Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 59Notes et documentsLe souterrain médiéval de la Croi...

Carte localisation
Notes et documents

Le souterrain médiéval de la Croix-Blanche à Sardon (Puy-de-Dôme)

The medieval tunnel of the Croix-Blanche in Sardon (Puy-de-Dôme)
Frédéric Surmely, Alban Horry, Franck Loiseau, Étienne Bachelet et Stéphane Brouillaud

Résumés

Le souterrain de la Croix-Blanche a été découvert fortuitement par le propriétaire-exploitant de la parcelle. Un sondage a montré l’existence d’un système complexe, vraisemblablement lié au stockage, comprenant un silo de surface, une pièce excavée abritant deux silos et donnant accès à trois galeries souterraines, dont le développement n’a pas pu être reconnu intégralement. Un examen au géoradar n’a pas permis de détecter ces conduits depuis la surface. Les datations de charbons de bois et de céramiques s’inscrivent entre le xie et la première moitié du xiiie s.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier Patrick Trillon, propriétaire du site, Jean-Baptiste Chalin, Franck Donnadieu et les rapporteurs scientifiques de l’article.

Contexte et historique

1La commune de Sardon est située en pleine Limagne d’Auvergne, à 330 m d’altitude (Fig. 1). Le substrat est formé de marno-calcaire, recouvert par des formations superficielles à forte composante organique, qui sont très fertiles. Le site est localisé à 400 m au nord du bourg ancien, près du cimetière actuel qui est une création récente. Le cadastre de 1826 ne montre aucune construction à cet endroit qui était déjà un espace voué à l’agriculture.

Fig. 1 - Localisation du site (étoile rouge), sur la carte IGN au 1/25 000.

Fig. 1 - Localisation du site (étoile rouge), sur la carte IGN au 1/25 000.

2Les renseignements d’ordre historique sur la commune sont peu nombreux, faute de recherches antérieures. Une dizaine de sites de l’âge du Fer et de l’Antiquité ont été recensés aux abords du bourg. Un souterrain a été découvert au centre du bourg, il y a une cinquantaine d’années, mais a été rebouché sans investigations. Notons la présence d’un toponyme, à environ 600 m au sud-est, la Croix de la Mothe, qui pourrait indiquer la présence d’une motte castrale. Sardon est proche de Thuret qui possédait une importance certaine au cours du Moyen Âge (viguerie carolingienne, romane, prieuré, motte, etc.). Dans un rayon de moins de 10 km, deux autres souterrains médiévaux sont recensés, l’un à Beauregard-Vendon (non sondé) et l’autre à Bas-et-Lezat (en cours de fouille préventive).

3Le souterrain a été découvert au printemps 2018, par le propriétaire-exploitant de la parcelle, lors de travaux agricoles. L’agriculteur a signalé que d’autres affaissements du même type avaient été observés à plus de 100 m à l’est et au sud de la structure, indiquant l’existence très probable d’autres réseaux souterrains.

Travaux de terrain

4Le propriétaire n’ayant pas souhaité leur large extension spatiale, les investigations ont dû être limitées à un nettoyage et à un sondage dans une zone d’une cinquantaine de mètres carrés autour de la pièce excavée (Surmely 2019). Les galeries souterraines n’ont été explorées que dans les portions accessibles, et aucun sondage n’a été réalisé dans leur comblement. À la fin de l’opération, le sondage a été rebouché, en prenant soin de ne pas détériorer les structures.

5La prospection au géo-radar, réalisée par Franck Donnadieu (Magma et Volcans, CNRS, Clermont-Ferrand), n’a pas décelé les galeries souterraines.

Description de la structure

Morphologie

6La structure se présente sous la forme d’une salle excavée, vraisemblablement dotée d’une couverture reposant sur des poteaux en bois, comprenant deux silos et desservant trois galeries souterraines d’étendues indéterminées (Fig. 2 et 3). Un troisième silo a été découvert à l’extérieur.

Fig. 2 - Plan général de la structure.

Fig. 2 - Plan général de la structure.

F. Loiseau et F. Surmely

Fig. 3 - Vue zénithale (après traitement) de la structure, à l’achèvement de l’opération de terrain.

Fig. 3 - Vue zénithale (après traitement) de la structure, à l’achèvement de l’opération de terrain.

