Skip to navigation – Site map

HomeNumérosTome 59L'espace funéraire et le site gal...

Carte localisation

L'espace funéraire et le site gallo-romain de la “ Barrière du Lot ” aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme) : fonds ancien et nouvelles données

The funerary area and the gallo-roman site of la “Barrière du Lot” in les Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme): old records and new data
Marion Dacko, Bertrand Dousteyssier, Paloma Lorente Sebastián, Catherine Breniquet, Frédérique Blaizot, François Blondel, Marie Bèche-Wittmann, Camille Gaumat and Marion Veschambre Patrac

Abstracts

Located in the so-called “Barrière du Lot” in the Martres-de-Veyre district, the “Chaumes d’Allier” funerary area consists of a burial site which was excavated between 1851 and 1923. The exceptional state of preservation of the organic remains which were unearthed there (hair, coffins, pieces of clothing, funerary furniture) granted the site its world-wide reputation although, paradoxically, it remained somewhat overlooked as a whole. The recent discovery of unpublished archival materials relating to the 19th-century and early 20th-century excavations, together with an archeo-anthropological study of the documents found at the Bargoin Museum in Clermont-Ferrand, provide a brand-new spatial approach to this funeral site. By shedding new light on the terms and conditions which governed the exploration of the site, the unearthed archives also allow us to understand its importance by attracting our attention to a number of graves barely seen or documented. These new documents, coupled with the archeological data coming from recent preventive and planned operations, allow us, at last, to get a global understanding of the ancien site known as “Barrière du Lot”, which had been interpreted for more than a century as an “urban area”.

Top of page

Full text

1Situé à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Clermont-Ferrand, le bourg des Martres-de-Veyre se développe au pied du plateau de Corent, en rive gauche de la rivière Allier, sur l’une de ses basses terrasses (Fig. 1). Plusieurs occupations antiques sont attestées sur la commune, notamment celle de la “ Barrière du Lot ” se développant au sud-est de la ville actuelle, dans une boucle de l’Allier, sur une superficie estimée entre 22 (Vallat 2002, vol. 2 : 1212) et 30 ha (Baret 2015, vol. 3 : 23). Occupé de l’époque augusto-tibérienne au début du iiie s. de notre ère selon la chronologie jusqu’alors admise par la communauté archéologique, ce site est interprété de longue date comme une “ agglomération ” (Lhéritier 1919, 1920 ; Romeuf et Romeuf 1978), parfois jugée comme l’une des plus vastes de la cité des Arvernes. Il faut pourtant admettre que d’importantes lacunes existent quant à la connaissance de ce pôle urbain, tant en termes d’organisation spatiale que de statut juridique. Le nom de cette bourgade antique n’est en outre pas avéré, même si “ Annoiolum ” constitue un candidat plausible (Fournier 1962 : 419, 453). Deux secteurs contigus, couvrant de faibles superficies, apparaissent toutefois mieux documentés. Il s’agit, d’une part, d’un “ quartier artisanal ”, au lieu-dit “ le Lot ”, fouillé essentiellement entre 1934 et 1957 par Jean-Raymond Terrisse, puis entre 1973 et 1982 par Anne-Marie (Vialatte) Romeuf et, d’autre part, d’un espace funéraire, découvert au lieu-dit “Chaumes d’Allier ” dès la seconde moitié du xixe s.

2

Fig. 1 - Localisation du site antique de la “ Barrière du Lot ” (Les Martres-de-Veyre) au sein de la cité des Arvernes.

Fig. 1 - Localisation du site antique de la “ Barrière du Lot ” (Les Martres-de-Veyre) au sein de la cité des Arvernes.

CAO : B. Dousteyssier, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

3Le “ quartier artisanal ”, pour reprendre la terminologie utilisée jusqu’à présent, regroupe notamment des activités de meunerie, de métallurgie, de tabletterie et de poterie. Les données archéologiques de ce secteur ont été partiellement mises à disposition de la communauté scientifique dans le 19e supplément à Gallia par J.-R. Terrisse (1968), puis par A.-M. Romeuf dans le deuxième cahier du Centre archéologique de Lezoux (Romeuf 2001). Après avoir réalisé en 1993 un mémoire de maîtrise sur Les Martres-de-Veyre aux ier et iie siècles de notre ère, Pierre Vallat synthétise une première fois les découvertes réalisées sur le site dans la notice communale de la Carte archéologique du Puy-de-Dôme (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 172-187), puis une seconde fois, en complétant et réactualisant les informations, dans la fiche consacrée à “ l’agglomération des Martres-de-Veyre ” incluse dans sa thèse de doctorat (Vallat 2002, vol. 2 : 1210-1265), portant sur l’occupation du sol de la Limagne des Buttes. Il ressort de ces études qu’environ 140 potiers ayant travaillé localement ont été reconnus grâce aux différentes estampilles relevées sur les céramiques sigillées produites in situ (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 178-181). Les ateliers des Martres-de-Veyre sont perçus comme des satellites du grand centre de production de Lezoux, seulement distants de 25 km, et entrent dans le réseau des centres de production céramique du val d’Allier, au même titre que Les Queyriaux(Bet et al. 1998), Vichy (Corrocher 1981 ; Augustin en cours) ou Toulon-sur-Allier (Vertet 1959 ; Salvaya et al. 2019) pour des exemples arvernes.

4À proximité de ces structures artisanales, un second secteur a été reconnu. Il correspond à un ensemble funéraire associant inhumations (dont certaines en cercueil) et structures de crémation, qui s’intègre désormais dans nos connaissances des pratiques funéraires antiques du centre de la Gaule (Blaizot et al. 2009). Il demeure toutefois exceptionnel en raison de l’état de conservation hors du commun des vestiges organiques. Dans la seconde moitié du xixe s., une série de découvertes fortuites réalisées au lieu-dit “ Chaumes d’Allier ”, d’abord en 1851 puis en 1893, livre en effet plusieurs sépultures d’hommes, femmes et enfants. Chevelures nattées, barbe, pièces vestimentaires complètes, sandales, chausses ou encore possibles couvertures, manteaux et linceuls sont intacts (Fig. 2). Leur est associé un mobilier funéraire varié : poteries, fioles en verre, pyxides en buis, vanneries, quenouille garnie de laine, dépôts alimentaires et végétaux, etc., ayant assuré la renommée mondiale d’un site resté paradoxalement méconnu dans sa globalité et ce, malgré des essais de rationalisation des inventaires et de reprises des fouilles.

Fig. 2 - Découvertes réalisées en 1851, 1893 et 1922 aux “ Chaumes d’Allier ”.

Fig. 2 - Découvertes réalisées en 1851, 1893 et 1922 aux “ Chaumes d’Allier ”.

A - Cercueil en sapin (SP47).
B - Petit coffret en bois et vases en céramique (SP46).
C - Tunique et ceinture en tissu (SP10).
D - Bas en laine (SP10).
E - Peigne, anneaux en bronze, fioles en verre, pyxides en buis (SP7).
F - Dépôts alimentaires et végétaux (SP7).
G - Fragment de tissu (SP indéterminée).
H - Vannerie et dépôt végétal (SP10).
I - Chevelures nattées (SP10 et 11).
J - Chaussons en laine (SP10 ?).
K - Sandales à semelles de bois (SP11 ?).
L-M - Souliers en cuir à semelles cloutées (SP2 et 10 ?).

Diapositives sur verre - Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole, GRA S 40)

5À partir de 1910, Auguste Audollent (1864-1943), professeur titulaire de littérature ancienne, doyen de la Faculté de Clermont-Ferrand et conservateur du musée municipal, s’attelle à un premier travail d’inventaire des tombes et de la soixantaine d’objets conservée au musée (Audollent 1911, 1912, 1921). Son étude, puis les opérations de terrain méthodiques qu’il engage en 1922 et 1923 sur la zone funéraire, défrayent la chronique en France et attirent l’attention de la presse étrangère (Angleterre, États-Unis) (Fig. 3). Les quelques publications relatives aux différentes phases de découvertes se concentrent sur l’état de conservation des défunts – qui suscitent effroi et curiosité –, le mobilier funéraire, les collections de textiles. Inventaires et descriptions demeurent toutefois approximatifs et ne permettent pas de renseigner précisément l’implantation topographique de l’ensemble funéraire ou encore son extension. Les travaux de synthèse qui suivent (Romeuf 2001 ; Vallat 1993, 2002 ; Dousteyssier 2011 ; Lauranson 2012 ; Baret 2015) soulignent alors les nombreuses zones d’ombre persistant dans la connaissance de cette zone funéraire, notamment quant à sa localisation précise, son organisation et sa chronologie. C’est à ces questions que le présent travail ambitionne de répondre.

Fig. 3 - Les sépultures des Martres-de-Veyre dans la presse française et étrangère entre 1912 et 1922.

Fig. 3 - Les sépultures des Martres-de-Veyre dans la presse française et étrangère entre 1912 et 1922.
  • 1 Le Programme collectif de recherches ArchéoMartres associe plusieurs institutions : l’Université Cl (...)
  • 2 La chaire archéologique est soutenue par la fondation de l’Université Clermont Auvergne (2019-2022) (...)

6Celui-ci s’appuie sur les résultats d’un programme de recherches collectif, le PCR “ ArchéoMartres ”1, lancé en 2017 et toujours en cours, qui trouve son prolongement dans un axe de la chaire archéologique “ Arvernes 2.0 ”2. Pluri-institutionnel et pluridisciplinaire, celui-ci a pour objectif l’étude intégrée de l’ensemble funéraire antique des Martres-de-Veyre par un réexamen des collections issues des fouilles du xixe s. et du début du xxe s. conservées au musée Bargoin de Clermont-Ferrand. Si nous étions assurés de l’existence d’inventaires actualisés réalisés par les agents du musée, la documentation des opérations archéologiques faisait encore défaut pour les explorations les plus anciennes. Nous nous sommes tournés vers les Archives départementales susceptibles d’abriter les données manquantes.

  • 3 Conservé aux Archives départementales du Puy-de-Dôme à Clermont-Ferrand depuis son don en 1972, le (...)

7En septembre 2016, une première mission d’étude documentaire conduite par Marion Dacko a permis de redécouvrir au sein du fonds Auguste Audollent le contenu d’une boîte d’archives inédites composée d’environ 380 documents intégralement dédiés aux recherches sur l’espace funéraire antique des Martres-de-Veyre (19 J 20, Archives départementales du Puy-de-Dôme)3. Outre les archives détaillées des campagnes de fouilles conduites par A. Audollent au début des années 1920, cette boîte contient les écrits détaillés d’un contemporain des découvertes de l’année 1893, Jacques-Émile Kuhn, dont les activités archéologiques sont largement méconnues en Auvergne. Sa forte implication dans les travaux sur l’aire sépulcrale des Martres-de-Veyre est d’ailleurs restée jusqu’ici étonnamment confidentielle.

8Jetant un éclairage inédit sur les modalités d’exploration de l’ensemble funéraire des Martres-de-Veyre, les archives exhumées, couplées aux données archéologiques issues d’opérations préventives et programmées récentes, dont certaines sont totalement inédites, renouvellent intégralement l’approche spatiale de l’occupation funéraire antique. L’étude qui suit se fonde ainsi sur des méthodes complémentaires dont les résultats ont été croisés. La documentation ancienne issue des Archives départementales offre des précisions sur les méthodes de fouilles des scientifiques et érudits des xixe et xxe s., sur la localisation des espaces explorés référencés par le nom des propriétaires fonciers de terrains, connus par les plans du cadastre parcellaire dit napoléonien. Quelques photographies d’époque, certaines dues à la bienveillance de l’entreprise Michelin, confortent les lectures topographiques. Fouilles programmées plus récentes et diagnostics préventifs apportent des éléments chronologiques et topographiques fiables. Enfin, plusieurs campagnes de prospections aériennes et un levé Lidar complètent l’approche spatiale et autorisent une lecture croisée des vestiges antiques, des opérations archéologiques anciennes et de la topographie actuelle du site. Les résultats, on le verra, dépassent largement l’analyse des espaces funéraires et autorisent à aborder la compréhension globale du site. Enfin, l’ensemble funéraire a bénéficié d’une étude archéo-anthropologique entreprise en 2019 dans le cadre d’un master 2 par Paloma Lorente Sebastián, dirigée par Frédérique Blaizot (Lorente Sebastián 2019). L’ensemble de la documentation anthropologique hébergée au musée Bargoin a fait l’objet d’un inventaire rigoureux et d’une étude technique approfondie, avec les méthodes les plus actuelles de l’anthropologie funéraire. Il ressort du croisement de ces multiples approches une lecture renouvelée et inédite de l’espace funéraire de cette occupation antique de la cité des Arvernes. Aucune de ces méthodes prises isolément n’aurait permis une appréhension aussi fine de ce site remarquable, à plus d’un siècle de distance des premières explorations dont il fut l’objet, et en partant d’une documentation inévitablement lacunaire et vieillie.

Contexte et conditions de découvertes : nouvelles données sur l’historique des recherches

Les investigations de l’année 1893 à travers les archives de J.-E. Kuhn

9Ingénieur civil de formation, Jacques-Émile Kuhn (1834-1905) (Fig. 4) exerce l’activité de maître brasseur à la “ Brasserie du Centre ”, établissement fondé à Chamalières par son père en 1797, dont il assure la direction à partir des années 1860 (Anonyme 1877 ; Robert 1888 ; Tardieu 1904). C’est dans cette fabrique alors florissante que Louis Pasteur entame, à partir de 1871, ses travaux sur la fermentation et identifie des micro-organismes pathogènes comme responsables de l’altération des bières (Thinon 2016). Au cours des années 1890, période où l’entreprise familiale connaît des difficultés financières, l’industriel s’installe comme receveur-buraliste à Marcillat-en-Combraille (Allier), où il achève sa vie dans le dénuement (Le Blanc s. d.).

Fig. 4 - Portrait de Jacques-Émile Kuhn.

Fig. 4 - Portrait de Jacques-Émile Kuhn.

Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole, cote A 36434, couverture et extrait de son manuscrit “ Les Martres-de-Veyre – Études archéologiques ” (AD 63, 19 J 20)

  • 4 Fondateur des journaux La Mouche et Le Falot.
  • 5 Roses et Chardons, Alphonse Lemerre, Paris, 1873, 129 p. La légende des rues, histoire de mon temps (...)

10Parallèlement à ses activités économiques, J.-E. Kuhn, maire républicain de Chamalières entre 1876 et 1881, officie sous le pseudonyme de “ Job-Lazare ” en tant que journaliste4, romancier et poète5 (ibid.). Décoré des Palmes académiques, cet homme de lettres s’investit au sein de nombreuses sociétés savantes et de comités locaux (Puy-de-Dôme, Loire, Seine-Maritime) ou nationaux, tels que la commission pour l’Inventaire général des richesses d’art de France, initié par le ministère de l’Instruction publique en 1872. Il administre également le musée municipal de Clermont pendant quelques mois à la fin des années 1880, à la suite d’Ulysse Chabrol (Audollent 1908).

  • 6 Lettre expédiée par A. Bertrand à J. Déchelette le 4.03.1896, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bi (...)
  • 7 Une partie de cette correspondance est conservée à la bibliothèque du Musée Joseph Déchelette à Roa (...)

