Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 59Les ensembles funéraires des iie ...

Carte localisation

Les ensembles funéraires des iie et ier s. av. J.-C. en Île-de-France : état des lieux et perspectives de recherche

Funerary complexes of the 2nd and 1st c. BC in Île-de-France: inventory and research perspectives
Jean-Marc Séguier et Émilie Louesdon

Résumés

La prise en compte d’un corpus fort de 85 indices et de quelque 320 sépultures permet de revisiter la question des ensembles et des pratiques funéraires des iie-ier s. av. J.-C. en Île-de-France. Si la distribution des sites laisse encore apparaître des zones vierges de toute information, d’autres secteurs sont assez largement renseignés grâce à l’apport déterminant de l’Archéologie préventive. La majorité des indices se compose d’un très petit nombre de sépultures à côté de quelques ensembles plus développés. Sont examinés les indices, leur localisation, leur rapport à l’habitat rural ou groupé et à la voirie, leur organisation, les enclos, les structures associées et les sépultures proprement dites lorsqu’elles sont conservées, ce qui est loin d’être toujours le cas. Sont examinés successivement les crémations, les inhumations et les sujets inhumés en habitat, lesquels constituent une classe bien particulière, du point de vue des structures, des pratiques et du mobilier. Parmi les apports de cette enquête, il convient de souligner l’opposition entre un secteur parisiaque dans lequel l’inhumation est prédominante, y compris pour ce qui est des sujets dotés d’armes (région qui concentre d’ailleurs presque toutes les sépultures situées en contexte domestique) et un secteur sénon où la crémation est la pratique la plus fréquente, l’amphore figurant alors dans nombre de contextes. Au-delà de ces deux pôles géographiques, la région se caractérise par une très grande variété de situations et de pratiques renvoyant une image contrastée des sociétés gauloises.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs adressent leurs remerciements à Sandrine Linger-Riquier et Matthieu Gaultier pour leur relecture attentive et leurs précieux conseils.

Cadre de l’étude

  • 1 Sauf mention contraire, toutes les dates s’entendent ici av. J.-C.

1Bien qu’il ne s’agisse pas d’une entité historique cohérente, l’Île-de-France n’en constitue pas moins un espace de recherche privilégié sur les pratiques socio-culturelles de la fin de l’âge du Fer1. Cette région de vallées alluviales et de plateaux de faible amplitude dont l’ossature est le cours moyen de la Seine, se situe au cœur du Bassin parisien, aux confins de la France centrale, de la Bourgogne, de la Normandie, de la Champagne et de la Picardie. Essentiellement rattachée à la Gaule chevelue à laquelle on attribue les Sénons, les Parisii, les Meldes, les Carnutes et les Véliocasses, elle est bordée à l’Est et au Nord par l’entité belge (Suessions, Bellovaques).

2Si la région a livré un grand nombre de sépultures datées du ve au iiie s. av. J.-C. (Baray 2003 ; Marion 2004), le registre funéraire était, jusqu’à une date récente, réputé enregistrer une chute drastique à partir de la fin du iiie s. (Marion et al. 2011), moment où se structure le cadre géopolitique et où les sociétés gauloises sont secouées par une série de crises dont l’acmé sera la guerre des Gaules. C’est probablement ce qui explique qu’en dépit de la découverte du riche ensemble de Bobigny dont les dernières sépultures datent du début du iie s. (Marion et al. 2005 ; Le Forestier 2009), les espaces funéraires de cette période ont été peu étudiés au cours des deux dernières décennies, au contraire de l’habitat rural qui a bénéficié d’un renouvellement fondamental des données de terrain dans le cadre préventif (Malrain et al. 2013 ; Bernigaud et al. 2016 ; Touquet-Laporte-Cassagne 2018). Toutefois, des vestiges funéraires n’en ont pas moins continué à être enregistrés à un rythme régulier.

3La matière première étant désormais moins indigente que ce que l’on a pu croire, il a paru nécessaire d’établir un bilan d’étape sur des bases renouvelées. Cette étude vise avant tout à contextualiser les découvertes et à appréhender les espaces funéraires dans leur définition, leur constitution, leur gestion, leur relation à la sphère domestique, ainsi que l’architecture des monuments et des tombes. Les pratiques funéraires et l’insertion des défunts dans le corps social sont nécessairement abordées ici même si, on le verra, la documentation déconcerte par sa diversité et, parfois, son ambiguïté. En revanche, les données anthropologiques, lorsqu’elles sont disponibles, ce qui est loin d’être toujours le cas, ne seront pas revisitées : sont exploitées ici celles qui figurent dans les rapports d’opération.

4La présente étude concerne essentiellement les iie et ier s. (avant la période augustéenne). Les incertitudes qui marquent la transition des iiie-iie s. (passage de LTC1 à LTC2 de la chronologie conventionnelle), trop complexes pour être abordées ici dans le détail, obligent à prendre en compte des ensembles et des sépultures dont la datation se situe à l’interface des iiie et iie s. On rappellera d’ailleurs que, dans l’attente d’une typologie détaillée que devrait permettre la prise en compte du matériel de Bobigny, les fibules en fer de schéma La Tène II, souvent lacunaires, ne sont pas toujours faciles à dater lorsqu’elles se trouvent seules, leur usage se prolongeant largement au début de La Tène D.

Méthodologie et acquisition des données

  • 2 Recherche soutenue en 2018 et 2019 par la Direction Scientifique et Technique de l’Inrap.

5En l’absence de toute monographie, la documentation explorée est issue des volumes de la Carte Archéologique de la Gaule (Naudet et al. 2001 ; Abert 2005 ; Wabont et al. 2006 ; Barat 2007 ; Griffisch et al. 2008 ; Héron 2018) qui se révèlent pertinents pour ce qui est des découvertes anciennes et pour quelques trouvailles récentes inédites, et des rapports scientifiques des opérations réalisées en contexte préventif, source de près des deux tiers des indices, dont bon nombre d’inédits. L’enquête bibliographique a été exploitée sous la forme d’une base de données couplée à un SIG selon diverses entrées (localisation, topographie, contexte, organisation de l’espace, monuments, sépultures, traitement des défunts, mobilier, datation…) qu’il était dès lors possible de cartographier2 (Fig. 1 et Annexe 1).

Fig. 1 - Distribution des indices funéraires des iie-ier s. en Île-de-France ; les numéros renvoient à l’inventaire – Annexe 1.

Fig. 1 - Distribution des indices funéraires des iie-ier s. en Île-de-France ; les numéros renvoient à l’inventaire – Annexe 1.

DAO E. Louesdon

  • 3 On préfèrera ici cette expression au terme de nécropole qui sera réservé à Épiais-Rhus (le Buisson (...)

6Longtemps confinés aux trouvailles fortuites, notamment en contexte de carrière de granulats, les ensembles funéraires3 et des sépultures isolées de la fin de l’âge du Fer sont apparus, à compter des années 2000, à la faveur de multiples aménagements, parmi de nombreux autres indices diachroniques. Une pratique du diagnostic archéologique de moins en moins sélective, l’exploration des abords de certains habitats et autres espaces intercalaires, ainsi que le recours de plus en plus fréquent aux datations absolues, ont conduit à renouveler le corpus. Par ailleurs, la fouille des habitats a livré un nombre non négligeable de sépultures.

Le corpus

  • 4 Deux sites connus de nous tardivement n’ont pu être intégrés au corpus : il s’agit du petit enclos (...)

7Conséquence de la mise en œuvre de l’enquête, le nombre d’une dizaine d’indices recensés lors la première étude publiée (Pion et Guichard 1993), doublé à l’occasion du colloque de l’AFEAF tenu à Caen (Marion et al. 2011), se trouve désormais multiplié par huit (Fig. 2-3). Même si la qualité des données n’a pas forcément suivi cette croissance, sans doute dispose-t-on désormais d’une assise documentaire pertinente4.

Fig. 2 - Comparaison de la densité des indices funéraires mentionnés dans Marion et al. 2011 (en blanc) et recensés dans l’enquête de 2018/2019 (en noir).

Fig. 2 - Comparaison de la densité des indices funéraires mentionnés dans Marion et al. 2011 (en blanc) et recensés dans l’enquête de 2018/2019 (en noir).

DAO E. Louesdon

Fig. 3 - Évolution du nombre d’indices funéraires reconnus de 1990 à 2018/2019.

Fig. 3 - Évolution du nombre d’indices funéraires reconnus de 1990 à 2018/2019.
  • 5 Quelques sites mentionnés dans diverses études ont été écartés ici car mal documentés et sujets à c (...)

8La distribution géographique des 85 indices (Fig. 1) (Annexes 1 et Annexe 2)5 privilégie le confluent Seine-Yonne, dont le corpus funéraire est bien connu pour les périodes antérieures (Baray 1991 ; Séguier et al. 2010) et la zone comprise entre la basse vallée de la Marne et le confluent Seine-Oise où les découvertes étaient jusque-là dispersées (Marion 2004). Une telle répartition reflète l’état des recherches notamment dans le cadre des opérations archéologiques préventives à assise intercommunale (secteur Seine-Yonne, plaine de France…). Les zones vierges, ou peu s’en faut, correspondent à des secteurs peu touchés par l’archéologie préventive (Brie centrale, Gâtinais septentrional) ou fortement boisés (forêts de Fontainebleau, de Sénart et de Rambouillet). Mais la rareté des données dans des secteurs pourtant largement explorés et où les établissements ruraux des iie-ier s. ne manquent pas (plateaux de Saclay, de Palaiseau et de Longboyau) reflète peut-être des modes d’implantation particuliers faisant échapper les sépultures aux modes d’investigation actuels.

  • 6 Les codes à trois chiffres suivant les noms de commune renvoient à la base de données et à l’annexe (...)

9Si l’on met de côté la question les indices sur lesquels on ne relève pas de sépulture stricto sensu, mais dont le caractère funéraire peut tout de même être considéré ici comme quasi certain6 (Marolles-sur-Seine 029, Saint-Pierre-du-Perray 050 et, de façon moins assurée, Vigneux-sur-Seine 051), le corpus se compose de 77 sites regroupant entre 2 et 80 tombes et de 33 sépultures isolées (Annexe 1). Dans 24 cas, une ou plusieurs sépultures sont implantées en contexte domestique, tant en milieu rural qu’en contexte d’agglomération.

10Dès lors, on décompte au moins 320 sépultures et/ou dépôts probablement funéraires, soit une moyenne de l’ordre de 3,7 tombes par ensemble funéraire. Si l’on met de côté les indices sans sépulture avérée et les ensembles d’Épiais-Rhus dont les données sont à ce jour inexploitables (Annexe 1), 75 % du corpus est composé de sites comportant jusqu’à 4 sépultures (valeur médiane de la série). Le reste se répartit entre 20 % de sites comportant de 5 à 8 tombes et à peine 5 % correspondant aux effectifs les plus importants (9 à 19 tombes).

11Ce décompte reflète probablement un effet de source, lisible au travers de la quantité de sépultures avérées ou potentielles. En effet, le nombre moyen de sépultures par ensemble est faible au regard des nombreux habitats reconnus dans les plaines de l’Île-de-France, ce qui est à mettre en partie au compte des effets taphonomiques, éventuellement conjugués à la sélection des défunts ayant accès aux espaces funéraires et/ou inhumés en habitat. Ces effets sont en partie atténués par la systématisation du récolement des données, par une couverture territoriale totale et par la ventilation des tombes dans un espace chronologique assez court… autant de facteurs qui confèrent sans doute au corpus une réelle valeur heuristique.

12Il est à noter que le parti a été pris de ne pas intégrer à la base de données les os secs découverts presque systématiquement en contexte domestique – fermes et agglomérations – (Delattre et Séguier 2007). Ces pièces anatomiques, posent des questions particulières qui débordent le cadre de cette étude et nécessiteraient la mise en place d’une base de données spécifique. Si les restes d’enfants morts en bas-âge peuvent témoigner de sépultures remaniées au cours de réfections de l’espace domestique, ceux de grands adolescents et d’adultes résultent de pratiques tout autres - reliquaires, exposition de trophées, etc. (ibid.).

Les espaces funéraires : sites, contextes, organisation et aménagements

Localisation des espaces funéraires

13Une douzaine d’ensembles funéraires ou de sépultures isolées sont localisés dans ou à proximité immédiate d’agglomérations ouvertes (Bobigny 059, Épiais-Rhus 071, Nanterre 055 et 056, Poincy 037). Deux ou trois ensembles funéraires au moins peuvent être associés à chacun de ces habitats groupés, selon une règle connue ailleurs à la même époque, par exemple autour du village d’Acy-Romance (Lambot et al. 1994). Un doute peut éventuellement subsister pour la seule sépulture parisienne (rue de Vaugirard) qui se rattache peut-être à l’hypothétique agglomération pré-augustéenne (Viand et Séguier 2019).

14Mais la majorité des indices figure explicitement (ou très probablement) en milieu rural (73 cas). Cependant, la relation exacte entre un établissement rural et un site funéraire, lorsque celui-ci est distinct du premier, n’est pas toujours évidente. En effet, le fait qu’à un établissement rural ne soit rattaché qu’un seul groupe de tombes est difficile à prouver en raison du caractère ténu de la plupart des ensembles dont il est difficile de croire, au-delà des questions taphonomiques, qu’il accueille tous les défunts d’une ferme, surtout dans le cas, assez rare il est vrai, où l’établissement rural connaît une certaine longévité. D’ailleurs, dans deux cas, il est possible qu’au moins deux groupes de tombes soient à rattacher à un même établissement : à Jossigny (022 et 023) et Montévrain (031 et 078), deux tombes ou groupes de tombes se situent chacun dans la périphérie d’un habitat enclos. Cependant, la réalité peut être plus complexe : l’ensemble funéraire de Mouroux (034) qui regroupe de nombreux enclos selon un modèle bien connu en Champagne (Lambot 2002), ne semble pour l’instant à rattacher à aucune agglomération, la plus proche, celle de Coulommiers (Viand et Séguier 2019), paraissant trop éloignée. Ce site forme d’un hérôon peut avoir été utilisé par plusieurs communautés rurales dispersées sur le plateau de Voisins, auquel cas la gestion de cet ensemble funéraire se situerait dans la tradition des ve-iiie s., période au cours de laquelle de grands ensembles funéraires peuvent constituer des lieux fédérateurs de communautés agraires dispersées (Séguier et al. 2010).

15Au-delà de ces exemples, la relation entre habitat et ensemble funéraire semble généralement étroite : au moins les deux tiers des indices sont implantés à proximité d’une installation domestique contemporaine (Fig. 4), soit plus qu’en Picardie (Desenne et al. 2009) mais autant qu’en Auvergne (Mennessier-Jouannet et al. 2011) et que dans le Nord-Ouest de la France (Jahier et al. 2018).

Fig. 4 - Situation des indices funéraires par rapport à l’habitat et à la voirie.

Fig. 4 - Situation des indices funéraires par rapport à l’habitat et à la voirie.

16La distance entre l’ensemble funéraire ou la sépulture isolée et l’habitat présumé associé varie de moins de 30 m (Cergy 066, Collégien 013, Boinville-en-Mantois 043…) à environ 750 à 800 m (Grisy-sur-Seine 020, Jouy-le-Moutier 073…), mais, dans une majorité de cas, elle est de l’ordre de 100 à 300 m (Ferrières-en-Brie 016, Marolles-sur-Seine 028/029, Varennes-sur-Seine 041…) (Fig. 5). Des situations similaires sont observées en Basse-Normandie (Chanson et al. 2011 : 65), en Picardie (Pinard et al. 2010) ou autour du village d’Acy-Romance (Lambot et al. 1994). Dès lors, il apparaît que l’implantation des sites funéraires est surtout tributaire des établissements (notamment ruraux) auxquels ils sont liés. De ce fait, la construction de monuments funéraires et/ou la relation de proximité habitat-ensemble funéraire pourrait participer du système de délimitation des domaines, et ainsi constituer un affichage de lignées de propriétaires terriens, voire de la légitimation de ces derniers. Le cas de Saint-Pierre-du-Perray (050) est emblématique (Fig. 6) : un enclos funéraire de la première moitié du iie s. sera intégré ultérieurement à un habitat, sans doute sous la forme d’un hérôon, donc en tant que “ lieu de culte ”. Il n’est pas exclu que l’enclos de Vigneux-sur-Seine (051), dont la compréhension demeure complexe, obéisse à un processus comparable, la présence de nombreuses monnaies constituant une anomalie notoire.

Fig. 5 - Distribution des sites en fonction de leur distance par rapport à l’habitat le plus proche.

Fig. 5 - Distribution des sites en fonction de leur distance par rapport à l’habitat le plus proche.

Fig. 6 - L’enclos funéraire de Saint-Pierre-du-Perray (Essonne), le Buisson Ribaud, dans son contexte.

Fig. 6 - L’enclos funéraire de Saint-Pierre-du-Perray (Essonne), le Buisson Ribaud, dans son contexte.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Aubier 2017

17En réalité, seuls 10 indices, dont le contexte est relativement bien connu, ne paraissent entretenir aucun rapport avec un habitat dans l’état actuel des données. Il s’agit notamment de sépultures implantées dans un espace funéraire préexistant (Buthiers 005 ; Cannes-Écluse 007 ; Châtenay-sur-Seine 011 ; Marolles-sur-Seine 026/027…). Dans ce cas, il est permis de se demander si ces sépultures n’étaient pas situées à l’écart des terres exploitées, ce qui induit un autre type de relation entre lieux des vivants et des morts.

18La relation aux systèmes viaires de l’âge du Fer est nettement moins claire, en particulier en raison de la piètre connaissance que l’on a de ces réseaux malgré les progrès enregistrés dans ce domaine (Robert et Verdier 2014), peu de chemins du second âge du Fer étant connus en Île-de-France. Cependant, au moins 30 % des indices sont localisés à proximité immédiate (quelques dizaines à quelques centaines de mètres) de cheminements antiques dont on supposera, même si cela reste impossible à démontrer la plupart du temps, qu’ils pérennisent des axes protohistoriques (Brie-Comte-Robert 004, Varennes-sur-Seine 041…). Certains espaces funéraires paraissent même implantés en fonction d’axes de circulation. Ainsi, à Jaulnes (Fig. 7), un chemin antique intégré à un réseau parcellaire paraît perpétuer un axe de circulation structurant le paysage funéraire depuis l’âge du Bronze (Viand et Delattre 2006 ; Peake 2011). De même, les enclos de Mouroux (034) sont étroitement liés à des fossés dessinant à la fois un réseau parcellaire et des limites de chemins. La localisation des sites funéraires en des endroits remarquables, en particulier le long des voies de circulation, est d’ailleurs une constante, toutes époques et tous milieux culturels confondus, le fait étant largement attesté à l’âge du Fer (Desenne et al. 2009).

Fig. 7 - Jaulnes (Seine-et-Marne), le Bas des Hauts Champs : localisation des sépultures, dépôts et objets isolés de LTC2/D par rapport aux enclos funéraires (âge du Bronze à La Tène A) et aux axes de circulation antiques.

Fig. 7 - Jaulnes (Seine-et-Marne), le Bas des Hauts Champs : localisation des sépultures, dépôts et objets isolés de LTC2/D par rapport aux enclos funéraires (âge du Bronze à La Tène A) et aux axes de circulation antiques.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Viand et Delattre 2006 ; Peake 2011 ; Peake et al. en cours

19Les tombes de la fin de l’âge du Fer participent donc avant tout, ici comme ailleurs, du marquage territorial, voire domanial et, dans ce dernier cas, il est possible de déceler ici un changement notable par rapport aux périodes antérieures.

Organisation des espaces funéraires

  • 7 Les indices dont le niveau d’information est trop faible pour autoriser un classement ne sont pris (...)

20Le corpus montre une grande variabilité dans l’organisation des espaces funéraires, au point qu’il est difficile d’établir une typologie. Néanmoins, les indices répondent à un certain nombre de normes qui permettent au moins de proposer un classement schématique en 5 classes (Fig. 8). Ces dernières distinguent l’implantation des ensembles selon qu’ils sont créés “ ex nihilo ” – et ce même s’ils peuvent intervenir sur des occupations domestiques antérieures – (classe I), ou bien installés au sein d’ensembles funéraires préexistants (classe II) ou encore d’occupations domestiques contemporaines (Classe III). Enfin, sont identifiés les ensembles complexes liés à une agglomération (classe IV) et ceux, plus atypiques, dans lesquels on propose de voir de possibles hérôon (classe V)7.

