Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alexander Smith, Martyn Allen, Tom Brindle, Michael Fulford, Lisa Lodwick et Anna Rohnbogner - Life and Death in the Countryside of Roman Britain, vol. 3, Britannia Monograph Series, 31

Society for the Promotion of Roman Studies, Londres, 2018, XVIII-419 p.
Alain Ferdière
Référence(s) :

Alexander Smith, Martyn Allen, Tom Brindle, Michael Fulford, Lisa Lodwick et Anna Rohnbogner - Life and Death in the Countryside of Roman Britain, vol. 3, Britannia Monograph Series, 31, Society for the Promotion of Roman Studies, Londres, 2018, XVIII-419 p.

Texte intégral

1Il s’agit donc du 3e et dernier volume, annoncé, de la série “New Visions on the Countryside of Roman Britain”, fondée sur un volumineux corpus de sites ruraux de la “carte archéologique” nationale pour la Grande-Bretagne romaine, surtout fouillés dans ses 30 dernières années, dont j’ai rendu compte des vols. 1 (Smith et al. 2016 ; cf. CR, Bulletins AGER, blog https://ager.hypotheses.org/​1418) et vol. 2 (Allen et al. 2017 ; cf. CR, RACF [en ligne], 57, 2018, https://journals.openedition.org/​racf/​3033). Il s’agit donc maintenant du volume de synthèse, abordant les aspects généraux de cet habitat rural et de ces campagnes romano-britanniques. NB : Je ne reprendrai donc pas ici les quelques critiques émises auparavant sur la forme des graphiques ou des cartes.

2Ce volume présente huit chapitres, suivis d’une riche bibliographie (p. 358-398) et d’un utile index (thématique et géographique, p. 399-419) :

  • Chap. 1 - Une courte Introduction (M. Fulford, p. 1-5).

  • Chap. 2 - L’apparence personnelle dans les campagnes de Bretagne romaine (T. Brindle, p. 6-47), avec la parure et accessoires de vêtement.

  • Chap. 3 - Le style de vie et l’environnement social (A. Smith et collab., p. 48-77), avec les aménagements privés de l’habitat, les loisirs, l’alimentation…

  • Chap. 4 - Le contexte social pour les animaux et l’exploitation des ressources sauvages (M. Allen, p. 78-119), l’élevage et les animaux de compagnie, la chasse et la pêche.

  • Chap. 5 - La religion et la population rurale (A. Smith et collab., p. 120-204), avec des considérations sur les pratiques religieuses dans les campagnes.

  • Chap. 6 - La mort dans les campagnes : les pratiques funéraires rurales (A. Smith et collab., p. 205-280), avec leur évolution à travers le temps.

  • Chap. 7 - Les populations rurales (A. Rohnbogner, p. 281- 345), analyse en fait selon les données d’anthropologie physique.

  • Chap. 8 - Les Conclusions (A. Smith et M. Fulford, p. 346-357).

  • 1 Et “habitat nucléé” (nucleated) pour “habitat dispersé” ; “broches” (brooches) pour “fibules”…

3NB : les lecteurs français se méfieront du résumé en français (p. XVII) qui est une transcription assez littérale et parfois maladroite du résumé en anglais (p. XVI), avec par exemple (§ 1 et fin § 3) “people” traduit par “peuplement”, prêtant ainsi à confusion entre la population courante de ces campagnes et la notion d’occupation du sol, parfois dénommé aussi peuplement en français (anglais “settlement”)1.

4Les titres de ces chapitres sont parfois un peu obscurs par rapport à leur réel contenu : l’approche globale reste somme toute assez classique pour une telle synthèse sur l’habitat rural, avec ces développements attendus sur la vie quotidienne, les cultes et la mort…

5Cependant, l’analyse des données anthropologiques, entre autres, assez développée, offre toutefois des perspectives nouvelles. Et, de manière moins conventionnelle, le propos veut mettre en exergue l’ensemble des protagonistes de cette économie agropastorale, dans la diversité de ses statuts et toutes classes confondues, en privilégiant le “peuple” par rapport aux élites plus souvent mis en lumière dans les précédentes synthèses sur les villae britanniques, et ce ici dans le cadre d’une “archéologie sociale” de la province. On aboutit ainsi à l’apparent constat que les basses classes de la société et donc l’essentiel de ces populations rurales sont celles qui semblent les plus pénalisées par les mutations sociales et culturelles induites par la conquête romaine et la présence militaire.

