doute et fauteuil peut-être, à placage d’ivoire, qui témoigne – avec quelques autres éléments – du statut social élevé du propriétaire de cette grande villa, dans un temps où les défenses d’éléphant étaient devenues plus rares que quelques siècles auparavant.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Code Théodosien, Codex Theodosiani, éd. Th. Mommsen et P. M. Meyer, Theodosiani libri XVI cum Constitutionibus Sirmondianis, 2 vol., Weidmann, Berlin, vol. I, pars prior, Prolegomena, 1905 ; les XVI livres en ligne : http://thelatinlibrary.com/theodosius/theod16.shtml

Martial, Épigrammes, éd. et trad. H. J. Izaac, Coll. des Univ. de France, Assoc. G. Budé, Les Belles Lettres, Paris, 1930-1934, 3 vol. ; rééd. 1969-1973.

Sidoine Apollinaire - Lettres, texte établi et traduit par A. Loyen (œuvres, t. II et III), Coll. des Univ. de France, Assoc. G. Budé, Paris, 1970, 257 et 260 p.

Bibliographie

Albizzati 1959

Albizzati C. - s. v. “ Crisoelefantina tecnica ”, in : Enciclopedia d’Arte Antica, Rome : 939-941.

Bakker, Deikman et Van Ossel 2018

Bakker L., Dijkman W. et Van Ossel P. - Le corpus des décors à la molette sur céramique sigillée d’“Argonne” de l’Antiquité tardive, SFECAG, Actes du Congrès de Reims, Marseille : 211-222.

Baratte 1996

Baratte Fr. - Histoire de l’Art antique : l’art romain, École du Louvre, Réunion des Musées Nationaux, La Documentation Française, Paris, 311 p.

Béal 2001/02

Béal J.-C. - La resserre de Selongey (Côte-d’Or), une collection d’objets de bois et d’ivoire dans la villa gallo-romaine des Tuillères, Rev. Arch. de l’Est, 51 : 299-333.

Béal 2007

Béal J.-C. - De la “ Bretagne ” à Selongey, ivoires romains et luxe provincial, in : Fr. Baratte, M. Joly et J.-C. Béal (dir.) - Autour du trésor de Mâcon, Institut de Recherche du Val de Saône - Mâconnais, Mâcon : 207-219.

Bertrand 2018

Bertrand I. - Le sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne, FR) : genèse et évolution d’un lieu de culte picton (Ier s. av. - IVe s. ap. J.-C.), Mémoire 50, éd. Association des Publications Chauvinoises. Chauvigny, 2 vol.

Bron 1985

Bron Chr. - Les ivoires sculptés d’Avenches, Bull. de l’Assoc. Pro Aventico, 29 : 27-52.

Chabert 2017

Chabert S. - La céramique en territoire arverne et sur ses marges de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge (fin iiie-milieu viiie siècle). Approche chrono-typologique, économique et culturelle, Thèse de Doctorat, Univ. Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2016, 3 vol. : vol. 1 - Texte, 478 p. ; vol. 2 - Illustrations, 362 p. ; vol. 3 - Annexes, 267 p. (consultable à l’Univ.).

Chabert 2019

Chabert S. - La céramique arverne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, Appoche chrono-typologique, économique et culturelle, 71e Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, FERACF, Tours, 374 p.

Chambon et Rouquet 1999

Chambon M.-P. et Rouquet N. - La céramique “ à engobe rouge brossé ” du site de Lazenay à Bourges, SFECAG, Actes du Congrès de Fribourg, Marseille : 373-382.

Compostella 1990

Compostella C. - Dittico Queriniano, in : Milano, capitale dell’Impero romano, 286-402 d. c., Silvana Editoriale, Milan : 340-341.

Cothenet 1975a

Cothenet A. - Dépotoir de Lazenay. TR 5, liste dactylogr., 2 p., in : dossier “ Lazenay (18). 1975 ”, carton 2, archives du SRA CVL (consultable au SRA).

Cothenet 1975b

Cothenet A. - Lazenay, liste manuscrite, 2 p. (1 recto-verso), in : dossier “ Lazenay (18). 1975 ”, carton 2, archives du SRA CVL.

David 2007

David M. - Elementi per una storia della produzione dei dittici eburnei, in : M. David (dir.) - Eburnea diptycha, I dittichi d’avorio tra Antichità e Medioevo, Edipuglia, Bari : 13-43.

