Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 60Quelques granges modernes en Île-...

Carte localisation

Quelques granges modernes en Île-de-France et régions voisines

Some modern barns in Île-de-France and neighboring regions
Jean-Yves Dufour

Résumés

Les observations archéologiques faites sur 19 granges, ces quinze dernières années, permettent de rappeler les problématiques liées à ces bâtiments emblématiques de l’économie céréalière du Bassin parisien. L’article, publié en deux parties, évalue l’état de la recherche sur le sujet de la grange médiévale et moderne dans une large Île-de-France.
La première partie rappelle les données descriptives et fonctionnelles issues des manuels d’agronomie modernes et contemporains. Quelques bâtiments sur poteaux plantés du Moyen Âge sont présentés, ainsi que deux granges seigneuriales en pierre de la fin du Moyen Âge. Le passage des granges de type basilical avec ouverture sur mur pignon, à la grange paysanne avec ouverture sur le mur gouttereau reste à préciser au cours des xve et xvie s.
Cette seconde partie traite des granges modernes. Les cas observés en élévation posent la question de la présence/absence des contreforts, et donc de leur utilité. D’autres principes de construction peuvent y suppléer. Le modèle des édifices religieux est rappelé, ainsi que l’échange possible de fonction entre grange et édifice cultuel. L’évolution des portes de grange est symptomatique de l’accroissement des rendements aux périodes moderne et contemporaine. Les résultats d’analyses paléo écologiques de sols de grange sont donnés.
La fréquentation des granges par le bétail est attestée sur plusieurs sites. Elle s’accroît avec le développement des activités agro-industrielles en grange.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article complète pour la période moderne, notre réflexion sur les granges à partir de 19 bâtiments récemment observées en fouille, ou en archéologie du bâti, par divers chercheurs opérant en archéologie préventive en Île-de-France ou pays limitrophes (Fig. 0). Sept sites sont présentés dans la partie consacrée aux granges médiévales, à l’introduction de laquelle le lecteur est invité à se référer.

Fig. 0 - Localisation des granges citées.

Fig. 0 - Localisation des granges citées.

© I. Pasquier et J.-Y. Dufour, Inrap

2La présente partie questionne douze granges de la période moderne. Les limites des conditions d’observation sont connues : le bâtiment doit être observé, décrit et relevé en une ou deux journées ; il est rarement sondé ou fouillé. Des datations dendrochronologiques permettent de bien caler certains édifices en chronologie absolue.

3Notre approche est fondée sur l’architecture et l’organisation spatiale, de ce qui a pu être observé archéologiquement sur le terrain. Le but est de mieux comprendre en élévation et au sol ces bâtiments trop rarement identifiés par l’archéologie sédimentaire traditionnelle. Pour ce faire, nous croisons des données issues des approches archéologiques, ethnographiques et des traités agronomiques. L’article fait également le point sur l’apport des études paléo environnementales touchant le sol des granges.

4Enfin, nous abordons la fonction des granges dans une évolution et acceptation la plus large, puisque nous observons à partir du xixe s. la présence régulière de stabulation, ainsi que le développement d’activités agro-industrielles dans les granges.

Questions d’architecture soulevées par l’étude des granges modernes

La grange du Bois-Chaland à Lisses, Essonne

  • 1 Archives départementales de l’Essonne (1Fi/47).
  • 2 On appréciera ici la limpidité des mesures exprimées dans le système de l’Ancien régime. Elle marqu (...)

5La grange occupe le pan sud-ouest d’une ferme figurée à cour fermée sur la Carte des Chasses du Roi1 de 1764. C’est un bâtiment rectangulaire long de 32,6 m et large de 11,8 m dans l’œuvre, soit 384,70 m2 (100 × 35 pieds)2. La grange est axée sur un axe NO-SE et flanquée d’un porche central sur le côté nord. Ce porche est large de 3,9 m (2 toises) et profond d’1,95 m (1 toise). Une toiture en appentis protégeait des intempéries une porte charretière haute de 4,6 m (14 pieds). Une seconde ouverture d’origine, haute de deux toises occupe le mur sud de la grange, dans l’axe de la précédente (Frangin 2004).

  • 3 Leur espacement moyen de 265 cm ne se comprend qu’en ajoutant la largeur moyenne (65 cm) d’un contr (...)

6Les murs gouttereaux de la grange sont renforcés de dix contreforts chacun, dont deux d’angle (Fig. 1). Ces contreforts sont hauts de 20 pieds (6,6 m). À hauteur d’homme, ils sont larges de 65 cm (2 pieds) et profonds de 44 cm. Il y a donc un contrefort pour 10 pieds linéaires3 et 200 pieds en carré de mur. Le porche s’appuie nettement sur les deux contreforts qui encadraient l’ouverture d’origine. Ces éléments de renfort sont chaperonnés en appentis, dans le prolongement de la toiture à deux versants (Fig. 2).

Fig. 1 - Vue de la grange de la ferme du Bois Chaland, à Lisses (Essonne).

Fig. 1 - Vue de la grange de la ferme du Bois Chaland, à Lisses (Essonne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

Fig. 2 - Plan et section de la grange de la ferme du Bois Chaland, à Lisses (Essonne).

Fig. 2 - Plan et section de la grange de la ferme du Bois Chaland, à Lisses (Essonne).

© C. Bertrand et J.-Y. Dufour, Inrap

7Le tout est couvert en tuiles plates. Deux jours carrés positionnés au sommet des deux murs pignon assurent la ventilation du bâtiment. Les deux butons visibles contre le mur pignon ouest sont des renforts récents. Tous les murs sont également percés d’ouvertures hautes ou basses qui participent à l’histoire de la grange ; toutefois, seule la porte piétonne (obturée) à l’ouest du porche semble d’origine.

  • 4 Carte des Chasses du Roi de 1764.

8Comme en témoignent les plans anciens4 et un pan de mur résiduel, un autre bâtiment prolongeait un temps le côté est de la grange, montrant que celle-ci s’intégrait dans le plan d’une ferme à cour fermée.

  • 5 Large d’environ 4 m.
  • 6 Allée longue de 11, 8 m et large de 4 m.

9Le sol de la grange a fait l’objet de reprises récentes. Une allée centrale5 pavée de grès contemporains reliait les deux portes charretières. La hauteur utile sous ferme est de 7,8 m (4 toises). La surface utile est de 336 m2 si l’on déduit l’allée6 centrale pavée qui servait sans doute d’aire de battage. Le volume de la grange reste très important : 336 × 7,8 = 2 620 m3. Les études métrologiques permettent de restituer un domaine fort de 262 à 325 ha pratiquant l’assolement triennal avec jachère d’un an (Brunet et Dionnet 1986).

  • 7 Plâtre gris avec inclusions de charbon et de gravier.

10La grange présente un plan idéal ; porche, portes en vis à vis, allée centrale sont présents. L’aire de battage a toutefois disparu. Les murs épais de 65 cm (2 pieds) sont essentiellement faits de blocs équarris et de moellons de meulière, plus quelques pavés de grès. Le tout est lié par un mortier orange riche en gravier et cailloutis. Les murs sont enduits de plâtre gris7. Tous ces matériaux sont traditionnels en Île-de-France. La bonne résistance de la meulière et du mortier ont suffi à tenir la grange en l’absence de toute jambe harpée en pierre de taille. Ou bien les contreforts, plus nombreux sur ce bâtiment que sur les autres présentés dans cet article, étaient-ils destinés à compenser l’absence de maçonnerie sous tendant les murs ?

  • 8 Des fermes entières ont été personnellement observés et décrites à Roissy-en-Brie (77), La Queue-en (...)

11Aucune des autres granges que nous avons observées en Île-de-France8 ne présente tant de contreforts. La plus grande surface de la grange de Lisses, et donc les poussées de la charpente expliquent-elles tout ? Ou bien un renfort en élévation est-il rendu nécessaire par la nature du sol ?

12La fouille du site a permis des observations sur les fondations de la grange. Le pan sud de la grange s’appuie sur des constructions plus anciennes. Les observations effectuées sur le côté nord dévoilent un pan apparemment construit avec moins de contraintes. Les fondations sont continues sous le porche, où elles sont larges de 75 cm. Le porche est fondé sur 70 cm de profondeur, soit trois assises de moellons (30-40 cm) de meulière et blocs de grès équarris. Le liant de mortier est similaire à celui observé dans les élévations. Les deux assises inférieures des fondations du porche sont débordantes ou élargies de 20 cm à l’intérieur du porche.

13Les contreforts appuyés sur le pan nord de la grange sont fondés sur 65 cm (2 pieds) de profondeur. Trois assises, dont deux débordantes jusque 1 pied vers l’extérieur, composent ces fondations larges de 90 × 70 cm, pour des contreforts d’une section de 50 × 70 cm à leur base.

14Le mur gouttereau nord montre deux assises de fondations, soit 40-45 cm de profondeur ; le mur gouttereau est donc moins fondé que le porche et les contreforts. L’assise inférieure des fondations est composée de moellons de meulière (20-30 cm), avec un empattement de 10 cm vers l’extérieur. L’assise supérieure composée de moellons plus réguliers et de grès équarris est dans le prolongement de l’élévation.

15Le pan sud, arrière de la grange, s’appuie sur des vestiges maçonnés anciens. La porte laisse voir des fondations larges de 85 cm remaniant en profondeur un mur postérieur. Comme l’élévation du mur gouttereau à la même largeur (2 pieds) que le mur nord, on en déduit que les fondations de la grange côté sud sont apparemment plus larges et profondes que nécessaires. Elles présentent un empâtement de 10 à 15 cm de part et d’autre du pan sud-ouest.

16Les observations réalisées sur les fondations des contreforts côté sud nuancent notre première impression. En effet, tous les contreforts sud, bien que construits en dehors du bâtiment ancien, ont des plots de fondations débordant de 50 cm vers l’extérieur, soit des plots de 100 × 70-80 cm (plus larges que ceux du pan nord) pour des contreforts identiques (section 50 × 70 cm).

17On en déduit donc que, malgré les apparences, des fondations plus puissantes sont nécessaires à l’emplacement des ouvrages anciens. Cette constatation, banale en archéologie du bâti, en suggère une autre ; un bâtiment tout à fait symétrique peut avoir des fondations qui ne le sont pas.

18Si la présence de contreforts est un argument fort pour distinguer une grange parmi des bâtiments ruraux, leur arrachement ou la démolition du bâtiment laisse parfois des traces moins évidentes mais tout aussi riches d’informations.

La ferme de la Selle à Roissy-en-France, Val-d’Oise

  • 9 En deux secteurs d’observations, nous avons pu, avec l’accord des services technique de la ville de (...)

19Dans le village de Roissy-en-France, situé au cœur du Pays de France, vaste entité agricole ultra céréalière localisée au nord-est de Paris, nous avons dirigé plus d’une vingtaine d’opérations d’archéologie préventive. Rue Jean Moulin, une série d’opérations de fouilles nous permet, depuis 1996, de reconstituer l’histoire d’une ferme céréalière occupée de façon continue depuis le ve s. jusqu’au xxe s. La grange principale de cette ferme était démolie de longue date, mais une partie de ses murs a servi de mur de clôture lors des lotissements successifs du site. Dans l’emprise fouillée en 2014, l’étude ponctuelle9 du mur de clôture côté est, a livré l’ultime témoignage de l’ancienne grange de la ferme (Dufour 2016).

  • 10 Conservé sur 3 m de hauteur, le contrefort est large de 2 pieds (70 cm), épais de 3 pieds (105 cm) (...)

20Dans l’angle sud-est de la parcelle, subsistait un demi contrefort10 (US 3494) lié au mur de clôture (Fig. 3). Dans son prolongement vers l’est, la fouille réalisée en 1996 au 12 de la rue Jean Moulin a livré les fondations d’une maçonnerie de deux pieds de large.

Fig. 3 - Roissy-en-France (Val-d’Oise), 14 rue Jean Moulin. Les vestiges de la grange conservés dans un mur de clôture.

Fig. 3 - Roissy-en-France (Val-d’Oise), 14 rue Jean Moulin. Les vestiges de la grange conservés dans un mur de clôture.

© J.-Y. Dufour et I. Pasquier, Inrap ; plan Archives départementales du Val-d’Oise

  • 11 Ensuite est l’estimation de ladite grange et d’une cour qui donne entrée à ladite grange par une (...)

