Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 60Une exploitation agropastorale ga...

Carte localisation

Une exploitation agropastorale gallo-romaine à Poupry “ Villeneuve ” (Eure-et-Loir)

A Gallo-Roman agropastoral Farm in Poupry “Villeneuve” (Eure-et-Loir)
Aurélien Hamel, Pierre Perrichon, Quentin Borderie, Justin Hahn et Yannick Mazeau

Résumés

Située à 700 m à l’ouest de la voie romaine de Chartres-Autricum à Orléans-Cenabum, l’exploitation agropastorale de “ Villeneuve ” à Poupry (Eure-et-Loir) est créée au plus tard dans la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. et abandonnée à la fin du iie s. ou au début du iiie s. ap. J.-C. La fouille et l’étude du mobilier archéologique ont permis de distinguer trois phases d’occupation. La première est caractérisée par l’établissement d’un premier enclos fossoyé d’1,4 ha. Son réaménagement à la fin du ier-début du iie s. matérialise la phase suivante. La phase III (milieu iie-début iiie s.) est définie par la désaffection progressive des fossés d’enclos. Le bâti, essentiellement en matériaux périssables, évolue au gré de ces transformations. Si les constructions à vocation agricole semblent avoir été clairement repérées, l’identification de celles à vocation résidentielle pose plus de problème. De même, l’ensemble de fosses 1156 est problématique : fosses d’extraction et/ou fosses à fumure/fumière.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

enclos, habitat, gallo-romain, ferme
Haut de page

Texte intégral

Présentation du site

1Le site gallo-romain de Poupry “ Villeneuve ” se situe au sud-est du département de l’Eure-et-Loir, en limite du département du Loiret, à environ 20 km au nord d’Orléans, 15 km d’Allaines et 50 km de Chartres. Il a été identifié lors d’un diagnostic archéologique en 2003, préalablement au projet d’aménagement de la zone d’intérêt interdépartemental d’Artenay-Poupry (ZAID d’Artenay-Poupry ; Goustard 2003 : 14-18). Sa fouille s’est déroulée durant l’hiver 2012-2013. Elle a permis la mise au jour d’une exploitation agropastorale occupée au plus tard de la seconde moitié du ier s. jusqu’au début du iiie s. (Fig. 1 ; Hamel 2014).

Fig. 1 - Plan général de l’établissement agropastoral de “ Villeneuve ” à Poupry.

Fig. 1 - Plan général de l’établissement agropastoral de “ Villeneuve ” à Poupry.

SAP - Département du Loiret

Contexte physique et géologique (Quentin Borderie)

2Le relief est peu marqué, d’altitude moyenne comprise entre 120,80 et 121,25 m NGF. Le site prend place en marge d’une vaste dépression géologique, dite “ cuvette de Poupry ”, qui résulte d’un enfoncement de près de 20 m du toit des formations calcaires de Beauce, permettant la conservation des dépôts tertiaires de marne et de sable du Burdigalien (Fig. 2 ; Gigot 1978). Ces sédiments sablo-argileux ont été particulièrement marqués par les processus périglaciaires au Weichsélien (Borderie 2015 : 44-46, 62-64) et sont, depuis l’Holocène, le support de sols bruns calciques (Calcosols et Calcisols) peu propices à la culture : très argileux, ils se gorgent d’eau en période humide et se contractent fortement en période sèche.

Fig. 2 - Extrait de la carte géologique de la France au 1/50 000, section de Neuville-aux-Bois (327) (C. Gigot, 1978), avec localisation du site de “ Villeneuve ”.

Fig. 2 - Extrait de la carte géologique de la France au 1/50 000, section de Neuville-aux-Bois (327) (C. Gigot, 1978), avec localisation du site de “ Villeneuve ”.

SAP - Département du Loiret

Contexte archéologique

3D’une superficie de 185 ha, la ZAID se développe sur les communes d’Artenay (45) et de Poupry (28).

4Entre 1996 et 2011, l’intégralité du secteur impacté a été prospectée puis diagnostiquée par divers intervenants (Groupement archéologique et historique de la région d’Artenay, Inrap, Services archéologiques des Conseils départementaux d’Eure-et-Loir et du Loiret).

5Situés de part et d’autre de la voie de Chartres-Autricum à Orléans-Cenabum par Allaines, au moins quatre établissements ruraux laténiens et/ou gallo-romains ont été identifiés. Celui de “ Villeneuve ” se situe à moins de 700 m à l’ouest de la voie (site 9 ; Fig. 3).

Fig. 3 - Carte archéologique des sites de la période romaine identifiés à ce jour sur la ZAI d’Artenay-Poupry et ses environnements immédiats (SRA).

Fig. 3 - Carte archéologique des sites de la période romaine identifiés à ce jour sur la ZAI d’Artenay-Poupry et ses environnements immédiats (SRA).

SAP - Département du Loiret

  • 1 Fouille préventive en cours (2020), J.-F. Gay, Inrap.

6À seulement 600 m au nord du site et à 300 m à l’ouest de la voie, l’établissement rural antique de “ la Fromagée ”, repéré en 2011, a été fouillé en 2015. Au vu des premiers résultats, l’établissement fouillé, avec un grenier à contreforts, est contemporain de celui publié ici (site 10 ; Noël 2011 : 108-138 ; David et Sarreste 2018, vol. 2). À 800 m à l’est du site, deux autres enclos fossoyés ont été identifiés (site 7 et 6 ; Landreau et al. 2010 : 31-61). Ces deux enclos quadrangulaires, d’une superficie estimée entre 3 600 et 4 000 m² et d’origine laténienne, perdurent au Haut-Empire. Dans l’attente des résultats de sa fouille1, il n’est cependant pas possible de déterminer avec exactitude la durée de leur occupation.

7Quelques fosses et fossés épars d’époque romaine ont également été identifiés dans le périmètre de la ZAID :

  • à 300 m au sud du site, trois fosses sont datées de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. (site 11 ; Aubourg-Josset et Josset 1996) ;

  • à 500 m au sud-est du site, un site de la première moitié du ier s., composée de quelques fossés et de fosses ou trous de poteau, a été repérée. Son état de conservation ne permet pas de déterminer s’il s’agit d’un sixième établissement à enclos fossoyé ou d’un autre type d’occupation (site 12 ; Chamaux et al. 2011 : 150-162).

8À environ 400 m au sud-ouest de “ Villeneuve ”, une fosse à incinération datée du début du ier s. av. J.-C. a été fouillée (site 13 ; Vilpoux 1994) et à 1 000 m au sud-est, deux sépultures datées du iiie s. ap. J.-C. ont également été observées (site 4 ; Pécoult 1999). À noter également, à l’ancien carrefour de “ Villeneuve ”, la présence d’une inhumation de relégation d’enfant datée du ier s. av. J.-C. à 800 m à l’est du site à proximité de la voie (Calvo 1983).

Méthodologies

Stratégie de fouilles

9La partie ouest de l’emprise prescrite pour la fouille préventive a été décapée sur une surface de 8 381 m². Elle comprend l’espace où se concentre l’ensemble des bâtiments et des aménagements de l’établissement (Fig. 1).

10La partie est, couvrant une surface de 7 360 m² et vide de structure à l’étape du diagnostic, a bénéficié d’un décapage complémentaire par tranchées larges, mettant en évidence la suite de l’enclos fossoyé et permettant une observation partielle de son espace interne grâce à de nouvelles tranchées, espacées de 20 m et à 45° par rapport aux tranchées du diagnostic. L’espace interne de la partie est du site a été observé à 26,80 % de sa surface et, comme au diagnostic, n’a pas livré de vestige. Par conséquent, cette partie du terrain n’a pas été décapée plus avant. Globalement, les structures sont assez mal conservées et se recoupent rarement.

11Les trois phases d’occupations ont été déterminées essentiellement par l’étude du mobilier en céramique et par l’analyse spatiale (relations entre faits).

Méthode de fouille des fossés

12Les fossés d’enclos ou structurant l’occupation ont été dans un premier temps fouillés par sondages manuels ou mécaniques puis intégralement vidés à la pelle hydraulique, avec examen des terres ainsi extraites. Les sondages ont été espacés d’environ 15 m. Ces interventions ont permis de définir les deux premières phases de l’occupation et d’appréhender la dynamique de comblement de leurs fossés. Ceux de l’enclos de la phase I (1010, 1056, 1057, 1300, 1354, 1372 et 1601) se définissent par une dynamique de comblement relativement simple, avec des remplissages peu différentiables, tandis que ceux de la deuxième phase (1007, 1008, 1021, 1079 et 1137), et plus particulièrement le fossé 1008, se caractérisent par une dynamique un peu plus complexe, au moins pour les fossés 1007, 1008 et 1079. Leur dynamique de comblement étant ainsi comprise, les fossés ont été fouillés en totalité, mécaniquement, en fin de campagne. Afin d’obtenir une répartition topographique du mobilier ainsi issu de ces fossés, il a été attribué un numéro d’US (Unité Stratigraphique) à chaque segment de 15 m de fossé déterminé par les sondages précédemment réalisés.

Céramologie (Pierre Perrichon)2

  • 2 Les études céramologiques étant intégrées dans les chapitres de présentations des structures, les a (...)

13La fouille a permis de recueillir 3 907 tessons de céramique dont 204 bords. Ils sont répartis dans 35 entités archéologiques (EA) et trois couches de comblement d’une vaste fosse polylobée (Fig. 4). L’état de conservation de la céramique est médiocre, vu la relative acidité du sol. Les revêtements de surface ont majoritairement disparu et les ensembles sont très fragmentés. Le corpus comprend seulement deux profils archéologiquement complets, ce qui est assez peu, même pour un site rural.

Fig. 4 - Répartition du NR et du NMI Bord de céramique par EA.

Fig. 4 - Répartition du NR et du NMI Bord de céramique par EA.

Pierre Perrichon

14Une grande majorité des EA est peu documentée à ce titre et n’a livré qu’un faible nombre de restes (NR). Les ensembles les plus fournis sont issus des celliers 1148 (141 NR) et 1194 (369 NR), de la cave 1157 (327 NR), de l’EA 1156 (391 NR) et du fossé 1008 (1871 NR). Les autres structures et dépôts archéologiques ont livré trop peu de céramique pour permettre de leur attribuer une datation fiable. Les développements concernant la céramique se limitent ici à étayer la chronologie du site et à argumenter les propositions de datation.

15La charte graphique des planches céramiques distingue les céramiques fines (section noire) des céramiques communes claires (section grisée claire) et des céramiques communes sombres (section grisée sombre).

Approches géoarchéologiques (Quentin Borderie)

16Sur le terrain, les dépôts stratigraphiques et pédologiques ont été abordés dans leur organisation spatiale en trois dimensions, afin d’en percevoir la géométrie. La lecture pédogénétique fine est en partie guidée par le manuel de D. Baize et de B. Jabiol (2011) et la liste de K. Fechner et al. (Fechner, Langohr et Devos 2004).

17Des analyses micromorphologiques sur lames minces ont été faites en utilisant la terminologie utilisée par P. Bullock et al. (1985), N. Fédoroff et M.-A. Courty (1992) et G. Stoops (2003). Les lames minces, de 14 × 7 cm, ont été réalisées au laboratoire de l’UMR Epoc de l’Université de Bordeaux.

  • 3 Unité micro-stratigraphique.

18Les analyses géochimiques effectuées ont permis de compléter la caractérisation globale de certains dépôts archéologiques afin de permettre des comparaisons quantifiées. Elles ont aussi apporté des informations relatives aux processus de dépôt et de transformation de ces US et UMS3. L’approche a été focalisée sur la mesure de la matière organique par la quantification du phosphore organique et inorganique. La méthode employée est celle mise au point par J. H. Mikkelsen (1997).

L’établissement de “ Villeneuve ”

Le premier enclos (phase I, milieu du ier s. ap. J.-C.)

19D’une surface d’1,4 ha (150 × 95 m, fossés inclus), cet enclos quadrangulaire (dénommé enclos 1, Fig. 5) est scindé en deux parties par une voie de cheminement axée NNE-SSO, de 8 m de large. Cette partition distingue un tiers ouest aménagé, de 4 750 m² (95 × 50 m), où se concentre le bâti, et une partie pratiquement deux fois plus vaste (8 550 m², 90 × 94 m), vide de toute structure archéologique et interprétée comme aire de parcage de bétail, voire espace de culture.

Fig. 5 - Plan du site à la Phase I.

Fig. 5 - Plan du site à la Phase I.

SAP - Département du Loiret

Les fossés et la structuration de l’espace

20Partiellement oblitéré par les curages et les reconstructions postérieures (enclos de la phase II : fossé 1008 et fosse 1021, en partie), le premier enclos fossoyé est composé des fossés 1010, 1300, 1354, 1372 et 1601 (Fig. 5). Malgré des états de conservation différents, ils présentent tous un profil similaire, à fond plat et parois droites, symétriques et évasées. Les extrémités des fossés 1300, 1372 et 1601 sont rectilignes et orthogonales. L’enclos présente deux accès symétriques, l’un au nord, l’autre au sud, de 4 m de large.

21Le fossé ouest 1010 est le mieux conservé, avec 1,40 m de large à l’ouverture et 0,42 à 0,64 m de profondeur subsistante. Les largeurs des fossés 1300, 1354 et 1601 s’établissent entre 0,70 et 1,14 m, pour des profondeurs comprises entre 0,22 et 0,60 m. Arasé, le fossé 1372 mesure seulement entre 0,50 et 0,78 m de large et 0,18 et 0,52 m de profondeur conservée.

22Les fossés 1300, 1354, 1372 et 1601 présentent une même dynamique de comblement, avec un remplissage en deux temps. Les dépôts inférieurs se distinguent peu du substrat naturel encaissant. Ils se caractérisent par un limon argileux brun clair à foncé, plus ou moins compact et homogène, avec de nombreuses inclusions de gravillons et graviers calcaires. De rares fragments de charbon de bois s’y ajoutent dans l’US 1355 du fossé 1354. Irréguliers, ces dépôts sont liés au fonctionnement des fossés, à une dégradation progressive des parois ou à leur curage régulier. Le comblement supérieur est uniforme : il se compose de limon argileux brun comprenant quelques inclusions de gravillons calcaires. Le fossé 1010 se distingue, avec un remplissage unique, comparable à celui des comblements supérieurs des autres fossés.

23Le fossé 1021 a livré un total de 91 tessons dont trois bords. L’US 1023 (sondage 5, coupe 7) est l’unique cas, dans ce fossé, pour lequel la provenance entre le comblement supérieur et le comblement inférieur a été distinguée. Il s’agit de 35 tessons collectés dans le comblement supérieur, appartenant à un même vase en céramique à pâte brune dite du Val de Loire à engobe rouge, probablement une amphore ligérienne du ier s. ap. J.-C. L’US 1861 (segment de fossé entre les sondages manuels 5 et 15) a livré sept tessons mêlant des catégories diverses produites dès 40 de notre ère (pâte brune du Val de Loire, pâte claire stampienne engobée blanc et sigillée de Gaule du Sud), avec un bord de bol Drag. 37 en sigillée de Gaule du Centre. Cette forme témoigne d’un usage du fossé au moins jusqu’au iie s. ap. J.-C. L’US 1860 (segment de fossé entre les sondages manuels 5 et 63) a fourni huit tessons dont deux de sigillée de Gaule du Sud et six à pâte brune du Val de Loire. L’US 1859 (segment de fossé entre les sondages mécaniques 62 et 63) a livré 17 tessons dont deux bords, un plat en sigillée de Gaule du Centre de type Lezoux 54 et une cruche à pâte claire micacée de type Chartres 3411 produite dès le iie s (Sellès 2001 : 202-203). L’US 1858 (segment de fossé entre les sondages mécaniques 58 et 62) a livré 24 tessons renvoyant à un contexte du ier s. ap. J.-C. Le fossé 1300 a livré 21 tessons dont quatre bords. Parmi les quatre tessons collectés dans sa partie est, on notera tout particulièrement la présence deux bords de mortier de type Chartres 5305, très fréquent durant tout le Haut-Empire dès 40 de notre ère. Le fossé est 1354 a livré 37 tessons dont un bord d’amphore à lèvre plate du ier s. ap. J.-C. de type Chartres 1523 à pâte brune du Val de Loire (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 166) et un bord d’amphore de Bétique de type Dressel 20D daté de la fin du ier-début du iie s. (Raynaud 1993 : 26). Le fossé 1372 a livré 25 tessons parmi lesquels seul un mortier de type Chartres 5305 à pâte micacée a pu être identifié. La présence d’un tesson de sigillée de Gaule du Centre permet d’envisager une utilisation de ce fossé au moins jusqu’au iie s. Le fossé 1601 a livré 43 tessons : cet ensemble céramique, par la présence d’un bord de type Chartres 1102.1 permet d’envisager une utilisation du fossé dès la seconde moitié du ier s. ap. J.-C.

