Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Romuald Ferrette (dir.) - La villa des Alleux à Taden. Lectures archéologique et architecturale d’un établissement rural de la cité des Coriosolites

Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2018, 205 p. (coll. Archéologie et Culture)
Alain Ferdière
Référence(s) :

Romuald Ferrette (dir.) - La villa des Alleux à Taden. Lectures archéologique et architecturale d’un établissement rural de la cité des Coriosolites, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2018, 205 p. (coll. Archéologie et Culture)

Texte intégral

  • 1 Indication chronologique que le titre de l’ouvrage aurait sans doute dû signaler ; de même, l’indic (...)

1On a affaire à une publication monographique de villa gallo-romaine1 et – comme je l’ai souligné à plusieurs reprises dans ma rubrique rurale de la Revue Archéologique du Centre de la France – le cas est suffisamment rare pour être salué, face à l’avalanche de nouveaux établissements ruraux antiques plus ou moins exhaustivement fouillés en archéologie préventive sur le territoire métropolitain.

  • 2 À noter qu’auteur et collaborateurs (au nombre de cinq, pour des études spécialisées) sont 100 % In (...)

2L’établissement rural gallo-romain de Taden (Côtes-d’Armor) a été fouillé dans le cadre d’une opération préventive2. La villa n’est apparemment pas précédée d’une occupation gauloise (La Tène finale) et n’est sans doute en fonction qu’à partir du milieu du ier s. de n. è. Elle évolue ensuite, avec des bâtiments en matériaux durs seulement à partir de la fin de ce siècle, comme il est classique en Gaule intérieure. La phase la plus développée est, classiquement aussi, au iis., puis la ferme est ruinée et démantelée à partir du milieu du iiie s., comme il est également courant, sans trace d’occupation, même partielle, dans l’Antiquité tardive.

3Les vestiges sont particulièrement bien conservés et peu érodés pour un site aujourd’hui en milieu rural, ce qui a aidé à l’interprétation fonctionnelle des bâtiments mis en évidence et a autorisé une réflexion sur les partis architecturaux et les modules.

  • 3 Ceci – malheureusement à mon sens – selon la maquette graphique habituelle aux Presses Universitair (...)

4Le plan suivi est assez classique mais, pour les détails, doit être restitué en feuilletant l’ouvrage car la Table des matières, “sommaire”, présentée à la fin (p. 205) ne comporte, après Préface et présentation du “Cadre de l’étude” (p. 9-23), que les titres des quatre parties de l’ouvrage, sans les chapitres, sous-chapitres et paragraphes qui les subdivisent dans le corps du texte, ou aucun stade de cette hiérarchie n’est numéroté, ce qui ne facilite pas la consultation de l’ouvrage sur tel ou tel point particulier, par exemple3. Et les titres des 3e et 4e parties sont peu explicites de leur contenu réel.

  • Des premières occupations à la construction de la villa à double cour, p. 25-71.

  • La villa à double cour (Phase 4), p. 73-127.

  • Des derniers grands travaux à la disparition du paysage de l’établissement gallo-romain (Phases 5 à 8), p. 129-148.

  • L’établissement des Alleux en contexte, p. 149-188.

  • Ceci est suivi d’une courte Conclusion (p. 189-190), de la Bibliographie (p. 191-196, pour environ 175 titres) et de la Table des quelque 197 Figures.

  • 4 La publication étant donc éditée douze ans après la fouille, ce qui, dans le cadre actuel de l’arch (...)

5L’établissement se situe dans la cité des Coriosolites, à environ 2,5 km à l’est de l’agglomération antique de Taden, sur la tête l’estuaire-ria de la Rance, avec (cf. Fig. 6) une dizaine d’autres établissements dans l’arrière-pays de cette agglomération. Le chef-lieu de cité des Coriosolites, à Corseul-Fanum Martis, avec son sanctuaire extérieur du “Haut-Bécherel”, n’est qu’à environ 5 km à l’est, la voie Taden-Corseul à une quinzaine de kilomètres au nord. L’opération préventive a concerné environ 1 ha, pour la partie résidentielle de la villa, en 2005-20064.

  • 5 Pour l’essentiel (dont la céramique) étudié ici par L. Simon.

6Avec une approche fondée sur une sérieuse chronologie absolue (mobilier, surtout5) et relative (stratigraphie lato sensu), le phasage montre cinq étapes (phases) d’évolution et développement, de la 2e moitié du ier s. de n. è. à la 1re moitié du iiie s.