21Le report des vestiges de la fouille sur le cadastre dit napoléonien de Roissy-en-France positionne le contrefort en limite ouest d’une grande grange, aisément reconnaissable par la série de sept contreforts figurés sur son mur gouttereau oriental. La grange axée nord-sud mesurerait six travées de longueur selon le plan napoléonien, neuf travées selon son estimation lors de sa vente en 179411.

  • 12 Plâtre blanc avec menues inclusions de charbon de bois et grosses inclusions de gypse.

22Au nord du contrefort, l’actuel mur de clôture a été observé sur 3 m de longueur. Ce mur (US 3497) est lié au contrefort ; il s’agit donc d’une portion de l’ancien mur gouttereau de la grange. Il présente une vingtaine d’assises irrégulières de moellons calcaire et meulière noyés dans un épais plâtre12.

  • 13 Avec briques, ciment et mortier jaune.
  • 14 Maçonnerie composée de moellons calcaire (10-20 cm) très mal assisés et sans liant dans la partie i (...)
  • 15 Les portes de sortie de la grange pour les charrettes à vide peuvent être plus étroites que les por (...)

23À 3 m de distance du contrefort 3494, des traces d’arrachement (US 3452) et de bourrage contemporain13, observées sur une largeur de 65 cm (2 pieds), signalent logiquement l’emplacement d’un autre contrefort. 110 cm au nord de la trace de ce second contrefort, le mur de clôture (US 3497) est interrompu, remplacé par une maçonnerie (US 3456) grossière14, large de 260 cm (8 pieds), servant manifestement de condamnation à une ancienne porte bétaillère ou de sortie de grange15. En bordure nord de cette ancienne ouverture, la limite de fouille montre le parement ouest d’une maçonnerie (US 3518) large de 90 cm, espacée de 6,6 m (20 pieds) du contrefort conservé en élévation. Cette maçonnerie est la fondation d’un ancien porche servant également de contrefort.

  • 16 3366 est une maçonnerie verticale, large de 60-65 cm, saillante de 5 cm, composée d’assises réguliè (...)
  • 17 10,8 m – deux contreforts larges de 60-65 cm (soit 125 cm) = 9,55 m = trois travées de 320 cm de lo (...)

24Toujours plus au nord, dans le mur de clôture, à 10,8 m de distance de la fondation précédente (US 3518), une autre maçonnerie (US 3366) verticale, large de 65 cm et saillante de 5 cm, marque également un ancien contrefort16. Cette mesure de 10,8 m correspond exactement à trois longueurs de travées de 10 pieds + deux contreforts disparus17.

25Nous émettons donc l’hypothèse de travées de granges larges de 10 pieds de poutre à poutre.

26Si la poutre mesurait 1 pied de section, la grange de neuf travées devait donc mesurer 9 × 10 pieds + huit poutres d’1 pied de largeur + deux murs pignon d’1 pied chacun, soit exactement 100 pieds (32,56 m). Cette estimation théorique serait tout à fait dans l’esprit des constructeurs de l’Ancien régime. Notons que cette mesure de 100 pieds est également celle relevée pour l’aile ouest de la ferme moderne (Dufour 2016 : 120).

27Au sud du contrefort observé le plus au nord (US 3366), le mur de clôture est à nouveau composé d’une maçonnerie différente (US 3439), longue de 330 cm, de médiocre mise en forme, qui évoque là encore la condamnation d’une ancienne porte de la grange.

  • 18 Ce mur présente trois assises inférieures composées de blocs de pierre de taille calcaire (50-60 ×  (...)
  • 19 Une porte bétaillère est une porte dont les dimensions sont adaptées au passage du bétail.

28Le mur de clôture au sud du seul contrefort conservé, n’est pas strictement dans l’axe de celui observé au nord du contrefort. Ce mur18 (US 3498) présente les traces d’une ancienne porte. À 40 cm de distance du contrefort, ses assises sont interrompues sur 4 pieds (135 cm) de largeur. Le chaînage d’angle formé par quatre assises de gros blocs signale bien une ancienne porte (US 3499) bétaillère (?) ouverte au travers du mur de la grange19. Le linteau en bois de cette porte est visible dans un jardin privé sur la face orientale du mur.

29Plus au sud, le mur arrière (US 3402) des bâtiments sur rue vient à la perpendiculaire du mur de l’ancienne grange, servait ainsi sans doute de contrefort. La distance de 390 cm (2 toises) séparant le contrefort observé (US 3494) de ce mur arrière des bâtiments sur rue est supérieure à celle observée entre les deux contreforts. Comme les murs ne sont pas non plus dans le même axe de part et d’autre du contrefort 3494, on peut envisager une grange allongée au fil du temps, ou encore deux bâtiments différents réunis dans un second temps pour une fonction commune de grange.

30La découverte à cet emplacement d’une porte bétaillère (US 3499) contre la grange indique soit au moins une travée de la grange accessible au gros bétail à une certaine époque, soit un bâtiment antérieur destiné au logement animal.

31Même très partiellement conservée, une succession de contreforts et de larges portes permet d’identifier une grange parmi nos vestiges. Bien qu’incomplètes et manquantes de fouille, les diverses observations effectuées sur le mur de clôture au nord du seul contrefort observé en élévation s’intègrent parfaitement dans le schéma d’une longue grange axée nord-sud. On peut s’interroger sur la représentation de cette grange sur le cadastre de 1819 (Fig. 3). Les contreforts figurés contre le mur gouttereau oriental peuvent s’expliquer par la nécessité d’appuyer la grange exposée aux vents dominants sur son long côté ? Les contreforts du mur ouest n’ont pas été figurés. Est-ce un défaut du cadastre, qui par nature restitue mieux le parcellaire que le détail du bâti ? Ou bien les contreforts étaient-ils déjà arrachés au début du xixe s. ? Empiétaient-ils à ce point sur la propriété allotie ? Si on peut se passer de contreforts sur un long côté entier de la grange, on peut s’interroger sur leur destination.

32Parmi les auteurs anciens consultés, un seul nous explique que les contreforts extérieurs permettent d’économiser l’épaisseur des murs (Danguy 1914 : 392). Jacques Danguy est ingénieur agronome, chef des travaux de génie rural à l’école nationale d’agriculture ; on peut se fier à ses propos. L’arrachement des contreforts sur un long mur de grange à Roissy aurait dû déstabiliser la grange.

33Mais nous avons vu de nombreuses granges dépourvues de contreforts … la question reste ouverte.

La grange de la ferme du Bois-Briard à Courcouronnes, Essonne

34La ferme de Bois-Briard est localisée dans la commune de Courcouronnes, dans le nord-est du département de l’Essonne. Le port de Corbeil-Essonnes, localisé 4 km à l’est, reliait Courcouronnes à Paris par la Seine. De nos jours totalement intégrée dans l’agglomération parisienne, la ferme était jusqu’au milieu du xxe s. isolée à quelque 800 m au nord-est du village. Géomorphologiquement, le site est implanté sur un plateau à l’ouest de la vallée de la Seine, plateau composé par les couches du calcaire de Brie surmonté d’argile à meulière. Nous sommes en limite est du Hurepoix, région naturelle au sol marneux, sablonneux et argileux, supportant bois et friches sur ses parties sèches, grande culture ailleurs (Dupias et Rey 1985).

  • 20 Étude et transcriptions d’Olivier Bauchet dans Dufour 2013.

35Les aveux et dénombrements20 permettent de suivre la transmission du fief du Bois briard jusqu’en 1598, date à laquelle Nicolas le Bailleul l’aîné, décrit “ le fief, terre et seigneurie de Boisbriard et Courcouronne autrement dit le Plessis Briard à cause du chasteau de Corbeil, scis en la chastellenie dudit Corbeil, lequel fief consiste en un chastel qui est de present en ruine et en maisons, granges, estables, coulombier, cour et jardin contenant deux arpens de terre ou environ avec haulte, moyenne et basse justice. ”

36La ferme du Bois-Briard se présente comme une vaste maison paysanne à cour fermée, selon la typologie de l’école de géographie rurale française (Demangeon 1920). Le logis du maître et une remise occupent le pan ouest de ce quadrilatère. Les côtés nord, est et sud étaient occupés par les bâtiments d’exploitation et des logements pour ouvriers agricoles. Seul le côté nord de la ferme devant être démoli, notre étude n’a porté que sur trois bâtiments anciens, dont une longue grange (Dufour 2014a).

37La grange du Bois-Briard mesurait treize travées. Des bâtiments en appentis étaient appuyés, aussi bien sur la façade côté cour de la grange que sur toute sa longueur extérieure nord de la grange. Nous concentrons nos propos sur la grange, bâtiment le plus imposant et emblématique de l’économie céréalière.

38La grange a une longueur maximale de 42,8 m dans-œuvre, c’est-à-dire 22 toises. Dans le tiers ouest où elle semble la moins remaniée, la grange mesure 7,1-7,2 m de largeur dans-œuvre, soit 22 pieds (Fig. 4). En son état de fin 2013, le sol de la grange est intégralement bétonné. La charpente à fermes et pannes repose sur des entraits positionnés à 4,8 m de hauteur (mesure sous entrait).

Fig. 4 - Plan détaillé de la grange de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

Fig. 4 - Plan détaillé de la grange de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

© M. Belarbi et J.-Y. Dufour, Inrap

39Une forte occupation industrielle a largement dénaturé maints pans de ses murs, les baies sont multipliées et la lecture de cet édifice en est complexifiée (cf. ci-dessous, Une utilisation tardive des granges comme lieux de stabulation).

40Le bâtiment a été construit d’un seul tenant, en témoigne la datation dendrochronologique homogène des dates d’abattage des dix entraits datés du xviiie s. (cf. infra). Les entraits ont un espacement régulier de 3,25-3,3 m (10 pieds), sauf les deux entraits appuyés sur une tour circulaire positionnée dans l’angle sud de la grange, entraits séparés seulement de 2,7 m (8 pieds). L’ancienne tour est donc intégrée au bâtiment de stockage, dès la conception de celui-ci.

  • 21 Deux contreforts subsistent noyés dans les appentis au nord et au sud de la grange.

41Les murs de la grange sont composés de moellons de grès (20-40 cm) et meulière (10-20 cm), liés par un mortier sableux jaune (maçonneries H et 2G). Ces murs étaient logiquement tendus par des chaînes harpées espacées de 290 cm (9 pieds), chaînes larges de 60 cm, composées d’assises de gros blocs (55 × 20 à 34 cm) de grès équarris disposés en carreaux et boutisses, avec blocages de petits moellons de meulière liés au mortier de chaux sableux jaune maçonnerie (2G). Ces jambes pouvaient se prolonger à l’extérieur de la grange sous forme de contreforts21. Jambes harpées et contreforts sont deux techniques pour contrebalancer la poussée des gerbes stockées.

“ Lorsque les gerbes sont entassées sans qu’on s’astreigne à en équilibrer les diverses portions agglomérées, elles exercent sur les parois des bâtiments une poussée latérale dont on ne se rend pas toujours bien compte. Aussi, est-il bon de donner aux murailles une épaisseur suffisante, pour leur assurer une certaine force de résistance ou au moins d’établir de distance en distance, des chaînes ou piliers en maçonnerie, qui prêteront le secours de leurs forces aux parties faibles de la construction. ” (Bouchard-Huzard 1858 : 230).

42La grande longueur du bâtiment nécessitait l’usage d’au moins deux, si ce n’étaient trois portes charretières.

43Une seule porte est encore reconnaissable (Fig. 5). La quatrième travée (à partir de l’ouest) a en effet conservé trois des quatre piédroits nécessaires à sa stabilisation (les jambes K, L et Q).

Fig. 5 - Un des accès à la grange du xviiie s. de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

Fig. 5 - Un des accès à la grange du xviiie s. de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

  • 22 La datation acquise de ce linteau est 1238-1239. Il s’agit donc d’une pièce en réemploi.

44La porte d’accès côté cour est large de 290 cm (9 pieds). Un linteau est conservé à 490 cm de hauteur (15 pieds). Face à cette porte d’entrée dans la grange depuis la cour, une baie marque le mur nord. Cette porte (maçonnerie M) est large de 320 cm. Un linteau22 d’un pied de section est positionné à 280 cm de hauteur. Cette hauteur moindre est dans la norme pour une porte de sortie (d’un attelage déchargé de ses gerbes).

45Tout le long du mur gouttereau sud très remanié, plusieurs travées présentent les vestiges d’une éventuelle autre porte charretière. Le mur des travées 9 et 10 est composé de la maçonnerie d’origine liée au mortier sableux jaune, aussi nous ne retenons pas l’hypothèse d’un emplacement d’une ancienne porte, malgré la présence de jambes harpées débordantes à l’extérieur sous forme de contrefort (Fig. 4).

