Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicole Mallet, Jacques Pelegrin, Christian Verjux (dir.), Le Phénomène Pressignien. La diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique

Association des Publications Chauvinoises, Chauvigny, 2019, 890 p. (Mémoire ; LI)
Anne Augereau
Référence(s) :

Nicole Mallet, Jacques Pelegrin, Christian Verjux (dir.), Le Phénomène Pressignien. La diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Association des Publications Chauvinoises, Chauvigny, 2019, 890 p. (Mémoire ; LI).

Texte intégral

1Cet ouvrage fait le point sur plusieurs décennies de recherches sur les célèbres ateliers du Grand-Pressigny et les aires de diffusion de ses produits. Nul doute que le sujet méritait un tel opus : connu dans le monde entier, par les préhistoriens comme par un public plus large, objet de fascination et de controverse mais aussi de pillage, et empreint d’un mystère teinté de respect quant à l’identité de ces maîtres tailleurs à la technique si reconnaissable, le plus grand ensemble d’ateliers de taille de l’Europe occidentale valait bien près de 900 pages sur papier glacé. Car le livre est tout d’abord beau et fort bien illustré. Les dessins, les photos, les cartes sont nombreuses et de haute qualité pour que les feuilleter soit déjà un plaisir. Les textes sont bien écrits, de bonne tenue tout en restant d’accès facile même pour les non spécialistes en technologie lithique. Bref, c’est un livre qui peut constituer un beau cadeau à un prix qui reste raisonnable.

2C’est surtout un ouvrage essentiel. Il décrit et rassemble dans un même support l’état des connaissances sur la zone de production du Grand-Pressigny et sur les régions receveuses ; il trace aussi les premières pistes quant à l’organisation et la signification de cet engouement européen pour ce silex à partir de 3100 av. notre ère, date des premières diffusions. Les forces et les faiblesses des acquis sont exposées avec beaucoup d’honnêteté et chacun peut maintenant s’appuyer sur cette référence pour y puiser des informations utiles et objectives à mobiliser pour définir des axes de recherche permettant d’aller plus loin dans les problématiques, les réflexions et les analyses.

3Après une préface de Catherine Perlès et une introduction de Nicole Mallet qui retrace l’histoire en dents de scie des études pressigniennes, l’ouvrage est divisé en trois parties. Après avoir replacé les ateliers pressigniens dans le cadre européen (Catherine Louboutin), la première traite du contexte, du matériau, de la production et sa chronologie. On est ici sur le secteur de production et c’est l’occasion de rappeler les critères d’identification du silex du Grand-Pressigny qui, malgré sa relative variabilité macroscopique, possède une signature pétrographique assez typée (Nicole Mallet). Ce point est fondamental car repose sur lui l’essentiel de l’étude qui fait l’objet de la deuxième partie et qui consiste en une révision et une actualisation de la diffusion de ce silex. Viennent ensuite deux chapitres traitant des ateliers, depuis les premières recherches jusqu’aux études les plus récentes sur l’accessibilité de la matière première, l’ampleur des productions et les comportements des tailleurs sur les lieux d’extraction (Laure-Anne Millet-Richard, Jacques Pelegrin et Christian Verjux). D’utiles notices de site d’ateliers suivent. Puis l’état des connaissances sur les producteurs, leur environnement culturel, économique et social sont présentés à travers deux chapitres : l’un sur les habitats (Laure-Anne Millet-Richard), le second sur les dépôts de lames de Barrou (Jacques Pelegrin). Le premier aspect reste désespérément peu documenté malgré les recherches actives menées par l’équipe locale mais il était indispensable de rappeler, dans le contexte de cet ouvrage, les informations disponibles, notamment sur les rattachements chrono-culturels possibles. Quant aux dépôts, ils permettent de proposer quelques données concrètes sur la production des lames et les tailleurs : estimation des temps de taille, du nombre de produits par artisan et par saison, savoir-faire mis en œuvre, comportements d’exploitation sur les gisements, etc. Cette partie se clôt par une synthèse sur la chronologie des productions, depuis les lames courtes appointées jusqu’aux poignards longs dits classiques issus de nucléus « livres de beurre », en passant par les poignards sur lames produits à partir des nucléus à crêtes antéro-latérales dits NaCAL, etc. (Jacques Pelegrin et Ewen Ihuel).

