Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 59Comptes rendusBrigitte Boissavit-Camus (dir.), ...

Comptes rendus

Brigitte Boissavit-Camus (dir.), Le Baptistère Saint-Jean de Poitiers. De l’édifice à l’histoire urbaine

Brepols, Turnhout, 2014, 520 p. (Bibliothèque de l’Antiquité tardive ; 26)
Élisabeth Lorans
Référence(s) :

Brigitte Boissavit-Camus (dir.), Le Baptistère Saint-Jean de Poitiers. De l’édifice à l’histoire urbaine, Brepols, Turnhout, 2014, 520 p. (Bibliothèque de l’Antiquité tardive ; 26)

Texte intégral

1Le baptistère de Poitiers est l’un des rares édifices de ce type à être aussi bien conservé en France et même s’il a dû sa survie à sa conversion en église au xie siècle il témoigne sans nul doute du tout début de la christianisation de la Gaule, dans le courant du ive siècle. C’est un long parcours, de l’Antiquité classique au xixe siècle, que Brigitte Boissavit-Camus et son équipe ont restitué pied à pied en croisant les échelles d’espace, comme le souligne le sous-titre, et les échelles de temps.

2Cet ouvrage s’ouvre par l’histoire des recherches conduites entre le début du xviiie siècle et les années 2000, une place de choix étant tenue par le Père Camille de la Croix, auteur de fouilles exécutées entre 1895 et 1901 à l’extérieur de l’édifice et d’observations architecturales sur les élévations échafaudées. Il en tira une monographie parue en 1903. Ce premier chapitre, qui s’attache aussi à restituer la place tenue par l’édifice dans l’histoire de l’art du haut Moyen Âge, se conclut sur la présentation des travaux récents, y compris le programme interdisciplinaire conduit de 1995 à 2002 sous la responsabilité de B. Boissavit-Camus au moment où elle préparait, sous la direction de Nancy Gauthier, sa thèse de doctorat consacrée au quartier épiscopal de Poitiers du ive au xiie siècle, soutenue en 2001 à l’Université de Tours. L’ouvrage publié en 2014 est donc tout à la fois le fruit d’un travail individuel et collectif, en incluant aussi la réflexion développée par l’auteur principal dans le cadre d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches soutenu en 2012 à Paris I.

3Introduit par un riche bilan historiographique, le volume associe ensuite des chapitres chronologiques à des chapitres thématiques. Le chapitre 2 présente l’habitat antique et ses transformations jusqu’à la construction du groupe épiscopal dont l’ecclesia et une première salle baptismale ont été identifiées. Le chapitre 3, le plus long de l’ouvrage avec ses 140 pages, conduit le lecteur du baptistère du ve siècle à l’église paroissiale qui perdura jusqu’en 1791 et se conclut par l’analyse du monument historique parvenu jusqu’à nous bien qu’il souffrit encore de démolitions au xixe siècle.

4À cette approche chronologique très fine succèdent trois chapitres thématiques, le premier sur l’art de bâtir et de restaurer du ier au xixe siècle, le deuxième sur le décor installé tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’édifice au viie siècle – quarante pages qui complètent donc le chapitre 3 – le dernier, signé de Jean-François Reynaud, qui place cette construction dans l’évolution générale de l’architecture baptismale, en convoquant un grand nombre de sites de même nature récemment étudiés en Gaule ou ailleurs. Parmi eux, le groupe épiscopal de Genève, fouillé de manière magistrale par Charles Bonnet, auteur de la préface, tient une place de choix et on croit reconnaître une certaine parenté graphique entre les restitutions axonométriques de cet ouvrage et celles qui figurent en grand nombre dans la publication de Genève parue en 2012i.

5C’est donc une belle leçon de de rigueur et de pluridisciplinarité que nous offre cet ouvrage qui se conclut, après la bibliographie, un copieux résumé en anglais et la liste des illustrations, par un album regroupant plus de vingt figures en noir et blanc suivies d’une cinquantaine de planches en couleurs dont de très belles photographies du décor peint et sculpté dues à Jean-François Amelot. Cette publication ne peut qu’encourager les chercheurs à s’attaquer à de prestigieux édifices souvent fouillés au xixe siècle selon des méthodes aujourd’hui dépassées. Mais pour peu que le fouilleur d’autrefois n’ait pas totalement manqué de rigueur et que l’équipe réunie procède à une patiente lecture des maçonneries conservées, il est possible de donner tout son sens à un édifice qui, au-delà de sa fonction ornementale, a contribué à façonner tout un quartier, dans la longue durée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Brigitte Boissavit-Camus (dir.), Le Baptistère Saint-Jean de Poitiers. De l’édifice à l’histoire urbaine », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 59 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/racf/4096

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Professeur d’archéologie médiévale à l’Université de Tours, membre de l’Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search