Fig. 8 - Distribution des indices funéraires par classe (cf. texte).

Fig. 8 - Distribution des indices funéraires par classe (cf. texte).

DAO E. Louesdon

21 Classe I : il s’agit des sépultures ou des ensembles créés “ ex nihilo ” associés à un habitat ou sans lien établi avec celui-ci mais pouvant parasiter une occupation domestique antérieure.

22On distingue en deux sous-classes les sépultures isolées et les petits ensembles n’excédant pas la dizaine d’occurrences (Ia) d’ensembles plus vastes répartis sur une surface supérieure à 1 000 m2 (Ib). Au sein de la sous-classe Ia on peut isoler :

  • des ensembles distincts ou proches de l’habitat, comportant éventuellement 1 ou 2 monuments, le tout groupé sur une surface de quelques dizaines à quelques centaines de m². Entrent dans cette classe les sites de Balloy 002 (Fig. 10), Bobigny 058, Bussy-Saint-Georges 006, Collégien 013, Jossigny 022, Épiais-Rhus 081, Jouy-le-Moutier 073, Marolles-sur-Seine 028 (Fig. 11) (et 029 ?), Montévrain 031, La Boissière-École 044, Bonneuil-en-France 065 et Cergy 067 ; ces ensembles sont surtout présents dans le nord de l’Île-de-France (Fig. 8), sans qu’il semble nécessaire d’y voir un effet de source ;

  • et des ensembles a priori éloignés de toute installation domestique, constitués au plus de quatre sépultures et comportant éventuellement un monument : Brie-Comte-Robert 004, Crisenoy 014, Fontainebleau 017 (?), Gonesse 077 (?), Lieusaint 024, Serris 039 (?), Souppes-sur-Loing 040, Tremblay-en-France 06, indices dont la distribution suit un axe nord-sud inexplicable (Fig. 8) ;

  • la sous-classe Ib rassemble plusieurs sépultures et/ou au moins un monument (Annet-sur-Marne 001, Argenteuil 064, Charny 010, Égligny 015 [Fig. 12], Jouy-le-Moutier 072, Ferrières-en-Brie 016, Houdan 046, Montévrain 032, Mouroux 034 [Fig. 13], Moussy-le-Neuf 035, Mouy-sur-Seine 036 [Fig. 14], Poissy 049 et Varennes-sur-Seine 041 [Fig. 15) ; il n’est pas impossible que les ensembles de Barbey 003 et Maulette 047 appartiennent à ce groupe. La distribution de cette classe couvre toute l’Île-de-France et ne semble obéir à aucune logique territoriale (Fig. 8), mais, probable effet de source, il concerne principalement le secteur Seine-Yonne (sénon) et le domaine parisiaque.

23 Classe II : il s’agit de petits ensembles (moins de 10 sépultures) implantés dans l’emprise de nécropoles laténiennes préexistantes, dont la connexion avec l’habitat contemporain n’apparaît nulle part de manière évidente. Ces espaces, parfois limités à une tombe, peuvent éventuellement réutiliser tout ou partie des équipements antérieurs (fossés, enclos) ou les parasiter lorsqu’ils existent. En raison de la faiblesse des effectifs, il n’est possible d’apprécier ni la superficie, ni la topographie de ces sites. Il s’agit :

  • d’ensembles ou de tombes en apparence isolées associés à un ou des monuments : Cannes-Écluse 007, Cergy 066, Châtenay-sur-Seine 011, Gravon 018/019, Marolles-sur-Seine 026 (Fig. 9).

  • d’ensembles ou des tombes en apparence isolées dépourvus de monument : Buthiers 005, Chelles 012, Larchant 023, Marolles-sur-Seine 027, Montigny-Lencoup 033, Saint-Maur-des-Fossés 062.

  • de petits groupes de tombes pouvant éventuellement se greffer sur des monuments bien plus anciens : Grisy-sur-Seine 020, Jaulnes 021 (Fig. 7).

Fig. 9 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Butte Saint-Donain.

Fig. 9 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Butte Saint-Donain.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Mahé 1996

Fig. 10 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Balloy (Seine-et-Marne), Bois de Roselle, dans son contexte.

Fig. 10 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Balloy (Seine-et-Marne), Bois de Roselle, dans son contexte.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier

Fig. 11 - L’ensemble funéraire de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), le Grand Canton.

Fig. 11 - L’ensemble funéraire de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), le Grand Canton.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier

24Les ensembles de classe II sont surtout regroupés dans le sud de l’Île-de-France (Fig. 8), sans qu’il faille incriminer un effet de source.

25 Classe III : il s’agit de sépultures simples ou multiples localisées dans l’habitat ou en contexte assimilé, dans lequel on peut distinguer deux sous-classes en fonction de la structure d’accueil :

  • sous-classe IIIa : soit dans les fossés de délimitation accueillant un adulte comme à Poincy 037, Wissous 052 et Santeuil 076, ou un immature comme à Gonesse 068, Mauregard 030, Mours 075, Souppes-sur-Loing 085, Tremblay-en-France 084 et Wissous 053 ;

  • sous-classe IIIb : soit dans des fosses et/ou silos et/ou puits accueillant en dépôt simple ou multiple soit un immature comme à Bobigny 057, Nanterre 055 ou Champagne-sur-Oise 069, soit un ou des adultes et adolescents comme à Bobigny 057, Cergy 066, Changis-sur-Marne 008, Charny 009, Cormeilles-en-Parisis 070, Drancy 060 et 082, Gonesse 068, Le Plessis-Gassot 074, Nanterre 056, Paris 080, Poincy 037 et 038, Sevran 083 et Vitry-sur-Seine 063.

26La distribution de la classe III, quelle que soit la sous-classe, est presque exclusivement septentrionale (territoires parisiaque et melde) (Fig. 8), le seul site méridional étant celui de Souppes-sur-Loing 085, atypique au demeurant au regard de sa configuration (Annexe 1).

27 Classe IV : il s’agit d’ensembles complexes, véritables nécropoles situées à proximité d’agglomérations de plaine et n’entrant dans aucune des catégories précédentes (Bobigny 059 et Épiais-Rhus 071 et peut-être 081).

28 Classe V : on regroupe ici des ensembles atypiques constituant chacun un cas particulier, mais ayant comme point commun de voir un enclos et/ou une zone funéraire (ou supposée telle) intégrés ultérieurement à un habitat, probablement sous la forme d’un hérôon : Saint-Pierre-du-Perray 050 (Fig. 6), Vigneux-sur-Seine 051 (?).

  • 8 C’est un point de vue contraire que défend B. Dedet (2018) à propos du Sud de la France.

29Les incertitudes relatives à certains indices soulignent le caractère indicatif et provisoire de ce classement qui ne pourrait être validé que la découverte de nouveaux indices, leur nature et leur organisation, mais aussi leur insertion dans le tissu de peuplement. En réalité, il existe une infinité de termes de passage de l’une à l’autre de ces classes, de sorte que le fait funéraire des iie-ier s. constitue en Île-de-France, en l’état actuel de la documentation, un tout pratiquement insécable et sujet à une forte variabilité comme le montre la diversité des types regroupés dans la classe I. La seule limite claire concerne la distinction les sites créés ex nihilo et ceux dont l’usage s’inscrit dans le temps long. Il est en revanche presque impossible de savoir ce que recouvre la distinction entre les tombes implantées en dehors de l’habitat et dans les limites de celui-ci (est-elle de nature sociale ?). D’ailleurs, les sépultures en habitat étant loin de constituer un groupe marginal puisqu’elles représentent 12 % du corpus des sujets attestés par des restes squelettiques, il n’est pas possible de les exclure de l’analyse du monde funéraire de la fin de l’âge du Fer8, ces individus ayant bien fait l’objet d’un traitement funéraire à part entière (Delattre et al. 2018 : 53-54), fut-il déviant par rapport à une norme dont, on l’aura compris, on peine à définir les contours. Toutefois, la distribution géographique des indices de certaines classes n’est, de toute évidence, pas totalement aléatoire (Fig. 8).

30Au-delà de ces observations, les espaces funéraires, même les plus importants, sont trop peu denses ou sont cernés de manière trop imprécise pour que l’on y perçoive une organisation. Par exemple, il n’est guère possible de déceler une sépulture ou un monument fondateur autour duquel vont s’agglomérer d’autres tombes. D’ailleurs, lorsque crémation et inhumation coexistent, les échantillons sont trop réduits pour que l’on puisse affiner la chronologie des deux traitements, si tant est qu’un ordre préside au choix de telle ou telle pratique funéraire. À Balloy 002, par exemple, les deux inhumations situées de part et d’autre de la crémation liée à l’enclos ne sont pas clairement datées.

31On ne peut pas non plus identifier une organisation traduisant une hiérarchie sociale, même dans le cas des ensembles funéraire relativement importants (Annet-sur-Marne 001, Égligny 015, Mouroux 034, Varennes-sur-Seine 041), et ce pour des raisons d’ordre taphonomique : il y subsiste en effet trop peu de sépultures (Annet-sur-Marne 001, Égligny 015, Mouroux 034…). À Varennes-sur-Seine 041, où aucune tombe stricto sensu n’est reconnue, tous les enclos semblent à rattacher aux élites sociales en raison de la présence systématique de l’amphore italique et ce en grande quantité. Tout juste peut-on suggérer que la sépulture secondaire à crémation de l’enclos 2032 était celle d’un sujet de rang particulièrement élevé en raison de l’accumulation de biens de prestige (amphores, vaisselle campanienne, statère).

32Quant aux immatures biologiques, on ne saurait dire si un secteur leur était réservé. En revanche, les très jeunes enfants (périnatals, nourrissons et enfants de moins de 6 ans) semblent quasiment absents des contextes strictement funéraires : on ne compte en effet que deux dépôts secondaires à crémation dans cette classe d’âge. Ces individus n’avaient donc guère encore accès aux espaces funéraires et étaient inhumés dans l’habitat selon une règle soufrant peu d’exceptions en Gaule à l’âge du Fer (Dedet et al. 1991 ; Dedet 2018).

Les monuments

33Le corpus fait état de 81 monuments, un seul étant collectif (Moussy-le-Neuf 035). Á l’exception peut-être de celui de Bobigny 058 localisé à proximité de l’agglomération, tous les autres sont en relation avec un contexte rural et paraissent n’avoir accueilli chaque fois qu’une sépulture individuelle (lorsque celle-ci est conservée).

34Ce score relativement élevé, soit une moyenne de près d’un enclos par indice, ne reflète pas tout à fait la réalité de terrain puisque le seul ensemble de Mouroux rassemble au moins 19 enclos. Si l’on met cet ensemble de côté, la moyenne passe à 7 enclos pour 10 sites. En revanche, si l’on exclut les sépultures implantées en habitat, les enclos sont présents sur 30 indices, soit un peu plus de la moitié d’entre eux, avec une moyenne de près de 3 enclos par site et majoritairement un à deux monuments par ensemble (Fig. 16). Mais, en contexte rural, l’absence de monument funéraire semble avérée dans plusieurs cas (Bonneuil 065, Gonesse 068, Jouy-le-Moutier 0762 et 073, Santeuil 076).

35Il existe cependant un écart significatif entre ces chiffres et le nombre de sépultures car la relation entre ces deux types de structure funéraire obéit à des normes fluctuantes. En dehors de Bobigny 058, on ne connaît aucun enclos dans les ensembles liés aux agglomérations de plaine où l’espace funéraire est organisé collectivement sans système de délimitation, comme c’était d’ailleurs le cas dans la nécropole de Bobigny 059 au iiie s. (Marion et al. 2005). De ce point de vue, les nécropoles “ urbaines ” d’Île-de-France semblent perpétuer une tradition antérieure et, ainsi, se différencier de celles attachées à certains oppida comme Bibracte (Buchsenschutz et al. 1998) ou Chartres (Fissette 2012). Cependant, la gestion de certains espaces funéraires situés en milieu rural rapproche, du fait de la coalescence de plusieurs enclos, les ensembles de Mouroux 034, Varennes-sur-Seine 041 ou Égligny 015 de ces ensembles urbains et des grands ensembles champenois (Lambot 2002). Elle semble dès lors perpétuer une tradition antérieure dont attestent certains ensembles des ve-iiie s. du Bassin parisien (Baray 2003) ou du Grand-Ouest (Jahier et al. 2018).

36En réalité, la diversité est de mise en milieu rural. En effet, pour le début de la période, chaque sépulture de Ferrières-en-Brie 016 se situe dans l’emprise d’un monument, alors que les ensembles de Maulette 047 et Houdan 046 n’en comptent aucun. Et si chaque enclos de Mouroux a été conçu pour accueillir une sépulture, peu de tombes sont conservées. En revanche, à Moussy-le-Neuf 035, le monument regroupe plusieurs tombes. La question des enclos vides de sépulture n’appelle pas de réponse univoque : l’absence de tombe peut résulter des effets taphonomiques, éventuellement traduire un usage cultuel et non funéraire, ou peut encore résulter d’un rituel n’aboutissant pas forcément à la création d’une fosse sépulcrale comme cela semble être le cas à Varennes-sur-Seine 041.

37La physionomie des monuments est très variable. Selon une norme établie à partir du ve s. (Baray 2003), tous sont quadrangulaires et orientés selon les axes cardinaux, à l’exception du petit enclos circulaire de Vigneux-sur-Seine 051 (s’il s’agit bien d’une structure funéraire) et de l’enclos plus ou moins quadrangulaire de Bobigny 058. Le carré est la norme, mais des variantes du quadrilatère sont connues : rectangle à Moussy-le-Neuf 035 et à Souppes-sur-Loing 040, agrafe à Varennes-sur-Seine 041 et Marolles-sur-Seine 028, en U ouvert à Mouroux 034 et Varennes-sur-Seine 041, voire en L à Mouroux 034. La fouille a montré que sur ces deux sites, cette forme ne résulte pas d’un processus taphonomique, ces enclos ayant bien été conçus comme tels. D’ailleurs, des formes approchantes sont connues dans le Grand-Ouest du vie au ive s. (Jahier et al. 2018).

38Les dimensions sont modestes, de l’ordre de 2 à 5 m de côté (Annet-sur-Marne 001, Crisenoy 014, Ferrières-en-Brie 016, Mouroux 034, Varennes-sur-Seine 041…). Cependant, quelques enclos se distinguent par leurs dimensions de l’ordre de 10 m de côté (Collégien 013, Égligny 015, Mouroux 034, Moussy-le-Neuf 035, Saint-Pierre-du-Perray 050), les plus grands étant ceux de Mouy-sur-Seine 036 (15 m), Balloy 002 (16 m) et Souppes-sur-Loing 040 (10 × 20 m).

39L’entrée, lorsqu’elle est identifiée, se situe toujours à l’est, donc face au soleil levant (Égligny 015, Mouy-sur-Seine 036, Souppes-sur-Loing 040, Varennes-sur-Seine 041). Elle est marquée par une simple interruption du fossé, sauf à Bobigny 058. Dans l’un des trois enclos de Mouy-sur-Seine 036, elle est dotée d’un porche que marquent deux poteaux situés dans l’entrée ou en retrait. Une configuration comparable, mais sur fossé ininterrompu, figure également sur le côté oriental de l’enclos de Saint-Pierre-du-Perray 050. Cependant, un très petit édicule à quatre poteaux figure près du fossé oriental de l’enclos 3 d’Égligny 015 (Fig. 12).

Fig. 12 - L’ensemble funéraire d’Égligny (Seine-et-Marne), le Bois de la Pêcherie.

Fig. 12 - L’ensemble funéraire d’Égligny (Seine-et-Marne), le Bois de la Pêcherie.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier d’après Bergot 2003

Fig. 13 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Mouroux (Seine-et-Marne), ZAC du Plateau de Voisins.

Fig. 13 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Mouroux (Seine-et-Marne), ZAC du Plateau de Voisins.

DAO E. Louesdon

40La section des fossés est presque toujours en V. Il s’agit le plus souvent de tranchées grêles servant à l’implantation d’une palissade dont les trous de poteau sont parfois visibles (Marolles-sur-Seine 026 et 028). Cependant, l’ouvrage peut être plus important : un large fossé à profil en V ou en U se substitue alors à la palissade primitive, marquant une monumentalisation de l’enclos, le fossé restant ouvert et accueillant des rejets de bûcher et divers dépôts : Balloy 002, Égligny 015, Mouy-sur-Seine 036, Mouroux 034, Saint-Pierre-du-Perray 050, Souppes-sur-Loing 040. Les fossés à section en U à fond plat des monuments de Varennes-sur-Seine 041 ont la même vocation. Dans ce cas, on peut envisager un talus interne pour les plus grands, par exemple à Souppes-sur-Loing 040, ou une plateforme pour les plus petits comme à Varennes-sur-Seine 041.

41Cinq enclos sont dotés d’une modeste construction interne à 2, 4 ou 6 poteaux (Collégien 013, Égligny 015, Varennes-sur-Seine 041). Il ne semble pas qu’il s’agisse de l’ossature de bâtiments au regard de leurs dimensions particulièrement modestes. En l’absence de dépôt funéraire au centre de ces enclos, il est peu probable qu’il s’agisse de structures destinées à abriter une tombe. En réalité, il s’agit peut-être plutôt de supports de plateformes d’exposition des cadavres avant crémation, cette étape du traitement du défunt étant envisagée à Acy-Romance et à La Madeleine (Lambot et al. 1994 ; Metzler-Zens et Metzler 1999). Il n’en va peut-être pas de même des trous de poteau de l’enclos de Balloy 002 qui ont pu supporter une construction plus importante mais dont le plan est incompréhensible.

42Par ailleurs, comme cela a été signalé, des enclos antérieurs aux iie-ier s. sont ponctuellement réutilisés de manière opportuniste dans le secteur Seine-Yonne. À Gravon 018, une tombe est installée au centre d’un enclos circulaire. À Jaulnes 021, site à la topographie tourmentée par une très longue durée d’utilisation (Viand et Delattre 2006 ; Peake 2011), les tombes des iie-ier s. se situent en périphérie d’un monument du Bronze final remanié au premier âge du Fer. À Grisy-sur-Seine 020, une inhumation du ier s. est installée contre le fossé d’un enclos circulaire et perpendiculairement à lui. Enfin, les sépultures des iiie-iie s. de Marolles-sur-Seine 026 s’organisent en arc de cercle, la topographie étant dictée par un vaste monument de l’âge du Bronze situé à proximité (Fig. 9). Il est cependant à noter, au moins provisoirement, que le corpus ne semble comporter aucune réutilisation d’un monument des ve-iiie s.

Autres aménagements

43En dehors des enclos et des sépultures, l’emprise des ensembles funéraires livre peu de structures. On note cependant à Varennes-sur-Seine 041 quelques fosses contenant des restes osseux crémés ou des fragments de céramique, un dépôt constitué d’un col d’amphore italique (il en va de même à Annet-sur-Marne 001) et deux longs fossés dont la fonction échappe, à moins qu’ils n’aient matérialisé des limites de l’espace funéraire et traduisent des réorganisations successives de celui-ci (Fig. 14) ; une configuration comparable existe peut-être à Charny 010.

Fig. 14 - L’ensemble funéraire de Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Noue du Champ Fourche.

Fig. 14 - L’ensemble funéraire de Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Noue du Champ Fourche.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Mallet 2015

Fig. 15 - Plan de l’ensemble funéraire de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice.

Fig. 15 - Plan de l’ensemble funéraire de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice.

DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier

Fig. 16 - Distribution des sites en fonction du nombre de monuments funéraires.

Fig. 16 - Distribution des sites en fonction du nombre de monuments funéraires.

44Deux petits aménagements à quatre poteaux sont identifiés. À Mouy-sur-Seine 036, il peut s’agir d’un bâtiment de 4 m de côté de fonction indéterminée. En revanche, à Annet-sur-Marne 001 quatre cavités distantes de 1,50 m contenaient des résidus de crémation : il n’est pas exclu qu’il s’agisse des restes d’un bûcher construit ou d’une plateforme d’exposition (cf. supra) dont l’usage s’est perpétué sous la forme d’un bûcher.

