Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 60Quelques granges médiévales en Îl...

Carte localisation

Quelques granges médiévales en Île-de-France et régions voisines

Some medieval barns in Île-de-France and neighboring regions
Jean-Yves Dufour et Claude de Mecquenem
Avec la collaboration de Gabriel Drwila

Résumés

Les observations archéologiques faites sur 19 granges, ces quinze dernières années, permettent de rappeler les problématiques liées à ces bâtiments emblématiques de l’économie céréalière du Bassin parisien. L’article, divisé en deux parties, évalue l’état de la recherche sur le sujet de la grange médiévale et moderne dans une large Île-de-France. Cette première partie traite des vestiges du Moyen Âge.
Les données descriptives et fonctionnelles issues des manuels d’agronomie modernes et contemporains sont rappelées.
À partir de trois exemples, l’article interroge sur la faible reconnaissance de ces édifices parmi les bâtiments sur poteaux plantés du Moyen Âge. Les granges seigneuriales en pierre de la fin du Moyen Âge sont mieux connues. Le passage des granges de type basilical avec ouverture sur mur pignon, à la grange paysanne avec ouverture sur le mur gouttereau reste à préciser au cours des xve et xvie s.
La seconde partie de cet article traite des granges modernes. Les granges modernes observées en élévation posent la question de la présence/absence des contreforts, et donc de leur utilité. D’autres principes de construction peuvent y suppléer. Le modèle des édifices religieux est rappelé, ainsi que l’échange possible de fonction entre grange et édifice cultuel. L’évolution des portes de grange est symptomatique de l’accroissement des rendements aux périodes moderne et contemporaine. Les résultats d’analyses paléo écologiques de sols de grange sont donnés.
La fréquentation des granges par le bétail est attestée sur plusieurs sites. Elle s’accroît avec le développement des activités agro-industrielles en grange.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les chercheurs travaillant sur le monde rural antique de la moitié nord de la Gaule associent rapidement de nombreux et vastes édifices à des granges. La confusion est toutefois récurrente avec les greniers (Ferdière 2015 : 22). Si pour François Sigaut, le développement du système gerbes-granges-battage différé se met en place à la fin de l’Antiquité (Sigaut 1988 : 31), la continuité entre les granges gallo-romaines apparues un peu partout dans les fouilles de ces dernières décennies, et la maison paysanne à travées de la France de l’est, n’est pas encore établie avec certitude (Trochet 1993 : 44 et 45). Et qu’en est-il dans nos régions ?

2En général, les études architecturales et archéologiques continuent d’accorder une priorité aux sites des abbayes elles-mêmes (Blary 2017 : 35), à leurs églises, bâtiments monastiques ainsi qu’à leur composante agricole domestique. La majorité de la bibliographie traitant de la grange médiévale va en ce sens. La grange cistercienne est perçue comme un ensemble de bâtiments et un territoire (Doux 2013), ou encore comme l’ensemble des bâtiments agricoles à l’interface entre le domaine et l’abbaye ; elle est plus facilement étudiée par les plans d’archives, selon une lecture à la fois logistique et matérielle, mais qui intègre aussi une dimension symbolique et spirituelle (Coomans 2013). Les études archéologiques portent essentiellement sur la topographie, l’évolution du domaine, les bâtiments et leur organisation. La datation des bâtiments et leurs modalités de construction restent souvent imprécises. Par leur caractère prestigieux et impressionnant, et leur ressemblance avec des églises, les grandes granges dimères ont précocement bénéficié d’études dans toute la France, telle les granges de Notre-Dame des Vaux de Cernay dans les Yvelines (Morize 1889), ou celle de Chaalis dans l’Oise (Blary 1989).

3Certaines granges pour le stockage monastique médiéval ont récemment bénéficié de remarquables études de charpentes, telles la “ grange ” de l’abbaye cistercienne de Chaloché dans le Maine-et-Loire (Bontemps 1995), ou la grange de la léproserie Saint-Lazare de Beauvais (Épaud 2014). Elles montrent la complexité et l’innovation des charpentiers médiévaux.

4Beaucoup d’édifices médiévaux plus ou moins datés ont été étudiés en Picardie ou ailleurs, mais par opposition, l’Île-de-France montre à l’Époque moderne un renouvellement de son bâti plus important, toutes catégories confondues ; fermes, châteaux, maisons bourgeoises…, aussi seules de rares granges médiévales y ont subsisté et ne font que rarement l’objet d’archéologie préventive. La grange médiévale de Rueil est la seule à avoir bénéficié d’une fouille de ce type en Île-de-France, aussi bénéficie-t-elle d’une place particulière dans cet article. Au-delà de ce cas, notre étude vise donc le temps long de l’histoire des granges, plutôt que la grandeur d’une grange monacale médiévale.

5La grange se distingue par ses vastes dimensions et ses entrées monumentales. Nous entendons dans cet article, la grange comme le lieu de stockage, en gerbes, des produits de l’activité agricole. À la campagne, mais également en ville, c’était un bâtiment clef du monde économique agricole, et de la distribution des exploitations agricoles.

“ Il est vrai que la grange est celle que l’on considère le plus dans une ferme ou dans une métairie, car on y serre toute la moisson d’une année. ” (Aubert de la Chesnaye Des Bois 1751, I : 469).

6Des puissantes armatures en bois font des granges de certaines régions des œuvres de charpentier, plus que de maçons ; en Champagne crayeuse, les toits descendent jusqu’à 20 cm du sol, rendant les murs presque inexistants (Imbault 1986 : 270). Ces granges sur poteaux ne sont quasiment pas informées par les manuels. Faits à partir d’observations sur les zones de grandes cultures céréalières, ces manuels ignorent une part importante de la réalité de la construction traditionnelle française. Ils n’expliquent donc pas tout, loin de là, et ne compensent pas l’observation sur l’architecture vernaculaire et les fouilles.

7Ces deux articles visent à présenter les données acquises sur 19 granges récemment observées en fouille, ou en archéologie du bâti, par divers chercheurs opérant en archéologie préventive en Île-de-France ou pays limitrophes (Fig. 0). Sept de ces sites sont médiévaux, et sont présentés dans cette première partie.

Fig. 0 - Localisation des granges citées.

Fig. 0 - Localisation des granges citées.

© I. Pasquier et J.-Y. Dufour, Inrap

Le témoignage de la littérature agronomique

8Dans le cadre d’une réflexion sur les techniques agricoles des périodes historiques, quelque 350 manuels d’agriculture ou traités d’agronomie ont été examinés avec un regard archéologique. Florissante depuis le xvis., la littérature agronomique permet au chercheur de s’informer sur les méthodes et motivations anciennes, d’un fait, creusement ou construction, lié aux pratiques agricoles. Ces manuels sont l’œuvre d’agronomes, de praticiens, mais aussi de compilateurs. Si certains faits liés aux techniques de construction n’apparaissent pas dans ces manuels qui ne sont pas ceux de bâtisseurs (charpentiers, maçons), d’autres critères évidents pour les agriculteurs traditionnels, mais ignorés des archéologues actuels sont aussi expliqués.

9Bien que le mode de stockage en meules soit plus économique, les granges, bâtiments destinés à conserver les grains en gerbes, sont assez documentées (28 auteurs) dans la littérature agronomique consultée (Tabl. 1 en annexe).

10L’aire à battre le grain, qui lui est souvent associée, est encore plus largement documentée (30 manuels). Dans une dizaine de manuels, seule l’aire à battre est décrite, pas la grange, signe qu’on peut effectivement se passer de l’une, mais pas de l’autre.

11Un seul auteur rappelle que les granges peuvent être à l’étage (des écuries ou des laiteries), ce qui arrive lorsque le terrain présente une pente prononcée (Duvinage 1854 : 446). Cet endroit est souvent considéré comme malsain (Thiebaut de Berneaud 1841, II : 226). Centrés sur la grande culture, les manuels ignorent les granges “ à l’étage ”, telles qu’on les rencontre fréquemment en montagne : Auvergne, pays de Neuchâtel (Cop 1995 : 273). Les manuels consultés sont largement franciliens, faits pour les pays de grande culture, pas pour les pays de montagne.

12La grange doit être isolée (6 mentions), par crainte des incendies (Vitruve, VI, IX ; De Fontenay 1836 : 250), mais rester sous l’œil du maître (3), pour des raisons évidentes de surveillance.

  • 1 Pour exemple : “ défaut de presque toutes les fermes des environs de Paris, où les granges quoique (...)

13La proximité des meules (3 mentions) rappelle que les deux modes de stockage ne sont pas seulement concurrents, mais peuvent aussi être complémentaires1.

14Un terrain sec (3), une exposition au Levant, à l’opposé des vents pluvieux (4) est faiblement mentionnée, car le principe de la grange est bien de mettre les gerbes à l’abri des intempéries, quelle que soit l’exposition du bâtiment.

15Après l’aire à battre, les portes sont l’appareillage technique le plus évoqué (20 mentions). Au nombre de deux (16 mentions, contre 4 mentions de porte unique), elles sont opposées (12) ou parallèles (3) dans les très grandes granges. Ces portes sont larges en moyenne de 3,59 m (15 mesures) et hautes en moyenne de 4,25 m (6 mesures).

16Trois auteurs (Bouchard-Huzard 1858 : 236 ; Danguy 1914 ; Ronce et Raison 1918 : 127) précisent que les portes de sortie sont différentes, moins spacieuses :

“ Pour que les voitures puissent entrer et sortir facilement, la disposition la plus recommandable consiste à faire deux portes placées en face l’une de l’autre suivant les façades ; l’une sert à l’entrée des voitures pleines et doit avoir 3m,50 à 4 mètres de largeur sur 5 à 6 mètres de hauteur ; l’autre, au contraire, ne sert que de sortie aux voitures déchargées et peut n’avoir que 2m,50 m sur 3 mètres ou 3m,50 ” (Danguy 1914 : 392).

17Les autres ouvertures sont rares et petites (5 mentions). Des porches ne sont signalés que par trois auteurs ; ils permettent d’abriter la voiture à décharger (Bouchard-Huzard 1858 : 246), les harnais et autres ustensiles du labourage (Liger 1723 : 41). Un appentis peut avoir la même fonction (Ringelmann 1893 : 215).

18Sur les murs de la grange, peu d’informations : les contreforts extérieurs permettent d’économiser l’épaisseur des murs (Danguy 1914 : 392 ; Duvinage 1856 : 134). Naturellement, les murs d’une grange doivent avoir une épaisseur proportionnée à leur hauteur pour pouvoir résister à toutes les poussées latérales internes (gerbes mal équilibrées) et externes (vents violents).

“ […] mais les granges, à cause de leur grande hauteur et de l’absence de plancher, se trouvent dans une classe à part. Il y a donc lieu d’adopter pour les murs, soit des épaisseurs exceptionnelles à régler dans chaque cas particulier, soit des contreforts placés de distance en distance, à l’instar de ce qui se fait en plus grand pour les nefs des églises. ” (Duvinage 1854 : 447).

19Les murs sont percés de fenêtres et de portes en quantité minimale, pour éviter les causes de déformations, les refroidissements, etc. (Blancarnoux et Blancarnoux 1910 : 219). Comme dans les bâtiments d’élevage, les murs sont crépis et lissés pour éviter que les rongeurs y nichent (5 mentions). Une toiture en tuiles permet de laisser sortir la première fermentation (Bélèze 1862 : 852).