24Une clef en fer du type 04-01 de J.-P. Guillaumet et G. Laude (2009 : 32-33) (Fig. 6) a été découverte dans le comblement du fossé 1010. Son panneton centré est muni de deux dents déportées parallèles à la tige et tournées vers l’attache de l’anneau (percé à chaud), qui porte un anneau circulaire pour sa suspension. Cette clef, destinée à une serrure dite “ laconienne ”, correspond à des serrures de portes de bâti et non de meuble. Un palet circulaire, provenant du fossé d’enclos 1354, est taillé dans une terre cuite architecturale ; son diamètre est de 8,5 cm et son épaisseur de 1,8 cm. Ce type de palet est généralement associé au jeu, comme certains jetons (plus petits), également utilisés pour le comptage.

Fig. 6 - Clé en fer découverte dans le comblement du fossé 1010.

Fig. 6 - Clé en fer découverte dans le comblement du fossé 1010.

Yannick Mazeau

Un axe de circulation

25L’enclos est donc scindé par un axe de circulation bordé côté est par deux fossés (1056 et 1057), sur environ les deux-tiers de la largeur de l’enclos, et côté ouest, pour la partie nord, par une courte palissade (Fig. 7). L’existence de ce cheminement transversal est confirmée par la présence des deux interruptions des fossés nord et sud de l’enclos, pour son passage (entrées).

Fig. 7 - La palissade ES 1 et le bâtiment ES 3 : plan d’ensemble des trous de poteau.

Fig. 7 - La palissade ES 1 et le bâtiment ES 3 : plan d’ensemble des trous de poteau.

SAP - Département du Loiret

– Les fossés 1056 et 1057

26Les fossés est du chemin (1056 et 1057) sont visibles sur 65 m de long, de manière discontinue. Ces tronçons sont préservés sur moins de 0,10 m de profondeur pour une largeur comprise entre 0,20 et 0,70 m. Leurs profils en cuvette sont irréguliers. Ils se confondent sur environ la moitié de cette longueur. Ils sont comblés par du limon argileux brun, meuble et homogène, contenant des inclusions de gravillons calcaires. L’absence de négatif de poteau au fond des fossés semble écarter l’hypothèse de fossé palissadé. Il est probable qu’ils représentent deux états distincts de la bordure de l’axe de circulation.

– La palissade ES 1

27La palissade (Fig. 7) est composée de huit trous de poteau avérés (1175, 1176, 1177, 1546, 1547, 1548, 1549 et 1579) et de trois probables (1174, 1321 et 1329). Si seuls les trous de poteau avérés sont pris en compte, elle mesurerait 22 m de long, contre 50 m si l’on comptabilise l’ensemble. Les trous de poteau avérés sont espacés de 2,5 m. Malgré un état de conservation très variable, ils présentent des plans et des profils en U comparables. De plan circulaire, ils mesurent entre 0,38 m et 0,59 m de diamètre pour une profondeur conservée comprise entre 0,18 m et 0,37 m. Des pierres de calage ont été observées dans certains d’entre eux (1176, 1177, 1546, 1547 et 1549), ainsi que des traces d’arrachage du poteau (1547 et 1548). L’état de conservation des EA 1174, 1321 et 1329 ne permet pas de les identifier clairement comme des trous de poteau. Elles sont toutefois situées dans le prolongement de l’alignement des trous de poteau avérés. Très arasées, elles ne mesurent plus que de deux à trois centimètres de profondeur pour un diamètre compris entre 0,30 et 0,40 m. Comme pour les trous de poteau avérés, leur fond est irrégulier et leur comblement est constitué de limon argileux brun, compact et homogène.

Un ensemble de bâti

28La structure 1194 et plusieurs constructions en matériaux périssables (ES 3 à 6) sont aménagées sur les côtés sud, nord et ouest d’une cour de 375 m² (ES 2, partie nord-ouest de l’enclos) dont le flanc oriental est fermé par la clôture palissadée ES 1, la séparant ainsi de l’axe de circulation. Cet ensemble de bâti, au plan cohérent, n’est daté que par le mobilier céramique issu de la structure de stockage 1194 qui y est associée, soit au plus tard de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C.

– Le cellier 1194

29Le creusement 1194 est un cellier, situé au sud-est de cet ensemble, à l’opposé des autres bâtiments et en limite de la cour, à 1,80 m de la palissade (Fig. 8).

Fig. 8 - Le cellier 1194 : photo de la section, plan et coupe.

Fig. 8 - Le cellier 1194 : photo de la section, plan et coupe.

SAP - Département du Loiret

30De plan quadrangulaire, il mesure 2,10 × 1,80 m (soit 3,80 m²) et est conservé sur 1,20 m de profondeur (soit un volume minimum de 4,50 m3). Réalisées dans le calcaire, les parois sont verticales ; le fond est relativement plat, avec, le long de la paroi nord, trois cupules de plan subcirculaire (0,25 m de diamètre en moyenne pour environ 0,05 m de profondeur), servant probablement à caler des récipients de stockage.

31Ce cellier est comblé par cinq US successives qui témoignent de son utilisation secondaire comme fosse-dépotoir :

    • 4 Possible US d’utilisation ; la datation de son mobilier (infra) ne se différenciant pas de celle de (...)

    le fond est recouvert par une fine couche de limon brun foncé (US 1469)4 d’environ 0,05 m d’épaisseur comprenant 229 tessons de céramique (cf. l’analyse céramologique infra) et de deux fragments de terre cuite architecturale ;

  • trois dépôts de matériaux de démolition (US 1468, 1467, 1466), au total de 0,80 m d’épaisseur, recouvrent le précédent. Ils se composent de mottes sub-quadrangulaires d’argile brun (brique crue ?), de lentilles de marne calcaire, de pierres et de blocs de calcaire dont certains sont rubéfiés, mêlés à de l’argile limoneuse brun foncé contenant des inclusions de charbon de bois. Ces US ont livré de nombreux fragments de tegulae et d’imbrices. Cent neuf tessons de céramique y ont été recueillis, ainsi qu’un fragment d’une meule rotative à bras et un piton fermé en fer ;

  • la structure est définitivement remblayée par un dépôt d’argile limoneuse brun foncé, relativement compact et homogène, et contenant des inclusions de charbon de bois, quelques pierres et gravillons calcaires (US 1465). Il ne semble pas exclu que cette dernière US soit en fait une US de scellement postérieure au remblaiement de la fosse, ensuite affaissée par tassement et ainsi conservée ici et non à l’extérieur, où l’érosion l’a supprimée. Un seul tesson de céramique a été récolté dans cette US, ainsi qu’un tesson de vase en verre.

32Au total 338 tessons, dont 19 bords, ont été retrouvés dans le comblement de ce cellier (Fig. 9 et 10). Aucune distinction chronologique n’a pu être observée entre ces différents dépôts. La majorité des tessons provient de l’US inférieure (1469), avec un NR de 229 dont neuf bords, les autres US (1468, 1467, 1466 et 1465) livrant respectivement, par ordre de déposition, 23 (dont deux bords), 51 (dont quatre bords), 35 tessons (dont trois bords) et 31 tessons dont un unique bord. Le corpus morphologique de cet ensemble se subdivise en deux groupes chronologiques qui se chevauchent au milieu du ier s. de notre ère :

  • le premier – peut-être résiduel – renvoie à un contexte de 15 à 55 de notre ère et s’appuie notamment sur le bord de coupe en terra nigra 1466-3 de type Menez 60, daté de la première moitié du ier s. ap. J.-C. (Menez 1989 : 126) et les deux bords de vases balustres en céramique commune sombre à pâte brune (1469-5 et 6) ;

  • le second ensemble comprend les deux bords (1467-1 et 1468-1) d’amphore à double inflexion à pâte brune, un type qui apparaît dès 50 de notre ère (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 167-168), comme le type Gauloise 3 dont ils s’inspirent (Raynaud 1993), et les deux bords de cruche proche du type Chartres 3408 qui apparaît dès 50 de notre ère (Sellès 2001 : 200-201). Dans cet ensemble, on peut également noter la présence de trois bords (1466-2, 1467-3 et 1469.-9) de plat de type Menez 15 en raison du bord tombant et légèrement creux daté entre 14 et 60 de notre ère (Menez 1989 : 121). L’attribution chronologique de cet ensemble à une fourchette 40 et 60 peut donc être envisagée, mais la présence dans ce lot d’éléments antérieurs, redéposés, est très probable. Deux éléments sont remarquables : le premier concerne le bord (1467-2) d’un vase globulaire de type 1a du répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine dite “ de Roanne ” (Grand 1995 : 180 ; forme 28-1 in Chevillot 1982) ; le second correspond à un flacon à pâte claire micacée (1465-2), identifié comme une variante du flacon de type Chartres 2751 en céramique fine à engobe blanc, également présent dans cet ensemble (1469-8).

Fig. 9 - Mobilier céramique provenant du cellier 1194 : US 1465, 1466 et 1467.

Fig. 9 - Mobilier céramique provenant du cellier 1194 : US 1465, 1466 et 1467.

Pierre Perrichon

Fig. 10 - Mobilier céramique provenant du cellier 1194 : US 1468 et 1469.

Fig. 10 - Mobilier céramique provenant du cellier 1194 : US 1468 et 1469.

Pierre Perrichon

33Quelques éléments métalliques (un piton fermé, une dizaine de clous d’assemblage et un fragment de plaque), un fragment de catillus de meule rotative à bras, ainsi qu’un tesson d’un contenant indéterminé en verre sodique (couleur vert olive transparent), ont été mis au jour dans le remplissage de cette structure. La meule (Fig. 11), en grès du Berry, d’un diamètre de 50 cm, possède une pente de sa surface meulante d’une inclinaison d’environ 20° et une hauteur de 14,5 cm. Son profil est biconcave, avec un aménagement de la face supérieure en trémie dessinant une petite bordure périphérique. Un trou d’emmanchement très dégradé se situe dans la partie médiane de son flanc, tandis qu’un œil central en croix semble très partiellement conservé.

Fig. 11 - Meule en grès provenant du cellier 1194.

Fig. 11 - Meule en grès provenant du cellier 1194.

Yannick Mazeau

34Le mobilier issu des dépôts de ce cellier ne révèle aucune activité particulière autre que du rejet domestique. Il est, pour chacune de ces US – principalement la céramique –, cohérent d’un point de vue chronologique. Le comblement de cette structure semble s’opérer sur un laps de temps court, dans la seconde moitié du ier s. ap. J.-C.

35Ce cellier est relativement isolé. Aucun vestige n’a été retrouvé dans un proche périmètre qui aurait permis de l’inclure dans une construction plus vaste. Pour cette raison, il reste possible que les matériaux de démolition qui constituent une bonne part de ces dépôts soient issus de la structure de sa propre élévation. Ils permettraient ainsi de restituer cette dernière et d’appréhender une technique de construction employée sur ce site pour cette période. Ce cellier, de plan quadrangulaire, aurait ainsi été délimité au sol par un solin de pierres calcaires liées au mortier de terre argileuse jaunâtre à brun, correspondant aux éléments de démolition constituant l’US 1466. Sur ce solin, un mur en briques crues (adobe) ou autre type de terre à bâtir (bauge ?) aurait été monté : des mottes de terre crue (supra) plus ou moins fondus, de 0,20 à 0,25 m de long pour environ 0,15 m de large et entre 0,05 et 0,08 m d’épaisseur (US 1468). La présence de nombreuses et épaisses lentilles à base de calcaire blanc suggère que ces murs étaient en outre recouverts d’un enduit à base de calcaire. Les nombreux fragments de terre cuite architecturale retrouvés dans ces remblais indiqueraient enfin que ce cellier et sa superstructure ont peut-être été couverts d’une toiture en tuiles.

– Les ES 3, 4 et 6

36• La construction ES 3 est constituée de quatre trous de poteau (1546, 1547, 1720 et 1725). Ce bâti et la palissade ES 1 auquel il est adossé ont en commun deux trous de poteau (1546 et 1547) (Fig. 7 et 12). De plan carré, il mesure 2,50 m de côté, soit 6,25 m². De 0,40 m de diamètre, les trous de poteau 1720 et 1725 sont respectivement conservés sur 0,20 et 0,38 m de profondeur et présentent un profil en U. Ils sont comblés par une argile limoneuse, brun clair à foncé, et quelques pierres calcaires. Ces dernières ne sont pas en place mais ont participé au calage des poteaux. Retrouvées en vrac, elles témoignent de l’arrachage de ceux-ci.

Fig. 12 - Plan de l’ensemble bâti de la Phase I.

Fig. 12 - Plan de l’ensemble bâti de la Phase I.

SAP - Département du Loiret

37• La construction ES 4 (Fig. 12) est formée de quatre trous de poteau (1679, 1681, 1684 et 1687). De plan quadrangulaire, elle mesure 2,50 × 2 m. Orientée selon un axe est-ouest, elle se situe à 7 m à l’ouest de l’ES 3, dans sa continuité. De plan circulaire, les trous de poteau présentent un profil en U. Ils mesurent entre 0,30 et 0,45 m de diamètre pour une profondeur conservée comprise entre 0,29 et 0,36 m et sont comblés d’un matériau similaire à celui observé dans les trous de poteau de l’ES 3. Des pierres calcaires ayant servi au calage des poteaux sont également présentes.

38• L’alignement nord-sud des trous de poteau 1689, 1691 et 1693 – dont deux accolés au sud (1691 et 1693) – forme l’ES 6 (Fig. 12), orienté selon un axe nord-sud. Les trous de poteau 1689 et 1691 sont distants de 2,50 m ; les trous de poteau 1691 et 1693, très proches, ne sont distants que d’une vingtaine de centimètres. De plan circulaire, ils présentent un profil comparable en U. Ils mesurent entre 0,28 et 0,50 m de diamètre pour 0,13 m de profondeur conservée en moyenne. Ils sont comblés d’un limon argileux brun clair contenant des graviers calcaires. Cet ES 6 se trouve à 5 m à l’ouest de l’ES 4 et à 7,50 m à l’est du bâtiment ES 5.

39Les ES 3, 4 et 6 bordent la cour (ES 2) au nord. Mal préservés, les trous de poteau les constituant présentent un arasement plutôt important. Ce mauvais état de conservation des vestiges contraint à une certaine prudence sur la restitution de ce bâti. Quatre hypothèses sont au moins à envisager :

  • la première consiste à considérer ces ES comme des entités indépendantes les unes des autres. De dimensions comparables, elles mesurent entre 5 et 6 m². Dans cette hypothèse, on considère que l’ES 6 est archéologiquement incomplète. Ces trois constructions sont distantes de 5 et 7 m ;

  • la deuxième hypothèse consiste à considérer que ces ES forment un seul et unique bâtiment, de forme quadrangulaire, de 17,50 × 2,50 m, soit 43,75 m². Dans cette seconde restitution, ces ES ne constituent que des travées mesurant 2,50 m de large. L’espace entre l’ES 3 et 4, d’un côté, et l’ES 4 et 6, respectivement de 7 et 5 m, permet d’envisager la présence de travées supplémentaires, de 2 à 2,50 m de large. L’édifice serait ainsi constitué au total de sept travées ;

  • la troisième hypothèse considérerait que ces trois ES forment, de même, un seul et unique bâtiment plus étendu vers l’ouest, jusqu’au contact avec l’ES 5 (cf. infra), mesurant alors 25 × 2,50 m, soit 62,5 m². Il serait alors constitué de dix travées de 2 à 2,50 m de large, bordant ainsi l’intégralité de la cour ES 2 et contigu au bâtiment ES 5 ;

  • la quatrième hypothèse considérerait, comme pour la précédente, que ces trois ES forment un seul bâtiment mais auquel on adjoindrait alors l’ES 5, formant ainsi un unique bâtiment en L. Cette dernière hypothèse s’appuie sur le relatif alignement des trous de poteau de l’extrémité nord de l’ES 5 sur ceux des ES 3, 4 et 6.