45Les deux grands bâtiments de Balloy 002 (Fig. 10) sont localisés à proximité de l’enclos funéraire, le plus important (bâtiment 3) répondant à une norme architecturale bien connue localement. Deux hypothèses peuvent être retenues pour expliquer leur présence : soit ils matérialisent un habitat ouvert antérieur à l’espace funéraire (il ne saurait être postérieur), soit ils font partie de celui-ci, auquel cas, au regard de l’importance de l’enclos funéraire, ce bâtiment a pu abriter une étape importante de la cérémonie comme la préparation du corps ou un banquet. Le caractère aristocratique de l’ensemble funéraire serait alors en accord avec l’investissement que suppose une telle construction.

46Enfin, deux constructions circulaires sont connues. À Montévrain 032, il s’agit d’un bâtiment de 5 m de diamètre situé à 20 m des sépultures, alors qu’à Bonneuil-en-France 065, la construction de 3 m de diamètre supportait une plateforme en bois encore conservée en milieu humide, sur laquelle ont été découverts des restes humains et un fragment de fourreau d’épée. Il est tentant de rapprocher ces deux structures et d’en faire des plateformes d’exposition permettant le décharnement du corps par les charognards avant de le livrer au bûcher.

Pratiques funéraires et population

47Avec 320 sépultures et/ou dépôts pour 309 défunts dont les restes sont conservés, le corpus offre une base statistique satisfaisante, même si l’exploitation de certains ensembles peu fiables est nécessairement limitée (Épiais-Rhus 071). Si l’on met de côté les 85 tombes de ce dernier site, les sujets incinérés sont à peine plus nombreux que ceux inhumés (104 contre 99) (Fig. 17-18). Cet équilibre trouve un écho dans la prise en compte du site comme unité de mesure, la mixité des pratiques étant en outre attestée dans une dizaine de cas (Fig. 19). Ces tendances reflètent le fléchissement de la pratique de la crémation mis en évidence entre la boucle de la Loire et le bassin de la Seine moyenne à la charnière des iiie-iie s. (Marion et al. 2011). Cependant, il convient de noter que la plupart des découvertes effectuées depuis 2010 tendent à rééquilibrer le ratio au profit de la crémation.

Fig. 17 - Distribution des individus en fonction du traitement funéraire.

Fig. 17 - Distribution des individus en fonction du traitement funéraire.

Fig. 18 - Distribution des indices en fonction du traitement funéraire – triangle : crémation ; cercle : inhumation ; carré : mixte.

Fig. 18 - Distribution des indices en fonction du traitement funéraire – triangle : crémation ; cercle : inhumation ; carré : mixte.

DAO E. Louesdon

Fig. 19 - Distribution des sites en fonction du traitement funéraire des individus.

Fig. 19 - Distribution des sites en fonction du traitement funéraire des individus.

48Le regroupement des sépultures par grands blocs chronologiques montre cependant qu’en Île-de-France, la préférence pour l’inhumation ne s’impose que de manière mesurée et graduelle de la fin du iiie s. à la fin du ier s., notamment si l’on prend en compte les sépultures datées de l’étape dite La Tène C2-D1 (Marion 2004). Cette évolution ne semble traduire ni un bouleversement radical des pratiques funéraires (Fig. 20a), ni une évolution par à-coups, du moins si l’on prend en compte l’ensemble de la population. Par ailleurs, si l’on exclut les périnatals et les enfants en bas-âge pour ne conserver que les adultes et les indéterminés, il apparaît que, en dépit de sa relative progression, l’inhumation ne devient pas le traitement majoritaire à La Tène D contrairement à ce qui était attendu (Fig. 20b), la crémation étant même la règle sur quelques-uns des sites les plus tardifs (Santeuil 076 et Varennes-sur-Seine 041 par exemple).

Fig. 20 - Évolution de la proportion des dépôts secondaires à crémation et des inhumations sur l’ensemble de la population (a) et en excluant les enfants morts en bas-âge (b).

Fig. 20 - Évolution de la proportion des dépôts secondaires à crémation et des inhumations sur l’ensemble de la population (a) et en excluant les enfants morts en bas-âge (b).

49L’évolution des pratiques funéraires s’avère donc complexe et ne pourrait être appréciée dans le détail que si l’on disposait d’échantillons distribués de manière équilibrée dans l’espace et dans le temps, ce qui est encore loin d’être le cas. De manière générale lorsque les ensembles sont un peu étoffés, c’est l’une ou l’autre pratique qui semble exclusive ou prédominante. Cependant, la distribution géographique des deux pratiques (Fig. 18) montre que l’inhumation est majoritaire dans la partie centrale de la zone étudiée, ce qui correspond au territoire des parisis et que cette zone est encerclée par une couronne où la crémation domine mais où la biritualité est attestée, par exemple à Balloy 002, Mouroux 034, Montévrain 078... En outre, il convient de remarquer que le poids des inhumés en habitat contribue fortement à l’équilibre apparent entre les deux rituels. En effet, si l’on isole ceux-ci du reste de la population, la crémation se révèle être la pratique dominante (Fig. 21). Une analyse plus fine du corpus montre que, sur l’ensemble de la période, les adultes sont tout autant incinérés qu’inhumés (Fig. 22). On ne peut, en aucun cas, interpréter la prédominance de l’un ou l’autre mode de traitement en termes ethniques/culturels, aucune des deux pratiques n’étant susceptible de trahir d’éventuels apports de population exogène (depuis le domaine belge par exemple). Ainsi, le choix d’inhumer ou d’incinérer les adultes et grands adolescents semble plutôt relever de traditions locales, peut-être familiales, et, pourquoi pas, de sensibilités religieuses diverses. Cette tendance serait toutefois à pondérer par la prise en compte des sujets d’âge indéterminé pour lesquels la crémation est majoritaire (Fig. 22).

Fig. 21 - Fréquence des types de traitement funéraire en fonction de la nature des contextes (ensembles funéraires vs habitats).

Fig. 21 - Fréquence des types de traitement funéraire en fonction de la nature des contextes (ensembles funéraires vs habitats).

Fig. 22 - Proportion des traitements funéraires (inhumation vs crémation) en fonction de l’âge des individus.

Fig. 22 - Proportion des traitements funéraires (inhumation vs crémation) en fonction de l’âge des individus.

50En revanche, en dehors de deux cas, les quelques immatures biologiques sont majoritairement inhumés, notamment les périnatals et les nourrissons. Les enfants en bas-âge semblent bénéficier dans leur majorité du même traitement (inhumation en habitat) ce qui différencie sensiblement le corpus de la région parisienne de celui du Midi de la Gaule par exemple (Dedet 2018), mais ceci n’est pas forcément vrai pour les autres immatures biologiques. Globalement, périnatals et enfants en bas-âge ne représentent que 9,5 % du corpus, ce qui est loin d’être conforme à la mortalité dans les sociétés préjennériennes (ibid.). Leur sous-représentation notoire au sein des ensembles funéraires n’est d’ailleurs que partiellement compensée par leur fréquence en habitat (Fig. 23) et, dans ce cas, les effets de la taphonomie sont incontestablement à incriminer.

Fig. 23 - Distribution des traitements funéraires en fonction de l’âge des individus et du type de site (ensembles funéraires vs habitats).

Fig. 23 - Distribution des traitements funéraires en fonction de l’âge des individus et du type de site (ensembles funéraires vs habitats).

51Quant au sex ratio de la population inhumée, seule accessible à une identification sur la base de données ostéologiques, il est difficile de l’analyser sur la base d’un si petit nombre de sujets sexés (27 sur 45 adultes), en particulier en dehors des habitats (Fig. 24). Néanmoins, les individus de sexe féminin dominent la population en contexte domestique (Fig. 24), situation qui n’est pas sans rappeler la surreprésentation féminine au sein de la population inhumée en silo à l’âge du Fer lato sensu dans le Bassin parisien (Delattre et al. 2018). D’ailleurs, 8 des 14 sujets de sexe féminin du corpus ont été découverts dans des silos, ceux-ci étant systématiquement localisés dans l’emprise d’un habitat mais jamais en dehors, contrairement aux ve-iiie s., période au cours de laquelle l’ensilage de plein champ est bien connu, notamment sous forme de batteries (Gransar 2003) dans lesquelles les inhumations ne sont pas rares.

Fig. 24 - Distribution des individus en fonction de leur sexe et du type de site (ensembles funéraires vs habitats).

Fig. 24 - Distribution des individus en fonction de leur sexe et du type de site (ensembles funéraires vs habitats).

52Pour la clarté du propos, il a semblé opportun de présenter séparément les sépultures des ensembles funéraires de celles découvertes en habitat et, parmi les premières, de considérer successivement les dépôts secondaires à crémation, puis les inhumations.

Les sépultures dans les ensembles funéraires

53Quelques ensembles associent crémation et inhumation. C’est le cas à Balloy 002 (1 crémation pour 2 inhumations), Bobigny 059 (13 crémations pour 2 inhumations), Crisenoy 014 (1 de chaque), Gonesse 077 (1 de chaque), Houdan 046 (4 crémations pour 1 inhumation), Montévrain 078 (1 de chaque), Mouroux 034 (6 crémations et 1 inhumation) et Poissy 049 (1 crémation et 4 inhumations). Il est possible la sépulture 28 des fouilles de G. Buisson à Montigny-Lencoup 033 ait associé dans la même fosse une inhumation à un dépôt secondaire de crémation comme le suggère la découverte d’une petite urne “ remplie de petits os très fragmentés et de deux anneaux en bronze ” dans une inhumation (Guillaumet 1979 : 41), la forme du récipient pouvant être de la fin du iiie et du début du iie s. Ce type d’association demeure exceptionnel en Gaule à l’âge du Fer et notamment aux iie-ier s., mais est attesté dans l’ensemble de Pulvérières (Blaizot et al. 2012).

Les sépultures secondaires à crémation

  • 9 L’ensemble des Carmélites à Troyes, fossilisé par une voirie antique, a révélé plusieurs bûchers (K (...)

54À l’exception peut-être d’Annet-sur-Marne 001 (cf. supra), on ne connaît aucun bûcher, même conservé à l’état de trace, mais ce constat est banal à l’âge du Fer en Gaule pour d’évidentes raisons taphonomiques9, la pratique de la crémation n’engendrant par ailleurs que peu de traces lisibles au sol (Blaizot et al. 2012). Il serait donc vain de disserter sur l’emplacement de ces structures (dans le monument, à l’emplacement de la tombe, ailleurs ?) ; du reste, aucune tombe-bûcher ne figure dans le corpus, ce qui n’a rien de surprenant au regard du contexte gaulois (ibid.).

  • 10 On renvoie ici aux données exposées dans les rapports de fouille résumés dans les notices (Annexes (...)

55La récolte des restes osseux crémés est la plupart du temps minimaliste : elle se réduit souvent à une poignée de fragments, soit en moyenne 229 g dans les 36 sépultures pour lesquelles cette donnée est renseignée, le minimum étant de 5 g, les deux tiers des sépultures contenant moins de 250 g de restes osseux crémés, alors que deux dépôts de Ferrières-en-Brie en ont livré plus de 1 000 g chacun (Fig. 25). Dans tous cas, la crémation semble ne concerner qu’un seul individu, tout au moins aucun doublon n’est signalé dans les rapports d’expertise anthropologique10.

Fig. 25 - Distribution des dépôts secondaires à crémation en fonction du poids d’esquilles retrouvées (NB : les ensembles de Bobigny et d’Épiais-Rhus ne sont pas prises en compte).

Fig. 25 - Distribution des dépôts secondaires à crémation en fonction du poids d’esquilles retrouvées (NB : les ensembles de Bobigny et d’Épiais-Rhus ne sont pas prises en compte).

56Les restes du défunt sont souvent accompagnés de fragments des objets brûlés lors de la crémation, voire de restes animaux : il s’agit majoritairement de restes de porc à Bobigny 059 (Le Forestier 2009), à Houdan 046 et dans 4 des 5 dépôts de Ferrières-en-Brie 016, site où l’on signale également du bœuf, du coq et du canard.

L’aménagement des tombes

57De manière classique en Gaule septentrionale, deux types d’aménagement sont observés : le coffrage et la fosse simple.

58Le premier type correspond à des fosses de plan quadrangulaire de l’ordre de 1 m à 1,50 m de côté, à fond plat et dont les parois ont été coffrées à l’aide de planches délimitant une chambre funéraire de taille modeste. Rien n’a été observé sur le mode d’assemblage des bois et il est admis, plus que démontré, que le fond était muni d’un plancher. L’assez bonne conservation de certaines tombes comportant des dépôts divers permet d’envisager un coffre fermé par un platelage sur lequel pouvait reposer un micro-tumulus, comme dans les sépultures secondaires à crémation des ixe-vie s. du Midi (Dedet 2018). Le basculement de certaines pièces de vaisselle dans le coffrage montre que celui-ci n’a pas été colmaté et que le platelage s’est progressivement affaissé (Ferrières-en-Brie 016).

59Le corpus francilien se limite à 8 coffres correspondant aux dépôts secondaires de Gonesse 077, les cinq de Ferrières-en-Brie 016 (Fig. 26) et les deux de Moussy-le-Neuf 035, autant de tombes datées vers 200-130. Ces aménagements, d’un type fréquent de la Normandie aux Ardennes (Baray 1998 ; 2003 ; Lambot 2002), préfigurent les grandes tombes à chambre aristocratiques de La Tène finale et de la période augustéenne connues de la Gaule Belgique (Lambot 2002 ; Metzler 2002) à la France centrale (Ferdière et Villard 1993 ; Marion et al. 2011). Ce type n’étant reconnu que dans la partie septentrionale de la zone d’étude, le rapprochement avec les domaines normand et picard où les coffres sont nombreux, n’est peut-être pas fortuit ; cependant, ce même secteur livre aussi des sépultures en fosse.

Fig. 26 - Le dépôt secondaire à crémation 1017 de Ferrière-en-Brie (Seine-et-Marne), ZAC de Bel Air.

Fig. 26 - Le dépôt secondaire à crémation 1017 de Ferrière-en-Brie (Seine-et-Marne), ZAC de Bel Air.

Cliché É. Louesdon

60Ces dernières, majoritaires (pour autant que le mode de dépôt ait été observé), sont constituées d’une simple fosse ayant accueilli les rejets du bûcher – il s’agit de dépôts secondaires (Blaizot et al. 2012 : 313), qu’ils soient ou non contenus dans un récipient. Circulaire et de taille modeste (quelques dizaines de cm), la fosse est adaptée au dépôt unique qu’elle accueille, quelle qu’en soit la composition. Il en va ainsi des sépultures d’Annet-sur-Marne 001 (nos 2104, 2106, 2108 et 2113), de Barbey 003, de Bobigny 059, de Brie-Comte-Robert 004, de Bussy-Saint-Georges 006, de Cannes-Écluse 007, de Châtenay-sur-Seine 011, d’Épiais-Rhus 071, de Gravon 018, de Grisy-sur-Seine 020, de Houdan 046, de Jaulnes 021, de Jossigny 022/025, de Jouy-le-Moutier 072/073, de Lieusaint 024, de Maulette 047, de Montévrain 031/032/078 et de Mouroux 034 (Fig. 27).

Fig. 27 - Le dépôt secondaire à crémation 1085 de Mouroux (Seine-et-Marne), ZAC du Plateau de Voisins.

Fig. 27 - Le dépôt secondaire à crémation 1085 de Mouroux (Seine-et-Marne), ZAC du Plateau de Voisins.

Cliché É. Louesdon

61Bien que très arasée, la sépulture d’Égligny 015, datée vers 200-80, est assez proche des précédentes, mais le plan rectangulaire de la fosse et sa petite taille supposent un coffrage, ce qui s’explique peut-être par la nature du substrat, sableux. L’encombrement du mobilier, surtout constitué de pièces d’armement, étant maximal, cette sépulture pourrait être un compromis entre la tombe à coffrage et la tombe en fosse simple. Il en va peut-être de même des petites fosses quadrangulaires d’Annet-sur-Marne 001 (n2112) et de Jaulnes 021 (nos 1055/1056).

62L’aménagement des autres dépôts ne peut être reconnu car il s’agit de découvertes anciennes ou de sépultures mal conservées : Boinville-en-Mantois 043, Buthiers 005, Chelles 012, Fontainebleau 017, Gravon 019, Larchant 023, La Boissière-Ecole 045, Marolles-sur-Seine 027, Montigny-Lencoup 033, Poigny-la-Forêt 048, Poissy 049 et Vitry-sur-Seine 079.

Le dépôt des restes du défunt

  • 11 Un réexamen au cas par cas serait nécessaire.

63Dans les tombes à coffrage, l’amas, qu’il soit en contenant périssable ou qu’il repose directement sur le fond de la fosse11, figure sous le dépôt de mobilier (Gonesse 077), au centre de la fosse (Moussy-le-Neuf 035), ou contre une paroi (un cas à Ferrières-en-Brie 016). Dans l’une des tombes de Ferrières-en-Brie 016, la présence de quelques restes osseux crémés sur des coupelles déjà comblées de sédiment suppose un basculement postérieur à la fermeture de la tombe depuis un dépôt situé au-dessus du platelage – dans ce cas, deux dépôts distincts ont été opérés, mais l’étude anthropologique ne permet pas de savoir s’il s’agit des restes d’un ou deux individus.

  • 12 Un dépôt en amphore est néanmoins connu à Esvres-sur-Indre (F140), mais le réceptacle est une Pascu (...)

64Dans les sépultures en fosse simple, l’amas osseux se trouve dans deux configurations différentes : dans un récipient ou directement dans la fosse (Fig. 28). Dans 28 cas, il est contenu dans un vase haut : c’est le cas à Barbey 003, Cannes-Écluse 007, Châtenay-sur-Seine 011, Gravon 019, Jouy-le-Moutier 073, Houdan 046, Maulette 047 et Tremblay-en-France 061, autant de sites datés vers 200-130. Aucun de ces récipients ne semble porter de traces de crémation, ce qui invite à penser qu’ils n’ont pas été préalablement exposés sur le bûcher. Il semble qu’il faille ajouter à cette série au moins 13 des dépôts secondaires à crémation de Bobigny 059 datés du tournant des iiie-iie s. (Marion et al. 2005). Ce type de dépôt semble également être celui de Brie-Comte-Robert 004. La sépulture de Santeuil 076 constitue une variante où l’amas osseux était disposé dans une panse d’amphore italique couchée dans un fossé sans que l’on puisse savoir si c’est une panse complète ou une portion qui a été utilisée, ni si elle occupait tout ou partie de la fosse, celle-ci n’étant pas lisible dans le comblement du fossé. Cet agencement est rare en Gaule septentrionale où l’amphore italique, lorsqu’elle est complète, figure en dépôt comme à Esvres-sur-Indre, Saint-Georges-lès-Baillargeaux, Goeblange-Nospelt, Presles-et-Boves ou dans le groupe des tombes de Fléré-la-Rivière (Ferdière et Villard 1993 ; Riquier 2004 ; Metzler et Gaeng 2009), ou parmi le mobilier brûlé, mais a priori jamais en tant que réceptacle du dépôt secondaire12. Dans le cas présent, l’amphore est brûlée et pourrait faire partie de l’équipement exposé aux flammes du bûcher.

Fig. 28 - Fréquence des catégories de dépôt des restes incinérés en fonction du type de structure d’accueil et de la localisation des restes osseux dans les dépôts secondaires à crémation.

Fig. 28 - Fréquence des catégories de dépôt des restes incinérés en fonction du type de structure d’accueil et de la localisation des restes osseux dans les dépôts secondaires à crémation.

65La configuration la plus fréquente semble être cependant celle dans laquelle le dépôt secondaire (amas osseux, autres éléments récoltés sur le bûcher, parfois associés à des objets non brûlés comme des fibules) est déposé dans la fosse, parfois sous ou à côté d’un ou deux récipients en terre cuite brûlés (Fig. 29). Cette configuration est connue dans des sépultures datées entre 200 et 130 à Gravon 018, Houdan 046, Jossigny 023, Maulette 047 et Tremblay-en-France 061. On la retrouve aussi dans des ensembles plus récents comme Annet-sur-Marne 001, Cergy 067, Chelles 012, Égligny 015, Jaulnes 021, Jossigny 022, Lieusaint 024, Montévrain 031 ou Mouroux 034.