20Au-delà des portes, c’est l’aire à battre qui attire le plus l’attention des agronomes (20 mentions). Gourlier, architecte, commence la description de la grange par celle de l’aire à battre (Gourlier 1834 : 318). Elle est localisée en plein air (5) et dans un endroit venteux pour les auteurs antiques et les méridionaux, au milieu de la grange, pour les autres auteurs, même si seulement quatre le précisent. L’aire mesure ordinairement une travée. Sa construction est très détaillée : l’aire est successivement piochée, labourée, retournée (7), enrichie par un apport d’argile (8), de fiens de vache (13), ou de matière végétale (5), ou de chaux (3), ou de cendre (2), ou enfin de paille (2). L’aire est battue (11), détrempée (3), aplanie, compactée, nivelée, pétrie (7), séchée (4), unie, pavée, enduite (2). Elle peut être surélevée (5), faite en plancher de bois (3).

21Les frères Paul et Pierre Blancarnoux donnent des mesures précises d’aire à battre, entre 8 et 16 m2, en fonction du nombre et de la position respective des batteurs (Blancarnoux et Blancarnoux 1910 : 218).

22Le sol de la grange (11 descriptions) est aménagé pour mettre les gerbes à l’abri de l’humidité. Pour ce faire, il est surélevé d’1 pied (6 mentions), peut être en dur, sablé, battu, planchéié. Un lit de paille peut isoler les gerbes du sol (2 mentions).

23Les granges sont dimensionnées proportionnellement à l’étendue de l’exploitation. Elles sont hautes de 5 à 8 m (sous entrait), et larges de 7 à 15 m. Cette dernière mesure nécessitant des poteaux intermédiaires, rappelle que la grange sur poteaux s’est construite jusqu’à la fin de la période de l’architecture traditionnelle (début du xxe s.). La longueur se compte en travée. Le Cours complet d’agriculture (Rozier et al. 1805) donne des informations concernant le volume utile : une travée peut loger 8 000 gerbes (± 13 ha). Jean-Baptiste-Louis-Honoré (dit Louis) Bouchard-Huzard donne la moyenne de 50 mètres cubes par hectare cultivé en grain. Jean Girardin et Alphonse Du Breuil précisent le nombre de gerbes produites par hectare, et leur poids, en fonction des céréales (Girardin et Du Breuil 1883, I : 778). Gustave Heuzé détaille le rapport des pailles aux grains des différentes céréales (Heuzé 1862 : 321).

24Tout au long de cet article, nous confronterons dans la mesure du possible, les observations de terrain au témoignage de la littérature agronomique.

De rares granges sur poteaux plantés

25Pour la période du haut Moyen Âge dans une grande moitié nord de la France, les bâtiments ruraux sont très largement construits avec une armature en bois, composée de poteaux plantés dans le sol. L’enjeu est donc d’apprendre à reconnaître le plan d’une grange parmi les nombreux plans de bâtiments issus des fouilles préventives.

26À notre connaissance, seuls deux bâtiments sont identifiés comme grange par des fouilles pour la période du haut Moyen Âge dans la moitié nord de la France.

27Le bâtiment 3 du site de l’Épichée à Aubreville (Meuse), est interprété comme une grange : construit sur poteaux plantés, il est axé nord-sud, pour une surface d’environ 62 m2 (6,40 × 9,70 m). Les parois porteuses sont armées de poteaux espacés de 0,8 m. Au moins une ouverture large de 3,5 m est visible sur le côté ouest (Fig. 1). Si le niveau d’occupation n’était pas préservé, des graines carbonisées ont été piégées dans les trous formés par la disposition des poteaux. Céramique et datation radiocarbone datent l’abandon du site au début du viie s. La répartition des 480 macrorestes végétaux identifiés suggère le stockage organisé et séparé des céréales et des légumineuses (Vermard, Wiethold et Gazenbeek 2008). Ce bâtiment est donc interprété comme une grange par l’étude carpologique.

Fig. 1 - Le bâtiment 3 du site de l’Épichée à Aubreville (Meuse).

Fig. 1 - Le bâtiment 3 du site de l’Épichée à Aubreville (Meuse).

© L. Vermard, J. Wiethold et M. Gazenbeek 2008

  • 2 Communication personnelle de Laurent Vermard, archéologue à L’Inrap, que nous remercions.

28Confronté à la synthèse du discours agronomique sur les granges, le bâtiment 3 d’Aubreville présente bien certaines caractéristiques d’une grange : le bâtiment est isolé, construit dans la partie la plus haute de l’exploitation, sur une petite plateforme calcaire que nous pouvons supposer sèche. La pente de 50 cm entre la paroi nord et la paroi sud remédie à tout excès d’humidité en provenance du sol. L’accès large de 3,50 m dans la paroi ouest a la dimension des portes de grange. Le fouilleur2 pense pourtant que l’ouverture de la grange se trouvait dans la paroi orientale et non occidentale, face au bâtiment d’habitation. Les arguments agronomiques, exposés plus hauts, vont en ce sens. La largeur standard de ce bâtiment explique l’absence de poteaux intermédiaires. Le bâtiment 3 du site de l’Épichée correspondrait donc bien à la grange d’un habitat paysan, et non pas au bâtiment d’exploitation d’un centre seigneurial. Aucune trace de l’aire à battre n’a été décelée ; ni à l’intérieur, ni à l’extérieur de cette grange, ni à proximité du grenier également découvert sur le site (Fig. 1, bâtiment 2). L’incendie à l’origine de la carbonisation des graines en eu pourtant sans doute en partie cuit la part d’argile nécessaire à sa confection. Comme le suggèrent les auteurs anciens, l’aire était-elle éloignée des bâtiments ?

  • 3 Nous remercions Martine Derbois, archéologue à l’Inrap, de nous laisser présenter sommairement les (...)
  • 4 La perche de Paris équivalait à 34,17 m2.
  • 5 Les poteaux 290, 297, 320 et 341, de même que le trou de poteau isolé 278.
  • 6 Les poteaux 699 et 341.

29À Longueil-Annel, dans l’Oise, Martine Derbois3 a fouillé un bâtiment interprété comme une grange du xie s., dont le caractère monastique ne peut être certifié (Derbois 2011). Au sein d’un espace de 2 400 m2 (soit 70 perches de Paris4), 32 trous de poteaux déterminent le plan d’un édifice de 15 m de large sur 26 m de long (soit 390 m2), à la structuration parfaitement symétrique en 4 vaisseaux (bâtiment F). Le bâtiment est axé SO-NE (Fig. 2). Les relevés altimétriques indiquent que l’édifice est implanté sur une légère pente (altitude 52 m NGF), sous la rupture sommitale avec le plateau (altitude 58 m NGF). L’emplacement sous la rupture de versant limite la prise aux vents et aux intempéries de l’édifice. Le bâtiment oppose par ailleurs un angle aux vents dominants en provenance de l’ouest. La grange comporte quatre vaisseaux : ceux du centre ont une largeur de 3,50 m tandis que les collatéraux atteignent 4 m (Derbois 2011 : 121). La répartition des trous de poteau ne permet pas de situer l’entrée de la grange. Cependant, l’étude carpologique menée sur le site par Sidonie Preiss signale, dans l’angle intérieur sud de l’édifice, un ensemble de cinq poteaux5, ayant fourni des fragments de rachis de céréales de type blé nu et de seigle (Preiss 2011). Ces restes peuvent provenir de déchets du traitement des récoltes, ou de paille et même d’une partie de la couverture végétale de la toiture. Selon S. Preiss (2011 : 182), la nature des données recueillies ne permet pas d’interpréter plus précisément ces informations. Pourtant, une ouverture au sud-est, à l’opposé des vents pluvieux, dans la partie basse du bâtiment et placée du côté des principaux chemins d’accès depuis la vallée, est dans la logique d’une grange. L’espacement de 3,95 m (soit 2 toises) entre les 2e et 3e poteaux6 du long pan sud-ouest de l’édifice, est bien suffisant pour le passage d’une charrette. Le battage se fait à proximité immédiate de l’ouverture principale d’une grange, aussi les résidus de battage identifiés par la carpologie nous informent bien de l’emplacement de la porte charretière de la grange.

Fig. 2 - La grange de Longueil-Annel (Oise) dans son contexte du xie-début xiie s.

Fig. 2 - La grange de Longueil-Annel (Oise) dans son contexte du xie-début xiie s.

© Levés : M. Derbois et P. Maquet, Inrap ; infographie : R. Kaddeche, Inrap

30L’étude carpologique suggère également la stabulation de bétail sur le pourtour de la grange (ibid. : 138). Nos observations sur plusieurs granges modernes en Île-de-France (voir l’article“ Quelques granges modernes en Île-de-France et régions voisines ”, même livraison) nous indiquent que la porte aux champs d’une grange donne souvent sur un espace pâturable, à l’inverse de la porte principale donnant sur une cour. Par ailleurs, les mêmes observations montrent que les ovins rentrent facilement par intermittence dans la grange, ou lorsque celle-ci n’est plus en fonction.

  • 7 Nous remercions Bruno Vanderhaegen, archéologue à l’Inrap, de nous laisser exploiter les données de (...)

31Sur le site de Montfort à Neuville-aux-Bois (Loiret), Bruno Vanderhaegen7 a fouillé en 2007 un établissement rural médiéval daté pour sa majeure partie des xiiie-xive s. (Vanderhaegen, Biwer et Noël 2010). La deuxième phase d’occupation de la zone 2 dévoile un bâtiment et sa cour attenante avec une concentration de structures agricoles des xiiie-xive s. Onze trous de poteau définissent un bâtiment rectangulaire de 8,4 m par 5,5 m situé en front de voirie entre les fossés 204 et 210 (Fig. 3).

Fig. 3 - Plan du bâtiment interprété comme grange sur le site de “ Montfort, Sud-Montfort ”, à Neuville-aux-Bois (Loiret).

Fig. 3 - Plan du bâtiment interprété comme grange sur le site de “ Montfort, Sud-Montfort ”, à Neuville-aux-Bois (Loiret).

© D’après Vanderhaegen, Biwer et Noël 2010

  • 8 Les poteaux 209, 208, 211, 214, 215 et 2210.

32Six de ces poteaux ont pu être fouillés8. Les gabarits des poteaux vont de 0,18 à 0,26 m de diamètre et sont implantés au sein de fosses comprises entre 0,60 et 0,85 m de diamètre.

  • 9 Il n’y a pas de mobilier au sein des comblements des poteaux. Toutefois, l’implantation du poteau 2 (...)

33Les espaces de 3,5 m (10 pieds) entre les poteaux 215 et 2210 et entre 212 et 218 peuvent signaler deux portes charretières, disposées en vis-à-vis dans le tiers oriental du bâtiment, rattachables à la phase de vestiges des xiie-xiiie s.9.

34La position isolée de ce bâtiment, son exposition relative au levant et la largeur de ses accès restitués sont les caractères d’une grange. La non conservation du sol de ce bâtiment ne permet pas d’en dire davantage.

Étude de quelques granges en dur du bas Moyen Âge

La grange de Saint-Denis, Îlot Condroyer

  • 10 Archéologue à l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis. Nous remercions Michaël Wyss de son (...)
  • 11 Un pied du roi équivaut à 32,660 cm avant 1667, et à 32,484 cm après 1668. Six pieds font une toise (...)

