Navigation – Plan du site

Tracéologie du bois d’époque médiévale

Essai de méthodologie pour l’équarrissage par percussion des bois de charpente
Traceology of wood in the Middle Ages. A test methodology for woodworking of timber frames
Manuel Porcheron

Résumés

S’intéresser à la tracéologie du bois, c’est se poser la question du geste technique des bûcherons/charpentiers, afin d’identifier les processus de fabrication qui s’expriment dans des mises en jeu corporelles. Les objectifs de cet article consistent à poser les bases d’une méthodologie spécifique de la tracéologie relative à l’équarrissage des bois du Moyen Âge grâce à une relation entre les traces archéologiques et traces expérimentales. L’ensemble a pour but une meilleure connaissance de ces bâtisseurs, des gestes et techniques, pour permettre de révéler des outils, des niveaux de pratique et des invariants techniques. La clarification des termes utilisés permet une vision précise des concepts et des mots. Il en est de même dans les qualifications des traces : cupules, arrachements, tranchants, brèches…Cette typologie permet de mettre en évidence des caractéristiques généralisables pour, à terme, établir un référentiel en fonction des différentes caractéristiques. Dans la méthodologie proprement dite, il convient de voir comment les traces sont relevées, dans les charpentes et sur les lieux d’expérimentation. Plusieurs aspects sont abordés, autant dans les éléments à relever que dans la manière de les relever. Une méthodologie complémentaire, spécifique aux expérimentations, est ensuite exposée afin de la rendre plus concrète. Pour terminer, sont présentés des exemples de liens entre les données archéologiques et expérimentales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Toute étude tracéologique se doit de commencer par une étude du bâti préalable, son histoire et son environnement, mais aussi de procéder à une étude des bois de construction, leur provenance, leur essence et enfin de connaître les phases de mise en place, de reconstruction éventuelle, de réemploi de parties de la charpente. Ces différents éléments peuvent avoir, à un niveau ou à un autre, une influence sur les traces produites, leurs formes, leurs profondeurs, etc.

2S’intéresser à la tracéologie du bois, c’est se poser la question du geste technique des bûcherons/charpentiers, mais aussi de leurs outils. “ Pour cela il est nécessaire de mettre en place une lecture croisée des matériaux et des objets [...] Tous ces corpus permettent de saisir le geste technique ” (Mille et Petit 2014 : 43). Concrètement “ la tracéologie est une discipline qui s’appuie sur la comparaison de traces obtenues expérimentalement à celles observées sur le matériel archéologique ” (Coudenneau 2007 : 59). Cela permet de révéler des processus de fabrication qui s’expriment dans des mises en jeu corporelles identifiables partiellement ou plus ou moins complètement selon les séquences gestuelles.

  • 1 Situé dans l’Yonne, Guédelon est un chantier de construction d'un château médiéval qui expérimente (...)

3Les objectifs de cet article consistent à poser les bases d’une méthodologie spécifique de la tracéologie relative à l’équarrissage des bois du Moyen Âge grâce à une relation entre traces archéologiques et traces expérimentales. Cela se fera en transposant et en adaptant les méthodologies de la tracéologie lithique et en faisant apparaître des spécificités liées au bois ainsi qu’en utilisant les expérimentations faites sur le site de Guédelon1. On verra aussi pourquoi et comment mettre en place celles-ci au regard des interrogations liées aux traces archéologiques.

4L’ensemble a pour but une meilleure connaissance de ces bâtisseurs, de leurs gestes et techniques, voire des chantiers de construction. Par exemple, on ne sait toujours pas aujourd’hui si les charpentiers du Moyen Âge utilisaient des haches ou des doloires. Seuls, des éléments iconographiques sont utilisés pour trancher entre ces deux outils. Et certaines reconstitutions ethnologiques utilisent à priori des doloires. Il s’agit donc, ici, d’apporter des éléments d’analyse qui offrent des éléments de réponse en posant des bases méthodologiques rigoureuses.

5Et cela s’avère d’autant plus nécessaire que l’état des connaissances, pour la tracéologie du bois en général et pour l’action d’équarrissage en particulier, est extrêmement ténu. La conséquence du peu de travaux est d’avoir surtout des études qui traitent d’autres matériaux, telle la pierre, et d’autres périodes que celle du Moyen Âge.

6S. A. Semenov, depuis sa publication “ Prehistoric technology ” en 1964, est considéré comme le père fondateur de la tracéologie, même si, paradoxalement, il n’emploie jamais le mot lui-même. Il s’est essentiellement attaché aux artefacts préhistoriques et particulièrement aux analyses sur les pierres, surtout le silex, même s’il parle, à la marge, de l’os, de la céramique, du métal ou des bois de cervidés (Semenov 1964 : 6). C’est d’ailleurs toute la spécificité de la tracéologie actuelle qui est ici résumée, puisqu’il n’en est question principalement que pour l’époque préhistorique. La tracéologie, sans en refaire l’histoire, déjà réalisée par ailleurs, a donc débuté à partir de l’analyse du silex (Torchy 2011 : 243).

7D’autres chercheurs, spécialisés dans l’étude lithique et pour la période préhistorique, suivirent le chemin esquissé. H. Plisson plaide pour une analyse de l’action des outils en pierre, dans leur relation à la matière et leur endommagement lié à l’usage (Plisson 1993 : 15-19). Il se réfère à A. Leroi-Gourhan pour la chaîne opératoire, et fait le lien avec les gestes. Plus récemment E. Claud défend l’idée, pour les bifaces, de l’obligation de l’expérimentation comme base méthodologique de la tracéologie (Claud 2008 : 546). C. Guitterez Saez, pour les outils préhistoriques en pierre, indique, elle aussi, la nécessité de l’expérimentation pour établir des collections de référence de traces à comparer à celles archéologiques (Guitterez Saez 1993 : 478-487).

8Enfin, J.-C. Bessac, toujours dans le domaine de la pierre, mais cette fois pour le Moyen Âge, énonce les prémices d’une méthodologie cette fois appliquée à l’archéologie du bâti. Il souligne la nécessité d’aller au-delà de l’analyse typo-chronologique pour aborder la perspective de l’anthropologie de la construction (Bessac 2005 : 53-61).

9Concernant le bois, on recense d’une part des articles de type monographique sur des édifices spécifiques (Pousset, Locatelli et Lavier 1990 : 257-295), mais il est souvent surtout question de dendrologie plus que de tracéologie. D’autre part certaines publications renvoient à une analyse tracéologique mais qui ne concerne pas l’équarrissage à proprement parler (Mille 1992 : 79-89). Il en est de même pour les gestes quand ceux-ci sont mentionnés.

10R. Méreuze et Cl. Alix proposent une approche méthodologique à travers l’enregistrement des données par photogrammétrie et analyse en 3D pour des objets en bois (Méreuze et Alix 2016). Un article récent de F. Épaud, aborde aussi une approche méthodologique à partir de la photogrammétrie spécifiquement appliquée à l’équarrissage (Épaud à paraître). L’approche la plus complète au niveau expérimental, même si elle est essentiellement praxéologique, est certainement celle de P. Ruzicka, J. Blaha et K. Janak (2008 : 120-139). Ils étudient les traces d’outils relevées expérimentalement en s’inspirant largement du travail de S. A. Semenov. Ce sont aussi les seuls avec F. Épaud qui s’intéressent particulièrement à l’équarrissage. La généralisation est cependant peu référencée en matière d’expérimentation scientifique.

11Outre cela, précisons que les travaux sur le matériel lithique ont une double caractéristique qui est de s’intéresser aux traces d’usure faites sur l’outil par la matière sans disposer de celle-ci (ex : racloir et peau). C’est une spécificité qui se situe à l’opposé de ce que nous pouvons faire pour le travail de l’équarrissage du bois en contexte archéologique. En effet les outils d’équarrissage du bois, qu’il s’agisse de hache ou de doloire, sont quasiment absents des corpus et quand ils sont présents, ils sont trop dégradés pour y lire les stigmates en rapport avec l’utilisation de l’outil. En revanche, la matière travaillée, elle, est conservée (ex : hache et poutre). Nous n’avons que des traces d’utilisation des outils sur le bois, c’est-à-dire des traces de fabrication. Cependant, la logique méthodologique utilisée dans le domaine lithique reste globalement valable pour le bois.

12Les travaux de S. A. Semenov, premières réflexions réellement articulées sur la tracéologie, correspondent à un moment où l’expérimentation archéologique est déjà à l’œuvre depuis des années en Europe, mais sans la dimension scientifique introduite par S. A. Semenov. Son approche est intéressante dans la mesure où, au-delà des aspects méthodologiques, il conçoit la tracéologie comme le fait “ d’aller au-delà de simples tours de main à décrypter, pour une véritable vision anthropologique des faits techniques qui permet de comprendre l’organisation et l’évolution des collectivités humaines du passé ” (Semenov 1964 : 197). La tracéologie ne consiste donc pas seulement à repérer des traces pour simplement nommer des actions, des activités ou encore des fonctions mais nécessite d’envisager l’organisation corporelle individuelle ou collective dans une perspective liée à des stratégies d’actions (Guitterez Saez 1993 : 479).

13Plutôt que de parler de tracéologie, J.-M. Pailler nous propose l’ichnosophie, science réfléchie de la trace, du grec ichnos, empreinte de pas, de trace (Pailler 2013 : 363-380). Outre la nouveauté du mot, ce qui est plus intéressant est la perspective que lui donne l’auteur en disant que “ le monde de la trace a remplacé celui de l’objet comme horizon de recherche ” (Pailler 2013 : 368). Effectivement, au-delà de la compilation d’objets, il est désormais nécessaire de s’intéresser aux personnes qui ont fait l’objet et à la manière dont ils l’ont fabriqué, avec quels outils, pour quelle fin… pour ne pas en rester à des typologies d’objets uniquement.

14Les seuls témoins archéologiques dont nous disposons sont donc des traces laissées dans le bois par une suite de gestes. Cet article aborde la question des traces d’équarrissage archéologiques et expérimentales, uniquement celles réalisées par la percussion d’une hache ou doloire, sous l’angle méthodologique afin de permettre ensuite de révéler des outils, des niveaux de pratique et des invariants techniques de l’équarrissage.

15Nous proposons donc la construction d’une méthodologie à partir de relevés des différentes dimensions des traces d’outils constituant ainsi une base explicite nécessaire à l’interprétation. Il sera possible ensuite de construire un référentiel, permettant la comparaison, basé sur une analyse parallèle des traces expérimentales et archéologiques.

16En l’état actuel des connaissances, il n’est pour le moment pas possible de trancher entre l’utilisation de haches ou de doloires. Cette approche méthodologique permettra de distinguer les traces spécifiques de l’un ou de l’autre outil.

17Cet article s’articule d’abord autour d’éléments de terminologie, suivis de l’anatomie d’une trace, typologie et référentiel de traces pour le bois. Enfin, les méthodologies, générale et spécifique, seront détaillées dans la présentation des méthodes de relevés afin d’envisager ensuite des exemples sur les processus de fabrication grâce à la comparaison entre les traces expérimentales et celles archéologiques.

Question de terminologie : le cas spécifique de l’équarrissage des bois de charpente

18Toute méthodologie nécessite de commencer par une clarification des termes utilisés afin de permettre une vision précise des concepts.