Fig. 29 - Le dépôt secondaire de crémation 1153 de Ferrière-en-Brie (Seine-et-Marne), ZAC de Bel Air.

Fig. 29 - Le dépôt secondaire de crémation 1153 de Ferrière-en-Brie (Seine-et-Marne), ZAC de Bel Air.

Cliché É. Louesdon

66Ces deux types de dépôt semblent donc avoir coexisté dans un stade ancien, alors que le second paraît se généraliser à partir du dernier tiers du iie s. Enfin, dans plusieurs cas, les données ne renseignent pas le mode de dépôt (Achères 042, Bussy-Saint-Georges 006, Chelles 012, Fontainebleau 017, Grisy-sur-Seine 020, La Boissière-École 145, Poigny-la-Forêt 048 et Poissy 049).

67Si l’on met de côté dix-neuf sépultures mal documentées, il semble donc exister une corrélation entre architecture de la tombe, mode de dépôt des restes du défunt et chronologie. Les éléments récoltés sur le bûcher au cours de la période 200-130 sont en effet préférentiellement enfouis dans un contenant périssable en coffre, ou dans une urne enfouie dans une fosse simple, le dépôt en vrac en fosse simple étant exceptionnel. Par la suite, le choix semble presque toujours se porter sur ce dernier mode, à l’exception de la sépulture de Santeuil, assimilable à un dépôt en contenant céramique (c’est l’une des plus tardives de la série, une attribution à la période augustéenne n’étant pas exclue au regard de la fréquence des amphores Dr. 1 à cette époque, notamment en Île-de-France).

L’organisation des dépôts dans la tombe

68L’organisation des tombes en coffre est généralement lisible. Des éléments brûlés accompagnent parfois les restes osseux crémés : il s’agit surtout de tessons de vases éclatés lors de la crémation (Ferrières-en-Brie 016, Mouroux 034, Moussy-le-Neuf 035), de restes animaux (Ferrières-en-Brie 016), d’équipement personnel dont des fibules (Ferrières-en-Brie 016, Mouroux 034, Moussy-le-Neuf 035). Les autres accessoires vestimentaires et les parures ne semblent pas avoir été exposés au feu (le doute est cependant permis pour quelques objets de Moussy-le-Neuf) et, lorsqu’ils sont présents, ils sont regroupés au centre du coffre et/ou à la base d’un dépôt massif comme à Gonesse 077 (ceinture, brassard, fibules), ou de façon plus lâche comme à Moussy-le-Neuf 035 (bracelet, perles, chaînette, amulette et fibules). Les vases (coupelles, bassins, pots et gobelets), une dizaine au maximum, sont déposés en arc de cercle sur l’amas osseux ou autour de lui, voire dans une partie du coffre (Fig. 29), certains ayant été prélevés sur le bûcher (Ferrière-en-Brie 016, Moussy-le-Neuf 035). Si, parmi les vases non brûlés, quelques récipients ont pu contenir des boissons et/ou des préparations alimentaires évoquant une “ offrande ”, aucun reste animal non brûlé n’est actuellement connu en Île-de-France en dehors du gallinacé de Lieusaint 024, alors que cette pratique est largement attestée en Gaule Belgique (Baray 2003).

  • 13 Sont exclues de ce paragraphe les données des ensembles de Bobigny, en cours d’étude, et d’Épiais-R (...)

69Les sépultures en fosse simple montrent des agencements plus variés, mais sans doute tout aussi codifiés13 (Fig. 30). Le dépôt en urne (généralement un pot) ne se compose que de l’amas osseux à Brie-Comte-Robert 004, Jouy-le-Moutier 073 et Tremblay-en-France 061, parfois associé à du matériel passé au feu (Cannes-Écluse 007), et peut comporter un accessoire non brûlé (Barbey 003, Gravon 018, Houdan 046, Maulette 047, Santeuil 076). À Barbey 003, la panoplie militaire brûlée est déposée à côté de l’urne. Le contenu de l’ossuaire est protégé par une jatte à Châtenay-sur-Seine 011 (deux cas) et, semble-t-il, dans plusieurs cas à Bobigny 059 (Héron 2018). Enfin, les tombes de Maulette 047 et de Houdan 046 se distinguent par le dépôt simultané d’un amas en urne et la dispersion d’esquilles crémées dans la fosse. Les restes brûlés du porc de Houdan 046 sont déposés dans la fosse.

Fig. 30 - Organisation des dépôts dans les crémations en fosse simple – une sépulture peut figurer dans plusieurs cases (NB : les sépultures de Bobigny et d’Épiais-Rhus sont exclues).

Fig. 30 - Organisation des dépôts dans les crémations en fosse simple – une sépulture peut figurer dans plusieurs cases (NB : les sépultures de Bobigny et d’Épiais-Rhus sont exclues).

70Dans les sépultures en fosse simple où les os figurent en vrac, les configurations sont plus stéréotypées. Le cas le plus fréquent est celui où la fosse accueille un amas composé des restes crémés et d’éléments divers récoltés sur le bûcher (céramique, accessoires…), la masse de matériel étant très variable. Les sépultures d’Annet-sur-Marne 001, Cergy 067, Montévrain 031, Mouroux 034 et peut-être de Boinville-en-Mantois 043 illustrent la variété des options, avec jusqu’à une quinzaine de vases exposés sur le bûcher dans deux des tombes de Mouroux 034. Dans de rares cas, l’amas osseux et le matériel brûlé ont été disposés sous un récipient (Jossigny 022), à ses côtés (Annet-sur-Marne 001, Jossigny 022, Lieusaint 024), ou autour de lui (Mouroux 034). La présence d’accessoires vestimentaires non brûlés ne semble attestée qu’à Jossigny 022, configuration qui n’est pas sans rappeler les dépôts en urne de la fin de La Tène moyenne. On doit néanmoins noter que de nombreuses sépultures se trouvent amputées d’une part non mesurable du comblement de la fosse en raison de l’érosion agricole, ce qui limite l’analyse des normes.

71La sépulture secondaire à crémation dotée d’un équipement militaire d’Égligny 015 ne conserve aucune trace de céramique ; il est donc possible que les restes osseux crémés (de rares esquilles subsistent) aient été disposés dans le comblement de la fosse (le fragment d’anse métallique, brûlé, a plutôt été prélevé sur le bûcher). D’ailleurs, les deux autres fosses quadrangulaires reconnues parmi les dépôts en fosse simple ne livrent aucun contenant.

Les ensembles funéraires de l’espace sénon et apparentés

72Une particularité de la partie méridionale de la zone étudiée réside dans un groupe d’ensembles funéraires dans lesquels les monuments ne livrent de restes des défunts que de manière parcimonieuse. En effet ceux-ci n’apparaissent pas dans des sépultures stricto sensu, alors que les données permettent de restituer des cérémonies complexes dont le point commun est la crémation. Le mobilier, parmi lequel les amphores et, éventuellement, les monnaies, sont abondants et renvoient à la sphère aristocratique. Il s’agit des sites de Balloy 002 (classe 2), de l’enclos 1 d’Égligny 015, de Mouy-sur-Seine 036, Varennes-sur-Seine 041 (classe 3) et Souppes-sur-Loing 040 (classe 4).

73L’exemple le plus probant est celui de Varennes-sur-Seine 041 lié à un établissement aristocratique (Séguier 2013a), où l’on compte au moins 6 monuments (Fig. 14). Les restes osseux crémés (à peine 482 g pour l’ensemble du site) sont regroupés en petits tas dans les fossés d’enclos, associés à un mobilier abondant, mais aussi dispersées dans une fosse sans mobilier et dans des épandages, autant d’assemblages qui semblent devoir être interprétés comme résultant de vidanges de bûchers. La singularité du site réside dans le très grand nombre de restes d’amphores (plus de 4 000 restes pour 117 Dr. 1 italiques et 1 amphore de Bétique), dont beaucoup de tessons brûlés voire vitrifiés, mais aussi dans la fréquence des monnaies (44), le reste du mobilier étant discret (céramique, armement, instrumentum).

74Un ensemble comparable est connu à Balloy 002 (Fig. 10), site emblématique caractérisé par un enclos carré ouvert à l’est dont les fossés ont livré les restes de 15 amphores brûlées associés à un mobilier divers et surtout regroupées sur le côté sud de l’entrée, comme dans l’enclos 32 de Varennes-sur-Seine 041. Initialement interprété comme cultuel (Poyeton, Séguier 1999 ; Poux 2004 : 422-425) dans la mouvance des recherches conduites sur la place du vin dans la société gauloise, cet enclos doit en réalité être considéré comme funéraire à la lumière des découvertes de Varennes-sur-Seine et de Troyes.

75Les enclos de Mouy-sur-Seine 036 (Fig. 13) et de Souppes-sur-Loing 040 renvoient probablement aux mêmes pratiques et au même milieu privilégié (amphores, monnaies à Mouy-sur-Seine), de même que l’un des enclos d’Égligny 015 en raison de la découverte d’un lot de tessons d’amphore brûlés et concassés à proximité de son angle sud-est (Fig. 12).

76De tous ces sites, le plus ancien est celui de Balloy qui peut être daté de La Tène D2a grâce à un lot cohérent d’amphores Dressel 1A/B (Poyeton et Séguier 1999). Les ensembles de Varennes-sur-Seine 041 et de Mouy-sur-Seine 036 sont peut-être créés à cette même époque en raison de la présence de séries de potins LT 7417, mais celui de Varennes-sur-Seine est utilisé à LTD2b.

77Les deux enclos carrés ouverts à l’est de Fontaine-la-Gaillarde, la Grande Chaume (Yonne) (Delor 2002) qui ont livré de nombreux restes d’amphore et des monnaies appartiennent probablement au même groupe, hypothèse que ne contredit pas la localisation de ce site en domaine sénon.

  • 14 Ces derniers ensembles sont encore en service au cours de la période augustéenne, ce qui, dans l’ét (...)
  • 15 La pratique de la pars pro toto, universellement attestée (par ex. Goussard 2015) est fréquemment i (...)

78Dans tous les cas, au-delà des problèmes taphonomiques, les données de terrain suggèrent que les funérailles ne s’achevaient pas nécessairement par l’enfouissement des restes osseux crémés dans une fosse ou dans une urne ou alors que, si structure d’accueil il y a eu, celle-ci se situait nécessairement au-dessus du sol de l’enclos, pourquoi pas dans un petit tertre (dont il ne subsiste tout de même aucune trace) ou dans un édicule comme celui de l’enclos 2032 de Varennes-sur-Seine 041. Même si une telle gestion des défunts semble atypique, elle trouve des parallèles dans d’autres ensembles tardifs tous localisés en périphérie d’agglomérations comme Chartres (Fissette 2012), Troyes (Kasprzyk 2019) ou le Mont-Beuvray14. Sur ces sites, mieux conservés que ceux de l’espace sénon, quelques dépôts de crémation ont été observés, mais ils demeurent rares. En réalité, plus que le dépôt secondaire de crémation, c’est la crémation elle-même, puis la sélection de certains éléments et enfin le monument, qui paraissent focaliser l’essentiel des gestes funéraires, lesquels sont, in fine, probablement dominés par la pratique de la pars pro toto15. Ces ensembles funéraires aristocratiques paraissent constituer un ensemble cohérent et se distinguent nettement de ceux des domaines belge (notamment trévire : Metzler et Gaeng 2009) et du secteur biturige-turon (Ferdière et Villard 1993 ; Riquier 2004 ; Marion et al. 2010) par l’absence totale de chambre funéraire. Le faste des funérailles n’y est donc pas directement lisible, alors que rien n’indique qu’il ait été moindre que chez les Trévires ou les Bituriges au regard des richesses détruites par le feu. Il n’est pourtant pas possible de dire en quoi l’idéologie des élites sénones diffère de celle de ses homologues belges, bituriges ou turones. L’absence de site de même nature en domaine melde et parisiaque, au moins provisoirement, mais aussi dans la partie occidentale de la Gaule Belgique (territoire bellovaque) suggère que se dessine progressivement une géographie des usages funéraires des élites sociales aux alentours de la conquête, qu’il conviendra, à l’avenir, d’analyser en détail. Par ailleurs, l’évolution de l’interprétation de l’ensemble de Balloy 002 traduit bien toute la complexité et l’ambigüité de ces assemblages funéraires où la sélection drastique des restes humains crémés est poussée à l’extrême, quasiment jusqu’à leur éviction totale du registre archéologique. Pour cette raison, il serait sans doute utile de reconsidérer certains ensembles réputés cultuels comme l’enclos carré à « pavé » d’amphores brûlées de Fontenay-le-Comte, les Genâts (Poux 2004 : 470-476) dans lequel il faut sans doute plutôt voir un monument funéraire implanté dans un domaine rural.

79La fosse isolée au milieu d’un décapage de plusieurs hectares à Marolles-sur-Seine 029, d’où proviennent deux tessons (amphore, céramique peinte), un rasoir, une fibule et un maxillaire de porc, pourrait renvoyer à une gestuelle finalement comparable tout en exacerbant la pratique de la pars pro toto, même si aucun monument n’y est associé. Mais le niveau social des fermes situées à proximité n’est en rien comparable à celui de Varennes-sur-Seine.

80Enfin, il n’est peut-être pas inutile d’évoquer ici l’enclos de Saint-Pierre-du-Perray 050 (Fig. 6). Situé en domaine parisiaque en limite du territoire sénon, cet ensemble pourrait préfigurer à haute époque (La Tène C2 ou C2-D1a) la gestion si particulière des funérailles qui conduit à effacer presque toute trace du défunt en dehors du monument. Ici, l’absence d’amphore s’explique par la datation haute, mais le haut rang de l’individu lié à cet enclos ressort d’une applique de véhicule et de nombreux ossements animaux consommés lors du banquet funéraire. D’ailleurs, la mémoire de cet individu ou de son lignage sera pérennisée par l’intégration du monument dans l’habitat formant peut-être ainsi un hérôon.

Le mobilier funéraire et sa signification

81Si l’on tient compte des ensembles atypiques mentionnés ci-dessus, le mobilier des crémations comporte trois types d’éléments au statut différent.

82– Le contenant éventuel de l’amas : sac, vannerie ou coffret dans les tombes en coffre, vase haut dans les sépultures secondaires à crémation en urne (éventuellement fermées par un vase retourné), amphore.

83– Des éléments non brûlés déposés parmi les restes du défunt ou autour d’eux : une ou deux céramiques (rarement plus), un ou deux accessoires vestimentaires (fibule ou paire de fibules le plus souvent ; ceinture composite de Gonesse ; agrafe de Gravon), une ou des parure(s) (brassard de Gonesse ; bracelet en alliage cuivreux et collier de perles en verre et en ambre de Moussy-le-Neuf ; bracelets et perles en verre d’Épiais-Rhus), des anneaux (Maulette), un outil (forces de Chelles), un accessoire de toilette (miroirs en alliage cuivreux d’Épiais-Rhus et de Santeuil), une monnaie (Mouroux, Varennes-sur-Seine) et, exceptionnellement, un dépôt de faune (gallinacé à Lieusaint).

84– Et surtout des éléments brûlés récoltés de manière systématique ou aléatoire sur le bûcher (la question, toujours posée [Dedet 2018] ne trouve jamais de réponse convaincante). Les tessons de céramique forment la masse la plus importante et permettent d’identifier entre un et quinze vases. La vaisselle métallique ou composite n’est potentiellement illustrée que dans la tombe à armes d’Égligny (anse de situle). L’amphore italique, toujours très fragmentée, est rare dans la majorité des sépultures (Épiais-Rhus, Jaulnes, Mouroux), mais constitue la principale composante des ensembles aristocratiques du secteur sénon (cf. supra). Les accessoires de vêtement paraissent limités aux fibules (1 à 5 exemplaires). La parure est représentée par un bracelet (Gravon), une chainette (Mouroux) et du verre fondu (perles ou bracelets à Mouroux). Les accessoires de toilette sont illustrés par des pincettes (Annet-sur-Marne, Chelles) et des rasoirs (Annet-sur-Marne, Fontainebleau). L’équipement personnel l’est au moins par un coffret (Varennes-sur-Seine). Plus difficiles à classer sont une rouelle, objet à connotation rituelle (Montévrain), un clou à tête émaillée (Varennes-sur-Seine) et des éléments de tabletterie (Annet-sur-Marne et Mouroux). Enfin, l’équipement militaire est illustré dans quatre sépultures toutes localisées en domaine sénon (Barbey 003, Cannes-Écluse 007, Égligny 015 et Fontainebleau 017, avec une seule tombe par site), mais aussi dans les rejets de bûcher de Varennes-sur-Seine. Ce dernier se compose de :

  • fourreau, fer et talon de lance, umbo à ailettes à Barbey 003 ;

  • bouterolle de fourreau, anneau de ceinturon, fer et talon de lance, umbo à Cannes-Écluse 007 ;

  • deux fourreaux démontés et 2 umbos à ailettes à Égligny 015 ;

  • épée et fourreau, fer de lance, umbo à ailettes à Fontainebleau 017 ;

  • fragment de fourreau, talon de lance, rivet d’umbo à Varennes-sur-Seine 041.

85Les objets brûlés avec le défunt et ceux qui figurent en dépôt dans la sépulture (dépôt secondaire) livrent des pistes d’identification du défunt et de son statut social.

86Le genre n’est envisageable dans aucun cas, sauf à admettre que l’équipement militaire est un apanage masculin et que la ceinture composite est féminine ; on ne peut se prononcer sans risque de contre-sens pour tous les autres objets, même les forces et les miroirs.

  • 16 Les équipements paraissent standardisés et très représentatifs de la période considérée ; la présen (...)

87Pour ce qui est de la fonction des individus, la plupart des sépultures secondaires à crémation se révèlent neutres ou dotées d’équipements d’une grande banalité (fibules, bracelets, perles). Le nombre de sujets à équipement militaire16, particulièrement faible (moins de 4 % des crémations) et proche de celui de Bobigny 059 au iiie s.(Marion 2009) peut surprendre d’autant qu’il est très faible comparé à l’ensemble de la France centrale (Marion et al. 2011 : 120). Si l’échantillon pris en compte était fondé sur un sex ratio équilibré, ce taux (théorique) serait de l’ordre 7 à 8 % des sujets de sexe masculin, ce qui est beaucoup moins qu’au second âge du Fer dans le Midi de la Gaule où il est estimé en moyenne à un tiers de la population masculine des iie-ier s. (Dedet 2018 : 188-191), valeur qui rejoint celle que l’on observe dans le secteur Seine-Yonne du ve au iiie s. (Séguier et al. 2010).

88Une aussi faible composante militaire semble toutefois se retrouver dans la population inhumée à Bobigny 059 au iiie s. en marge de l’agglomération (Marion et al. 2005 ; Le Forestier 2009 ; Héron 2018). Se pose alors la question de la représentativité et de la signification de ces sépultures à armes dont l’absence dans la moitié nord de l’Île-de-France étonne, à moins qu’elle ne soit provisoire ou que ces individus armés aient subi un traitement particulier qui les ait exclus des ensembles funéraires pouvant rendre illisibles les attributs. Les armes ont pu être extraites de l’équipement funéraire pour aboutir dans les trophées des sanctuaires où elles sont encore bien présentes à cette période quoiqu’en décroissance par rapport aux périodes antérieures (Hamon et al. 2002 ; Bataille 2008).

89La question du rang social est, comme toujours, d’un abord délicat. Les sépultures secondaires à crémation affichent, dans leur grande majorité, un niveau de richesse peu lisible et ne se différencient guère de celles de Gaule Belgique par exemple, la seule exception étant constituée par l’applique de char du monument de Saint-Pierre-du-Perray qui implique un personnage de haut rang. Quelques sépultures paraissent plus richement dotées que la moyenne, comme la tombe 1085 de Mouroux qui associe une vaisselle abondante, des parures en verre, des pièces de tabletterie, un quart de statère… Mais que traduit cette accumulation ? Un statut social plus élevé que la moyenne, une fonction particulière dans le groupe ou, tout simplement, une récolte plus poussée sur le bûcher ? L’Archéologie ne sait pas répondre à une telle question qui mérite pourtant d’être posée dès lors que l’on aborde les questions de statut sur la base de restes de crémation.