11J.-E. Kuhn se fait rapidement un nom dans les milieux érudits clermontois de la IIIe République en accumulant, pendant “ 40 ans de recherches actives et coûteuses ”, une collection de mobilier archéologique comptant environ 800 pièces, qui est alors considérée comme l’une des plus riches d’Auvergne (Aymar 1910). Provenant essentiellement de Clermont-Ferrand, Vichy, Moulins, Lezoux, Royat, Le Mont-Dore et Corent, les nombreux ensembles de céramiques, dont quelques séries sont dites remarquables et rares6, attirent l’attention d’Émile Espérandieu (1857-1939) et de Joseph Déchelette (1862-1914) avec lesquels J.-E. Kuhn entretient une correspondance7. Sa collection comprend en outre une partie du mobilier issu de ses propres investigations archéologiques aux Martres-de-Veyre en 1893 sur une zone d’ateliers de potiers et sur trois espaces funéraires. Certains de ces éléments alimentent alors plusieurs publications nationales (Espérandieu 1902 ; Déchelette 1904).

  • 8 Lettre expédiée par J.-E. Kuhn à J. Déchelette le 31.08.1902, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bi (...)

12Restés jusqu’ici inédits, les détails de ces opérations ont été rassemblés au sein d’une monographie commandée à J.-E. Kuhn par la “ Société des eaux minérales et thermales des Martres et de Corent ”, qui ambitionne la construction d’un établissement sur la commune au début du xxe s. (Anonyme 1900a et b ; Du Saladi 1900 ; Crozet 1979 ; Surmely 2004). L’abandon du projet d’aménagement en 1902 suspend la publication, au grand regret de son auteur8. Retrouvé dans le fonds Auguste Audollent, le manuscrit se présente sous la forme de trois carnets intitulés “ Les Martres-de-Veyre – Études archéologiques ”, dont un tiers des 418 pages est consacré à l’étude des espaces funéraires.

  • 9 D’autres investigations menées par la famille Chalvet n’ont fait l’objet d’aucun suivi archéologiqu (...)
  • 10 La globalité des investigations réalisées à l’échelle communale semble avoir été reportée sur un “  (...)
  • 11 Ces enquêtes ont été plus exhaustives que celles réalisées en 1852 par Auguste Peghoux et Gaspard D (...)

13Avant tout intéressé par l’histoire du plateau de Corent où il effectue régulièrement des ramassages de surface, J.-E. Kuhn possède quelques contacts locaux l’informant des découvertes sur la commune des Martres. C’est par ce biais que l’érudit est invité le 10 juin 1893 à superviser l’exploration de plusieurs tombes dans le terroir des “ Chaumes d’Allier ”, où les propriétaires se livrent à des investigations en tranchée étroite9. Les premières observations se déroulent en présence de personnes assermentées : maire, juge de paix, médecins, brigadier de gendarmerie et garde-champêtre (Kuhn 1894 : 179, 185). Découvrant le potentiel archéologique du secteur, J.-E. Kuhn décide d’intensifier les recherches en prenant la tête des opérations. N’ayant vraisemblablement bénéficié d’aucune subvention, il est envisageable que sa fortune personnelle ait servi à assurer plusieurs mois de fouilles archéologiques. Si la stratégie et la méthodologie mises en œuvre ne sont pas détaillées, il prend soin de localiser les espaces sondés sur un plan schématique10. La documentation iconographique reste pourtant modeste et ne compte qu’une quinzaine de croquis sans échelle graphique. L’érudit réalise également une série d’observations dans trois carrières d’extraction de sable et d’argile abandonnées ou en cours d’exploitation à proximité de la zone de fouilles. Son vaste réseau de correspondants lui permet en outre de s’appuyer sur divers spécialistes, tels que Anatole Roujou (1841-1904), anthropologue et préhistorien. Enfin, il profite de sa présence sur le terrain pour mener une enquête orale approfondie auprès des contemporains des découvertes de 1851 (propriétaires fonciers et ouvriers) (ibid. : 132-136)11.

14Achevant le chantier à l’hiver 1893, J.-E. Kuhn préconise une exploration plus méthodique de l’occupation funéraire qui “ pourrait arracher tous leurs secrets à ces vastes champs de repos, qui nous en ont livré déjà de si importants ; mais qui l’entreprendra jamais ! ” (ibid. : 199).

  • 12 Lettres expédiées par J.-E. Kuhn à J. Déchelette les 3.09.1902, 13.09.1902 et 13.01.1903, Roanne - (...)
  • 13 Lettre expédiée par J.-E. Kuhn à J. Déchelette le 13.09.1902, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bi (...)
  • 14 Lettre expédiée par A. Bertrand à J. Déchelette le 9.05.1896, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bi (...)
  • 15 Lettre expédiée par J.-E. Kuhn à J. Déchelette le. 31.08.1902 et le 7.01.1903, Roanne - Musée Josep (...)

15Si J. Déchelette a souligné les recherches approfondies de J.-E. Kuhn sur les officines de céramique sigillée des Martres-de-Veyre (Déchelette 1904 : 206-207), l’historiographie régionale a en revanche passé sous silence l’investissement de l’érudit dans l’étude de l’ensemble funéraire antique. Cette lacune pourrait en partie découler des rapports conflictuels que J.-E. Kuhn entretenait avec l’un de ses contemporains, Gérard-Arthème-Édouard Vimont (1829-1903), conservateur du musée et de la bibliothèque de Clermont-Ferrand depuis 189412. Ce dernier, qui souhaitait en effet publier à son compte les premières découvertes de l’année 1893, s’est fortement opposé à l’édition du manuscrit de J.-E. Kuhn. En retour, J.-E. Kuhn l’accusait d’avoir laissé se dégrader dans les réserves du musée une partie du mobilier funéraire mis au jour sous sa responsabilité. Écartant le musée de Clermont des potentiels lieux d’accueil de sa collection personnelle dans sa totalité, J.-E. Kuhn ambitionne alors de fonder un petit musée à Vichy vers 189513. Après l’échec de ce projet, il tente de mettre son mobilier à disposition du musée municipal de Moulins, moyennant une rente viagère14. Son décès stoppe les tractations avec le conservateur Alfred Bertrand et la très convoitée collection est dispersée en une seule journée, le 28 février 1907, dans une salle des ventes clermontoise (Anonyme 1907). Le nouveau conservateur du musée de Clermont, A. Audollent, acquiert à cette occasion une partie du mobilier céramique (Audollent 1908) et peut-être également le manuscrit de J.-E. Kuhn, dont on sait qu’il fut entre les mains de Joseph Déchelette au cours de l’année 190215.

Les campagnes de fouilles de 1922-1923 d’après les archives d’A. Audollent

  • 16 Lettre expédiée par E. Babelon à A. Audollent le 2.07.1906, AD 63, 19 J 19.
  • 17 Lettre expédiée par E. Babelon à A. Audollent le 5.08.1906, AD 63, 19 J 19.

16En 1906, achevant sa dernière campagne d’exploration du temple de Mercure au sommet du puy de Dôme, Auguste Audollent (Fig. 5) est invité par la Société Française des Fouilles Archéologiques et son président, Ernest Babelon, à s’investir sur un autre site prestigieux en Auvergne. L’attention de la Société se porte un temps sur l’oppidum de Gergovie16, mais c’est en définitive l’ensemble funéraire antique des Martres-de-Veyre qui est retenu. A. Audollent est alors sollicité pour diriger des opérations de terrain méthodiques sur le site, en collaboration avec Joseph Déchelette17.

Fig. 5 - Auguste Audollent en visite sur l’oppidum de Gergovie dans les années 1930.

Fig. 5 - Auguste Audollent en visite sur l’oppidum de Gergovie dans les années 1930.

Lybian Studies

  • 18 Lettres expédiées par A. Vernière à A. Audollent les 17 et 27.04.1922 et lettre expédiée par M. Fre (...)
  • 19 Lettre expédiée par M. Pouget à A. Audollent le 22.03.1922, AD 63, 19 J 20.

17Le chercheur s’engage rapidement dans le projet et les premières visites sur le terrain ont lieu dès 1909. Une décennie est toutefois nécessaire pour organiser le chantier, essentiellement en raison de rapports tendus avec les propriétaires fonciers peu enclins à mettre à disposition leurs terrains à titre gracieux. Les tensions s’apaisent grâce à l’entremise habile d’Antoine Vernière18, membre de l’Académie de Clermont-Ferrand, et de Michel Pouget, un cadre de l’usine Michelin19 et les interventions débutent finalement au début des années 1920. Entre-temps, J. Déchelette est tombé au champ d’honneur en octobre 1914, et c’est donc seul qu’A. Audollent affronte le terrain, mettant en œuvre une méthode de fouille éprouvée sur d’autres grands chantiers antiques.

  • 20 À partir du 31 mai 1923, les informations sont consignées sur des fiches n’ayant pas été mises au p (...)

18La stratégie de fouille, les contraintes techniques et le déroulement des chantiers sont documentés par un journal de bord de 18 pages intitulé “ Mes voyages aux fouilles des Martres-de-Veyre ”, tenu quasi quotidiennement20. Il est complété par six rapports d’opération destinés au Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, à la Société Française des Fouilles Archéologiques et à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Les aspects administratifs et budgétaires sont renseignés par cinq notifications de subventions, deux conventions pour la location des terrains, des attestations de paye à la main d’œuvre de terrain et un livre de comptes scrupuleusement mis à jour pendant 18 mois.

  • 21 En 1901, 1902 et 1906, J. Trouillard est en charge de la surveillance des fouilles du temple de Mer (...)

19Réalisées entre le 30 mai et le 29 juillet 1922, puis entre le 4 mai et le 18 juin 1923, les campagnes de fouilles durent environ trois mois (Audollent 1922-1923). En 1922, le chantier est stoppé pendant plus de trois semaines en raison des obligations universitaires d’A. Audollent et d’une forte pluviométrie. Constituées de quatre à six ouvriers et ponctuellement d’un jeune bénévole, les équipes de fouilles sont placées la première année sous la surveillance de Joseph Trouillard, ancien gardien de l’Observatoire météorologique du puy de Dôme21, et pour la seconde, de Clovis Bardet, retraité de La Samaritaine (ibid. : 14). Les équipes comptent aussi dans leur rang la majorité des propriétaires des terrains à explorer, témoins pour la plupart des découvertes de 1893 et guidant à l’occasion les recherches vers les secteurs les plus prometteurs. Les ouvriers sont également tenus d’exercer une vigilance accrue sur le chantier afin de prévenir tout risque de pillage (Audollent 1923a). A. Audollent s’entoure de plusieurs spécialistes qui viennent sur le terrain et analysent divers échantillons à sa demande, à l’instar de Raoul Chavastelon (1861-1928) et Jean Beauverie (1874-1938), respectivement professeurs de chimie et de botanique à la Faculté des Sciences de Clermont-Ferrand et des ingénieurs chimistes René Fric (1880-1970) et Félix Dorel (1875-1942).

20L’intervention se déroule sur une superficie de 1 120 m2, représentant environ 30 % de la surface des terrains acquis, explorés aux deux tiers dès la première année (Audollent 1922a). La stratégie consiste à sonder la zone au moyen de tranchées suffisamment larges pour éviter les gênes éventuelles liées aux émanations d’un gaz carbonique très acide et piquant ayant auparavant occasionné de nombreux incidents (vertiges, brûlures, asphyxie, mort d’animaux fouisseurs et d’oiseaux). L’équipe progresse méthodiquement d’ouest en est, en suivant des filons d’argile et des couches charbonneuses. Le terrain est systématiquement décaissé jusqu’au substrat, situé à une profondeur variant d’1,50 à 2,50 m, afin d’achever définitivement l’examen de ce secteur.

  • 22 L’usine Michelin a également mis à disposition un véhicule pour le transport du mobilier archéologi (...)

21Assuré par plusieurs institutions publiques et par une généreuse contribution de l’industriel Édouard Michelin, fondateur de la société de pneumatiques “ Michelin et Cie ”22, le budget des deux campagnes, s’élevant à environ 10 150 francs, est absorbé à hauteur de 75 % par la location pour deux années de quatre parcelles non cultivées et par le versement d’indemnités aux propriétaires fonciers. Les exigences financières des exploitants sont à l’origine de la décision d’A. Audollent de ne pas poursuivre les investigations après 1923, tout en recommandant fortement l’exploration des terrains plantés en vignes immédiatement au sud des parcelles sondées (Audollent 1923a : 3).

  • 23 “ Une bourgade gallo-romaine des Arvernes au iie siècle : Les Martres-de-Veyre ”, manuscrit de la c (...)
  • 24 La conférence a été annoncée, mais le contenu n’a pas été publié.
  • 25 Lettre expédiée par J. Toutain à A. Audollent le 21.05.1924, AD 63, 19 J 20.

22Si les notes retrouvées laissent transparaître une certaine déception due à des découvertes moins spectaculaires qu’au xixe s., les résultats acquis lors des deux campagnes de fouilles sont néanmoins communiqués à l’occasion de deux conférences à succès : la première donnée le 17 février 1924 au musée Guimet à Paris23, la seconde le 20 juin de la même année, lors de la 87e session du Congrès archéologique de France tenue à Clermont-Ferrand (Saintenoy 1925 : 473)24. La correspondance entre Jacques Toutain et A. Audollent atteste par ailleurs qu’un manuscrit très attendu par la Société Française des Fouilles Archéologiques devait être publié à la fin de l’année 192425. Sans que les raisons ne soient connues à ce jour, ce travail n’est jamais paru.

23L’occupation funéraire des Martres-de-Veyre a donc été étudiée à 30 ans d’intervalle par deux personnalités appartenant à des cercles distincts : J.-E. Kuhn, amateur éclairé, connu comme collectionneur, et A. Audollent, universitaire jouissant d’une solide position académique et d’une non moins solide réputation de chercheur. Si leurs méthodes de travail furent similaires (enquêtes orales, fouilles, recours à des spécialistes) mais sur des temporalités différentes, leurs objectifs paraissent assez éloignés. Tandis qu’A. Audollent souhaitait avant tout accroître les collections du musée de Clermont, J.-E. Kuhn s’intéressait à l’évolution historique de la commune des Martres-de-Veyre dans sa globalité ; en atteste dans son récit une large part consacrée à l’analyse diachronique des vestiges exhumés.

24Cependant, une question reste en suspens. Pourquoi A. Audollent, qui a interrogé les mêmes témoins que J.-E. Kuhn et qui semble avoir ponctuellement puisé dans son manuscrit, ne le mentionne-t-il que très furtivement, allant même jusqu’à affirmer que les recherches de l’ensemble de ses prédécesseurs n’avaient guère été pratiquées qu’“ au hasard ” (Audollent 1924) ? S’agit-il de défiance envers ce “ non-spécialiste ”, de fidélité en la mémoire de E. Vimont avec lequel J.-E. Kuhn était en profond désaccord, d’antagonisme politique ? J.-E. Kuhn est décédé en 1905 sans descendance directe ayant pu autoriser A. Audollent à utiliser ses écrits, celui-ci n’osa peut-être pas, par déontologie, faire sien le manuscrit d’un autre. Malgré cette part d’obscurité, J.-E. Kuhn apparaît aujourd’hui comme un protagoniste majeur, mais oublié, des études menées sur l’aire sépulcrale antique des Martres-de-Veyre. Les deux témoignages se recoupent et se complètent l’un l’autre, et jettent un éclairage inédit sur l’organisation d’un ensemble funéraire fouillé pour la dernière fois il y a presque 100 ans.