Photo F. Surmely

La pièce excavée

7La salle a été creusée dans le substrat marno-calcaire, sur une profondeur de 1,90 m environ, avec des parois verticales. Elle forme un rectangle de 5,50 m par 4 m, soit une surface intérieure d’environ 22 m². Le sol est plat, sans ressaut ou rigole périphérique. Sur les bords, régulièrement espacés de deux mètres et placés en vis-à-vis, huit trous de poteau (TP 1, 17, 5, 7, 11, 14, 15, 3 et 13) ont été ouverts dans le sol. Il s’y ajoute le TP7, qui n’a pas de correspondance et le TP8 qui est en position centrale. Leur diamètre est de 30 cm environ. Leur fonction est assurément de soutenir un dispositif de couverture et/ou de maintien de cloisons formées de planches horizontales empilées. Trois trous plus petits (20 cm) se font face sur les côtés gouttereaux. Leur présence pourrait être liée à un cloisonnement interne de la pièce. Le TP16 pourrait avoir un lien avec l’entrée de la galerie ST3, dont il est très proche, peut-être pour l’ancrage d’un dispositif lié au souterrain (treuil…). La fonction de TP4 et de TP18 reste énigmatique (calage de récipients ?). Les TP1 et TP2, situés de part et d’autre de l’accès à la salle, étaient certainement destinés à recevoir le chambranle d’un système de fermeture. Un objet en pierre, interprété comme une crapaudine, a été retrouvé à proximité immédiate du TP2.

8L’accès à la salle se faisait du côté nord, par un escalier droit, de moins d’un mètre de large, composé de sept marches creusées dans le substrat. Ce dispositif se retrouve dans des très nombreux souterrains médiévaux d’Auvergne et d’ailleurs (Clavier 2015 ; Usse 1998 ; Surmely et Fournioux 2017). L’entrée était sans doute couverte et certainement fermée, mais l’altération empêche d’en savoir plus.

9Un autre dispositif de fermeture existait au bas de l’escalier, par une porte en bois dont l’encadrement (chambranle) était tenu par les deux poteaux TP1 et TP2. La porte devait donc être de type « tirant », mais elle pouvait être fermée de l’intérieur comme de l’extérieur, au moyen d’une simple serrure. Ses dimensions restent indéterminables, avec un maximum de 1,40 m qui correspond à l’écart entre les deux poteaux. Le choix d’un tel système, à Sardon, semble s’expliquer par la nature du substrat qui a une faible solidité et par l’absence de voûte en pierre. Ce sont ces mêmes raisons qui ont conduit les constructeurs à utiliser une crapaudine en pierre.

10La question de la couverture de la salle reste en suspens. L’hypothèse privilégiée est celle d’un simple plafond en bois, reposant sur des poutres, elles-mêmes calées par des sablières hautes reposant sur les poteaux périphériques et/ou les bords de la structure. Ce plafond a pu être recouvert entièrement de sédiments, notamment pour dissimuler la structure. Mais il est plus probable qu’il ait été surmonté d’une élévation, c’est-à-dire d’un étage aérien.

11En dehors des galeries et des silos, aucun aménagement particulier n’a été reconnu. Toutefois, plusieurs éléments appartenant à une plaque-foyère, en position remaniée, ont été trouvés le long du mur nord. La position originelle de cette plaque reste indéterminée.

Les silos

12Deux silos s’ouvrent dans la salle, le premier (S1) contre la paroi orientale et l’autre (S2) à peu près au centre. Un troisième silo (S3) a été creusé à l’extérieur. Son remplissage n’a pas été fouillé.

13Les structures fouillées ont des morphologies semblables, avec un profil piriforme classique et une profondeur de 95 cm dans le cas de S2.

Les galeries souterraines

14La pièce excavée dessert trois galeries souterraines, dont les extensions restent largement inconnues du fait de leur comblement par des déblais. Elles n’ont pas fait l’objet d’investigation, car leur plafond était jugé trop instable et leur ouverture non souhaitée.

15Un étroit passage (goulot) a été percé dans la paroi est de la salle et donne accès à la branche ST1, un diverticule oblong, de quatre mètres de longueur environ, au plafond dégradé et au sol encombré d’une épaisseur indéterminée de déblais. Cet espace ouvre lui-même sur une autre petite salle. De là partent deux autres étroits boyaux dont l’extension n’a pu être reconnue.