40Dans la première hypothèse, la fonction de ces constructions n’est pas définie. Dans les trois autres, la largeur du bâtiment (2,50 m), ainsi que les travées (2 à 2,50 m de large) tendent à leur attribuer une fonction agricole, peut-être de stabulation. L’absence de céramique à vocation domestique à proximité et donc apparemment d’occupation en habitat ne s’oppose pas à interprétation fonctionnelle.

– L’ES 5

41L’ES 5 (Fig. 12) borde la cour ES 2 à l’ouest. De plan quadrangulaire, le bâtiment qui semble se dessiner ici mesure 15 × 3 m, soit une superficie de 45 m². Il est constitué de 17 trous de poteau organisés en quatre travées d’égale superficie (3 × 4 m, soit 12 m²). La travée nord est scindée dans sa largeur en deux parties inégales. Sa paroi nord est alignée avec la ou les construction(s) qui borde(nt) la cour au nord (ES 3, 4 et 6, supra). Devant la paroi sud de l’ES 5, un radier de pierres de calibre moyen (US 1886) marque la transition entre le bâtiment et l’extérieur et matérialise un des accès supposés à ce bâtiment. Comme évoqué ci-dessus, l’ES 5 et les ES 3, 4 et 6 pourraient ainsi constituer un uniquement bâtiment en forme de L.

42Les trous de poteau de cette construction ES 5 sont de plan circulaire et présentent un profil en U. Plus ou moins bien préservés, ils mesurent entre 0,24 m et 0,40 m de diamètre et entre 0,11 m et 0,37 m de profondeur conservée. Ils sont comblés de limon argileux brun clair, meuble et des pierres calcaires. Des traces d’arrachage de poteau ont pu être observées dans certains cas.

43En l’absence – ici aussi – de mobilier domestique à proximité et vu la faible largeur des travées, la fonction de ce bâtiment est supposée être agricole, peut-être de stabulation (étable ou écurie ?).

– La cour ES 2

44La cour se détache dès lors en négatif (espace vide de structure, Fig. 12), ouverte au sud, entre les ES précédemment décrites : bâtis ES 3-4-6 au nord, et 5 à l’ouest, palissade ES 1 à l’est et cellier 1194 au sud-est, ce dernier matérialisant une certaine limite vers le sud. Ainsi délimitée, cette cour mesurerait 25 × 15 m, soit de 375 m².

45Plus au sud, seuls deux creusements de plan irrégulier (1190 et 1564), ayant livré, respectivement, deux et sept tessons de céramique datés de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C., indiquent que ce vaste espace qui se développe au sud de la cour est également occupé. De même, dans l’angle sud-ouest de la cour, immédiatement au sud du bâtiment ES 5, une forte concentration de trous de poteau, mal datée, faute de mobilier en céramique, mais attribuée par défaut aux phases suivantes (ES 9, cf. infra) peut éventuellement oblitérer d’autres aménagements pouvant également fonctionner au cours de cette phase.

– La fosse 1024

46La structure 1024 (voir Fig. 5) est une grande fosse circulaire située à quelques mètres du fossé ouest de l’enclos et à une vingtaine de mètres au sud-ouest de l’angle sud-ouest de l’ensemble architectural décrit ci-dessus. Creusée dans la marne calcaire, elle mesure 9 m de diamètre et environ 1,30 m de profondeur conservée. Elle présente un creusement régulier, avec un fond relativement plat et des parois convexes légèrement évasées. Elle est comblée par trois dépôts, compacts et homogènes, constitués, dans l’ordre chronologique, par :

  • une argile limoneuse brune, contenant de nombreuses inclusions calcaires (US 1608 et 1637),

  • un limon argileux, brun, contenant quelques inclusions calcaires (US 1607 et 1609),

  • un limon argileux, brun foncé à noir.

47Elle est établie dans la marne sous-jacente, le volume de marne extrait étant estimé à environ 73 m3. Aucun indice ne permet toutefois d’indiquer si l’extraction de marne est la fonction première de ce creusement. C’est une activité courante dans ce genre d’établissement rural, pour l’amendement des terres agricoles, la production de chaux ou encore la confection de bauge de construction.

48Seule l’US de comblement supérieur a fourni de la céramique, soit 18 tessons dont un bord d’amphore à huile de Bétique Dressel 20 et un tesson de sigillée de Gaule du Sud. Ce dernier tend à attribuer le comblement de la fosse au cours du ier s. ap. J.-C. Toutefois, la faiblesse du corpus incite à rester prudent quant à l’attribution chronologique précise de cette EA et en tout cas de son creusement.

Restructuration de l’enclos (phase II, première moitié du iie s. ap. J.-C.)

49L’abandon de la structure 1194 et de l’ensemble architectural ES 3 à 6 de la phase I annoncent la restructuration de l’enclos (Fig. 13). Sa partie occidentale est réaménagée : recreusement des fossés ouest (1010/1008) et sud-ouest (1021), et creusement des nouveaux fossés (1007 et 1079). Le fossé 1601 est vraisemblablement définitivement comblé.

Fig. 13 - Plan du site à la Phase II.

Fig. 13 - Plan du site à la Phase II.

SAP - Département du Loiret

50Ce nouvel ensemble, ouvert à l’est, mesure 80 × 55 m, soit une superficie de 4 400 m². Au-delà de cette aire, la partie orientale de l’enclos ne semble pas être directement affectée par ces modifications. Un tesson de sigillée (probable Drag. 37) retrouvé dans le comblement du fossé 1372 (nord de cette extension orientale) indique que ce fossé, au moins, est encore visible, encore au iie s. ap. J.-C. Comme pour la phase I, le bâti se concentre dans la partie occidentale du site. Cependant, sa structuration et son organisation sont moins évidentes et restent plus hypothétiques.

Les fossés 1007, 1079 et la fosse 1053

51À l’instar de la précédente, la phase II de fonctionnement de l’établissement a été définie par l’étude de la céramique et par l’analyse spatiale et stratigraphique des vestiges. Le fossé 1007 est un élément-clef dans l’élaboration du raisonnement. Parallèlement, la fouille des fossés 1007, 1008, 1079 et de la fosse 1053 a permis d’établir que ces structures, partageant la même dynamique de comblement, sont sans doute stratigraphiquement associées.

– Le fossé 1007

52Orienté selon un axe est-ouest, le fossé 1007 mesure 53 m de long et en moyenne 1,60 m de large. II est conservé sur une profondeur comprise entre 0,56 et 0,82 m et présente un profil en V tronqué. Vers son extrémité est, il tend à s’élargir légèrement et ses parois sont de plus en plus concaves. Son extrémité orientale est arrondie et présente un fond en paliers : deux marches successives d’environ 0,10 m de haut pour une longueur moyenne d’1 m. Ces paliers sont interprétés, à défaut d’autres hypothèses, comme la manifestation de l’entretien du fossé (curage).

53Au fond du fossé, un fin dépôt de marne argileuse de couleur brun clair, grisée à blanc verdâtre, d’une épaisseur variable (en moyenne 0,05 m) a été observé (US d’utilisation). Il est recouvert d’un épais dépôt intermédiaire plus ou moins homogène qui correspond au comblement naturel durant son utilisation, par érosion progressive des parois. Un dépôt, vraisemblablement volontaire, de limon argileux brun foncé à noir scelle définitivement le fossé. Ce même type de dépôt a également été repéré dans les fossés 1008 et 1079 et la fosse 1053.

54Le tronçon de fossé situé à l’est de la fosse 1053 présente un sens d’écoulement dirigé vers celle-ci, permettant de l’interpréter comme un déversoir (puisard). Son segment ouest présente le même sens d’écoulement vers l’ouest, c’est-à-dire vers le fossé 1008. En adéquation avec la pente naturelle du terrain, cette structuration du fossé 1007 indique qu’il a fonction de drainage, que les eaux sont conduites vers la fosse 1053 et que le surplus est évacué vers le fossé occidental de l’enclos.

55Par les analyses spatiale et stratigraphique, il est établi que le fossé 1007 est postérieur à la palissade ES 1, à la cour ES 2, à la construction ES 5 et au fossé 1010. La palissade ES 1 (cf. supra) étant constituée d’au moins huit trous de poteau, régulièrement espacés de 2,50 m, le creusement de ce fossé a obligatoirement oblitéré le trou de poteau qui devait se trouver entre les trous de poteau 1579 et 1177. Parallèlement, orienté selon un axe est-ouest, il traverse de part en part la cour ES 2 et la scinde en deux. Il recoupe également le bâtiment ES 5.

56Le sondage 10, réalisé à l’intersection des fossés 1010, 1008 et 1007, témoigne de la postériorité du fossé 1007 sur 1010 et démontre aussi que le comblement supérieur du fossé 1007 est identique à celui du fossé 1008. Le sondage 45, effectué à l’intersection des fossés 1007, 1079 et de la fosse 1053, démontre quant à lui la simultanéité du comblement des trois structures (cf. supra).

57L’ensemble des US de comblements du fossé 1007 a livré 60 tessons dont six éléments de forme (bords ou fonds). Les plus pertinents de ce lot sont :

  • 7 fragments de panse de céramique à paroi fine engobée, attribuables aux ateliers de Lezoux, avec leur décor d’épingle à la barbotine, semblable au gobelet de type Lezoux 1 (datation privilégiée : 70-120) ;

  • 1 tesson de céramique fine à engobe blanc et un petit fragment de collerette de vase en sigillée de Gaule du Centre (plutôt dès le iie s.) ;

    • 5 Le fragment de panse de gobelet de type Lezoux 1 et le bord de cruche de cruche de type Chartres 34 (...)

    1 bord de cruche à pâte claire micacée de type Chartres 3411 et un pot en céramique commune sombre à pâte grise “ orléanaise ” de type Chartres 1301 (IIe s.)5.

58L’association de ces indices typologiques tend à établir une fourchette chronologique au début du iie s. de notre ère pour le comblement de ce fossé.

– Le fossé 1079

59Perpendiculaire au fossé 1007, vers le milieu de ce dernier, le fossé 1079 est orienté selon un axe nord-sud. Il rejoint le fossé 1007 à l’extrémité orientale de la fosse 1053. Il mesure 8 m de long pour une largeur moyenne d’1,10 m et une profondeur moyenne conservée de 0,54 m et présente également un profil en V tronqué. À l’approche du fossé 1007 et de la fosse-puisard 1053, il s’élargit et s’approfondit progressivement. L’examen des altitudes de fond du fossé montre qu’il présente un pendage inverse à la pente naturelle du terrain, en direction du fossé 1007. Par ailleurs, on observe une dynamique sédimentaire par hydromorphie, se dirigeant également vers le fossé 1007. À l’approche de l’intersection avec la fosse-puisard 1053 et le fossé 1007, ces dépôts prennent du volume, correspondant exactement à ceux observés dans ce fossé 1007 et cette fosse 1053.

60Seuls deux petits fragments d’ossements d’animaux, quelques tessons de céramique et un clou ont été trouvés dans le comblement de ce fossé 1079, qui n’a livré au total que sept fragments de panse dont deux de sigillée de Gaule du Centre. Une utilisation du fossé puis son comblement dès le iie s. peuvent être envisagés, sans plus de précision, sur la base des deux tessons de sigillée.

– La “ fosse-puisard ” 1053

61La fosse 1053 est creusée directement dans l’axe du fossé 1007 auquel elle est connectée (Fig. 14). Oblongue, elle est orientée est-ouest, mesure environ 8 × 3,5 m pour 1,20 m de profondeur conservée et présente un profil très irrégulier (parois irrégulières, fond bosselé). Elle est sans doute contemporaine des fossés 1007 et 1079 (ci-dessus) avec lesquels elle fonctionne, comme l’indiqueraient les US de remplissage communes aux trois structures et notamment leurs caractéristiques macroscopiques.

Fig. 14 - La “ fosse-puisard ” 1053 : photo de la section, plan et coupe.

Fig. 14 - La “ fosse-puisard ” 1053 : photo de la section, plan et coupe.

SAP - Département du Loiret

62Cette fosse a livré 33 tessons, parmi lesquels sont identifiés un mortier de type Chartres 5305 à pâte clair micacée, un gobelet à pâte grise orléanaise de type Chartres 1102.6 et un bord de bol Drag. 37 en sigillée du Centre de la Gaule. On note également la présence d’une bouilloire et d’une cruche à pâte claire micacée. Ainsi, le comblement de l’ensemble est, sans plus de précision, datable du iie s.

63Afin de préciser la fonction de cette fosse, une analyse micromorphologique (Q. Borderie) a été réalisée, centrée sur les deux US 1574 et 1671, situées à la base de son remplissage et susceptible de correspondre à son fonctionnement. Deux lames minces ont été réalisées à partir de cet échantillon (Fig. 15 et 16).

Fig. 15 - Analyse micromorphologique de la “ fosse-puisard ”1053 : lame mince, partie basse.

Fig. 15 - Analyse micromorphologique de la “ fosse-puisard ”1053 : lame mince, partie basse.

Quentin Borderie

Fig. 16 - Analyse micromorphologique de la “ fosse-puisard ”1053 : lame mince, partie haute.

Fig. 16 - Analyse micromorphologique de la “ fosse-puisard ”1053 : lame mince, partie haute.

Quentin Borderie

  • 6 Unité micro-stratigraphique.

64La base de la stratification étudiée (UMS 1)6 est constituée des marnes du substrat géologique. Il s’agit d’une argile massive carbonatée, ponctuée de vésicules et parcourue de fissures de dessiccation.

65• L’UMS 2 peut également être interprétée comme constitutive du substrat dans lequel est creusée la structure 1053. Comme pour l’UMS 1, il s’agit d’une argile carbonatée massive à vésicules et fissures. Cependant, elle est parcourue par de nombreux chenaux au remplissage sablo-argileux à argileux, contenant de rares grains de quartz plus grossiers. La nature de ces remplissages est similaire à l’UMS 4, ce qui permet de situer chronologiquement cette bioturbation après ou pendant le dépôt de l’UMS 4 (infra). Des imprégnations ferrugineuses de la masse fine sont également présentes, indifféremment dans les zones bioturbées ou non. Ces traits liés à l’hydromorphie sont observables dans toute l’épaisseur de l’US 1671 et témoignent de l’ambiance humide des dépôts.

66• Le remplissage de la structure débute avec l’UMS 3. Épaisse de moins de 3 cm, elle est le résultat de dépôts liés à des écoulements de très faible dynamique, voire à la stagnation d’eau, et ensuite restructurée par l’activité biologique. En effet, la structure est constituée de lits très fins sub-horizontaux d’argile limoneuse à sableuse, moins carbonatée que dans l’UMS sous-jacente. Les revêtements très carbonatés semblent liés à la percolation de solutions provenant des unités sus-jacentes, peut-être l’UMS 5 ou l’UMS 6. En effet, ils se trouvent dans des sables argileux en remplissage de chenaux recoupant les organisations sub-horizontales.

67• Encore moins carbonatée que les unités sous-jacentes, l’UMS 4 est également le résultat d’apports par des écoulements de dynamique faible. Bien qu’ils soient assez bioturbés, les lits sub-horizontaux sont encore visibles. Ici encore, les revêtements carbonatés de la porosité sont dus à la percolation de solutions provenant des unités sus-jacentes (UMS 5 et 6). Les micro-constituants d’origine anthropique sont relativement rares : fragments d’os, phytolithes, charbons.

  • 7 Se dit d’un dépôt sédimentaire dont les grains sont classés selon un gradient de taille, du plus pe (...)

68• L’UMS 5 est assez similaire à la base du remplissage (UMS 3). C’est une superposition de lits argilo-sableux carbonatés, bien visibles. Toutefois, ces lits présentent des tris très nets dans la taille des particules, plus grossiers à la base, très fins au sommet. Ces tris résultent de la diminution de la capacité des solutions circulant dans la structure. La finesse de ces lits, de moins de 3 mm d’épaisseur, souligne la rapidité des variations de compétence des écoulements. L’observation de plages grano-classées7 inversées suggère que cette unité puisse avoir été le lieu de perturbations mécaniques importantes ayant retourné des agrégats. Ceci peut témoigner d’une activité de curage de la structure, bien qu’aucune plage tassée ni piétinée n’ait été reconnue.