46Deux chaînes harpées encadrent le mur gouttereau sud de la huitième travée. La jambe la plus à l’ouest (maçonnerie 2J) est remaniée sur 3 m de hauteur, mais bien conservée au-dessus. L’extrémité supérieure de ce pilier est chanfreinée. Entre ces deux jambes, la maçonnerie (2K) liée au plâtre blanc ne semble pas d’origine. La septième travée (maçonneries T, 2I et 2J) est totalement remaniée.

47Les ouvertures d’un bâtiment étant les points de construction les plus fragiles et les plus remaniés, on peut supposer qu’une deuxième porte charretière permettait l’accès depuis la cour au travers de la septième ou de la huitième travée. Nous n’avons toutefois pas plus d’arguments.

  • 23 Le document (AD91, B823) n’est pas daté, mais la description d’une allée de marronniers nous situe (...)

48L’étude des plans anciens permet de distinguer la grange de l’aile nord de la ferme par la largeur du bâtiment figuré. Les plans ne sont toutefois pas suffisamment précis pour figurer les ouvertures. Et pour cause… un aveu et dénombrement du xviiie s.23 nous indique que les granges à bleds et avoine sont dès le xviiie s. supports de petits bâtiments d’élevage disposés en appentis.

“ A costé sont les granges de la ferme au long desquelles sont plusieurs petites estables, toits à porcqs, poullailliers et au-dessus une petite volliere bastarde. ”

49Autrement dit, les appentis transformés en logements à l’époque contemporaine, sont bien présents avec une fonction agricole, sans doute dès l’origine de la grange. La carte postale illustrant partiellement les pans ouest et nord de la ferme du Bois Briard, montre une grange dans un état finalement très proche de celui du début du xviiie s. (Fig. 6).

Fig. 6 - Mise en perspective du pan nord-est de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

Fig. 6 - Mise en perspective du pan nord-est de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

© Cliché : J.-Y. Dufour, Inrap ; plan : M. Belarbi, Inrap et carte postale phototypie Combier - Mâcon

50Nous comprenons, dans le cas de la grange du Bois Briard, que les jambes harpées de la maçonnerie, et les constructions en appentis, peuvent efficacement remplacer des contreforts.

La charpente

51La charpente de la grange est relativement simple, composée de fermes triangulaires encastrées, dans des entraits reposant au sommet des murs gouttereaux (Fig. 7).

Fig. 7 - Coupe de la charpente de la grange de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

Fig. 7 - Coupe de la charpente de la grange de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).

© Relevés : M. Belarbi, Inrap ; clichés : J.-Y. Dufour, Inrap

  • 24 Seul le cinquième entrait est en orme.

52Les entraits longs de 7,8 m (4 toises) sont des bois de brin en chêne24, de 40 à 50 cm de section. Des tirants métalliques les ancrent aux murs. Les arbalétriers insérés à 45° dans le poinçon, dessinent une toiture à angle droit. À une toise de hauteur, un faux entrait long de 3,3 m (10 pieds) renforce ce comble haut de 2 toises. Des liens reliant les poinçons à la panne faitière achèvent de consolider le tout.

53À des fins de datation dendrochronologique, onze prélèvements ont été réalisés dans la charpente, par la société Dendrotech. Les entraits des fermes 1, 2, 4, 8, 9, 10 et 11 (Fig. 4), ainsi que le faux-entrait de la 9e ferme ont livré une datation acquise pour un abattage en automne-hiver 1716-1717. Cette datation est retenue pour la construction de la grange. Cette dernière montre de nombreux remaniements, et des murs pas tout à fait rectilignes, aussi il reste possible que l’homogénéité de la charpente s’appuie sur des murs partiellement plus anciens.

Calculs de production

  • 25 Longueur 36,3 m × largeur 7,1 m × hauteur sous entrait 4,8 m = 1 237 m3.

54Une grange est proportionnée aux grains qu’on récolte, donc à l’étendue de son domaine agricole (cf. le tableau des données agronomiques dans partie “ Quelques granges médiévales en Île-de-France et régions voisines ”, même livraison, Tabl. 1). Dans son état ancien, la grange est longue de treize travées. Si l’on déduit deux travées utilisées pour la circulation et le battage du grain, alors onze travées sont disponibles pour le stockage des gerbes. Ces onze travées donnent un volume de 1 237 m3 disponibles25.

55Selon l’étude de métrologie réalisée sur les granges en France (Brunet et Dionnet 1986), la grange de la ferme du Bois Briard permettrait le stockage des gerbes produites sur un domaine agricole estimé entre 124 et 155 ha. Selon le Cours complet d’agriculture (Rozier et al. 1805), chaque travée de grange permet le stockage de 8 000 gerbes, soit la production de 13 ha. Les onze travées correspondraient effectivement à un domaine agricole de 143 ha.

  • 26 Nous limitons le comble au faux entrait positionné à 7,2 m au-dessus du sol.

56L’important espace sous comble26 permet toujours le stockage d’un important surplus de 411 m3.

  • 27 Ce qui veut dire, qu’à partir d’un simple plan au sol d’une grange, un plan de vestiges archéologiq (...)

57Un aveu et dénombrement de la terre et seigneurie du Bois Briard et Courcouronnes, leurs appartenances et dépendances, donné par Nicolas le Bailleul l’aîné, le 25 juin 1598 (copie du xviiie s.) (AD91, B823), fait état d’un domaine de 372,5 arpents de terres labourables, soit 157 ha si nous retenons la mesure de l’arpent commun (42,21 ares). La grande grange de treize travées semble donc parfaitement adaptée27 à la taille du domaine agricole lié au Bois Briard.

58L’aveu du xviiie s. distingue les granges à bled et avoines ; la césure lisible par le petit mur de refend (maçonnerie O) positionné entre la sixième et la septième travée, c’est-à-dire à 19,5 m (10 toises ou 60 pieds) du mur ouest, peut résulter d’une partition partielle de la grande grange.

La grange contemporaine de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville, Seine-et-Marne

59La commune de Combs-la-Ville se localise au sud-ouest du département de la Seine-et-Marne, à environ 47 km du centre de Paris. La ferme des Copeaux se présentait sous la forme d’une vaste maison paysanne à cour fermée, localisée en limite nord-est du village ancien.

  • 28 Arch. dép. Seine-et-Marne, E 185, fol. 204-205.
  • 29 Arch. nat., étude CVIII/595.
  • 30 Arch. dép. Seine-et-Marne, E 184.
  • 31 Arch. dép. Essonne, 2 E 14/123.

60L’étude documentaire (Olivier Bauchet, dans Frangin, Dufour et Bauchet 2006) et les sondages au sol ouverts devant la grange, nous informent de l’existence d’une première grange ; en 1663, une volière au-dessus du portail de la grange lui confère un peu de prestige, mais la ferme est un domaine roturier28. En 1768, la grange mesure cinq travées ; un toit à porc et un poulailler s’y adossent en appentis29. Le plan terrier30 de 1784 figure une grange isolée sur le pan nord d’une ferme de plan trapézoïdal, ceinte de murs. La grange moderne est dotée d’un porche qui manifeste son ouverture au sud-est. Entre 1840 et 1851, la grange est entièrement reconstruite, logiquement pour s’adapter à la forte augmentation du domaine, jusque 98 ha, réalisée début du xixe s.31

61Les bâtiments s’organisent désormais autour d’une vaste cour rectangulaire. L’aile nord, longue de huit travées forme une seconde bergerie et l’unique grange. Un poulailler en appentis s’adosse contre ce bâtiment. Notons ici la différence entre la mention archivistique, et nos observations avant démolition, d’une grange de sept travées, et d’une bergerie de trois travées. Aux Copeaux, comme ailleurs, le développement du battage mécanique au cours du xixe s. a sans doute réduit le besoin de grange, et permis le développement de l’élevage ovin, toujours associé à la céréaliculture.

62Les sondages ouverts dans la cour n’ont livré aucun vestige médiéval. La ferme est présente sur les plans du xviiie s., mais la ferme observée en 2006 correspond largement à celle construite entre 1840 et 1850, et décrite dans les archives en 1851.

63Les bâtiments observés sont ceux d’une exploitation céréalière d’une centaine d’hectares (Fig. 8).

Fig. 8 - Plan de la ferme des Copeaux à Combs-la-Ville, Seine-et-Marne, telle qu’observée en 2006.

Fig. 8 - Plan de la ferme des Copeaux à Combs-la-Ville, Seine-et-Marne, telle qu’observée en 2006.

© L. Vallières et J.-Y. Dufour, Inrap

  • 32 Cette bergerie est conçue comme telle dès sa construction. Il ne s’agit donc pas d’une partie de gr (...)

64Une vaste grange occupe la moitié du pan nord de la ferme. Le bâtiment est long de 41 m (21 toises) hors-œuvre, mais les trois travées les plus à l’est sont occupées par une bergerie32. Nous avons donc affaire à un bâtiment à double fonction, mais celles-ci (élevage et stockage) sont nettement séparées (Fig. 8 et 9).

Fig. 9 - Vue de la façade sur cour de la grange de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), telle qu’observée en 2006.

Fig. 9 - Vue de la façade sur cour de la grange de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), telle qu’observée en 2006.

© L’herbe à midi, et L. Vallières, Inrap

65Les deux tiers du bâtiment consacrés à la grange mesurent 27,2 m × 9,4 m (14 toises × 29 pieds) de dimensions intérieures. Cette grange ouverte plein sud est divisée en sept travées.

  • 33 Les fondations de ces murs sont longues de 2,7 m et larges de 0,7-0,75 m. Les maçonneries sont comp (...)

66Dans les troisième et septième travées, deux portes charretières ouvertes sur la cour de la ferme sont larges de 3,3 m et hautes de 4,5 m. Des traces d’arrachement signalent que ces portes étaient précédées de porches, dont les fondations33 sont apparues dans nos tranchées de diagnostic. Un gros moellon disposé en limite sud d’une des fondations d’un des deux porches, signale logiquement des piédroits en besace.

67Entre les deux porches, les traces d’arrachement en haut de façade marquent l’emplacement d’une ancienne volière. Au sol, diverses fondations trouvées dans les tranchées de sondage indiquent qu’une série d’appentis s’appuyaient sur la façade sud de la grange contemporaine. La façade de la grange présentait des traces d’arrachement de poutres signalant une toiture en appentis, ainsi qu’un joint de mortier hydraulique rose apposé sur 60 cm de hauteur. Ce mortier a-t-il servi à isoler des auges appuyées contre la façade de la grange ? La faible largeur (230 cm, soit 7 pieds) de cet appentis ne laisse guère envisager un bétail trop gros. Nos informateurs nés dans la ferme en 1931 ont mémoire d’un toit à porc et d’un chenil accolés à la grange.

68Aucun contrefort n’est visible sur cette grange (Fig. 9). Si les porches et appentis construits contre la façade sur cour ont pu servir à épauler le bâtiment, aucun élément ne venait renforcer le long mur gouttereau nord. Les éléments sur cour arrachés n’ont pas entraîné de fragilisation visible de l’édifice. Les contreforts étaient manifestement inutiles pour cette grange.

69Face aux portes charretières, le long côté nord de la grange est percé de deux portes simples superposées, sans doute destinées à l’engrangement d’une partie de la récolte depuis les champs. Aucune allée desservant ces portes depuis les champs n’est cependant visible sur les plans anciens, ou dans la topographie actuelle. Ces portes servaient-elles simplement à l’aération de la grange en période de battage ?

70Les murs gouttereaux de la grange sont épais de 50 cm, composés de moellons en meulière liés au mortier sableux et enduits de plâtre blanc. Ces murs hauts de 6 mètres soutiennent une charpente à ferme simple, à jambettes et contrefiches (Fig. 10). La hauteur sous faîtière est de 10 m. L’espace de stockage sous entrait est limité à 6 m de hauteur.

Fig. 10 - Section de la grange de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), telle qu’observée en 2006.

Fig. 10 - Section de la grange de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), telle qu’observée en 2006.

© L. Vallières et J.-Y. Dufour, Inrap

71Le volume de stockage disponible avoisine donc les 1 440 m3, si l’on soustrait une aire de battage de 15 m2 de surface. Par ailleurs, les combles et divers greniers à fourrage constatés sur les bâtiments d’élevage pouvaient contenir les écarts de récolte toujours possibles d’une année sur l’autre.