6Analysons d’un peu plus près les différents chapitres. Il est d’emblée à signaler que les données mises en œuvre dans ce volume (comme les deux précédents) sont fort opportunément accessibles sur : http://archaeologydataservice.ac.uk/​archives/​view/​romangl/​

7L’introduction nous informe donc sur les intentions et objectifs de ce volume, en détaillant le contenu des six chapitres d’analyse qui vont suivre, reprenant ainsi, de manière un peu plus détaillée (d’une à cinq pages), les indications du résumé qui la précédent.

8Au sujet des pièces de parures et tout particulièrement des fibules, T. Brindle propose une nouvelle typologie spécifique, de seulement en sept groupes, apportant d’intéressantes informations sur l’identité de leurs possesseurs, ceci surtout jusqu’au milieu du iiie s., avec une rupture culturelle nette pour leur usage au Bas-Empire. Je suis cependant un peu déconcerté par cette contribution, qui ne tient pratiquement pas compte de la chronologie, alors qu’à l’évidence l’usage et l’abondance de ces fibules ne sont pas exactement équivalents entre Haut et Bas-Empire (sans parler ici de la période préromaine) : elles sont exclusivement examinées par groupes – dont la pertinence pourrait d’ailleurs être discutée quant à leur fonctionnalité –, à travers de nombreux graphiques quantitatifs (histogrammes) et cartes, par grandes régions telles que définies dans le vol. 1 (Smith et al. 2016) et par type de site. La fonction sociale de la fibule est ainsi privilégiée, au détriment – à mon sens – d’une vision de l’évolution de l’usage de cet accessoire vestimentaire, y compris dans sa dimension sociale et culturelle.

  • 2 Le traitement spécifique des fibules et autres éléments de parure dans le précédent chapitre étant (...)

9Le mode de vie et l’environnement social sont ensuite examinés2, à travers les différentes catégories de bâtiments domestiques définies dans le vol. 2 (Allen et al. 2017). Ainsi est effectuée l’analyse de l’habitation, de son confort (dont chauffage et bains), de son décor – point peu développé – et de son mobilier domestique (dont pour l’éclairage ou les jeux) permettant de hiérarchiser cet habitat rural en fonction de son rang, de la plus modeste ferme à la plus somptueuse villa, d’une région à l’autre. Et l’alphabétisation est perçue par les graffiti et autres matériels d’écriture, en un tableau mitigé, tout en tenant compte en la matière de la proximité des villes et de l’administration. Parallèlement, pour l’alimentation et à la boisson, les informations restent chiches, alors qu’on verra plus tard (chap. 7) que la malnutrition est assez courante, au profit de la bonne alimentation de l’élite ; même si bien sûr les propriétaires fonciers sont vraisemblablement – comme en Gaule – des indigènes et non des Romains d’origine.

10Pour les informations données, dans les deux chapitres précédents, par les mobiliers – qu’il s’agisse de fibules, de luminaire ou de matériel d’écriture –, une autre question ne me paraît pas suffisamment prise en compte, celle du nombre de sites fouillés par catégories de site (par ex. entre agglomérations fortifiées, vici militaires, stations routières, villages, villae et fermes), ainsi que des surfaces (ou cubages) fouillés dans chacun de ces sites, également certainement très différents d’une catégorie de site à une autre ; ne serait-ce, par exemple, que parce qu’il y a de manière générale plus d’exploitations rurales en habitat dispersé (villae et fermes) que d’agglomérations, presque par définition. Les nombres “bruts” d’artéfacts, quels qu’ils soient, ne me semble donc pas constituer une donnée pertinente pour comparer les catégories de sites entre elles, en l’absence d’un tel “coefficient correcteur”.