69• Enfin, l’UMS 6 est une combinaison régulière de lits carbonatés fins (cf. UMS 5) et sablo-limoneux (cf. UMS 4), ensuite bioturbée par les racines et les vers de terre. Cette combinaison témoigne de l’alternance d’écoulements lents et de phases de stagnation d’eau au sein de la structure.

70La base du remplissage de la structure 1053 s’est donc constituée très progressivement, par des apports d’écoulements lents et la stagnation de solutions. L’US 1671 alterne en effet des lits plus ou moins épais, carbonatés et argileux (UMS 3, 5) et des lits peu carbonatés sablo-argileux poussiéreux (UMS 4), parfois en alternance rapide (UMS 6). Malheureusement, la faible densité des micro-constituants d’origine anthropique ne permet pas d’identifier des activités spécifiques, qui auraient pu rejeter des déchets dans la structure 1053 ou le réseau de drainage qui s’y connecte. La prédominance d’une sédimentation plutôt liée à la stagnation d’eau qu’à un drainage dynamique peut suggérer que cette structure ait eu une fonction liée à la rétention d’eau. En outre, les quelques traces de perturbation mécanique peuvent suggérer une activité de curage de cette structure.

71Si le faible nombre de micro-constituants d’origine anthropique ne permet pas d’identifier des activités spécifiques pratiquées à proximité de la structure 1053, ces analyses micromorphologiques confortent l’hypothèse d’une fosse-puisard collectant les eaux des fossés 1007 et 1079. Le comblement s’est constitué progressivement par des apports d’écoulements lents et leur stagnation.

Les fossés 1008 et 1021

72Les fossés ouest et sud-ouest de l’enclos de la phase I sont curés et/ou recreusés au début de la phase II.

– Le fossé 1008

73Le fossé 1008, à l’ouest, correspond à un important curage du fossé ouest 1010 précédent. Il mesure 80 m de long pour une largeur moyenne de 1,60 m (d’1,30 m à 2,20 m) et est préservé sur une profondeur comprise entre 0,50 et 0,82 m. À l’instar du fossé 1007, ce fossé présente un profil en U tronqué : le fond est relativement plat et les parois, rarement symétriques, sont évasées et fortement concaves.

74C’est, pour cette phase, le fossé qui a fourni le lot le plus important de céramique, avec 1871 tessons. Sa partie médiane a livré à elle seule l’essentiel de ces tessons, soit 1704. Dans cet ensemble, les éléments morphologiques spécifiques du ier s. sont l’amphore ligérienne de type Chartres 1523, le bord de cruche de type Chartres 3046 (seconde moitié du siècle), le bord de dolium Chartres 1905.1 (seconde moitié du ier-début du iie s) et le bord de jatte à pâte brune de type Chartres 803. Les éléments en faveur d’une datation au iie s. sont le bord de cruche à pâte claire micacée de type Chartres 3411, le bord de pot Chartres 1302, le bord de pot de type Chartres 1130 et un bord de bol Drag. 37 en sigillée de Gaule du Centre.

75Les autres formes céramiques issues des fossés peuvent correspondre aux deux périodes. Ce fossé 1008, dans sa partie riche en mobilier, a en particulier livré les restes d’un vase Chartres 1322.3 à pâte stampienne rouge engobée blanc : cette forme, assez exceptionnelle, s’apparente à la celle des trois vases aux serpents mis au jour dans une cave à Chartres (Joly, Gordon et Simon 2010), mais son état de conservation et la disparité des éléments ont rendu la restitution graphique impossible.

76Une pierre à aiguiser en grès fin, un palet de jeu découpé dans une terre cuite architecturale (diam. = 10,5 cm ; ép. = 2,4 cm) et un fragment de lèvre d’un récipient en verre sodique (bleu transparent) indéterminé proviennent également du fossé 1008 (US 1864).

77Ce mobilier est donc plus abondant dans le tronçon médian du fossé. La quantité et la nature de la céramique (à vocation domestique et culinaire) et la quantité d’ossements animaux suggèrent la proximité immédiate soit d’une habitation, soit d’un dépotoir de surface, rejeté ensuite ici en dépôt secondaire. La présence d’un tel dépotoir induit toutefois aussi l’existence d’un habitat à proximité. Ces deux hypothèses ne peuvent pas être étayées, mais la première reste tout à fait envisageable. Même si aucun vestige archéologique n’atteste la présence de constructions dans ce secteur de l’enclos – ce qui peut être mis sur le compte de la mauvaise conservation générale des structures –, l’emplacement de cette hypothétique résidence, en fond d’enclos et sur son axe médian, serait classique. Les établissements de “ la Saule Ferrée ” à Rivecourt (Oise) et du “ Pierrier ” à Nogent-le-Roi (Eure-et-Loir) présentent des cas de figure similaire, pour lesquels la présence d’une construction à vocation résidentielle a été posée (Fencke 2014 ; Maréchal 2018 : 23).

– Le fossé 1021

78Le fossé 1021, au sud de l’enclos, mesure 50 m de long pour une largeur moyenne de 0,84 m. Il est conservé sur une profondeur comprise entre 0,22 et 0,58 m et présente un profil régulier en V tronqué, à fond plat, parois symétriques, droites et évasées. L’extrémité orientale du fossé est nette et transverse. La même dynamique de comblement a été observée dans ce fossé que celle notée supra pour les fossés 1007 et 1008.

Les celliers 1319 et 1652

79Les éléments qui permettent d’attribuer les structures de stockage 1319 et 1652 (Fig. 17 et 18) à la deuxième phase d’occupation du site sont ténus. L’étude de la céramique de 1319 indique que cette dernière est comblée dans la première moitié du iie s. ap J.-C. mais la structure 1652 n’est pas directement datée, faute de céramique. Cette dernière est toutefois antérieure à une autre structure de stockage, 1157, aménagée quant à elle à la phase III, et a donc probablement été établie au cours de cette deuxième phase.

Fig. 17 - Les structures de stockage 1319 et 1148 : plans et coupes.

Fig. 17 - Les structures de stockage 1319 et 1148 : plans et coupes.

SAP - Département du Loiret

Fig. 18 - Les structures de stockage 1157 et 1652 : plan et coupes.

Fig. 18 - Les structures de stockage 1157 et 1652 : plan et coupes.

SAP - Département du Loiret.

80Creusé dans le calcaire et orienté sur l’ensemble des structures du site, le cellier 1319, légèrement trapézoïdal aux angles arrondis, mesure environ 1,50 m × 1,14 m pour une profondeur conservée de seulement 0,16 m. Le cellier 1652, quadrangulaire, mesure 3,40 × 1,80 m pour une profondeur subsistante d’1 m.

Le bâtiment 9

81La restructuration de l’enclos a conduit à une réorganisation complète de la partie bâtie précédente, ces deux actions étant très probablement concomitantes. Les constructions ES 3 à 6 sont arasées au profit d’une nouvelle construction localisée au sud du fossé 1007, entre ce dernier et les structures de stockage 1319 et 1652. Restituer le plan de ce nouveau bâti (ES 9) est difficile. En effet, même si son existence est attestée par la présence de nombreux trous de poteau qui constituent plusieurs alignements, leur forte densité (122 sur 160 m²) ne permet pas de restituer un plan clair (Fig. 19). La présence de plusieurs alignements rapprochés de trous de poteau – surtout nord-sud, à l’ouest et à l’est –, à défaut de dessiner un plan cohérent, suggère plutôt que ce bâti est maintes fois reconstruit au même emplacement. L’analyse spatiale des vestiges et plus particulièrement de cette concentration de trous de poteau suggérerait – avec difficulté – que ce supposé bâtiment 9 soit attribuable à la phase I de l’établissement (cf. supra). Il est en revanche très vraisemblable que les différents états possibles de ce bâtiment s’échelonnent sur les phases II et III du site, c’est-à-dire durant tout le iie s., voire jusqu’au début du iiie s. On peut ainsi envisager qu’un des états (au moins) du bâtiment 9 soit plus particulièrement en lien avec les fossés 1007 et 1079 – de la phase II de l’établissement – et qu’un autre (au moins) le soit avec le fossé 1137 (phase III).

Fig. 19 - L’ensemble de trous de poteau bâtiment 9, avec les alignements visibles.

Fig. 19 - L’ensemble de trous de poteau bâtiment 9, avec les alignements visibles.

SAP - Département du Loiret

82De plan circulaire, les trous de poteau mesurent entre 0,18 m et 0,54 m de diamètre pour une profondeur conservée comprise entre 0,10 et 0,40 m. La majorité présente des pierres de calage, alors même que moins d’un tiers des sections des trous de poteau montrent un négatif de poteau (d’un diamètre compris entre 0,10 et 0,22 m). Le croisement de ces différents paramètres (taille du creusement, présence ou non d’un négatif de poteau et/ou d’un calage) ne permet en tout cas pas de restituer des plans de bâtiment : par exemple, les trous de poteau qui présentent un négatif du poteau ne forment pas un ensemble cohérent, et il en est de même de ceux conservant leurs pierres de calage.

83La fouille de cet espace bâti a livré peu de mobilier archéologique datant : un tesson de céramique clairement daté du iie s. ap. J.-C. été trouvé dans le comblement du trou de poteau 1278 ce qui, en soi, n’est pas probant. Un as d’Hadrien (117-138) a également été retrouvé au milieu de cette concentration de trous de poteau, à côté du trou de poteau 1545, lors du nettoyage après le décapage (iso 1257, Fig. 19).

Reconfiguration de l’établissement (phase III, seconde moitié du iie s.)

84La phase III (Fig. 20) est définie essentiellement par l’étude du mobilier. La structuration du site à cette phase est difficile à préciser. Elle se manifeste par le creusement du fossé 1137, la probable reconstruction du bâtiment 9, la construction puis l’abandon des structures de stockage 1148 et 1157 et le creusement de la vaste fosse polylobée (“ ensemble de fosses ”) 1156. Au sud, le bâtiment 8 est en outre supposé n’être construit qu’à cette phase. L’enclos fossoyé, toujours présent, tend sans doute à s’effacer du paysage.

Fig. 20 - Plan du site à la Phase III.

Fig. 20 - Plan du site à la Phase III.

SAP - Département du Loiret

Le fossé 1137 et le bâtiment 9

85Construit au début du iie s. en même temps que la restructuration de l’enclos fossoyé (phase II), l’ensemble de trous de poteau suggère par sa densité que le bâtiment 9 a été reconstruit à plusieurs reprises (cf. supra) ; on propose donc de rattacher au moins l’une de ces réfections à cette phase III. Lors de cette dernière, le fossé 1137 y serait accolé à l’est. La corrélation entre l’orientation du fossé, nord-sud, et quelques-uns des alignements de trous de poteau définissant le bâtiment 9, orienté de même, ainsi que leur proximité, témoignent de l’interaction de ces deux structures et donc de leur contemporanéité au moins partielle.

86Observé sur 14 m de long, ce fossé (1137) mesure en moyenne 1,20 m de large. Il est conservé sur une profondeur comprise entre 0,30 m et 0,42 m et présente un profil en cuvette à fond plat irrégulier. Son extrémité nord est arrondie et l’autre extrémité n’a pas été repérée car elle correspond à la vaste fosse polylobée 1156 (cf. infra). Les relations stratigraphiques entre ces deux structures n’ont pu être clairement établies au cours de la fouille (US 1541, 1542 et 1543).

  • 8 Céramique “ noire à pâte rouge ”, de production régionale.

87Fouillées intégralement, les couches d’utilisation du fossé ont livré une importante quantité de mobilier archéologique (pots, marmites, cruches et amphores), qui date son usage de la seconde moitié du iie s. et semble conférer au bâtiment 9 une vocation domestique. Ce fossé 1137 a livré un NR total de 208 tessons dont 17 fragments de bords. La céramique des dépôts inférieurs (US 1537, 1540 et 1542) est assez homogène et présente un corpus morphologique riche. Le faciès céramique est comparable à celui des comblements du fossé 1007, de la phase antérieure, avec l’absence de production spécifique au ier s. (NPR8, terra nigra et sigillée du Sud). Plusieurs formes renvoient au iie s. L’ensemble comprend :

  • 2 bords de type Chartres 1130/pot de type 9 (Chambon et Simon 2014) dont l’un est à pâte brune et l’autre à pâte grise sans doute orléanaise ;

  • 1 pot de type Chartres 1302/pot de type 10 (Chambon et Simon 2014) qui renvoie pour le coup à la seconde moitié du iie s. ;

  • 1 pot à pâte grise de type Chartres 1324 est du iie s. ;

  • 1 fragment de panse carénée est identifié comme appartenant à un vase tripode de type Chartres 808, en raison de sa collerette à profil triangulaire : cette forme apparaît dès le milieu du iie s. ;

  • 1 bord de vase tripode, sans doute de type Chartres 811, a en outre été identifié, apparaissant dès le début du iie s. ;

  • 1 cruche de type Ch.3411 à pâte claire “ orléanaise ” (iie s.) :

  • et encore 29 tessons en sigillée de Gaule du Centre dont 19 tessons et deux bords appartiennent à des coupes en sigillée du Centre de type Drag. 37 (dès le début du iie s.).

88La grande majorité des tessons proviennent de l’US 1542 qui se situe à l’extrémité sud observée du fossé, à la jonction avec la vaste fosse polylobée (NR : 190 dont 15 bords). Cet ensemble comprend donc plusieurs éléments caractéristiques du iie s. Seule la présence de la forme de type Chartres 808 permet sans doute de préciser l’attribution chronologique du fossé 1137 à la seconde moitié de ce siècle.

Une vaste fosse polylobée 1156

89La vaste excavation 1156 ne peut être clairement attribuée à l’une des trois phases déterminées pour cet établissement. Elle se situe au sud-est de l’espace bâti 9, dans le prolongement du fossé 1137. Polylobée, elle mesure dans son amplitude maximale 20 ×16 m. Observée dès le diagnostic en 2003, elle avait été interprétée dès lors comme un ensemble de fosses d’extraction, si bien qu’au cours de la fouille, elle a été fouillée mécaniquement par quarts opposés (Fig. 21).

Fig. 21 - La fosse polylobée 1156 : plan et coupes.

Fig. 21 - La fosse polylobée 1156 : plan et coupes.

SAP - Département du Loiret

– Les données stratigraphiques

90Au vu des données stratigraphiques (dont recoupements de creusements observés), ce vaste ensemble est constitué, au minimum, d’une excavation primitive, estimée à 7 m de diamètre (1744), de cinq fosses secondaires sans doute postérieures, d’un diamètre supérieur ou égal à 3 m (1749, 1664, 1666, 1636 et 1891), ainsi que de plusieurs creusements également secondaires, d’un diamètre inférieur à 1 m (1635, 1617, 1618 et 1619).

91La fosse 1744 semble ainsi être la première à être creusée, ainsi antérieure à tous les autres creusements observés. Largement accrue et déformée par ces derniers, elle est relativement difficile à appréhender. Sa profondeur conservée est d’1,26 m. Son fond est plat mais présente une légère surélévation centrale (de moins de 0,20 m). Seule la paroi occidentale est intacte, établie dans le calcaire, droite et légèrement évasée. Les creusements ultérieurs, observés en coupe, sont d’un diamètre moindre et également moins profonds.

92Chaque fosse identifiée est comblée par une succession de couches de limon argileux compactes et homogènes, bruns à noirs, riches en éléments organiques, contenant de nombreuses inclusions de calcaire, quelques tessons de céramique, des ossements animaux et des fragments de terre cuite architecturale, et de dépôts composés d’argile limoneuse brun noir à grise, compacte, contenant de rares inclusions de calcaire et peu de mobilier archéologique.

– Les données géoarchéologiques (Quentin Borderie)

93Les US inférieures de la fosse principale 1744 (US 1742 et 1743), prélevées en bloc, ont fait l’objet d’analyses micromorphologiques et de mesures des taux de phosphore selon la méthode Mikkelsen (1997). Les caractères macroscopiques de ces unités indiquent un milieu relativement humide, riche en matières organiques, ayant entraîné un appauvrissement en fer (coloration gris clair) et peut-être la formation de cristaux de vivianite (phosphate de fer).

