Navigation – Plan du site

Nouvelle parution : supplément no 73

Une agglomération artisanale gauloise à Blois (Loir-et-Cher). Le site de la Croupe
Sous la direction de Nicolas Peyne
Avec la collaboration de Christelle Bélingard, Estelle Bidault, Jérôme Brenot, Guillaume Maza, Émilie Roux-Capron, Florian Sarreste et Murielle Troubady et Élodie Wermuth

ISBN : 978-2-913272-59-0

ISSN : 1159-7151

45 € + port

FERACF 2019

324 pages

Ouvrage publié avec le concours du Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Centre-Val de Loire, du bureau d’étude Evéha et de la Ville de Blois

Image 10000000000002B5000003E6C4B4DF716BFD2C7B.jpg

Installée au débouché d’un très ancien franchissement de la Loire, la ville de Blois joue depuis plus de deux millénaires le rôle de halte à un carrefour entre la voie fluviale et une voie terrestre transversale. On sait en effet de longue date que cette fonction remonte à la toute fin de l’âge du Fer par la découverte de vestiges du ier siècle av. n. è. sur le promontoire du Château, qui suggère que le lieu était occupé par un oppidum situé aux confins sud-ouest du territoire carnute.

La fouille de la Croupe, conduite en 2010, a fortement étoffé ce dossier des origines de Blois. L’étude d’une superficie d’1 ha, à l’occasion de la construction d’un lotissement, a en effet démontré qu’une véritable agglomération s’était développée dès le iiie siècle av. n. è. sur une montille située dans le lit majeur du fleuve, à 1 600 m au sud du château et à 1 200 m en aval du pont attesté depuis l’époque romaine. La fouille a livré des vestiges variés parmi lesquels il faut mentionner des fours de potier, des traces d’atelier d’artisans du métal et surtout une série de puits dont le boisage en partie conservé a permis d’obtenir des bornes dendrochronologiques qui nous renseignent sur la datation des objets associés.

Au total, la fouille de la Croupe révèle un nouvel exemplaire de ces agglomérations à vocation artisanale et commerçante qui se sont épanouies dans la période de fort développement économique et démographique que la Gaule a connue aux iiie et iie siècles av. n. è. Par l’abondant mobilier archéologique qu’elle a livré, elle apporte une contribution substantielle à la connaissance de la culture matérielle des Carnutes de la fin de l’âge du Fer.

SOMMAIRE

Introduction

Chapitre 1. Présentation du site

1.1. En marge de la cité des Carnutes

1.2. L’âge du Fer à Blois

1.3. Géoarchéologie d’un site en plaine d’inondation

1.4. Les premières traces d’occupation sur le site

Chapitre 2. Étude des contextes de l’agglomération de la fin de La Tène

2.1. Les structures

2.2. L’organisation spatiale des structures

Chapitre 3. Le mobilier

3.1. La céramique

3.2. L’instrumentum

3.3. Les monnaies

3.4. L’exploitation des animaux

3.5. Les ressources végétales

Chapitre 4. La chronologie de l’occupation laténienne

4.1. Élaboration du système chronologique

4.2. Description détaillée de l’évolution du faciès mobilier

Chapitre 5. Économie du site

5.1. L’artisanat

5.2. Le commerce

Chapitre 6. Dynamique de l’agglomération artisanale de Blois la Croupe

6.1. L’organisation spatiale : permanences et évolutions

6.2. Le statut

6.3. L’agglomération de la Croupe : une agglomération artisanale de la fin de l’âge du Fer

Bibliographie

Catalogue

Document annexe

Haut de page