Le processus d’équarrissage

19Équarrir les troncs d’arbres constitue l’activité majeure des bûcherons/charpentiers. Pour passer d’un profil rond à un profil quadrangulaire, il faut aplanir les faces par enlèvement d’éclats sur les quatre côtés. Le but est de fabriquer les différentes pièces composant la charpente. Différentes étapes sont nécessaires pour y parvenir dans le cas d’un équarrissage à la hache ou à la doloire.

20Le processus d’équarrissage s’inscrit dans la chaîne opératoire, notion vulgarisée par A. Leroi-Gourhan (1992 : 61), qui peut succinctement être décrite ici comme une succession d’opérations de la matière brute au produit fini. Ces opérations sont : le choix de l’arbre, son abattage, éventuellement son transport, sa mise sur cales ou tréteaux, son délignage, son crantage, son dégrossissage, son aplanissage, son déplacement, son traçage, son levage, sa mise en place et son assemblage. En simplifiant, on peut décomposer cette chaîne opératoire en cinq étapes pour mieux y situer l’équarrissage (Fig. 1).

Fig. 1 - La situation de l’équarrissage dans la chaîne opératoire globale de production d'une poutre.

Fig. 1 - La situation de l’équarrissage dans la chaîne opératoire globale de production d'une poutre.

Clichés M. Porcheron

21L’équarrissage est sans conteste la phase la plus importante puisque c’est à ce moment-là que le rendu plat et lisse du produit acquiert son aspect définitif et ses dimensions suivant un cahier des charges préalablement établi. Dans ce but principal, l’équarrissage d’une bille, à proprement parler, peut se décomposer en sous buts dans un processus qui peut se résumer en quatre étapes (Fig. 2 et 3).

Fig. 2 - Processus d’équarrissage d’un tronc.

Fig. 2 - Processus d’équarrissage d’un tronc.

Clichés M. Porcheron

Fig. 3 - Carte heuristique du processus d’équarrissage d’un tronc.

Fig. 3 - Carte heuristique du processus d’équarrissage d’un tronc.

M. Porcheron

22Dans un premier temps, la phase de traçage permet de marquer sur les deux abouts de la poutre la section que l’équarrisseur souhaite obtenir puis de les relier en traçant les futures arêtes au cordeau. Un écorçage partiel est parfois pratiqué avant le traçage pour mieux marquer ces arêtes.

  • 2 Le crantage, l’engobage (Hurè 2013) ou entaillage (Ruzicka, Blaha et Janak 2008 : 120) est regroupé (...)

23Après quoi l’artisan commence l’étape d’ébauchage qui se résume à une phase de crantage puis de dégrossissage (ou d’éclatage de l’aubier)2. Le crantage consiste à entailler la grume pour faciliter ensuite le travail de dégrossissage. Des encoches sont ainsi réalisées à la hache à partir de deux coupes, l’une provenant de la droite et l’autre de la gauche. Ces crans perpendiculaires au tronc le divisent ainsi en segments plus courts qui permettent ensuite de pratiquer des enlèvements de longueurs réduites qui ne filent pas ou ne se bloquent pas dans les nœuds. Ces crantages sont donc pratiqués plus ou moins régulièrement le long de la grume en fonction de sa morphologie.

24Les traces réalisées lors de cette étape sont souvent effacées par la finition sauf lorsqu’elles ont été faites trop profondément, dépassant le plan de la ligne horizontale, marquée par la trace du cordeau, et le plan vertical de la face équarrie (Fig. 4). Ces traces ont souvent l’aspect d’une entaille triangulaire, pointe vers le bas, ou d’une entaille aux deux côtés parallèles. Ce crantage, que l’on pourrait qualifier de crantage bilatéral, préconisé dans le traité de charpenterie de Jousse (1702), est aussi visible dans bon nombre d’iconographies. Les plus anciennes traces de ce type connues datent de 1487 (Jousse 1702 : 12). On peut aussi assister à ce que l’on pourrait appeler un crantage unilatéral. L’équarrisseur fait un passage simple, en donnant des coups dans un seul sens sur toute la face, puis revient trancher ponctuellement dans l’autre sens, pour corriger les parties bombées ou le surplus de matière.

Fig. 4 - Traces de crantage bilatéral et unilatéral (expérimentation Guédelon 2017 et dessin d’une phase de crantage.

Fig. 4 - Traces de crantage bilatéral et unilatéral (expérimentation Guédelon 2017 et dessin d’une phase de crantage.

Cliché M. Porcheron ; dessin d’après E. Bouticourt 2016, gravure sur bois 1487

25Le dégrossissage, lui, consiste à enlever de la matière, les “ gobets ” (Hurè 2013), tronçons de dosses, ce qu’on appelle plus communément l’éclatage de l’aubier, morceaux situés entre deux entailles. Après cette étape, l’ébauche est transformée en une préforme dont la qualité sera déterminante dans l’aspect de la poutre finale.

26L’étape suivante, l’aplanissage, consiste à réaliser des faces les plus planes possible au regard du traçage et de la verticale de la face. L’aplanissage nous intéresse particulièrement, car c’est surtout lui qui laissera les traces utiles à l’interprétation archéologique. Les éclats sont très gros lorsqu’il s’agit des “ gobets ” dans la phase d’ébauchage, ils sont très fins lors de l’aplanissage. Ces différentes étapes ont chacune une fonction différente dans le processus de fabrication de la préforme qui donnera un produit fini plus ou moins régulier, plus ou moins lisse et droit.

La percussion

27La percussion, selon B. Bril, peut être décrite par trois phases : une montée de l’outil, une descente de l’outil et une phase de contact avec la matière (Bril 1991 : 72), auxquelles on pourrait ajouter, dans le cas de l’équarrissage, une descente après contact.

28Pour A. Leroi-Gourhan (1992 : 22) et A. G. Haudricourt (1987 : 81), la percussion peut être :

29– lancée ou tenue (au moment de l’impact) et non jetée car l’outil reste en main ;

30– linéaire pour la surface de contact, avec un tranchant en forme de ligne ;

31– longitudinale, puisque l’axe de projection est parallèle à l’axe du tranchant.

32On peut donc parler de percussion lancée (avec élan), linéaire, longitudinal pour une hache, ou oblique/diagonale pour la doloire (axe de projection). Le terme oblique est plutôt utilisé par A. Leroi-Gourhan pour qualifier l’angle d’entrée en contact avec la matière, angle formé par le plan du tranchant de la hache et le plan de coupe de la poutre. A. G. Haudricourt parle de la doloire comme d’un cas intermédiaire entre l’herminette et la hache, mais il ne qualifie pas l’orientation du tranchant par rapport au manche (Haudricourt 1987 : 81). Il semble pertinent de l’appeler diagonale compte tenu du critère d’orientation du tranchant par rapport au mouvement ou si l’on tient uniquement compte de l’axe du manche par rapport au plan de frappe. L’un prend comme critère la surface, l’autre l’axe de projection (Fig. 5).

Fig. 5 - Percussion pour une hache et pour une doloire

Fig. 5 - Percussion pour une hache et pour une doloire

Clichés M. Porcheron

33Outre les caractéristiques de cette percussion lancée, on peut la décrire ainsi : après une prise d’élan de l’outil, généralement tenu à deux mains, celui-ci vient percuter l’une des faces latérales de la poutre pour détacher des éclats à partir du tranchage par la lame des fibres ligneuses au point de contact, puis freinage de l’outil et nouvelle prise d’élan.

34La connaissance des habiletés spécifiques de l’équarrissage implique de connaître la temporalité, la spatialité et l’organisation physique du corps.

Les traces

35“ Toute action d’un outil sur un objet a pour but son altération, sa transformation en une forme dessinée par l’homme, sa fragmentation. Par frottement dû au glissement ou au déplacement de la partie active de l’outil contre l’objet, des traces sont formées ” (Semenov 1964 : 17). Ces traces ne sont que la conséquence de ces actions qui permettent de les analyser et de les décrypter. Elles sont en effet les seuls témoins physiques.

36Les traces, que l’on peut qualifier aussi d’empreintes, “ sont donc le produit du geste d’un instant qui a laissé durablement sa marque dans la matière ” (Pailler 2013 : 364). Outre l’empreinte, d’autres termes sont parfois rencontrés suivant les époques et les contextes : rayure, striation, entaille, éraillure, cicatrice, brèche, impression, échancrure, éraflure, etc.

37Les qualificatifs de ces traces sont nombreux et viennent aussi préciser leur nature. Il est nécessaire tout d’abord de distinguer les traces liées à la fabrication de celles liées à l’utilisation (Mille et al. 2014), ou dit autrement, traces technologiques (fabrication de l’outil, enlèvement d’affûtage) et traces d’utilisation (esquilles dues à la pratique) (Claud 2007 : 53). On rencontre aussi les termes de traces primaires et de traces secondaires (Semenov 1964 : 6). C’est-à-dire que les premières (fabrication, technologique) renvoient aux tranchants des outils, à leurs longueurs ; les secondes (utilisation) renvoient aux marques et usures de l’objet, parfois inappropriées ou inhabituelles, repérées sur l’outil permettant d’en reconnaître la fonction.

38Quand l’objet analysé est l’outil lui-même, on a, dans le cas de l’équarrissage au Moyen Âge, peu de choses à apprendre du fait de sa conservation souvent très mauvaise sauf à y voir confirmé parfois des brèches sur le tranchant. Les notions de traces de travail, d’usages, d’usures (sur l’outil) (Semenov 1964 : 13) indiquent le caractère du matériau travaillé, ses propriétés mécaniques et structurelles, la direction du mouvement de l’outil. E. Claud parle alors de macro-traces (esquilles) et micro-traces (polis) sur l’outil (Claud et al. 2009 : 2).

39Si cet objet est la poutre sur laquelle ont été faites ces traces, on pourra reconnaître leurs orientations, leurs emplacements, leurs profondeurs, leurs longueurs, leurs hauteurs et leurs nombres. Ces traces, pour le bois médiéval, se nommeront alors splintermark, cupules, arrachements et stries. “ Les traces de travail dans leur ensemble reflètent la cinématique de l’action de la main et les stries représentent des parties de chemin de l’outil dans son mouvement. ” (Claud et al. 2009 : 13).

40S. A. Semenov repère les traces de premier ordre (tailler, hacher, scier), des traces de deuxième ordre (marque de copeaux, bosse), traces actives, liées à l’utilisation ou passives, liées à la manufacture, mais qui peuvent aussi relever de la préhension, du transport ou du levage et de sa mise en œuvre (Semenov 1964 : 17).

41Des éléments intrinsèques ou extrinsèques vont influer sur les traces obtenues. En ce qui concerne la matière elle-même, l’essence du bois, suivant sa densité ou masse volumique, va modifier l’enfoncement de l’outil et la longueur des traces obtenues. Le chêne, essence de prédilection des charpentes septentrionales, a une densité de 0,71 en moyenne (Benoit 2008 : 25), mais pour une même espèce, celle-ci peut varier avec les conditions de croissance suivant qu’il s’agit d’un arbre issu de taillis sous futaie ou d’une futaie dense. Quoi qu’il en soit plus un arbre aura poussé vite, plus les cernes seront larges et la texture sera élastique (Hurè 2019). Il sera plus compliqué de réaliser une face plane, les coups qui marqueront le bois seront plus nombreux du fait de la difficulté à trancher la fibre.