94L’analyse micromorphologique a porté sur un échantillon de 0,17 m de hauteur, prélevé à la base de l’unité 1742 et dans le substrat, échantillon dans lequel deux lames minces ont été réalisées (Fig. 22 et 23).

Fig. 22 - Analyse micromorphomogique de la structure 1156, US 1742 : lame mince partie basse.

Fig. 22 - Analyse micromorphomogique de la structure 1156, US 1742 : lame mince partie basse.

Quentin Borderie

Fig. 23 - Analyse micromorphomogique de la structure 1156, US 1742 : lame mince partie haute.

Fig. 23 - Analyse micromorphomogique de la structure 1156, US 1742 : lame mince partie haute.

Quentin Borderie

95La base de cette stratification est constituée du substrat de marnes (UMS 1 et 2). Les marnes proprement dites sont observables dans l’UMS 1, tandis que l’UMS 2 témoigne de leur structuration par la bioturbation et la percolation de solutions riches en fragments fins de végétaux.

96• En effet, l’unité micro-stratigraphique la plus profonde (UMS 1) est très homogène, massive, constituée d’argiles carbonatées. Elle ne contient aucun micro-constituant identifiable et est seulement marquée par une légère hydromorphie (nodules ferro-manganiques). Cette formation correspond aux marnes indiquées par la carte géologique (Gigot 1978 : 6, 7). Cette hydromorphie, peu marquée, pourrait être liée à la circulation de solutions dans la structure archéologique et ayant percolé dans le substrat.

  • 9 Dont la géométrie peut être décrite par un ensemble plusieurs fois concave.
  • 10 Fragment d’organisme fossilisé.

97• L’UMS 2, épaisse de seulement 4 cm, constitue l’interface entre le substrat stricto sensu et le dépôt situé au fond de la structure excavée sus-jacent. Elle est constituée d’un assemblage de microfaciès carbonatés, l’un argileux (MF1) l’autre argilo-limoneux riche en fragments fins de végétaux (MF2). Le premier faciès (MF1) est similaire aux argiles carbonatées du substrat, tandis que MF2 a une porosité polyconcave9 et se trouve en remplissage de chenaux et de cavités parcourant MF1. MF2 pourrait sans doute être lié à l’effondrement d’une structure agrégée résultant de la bioturbation du fond de la structure. Le caractère très poussiéreux de MF2 est lié aux nombreux fragments fins de végétaux. Cet aspect et la présence de rares fragments d’agrégats sablo-argileux, d’os et de bioclastes10 dans MF2 résultent de la réintégration de matériaux sédimentaires des unités supérieures, dans le substrat, par la bioturbation. Au même titre, des agrégats de marne sont observables dans les unités sus-jacentes. Les indices de percolation de solutions et d’hydromorphie reflètent, ici aussi, l’ambiance humide.

98L’unité 1742 est le résultat du comblement progressif de la structure au cours de son utilisation. Cette dernière fait intervenir une importante quantité de végétaux et de matières organiques phosphatées. En effet, les très nombreux fragments fins de végétaux, déjà observés dans l’UMS 2, constituent la très grande majorité des micro-constituants des unités micro-stratigraphiques 3 et 4. En outre, des imprégnations phosphatées et des cristaux de vivianite (phosphate de fer) sont observables dans l’UMS 4.

  • 11 Trait pédo-sédimentaire caractérisé par une variation de la masse fine (texture, biréfringence) ou (...)

99• Ainsi, l’UMS 3 est interprétable comme le remplissage du fond de la structure. Immédiatement sus-jacente au substrat bioturbé, elle est en effet caractérisée par une accumulation massive, tassée, d’argile sableuse riche en fragments de végétaux, organisée sub-horizontalement et à la porosité vésiculaire à fissurale. Outre des nombreux fragments très fins de végétaux, on y trouve des grains de sables grossiers quartzeux et des agrégats argilo-sableux roulés, isotropes et parfois rubéfiés, provenant sans doute des horizons partiellement décarbonatés de la surface. L’absence de revêtements et la très faible épaisseur des hypo-revêtements11 carbonatés suggèrent que la percolation de solutions puisse avoir été relativement limitée dans cette unité. En outre, l’absence de traits liés à la présence de matières organiques phosphatées tranche avec les dépôts sus-jacents.

100• En effet, l’UMS 4, au-dessus de la précédente, associe aux très nombreux fragments fins de végétaux et de charbons des indices de la présence de matières organiques riches en phosphore. Il s’agit d’imprégnations organo-phosphatées et de cristaux de vivianite. Ceci témoigne de l’emploi intense de végétaux lors de l’usage de la structure. À ces constituants, largement majoritaires, s’ajoutent de rares fragments d’os, de silex et de phytolithes, ainsi que quelques gros agrégats sablo-argileux peu carbonatés. Ces derniers proviennent sans doute des horizons supérieurs décarbonatés des sols environnants. Ces constituants se trouvent dans une structure massive agrégée rythmée par de fins lits sub-horizontaux, qui alternent des argiles sableuses poussiéreuses avec des revêtements argileux micro-lités. Cette structure résulte d’un dépôt progressif de matériaux, ponctué par des épisodes de ruissellement de dynamiques plus ou moins importantes, ensuite restructuré par l’activité biologique. Cette dernière est le témoignage de pauses dans l’accumulation.

  • 12 P2O5 inorganique de 1 353 mg/kg dans la fosse, contre 1 183 mg/kg dans la terre cultivée actuelle e (...)

101Les données de l’étude du remplissage 1742 montrent des teneurs non négligeables en phosphore inorganique12, auxquelles s’ajoute l’observation sur les lames minces de cristaux de vivianite, d’imprégnations phosphatées et, surtout, d’un très grand nombre de restes végétaux.

102Les résultats des analyses de phosphore, selon la méthode mise au point par J. H. Mikkelsen (1997), montrent que le phosphore présent est quasi uniquement inorganique. Ceci est à mettre en relation avec l’observation de cristaux de vivianite sur les lames minces. En outre, ce résultat indique qu’en dépit des très nombreux restes végétaux observés, le phosphore organique est négligeable (moins de 1 %). En revanche, la part inorganique du phosphore (1 353 mg/kg) provenant de la minéralisation de la matière organique est importante. À titre de comparaison, des analyses (méthode Mikkelsen) réalisées dans des “ fosses à fumier ” du xiiie s. à Roissy-en-France (Bell 2009 : 58), ont permis d’y mesurer des teneurs en phosphore inorganique de l’ordre de 3 500 mg/kg, pour une teneur de 100 mg/kg dans le substrat limoneux associé. Des analyses identiques ont été pratiquées à proximité immédiate de l’opération sur le substrat argilo-marneux et l’horizon cultivé actuel (Chamaux 2016). Ils montrent que la teneur en phosphore total de la structure 1744 est de l’ordre de grandeur de celle de l’horizon cultivé actuel (1 183 mg/kg) et souligne son enrichissement par rapport au substrat (532 mg/kg). Ces informations confirment que le phosphore organique (11 mg/kg) est négligeable dans la structure, puisqu’il n’atteint que 160 mg/kg dans l’horizon cultivé actuel et 133 mg/kg dans le substrat.

103L’organisation sédimentaire et les constituants identifiés par l’analyse micromorphologique montrent que le remplissage de la structure s’est fait de manière progressive, rythmé par de petits ruissellements et que son utilisation fait, pour une part très importante, intervenir les végétaux. La nature de ces très nombreux végétaux finement fragmentés est indéterminable. Il s’agit surtout de très petits fragments allongés, de quelques dizaines de micromètres de long, brun très foncé à noir. Cette couleur et leur très grand nombre contribuent sans doute à la teinte générale, brun foncé à noire, des US 1742 et 1741.

– La céramique (Pierre Perrichon)

104• Le creusement 1744 est comblé de trois US identifiées (1741, 1742 et 1743). Ces dernières totalisent un ensemble assez faible de 64 tessons, parmi lesquels cependant une quantité importante de formes (Fig. 24 à 27). Certaines permettent d’attribuer ces dépôts au iie s., avec notamment la présence d’un pot Chartres 1306/1308, courant durant le iie s. (1741.6, Fig. 24) et d’une amphore Gauloise 4 (1741.7, Fig. 24) dans l’US 1741 et celle d’une cruche de type Chartres 3411 (1742.2, Fig. 24) et d’une jatte tripode de type 4 (1742.5, Fig. 24 ; Chambon et Simon 2014) dans l’US 1742. La présence d’un bouchon d’amphore (parfois dit aussi “ amphorisque ”) est suffisamment rare pour qu’on la souligne (1743.1, Fig. 27).

Fig. 24 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1744, US 1741 et 1742.

Fig. 24 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1744, US 1741 et 1742.

Pierre Perrichon

Fig. 25 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1744, US 1738 et 1739.

Fig. 25 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1744, US 1738 et 1739.

Fig. 26 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1156, US 1610.

Fig. 26 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1156, US 1610.

Pierre Perrichon

Fig. 27 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1156, US 1743.

Fig. 27 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1156, US 1743.

Pierre Perrichon

105• Le comblement final commun à tout le grand creusement 1156, couvrant entre autres la fosse 1744 a livré 91 tessons dans l’US 1738 et 51 tessons dans l’US 1739. Les US intermédiaires 1740 et 1737 ne comportent pas de céramique, l’ensemble des formes étant issu des deux US signalées ici.

106La céramique sigillée apporte peu d’éléments de datation. La coupe de type Lezoux 8 (1739.5, Fig. 25) et les coupes Lezoux 43A et 44 (1739.4 et 1738.7, Fig. 25) sont produites sur une longue période s’étalant de la fin du ier s. jusque vers 240 (Brulet, Vilvorder et Delage 2010 : 121).

107Le bord de coupe de type Chartres 821 est petit mais peut être attribué à la phase 4 d’Orléans, datant du milieu du iie s. jusqu’à la fin du iiie s. (1738.3, Fig. 25 ; Chambon et Simon 2014 : 115). Le bord d’amphore à lèvre rectangulaire peut être attribué de la fin du iie s. au début du iiie s. (1738.2, Fig. 25 ; Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 173). La cruche de type Chartres 3406 est ici à considérer comme un élément résiduel (1738.1, Fig. 25) contrairement à la cruche à pâte micacée à lèvre à ouverture plate (1739.1, Fig. 25), qui est proche des types produits dès le iie s.

108Cette association de formes semble permettre d’établir une fourchette chronologique couvrant la fin du iie s. et le début du iiie s.

109• Les US 1610 et 1611 appartiennent à une série de remblais du comblement final du secteur nord-ouest de l’ensemble 1156. Les six tessons issus de la couche 1611 ne permettent pas de proposer de datation. En revanche, l’US 1610 a livré un ensemble important de 226 restes, comportant de nombreux indices typo-chronologiques. Comme dans le comblement final de 1744, ce lot contient des éléments caractéristiques du ier s., ici redéposés, avec notamment un bord d’amphore de type Chartres 2816 (1610.17, Fig. 26), l’amphore à lèvre plate (1610.1, Fig. 26) et probablement le bord de coupe de type Lezoux 14 (1610.14, Fig. 26).

110Le mortier en sigillée de Gaule du Centre de type Lezoux 97 (Curle 21, 1610.15, Fig. 26) établit d’emblée une fourchette chronologique s’étalant au plus tôt du milieu du iie s. au premier tiers du iiie s. Les autres sigillées de Gaule du Centre sont trois exemplaires de coupe Drag. 37 (1610.12a, b et c, Fig. 26) : ces deux bords concernent uniquement la partie supérieure, sans décor moulé, le troisième étant un fragment de panse avec un décor moulé qui, potentiellement, peut correspondre à l’un des deux bords précédents.

111Le bord 1610.10 et éventuellement les bords 1610.16, 1610.4 et 1610.5 (Fig. 26) renvoient à la jatte de type 9 qui fait son apparition vers la fin du iie s. et est largement diffusé tout au long du iiie s. (Chambon et Simon 2014 : 109). Le bord de gobelet à col tronconique court correspond préférentiellement à des contextes du iiie s. (1610.13, Fig. 26). Le bord 1610.9 et sans doute le 1610.8 concernent des pots orléanais de type 10 dont la période de diffusion la plus large est du dernier tiers du iie s. - première moitié du iiie s. (Chambon et Simon 2014 : 106). Le bord d’un vase de grande taille (1610.6, Fig. 26) correspond probablement à la jatte à fond plat de type 2 qui apparaît au cours de la seconde moitié du iie s. et est produit régulièrement au cours du iiie s. (Chambon et Simon 2014 : 110).

112Pour cet ensemble, l’attribution chronologique envisagée couvre donc la fin du iie s. et le début du iiie s.

– Des fosses d’extraction et/ou à fumure/fumières

113Pour cet ensemble de creusements 1156, les données stratigraphiques sont nombreuses. Elles soulignent la complexité des recoupements de ces fosses multiples et la difficulté de les isoler ; il en est de même avec leurs multiples remplissages. Ainsi, la fonction primaire voire secondaire de cet ensemble reste hypothétique.

114La forme polylobée du creusement dans son état final et la nature de certains de ces comblements inciteraient à interpréter ce vaste ensemble de fosses comme une carrière d’extraction de marne calcaire. Ce type de structure est régulièrement identifié sur de nombreux établissements ruraux antiques similaires en Beauce, à Escrennes “ le Chemin de Laas ” ou à Prasville “ Rougemont ”, pour ne citer que deux exemples (Marévaud-Tardiveau 2011 ; De Muylder 2010).

115Les dépôts inférieurs de la fosse 1744 (organiques, brun foncé à noirs), prélevés en bloc et ayant fait l’objet d’analyses micromorphologiques et de mesures des taux de phosphore (cf. supra), montrent des teneurs non négligeables en phosphore inorganique, auxquelles s’ajoute l’observation d’un très grand nombre de restes végétaux, et indique que le remplissage de la structure s’est fait de manière progressive, rythmé par de petits ruissellements, utilisation faisant intervenir les végétaux (indéterminables en l’état) : tout ceci pourrait tendre à suggérer d’autres interprétations fonctionnelles, telles une fumière. Mais déterminer ainsi la fonction (secondaire ?) de l’ensemble de fosse 1156, et plus particulièrement la fosse 1744, renvoie à la difficulté d’identifier avec certitude ce type de structure (Poitevin 2017). Seule la combinaison de plusieurs analyses physico-chimiques permet d’avérer sans réserve cette identification. La fouille de l’établissement agropastoral gallo-romain de La Chapelle-Saint-Nicolas à Saint-Brice-sous-Forêt dans le Val d’Oise en est un bon exemple (Broes et al. 2012 : 6-17, Rouppert, Dufour et Fechner 2011 : 133-142). Il ne semble pas possible, en l’état, de la retenir ici.

Les structures de stockage 1148 et 1157

– Le cellier 1148

116De plan quadrangulaire, le creusement 1148 mesure 1 m de côté (1 m² ; Fig. 18) et est interprété comme un petit cellier. Il est conservé sur moins de 0,30 m de profondeur. Établies dans le calcaire, les parois sont verticales. Le fond est plat mais irrégulier, indice de possibles cupules de calages de récipients de stockages.

117La céramique de ce cellier compte un total (NR) de 141 tessons dont huit bords (Fig. 28). Les 20 tessons épais à pâte brune du Val de Loire conservant quelques traces d’un engobe rouge pourraient appartenir à une amphore à col en entonnoir (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 173-174). La céramique sigillée se compose d’un bord de Drag. 37 (non figuré), un bord de plat/assiette identifié comme étant de type Lezoux 43, l’ouverture étant jugée trop large pour la forme Lezoux 42 (1375.7, Fig. 28). Les bords 1375.1 et 1375.5 n’apportent pas d’indication chronologique particulière mais sont cohérents dans un contexte du iie s. L’attribution chronologique de cet ensemble repose essentiellement sur les bords de pots orléanais de type 9 (1375.2, Fig. 28 ; Chambon et Simon 2014 : 106) et de type 10 (1375.3 et 1375.6 ; ibid.). Le chevauchement des périodes de diffusion de ces deux types de pot privilégie une fourchette chronologique couvrant le troisième quart du iie s., date proposée pour le scellement de cet ensemble.