16La galerie ST2, à l’ouest, est plus large, haute d’un mètre et a une forme en plan de « t ». Elle est en bon état de conservation et vide de sédiment. Son accès se fait par une sorte de puits carré, d’un mètre de profondeur ne portant aucune trace de dispositif de fermeture, mais pouvant être clos par une trappe de bois (Fig. 4). Ce dispositif rappelle celui aménagé sur le souterrain de Chauviat (Surmely et al. 2013). À l’entrée de la galerie, sur la paroi sud, a été aménagée une banquette (Fig. 5). L’excroissance tournée vers le nord se prête également au stockage. Un petit boyau de 15 cm de diamètre, paraissant remontant, a été percé du côté sud. L’hypothèse d’une aération, dispositif fréquent dans les souterrains médiévaux, nous semble à privilégier.

Fig. 4 - Entrée de la galerie ST2, par une sorte de puits, probablement fermé par une trappe en bois

Fig. 4 - Entrée de la galerie ST2, par une sorte de puits, probablement fermé par une trappe en bois

Photo F. Surmely

Fig. 5 - Vue de la galerie ST2, depuis l’intérieur. L’entrée est visible à l’arrière-plan.

Fig. 5 - Vue de la galerie ST2, depuis l’intérieur. L’entrée est visible à l’arrière-plan.

Photo F. Surmely

17Le dispositif d’accès à la galerie ST3, s’ouvrant sur le côté sud de la pièce, est du même type que celui de ST2. À 20 cm en retrait de l’entrée, se trouve un petit trou de poteau isolé (TP16), qui lui était peut-être lié. Le conduit n’a pu être exploré que sur une longueur de deux mètres.

Stratigraphie

18Cinq unités stratigraphiques ont pu être distinguées dans le comblement de la pièce.

19Le niveau de base (US50), peu épais, est à forte composante organique et contenait la grande majorité des vestiges mobiliers. Les trois horizons sus-jacents étaient caractérisés par de forts apports détritiques empruntés au substrat et la présence de quelques artefacts. Un niveau récent à dominance humifère scelle l’ensemble de la séquence.

Mobilier archéologique

20Les vestiges mobiliers découverts se composent de fragments de récipients en céramique et en verre, de restes organiques brûlés (charbons de bois, essaims), de deux fragments de tuile gallo-romaine et d’un objet en pierre (crapaudine). Tous les objets sont fragmentés. Il est possible que certains, voire tous, proviennent de l’hypothétique étage supérieur, après effondrement de la couverture de la salle.

Céramique

21Le mobilier céramique est constitué de 98 tessons, au sein de deux groupes techniques (Fig. 6). Il provient essentiellement de l’US50. Il est identique dans les US 20 et 50. L’essentiel est constitué de céramiques à pâtes claires. L’US50 a livré deux grandes marmites à bord agrémenté d’une lèvre arrondie et munis d’anses larges. Les bords sont renforcés dans la partie externe d’une bande d’argile horizontale rapportée et imprimée au doigt. L’autre forme mise en évidence est un pichet à becs multiples qui se différencie des modèles communément observés. Ces éléments permettent d’envisager une chronologie dans le courant du XIIe s. ou au tout début du XIIIe s. et rappellent les assemblages découverts récemment sur la fouille de Lezoux-Les Colis (Gaime 2016 : 289-306).

Fig. 6 - Céramique (nos 1 à 3 et verre (nos 4 et 5).

Fig. 6 - Céramique (nos 1 à 3 et verre (nos 4 et 5).

Dessin E. Bayen, Inrap

Verre

22Le verre est peu courant dans les sites ruraux du Moyen Âge central (Charmoillaux et Gaime 2019). Le lot mis au jour compte 42 fragments (Fig. 7), parmi lesquels 7 lèvres et 35 parois (7 individus). Le matériau est en bon état, sans altération lamellaire. L’absence de profil complet est un obstacle à l’identification des formes. Le registre des verres à boire et notamment celui des verres à tiges fait cependant probablement partie de ce corpus. Quatre fragments présentent un décor moulé de spirales, décor notamment connu sur certains gobelets médiévaux (Foy 1988 ; Foy et Sennequier 1989). D’autres profils proviennent certainement d’autres formes, peut-être de lampes.