72La ferme des Copeaux exploitant une centaine d’hectares de terre arable dans la seconde moitié du xixe s., on peut estimer sa productivité aux alentours de 14 m3 (de gerbes/ha). Ce chiffre est dans la norme d’une exploitation en assolement triennal sans jachère dans lequel la sole fourragère renforce la fertilisation animale (Brunet et Dionnet 1986 : 67).

Les granges de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple, Seine-et-Marne

73La commune de Savigny-le-Temple est située à 35 km au sud de Paris, et 8 km au nord de Melun, en limite ouest du département de la Seine-et-Marne. Savigny-le-Temple est implanté dans la partie humide de la Brie française. La ferme étudiée lors de cette opération de diagnostic archéologique est localisée en limite sud du bourg ancien, au sud de la rivière Balory qui parcourt le terroir de Savigny.

  • 34 Arch. Nat. K 23 n° 15 (10).

74Au retour de la deuxième croisade, le roi Louis VII, pour récompenser l’ordre militaire des Templiers de sa conduite en terre sainte, décide de leur donner, en 1149, sa terre de Savigny-sur-Melun avec toutes ses dépendances34. L’hôtel du commandeur, vulgairement appelé le Château ou la Grande-Cour, évolue jusqu’à devenir une grande ferme exploitée jusqu’en 1986. Elle est aujourd’hui connue sous le vocable de ferme du Coulevrain. En 2018 et 2019, un diagnostic archéologique fut mené au sol et sur les bâtiments de la ferme. Deux granges ont pu être décrites en élévation et datées. Elles sont contiguës et perpendiculaires l’une à l’autre, et forment l’angle nord-ouest de la grande ferme à cour fermée qu’est la ferme du Coulevrain (Dufour 2019 : 162 sqq.).

La grange nord-ouest

75La première grange est localisée au nord de l’aile ouest de la ferme (Fig. 11). Elle jouxte les bâtiments adjacents au pignon nord du corps de logis. Rectangulaire de 25,6 × 9,2 m (79 × 28 pieds) dans-œuvre, elle est divisée en sept travées. Elle est ouverte par un porche et exposée à l’est. Une série d’appentis prend place le long des murs gouttereaux est et ouest.

Fig. 11 - Plan de la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 11 - Plan de la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© R. Touquet, Inrap

  • 35 La hauteur sous faîte est de 6,6 m (20 pieds).
  • 36 Chaque porte est composée de cinq planches verticales (largeur 22 à 25 cm × 3 cm d’épaisseur). Les (...)

76On accède à la grange depuis la cour par un porche monumental haut35 de 4,5 m sous poutre (14 pieds), en position centrale du mur gouttereau est (Fig. 12). Le porche est plus large (4,3 m) que la baie ouverte au travers du mur de grange (3,3 m, soit 10 pieds). Les deux battants36 de la porte sont hauts de 3,65 cm (11 pieds), larges de 1,65 m (5 pieds). Les portes sont moins hautes que le porche, car elles ne sont pas d’origine. Un des trois madriers formant le linteau de la porte montre l’emplacement des gonds d’origine.

Fig. 12 - Relevé photogrammétrique de la façade au levant de la grange positionnée sur l’aile ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 12 - Relevé photogrammétrique de la façade au levant de la grange positionnée sur l’aile ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© Photogrammétrie : R. Touquet, Inrap ; commentaires J.-Y. Dufour, Inrap

  • 37 Dalles et carreaux longs de 40 à 100 cm et larges de 30 cm.
  • 38 Les battants de la porte sont hauts de 395 cm (2 toises) et larges de 160 cm, composés de quatorze  (...)
  • 39 Les pièces de bois en question ne sont pas posées sur l’épaisseur d’un mur, définition des sablière (...)

77Le mur ouest de la grange est épais de 0,5 m, composé de moellons de meulière (15 à 30 cm) et de grès (15 à 20 cm) liés au limon. Il est doté d’une porte charretière haute de 4,5 m, et large de 3,3 m (10 pieds), implantée en vis-à-vis de la porte avec porche. À l’inverse de cette dernière, la porte aux champs ne bénéficie pas de beaux et solides piédroits bien maçonnés de gros moellons équarris de grès. Le seuil est composé de carreaux et dalles de grès37 et d’une butée centrale. Les portes38 s’ouvrent vers l’extérieur. Le vantail sud montre une porte piétonne large de 75 cm et haute de 195 cm (1 toise), ouvrant vers l’intérieur de la grange. À l’ouest du piédroit nord, deux chasse-roues cylindriques en grès protègent la forge appuyée en appentis sur le mur extérieur ouest, des écarts de charrette (Fig. 13). Le mur gouttereau ouest, haut de 6,6 m est construit sans renfort (contrefort ou chaîne harpée). La pression des entraits est simplement répartie sur le mur par des longrines39 en bois (Fig. 14). Le fruit du mur gouttereau ouest et les lézardes du mur pignon sud montrent un déversement vers l’extérieur ou contre-fruit du mur ouest. La forge et le métier à ferrer ne viennent contrebuter le mur ouest de la grange que dans un second temps (fin du xixs.).

Fig. 13 - Vue des portes charretières aux champs (côté ouest) de la grange implantée dans le tiers nord de l’aile ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 13 - Vue des portes charretières aux champs (côté ouest) de la grange implantée dans le tiers nord de l’aile ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

Fig. 14 - Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), ferme du Coulevrain, grange nord-ouest, vue du mur ouest partie sud depuis l'intérieur.

Fig. 14 - Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), ferme du Coulevrain, grange nord-ouest, vue du mur ouest partie sud depuis l'intérieur.

© J.-Y. Dufour, Inrap

  • 40 Les poteaux de la grange sont très visiblement réemployés. Ils ont été écartés par l’étude dendroch (...)

78À l’intérieur de la grange, seuls deux poteaux40 disposés au milieu de la travée centrale participent au soutien des entraits (Fig. 15). Ces poteaux reposent sur des plots en grès.

Fig. 15 - Coupe transversale de la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 15 - Coupe transversale de la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© R. Touquet, Inrap

  • 41 Le contrefort présente une base large de 120 cm et profonde de 140 cm. Son profil est pyramidal. Sa (...)

79Contre le mur pignon sud, à l’intérieur de la grange, est appuyé un contrefort41 haut de 5 m, servant à contenir ce mur présentant un fort fruit, car servant également de mur de terrasse du jardin localisé à une altimétrie supérieure (74 m NGF) à l’extérieur sud de la grange.

80Le sol de la grange est altimètré entre 71 m 70 et 71 m 50 NGF. Le sol de la grange est donc en légère pente du sud vers le nord, épousant ainsi la topographie naturelle.

La grange nord

81En retour de la grange précédente, elle est localisée dans l’aile nord du corps de ferme. Contre elle, sont adossés la bouverie, le poulailler et une pièce en appentis (Fig. 16).

Fig. 16 - Vue aérienne de la grange nord dans l’angle nord-ouest de la cour de ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 16 - Vue aérienne de la grange nord dans l’angle nord-ouest de la cour de ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© R. Touquet, Inrap

82La grange nord est constituée d’un corps principal et d’un avant-corps bas, situé au centre de la façade principale, formant un porche d’entrée, ouvert au sud. Le porche a été flanqué à droite de pièces en appentis constituant le poulailler et à gauche de la pièce en appentis interprétée comme une salle technique liée à la grange nord.

83Le corps principal a une forme irrégulière, qui se rapproche cependant de celle d’un trapèze rectangle. Il mesure dans ses plus grandes dimensions 30,50 m (92 pieds) de long et 11 m (34 pieds) de large dans-œuvre. La hauteur sous poutres est de 5,45 m. En l’état, le sol, en béton ou en terre battue par endroit, est légèrement surélevé de 25 cm au centre du bâtiment par rapport aux côtés nord et sud. Bien qu’il n’y ait pas à l’heure actuelle de plancher, des portes-hautes et des traces d’ancrage de poutres dans les murs gouttereaux montrent qu’il y avait au moins un étage, dont l’altitude a peut-être varié au cours de divers remaniements.

  • 42 Le matériau de couverture consiste en tuiles plates. On observe de l’intérieur un voligeage sous le (...)
  • 43 Boulons carrés de 5/6 cm de côté.

84La charpente de toit est constituée de six fermes triangulaires supportant les deux versants du toit via un système de pannes et de chevrons42. Les jambes-de-force portent, non pas sur les murs gouttereaux mais sur l’entrait reliant la base des arbalétriers, ce qui peut témoigner d’un réaménagement postérieur. Cette charpente, dans lequel le poinçon originellement plus long a pu être raccourci, permet de dégager l’espace central du comble sur 4,20 m de large et 2,30 m de hauteur et ainsi d’envisager la pose d’un plancher sur les poutres maîtresses que sont les entraits. L’éventuel comble était positionné à 5,80 m (3 toises) du sol actuel, avec une hauteur maximale de 2,30 m (7 pieds). Les éléments en moise sont boulonnés43, ce qui suggérerait une attribution au xixe s. de l’aménagement du comble. Par ailleurs, les entraits sont renforcés de tirants en fer, qui sont antérieurs au bandeau de plâtre observé notamment sur la façade extérieure nord. Les entraits reposent également sur des longrines en bois prises dans la maçonnerie. Longrines, entraits, arbalétriers, poinçon et probablement les tirants sont contemporains.

  • 44 Les dalles au centre mesurent 47 cm, 67 cm et 130 cm de long pour 28 cm de large; Les dalles aux ex (...)
  • 45 Dimensions des vantaux : 160 cm et 170 cm de largeur. Ils sont constitués chacun de six planches en (...)
  • 46 Dimensions : carreaux de 60 à 80 cm de longs et 16 à 23 cm de hauts. Ils sont liés au mortier sable (...)
  • 47 Un mur en briques, enterré, a été observé à l’intérieur de la grange nord (largeur de 35 cm, longue (...)

85Le corps principal est constitué de sept travées. La largeur des six premières travées en partant de l’orient est d’environ 4 m (entraxes des poutres). Celle de la septième travée est de 5 m. La travée centrale s’ouvre sur le porche d’entrée par la baie principale, qui mesure 3,36 m de large (10 pieds) et 4,50 m de haut. Le seuil est constitué de cinq dalles en grès posées à plat44. La baie est fermée par une porte à deux battants s’ouvrant vers le porche. Les vantaux45 de cette porte sont montés à l’envers, comme en témoignent les traverses et les écharpes, qui apparaissent sur la face tournée vers l’extérieur et non vers l’intérieur. S’agit-il alors de portes remployées, ou bien les portes en place donnaient-elles à l’origine sur un extérieur à la ferme à l’emplacement actuel de la grange ? Le pan de mur occidental de la façade principale dans lequel est percée la porte est effectivement plus large (80 cm d’épaisseur) que les autres murs (50 cm d’épaisseur) de la grange. On y observe aussi, du côté intérieur, une ancienne chaîne d’angle constituée de carreaux en grès, apparemment disposés en besaces, qui est distincte du piédroit de la porte de grange. L’ancienne chaîne d’angle se situe en retour, ou au même nu étant donné qu’il s’agit d’un angle, de l’actuelle façade principale de la grange nord-ouest. Par ailleurs, les chaînes d’angle de la porte de la grange nord, faites également de carreaux de grès en besaces46, sont identiques aux autres chaînes d’angles du bâtiment, dont celles du porche, ainsi qu’à celles du porche de la grange nord-ouest. L’hypothèse retenue correspond à ce qui est figuré sur les plans d’Ancien Régime, est que la chaîne d’angle apparente sur la face interne du mur occidental est commune aux deux granges, qui étaient initialement en retour l’une de l’autre mais non accotées l’une à l’autre. Les deux dernières travées de la grange nord témoigneraient donc d’un agrandissement postérieur47.

  • 48 Formats des moellons en meulière : de 20 cm à 30 cm.
  • 49 Format des moellons en grès : 30 cm.
  • 50 Les éléments de la maçonnerie sont liés au mortier maigre : limon beige mêlé de chaux.

86Les parements de murs extérieurs montrent une maçonnerie constituée en général d’un appareil mixte, d’assises plus ou moins régulières, de moellons48 en meulière, qui alternent à intervalles réguliers avec une assise régulière de moellons49 équarris en grès50.