90Les ensembles du secteur sénon sont ceux qui concentrent le plus de signes d’aisance matérielle (Balloy 002, Mouy-sur-Seine 036, Varennes-sur-Seine 041…) au travers de biens de prestige désignant les élites terriennes. La présence de céramique campanienne et, surtout, d’un statère dans l’enclos 2032 de Varennes-sur-Seine, confirme la haute position sociale de l’individu auquel était dévolu ce monument, tout en accentuant encore un peu plus le caractère paradoxal du site. Exception faite de la sépulture à char de parade de la fin iiie-début iie s. de Nanterre (territoire parisiaque), le secteur géographique où sont perceptibles les élites sociales tardives, est aussi celui qui livre les seules tombes à armes de l’Île-de-France.

  • 17 Une dizaine d’exemplaires recensés sont datés de La Tène D.

91Quant aux miroirs de Santeuil et d’Épiais-Rhus, ils constituent une petite série digne d’intérêt. Cet accessoire de toilette, rare en Gaule interne à si haute époque (Barbau 2019 : 197-198)17, apparaît ici deux fois associé à des restes d’amphore. Faut-il y voir un indicateur d’un niveau de romanisation particulièrement précoce ou une particularité locale comme le suggère la proximité de Santeuil et d’Épiais-Rhus ? La précocité du dépôt de ces objets en contexte funéraire en Gaule septentrionale est assez singulière pour être soulignée puisque, en domaine trévire, les plus anciens miroirs connus en contexte funéraire sont augustéens (ibid. : 197-198). Dans ces conditions, il est légitime de se demander si les crémations de Santeuil et d’Épiais-Rhus ne sont pas augustéennes (cf. supra).

92Le mobilier en dépôt, limité à un petit nombre de vases, constitue en Île-de-France une innovation puisque les sépultures des ve-iiie s. du secteur excluent, à de très rares exceptions près (Bouqueval), tout dépôt de vaisselle dans la tombe, au contraire d’une règle largement partagée dans l’aire de la culture Aisne-Marne (Demoule 1999). Est-ce à dire que les pratiques funéraires de la Gaule Belgique gagnent progressivement les territoires situés au sud-ouest comme pourrait le laisser entendre la typologie des sépultures de Ferrières-en-Brie ? Rien n’est moins sûr et il semble plutôt que les populations de l’Île-de-France s’alignent sur un certain nombre de normes partagées un peu partout en Gaule septentrionale et que la vaisselle doive s’entendre comme n’illustrant quasiment que le service des boissons (Riquier 2004).

Les épandages de mobilier et les monnaies

93Des épandages de mobilier ont été observés à Annet-sur-Marne 001, Montévrain 031/032 et Varennes-sur-Seine 041 (Fig. 14). Ces aires aux limites diffuses, en plan comme en stratigraphie, ne sont perceptibles que grâce au mobilier : amphores, monnaies et restes osseux crémés à Varennes-sur-Seine 041 ; tessons brûlés et monnaies à Montévrain 031/032 et Annet-sur-Marne 001. L’interprétation de ces assemblages est complexe. S’agit-il des restes de bûchers funéraires détruits et étalés, de remblais résultant du nivellement des enclos après l’abandon du site, de témoins de pratiques de commémoration, ou d’un peu tout cela à la fois ? Les ensembles funéraires de Chartres, Troyes, Bibracte, Esvres-sur-Indre et Malintrat (Poux 2004 ; Riquier 2004 ; Fissette 2012 ; Kasprzyk 2019), livrent des unités comparables dont la fouille n’éclaire pas forcément la fonction de manière univoque, même si, à Esvres-sur-Indre, c’est la tenue de banquets funéraires qui est privilégiée dans la mesure où ces éléments sont contemporains des inhumations dans le remplissage desquelles peuvent figurer des tessons appariés avec les épandages (Riquier 2004). On notera que l’on retrouve dans les amas de Varennes-sur-Seine la composition de certains des bûchers de Troyes (Kasprzyk 2019). En première analyse, la composition des épandages de Varennes-sur-Seine 041 diffère peu de celle des fossés d’enclos dans lesquels il faut voir des vidanges de bûcher. Pour cette raison il faut peut-être privilégier l’hypothèse selon laquelle ces épandages correspondent à des bûchers démantelés et étalés au fur et à mesure des crémations.

  • 18 Cet ensemble n’a pas été interprété comme étant de nature funéraire lors de la fouille (Damour et J (...)

94L’une des particularités de ces structures tient à la fréquence des monnaies (Fig. 31), par ailleurs peu communes en milieu funéraire dans le contexte de la Gaule septentrionale (Riquier 2004). En réalité, les monnaies sont plus nombreuses dans ces épandages que dans les sépultures proprement dites et que dans les fossés d’enclos, les séries de Varennes-sur-Seine 041, Vigneux-sur-Seine 05118 et Montévrain 031/032 étant les plus importantes. Une telle abondance de monnaies en contexte d’épandage en milieu funéraire n’a guère d’équivalent que dans l’ensemble de Troyes (Kasprzyk 2019) et, peut-être, dans le numéraire des enclos de Fontaine-la-Gaillarde. L’absence de trace d’exposition au feu interdit d’y voir des résidus récoltés sur les bûchers. Dès lors, il est possible que la présence de ce numéraire participe d’une étape particulière du rituel funéraire et résulte de dépôts effectués à l’issue de la crémation (clôture de la cérémonie ?) ou dans le cadre des rites de commémoration. Les monnaies découvertes dans l’un des fossés d’enclos de Mouy-sur-Seine 036 étaient groupées à l’arrière de l’enclos oriental et dans l’axe de l’entrée, évoquant un dépôt (de clôture ?), pourraient répondre à des préoccupations similaires, de même que celles de Balloy 002, Mouroux 034, Saint-Pierre-du-Perray 050 et Varennes-sur-Seine 041. Les rares monnaies des sépultures (principalement les crémations de Chelles 012 et de Mouroux 034 et une inhumation de Sevran 083) ont peut-être la même signification, sans qu’il soit nécessaire d’invoquer le rituel de l’obole à Charron.

Fig. 31 - Localisation des monnaies découvertes en contexte funéraire (NB : crémations ou traitement supposé tel, sauf dans le cas de la sépulture de Sevran - inhumation).

Fig. 31 - Localisation des monnaies découvertes en contexte funéraire (NB : crémations ou traitement supposé tel, sauf dans le cas de la sépulture de Sevran - inhumation).
  • 19 Il n’est pas sûr que l’as ampuritain de Poigny-la-Forêt entretienne un quelconque rapport avec la s (...)

95La distribution des émissions par matériau, toutes structures d’accueil confondues (Fig. 32) voit les bronzes dominer de peu les potins, ce qui suggère que cette pratique est en usage relativement tôt et se maintient jusqu’au troisième quart du ier s., chronologie confortée par les autres données disponibles19. En outre, la bonne représentation globale des monnaies en contexte funéraire en Île-de-France contribue à définir un faciès régional nettement différent de celui du Val-de-Loire, de l’Auvergne, de la Champagne et de la Picardie où les effectifs monétaires sont plus faibles.

Fig. 32 - Nature des monnaies trouvées en contexte funéraire de La Tène D en Île-de-France.

Fig. 32 - Nature des monnaies trouvées en contexte funéraire de La Tène D en Île-de-France.

Les inhumations

Localisation et aménagement des tombes

96Comme les crémations, les inhumations sont localisées dans de petits ensembles implantés à l’écart des habitats ruraux (Balloy 002, Marolles-sur-Seine 026/028, Montévrain 078) ou dans la périphérie d’une agglomération (Bobigny 058, Chelles 012).

97Bien que le nombre de sites (20) et de sépultures (50 à 55) soit relativement important, la documentation est globalement déficiente car on ne dispose guère de descriptions fiables pour Argenteuil 064, Chelles 012, Épiais-Rhus 071/081, Jouy-le-Moutier 072, Montigny-Lencoup 033, Poissy 049 ou Saint-Maur-des-Fossés 062. Ainsi, l’aménagement de la structure n’est connu que dans un petit nombre de cas et il s’agit toujours d’une fosse oblongue adaptée aux dimensions du corps, à profil en U étroit et profond (Balloy 002), ou, plus souvent, large et peu profonde (Bobigny 057/058/059, Gonesse 068, Grisy-sur-Seine 020, Houdan 047, La Boissière-École 044, Marolles-sur-Seine 026/028, Montévrain 078, Mouroux 034). On ne saurait établir un rapport entre cette dichotomie et un groupe fondé sur le sexe, l’âge, le statut ou la chronologie. On ne connaît à l’heure actuelle aucun aménagement particulier (banquette, coussin céphalique…). L’orientation des fosses peut être conditionnée par celle d’un monument (Bobigny 058, Marolles-sur-Seine 026/028), et, lorsque ce n’est pas le cas, il semble que deux soient préférentielles :

  • N-S : Gonesse 068, Bobigny 028 (2 cas), Marolles-sur-Seine 026/028 et Poissy 049 ;

  • NO-SE ou SE-NO : Balloy 002 (2 cas), Bobigny 058 (3 cas), Grisy-sur-Seine 020, Houdan 047 et Poissy 049.

98L’orientation E-O ou O-E est signalée à Poissy 049 (2 cas) et Montigny-Lencoup 033, alors que l’orientation NE-SO ne semble pas être encore attestée.

99Néanmoins, les orientations peuvent différer au sein d’un même ensemble (Bobigny 058, Poissy 049), alors que dans certains cas elles respectent strictement l’alignement de tombes antérieures (Montigny-Lencoup 033, Marolles-sur-Seine 026).

Le dépôt des restes du défunt

100Du fait notamment de l’altération de certains restes humains, l’âge et le sexe des sujets comme le mode de décomposition sont insuffisamment renseignés. Les données relatives au mode d’inhumation sont peu pertinentes et l’on peut seulement signaler :

  • 5 inhumations en enveloppe souple à Balloy 002 (2 cas), Bobigny 058 (2 cas) et Montévrain 078 ;

  • 1 inhumation en coffrage à Bobigny 058 ;

  • 1 sépulture recouverte d’un lit de pierres à Argenteuil 064 qui permet d’envisager soit un coffrage soit un empierrement effondré sur le couvercle ;

  • 1 inhumation en pleine terre à Marolles-sur-Seine 026 (sépulture 136) ;

  • 1 ensemble désorganisé sur la plateforme de Bonneuil-en-France 065, le corps ayant été initialement exposé à l’air libre.

101Si le décubitus dorsal semble être la règle, le décubitus latéral est signalé à Bobigny 058. Enfin, l’inhumation de Houdan 047 est en réalité une sépulture double (la seule du corpus) dont le mode d’inhumation n’est pas lisible au regard de la conservation des os.

102Il s’agit uniquement de sujets adultes ou d’âge indéterminé, aucun enfant en bas-âge n’étant reconnu. Les fosses dépourvues de tout reste humain de Marolles-sur-Seine 028 (Fig. 11) sont soit de taille et orientation identiques à celle de l’inhumé (4 cas), soit nettement plus petites (fosses 26, 28 et 29), ces dernières pouvant alors correspondre à des tombes d’enfants. On ne saurait aller au-delà de ces constats élémentaires.

Organisation des dépôts dans la tombe et mobilier

103Lorsqu’il est présent, ce qui est le cas dans environ 25 % des cas, le mobilier funéraire lato sensu se trouve dans deux configurations distinctes : en position fonctionnelle (fermeture de vêtement et/ou de linceul) ou en dépôt (Fig. 33). L’exclusion des fibules en position de port et des armes constitue un trait remarquable et inhabituel pour cette période, même si les tombes de Saint-Maur-des-Fossés 062 montrent que cette règle n’est pas intangible.

Fig. 33 - Nature et localisation du mobilier des inhumations : en situation de port vs en dépôt.

Fig. 33 - Nature et localisation du mobilier des inhumations : en situation de port vs en dépôt.

104Dans la première catégorie figurent les accessoires vestimentaires (6 cas) : une fibule à hauteur du grill costal ou une paire de fibules en position indéterminée ou à hauteur des scapulas. La sépulture 2 de Saint-Maur-des-Fossés 062 contenait également une boucle de ceinturon présumée en position fonctionnelle. En revanche le corpus ne comporte aucune parure, ce qui distingue nettement les inhumations des iie-ier s. de celles du iiie s. où le port d’une parure est très fréquent, en particulier à Bobigny (Marion 2009).

105Les dépôts sont deux fois plus nombreux (11 cas). L’équipement militaire est relativement plus abondant que la parure (7 cas) et sa représentation relative est plus importante que dans les dépôts à crémation. Il se compose d’une seule arme (épées à Argenteuil 064, Bonneuil-en-France 065 et Saint-Maur-des-Fossés 062 ; bouclier à Bobigny 059) ou de trois armes (Bobigny 059 : épée, bouclier, fer de lance ; La Boissière-École 044 : épée, 2 fers de lance). À l’exception de la sépulture de La Boissière-École, il est notable que presque toutes les armes retrouvées dans des inhumations se concentrent dans le territoire attribué aux Parisii, ce qui accentue le contraste avec le secteur sénon où les sujets en armes sont systématiquement crémés.

106La céramique, rare (Fig. 33), est présente aux pieds du sujet de Montévrain 078 (jatte et gobelet), à hauteur de la tête de celui de Grisy-sur-Seine 020 (tonnelet), ou en position indéterminée à Argenteuil 064 et La Boissière-École 044. Enfin, deux des possibles tombes d’enfants de Marolles-sur-Seine 028 ont livré chacune un fragment de vase de très petite taille.

107Parmi les objets divers, on doit signaler une rouelle en potin et un élément indéterminé déposés sur le bras gauche du sujet 136 de Marolles-sur-Seine 026 (attirail à vertu magique ou apotropaïque ?).

Les inhumations dans l’habitat

108Toutes révélées lors de fouilles préventives, les sépultures implantées dans l’habitat sont un peu plus nombreuses que les précédentes. Loin de constituer une règle à la fin de l’âge du Fer, cette situation n’est pas une spécificité francilienne, des sépultures en habitat étant régulièrement signalées par exemple en Basse Auvergne (Deberge et Orengo 2007 : 336-339) ou dans la vallée de l’Oise (Malrain et Pinard 2006 : 223-225).

  • 20 On peut objecter que, dans ce cas, chaque défunt repose dans une fosse aménagée pour le recevoir, r (...)

109Le corpus régional se compose de 23 sites pour 48 individus, dont la distribution privilégie les établissements ruraux et les sujets adultes, même si les périnatals et très jeunes enfants constituent un effectif non négligeable (Fig. 34). Le NMI des sujets mis au jour est plus important dans les campagnes (28) qu’en ville (20). En principe, chaque structure n’accueille qu’une sépulture individuelle, mais cette règle souffre de notables exceptions. À Poincy 038 ils sont cinq à avoir été inhumés dans la même zone d’extraction20, alors que la ferme de Gonesse 068 se singularise par la découverte de deux dépôts collectifs comportant respectivement 3 et 4 sujets.

Fig. 34 - Distribution des inhumations en habitat par type de site et classe d’âge.

Fig. 34 - Distribution des inhumations en habitat par type de site et classe d’âge.

110Une autre originalité tient à la distribution des classes d’âge. En effet, l’effectif regroupe un grand nombre de sujets décédés avant l’adolescence (près de 40 %), dont 15 % de périnatals et de nourrissons et près de 21 % d’enfants de moins de 6 ans. Les grands adolescents et les adultes ne totalisent que 60 % des sujets. Par ailleurs, la population inhumée en agglomération n’obéit pas au même recrutement que celle qui est inhumée dans les fermes : les sujets de moins de 6 ans représentent 25 % de l’effectif dans le premier cas contre 43 % dans le second. À moins d’envisager une mortalité des jeunes enfants plus forte dans les campagnes, difficile à justifier car rien n’indique que les conditions sanitaires aient été plus précaires là qu’ailleurs, de tels profils pourraient passer pour sélectifs, mais c’est plutôt la représentativité des échantillons qui est en cause. En effet, il n’est pas rare que les établissements ruraux soient fouillés de manière exhaustive, ce qui n’est jamais le cas des agglomérations ; dès lors, il y a forcément plus de chance de trouver une sépulture d’infantile dans une ferme complètement explorée que dans un contexte urbain échantillonné de manière aléatoire.

111On examinera séparément les sépultures d’enfant de plus de 6 ans et d’adultes d’une part et celles des périnatals nourrissons et enfants de moins de 6 ans d’autre part.

Des enfants de plus de 6 ans aux adultes

Les structures d’accueil

112Aucune sépulture n’est circonscrite par un monument. Les structures d’accueil sont des “ fosses sépulcrales ” spécialement aménagées pour recevoir le défunt, des fossés, et des structures domestiques réutilisées. La distribution de ces types est presque identique en milieu rural et en agglomération (Tabl. 1 et 2). Cependant, le corpus montre que les aménagements domestiques réutilisés n’y sont pas les mêmes. En ville, il s’agit plutôt de fosses d’extraction (3 pour 7 sujets), pour à peine 1 silo (1 sujet) et un 1 puits (1 sujet), alors que le choix se porte uniquement sur les silos en milieu rural (7 pour 12 sujets) où il est vrai qu’en dehors des puits, parfois bien représentés (par exemple à Varennes-sur-Seine, la Justice : Séguier 2013a), les structures en creux sont peu nombreuses. Cette distribution contredit formellement l’hypothèse de la disparition des sépultures en silo dans le Bassin parisien à La Tène D (I. France Simon, encart 3 in Delattre et al. 2018 : 23-24). Elle s’oppose également à l’hypothèse du lien qui est supposé unir l’inhumation au silo à l’âge du Fer (Delattre 2000 ; Delattre et al. 2018). En effet, on peut objecter que le silo étant un aménagement très rare en milieu urbain, il est normal d’y trouver aussi peu d’occurrences de ce type, alors que le silo constituant la principale structure enterrée aménagée en contexte rural, à côté de quelques puits et fosses (Malrain et Pinard 2006), il est logique d’y trouver presque tous les défunts inhumés dans les fermes. Dès lors, l’utilisation de ces structures domestiques trahit un comportement opportuniste et non un arrière-plan idéologique. C’est ainsi que s’expliquerait la dichotomie entre le nord et le sud de l’Île-de-France : fréquent dans les fermes parisiaques, le silo n’est connu à ce jour, dans l’espace sénon, que sur le seul établissement rural des Méchantes Terres à Grisy-sur-Seine, site bien particulier au demeurant puisque dépourvu d’enclos de délimitation (Gouge et Séguier 1993).

113On ne recense que deux sépultures en fossé : à Poincy 037 dans un fossé de partition de l’agglomération accueillant l’un des deux seuls dépôts secondaires du corpus, alors qu’à Wissous 052, un sujet de sexe féminin est inhumé à la base de l’un des fossés de l’enclos (Fig. 35) – dépôt propitiatoire ? De ce point de vue, l’espace francilien ne se distingue pas de la Picardie où l’on ne peut guère mentionner que le sujet féminin d’Estrées-Déniecourt (Delattre et al. 2018 : 60, fig. 36).

Fig. 35 - L’inhumation 1228 du fossé 1002 de Wissous (Essonne), Voie des Morvilliers.

Fig. 35 - L’inhumation 1228 du fossé 1002 de Wissous (Essonne), Voie des Morvilliers.

Cliché J. Blanchard

114Quant au puits de Paris 080, considéré comme un “ puits funéraire ” (Poux 1999), il s’agit sans doute, plus prosaïquement, d’un puits à eau comme il en existe de nombreux autres dans ce même secteur de l’agglomération antique (Viand et Séguier 2019), réutilisé à des fins funéraires. L’insertion de cette structure dans la possible phase proto-urbaine de Lutèce est soulignée par l’abondance des déchets domestiques recueillis dans le comblement. Le seul autre exemple d’inhumation en puits dans le Bassin parisien serait l’adulte de sexe masculin de Beauvais, le Brain de Glaine (Delattre et al. 2018 : 124).