Fig. 7 - Éléments de verre provenant de l’US50.

Fig. 7 - Éléments de verre provenant de l’US50.

Photo F. Surmely

Tuiles gallo-romaines

23Deux fragments de tegula ont été recueillis dans l’US50, en position remaniée et en association avec des dallettes de pierre, constituant une sole de foyer. Il s’agit indiscutablement de véritables tegulae et non de tuiles d’âge médiéval. L’utilisation de tegulae antiques pour l’aménagement d’une sole de foyer a été observée sur d’autres sites médiévaux de Limagne, comme celui des Noyeraies à Vertaizon (Caillet et Ferdinand 2017).

Crapaudine

24L’objet a été taillé dans un calcaire silicifié, qui provient vraisemblablement des séries carbonatées oligocènes de Chaptuzat, à une dizaine de kilomètres au nord. La pièce se présente sous la forme d’un disque irrégulier épais, de 30 cm de diamètre, avec des traces de fragmentation observables sur les deux faces. Il pourrait s’agir d’un réemploi d’élément architectonique brisé. L’objet présente une cavité de 12 cm de diamètre sur une de ces faces, avec un poli peu prononcé. La présence de ce trou exclut l’hypothèse d’un simple sabot de poteau, et semble indiquer qu’il s’agissait d’une crapaudine destinée à recevoir l’extrémité du pivot d’un arbre vertical, et plus précisément d’une porte pivotante. Le diamètre de la mortaise laisse penser que la pièce mobile était en bois et non en métal. L’emplacement d’origine de la crapaudine reste difficile à retrouver. Sur la base de la correspondance entre son diamètre et celui du trou de poteau, on pourrait émettre l’hypothèse qu’elle était placée au fond d’un trou de poteau, par exemple le TP2, mais, de l’avis des spécialistes, un tel positionnement est peu réaliste. Il semble plus probable que la pièce ait été posée, à même le sol, mais il est également possible qu’elle provienne de l’hypothétique étage supérieur.

Essaim

25Un gros fragment d’essaim calciné et plusieurs petits morceaux ont été collectés dans l’US50.

Datations radiocarbones

26Trois mesures d’âge par le radiocarbone ont été effectuées à ce jour, à partir de charbons de bois pris à la base de l’US 50, au contact même du sol de la salle excavée, en trois points éloignés les uns des autres.

  • 918 ± 32 BP, soit 1029-1187 ap. J.-C. (D-AMS 032984)

  • 875 ± 30 BP, soit 1043-1225 ap. J.-C. (Lyon-16041)

  • 950 + 30 BP, soit 1024-1155 ap. J.-C. (Lyon-16852)

27Ces mesures d’âge sont en phase avec les datations radiocarbones obtenues sur la majeure partie des souterrains d’Auvergne (Fig. 8).

Fig. 8 - Graphique des datations radiocarbones calibrées (à 2 β), réalisées sur les souterrains du Cantal et du Puy-de-Dôme. Mesures réalisées sur charbons de bois.

Fig. 8 - Graphique des datations radiocarbones calibrées (à 2 β), réalisées sur les souterrains du Cantal et du Puy-de-Dôme. Mesures réalisées sur charbons de bois.

D’après F. Surmely pour les sites de Chauviat, Ceilloux, Sardon, Saint-Georges-de-Mons (Puy-de-Dôme) et Sainte-Eulalie et Mourjou (Cantal) et M. Carlier (Inrap) pour Laroquebrou (Cantal ; Carlier 2016).