4La deuxième partie recense les poignards pressigniens en France, en Suisse et dans le Nord-Ouest de l’Europe. Huit synthèses régionales sont ainsi présentées par grandes aires géographiques selon une spirale à partir de la zone de production : Centre-Val de Loire, Nord de la France et Belgique, Nord-Ouest de l’Europe, Nord-Est de la France et Sud-Ouest et Ouest, Centre-Est et Suisse, marges méridionales. Ces synthèses reposent sur l’inventaire normalisé de 7070 pièces pressigniennes, incluses dans une base de données après identification indiscutable de la matière première. Celle-ci, détaillée en annexe, contient des informations sur le lieu de découverte, le contexte, la minéralogie, le débitage, la préparation et le façonnage et les traces d’utilisation de ces objets. Elle englobe également toutes les références bibliographiques utiles ainsi que les dessins de chaque pièce et son lieu de conservation (Christian Verjux et Stella Weisser). Cet outil essentiel devrait, comme le suggèrent les auteurs, pouvoir être mis en ligne à des fins de recherche et d’édification de la communauté scientifique mais également d’enrichissements réguliers car cette base, si elle reste confidentielle, tombera vite dans l’obsolescence et l’oubli. Les synthèses régionales, quant à elles, sont rédigées sous la férule de Nicole Mallet avec la collaboration de plusieurs spécialistes locaux : Guy Richard, Pierre Genty, Marianne Delcourt-Vlaeminck, Ewen Ihuel, Jean Vaquer. Chacune récapitule les contextes de découverte, le corpus et les types représentés et est assortie de commentaires à partir de cartes de répartition et de tableaux par catégorie d’objets, par commune ou par département. Elle débute souvent par un historique local de l’étude des matériaux pressigniens et se termine par une synthèse sur les objets importés. Il s’avère que les poignards sur lames issues de nucléus « livre de beurre » sont partout en écrasante majorité mais des particularités régionales sont listées : importation d’éclats dans l’ouest par exemple, ou encore transformation de ces poignards par polissage dans le sud, mais aussi en Suisse, aux Pays-Bas et en Allemagne, posant la question des finalités de cette pratique dans des régions où le cuivre est présent : ici, elle pourrait avoir eu comme motivation d’effacer toute trace de façonnage des lames à des fins d’imitation des objets en cuivre (synthèse sur la diffusion par Nicole Mallet, Jacques Pelegrin, Christian Verjux et Stella Weisser).

5Vient la troisième et dernière partie intitulée « Représentation et valorisation économique et sociale des produits pressigniens au sein des groupes culturels du Néolithique récent et final de l’Ouest européen ». Les spécialistes de la question font état, les uns après les autres, de leur réflexion sur la signification de ce phénomène dans leur région : Matthieu Honegger pour la Suisse, Sylvie Saintot pour l’Auvergne, Jean Vaquer pour le Midi, Julia Roussot-Larroque pour l’Aquitaine et l’Artenac, Erik Drenth pour les Pays-Bas, Emmanuelle Martial pour le Nord et la culture de Deûle-Escaut, Caroline Renard pour le Centre-Nord, Clément Nicolas et Lolita Rousseau pour le Massif armoricain. Un axe de réflexion semble ressortir : le poignard pressignien serait un bien d’affichage masculin. Il est plutôt associé à des sépultures d’homme ou à des dépôts isolés (Allemagne, Pays-Bas, Centre-Nord), et, dans le Midi et aux Pays-Bas, les traces d’usage pointent vers son portage dans un fourreau en matière organique. L’aménagement de certains exemplaires, par retouche et polissage, pour les rapprocher de biens rares tels les poignards en cuivre (Midi) atteste, par analogie, de leur valeur de bien de prestige. Enfin, à Saint-Blaise, en Suisse, trois maisons concentrent un taux élevé de flèches, de poignards et des haches, objets réputés masculins. Autre élément significatif : des dépôts d’éclats, de poignards ou de fragments existent au sein des habitats, notamment en Auvergne, dans le Nord ou en Île de France, qui pourraient ressortir d’une valeur symbolique ou économique de ces objets : dépôt de fondation ou, pour des sites distributeurs, réserves à répartir. Enfin, à l‘aide d’une cartographie des réseaux hydrographiques européens comparés aux cartes de diffusion des silex pressigniens, Michel Philippe met en évidence plusieurs parcours possibles pour la diffusion des produits parmi lesquels le seuil de Bourgogne, où le site de Chassey-le-Camp est localisé, constituerait un passage obligé vers un itinéraire amphibie trans-européen.

6Toutes ces hypothèses sont pour le moment de simples pistes qui pourraient faire l’objet de programmes de recherche futurs. La documentation est désormais disponible, et il serait dommage d’en rester là. Dans la synthèse finale (Nicole Mallet, Jacques Pelegrin, Christian Verjux et Ewen Ihuel), un chiffre est avancé : un million de lames auraient été produites au Grand-Pressigny. Pour leur diffusion, au-delà des deux premières couronnes autour du Grand-Pressigny, un système de places centrales est envisagé qui seraient localisées au niveau de seuils géographiques stratégiques comme le seuil de Bourgogne. Mais beaucoup reste à faire quant à l’organisation précise de ces réseaux, le rôle de ces éventuelles places centrales, la nature des contreparties, les biographies des pièces ayant circulé, leurs modifications, mais aussi le statut des maîtres tailleurs, la particularité de la zone de production dans le Néolithique européen, et bien d’autres choses rappelées dans la synthèse mais aussi dans le compte rendu de la table ronde effectuée à Nanterre en 2015. Il est clair que, grâce à cet ouvrage, les études pressigniennes ont de beaux jours devant elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Augereau, « Nicole Mallet, Jacques Pelegrin, Christian Verjux (dir.), Le Phénomène Pressignien. La diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 59 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/racf/4103

Haut de page

Auteur

Anne Augereau

Inrap Centre – Île-de-France, UMR 7055 “Préhistoire et technologie”

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page