115Enfin les fosses spécialement aménagées ne se différencient pas de celles qui accueillent les inhumations en contexte funéraire, la seule originalité résidant dans la présence d’un lit de tessons d’amphore italique à la base de la sépulture 1232 de Nanterre 056.

Population, mode de dépôt et manipulations

116Enfants exceptés, la population inhumée en habitat affiche une légère prévalence féminine (10 femmes pour 6 hommes), mais l’effectif des individus sexés est trop réduit pour qu’il soit permis d’interpréter cette donnée (Tabl. 1). Ces individus sont préférentiellement inhumés en décubitus dorsal (14 cas), plus rarement en décubitus latéral (5 cas), en procubitus (4 cas) ou encore en position fléchie ou hyperfléchie (2 cas) (Tabl. 1). L’analyse archéo-anthropologique conduit à restituer une décomposition en espace colmaté pour la moitié du corpus (15 cas) et à envisager un espace vide dans 6 cas.

Tabl. 1 - Inventaire des inhumations d’enfants de plus de 6 ans, d’adolescents et d’adultes découvertes en contexte domestique.

Tabl. 1 - Inventaire des inhumations d’enfants de plus de 6 ans, d’adolescents et d’adultes découvertes en contexte domestique.

117Des bouleversements sont observés dans trois dépôts, respectant l’ordre anatomique dans le fossé de Poincy 037, mais pouvant aller jusqu’à la désorganisation du squelette à Charny 009, gestuelle probablement corrélée à des reprises d’os secs comme à Gonesse 068 (silo 555). Ces pratiques perpétuent des gestes codifiés bien connus dès l’âge du Bronze (Delattre et al. 2018 : 93-103).

118La sépulture la plus étonnante du corpus est celle de la fosse 3036 de Changis-sur-Marne 008 : spécialement aménagée, elle accueille un sujet adulte de sexe féminin enterré en procubitus sous la carcasse d’un bovidé, les données taphonomiques indiquant une inhumation simultanée des deux cadavres. Il est difficile de savoir si cette association est valorisante (protection) ou au contraire péjorative. Il s’agit du seul cas avéré, dans cette série, de la présence de l’animal, dépôt a priori sans valeur alimentaire (la présence de restes de porc à Drancy 082 et de cheval à Poincy 037 paraît accidentelle).

119Les inhumations en silo se situent directement au fond de la structure (Gonesse, silo 555), au-dessus d’une couche de grain (Gonesse 068, silo 281), sur un plancher (Charny 009) ou interviennent alors que le processus de comblement est déjà entamé (remblai ou sédimentation naturelle) comme à Bobigny 057, Charny 009, Cergy 066, Drancy 060, Le Plessis-Gassot 074 et Vitry-sur-Seine 063. La structure étant remblayée, elle recèle du mobilier détritique.

120C’est également dans des silos qu’ont été enfouies les deux sépultures multiples de Gonesse 068, lesquelles obéissent à des gestuelles funéraires diverses : décubitus dorsal, procubitus, position atypique, possible dépôt secondaire, reprises d’os secs… Les motivations d’une gestion aussi particulière restent à comprendre, que les dépôts soient simultanés (sépultures de catastrophe ?) ou échelonnés. La reprise d’os secs s’inscrit dans une tradition bien ancrée dans le substrat idéologique des populations laténiennes et a participé à alimenter les habitats en restes humains destinés à être exposés (Delattre et Séguier 2005).

Mobilier

121Le mobilier indiscutablement associé est à peu près aussi fréquent que dans le groupe des inhumations des contextes funéraires, et concerne 22 % de ce corpus (Tabl. 1). Il est cependant à noter qu’en dehors d’un cas à Bobigny 057, aucune des sépultures en silo n’est dotée de mobilier, contrairement à celles qui figurent dans les fosses d’extraction. Si le corpus réuni est représentatif, ce point distingue nettement les sépultures en silo des iie-ier s. d’Île-de-France de celles des ve-iiie s. (Landolt et al. 2011 : 221).

122Les éléments en position fonctionnelle sont représentés par 4 fibules à Poincy 037 (sépultures 3, 712 et 754) assurant une fermeture de vêtement ou de linceul, peut-être par la boucle de ceinturon militaire du puits A19 de Paris 080 et par 3 bracelets en alliage cuivreux (Bobigny 057, Nanterre 056, Poincy 038). Dans ce cas, il s’agit de joncs simples, celui de Poincy 038 étant toutefois agrémenté de 2 perles-pendeloques en verre et en lignite.

123L’armement n’est illustré que par l’umbo d’une tombe de Poincy 037 et, peut-être, par le fourreau d’épée de Paris 080. Néanmoins, dans ce dernier cas, le port supposé de l’arme par l’inhumé découle de l’interprétation en termes historiques de l’assemblage – la sépulture est supposée être celle d’un d’auxiliaire gaulois de l’armée romaine décédé dans les années 40-30 (Poux 1999 ; Pernet 2010 : 242), plus que d’une analyse taphonomique. En effet, si le fourreau était en position fonctionnelle, on comprend mal pourquoi il ne reste rien de l’arme, d’autant que sujet est censé avoir été enfoui au fond du puits “ habillé, paré et équipé ” (Poux 1999 : 13), sauf dans le cas d’un dépôt de type pars pro toto. Il en va d’ailleurs de même des autres accessoires supposés associés au défunt (clous de chaussure, fibules, possible pendant de harnais et aiguisoir). Comme les nombreux restes d’amphore italique, de céramique et de faune, une partie de ces éléments a aussi bien pu faire partie des détritus accumulés dans le puits, phénomène banal en agglomération.

124Quant au lit de tessons d’amphore de Nanterre 056, ce n’est peut-être pas autre chose qu’un mode de stabilisation du sol de la fosse, dans lequel il est sans doute plus pertinent de voir l’un de ces innombrables recyclages opportunistes qu’une intention symbolique.

Les enfants de moins de 6 ans

125Ces 17 sépultures se répartissent entre 6 périnatals (Cormeilles-en-Parisis 070, Nanterre 055, Souppes-sur-Loing 085), 1 nourrisson et 10 enfants de moins de 6 ans (Tabl. 2). Cinq se trouvent en agglomération et douze en milieu rural dont quatre à Souppes-sur-Loing 085. L’état de conservation est très inégal, les conditions de découverte ayant rarement permis une observation optimale.

Tabl. 2 - Inventaire des inhumations de périnatals et d’enfants de moins de 6 ans découvertes en contexte domestique.

Tabl. 2 - Inventaire des inhumations de périnatals et d’enfants de moins de 6 ans découvertes en contexte domestique.

Les structures d’accueil

126Les sépultures d’enfant des agglomérations et celle de Cormeilles-en-Parisis 070 sont situées au cœur de l’habitat et localisées parmi les fosses et trous de poteau. Toutes les autres (11 cas) se situent en périphérie (fossés d’enclos) ou à proximité de cette limite (8 cas), soit dans l’enclos lui-même (Champagne-sur-Oise 069), soit à l’extérieur (Gonesse 068, Sevran 083). Les structures réutilisées sont rares (4 cas) (Tabl. 2). La relation préférentielle aux limites distingue donc nettement les immatures et les très jeunes enfants du reste de la population. On ne peut exclure de voir là un effet de source : la fouille des fossés tendant à être extensive, la découverte de ces sépultures s’en trouve favorisée ; en revanche, le fort arasement des sites a dû faire disparaître nombre de sépultures de ce type installées sous le sol des maisons ou dans les cours comme c’est le cas dans le Midi (Dedet 2018).

Le mode de dépôt

127Le mode de dépôt des sépultures d’enfant en habitat n’est renseigné que pour la moitié du corpus et l’on note plus de décubitus dorsal (5 cas) que de décubitus latéral (2 cas) ou de position repliée (1 cas). Le mode de décomposition peut rarement être restitué. Les restes sont parfois si dégradés qu’il n’est possible d’envisager ni le mode dépôt, ni le milieu de décomposition (le périnatal de Cormeilles-en-Parisis 070 paraît bouleversé par les animaux fouisseurs). Aucune orientation ne prévaut puisque celle-ci est conditionnée par celle des fossés. Les sépultures de Souppes-sur-Loing 085 n’ont pas été observées in situ mais restituées lors de l’analyse du site : les 4 corps, partiellement conservés, étaient étroitement dispersés sur quelques mètres parmi des fœtus de porc et exposés sur le sol qui vient sceller le comblement du fossé – il ne s’agit donc pas d’inhumations stricto sensu mais du témoignage d’un traitement réservé à des enfants décédés avant le terme. Leur découverte vient contrebalancer de fort déficit en périnatals du corpus (leur nombre serait peut-être plus élevé si l’on prenait en compte des os isolés découverts parmi les rejets domestiques à l’image du Midi de la France : Dedet 2018 : 199-206).

Le mobilier

128Un tiers des sépultures d’infantiles en habitat a livré du mobilier (Tabl. 2). La position de port ou la fermeture d’une enveloppe souple peut être envisagée pour la fibule du bébé de Champagne-sur-Oise 069 (Fig. 36) qui a par ailleurs livré trois vases et un quartier de porc comme certaines sépultures d’infantiles de Bobigny 059 (Le Forestier 2009), cette pratique étant connue en domaine belge (Pinard et al. 2010). Le dépôt de vases est également attesté à Nanterre 055 et Mours 075, soulignant la spécificité de ces ensevelissements. Plus originale est la présence d’un potin à Sevran 083, ou encore l’assemblage composé de deux rouelles et de trois petits anneaux de Mauregard 030 qui rappelle l’attirail du sujet adulte de Marolles-sur-Seine 026.

Fig. 36 - L’inhumation 1246 de l’établissement de Champagne-sur-Oise (Val-d’Oise), les Basses Coutures.

Fig. 36 - L’inhumation 1246 de l’établissement de Champagne-sur-Oise (Val-d’Oise), les Basses Coutures.

Cliché J. Legriel

Banquet et commémoration

129Le banquet funéraire, autrement dit le partage concret et symbolique d’aliments entre le défunt, le groupe familial, les divinités de l’inframonde et les officiants (Méniel 2001 ; Poux et Feugère 2002 ; Metzler et Gaeng 2009), a laissé peu de traces tangibles dans le corpus.

130D’emblée, il faut noter l’absence complète des accessoires du banquet dans les sépultures franciliennes (chaudron, grill, fourchette, simpulum…), comme d’ailleurs de tout élément lié au foyer (landier…), alors que ces éléments sont bien représentés dans nombre de contextes domestiques régionaux et que plusieurs ensembles funéraires aristocratiques figurent au corpus. De ce point de vue, l’Île-de-France se distingue nettement de la Gaule Belgique (Gransar et Malrain 2009). Les seuls témoignages concrets résident donc dans les restes de faune et dans les amphores.

131On peut y rattacher les restes animaux crémés de rares sépultures secondaires à crémation (porc à Houdan 046 ; porc, bœuf, coq et anatidé à Ferrières-en-Brie 016), mais aussi non brûlés comme le gallinacé de Lieusaint, le porc de Marolles-sur-Seine 029, les quartiers de porc de Bobigny 052, Épiais-Rhus 071 et Champagne-sur-Oise 069. La rareté des restes carnés en contexte funéraire (moins de quinze sépultures) se situe dans le droit fil des pratiques régionales des ve-iiie s. (Baray 1991, 2003) et contraste avec la Gaule Belgique ou l’Auvergne par exemple. Néanmoins, les animaux consommés de l’enclos de Saint-Pierre-du-Perray 050 (porcs, bœufs, caprinés, chevaux, chiens, lièvre, renard) constituent une exception et témoignent de l’importance du (des ?) banquet(s) associé(s) à une cérémonie funéraire ou à un rite de commémoration. Les restes d’un capriné associés à deux jattes dans la fosse 2078 de Jaulnes 021 implantée en marge de l’ensemble funéraire (Fig. 37), traduisent probablement un banquet (de commémoration ?).

Fig. 37 - Fosse liée à un banquet funéraire de l’ensemble de Jaulnes (Seine-et-Marne), le Bas des Hauts Champs ; les os sont ceux d’un capriné.

Fig. 37 - Fosse liée à un banquet funéraire de l’ensemble de Jaulnes (Seine-et-Marne), le Bas des Hauts Champs ; les os sont ceux d’un capriné.

Cliché A. Viand, Inrap

132Le vin, autre pilier du banquet gaulois, notamment en contexte funéraire, est attesté sur douze sites, mais en quantité inégale. Il est surtout présent en territoire sénon : Balloy 002, Égligny 015, Jaulnes 021, Marolles-sur-Seine 029, Mouy-sur-Seine 036, Varennes-sur-Seine 041, Souppes-sur-Loing 040. En territoire melde, il est attesté à Annet-sur-Marne 001, Mouroux 034 et Charny 010. Il apparaît également dans la partie orientale du territoire véliocasse à Épiais-Rhus 071 et Santeuil 076. En revanche, on ne dispose à ce jour d’aucune attestation en domaine parisiaque si l’on met de côté Nanterre 056 et Paris 080 dont l’interprétation est problématique (cf. supra).

133Le corpus enrichit donc notablement la liste des ensembles funéraires et des sépultures ayant livré de l’amphore italique (Blaizot et al. 2013 ; Olmer 2019) et place même l’Île-de-France parmi les zones géographiques dans lesquelles ces conteneurs occupent une place de choix dans les cérémonies funéraires. Du reste Balloy 002 et Varennes-sur-Seine 041 affichent des scores parmi les plus importants en Gaule septentrionale avec celui de Troyes, le seul enclos de Balloy étant hors norme avec quinze amphores. Comme en domaine biturige et parmi les élites turones (Ferdière et Villard 1998 ; Poux 2004 ; Riquier 2004), chez les Trévires (Metzler et Gaeng 2009) ou chez les Arvernes (Blaizot et al. 2013), le vin joue donc une place centrale dans l’apparat funéraire des élites sociales de la fin de l’âge du Fer dans une partie de l’Île-de-France – libations, banquet, commémoration… (Séguier 2013b). L’amphore italique est également représentée en petite quantité dans des sépultures a priori modestes (Jaulnes 021, Marolles-sur-Seine 029 ?), à moins que, même sous une forme symbolique réduite à quelques tessons, le vin joue alors le rôle de marqueur statutaire et que les restes aient été sélectionnés au titre de la pars pro toto.

134Les rites de commémoration, cérémonies à une date anniversaire par exemple, ne sont pas faciles à lire en dehors du matériel des épandages et des objets dispersés dans les fossés de certains enclos (Mouroux 034 : monnaie, tessons d’amphore…). Il semble bien qu’une majorité des monnaies non brûlées puissent être considérées comme résultant de dépôts postérieurs aux cérémonies funéraires proprement dites et participe ainsi de ces gestes de perpétuation du souvenir. Il est également possible que tout ou partie du cheptel de Saint-Pierre-du-Perray soit à mettre en relation avec de telles cérémonies, tout comme le capriné de Jaulnes, de même que les deux canidés inhumés dans le fossé de l’enclos 3 et à proximité de l’emprise de l’espace funéraire d’Égligny 015 (Fig. 12).

L’inscription des sépultures des iie-ier s. dans le temps long : continuités et ruptures

135Dans plus de 60 % des cas (Fig. 38), les indices funéraires des iie-ier s. situés en dehors de l’habitat peuvent être considérés comme des créations ex nihilo. Il s’agit aussi bien de modestes groupes de tombes (Balloy 002, Houdan 047, Ferrières-en-Brie 016, Maulette 048, Montévrain 031/033, Moussy-le-Neuf 035…) que d’ensembles plus importants (Annet-sur-Marne 001, Mouroux 034, Varennes-sur-Seine 041…). Cette tendance s’explique sans doute par l’accroissement des créations d’établissements ruraux constaté au cours de cette période (Malrain et al. 2013), entraînant la mise en place de domaines.

Fig. 38 : Fréquence des sites en fonction de leur date de création.

Fig. 38 : Fréquence des sites en fonction de leur date de création.

136Néanmoins, un peu plus du quart des sites est tributaire d’ensembles plus anciens créés dès l’âge du Bronze (16 % du corpus), les sépultures des iie-ier s. s’inscrivant alors dans un continuum (Barbey 003, Cannes-Écluse 007, Gravon 018/019, Grisy-sur-Seine 020, Jaulnes 021, Marolles-sur-Seine 026/027, Saint-Maur-des-Fossés 062…). En dehors de Bonneuil-en-France 065, où l’on ne connaît d’ailleurs pas de sépulture des ve-iiie s. (mais la fenêtre d’observation est étroite), il s’agit là d’une situation surtout caractéristique du secteur Seine-Yonne. Dans 10 % des cas, le site ne semble pas être créé avant le ve s. (Buthiers 005, Épiais-Rhus 071, Larchant 023, Montigny-Lencoup 033…), vers la fin du ive s. ou au iiie s. (Bobigny 058/059). Les ensembles de Bobigny 059 et d’Épiais-Rhus 071, sont de véritables nécropoles liées à des agglomérations et il n’est pas exclu qu’il en aille de même à Saint-Maur-des-Fossés 062 (Marion 2009).

137Ces derniers cas exceptés, les sites à occupation longue ne comptent qu’un très petit nombre de tombes des iie-ier s., guère plus d’une ou deux la plupart du temps (Barbey 003, Buthiers 005, Cannes-Écluse 007, Gravon 018/019, Grisy-sur-Seine, 020, Jaulnes 021, Larchant 023, Marolles-sur-Seine 027, peut-être Montigny-Lencoup 033 et Saint-Maur-des-Fossés 062…). Ces ensembles sont très représentatifs du corpus.

138La présence de sépultures gallo-romaines n’est attestée que dans moins de 10 % du corpus. Il faut sans doute mettre cette rareté en rapport avec les profondes mutations qui affectent l’espace agraire francilien au début de l’époque romaine alors que sont créés de nouveaux domaines (Bernigaud et al. 2016). À Bonneuil-en-France et Jaulnes, les sépultures antiques s’inscrivent dans le cadre d’occupations de longue durée trouvant leur terme aux iiie-ive s. apr. J.-C. Sur quatre autres sites, une sépulture du ier s. apr. J.-C. peut être considérée comme le prolongement d’une occupation inaugurée aux iie-ier s. (Balloy 002, Montévrain 031 et peut-être de Chelles 012), alors qu’à Souppes-sur-Loing 040, les inhumations du iiie s. apr. J.-C. semblent traduire une réappropriation d’un espace désaffecté. Le seul site à connaître un développement important jusqu’au Bas-Empire est la nécropole d’Épiais-Rhus 71 dont la trajectoire reflète celle de l’agglomération.

139Ainsi, les phénomènes de continuité et de rupture semblent plus liés aux dynamiques des espaces économiques et sociaux qu’à des considérations purement funéraires et/ou religieuses.

Conclusions et perspectives

140En dépit d’un corpus important, les sources sont de qualité inégale : l’exploitation des données est donc délicate car, dans les faits, le nombre de sépultures bien renseignées demeure limité. Ce défaut est compensé par plusieurs atouts.

141En premier lieu on mentionnera la couverture géographique qui, sans être complète, n’en est pas moins importante, tous les territoires des peuples gaulois de la région étant renseignés. Ceux des Sénons et des Parisii sont ceux qui livrent l’essentiel du corpus, reflétant la couverture territoriale de l’Archéologie préventive dont l’apport est décisif.

142On insistera également sur le fait que tout l’arc chronologique de la fin de l’âge du Fer est couvert.

143Un autre atout réside dans la grande diversité des implantations funéraires, celles-ci se manifestant jusque dans l’habitat, à leur organisation et à leur composition.

  • 21 Sur la base des données publiées (Delattre et al. 2018).