Vers une approche spatiale de l’espace funéraire

Localisation, emprise et modalités d’exploration

Lieu-dit “ Chaumes d’Allier ”

  • 26 Section D de Champ-Grand, 2e feuille, 20 mars 1820, AD63 - 51 FI 645.
  • 27 Levé Lidar aéroporté sur une zone de 20 km² autour du plateau de Corent. MSH de Clermont-Ferrand (p (...)

25Les observations réalisées entre 1851 et 1923 aux “ Chaumes d’Allier ” (lieu-dit cadastral actuel “ Chaumes d’Alios ”) se concentrent dans cinq parcelles contigües du plan parcellaire de 1820 (parcelles 851 à 855) 26, couvrant une superficie de 5 800 m2 (Fig. 6). Cet espace se situe à environ 150 m du cours actuel de la rivière Allier, sur l’un des derniers contreforts nord-est du plateau de Corent (Fig. 7). Le site s’établit sur le versant septentrional d’un petit coteau incliné du sud au nord, où l’altitude varie de 354 à 347 m jusqu’à la rue du Lot (Fig. 8). Au sud, le terrain accuse une arête très prononcée qui constitue la limite des explorations anciennes. À l’est (parcelle 855) et à l’ouest (parcelle 851), le tènement est entaillé par deux anciennes carrières d’extraction de sable exploitées de façon irrégulière du milieu du xixe s. à la première moitié du xxe s. par les tuiliers et briquetiers Dessalles-Vazeilles, Joseph Mary Vazeilles et Diéry Cellier-Degoile. Si ces travaux de décaissement ont permis de détecter la zone funéraire, ils ont aussi largement contribué à sa destruction. Nettement visible sur les données Lidar disponibles pour ce secteur27, l’emprise des deux sablières a en effet affecté un quart de la surface du tènement, parfois jusqu’à 5 m de profondeur.

Fig. 6 - Emprise des observations réalisées entre 1851 et 1923 sur le terroir des “ Chaumes d’Allier ”.

Fig. 6 - Emprise des observations réalisées entre 1851 et 1923 sur le terroir des “ Chaumes d’Allier ”.

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

Fig. 7 - Vue aérienne du terroir des “ Chaumes d’Allier ”et emprise des observations réalisées entre 1851 et 1923.

Fig. 7 - Vue aérienne du terroir des “ Chaumes d’Allier ”et emprise des observations réalisées entre 1851 et 1923.

Pictures Fabryc/CD63, 2018

Fig. 8 - Anciennes carrières d’extraction de sable exploitées par les tuiliers et briquetiers sur le tènement des “ Chaumes d’Allier ”.

Fig. 8 - Anciennes carrières d’extraction de sable exploitées par les tuiliers et briquetiers sur le tènement des “ Chaumes d’Allier ”.

Fond de plan : Combinaison par transparence ombrage et pente (données Lidar : MSH/IMAO, 2014) ; CAO : M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

  • 28 A. Audollent, “ Les Martres-de-Veyre ”, note du 17 novembre 1904, AD 63, 19 J 20. Exposés aux curie (...)

26La parcelle 851 apparaît comme la zone la plus mal connue du secteur. Explorée uniquement par les carriers, elle livre les premières sépultures exhumées en 1851, puis plusieurs séries d’inhumations28 ayant échappé aux observations des chercheurs locaux. Provenant des propriétaires et ouvriers, les informations recueillies par J.-E. Kuhn et A. Audollent se révèlent laconiques en termes de localisation des vestiges au sein de la parcelle, mentionnant tout au plus des découvertes en “ partie basse du terrain ”.

27La parcelle 855 est sensiblement mieux renseignée, essentiellement dans la partie méridionale du terrain. En 1893, les travaux d’extraction sont suivis par J.-E. Kuhn, qui réalise opportunément quelques observations dans le front de taille de la sablière. Trente ans plus tard, A. Audollent sonde la dernière partie intacte du terrain sur une surface de 160 m2.

  • 29 La découverte de sépultures par A. Audollent dans la moitié sud de la parcelle 853 fouillée par J.- (...)

28Les parcelles médianes (852-854), domaines des familles de cultivateurs martrois Fredot-Vessière, Chalvet-Dhôme et Jeanton-Chalvet, correspondent à la zone la mieux documentée du tènement. Elles sont successivement explorées par J.-E. Kuhn au cours de l’année 1893, ponctuellement par les propriétaires eux-mêmes sur une période de 30 ans, puis par A. Audollent en 1922 et 1923. Atteignant parfois 4 m de profondeur, les sondages des exploitants ne sont pas localisables en l’état de la documentation ; nous savons seulement que plusieurs tranchées ayant livré des vestiges se situent dans la zone cultivée de ces terrains, correspondant à la moitié nord des parcelles. Les écrits de J.-E. Kuhn, associés au seul plan schématique conservé dans son manuscrit, autorisent une cartographie approximative de l’emprise de ses investigations (Fig. 9), sans qu’il soit possible d’évaluer la surface réellement sondée29. Quant à A. Audollent dont les notes se révèlent davantage exploitables, la partie septentrionale des parcelles étant cultivée au début des années 1920, le chercheur s’est investi dans la moitié sud des terrains affectant une pente marquée d’environ 25 %. Ses interventions ont concerné 960 m2, soit approximativement 30 % de la superficie des trois parcelles (Fig. 9).

Fig. 9 - Cartographie des investigations archéologiques réalisées par J.-E. Kuhn en 1893 et par A. Audollent en 1922-1923.

Fig. 9 - Cartographie des investigations archéologiques réalisées par J.-E. Kuhn en 1893 et par A. Audollent en 1922-1923.

Fond de plan, pentes (données Lidar : MSH/IMAO, 2014) ; CAO : M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

29La confrontation des prises de vues réalisées en 1922 et des données Lidar permet de localiser une tranchée exploratoire en limite des parcelles 851 et 852. Il s’agit d’une fenêtre orientée nord-sud, longue d’une quinzaine de mètres pour une largeur d’environ 2,50 m, qui, au vu du journal de fouilles d’A. Audollent, correspond à la première exécutée lors de la campagne de 1922 (Fig. 10, a et b). L’accumulation des déblais rejetés dans la carrière limitrophe semble d’ailleurs avoir été laissée en place depuis cette période. D’autres dépressions orientées nord-sud ou est-ouest associées à des monticules sont visibles dans la parcelle 854 (Fig. 9). Elles se rapportent vraisemblablement à la présence de tranchées de recherche partiellement comblées et à des talus de déblais. Certaines anomalies en creux accusent encore une profondeur de plus de 2 m, coïncidant avec le gabarit des décaissements réalisés dans ce terrain. La documentation administrative conservée par A. Audollent, notamment les conventions de location des parcelles, spécifie que celles-ci n’ont fait l’objet d’aucuns travaux de rebouchage avant la libération des terrains par les équipes de fouilles. Il semble donc qu’une partie de la zone investiguée soit restée plus ou moins en l’état depuis la dernière campagne de 1923. Les premières orthophotographies disponibles indiquent qu’en 1946 cette partie du tènement est toujours dépourvue de cultures jusqu’au développement du couvert arbustif dans les années 1950, dont la densité a pu préserver jusqu’à aujourd’hui quelques vestiges matériels des fouilles anciennes. La partie septentrionale des terrains correspond à l’heure actuelle à un espace en friche livré aux passages d’engins motorisés (moto-cross) et servant ponctuellement de décharge sauvage (Fig. 7).

Fig. 10 - Le chantier archéologique dirigé par Auguste Audollent en 1922.

Fig. 10 - Le chantier archéologique dirigé par Auguste Audollent en 1922.

Diapositives sur verre - Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole, GRA S 40

30Ainsi, sur l’ensemble des parcelles des “ Chaumes d’Allier ” ayant livré sépultures et mobilier funéraire, les observations les plus exploitables, réalisées directement par J.-E. Kuhn et A. Audollent, concernent une surface relativement restreinte, atteignant environ 1 200 m2.

Lieu-dit “ Coudieu ”

  • 30 Section D de Champ-Grand, 2e feuille, 20 mars 1820, AD63 - 51 FI 645.

31La documentation ancienne permet également d’établir la présence d’autres sépultures au terroir de “ Coudieu ” (désormais “ le Lot ”), localisé à proximité du croisement entre le “ chemin du Lot ” et celui des “ Cavaliers ” (actuelle rue du Lot) (parcelle 89730), à environ 260 m au sud-est des “ Chaumes d’Allier ” (Fig. 11). Ce tènement, d’environ 900 m2, est exploré à l’occasion de l’ouverture d’une carrière d’argile plastique dans les années 1880-1890. L’exploitant, D. Cellier-Degoile, recueille alors une quantité non négligeable de mobilier céramique et métallique dans l’argilière sondée jusqu’à 6,60 m de profondeur. Au début des années 1890, parallèlement à son intervention aux “ Chaumes d’Allier ”, J.-E. Kuhn effectue quelques observations dans le front de taille, au gré des travaux d’extraction (Kuhn 1894 : 160). Il procède notamment au dégagement sommaire, visiblement en sape, d’une inhumation dite “ en pleine terre ” et “ associée ” à un crâne d’équidé ; il constate également la présence d’autres “ corps ” orientés la tête à l’est ou à l’ouest, situés à une profondeur variant d’1,50 à 2,50 m (ibid. : 105, 156). Déposé dans un banc d’alluvions consolidées ou dans des niveaux de sable, l’ensemble des restes humains s’avère très altéré ; aucun vestige organique n’est signalé (ibid. : 105, 156, 160). Les restes animaux semblent quant à eux “ remarquablement conservés ” (ibid. : 156).

Fig. 11 - Localisation des espaces funéraires des “ Chaumes d’Allier ” et de “ Coudieu ”.

Fig. 11 - Localisation des espaces funéraires des “ Chaumes d’Allier ” et de “ Coudieu ”.

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

  • 31 Cellier confirme également la découverte de restes appartenant à un cheval : A. Audollent, “ Visite (...)

32Trente ans plus tard, A. Audollent enquête sur le même terrain, à cette période rebouché et planté en vigne, dans lequel Cellier-Degoile affirme avoir reconnu au total une vingtaine de “ corps ” sans cercueil (Audollent 1922-1923 : 6, 11), dont certains avaient “ la tête écrasée par une pierre ”, phénomène observé par ce même exploitant dans la parcelle 851 des “ Chaumes d’Allier (ibid. : 3, 6)31.

33Si cette série de sépultures relativement distante des “ Chaumes d’Allier ” semble avoir bien peu retenu l’attention d’A. Audollent, ce n’était pas le cas de J.-E. Kuhn. Selon lui, les vestiges de “ Coudieu ” se rapportaient indiscutablement à ceux d’un “ champ funèbre gaulois ”, dont la majeure partie aurait été détruite lors de l’établissement des rails de chemin de fer au début des années 1850, occasionnant la mise au jour d’une quantité considérable d’ossements par les ouvriers (Kuhn 1894 : 153). Bien que le mobilier exhumé avec les sépultures dans la parcelle 897 ne nous soit pas parvenu, les descriptions détaillées de deux vases paraissent caractéristiques du répertoire de la céramique peinte arverne (ibid. : 158-160) reconnue au sein de nombreux ensembles de La Tène D1 en Limagne (Lauranson 2012 : 130).

  • 32 Ce mobilier, peu décrit par A. Audollent, ne peut être localisé précisément au sein des parcelles f (...)

34Le récit de J.-E. Kuhn vient ainsi appuyer les soupçons d’une occupation funéraire laténienne précédant le cimetière du Haut-Empire (Terrisse 1956 : 2 ; Vallat 2002 : vol. 2, 1213-1214), hypothèse basée jusqu’ici sur la présence d’au moins deux sépultures de La Tène D, qui demeurent cependant mal localisées au regard de la documentation disponible. L’une d’elles est matérialisée par la découverte fortuite vers 1851 d’un casque conservé au musée Bargoin renvoyant aux séries étrusco-italiques du iie s. avant notre ère (Mathieu 1857 ; Pernet 2010 ; Lauranson 2012). Le point de découverte de cet élément, qui va dans le sens d’une tombe au statut particulier – peut-être celle “ d’un auxiliaire de l’armée romaine ” – souffre de l’indigence des témoignages, mais quelques repères autorisent à le situer “ au pied du talus du Lot ” (Lauranson 2012 : 125, 139), soit non loin des vestiges exhumés dans la parcelle 897. Selon J.-E. Kuhn, les tombes de cette période s’étendaient jusqu’aux “ Chaumes d’Allier ” où les fouilles d’A. Audollent pratiquées en 1922 ont effectivement mis au jour un lot de mobilier caractéristique de la Tène D1, composé de trois vases laténiens attribuables au service à boisson prédominant dans les ensembles funéraires du iie s. av. J.-C. et deux fibules, dont une de type Nauheim (ibid. : 130-131)32.

35L’étendue du “ cimetière gaulois ” a été tracée par J.-E. Kuhn sur un plan qui n’est pas conservé (Kuhn 1894 : 151). À la lecture de ses écrits, on comprend seulement qu’il occupait un “ vaste emplacement ” sur les contreforts du plateau de Corent, bordé au nord par le “ chemin du Lot ” et à l’est par celui des “ Cavaliers ” (Fig. 11). Le cimetière romain aurait été “ déplacé vers l’ouest ” en raison de l’exploitation antique du gisement d’argile reconnu dans la parcelle 897 (ibid. : 105), même si J.-E. Kuhn conclut à une continuité spatiale entre les deux zones funéraires, selon lui contigües et se superposant au niveau du point de jonction des “ chemins du Lot ” et des “ Cavaliers ” (ibid. : 151, 155). C’est précisément ce secteur qui a été fouillé pendant dix ans par Anne-Marie Romeuf, révélant indirectement l’absence totale d’indice funéraire sur une emprise d’environ 1 100 m2 (Romeuf 2001 ; Lauranson 2012 : 139) (Fig. 12). L’opération a néanmoins mis au jour une fosse probablement domestique, dont le mobilier renvoie à La Tène D1 (Lauranson 2012 : 101, 139). Repérée en limite d’emprise, elle s’implante à moins de 40 m des vestiges de “ Coudieu ”.

36Force est de constater que l’état de la documentation disponible ne permet pas d’affirmer que les vestiges repérés aux “ Chaumes d’Allier ” et à “ Coudieu ” appartiennent bien au même ensemble, quelle qu’en soit la chronologie, ou s’il s’agit d’un éclatement des aires funéraires. Si l’extension des deux aires sépulcrales demeure inconnue, l’absence d’indice funéraire relevée au cours d’une série d’opérations préventives principalement prescrites dans les années 2000 et 2010 aux abords des “ Chaumes d’Allier ” permet néanmoins d’en circonscrire certains contours (Romeuf 1981 ; Pouenat 2002 ; Alfonso 2006 ; Muller-Pelletier 2010 ; Deberge 2013 ; Alfonso 2014 ; Gauthier 2015a et 2015b) (Fig. 12). En définitive, le croisement de la documentation ancienne et récente montre que les données les plus nombreuses et les plus détaillées se rapportent au gisement des “ Chaumes d’Allier ”, qui, lui seul, peut être pris en compte pour une réflexion sur la situation de cette aire funéraire.

Fig. 12 - Spatialisation des investigations anciennes et des opérations préventives réalisées dans le secteur de la “ Barrière du Lot ” aux Martres-de-Veyre.

