Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 59Comptes rendusJulie Charmoillaux et Sébastien G...

Comptes rendus

Julie Charmoillaux et Sébastien Gaime (dir.), Les formes de l’habitat au Moyen Âge en Limagne septentrionale et Sologne bourbonnaise

CNRS éditions, Inrap, Paris, 2019, 455 p. (collection recherches archéologiques, 17)
Sébastien Jesset
Référence(s) :

Julie Charmoillaux et Sébastien Gaime (dir.), Les formes de l’habitat au Moyen Âge en Limagne septentrionale et Sologne bourbonnaise, CNRS éditions, Inrap, Paris, 2019, 455 p. (collection recherches archéologiques, 17)

Texte intégral

  • 1 D’autres régions, moins en avance se sont lancées dans l’aventure : Centre-Val de Loire, Normandie (...)

1Cet ouvrage collégial (29 auteurs et 23 contributeurs) est la conclusion heureuse d’un projet collectif de recherche (PCR) lancé en 2009 sur les formes de l’habitat rural en Limagne et Sologne bourbonnaise durant le Moyen Âge. Il s’inscrit à la suite des grandes synthèses régionales publiées sur l’habitat rural médiéval depuis le début des années 2000, que ce soit celle précurseur sur la région Rhône-Alpes (Faure-Boucharlat 2001), ou les parutions plus récentes sur l’Île-de-France (Gentili et Lefèvre 2009) et les Pays-de-Loire (Valais 2012)1.

2Publiée dans la série Recherches Archéologiques, aux éditions du CNRS et de l’Inrap, cette volumineuse synthèse de 455 pages s’organise suivant deux grandes sections : un ensemble de 18 notices monographiques, pour la plupart alimentées par l’archéologie préventive, qui vont nourrir 6 chapitres de synthèses thématiques, à la suite d’une partie introductive et d’une préface (p. 11-16) du conseil scientifique du projet (Elise Faure Boucharlat et Jean-Michel Poisson).

3Dans le détail, la première section de synthèse démarre par un chapitre préliminaire (chapitre 1 - Les objectifs du projet et les conditions de sa réalisation : p. 19-36). Après un travail sémantique sur les termes des archéologues et des historiens pour caractériser l’habitat rural médiéval, l’auteur (Julie Charmoillaux) livre un très complet tour d’horizon du cadre historiographique local.

4De la présentation du corpus à suivre, on retiendra qu’il est relativement modeste, composé de 28 sites explorés entre 1963 et 2013 (25 fouilles et 3 diagnostics), représentant au total 13 ha décapés et 37 occupations chronologiques distinctes du ve au xive s. Toutefois la distribution géographique et chronologique équilibrée des sites, couplée à la diversité des occupations (statuts et vestiges), offre un panel représentatif.

5La partie réservée au cadre géographique et à l’environnement géomorphologique propre à la plaine de la Limagne ainsi qu’aux plaines et plateaux de la Sologne bourbonnaise (chapitre 2 - Le cadre naturel : p. 37-44), est l’occasion pour Gérard Vernet de présenter une série de dépôts marqueurs de crues ou de tremblements de terre, repérée sur plusieurs occupations autour de Clermont, notamment pour le ive-ve siècles, et dont les sources historiques ont gardé la trace.

6Le chapitre historique à suivre (chapitre 3 - Le cadre historique : p. 45-65), est quant à lui organisé suivant les deux régions d’étude, avec d’une part la Limagne et Clermont (Emmanuel Grélois) et de l’autre le Bourbonnais entre Loire et Allier (Fabrice Gauthier). Pour chacun sont recensées les sources historiques disponibles, qui permettent aux deux historiens d’aborder la structuration et le réseau de peuplement ainsi que les aspects du dominium. Pour la Limagne, de profonds bouleversements sont relevés durant le xiie et xiiie s. marqué par les mutations foncières et la polarisation des habitats groupés au détriment des écarts. La partie orientale du Bourbonnais apparaît quant à elle comme une zone de confins marquée à la fois par un morcellement territorial et les fortifications de terre.