Desbat 2005

Desbat A. - Des fosses avec des reliefs de banquets, in : A. Desbat (dir.) - Lugdunum, naissance d’une capitale, Infolio, Gollion : 131-136.

Deschler-Erb 1998

Deschler-Erb S. - Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica, Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Forschungen in Augst, 27, Augst, 2 vol., 423 et 454 p.

Durand 2005

Durand R. - La mort chez les Bituriges Cubes : approches archéologiques et données anthropologiques d’une cité de Gaule romaine, thèse de doctorat. Université de Paris I - Panthéon Sorbonne, Paris, 484 p. (consultable à l’Univ.).

Espérandieu 1910

Espérandieu E. - Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, III, Imprimerie Nationale, Paris.

Feller 1991

Feller M. -Classification et datation des molettes d'Argonne. Problèmes de méthodes, in : SFECAG, Actes du Congrès de Cognac (8-11 mai 1991), Marseille : 161-169.

Ferdière 1974

Ferdière A. - Bourges “ Lazenay ” (Cher), Rapport de sauvetage (sept.-oct. 1974), DRAH Centre, 6 p., Pls. (consultable au SRA CVL).

Ferdière 1975a

Ferdière A. - Bourges Lazenay, Rapport de sauvetage. 2de Campagne. Mars-avril 1975, DRAH Centre, 6 p. et 5 Pl. photos (consultable au SRA CVL).

Ferdière 1975b

Ferdière A. - Bourges Lazenay, Rapport de sauvetage. 3e Campagne. Juillet 1975, DRAH Centre, 7 p., 5 plans et coupes (consultable au SRA CVL).

Ferdière 1975c

Ferdière A. - Compte-rendu de fouilles préliminaires (Sept. Oct. 1974) à Bourges-Lazenay, Cah. d'Arch. et d'Hist. du Berry, 40 : 11-18.

Ferdière et Marot à paraître a

Ferdière A. et Marot E. - Un aménagement de berge sur l’Auron à “ Lazenay ” (Bourges, Cher), in : J. Mouchard (dir.) - Les Ports romains dans l’Arc Atlantique et les eaux intérieures, Coll. Internat. d’Arch. Portuaire (Nantes, 21-22 juin 2018), à paraître in : Actes (2020).

Ferdière et Marot à paraître b

Ferdière A. et Marot E. - Bilan sur le site de Lazenay à Bourges, périphérie sud de l’oppidum laténien et de la ville romaine, in : Hommages à la mémoire d’Olivier Ruffier.

Fouet 1950

Fouet G. - Ivoires romains trouvés à Saint-Loup-de-Comminges (Haute-Garonne), Comptes-Rendus de l’Acad. des Inscr. et Belles-Lettres, 94-2 : 117-129.

Fouet 1952

Fouet G. - Ivoires romains trouvés près de Saint-Loup-de-Comminges (Haute-Garonne), Monuments Piot, 46 : 117-129.

Fouet 1983

Fouet G. - La villa gallo-romaine de Montmaurin, XXe suppl. à Gallia, CNRS, Paris, 398 p., 67 Pl.

Fourré 2002

Fourré A. - Étude des céramiques et approches des pratiques funéraires de la nécropole de Lazenay durant l’Antiquité tardive à Bourges, Mém. de Maîtrise, Univ. de Paris 1 (consultable à l’Univ.).

Guidobaldi 2010

Guidobaldi M.P. - Arredi di lusso in legno e avorio da Ercolano, in : Atti della Giornata : Arredi di lusso di età romana (Milan, 2009, 2e partie), LANX, Rivistà della Scuola Spec. in Arch., Univ. degli Studi di Milano, 6 : 63‐99 ; en ligne : https://riviste.unimi.it/index.php/lanx/search/

Guitton 2012

Guitton D. – À propos de la production de vases de type “ Argonne ” au sein des ateliers du groupe des céramiques “ à l’éponge ” du sud du territoire picton (Vienne) : note préliminaire, in : SFECAG, Actes du Congrès de Poitiers (17-20 mai 2012), Marseille : 313-346.

Hölscher 1967

Hölscher T. - Victoria Romana, Archäologische Untersuchungen zur Geschichte und Wesensart der römischen Siegesgöttin von den Anfängen bis zum Ende des 3. Jhs. n. Chr., Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Philipp von Zabern, Mayence, 195 p., 16 Pl.