Fig. 12 - Spatialisation des investigations anciennes et des opérations préventives réalisées dans le secteur de la “ Barrière du Lot ” aux Martres-de-Veyre.

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

Implantation topographique

Un secteur en bordure de routes anciennes

37La documentation exhumée dans le fonds Auguste Audollent apporte quelques précisions sur le schéma de la voirie antique de l’occupation de la “ Barrière du Lot ” ainsi que sur l’implantation de l’aire sépulcrale au sein de la trame viaire. Le récit de J.-E. Kuhn indique que l’espace funéraire reconnu aux “ Chaumes d’Allier ” se situait à la jonction de deux routes antiques, l’une pérennisée par le “ chemin des Martres à la Croix du Lot ” (Fig. 13, a), l’autre perpétuée par le “ chemin des Cavaliers ” (Kuhn 1894 : 104-105) (Fig. 13, b). Selon lui, le “ chemin des Cavaliers ” correspondait à une section d’une “ grande route romaine ” reliant la capitale Augustonemetum au sud du territoire arverne via le lac de Sarliève, les Martres-de-Veyre et le franchissement de la rivière Allier à Longues. D’importance plus locale, le “ chemin du Lot ” constituait “ un embranchement qui conduisait au cimetière ” (ibid. : 169). S’il apparaît que l’argumentaire de J.-E. Kuhn se fonde essentiellement sur la tradition locale et des indices toponymiques (ibid. : 104), plusieurs découvertes récentes viennent pour partie étayer ses propos.

Fig. 13 - L’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”au sein du réseau viaire antique (attesté ou supposé).

Fig. 13 - L’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”au sein du réseau viaire antique (attesté ou supposé).

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

38L’axe de la rue du Lot semble en effet avoir été influencé par le tracé d’une section de route antique documentée immédiatement au sud de la voirie actuelle, sur une distance d’environ 30 m et selon une orientation ONO-ESE (Alfonso 2006) (Fig. 13). Son fonctionnement est attesté au cours des deux premiers siècles de notre ère. Les diagnostics récemment réalisés au nord de la rue du Lot n’ont révélé aucun indice funéraire (Alfonso 2014 ; Gauthier 2015a, 2015b), ce qui tend à montrer que la route antique constituait ici la limite septentrionale de l’espace funéraire. L’ensemble des opérations archéologiques prescrites au nord et au sud de l’axe antique met d’ailleurs en évidence la présence d’une organisation fossoyée orthonormée de la période laténienne, dont la voie antique respecte l’orientation (Muller-Pelletier 2010 ; Lauranson 2012 ; Alfonso 2014 ; Gauthier 2015a, 2015b).

  • 33 J.-E. Kuhn indique d’ailleurs avoir étudié sommairement le cimetière de Saint-Martial, dans lequel (...)
  • 34 Compte-tenu de la précision du géo-référencement du plan parcellaire et des photographies aériennes (...)

39Au-delà de la Croix du Lot, deux tracés pourraient prolonger cette section de route. Sur une basse terrasse de l’Allier, au lieu-dit “ l’Espinasse ”, un tronçon a été reconnu dans la même orientation à environ 300 m au sud-est, sur une distance de 100 m (Deberge 2013) ; deux phases de fonctionnement sont ici avérées, une installation à la période tardo-laténienne (LTD2b ou augustéen), puis des réfections au cours de la période romaine, qui témoignent vraisemblablement d’une utilisation jusqu’au iie s. ap. J.-C. Sa continuité en direction du cours de la rivière est envisageable au regard des mentions contenues dans deux textes médiévaux du secteur de Saint-Martial localisé dans le méandre de l’Allier à 1 km plus à l’est, où existait un village dont l’occupation est attestée au moins depuis le début du xiie s. jusqu’à la fin du xviiie s.33 (Fig. 13). Les sources médiévales stipulent en effet le passage d’une route antique, la désignant par les termes “ ad viam romanam ” (Cartulaire de Sauxillanges, 1060-1062) et “ territorium de Via romana juxta iter tendens de Martris ad sanctum Marcialem ” (Liève de Monton, 1339). L’opération conduite à L’Espinasse a d’ailleurs révélé un état de voirie plus récent, moderne ou contemporain, décalé d’1 m au nord par rapport au tracé de l’axe antique ; il correspond probablement au “ chemin des Martres à Saint-Martial ” du plan parcellaire de 1820 (Fig. 13, c) et peut-être à une anomalie linéaire visible sur les photographies aériennes (Arduini et al. 1980 ; Dousteyssier 2005 : 84-87 ; Dousteyssier 2006 : 54-56 ; Dousteyssier 2007 : 78-80)34 (Fig. 14). C’est de plus en bordure orientale de cet axe que J.-E. Kuhn situe la mise au jour en 1874 d’une énigmatique statue anthropomorphe en chêne, aujourd’hui conservée au musée Bargoin (Fig. 15) (Kuhn 1894 : 106). Les circonstances de découverte demeuraient jusqu’ici inconnues (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 187), seule une étiquette liée à son inventaire la désignait comme “ dieu terme gallo-romain ”, sans plus de précision. Cette statue, conservée sur une longueur de 1,77 m pour une largeur de 0,30 m et 0,22 m d’épaisseur, est de prime abord d’aspect fruste, seuls le torse et les jambes fuselées sont représentés anatomiquement. On distingue néanmoins sur les côtés deux bras plaqués le long du corps, des reins cambrés et un objet (peut-être une épée ?) sans réel volume le long de la cuisse gauche. La tête, sans visage apparent, révèle une cassure ancienne, dont la partie manquante portait probablement des traits plus expressifs. Au niveau des pieds, est visible une découpe ou une cassure qui suggère que la statue était peut-être dotée d’un système permettant son ancrage dans le sol. En 2018, une analyse dendrochronologique a été tentée sur la statue par le biais d’imageries tomographiques à rayons X réalisées au centre de recherche de l’INRA Grand Est-Nancy (Blondel et al. à paraître). Les mesures de largeur de cernes rendues difficiles par la faiblesse de résolutions des images et par une croissance lente de l’arbre n’ont malheureusement pas permis l’obtention d’une séquence complète. Si les résultats demandent encore à être validés par l’apport d’une datation par le radiocarbone, les premiers indices, en relation avec le contexte de découverte, nous orientent autour du Haut-Empire, sans exclure la possibilité d’une datation plus ancienne. En effet, sans garantir l’emplacement d’origine de cet élément, il pourrait se rapprocher des exemples de statues en bois, le plus souvent datées de la Protohistoire, placées en bordure de chemins, de croisements et de franchissements de rivière, renvoyant à un bornage ou à la délimitation d’un territoire (Blondel 2018, vol. 1 : 600-604). J.-E. Kuhn certifie d’ailleurs que ce “ Terme de chêne ” marquait ici “ la limite du faubourg ” antique (Kuhn 1894 : 290).

Fig. 14 - Vestiges archéologiques reconnus en bordure immédiate des routes anciennes à la “ Barrière du Lot ”.

Fig. 14 - Vestiges archéologiques reconnus en bordure immédiate des routes anciennes à la “ Barrière du Lot ”.

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

Fig. 15 - Statue en chêne découverte à la “ Barrière du Lot ”.

Fig. 15 - Statue en chêne découverte à la “ Barrière du Lot ”.

Agence photographique Giraudon, s.d.

40Les clichés aériens effectués par Bertrand Dousteyssier depuis une vingtaine d’années livrent également les traces d’un autre ancien chemin, formant un carrefour avec la section de route précédemment décrite, probablement au niveau de l’angle sud-ouest du terrain de sport actuel. En l’état actuel des données, l’origine antique de cet axe n’est pas démontrée. Le tracé, reporté sur le cadastre napoléonien sous le nom de “ chemin de La Croix du Lot à Longue ” (Fig. 13, d), est bordé de nombreuses structures fossoyées (Fig. 14). Une énigmatique structure circulaire de 13 m de diamètre composée d’une succession de petites fosses mériterait d’être mieux caractérisée, au moins chronologiquement. Immédiatement au nord de cette structure, ce sont plus d’une trentaine de fosses allongées, d’environ 2 m de longueur pour 1 m de largeur, qui ont été révélées à la faveur de la sécheresse de 2011. Les fosses sont ordonnées et présentent une orientation générale quasiment ouest-est. Cet ensemble évoque une aire d’inhumations dont la datation, là encore, fait défaut.

41Une série de découvertes réalisées depuis le milieu du xxe s. paraît appuyer l’hypothèse de J.-E. Kuhn quant à l’origine ancienne du “ chemin des Cavaliers ” traversant la commune des Martres-de-Veyre du nord au sud.

42Entre 1934 et 1957, les fouilles entreprises par J.-R. Terrisse sur une officine de potiers au lieu-dit “ le Lot ” occasionnent des observations sur une portion du “ chemin des Roches ” (Fig. 13, e), situé dans l’axe du celui des Cavaliers (Fig. 14). Terrisse attribue alors une origine gauloise à ce chemin de terre qui jouxte le cours de l’Allier en direction du nord (Terrisse 1955 : 3). Notons que J.-E. Kuhn évoque le long de ce chemin “ un champ de sépultures très ancien ”, qu’il nomme la “ nécropole de la Croix-du-Loup ” (Kuhn 1894 : 175). Les prospections aériennes ont d’ailleurs révélé en bordure du “ chemin des Roches ” plusieurs structures, dont les morphologies renvoient clairement à la sphère funéraire (Dousteyssier 2019). Aux “ Soucheiroux-est ”, deux enclos fossoyés circulaires de 16 et 19 m de diamètre ont été détectés ainsi que deux enclos fossoyés quadrangulaires de 10 et 14 m de côtés. Aux “ Roches ”, un enclos fossoyé de 8 m de diamètre a été photographié en 2008 et, à 80 m au nord, c’est un imposant enclos circulaire de 23 m de diamètre, doté d’un fossé de 1 m de largeur, qui est régulièrement visible d’avion. La chronologie de ces enclos, dont les plus proches ne sont qu’à une centaine de mètres au nord de l’ensemble funéraire antique, n’est pas documentée, faute d’approche stratigraphique.

43Entre 1973 et 1982, A.-M. Romeuf étudie un secteur en bordure du “ chemin des Cavaliers ” où elle met au jour un canal sur une distance de 170 m longeant le chemin de 15 à 25 m à l’ouest (Fig. 14). Construit au début du ier s. de notre ère, cet aménagement, utilisé pour déverser les eaux alimentant la zone artisanale de l’agglomération, connaît une série d’élargissements et de remaniements au cours du Haut-Empire jusqu’à son abandon à la toute fin du iie s. (Vallat 2002). On constate que son tracé d’orientation NNO-SSE est strictement parallèle à l’axe du “ chemin des Cavaliers ”. Si la contemporanéité des deux structures linéaires ne peut être établie en l’état des données disponibles, leur orientation similaire suggère que le tracé de l’un est subordonné à l’existence de l’autre.

44Enfin, à l’intersection du “ chemin des Cavaliers ”, de la rue des Sources et de la rue de Longues, une colonne en arkose est détectée fortuitement en 2010 (Dacko et Dousteyssier 2014) (Fig. 13). La comparaison de son gabarit et de son matériau aux autres exemplaires retrouvés dans ce secteur de la cité arverne autorise à l’identifier comme une potentielle borne routière anépigraphe. Son emplacement d’origine étant toutefois inconnu, on ignore quel axe précis cette borne pouvait jalonner.

45L’aire funéraire des “ Chaumes d’Allier ” s’établit donc en bordure d’au moins un axe antique avéré, qu’elle devait légèrement surplomber au regard de son implantation à flanc de pente. Si cette situation topographique répond sans doute à une volonté de visibilité depuis l’espace de circulation, elle soulève la question du signalement des sépultures en surface. J.-E. Kuhn (1894 : 265) comme A. Audollent (1922-1923 : 2, 12) rapportent la découverte de deux coffres en pierre à couvercle pyramidal, témoignant ainsi de l’indication de certaines tombes par un marqueur extérieur. Ce choix d’implantation au contact d’une route amène également la question de la fréquentation de cet itinéraire : s’agissait-il d’un simple chemin desservant la zone funéraire comme le pensait J.-E. Kuhn ? Ou d’une voie d’accès à l’agglomération antique ? En l’état de la documentation, le rang hiérarchique et le statut juridique de cette voie restent inconnus.

Un espace au contact d’aménagements hydrauliques

46La documentation ancienne retrouvée aux Archives départementales du Puy-de-Dôme mentionne et localise de façon inédite plusieurs structures d’alimentation en eau, naturelles et anthropiques, sur le terroir des “ Chaumes d’Allier ”, et invite à questionner les liens existants entre l’aire sépulcrale et cet équipement hydraulique.

47La boucle formée par le cours de l’Allier sur les communes des Martres-de-Veyre et de Saint-Maurice-sur-Allier se caractérise par la présence de nombreuses sources minérales chargées en carbonate et en gaz carbonique recensées depuis la fin du xviiie s. (Dulaure 1789 : 412-413). Ces eaux, chaudes ou froides, salines et acidulées pour certaines, se singularisent par leurs vertus purgatives et curatives exploitées au moins dès le xixe s. (Vallat 2002 ; Surmely 2004). Au début du xxe s., 39 sources (petites à moyennes), dont certaines présentent des griffons de jaillissement, sont identifiées dans le lit même de la rivière, sur ses rebords ainsi que sur les basses et moyennes terrasses du cours d’eau (Rechat 1904 ; Mayoral 2018) (Fig. 16). À l’heure actuelle, une dizaine d’entre elles subsistent sur la commune des Martres-de-Veyre et sont bien localisées (Beauger et al. 2020) (Fig. 17). Les notes de J.-E. Kuhn et A. Audollent permettent désormais d’envisager la présence d’un ou plusieurs autres points de résurgence dans les terrains sur lesquels s’étend l’espace funéraire. J.-E. Kuhn mentionne en effet ici des “ griffons d’eau minérale ” et A. Audollent, plus précis, localise, dans la partie méridionale de la parcelle 855, “ un trou d’où l’acide carbonique sort avec bruit, comme un siphon d’eau de Seltz ”, dans lequel l’eau se trouve à faible profondeur. Si l’état de la documentation ne permet pas d’envisager un lien fonctionnel entre cette résurgence et l’espace funéraire, on peut toutefois se demander si la présence de cette source a joué un rôle dans l’implantation de l’aire sépulcrale ?

Fig. 16 - Griffon de la source des Roches vers 1920.

Fig. 16 - Griffon de la source des Roches vers 1920.

PhotothèqueCg63 – Tous droits réservés, cote 507 Fi 1601

Fig. 17 - Cours d’eau, sources minérales et structures hydrauliques au pied septentrional du plateau de Corent.

Fig. 17 - Cours d’eau, sources minérales et structures hydrauliques au pied septentrional du plateau de Corent.

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

48Au début des années 1890, les décaissements réalisés dans la carrière de sable de la même parcelle (855) ont en outre déterré les vestiges de trois structures, identifiées par J.-E. Kuhn comme des “ aqueducs ” et des “ canalisations ” antiques orientés selon un axe est-ouest (Kuhn 1894 : 100-103). Le premier aménagement, situé à 1,50 m de profondeur, s’apparente à un conduit voûté de section rectangulaire, large de 0,55 m et façonné grossièrement en “ moellons sans mortier ” (Fig. 18, 1). Selon ses notes, le vide du canal atteint 0,30 m de hauteur pour une largeur de 0,15 m, bien que son croquis figure une section carrée à cet endroit. L’ensemble repose sur une couche de “ terre glaise tassée ” et est surmonté d’un niveau semblable d’une épaisseur de 0,35 m.