Comparaisons, interprétations et perspectives

28Le site de Sardon, malgré le caractère réduit des investigations, apparaît comme un ensemble particulièrement intéressant, qui comprend une pièce excavée, équipée de deux silos, donnant accès à trois galeries souterraines. Un silo extérieur indique que ces structures souterraines avaient un lien avec une occupation qui se développait également en surface. Aucun indice de réfection ou de réaménagement n’a été décelé et tout porte donc à croire que ces différents aménagements ont été créés de façon synchrone, en lien avec une intention générale de conservation et de protection des biens, voire des personnes. Les témoignages sont rares, mais la fonction du souterrain comme de lieu de conservation de récoltes est bien attestée par quelques documents : “ En 1647, les soldats logés à Domléger (Somme) pillèrent le souterrain du village et s’emparèrent de tous les blés battus ” (cité dans Triolet 2002). Les silos sont assez fréquemment associés aux souterrains médiévaux (Gady 1989 ; Rousseau 2012 ; Triolet 2002 et 2003 ; Conte 2020 ; Surmely et Fournioux 2017 ; Épaud et al. 2019, etc.). De nombreux ouvrages intègrent même des espaces différenciés de stockage (silo, niches de diverses tailles, etc.), tel celui de Mourjou (Surmely et Chalin 2019). La structure composite de Sardon peut être rapprochée de celles fouillées sur le site de la Fontaine-de-Montfort à Monfort (49 ; Hunot 2011). Les similitudes sont particulièrement frappantes avec l’habitation no 1 de cet ensemble. Un ouvrage du même type a été fouillé sur le site de Champ-Blanchard à Distré (49 ; Dubillot 2000). Dans les deux cas, la datation est rapportée à la période xe-xie s. Ces analogies entre structures montrent leur caractère standardisé et leur fonction utilitaire, et voire même l’existence d’artisans spécialisés itinérants. Dans le cas du site de Sardon, une datation un peu plus récente est probable, autour du xiie s.

29L’interprétation fonctionnelle reste toutefois délicate, à ce stade des recherches. On peut y voir un complexe de stockage permettant la conservation, dans des espaces diversifiés, de biens de types divers. Il est possible aussi que les espaces aient eu des usages différents, les silos et la pièce étant destinés à l’entreposage habituel et les galeries à un stockage de réserves exceptionnelles pour un refuge épisodique pour les populations et leurs biens. La fonction d’espace de stabulation animale, évoquée pour certains souterrains (Triolet 2003) semble peu probable, et même exclue dans les conduits. L’usage exact de la pièce excavée reste en suspens. Les nombreux objets domestiques découverts dans les niveaux de comblement indiquent l’existence d’une unité de vie domestique très proche. Mais nous ne pouvons déterminer si cette dernière se trouvait dans la salle elle-même, au-dessus ou à côté. Dans les deux derniers cas, nous ne pouvons pas dire si la pièce a servi de lieu d’entreposage exclusif, ou bien aussi d’espace de vie, de refuge épisodique, de siège d’activités autres… L’environnement large de la structure, l’extension exacte du réseau souterrain, ainsi que la nature des biens ayant pu être stockés demeurent inconnus.

30La résolution de ces interrogations passe par des investigations complémentaires sur le site.

Haut de page

Bibliographie

Caillet et Ferdinand 2017

Caillet M. et Ferdinand L. - Les Noyeraies Nord, rapport de fouilles, Clermont-Ferrand, 3 vol.

Carlier 2016

Carlier M. - Le souterrain annulaire de Laroquebrou (Cantal). Subterranea, n° 179-180, p. 10-15.

Charmoillaux et Gaime 2019

Charmoillaux J. et Gaime S. - Les formes de l’habitat rural au Moyen Âge en Limagne septentrionale et Sologne bourbonnaise, CNRS éditions, 455 p.

Clavier 2015

Clavier E. - Les souterrains médiévaux des Monts du Forez, Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, Saint-Just Saint-Rambert, 119 p.

Conte 2020

Conte P. - Souterrains, silos et habitats médiévaux ; état de la question archéologique en Limousin et Périgord.

http://www.archea.net/index.php/articles-scientifiques/archeologiques/generaux/souterrains-silos-et-habitats-medievaux

Dubillot 2000

Dubillot X. - Le Champ-Blanchard (Distré), in : Valais A. (dir.) - L’habitat rural au Moyen Âge dans les Pays-de-la-Loire, Projet collectif de Recherche, SRA des Pays-de-la-Loire, rapport n° 3 : 22-25.

Épaud et al. 2019

Épaud F., Gentili F. et Hunot J.-Y. et al. - Les espaces excavés et les souterrains au Moyen-Âge, in : Alix C, Gaugain L. et Salamagne A. - Caves et celliers dans l’Europe médiévale et moderne, PUF, Tours : 191-209.

Foy 1988

Foy D. - Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, CNRS Éditions, Paris, 467 p.

Foy et Sennequier 1989

Foy D. et Sennequier G. - À travers le verre du Moyen Âge à la Renaissance, Catalogue de l’exposition du Musée des Antiquités de Seine-Maritime, Musées et monuments départementaux de la Seine-Maritime, Rouen.