Jacob 1892

Jacob A. - s. v. “ Ebur ”, in : Ch. Daremberg et E. Saglio (dir.) - Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, vol. 2 (D-E), Hachette, Paris : 444-449.

Kisch 1976

Kisch Y. (de) - Informations archéologiques, Circonscription du Centre, Gallia, 34, 2 : 311-329.

Letta 1984

Letta C. - Due letti funerari in osso dal centro italico-romano della valle d’Amplero (Abruzzo), Accademia Nazionale dei Lincei, Monumenti Antichi, serie Miscellanea, III, 3, Accademia Nazionale dei Lincei, Rome : 67-113, 9 Pl.

Marangou 1976

Marangou L. - Bone Carving from Egypt, I, Graeco-Roman Period, Benaki Museum, Wasmuth, Tübingen, 152 p., 72 Pl.

Moirin 2005

Moirin A. - La vaisselle en verre dans la cité des Bituriges Cubes entre le ier et le viie siècle de notre ère - Production, diffusion, utilisations, Thèse de doctorat, Univ. de Paris I - Panthéon-Sorbonne, 4 vol. en 5 t. ; vol. I - Texte, 164 + 51 p. ; vol. II - Fiches typologiques et catalogue, 535 p. (2.1 : formes ouvertes ; 2-2 : formes fermées et indéterminées) ; vol. III - Planches, 194 p. ; vol. IV - Annexes (consultable à l’Univ. et (vol. I et II.1-2) au SRA CVL).

Molinier 1896

Molinier E. - Histoire générale des arts appliqués à l’industrie du ve à la fin du xviiie siècle. 1. Ivoires, E. Lévy, Paris, 245 p., 26 Pl.

Poplin 1977

Poplin Fr. - Analyse de matière de quelques ivoires d’art, in : Méthodologie appliquée à l’industrie de l’os préhistorique, Deuxième colloque international sur l’industrie de l’os dans la Préhistoire (Sénanque, 9-12 juin 1976), CNRS, Paris : 77-94.

Reymondon 1986

Reymondon A. - III. Coffret en os et en ivoire, in : R. Boyer, G. et S. Arnaud, A. Reymondon et J. Desse - Un groupe d'urnes cinéraires (ier-iie s.) découvert près des Arcs-sur-Argens (Var), Gallia, 44-1 : 109-120.

Rodziewicz 2016

Rodziewicz E. - Ivory and bone sculpture in ancient Alexandria, Centre d’Études Alexandrines, Alexandrie, 204 p.

Rolley 1999

Rolley Cl. - La sculpture grecque, vol. 2, La période classique, Picard, Paris, 439 p.

Salin 2010

Salin M. - Animaux et territoire. L’apport des données archéozoologiques à l’étude de la cité des Bituriges Cubi (ier s. av. J.-C.-ve s. ap. J.-C.), Bituriga, Monogr. 2010-1, 36e Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, BourgesPlus, FERACF, Bourges, Tours, 313 p. + 1 CD.

St Clair 2003

St Clair A. - Carving as Craft, Palatine East and the Greco-Roman Bone and Ivory Carving Tradition, Johns Hopkins University Press, Baltimore, Londres, 228 p.

Stern et Hadjilazaro Thimme 2007

Stern W. O. et Hadjilazaro Thimme D. - Kenchreai, Eastern Port of Corinth, VI, Ivory, Bone, and Related Wood Finds, Brill, Leyde, Boston, 364 p., 53 Pl.

Strzygowki 1904

Strzygowki J. - Catalogue général des Antiquités Égyptiennes du Musée du Caire, XII, Koptische Kunst, Imp. A. Holzhausen, Vienne.

Troadec 1995

Troadec J. - Le cimetière rural antique de Lazenay, Bourges (Zac du Hameau de Lazenay), Doc. Final de Synthèse, Serv. Arch. Munic. de Bourges, SRA Centre (consultable au SRA CVL et Serv. Arch. de BourgesMétropole).

Utro 2005

Utro U. - s. v. “ Diptyque ”, in : J. Leclant (dir.) - Dictionnaire de l’Antiquité, coll. Quadrige, PUF, Paris : 697-698.