49À 10 m au sud a été repéré l’orifice d’un tuyau cylindrique en terre cuite, dont les parois mesurent 2 cm et le diamètre intérieur 8 cm. La profondeur d’enfouissement de cette canalisation n’est pas précisée.

50Enfin, à 2 m de profondeur, un aménagement formé de planches en chêne et recouvert de “ pierres plates ” a été observé selon la même orientation (Fig. 18, 2). D’une hauteur de 0,30 m pour une largeur de 0,25 m, l’ensemble a été enveloppé dans une épaisse couche d’argile ; sur la partie inférieure des planches était clouée avec soin “ une bande de plomb ” d’une épaisseur de 3 cm.

Fig. 18 - Types de structures antiques d’alimentation en eau rencontrés mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”et à ses abords.

Fig. 18 - Types de structures antiques d’alimentation en eau rencontrés mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”et à ses abords.

DAO : M. Dacko d’après Kuhn 1894 : 102 ; CAO : C. Brossard d’après Muller-Pelletier 2010 : 104

51Si les périodes précises de fonctionnement de ces différentes structures destinées à la circulation de l’eau ne sont pas établies, deux autres sections d’ouvrages hydrauliques sont attestées à seulement 40 m à l’ouest des “ Chaumes d’Allier ” (Fig. 17 et 19) ; s’orientant également d’est en ouest, elles sont assurément en usage au cours des deux premiers siècles de notre ère. En 2007, l’aménagement du lotissement “ Manlhiot ” a en effet permis d’étudier un petit aqueduc maçonné au mortier (Muller-Pelletier 2010 : 103-107). Cet ouvrage soigné, installé à 1,20 m de profondeur, mesure 0,60 m de hauteur de la base jusqu’à la voûte ; la pente de l’intérieur du conduit atteint 0,5 % sur une distance d’environ 40 m. L’ensemble témoigne d’une sélection rigoureuse des matériaux : “ galets très calibrés de basalte dense pour le radier de fondation, dalettes [sic] de marno-calcaire pour les piédroits et galets de pouzzolane pour la voûte ” (ibid. : 103) (Fig. 18, 3), que l’on constate aussi dans l’aménagement des structures hydrauliques d’époque romaine reconnues sur le plateau de Corent (Poux et al. 2014 : 74-89).

Fig. 19 - Spatialisation des structures hydrauliques mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”et à ses abords.

Fig. 19 - Spatialisation des structures hydrauliques mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”et à ses abords.

Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand

52On notera d’ailleurs que les bâtisseurs avaient une bonne connaissance des qualités physiques des matériaux : le béton de tuileau, étanche, est utilisé pour faciliter la circulation de l’eau sans risque de déperdition et la voûte de ce petit édifice semble construit avec un mélange de blocs de pouzzolane et de mortier. Cette technique fait écho aux préconisations de Vitruve (De l’architecture, II, 6, 1), qui signale les remarquables qualités du mélange pouzzolane/mortier de chaux dans les constructions en contact avec de l’eau.

53L’intervention du lotissement Manlhiot a également livré un fragment de canalisation en terre cuite de section circulaire (Muller-Pelletier 2010 : 102), dont les caractéristiques sont assez conformes à celle repérée plus à l’est par J.-E. Kuhn. Enfin, les vestiges d’une canalisation ont été repérés avant 1970 en bordure de la RD 225, à l’est du croisement de la Croix de Saint-Jacques ; elle se présente sous la forme de tuyaux de terre cuite scellés au plomb (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 186) (Fig. 17).

  • 35 Le tracé de ces aménagements n’a regrettablement pas été cartographié par J.-E. Kuhn ; il est tout (...)
  • 36 Tableau d’assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune des Martres-de-Veyre, 1820, AD63 - (...)

54Sans pouvoir garantir la contemporanéité de l’ensemble de ces ouvrages orientés selon le même axe (est-ouest)35, le sens de l’écoulement de l’eau signalé, qui s’effectue d’ouest en est, est similaire pour toutes les structures et conduit à s’interroger sur les points de captage et d’aboutissement de ces réseaux hydrauliques. Selon J.-E. Kuhn, les eaux, provenant de “ la base du puy de Corent ”, étaient acheminées vers le terroir de Saint-Martial, où il situe un quartier résidentiel de l’agglomération romaine. Son témoignage fournit donc peut-être de nouveaux éléments sur le dispositif occidental d’approvisionnement en eau du pôle urbain, dont la question est soulevée depuis le début du xxe s. Certains avaient envisagé l’idée d’un canal d’amenée d’eau dérivé de la Monne aux environs de Veyre, à environ 2,5 km à l’ouest du site (Lhéritier 1919 : 272 ; Romeuf 1978 : 32), auquel les éléments repérés aux “ Chaumes d’Allier ” pourraient se rapporter. À la période moderne, un tel apport d’eau par gravitation est d’ailleurs attesté sur le même parcours par le “ béal de la Prairie ”, un canal d’irrigation longeant, sur une distance de 2,8 km, le “ chemin des Martres à la Croix du Lot ”, puis le “ chemin de Veyre à Vic-le-Comte ”36 (Fig. 17 et 19). On remarque que les structures hydrauliques bordent également l’axe antique documenté dans ce secteur, sans toutefois en respecter strictement l’orientation.

55Faut-il envisager que cet équipement qui traversait ou jouxtait l’aire sépulcrale ait également servi aux besoins en eau des pratiques funéraires ? L’une des structures décrites par J.-E. Kuhn va peut-être dans ce sens : le dispositif associant planches de bois, joints en plomb et gangue d’argile, trahit en effet un soin particulier pour empêcher tout contact avec l’eau extérieure (infiltrations, eaux de pluie, etc.) et nous évoque un aménagement destiné à acheminer l’eau vers un point de collecte (fontaine ?).

56Le croisement des archives anciennes et des données de terrain plus récentes renouvellent ainsi l’état des connaissances sur l’implantation de la zone funéraire des “ Chaumes d’Allier ” dans le paysage antique du secteur. Proximité des infrastructures de transport, présence de l’eau et topographie représentent autant de facteurs ayant vraisemblablement déterminé, au cours du Haut-Empire, le choix de cet espace périurbain, localisé en périphérie immédiate de la zone artisanale, à moins de 100 m de distance des plus proches ateliers de potiers dégagés sur le site.

Structuration interne de l’aire sépulcrale

Répartition des sépultures dans les terrains explorés

57Nous avons replacé toutes les sépultures découvertes dans ces terrains de façon approximative sur un plan schématique (Fig. 20). En effet, la délimitation des terrains explorés par J.-E. Kuhn et A. Audollent, ainsi que les indications sur les propriétaires fonciers, sont les seuls éléments à avoir pu être reportés, autant que faire se peut, sur le cadastre parcellaire dit napoléonien ; l’emplacement exact des sépultures, dont les différents types sont désignés par des symboles, reste inconnu.

Fig. 20 - Plan schématique de l’organisation interne de l’ensemble funéraire des “ Chaumes d’Allier ” d’après les archives inédites du fonds Auguste Audollent (AD 63, 19 J 20).

Fig. 20 - Plan schématique de l’organisation interne de l’ensemble funéraire des “ Chaumes d’Allier ” d’après les archives inédites du fonds Auguste Audollent (AD 63, 19 J 20).

DAO : P. Lorente Sabastián, M. Dacko 2020

58La situation des tombes mises au jour entre 1851 et 1893 a été réalisée en tenant compte des informations de J.-E. Kuhn relatives à la subdivision du terrain, ce qui permet d’évaluer la part non explorée des terrains à la fin du xixe s. Les sépultures découvertes entre 1900 et 1923 ont été repositionnées au moyen des descriptions sommaires d’A. Audollent (Audollent 1922-1923 : 4-6) et des annotations manuscrites trouvées dans des vases ossuaires conservés au musée Bargoin.

  • 37 Bilan de toutes les découvertes réalisées et comptage des sépultures conduits dans le cadre d’un ma (...)
  • 38 SP5, 6, 75 ?, 79 ?, 80 ?, 81 ?, 82 ?, 83 ? et 87 ?
  • 39 Il est bien évident que la locution “ pleine terre ” employée dans les sources écrites ne désigne e (...)
  • 40 Pour la terminologie, voir Blaizot 2009 : 175-176.
  • 41 Contrairement aux indications d’A. Audollent qui signalait le terrain de Chalvet-Frédot comme la zo (...)

59On peut dénombrer un total de 87 sépultures fouillées37, dont la provenance est identifiée pour la plupart d’entre elles (neuf restent “ sans attribution ”38) (Tabl. 1). Ce nombre élevé compte des sépultures restées jusqu’à présent inédites, ce qui explique qu’il s’éloigne de ceux, plus réduits, établis lors des inventaires précédents : 9 (Lauranson 2012 : 122) et 20 inhumations (Dacko 2017 : 44-45). Il englobe les inhumations et les structures de crémation citées par les sources (SP1-70) et les vases ossuaires conservés au musée qui n’ont pas pu être associés à une découverte précise (SP71 ?-87 ?). L’une des richesses de cet ensemble funéraire tient aux différents types de sépultures identifiés sur une faible superficie : des inhumations en cercueil et dites “ en pleine terre ”39, des dépôts de crémation40 en vase ossuaire, dans des coffres de pierre ou de bois, ainsi que dans une amphore et un dolium (Fig. 21). Les sépultures se répartissent dans les terrains de façon égale, sans que l’on perçoive une zone de concentration41.

Tabl. 1 - Bilan des sépultures mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”.

Tabl. 1 - Bilan des sépultures mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”.

P. Lorente Sebastián, 2020

  • 42 La profondeur des squelettes et des cercueils reste floue, ainsi que le suggèrent les chiffres rond (...)

60On aurait pu tenter d’établir une chronologie de l’ensemble funéraire en prenant comme critère le niveau d’enfouissement des sépultures : confrontée à la chronologie du mobilier associé le cas échéant, la profondeur d’enfouissement pourrait permettre d’établir un phasage. Le niveau d’ouverture de chaque fosse n’a cependant pas été enregistré lors des fouilles, tandis que les travaux agricoles ayant fortement remodelé la partie septentrionale du terrain et l’imprécision des sources écrites inhérentes aux mesures relatives42 rendent toute tentative de phasage de l’ensemble funéraire sur ce critère fort discutable.

Fig. 21 - Données de l’architecture funéraire des “ Chaumes d’Allier ”.

Fig. 21 - Données de l’architecture funéraire des “ Chaumes d’Allier ”.

Des inhumations et des crémations : un même espace

  • 43 Dans les réserves du musée : Martres de Veyre Non Inventorié - Caisse 5, Boîtes 13.6 et 13.7.

61En ce qui concerne l’organisation interne de l’ensemble funéraire, J.-E. Kuhn décrit une localisation distincte des dépôts, avec les inhumations circonscrites dans la moitié nord de l’ensemble funéraire, et les dépôts de crémation concentrés dans la partie sud du terrain “ Chalvet-Dhôme ”. Ces dernières, contrairement aux inhumations, sont décrites comme étant bien ordonnées, situées à une distance plus ou moins égale les unes des autres (0,50-0,60 m), à l’exception des tombes 32 et 33 qui étaient côte à côte (Kuhn 1894 : 259), ce qui suggère peut-être des concessions. Il argumente cette subdivision entre le “ cimetière à incinération ” et le “ champ à inhumations ” en mentionnant des “ piquets en bois de chêne ” distants de 2 m et enfouis à la même profondeur que les vases ossuaires (ibid. : 245), qui selon lui, sépareraient matériellement les deux espaces. Trente ans après, A. Audollent ne mentionne aucune sorte de subdivision de l’ensemble funéraire. Dans son journal de fouilles, il fait mention de structures illustrant les deux pratiques, l’inhumation et la crémation, coexistant dans le même terrain ; en 1922, il note dans le terrain “ Cellier ” cinq inhumations et au moins huit structures de crémation (Audollent 1922-1923 : 6-10). Les restes osseux conservés au musée Bargoin, provenant des fouilles d’A. Audollent, corroborent ses écrits, même si leur terrain de provenance exact reste inconnu : ils ont été apportés au musée comme un ensemble, et, parmi eux, se trouvent mélangés des restes d’inhumations et des restes de crémations. Par exemple, un ischium gauche, deux dents, un fragment d’os temporal gauche et autres restes provenant de squelettes non-brûlés sont mêlés à des fragments osseux brûlés, dont entre autres, une scapula gauche et une diaphyse d’humérus conservées dans un sachet marqué comme provenant de “ Herbe, terrain Jeanton à 1 m environ de profondeur ”43. Par conséquent, la subdivision de l’ensemble funéraire en fonction du mode de traitement du corps n’est pas confirmée.

  • 44 Les dimensions approximatives données par J.-E. Kuhn sont dues à l’altération de l’aire de crématio (...)

62Toutefois, des aires de crémations mentionnées par J.-E. Kuhn se situeraient à l’extrémité sud-est du terrain “ Chalvet-Dhôme ” et à l’extrémité sud de la carrière orientale, propriété de Cellier (Kuhn 1894 : 277-280). À proximité de la première (A), de 2 × 2 m, est signalé un grand nombre de dépôts de crémation qui pourrait lui être associé (SP22-37). Une deuxième aire de crémation (B), d’environ 2 × 1,5 m44, non décrite, n’est pas mise en relation, par l’auteur, avec des dépôts de crémation aux alentours immédiats.

63L’orientation des sépultures à inhumation, est très variable : aucune tendance particulière ne se dégage : est-ouest (SP2, 44, 45, 49, 51), ouest-est (SP49-50) SO-NE (SP7 et 9), sud-nord (SP8, 10, 11, 43) nord-sud (SP52) et ESE-ONO (SP46-48). Par ailleurs, l’orientation des sépultures semble plutôt varier en fonction de l’archéologue qui rapporte la découverte ; par exemple, les sépultures indiquées par J.-E. Kuhn ont une orientation prépondérante sud-nord (SP8, 10-11) et SO-NE (SP7-9), tandis que celles remarquées par A. Audollent sont orientées est-ouest et ESE-ONO (SP44-51), à l’exception de deux sud-nord/nord-sud (SP43 et 52). Cette variété pourrait certes traduire une organisation en enclos de cet espace funéraire, mais elle pourrait tout aussi bien refléter des repères spatiaux différents selon les auteurs ou encore une standardisation des mentions d’orientations lors de la rédaction des journaux de fouilles.

Le sexe et l’âge45 : des critères non-exploitables pour cet ensemble

  • 45 Les données apportées par les sources écrites sur l’âge et le sexe de l’individu sont indiquées dan (...)

64Rechercher l’organisation de l’ensemble funéraire en fonction du sexe des individus, se révèle également très audacieux. Il ne reste, au musée, que 21 vases ossuaires et quelques ossements appartenant à huit individus. Le sexe biologique n’a pu être estimé que pour une seule inhumation, celle de la sépulture SP48 (Bruzek 2002 ; Murail et al. 2005), tandis que l’étude anthropologique des vestiges recueillis dans les vases ossuaires n’a pas permis l’estimation du sexe. Les autres attributions sexuelles ont été recompilées à partir des sources écrites qui reposent sur les observations réalisées sur le terrain à partir des vestiges organiques conservés. Les sources écrites n’apportent pas d’informations significatives sur le sexe des individus ayant fait l’objet d’une crémation. J.-E. Kuhn indique un individu masculin en raison de “ poils de barbe ” recueillis au fond du vase ossuaire (Kuhn 1894 : 259) ; ce vase en jouxtait un deuxième, ce qui constitue un unicum sur le site (SP32 et SP33), les vases ossuaires étant décrits comme “ isolés ”.