35Un demi-kilomètre à l’ouest de la basilique, à l’intérieur des remparts de la ville médiévale de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, les fouilles dirigées par Michaël Wyss10 ont mis au jour un grand bâtiment à usage collectif (Fig. 4) daté du xiiie s. (Wyss 2014). Implanté 40 m en retrait de la rue Compoise, il mesure extérieurement 19,85 m de long (10 toises) sur 15,50 m de large (8 toises)11. Les mesures données dans le système de l’Ancien régime facilitent la lecture, voir la compréhension du site. Le cas présent est flagrant ; la mesure exprimée en mètres (19,85) est difficile à mémoriser et surtout n’évoque rien, contrairement à la limpidité de la lecture effectuée en pieds et toises. À moyen terme, l’assimilation de l’échelle ancienne facilite la lecture des sources : documents d’archives et manuels d’architectures.

Fig. 4 - Plan de la grange médiévale fouillée à Saint-Denis, îlot Condroyer.

Fig. 4 - Plan de la grange médiévale fouillée à Saint-Denis, îlot Condroyer.

© Unité d’archéologie de Saint-Denis ; dessin : M. Wyss ; infographie : V. Farget

36La construction à l’architecture de pierre et de bois se distingue par des murs extérieurs de faible épaisseur et, à l’intérieur, par deux rangées de poteaux supportés par de puissants plots de fondation. Ces poteaux subdivisent l’espace interne en une vaste nef centrale, large de 6,80 m, flanquée de deux nefs latérales, larges de 3,40 m, soit l’exacte moitié de la mesure de la nef centrale. Dans l’axe de la travée centrale, deux petites maçonneries appliquées contre le mur pignon nord, côté intérieur, sont espacées de 2,9 m (9 pieds). Ces contreforts signalent-ils l’ancienne porte charretière ? À l’angle nord-ouest de l’édifice, le départ d’une chaussée est marqué de profondes ornières d’orientation nord-sud. Elles ne sont pas positionnées dans le prolongement de la porte axiale, mais sur le côté. L’impasse rejoignait la rue Compoise.

37Lors d’un remaniement de la construction, les murs latéraux ont été épaulés de contreforts implantés au droit des poteaux de la structure charpentée interne du bâtiment. Michaël Wyss n’envisage donc pas de contrefort d’origine.

38En 1575, le premier plan de la ville de Saint-Denis, le plan de Belleforest, représente l’îlot sous la forme d’un terrain largement cultivé en jardins (Fig. 5). En son centre, une construction isolée à étage, dotée d’une tour d’escalier hors œuvre, semble correspondre par ses dimensions exceptionnelles, au bâtiment découvert en fouille. Rappelons que l’isolement (relatif) est une des conditions d’implantation de la grange.

Fig. 5 - Localisation du site de l’îlot Condroyer sur le plan scénographique de Belleforest en 1575.

Fig. 5 - Localisation du site de l’îlot Condroyer sur le plan scénographique de Belleforest en 1575.

© Unité d’archéologie de Saint-Denis ; dessin : M. Wyss ; infographie : V. Farget

La grange seigneuriale de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) (Claude de Mecquenem et Gabriel Drwila)

39La localité de Rueil intégrait le domaine royal dès le vie s., les origines anciennes de ce village étant attestées par les données historiques (Bauchet 2009 : 162-164). Les fouilles archéologiques menées en périphérie du centre villageois actuel confirment ces origines anciennes, des vestiges d’un habitat qui relève pour partie des viie-ixe s. ayant été mis au jour. Ces investigations menées en 1993 ont en effet notamment révélé les vestiges de bâtiments en bois construits sur poteaux et ceints de fossés attribuables aux viiie-xie s. (Durand et Paccard 1994). Ces découvertes sont situées à proximité immédiate des vestiges de bâtiments plus récents (xiie-xiiie s.) qui participaient au Moyen Âge du domaine de Rueil relevant depuis la donation de Charles Le Chauve en 875 de l’abbaye de Saint-Denis (Giry 1895). Ces bâtiments comprenaient une vaste grange adjointe à un petit corps de logis quadrangulaire intégrant à son extrémité sud-est une chapelle (Driwla et Viré 2009 : 25). L’intervention archéologique réalisée en 2001 a permis la reconnaissance de segments de plusieurs fossés qui pourraient avoir constitué dès le haut Moyen Âge le cadre topographique de ce siège “ seigneurial ” (Drwila et Viré : 2009 : 38-39) (Fig. 6). À cette organisation probablement associée à des bâtiments en bois, dont rien ne subsiste pour l’enclos fossoyé méridional, ont succédé des constructions en pierre dont les vestiges très arasés ont été observés en 2001, ces derniers témoins intégrant les fragments d’une vaste grange médiévale objet de cette présentation.

Fig. 6 - Plan général simplifié des vestiges du xiiie s. de la résidence seigneuriale de l’abbaye de Saint-Denis à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

Fig. 6 - Plan général simplifié des vestiges du xiiie s. de la résidence seigneuriale de l’abbaye de Saint-Denis à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

© G. Driwla, M. Viré, P. Raymond, Inrap

40Des élévations appartenant à la façade méridionale de cette grange justifiaient une étude approfondie, qui, couplée aux données issues des sources documentaires et aux observations d’autres parties de son plan déterminé par ses fondations alors aussi partiellement dégagées, a permis une restitution générale de l’édifice (Mecquenem 2009 : 273-292).

L’élévation extérieure (Fig. 7)

41La paroi méridionale a été conservée après la démolition générale de l’édifice, ce vestige constituant une des limites parcellaires maintenues par la suite. Sa réutilisation a néanmoins entraîné de nombreuses altérations et notamment la suppression de sa partie supérieure. Cette démolition n’a laissé en place que les cinq premiers mètres de son élévation, une reprise en briques coiffant aujourd’hui la construction médiévale. La largeur totale de l’édifice n’est de même plus accessible, une habitation moderne masquant désormais sa partie ouest. Un important rehaussement réalisé grâce à l’apport de remblais a également noyé la base du bâtiment, toutefois dégagée dans sa partie centrale au cours de l’intervention archéologique, cette observation ayant par ailleurs permis la mise au jour d’une partie des fondations de la façade. L’emplacement du seuil primitif aujourd’hui disparu est clairement signalé par l’arrêt du chanfrein qui souligne les arêtes extérieures des piédroits et de l’arc qui les surmonte au profit d’une première assise soignée qui en marquait l’ancrage. Au-devant de cette paroi, la lecture des fondations ponctuellement dégagées met en évidence la base d’un contrefort. Un large massif maçonné a par la suite englobé la fondation de cet épaulement, l’amorce visible de cette modification suggérant un tracé initial plus large. Ce repentir paraît signaler une modification de l’emplacement prévu de ce renfort, sans doute déplacé, au cours du chantier, en fonction du positionnement de la porte qu’il encadre. Un sol en terre battue prolongeait vers l’extérieur la porte de la façade comme le démontre la stratigraphie relevée au-devant de la construction. Le passage axial détermine une ouverture large de 3,32 m (10 pieds) et primitivement haute de 4 m. Les dispositions générales de cet accès peuvent être restituées. Son plan comportait deux séries de piédroits qui permettaient l’insertion des ferrures nécessaires à la mise en place des deux battants de la porte. Cette disposition permettait aussi la mise en place d’une feuillure accueillant la porte. À l’extérieur, l’arc bénéficiait d’un traitement architectural particulier ces piédroits prolongeant l’arête chanfreinée qui en soulignait le profil. Les intrados de ces deux arcs étaient plats et aucun système de réception spécifique (imposte ou moulure) ne semble souligner le contact entre les sommiers et les piédroits. Au revers de la façade, deux renforts quadrangulaires épaulaient les points de jonction entre la porte et les maçonneries qui l’encadraient.

Fig. 7 - Relevé de l’élévation extérieure du mur-pignon de la grange médiévale de Rueil.

Fig. 7 - Relevé de l’élévation extérieure du mur-pignon de la grange médiévale de Rueil.

© Relevé Cl. de Mecquenem, infographie, P. Raymond, Inrap

42Pour ce qui en demeure visible, la répartition des matériaux suggère une symétrie quant à leur distribution au sein de la façade.

43Les techniques d’assemblage démontrent également la grande cohérence du projet. En effet, les arrachements des contreforts extérieurs attestent l’homogénéité de la construction, les pierres disposées alternativement en carreaux et boutisses assurant la continuité des parements de la façade avec les joues de ses épaulements. Ces arrachements indiquent la largeur primitive de ces ouvrages qui, avant leur suppression, devaient avoisiner 0,40 m, aucun amincissement n’intervenant en élévation.

44Les claveaux de la porte centrale sont très réguliers et ils reposent sur de larges sommiers non extradossés. Au sommet du tiers-point, deux claveaux adossés déterminent un joint central dont le point haut correspond au lit supérieur de l’assise recouvrant l’extrados de l’arc.

45La lecture de l’édifice permet une interprétation chronologique du chantier. En effet, la règle générale appliquée ici obéit à une construction progressive, cette méthodologie conférant aux irrégularités observées un sens particulier que l’on pourrait corréler à la marche du chantier. L’adossement de parements qui forment le piédroit sud de la porte, à l’extérieur, atteste sa mise en place après la construction de la maçonnerie formant la base du mur-pignon du bas-côté de la grange, ces anomalies ne prenant fin qu’à hauteur de l’assise qui surmonte le sommier du tiers-point de la porte centrale. Cette incohérence ponctuelle souligne les spécificités liées à la mise en place de la porte, cette dernière requérant une quantité importante de pierre de taille et l’utilisation d’échafaudages et de coffrages spécifiques.

46La même anomalie symétrique est en partie discernable au nord. Cette observation permet la mise en évidence d’une première étape du chantier incluant la réalisation des parties basses des maçonneries périphériques, cette phase excluant, toutefois, le larmier qui soulignait l’arase supérieure des murs latéraux. Par la suite, les piédroits de la porte furent élevés ainsi que les maçonneries environnantes, l’ensemble bénéficiant de parements réguliers. Les jonctions de cette seconde étape avec les parties déjà construites furent habilement dissimulées à l’intérieur même des contreforts qui scandaient la façade, évitant ainsi toute lisibilité de ces ruptures. L’encadrement de la porte fut érigé jusqu’à la hauteur maximale des murs déjà existants, ces travaux comprenant les sommiers de l’arc extérieur. Après la construction des voussures de la porte centrale, la partie haute de la façade fut mise en place sans rupture des assises horizontales parementées pour les parties encore conservées.

47Aucune modification majeure n’a été apportée à l’édifice au cours de son utilisation, mais il faut toutefois signaler le percement d’une porte secondaire dont l’un des piédroits est formé par l’angle de la façade avec le mur gouttereau sud. Cette modification tardive attribuée au xviie s. a altéré les parements de cette zone dont la régularité primitive reste toutefois perceptible.