Volbach 1976

Volbach W. F. - Elfenbeinarbeiten der Spätantike und des frühen Mittelalters, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Mayence, 3e éd. (1re éd. 1916), 260 p.

Vollkommer 1997

Vollkommer R. - s. v. “ Victoria ”, Lexicon Iconographiae Mythologiae Classicae, VIII, Artemis, Zürich/Düsseldorf, vol. 1 : 237-269 : vol. 2 : 167-194.

Haut de page

Notes

1 Un mur quant à lui datable de la seconde moitié du ier s. et donc bien antérieur au dépôt concerné ici, bien que subsistant donc comme élément structurant encore au Bas-Empire, avec même alors un renforcement côté ouest.

2 Épaisseur non visible dans ce sondage, restituée par “ projection ” de son autre parement (est) mis au jour dans le sondage S.4 (où il est numéroté M.4) (cf. Ferdière 1975a : plan d’ensemble).

3 L’épaisseur d’environ 40 cm indiqué dans le rapport (Ferdière 1975a : 4) est erroné et correspond sans doute au cumul des épaisseurs de cette US 505 avec celle sous-jacente, remblai de démolition US 507 (cf. infra et coupe, Fig. 3).

4 Remblai constitué d’éléments de démolition (cf. infra).

5 Sur au moins une trentaine de centimètres de hauteur, à compter du niveau d’arasement de ce mur.

6 Le rapport de Pâques 1975 (Ferdière 1975a : 4) y signale des regroupements remarquables de tessons d’un même vase ou encore de coquilles d’huître, sous forme de petits tas, qui avaient laissé penser à des apports de ces matériaux par brouettées ou couffins. Cette fonction d’assainissement supposée est peut-être à rapprocher de l’observation supra : renforcement au mortier hydraulique, alors, du parement du mur M.5. Et l’on note (Ferdière 1975b : 4 et Fig. 5), apparemment établi dans ce dépôt 505, un unique – dans l’emprise concernée du sondage – trou de poteau (US 536, diam. 25 à 35 cm), à 1,60 m du parement du mur M.5.

7 Voir les quelques pièces d’huisserie en fer infra.

8 Celles-ci, qui comprennent certainement aussi des importations lointaines et exotiques, n’ont pas depuis fait l’objet d’un examen pour identification pétrographique précise, qui resterait à faire.

9 Ainsi que peut-être même, de mémoire, et un fragment de test d’oursin.

10 Revues pour cette publication par E. Marot, Service Archéologique de Bourges-Métropole, que nous remercions ici.

11 Avec plusieurs molettes présentes, mais une seule identifiable, du groupe 3 de Hübener à hachures obliques (340/370 d’après Feller 1991 ; premier et deuxième tiers du ive s. d’après Bakker, Dijkman et Van Ossel 2018). L’absence de motifs complexes ou chrétiens, plus tardifs, est notable.

12 Provenant des mêmes ateliers que les précédentes à l’éponge.

13 Dont l’absence, pour les véritables productions de DSP, est également notable.

14 Sans doute prise en 1975 pour de la DSP méridionale.

15 Vol. 2-1, Catal. formes ouvertes : cat. 214 (coupe à décor en grain de riz, 200-250), 747 (bol à lèvre brute, ive-ve s., verre verdâtre), 748 (id., incolore), 749 (id., verdâtre), 750 (id., bleu-vert clair), 751 (id., bleu-vert clair), 752 (id., bleu-vert clair), 753 (id., verdâtre), 754 (id., bleu-vert clair), 755 (id., incolore), 756 (id., incolore), 784 (bol (coupe ouverte) à décor gravé : main et fleur), 787 (bol (autre type) à décor gravé (tête masc.), incolore), 788 (id., incolore), 789 (id., incolore), 790 (id., incolore), 791 (id., verdâtre presque incolore, déc. de lignes entrecroisées), 923 (gobelet à panse tulipiforme, iie-iiie s., incolore), 952 (gobelet (conique) à décor gravé, ive s., incolore), 953 (id., verdâtre) ; Vol. 2-2, Catal. formes indét., cat.1648, 1675, 1676, 1698, 1778, 1779, 1780, 1787, 1788, 2127.

16 Cette rareté est peut-être notable, dans ce contexte pourtant apparemment aisé : est-ce, au moins en partie, le fait d’une récupération métallique dans cette période de l’Antiquité tardive ?