65Comme pour le sexe, la plupart des âges assignés aux individus provient des sources écrites. Les os en présence de la collection étudiée en 2019 livrent les restes de deux individus immatures seulement, celui provenant probablement de l’inhumation 46 et celui du dépôt de crémation SP72 ? (Moorrees et al. 1963a et b ; Scheuer et Black 2000). Il est à noter que les restes osseux des sépultures 47 et 48 sont les seuls, parmi ceux conservés au musée Bargoin, à avoir pu être mis en relation avec une tombe précise, correspondant tous les deux à des individus adultes. D’après les sources écrites, six tombes d’enfant ont été identifiées dans l’ensemble funéraire ; la provenance exacte de l’une (SP40) est inconnue, la plupart (SP3, 4, 7 et 41) se trouvait dans la moitié occidentale de l’ensemble funéraire, correspondant aux terrains de la carrière “ Dessalles-Vazeilles ” et “ Chalvet-Fredot ”, à l’exception de la sépulture SP46 qui se trouvait à l’est, dans le terrain “ Cellier ”. Ces maigres informations pourraient illustrer une prédisposition à enterrer les enfants dans la moitié ouest de l’ensemble funéraire, sans les séparer des adultes qui sont mentionnés sur toute la surface de l’ensemble funéraire.

66L’ensemble de ces constats invite à conclure qu’en l’état des données, on ne peut guère discuter l’organisation de cet ensemble funéraire.

Des sépultures individuelles

67Presque aucune structure funéraire ayant renfermé plusieurs individus n’a été repérée sur le terrain. Ainsi, on peut estimer que les tombes à inhumation de cet ensemble funéraire sont individuelles. Les vestiges issus des vases ossuaires contenaient aussi un seul individu, à l’exception de la SP84 qui renfermait les restes de deux individus, un très robuste et un autre plus gracile. Ce vase ossuaire se situait dans le terrain “ Cellier ”. Précisons qu’aucun des vases ossuaires en présence n’a pu être mis en relation avec ceux des sépultures mentionnées dans les rapports de fouilles ; on ne dispose d’aucune information sur cette sépulture.

  • 46 D’éventuelles analyses d’ADN, qui pourraient mettre en rapport les individus inhumés, ne sont pas r (...)

68Une association possible entre plusieurs individus peut être considérée ; il s’agit de la sépulture dite d’un sujet adulte féminin (SP2) et des squelettes de deux enfants (SP3 et SP4) découverts aux pieds de celle-ci (ibid. : 275). Ces inhumations ont cependant été découvertes en 1851 et les données relatives à leur emplacement réciproque sont succinctes et non-argumentées ; on ne peut donc en aucun cas affirmer que ces trois individus furent inhumés dans une seule fosse. Le signalement, par les découvreurs, de leur proximité pourrait résulter de l’extension de la fouille au-delà des limites de la fosse de l’individu adulte, et illustrer un mécanisme inconscient de l’esprit qui conduit à associer des enfants à une femme46.

  • 47 Ces sépultures, signalées uniquement par le témoignage de Cellier à A. Audollent, ne sont pas prése (...)

69Enfin, au sud des terrains explorés par J.-E. Kuhn, dix squelettes sont présentés comme étant “ disposés les uns contre les autres, et se touchant presque ”, recouverts par des linceuls et sans traces apparentes de cercueils (ibid. : 198-199). Vingt autres individus sont décrits dans les mêmes conditions sur le terrain de “ Coudieu ” (Audollent 1922-1923 : 11)47. Ces descriptions vont à l’encontre de sépultures individuelles, mais l’absence d’autres informations sur la fosse ou les fosses contenant les individus, ainsi que sur leurs relations exactes ne permettent pas de parler de sépultures plurielles.

Conclusion

70La (re)lecture des archives anciennes, couplée aux données archéologiques récentes sur les espaces funéraires de la “ Barrière du Lot ” aux Martres-de-Veyre est majeure. Elle permet de spatialiser, au moins pour celui des “ Chaumes d’Allier ”, les découvertes et d’en mesurer l’importance en livrant pour la première fois un nombre de sépultures entrevues ou bien documentées (a minima 87) et de proposer une chronologie étendue touchant les périodes laténienne et romaine. Il s’agit là d’une toute première étape, le programme de recherche en cours a pour ambition de “ faire parler ” au maximum, grâce à une équipe pluridisciplinaire, le mobilier funéraire dont l’état de conservation est hors-norme.

71La spatialisation des découvertes, présentée infra, invite à s’interroger sur le site lui-même. Qualifié d’agglomération antique, il entre parfaitement dans le schéma des “ agglomérations secondaires ” (Mangin et Tassaux 1992), avec un “ réseau viaire ” structurant des espaces, des “ quartiers artisanaux ” et une “ nécropole ”.

72Néanmoins, le changement de focale d’observation tend à montrer une réalité plus complexe, que l’on peine d’ailleurs à nommer. La discordance spatiale permet-elle d’individualiser le site de la “ Barrière du Lot ” de l’occupation contemporaine mise en évidence sur le plateau de Corent, voire de celle identifiée sur la commune de la Sauvetat, aux Grosmeniers (Dousteyssier 2011 : 77-78 et pl. XVIII ; Poux et Demierre 2015 : 656) ? Ne serait-on pas face à une entité cohérente, éclatée en plusieurs “ quartiers ” ou “ pôles ” avec des espaces plus ou moins spécialisés ? Ce modèle pourrait même trouver sa source dans une réalité gauloise plus vaste encore si l’on suit Matthieu Poux (2011 : 44) : “ il est parfaitement envisageable que les sites de Corent, Gondole et Gergovie n’aient constitué au milieu du ier s. qu’une seule et même agglomération, scindée en plusieurs pôles fonctionnels ”.

  • 48 La discontinuité peut être longitudinale, avec des espaces apparaissant vides (c’est-à-dire très so (...)

73La discontinuité spatiale48 de “ site ” pouvant correspondre à une même entité a d’ailleurs déjà été perçue dans la cité des Arvernes avec, d’une part, un “ espace périurbain multipolarisé ” pour Augustonemetum (Clermont-Ferrand antique) et les pôles de Royat/Chamalières, de Montaudou et des Côtes de Clermont (Dousteyssier 2011 : 17-19) et, d’autre part, un “ volcan sacralisé ” dédié à Mercure pour les découvertes antiques réalisées au pied, sur les versants et au sommet du puy de Dôme (ibid. : 26-44).

  • 49 Un sanctuaire, un théâtre, et de “ nombreux bâtiments maçonnés sur cave, constitutifs de plusieurs (...)

74Une meilleure documentation des découvertes réalisées à la “ Barrière du Lot ” au xixe et au début du xxe s., au-delà de l’apport majeur lié à l’état de conservation des vestiges, permet de poser une nouvelle fois la question des relations entre un espace funéraire, désormais mieux connu et plus substantiel que ce que l’on imaginait jusqu’alors, un “ quartier artisanal ”, mais également avec les structures présentes en contre-haut sur le plateau de Corent49, documenté depuis 2001 par les fouilles programmées dirigées par Matthieu Poux. Pourquoi, sur cet oppidum gaulois toujours occupé durant les premiers siècles de notre ère, aucune découverte funéraire gauloise ou romaine n’est à ce jour signalée ? Il y a presque 130 ans, il ne faisait aucun doute pour J.-E. Kuhn que les aires sépulcrales reconnues à la “ Barrière du Lot ” accueillaient les défunts d’une seule et même agglomération qui se développait sur le sommet du puy de Corent, sur ses flancs et à sa base (Kuhn 1894 : 284).

75On le voit, c’est à une réflexion ouverte sur la définition de ce qu’est une agglomération antique, secondaire ou non, qu’invitent ces premiers résultats.

Top of page

Bibliography

Fonds d’archives

Fonds Auguste Audollent, 19 J 19-24, Archives départementales du Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand.

Fonds Joseph Déchelette, Correspondance scientifique de Joseph Déchelette, Musée Joseph Déchelette – Bibliothèque, Roanne.

Sources antiques

Vitruve, De l’architecture, Livre II. Texte établi et traduit par L. Cabellat, avec la contribution de C. Jacquemard, Les Belles Lettres, Paris, 254 p. (Collection des Universités de France, 355).

Littérature scientifique

Alfonso 2006

Alfonso G. - Les Martres-de-Veyre, Rue du Lot (Puy-de-Dôme), Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 60 p.

Alfonso 2014

Alfonso G. - Les Martres-de-Veyre, Soucheiroux (Puy-de-Dôme, Auvergne), Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 72 p.

Anonyme 1877

Anonyme - Brasserie de MM. Kuhn et Ribeyre à Chamalières, Association française pour l’avancement des sciences, Comptes rendus de la 5e session tenue à Clermont-Ferrand en 1876 : 1149-1152.

Anonyme 1893

Anonyme - Une sépulture gallo-romaine, Le Petit Clermontois, 30.07.1893.

Anonyme 1900a

Anonyme - Les Martres-de-Veyre, Le Moniteur d’Issoire, 2.04.1900.

Anonyme 1900b

Anonyme - La station thermale des Martres-de-Veyre, Le Moniteur d’Issoire, 23.05.1900.

Anonyme 1907

Anonyme - La collection E. Kuhn, Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 20.02.1907.

Arduini et al. 1980

Arduini E., Barde Y., Bertachon J., Boudriot G., Claval J.-C., Loisel J.-L. et Pomie J. - Contribution de l’archéologie aérienne à l’étude de la cité des Martres-de-Veyre, Bulletin du Centre d’Études et de Recherches d’Archéologie Aérienne, n2 : 10-13.

Audollent 1908

Audollent A. - Le Musée de Clermont-Ferrand, Le Moniteur du Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand, 64 p.

Audollent 1911

Audollent A. - Les tombes à incinération du Musée de Clermont-Ferrand, Imprimerie nationale, Paris, 38 p.

Audollent 1912

Audollent A. - Nécropole des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 56e année, n2 : 77-82.

Audollent 1921

Audollent A. - Les tombes des Martres-de-Veyre, Man, a monthly record of anthropological science, vol. XXI, n11 : 161-164.

Audollent 1922a

Audollent A. - Rapport sommaire sur les fouilles exécutées en 1922 aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Archives départementales du Puy-de-Dôme, 19 J 20.

Audollent 1922a

Audollent A. - Nouvelles fouilles aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 66e année, n4 : 260-264.

Audollent 1922b

Audollent A. - Résumé de la communication de M. Audollent, Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 42 : 147-148.

Audollent 1923a

Audollent A. - Second rapport sommaire sur les fouilles exécutées aux Martres-de-Veyre (1923), Archives départementales du Puy-de-Dôme, 19 J 20.

Audollent 1923b

Audollent A. - Les tombes gallo-romaines à inhumation des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 13 : 275-328.

Audollent 1922-1923

Audollent A. - Mes voyages aux fouilles des Martres-de-Veyre, manuscrit inédit, Archives départementales du Puy-de-Dôme, 19 J 20, 18 p., 4 notes.

Audollent 1924

Audollent A. - Les Martres-de-Veyre, L’Auvergne littéraire et artistique, 1 : 15-17.

Augustin en cours

Augustin L. - Aquæ Calidæ / Vichy : Une agglomération gallo-romaine en territoire arverne. Topographie urbaine, environnement archéologique et fluvial, thèse de doctorat, université Clermont Auvergne, en cours.

Aymar 1910

Aymar A. - Collections auvergnates, Revue de la Haute-Auvergne, 12 : 133.

Baret 2015

Baret F. - Les agglomérations “ secondaires ” gallo-romaines dans le Massif central (cités des Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques et Lémovices), ier siècle avant J.-C. - ve siècle après J.-C., thèse de doctorat, université Blaise Pascal, Clermont II, 1 057 p.

Beauger et al. 2020

Beauger A., Voldoire O., Wetzel C.E., Allain E., Millan F., Breton V., Kolovi S. et Ector L. - Biodiversity and ecology of diatoms in mineral springs of the area of Sainte Marguerite (Saint-Maurice-ès-Allier, Massif Central, France), BIOM – Revue scientifique pour la biodiversité du Massif central, 1.

Bet et al. 1998

Bet Ph., Boudriot G., Chappet C. et Vallat P. - Un nouveau centre de production de céramique sigillée en gaule. Le site des Queyriaux à Cournon d’Auvergne (Puy-de-Dôme), SFECAG, Actes du Congrès d’Istres, Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Marseille : 263-269.

Blaizot 2009

Blaizot F. (dir.) - Pratiques et espaces funéraires dans le Centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Gallia, tome 66, fascicule 1, 388 p.

Blondel 2014

Blondel F. - Un cercueil en sapin de l’époque gallo-romaine parfaitement conservé découvert aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), in : Bet Ph. et Dousteyssier B. (dir.), Éclats Arvernes. Fragments archéologiques (ier-ve siècle apr. J.-C.), Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand : 254-255.

Blondel 2018

Blondel F. - Approvisionnement et usages du bois en Auvergne, du Second âge du Fer au Moyen Âge, thèse de doctorat, université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon, 2200 p.

Blondel et al. à paraître

Blondel F., Bèche-Wittmann M., Dacko M., Dousteyssier B., Gaumat C., Jamois T. et Veschambre M. - Terminus ! Énigme partiellement résolue, in : Bet Ph. et Dousteyssier B. (dir.), Éclats Arvernes 2. Fragments archéologiques (ier-ve siècle apr. J.-C.), Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

Bouillet 1851

Bouillet J.-B. - Découverte aux Martres-de-Veyre, L’Ami de la Patrie, 3.10.1851.

Bouillet 1861

Bouillet J.-B. - Musée de Clermont-Ferrand, Imprimerie P. Hubler, Clermont-Ferrand, 212 p.

Bouillet 1874

Bouillet J.-B. - Description archéologique des monuments celtiques, romains et du Moyen Âge du département du Puy-de-Dôme, classés par arrondissements, cantons et communes, Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand, 16, vol. 47 : 175-176.

Bruzek 2002

Bruzek J. - A Method for Visual Determination of Sex, Using the Human Hip Bone, American Journal of Physical Anthropology, 117 : 167-168.

Charvillat 1913

Charvilhat G. - Mobilier d’une sépulture gallo-romaine des Martres-de-Veyre (P.-de-D.), G. Mont-Louis, Clermont-Ferrand, 5 p.

Corrocher 1981

Corrocher J. - Vichy antique, fascicule XXII, Institut d’Études du Massif central, Clermont-Ferrand, 425 p.

Crozet 1979

Crozet R. - L’Auvergne qui guérit par ses saints, ses sources, ses guérisseurs, Éditions Horvath, Roanne, 189 p.

Dacko 2017

Dacko M. - L’occupation antique des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Rapport d’étude documentaire, maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, université Clermont Auvergne : 44-45.

Dacko et Dousteyssier 2014

Dacko M. et Dousteyssier B. - Redonner des voies à des bornes muettes. Bornes milliaires anépigraphes de la cité des Arvernes, in : Bet Ph. et Dousteyssier B. (dir.), Éclats arvernes. Fragments archéologiques (ierve siècle apr. J.‑C.), Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont‑Ferrand : 50-51.