L’élévation intérieure

48L’élévation interne de la grange est demeurée totalement accessible, aucune construction postérieure n’en interdisant la lecture (Fig. 8). Les départs des murs gouttereaux ont été également conservés permettant de déterminer la largeur intérieure exacte de l’édifice (14,60 m) et sa largeur totale (15,80 m). La conservation du larmier du mur latéral sud permet la restitution de la hauteur primitive de cette maçonnerie qui atteignait, à l’intérieur 3,77 m. Un bloc calcaire couronne encore cette élévation et il était probablement prolongé par une assise continue de même épaisseur qui assurait sur toute la longueur de l’édifice la jonction avec la toiture en bâtière qui la couvrait. Les arrachements des murs latéraux attestent l’emploi des mêmes techniques. Deux parements externes encadrent un blocage de moellons irréguliers liés au mortier.

Fig. 8 - Relevé de l’élévation intérieure du mur-pignon de la grange médiévale de Rueil.

Fig. 8 - Relevé de l’élévation intérieure du mur-pignon de la grange médiévale de Rueil.

© Relevé Cl. de Mecquenem, infographie, P. Raymond, Inrap

49Les sols associés au fonctionnement primitif de l’édifice ont été totalement détruits, mais certains indices suggèrent une altitude identique à celle indiquée par les arrachements observés à l’extérieur. Les matériaux utilisés pour la construction sont également similaires, mais ici la proportion de pierre de taille semble diminuer au profit de surfaces plus largement moellonées.

50Cette divergence est en partie due à la plus grande largeur de la porte centrale (3,72 m à l’intérieur pour 3,33 m à l’extérieur) qui réduit l’ampleur des piédroits appareillés. L’absence de contrefort a cantonné l’emploi de matériaux réguliers aux abords des contrepoids maçonnés destinés au renforcement des jonctions entre les battants de la porte (aujourd’hui disparus) avec les maçonneries environnantes (Fig. 9). Ces renforts ont été implantés dans le prolongement des piédroits de la porte centrale, mais ils en limitent légèrement la largeur allant jusqu’à masquer en partie la naissance du tiers-point. La liaison de ces éléments avec la façade est assurée par un assemblage en carreaux et boutisses qui demeure parfaitement visible après leur suppression. Les sommets de ces mêmes piliers (larges de 0,70 m) sont encore perceptibles, une dernière assise en soulignant les points culminants. La profondeur de ces aménagements n’est pas précisément connue, mais leur fonction paraît évidente, en effet, ces maçonneries augmentent la largeur du passage et fournissent une butée aux battants de la porte.

Fig. 9 - Vue (détail) de l’élévation intérieure du mur-pignon de la grange de Rueil.

Fig. 9 - Vue (détail) de l’élévation intérieure du mur-pignon de la grange de Rueil.

© Cliché Cl. de Mecquenem

51Les fondations observées à l’intérieur du volume primitif comprennent un important élargissement matérialisé par un ressaut. La base de l’élévation est construite à l’aide de blocs grossièrement équarris formant des assises régulières. Au fur et à mesure de la progression du chantier, les pierres de grandes dimensions disparaissent au profit de moellons qui sont eux-mêmes horizontalement encadrés par deux assises plus hautes. Cette configuration est la stricte symétrique des techniques mises en œuvre à l’extérieur. De même, on constate l’utilisation de matériaux permettant un assemblage solide pour les zones de contact des corniches des murs latéraux avec la façade de la grange, cette attention particulière se traduisant par l’amorce de deux assises régulières formées de parements de gros modules. À la même altitude on constate l’aménagement de deux ancrages (mieux conservé au sud) répondant à l’appui de poutres horizontales qui formaient le premier niveau de la charpente.

52Au nord, une poutre secondaire paraît avoir été incluse sous l’emplacement originel, l’absence de dispositif symétrique suggérant une réparation ou un renforcement de l’agencement primitif (mise en place d’un aisselier ?).

53L’identification d’une étape spécifique consacrée à la construction des maçonneries recevant les ancrages du premier étage des poutraisons souligne quant à elle, la parfaite coordination entre charpentiers et maçons.

Restitutions architecturales des dispositions médiévales

54L’édifice se conforme aux formulations courantes associées aux granges médiévales élevées du xie s. jusqu’au xive s. Cette configuration comprend des murs périphériques maçonnés recevant une charpente en bâtière. La division en trois nefs hiérarchisées, délimitées par deux files de supports permet la mise en place d’imposantes charpentes nécessitées par ce type de construction destinée au stockage provisoire de grains sous forme de gerbes atteignant parfois de grandes hauteurs (Moriceau 2009 : 463-464). Cette structure déterminait une scansion transverse rappelée par les contreforts des murs gouttereaux qui limitaient le risque de dévers (Fig. 9). Les murs formant les pignons aux extrémités opposées de l’édifice supportaient l’essentiel des contraintes engendrées par la structure du bâtiment et bénéficiaient à ce titre d’une attention particulière. L’épaisseur accrue de la façade subsistante, les dimensions plus importantes des contreforts qui l’épaulaient, illustrent cette même volonté également suscitée par la hauteur importante de son élévation primitive qui atteignait 11,60 m. du sol au faîte de son pignon. L’aménagement de la porte principale dans l’axe de cette façade a aussi contribué à son renforcement, la construction de renforts/contrepoids intérieurs permettant l’insertion et le fonctionnement des lourds vantaux de cet accès. La construction de poteaux en bois établis sur des piédestaux maçonnés formant les supports internes du bâtiment relève d’un choix des constructeurs qui ont privilégié sur un terrain très instable, une structure plus légère au détriment d’arcades en pierre souvent adoptées ailleurs (Épaud 2014 : 66-68 ; Bontemps, 2006 : 11-15). La charpente elle-même est en partie connue grâce au dessin réalisé avant sa démolition, concernant l’une de ses fermes principales (Fig. 10). Cette structure comprenait des poteaux verticaux recevant un faux entrait, l’ensemble soutenu par des aisseliers et des liens soutenant les contreventements et les pannes, ce type d’organisation étant souvent mis en œuvre au cours des périodes médiévales et modernes (Bontemps 2006 : 9).

Fig. 10 - Relevé de la grange de Rueil en 1750.

Fig. 10 - Relevé de la grange de Rueil en 1750.

© Archives départementales des Yvelines, D 806 bis.

55Apparemment, aucun système d’éclairage complémentaire aux probables ouvertures pratiquées dans les pignons de la grange n’avait été prévu à l’origine comme cela est souvent le cas pour ce type architectural (Dietrich et Gaultier 2000-2001 : 109-132). Un accès unique semble avoir ici été privilégié comme pour de nombreux édifices similaires (François 1980 : 17-20). Aucune trace d’un plancher ancien subdivisant horizontalement le volume intérieur ne semble être perceptible au revers de la façade observée.

Datation de la construction

  • 12 Comme l’indique l’analyse archéologique de l’édifice, la cohérence des matériaux mis en œuvre et ce (...)

56L’édification de la grange seigneuriale de Rueil relève d’un seul et même projet, très cohérent tant du point de vue de sa réalisation que par les techniques employées12. Les étapes successives révélées par l’analyse archéologique renvoient en effet à la progression du chantier qui résulte de l’application d’un programme préétabli. Les indices permettant la datation de cette construction par comparaison avec d’autres édifices conservés sont rares. Toutefois, la mise en œuvre de parements réguliers associés à l’utilisation d’outils brettelés permet dans un premier temps d’attribuer la construction de cet édifice à une période située entre, au plus tôt au milieu du xiie s. et le courant du xiiie s. en fonction des critères régionaux déterminant l’utilisation de ces outillages. Le seul élément de décor architectural encore en place se résume au larmier qui marquait la base du rampant de la façade. La modénature de cet élément qui superpose un quart de rond à un chanfrein terminé par un larmier évoque de nombreux exemples similaires pour la plupart attribués au xiiie s. Les différents indices précédemment évoqués pourraient également suggérer une date de réalisation plus probablement située entre le début du xiiie s. et les années 1250.

Conclusion

57La grange de Rueil, édifice cohérent, constituait un équipement complétant un imposant complexe monumental (Fig. 11). Ce siège seigneurial disposait d’un logis et d’une chapelle dont les plans anciens disponibles laissent entrevoir la chronologie (Driwla et Viré 2009 : 36-97). Ce lieu de culte orienté, probablement construit à la fin du xiie s. (comme le suggère l’élévation de ses contreforts orientaux pourvus de nombreux retraits chanfreinés) paraît être le bâtiment le plus ancien. Un corps de logis barlong semble lui avoir été adjoint ultérieurement, la documentation disponible suggérant son attribution à la période gothique (xiiie s.). Enfin, la mise en place de nouveaux contreforts sur le flanc sud de la chapelle que le plan permet d’identifier, suggère l’uniformisation des couvertures, matérialisée par une vaste charpente en bâtière nécessitant l’édification d’un nouveau mur-pignon méridional. L’un de ces contreforts formait la souche d’une construction circulaire (une échauguette ou une tourelle d’escalier ?) déjà ruinée au xviiie s. Cet ensemble comprenait d’autres annexes comportant notamment un long édifice rectangulaire qui accueillait des activités liées à la production agricole (cellier, pressoir, vacherie, écurie). Cette disposition s’apparente aux organisations de nombreux centres d’exploitation domaniaux, souvent associés au statut de prieuré, ces bâtiments intégrant en général une grange (Doux 2013 ; Tardieu 2002). Cette convergence formelle est ici parfaitement logique, la villa de Rueil relevant de l’abbaye de Saint-Denis depuis 875. La construction de cet ensemble médiéval réalisée entre l’extrême fin du xiie s. et la première moitié du xiiie s. s’inscrit parfaitement au sein d’un corpus incluant de nombreux complexes monumentaux encore en place ou documentés.

Fig. 11 - Restitution du plan de la grange de Rueil.

Fig. 11 - Restitution du plan de la grange de Rueil.

© P. Raymond, Inrap

58Il n’existe a priori aucun lien topographique entre les horizons du haut Moyen Âge sous-jacents de ce siège seigneurial avec les constructions ultérieurement superposées, ces vestiges entourés par des fossés ayant toutefois engendré des contraintes induisant une faible résistivité du sous-sol à l’emplacement de ces anciens creusements en partie comblés dès les xiie, xiiie s. Les contreforts qui épaulent l’annexe située à l’ouest et uniquement présents le long de la ligne de contact du bâtiment avec le tracé de cette ancienne limite soulignent l’attention des constructeurs qui craignaient ici un affaissement du terrain aux abords de l’ancien fossé.

59Les bâtiments médiévaux établis à partir de la fin du xiie s. évoquent par leurs formes et leurs dimensions les centres d’exploitations domaniaux contemporains, mais leurs dispositions se rapprochent d’un modèle monastique ici très affirmé, reproduisant sans doute l’organisation des sièges de prévôtés de l’abbaye de Saint-Denis, propriétaire du domaine de Rueil (Beck 1989 ; Blary 2017).

La grange de la ferme de Mons à Athis-Mons, Essonne

  • 13 Arch. Nat. NIII Seine-et-Oise 180.

60Les bâtiments observés au 81 à 89 rue Maurice Schumann, à Athis-Mons, sont les vestiges de la ferme de Mons. La ferme est l’ancien siège de la seigneurie de Mons-sur-Orge et d’Ablon-sur-Seine appartenant au chapitre de Notre-Dame de Paris ; celui-ci l’avait acquise en 1417 de Guillaume d’Estouteville, seigneur de Torcy et de Blainville-en-Rouennais. Elle comportait alors un hôtel double, avec tour carrée, dépendances agricoles et caves. Seule grande exploitation du village, ses terres couvraient près de 75 ha aux xviie et xviiie s. Un plan de 1722 décrit la composition des bâtiments : hôtel seigneurial et dépendances : granges, fournil, laiterie, écuries, bergerie, porcherie, colombier, pressoirs et jardins, le tout clos de murs13.