42Nous savons aujourd’hui que les bois étaient équarris encore verts au Moyen Âge (Mille 1996 : 166), et l’humidité des bois au moment de l’équarrissage est un élément important quant à la nature des traces produites. En effet, l’on sait que plus un bois est sec plus il est dur et difficile à équarrir et plus l’artisan laissera de traces qui vont définitivement marquer le bois. De plus, ces traces seront plus courtes du fait de la plus faible pénétration de l’outil dans le bois. Même si l’on sait que d’une manière générale “ les artisans médiévaux travaillaient le bois frais ou ressuyé avant le point de saturation qui se situe à environ 30 % d’humidité ” (Mille 1996 : 166). Ce sont des paramètres à ne pas négliger dans l’analyse des traces. Une expérimentation sur le sujet est prévue pour 2020.

43Enfin, des traces parasites (telles que les griffures d’oiseaux fréquentes dans les charpentes), l’érosion (vent, humidité, etc.) peuvent affecter les micro-reliefs des traces sur le bois et en perturber la lecture qualitative et quantitative. L’érosion serait, entre autres, intéressante à pouvoir évaluer pour savoir par exemple le nombre de traces originelles au mètre linéaire.

44En résumé pour le bois, nous avons à disposition surtout des traces sur l’objet fabriqué et rarement des traces sur l’outil qui a fabriqué cet objet. Les traces, archéologiques et expérimentales, sont faites par une percussion lancée qui provoque des enlèvements de matière sur l’objet fabriqué ; la comparaison de ces traces va nous renseigner sur les gestes effectués.

Les outils : hache ou doloire

45Les outils principaux de l’équarrissage sont la hache et la doloire ; accessoirement on rencontre des traces de scie. Ces dernières traces sont facilement identifiables et ne peuvent se confondre avec les traces de hache ou de doloire. En revanche, la distinction sémantique entre hache et doloire n’est pas toujours unanime chez tous les auteurs. Certains parlent de haches asymétriques pour les doloires, par exemple. On peut dans un premier temps dire que l’on parle de hache lorsque le tranchant est formé de deux biseaux et de doloire lorsqu’il n’y en a qu’un, souvent accompagné d’un déport du manche(Boucard 2002 : 82 et Raynaud 2002 : 20). Les traces entre ces deux outils sont pourtant différentes puisque le coup est porté avec plus d’obliquité pour une hache et de manière presque verticale pour une doloire du fait de son unique biseau (Fig. 6). De plus, un équarrisseur lorsqu’il utilise une doloire, ne peut l’utiliser, et donc produire des traces idoines, que selon la manière exclusive dont a été conçu cet outil. En revanche, une même hache peut être utilisée autant par un gaucher que par un droitier qui peut se retourner et travailler comme un gaucher en inversant la position de ses mains, pour des raisons liées au bois ou à son environnement proche.

Fig. 6 - Trajectoire d’une hache (à gauche) et d’une doloire (à droite).

Fig. 6 - Trajectoire d’une hache (à gauche) et d’une doloire (à droite).

Dessin de P. Ruzicka (2008)

46Les haches, qui servent à aplanir, sont différentes du point de vue de la forme de celles qui sont utilisées pour préparer la bille. Comme ces traces sont effacées par l’aplanissage nous n’en avons pas de témoins archéologiques, seulement des représentations iconographiques ou ethnologiques.

47La forme des outils utilisés pour aplanir varie également suivant les différentes périodes du Moyen Âge. On repère des outils plutôt rectangulaires et horizontaux aux xiie et xiiis., puis les formes se verticalisent et s’affinent dans les siècles suivants. La longueur des tranchants est également variable, l’iconographie en témoigne également abondamment (Porcheron à paraître) (Fig. 7).

Fig. 7 - Différents types d'outils suivant les périodes du Moyen Âge.

Fig. 7 - Différents types d'outils suivant les périodes du Moyen Âge.

Dessin d'après Spannier J, Doloires X-XVII Recherches et dessins 2007, Pepange (non publié)

Anatomie de la trace

48L’objectif de cette partie est de cerner d’abord les types de traces génériques que nous pouvons rencontrer dans une charpente afin de toutes les sérier. Puis il s’agit d’identifier toutes les déclinaisons que peut prendre chacune de ces traces en fonction d’éléments complémentaires tels que leur orientation, les brèches…pour construire un référentiel.

Typologie

49La méthode d’investigation des traces, c’est-à-dire l’activité de lecture et de comparaison, nous permet de dire que ces traces sont multiples et composées de plusieurs caractéristiques.

50Ces caractéristiques sont les suivantes (Fig. 8) :

Fig. 8 - Caractéristiques des traces sur les bois archéologiques ou sur les bois expérimentaux de Guédelon.

Fig. 8 - Caractéristiques des traces sur les bois archéologiques ou sur les bois expérimentaux de Guédelon.

Clichés M. Porcheron

51– La splintermark, (Ruzicka, Blaha et Janak 2008 : 120), littéralement marque d’éclat ou trace de la lame, peut aussi être nommée trace du tranchant. Elle se présente comme un léger relief très acéré, légèrement courbe et à l’orientation variable suivant le niveau d’expertise de l’équarrisseur et sa position par rapport à la poutre. Cette marque est laissée par le tranchant de l’outil en fin de trajectoire et est caractérisée par une longueur et une épaisseur variable en fonction de la forme de l’outil et de la longueur du tranchant. Des barbilles peuvent aussi être présentes, visibles souvent uniquement à la loupe. Lorsque la trace est verticale, ces barbilles prennent plus la forme d’éclats encore attachés au tronc. En effet, la technique utilisée pour produire de telles traces nécessite d’être debout sur le tronc avec une hache à long manche. Parfois, l’artisan plante l’outil dans le bois et ne reprend pas exactement au même endroit, du fait du balancier important, comme pourrait le faire une hache maniée pour un équarrissage horizontal sur tréteaux. Cela laisse des zones imparfaitement coupées.

52– Les brèches, concomitantes de la trace du tranchant, proviennent des irrégularités du tranchant et de son glissement sur la face du bois. Ce sont des micro-cassures du tranchant de l’outil, qui donnent de fines lignes parallèles quand elles sont plusieurs, généralement légèrement incurvées. Ce sont des signatures singulières laissées par l’outil, appelées également “ code-barre ”. Elles ne sont pas toujours présentes, car la dégradation des surfaces les fait souvent disparaître tant elles sont ténues. “ Elles peuvent être comparées aux marques laissées par un pinceau plongé dans une peinture épaisse ” (Ruzicka, Blaha et Janak 2008 : 121). Elles sont capitales pour déterminer la latéralisation des équarrisseurs ainsi que la hauteur de la station d’équarrissage.

53– Les cupules sont des creux peu profonds dus soit au bombé des joues de l’outil et à l’épaisseur du double biseau pour les haches, soit à l’arrondi longitudinal de leur tranchant pour les doloires. La trajectoire de l’outil n’étant jamais tout à fait verticale, même pour une doloire, il prend la forme d’un arc transversal. Au moment du contact avec la face à équarrir, cela engendre un creux plus ou moins marqué. Si elles ne participent pas directement à la différenciation des outils, les cupules restent malgré tout un élément intéressant à connaître pour le profil général de l’outil.

54– Les traces du talon ou de la pointe de l’outil forment une trace complémentaire au tranchant qui dessine un angle ; les deux sont rarement présents ensemble et sont, somme toute, assez rares en général. La présence de l’un ou l’autre permet d’identifier le sens de progression de l’équarrissage et peut contribuer aussi à reconnaître aussi la latéralisation manuelle.

55– Les traces de crantage sont rarement visibles sauf en cas d’imprécision de l’équarrisseur qui dépasse alors le plan vertical virtuel de la future face aplanie. Elles sont donc souvent enlevées par la phase finale de l’équarrissage. Elles ont une forme oblongue et triangulaire, pointe en bas, perpendiculaire à l’axe longitudinal de la poutre pour le crantage double. Elles sont toujours réalisées à la hache et seul le fond de cette entaille est parfois conservé. Pour un crantage simple, on aura une trace unique verticale et assez profonde et creuse.

56– Les arrachements correspondent à un enlèvement horizontal de matière de la longueur de la trace, plus profond que les cupules mais moins étendu en surface et plus irrégulier. Ils se substituent souvent à la splintermark. Ils ne sont pas systématiques et dépendent aussi de la nature du bois, une croissance rapide entraînant plus d’arrachements, et/ou du type d’outil.

Référentiel

57“ L’expérimentation constitue l’une des bases méthodologiques des études fonctionnelles ou tracéologiques, puisqu’elle permet d’établir des référentiels de traces dont l’origine est réputée susceptible de pouvoir être comparée avec les stigmates présents sur le matériel archéologique [...] Le référentiel constitue une première étape dans la documentation des traces ” (Claud et al. 2009 : 2 et 8). Le but est d’avoir une collection de traces la plus exhaustive possible avec ses conditions de production pour les traces expérimentales, en fonction des variables telles que : outils, niveau de l’expérimentateur/artisan, humidité du bois, densité du bois, courbure de la pièce, etc. La connaissance précise des conditions de production permet d’interpréter de manière univoque ou plurielle les traces archéologiques en les croisant, si besoin, avec l’iconographie médiévale.

58Pour lire les traces, il faut se mettre dans la position de l’observateur qui regarde une poutre en place dans la charpente face à lui, de bas en haut pour les pièces verticales. Pour les pièces obliques, il faut les rapporter à l’horizontale. Pour les faces internes, on se positionnera par convention, avec le début de la construction de la charpente, attesté par la numérotation, dans son dos. On relève, en l’état actuel des connaissances, les traces suivantes (Tabl. 1), autant pour les données archéologiques qu’expérimentales. Précisons que les brèches ne sont pas systématiquement présentes sur les bois archéologiques, mais toujours présentes lors de l’expérimentation. Elles sont donc figurées dans une colonne séparée et présentes sur les photographies pour mieux identifier leur représentation. L’obliquité est ici représentée comme uniforme, mais varie dans la réalité de 5 à 40°. De même, la verticalité peut varier de deux ou trois dizaines de degrés sauf pour les verticales doubles qui sont en général des traces de crantage. Ce référentiel pourra s’enrichir en fonction des traces expérimentales ou archéologiques découvertes au fur et à mesure des investigations de l’une ou l’autre des approches.

Tabl. 1 - Référentiel de traces à partir des bois expérimentaux de Guédelon.

Tabl. 1 - Référentiel de traces à partir des bois expérimentaux de Guédelon.

Clichés M. Porcheron

Méthodologie de relevés des traces

59Il s’agit dans cette partie de voir quelles sont les différentes phases pour relever des traces afin de conserver et d’exploiter au maximum les multiples informations dont elles sont porteuses.

60Plusieurs aspects fondamentaux seront abordés, autant dans les éléments à relever que dans la manière de les relever. II s’agit d’un côté de considérer les aspects métriques (longueurs et profondeurs), du nombre de traces (quantité au mètre linéaire), de leurs angles (inclinaisons par rapport à l’horizontale, orientation par rapport à la verticale du plan de découpe), de leurs morphologies (cupules et courbe de la trace du tranchant) et de leurs situations spatiales sur l’objet. Et de l’autre côté, il s’agit de prendre en compte la question du nettoyage, de la visualisation des détails, de la mise en lumière (éclairage et ombrage) et de la reproduction (modelage et visuelle).

Préparation et mise en évidence des traces

Repérage visuel et tactile

61Il convient dans un premier temps de localiser à l’œil et/ou au touché des traces potentielles. Suivant les charpentes, celles-ci peuvent être plus ou moins nombreuses, localisées dans des endroits particuliers de la charpente ou des bois, comme les intrados ou les nœuds. Ce premier repérage permet d’identifier le type de traces présent sur la charpente et de choisir les pièces les plus significatives.