  • 51 Formats des moellons : 15 à 25 cm de longueurs.
  • 52 Sur le mur oriental du porche, on remarque trois anneaux en fer alignés verticalement, qui sont sce (...)
  • 53 Formats des carreaux : 45 à 55 cm de long pour 35 cm de large et 18 cm d’épaisseur, entre lesquels (...)
  • 54 La ligne de faîtage est perpendiculaire à celle du corps principal sur lequel il prend appui. La pa (...)
  • 55 Formats des pavés : 22/25 cm de large, 33 cm de long, 16/20 cm d’épaisseur.

87Le porche se développe sur 3,30 m (10 pieds) en avant de la façade principale. Il a la forme d’un trapèze, dont la plus grande base, mesurant 4 m de large dans-œuvre, correspond à son extrémité sud. Les murs, de 50-55 cm de large, sont des maçonneries liées au mortier maigre, en appareil mixte de moellons en meulière51 à assises plus ou moins régulières et de quelques moellons en grès posés hors assises52. Les piédroits sont construits de moellons équarris en grès53 en besace. Le porche a son propre toit54 à deux versants, couvert de tuiles plates. Sa hauteur maximale sous le faîte est de 6 m, contre 10,20 m pour le corps principal. Il n’est pas fermé par une avant-porte. En façade, la ferme, formée d’un entrait, de deux arbalétriers, d’un poinçon et de quatre jambettes, constitue un dessus de porte ajouré. Les extrémités des pannes sablières, intermédiaires et faîtière sont débordantes et moulurées. Le sol du porche est un pavage de blocs rectangulaires en grès55.

Éléments de datation des deux granges

  • 56 La datation de ces granges a été réalisée par Dendrotech.

88La charpente de couvrement de la grange nord-ouest présente des pièces visiblement remaniées, qui ont soigneusement été écartées des prélèvements dendrochronologiques. La datation dendrochronologique56 de quatre entraits suggère une charpente mise en œuvre vers 1802-1805, et un porche remanié plus tardivement, vers le milieu du xixe s.

89La charpente de la grange nord est plus homogène, et datée entre 1843 et 1850. L’étude dendrochronologique note bien, que les charpentes des porches d’entrée des deux granges semblent avoir été mises en place dans ces mêmes années.

  • 57 Archives Nationales, S.5146 B.

90La lecture des plans anciens permet toutefois de dater plus anciennement les deux granges de la ferme. Le plan de 1697 indique un grand bâtiment occupant le petit côté ouest de la basse-cour, en raccord avec l’ancien manoir seigneurial57. Malgré un décalage d’implantation que le plan n’exprime pas, on peut assimiler cet édifice à la grange nord-ouest actuelle, beau hangar céréalier avec porche central saillant sur la bassecour, à ailes bâties en carreaux de grès. Cette grange présente un caractère architectonique pouvant en faire remonter la construction au xviie s. (Corvisier 2012 : 23).

  • 58 Plans du village et de la ferme seigneuriale, Archives Nationales, N III 123.

91Cette grange à blé a pour pendant en retour d’équerre au nord, une autre grange qui lui est à peu près semblable dans son caractère architectural et sa mise en œuvre, notamment par la forme de son porche saillant sur cour. Rallongée vers l’ouest au xixe s., cette grange “ à avoine ” (1783) se terminait auparavant de ce côté par un mur-pignon à peu près au droit de l’alignement de la façade sur cour de la grange à blé, l’articulation des deux granges laissant un vaste angle rentrant au nord-ouest de la ferme. Cette disposition et l’emprise au sol des granges sont curieusement assez mal exprimées par les plans du xviiie s.58. Ces deux granges sont clairement désignées dans le procès-verbal de visite de 1756 (“ […] En retour est une aile de bâtiments faisant deux granges, tous lesdits bâtiments construits en pierre et couverts en tuiles […]) et dans celui de 1783 (“ De suite en avançant un peu sur la cour est une grange à avoine et en retour est une grange à bled qui n’est distante que d’une demi-toise du logement du fermier ”). Il ne fait guère de doute qu’elles ont été construites à peu près dans la même période, la première peu d’années avant 1697 et l’autre peu après (Corvisier 2012 : 24).

92Enfin, une autre modification non documentée attribuable à cette même période (après 1827) est l’agrandissement de la grange nord, par suppression de son mur-pignon ouest et allongement de ce même côté, de manière à occuper l’aire qui formait auparavant un angle rentrant extérieur entre l’extrémité des deux granges, désormais d’un seul tenant.

93L’étude de bâti menée sur la ferme du Coulevrain n’était pas autorisée à dégarnir les murs des bâtiments agricoles, ceux-ci n’étant pas destinés à la démolition. Il était encore moins possible d’échafauder les murs de grange, pour aller rechercher d’éventuels niveaux de ragréage des entraits, qui nous auraient indiqué des reprises importantes de charpente. À l’issue de l’étude précitée des plans anciens, on peut effectivement convenir que les datations dendrochronologiques sont ici celles des charpentes, mais que les granges sont vraisemblablement plus anciennes.

  • 59 Nous remercions Gaëlle Bruley-Chabot, chercheure à l’Inrap, de nous laisser reprendre les données d (...)

94Pourquoi reconstruire une grange ? À notre connaissance, seule la fouille menée par Gaëlle Bruley-Chabot59 à Verberie dans l’Oise, montre les vestiges archéologiques de la reconstruction d’une grange.

Les granges de la ferme d’Herneuse à Verberie, Oise

95Verberie est localisé au sein de la moyenne vallée de l’Oise, sur la terrasse de la rive droite de cette rivière. La ferme d’Herneuse occupe un espace de 4 400 m² (Fig. 17). Les structures observées comptent quatre fossés, un puits, 36 fosses, une mare (ou fosse à fumure), un cellier excavé, trois bâtis sur poteaux et trois bâtiments sur solin de pierres dont un porche d’entrée. Le mobilier céramique définit un intervalle chronologique compris entre le xvie et le début du xviiie s. (Bruley-Chabot et al. 2012 : 207 et 220). Les archives indiquent que la ferme est une possession religieuse, louée à des laboureurs. Deux plans d’arpentage en témoignent et nous décrivent les lieux.

Fig. 17 - Plan des vestiges archéologiques de la ferme d’Herneuse, à Verberie (Oise).

Fig. 17 - Plan des vestiges archéologiques de la ferme d’Herneuse, à Verberie (Oise).

© G. Bruley-Chabot et al., Inrap, 2012

  • 60 Archives départementales de l’Oise. Plan d’arpentage des Trinitaires de 1677 (H 614910).

96La grange désignée comme telle en toutes lettres sur le plan de 1677 est orientée à la perpendiculaire du logis60. Elle coïncide avec les bâtiments fouillés 186 et 187.

97Les bâtiments sur solins de mortier fouillés à l’extrême nord du complexe agricole comptent deux constructions rectangulaires, qui correspondraient à deux phases d’un même bâtiment, dont la reconstruction aurait nécessité une réorientation des murs. Le bâtiment le plus ancien (186) est long de 16,20 sur 11,1 m de large hors-œuvre (soit 50 × 35 pieds), pour 141 m2 de surface intérieure (15,3 × 9,2 m). Cette surface correspondrait à une grange de trois travées. Le bâtiment est axé SO-NE. Après décapage, seul le niveau de fondation a été conservé (80 cm de large). La fouille n’a pas livré de trace d’incendie expliquant la reconstruction de la grange. Le premier état de la grange était pourtant conservé sur 20 cm. En 1677, la grange est ouverte sur la cour par une grande porte (la porte charretière) et une porte piétonne plus petite. Aucune de ces portes n’a laissé de trace au sol.

98Le second état (st. 187), aux dimensions plus faibles, 8,4 m de large, pour 17,1 m hors-œuvre (soit 26 × 52 pieds) de long, (dimensions intérieures 15 × 6 m, soit 46 × 18 pieds), présente un axe d’orientation légèrement décalé, globalement est/ouest. La forme générale du bâtiment, délimitée par son niveau de fondation de nature sableuse mélangée à du mortier et des pierres calcaires est renforcée de deux murets de fondation (80 cm à 1 m de large). Le mur positionné sur la façade sud correspond logiquement aux fondations d’un porche. Plus difficilement interprétable (vestige d’un appentis ?) est le second mur, situé dans le prolongement de l’angle nord-est.

  • 61 Archives départementales de l’Oise. H 6111 (3) : Verberie. Arpentage. 1582-1677.

99Le premier arpentage de la ferme a été effectué le 29 novembre 1677 par Gaspart le Court, arpenteur à Verberie, à la demande du prieur de Saint-Nicolas de Verberie61. Il mesure un domaine constitué de pièces de blé froment, blé méteil, avoine, orge et prés. L’exploitant est alors Denis Bombairre, laboureur, qui habite dans la ferme d’Herneuse. La ferme occupe une surface de 26 arpents et un quartier de terre, y compris le jardin qui longe les murs. Le domaine est vaste de 101 arpents, 1 quartier, 3 verges y compris la ferme, son jardin et son allée (Bruley-Chabot et al. 2012 : fig. 78).

  • 62 Arpent mesure 3 830 m2, selon la mesure utilisée dans ce canton à l’Époque moderne.

100L’unité de mesure agraire précisée par l’arpenteur correspond à la mesure de Pont-Sainte-Maxence62 (Graves 1834 : 86). Elle permet de restituer un domaine de 38,63 ha (= 101 arpents de Pont-Sainte-Maxence), réductible à 35 ha de terre arable si on déduit l’emplacement de la ferme, le jardin et les prés. Si on projette une récolte maximum de 10 m3/ha dans cette région avant la fin du xviiie s. (Brunnet et Dionnet 1986 : 69), alors un volume de 350 m3 d’engrangement était nécessaire pour la récolte de la ferme d’Herneuse.

  • 63 Le calcul exact est le suivant : 350 m3/deux travées = 175 m3/travée. Chaque travée de 47 m2 nécess (...)

101Si de la première grange fouillée (le bâtiment 186), on déduit la travée centrale pour la circulation des charrettes et le battage, alors les deux travées latérales (5,1 × 9,2 m, soit 47 m2 chacune) devaient être hautes63 d’environ 3,9 m (2 toises) sous poutre pour pouvoir emmagasiner le produit de la récolte. Nous avons donc bien affaire à une petite grange pour une ferme de dimensions réduites.

  • 64 Archives départementales de l’Oise, H 6150 (10).

102Bien que plus schématique, le plan64 des trinitaires de 1727 montre une différence sensible quant à l’orientation de ce bâti, ce changement illustrant certainement la reconstruction de la grange observée à la fouille. La grange étant nécessaire (Aubert de la Chesnaye des Bois 1751, vol. 1 : 469), les religieux propriétaires de la ferme se devaient de la reconstruire si besoin était, pour continuer à encaisser leur fermage. Si les gravats de la première grange ont pu servir à surélever le sol de la seconde grange, et justifient pourquoi la grange est reconstruite sur place, nous ne pouvons pas expliquer le léger changement d’exposition, À Herneuse, cela n’a vraisemblablement pas suffi à enrayer le déclin de la ferme, abandonnée au cours de la première moitié du xviiie s., selon le mobilier archéologique.

103La thèse de Jean-Marc Moriceau sur les fermiers d’Île-de-France apporte des explications qui peuvent sans aucun doute s’appliquer à la petite ferme d’Herneuse ; du milieu du xviie s. jusque vers 1740, les fermiers connaissent un grand malaise dû à une conjoncture difficile, une dépréciation monétaire, le Petit Âge Glaciaire, ... (Moriceau 1994, 3e partie). Le tout entraîne des pertes démographiques et économiques, que certains fermiers compensent par une extension des surfaces cultivées, aux dépens des plus petits. Restée stable avec une centaine d’arpents, la ferme d’Herneuse a certainement été démolie et ses terres rattachées à une autre exploitation plus large.

104Le plan des vestiges archéologiques laissés par les granges d’Herneuse rappelle que les constructeurs de l’Époque moderne utilisent généralement des fondations continues, jusque sous les ouvertures des bâtiments agricoles, rendant ainsi souvent impossible le repérage et la qualification des portes et accès.

105Les portes sont porteuses d’informations quand elles sont préservées en élévation.

Les ouvertures des granges franciliennes et la ferme de Varâtre

106Les portes sont l’appareillage technique le plus évoqué (20 mentions) par les agronomes anciens décrivant la grange (cf. le tableau des données agronomiques dans partie “ Quelques granges médiévales en Île-de-France et régions voisines ”, même livraison, Tabl. 1). Diverses portes ont déjà été décrites dans cet article. Le contraste est grand entre la porte cintrée de la grange médiévale de Rueil-Malmaison et les portes de granges des fermes modernes et contemporaines. Deux granges issues de la ferme de Varâtre à Lieusaint en Seine-et-Marne montrent une évolution certainement caractéristique des portes de grange en Île-de-France.