Gady 1989

Gady S. - Les souterrains médiévaux du Limousin, Approche méthodologique, MSH, Paris, 115 p. (Documents d’Archéologie Française ; 19).

Gaime 2016

Gaime S. - Lezoux (Puy-de-Dôme) : Les Colis, route de Billom. Genèse et transformations d'une occupation marginale sur le temps long, Rapport de fouilles, Inrap ARA.

Hunot 2011

Hunot J.-Y. - La Fontaine-de-Montfort : habitats et souterrains autour de l’An Mil, Rapport de fouille préventive, Conseil général de Maine-et-Loire, 260 p.

Rousseau 2012

Rousseau S. - Les souterrains historiques en Gironde, t. 2., Pessac, 298 p.

Surmely 2019

Surmely F. - Le souterrain médiéval de la Croix-Blanche à Sardon (Puy-de-Dôme). Rapport de sondage archéologique, Clermont-Ferrand, DRAC ARA, 33 p., dact.

Surmely et al. 2013

Surmely F., Boudon P., Guyot S., Caillat P., Hablot L., Charbonnier P. et Poiraud Th. - Le souterrain médiéval de Chauviat (commune de Charbonnières-les-Vieilles, Puy-de-Dôme). Revue Archéologique du Centre de la France, 52 : 401-414.

Surmely et Chalin 2019

Surmely F. et Chalin J.-B. - 3D Laser Scanning Contributions Toward Understanding and Preserving Medieval Tunnels of the French Massif Central, Language, literature and Culture, 2, 2 : 73-80.

Surmely et Fournioux 2017

Surmely F. et Fournioux J.-P. - Le souterrain médiéval de Champsolier à Ceilloux (Puy-de-Dôme), Subterranea, 179 : 16-21.

Triolet 2002

Triolet J. et L. - Souterrains de Touraine, Blésois et Vendômois, Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire.

Triolet 2003

Triolet J. et L. - Souterrains du Poitou, Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 128 p.

Usse 1998

Usse J.-Ph. Et A. - Habitats troglodytiques, souterrains médiévaux et galeries artificielles du Cantal, BARA, 7, 89 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation du site (étoile rouge), sur la carte IGN au 1/25 000.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 2 - Plan général de la structure.
Crédits F. Loiseau et F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-2.png
Fichier image/png, 86k
Titre Fig. 3 - Vue zénithale (après traitement) de la structure, à l’achèvement de l’opération de terrain.
Crédits Photo F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Fig. 4 - Entrée de la galerie ST2, par une sorte de puits, probablement fermé par une trappe en bois
Crédits Photo F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 - Vue de la galerie ST2, depuis l’intérieur. L’entrée est visible à l’arrière-plan.
Crédits Photo F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 - Céramique (nos 1 à 3 et verre (nos 4 et 5).
Crédits Dessin E. Bayen, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-6.png
Fichier image/png, 90k
Titre Fig. 7 - Éléments de verre provenant de l’US50.
Crédits Photo F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 8 - Graphique des datations radiocarbones calibrées (à 2 β), réalisées sur les souterrains du Cantal et du Puy-de-Dôme. Mesures réalisées sur charbons de bois.
Crédits D’après F. Surmely pour les sites de Chauviat, Ceilloux, Sardon, Saint-Georges-de-Mons (Puy-de-Dôme) et Sainte-Eulalie et Mourjou (Cantal) et M. Carlier (Inrap) pour Laroquebrou (Cantal ; Carlier 2016).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4068/img-8.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Surmely, Alban Horry, Franck Loiseau, Étienne Bachelet et Stéphane Brouillaud, « Le souterrain médiéval de la Croix-Blanche à Sardon (Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 59 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/racf/4068

Haut de page

Auteurs

Frédéric Surmely

DRAC ARA, 4 rue Pascal 63000 Clermont-Ferrand et UMR 6042

Articles du même auteur

Alban Horry

Inrap ARA, 12 rue Maggiorini 69675 Bron et UMR 7041

Articles du même auteur

Franck Loiseau

Association Initiatives et Idées, 63460 Artonne

Étienne Bachelet

Association Initiatives et Idées, 63460 Artonne

Stéphane Brouillaud

Inrap ARA, 12 rue Maggiorini 69675 Bron

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search