Nettoyage doux

62Suivant l’état de conservation de la charpente, les poutres peuvent être très poussiéreuses, chargées de toiles d’araignées, de fientes d’oiseaux, de morceaux d’isolants, etc. Autant d’éléments qui peuvent gêner ou perturber la lecture et le relevé des traces. Cependant, le nettoyage ne doit pas être invasif pour permettre une lecture et un relevé des traces optimal et ne pas ajouter des traces parasites. L’utilisation d’un pinceau souple, d’une brosse à dents usagée peut être un bon compromis, mais parfois souffler sur la poussière est suffisant. En effet, un nettoyage trop fort à la brosse à laver, par exemple, risquerait de faire disparaître des informations essentielles telles que des traces de brèches ou des barbilles.

Éclairage

63La question de l’éclairage in situ dans les charpentes est directement liée aux reliefs. En effet, ce qui compte d’abord et avant tout c’est l’ombre. L’ombre portée doit révéler la trace et non l’effacer. Une lumière frontale aplatit les reliefs, une lumière rasante ou directionnelle les fait ressortir. Donc en fonction du sens de la trace, l’éclairage doit s’adapter pour toujours mettre en évidence la trace. C’est pourquoi il est souvent question d’éclairage rasant, dont l’orientation intrinsèque ne peut être déterminée à l’avance, mais sera fonction des traces repérées. Il pourra s’agir d’éclairer du dessous, du dessus, latéralement, et de manière plus ou moins rasante en fonction de ce que l’on voit apparaître ou non. Cet éclairage doit donc avoir une partie mobile et ne peut être fixe en permanence. De même, on préférera les éclairages multi-diodes qui ont l’avantage de ne pas faire de rond lumineux central ni d’ombres parasites. De plus ils sont moins agressifs du point de vue des couleurs et des températures de couleurs, ce qui aurait comme conséquence d’aplatir les reliefs. Un éclairage avec variateur d’intensité est donc idéal suivant les zones de la charpente qui ne sont pas toutes éclairées avec la même quantité de lumière suivant la présence de lucarnes, d’arases ouvertes, etc.

Techniques d’enregistrement de la trace

Photogrammétrie

64La photogrammétrie, méthode de relevé 3D, ne demande qu’un appareil photographique, un ordinateur et un logiciel dédié, Agisoft Photoscan par exemple. Celui-ci permet de recréer des modèles 2D ou 3D à partir de photographies d’objets réels sur une seule et même photo. Le protocole nécessite la création d’un volume de clichés photogrammétriques (Epaud à paraître). Ce volume est identifié pour une poutre à dix photos au mètre de manière à avoir un recouvrement suffisant. La précision nécessaire est estimée à 1 mm pour avoir une lecture fine des détails tels que les traces de tranchant. Les profondeurs et les arrondis sont du même ordre de grandeur et réclament la même précision. La couleur ou la texture du matériau sont certes de moindre importance, mais méritent d’être conservées dans la mesure du possible pour assurer un contraste réaliste entre deux éléments et limiter les erreurs d’interprétation. L’appareil photographique est tenu et déplacé à la main ou placé au sommet d’une perche quand l’objet n’est pas directement accessible. Pour traiter ces clichés avec le logiciel idoine, “ la constitution d’un nuage de points à partir du calcul de la position des clichés dans l’espace et de la comparaison des prises de vue, le nettoyage du nuage de points et la création d’une surface à partir de ce nuage ” constituent les étapes de base pour la création d’une photogrammétrie utilisable (Méreuze et Alix 2016 : 6).

65Ces restitutions de poutre entière sont ensuite découpées en tranches et imprimées. Il convient de revenir sur le terrain afin, de ne pas faire d’erreur de lecture des traces une fois la photogrammétrie finale réalisée, de marquer les traces sur cette image de la poutre, en les localisant précisément.

66Sur les restitutions numériques, il faut ensuite reporter manuellement les traces identifiées sur le terrain. Les traces horizontales par rapport au plan de frappe (en vert) ont été nettement distinguées des traces verticales (en rouge) et le sens de frappe a été ajouté également par une flèche (Fig. 9). Les rares traces, qui font plus l’effet d’un arrachement, sont mises en bleu.

Fig. 9 - Photogrammétrie de l'entrait 2 face ouest, église Saint-Georges à Rochecorbon (Indre-et-Loire).

Fig. 9 - Photogrammétrie de l'entrait 2 face ouest, église Saint-Georges à Rochecorbon (Indre-et-Loire).

Cliché M. Porcheron

Agrandissement

67Le grossissement photographique n’est pas toujours possible, la qualité des photos, prises en basse lumière bien souvent, ne donnant pas des résultats exploitables. Cependant, en ce qui concerne des éléments très fins, en matière de reliefs, comme les stries des brèches, l’agrandissement peut être nécessaire. En effet ces stries ne sont pas toujours suffisamment visibles à l’œil nu surtout si le nettoyage n’a pu être efficace et approfondi. Et comme ces stries renseignent le sens du mouvement, elles restent essentielles pour la compréhension des traces.

Modelage

68Pour certaines traces particulières, on peut avoir recours au modelage avec de la terre mélangée avec un durcisseur du type résine plastique oxydative ou argile autodurcissante. Cela s’avère nécessaire quand un approfondissement des détails n’est pas possible en emportant la pièce de bois, mais aussi surtout pour comprendre leurs dynamiques de réalisation dans le cas d’une succession de traces. Une épaisseur d’1 cm au minimum est nécessaire, appliquée à la main en ancrant bien la terre au bois grâce à une pression forte des pouces pour imprimer le maximum de détails. On peut graver directement sur l’envers les caractéristiques de la trace relevée (Fig. 10). Le moulage peut être immédiatement enlevé et laissé sécher à plat dans un endroit sec et propre. Cela a l’avantage de ne pas abîmer les traces sur la poutre et de fournir un niveau de détail que la photographie ou l’observation visuelle ne permet pas toujours. En revanche, le résultat est un négatif inversé, ce qu’il ne faut pas oublier dans l’interprétation.

Fig. 10 - Modelage de la trace sur des bois expérimentaux avec indication au dos de l’outil utilisé et trace originelle.

Fig. 10 - Modelage de la trace sur des bois expérimentaux avec indication au dos de l’outil utilisé et trace originelle.

Clichés M. Porcheron

Ombrage

69La technique de l’ombrage (frottis), en posant une feuille de papier sur le bois et faite au crayon à mine douce du type 6HB, peut être aussi un complément intéressant pour déterminer la morphologie générale de la trace qui n’apparaît pas toujours en fonction de la lumière. L’ombrage permet de rendre visible les arêtes très légèrement marquées des bords de la trace et de lui donner ainsi toute sa forme (Fig. 11). Cela complète le modelage dans l’aspect dynamique du recouvrement des traces entre elles pour savoir, par exemple, quelle trace est antérieure ou postérieure à l’autre et donc quel fut le sens d’avancement de l’équarrisseur.

Fig. 11 - Ombrages réalisés au crayon qui renseignent sur l’orientation et la surface totale de la trace.

Fig. 11 - Ombrages réalisés au crayon qui renseignent sur l’orientation et la surface totale de la trace.

Clichés M. Porcheron

Aspects métriques et angulaires

70L’exhaustivité, sur toutes les pièces de bois, n’est pas nécessaire après l’examen visuel. Seules certaines pièces significatives sont déterminées en fonction de leur conservation, de l’accessibilité dans la charpente, du nombre de faces utilisables pour l’étude et de leur singularité ou représentativité dans la charpente. En revanche les traces d’une même pièce de bois sont toutes mesurées, sur toutes les faces accessibles, en longueur, au demi-centimètre, avec un mètre à ruban afin d’avoir une relation avec le tranchant de l’outil la plus précise possible. La plus longue trace relevée servira, par exemple, d’indicateur en fonction des ratios établis en situation expérimentale.

71La profondeur des cupules est mesurée au millimètre en apposant une règle plate et rigide sur la face aplanie et en mesurant le vide avec une autre règle. Elle est effectivement presque toujours présente, mais peut être plus ou moins profonde.

72Pour la trace du tranchant, son caractère plus ou moins courbe mérite d’être mesuré, de la même manière que les cupules, mais en posant la première règle sur les deux extrémités de la trace, car c’est un bon indicateur discriminant entre la hache et la doloire.

73La présence ou l’absence des arrachements ainsi que leur nombre doit être relevé par mètre de travail pour envisager s’ils sont plus nombreux selon l’outil.

74L’angle de pénétration de la hache dans le bois par rapport à la face d’attaque verticale indique l’orientation de l’outil et donc sa tenue, voire la position de l’équarrisseur. Cet angle est mesuré à la fausse équerre ou encore au rapporteur par rapport à l’horizontale de la poutre (Fig. 12).

Fig. 12 - Mesure de l’angle de pénétration par rapport au plan d'équarrissage vertical en ayant posé au préalable un rapporteur sur la face supérieure de la poutre et inséré une fine lame (symbolisée par la ligne verte) dans la fente.

Fig. 12 - Mesure de l’angle de pénétration par rapport au plan d'équarrissage vertical en ayant posé au préalable un rapporteur sur la face supérieure de la poutre et inséré une fine lame (symbolisée par la ligne verte) dans la fente.

Cliché M. Porcheron

Situation spatiale

75L’outil peut percuter le bois, par convention, à trois endroits d’une face verticale de la poutre : en haut, au milieu ou en bas. Les traces que l’on retrouve se situent à ces différents niveaux, même si l’entame se fait obligatoirement en haut de la poutre. Il convient de les noter pour que cette répartition puisse être mise en relation avec les données expérimentales et être révélatrice de stratégies différentes. Par exemple, on peut relever des stratégies soit de descente du haut vers le bas, parfois étendue sur une assez grande longueur au-delà de la dimension de la lame de l’outil, soit des stratégies plus hésitantes, réduites à la longueur du tranchant, avec des descentes et remontées qui s’effectuent donc très souvent.

Dénombrement

76Le nombre de coups ayant marqué le bois doit aussi être relevé par mètre d’équarrissage. Il est en relation directe avec le nombre de traces laissées. Celui-ci, sur une poutre, au mètre linéaire, est intéressant à comparer à ceux réalisés en contexte expérimental, pour une différenciation entre experts et débutants ou pour la mise en évidence d’une érosion, d’un nivellement de la surface du bois dû au séchage, etc.

77“ En conclusion, c’est l’association des différentes techniques de relevé qui permet d’obtenir les meilleures informations ” (Méreuze et Alix 2016 : 7).

Méthodologie spécifique aux expérimentations

78“ L’expérimentation de terrain constitue un compromis entre l’expérimentation en laboratoire et l’observation des situations quotidiennes ” (Rodda et al. 2015 : 56). C’est pourquoi ce qui est recherché dans une expérimentation archéologique, c’est, à travers une tentative de simulation pour retrouver les gestes, “ d’assurer la plausibilité professionnelle de cette fabrication de traces. ” (Pailler 2013 : 374).

79L’expérimentation (M. Porcheron, Expérimenter l’équarrissage des poutres : stratégies d'action, expertise et constante motrice, en cours de rédaction) dont il est question ici, s’appuie sur une situation simple qui correspond à une situation d’équarrissage la plus banale et la plus courante. C’est en quelque sorte une tâche de référence, c’est-à-dire qu’elle doit contenir l’essentiel des caractéristiques de l’équarrissage sans pour autant reproduire tout ce qu’un équarrisseur doit savoir faire.