  • 65 L’arpent des eaux et forêts en usage sous l’Ancien Régime, équivaut à 5 107,20 m2.

107La ferme de Varâtre prend son origine dans la ferme du château, existant sans doute depuis la seconde moitié du xvie s. (Broutin 2017). La ferme et le château de Varâtre, entourés de douves, occupaient un espace de 17 900 m2 soit 3,5 arpents65 des eaux et forêts. Si le château est démoli au cours de la seconde moitié du xviiie s., l’exploitation agricole des terres du domaine nécessite les bâtiments d’une ferme, qui connaît des remaniements, mais subsiste jusque de nos jours. Acquise en 2016 par l’EPA Sénart, la ferme de Varâtre a bénéficié d’une série d’études patrimoniales avant sa restauration. En complément des tranchées de diagnostic ouvertes au sol, le diagnostic archéologique réalisé en 2017 a mené une étude approfondie des bâtiments. La ferme n’étant pas destinée à être détruite, aucun décroutage des murs ne fut entrepris. Les observations se sont bornées à décrire les matériaux, leurs mesures, et à les intégrer dans une interprétation fonctionnelle des lieux.

  • 66 Archives départementales de Seine-et-Marne, série P, cadastre, 4P36/896 : cadastre de Lieusaint, se (...)

108Une petite grange occupe les trois travées les plus au sud du côté ouest de la ferme (Fig. 18). La petite grange est absente de la représentation de la ferme sur la Carte des chasses du Roi (1764-1776). Un édifice est visible sur le plan cadastral de Lieusaint en 1808. En 1840, le plan cadastral montre la grange en la différenciant bien de la remise la jouxtant au nord66. Les mesures relevées en pieds et toises confirment que cette petite grange peut dater de la fin du xviiie s., ou du début du xixe s. Le cintrement de la porte est par ailleurs un caractère relativement ancien, dans une Île-de-France céréalière où les rendements encore accrus au xixe s., entraînant toujours un agrandissement et un élargissement des portes charretières.

Fig. 18 - La petite grange située dans l’angle sud de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

Fig. 18 - La petite grange située dans l’angle sud de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

109La petite grange mesure 16,1 × 10,3 m (50 × 32 pieds) hors œuvre, et 133 m2 de surface intérieure (35 toises en carré). Nous ne décrirons et discuterons ici que de sa porte.

  • 67 Altitude prise sur le niveau pavé, composant l’unité stratigraphique 5, relevée dans la tranchée de (...)
  • 68 Carreaux mesurant 35 à 50 × 15 à 17 cm.
  • 69 Chasse-roues mesurant 80 cm de hauteur × 45 × 20-25 cm.
  • 70 Vantaux mesurant 450 × 160 cm, composés de bordages longs de 295 cm (9 pieds) cloutés sur des trave (...)

110Une porte charretière cintrée ouverte côté est mesure 4,3 m de hauteur67 (13 pieds) et 3,5 m de large en son état actuel (Fig. 19). Les piédroits de la porte sont composés de gros blocs équarris68 de grès disposés en besace. Un moellon de meulière est toutefois posé en blocage dans les assises comportant les blocs en boutisse. Le reste des murs est construit de moellons de meulière liés au mortier jaune. Au-delà de 3,2 m (10 pieds) de hauteur, la baie est voûtée en plein cintre. L’arc est construit de dalles meulières posées de champs, sous un épais enduit de plâtre. Le piédroit nord de la voûte montre un carreau de grès saillant, cimenté à la base de l’arc, élément indiquant que la baie a connu un élargissement sur son côté nord. De fait, deux chasse-roues69 enchâssés à mi-hauteur dans le sol pavé observé en sondage limitent le passage carrossable à 3,3 m (10 pieds) de largeur. La porte charretière cintrée présente deux vantaux70.

Fig. 19 - Vue de la porte charretière cintrée de la petite grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

Fig. 19 - Vue de la porte charretière cintrée de la petite grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

111Côté nord de la porte, la position du chasse-roue et de la crapaudine, confirment une ouverture d’origine limitée à 3,3 m de largeur (10 pieds). Son élargissement à 3,5 m, est marqué par un enduit en ciment. Dans le cas de la grangette de Varâtre, seul un élargissement est constaté, par une rectilignisation du haut de la porte.

112La capacité de stockage de la grange est bien évidemment fort en deçà de la production du domaine arable de Varâtre, qui nécessite donc une grange plus importante.

  • 71 Information de Monsieur Proffit, propriétaire exploitant.

113La grange principale de l’exploitation occupe le pan sud de la ferme. Elle mesure 35 × 13,85 m dans œuvre (soit 18 × 7 toises). En 2017, la grange montre un sol bétonné. 6,55 m (20 pieds) séparent le sol de l’entrait de la charpente. Sous la charpente en bois, un faux plafond métallique témoigne d’un volume réduit pour une meilleure conservation des pommes de terre71 plus tardivement stockées dans ce bâtiment (Fig. 20).

Fig. 20 - La grande grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

Fig. 20 - La grande grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

© Relevé 2BDM ; DAO Mehdi Belarbi, Inrap

114Le mur pignon oriental de la grande grange s’appuie sur un vestige de l’ancien château. Le mur pignon ouest est épaulé par le bâtiment servant de petite écurie/poulailler, et par un véritable contrefort incliné droit, positionné à l’angle sud-ouest. Côté nord, un petit bâtiment, aujourd’hui détruit, renforçait ce long pan de la grange. Exempt de tout renfort, le mur gouttereau sud, épais seulement de 40-45 cm, s’est éboulé sur 6 m2, preuve ici a contrario de l’utilité des contreforts.

  • 72 Les murs de la grange principale de la ferme de Varâtre ont fossilisé les anciennes portes, car cel (...)
  • 73 Archives Départementales de Seine-et-Marne, 4Q4/1/B 121. Descriptif joint à l'acte de vente de la f (...)

115On accède à la grange par quatre portes charretières, disposées en vis-à-vis sur les murs gouttereaux. La porte nord-ouest, condamnée, semble être celle qui présente le plus de caractéristiques anciennes72. Elle mesure 4,5 m de hauteur. Son piédroit oriental montre une maçonnerie composée de grands moellons équarris de grès disposés en besace (Fig. 21, US 4) ; parce que ces mêmes éléments ne sont pas conservés en limite ouest de la porte, il est probable que la largeur (4,3 m) de celle-ci ne soit pas celle d’origine. La porte charretière sud-est de la grande grange, est large et haute de 4 m. Son linteau est composé de deux poutres en “ I ” boulonnées, maintenant un lit de tuiles supportant un blocage (invisible). De facture assurément xixe s., cette porte suggère donc des travées larges de 3,9-4 m, c’est-à-dire une grange divisible en neuf travées, comme la décrit un descriptif73 de 1860, et non comme nous l’avons observée, avec seulement sept travées, résultant sans doute d’une charpente plus récente.

Fig. 21 - Relevé intérieur du mur nord de la grande grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

Fig. 21 - Relevé intérieur du mur nord de la grande grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

116Dans l’état actuel de la grange, la porte du nord-est est la mieux conservée ; la baie est large de 3,8 m et haute de 4,5 m. Les deux vantaux de la porte en bois coulissent sur une glissière métallique. Ils sont hauts de 5 m et larges de 2 m, composés de 17 planches en résineux, verticales à rainures et languettes, boulonnées dans un cadre en chêne.

117L’utilisation toujours d’actualité de cet espace a entraîné des modifications d’ouvertures, pour l’accueil de machines agricoles toujours plus imposantes (Fig. 22).

Fig. 22 - Évolution de quelques portes de granges franciliennes.

Fig. 22 - Évolution de quelques portes de granges franciliennes.

© J.-Y. Dufour et Iliana Pasquier, Inrap

118Les dimensions des portes, sont aussi celles des pays céréaliers, bien différentes des portes cintrées observées dans la haute vallée de la Meuse, pays à économie fourragère (Conversey 1965).

Les sols de granges

Les premières analyses paléo-écologiques

119Selon les agronomes anciens (cf. le tableau des données agronomiques dans partie “ Quelques granges médiévales en Île-de-France et régions voisines ”, même livraison, Tabl. 1), le sol de la grange est aménagé pour mettre les gerbes à l’abri de l’humidité. Pour ce faire, il est surélevé d’1 pied (6 mentions), peut être en dur, sablé, battu, planchéié. Un lit de paille peut isoler les gerbes du sol (2 mentions).

120Que nous révèle le terrain ?

121Les études de bâti exposées pour partie dans cet article ont généralement été réalisées dans des bâtiments occupés, encombrés, ou non promis à la démolition, aussi les opportunités étaient-elles rares de documenter des sols de grange.

122Dans la petite grange de la ferme de Varâtre à Lieusaint, un sondage ouvert manuellement dans le sol intérieur en limite de la travée centrale montre de fins niveaux de sol compactés, surélevés sur des apports de limons et gravats (Fig. 23). Le sol de la grange est dur et légèrement surélevé, ce qui est recommandé pour une meilleure conservation des gerbes. Un prélèvement a été réalisé près de la travée centrale de la grange, là où se trouvait potentiellement l’aire à battre.

Fig. 23 - Aperçu stratigraphique de la partie supérieure du sol dans la petite grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

Fig. 23 - Aperçu stratigraphique de la partie supérieure du sol dans la petite grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

  • 74 Nous remercions Millena Frouin, géomorphologue de cette lecture.

123Observé en micromorphologie, les différents dépôts ont été compactés (porosité quasi absente ou porosité sous forme de fissure planaire ou pores aplanis montrant une compression). De nombreuses couches sont très riches en débris de végétaux non dégradés, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas eu le temps de s’oxyder au contact de l’air ou d’eau, et d’entamer leur processus de dégradation. Les contacts entre les différentes couches sont nets, ce qui tend à indiquer des apports successifs et une construction volontaire de la séquence plutôt qu’une évolution in situ des dépôts comme on le trouverait pour un sol74. Ces observations collent parfaitement avec un sol d’aire à battre dans une grange.

124Le compactage des huit premières couches est sans doute dû aux opérations de battage (au fléau) qui avaient lieu dans cette travée de la grange. Les limites nettes entre les couches sont dues aux nécessaires recharges d’une aire soumise à des actions de battages régulières. Les nombreux débris de végétaux sont logiquement des restes de tiges et glumes de céréales. Enfin, il n’y a pas de circulation d’eau dans une grange.

125Dans la ferme de La Selle à Roissy-en-France (Val-d’Oise), outre la grande grange très partiellement conservée dans le mur de clôture, une autre petite grange est mentionnée par les archives en bordure de rue. Les observations du bâti avant démolition (Dufour et Bach 2014), suivies d’une phase fouille au sol en règles, ont permis de documenter l’histoire de ce bâtiment sur rue, qui développe une fonction agricole depuis le xvie s., et évolue jusqu’à devenir une habitation humaine. Les sols liés à la troisième phase d’occupation de ce bâtiment, occupation qui interviendrait après 1740, témoignent de deux fonctions différentes.

126Dans la travée ouest, le sol limoneux compact correspond à un sol de terre battue, fréquemment rencontré dans les granges. Ce sol est 50 cm plus élevé que le sol de bâtiment agricole observé dans les travées est. Cette surélévation d’un sol en terre battue est caractéristique des sols de grange. La surélévation protège les gerbes de l’humidité.

127Observé en lame mince, ce sol est composé par un apport de limons argileux massifs. La présence de fissures sub-horizontales marque la réorganisation et le tassement des sédiments sous l’effet du piétinement et des aménagements sus jacents. Il n’a pas été distingué de résidus végétaux (dégraissant), ni de phosphates dans cette unité (Cammas 2016 : 470). Nous avons posé à la palynologie la question de la présence de fiens bovins dans l’élaboration du sol de la grange, à l’instar de ce dont nous informent les manuels anciens pour les aires à battre. L’échantillon de sol testé par l’analyse sporo-pollinique ne révèle que très peu de grains de pollens et spores de champignons coprophiles conservés, et ces taxons sont les mêmes que ceux du sol de stabulation bien observé dans les travées voisines. On peut temporairement conclure qu’une seule utilisation de fiens frais de bovins ne laisse pas de traces sporo-polliniques, ce qui peut sembler normal (Jouffroy-Bapicot 2016).