7L’ensemble, bien qu’écrit avec force détails destinés à compléter voire appuyer le discours archéologique sur les occupations, aurait sans doute mérité quelques illustrations, ne serait-ce qu’une carte de chaque territoire pour visualiser les localités, repères topographiques et mieux apprécier les phénomènes décrits.

8Un très utile chapitre sur la chronologie permet de présenter le raisonnement et la méthodologie suivis pour préciser la date de début et de fin de chaque occupation en vue d’en estimer la durée (courte, moyenne ou longue) (chapitre 4 - Datation et chronologie des sites : p. 67-88). Ainsi Sébastien Gaime examine pour chacune des méthodes utilisées, les datations obtenues combinées à une analyse objective des résultats recontextualisés. Outre les classiques datations au radiocarbone, céramique, monnaie, etc., deux sites ont fait l’objet d’une analyse statistique bayésienne visant à croiser et synthétiser les informations chronologiques de différents niveaux et la stratigraphie en vue de repérer d’éventuelles incohérences.

9Le chapitre suivant de Daniel Parent et Sébastien Gaime porte sur l’habitat (chapitre 5 : Architecture et techniques de construction : p. 89-127). La typologie élaborée à partir de 99 constructions dont 55 appartenant au haut Moyen Âge prend en compte la nature de l’implantation au sol (plain-pied, excavé, aérien), son emprise (5 classes de moins de 10 m2 à plus de 60 m2), le type de structure porteuse (poteaux poutres, murs porteurs ou structures mixtes) et les matériaux (pierre, bois, terre crue, torchis...). D’autres aspects sont également explorés sans qu’ils soient particulièrement déterminants (l’orientation, la composition des sols, les charpentes et couvertures). Le dispositif d’entrée et le foyer en tant qu’aménagements intérieurs font l’objet d’une analyse complémentaire séparée.

10La typologie met finalement en évidence une régionalisation de l’architecture avec pour le Puy-de-Dôme une dominante de bâtiments excavés à murs porteurs en terre sur solins et pour l’Allier des constructions de plain-pied à poteaux porteurs et torchis. L’absence dans tous les cas de bâtiments mixtes accueillant les hommes et les animaux est remarquable.

11Le chapitre suivant de Julie Chamoillaux est l’occasion d’examiner une partie des composantes de l’habitat par le biais de la production agricole (chapitre 6 - La production agricole : p. 129-169). La part belle est rendue aux denrées végétales, la faune en contexte rural faisant l’objet d’un très bref encart, témoignage de l’indigence de ce mobilier, résultat, d’après l’auteur, de problèmes de prélèvements sur le terrain.

12On suit la chaîne opératoire depuis la culture des céréales, légumineuses ou encore la fructiculture, abordée au travers des analyses carpologiques, en passant par le traitement et le stockage (94 silos restitués), puis la mouture avec les différents types de meules (8 à mains et 16 hydrauliques) rencontrées sur les sites. Le passage durant le xiiie s. du stockage en silo à celui en grange fait l’objet d’un paragraphe spécifique où sont mises en scènes les sources historiques en l’absence de découvertes archéologiques.

13Si l’importance de la vigne est soulignée notamment dans la plaine de la Limagne, la faiblesse permanente du froment est plus étonnante considérant le fort potentiel des terres de ce secteur.