Fig. 28 - Mobilier céramique provenant du cellier 1148 : US 1375.

Fig. 28 - Mobilier céramique provenant du cellier 1148 : US 1375.

Pierre Perrichon

118Un peson de métier à tisser en terre cuite complet (non figuré) est de forme pyramidale tronquée à quatre pans. Son trou de suspension possède un élargissement de l’ouverture issu du façonnage au moment où le bâtonnet de perforation est retiré. Il pèse 632 g et mesure 97 mm de haut. Sa base rectangulaire (82 × 55 mm) présente des traces noires de chauffe liées peut-être aux gaz de combustion, ou au contact direct avec le combustible, au moment de la cuisson (Blin, Médar et Puybaret 2003 : 166).

– La cave 1157

119• La cave 1157 a été construite après le remblaiement du cellier 1652 (cf. supra, phase II) (Fig. 19). Cette unité de stockage se distingue des précédentes par la présence de parois en pierre, ce qui permet de la définir comme une cave. De plan quasi carré, elle mesure 2 × 1,90 m et est conservée sur 1,90 m de profondeur. Une telle profondeur conservée suggère un bon état de préservation avec une hauteur quasi complète. Elle est orientée selon un axe plutôt nord-sud, similaire au cellier précédent (1148) et d’ailleurs aux fossés de cette phase (au moins 1008 et 1021). Ses parois sud et est sont renforcées par des murs de pierres et de blocs de calcaire, rendus nécessaires pour contenir les terres de comblement du cellier 1652. Ces murs sont constitués d’un seul parement interne et d’un blocage de pierres calcaires de divers calibres liés au mortier à base d’argile blanche (marne). Ils ne sont pas chaînés entre eux. Les premières assises, posées sur un emmarchement ménagé dans le creusement du substrat calcaire et haut de 0,30 m, sont constituées de gros blocs de calcaire (d’un calibre compris entre 30 et 40 cm de côté) et les suivantes de pierres d’un calibre inférieur, d’environ 25 × 10 cm.

120Quatre petits creusements marquent le fond de la structure, placés dans les angles nord-ouest (0,34 m de diamètre pour seulement 0,08 m de profondeur), nord-est (deux fosses, plus importantes, respectivement de 0,44 m et 0,36 m de diamètre pour 0,12 m et 0,10 m de profondeur) et sud-est (0,34 m de diamètre pour un peu moins de 0,05 m de profondeur).

121Le fond de la cave est recouvert d’une fine couche d’utilisation (US 1734) de seulement 0,06 m d’épaisseur, qui se compose d’argile limoneuse brun foncé, meuble et homogène, contenant des inclusions de charbon de bois et quelques amas, écrasés sur place, de tessons (fin du iie s.). Elle est ensuite en partie scellée par une importante couche de pierres et de blocs de calcaires qui proviennent de l’effondrement des murs (US 1733 et 1480). Enfin, après la destruction des maçonneries, la cave est utilisée comme fosse-dépotoir à la fin du iie s.-début du iiie s. (US 1473 à 1479, 1642 et 1643).

122• L’US 1734 d’utilisation de la cave 1157 compte 54 tessons. Une jatte orléanaise, sans doute à fond plat, correspond au type 2 qui apparaît au plus tôt au milieu du iie s. (1734.3, Fig. 29 ; Chambon et Simon 2014 :110). Le bord de pot de type 13 à pâte grise orléanaise à lèvre ronde épaisse est un type diffusé dès la fin du iie s. (1734.2, Fig. 29 ; Chambon et Simon 2014 : 106). Le bord de cruche de type Chartres 3421 à pâte claire micacée est un type apparaissant également dès la fin du iie s. (Sellès 2001 : 206-207). L’association de ces différents éléments permet de proposer pour cet ensemble une date-plancher (TPQ) vers la fin du iie s. La date-plafond est plus difficile à établir mais peut s’appuyer sur l’attribution chronologique des comblements finaux de la structure (ci-après).

Fig. 29 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1643 et 1734.

Fig. 29 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1643 et 1734.

123Les dépôts de démolition qui scelle la couche d’occupation ne contiennent pas de céramiques, contrairement aux unités stratigraphiques du comblement final, correspondant à dépotoir sans doute secondaire (US 1643, 1473, 1642/1473, 1474, 1475, 1476 et 1479). Celles-ci totalisent un NR de 273 tessons dont 28 bords. Cet ensemble comprend :

  • quelques bords d’amphore du ier s. ap. J.-C. : d’une amphore régionale à pâte claire de type Chartres 1509/Gauloise 2 (1642/1473.1, Fig. 30 ; Sellès 2001 : 144 ; Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 163), d’une Gauloise 3, même si le profil ne permet pas d’observer l’inflexion basse propre à cette forme (1474.2, Fig. 31 ; Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 164), et d’une ligérienne à lèvre plate (1473.3, Fig. 30 ; Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 164) ;

  • le reste des formes de ces dernières US est plutôt cohérent mais la céramique sigillée est rare : un bord de gobelet de type Drag. 33/Lezoux 36, reconnaissable en raison de son sillon médian, sa panse oblique et droite, et un léger décrochement interne à sa lèvre (1643.4b, Fig. 29 ; Bet et Delor 2000), et d’un bord de Drag. 37 (1643.4a) ;

  • cet ensemble assez fragmenté comprend de nombreux bords en céramique commune ainsi qu’une forme archéologiquement complète (1479.1, Fig. 31) et une autre partiellement restituable (1642/1473.7, Fig. 30) : il s’agit tout d’abord de deux bords de jatte orléanaise de type 2 qui apparaît dès le milieu du iie s. et devient plus fréquent au cours du iiie s. avant de décliner vers la fin du iiie s. (1643.2 et 1734.3, Fig. 29) ; il comporte également un bord de plat tripode orléanais de type 3 (1642/1473.3, Fig. 30 ; Chambon et Simon 2014 :111), un bord assez similaire qui pourrait correspondre à la même forme (1479.2, Fig. 31), deux probables bord de jatte tripode de type 9 (1473.2 et 1643.3, Fig. 30, Fig. 29 ; Chambon et Simon 2014 :109), un bord d’amphore ligérienne à lèvre rectangulaire (1474.3, Fig. 31 ; Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 173), un bord de pot orléanais de type 10 (1642/1473.4, Fig. 30 ; Chambon et Simon 2014 : 106), trois bords de pot orléanais s’approchant du type 11 (1474.4, 1476.1, Fig. 31 et 1642/1473.5, Fig. 30 ; Chambon et Simon 2014 :106) et trois bords de pot de type 13 (“ 1642/1473.4 ” et 1642/1473.7, Fig. 30 et 1474.1, Fig. 31 ; Chambon et Simon 2014 : 106).

Fig. 30 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1473 et 1642/1473.

Fig. 30 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1473 et 1642/1473.

Pierre Perrichon

Fig. 31 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1474, 1475/1476, 1476 et 1479.

Fig. 31 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1474, 1475/1476, 1476 et 1479.

Pierre Perrichon

124Parmi ces vases, l’association de formes la plus pertinente permettant de proposer une attribution chronologique à cet ensemble concerne les pots de type 10, 11 et 13 (Chambon et Simon 2014). Ils permettent de proposer une datation de la fin du iie s.-début du iiie s.

125• Quant au reste du mobilier, un ensemble de 31 artefacts est issu de cette cave 1157. Il comprend notamment un fragment de mortier tripode en pierre, une pierre à aiguiser et, en fer, une dizaine de clous de type menuiserie, deux clous de charpente, un fragment de forces, une clarine et différentes tiges et plaques indéterminées.

126Le mortier tripode est en grès du Berry, représenté par deux fragments jointifs mis au jour dans les comblements de deux structures distinctes (comblements qui peuvent ainsi être considérés comme contemporains) : la cave 1157 et la fosse 1153. Son diamètre estimé est de 38 cm et sa profondeur interne d’au moins 9 cm. Seul subsiste le départ d’un pied brisé. Ce type de mortier en pierre est connu régionalement pour la période antique (4 découverts à Chartres : Le Cinéma, Les Enfants du Paradis), en Aquitaine et en région nantaise (5 dans l’agglomération de Rezé : Polinski 2009 : 197).

127La clarine ou sonnaille en tôle de fer a été découverte dans la couche d’utilisation (Fig. 32). Sa caisse de résonance en tôle de fer est de forme pyramidale tronquée à base rectangulaire et équipée d’une bélière formant goupille dont les pointes percent la languette de la caisse à proximité de l’anneau de suspension. Un battant complet, également en fer, y est suspendu. C’est la technique du fer riveté qui semble avoir été utilisée pour la mise en forme de la caisse (Homo-Lechner 1996). Le schéma de fabrication qui a pu être appréhendé montre que les quatre pans des parois latérales de la panse ont vraisemblablement été fixés à la languette de renfort des épaules par rivetage au niveau de leur base. La surface extérieure de la caisse et de l’anneau de suspension est recouverte d’une fine couche de cuivre. Celle-ci permet de donner de la résonnance et d’étanchéifier les jointures tout en protégeant le fer de l’oxydation. À noter que la surface des pointes de la bélière qui ressortent du cerveau de la sonnaille ne semble pas avoir subi ce traitement : il pourrait s’agir d’une réparation – car c’est bien souvent l’anneau de suspension qui fait office de porte-battant –, sinon d’une pratique encore en cours au xxe s. chez les sonnaillers (fabricants de sonnailles). Les sonnailles, martelées afin que leur sonorité corresponde aux exigences des bergers et éleveurs, étaient en effet habituellement vendues sans battant. Les bergers les équipaient eux-mêmes d’un battant de leur fabrication, alors plutôt en bois. Les dimensions réduites de cette clarine la rattacheraient à des ovins ou caprins.

Fig. 32 - Clarine en tôle de fer de la cave 1157.

Fig. 32 - Clarine en tôle de fer de la cave 1157.

Yannick Mazeau

Le bâtiment 8

128L’attribution du bâtiment 8 (Fig. 33) à la phase III est incertaine. En effet – en termes d’éléments de datation –, un seul tesson de céramique, peu datant (ier-iie s.), concerne ce bâtiment, et encore est-il issu du comblement de la tranchée de récupération de son mur est. Un argument nous pousse cependant à envisager cette hypothèse de datation.

Fig. 33 - Plan et coupe du bâtiment 8 à fondation de pierre.

Fig. 33 - Plan et coupe du bâtiment 8 à fondation de pierre.

SAP - Département du Loiret

129Le bâtiment 8 est en effet la seule structure orientée NO-SE, distincte de l’orientation générale, plutôt nord-sud et est-ouest, donnée par les enclos fossoyés des deux premières phases, les bâtiments des deux phases précédentes répondant exactement à l’orientation définie par ces fossés d’enclos. La céramique issue des fossés d’enclos suggère que ceux-ci tendent à s’effacer du paysage de plus en plus au cours du iie s. et à ne plus servir de marqueur spatial. L’orientation du bâtiment 8 correspondrait à cet effacement.

130Ce bâtiment mesure 15 × 7,5 m, soit 135 m² hors tout. Les murs pignons présentent une avancée de 3 m de long vers le nord. Celles-ci pourraient être identifiées aux vestiges des murs latéraux (murs-bahuts/solins) d’une galerie de façade d’une superficie de 45 m². Située sur le grand côté nord-est, cette galerie matérialiserait ainsi la façade principale de l’édifice.

131Le mur ouest (1306) a été intégralement récupéré, fondation incluse, de même qu’en grande partie les trois autres murs, nord (1598), est (1597) et sud (1596). Les fondations en tranchée étroite mesurent entre 0,66 m et 0,80 m (moyenne 0,75 m) de large pour une profondeur conservée comprise entre 0,20 m (moitié occidentale plus arasée) et 0,50 m. Les cotes de fond des tranchées de fondation sont relativement constantes, ne variant que d’une douzaine de centimètres. Les semelles de fondations conservées se composent d’un dense radier de pierres calcaires de différents modules (d’un calibre moyen d’0,10 m de côté), liées avec un sédiment argileux brun foncé contenant de rares inclusions de gravillons calcaires.

132Les tranchées de récupération de mur sont légèrement plus larges que celles de fondation. Les cotes de fond de ces tranchées de récupération correspondent en revanche aux fonds des précédentes, sans surcreusement. Les plus grosses pierres calcaires des semelles de fondation ont été presque systématiquement récupérées, les plus petites et le sédiment argileux de liaison étant rejetés dans les tranchées.

133À la suite du diagnostic archéologique de 2003, le bâtiment 8, dégagé aux trois-quarts, mettant en évidence une couche de fragments de terre cuite architecturale circonscrite à l’intérieur (US 1592), n’a été remblayé qu’à la fin de l’année 2010. Ainsi laissé à découvert des années durant, ce dépôt de terre cuite architecturale s’est dégradé (désolidarisation des fragments de terre cuite architecturale entre elles et de l’enrobant), si bien qu’en 2012, son décapage a été très problématique, rendant difficile, voire impossible, le maintien de ce dépôt en place. La fouille de sa partie subsistante sur une bande d’1,50 m de large dans le sens de la largeur du bâtiment a permis d’établir qu’elle est composée exclusivement de tuiles (tegulae et d’imbrices), complètes et fragmentées, en vrac, associées à quelques clous de menuiserie, sur une épaisseur maximum de 0,10 m. Ce dépôt a été identifié, au cours de la phase terrain, à la toiture du bâtiment effondrée in situ. Malheureusement non conservés à l’issue de la fouille, ces éléments n’ont pu faire l’objet d’aucune étude qui aurait notamment permis d’apporter des arguments sur ce point.

134Sous ce dépôt de terre cuite architecturale, une couche de limon argileux, brun clair à orangé, compact (US 1593) a été dégagée. Durant la phase terrain, on a émis l’hypothèse que cette couche de limon argileux corresponde au sol intérieur du bâtiment. L’étude micromorphologique (Q. Borderie) semble conforter cette hypothèse.

135Cette analyse a porté sur cette unité stratigraphique 1593 et sur la partie supérieure du substrat (Fig. 34 et 35). Les échantillons (lames minces) sont examinés ici de bas en haut.

Fig. 34 - Analyse micromorphologique de l’US 1593 du bâtiment 8 : lame mince, partie basse.

Fig. 34 - Analyse micromorphologique de l’US 1593 du bâtiment 8 : lame mince, partie basse.

Quentin Borderie

Fig. 35 - Analyse micromorphologique de l’US 1593 du bâtiment 8 : lame mince, partie haute.

Fig. 35 - Analyse micromorphologique de l’US 1593 du bâtiment 8 : lame mince, partie haute.

Quentin Borderie

136• À la base, l’unité micro-stratigraphique (UMS) 1, située directement sous l’US 1593, est caractéristique du substrat marneux naturel. Toutefois, les plages argileuses très carbonatées ne sont pas homogènes et semblent résulter d’un remaniement des marnes par la bioturbation. Les chenaux comblés sont nombreux et les nodules ferro-manganiques ne sont pas en position initiale. L’absence de tout indice lié à la présence humaine dans cette UMS suggère qu’il puisse s’agir d’une formation indépendante du dépôt de l’US 1593.

  • 13 Conservation par des dépôts de calcite de la forme des cellules racinaires dégradées et disparues.

137• Dans l’UMS 2, sus-jacente, l’assemblage d’un microfaciès propre à l’UMS 1 à un autre propre à l’UMS 3 témoigne du caractère d’interface de cette unité. Il s’agit, en effet, d’une association de plages argileuses très carbonatées dont la masse fine est similaire à celle de l’UMS 1 et de plages argilo-limoneuses à la masse fine similaire à l’UMS 3. L’agencement de ces deux microfaciès, selon des chenaux sub-verticaux, comme la présence de pseudomorphoses13 de racines, montre que cette interface graduelle est le fait d’une bioturbation.