Deberge 2013

Deberge Y. - Les Martres-de-Veyre, L’Espinasse, Puy-de-Dôme, Auvergne, Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 118 p.

DÉchelette 1904

Déchelette J. - Les vases céramiques ornés de la Gaule romaine (Narbonnaise, Aquitaine et Lyonnaise), vol. 1, Picard et fils, Paris, 380 p.

Desbouis 1867

Desbouis G. - Découvertes de sépultures aux Martres-de-Veyre, manuscrit 1119, f°38-43, Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole.

Dousteyssier 2005

Dousteyssier B. - Survols archéologiques au-dessus de la plaine de Limagne (Puy-de-Dôme), Campagne 2005, Rapport de prospection-inventaire, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 198 p.

Dousteyssier 2006

Dousteyssier B. - Survols archéologiques au-dessus de la plaine de Limagne (Allier, Haute-Loire, Puy-de-Dôme), Rapport de prospection-inventaire, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 353 p.

Dousteyssier 2007

Dousteyssier B. - Campagne 2007 de prospections aériennes archéologiques (Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme), Rapport de prospection-inventaire, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 2 vol.

Dousteyssier 2011

Dousteyssier B. - La cité des Arvernes, ier-iie siècles apr. J.-C., Lemme edit, Chamalières, 119 p. (Collection Illustoria, 13).

Dousteyssier 2019

Dousteyssier B. - Campagne 2019 de prospections aériennes archéologiques (Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme), Rapport de prospection-inventaire, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 2 vol.

Dulaure 1789

Dulaure J.-A. - Description des principaux lieux de France, contenant des détails descriptifs et historiques sur les provinces, villes, bourgs, monastères, châteaux, 5ème partie : Auvergne, Chez Lejay, Paris, 608 p.

Du Saladi 1900

Du Saladi Ch. - Une nouvelle station thermale. La station des Martres-de-Veyre, La Gazette des eaux, Journal hebdomadaire d’hydrologie et de climatologie médicales, 43e année : 16.

EspÉrandieu 1902

Espérandieu É. - Estampilles sur poterie rouge, Revue épigraphique, tome quatrième, n104, n107 : 267-271 et 279-281.

Fournier 1962

Fournier G. - Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le haut Moyen-âge, Presses universitaires de France, Paris, 678 p. (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Clermont-Ferrand, 2e série, fasc. XII).

Gauthier 2015a

Gauthier F. - Les Martres-de-Veyre, Puy-de-Dôme, Auvergne. Rue du Lot (parcelle AK 236), Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 56 p.

Gauthier 2015b

Gauthier F. - Les Martres-de-Veyre, Puy-de-Dôme, Auvergne. Rue du Lot (parcelle AK 235), Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 54 p.

Kuhn 1894

Kuhn J.-E. - Les Martres-de-Veyre – Études archéologiques, manuscrit inédit, Archives départementales du Puy-de-Dôme, 19 J 20, 3 vol.

Lauranson 2012

Lauranson R. - avec la collaboration de Duchamp H., Foucras S. et Thomson I., “ Le Bay ” et “ Le Lot ” (Les Martres-de-Veyre, 63) : Occupation laténienne - Opération 2012 : bilan de la documentation bibliographique et matérielle, prospections pédestres, Rapport de prospection thématique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 151 p.

Le Blanc s.d.

Le Blanc P. - Curieux et bibliophiles de l’Auvergne et du Velay : Recueil de notes, documents originaux, lettres, notices imprimées, coupures de journaux, etc. formé par P. Le Blanc, avec indications généalogiques sur des personnages divers, Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole, manuscrit 1014, folios 206-208.

LhÉritier 1919

Lhéritier G. - La station gallo-romaine des Martres-de-Veyre, Revue d’Auvergne, 36 : 255-291.

LhÉritier 1920

Lhéritier G. - La station gallo-romaine des Martres-de-Veyre (suite), Revue d’Auvergne, 37 : 10-27.

Lorente SebastiÁn 2019

Lorente Sebastián P. - L’ensemble funéraire des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme). Étude de la documentation inédite et des restes osseux conservés au musée Bargoin (Clermont-Ferrand), mémoire de master 2 Sciences et Technologies, mention Bio-géosciences, parcours Archéothanatologie, université de Bordeaux, 1 vol.

Mangin et Tassaux 1992

Mangin M. et Tassaux F. - Les agglomérations secondaires de l’Aquitaine romaine, in : Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et archéologie, Fédération Aquitania, Bordeaux, 6 : 461-496 (6e supplément à Aquitania).

Martha-Becker 1851a

Martha-Becker - Procès-verbal de la séance académique du 5 juin 1851, Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l’Auvergne, 24 : 342.

Martha-Becker 1851b

Martha-Becker - Procès-verbal de la séance académique du 8 juillet 1851, Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l’Auvergne, 24 : 344.

Mathieu 1857

Mathieu P.-P. - Des colonies et des voies romaines en Auvergne, Imprimerie F. Thibaud, Clermont-Ferrand, 560 p.

Mayoral 2018

Mayoral A. - Analyse de sensibilité aux forçages anthropo-climatiques des paysages protohistoriques et antiques du plateau volcanique de Corent (Auvergne) et de ses marges par une approche géoarchéologique pluri-indicateurs, thèse de doctorat, université Clermont Auvergne, 372 p.

Mennessier-Jouannet 1997

Mennessier-Jouannet Ch. - Les Martres-de-Veyre, Lieu-dit Le Lot, Rapport de suivi de terrassements (23 et 27 octobre 1997), Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 4 p.

Moorrees et al. 1963a

Moorrees C.F.A., Fanning E.A. et Hunt E.E. - Age formation stages for ten permanent teeth, Journal of Dental Research, 42 : 1490-1502.

Moorrees et al. 1963b

Moorrees C.F.A., Fanning E.A. et Hunt E.E. - Formation and Resorption of Three Deciduous Teeth in Children, American Journal of Physical Anthropology, 21 : 205-213.

Muller-Pelletier 2010

Muller-Pelletier C. - Puy-de-Dôme, Les Martres-de-Veyre, “ Rue du Lot ”, Une zone foyère chasséenne, Rapport final d’opération de fouille archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 2 vol.

Murail et al. 2005

Murail P., Bruzek J., Houët F. et Cunha E. - DSP : a probabilistic sex diagnosis tool using world wide variation of pelvic bone measurements, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17, 3-4 : 167-176.

Pernet 2010

Pernet L. - Armement et auxiliaires gaulois (iie et ier siècles avant notre ère), Monique Mergoil, Montagnac, 548 p. (Collection Protohistoire européenne, 12).

Pouenat 2002

Pouenat 2002 - Les Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), 27 rue de Coudioux, Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 11 p.

Poux 2011

Poux M. - Corent : voyage au cœur d’une ville gauloise, Errance, Paris, 283 p.

Poux et al. 2014

Poux M., Milcent P.-Y. et Pranyies A. (dir.) - Corent Veyre-Monton (63), Fouille pluriannuelle 2014-2016, Rapport intermédiaire, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 486 p.

Poux et Demierre 2015

Poux M. et Demierre M. (dir.) - Le sanctuaire de Corent (Puy-de-Dôme, Auvergne) : vestiges et rituels, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 707 p. (62e supplément à Gallia).

Provost et Mennessier-Jouannet 1994

Provost M. et Mennessier-Jouannet C. - Le Puy-de-Dôme, Carte archéologique de la Gaule, 63/2, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Maison des Sciences de l’Homme, Paris : 172-187.

Rechat 1904

Rechat L. - Les eaux thermo-minérales de la Boucle de l’Allier, Les Martres-de-Veyre, Corent, Sainte-Marguerite, Imprimerie S. Monier, Clermont-Ferrand, 87 p.

Robert 1888

Robert E. - Une brasserie à Chamalières-Clermont, Puy-de-Dôme, Le Panthéon de l’industrie, 14e année, 717 : 374-375.

Romeuf 1978

Romeuf A.-M. - Un moulin à eau gallo-romain aux Martres-de-Veyre, Revue d’Auvergne, 92 : 23-41.

Romeuf 1981

Romeuf A.-M. - Four gallo-romain, rue du Lot aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Rapport d’opération de sauvetage, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 15 p.

Romeuf 2001

Romeuf A.-M. - Le quartier artisanal gallo-romain des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Laboratoire de céramologie antique de Lezoux, Lezoux, 2 vol., 458 p. (Collection Les cahiers du Centre archéologique de Lezoux, 2).

Romeuf et Romeuf 1978

Romeuf A.-M. et Romeuf J. - Chantier des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme). II. Fibule émaillée zoomorphe (campagne de 1973), Revue archéologique du centre de la France, 17, fascicule 1/2 : 27-28.

Saintenoy 1925

Saintenoy P. - Discours, Congrès archéologique de France, 87e session tenue à Clermont-Ferrand en 1924 : 473.

Salvaya et al. 2019

Salvaya F., Bet Ph., Vertet H., de Feraudy L. et Pilven-de Feraudy A. - Potiers tourneurs sur céramique sigillée et poterie peinte des ateliers antiques de Toulon-sur-Allier, SFECAG, Actes du Congrès de Maubeuge-Bavay, Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Marseille, à paraître.

Scheuer et Black 2000

Scheuer L. et Black S. - Developmental Juvenile Osteology, Academic Press, New York, 559 p.

Surmely 2004

Surmely F. - Les sources minérales oubliées du Massif Central, Éditions de la Montmarie, Ollièrgues : 147-152.

Tardieu 1877

Tardieu A. - Grand dictionnaire historique du département du Puy-de-Dôme, Imprimerie Desrosiers, Moulins, 209 p.

Tardieu 1904

Tardieu A. - Dictionnaire iconographique de l’ancienne Auvergne, c’est-à-dire liste générale de tous les portraits gravés, lithographiés, dessinés, concernant cette province, y compris les portraits peints des galeries des châteaux ou familles notables, avec une suite de personnages vivants dignes de mémoire, Imprimerie P. Raclot, Clermont-Ferrand : 118.

Terrisse 1955

Terrisse J.-R. - Rapport sur les recherches entreprises aux Martres-de-Veyre, Rapport de fouilles programmées, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 9 p.

Terrisse 1956

Terrisse J.-R. - Rapport sur les recherches entreprises aux Martres-de-Veyre, Rapport de fouilles programmées, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 57 p.

Terrisse 1968

Terrisse J.-R. - Les céramiques sigillées gallo-romaines des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 162 p. (19e supplément à Gallia).

Thinon 2016

Thinon R. - Un “ îlot brassicole ”. Brasseurs et brasseries à Lyon et dans le Rhône (fin xviiie siècle – 1914), thèse de doctorat, université de Lyon II, 1 495 p.

Vallat 1993

Vallat P. - Les Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme) aux ier et iie siècles de notre ère, mémoire de maîtrise, université Blaise Pascal, Clermont II, 1 vol.

Vallat 1996

Vallat P., avec la collaboration de Deberge Y. - Les Martres-de-Veyre, “ Le Lot ” (Puy-de-Dôme), Opération de surveillance et de relevés archéologiques, Service régional de l’archéologie, DRAC Auvergne, 39 p.

Vallat 2002

Vallat P. - Histoire de l’occupation du sol dans la Limagne des buttes (63) de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive, thèse de doctorat, université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, 5 vol.

Vazeilles 1893

Vazeilles - Une nouvelle tombe aux Martres-de-Veyre, La Dépêche du Puy-de-Dôme, 17.06.1893.

Vertet 1959

Vertet H. - L’officine de Toulon-sur-Allier, Rei Cretariae Romanae Fautorum, actes 2 : 67-73.

Vimont s.d.

Vimont E. - Notes, manuscrit inédit, Archives départementales du Puy-de-Dôme, 19 J 20.

Vissac 1893

Vissac M. de - Séance du 3 août 1893, Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, Compte rendu de séance, 13 : 212-213.

Top of page

Notes

1 Le Programme collectif de recherches ArchéoMartres associe plusieurs institutions : l’Université Clermont Auvergne, le musée Bargoin de Clermont-Ferrand, la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand et l’Institut national de recherches archéologiques préventives, auxquelles s’agrègent des laboratoires partenaires extérieurs, nationaux et européens. Les principaux représentants de ce PCR sont : Catherine Breniquet, Pr. d’Histoire de l’art et d’archéologie antiques qui le dirige, Marie Bèche-Wittmann et Christine Bouilloc, directrices du musée Bargoin, Bertrand Dousteyssier, ingénieur de recherche à l’USR 3550 du CNRS et Sébastien Gaime, DAST à l’Inrap, antenne du Brézet. À des titres divers, ces institutions soutiennent financièrement ce PCR, aux côtés de la DRAC Rhône-Alpes-Auvergne et du Conseil départemental du Puy-de-Dôme. Nous les remercions très chaleureusement. Nous sommes également très redevables à l’AMA, Association des Amis des Musées de Clermont-Ferrand, qui assure la gestion administrative de ce PCR.

2 La chaire archéologique est soutenue par la fondation de l’Université Clermont Auvergne (2019-2022). Elle est pilotée par B. Dousteyssier, l’axe concernant les Martres-de-Veyre est confié à C. Breniquet.

3 Conservé aux Archives départementales du Puy-de-Dôme à Clermont-Ferrand depuis son don en 1972, le fonds Auguste Audollent est répertorié sous la cote 19 J et se présente sous la forme de 25 boîtes d’archives (3.45 mètres linéaires). Les boîtes 19 à 24 regroupent l’activité scientifique d’A. Audollent produite entre 1893 et 1942 sur les sites puydômois d’Augustonemetum-Clermont-Ferrand, de Gergovie, du Temple de Mercure et des Martres-de-Veyre.

4 Fondateur des journaux La Mouche et Le Falot.

5 Roses et Chardons, Alphonse Lemerre, Paris, 1873, 129 p. La légende des rues, histoire de mon temps : politique, critique et littéraire, Lacroix, Verboeckhoven et Cie, Paris, 1869, 346 p.

6 Lettre expédiée par A. Bertrand à J. Déchelette le 4.03.1896, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bibliothèque / AJDL-BERTA002.

7 Une partie de cette correspondance est conservée à la bibliothèque du Musée Joseph Déchelette à Roanne que nous remercions pour la communication des documents.

8 Lettre expédiée par J.-E. Kuhn à J. Déchelette le 31.08.1902, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bibliothèque / AJDL-KUHN002.

9 D’autres investigations menées par la famille Chalvet n’ont fait l’objet d’aucun suivi archéologique en 1893, puis en 1912 ; certains vestiges ont par ailleurs été vendus sans avoir été étudiés (Lettre expédiée par A. Chalvet à A. Audollent le 26.07.1912, AD 63, 19 J 20).

10 La globalité des investigations réalisées à l’échelle communale semble avoir été reportée sur un “ plan général ”, regrettablement absent des volumes.

11 Ces enquêtes ont été plus exhaustives que celles réalisées en 1852 par Auguste Peghoux et Gaspard Desbouis, chargés par l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand de produire un rapport sur les découvertes de l’année 1851 (Desbouis 1867).

12 Lettres expédiées par J.-E. Kuhn à J. Déchelette les 3.09.1902, 13.09.1902 et 13.01.1903, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bibliothèque / AJDL-KUHN003, AJDL-KUHN004 et AJDL-KUHN006.

13 Lettre expédiée par J.-E. Kuhn à J. Déchelette le 13.09.1902, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bibliothèque / AJDL-KUHN004.