14Le dernier chapitre thématique réservé à la culture matérielle (chapitre 7 - Le mobilier des sites ruraux : p. 171-215) s’articule en deux parties distinctes : la céramique d’une part (Alban Horry) et le petit mobilier (incluant la vaisselle en verre) d’autre part (Amélie-Aude Berthon), avec un petit encart spécifique sur le mobilier lithique de silex en remploi (Frédéric Surmely). L’analyse des objets (497 restes) et de la vaisselle en verre (118 tessons) s’appuie sur un catalogue détaillé richement documenté et illustré, permettant de souligner la part réduite des outils agricoles et celles plus prégnante de la production textile voire d’autres artisanats (bois, métal) qui pourrait aller dans le sens d’une économie diversifiée du domaine agricole. On est moins convaincu par l’approche de la céramique, rapidement survolée et qui reste peu documentée au regard des 66 000 tessons étudiés (deux planches d’une dizaine de formes pour illustrer le répertoire viie-xe s. de céramiques grises et six photos de formes fragmentaires pour le répertoire xie-xiiie s.). On s’étonnera par ailleurs de l’absence d’ouvertures faites sur la région Centre-Val-de-Loire avec ses départements du sud (Cher, Indre) mais aussi la Bourgogne avec le Nivernais, qui présentent de fortes similitudes dans son vaisselier, comme les pots à cuire globulaires modelés des xe-xiiie s., ou les cruches à goulot ponté en céramique claire peinte du xiiie s.

15La deuxième section comprend les notices monographiques. Chacune est normalisée avec un chapeau synthétique incluant les données administratives et opérationnelles, suivi de trois chapitres (contexte, vestiges archéologiques et caractérisation) plus ou moins détaillés suivant les cas et parfois complétés par un chapitre supplémentaire sur le mobilier. L’ensemble, richement illustré constitue une véritable base de travail et des références désormais accessibles aux chercheurs.

16La conclusion rédigée par Julie Charmoillaux et Sébastien Gaime (Conclusion et perspectives : p. 217-222), met en lumière efficacement tous les résultats acquis dans chacune des thématiques. Dans les dernières lignes, les deux auteurs confessent humblement “ que toutes les pistes n’ont pas été empruntées ”. Plutôt que de pointer ces quelques absences dont on ne saurait leur tenir rigueur, il convient de saluer cette remarquable recherche collective qui a su mener à son terme ses travaux en l’espace de 10 ans et livre ici un nouveau jalon pour alimenter la réflexion sur les espaces ruraux de l’axe 10 de la programmation nationale. Un exemple à suivre.

Haut de page

Bibliographie

Faure-Boucharlat 2001

Faure-Boucharlat E. (dir.) - Vivre à la campagne au Moyen-Âge : l’habitat rural du ve au xiie siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 21, Lyon, 432 p.

Gentili et Lefèvre 2009

Gentili F. et Lefèvre A. (dir.) - L’habitat rural du haut Moyen-Âge en Île-de-France. Bilan 2004-2006, Bulletin archéologique du Vexin français et du Val d’Oise, 2e supplément, Guiry-en-Vexin, 296 p.

Hernandez, Schneider et Soulat 2020

Hernandez J., Schneider L. et Soulat J. (dir.) - L’habitat rural du haut Moyen Âge en France (ve-xie siècles) : dynamiques du peuplement, formes, fonctions et statuts des établissements, Actes des 36e journées internationales d’Archéologie Mérovingiennes de l’AFAM, Montpellier, 1er-3 octobre 2015, Mémoires de l’AFAM, 36, Archéologique du Midi Médiéval, supplément no 9.

Valais 2012

Valais A. (dir.) - L’habitat rural au Moyen Âge dans le Nord-Ouest de la France (Deux-Sèvres, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 D’autres régions, moins en avance se sont lancées dans l’aventure : Centre-Val de Loire, Normandie ou encore Bretagne. Pour un état des lieux de ces recherches on pourra se référer à la publication récente des actes de l’AFAM 2015 (Hernandez, Schneider et Soulat 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jesset, « Julie Charmoillaux et Sébastien Gaime (dir.), Les formes de l’habitat au Moyen Âge en Limagne septentrionale et Sologne bourbonnaise », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 59 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/racf/4427

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search