  • 75 AD Yvelines 1Q 73 /2353 et 2354 14 germinal an II.

128Cette grange reste en fonction jusqu’au xixe s. En 1794, l’estimation des bâtiments, vendus comme biens nationaux permet d’interpréter cette travée comme appartenant bien à une petite grange à avoine75. C’est d’ailleurs un cocher parisien qui la rachète en 1811.

Le sol d’une grange à Orly, Val-de-Marne

129À Orly dans le Val-de-Marne, les mentions archivistiques de 34 maisons de vignerons permettent de définir un habitat paysan à la fin du xviie s. La plupart des habitations sont disposées parallèlement à la rue, la cour et le jardin étant situés à l’arrière. Granges et étables sont mentionnées dans les deux tiers des maisons (Delarue et al. 1980).

  • 76 Laure Cissé est archéologue-chercheure à l’Inrap. Nous remercions Laure Cissé des descriptions repo (...)

130Dans le vieil Orly, au 11 de la rue Louis Bonin, les opérations d’étude du bâti et de diagnostic au sol, menées conjointement avec Laure Cissé76 ont précisé l’ancienneté et le mode d’habitation de Jehan Buisson, greffier du village en 1614 (Dufour et Péru 2020). Les sondages mécaniques ouverts dans le sol de l’arrière-cour ont logiquement exhumé les vestiges de la grange du xviie s.

  • 77 Elles sont composées de moellons de meulière de petit et moyen appareil (entre 10 et 35 cm), liés p (...)

131Deux fondations77 (602 et 606) de murs, larges de 66 cm (2 pieds) et espacées de 6 m sont conservées sur 80 cm de hauteur (Fig. 24). Un niveau de sol (unités stratigraphiques 621 et 622) est associé à ces deux murs. L’US 622, haute de 10 cm est une couche de remblais de limon brun avec des inclusions de motte de limon beige et de cailloutis calcaire. Il pourrait s’agir ici d’un nivellement afin d’installer le sol 621. Cette dernière couche particulièrement indurée est composée de limon beige avec des inclusions de cailloutis calcaire sur 30 cm de hauteur ; elle correspond à une aire en terre-battue dans l’ancien édifice. Cette épaisse couche de terre battue surélève le sol par rapport à celui du jardin et de la cour, et correspond très logiquement au sol de la grange.

Fig. 24 - Coupe au travers des fondations de la grange. Plan et photo des sondages mécaniques dans la cour et le jardin du 11 rue Louis Bonin, à Orly (Val-de-Marne).

Fig. 24 - Coupe au travers des fondations de la grange. Plan et photo des sondages mécaniques dans la cour et le jardin du 11 rue Louis Bonin, à Orly (Val-de-Marne).

© L. Cissé, Inrap

  • 78 AN/ZZ/1/31.

132En 1675, les archives mentionnent en fond de cour ; “ une estable servant d’escurye de fond en comble joingnant le passage pour aller au jardin avecq le dict passage grenier au-dessus montée d’icelluy, une grande cave dessoulz 78”. En 1749 et 1793, il est question d’“ une grange au fond de la cour, d’une écurie d’une étable à vaches ” (Péru, dans Dufour, Péru et Ardouin 2010).

133Nous remarquons que le sol observé correspond plus à celui d’une grange qu’à un sol de logement animal. Toutefois, compte tenu de l’étroitesse du sondage, on ne peut pas écarter l’hypothèse d’une partie du bâtiment aménagée pour les animaux.

134À Paris, dans le 18e arrondissement, Violaine Bresson a réalisé l’étude de ce qui est sans doute la dernière grange de Paris, issue du village de cultivateurs de La Chapelle, rattaché à la capitale en 1860 (Bresson, Brut et Pillet 2011) (Fig. 25).

Fig. 25 - Vue du mur gouttereau oriental de la grange du 38, rue de La Chapelle à Paris 18e arrondissement, dans son contexte de 2007.

Fig. 25 - Vue du mur gouttereau oriental de la grange du 38, rue de La Chapelle à Paris 18e arrondissement, dans son contexte de 2007.

© C. Rapa, DHAAP

135L’étude archivistique, archéologique et dendrochronologique nous informent d’une grange datant du xvie s., reconstruite un peu avant 1779. Dans le sondage 2, ouvert à l’intérieur de la grange, contre le mur pignon nord, le sol le plus ancien conservé (37) est constitué de limon et de plâtre sur 1 cm d’épaisseur maximum (Fig. 26). Sous ce sol, l’US 38 était constituée de limon brun-gris avec des modules de plâtre et des boules de mortier. Très dure, elle faisait en moyenne 10 à 15 cm d’épaisseur et est datée du xviiie s. par une vingtaine de tessons. Des analyses de phytolithes ont judicieusement été menées, à la fois sur ce sol et sur les niveaux situés immédiatement au-dessus et en-dessous (Bresson, Brut et Pillet 2011 : 64). L’étude des phytolithes révèle la présence d’orge et de blé dans les trois niveaux, sans qu’on sache bien si leur présence résulte du stockage en grange, ou d’une stabulation animale (Save et Elliott 2010). Cependant, à l’aune des techniques agricoles, un sol sur élevé en terre battue est bien un sol de grange. La présence de nombreux phytolithes de balle va en ce sens. Un sol de stabulation aurait laissé des traces organo-phosphatées qui n’ont pas été observées.

Fig. 26 - Localisation des sondages au rez-de-chaussée de la grange du 38, rue de La Chapelle, à Paris 18arrondissement.

Fig. 26 - Localisation des sondages au rez-de-chaussée de la grange du 38, rue de La Chapelle, à Paris 18e arrondissement.

© V. Bresson, DHAAP

136La grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) a bénéficié de sondages au sol. Le sol de la grange est donc en légère pente du sud vers le nord, épousant ainsi la topographie naturelle. Il est composé de terre battue sur 90 % de la surface. Un sondage de 5 m2 ouvert dans la moitié nord de la grange, nous révèle la nature anthropique du sol (Fig. 27).

Fig. 27 - Vue des sols rencontrés en sondage dans la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 27 - Vue des sols rencontrés en sondage dans la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

137Sur des limons (US 174) résultant de l’atterrissement de la rivière Ballory, un sol anthropique (US 173) est remblayé par un épais (50 cm) apport de limon et gravats (US 172). Ce rehaussement du sol correspond bien à la préparation observée et préconisée par les agronomes anciens. Il est caractéristique des granges.

138“ Le sol de la grange doit être élevé de 0,40 à 0,50 m au-dessus du terrain environnant ; pour assurer sa sécheresse, on l’élève quelquefois même à 1 mètre. On forme cet exhaussement avec des matériaux perméables ou au moins laissant des intervalles entre eux, comme des cailloux, des déchets de carrière, des rebuts de briqueterie, des matériaux provenant de démolitions, pourvu qu’ils ne soient pas salpêtrés ; on les surmonte d’une couche d’argile  (Bouchard-Huzard 1858 : 231).

139Une des granges de la ferme du Coulevrain présente, comme de nombreuses autres, des traces de stabulation animale.

Une utilisation tardive des granges comme lieux de stabulation

Présence de bétail dans la grange nord de la ferme du Coulevrain

140Outre la porte de grange et son porche d’accès, la grange nord de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple compte cinq autres baies qui ne sont pas toutes en relation avec la fonction originelle du bâtiment et ont été percées au fil de son évolution et de ses réaffectations. Une porte située en façade sud, donnait dans la bouverie. Elle mesure 125 cm de large et 210 cm de haut. Sa situation et ses dimensions peuvent induire qu’elle servait au passage de la paille, directement de la grange à l’étable.

  • 79 Le seuil de la baie est maçonné avec un rang de briques posées de champs.
  • 80 Vantaux apparemment datés du xxe s., quincaillerie contemporaine.

141Sur la façade nord de la même grange, une porte haute a été aménagée à l’opposé du porche d’entrée (Fig. 28). Elle est constituée d’une baie79 de 195 cm de haut et 130 cm de large Elle est fermée par deux vantaux en bois qui s’ouvrent vers l’intérieur80. En dessous et à l’aplomb de cette baie, une autre porte a été percée dans le mur gouttereau nord en face de l’entrée principale. Il s’agit d’une baie à ébrasement extérieur, haute de 234 cm (7 pieds) et large de 165 cm (5 pieds) à l’intérieur. La porte s’ouvrait par deux vantaux en bois vers l’extérieur. Ces deux baies correspondent à des aménagements liés à une réaffectation de la grange en bâtiment d’élevage. La porte du rez-de-chaussée est une porte bétaillère, celle de l’étage doit correspondre à une porte à engranger liée à l’installation d’un plancher sur lequel pouvait être stocké le fourrage.

Fig. 28 - Vue des ouvertures de la façade nord depuis l’intérieur de la grange nord de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 28 - Vue des ouvertures de la façade nord depuis l’intérieur de la grange nord de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

  • 81 Excepté sur le pan de mur sud-ouest, très remanié.
  • 82 Le revêtement a été réalisé après le démontage des auges.

142D’autres aménagements observés à l’intérieur de la grange nord montrent sa réutilisation comme bergerie. Sur tous les parements intérieurs des murs81, des petits trous de de 3 ou 4 cm de diamètre sont espacés d’un mètre environ et situés sur un même niveau, à 133 cm (4 pieds) du sol. Ces traces indiquent les scellements de petits râteliers muraux. Par ailleurs, l’ancien emplacement d’auges est signalé en bas des murs par un revêtement de ciment gris, jusqu’à 50 cm de hauteur82. Entre les traces de scellements et le revêtement (entre 50 cm et 133 cm), l’ancien enduit de mortier des murs a en outre conservé des traces de fourrage collé.

143Ainsi, tous ces indices et aménagements permettent de reconnaître que la grange, de par sa bonne exposition au sud, a été réaffectée en bergerie à l’époque contemporaine.

144Les manuels d’agronomie utilisés en première partie de cet article sont faits à partir d’observations et pour les pays de grande culture céréalière. Les fonctions de chaque bâtiment sont presque toujours clairement séparées dans ces traités.

145Seul le Manuel practique du Laboureur (1795) de Chabouillé Dupetitmont, cultivateur en Champagne décrit un rez-de-chaussée de grange aménagée pour le logis des bestiaux.

146“ L’air de la grange sera sur une des entrées des travées de côté, en conséquence la grange à chaque bout aura deux grandes portes pour l’entrée et la sortie des voitures, et deux autres petites portes batardes pour l’entrée et sortie des bêtes à cornes ; une porte du côté de la bergerie pour l’entrée et sortie des moutons, et une porte du côté de l’écurie pour les chevaux. Une telle grange renfermera la récolte en foin de deux années et celle de tous les autres grains préservera ” (Chabouillé Dupetitmont 1795 : 9 et 10).

147Les observations de terrain montrent toutefois une réoccupation fréquente de la grange.

148Au domaine ecclésiastique de Chaalis, étaient au xiiie s. rattachées de grandes granges de plans basilicaux, avec un accès principal sur le mur gouttereau sud (Blary 1989 : 382). Pour la grange de Choisy-aux-Bœufs sur la commune de Vémars (Val-d’Oise), la présence de deux ouvertures sur le mur gouttereau est, pose à l’auteur la question d’une utilisation de rez-de-chaussée pour l’élevage.

149La même question peut être soulevée par la présence d’un caniveau intérieur le long du pan nord de la grange de l’abbaye de Thiron-Gardais en Eure-et-Loir au xve s. (Scheffer et Serre 2005 : fig. 42). Le bâtiment dit de “ la grange aux dîmes ” présente une longueur de 26,3 m pour une largeur de 10 m. Il est divisé en trois niveaux. Le sol du rez-de-chaussée est en terre battue. La hauteur sous plafond n’est que de 3,1 m (ibid. : 8). L’examen de la structure charpentée permet au fouilleur de restituer le vaisseau principal de la grange (état ancien daté par dendrochronologie entre 1492 et 1499), appuyé sur deux rangées de poteaux espacées de 8,20 m. Les poteaux septentrionaux sont très proches d’un mur nord préexistant. L’étude archéologique du sous-sol permet de restituer un bas-côté sud. L’étude stratigraphique suggère la présence d’un caniveau intérieur le long du pan nord de la grange, dès le xve s. Les fouilleurs suggèrent d’y voir un élément drainant du bâtiment (ibid. : 11), positionné en fond de vallon (milieu humide). Un terrain sec, un sol surélevé sont des recommandations pour l’emplacement d’une grange. La localisation de la grange abbatiale en milieu humide est quelque peu surprenante. Si le but est d’évacuer l’humidité, la position du caniveau eut été plus logique à l’extérieur du bâtiment. Faisons remarquer que la description est celle d’un véritable caniveau, pas celle d’un drain. Le seul fait technique a priori en accord avec le fonctionnement d’une grange, est la porte F.47, large de 3 m sur le pan nord (ibid. : tableau en annexe 2).