  • 14 Nous sommes loin des dimensions des granges médiévales cisterciennes, dont les longueurs s’étirent (...)
  • 15 Nous ne retenons pas la mesure hors-œuvre de 25 m, soit 77 pieds, car l’analyse architecturale mont (...)

61Aujourd’hui seule subsiste la grange, isolée au milieu de la cour (Fig. 12). Nous avons pu l’observer en détail en 2019. Axée SO-NE, la grange mesure en son état actuel 23,5 m de longueur14 dans-œuvre15, soit 12 toises, et 13,6 m de largeur dans-œuvre, soit 7 toises. Le vaisseau central et les deux collatéraux sont divisés en six travées de 11 pieds (3,5 m) chacune, travées délimitées par cinq ensembles de poteaux (Fig. 13).

Fig. 12 - Vue de la grange médiévale de la ferme de Mons, depuis le sud, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 12 - Vue de la grange médiévale de la ferme de Mons, depuis le sud, à Athis-Mons (Essonne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

Fig. 13 - Plan de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 13 - Plan de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap

  • 16 Soit, 6,6 m, mesure prise de centre à centre.
  • 17 Une observation fine nous garantit qu’aucun enduit ne recouvrait ces bandes de parement décoratif.
  • 18 Dufour et Prié 2019.

62Chaque ligne transversale comprend deux poteaux centraux et deux petits supports latéraux. Les deux rangs de poteaux centraux sont espacés de 20 pieds16. Onze pieds (3,5 m) séparent chaque poteau au sein de chaque rang, et dix pieds entre les poteaux centraux et les petits poteaux latéraux, appuyés contre les murs gouttereaux (Fig. 14). L’absence de remaniement visible dans la charpente suggère un doublement des éléments porteurs dès l’origine, mais tout sondage au sol nous fut interdit dans la grange, aussi ne disposons-nous pas d’argument stratigraphique. On accède à la grange par la façade occidentale, et par un porche ouvert au travers du mur gouttereau est. Très décorative, la façade occidentale donne du cachet à la grange17. La façade est rythmée par trois contreforts espacés de 2,5 m (Fig. 15). Toute la façade ouest, y compris les contreforts et les chaînages d’angle, est décorée par une alternance de bandes hautes de 50 cm de parements différents. L’étude de cette façade18 montre qu’elle a été reconstruite à l’époque contemporaine. Les observations faites sur les murs gouttereaux nord et sud montrent que ces derniers sont plus anciens.

Fig. 14 - Les principales mesures de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 14 - Les principales mesures de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap

Fig. 15 - Orthophotographie de la façade ouest de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 15 - Orthophotographie de la façade ouest de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap

  • 19 La face intérieure était très encombrée par de l’outillage agricole et des objets domestiques.

63Le mur gouttereau nord a bénéficié d’observations sur sa face extérieure19 (Fig. 16). Sur toute la longueur, le mur mesure 230 cm de hauteur (7 pieds). Il est construit de moellons (10 à 30 cm) de meulière, liés par un mortier limoneux jaune brun clair. Tout le bas du mur nord est saillant, irrégulier sur 20 à 30 cm de hauteur. En l’absence de sondage au sol, il est difficile de dire si cette irrégularité traduit des fondations affleurantes ou une reprise ancienne. L’observation du mur révèle trois enduits successifs. Cette chronologie relative des liants/enduits est sensiblement la même sur le mur pignon nord-est.

Fig. 16 - Orthophotographie de la face extérieure nord du mur gouttereau de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 16 - Orthophotographie de la face extérieure nord du mur gouttereau de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap

  • 20 Carreaux longs de 40, 48, 50 et 63 cm × 18, 22 et 26 cm de hauteur.

64Ce mur pignon est maçonné de petits et moyens moellons (10 à 30 cm) de silex, meulière et calcaire, sans assises régulières, liés par un limon sableux jaune (Fig. 17). Les angles sont composés en chaînage, par des blocs de calcaire20 disposés en carreaux et boutisses, assisés par des fragments de tuiles plates, liés par un mortier sableux jaune, jointoyé par un liant jaune crème riche en moyennes inclusions siliceuses, et rejointoyé de ciment gris (Fig. 18).

Fig. 17 - Orthophotographie de la face extérieure nord du mur pignon nord-est de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 17 - Orthophotographie de la face extérieure nord du mur pignon nord-est de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap

Fig. 18 - Vue du chaînage d’angle nord de la grange, et du contrefort déporté appuyé sur le mur pignon nord-est, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 18 - Vue du chaînage d’angle nord de la grange, et du contrefort déporté appuyé sur le mur pignon nord-est, à Athis-Mons (Essonne).

© Cliché : J.-Y. Dufour, Inrap

  • 21 Il mesure 8,25 m de hauteur (25 pieds), et présente une section de 120 x 75 cm à sa base. Il est co (...)

65En position centrale, un contrefort21 déporté s’appuie contre le mur pignon. La jonction contrefort/mur ne montre pas de moellon franchement chaîné, mais seulement quelques blocs enchâssés de quelques centimètres dans le mur, ce qui suggère un mur pignon partiellement dégarni pour favoriser dans un second temps l’accroche d’un contrefort. Ce dernier ne montre pas non plus de liant limoneux jaune, comme celui du mur. Le contrefort est aussi lié et enduit de plâtre riche en moyennes inclusions de gypse surcuit et fines inclusions de charbon de bois. À l’œil nu, celui-ci ressemble beaucoup à celui de la seconde phase d’enduits du mur gouttereau nord.

  • 22 Arch. Nat. NIII Seine-et-Oise 180.

66Le contrefort est figuré sur le Plan de la ferme seigneuriale de Mons22 en 1722. Son pendant est également visible sur la façade ouest, englobé dans des petites constructions carrées interprétables comme des toits à porcs. Le contrefort est donc au moins d’âge moderne.

La charpente de la grange

67Le corps principal de la grange est couvert par une toiture à deux pans, soutenue par une charpente imposante portée par vingt poteaux.

  • 23 Pour cette étude du bâti, les données dendrométriques issues du rapport de dendrochronologie de Eec (...)

68À des fins dendrochronologiques, cinq échantillons ont été prélevés dans les poteaux et dans un entrait. Trois d’entre eux ont pu être synchronisés ; leur moyenne donne de bons résultats lors des comparaisons avec les courbes de références. Le dernier cerne mesuré se place en 1467, et d’après l’estimation des cernes d’aubier manquants, l’abattage des bois doit remonter aux années 1468-1488 (Eeckhout et Houbrechts 2002). Les marques d’assemblage observées par les dendrochronologues forment un système cohérent où chaque demi-travée porte un numéro23.

  • 24 La partie inférieure de ces poteaux mesure 115 cm, présente une section de 36-38 cm de côté et des (...)

69Les dix poteaux du portique central mesurent 671 cm (20 pieds) de hauteur24. Ils sont posés sur des plots calcaires quadrangulaires de 40 à 55 cm de côté, hauts de 26 à 50 cm (Fig. 13). Certains dés de pierre sont composés de tambours de colonne circulaire (diamètre 52 cm) en remploi, ces éléments appartenant aux xiiie-xives. (Fig. 13, plots 7, 8, 9 et 10). Les dés montrent également des affouillements et quelques chanfreins. À leur base, plusieurs plots montrent des maçonneries débordantes, composées de petits moellons (5-10 cm) siliceux liés par un mortier blanc (plots 5, 7, 8, 9 et 10). La cohésion de semelles de petite maçonnerie débordantes sous des dés massifs n’étant guère assurée, nous interprétons ces maçonneries comme des reliquats du sol ancien, largement évacué à l’époque contemporaine pour accueillir un sol en béton. Soutenant des poteaux moins importants, les plots des bas-côtés sont logiquement plus petits (moyenne 35 cm de côté), mais l’usure plus précoce des extrémités inférieures de poteaux a favorisé l’étagement de plusieurs blocs calcaires équarris au sein d’un même plot (pour ex., le plot 9 côté nord ; Fig. 19). Sans datation de toutes les pièces de bois, il est difficile de savoir si l’hétérogénéité des blocs traduit des reprises, ou s’il s’agit simplement de compenser l’usure progressive du bas des poteaux.

Fig. 19 - Vue du plot P9 Nord soutenant le poteau le plus au nord du bas-côté nord de la nef de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 19 - Vue du plot P9 Nord soutenant le poteau le plus au nord du bas-côté nord de la nef de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© Cliché : J.-Y. Dufour, Inrap

  • 25 Poteaux espacés de 20 pieds.
  • 26 Les étriers sont composés d’une bande de fer plat, longue de 190 cm, large de 5 cm et épaisse d’1,2 (...)
  • 27 Ceintures de fer plat disposées en écharpe de part et d’autre des arbalétriers. Les ceintures sont (...)

70La charpente est à fermes et demi-fermes à pannes portées par des poteaux délimitant six travées (Fig. 20). Chaque ferme a un entrait long de 22 pieds (7,2 m) posé à 20 pieds du sol en haut des poteaux porteurs centraux25, un poinçon et deux arbalétriers. Deux aisseliers renforcent la liaison poteau/entrait, tandis que deux contrefiches partant du poinçon raidissent les aisseliers au niveau de la panne haute, et deux autres contre-fiches sous-tendent la faîtière. Les demi-fermes des bas-côtés sont constituées d’un demi-entrait emboîté et ceinturé par des étriers26 en fer aux poteaux porteurs centraux, et reposant latéralement via des longrines sur les petits poteaux latéraux, eux-mêmes appuyés contre les murs gouttereaux. Deux petits aisseliers (ou liens) renforcent ces demi-entraits. Ceux-ci supportent un arbalétrier également mortaisé à l’entrait de la ferme principale, et relié à l’arbalétrier supérieur par une ceinture27 de fer. Ces demi-fermes portent la largeur de la charpente à 40 pieds (13 m).

Fig. 20 - Relevé en section de la charpente de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 20 - Relevé en section de la charpente de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© Orthophotographie et relevés R. Touquet, Inrap ; description J.-Y. Dufour, Inrap ; Dao : A. Cétout, Inrap

71Dans l’axe longitudinal de la charpente, un sous faîtage s’appuie sur les poinçons (Fig. 21).

72Faîtages et sous-faîtages sont contreventés par des liens. Des lisses assurent également une liaison longitudinale entre les poteaux principaux. Les travées 1 et 3 (depuis la façade ouest) présentent des lisses et leurs jambes de forces moisées, signalent des travaux de reprise sans doute concomitants avec ceux de la façade.

Fig. 21 - Relevé de la charpente de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne) et projection longitudinale.

Fig. 21 - Relevé de la charpente de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne) et projection longitudinale.

© Orthophotographie et relevés R. Touquet, Inrap ; description : J.-Y. Dufour, Inrap ; Dao : A. Cétout, Inrap

Le mur gouttereau sud-est et le porche

  • 28 D’épais tas de bois appuyés sur cette façade en limitaient l’approche.
  • 29 Dans le revêtement de plâtre de l’embrasure intérieure, à l’ouest du jour vitré, on distingue huit (...)
  • 30 Nous n’avons pas été autorisés à dégarnir les parois de cette ancienne porte.