138• Les caractères de l’UMS 3 incitent à l’interpréter comme un aménagement en terre malaxée et mis en place à l’état boueux (terre battue) (Courty, Goldberg et Macphail 1989 : 119-120 ; Cammas 1994 : 189). En effet, les micro-constituants (dont de rares fragments de terre cuite) sont roulés et répartis de manière homogène dans le sédiment, la porosité est principalement vésiculaire (bulles d’air piégées dans la préparation) et présente des fissures liées à la dessiccation. Les chenaux liés à la bioturbation, dans lesquels se trouvent des cellules racinaires calcifiées (pseudomorphoses), sont postérieurs à la mise en place de ce dépôt. Ils recoupent en effet les fissures et vésicules et sont similaires à ceux identifiés dans l’UMS 2.

139• Enfin, l’UMS 4, au sommet, est le résultat d’un tassement superficiel de la précédente (UMS 3), puis de sa bioturbation. La structure est très fermée, exceptées quelques fissures et vésicules écrasées ou aplaties. Les gros pores revêtus de calcite aciculaire (Bullock et al. 1985 : 70-71) sont le résultat de l’activité des lombrics (agrégats mamelonnés, Bullock et al. 1985 : 137) et de la percolation de solutions carbonatées, provenant sans doute des horizons supérieurs. Cette bioturbation est postérieure au tassement puisque ces pores recoupent les fissures et vésicules.

140L’US 1593, située sous un dépôt compact de tuiles (US 1592), présente donc les traits d’une préparation de sol construit, anthropique. Les très rares constituants d’origine anthropique qui s’y trouvent sont de petits fragments de terre cuite roulés et le mobilier d’occupation est donc quasi totalement absent ; ceci ne peut donc pas renseigner sur les possibles activités pratiquées dans le bâtiment.

141En outre, entre le sommet de cette préparation de sol argilo-limoneuse et le dépôt de fragments de tuiles, aucune US de fréquentation proprement dit (présence de mobiliers, restes organiques…) n’a été observée. Et les traits liés au piétinement de couches accumulées et structurées par la fréquentation d’un espace, tels que les agrégats roulés, les lits fins superposés, les matériaux fragmentés en place ou intégrés dans les couches sous-jacentes ( et al. 1993), sont absents. Cette absence pourrait être le fait d’une érosion, mais les traits de tassement sont assez bien marqués pour assurer que l’UMS 4 est située immédiatement sous un éventuel niveau de fréquentation (fissuration, écrasement des vides et des agrégats). Les larges chenaux aux revêtements de calcite aciculaire semblent être les seuls témoins d’une restructuration de cette US ; or ils sont très certainement liés à des processus postérieurs à l’abandon du bâtiment. L’étude micromorphologique souligne l’absence de dépôt d’occupation. Sans doute faut-il penser, dans ce bâtiment, à une activité laissant peu de traces et/ou à des nettoyages réguliers durant son fonctionnement.

142Grange, étable, habitation, toutes ses fonctions sont possibles et peut-être simultanées, même si (cf. supra) au moins stabulation et habitat auraient dû laisser plus de traces. Un tel bâtiment, assez atypique, peut être polyvalent et plurifonctionnel, même si le plan n’est pas assez caractéristique pour y identifier une grange “ beauceronne ” classique (Ferdière, Gandini et Nouvel 2017 : 157-180).

Synthèse et conclusion

143Installé vers le milieu du ier s. ap. J.-C., l’établissement agropastoral de “ Villeneuve ” perdure jusqu’au début du iiie s. Au cours de ce siècle et demi, au moins, d’occupation, le site connaît trois phases distinctes :

  • la première (milieu du ier s.) correspond à l’implantation de l’établissement, avec le creusement d’un enclos fossoyé quadrangulaire d’1,4 ha dans la partie occidentale duquel sont notamment construits des bâtiments (de possible stabulation) (bâtiments 3 à 6) autour d’une cour ES 5 ;

  • la deuxième phase (première moitié du iie s.), correspond à une restructuration de cette partie occidentale de l’enclos fossoyé et de l’espace bâti, avec la destruction des précédents bâtiments au profit d’un nouveau ;

  • la troisième phase (seconde moitié du iie s.-début iiie s.) pourrait correspondre, entre autres, à la construction de l’unique bâtiment maçonné du site (bâtiment 8).

144Ce phasage du site est essentiellement fondé sur l’analyse spatiale des vestiges et l’étude de la céramique. Cet établissement se caractérise en effet par une faible densité de vestiges n’ayant que peu, voire pas de relations stratigraphiques entre elles.

145La fouille a permis l’identification de douze bâtiments. Au cours de la première phase, les cinq structures (ES 3 à 6 et le cellier 1194) sont regroupées autour d’une cour (ES 5) dans l’angle nord-ouest de l’enclos. Le mobilier retrouvé dans les dépôts du cellier 1194 atteste également la présence d’au moins un bâtiment à vocation résidentielle (qui n’a pas été formellement identifié). Cet établissement est intégré aux réseaux d’échanges locaux, régionaux et supra-régionaux, comme le montrent le mobilier en céramique produit dans le Val de Loire et la céramique fine et sigillée du centre de la Gaule, mais également les amphores de Gaule du Sud, la céramique peinte gallo-romaine dite de Roanne (rare sur dans la partie sud de la cité carnute) et le mobilier en verre.

146La restitution des plans des bâtiments sur poteaux plantés 3, 4 et 6 reste hypothétique. Aménagés le long de la cour, au nord, ils peuvent soit correspondre à trois constructions de taille équivalente, soit constituer un unique bâtiment. Le bâtiment 5, à l’ouest, également sur poteaux, présente des proportions similaires. Leur fonction n’est pas clairement définie. Cependant, le rapport longueur/largeur du bâtiment 5 et du potentiel bâtiment regroupant les ES 3, 4 et 6 pourrait suggérer une fonction de stabulation. Récemment, V. Rouppert rappelait que “ seuls quelques bâtiments de stabulation ont fait l’objet d’analyses croisées entre l’observation des vestiges immobiliers ou mobiliers et des études fondées sur des marqueurs micromorphologiques, géochimiques ou biologiques ” (Rouppert 2017 : 525-548). Il aurait été, en effet, intéressant de confronter cette hypothèse, élaborée au cours de la post-fouille, à des analyses des sédiments (pollution en phosphore) dans et autour de ces bâtiments. Ces dernières auraient permis d’étayer ou d’infirmer ici cette interprétation fonctionnelle. La configuration de l’enclos fossoyé (deux grands espaces vides de structure au sud de la cour et à l’est du chemin, susceptibles d’être interprétés comme une zone de parcage de bétail – sinon comme espace de culture –, pourrait dans une certaine mesure renforcer l’idée que ces bâtiments correspondent à de la stabulation et souligner le caractère pastoral de l’établissement qui serait au moins en partie tourné vers l’élevage, ce que semble aussi indiquer la découverte de deux sonnailles.

147La destruction de l’ensemble architectural de la phase I et l’aménagement de nouvelles constructions (bâtiment 9, celliers 1319 et 1652) dans un enclos fossoyé reconfiguré suggèrent que les activités premières de l’exploitation (élevage ?) pourraient alors être modifiées. Au cours de la phase II, le bâtiment 9, sur poteaux, est construit à immédiatement au sud du bâtiment 5. Il n’a pas été possible d’en restituer le plan exact, au vu de la densité des trous de poteau. Néanmoins, il semble ressortir de cette concentration deux observations : d’un côté, les alignements de poteaux perceptibles indiquent que ce bâtiment connaît plusieurs états dont un appartient probablement à la phase suivante (phase III) ; de l’autre, il est très probablement de forme quadrangulaire compacte. Sa fonction, qui a pu évoluer au cours de son siècle d’existence, n’a pas été déterminée. La présence de mobilier en céramique à caractère domestique provenant des dépôts du fossé 1137 attenant à l’est pourrait lui conférer, entre autres, une fonction d’habitat. Un second bâtiment à fonction résidentielle est supposé en fond d’enclos, le long du fossé ouest 1008, sur une argumentation identique, l’importante quantité de céramiques qui y a été retrouvé. Cependant, outre ce mobilier, ce dernier n’est attesté par aucun vestige immobilier ou structurel. Cette absence, également observée sur d’autres sites (“ la Saule Ferrée ” à Rivecourt, Oise ; le “ Pierrier ” à Nogent-le-Roi, Eure-et-Loir) pose question quant à l’aspect de ces bâtiments résidentiels de fond d’enclos et aux matériaux et techniques de construction employés. Le creusement du cellier 1194 (phase I) est délimité par un solin de pierres sur lequel devaient être montés des murs en adobe ou en bauge. Elle n’a été perçue que grâce aux dépôts de matériaux de démolition contenus dans la fosse du cellier. Il est donc possible de supposer que le bâtiment résidentiel en fond d’enclos de la phase II ait été lui aussi construit sur solin de pierres (ou mur bahut, supportant une sablière basse) et adobes (ou bauge), matériaux qui n’ont laissé aucune trace.

148À l’instar du mobilier issu des dépôts du cellier 1194 et des fossés d’enclos de la phase I, la céramique provenant de ceux des fossés de l’enclos 1007 et 1008 démontre que cet établissement rural est toujours inscrit dans les réseaux d’échanges locaux, régionaux et supra-régionaux (amphores ligériennes et de Bétique, céramique fine engobée et sigillée du Centre de la Gaule, et céramique à pâte grise “ orléanaise ”). La présence d’un vase de type Chartres 1322.3 à pâte stampienne rouge engobé blanc est surprenante en contexte rural, d’autant plus dans une modeste exploitation.

149Au milieu du iie s., le bâtiment 9 est donc probablement reconstruit et les celliers 1319 et 1615 sont abandonnés au profit du cellier 1137 puis de la cave 1157 (phase III). Le bâtiment maçonné ES 8 est probablement construit au cours de cette phase. Le mobilier retrouvé dans les dépôts du fossé 1079 et dans la cave 1157, entre autres, témoigne des pratiques domestiques (cuisine et stockage), artisanales (peson de tisserand) et agropastorales (clarine). L’établissement est toujours intégré aux réseaux d’échanges régionaux et supra-régionaux, même si ces derniers semblent être moins présents qu’aux deux périodes précédentes.

150La question soulevée par la nature du vaste ensemble de fosses 1156 – qui semble concerner plusieurs phases – n’est pas résolue. Fosse d’extraction de marne ? Mare, voire possible fumière ? Avec fonction secondaire différente ? Elle renvoie à la difficulté d’interpréter ce genre de structure et à la facilité à les interpréter comme de simples fosses d’extraction (ce qu’elles peuvent être à l’origine).

  • 14 Ce site est en cours de fouille (2019-2020).

151Cette modeste exploitation, localisée à seulement 700 m à l’ouest de la voie romaine de Chartres-Autricum à Orléans-Cenabum par Allaines, se trouve à 47 km de cette première ville et à 20 de la seconde, l’agglomération secondaire d’Allaines se situant à 13 km au nord-nord-ouest (Jalmain, Ollagnier et Sellès 2016 : 141-146). La petite agglomération routière du “ Moulin d’Auvilliers ” (station routière) se trouve à seulement 2 km au sud (Ferdière 2016 : 383-385). La proximité de la ville ligérienne d’Orléans se ressent dans la forte proportion de céramique provenant de ce secteur géographique et plus généralement du Val de Loire. L’établissement agropastoral de “ Villeneuve ” se situe à moins d’1 km de deux autres établissements agropastoraux antiques, “ la Fromagée ” au nord et “ la Route de Patay ”-“ Chemin de Chartres ” à l’est. Ces trois établissements de dimensions modestes sont a priori au moins en partie contemporains. Le second, vraisemblablement fondé à La Tène finale, perdure au Haut-Empire (Landreau et al. 2010 : 31-61)14. Créé durant l’époque augustéenne, le premier périclite dans le courant du iiie s. (Noël 2011 : 108-138 ; David et Sarreste 2018, vol. 2). Ce dernier, d’une superficie légèrement supérieure à celle de l’établissement de “ Villeneuve ”, se distingue également de celui-ci par la présence d’un grenier maçonné qui témoignerait d’une spécificité de l’établissement (importance de la production céréalière) (David et Sarreste 2018, vol. 2 : 204). À l’issue de la fouille du site de “ la Route de Patay ” - “ Chemin de Chartres ”, on sera peut-être en mesure de déterminer si ces trois établissements, dans ce même terroir, présentent des spécificités propres et en tout cas de quelles manières ils participent au maillage de ce secteur de Beauce en territoire carnute et à son exploitation au Haut-Empire.

Haut de page

Bibliographie

Aubourg-Josset et Josset 1996

Aubourg-Josset V. et Josset D. - Artenay “ Chemin de Poupry ” “ Autroche ” (ZAC du Moulin) (45 008 025 AH) (Loiret), DFS d’opération de sondage archéologique, Afan/SRA Centre, Orléans, 21 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Baize et Jabiol, 2011

Baize D. et Jabiol B. - Guide pour la description des sols, Savoir faire, Quae, Paris.

Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005

Barthélemy-Sylvand C., Chambon M.-P. et Couvin F. - Les amphores ligériennes en région Centre (Carnute, Turon, Biturige), de la période augustéenne à la fin de Haut Empire, in : SFECAG, Actes du Congrès Blois (5-8 mai 2005), Marseille : 159-176.

Bell 2009

Bell A. - Les traces organiques des activités humaines : caractérisations micromorphologiques et chimiques sur les sites de Roissy-en-France (Moyen-Âge - Époque moderne) (Mémoire de Master 2), Archéologie et Environnement, Université de Paris I, Paris.

Bet et Delor 2000

Bet Ph. et Delor A. - La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire. Révision décennale, in : SFECAG, Actes du Congrès de Libourne (1er-4 juin 2000), Marseille : 461-484.

Blin, Médard et Puybaret 2003

Blin O., Medard F. et Puybaret M.-P. - Fils et pesons : éléments pour une approche des techniques de tissage en Gaule romaine du Nord, Revue Archéologique de Picardie, 1-2 : 157-176.

Borderie 2015

Borderie Q. - Cadre géologique et géomorphologique, in : Noël, J.-Y. - Poupry (Centre - Eure-et-Loir) Lieu-dit “ Vers Artenay ”. Un habitat ouvert du Hallstatt final et de la fin de La Tène ancienne. Zone d’activité interdépartementale d’Artenay-Poupry, Service de l’archéologie du Conseil départemental d’Eure-et-Loir, Chartres : 25-36 (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Broes et al. 2012

Broes F., Clavel V., De Clercq W., Fechner K., Rouppert V. et Vanmoerkerke J. - À la recherche des espaces de stabulation, étude pluridisciplinaire d’habitats du Néolithique au Moyen Âge dans le nord de la France, Archéopages, 35 : 6-17.

Brulet, Vilvorder et Delage 2010

Brulet R., Vilvorder F. et Delage R. - La céramique romaine en Gaule du Nord, dictionnaire des céramiques, la vaisselle à large diffusion, Brépols, Turnhout, 464 p.

Bullock et al. 1985

Bullock P., Fedoroff N., Jongerius A., Stoops G. et Tursina T. - Handbook for soil thin section description, Waine Research Publications, Wolferhampton.

Calvo 1983

Calvo J.-M. - La fouille de sauvetage d’un site d’époque gauloise à “ Villeneuve ” commune d’Artenay (Loiret), Bulletin du Groupe Archéologique et Historique de la Région d’Artenay, 14 : 2-5.

Cammas 1994

Cammas C. - Approche micromorphologique de la stratigraphie urbaine à Lattes : premiers résultats, in : Lattara 7, ARALO, Lattes : 181-202.

Capron et Lécuyer 2011

Capron F. et Lecuyer S. - Des occupations de la Préhistoire ancienne, de l’époque gauloise et de l’Antiquité, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, Orléans, 150 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Chamaux et al. 2011

Chamaux G., Dieu Y., Noël J.-Y., Payraud N., Secgi-Sapowicz S. et Sellès H. - Poupry (Centre - Eure-et-Loir) “ Villeneuve ” et “ Vers Artenay ”, Aménagement de la Zone d’activité interdépartementale d’Artenay-Poupry, Rapport de diagnostic archéologique, Service d’Archéologie du Conseil Département d’Eure-et-Loir, Chartres, 285 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Chambon 2005

Chambon M.-P. - Les répertoires du sud de la cité carnute : l’exemple de la ville antique d’Orléans, in : SFECAG, Actes du Congrès Blois (5-8 mai 2005), Marseille : 273-282.