80Cette expérimentation, réalisée en juin 2015 sur le site de Guédelon, nous servira de guide pour illustrer cette méthodologie.

81La philosophie générale de cette expérimentation du point de vue des principes de base renvoie à tenter de mettre en relation traces et mouvements. Afin de pouvoir effectuer cette mise en relation, nous devons enregistrer les mouvements effectués ainsi que les traces laissées par l’outil.

Méthodes d’enregistrement

82Les conditions techniques de réalisation de cette expérience ont été très précisément spécifiées. Les enregistrements vidéos sont faits par deux caméras sur pieds posées face au participant à hauteur d’homme. Leur vitesse est de 50 images/seconde. Le temps d’enregistrement est variable en fonction du niveau des participants.

83Pour avoir des repères objectifs lors de ces enregistrements il faut disposer de mires. Des mires passives, tout d’abord, qui sont de deux ordres. Une mire de calibration générale de 60 × 80 cm avec des carreaux de 10 × 10 cm de côté, est positionnée en statique et une autre de 20 × 30 cm est déplacée en dynamique pendant 15 secondes devant les deux caméras au début de l’enregistrement en fonction d’une analyse et en vue d’une restitution ultérieure possible en 3D.

84Des mires corporelles, sur l’outil et sur la poutre sont ensuite posées sur les points remarquables choisis en fonction des articulations, des parties de l’outil et de la face de la poutre équarrie qui nous intéresse. Sur le corps, les mires sont posées au niveau de la cheville, de la hanche, sur le dos de la main, l’avant-bras et le poignet, le bras et l’épaule, sur les membres droits et gauches.

85Les mires sur les outils sont positionnées pour deux d’entre elles sur le manche jusqu’à l’extrémité avant de celui-ci, pour deux autres sur les deux extrémités du tranchant, une sur le haut du fer et une sur le devant de la douille. Enfin quatre mires sont positionnées aux quatre coins de la poutre sur la face à aplanir (Fig. 13). L’outil est préalablement mesuré et pesé pour chacun des participants (voir Annexe, Poids et longueurs des doloires, expérimentation Guédelon juin 2015).

Fig. 13 - Mire de calibration et mires sur l'outil, la poutre et l’équarrisseur.

Fig. 13 - Mire de calibration et mires sur l'outil, la poutre et l’équarrisseur.

Clichés M. Porcheron

Participants

86Les personnes qui participent à cette expérimentation, douze hommes et une femme, travaillent tous dans l’entreprise de Guédelon à différents postes. Les débutants occupent des postes de travailleurs manuels dans la taille de pierre ou la maçonnerie, sauf un qui a un emploi administratif. Les experts, sauf un, n’étaient pas bûcherons/charpentiers avant et se sont formés uniquement par la pratique expérientielle. L’échantillon est composé de six équarrisseurs experts et de sept débutants avec une pratique inférieure à une année.

87D’un point de vue fonctionnel et pour les nécessités de l’expérimentation, sera considéré comme un débutant celui qui est capable d’équarrir. Il réalisera un produit qui, s’il est certes utilisable, ne sera pas d’une facture totalement réussie tout en correspondant néanmoins à des exigences minimales de dégauchissage et d’aplanissage (Biryukova et Bril 2002 : 49-68). Les prérequis pour être considéré comme un débutant peuvent être différents en fonction des individus : avoir déjà équarri avant, ne pas être capable de réaliser des pièces courbes opérationnelles, être capable de réaliser une pièce quel que soit le temps nécessaire, etc. En revanche, le résultat devra être fonctionnel.

88Un expert se caractérise par un comportement “ flexible, capable de s’adapter en permanence aux contingences de la tâche ” (Roux et Bril 2002 : 29-48). K. Ericsson montre que cette phase d’expertise est atteinte après environ dix années de pratique, soit environ dix mille heures (Ericsson Krampe et Tesch-Römer 1993 : 363-406).

89Au préalable, leur latéralisation a aussi été recueillie au niveau oculaire, manuel et podal afin de les situer par rapport aux répartitions de la population générale mais aussi pour comprendre certaines stratégies utilisées (latéralisation homogène ou croisée entre les mains et les pieds).

Déroulement de l’expérimentation

90Le déroulé type de l’expérimentation, qui se reproduira pour chaque participant, se présente de la manière suivante après installation de la station d’équarrissage :

91– signature des autorisations/consignes aux équarrisseurs ;

92– calibrage général avec mire/installation de mires passives corporelles/installation de témoins à 1,5 m d’intervalle sur la face supérieure ;

93– clap de départ synchro caméra/équarrissage/levée de main par l’équarrisseur pour signifier la fin ;

94– questionnaire sur leurs intentions, leurs difficultés et les problèmes rencontrés ;

95– photogrammétrie/relevés manuels de traces (angles, nombres et longueurs).

96Les équarrisseurs sont placés dans des contraintes ordinaires d’équarrissage, c’est-à-dire qu’ils utilisent leur outil habituel pour les experts (des grandes doloires) et les débutants se voient attribuer un outil facile à manipuler, court et léger, pour éviter de trop grandes difficultés de tenue ainsi que les risques de blessure. La hauteur d’équarrissage est sensiblement la même pour tous, adaptable en fonction de la taille de chacun.

97La tâche des participants consiste à équarrir une portion de face d’1,50 m sans aucune contrainte temporelle, chacun allant à son rythme. Tous les arrêts jugés nécessaires par l’équarrisseur sont possibles quelles qu’en soient les raisons et les enregistrements continuent pendant ces moments. L’arrêt de l’expérimentation est déterminé par l’équarrisseur lui-même quand il pense avoir fini au mieux la portion qu’il avait à faire. Cette situation de référence est réalisée dans le lieu habituel d’équarrissage, quelles que soient les conditions climatiques.

98La situation de base correspond à l’équarrissage d’une face d’une poutre de chêne encore vert, de section d’au minimum 15 × 15 cm, provenant de futaies. Cela correspond à la plupart des bois de dimension moyenne rencontrés et la longueur est suffisante, en général, pour recueillir un nombre important de traces.

Analyse des données

99Trois aspects du comportement de chaque participant seront analysés : les mouvements, les stratégies et le niveau d’expertise. Pour cela trois logiciels de l’analyse du mouvement seront utilisés. Le logiciel Captiv-L2100, dédié à l’analyse des tâches, permet de mettre en évidence des stratégies et des dynamiques du mouvement. Après avoir déterminé le protocole d’observation, il s’agit de coder manuellement les vidéos en partant d’un découpage en classes et observables. Tous les changements d’état des postures, au moment précis où ils interviennent, seront repérés. Chaque changement d’état (avance/recul par exemple) est pointé par un “ clic ” signifiant ainsi une unité temporelle différente. Ceci permet d’avoir des séries temporelles comparables pour une classe, des observables, entre des classes choisies ainsi que des séquences de comportements mis en parallèle d’un individu à l’autre. À l’intérieur d’une même classe, les observables ne peuvent se superposer, on ne peut reculer et avancer en même temps par exemple. Il est ainsi possible d’afficher des graphiques, des séquences et d’obtenir des statistiques sur des durées, des fréquences ou des simultanéités. Le logiciel permet aussi la comparaison des productions entre les participants. Le logiciel Kinovéa permet d’avoir une lecture dynamique du mouvement en 2D, de dessiner la trajectoire d’un segment de membre, de l’outil, de calculer des vitesses d’action, de faire des mesures angulaires. Le logiciel “ MovieTracker ” permet une analyse en 3D des mouvements, de leur vitesse, des trajectoires dans toutes les directions.

100À partir de l’analyse des traces produites, on peut donc envisager des relations entre les mouvements, les stratégies et le niveau d’expertise repérés chez les équarrisseurs.

Choix des paramètres d’analyse des mouvements et des stratégies

101Le protocole est résumé ici de manière succincte :

102– Déplacement horizontal de la personne/Déplacement horizontal de l’outil et des bras ;

103– Position des jambes/Mouvement des mains/Mouvement du buste ;

104– Hauteur d’élan de l’outil/Orientation du tranchant ;

105– Arrêt dans l’équarrissage ;

106– Coups portés/Production d’éclats/Lieu d’impact.

107Les traces expérimentales sont relevées de la même manière que les traces archéologiques ; c’est-à-dire en utilisant la même méthodologie. Cependant, les conditions de relevés sont facilitées tant par l’éclairage, la propreté, l’accessibilité du support que par le fait que les bois sont encore verts et donc présentent des traces très visibles. En plus de la connaissance de l’outil utilisé, la position de l’équarrisseur, sa latéralisation permettent d’envisager des relations directes avec les traces qui pourront ensuite servir de guide dans l’interprétation archéologique.

Relations entre relevés de traces archéologiques et expérimentales

108La méthodologie pour la méthodologie n’a pas en soi d’intérêt particulier même avec toute la rigueur nécessaire. En revanche, elle prend tout son sens lorsqu’elle sert à valider scientifiquement des résultats de recherche. C’est pourquoi afin de rendre cette méthodologie plus concrète, il semble utile de présenter ici quelques exemples de liens entre données archéologiques et données expérimentales. Les aspects archéologiques seront présentés tout d’abord puis mis en perspective avec les aspects expérimentaux qui ont été nécessaires à leur interprétation et à leur élucidation.

Déterminer la hauteur d’équarrissage : au sol ou sur tréteaux

109Dans l’église Saint-Georges à Rochecorbon (Indre-et-Loire), les traces verticales des entraits, d’ordinaire préalables à l’éclatement de l’aubier, sont très nombreuses. Elles sont majoritairement orientées dans un seul sens par face, d’une extrémité vers l’autre (Fig. 14). On peut supposer qu’il s’agit donc de ce que l’on pourrait appeler un crantage unilatéral. Ces traces de crantage supposent que l’artisan devait être debout sur un tronc au sol afin de donner un angle avec le plan de frappe qui soit proche de 90° par rapport à l’axe de la poutre. Cette hypothèse est aussi renforcée par le nombre important de traces verticales retrouvées. En effet, dans cette position, la précision sur l’axe longitudinal est moindre, en raison de l’obligation d’un manche très long et dû au geste en forme de balancé. Cela implique un nombre important de coups donnés, tant pour découper fortement l’aubier et une partie du cœur que pour corriger des déviations fréquentes par rapport à la visée.

110Pour vérifier cette hypothèse, une expérimentation de réplication a été réalisée à partir de photographies des traces de Saint-Georges à Rochecorbon en juillet 2017 sur le site de Guédelon avec des équarrisseurs experts (Fig. 15). Au regard des traces expérimentales, il paraît donc avéré que le tronc était bien au sol et l’équarrisseur debout sur le tronc.

Fig. 14 - Photogrammétrie de l’entrait 5 face est, de l’église Saint-Georges à Rochecorbon, Indre et Loire.

Fig. 14 - Photogrammétrie de l’entrait 5 face est, de l’église Saint-Georges à Rochecorbon, Indre et Loire.

Cliché M. Porcheron

111La permanence de ces traces après la finition peut s’expliquer par la recherche d’un équarrissage fort qui a nécessité de prime abord plus de force et donc d’enfoncement ou par un deuxième passage qui a marqué la surface conservée en profondeur. Le contrôle de l’enfoncement de l’outil est plus difficile à maîtriser quand il y a beaucoup de matière à enlever, ce qui était le cas compte tenu des sections supposées (28 × 28 cm de section avant équarrissage) sur ces poutres archéologiques. On peut donc faire l’hypothèse soit d’un manque d’expertise de cet artisan, soit d’une nécessité d’aller vite qui a impliqué un seul passage de dégrossissage au lieu de deux et donc des coups plus forts au risque d’un enfoncement excessif. La mesure de l’angle de pénétration sur la pièce archéologique et sur la pièce expérimentale a donné globalement les mêmes valeurs de 34°/35° (Fig. 12 et 15).