11Pour les relations de cette société rurale à l’animal, domestiqué ou sauvage, quelques informations suggestives sont ensuite apportées : modifications notables, avec la romanisation, dans les pratiques d’élevage, en vue de l’approvisionnement alimentaire, qui à leur tour influent sur le système agropastoral et l’exploitation des terres. La demande prégnante des villes et garnisons militaires est soulignée. Et le rôle des chiens et chats change et se diversifie, la chasse, surtout pour les élites, se développe et la place du poisson et coquillages dans l’alimentation – influence méditerranéenne avec la romanisation et l’armée ? – s’accroit, notamment à la période tardive. Une évaluation de la chasse et de la pêche (surtout pour les poissons marins et les coquillages) est effectuée. Ici, pour les principaux animaux d’élevage, avec des méthodes quantitatives aujourd’hui bien rodées entre spécialistes de l’archéozoologie, les constats me paraissent mieux maîtrisés et donc certainement plus pertinents. Les comparaisons entre sites sont faites, classiquement mais efficacement, selon les pourcentages de bœuf, ovicapridés (mouton/chèvre) et porc – la triade habituelle – à laquelle est ajouté le cheval. Ceci renvoie bien entendu au chap. 3 (M. Allen) du vol. 2 concernant l’élevage. La poule semble le seul animal domestique qui ait été introduit de manière significative à la suite de la conquête.

  • 3 Ce qui nous renvoie, pour ces “condamnations”, à des pratiques qui commencent à être bien reconnues (...)

12Les pratiques religieuses, examinées ensuite, concernent d’ailleurs aussi ces animaux, avec dans ce domaine – comme en Gaule – une complémentarité entre les traditions religieuses indigènes et celle importées avec la conquête romaine, notamment bien sûr dans l’architecture des sanctuaires, soit “classiques”, soit plus souvent, du moins au début de la période romano-britannique, de type “romano-celtique” avec des petits lieux de culte à plan centré qu’en Gaule nous dénommons “fana”. La part de ces deux composantes culturelles est évaluée. En contexte domestique, sacré et profane se même de façon indissociable, comme il se doit. Des sanctuaires clairement associés à des villae sont présents. Et les dépôts cultuels de toute sorte sont analysés en détail ici, avec entre autres les dépôts de fondation ou d’abandon3, et de nouveau ici la prise en compte de certaines catégories de mobiliers, ainsi que des restes de faune (supra).

13Les pratiques funéraires sont bien quant à elles examinées dans leur évolution chronologique : celles-ci, après avoir été mixtes à l’âge du Fer, sont la crémation, qui domine durant le Haut-Empire, puis, comme en Gaule, l’inhumation – dominante mais non exclusive – qui s’y substitue dans l’Antiquité tardive. Les sépultures identifiées pour cette période sont bien plus nombreuses, les rapports avec la démographie locale restant toutefois difficiles à analyser. Les traditions introduites à ce titre par la conquête et en particulier les militaires sont examinés. Et quelques pratiques particulières (décapitation…) font l’objet d’un examen particulier. Les sépultures rurales sont clairement plus abondantes dans certaines des régions examinées que dans d’autres, avec aussi des différences dans leur forme. Et le mobilier funéraire, plus ou moins abondant, est également examiné, avec les dépôts de reste fauniques.

  • 4 Mais de préférence par des spécialistes dans ces domaines !

14Ces inhumations, donc essentiellement tardives, nourrissent ensuite l’analyse en anthropologie physique qui est menée sur les populations. On tente d’approcher les mouvements migratoires d’ethnies spécifiques, identifiées à partir des analyses isotopiques sur les ossements humains, qui fournissent aussi des informations sur l’état sanitaire (avec d’autres observations) ou l’alimentation et ses carences. Le corpus de données porte sur une petite part des ensembles examinés au chapitre précédent, avec 135 sites pour un peu plus de 5 000 corps inhumés (pour les seules régions Sud, Est et de la “Central Belt”). Outre les aspects supra, les âges au décès et les ratios par sexe sont bien sûr traités, en une analyse globalement très poussée où seule la pertinence de l’échantillonnage, en quelque sorte imposé, pourrait sans doute être discutée4.

15Ainsi, les conclusions s’orientent vers une vision mitigée des bienfaits de la conquête romaine, qui ne concerneraient que les élites de ces sociétés, au détriment de la majorité de la population de ces campagnes britanniques.