144Mais l’intérêt du corpus réside avant tout dans la grande variété des gestuelles funéraires et des agencements qui en découlent, y compris au travers de structures qui ne sont pas des sépultures stricto sensu (fossés, épandages…). La biritualité est effective partout et ne semble rien devoir à une quelconque forme de partition de la société en segments. En revanche, l’affichage social de l’aristocratie est patent, en particulier au travers d’ensembles atypiques (Saint-Pierre-du-Perray 050, Vigneux-sur-Seine 051) et de l’utilisation de quantités impressionnantes de vin au cours de certaines funérailles (Balloy 002, Varennes-sur-Seine 041). L’exploitation du corpus aura aussi montré que l’Île-de-France paraît concentrer le plus grand nombre de sépultures (8) et d’individus (13) en silo aux iie-ier s., loin devant la Picardie (4 cas) et la Champagne (1 cas)21, ce qui singularise l’espace étudié de cette partie du Bassin parisien, suggérant ainsi un certain conservatisme, celui-ci n’étant toutefois réellement perceptible qu’en domaine parisiaque. Ce même secteur livre également une, voire deux plateformes d’exposition des cadavres de forme circulaire (Bonneuil 065, Montévrain 032). Étaient-elles utilisées en préalable à la crémation comme le suggère, notamment, l’étude de la nécropole de Lamadeleine (Metzler-Zens et Metzler 1999) ? Il est difficile de répondre tant les données demeurent lacunaires. La place de la monnaie et de l’amphore contribue également au caractère original des séries franciliennes.

145Derrière cette diversité il semble possible de déceler une polarisation autour de deux entités. D’une part le secteur sénon où la crémation est dominante et les sépultures en habitat rares, où l’on note une concentration d’ensembles à forte connotation aristocratique et où l’équipement militaire ne figure que dans des crémations. D’autre part le secteur parisiaque où l’inhumation prend le pas sur la crémation, où bon nombre de sépultures investissent l’habitat et ses marges, où l’on enregistre de véritables nécropoles créées très tôt et où l’armement n’est présent que dans les inhumations. Les autres entités ne sont pas suffisamment renseignées pour que l’on puisse les rapprocher de l’un ou de l’autre des deux pôles, mais on observera que les ensembles meldes tendent à se rapprocher du pôle sénon, alors que l’on retrouve une authentique nécropole en domaine véliocasse et que l’on sait encore trop peu de choses sur le domaine carnute. Il est trop tôt pour interpréter ces tendances en termes historiques, d’autant qu’il peut paraître paradoxal de relier les Meldes aux Sénons alors qu’on veut parfois voir des Belges dans les premiers, ce que les pratiques funéraires ne permettent ni de valider, ni de contredire.

146L’une des questions soulevées par l’enquête est la représentativité des ensembles étudiés. Au vu du petit nombre de tombes observées, expliquer de si faibles effectifs revient à osciller entre une sélection particulièrement drastique des sujets qui avaient accès aux espaces funéraires (Dedet 2018) et une taphonomie n’autorisant que la conservation de quelques tombes parmi les plus profondes (Séguier et al. 2010), à moins que les deux effets ne se conjuguent. La première hypothèse pourrait expliquer qu’il puisse ne subsister que quelques rares dépôts secondaires à crémation en plus ou moins bon état de conservation (Barbey 003, Bobigny 059, Cannes-Écluse 007, Ferrière-en-Brie 016, Gravon 018/019, Montévrain 031/032 ou Moussy-le-Neuf 035). La seconde s’applique aisément aux ensembles d’Annet-sur-Marne 001, Égligny 015 et, plus encore, de Mouroux 034 où l’on ne compte que 5 dépôts secondaires à crémation pour 19 enclos, alors que l’on attendrait au moins 19 sépultures. Mais la réalité semble plus complexe. L’absence de tombe, on l’a vu, peut s’expliquer par un rituel dans lequel l’intention prime sur le geste, l’aménagement d’une sépulture n’allant pas de soi quand il suffit d’enfouir un simulacre de dépôt dans une petite fosse isolée (Marolles-sur-Seine 029) ou dans un fossé (Balloy 002, Mouy-sur-Seine 036, Saint-Pierre-du-Perray 050, Varennes-sur-Seine 041), à l’exclusion parfois de tout reste humain…

147Par ailleurs, des inhumations échappent probablement aux inventaires parce que dépourvues de mobilier et qu’en l’absence de datation absolue, on ne dispose d’aucun argument pour attribuer aux iie-Ier s. des sépultures agrégées à des ensembles des ve-iiie s. Par tradition, c’est cette dernière datation qui est implicitement retenue en référence aux tombes datées par du mobilier. Or rien n’est moins sûr… Au regard de l’importance prise par le rite de l’inhumation aux iie-ier s., il serait sans doute bon d’engager une politique de datation systématique par le radiocarbone de ces sépultures fort problématiques.

  • 22 Au vu du nombre d’habitats fouillés et de la quantité de restes humains qu’ils livrent quasiment sa (...)

148On aura compris que, au-delà des questions de chronologie, bien des domaines restent à investir, en particulier généraliser l’analyse anthropologique des sépultures secondaires à crémation qui ne sont pas encore toutes étudiées, ou bien explorer la question du mode de décomposition des individus inhumés, ou encore élaborer une base de données relative aux os secs, ne serait-ce que pour comparer la population inhumée/crémée à celle qui est éventuellement représentée par ces derniers éléments22. Il conviendrait sans doute également de s’interroger de manière plus approfondie sur la relation entre les habitats et les ensembles funéraires, question complexe s’il en est. En effet, si l’on a vu que deux (ou plus) ensembles pouvaient être éventuellement être associés à un habitat, la diversité des pratiques interroge dans la mesure où, en domaine parisiaque en particulier, les défunts liés à certains établissements peuvent être tantôt crémés dans un petit ensemble funéraire, tantôt inhumés dans l’habitat, voire apparaître sous la forme d’os secs (c’est le cas à Cergy 066 et 067), sans que l’on sache quels sont les critères (sociaux ?) qui dictent le choix de tel ou tel type de traitement.

  • 23 Outre les éléments de la nécropole urbaine d’Épiais-Rhus, difficilement contrôlables en l’état, on (...)

149Des effets induits sont également à attendre d’une amélioration de la politique de prescription scientifique (dont l’exploration des abords des habitats). Il demeure également à combler le vide quasi complet23 de la période augustéenne afin de savoir s’il existe réellement, ce qui semble peu probable au regard de la densité de peuplement à cette époque, d’autant que les sépultures de cette période ne manquent pas dans les régions situées plus au sud.

Haut de page

Bibliographie

Abert 2005

Abert F. - Les Hauts-de-Seine, Acad. Inscr. et Belles-Lettres, Paris (CAG ; 92).

Adrot 2013

Adrot D. - Hermé, les Malletons, Provenchère et autres lieux-dits (carrière SPM), phase 2, rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-de-France, Pantin.

Anderson 2003

Anderson P.C., Cummings L.S., Schippers T.K. et Simonel B. - Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité, du Néolithique au présent, Antibes, actes des XIIIe rencontres intern. d’Archéol. et d’Hist. d’Antibes, APDCA.

Aubier 2017

Aubier M. (dir.) - Saint-Pierre-du-Perray (Essonne), Plaine des Clés de Saint-Pierre, zone 5. Un monument de La Tène moyenne et un établissement agro-pastoral de La Tène finale, rapport de fouille, Pantin, Inrap CIF.

Barat 2007

Barat Y. et coll. - Les Yvelines, Acad. Inscr. et Belles-Lettres, Paris (CAG ; 78).

Barbau 2019

Barbau C. - Romanisation et vie quotidienne. L’instrumentum de type italique en Gaule interne (iie s. av. J.-C.-ier s. ap. J.-C.), Éditions Mergoil, Drémil Lafage (Monographies Instrumentum ; 58).

Baray 1991

Baray L. - Le Sénonais dans son contexte du Bassin parisien du ive et du iiie siècle avant J.-C., Dijon, RAE, 42, 2 : 203-270.

Baray 1998

Barray L. - Les cimetières à crémation de la basse vallée de la Somme d’après les découvertes d’autoroute A16 Nord, in : Les rites de la mort chez les Celtes du Nord, Actes de la table-ronde de Ribemont-sur-Ancre, Amiens, RAP, 1/2 : 211-231.

Baray 2003

Baray L. - Pratiques funéraires et sociétés de l’âge du Fer dans le Bassin parisien (fin du viie s. – troisième quart du iie s. avant J.-C.), 56e supplément à Gallia, CNRS Éditions, Paris, 446 p.

Barral et al. 2007

Barral P., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G. et Roulière-Lambert M.-J. (dir.) - L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque de l’AFEAF (Bienne, 5-8 mai 2005), Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, Besançon, vol. 2.

Barral et al. 2011

Barral P., Dedet B., Delrieu F., Giraud P., Le Goff I., Marion S. et Villard-Le Tiec A. - L’Âge du Fer en Basse-Normandie. Gestuelles funéraires en Gaule au Second Âge du Fer, Actes du XXXIIIe colloque international de l’AFEAF (Caen, 20-24 mai 2009), vol. 2, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon (Ann. Litt. 883).

Bataille 2008

Bataille G. - Les Celtes : des mobiliers aux cultes, Éditions Universitaires de Dijon, Dijon (coll. Art, Archéologie & Patrimoine).

Bergot 2003

Bergot E. (dir.) - Égligny (Seine-et-Marne), le Bois de la Pescherie. Enclos rituels et habitat de La Tène. Occupations de l’âge du Bronze au second âge du Fer, document final de synthèse, Pantin, Inrap CIF.

Bernigaud et al. 2016

Bernigaud N., Ouzoulias P., Lepetz S., Wiethold J., Zech-Matterne V. et Séguier J.-M. - Exploitations agricoles et pratiques agro-pastorales dans les campagnes du nord-est de la Gaule (iie s. av. J.-C.-ve s. ap. J.-C.) : l’apport des données de l’archéologie préventive, in : Reddé 2016.

Blaizot 2009

Blaizot F. (dir.) - Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, Gallia, 66/1, CNRS Éditions, Paris.

Blaizot et al. 2012

Blaizot F., Caillat P., Deberge Y., Dunkley J. et Perrin F. - L’ensemble funéraire aristocratique de la Cime des Bruyères à Pulvérières (Puy-de-Dôme) : un témoignage des élites arvernes du iie s. av. J.-C., DAM, 35 : 301-376.

Buchsenschutz et al. 1998

Buchsenschutz O., Niaux R., Quinn D., Flouest J.-L., Vitali D., Zwald V., Richard H., Gruel K., Gran-Aymerich J., Szabo M., Dominguez-Arranz A., Boyer F., Meylan F., Schubert F. et Ralston I.B.M. - L’oppidum de Bibracte. Un bilan de onze années de recherche (1984-1995). L’organisation spatiale de l’oppidum, Gallia, 55, CNRS Édition, Paris : 18-48.

Buchsenschutz et al. 2005

Buchsenschutz O., Bulard A. et Lejars T. (dir.) - L’âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF (Paris et Saint-Denis 2002), 26e suppl. à la RACF, AFEAF, FERACF, Tours.

Chanson et al. 2011

Chanson K., Delalande A., Jahier I., Le Goff I., Léon G., Texier M., Ropars A. et Vauterin C.-C. et coll. - Les pratiques funéraires à l’âge du Fer en Basse-Normandie : premiers éléments de réflexion, in : Barral et al. 2011 : 51-83.

Damour et Jovenet 2015

Damour V., Jovenet E. - Vigneux-sur-Seine (Essonne), le Clos de la Régale, rapport de fouille, Inrap Centre – Île-de-France, 2 vol.

Deberge et Orengo 2007

Deberge Y. et Orengo L. - Les mobiliers en contexte funéraire en Basse-Auvergne (du iiie au ier s. avant notre ère) : nouvel état des connaissances, in : Mennessier-Jouannet et Deberge 2007 : 333-364.

Dedet 2018

Dedet B. - Coutumes funéraires en Gaule du Sud durant la Protohistoire (ixe-iie siècle av. J.-C.), Errance, Paris.

Dedet et al. 1991

Dedet B., Duday H. et Tillier A.-M. - Inhumations de fœtus, nouveau-nés et nourrissons dans les habitats protohistoriques du Languedoc : l’exemple de Gailhan (Gard), Gallia, 48, CNRS Éditions, Paris : 59-108.

Delattre 2000

Delattre V. et coll. - De la relégation sociale à l’hypothèse des offrandes : l’exemple des dépôts en silos protohistoriques au confluent Seine-Yonne, RACF, 39 : 5-30.

Delattre et al. 2018

Delattre V., Auxiette G. et Pinard E. - Quand le défunt échappe à la nécropole. Pratiques rituelles et comportements déviants du Second âge du Fer dans le Bassin parisien, 46e suppl. à la RAE, Éditions universitaires de Dijon/Société archéologique de l’Est, Dijon (coll. Art, archéologie & patrimoine).

Delattre et Pecqueur 2017

Delattre V. et Pecqueur L. - Entrer dans l’immobilité : les défunts en position assise du second âge du Fer, Gallia, 74-2, CNRS Éditions, Paris : 1-17.

Delattre et Séguier 2007

Delattre V. et Séguier J.-M. - Du cadavre à l’os sec : manipulations de corps à caractère cultuel à l’âge du Fer dans le territoire sénon, in : Barral et al. 2007 : 605-620.

Delor 2002

Delor J.-P. - L’Yonne, Acad. Inscr. et Belles-Lettres, Paris, 2 vol. (CAG ; 89).

Demoule 1999

Demoule J.-P. - Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne – Marne du vie au iiie siècle avant notre ère, 15e suppl. à la RAP, Amiens.

Desenne et al. 2009

Desenne S., Blancquaert G., Gaudefroy S., Gransar M., Hénon B. et Souppart N. - Implantation et occupation des espaces funéraires au second âge du Fer en Picardie, in : Pinard et Desenne 2009 : 25-45.

Ferdière et Villard 1993

Ferdière A. et Villard A. - La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges, 7e suppl. à la RACF, FERACF, Tours.

Fichtl et al. 2019

Fichtl S., Pierrevelcin G. et Schönfelder M. - Les agglomérations ouvertes de l’Europe celtique (iiie-ier s. av. J.-C.), actes de la table-ronde du Mont-Beuvray (2015), Strasbourg, (Mémoires d’Archéologie du Grand-Est ; 4).

Fissette 2012

Fissette S. (dir.) - Une portion de nécropole d’époque césarienne et augustéenne précoce et une voie gallo-romaine en bordure du boulevard Chasles. 1 Boulevard Chasles, Chartres (Eure-et-Loir), Rapport de fouille, Ville de Chartres, Service Archéologie, 2 vol.

Goussard 2015

Goussard E. - La miniature et l’offrande, réflexions autour des armes miniatures celtiques, Bull. information de l’Institut National d’Histoire et d’Art, Somogy, Paris : 31-42.

Gransar 2003

Gransar F. - L’apport de l’étude du stockage à la reconstitution des systèmes agro-alimentaires de l’âge du Fer en France septentrionale, in : Anderson et al. 2003 : 201-217.

Gransar et Malrain 2009

Gransar F. et Malrain F. - Les monuments funéraires en Picardie au second âge du Fer, in : Pinard et Desenne 2009 : 143-156.

Griffisch et al. 2008

Griffisch J.-N., Magnan D. et Mordant D. - La Seine-et-Marne, Acad. Inscr. et Belles-Lettres, Paris, 2 vol. (CAG ; 77).

Guichard et Perrin 2002

Guichard V., Perrin F. (dir.) - L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (du iie siècle avant J.-C. au ier siècle après J.-C.), actes de la table ronde du Mont Beuvray, Centre Archéologique Européen, Glux-en-Glenne (Bibracte ; 5).

Guillaumet 1979

Guillaumet J.-P. - La nécropole gauloise de Montigny-Lencoup (Seine-et-Marne, étude descriptive, in : Les Sénons à la lumière des dernières découvertes, Habitats, commerce, sépultures, Actes du colloque du Ier colloque de l’AFEAF (Sens, 15 mai 1977), Société Archéologique de Sens, Sens : 38-45.

Hamon et al. 2002

Hamon T., Lejars T. et Josset D - Saumeray, lieu-dit “ Le Bas des Touches ” (Eure-et-Loir). Les enclos cultuels d’époque gauloise, RACF, 41 : 111-127.

Héron 2018

Héron C. - La Seine-Saint-Denis, Acad. Inscr. et Belles-Lettres, Paris (CAG ; 93).

Jahier et al. 2018

Jahier Y., Le Maire M., Gomez de Soto J., Villard-le Tiec A. et coll. - Architectures funéraires dans le Grand-Ouest de la France (vie-ive s. av. J.-C.), in : Villard-Le Tiec 2018 : 35-67.

Kaenel et Carrard 2007

Kaenel G. et Carrard F. - La Baume du Four (Boudry, Canton de Neuchâtel) : un “ temple helvète ” ?, in : Barral et al. 2007 : 499-536.

Kasprzyk 2019

Kasprzyk M. (dir.) - Troyes (Aube), 14 impasse des Carmélites. Une nécropole de la fin de l’époque gauloise puis un quartier urbain du Haut-Empire, Rapport de fouille, Inrap Grand-Est, 2 vol.

Lambot 2002

Lambot B. - Noblesse, aristocratie et signes extérieurs de richesse à La Tène finale en Champagne, in : Guichard et Perrin 2002 : 87-108.

Lambot et al. 1994

Lambot B., Friboulet M. et Méniel P. - Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes) II : les nécropoles dans leur contexte régional (Thugny, Trugny et tombes aristocratiques), SAC, Reims (Mémoire ; 8).

Landolt et al. 2011

Landolt M., Millet E., Roth-Zehner M. et coll. - Pratiques funéraires en Alsace du ve au ier siècle avant J.-C., in : Barral et al. 2001 : 207-230.

Le Forestier 2009

Le Forestier C. - Pluralité des gestes funéraires pendant la période de La Tène à Bobigny (Seine-Saint-Denis), in : Pinard et Desenne 2009 : 129-137.

Le Goff et al. 2011

Le Goff I., Achard-Corompt N., Desbrosse V., Friboulet M., Garenaux V., Moreau C., Paresys C., Saurel M., Vauquelin E. et Vergrugghe G. - Pratiques funéraires en Champagne-Ardenne à La Tène finale, in : Barral et al. 2011 : 163-187.

Le Ray 2013

Le Ray J. et coll. - La sépulture de La Tène finale de Saint-Georges-lès-Baillargeaux, Aquitania, 29 : 43-65.

Mahé 1996

Mahé N. et coll. - Nécropole du Bronze, nécropoles de La Tène et habitat du Haut Moyen Âge à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), “ la Butte Saint-Donain ”, rapport de fouille, Pantin, Afan CIF.

Mallet 2015

Mallet F. - Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), site B, lieux-dits le Chemin des Bois, la Noue du Champ Fourche, rapport de diagnostic, Pantin, Inrap CIF.

Malrain et al. 2013

Malrain F., Blanquaert G. et Lorho T. - L’habitat rural du second âge du Fer. Rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire, Inrap et CNRS Éditions, Paris (coll. Recherches archéologiques ; 7).

Malrain et Pinard 2006

Malrain F. et Pinard E. - Les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise : contribution à l’étude de la société gauloise, RAP, Amiens, nspécial 23.

Marion 2004

Marion S. - Recherches sur l’âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène finale. Analyse des sites fouillés, chronologie et société, BAR International series, 1231, Oxford.

Marion et al. 2005

Marion S., Le Béchennec Y. et Le Forestier C. - L’occupation protohistorique de Bobigny (Seine-Saint-Denis), in : Buchsenschutz et al. 2005 : 97-126.

Marion 2009

Marion S. - Des objets dans les tombes : éléments d’interprétation des assemblages funéraires du iiie siècle avant J.-C. dans les sépultures des environs de Paris, in : Pinard et Desenne 2009 : 233-244.

Marion et al. 2011

Marion S., Gaultier M., Villenave C. et al. - Sépultures et ensembles funéraires du Second Âge du Fer en Île-de-France et en Région Centre, in : Barral et al. 2011 : 107-128.

Méniel 2001

Méniel P. - Les Gaulois et les Animaux. Élevage, repas et sacrifice, Errance, Paris.

Mennessier-Jouannet et al. 2010

Mennessier-Jouannet C., Blaizot F., Deberge Y. et Nectoux É. (éd.), Espaces funéraires et pratiques liées au traitement du défunt et au mobilier en Auvergne au second âge du Fer, in : Barral et al. 2011 : 231-251.

Mennessier-Jouannet et Deberge 2007

Mennessier-Jouannet C. et Deberge Y. (éd.) - L’archéologie de l’âge du Fer en Auvergne, Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF (Bienne, 5-8 mai 2005), thème régional, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, Lattes (MAM ; hors-série no 1).