Fig. 15 - Comparaison de traces verticales relevées sur un bois expérimental à Guédelon (a) (2017) et celles vues sur une poutre de l’église de Saint-Georges à Rochecorbon (b).

Fig. 15 - Comparaison de traces verticales relevées sur un bois expérimental à Guédelon (a) (2017) et celles vues sur une poutre de l’église de Saint-Georges à Rochecorbon (b).

Clichés M. Porcheron

Identifier les outils : hache ou doloire

112Étant donné le peu d’outils archéologiquement connus à cette époque, de grandes incertitudes règnent encore sur l’utilisation de haches ou de doloires. Les traces archéologiques ne sont pas différenciables sur un simple aspect visuel général, leur forme est globalement similaire.

113Cinq critères de différenciation entre hache et doloire ont donc été retenus selon leurs traces :

114– la profondeur des cupules, convertie en trois grandeurs de profondeur : Très, Moyenne, Peu profonde ;

115– l’épaisseur et l’arrondi de la trace du tranchant. L’épaisseur est d’autant plus fine que la surface du tranchant est fine, ce qui est souvent le cas pour les doloires : Épaisse, Moyenne, Fine. Plus la valeur de la mesure de l’espace entre le maximum de l’arrondi et la tangente aux extrémités est importante plus on a affaire à une hache. Arrondi : 1 mm, 2 mm, 3 mm et plus ;

116– le nombre d’arrachements ;

117– le nombre de coups ayant marqué le bois pour un mètre d’équarrissage ;

118– enfin un visuel global fondé sur l’aspect lissé a été retenu même si cela est plus subjectif, c’est un critère valorisé par les professionnels.

119Seule l’expérimentation permet de voir si des différences significatives apparaissent entre ces différents critères. Celle effectuée à Guédelon en juin 2018 a été réalisée par un seul et même équarrisseur sur quatre portions d’équarrissage afin d’avoir une unité de réalisation (Tabl. 2). Quatre outils différents, deux haches et deux doloires aux formes, épaisseurs et longueurs différentes ont été choisies. Pour établir des comparaisons expérimentales, les haches ont des épaisseurs différentes pour avoir des indicateurs sur l’épaisseur du splintermark par rapport aux doloires qui sont moins épaisses en général. Les doloires sont de différentes longueurs pour comparer la trace de l’arrondi du tranchant avec celui des haches qui est souvent plus marqué.

Tabl. 2 - Critères de différenciation des outils utilisés lors de l’expérimentation effectuée à Guédelon en juin 2018.

Tabl. 2 - Critères de différenciation des outils utilisés lors de l’expérimentation effectuée à Guédelon en juin 2018.

Cliché M. Porcheron

120On voit nettement apparaître dans ce tableau que le nombre de traces au mètre linéaire et l’arrondi dû à la trace du tranchant apparaissent comme des critères déterminants pour la différenciation de ces outils. Le nombre de traces au mètre est cependant à relativiser en fonction de l’expertise de l’équarrisseur qui reste difficile à évaluer pour les traces archéologiques. L’arrondi du tranchant est plus important quand il s’agit d’une hache que d’une doloire dont le tranchant est plus rectiligne.

121Ces critères devraient nous permettre de mieux distinguer les traces de doloire des traces de hache sur un élément archéologique. Sur les bâtiments déjà étudiés, il apparaît, d’après ces critères, que seule la doloire aurait été utilisée.

Déterminer la longueur du tranchant de l’outil

122Pour pouvoir interpréter les longueurs des traces archéologiques, il est primordial d’établir le ratio entre la longueur du tranchant avec celle de la trace. Celui-ci nous permet, entre autres, de comprendre que plus l’équarrisseur est expérimenté moins les traces sont nombreuses et plus elles sont longues par rapport à la longueur initiale du tranchant. Les experts ont besoin de dépenser moins d’énergie pour produire un même travail (Tabl. 3).

Tabl. 3 - Graphique des ratio Longueur de traces/Longueurs de tranchant entre experts (Initiales_E) et débutants (Initiales_D) avec des doloires à partir de l'expérimentation effectuée à Guédelon, 2015.

Tabl. 3 - Graphique des ratio Longueur de traces/Longueurs de tranchant entre experts (Initiales_E) et débutants (Initiales_D) avec des doloires à partir de l'expérimentation effectuée à Guédelon, 2015.

123Les ratios des experts sont de 39 % en moyenne contre 43 % chez les débutants. C’est-à-dire que les débutants produisent de plus grandes traces proportionnellement à la longueur du tranchant de leur outil, plus court, 20 cm en moyenne contre 27 cm pour un expert. En effet, l’on sait que plus le tranchant est grand plus le ratio diminue (Tabl. 4), car la part de lame utile se réduit passé une longueur supérieure à 25/30 cm, entre autres du fait de la courbure longitudinale de sa lame. L’intérêt d’une lame plus grande réside malgré tout dans une valeur relative du tranchant plus importante ainsi que d’un poids qui, quand il est contrôlé, permet une dépense d’énergie moindre.

124Avec des outils semblables, on voit que les débutants produisent des coups moins efficaces, d’un tiers de longueur, c’est-à-dire que leur ratio 1 (Lg outil/Lg trace) est inférieur à celui des experts (Tabl. 5).

Tabl. 4 - Ratio longueur de tranchant/moyenne de la longueur de la trace pour des doloires.

Tabl. 4 - Ratio longueur de tranchant/moyenne de la longueur de la trace pour des doloires.

Tabl. 5 - Comparaisons avec la même doloire entre débutant et expert.

Tabl. 5 - Comparaisons avec la même doloire entre débutant et expert.

125De plus, on voit qu’indépendamment de la longueur initiale du tranchant de l’outil que nous ne connaissons pas archéologiquement, le ratio entre la trace la plus longue relevée et la moyenne des traces nous indique une différence très sensible, entre un expert et un débutant, de l’ordre de 23 % (Tabl. 6).

Tabl. 6 - Ratio Trace la plus longue /moyenne des longueurs de traces pour une doloire.

Tabl. 6 - Ratio Trace la plus longue /moyenne des longueurs de traces pour une doloire.

126Ces traces nous renseignent autant sur le niveau d’expérience et de savoir-faire de l’équarrisseur, afin de distinguer s’il s’agit d’un expert ou d’un débutant, que sur la longueur du tranchant de l’outil archéologique une fois déterminé le niveau de savoir de l’équarrisseur supposé.

127Dans les bâtiments médiévaux étudiés jusqu’à maintenant, la taille du tranchant des outils oscille, pour plusieurs bâtiments, entre 14 et 16 cm, seul un édifice, une église, a des traces qui révèlent des longueurs de tranchant plus grands, autour de 25 cm d’après les ratios.

Appréhender les méthodes potentielles d’équarrissage : la rotation de la poutre

128En contexte archéologique, on relève parfois des traces qui sont inversées si l’on compare les deux faces opposées d’une même poutre (Fig. 18). C’est-à-dire que l’une a été faite du haut vers le bas et l’autre du bas vers le haut. Pour comprendre cette inversion, le raisonnement permet d’abord d’envisager les hypothèses, après quoi on pourra les vérifier expérimentalement.

129Donc d’un point de vue purement théorique, deux méthodes d’équarrissage sont envisageables.

130– Méthode 1 (Fig. 16) : les deux faces opposées sont taillées successivement puis la grume est retournée pour faire les deux autres faces.

Fig. 16 - Méthode 1.

Fig. 16 - Méthode 1.

131Ce procédé a l’avantage de ne pas bouger la grume pendant la taille des deux faces mais le problème de la référence à la verticale persiste dans le changement des clameaux. Il est même renforcé puisque la grume repose sur sa partie arrondie. L’intérêt principal réside dans le fait de ne tourner la grume qu’une fois. Cette méthode semble plus efficace pour des grumes longues ou la rotation de la grume sur elle-même est plus difficile.

132– Méthode 2 (Fig. 17) : les faces sont taillées les unes après les autres en tournant le fût d’un quart de tour après chaque face équarrie.

Fig. 17 - Méthode 2.

Fig. 17 - Méthode 2.

133Ceci résout le problème de retournement et de taille des deux côtés liés aux tréteaux et celui de la stabilité liée aux clameaux. Cela implique de tourner une fois de plus la grume.

134Pour connaître la méthode utilisée dans une charpente, il convient d’analyser le sens des traces pour les faces opposées. En effet, si celles-ci sont dans le même sens (faites du haut vers le bas ou du bas vers le haut), c’est la méthode 1 qui a été utilisée, dans le cas contraire, si les traces sont inversées (une vers le haut et l’autre vers le bas), c’est la méthode 2 qui a été privilégiée en tournant la grume après chaque face (Fig. 18). Cela a été facilement vérifiable expérimentalement.

135En l’état actuel de mes investigations, on trouve dans les charpentes parfois les deux méthodes sur un même site, parfois seulement l’une des deux, sans que l’une ou l’autre soit forcément dominante.

Fig. 18 - Dessins des traces suivant les méthodes utilisées.

Fig. 18 - Dessins des traces suivant les méthodes utilisées.

M. Porcheron

Identifier le niveau de l’équarrisseur

136Au niveau archéologique, la facture des poutres équarries est souvent différente dans une même charpente ou d’une charpente à l’autre. L’aspect est plus ou moins lisse, plus ou moins plan, le nombre de traces résiduelles peut être très faible ou très important. Cela témoigne manifestement d’un savoir-faire différent dans la technique d’équarrissage mais cela pourrait être dû aussi à un lot de bois de qualité différente (humidité, croissance). Seule une expérimentation regroupant des experts et des débutants permet de renseigner les différents critères qui témoignent d’une plus ou moins grande maîtrise de la technique d’équarrissage.

137À Guédelon en 2015, outre le ratio entre la moyenne de longueurs des traces et la plus longue trace produite que nous avons vu précédemment, le nombre de coups s’avéra être un des indicateurs pour déterminer, sur une poutre médiévale, la présence d’un équarrisseur, débutant ou expert. En effet, le nombre de coups donné par les experts pour un mètre d’équarrissage était moins important que pour les débutants, le nombre de traces laissées le fut aussi. Ceci est en grande partie dû à la vitesse imposée à l’outil dans sa descente qui permet de mieux trancher le bois et à l’habileté qui permet le contrôle de cette vitesse. Le nombre de traces souvent repérées sur une poutre archéologique excède rarement cinq à dix traces au mètre linéaire, chiffre proche du contexte expérimental. Les meilleurs experts laissent 10/15 traces par mètre linéaire, les débutants 40/50 traces résiduelles sur le bois. La différence, pour les experts, avec les relevés expérimentaux, peut provenir d’une érosion naturelle ou d’un niveau d’expertise plus grand ou encore d’une autre manière d’équarrir faisant plus appel à la force. Lors d’une expérimentation complémentaire, où la consigne donnée aux experts était de faire le moins de traces résiduelles possible, ils ont adopté une stratégie où la puissance (force * vitesse) était dominante pour atteindre l’objectif de cinq à dix traces. Cependant, la différence du nombre de traces entre un expert et un débutant étant de l’ordre d’un facteur trois à quatre, ce un facteur est sans conteste déterminant dans l’identification du niveau d’expertise.