17 L’absence de fibules, notamment, est remarquable.

18 Le rapport de la campagne de Pâques 1975 (Ferdière 1975a : 4) indique “ plus de 40 ” monnaies : 18 monnaies ont fait l’objet d’un premier examen par Mtre Cothenet (1975a) (liste d’identification dactylographiée, “ Dépotoir Lazenay TR 5 ” ; dossier “ Lazenay (18). 1975 ”, carton d’archives au SRA CVL) ; 20 autres monnaies, découvertes dans les fouilles de 1975 ont fait l’objet d’une seconde identification, toujours par Mtre Cothenet (1975b ; même carton d’archives, liste manuscrite, indiquée simplement “ Lazenay ”). Par ailleurs, un lot de 24 monnaies enregistrés dans les collections du dépôt du Service d’Archéologie Préventive de BourgesPlus comme provenant de cette US 505 (inform. E. Marot, oct. 2019), correspond, à quelques détails complémentaires près, à la liste de 24 monnaies donnée par Chambon et Rouquet 1999 : 379, tabl. Fig. 9, en bas : il pourrait s’agir alors, sans doute comme la seconde liste Cothenet (supra, avec 20 et non 24 items), de monnaies de la deuxième campagne sur ce dépotoir. Avec les 20 monnaies de la 1re liste Cothenet et les 24 de cette nouvelle liste, on atteint 44 monnaies, soit effectivement “ plus de 40 ”…

19 Malheureusement perdue à la suite d’une exposition du mobilier de ce dépotoir au Musée du Berry, à Bourges, réalisée peu après les fouilles.

20 Dès les années 1970, François Poplin avait cependant identifié l’ivoire comme matériau de cet objet, à la requête de l’un de nous (AF).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Réseau d’établissements antiques de la proche campagne de Bourges-Avaricum au Haut-Empire (qualité informative et hiérarchisation selon Gandini 2008, actualisées par les recherches archéologiques préventives récentes).
Crédits DAO E. Marot, X. Rolland, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2 - Environnement immédiat et état des connaissances de la villa de Lazenay à l’époque romaine (prospections aériennes et fouilles), avec la localisation du dépôt concerné.
Crédits DAO X. Rolland, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 3 - Plan et coupe du sondage occidental dans le sondage 5 avec le mur M 5 et le dépotoir associé, US 505.
Crédits Relevés A. Ferdière, 1975 ; DAO E. Marot, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 - Parement ouest de M 5 et reprise en partie haute.
Crédits Cliché : A. Ferdière, 1975
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig 5 - Fragment de bas-relief en marbre blanc, de l’US inférieure, 507.
Crédits Cliché : E. Marot
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 6 - La plaque en ivoire (indiqué par la flèche blanche), en place sur le remblai de démolition US 507, au centre de cette photo médiocre.
Crédits Cliché A. Ferdière, 1975
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 7 - La plaque d’ivoire sculptée de Lazenay : a) recto (face décorée) ; b) verso.
Crédits Clichés : E. Marot
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Fig. 8 - Proposition de restitution du panneau sculpté de Lazenay.
Crédits Dessin : J.-C. Béal ; DAO : M. Lagrange
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 9 - Élément de décor du coffre de Selongey : Amour endormi.
Crédits Cliché : P. Veyssère
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 10 - Élément de décor de Montmaurin : Ménade
Crédits D’après Fouet 1983 : Pl. LIX
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 11 - Élément de décor du coffre de Selongey : Psyché.
Crédits Cliché : P. Veyssère
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 12 - Schéma d’assemblage des plaques d’ivoire du panneau restitué pour Lazenay. Voir dans le texte pour la numérotation des plaques (A, B, C…).
Crédits Dessin : J.-C. Béal ; DAO : M. Lagrange
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 13 - Plaques du “diptyque” de Brescia.
Crédits D’après Molinier 1896 : 44
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 14 - Chaire de Ravenne.
Crédits D’après Engemann 2014 : Fig. 133
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3708/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Béal et Alain Ferdière, « Une plaquette d’ivoire sculpté de l’Antiquité tardive dans la grande villa périurbaine de “Lazenay” à Bourges (Cher) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 58 | 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/racf/3708

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Béal

Université Louis Lumière - Lyon 2, UMR 5138-ARAR, MOM

Articles du même auteur

Alain Ferdière

Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR CITERES, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page