14 Lettre expédiée par A. Bertrand à J. Déchelette le 9.05.1896, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bibliothèque / AJDL-BERTA003.

15 Lettre expédiée par J.-E. Kuhn à J. Déchelette le. 31.08.1902 et le 7.01.1903, Roanne - Musée Joseph Déchelette - Bibliothèque / AJDL-KUHN002, AJDL-KUHN005.

16 Lettre expédiée par E. Babelon à A. Audollent le 2.07.1906, AD 63, 19 J 19.

17 Lettre expédiée par E. Babelon à A. Audollent le 5.08.1906, AD 63, 19 J 19.

18 Lettres expédiées par A. Vernière à A. Audollent les 17 et 27.04.1922 et lettre expédiée par M. Fredot-Vessière à A. Vernière le 22.04.1922, AD 63, 19 J 20.

19 Lettre expédiée par M. Pouget à A. Audollent le 22.03.1922, AD 63, 19 J 20.

20 À partir du 31 mai 1923, les informations sont consignées sur des fiches n’ayant pas été mises au propre. Les comptes rendus sont plus espacés et s’achèvent deux jours avant la fin du chantier.

21 En 1901, 1902 et 1906, J. Trouillard est en charge de la surveillance des fouilles du temple de Mercure conduites par A. Audollent (Fonds Auguste Audollent, AD 63, 19 J 19).

22 L’usine Michelin a également mis à disposition un véhicule pour le transport du mobilier archéologique au musée municipal de Clermont-Ferrand ainsi que le chef du service photographique, M. Mignard, qui a assuré les prises de vues lors de deux campagnes de fouilles. Si certains de ces clichés nous sont parvenus, nous ne possédons pour l’instant aucune trace des archives audiovisuelles mentionnées par A. Audollent le 25 juillet 1922.

23 “ Une bourgade gallo-romaine des Arvernes au iie siècle : Les Martres-de-Veyre ”, manuscrit de la conférence donnée par A. Audollent le 17.02.1924 au musée Guimet à Paris, AD 63, 19 J 20, 5 p.

24 La conférence a été annoncée, mais le contenu n’a pas été publié.

25 Lettre expédiée par J. Toutain à A. Audollent le 21.05.1924, AD 63, 19 J 20.

26 Section D de Champ-Grand, 2e feuille, 20 mars 1820, AD63 - 51 FI 645.

27 Levé Lidar aéroporté sur une zone de 20 km² autour du plateau de Corent. MSH de Clermont-Ferrand (programme AYPONA) - IMAO – 2014, projet financé par la région Auvergne.

28 A. Audollent, “ Les Martres-de-Veyre ”, note du 17 novembre 1904, AD 63, 19 J 20. Exposés aux curieux pour la somme de 0,20 francs ou 0,25 francs par leur découvreur, ces cercueils et leur contenu ont fait l’objet d’une tentative d’acquisition par A. Vernière. La transaction, d’un montant de 130 francs, n’a pas abouti ; on ignore si ce mobilier a été conservé.

29 La découverte de sépultures par A. Audollent dans la moitié sud de la parcelle 853 fouillée par J.-E. Kuhn trente ans plus tôt tend à montrer que ce dernier ne s’est pas livré à une fouille exhaustive des terrains.

30 Section D de Champ-Grand, 2e feuille, 20 mars 1820, AD63 - 51 FI 645.

31 Cellier confirme également la découverte de restes appartenant à un cheval : A. Audollent, “ Visite aux Martres-de-Veyre avec Antoine Vernière ”, note du 28 janvier 1912, AD 63, 19 J 20, 3 p.

32 Ce mobilier, peu décrit par A. Audollent, ne peut être localisé précisément au sein des parcelles fouillées aux “ Chaumes d’Allier ”.

33 J.-E. Kuhn indique d’ailleurs avoir étudié sommairement le cimetière de Saint-Martial, dans lequel il a mis au jour “ des morts ensevelis sans cercueil, dont la tête était seulement entourée de pierres plates, posées sur le champ, pour les garantir de la pression des terres ” (Kuhn 1894 : 175). Une note d’A. Audollent mentionne également l’étude du cimetière de Saint-Martial vers 1880 par M. Julien, professeur de géologie et de minéralogie à la faculté de Clermont-Ferrand (“ Visite aux Martres-de-Veyre avec Antoine Vernière ”, note du 30 octobre 1911, AD 63, 19 J 20, 1 p.).

34 Compte-tenu de la précision du géo-référencement du plan parcellaire et des photographies aériennes obliques (de l’ordre d’1 à 2 m), il subsiste un doute sur l’état (antique ou moderne) auquel se rapportent ces données planimétriques.

35 Le tracé de ces aménagements n’a regrettablement pas été cartographié par J.-E. Kuhn ; il est tout au plus possible de délimiter le secteur où ils ont été repérés fortuitement.

36 Tableau d’assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune des Martres-de-Veyre, 1820, AD63 - 51 FI 636 et section D de Champ-Grand, 1re et 2e feuilles, 1820, AD63 -51 FI 644, 51 FI 645 ; Tableau d’assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de Veyre-Monton, 1821, AD63 - 51 FI 1446 et section B du Puy de Tobize, 4e feuille, 1821, AD63 - 51 FI 1454.

37 Bilan de toutes les découvertes réalisées et comptage des sépultures conduits dans le cadre d’un master 2 en Archéothanatologie réalisé sous la direction de F. Blaizot et obtenu à l’université de Bordeaux (Lorente Sebastián 2019).

38 SP5, 6, 75 ?, 79 ?, 80 ?, 81 ?, 82 ?, 83 ? et 87 ?

39 Il est bien évident que la locution “ pleine terre ” employée dans les sources écrites ne désigne en aucun cas un mode d’ensevelissement particulier, mais l’absence d’éléments conservés se rapportant à une architecture (clous, pierres, bois, etc.).

40 Pour la terminologie, voir Blaizot 2009 : 175-176.

41 Contrairement aux indications d’A. Audollent qui signalait le terrain de Chalvet-Frédot comme la zone la plus féconde de l’ensemble funéraire (Audollent 1922b : 262 ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 214). Toutefois, l’auteur pourrait, en théorie, faire référence à des fosses vues mais non fouillées.

42 La profondeur des squelettes et des cercueils reste floue, ainsi que le suggèrent les chiffres ronds comme 2 ou 3 m, tandis que les données se révèlent parfois contradictoires : par exemple, celle de la tombe 2 est donnée à 2 ou 2,5 m de profondeur selon les auteurs, ce qui est aussi le cas de la tombe 10 enfouie à 2,5 ou 3 m.

43 Dans les réserves du musée : Martres de Veyre Non Inventorié - Caisse 5, Boîtes 13.6 et 13.7.

44 Les dimensions approximatives données par J.-E. Kuhn sont dues à l’altération de l’aire de crémation par une canalisation d’époque médiévale et par les conditions brusques de sa découverte lors d’un éboulement dans la sablière.

45 Les données apportées par les sources écrites sur l’âge et le sexe de l’individu sont indiquées dans le tableau par A1 et S1, tandis que les estimations résultant des études anthropologiques menées en 2019 sont signalées par A2 et S2.

46 D’éventuelles analyses d’ADN, qui pourraient mettre en rapport les individus inhumés, ne sont pas réalisables, car les restes osseux des sépultures n’ont pas été conservés.

47 Ces sépultures, signalées uniquement par le témoignage de Cellier à A. Audollent, ne sont pas présentes dans le tableau récapitulatif de toutes les tombes (Tabl. 1), car on ne possède pas de données suffisantes pour les caractériser.

48 La discontinuité peut être longitudinale, avec des espaces apparaissant vides (c’est-à-dire très souvent sans bâtiment, marqueurs les plus évidents à caractériser avec nos méthodes d’investigations actuelles) ou altitudinale.

49 Un sanctuaire, un théâtre, et de “ nombreux bâtiments maçonnés sur cave, constitutifs de plusieurs quartiers d’habitation et d’artisanat (forge, atelier de potier), démontre[nt] l’existence d’une agglomération secondaire de plus d’une dizaine d’hectares de superficie, occupée durant le Haut-Empire entre le ier et le iiie s. apr. J.-C. ” (Poux et Demierre 2015 : 14).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation du site antique de la “ Barrière du Lot ” (Les Martres-de-Veyre) au sein de la cité des Arvernes.
Credits CAO : B. Dousteyssier, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Fig. 2 - Découvertes réalisées en 1851, 1893 et 1922 aux “ Chaumes d’Allier ”.
Caption A - Cercueil en sapin (SP47). B - Petit coffret en bois et vases en céramique (SP46). C - Tunique et ceinture en tissu (SP10). D - Bas en laine (SP10). E - Peigne, anneaux en bronze, fioles en verre, pyxides en buis (SP7). F - Dépôts alimentaires et végétaux (SP7). G - Fragment de tissu (SP indéterminée). H - Vannerie et dépôt végétal (SP10). I - Chevelures nattées (SP10 et 11). J - Chaussons en laine (SP10 ?). K - Sandales à semelles de bois (SP11 ?). L-M - Souliers en cuir à semelles cloutées (SP2 et 10 ?).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 3 - Les sépultures des Martres-de-Veyre dans la presse française et étrangère entre 1912 et 1922.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Title Fig. 4 - Portrait de Jacques-Émile Kuhn.
Credits Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole, cote A 36434, couverture et extrait de son manuscrit “ Les Martres-de-Veyre – Études archéologiques ” (AD 63, 19 J 20)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 5 - Auguste Audollent en visite sur l’oppidum de Gergovie dans les années 1930.
Credits Lybian Studies
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 6 - Emprise des observations réalisées entre 1851 et 1923 sur le terroir des “ Chaumes d’Allier ”.
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 7 - Vue aérienne du terroir des “ Chaumes d’Allier ”et emprise des observations réalisées entre 1851 et 1923.
Credits Pictures Fabryc/CD63, 2018
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-7.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Fig. 8 - Anciennes carrières d’extraction de sable exploitées par les tuiliers et briquetiers sur le tènement des “ Chaumes d’Allier ”.
Credits Fond de plan : Combinaison par transparence ombrage et pente (données Lidar : MSH/IMAO, 2014) ; CAO : M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 9 - Cartographie des investigations archéologiques réalisées par J.-E. Kuhn en 1893 et par A. Audollent en 1922-1923.
Credits Fond de plan, pentes (données Lidar : MSH/IMAO, 2014) ; CAO : M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-9.jpg
File image/jpeg, 904k
Title Fig. 10 - Le chantier archéologique dirigé par Auguste Audollent en 1922.
Credits Diapositives sur verre - Bibliothèque du Patrimoine, Clermont Auvergne Métropole, GRA S 40
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-10.jpg
File image/jpeg, 432k
Title Fig. 11 - Localisation des espaces funéraires des “ Chaumes d’Allier ” et de “ Coudieu ”.
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-11.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 12 - Spatialisation des investigations anciennes et des opérations préventives réalisées dans le secteur de la “ Barrière du Lot ” aux Martres-de-Veyre.
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 13 - L’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”au sein du réseau viaire antique (attesté ou supposé).
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-13.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 14 - Vestiges archéologiques reconnus en bordure immédiate des routes anciennes à la “ Barrière du Lot ”.
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-14.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 15 - Statue en chêne découverte à la “ Barrière du Lot ”.
Credits Agence photographique Giraudon, s.d.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-15.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Fig. 16 - Griffon de la source des Roches vers 1920.
Credits PhotothèqueCg63 – Tous droits réservés, cote 507 Fi 1601
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-16.jpg
File image/jpeg, 2.5M
Title Fig. 17 - Cours d’eau, sources minérales et structures hydrauliques au pied septentrional du plateau de Corent.
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-17.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Fig. 18 - Types de structures antiques d’alimentation en eau rencontrés mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”et à ses abords.
Credits DAO : M. Dacko d’après Kuhn 1894 : 102 ; CAO : C. Brossard d’après Muller-Pelletier 2010 : 104
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-18.jpg
File image/jpeg, 748k
Title Fig. 19 - Spatialisation des structures hydrauliques mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”et à ses abords.
Credits Fond de plan : CRAIG-IGN/TopoGEODIS 2013 ; CAO M. Dacko, IntelEspace, MSH de Clermont-Ferrand
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-19.jpg
File image/jpeg, 872k
Title Fig. 20 - Plan schématique de l’organisation interne de l’ensemble funéraire des “ Chaumes d’Allier ” d’après les archives inédites du fonds Auguste Audollent (AD 63, 19 J 20).
Credits DAO : P. Lorente Sabastián, M. Dacko 2020
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-20.jpg
File image/jpeg, 732k
Title Tabl. 1 - Bilan des sépultures mises au jour au sein de l’espace funéraire des “ Chaumes d’Allier ”.
Credits P. Lorente Sebastián, 2020
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-21.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 21 - Données de l’architecture funéraire des “ Chaumes d’Allier ”.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4006/img-22.jpg
File image/jpeg, 483k
Top of page

References

Electronic reference

Marion Dacko, Bertrand Dousteyssier, Paloma Lorente Sebastián, Catherine Breniquet, Frédérique Blaizot, François Blondel, Marie Bèche-Wittmann, Camille Gaumat and Marion Veschambre Patrac, « L'espace funéraire et le site gallo-romain de la “ Barrière du Lot ” aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme) : fonds ancien et nouvelles données », Revue archéologique du Centre de la France [Online], Tome 59 | 2020, Online since 11 June 2020, connection on 30 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/racf/4006

Top of page

About the authors

Marion Dacko

Université Clermont Auvergne, Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, USR 3550, 4 rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand cedex 1. marion.dacko@uca.fr

By this author

Bertrand Dousteyssier

Université Clermont Auvergne, Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, USR 3550, 4 rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand cedex 1. bertrand.dousteyssier@uca.fr

By this author

Paloma Lorente Sebastián

Université Clermont Auvergne, Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand (USR 3550), 4 rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand cedex 1. paloma.lorente.sebastian@gmail.com

Catherine Breniquet

Université Clermont Auvergne, UFR Lettres, Culture et Sciences Humaines, Département d'Histoire de l'art et d’archéologie, 29 Boulevard Gergovia, 63037 Clermont-Ferrand et Centre d'Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC). catherine.breniquet@uca.fr

Frédérique Blaizot

Inrap, Direction Auvergne-Rhône-Alpes, 12 rue Louis Maggiorini, 69000 Bron et UMR 5199 PACEA, Université de Bordeaux. frederique.blaizot@inrap.fr

By this author

François Blondel

UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne, Dijon. francois.blondel.2@hotmail.fr

By this author

Marie Bèche-Wittmann

Musée Bargoin, Clermont Auvergne Métropole, Direction de la Culture, 64-66 avenue de l'Union Soviétique - BP 231 - 63007 Clermont-Ferrand cedex 1. mbechewittmann@clermontmetropole.eu

Camille Gaumat

Musée Bargoin, Clermont Auvergne Métropole, Direction de la Culture, 64-66 avenue de l'Union Soviétique - BP 231 - 63007 Clermont-Ferrand cedex 1. cgaumat@clermontmetropole.eu

Marion Veschambre Patrac

Musée Bargoin, Clermont Auvergne Métropole, Direction de la Culture, 64-66 avenue de l'Union Soviétique - BP 231 - 63007 Clermont-Ferrand cedex 1. mveschambrepatrac@clermontmetropole.eu

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search