Chambon et Simon 2014

Chambon M.-P. et Simon J. - L’évolution de la batterie de cuisine à Chartres et Orléans: regards parallèles, in : SFECAG, Actes du congrès de Chartres (29 mai-1er juin 2014), Marseille : 99-120.

Chevillot 1982

Chevillot Ch. - Vases peints de type “ Roanne ” découverts à Périgeux (Dordogne), Revue Archéologique du Centre de la France, 21-2 : 107-111.

Courty et Fédoroff 2002

Courty M.-A. et Fédoroff N. - Micromorphologie des sols et des sédiments archéologiques, in : Miskovsky J.-C. (dir.) - Géologie de La Préhistoire. Association pour l’étude de l’environnement géologique de la Préhistoire (1re éd. 1987), Paris : 511-554.

Courty, Goldberg et Macphail 1989

Courty M.-A., Golberg P. et Macphail R.-I. - Soil and Micromorphology, Archaeological Research, Cambridge University Press, New York.

Couvin 2005

Couvin F. - Premier aperçu de la céramique du Val de Loire au ier s. de notre ère au regard des fouilles récentes des secteurs d’Orléans, Blois et Tours, in : SFECAG, Actes du congrès de Blois (5-8 mai 2005), Marseille : 99-138.

David 2004

David C. - Les “ terres noires ” : outils méthodologiques, propositions analytiques et perspectives à partir de quelques exemples de sites à “ terres noires ” de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge du nord de la France, in : Verslype L. et Brulet R. (dir.) - Dark Earth - Terres Noires, Actes de La Table Ronde de Louvain-La-Neuve, Université catholique de Louvain, Centre de Recherches d’Archéologie Nationale, Louvain-la-Neuve : 12-31.

David et Sarreste 2018

David A. et Sarreste Fl. (dir.) - Poupry (28), La Fromagée/Les Hernies. Une occupation mésolithique, une nécropole de l’âge du Fer et un établissement gallo-romain, 3 vol., Éveha ; vol. 2/3 - Résultats scientifiques (suite et fin), 550 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

De Muylder 2011

De Muylder M. - Un établissement rural antique le long de la voie Orléans-Chartres, Prasville “ Rougemont ”, Eure-et-Loir, Rapport d’opération de fouille archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, Orléans, 250 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Fechner, Langohr et Devos 2004

Fechner K., Langohr R. et Devos Y. - Archaeopedological checklists. Proposal for a simplified version for the routine archaeological record in Holocene rural and urban sites of Nord-Western Europe, in : Carver M.O.H. (dir.), Digging in the Dirt: Excavations in a New Millennium, British Archaeological Reports, International Series, Oxford : 240-256.

Fédoroff et Courty 1992

Fédoroff N. et Courty M.-A. - Organisation du sol aux échelles microscopiques, Document Ronéotypé, INA-PG, Département des sols.

Fencke 2014

Fencke E. - Nogent-le-Roi (Centre – Eure-et-Loir) Lieu-dit “ Le Pierrier ” Une occupation rurale de La Tène finale au ive s. ap. J.-C., Déviation routière de Nogent-le-Roi (tronçon AB), Rapport de diagnostic archéologique, vol. 1 - Études, Service d’Archéologie du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, Chartres, 258 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Ferdière 2016

Ferdière A. - Artenay “ Moulin d’Auvilliers ”, in : Cribellier C. (dir.), Agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire, Vol. 3. 106 notices archéologiques et synthèse, 63e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours : 383-385.

Ferdière, Gandini et Nouvel 2017

Ferdière A., Gandini C. et Nouvel P. - Les granges de plan carré à porche entre deux pavillons, édifice plurifonctionnel emblématique de la Gaule centrale, in : Trément 2017 : 156-180.

Gigot 1978

Gigot C. - Notice de la carte géologique détaillée de la France à 1/50 000, feuille de Neuville-aux-Bois, BRGM, Orléans.

Goldber et Macphail 2006

Goldberg P. et Macphail R.I. - Practical and Theoretical Geoarchaeology, Blackwell Publishing, Oxford.

Goustard 2003

Goustard V. - Poupry (Eure-et-Loir) Projet de création d’une zone d’activité au lieu-dit “ Villeneuve ”. Un aménagement de la Communauté des Communes d’Orgères en Beauce, Rapport d’intervention de diagnostic archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, Orléans, 64 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Grand 1995

Grand K. - Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, 34 : 177-194.

Guillaumet et Laude 2009

Guillaumet J-P. et Laude G. - L’art de la serrurerie gallo-romaine. L’exemple de l’agglomération de Vertault (France, Côte d’Or), Éditions Universitaires de Dijon, coll. Art, Archéologie et Patrimoine, Dijon, 158 p.

Hamel 2014

Hamel A. - Pourpy “ Villeneuve ” (Loiret, Centre), Rapport de fouille archéologique, Service d’Archéologie du Conseil Départemental du Loiret, Orléans, 396 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Homo-Lechner 1996

Homo-Lechner C. - Sons et instruments de musique au Moyen Age : archéologie musicale dans l’Europe du viie au xive siècles, Errance, Paris, 144 p.

Jalmain, Ollagnier et Sellès 2016

Jalmain D., Ollagnier A., Sellès H. - Allaines, in : Cribellier C. (dir.), Agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire, Vol. 3. 106 notices archéologiques et synthèse, 63e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours : 141-146.

Joly, Gordon et Simon 2010

Joly D., Gordon R. et Simon J. (dir.) - L’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres/Autricum, Gallia, 67.2 : 125-208.

Labarre et al. 2007

Labarre D., Canny D., Fourré A., Pont-Tricoire C., Poulle P. et Robert G. - Commune d’Attray (Loiret) Le Cul d’Anon, site A.19 - D2-4, Région Centre, Département du Loiret, Rapport d’évaluation archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, Orléans, 286 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Landreau et al. 2010

Landreau C. - Artenay-Poupry, Zone d’activités interdépartementale “ Les Hernies ” à Poupry, “ Le Chemin de Poupry ”, “ La Route de Patay ” et “ Chemin de Chartres ” à Artenay (28 303 020 OP et 45 008 071 OP) (Loiret), Rapport d’évaluation archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, Orléans, 223 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Maréchal 2018

Maréchal D. - Les fermes gauloises et antiques de la moyenne vallée de l’Oise, des établissements ruraux sans maison ?, Archéopages, 46 : 16-25.

Mavéraud-Tardiveau 2011

Mavéraud-Tardiveau H. - Escrennes “ Le Chemin de Laas ”, Rapport final d’opération, ArchéoLoire, Guérande, 3 vol. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Menez 1989

Menez Y. - Les céramiques fumigées (“ Terra Nigra ”) du Bourbonnais. Étude des collections de Néris-les-Bains et Châteaumeillant, Revue Archéologique du Centre de la France, 28, 2 : 117-178.

Mikkelsen 1997

Mikkelsen J.-H. - Laboratory method for determination of organic, inorganic and total phosphate, Micromorphologie and phosphate, en ligne : URL : http://geoarch.free.fr/IMG/pdf/Methodephosphore.pdf

Noël 2011

Noël J.-Y. - Poupry (Centre - Eure-et-Loir), “ Les Hernies, Les 36 mines et La Fromagée ”, Rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Service d’Archéologie du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir, Chartres, 320 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Pécoult 1999

Pécoult F. - Artenay “ Autroche ” Projet AAD (45 088 026 AH) (Loiret), Rapport d’évaluation archéologique, Afan/SRA Centre, Orléans, 20 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Poitevin 2017

Poitevin G. (dir.) - La question des fumières antiques dans le secteur de la Loire moyenne : identification, caractérisation et interprétations des structures archéologiques, in : Trément 2017 : 285-304.

Polinski 2009

Polinski A. - Note sur des meules en trachy-andésite d’époque romaine découvertes en Loire-Atlantique, Revue Archéologique de l’Ouest, 26 : 189-204.

Raynaud 1993

Raynaud C. - Amphores de Bétique, in : M. Py (dir.) - Dictionnaire des céramiques Antiques en Méditerranée Nord-Occidentale, Lattara 6, Lattes : 23-27.

Roupert 2017

Rouppert V., avec la collaboration. de Dufour J.-Y. - Identifier le logement des animaux de ferme à l’époque romaine : l’apport d’un référentiel architectural et agronomique, in : Trément 2017 : 525-548.

Rouppert, Dufour et Fechner 2011

Rouppert V., Dufour J.-Y. et Fechner K. - Chapter 7 : An Exemple of a Fruitful Discussion Between a Pedologist and an Archeologist. A 1st-4th Century AD Agricultural Enclosure with a Stable and a Manure Pit at “  Chapelle Saint Nicolas “ in Saint-Brice-sous-Forêt (Val d’Oise, France), in : Fechner K., Devos Y., Leopold M., Völkel J. - Archeology, Soil- and Life-Sciences Applied to Enclosures and Fields, BAR Publishing, Londres : 133-142.

Sellès 2001

Sellès H. - Céramiques gallo-romaines à Chartres et en Pays carnute. Catalogue typologique. Études sur Chartres 1, 16e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF/ARCHEA/ADAUC, Chartres/Tours, 254 p.

Stoops 2003

Stoops G. - Guidelines for Analysis and Interpretation of Soil and Regolith Thin Sections. Soil Science Society of America, Madison, Winsconsin.

Trément 2017

Trément F. (dir.), édité avec la collaboration de Ferdière A., Leveau P. et Rechin F. - Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Problèmes d’interprétation fonctionnelle et économique des bâtiments d’exploitation et des structures de production agro-pastorale, Actes de colloque AGER (Clermont-Ferrand, 11-13 juin 2014), 38e suppl. à Aquitania, Bordeaux, 824 p.

Vilpoux 1994

Vilpoux J. - Artenay “ Autroche ” Projet AAD (45 088 023 AH) (Loiret), Rapport d’évaluation archéologique, Service Régional d’Archéologie du Centre, Orléans, 23 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).

Wattez 1992

Wattez J. - Dynamique de formation des structures de combustion de la fin du Paléolithique au Néolithique Moyen. Approche méthodologique et implications culturelles, Thèse de Doctorat, Archéologie, Université de Paris 1 (consultable à l’Univ.).

Haut de page

Notes

1 Fouille préventive en cours (2020), J.-F. Gay, Inrap.

2 Les études céramologiques étant intégrées dans les chapitres de présentations des structures, les alinéas dus à Pierre Perrichon ne sont pas identifiés (PP).

3 Unité micro-stratigraphique.

4 Possible US d’utilisation ; la datation de son mobilier (infra) ne se différenciant pas de celle des dépôts supérieurs de comblement, il est possible que ce cellier ait eu une assez courte durée de fonctionnement, dans la fourchette (15-60 de n. è.) chronologique de ce mobilier, soit moins de deux générations.

5 Le fragment de panse de gobelet de type Lezoux 1 et le bord de cruche de cruche de type Chartres 3411 ont été collectés dans le comblement médian d’un sondage du fossé (US 1090) et le pot de type Chartres 1301 provient d’une collecte mécanisée en fin de chantier. Seule la céramique issue de cette US 1090 permet de proposer une datation de ce fossé au début du iie s.

6 Unité micro-stratigraphique.

7 Se dit d’un dépôt sédimentaire dont les grains sont classés selon un gradient de taille, du plus petit au plus grand ou inversement.

8 Céramique “ noire à pâte rouge ”, de production régionale.

9 Dont la géométrie peut être décrite par un ensemble plusieurs fois concave.

10 Fragment d’organisme fossilisé.

11 Trait pédo-sédimentaire caractérisé par une variation de la masse fine (texture, biréfringence) ou des micro-constituants présents dans la périphérie intérieure des pores, à la différence des revêtements qui se déposent à la surface des pores.

12 P2O5 inorganique de 1 353 mg/kg dans la fosse, contre 1 183 mg/kg dans la terre cultivée actuelle et 532 mg/kg pour le substrat hors site.

13 Conservation par des dépôts de calcite de la forme des cellules racinaires dégradées et disparues.

14 Ce site est en cours de fouille (2019-2020).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Plan général de l’établissement agropastoral de “ Villeneuve ” à Poupry.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 2 - Extrait de la carte géologique de la France au 1/50 000, section de Neuville-aux-Bois (327) (C. Gigot, 1978), avec localisation du site de “ Villeneuve ”.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 3 - Carte archéologique des sites de la période romaine identifiés à ce jour sur la ZAI d’Artenay-Poupry et ses environnements immédiats (SRA).
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 4 - Répartition du NR et du NMI Bord de céramique par EA.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 5 - Plan du site à la Phase I.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6 - Clé en fer découverte dans le comblement du fossé 1010.
Crédits Yannick Mazeau
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7 - La palissade ES 1 et le bâtiment ES 3 : plan d’ensemble des trous de poteau.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 8 - Le cellier 1194 : photo de la section, plan et coupe.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 9 - Mobilier céramique provenant du cellier 1194 : US 1465, 1466 et 1467.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 10 - Mobilier céramique provenant du cellier 1194 : US 1468 et 1469.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 11 - Meule en grès provenant du cellier 1194.
Crédits Yannick Mazeau
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 12 - Plan de l’ensemble bâti de la Phase I.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-12.png
Fichier image/png, 264k
Titre Fig. 13 - Plan du site à la Phase II.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 14 - La “ fosse-puisard ” 1053 : photo de la section, plan et coupe.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 15 - Analyse micromorphologique de la “ fosse-puisard ”1053 : lame mince, partie basse.
Crédits Quentin Borderie
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 16 - Analyse micromorphologique de la “ fosse-puisard ”1053 : lame mince, partie haute.
Crédits Quentin Borderie
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 17 - Les structures de stockage 1319 et 1148 : plans et coupes.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 18 - Les structures de stockage 1157 et 1652 : plan et coupes.
Crédits SAP - Département du Loiret.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 19 - L’ensemble de trous de poteau bâtiment 9, avec les alignements visibles.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 20 - Plan du site à la Phase III.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 21 - La fosse polylobée 1156 : plan et coupes.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 22 - Analyse micromorphomogique de la structure 1156, US 1742 : lame mince partie basse.
Crédits Quentin Borderie
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 23 - Analyse micromorphomogique de la structure 1156, US 1742 : lame mince partie haute.
Crédits Quentin Borderie
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 24 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1744, US 1741 et 1742.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 25 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1744, US 1738 et 1739.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 26 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1156, US 1610.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 27 - Mobilier céramique provenant de la structure 1156 : EA 1156, US 1743.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 28 - Mobilier céramique provenant du cellier 1148 : US 1375.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 29 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1643 et 1734.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 30 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1473 et 1642/1473.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 31 - Mobilier céramique provenant de la cave 1157 : US 1474, 1475/1476, 1476 et 1479.
Crédits Pierre Perrichon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 32 - Clarine en tôle de fer de la cave 1157.
Crédits Yannick Mazeau
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 33 - Plan et coupe du bâtiment 8 à fondation de pierre.
Crédits SAP - Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 34 - Analyse micromorphologique de l’US 1593 du bâtiment 8 : lame mince, partie basse.
Crédits Quentin Borderie
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 35 - Analyse micromorphologique de l’US 1593 du bâtiment 8 : lame mince, partie haute.
Crédits Quentin Borderie
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4568/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1022k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Hamel, Pierre Perrichon, Quentin Borderie, Justin Hahn et Yannick Mazeau, « Une exploitation agropastorale gallo-romaine à Poupry “ Villeneuve ” (Eure-et-Loir) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 60 | 2021, mis en ligne le 16 février 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/racf/4568

Haut de page

Auteurs

Aurélien Hamel

Département du Loiret, Service d’archéologie préventive, responsable d’opération, aurélien.hamel@loiret.fr

Pierre Perrichon

Département d’Eure-et-Loir, Archives départementales d'Eure-et-Loir et archéologie, étude céramologique, pierre.perrichon@eurelien.fr

Quentin Borderie

Département d’Eure-et-Loir, Archives départementales d'Eure-et-Loir et archéologie, étude géoarchéologique, quentin.borderie@eurelien.fr

Justin Hahn

Département du Loiret, Service d’archéologie préventive, étude archéozoologique, justin.hahn@loiret.fr

Yannick Mazeau

Département du Loiret, Service d’archéologie préventive, étude du mobilier non céramique, yannick.mazeau@loiret.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search