7Comme le montre le petit bilan proposé p. 20-23, cette fouille de villa s’inscrit dans un paysage breton d’étude des établissements ruraux fort honorablement développée, avec, notamment depuis les années 1990, d’assez nombreuses publications et même plusieurs fouilles programmées sur d’importantes villae (villa de “la Guillomeraie” à Châtillon-sur-Seiche, de “la Gare” au Quiou, ou de “Mané-Vechen” à Plouhinec).

8À noter [d’un point de vue critique –, à plusieurs reprise, l’utilisation du terme d’“occupation” au sens de site, comme il est malheureusement courant aujourd’hui dans le cadre de l’archéologie préventive et de son jargon, alors que ce terme est abstrait et concerne la manière et la durée selon laquelle un site est occupé ; et parallèlement, le terme de “site” signifie aujourd’hui “point d’intervention d’archéologie préventive”, comme on l’observe par exemple ici sur la figure 6, avec non moins de sept “sites” pour la seule agglomération de Taden qui est en fait le seul et unique vrai site.

  • 6 Les travaux récents sur ce type de construction, à la période laténienne et au début de l’époque ro (...)
  • 7 Si l’on en croit les TCA en comblement de ces tranchées de fondation de poteaux après leur abandon, (...)

9En phase 1 (40-70 de n. è.), seulement quelques constructions en matériaux périssables, sur poteau ou fondations en tranchée de rangées de poteaux (plutôt que les “sablières” enterrées indiquées)6 ; mais les toitures sont déjà en tegulae et imbrices7.

10Phase 2 : destruction de ces premières constructions puis établissement d’un premier bâtiment sur fondation de pierre, résidentiel, phase mal calée chronologiquement mais sans doute à placer à la toute fin du ier voire au début du iis. (70-100 ?), c’est-à-dire tard pour la construction “en dur” par rapport au reste de la Gaule.

11La phase 3 (iie s.) connaît plusieurs états : dans l’état 1, suivant sans doute de peu la phase précédente, agrandissement important de la partie résidentielle, maintenant avec trois ailes autour d’une cour ouverte au SE ; on y note un four de tuilier et un four à chaux, manifestement liés à cette importante phase de construction, comportant notamment un petit balnéaire. À l’état 2, seules quelques transformations, limitées, sont réalisées, dans un espace de temps qui reste encore difficile à distinguer des précédents (fin ier-début iie s.).

12À la phase 4 (2 états, toujours iie s.), le bâtiment résidentiel est encore développé, pour son aile nord-est, ainsi que de part et d’autre du corps central vers le nord-ouest, encadrant ainsi une seconde cour ouverte au nord-ouest (peu explorée par la fouille), dont la fonction s’avère plus de production ou stockage. Le balnéaire est ainsi développé, avec maintenant un décor pariétal peint qui a pu en partie être restitué. La cour sud-est est équipée d’un portique sur ses trois côtés. Une belle pièce de cuisine est établie, avec fours et la pièce 23 adjacente – probable triclinium – est munie d’un sol en opus sectile, de petits carreaux de terre cuite posés de chant et en épis (spicatum). Des modifications importantes sont en outre réalisées alors dans le corps central (au nord-ouest) de la résidence. De nouvelles modifications interviennent à l’état 2 de cette phase, et l’établissement atteint alors son apogée, autorisant la restitution des volumes de la partie résidentielle de la villa (G. Le Cloirec), avec une réflexion sur la fonctions des espaces, même si l’on a du mal à suivre complètement les hypothèses sur les modules, aboutissant notamment à une belle restitution 3D de l’ensemble de la villa pour cette phase (Fig. 135), ainsi que le la cuisine, du triclinium (Fig. 137-138), et du balnéaire sud (Fig. 140-141). Le mobilier céramique associé reste toujours en décalage avec les données de la chronologie relative, ne permettant pas la datation précise de cette phase 4.

13La phase 5 correspond à une mutation importante dans la fonction des différents espaces reconnus. La datation proposée est du milieu - 2e moitié du iis. (150-200).

14Ainsi, la phase 6 ne correspond plus qu’à de derniers indices d’occupation, sans traces nettes de fréquentation tardive de quelque importance, et à la destruction de l’établissement, avec une récupération importante des matériaux (pierre et terre cuite). Cependant, le fait que l’aile balnéaire soit remblayée par un important dépôt de matériaux de démolition interpelle quant à l’absence d’occupation postérieure : pourquoi remblayer cet espace si ce n’est pour le réaménager ? Le mobilier associé – toujours rare – indique quant à lui une datation sans doute jusqu’au premier tiers du iiie s (en tout cas avant 250).