73Le mur gouttereau sud-est a bénéficié d’observations partielles28 sur sa face extérieure (Fig. 22). À 6,5 m (20 pieds) de l’angle extérieur sud, ce mur montre une ancienne porte (largeur 125 × 175 cm) dont l’embrasure supporte des graffitis29. La condamnation30 est enduite de ciment peint en blanc. Les dimensions de cette ancienne baie peuvent correspondre à une ancienne porte à bétail.

Fig. 22 - Orthophotographie des deux tiers sud du mur gouttereau sud-est, de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

Fig. 22 - Orthophotographie des deux tiers sud du mur gouttereau sud-est, de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).

© R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap

  • 31 Baie large de 310 cm et haute de 420 cm, sous deux linteaux de bois sciés mécaniquement (sections 2 (...)
  • 32 Carreaux mesurant 35, 46 et 50 cm × 17, 20 et 22 cm.

74Le mur gouttereau sud est interrompu au niveau de la quatrième travée par une large31 baie ouvrant sur un porche saillant (Fig. 22). Le piédroit ouest a pu être dégarni sur 1 m: il montre un mur gouttereau de grange épais de 70 cm, composé de carreaux32 en calcaire à cérithes équarris, disposés en carreaux et boutisses, mêlés de moellons de meulière et silex équarris et assisés. Le tout est lié par un plâtre blanc riche en moyennes inclusions de gypse surcuit et de charbon de bois. Le mur est dans un second temps cassé, les moellons calcaires sont pour partie retaillés pour l’installation d’un chambranle. Les piédroits montrent des zones de rebouchage avec des petits moellons de meulière et des fragments de briques. Un ciment brun foncé sert de liant et d’épais enduit (4 à 6 cm). Ces observations témoignent donc d’une baie plus récente que la grange d’origine.

75Au sud-est de la porte, le porche saillant mesure 5 × 4 m (hors-œuvre) et 3,5 × 3,7 m dans-œuvre. Sa hauteur sous poutre est de 4,3 m (13 pieds). Le plafond du porche est formé de dix solives soutenant le plancher en bois du premier étage.

76Le porche est figuré sur le Plan de la ferme seigneuriale de Mons en 1722. L’ancienne circulation longitudinale induite par la charpente posée sur lignes de poteaux porteurs semble donc avoir été remplacée par une circulation transversale à l’époque moderne.

77La grange du Mont (Charny, Côte-d’Or) est un établissement agricole daté du xive s., mentionné dans les aveux de la seigneurie de Mont-Saint-Jean. Parmi les bâtiments d’exploitation, la fouille restitue le plan d’une grange axée nord-sud, longue de 40 m, large de 17 m. Deux alignements de dés de pierre organisent l’espace en trois nefs. La nef centrale est large de 6 m, les bas-côtés sont larges de 4 m. Un seuil central, large de 4,4 m ouvre la grange au Nord et informe bien de la circulation longitudinale à l’époque médiévale (Beck 1989 : 29).

78Le passage de la grange “ savante ”, c’est-à-dire architecturée sur couple de puissants poteaux porteurs, à la grange paysanne, qui appuie sa charpente sur les murs gouttereaux, se serait fait au cours des xve et xvie s. dans le Bassin parisien (Trochet 2006 : 298-300, puis 307-309). L’abaissement des murs pignon, et le rehaussement des murs gouttereaux entrainerait un déplacement des ouvertures sur le long côté. Cette “ miniaturisation ” des granges permet aux petites et moyennes exploitations de les adopter plus fréquemment (ibid. : 319).

79Dans son étude d’architecture rurale des fermes du Soissonnais, Marie-José Salmon note également un changement profond dans l’architecture des granges au xvie s. , avec la disparition des granges “ colossales ” du Moyen Âge (Salmon 1971). Les arguments chronologiques ne sont pourtant pas donnés.

80Une grange de la fin xve et du courant du xvis. a été fouillée par François Gentili dans la ferme seigneuriale du Fayel à Baillet-en-France dans le Val-d’Oise. Le bâtiment restitué est axé nord-sud, long de 35 × 13 m (dans-œuvre). Deux bases de pilier permettent au fouilleur de restituer une division en trois nefs de 4 m de largeur et sept travées (Fig. 23). Une pierre creusée d’une crapaudine suggère une entrée latérale entre l’angle sud-ouest et le premier contrefort (Gentili 1998 et 2003). L’entrée latérale mesure alors au mieux 2,9 m de large, ce qui est relativement étroit pour une porte de grange. Cette ouverture est de toute façon bien mal placée pour une grange. Le fouilleur préfère conjecturer une entrée principale au milieu du pignon sud, dans l’axe du bâtiment. Le plan de cette grange correspond donc au modèle ancien. La “ transition ” de l’axe de l’ouverture n’étant pas assuré, par le plan des vestiges archéologiques.

Fig. 23 - Plan des vestiges archéologiques de la grange de la fin xve-xvie s., fouillée par François Gentili dans la ferme seigneuriale du Fayel, à Baillet-en-France (Val-d’Oise).

Fig. 23 - Plan des vestiges archéologiques de la grange de la fin xve-xvie s., fouillée par François Gentili dans la ferme seigneuriale du Fayel, à Baillet-en-France (Val-d’Oise).

© F. Gentili, Inrap

Conclusion

81Les critères agronomiques donnés en première partie sont destinés à aider à l’identification des granges parmi les vestiges archéologiques. Ce cadre ne permettra que la reconnaissance des bâtiments de stockage correspondant au modèle établi pour les plaines de grande culture ; une grange circulaire y échappera. On peut s’interroger sur le faible nombre de ces édifices identifiés parmi les très nombreux bâtiments du haut Moyen Âge fouillés chaque année en France. Plusieurs manuels opposent, complètent ou du moins discutent des avantages et inconvénients comparés du stockage en grange, par rapport à celui de la confection de meules ou de gerbiers. Cette dernière forme de stockage souffre d’un manque d’étude archéologique encore plus flagrant que celui sur les granges.

82Ces bâtiments sont généralement des édifices séparés des autres, mais placés sous l’œil du maître, comme de nombreuses autres parties de l’exploitation. Cette configuration est plus réalisable dans une ferme à cour ouverte, mais moins adaptée à une cour fermée, schéma qui forme l’évolution traditionnelle des fermes des pays de grande culture. Les quelques exemples du haut et bas Moyen Âge donnés dans cet article témoignent bien de bâtiments anciens isolés. Plus que les dimensions, car il existe des petites granges, ce sont les proportions de leurs ouvertures qui permettent de bien les distinguer des bâtiments d’élevage, pour lesquels les accès sont bien moins larges (Dufour 2012 et 2019 b, fig. 1).

83La localisation de la grange dans un endroit sec, si possible à l’abri des vents pluvieux, va de pair avec la surélévation de son sol, destinée à protéger les gerbes de l’humidité. Ce rehaussement est diffi­cile à mettre en évidence, sur les sites arasés du haut Moyen Âge, mais se révèle pertinent pour les installations de la période moderne où il a pu être observé. 

84Si l’aire à battre est encore plus indispensable que la grange, nous n’en avons reconnu aucune pour les sites fouillés, alors que nos collègues méditerranéens n’ont aucune difficulté à identifier cet équipement agricole dans ou à proximité des exploitations (pour exemple, Raynaud 2020 : 116). La mise en œuvre de futures études micromorphologiques et phytolithiques des sols sera sans doute nécessaire pour apprendre à les distinguer.

85Pour ces questions, l’étude de granges de la période moderne, plus facilement conservées en Île-de-France, permet de bien meilleures observations, permettant la constitution d’un corpus référentiel de sites et d’édifices qui favorisent en retour, une meilleure compréhension des constructions médiévales généralement moins lisibles.

Haut de page

Bibliographie

Bauchet 2009

Bauchet O. - Étude des archives. La seigneurie de Rueil, une possession de l’abbaye de Saint-Denis, in : Drwila et Viré 2009 : 153-202.

Beck 1989

Beck P. (dir.) - Une ferme seigneuriale au xive siècle. La grange du Mont (Charny, Côte-d’Or), sous la direction de Patrice Beck, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 143 p. (Document d’Archéologie Française ; 20).

Blary 1989

Blary F. - Le domaine de Chaalis, xiie-xive siècles : approches archéologiques des établissements agricoles et industriels d’une abbaye cistercienne, Éditions du CTHS, Paris, 417 p.

Blary 2017

Blary F. - La question des granges cisterciennes : bilan et perspectives de recherche, in : Delaissé É. et Yante J.-M. (éd.), Les cisterciens et l’économie des Pays-Bas et de la principauté de Liège (xiie-xvsiècles), actes du colloque de Louvain-la-Neuve (28-29 mai 2015), Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve : 33‑54.

Bontemps 1995

Bontemps D. - La “ grange ” de l’abbaye cistercienne de Chaloché (Maine-et-Loire) ou de l’importance de l’étude de la charpente dans un bâtiment médiéval, Archéologie médiévale, 25 : 27-64.

Bontemps 2006

Bontemps D. - La grange seigneuriale de “ l’hébergement ” de Flux à Lailly-en-Val (Loiret) au xive siècle, In situ [En ligne], 7 | 2006, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 01 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/insitu/2936 ; DOI : 10.4000/insitu.2936

Büttner 2009

Büttner S. - Étude des liants de maçonnerie, Apports à la compréhension chronologique, in : Drwila et Viré 2009 : 223-233.

Coomans 2013

Coomans T. - Granges domestiques, basses-cours et fermes abbatiales : évolution typologique et architecturale en Belgique, Cîteaux – Commentarii cistercienses, 64, fasc. 1-2 : 155- 186.

Derbois 2011

Derbois M. (dir.) - Longueil-Annel, Oise, “ Le Village ” Une grange monastique et un habitat des xe-xie siècles, Rapport final d’opération, Inrap Nord-Picardie, mai 2011, 294 p.

Dietrich et Gaultier 2001-2002

Dietrich A. et Gaultier M. - La charpente de la grange abbatiale de Maubuisson, Archéologie médiévale, 30-31 : 109-132.

Doux 2013

Doux B. - L’abbaye de Perseigne : évolution et gestion d’un patrimoine cistercien dans le Haut-Maine, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 120, no 3 : 65-84.

Drwila et Viré 2009

G. Drwila et M. Viré (dir.) - Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), 9-11 rue Jean Edeline : de la villa mérovingienne au siège seigneurial de l'abbaye de Saint-Denis (vie-xviiie s.), rapport de fouille, Inrap Centre Île-de-France.

Dufour 2012

Dufour J.-Y. - Étables à bovins, écuries, bergeries, porcheries. Manuels agronomiques et vestiges médiévaux et modernes en Île-de-France, Archéopages, 35 : 60-67.

Dufour et Prié 2019

Dufour J.-Y. et Prié A. (dir.) - Athis-Mons D118 - rue Robert Schuman, Ferme de Mons, Rapport de diagnostic, Inrap Centre – Île-de-France, 144 p.