16On ressent en effet dans une certaine mesure dans cet ouvrage la conception négative de la “colonisation dominante” et de ces effets pervers telle que je l’avais perçue – encore plus alors – à la lecture de l’ouvrage de Mattingly 2006 : il est clair que pour une bonne part de nos collègues britanniques, la romanisation a été plus porteuse de méfaits que de bienfaits, alors que la tradition historiographique française pour la Gaule reste plus neutre quant au jugement de cette période historique, sans être forcément favorable à la “romanisation”, jugement qui a mon sens ne reste pas le rôle de l’historien ou de l’archéologue. Et les termes d’intégration et d’acculturation font remarquablement défaut…

  • 5 Où des synthèses sur des bases comparables existent.

17En outre, peut-être aurait-on pu esquisser, à travers ces différentes thématiques, quelques comparaisons avec des provinces romaines proches, par exemple les Gaules et plus particulièrement les plus proches provinces de Gaule Belgique ou Germanie Inférieure5 : cette ouverture n’est vraiment mise en œuvre ici qu’au sujet des pratiques funéraires, alors que les références (cf. bibliographie) pour l’ensemble de l’ouvrage restent assez strictement britanno-britannique…

  • 6 Pour d’ailleurs un volume de pages comparable, autour de 1500 p. (près de 1 400 avec les trois volu (...)

18Mais restons sur le constat, plus positif, que ce collectif de chercheurs a réussi en trois volumes et en trois ans à nous fournir une documentation finement analysée mais aussi synthétique. Ceci forme, pour les campagnes de la province de Britannia, un ensemble incomparable, si ce n’est – bien que réalisés selon des principes très différents – avec les deux récents volumes de synthèse des travaux de Rurland (Reddé 2017 ; 2018), pour toute la région – d’ailleurs proche – du Nord-Est des Gaules-Germanie6.

Haut de page

Bibliographie

Allen et al. 2017

Allen M., Lodwick L., Brindle T, Fulford M. et Smith A. - The rural economy of Roman Britain, ser. “New visions of the countryside of Roman Britain”, vol. 2, Britannia Monograph Ser. 30, Soc. for the Prom. of Roman Studies, Londres, 2017, XIX-436 p. (résumés anglais, français et allemand, p. xvii-xix).

Mattingly 2006

Mattingly D. - An Imperial Possession: Britain in the Roman Empire, 54 BC - AD 409, Penguin History of Britain, Allen Lane, Penguin Books, Oxford, 2006, xvi+622 p. (CR A. Ferdière, Antiquity, 79, 2, 2008 : 515-517).

Reddé 2017

Reddé M. (dir.) - Gallia Rustica. 1 - Le campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité Tardive, Projet “Rurland”, Mém. 49, Ausonius éd., Bordeaux, 867 p.

Reddé 2018

Reddé M. (dir.) - Gallia Rustica. 2 - Le campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité Tardive, Projet “Rurland”, Mém. 50, Ausonius éd., Bordeaux, 717 p.

Smith et al. 2016

Smith A., Allen M., Brindle T. et Fulford M. - The rural settlement of Roman Britain, ser. “New visions of the countryside of Roman Britain”, vol. 1, Britannia Monograph Ser. 29, Soc. for the Prom. of Roman Studies, Londres, 469 p. (résumés anglais, français et allemand, p. xxiii-xxv).

Haut de page

Notes

1 Et “habitat nucléé” (nucleated) pour “habitat dispersé” ; “broches” (brooches) pour “fibules”…

2 Le traitement spécifique des fibules et autres éléments de parure dans le précédent chapitre étant donc un choix d’exclusion de ceux-ci de cette sphère domestique (mode de vie), de manière assez arbitraire.

3 Ce qui nous renvoie, pour ces “condamnations”, à des pratiques qui commencent à être bien reconnues en Gaule.

4 Mais de préférence par des spécialistes dans ces domaines !

5 Où des synthèses sur des bases comparables existent.

6 Pour d’ailleurs un volume de pages comparable, autour de 1500 p. (près de 1 400 avec les trois volumes pour la Britannia, contre près de 1 600 avec les deux gros volumes pour la Gaule du nord-est).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Alexander Smith, Martyn Allen, Tom Brindle, Michael Fulford, Lisa Lodwick et Anna Rohnbogner - Life and Death in the Countryside of Roman Britain, vol. 3, Britannia Monograph Series, 31 », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 58 | 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/racf/3776

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

UMR 7324 CITERES-LAT, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page