Déterminer la latéralisation manuelle : droitier ou gaucher

138“ La préférence manuelle est la tendance d’un individu à utiliser la même main pour la plupart des actions manuelles. ” (Uomini et Gowlett 2013 : 2). Les notions de gaucher et de droitier sont souvent conçues dans le sens classique d’une personne à la prévalence manuelle droite ou gauche. Pour être complet et précis, il faudrait aussi prendre en compte la prévalence podale et pour être presque exhaustif (il existe aussi une oreille dominante !), s’attacher à déterminer l’œil dominant qui a une importance essentielle dans le cas de l’équarrissage puisqu’il assure la visée et donc la précision.

139De même que les hachures pour les dessinateurs permettent de déterminer les gauchers ou les droitiers, les traces, dues au sens de glissement de l’outil, peuvent nous renseigner sur la prévalence de certains artisans (Bertrand 2001 : 197). L’indicateur archéologique principalement disponible pour déterminer la prévalence manuelle concerne donc la présence de brèches sur la trace (Fig. 19 et 20).

Fig. 19 - Comparaison d’équarrissage entre droitier et gaucher pour des traces inclinées.

Fig. 19 - Comparaison d’équarrissage entre droitier et gaucher pour des traces inclinées.

Clichés M. Porcheron

Fig. 20 - Traces expérimentales de droitier et gaucher avec une doloire et des brèches, expérimentation Guédelon 2015.

Fig. 20 - Traces expérimentales de droitier et gaucher avec une doloire et des brèches, expérimentation Guédelon 2015.

Clichés M. Porcheron

140Cela implique pour un geste d’équarrissage de droitier, une main droite, main habile, en arrière du manche et un pied gauche (jambe d’appui opposée à la jambe de prévalence) en avant. La main habile est en arrière pour guider la trajectoire, l’autre main en avant pour supporter le poids de l’outil. Ce geste est aisément vérifiable expérimentalement.

141Si l’outil est une doloire cela donne immédiatement la latéralité. Pour une hache, c’est différent car le retournement de l’équarrisseur avec cet outil est possible, mais il reste occasionnel et circonstancié à des conditions environnementales particulières ou à une latéralisation croisée par exemple.

  • 3 Le sens d’équarrissage n’a pas été abordé ici, ce sujet étant en cours de traitement.

142En cas d’identification du niveau de l’équarrisseur, débutant ou expert, la présence de traces inclinées peut aussi, grâce aux brèches, permettre de déterminer partiellement la prévalence manuelle. En effet, les traces inclinées sont souvent le fait de débutant, alors que les experts, même en situation d’équarrissage au sol, produisent des traces horizontales. Les brèches permettent donc, dans le cas d’équarrissage par un débutant, de différencier un équarrissage sur tréteaux de gaucher d’un équarrissage au sol de droitier avec une doloire.3

Conclusion

143La difficulté avec la tracéologie du bois concerne effectivement le fait de réussir à identifier la technique utilisée, dont nous n’avons que des représentations figées sans dynamique, avec les gestes qui ont présidé à cette réalisation. Les outils étant quasi absents ou trop abîmés pour livrer des informations tracéologiques, les éclats n’étant pas conservés, seules les traces sur l’objet fabriqué sont disponibles.

144Ces traces, on a pu le voir, sont très riches en informations mais l’impossibilité de déplacement de ces objets en laboratoire rend souvent les analyses limitées aux appareils que l’on pourrait déplacer.

145De plus, l’analyse de ces traces, si elle permet d’envisager des hypothèses quant à la technique d’équarrissage, n’offre souvent pas d’autres perspectives que des hypothèses purement théoriques. C’est pourquoi le recours à l’expérimentation apparaît comme une nécessité pour pouvoir ou non valider ces hypothèses.

146Dans le domaine de l’équarrissage et du bois, nous avons pu voir à travers les quelques exemples proposés, que l’expérimentation permettait de mettre en évidence des fortes différences entre les traces des outils, entre la prévalence corporelle des équarrisseurs, entre les postures physiques choisies et entre les niveaux d’expertises des équarrisseurs. La richesse de ces informations nécessite donc de faire des allers-retours fréquents entre les traces archéologiques et les traces expérimentales.

147On a pu voir aussi que si des problèmes spécifiques pouvaient être résolus, c’était sans conteste grâce d’une part à une méthodologie rigoureuse dans le relevé de ces traces et leur comparaison et d’autre part à un protocole expérimental le plus précis possible dans ce que l’on cherche à prouver. Faute de quoi les différenciations recherchées entre les techniques, les outils et l’expertise ne seront pas validées avec suffisamment de certitude scientifique.

148La littérature consacrée utilise abondamment la référence à la doloire, voir l’alternance entre hache et doloire par exemple, mais sans que jamais aucune référence scientifique ne vienne les étayer. Or seuls des critères de différenciation expérimentaux testés dans de multiples situations peuvent nous permettre de valider des différences récurrentes dans les traces expérimentales. Cela permet ensuite de nous alerter sur d’éventuelles différences dans les traces archéologiques que nous pourrons ainsi interpréter.

149On voit alors apparaître et se dévoiler des comportements, des actions, des gestes qui nous donnent une image de plus en plus précise et de plus en plus animée de ce que pouvait sûrement être la technique d’équarrissage au Moyen Âge. Seule l’analyse poussée des traces laissées par les outils sur les bois, confrontée à une collection de références de traces aussi archéologiques qu’expérimentales, nous permettra d’affiner leur interprétation. Les limites de ces investigations seront certainement données, à un moment ou à un autre, par l’état de conservation de ces empreintes si discrètes.

150Pour nous contraindre à ne pas laisser notre imagination s’évader trop facilement du cadre scientifique, rappelons que “ si la gestualité humaine peut prendre les formes les plus variées que l’on puisse imaginer, elle reste néanmoins contrainte par la morphologie du corps humain ” ainsi que par les contraintes fonctionnelles de la matière qu’il faut satisfaire (Roux et Bril 2002 : 9).

Haut de page

Bibliographie

Benoit 2008

Benoit Y. - Le guide des essences de bois, Eyrolles, FCBA, Paris, 143 p.

Benoit 2008

Benoit Y. - Le guide des essences de bois, Eyrolles, FCBA, Paris, 188 p.

Bertrand 2001

Bertrand P.-M. - Histoire des gauchers, Imago, Paris, 256 p.

Bessac 2005

Bessac J.-C. - Anthropologie de la construction : de la trace d’outil au chantier, in : Parron-Kontis I. et Reveyron N. (dir.), Archéologie du bâti, Pour une harmonisation des méthodes. Actes de la table ronde des 9 et 10 novembre 2001, Errance, Paris : 53-61.

Boucard 2002

Boucard D. - Les haches, J.-C. Godefroy, Paris, 250 p.

Bouticourt 2016

Bouticourt É. - Charpentes méridionales. Construire autrement : le Midi rhodanien à la fin du Moyen Âge, éditions Honoré Clair, Arles, 410 p.

Bril 1991

Bril B. - Les gestes de percussion : analyse d’un mouvement technique, in : Chevallier D. (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre : Transmission et apprentissage des savoir-faire et des techniques, Maison des sciences de l’homme, Paris : 61-80.

Bril et Roux 2002

Bril B. et Roux V. - Le geste technique. Réflexions méthodologiques et anthropologiques, Érès, Ramonville Saint-Agne, 309 p. (Technologies, idéologies et pratiques ; XIV, no 2).

Bril, Roux et Dietrich 2000

Bril B., Roux V. et Dietrich G. - Habiletés impliquées dans la taille des perles en roches dure : caractéristiques motrices et cognitives d’une action située complexe, in : Roux V. (dir.), Les perles de Cambay, Des pratiques techniques aux technosystèmes de l’Orient ancien, MSH, Paris : 211-329.

Biryukova et Bril 2002

Biryukova E. V. et Bril B. - Bernstein et le geste technique, in : Bril et Roux 2002 : 49-68.

Calame 2004

Calame F. - De la hache à la doloire, in : Calame F. (dir.), Bouts de bois, bois de bout, A Dié, Dié : 118-119.

Claud 2008

Claud E. - Le statut fonctionnel des bifaces au Paléolithique moyen récent dans le Sud-Ouest de la France, Étude tracéologique intégrée des outillages, Thèse de doctorat, Université Sciences et Technologies, Bordeaux.

Claud et al. 2009

Claud E., Brenet M., Maury S. et Mourre V. - Étude expérimentale des macrotraces d’utilisation sur les tranchants des bifaces, Les nouvelles de l’archéologie, 118 : 2.

Coudenneau 2007

Coudenneau A. - “ Des traces et des hommes ”, Projet de recherche interdisciplinaire sur l’identification des modalités d’acquisition et de traitement des matières végétales et animales au Paléolithique moyen en Europe occidentale, Rapport 2007, PCR (Programme 3), 171 p.

Ericsson, Krampe et Tesch-Römer 1993

Ericsson K. A., Krampe R. T. et Tesch-Römer C. - The role of deliberate practice in the acquisition of expert performance, Psychological Review, 100 : 3.

Épaud à paraître

Épaud F. - Le port romain de Rezé/Ratiatum (Loire-Atlantique) et ses infrastructures à pan de bois, à paraître.

Guitterez Saez 1993

Guitterez Saez C. - L’identification des activités à travers la tracéologie, in : Anderson P. C. (dir.), Traces et fonction : les gestes retrouvés : actes du colloque international de Liège, 8-10 déc. 1990, 2 vol. : 478-487 (ERAUL ; 50).

Haudricourt 1987

Haudricourt A. G. - La technologie science humaine : recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Ed MSH, Paris, 344 p.

Hurè 2013

Hurè J.-M. - Bûcheron/charpentier à Guédelon, enregistrement audio 22 mn.

Jousse 1702

Jousse M. - L’art de charpenterie de Mathurin Jousse, T. Moette, Paris.

Littré et Devic 1886

Littré E. et Devic M. - Dictionnaire de la langue française : supplément... par E. Littré suivi d’un Dictionnaire étymologique de tous les mots d’origine orientale par M. Devic, Hachette, Paris.

Leroi-Gourhan 1992

Leroi-Gourhan A. - L’homme et la matière, Albin Michel, Paris, 3e éd.

Longo et Skakun 2008

Longo l. et Skakun N. - Prehistoric Technology 40 Years Later: Functional Studies And The Russian Legacy, Verona 19-23 Avril 2005, BAR, Oxford, 578 p.

Mille 1992

Mille P. - De la tracéologie aux outils des artisans : les techniques d’une tournerie sur bois à l’an mil, in : Actes des rencontres xylologiques des 21 22 fév. 1991 à Grenoble, Nucléart, Ville de Grenoble : 79-89.

Mille 1996

Mille P. - L’usage du bois vert au Moyen Âge, in : Colardelle M. (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Vcongrès d’Archéologie Médiévale, Grenoble les 06-09 octobre 1993, Errance, Paris : 165-170.

Mille et al. 2014

Mille P., Couderc A., Fouillet N., Moine B. et Yvernault F. - Les bois et les objets composites (bois-métal) de la fouille du parking Anatole France à Tours (Indre-et-Loire), RACF, 53, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/racf/2154

Mille et Petit 2014

Mille M. et Petit J. - La vie du geste technique. Approche pluridisciplinaire, e-Phaïstos, III-1 : 43.