Durand et Paccard 1994

Durand J.-C. et Paccard N. - Noblet IV îlot 2, Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), site n° 92063 001. Document final de Synthèse de sauvetage urgent, SRAIF, Vincennes.

Eeckhout et Houbrechts 2002

Eeckhout J. et Houbrechts D. - Analyses dendrochronologiques à Athis-Mons et Melun, rapport préliminaire, Laboratoire de dendrochronologie, Université de Liège, 6 p.

Épaud 2014

Épaud F. - La grange de la léproserie Saint-Lazare de Beauvais, Archéologie médiévale, 44 : 51-70.

Ferdière 2015

Ferdière A. - Essai de typologie des greniers ruraux de Gaule du Nord, Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 54 | 2015, document 4, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 05 janvier 2016. URL : http://racf.revues.org/2294

François 1980

Francois J.-L. - Trois granges médiévales méconnues dans le canton de Crépy-en-Valois (Oise), Revue Archéologique de l’Oise, 20 : 17-20.

Gentili 1998

Gentili F. - Les bâtiments agricoles du Fayel à Baillet-en-France (Val-d’Oise), in : Aspects méconnus de la Renaissance en Île-de-France, Somogy, Musée archéologique du Val-d’Oise, Paris, Guiry-en-Vexin : 115-117.

Gentili 2003

Gentili F. - Baillet-en-France “ Ferme du Fayel ”, rapport de diagnostic archéologique et synthèse des données historiques et archéologiques sur la ferme et le hameau du Fayel, Inrap, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, 37 p.

Giry 1895

Giry A. - La donation de Rueil à l’abbaye de Saint-Denis, in : Mélanges Julien Havet, recueil de travaux d’érudition dédiés à la mémoire de Julien Havet (1853-1893), Paris : 683-717, no 2 : 713-716.

Imbault 1986

Imbault D. - La Champagne : Architecture régionale, Jaher, Paris, 479 p.

Mecquenem (de) 2009

Mecquenem (de) C. - Présentation des premiers résultats relatifs à l’étude archéologique des élévations de la grange Seigneuriale de Rueil-Malmaison (92), in : Drwila et Viré 2009 : 273-292.

Moriceau 2009

Moriceau J.-M. - À l’ombre d’une grange médiévale : retour chez le fermier de Vaulerant … en mai 1758, in : De part et d’autre de la Normandie médiévale. Recueil d’études en hommage à François Neveux, Cahier des Annales de Normandie, 35 : 455-468.

Morize 1889

Morize L. - Étude archéologique sur l’abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay de l’ordre de Cîteaux... au diocèse de Paris, résumé historique et description du monastère, Société historique et archéologique de Rambouillet et de l’Yvelines, impr. de Deslis frères, Tours : 455-468 (Documents pour servir à l’histoire du département de Seine-et-Oise ; XVII).

Preiss 2011

Preiss S. - Étude carpologique du site de Longueil-Annel “ Le Village ” dans l’Oise (60), in : Derbois 2011 : 170-208.

Raynaud 2020

Raynaud F. - Exploitations agricoles et constructions vernaculaires dans un paysage de garrigues du xvie s. au xixe s., in : Archéologie de la maison vernaculaire, recueil d’articles sous la direction de Jean-Yves Dufour, Éditions Mergoil, Drémil-Lafage : 95-118.

Salmon 1971

Salmon M.-J. - L’architecture des fermes du Soissonnais : son évolution du xiiie au xixe siècle : étude d’architecture rurale, Presses des Mollets, Sazeray : 304 p.

Sigaut 1988

Sigaut F. - L’évolution technique des agricultures européennes avant l’époque industrielle, Revue archéologique du Centre de la France, 27, fasc. 1 : 7- 41.

Tardieu 2002

Tardieu J. - Les granges à trois nefs de l’abbaye de Bonnevaux (Isère), in : J.-F. Reynaud (dir.), Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, ALPARA, Lyon : 170-178 (DARA ; 23).

Trochet 1993

Trochet J.-R. - Aux origines de la France rurale : outils, pays et paysages, CNRS Éditions, Paris,168 p.

Trochet 2006

Trochet J.-R. - Maisons paysannes en France, Créaphis, Grâne, 605 p.

Vanderhaegen, Biwer et Noël 2010

Vanderhaegen B., Biwer N. et Noël M. - Neuville-aux-Bois “ Montfort, sud Montfort, zones 3, 5 et 6 ” (Loiret-Centre), Rapport final de fouille, Inrap - Direction interrégionale Centre - Île-de-France, 2 vol., 210 p. et 203 p.

Vermard, Wiethold et Gazenbeek 2008

Vermard L., Wietold J. et Gazenbeek M. - Production agricole et stockage dans une ferme du début du viie s. à Aubréville (Meuse), Revue archéologique de l’Est, 57 : 315-332.

Wyss 2014

Wyss M. - Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Îlot Condroyer, 63, rue de la République, Rapport de fouille préventive complémentaire, Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis, DRAC Île-de-France/Service régional de l’archéologie, juin 2014, 60 p.

Sources agronomiques

Aubert de la Chesnaye des Bois 1751

Aubert de la Chesnaye des Bois F.-A. - Dictionnaire universel d’agriculture et de jardinage, de fauconnerie, chasse, pêche, cuisine et manège, À Paris, chez David, 2 vol., 730 p. et 467 p.

Bastien 1798

Bastien J.-F. - La nouvelle maison rustique ou Économie rurale pratique et générale de tous les biens de Campagne, Deterville, Paris, 3 vol., 889, 899 et 1 006 p.

Bastien 1811

Bastien J.-F. - Calendrier du cultivateur, Paris, 407 p.

Belèze 1862

Belèze G. L. G. - Dictionnaire universel de la vie pratique à la ville et à la campagne, Hachette, Paris, 2e éd., 1862, 1872 p. + suppl. 30 p.

Blancarnoux et Blancarnoux 1910

Blancarnoux P. et Blancarnoux P. - Constructions rurales dans l’Agriculture au xxe siècle, encyclopédie publiée sous la direction de H.-L.-A. Blanchon et J. Fritsch, Lucien Laveur éditeur, Paris, 269 p.

Bona 1873

Bona T. - Manuel des constructions rurales, Librairie agricole de la maison rustique, Paris, 296 p

Bouchard-Huzard 1858

Bouchard-Huzard L. - Traité des constructions rurales, imprimerie et librairie d’agriculture et d’horticulture de Mme Ve Bouchard-Huzard, Paris, 888 p. + tables

Calonne 1779

Calonne L. F. de - Essai d’agriculture, en forme d’entretiens, sur la nature & la progression des pépinières, des arbres étrangers, des arbres fruitiers, sur la vigne, les vendanges ; sur le labour des terres, semences & récoltes de grains, & sur plusieurs autres discussions champêtres, chez l’auteur, chez Lesclapart fils, Paris, 439 p.

Carlier 1881

Carlier E. - Types de constructions rurales. Culture mixte, fermes, écuries, étables, bergeries, celliers, granges, citernes, etc., Librairie générale de l’architecture et des travaux publics Claude, Paris, 16 p. + 30 pl.

Caton, Économie rurale. Traduction française publiée sous la direction de M. Nisard en 1864, Errance, Paris, 2004, 78 p.

Chabouillé Dupetitmont 1795

Chabouillé Dupetitmont - Manuel pratique du Laboureur, suivi d’un traité sur les abeilles, Chez Fuchs, Paris, 172 p. + 5, + 35 p.

Chanvalon 1780

Chanvalon (abbé de) - Manuel des champs, ou recueil amusant et instructif concernant tout ce qui est le plus nécessaire & le plus utile, pour vivre à la campagne avec aisance & agrément, chez Lotin le Jeune, Paris, 4e édition, 578 p.

Château 1863

Château Th. - Technologie du bâtiment, Librairie d’architecture de B. Bance, Paris, tome I, 517 p.

Chomel 1732

Chomel N. - Dictionnaire oéconomique, contenant divers moyens d’augmenter son bien, et de conserver sa santé, I, Bruyset, Lyon, Paris, chez la veuve de Jacques Estienne, Paris : 1656 + 98 p.

Columelle - De l’agriculture, Traduction de M. Nisard publiée par Firmin Didot en 1864, Éditions Errance, Paris, 2002, 336 p.

Danguy 1914

Danguy J. - Constructions rurales, Encyclopédie agricole publiée sous la direction de G. Wery, Librairie J.-B. Baillière et fils, Paris, 502 p

de Fontenay 1836

de Fontenay M. - Manuel pratique des constructions rustiques, librairie encyclopédique de Roret, Paris, 271 p

De Neufchateau et al. 1828

De Neufchateau F., Poiteau A. et Aubert Dupetit-Thouars A. - Dictionnaire d’agriculture pratique, Aucher-Eloi et V. de Boisjoslin Libraires-éditeurs, Paris, 2 tomes, 594 p. et 779 p.

Duhamel du Monceau 1779

Duhamel du Monceau H. L. - Éléments d’agriculture, Paris, 2 tomes, 532 et 462 p. + pl.

Duvinage 1854

Duvinage H. - Manuel des constructions rurales, Dusacq, Librairie de la maison rustique, Paris, 548 p.

Duvinage 1856

Duvinage H. - L’architecture rurale, Typographie de Lelaurain-Martinet, Mézières, 425 p. + planches.

Estienne et Liebault 1583

Estienne Ch. et Liebault J. - L’agriculture et maison rustique, 362 p., édition de Lyon, 1698, 650 + 20 p.

Girardin et Du Breuil 1883

Girardin M. et Du Breuil A. - Traité élémentaire d’agriculture, I, Victor Masson et Fils, Garnier frères, 4e édition, Paris, 853 p.

Giroud 1695

Giroud A. - L’agriculture et ménagerie des champs et de la ville, Grenoble, 252 p.

Gourlier 1834

Gourlier P.-Ch. - Des fenils et granges, in : Ch. Bailly, A. Bixio et F. Malepeyre (dir.) - Maison rustique du xixe siècle, tome 1 : 317-320.

Heuzé 1862

Heuzé G. - L’année agricole – 3e année. Almanach illustré des comices, des propriétaires et des fermiers, Hachette, Paris, 500 p.

Heuzé 1889

Heuzé G. - La pratique de l’agriculture, Librairie agricole de la maison rustique, Paris, 2 tomes, 351 et 360 p.

Jennepin et Herlem 1898

Jennepin A. et Herlem Ad. - Album agricole, Armand Colin, Paris, 112 p.

Liger 1723

Liger L. - Le nouveau Théâtre d’agriculture et ménage des champs, Paris, 740 p.

Palladius - De l’agriculture, d’après l’édition établie par M. Nisard (1864), Errance, Paris, 125 p.

Palladius - Traité d’agriculture, tome premier (livres I-II), texte établi, traduit et commenté par R. Martin, Les Belles Lettres, Paris, (1976), 209 p.

Perthuis 1810

Perthuis de Laillevault L. M. De - Traité d’architecture rurale, Paris, 263 p. + 25 pl.

Ringelmann 1893

Ringelmann M. - De la construction des bâtiments ruraux. Les bâtiments de la ferme, Librairie Hachette et Cie, Paris, 271 p.

Ronse et Raison 1918

Ronse A. et Raison Th. - Fermes-types et constructions rurales en West-Flandres, Charles Beyaert, Bruges, tome I, 271 p.