  • 8 Ceci selon une autre habitude critiquable de l’archéologie préventive actuelle, qui aboutit à consi (...)

15Les phases 7 et 8, enfin, respectivement carolingienne-médiévale et moderne-contemporaine, n’ont plus rien à voir avec l’évolution de l’établissement gallo-romain8.

  • 9 Ce qui est aussi, dans une certaine mesure, le résultat des pratiques de l’archéologie préventive e (...)

16Cet établissement, à chacune de ses phases, a été adapté au mieux à la topographie du terrain. Il s’agit d’une villa de rang sans doute relativement aisé, si l’on en juge par la présence du balnéaire et des deux cours, ainsi que par les comparaisons faites avec d’autres villae d’Armorique (cf. Fig. 176 et 186), et notamment la villa périurbaine proche de “la Gauvenais” à Corseul. En l’absence surtout de la fouille des parties d’exploitation de cet établissement, ses productions restent malheureusement pour l’essentiel inconnues9. Deux couples de meules en grès ferrugineux de grande taille (p. 177) pourraient indiquer la présence d’un moulin hydraulique.

17Malgré le développement surfacique de la partie résidentielle (seule donc fouillée), le décor architectural reste cependant modeste, si ce n’est pour les bains (enduits peints seuls) et pour le sol en opus sectile spicatum du triclinium : l’absence de pavements mosaïqués ou encore de revêtements de marbre d’origine exotique est notable, avec le fait que les éléments de colonne mis au jour sont en granite régional. De même, aucune pièce exceptionnelle de mobilier ne vient à l’appui d’un statut particulièrement élevé pour cet établissement coriosolite proche du chef-lieu de cité, avec beaucoup d’autres (voir carte Fig. 197).

  • 10 L’une des régions les moins sinistrées, dans ces dernières décennies, quant à la fouille (préventiv (...)

18Quel que soit le rang de cette villa, il n’en reste pas moins qu’il faut très sincèrement saluer sa publication, peu d’années après la fouille préventive de sa partie résidentielle, offrant ainsi une belle, complète et suggestive monographie – assez exemplaire – d’un nouvel établissement rural gallo-romain d’Armorique10.

Haut de page

Notes

1 Indication chronologique que le titre de l’ouvrage aurait sans doute dû signaler ; de même, l’indication, en couverture et page-titre “sous la direction de R. Ferrette” est dans une certaine mesure erronée car l’auteur signe seul la totalité des chapitres, parfois avec collaborateurs et non co-auteurs.

2 À noter qu’auteur et collaborateurs (au nombre de cinq, pour des études spécialisées) sont 100 % Inrap.

3 Ceci – malheureusement à mon sens – selon la maquette graphique habituelle aux Presses Universitaires de Rennes.

4 La publication étant donc éditée douze ans après la fouille, ce qui, dans le cadre actuel de l’archéologie préventive, peut être considéré comme une prouesse.

5 Pour l’essentiel (dont la céramique) étudié ici par L. Simon.

6 Les travaux récents sur ce type de construction, à la période laténienne et au début de l’époque romaine, tendent à renoncer à l’interprétation de ces creusements linéaires comme des empreintes de sablières basses pour une construction en pans de bois et terre qui, ainsi enterrées, sans solins, n’auraient pu se conserver très longtemps.

7 Si l’on en croit les TCA en comblement de ces tranchées de fondation de poteaux après leur abandon, en phase 2.

8 Ceci selon une autre habitude critiquable de l’archéologie préventive actuelle, qui aboutit à considérer ces éléments récents comme des “phases” réelles du fonctionnement de l’établissement, alors qu’il n’en est rien.

9 Ce qui est aussi, dans une certaine mesure, le résultat des pratiques de l’archéologie préventive et de ses prescriptions…

10 L’une des régions les moins sinistrées, dans ces dernières décennies, quant à la fouille (préventive mais aussi programmée) de villae et établissements ruraux, ainsi qu’à leur publication, assez constante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Romuald Ferrette (dir.) - La villa des Alleux à Taden. Lectures archéologique et architecturale d’un établissement rural de la cité des Coriosolites », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 58 | 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/racf/3785

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

UMR 7324 CITERES-LAT, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page