Méreuze et Alix 2016

Méreuze R. et Alix Cl. - Identifier des modes de travail du bois chez les Thuléens par la photogrammétrie et la réalité virtuelle, Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 146, URL : https://journals.openedition.org/nda/3834

Pailler 2013

Pailler J.-M. - Le goût de la trace, pour une ichnosophie raisonnée, in : Janot F., Giuliato G. et Morin D. (dir.), Indices et traces : la mémoire des gestes, Actes du colloque international - 16, 17 et 18 juin 2011, Presses universitaires de Nancy, Nancy : 363-380.

Plisson 1993

Plisson H. - Le travail des matières animales tendres : de l’outil vers le processus, in : Anderson P. C. (dir.), Traces et fonction : les gestes retrouvés, Actes du colloque international de Liège, 8-10 décembre 1990, 2 vol, Gap : 15-19 (ERAUL ; 50).

Porcheron 2019 en cours

Porcheron M. - Expérimenter l’équarrissage des poutres : stratégies d’action, expertise et constante motrice.

Pousset, Locatelli et Lavier 1990

Pousset D., Locatelli C. et Lavier C. - Dendrochronologie et archéodendrométrie, évolution et développements, in : Anderson P. C. (dir.), Traces et fonction : les gestes retrouvés, Actes du colloque international de Liège, 8-10 décembre 1990, 2 vol. : 257-295 (ERAUL ; 50).

Raynaud 2002

Raynaud C. - “ À la hache ” ! Histoire et symbolique de la hache dans la France médiévale (xiiie-xve siècles), Le Léopard d’Or, Paris, 700 p (Cahiers de recherches médiévales et humanistes).

Rodda et al. 2015

Rodda N., Bril B., Goujon A. L. et Shim K. - Ethnographier le “ tour de main ”. Une proposition méthodologique pour un défi toujours actuel, ethnographiques.org, 31, décembre 2015, La part de la main [enligne] https://www.ethnographiques.org/2015/Rodda-Bril-Goujon-Shim

Roux 1993

Roux V. - Travail des matières dures animales et minérales : réflexion sur la description des gestes techniques, in : Anderson P. C. (dir.), Traces et fonction : les gestes retrouvés : actes du colloque international de Liège, 8-10 décembre 1990, 2 vol., Liège : 162 (ERAUL ; 50).

Roux et Brill 2002

Roux V. et Bril B. - Observation et expérimentation de terrain : des collaborations fructueuses pour l’analyse de l’expertise technique, in : Bril et Roux 2002 : 29-48.

Roux et Bril 2002

Roux V. et Bril B. - Regards croisés sur le geste technique, in : Bril et Roux 2002 : 7-12.

Ruzicka, Blaha et Janak 2008

Ruzicka P., Blaha J. et Janak K. - Les traces du travail du bois, in : Hoffsummer P., Eeckhout J. (dir.), Matériaux de l’architecture et toit de l’Europe, Les dossiers de L’IPW, Namur : 256.

Torchy 2011

Torchy L. - Fonction et gestion des outils préhistoriques à l’aide de la tracéologie et de l’archéologie expérimentale : l’exemple du chasséen méridional (Néolithique moyen), in : Janot F., Giuliato G. et Morin D. (dir.), Indices et traces : la mémoire des gestes, Actes du colloque international - 16, 17 et 18 juin 2011, Presses universitaires de Nancy, Nancy : 243.

Semenov 1964

Semenov S. A. - Prehistoric technology; an experimental study of the oldest tools and artefacts from traces of manufacture and wear, Cory, Adams & Mackay, London, 211.

Uomini et Gowlett 2013

Uomini N. et Gowlett J. - La latéralité manuelle préhistorique, les outils et le langage, Revue de primatologie [En ligne], document 57, URL : https://journals.openedition.org/primatologie/1810

Haut de page

Annexe

Annexe : Poids et longueurs des doloires, expérimentation Guédelon juin 2015

Principes de codage :

NT : initiales

F : type de situation, familières ici.

E ou D : expert ou débutants

H ou F : homme ou femme

D ou G : droitier ou gauchers

1, 2… : N° d’essai

Poids des outils

Lexique

Aubier, n. m. Partie tendre de l’arbre, plus ou moins large, selon les espèces, et située entre l’écorce et le bois parfait (ou cœur de l’arbre, duramen) : “ chaque année, une partie de l’aubier se transforme en bois parfait ; le bois meurt alors, et n’est plus irrigué par la sève ” (CPCD).

Barbilles, n. f. “ Petite barbe ”, fibres de bois plus ou moins arrachées laissées à la surface des pièces débitées (É. B.).

Clameau, n. m. Le clameau est une petite barre de fer dont les deux extrémités sont relevées perpendiculairement ; si elles sont dans un même plan, le clameau est dit plat, simple ou à une face ; si elles sont dans deux plans différents, le clameau est dit à deux faces. Il sert à stabiliser une bille de bois sur des tréteaux en équarrissage.

Dégauchissage, n. m. Rendre des pièces de bois droites et planes.

Dendrométrie, n. f. Étude des différentes mesures des arbres (taille, volume, etc.).

Dosse, n. f. Chute d’équarrissage ou de sciage; l’une de ses faces est plane, tandis que l’autre conserve la forme extérieure et convexe de l’arbre (enlevée pour effectuer un dégrossissage, pour permettre ensuite l’aplanissage).

Grume, n. f. Tronc d’arbre abattu, ébranché, recouvert de son écorce, et non encore sectionné en billes (CPCD).

Intrados, n. m. Face interne d’une pièce de bois courbe.

Podale, adj. Relatif au pied.

Praxéologie, n. f. Science de l’action humaine.

Xylologie, n. f. Science qui étudie les bois dans leur dimension structurelle principalement mais aussi anatomique et physicochimique.

Sources principales : Bouticourt É. - Charpentes méridionales. Construire autrement : le Midi rhodanien à la fin du Moyen Âge, Honoré Clair, Arles, 2016 : Glossaire p. 305-321 et Dictionnaire de la langue française : supplément... par E. Littré suivi d’un Dictionnaire étymologique de tous les mots d’origine orientale par M. Devic, Hachette, Paris, 1886.

Haut de page

Notes

1 Situé dans l’Yonne, Guédelon est un chantier de construction d'un château médiéval qui expérimente les techniques de cette époque.

2 Le crantage, l’engobage (Hurè 2013) ou entaillage (Ruzicka, Blaha et Janak 2008 : 120) est regroupé par certains auteurs dans l’étape générale d’ébauchage (Calame 2004 : 118-119).

3 Le sens d’équarrissage n’a pas été abordé ici, ce sujet étant en cours de traitement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - La situation de l’équarrissage dans la chaîne opératoire globale de production d'une poutre.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-1.jpg
Fichier image/, 1,6M
Titre Fig. 2 - Processus d’équarrissage d’un tronc.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-2.jpg
Fichier image/, 552k
Titre Fig. 3 - Carte heuristique du processus d’équarrissage d’un tronc.
Crédits M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-3.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Fig. 4 - Traces de crantage bilatéral et unilatéral (expérimentation Guédelon 2017 et dessin d’une phase de crantage.
Crédits Cliché M. Porcheron ; dessin d’après E. Bouticourt 2016, gravure sur bois 1487
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-4.jpg
Fichier image/, 536k
Titre Fig. 5 - Percussion pour une hache et pour une doloire
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-5.jpg
Fichier image/, 772k
Titre Fig. 6 - Trajectoire d’une hache (à gauche) et d’une doloire (à droite).
Crédits Dessin de P. Ruzicka (2008)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-6.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Fig. 7 - Différents types d'outils suivant les périodes du Moyen Âge.
Crédits Dessin d'après Spannier J, Doloires X-XVII Recherches et dessins 2007, Pepange (non publié)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-7.jpg
Fichier image/, 208k
Titre Fig. 8 - Caractéristiques des traces sur les bois archéologiques ou sur les bois expérimentaux de Guédelon.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-8.jpg
Fichier image/, 448k
Titre Tabl. 1 - Référentiel de traces à partir des bois expérimentaux de Guédelon.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-9.jpg
Fichier image/, 4,2M
Titre Fig. 9 - Photogrammétrie de l'entrait 2 face ouest, église Saint-Georges à Rochecorbon (Indre-et-Loire).
Crédits Cliché M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-10.jpg
Fichier image/, 2,0M
Titre Fig. 10 - Modelage de la trace sur des bois expérimentaux avec indication au dos de l’outil utilisé et trace originelle.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-11.jpg
Fichier image/, 312k
Titre Fig. 11 - Ombrages réalisés au crayon qui renseignent sur l’orientation et la surface totale de la trace.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-12.jpg
Fichier image/, 272k
Titre Fig. 12 - Mesure de l’angle de pénétration par rapport au plan d'équarrissage vertical en ayant posé au préalable un rapporteur sur la face supérieure de la poutre et inséré une fine lame (symbolisée par la ligne verte) dans la fente.
Crédits Cliché M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-13.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 13 - Mire de calibration et mires sur l'outil, la poutre et l’équarrisseur.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-14.jpg
Fichier image/, 120k
Titre Fig. 14 - Photogrammétrie de l’entrait 5 face est, de l’église Saint-Georges à Rochecorbon, Indre et Loire.
Crédits Cliché M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-15.jpg
Fichier image/, 796k
Titre Fig. 15 - Comparaison de traces verticales relevées sur un bois expérimental à Guédelon (a) (2017) et celles vues sur une poutre de l’église de Saint-Georges à Rochecorbon (b).
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-16.jpg
Fichier image/, 656k
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-17.jpg
Fichier image/, 36k
Titre Tabl. 2 - Critères de différenciation des outils utilisés lors de l’expérimentation effectuée à Guédelon en juin 2018.
Crédits Cliché M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-18.jpg
Fichier image/, 352k
Titre Tabl. 3 - Graphique des ratio Longueur de traces/Longueurs de tranchant entre experts (Initiales_E) et débutants (Initiales_D) avec des doloires à partir de l'expérimentation effectuée à Guédelon, 2015.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-19.jpg
Fichier image/, 464k
Titre Tabl. 4 - Ratio longueur de tranchant/moyenne de la longueur de la trace pour des doloires.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-20.jpg
Fichier image/, 188k
Titre Tabl. 5 - Comparaisons avec la même doloire entre débutant et expert.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-21.jpg
Fichier image/, 196k
Titre Tabl. 6 - Ratio Trace la plus longue /moyenne des longueurs de traces pour une doloire.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-22.jpg
Fichier image/, 184k
Titre Fig. 16 - Méthode 1.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-23.jpg
Fichier image/, 24k
Titre Fig. 17 - Méthode 2.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-24.jpg
Fichier image/, 28k
Titre Fig. 18 - Dessins des traces suivant les méthodes utilisées.
Crédits M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-25.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Fig. 19 - Comparaison d’équarrissage entre droitier et gaucher pour des traces inclinées.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-26.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 20 - Traces expérimentales de droitier et gaucher avec une doloire et des brèches, expérimentation Guédelon 2015.
Crédits Clichés M. Porcheron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-27.jpg
Fichier image/, 1,1M
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/3794/img-28.jpg
Fichier image/, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Porcheron, « Tracéologie du bois d’époque médiévale », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 58 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/racf/3794

Haut de page

Auteur

Manuel Porcheron

Doctorant, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES, Université de Tours, MSH Val de Loire, BP 60449, 37204 Tours, manuel.porcheron@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page