Rozier et al. 1805

Rozier F. et al. - Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique, et de médecine rurale et vétérinaire, Tome XI, Paris, 492 p.

Rougier-Labergerie 1795

Rougier-Labergerie J.-B. - Traité d’agriculture pratique ou annuaire des cultivateurs du département de la Creuse et pays circonvoisins, L’imprimerie de la feuille du cultivateur, Paris, 420 p.

Serres 1600

Serres O. de - Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, réédition de 1996, Actes Sud, Arles, 1 410 p.

Thiébaut de Berneaud 1841

Thiebaut de Berneaud A. - Nouveau manuel complet du cultivateur français ou l’art de bien cultiver les terres, de soigner les bestiaux, et de retirer des unes et des autres le plus de bénéfices possibles, Librairie encyclopédique de Roret, Paris, 2 tomes, 295 et 276 p.

Toutant des Guiberts 1767

Toutant des Guiberts - Le vrai manuel des agriculteurs, Paris, 69 p.

Varron, De l’agriculture. Traduction de M. Wolf publié par Firmin Didot en 1864 sous la direction de M. Nisard, Éditions Errance, Paris, 2003, 96 p.

Varron - Économie rurale, Livre premier, Texte établi, traduit et commenté par J. Heurgon, Les Belles Lettres, Paris, 2001 (1978), 189 p.

Vitruve - De l’architecture, Fac simile de l’édition de Paris, J.-B. Coignard, 1684, traduite par Claude Perrault, Bibliothèque de l’image, 1995, 329 p.

Haut de page

Notes

1 Pour exemple : “ défaut de presque toutes les fermes des environs de Paris, où les granges quoique multipliées sont encore trop petites et obligent le fermier d’exposer loin de lui une partie de sa fortune, en le forçant de faire des meules de son grain dans la plaine. ” Chabouillé Dupetitmont 1795 : 8.

2 Communication personnelle de Laurent Vermard, archéologue à L’Inrap, que nous remercions.

3 Nous remercions Martine Derbois, archéologue à l’Inrap, de nous laisser présenter sommairement les données issues de sa fouille.

4 La perche de Paris équivalait à 34,17 m2.

5 Les poteaux 290, 297, 320 et 341, de même que le trou de poteau isolé 278.

6 Les poteaux 699 et 341.

7 Nous remercions Bruno Vanderhaegen, archéologue à l’Inrap, de nous laisser exploiter les données de cette fouille.

8 Les poteaux 209, 208, 211, 214, 215 et 2210.

9 Il n’y a pas de mobilier au sein des comblements des poteaux. Toutefois, l’implantation du poteau 215 coupe le fossé 210, permettant dès lors de rattacher ce bâtiment à l’extension parcellaire attribuée aux xiie-xiiie s. (Vanderhaegen, Biwer et Noël 2010, I : 159). Deux des trois silos (213, 216 et 220) proches de la grange sont diachroniques, donc sans rapport avec la grange.

10 Archéologue à l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis. Nous remercions Michaël Wyss de son aimable autorisation pour utiliser ces informations issues de sa fouille.

11 Un pied du roi équivaut à 32,660 cm avant 1667, et à 32,484 cm après 1668. Six pieds font une toise, soit 1,959 m, puis 1,949 m selon le même réajustement de l’étalon de longueur intervenu en 1668. Par commodité, nous retenons que six pieds de 32,5 cm font une toise d’1,95 m.

12 Comme l’indique l’analyse archéologique de l’édifice, la cohérence des matériaux mis en œuvre et celle des différents mortiers utilisés (si ce n’est la distinction à faire entre les liants des fondations et ceux des élévations, cette divergence s’inscrivant dans le cadre d’une mise en œuvre souvent observée des liants) attestent la grande cohérence de cet édifice qui relève d’un unique projet, l’ensemble des données suggérant une réalisation très rapide (Mecquenem 2009 : 273-292 ; Drwila et Viré 2009 : 81-84 ; Büttner 2009 : 234).

13 Arch. Nat. NIII Seine-et-Oise 180.

14 Nous sommes loin des dimensions des granges médiévales cisterciennes, dont les longueurs s’étirent entre 40 et 70 m dans le cœur du Bassin parisien (Blary 2017 : 41).

15 Nous ne retenons pas la mesure hors-œuvre de 25 m, soit 77 pieds, car l’analyse architecturale montre que le mur pignon sud n’est pas d’origine.

16 Soit, 6,6 m, mesure prise de centre à centre.

17 Une observation fine nous garantit qu’aucun enduit ne recouvrait ces bandes de parement décoratif.

18 Dufour et Prié 2019.

19 La face intérieure était très encombrée par de l’outillage agricole et des objets domestiques.

20 Carreaux longs de 40, 48, 50 et 63 cm × 18, 22 et 26 cm de hauteur.

21 Il mesure 8,25 m de hauteur (25 pieds), et présente une section de 120 x 75 cm à sa base. Il est composé de moyens (25 à 40 cm) moellons de silex et de quelques moellons de meulière silicifiée.

22 Arch. Nat. NIII Seine-et-Oise 180.

23 Pour cette étude du bâti, les données dendrométriques issues du rapport de dendrochronologie de Eeckhout et Houbrechts 2002 ont été vérifiées gracieusement par Yannick le Digol, de la société Dendrotech. Ce dernier nous confirme la validité des datations faites sur des mesures de 2002.

24 La partie inférieure de ces poteaux mesure 115 cm, présente une section de 36-38 cm de côté et des angles chanfreinés. La partie supérieure, longue de 555 cm (17 pieds) présente une section plus étroite (30-32 cm de côté) et des angles également chanfreinés. Les poteaux sont peints en blanc.

25 Poteaux espacés de 20 pieds.

26 Les étriers sont composés d’une bande de fer plat, longue de 190 cm, large de 5 cm et épaisse d’1,2 cm, fixée par des clous à tête épaisse, espacés de 36 cm.

27 Ceintures de fer plat disposées en écharpe de part et d’autre des arbalétriers. Les ceintures sont composées de bandes de fer longues de 190 cm, larges de 4,5 cm et épaisses de 0,5 cm. Elles sont fixées par des boulons à tête carrée (2 cm de côté) de facture industrielle, espacés de 22 cm.

28 D’épais tas de bois appuyés sur cette façade en limitaient l’approche.

29 Dans le revêtement de plâtre de l’embrasure intérieure, à l’ouest du jour vitré, on distingue huit cercles (diamètre 11 cm) incisés les uns sur les autres, et un autre cercle isolé. Également dans l’embrasure, à l’est du jour vitré, quatre cercles incisés (diamètre 11 cm) regroupés, et un autre isolé sont également lisibles. Enfin, sur la paroi intérieure du mur gouttereau sud, 40 cm à l’ouest de l’embrasure du jour vitré, à 270 cm (8 pieds) du sol actuel, nous avons observé un cercle de 22 cm de diamètre et une rosace de même gabarit. Si ces éléments géométriques restent incompris, leur repérage et description en permettra peut-être un jour l’étude.

30 Nous n’avons pas été autorisés à dégarnir les parois de cette ancienne porte.

31 Baie large de 310 cm et haute de 420 cm, sous deux linteaux de bois sciés mécaniquement (sections 22 et 25 cm). Le linteau extérieur montre à ses extrémités deux perforations de 8 cm de diamètre, pour recevoir les gonds des portes (disparues) ouvrant vers l’extérieur.

32 Carreaux mesurant 35, 46 et 50 cm × 17, 20 et 22 cm.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 0 - Localisation des granges citées.
Crédits © I. Pasquier et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre Fig. 1 - Le bâtiment 3 du site de l’Épichée à Aubreville (Meuse).
Crédits © L. Vermard, J. Wiethold et M. Gazenbeek 2008
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 2 - La grange de Longueil-Annel (Oise) dans son contexte du xie-début xiie s.
Crédits © Levés : M. Derbois et P. Maquet, Inrap ; infographie : R. Kaddeche, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 3 - Plan du bâtiment interprété comme grange sur le site de “ Montfort, Sud-Montfort ”, à Neuville-aux-Bois (Loiret).
Crédits © D’après Vanderhaegen, Biwer et Noël 2010
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4 - Plan de la grange médiévale fouillée à Saint-Denis, îlot Condroyer.
Crédits © Unité d’archéologie de Saint-Denis ; dessin : M. Wyss ; infographie : V. Farget
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 5 - Localisation du site de l’îlot Condroyer sur le plan scénographique de Belleforest en 1575.
Crédits © Unité d’archéologie de Saint-Denis ; dessin : M. Wyss ; infographie : V. Farget
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 6 - Plan général simplifié des vestiges du xiiie s. de la résidence seigneuriale de l’abbaye de Saint-Denis à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).
Crédits © G. Driwla, M. Viré, P. Raymond, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 7 - Relevé de l’élévation extérieure du mur-pignon de la grange médiévale de Rueil.
Crédits © Relevé Cl. de Mecquenem, infographie, P. Raymond, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 8 - Relevé de l’élévation intérieure du mur-pignon de la grange médiévale de Rueil.
Crédits © Relevé Cl. de Mecquenem, infographie, P. Raymond, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 9 - Vue (détail) de l’élévation intérieure du mur-pignon de la grange de Rueil.
Crédits © Cliché Cl. de Mecquenem
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 10 - Relevé de la grange de Rueil en 1750.
Crédits © Archives départementales des Yvelines, D 806 bis.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 11 - Restitution du plan de la grange de Rueil.
Crédits © P. Raymond, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 12 - Vue de la grange médiévale de la ferme de Mons, depuis le sud, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 13 - Plan de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 14 - Les principales mesures de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 15 - Orthophotographie de la façade ouest de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 16 - Orthophotographie de la face extérieure nord du mur gouttereau de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 17 - Orthophotographie de la face extérieure nord du mur pignon nord-est de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 18 - Vue du chaînage d’angle nord de la grange, et du contrefort déporté appuyé sur le mur pignon nord-est, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © Cliché : J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 19 - Vue du plot P9 Nord soutenant le poteau le plus au nord du bas-côté nord de la nef de la grange médiévale de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © Cliché : J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 20 - Relevé en section de la charpente de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © Orthophotographie et relevés R. Touquet, Inrap ; description J.-Y. Dufour, Inrap ; Dao : A. Cétout, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 21 - Relevé de la charpente de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne) et projection longitudinale.
Crédits © Orthophotographie et relevés R. Touquet, Inrap ; description : J.-Y. Dufour, Inrap ; Dao : A. Cétout, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 22 - Orthophotographie des deux tiers sud du mur gouttereau sud-est, de la grange de la ferme de Mons, à Athis-Mons (Essonne).
Crédits © R. Touquet et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 23 - Plan des vestiges archéologiques de la grange de la fin xve-xvie s., fouillée par François Gentili dans la ferme seigneuriale du Fayel, à Baillet-en-France (Val-d’Oise).
Crédits © F. Gentili, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4658/img-24.png
Fichier image/png, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Dufour et Claude de Mecquenem, « Quelques granges médiévales en Île-de-France et régions voisines », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 60 | 2021, mis en ligne le 30 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/racf/4658

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Dufour

Inrap Centre-Île-de-France, UMR 7041, équipe Archéologies environnementales

Articles du même auteur

Claude de Mecquenem

Inrap Centre-Île-de-France, UMR 8584/LEM/CNRS/EPHE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search