Metzler 2002

Metzler J. - Réflexions sur les sépultures aristocratiques en pays trévire, in : Guichard et Perrin 2002 : 175-186.

Metzler et Gaeng 2009

Metzler J., Gaeng C., Le Goff I., Martin-Kilcher S., Méniel P., Tretola Martinez D.C., Vogt R., Weiller R. et Welter J.-M. - Goeblange-Nospelt, une nécropole aristocratique trévire, Musée National d’Hist. et d’Art, Luxembourg (Dossiers d’Archéologie du musée national d’histoire et d’art ; XIII).

Metzler-Zens et Metzler 1999

Metzler-Zens N. et Metzler J. et coll. - Lamadeleine, une nécropole de l’oppidum du Titelberg, Musée National d’Hist. et d’Art, Luxembourg (Dossiers d’Archéologie du musée national d’histoire et d’art ; VI).

Naudet et al. 2001

Naudet F. et Laboratoire Départemental d’Archéologie 94 - Le Val-de-Marne, Acad. Inscr. et Belles-Lettres, Paris (CAG ; 95).

Olmer 2013

Olmer F. (dir.) - Itinéraires des vins romains en Gaule, iiie-ier siècles avant J.-C., Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, Lattes (MAM ; hors-série n5).

Olmer 2019

Olmer F. - Les amphores de la nécropole, in : Kasprzyk 2019, vol. 1 : 387-413.

Peake 2011

Peake R. - Jaulnes (Seine-et-Marne), Le Bas des Hauts Champs-Ouest : ensembles funéraires et habitats de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer, rapport de fouille, Pantin, Inrap CIF.

Peake et al. en cours

Peake R., Delattre V., Viand A., Séguier J.-M., Auxiette G., Toulemonde F. et Ameye N. - Deux millénaires de gestion des défunts dans le complexe funéraire de Jaulnes, “ le Bas des Hauts Champs ” (Seine-et-Marne) de l’âge du Bronze moyen à l’époque romaine, suppl. à la RAIF.

Pernet 2010

Pernet L. - Armement et auxiliaires gaulois (iie et ier siècles avant notre ère), Éditions, Mergoil, Drémil Lafage (coll. Protohistoire Européenne ; 12).

Pinard et al. 2010

Pinard E., Desenne S., Gaudefroy S., Gransar F. et coll. - Les gestuelles funéraires au Second Âge du Fer en Picardie, in : Barral et al. 2011 : 37-50.

Pinard et Desenne 2009

Pinard E. et Desenne S. (dir.) - Les gestuelles funéraires au second âge du Fer, actes de la table ronde de Soissons, RAP, 3-4, Amiens.

Pion et Guichard 1993

Pion P. et Guichard V. - Tombes et nécropoles en France et au Luxembourg entre le iiième et le ier siècles avant J.-C. Essai d’inventaire, in : Cliquet D. et al. (éd.), Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (iiie-ier s. av. J.-C.), Actes du XIVe colloque de l’AFEAF (Evreux, mai 1990), Rennes : 175-200 (coll. des suppléments à la RAO ; 6).

Poux 1999

Poux M. - Puits funéraire d’époque gauloise à Paris : une tombe d’auxiliaire républicain dans le sous-sol de Lutèce, Éditions Mergoil, Drémil Lafage (coll. Protohistoire Européenne ; 4).

Poux 2004

Poux M. - L’âge du Vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Éditions Mergoil, Drémil Lafage (coll. Protohistoire Européenne ; 8).

Poux et Feugere 2002

Poux M., Feugère M. - Le festin, miroir privilégié des élites celtiques de Gaule indépendante, in : Guichard et Perrin 2002 : 199-222.

Poyeton et Séguier 1999

Poyeton A. et Séguier J.-M. - L’enclos rituel de la fin de l’Age du Fer de Bois-de-Roselle à Balloy (Seine-et-Marne), Actes des journées archéologiques d’Île-de-France (Religions, rites et cultes en Île-de-France), Saint-Denis, DRAC/SRA d’Île-de-France : 54-64.

Reddé 2016

Reddé M. dir. - Méthodes d’analyse des différents paysages ruraux dans le nord-est de la Gaule romaine <hal-01253470> : 63-138 (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01253470).

Riquier 2004

Riquier S. - La nécropole gauloise de “ Vaugrignon ” à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Tours, RACF, 43 : 21-113.

Robert et Verdier 2014

Robert S., Verdier N. - Dynamique et résilience des réseaux routiers : archéogéographes et archéologues en Île-de-France, Tours, RACF, suppl. 52.

Ruffieux 2009

Ruffieux M. - Complexité et diversité des rites funéraires dans deux petites nécropoles LTD1 du canton de Fribourg (Suisse), in : Pinard et Desenne 2009 : 187-200.

Perrin et Schönfelder 2003

Perrin F., Schönfelder M. (dir.) - La tombe à char de Verna (Isère) : témoignage de l’aristocratie celtique en territoire allobroge, Lyon, ALPARA (DARA n24).

Séguier 2013a

Séguier J.-M. (dir.) - Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice – le Marais de la Fontaine du Cœur, rapport de fouille, Inrap Centre – Île-de-France, 3 vol.

Séguier 2013b

Séguier J.-M. - La consommation des vins italiens chez les Sénons, les Meldes et les Parisii, in : Olmer 2013 : 295-314.

Séguier et Auxiette 2006

Séguier J.- M. et Auxiette G. (dir.) - Souppes-sur-Loing, “ à l’Est de Beaumoulin ” (Seine-et-Marne, Île-de-France), rapport de fouille, Pantin, Inrap Centre-Île-de-France, 2006, 2 vol.

Séguier et al. 2010

Séguier J.-M., Delattre V., Gratuze B., Peake R., Viand A. - Les nécropoles protohistoriques de “ La Haute Grève ” à Gouaix (Seine-et-Marne). Contribution à l’étude des pratiques funéraires au cours de l’étape moyenne du Bronze final (xiie-xie s. av. J.-C.) et au début du second âge du fer (ve-iiie s. av. J.-C.) dans le sud du Bassin parisien, 39e suppl. à la RACF, FERACF, Tours.

Touquet Laporte-Cassagne 2018

Touquet Laporte-Cassagne C. (dir.) - Les sites ruraux du second âge du Fer dans le bassin versant du Crould en Val-d’Oise et ses marges, Paris, RAIF, suppl. 5.

Viand et Delattre 2006

Viand A., Delattre V. et coll. - Jaulnes, le Bas des Hauts Champs - Est (Seine-et-Marne), un espace funéraire diachronique de la transition Bronze/Fer à l’Antiquité, Document Final de Synthèse, Pantin, Inrap Centre-Île-de-France, 2 vol.

Viand et Séguier 2019

Viand A. et Séguier J.-M. - Les agglomérations de la fin de l’âge du Fer eu du début de l’époque augustéenne en Île-de-France, in : Fichtl et al. 2019 : 145-170.

Villard-Le Tiec 2018

Villard-Le Tiec A. (dir.) - Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, Actes du XLe colloque de l’AFEAF (Rennes, 4 au 7 mai 2016), Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Wabont et al. 2006

Wabont M., Abert F. et Vermeersch D. - Le Val-d’Oise, Acadadémie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris (CAG ; 94).

Haut de page

Annexe

Abréviations :

AFEAF : Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer

BAR : British Archeological Reports

CAG : Carte Archéologique de la Gaule

DAM : Documents d’Archéologie méridionale

DARA : Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes

Inrap : Institut National de Recherches Archéologiques Préventives

MAM : Lattes

RACF : Revue Archéologique du Centre de la France

RAE : Revue Archéologique de l’Est

RAIF : Revue Archéologique d’Île-de-France

RAO : Revue Archéologique de l’Ouest

RAP : Revue Archéologique de Picardie

SAC : Société Archéologique Champenoise

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Sauf mention contraire, toutes les dates s’entendent ici av. J.-C.

2 Recherche soutenue en 2018 et 2019 par la Direction Scientifique et Technique de l’Inrap.

3 On préfèrera ici cette expression au terme de nécropole qui sera réservé à Épiais-Rhus (le Buisson Saint-Jean) et Bobigny (Avicenne), seuls ensembles importants liés à des agglomérations ; par ailleurs, par commodité de langage, on distinguera trois catégories : les ensembles funéraires (plus d’une sépulture et en dehors de l’habitat), les sépultures isolées (i.e. hors habitat) et les sépultures en habitat.

4 Deux sites connus de nous tardivement n’ont pu être intégrés au corpus : il s’agit du petit enclos carré de Rungis, Quartier Montjean (Val-de-Marne) assurément funéraire au vu de ses dimensions et daté de La Tène finale, mais dépourvu de toute sépulture (fouille C. Magitteri, Inrap, en 2019) et du site d’Hermé (Seine-et-Marne), les Malletons (Adrot 2013), ensemble important et complexe dont l’utilisation débute dès l’âge du Bronze, qui a livré une série de sépultures de sujets accroupis datés au 14C entre 380 et 180 av. J.-C. pour l’une et entre 320 et 200 pour une autre (Delattre et Pecqueur 2017), alors que deux enclos carrés ont livré de la céramique de La Tène D dont un pot complet dans un fossé (Adrot 2013).

5 Quelques sites mentionnés dans diverses études ont été écartés ici car mal documentés et sujets à caution : il s’agit des sépultures d’Orly (Marion 2004) dont la documentation est confuse et d’un dépôt en silo de Lieusaint, la Mare aux Trois Pucelles (Marion et al. 2011) qu’une datation absolue effectuée récemment place au haut Moyen Âge (comm. pers. L. Boulenger, Inrap). De même, au vu des données de terrain, le caractère funéraire des fosses de Fontenay-en-Parisis, la Lampe (Basset et Touquet-Laporte-Cassagne 2018) ne peut pas être retenu (il s’agit de fosses domestiques).

6 Les codes à trois chiffres suivant les noms de commune renvoient à la base de données et à l’annexe 1.

7 Les indices dont le niveau d’information est trop faible pour autoriser un classement ne sont pris en compte ni dans ce classement ni dans la cartographie qui lui est liée (Fig. 8) ; il s’agit des sites d’Achères 042, La Boissière-École 045, Nanterre 054, Poigny-la-Forêt 048, Vitry-sur-Seine 079.

8 C’est un point de vue contraire que défend B. Dedet (2018) à propos du Sud de la France.

9 L’ensemble des Carmélites à Troyes, fossilisé par une voirie antique, a révélé plusieurs bûchers (Kasprzyk 2019).

10 On renvoie ici aux données exposées dans les rapports de fouille résumés dans les notices (Annexes 1 et 2), les études ayant été réalisées par P. Chambon (Houdan 046 et Maulette 047), V. Delattre (Annet-sur-Marne 001, Crisenoy 014, Jaulnes 021, Jossigny 022, Lieusaint 024, Montévrain 031, Mouroux 034, Moussy-le-Neuf 035 et Varennes-sur-Seine 041), C. Le Forestier (Bobigny 058/059, Montévrain 032), S. Jabard (Santeuil 076), A.-G. de Keeper (Ferrières-en-Brie 016, Gonesse 068, Tremblay-en-France 061) et J.-G. Pariat (Cergy 067, Jouy-le-Moutier 073).

11 Un réexamen au cas par cas serait nécessaire.

12 Un dépôt en amphore est néanmoins connu à Esvres-sur-Indre (F140), mais le réceptacle est une Pascual 1 de Tarraconaise et la sépulture est datée de la période augustéenne (Riquier 2004).

13 Sont exclues de ce paragraphe les données des ensembles de Bobigny, en cours d’étude, et d’Épiais-Rhus, encore trop confuses (un retour aux données primaires serait nécessaire).

14 Ces derniers ensembles sont encore en service au cours de la période augustéenne, ce qui, dans l’état actuel des données, n’est le cas sur aucun des sites de l’espace sénon.

15 La pratique de la pars pro toto, universellement attestée (par ex. Goussard 2015) est fréquemment invoquée pour expliquer la représentation de fragments d’objets en contexte cultuel (par ex. Kaenel et Carrard 2007) ou funéraire (Ruffieux 2009), des plus humbles aux biens de prestige. Même s’il est très difficile voire impossible d’apporter une preuve archéologique de cette pratique en raison des biais taphonomiques subis par les structures pouvant expliquer le caractère partiel d’un objet et, dans le cas des crémations, du prélèvement parfois parcimonieux des restes sur le bûcher, celle-ci reste une hypothèse de travail recevable et c’est comme telle qu’elle est invoquée ici.

16 Les équipements paraissent standardisés et très représentatifs de la période considérée ; la présence de deux fourreaux et de deux umbos dans la sépulture d’Égligny 015 ne veut pas nécessairement dire qu’il s’agit d’une tombe double, le guerrier de la fin de l’âge du fer pouvant s’octroyer plusieurs armes du même type comme le prouvent certains ensembles aristocratiques (Perrin et Schönfelder 2003).

17 Une dizaine d’exemplaires recensés sont datés de La Tène D.

18 Cet ensemble n’a pas été interprété comme étant de nature funéraire lors de la fouille (Damour et Jovenet 2015). Pourtant, le petit enclos circulaire situé dans l’angle sud-est de l’habitat, dans et aux abords duquel a été trouvée une importante série monétaire, a pu jouer ce rôle avant d’être intégré à un enclos d’habitat à La Tène D, selon un processus comparable à celui qui est proposé pour Saint-Pierre-du-Perray 050, à moins que l’on veuille y voir un sanctuaire...

19 Il n’est pas sûr que l’as ampuritain de Poigny-la-Forêt entretienne un quelconque rapport avec la sépulture du iie s. et ni même qu’il provienne bien de ce site…

20 On peut objecter que, dans ce cas, chaque défunt repose dans une fosse aménagée pour le recevoir, rien ne suggérant qu’il s’agit de dépôts simultanés ; on ne parlera pas pour autant de sépulture collective.

21 Sur la base des données publiées (Delattre et al. 2018).

22 Au vu du nombre d’habitats fouillés et de la quantité de restes humains qu’ils livrent quasiment sans exception, il semble possible de postuler que les deux populations pourraient être du même ordre, pour autant qu’il s’agisse bien de populations distinctes ; une question reste cependant en suspens : si ces os secs ont été prélevés dans des inhumations et/ou sur des plateformes d’exposition avant la crémation, il n’est pas certain qu’ils représentent une population à part entière et les considérer comme tels reviendrait à prendre le risque de créer des individus excédentaires.

23 Outre les éléments de la nécropole urbaine d’Épiais-Rhus, difficilement contrôlables en l’état, on note à peine 2 indices en contextes rural, l’un à Charny 010 (inhumation) et l’autre à Jaulnes 021 (crémation ?).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Distribution des indices funéraires des iie-ier s. en Île-de-France ; les numéros renvoient à l’inventaire – Annexe 1.
Crédits DAO E. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 - Comparaison de la densité des indices funéraires mentionnés dans Marion et al. 2011 (en blanc) et recensés dans l’enquête de 2018/2019 (en noir).
Crédits DAO E. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 - Évolution du nombre d’indices funéraires reconnus de 1990 à 2018/2019.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4 - Situation des indices funéraires par rapport à l’habitat et à la voirie.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 5 - Distribution des sites en fonction de leur distance par rapport à l’habitat le plus proche.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6 - L’enclos funéraire de Saint-Pierre-du-Perray (Essonne), le Buisson Ribaud, dans son contexte.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Aubier 2017
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 7 - Jaulnes (Seine-et-Marne), le Bas des Hauts Champs : localisation des sépultures, dépôts et objets isolés de LTC2/D par rapport aux enclos funéraires (âge du Bronze à La Tène A) et aux axes de circulation antiques.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Viand et Delattre 2006 ; Peake 2011 ; Peake et al. en cours
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Fig. 8 - Distribution des indices funéraires par classe (cf. texte).
Crédits DAO E. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 9 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Butte Saint-Donain.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Mahé 1996
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 10 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Balloy (Seine-et-Marne), Bois de Roselle, dans son contexte.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 11 - L’ensemble funéraire de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), le Grand Canton.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 12 - L’ensemble funéraire d’Égligny (Seine-et-Marne), le Bois de la Pêcherie.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier d’après Bergot 2003
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 13 - Plan simplifié de l’ensemble funéraire de Mouroux (Seine-et-Marne), ZAC du Plateau de Voisins.
Crédits DAO E. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 14 - L’ensemble funéraire de Mouy-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Noue du Champ Fourche.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier, d’après Mallet 2015
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 15 - Plan de l’ensemble funéraire de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), la Justice.
Crédits DAO P. Pihuit et J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 16 - Distribution des sites en fonction du nombre de monuments funéraires.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 17 - Distribution des individus en fonction du traitement funéraire.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 18 - Distribution des indices en fonction du traitement funéraire – triangle : crémation ; cercle : inhumation ; carré : mixte.
Crédits DAO E. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 19 - Distribution des sites en fonction du traitement funéraire des individus.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 20 - Évolution de la proportion des dépôts secondaires à crémation et des inhumations sur l’ensemble de la population (a) et en excluant les enfants morts en bas-âge (b).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 21 - Fréquence des types de traitement funéraire en fonction de la nature des contextes (ensembles funéraires vs habitats).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 22 - Proportion des traitements funéraires (inhumation vs crémation) en fonction de l’âge des individus.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 23 - Distribution des traitements funéraires en fonction de l’âge des individus et du type de site (ensembles funéraires vs habitats).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 24 - Distribution des individus en fonction de leur sexe et du type de site (ensembles funéraires vs habitats).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 25 - Distribution des dépôts secondaires à crémation en fonction du poids d’esquilles retrouvées (NB : les ensembles de Bobigny et d’Épiais-Rhus ne sont pas prises en compte).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 26 - Le dépôt secondaire à crémation 1017 de Ferrière-en-Brie (Seine-et-Marne), ZAC de Bel Air.
Crédits Cliché É. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 27 - Le dépôt secondaire à crémation 1085 de Mouroux (Seine-et-Marne), ZAC du Plateau de Voisins.
Crédits Cliché É. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 28 - Fréquence des catégories de dépôt des restes incinérés en fonction du type de structure d’accueil et de la localisation des restes osseux dans les dépôts secondaires à crémation.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 29 - Le dépôt secondaire de crémation 1153 de Ferrière-en-Brie (Seine-et-Marne), ZAC de Bel Air.
Crédits Cliché É. Louesdon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 30 - Organisation des dépôts dans les crémations en fosse simple – une sépulture peut figurer dans plusieurs cases (NB : les sépultures de Bobigny et d’Épiais-Rhus sont exclues).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 31 - Localisation des monnaies découvertes en contexte funéraire (NB : crémations ou traitement supposé tel, sauf dans le cas de la sépulture de Sevran - inhumation).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 32 - Nature des monnaies trouvées en contexte funéraire de La Tène D en Île-de-France.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 33 - Nature et localisation du mobilier des inhumations : en situation de port vs en dépôt.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 34 - Distribution des inhumations en habitat par type de site et classe d’âge.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 35 - L’inhumation 1228 du fossé 1002 de Wissous (Essonne), Voie des Morvilliers.
Crédits Cliché J. Blanchard
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Tabl. 1 - Inventaire des inhumations d’enfants de plus de 6 ans, d’adolescents et d’adultes découvertes en contexte domestique.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Tabl. 2 - Inventaire des inhumations de périnatals et d’enfants de moins de 6 ans découvertes en contexte domestique.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 36 - L’inhumation 1246 de l’établissement de Champagne-sur-Oise (Val-d’Oise), les Basses Coutures.
Crédits Cliché J. Legriel
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 37 - Fosse liée à un banquet funéraire de l’ensemble de Jaulnes (Seine-et-Marne), le Bas des Hauts Champs ; les os sont ceux d’un capriné.
Crédits Cliché A. Viand, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 38 : Fréquence des sites en fonction de leur date de création.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4468/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Séguier et Émilie Louesdon, « Les ensembles funéraires des iie et ier s. av. J.-C. en Île-de-France : état des lieux et perspectives de recherche », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 59 | 2020, mis en ligne le 16 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/racf/4468

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Séguier

Inrap Centre – Île-de-France et UMR 7041 équipe GAMA

Articles du même auteur

Émilie Louesdon

Inrap Centre – Île-de-France et UMR 7055 équipe Prétech

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search