150Une fonction de bâtiment de stabulation, évidente dans le cloisonnement postérieur, et le dimensionnement des portes intérieures, aurait pu prendre place dès la phase xve s. au rez-de-chaussée. La présence d’eau dans les bâtiments de stabulation n’est pas gênante, voir recommandée.

  • 83 AD28 - H 1433.

151Si le plan extrait du Monasticon Gallicanum, est juste, la position du bâtiment à côté de l’entrée est plus celle d’une écurie, par exemple, ou d’une remise à véhicules (ibid. : fig. 9). La légende qui localise ailleurs un cellier ou grange “ horreum ” (ibid. : 10) et qualifie le bâtiment fouillé comme "l’atelier des artisans", offre une autre hypothèse d’interprétation plus crédible que celle d’une grange. Les sources du xviiie s. citées83 donnent l’image d’un bâtiment à fonctions multiples (ibid. : 11), image sans doute plus proche de la réalité que celle d’une grange à part entière.

152À la ferme d’Herneuse dans l’Oise, le fouilleur envisage une stabulation dans la grange, de par la présence d’une fosse à fumure, située à l’arrière du bâtiment (Bruley-Chabot et al. 2012).

153La fouille du moulin à vent de Roissy-en-France (Val-d’Oise) et de la fermette du meunier montre à partir du xviiie s., la présence d’un bâtiment à usage partiel de grange. Tout moulin nécessite des dépendances d’importance variable : logements, écurie, grange, terres cultivables… À partir de 1783, le meunier dispose de 2,12 ha de terres labourables, soit de quoi récolter annuellement les végétaux pour entretenir quelques têtes de gros bétail, essentiellement à partir des résidus de la céréaliculture : chaume, paille, résidus de battage et mouture (Dufour et Bauchet 2013 : 119). À l’est de la maison du meunier, un bâtiment rectangulaire mesure 9,4 × 5,5 m hors-œuvre. Son ouverture au sud-est est marquée par une interruption du mur sur 3,4 m de largeur (soit 10 pieds). Cette largeur correspond à la porte charretière d’une grange. L’espace utile intérieur est de 36 m2 (Fig. 29). Le bâtiment a logiquement servi à la fois d’étable pour un équidé et deux, trois vaches laitières, de remise à carriole et de grange pour la petite production du meunier. Nous aurions donc un bâtiment à fonction multiple (ibid. : 120).

Fig. 29 - Roissy-en-France (Val d’Oise), Le moulin, plan des bâtiments annexes, F.73 et ses appentis.

Fig. 29 - Roissy-en-France (Val d’Oise), Le moulin, plan des bâtiments annexes, F.73 et ses appentis.

© J.-Y. Dufour et I. Pasquier, Inrap

  • 84 Documents appartenant à Monsieur Maurice Barbe.

154À Bessancourt (Val-d’Oise), nous avons pu observer une petite maison de cultivateur de légumes en plein champs (Fig. 30). La maison Barbe est localisée rue Madame, dans le cœur du village ancien. Autour d’une cour pavée de 100 m2 ouverte sur la rue à l’ouest, dans son état final, la maison Barbe présente trois bâtiments d’habitation et d’exploitation d’une surface au sol de 175 m2. Le côté est de la ferme, sans doute reconstruit à la toute fin du xixe s., dévoile une grange de 72 m2, qui accueille une écurie (12 m2) pavée pour deux chevaux. Cette grange servait au stockage de blé et avoine. Un vaste auvent en toile, visible sur d’anciens clichés photographiques84, atténuait le défaut de son ouverture à l’ouest. Sous la moitié nord de cette grange, une vaste cave sous poutrelles métalliques permettait la conservation des betteraves, des pommes de terre et du charbon. Nous constations dans cet exemple, que les petits laboureurs ont de petits espaces de stockage, dans des bâtiments bricolés.

Fig. 30 - Plan d’une ferme maraîchère à Bessancourt (Val-d'Oise). La maison Barbe vers 1900.

Fig. 30 - Plan d’une ferme maraîchère à Bessancourt (Val-d'Oise). La maison Barbe vers 1900.

© J.-Y. Dufour et I. Pasquier, Inrap, d’après le fond de plan de BBJ Sarl, Rueil-Malmaison

155Dans les petites exploitations, la grange a pu avoir des fonctions multiples. Il est plus difficile de bien la distinguer archéologiquement. Par ailleurs, on ne fouille ou documente que trop peu ou pas les petites fermes, aussi notre base de réflexion est-elle très limitée sur ce point.

156Qu’elle se trouve dans une grande ou petite ferme, par ses grands volumes la grange est le bâtiment qui se prête le plus à l’accueil d’autres activités.

157À La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), un diagnostic archéologique réalisé au 7 de la rue Sébastopol a permis d’observer, au sein du village, des maisons et une petite ferme de l’époque contemporaine construite selon les normes traditionnelles. Positionnée face à l’habitation, la grange présente un plan en parallélogramme avec une surface intérieure utile de 96 m2. Le plan de cette grange illustre parfaitement la remarque de l’agronome Louis Liger à leur sujet ;

“ […] cette sorte de bâtiment dépend de la fantaisie de l’architecte qui la conduit ; ” (Liger 1723 : 41).

158La porte charretière de la grange est large de 3,6 m et haute de 4,25 m sous linteau de bois. Deux portes supplémentaires apparemment présentes dès l’origine du bâtiment permettaient l’accès à la grange directement depuis la rue, et depuis l’entrée de la ferme. Ces deux portes larges d’1,15 et 1,2 m correspondent plus à des portes pour bétail, qu’à de simples portes destinées aux hommes. La grange a-t-elle dès sa construction une fonction mixte, d’accueil du bétail et de stockage des gerbes ? L’histoire locale mentionne la faiblesse de l’élevage au xixe s. Un bâtiment mixte est-il le signe de cet élevage peu développé ? Les observations de terrain montrent qu’au cours de la première moitié du xxe s. la grange est entièrement réaménagée pour servir principalement d’étable à bovins. La porte charretière est condamnée, réduite à une porte bétaillère. Un sol de béton rainuré de rigoles pour l’évacuation des purins est coulé sur toute la superficie du bâtiment. Dix-sept mètres linéaires d’auges en béton permettent la stabulation de bovins (Dufour 2014b : 7 et fig. 4).

159Dans le même secteur briard, à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), la ferme Coat dispose d’une grange d’un volume de 650 m3. Vers le milieu du xxe s., la grange est transformée en étable double (auges, caniveaux d’évacuation pour le purin). Son sol est alors construit en béton. Son plafond est abaissé par l’installation d’un plancher à 3 m de hauteur depuis le sol, pour ménager un fenil (Fig. 31).

Fig. 31 - Vue de l’ancienne porte charretière de la grange de la ferme Coat à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), état 2004 avant démolition.

Fig. 31 - Vue de l’ancienne porte charretière de la grange de la ferme Coat à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), état 2004 avant démolition.

© J.-Y. Dufour, Inrap

160Aux xviiie, xixe et encore xxe s., la hausse des rendements (céréales, légumineuses et fourrages) favorise l’augmentation du nombre de têtes de bétail qu’une ferme peut supporter, et pousse le fermier à transformer peu à peu, au moins une partie de la grange pour y abriter son cheptel, phénomène bien noté par les architectes Alfred Ronce et Théodore Raison (Ronce et Raison 1918 : 124).

161Également dans la Brie, à Brie-Comte-Robert en Seine-et-Marne, au 17 rue Pasteur, nous avons réalisé de brèves observations sur la ferme Saint-Martin (Pantano 2004). La ferme était implantée le long de la route de Paris à Provins, ou route de Bourgogne. Elle présente sur le plan terrier de 1736 l’aspect d’une ferme à cour fermée. Lors de nos observations, le principal édifice conservé de la ferme était une grande grange, de belle facture, transformée de longue date en étables.

  • 85 Blocs de grès équarris de 60 × 26 × 18 cm.

162L’édifice est rectangulaire et flanqué d’un porche central sur le côté sud-ouest (Fig. 32). Il présente une surface utile de 16,2 × 8,1 m, soit 50 × 25 pieds dans l’œuvre. Le bâtiment est couvert d’un toit à deux pentes en tuiles plates et le porche d’un toit à croupe. Les murs sont tendus de jambes harpées sous les poutres et de chaînages d’angles, en blocs de grès équarris85. Le porche constitue l’accès principal de ce bâtiment ; il permet un passage long de 3,2 m (10 pieds) et large de 11 pieds (3,7 m). Une haute porte charretière à double vantaux massifs traduit une utilisation du bâtiment d’origine comme grange.

Fig. 32 - Plan de la grange de la ferme Saint-Martin, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), état 2004.

Fig. 32 - Plan de la grange de la ferme Saint-Martin, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), état 2004.

© M. Belarbi, P. Raymond et J.-Y. Dufour, Inrap

163Tout le sol de la grange est pavé de grès (Fig. 32). La taille bien cubique de ces pavés évoque le xixe s. Ce sol est postérieur au bâtiment. Deux rigoles aménagées traduisent une évacuation des urines, donc une utilisation du rez-de-chaussée comme étables à vaches et/ou écurie. Au xxe s., la quatrième travée est fermée et sous divisée en compartiments pour moutons (sol de terre battue), ou cochons (sol de briques). Le petit côté sud est percé de trois ouvertures pour accéder à ces loges nouvellement créées, où sont installés des auges et des râteliers.

  • 86 Une ventouse est une petite ouverture uniquement destinée à l’aération.

164Les combles sont accessibles depuis la façade ouest par un escalier droit, ouvert, hors œuvre (Fig. 33). L’escalier est en bois scié mécaniquement. Il existe sur les cartes postales du xixs. Nous proposons donc de le dater de cette période. Des clapiers sont aménagés sous l’escalier. Le grenier présente une hauteur sous poutre de 3 toises (5,85 m). Il est aménagé de compartiments à grain. Deux ventouses86 au sommet des murs pignons assuraient son aération. Un gerbeur à godet des années 1930 et un monte-grain par sac facilitaient la manutention du grain. Le plancher est un parquet de bois du xixs. L’utilisation des combles comme grenier à grain a nécessité le renfort des principales poutres porteuses, par l’adjonction de poteaux posés sur dés de pierre, au milieu de l’ancienne grange. Par défaut, nous pouvons supposer que le plancher d’origine ne nécessitait pas de tels renforts, donc servait à stocker des pailles ou du fourrage. La réutilisation de l’ancienne grange de la ferme Saint-Martin est donc totale.

Fig. 33 - Relevé de la façade et coupe de la grange de la ferme Saint-Martin, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), état 2004.

Fig. 33 - Relevé de la façade et coupe de la grange de la ferme Saint-Martin, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), état 2004.

© M. Belarbi, P. Raymond et J.-Y. Dufour, Inrap

Le développement des fonctions agro-industrielles

  • 87 Belèze est ancien chef d'institution à Paris, auteur de divers ouvrages de sciences et d'éducation. (...)

165Les règles de construction traditionnelles de la grange, telles que résumées dans la partie description agronomique de cette étude, se rapportent “ surtout aux anciennes granges qui subsistent encore dans tous les pays de grande culture, mais dont la construction se rapporte à un système d’agriculture depuis longtemps dépassé ”. Par ses écrits de 1862, Guillaume-Louis-Gustave Belèze87 évoque bien les importants changements culturaux intervenus au cours du xixe s., surtout dans le cœur du Bassin parisien, aux pays de grande culture céréalière.

“ On les conserve, parce qu’elles sont ordinairement très solides et que, dans l’origine, elles ont coûté fort cher ; on n’en construit plus de semblables. Les céréales revenant moins souvent dans les assolements alternes qui ont fini par être adoptés, il en résulte que la grange est vide un ou deux ans de suite et qu’elle n’est plus assez spacieuse pour contenir la récolte, l’année où la plus grande partie du sol arable est emblavé. Il faut alors mettre en meules… Enfin, l’usage de plus en plus répandu des machines à battre le grain, tend aussi à restreindre l’utilité des granges, bâtiments d’un entretien très dispendieux, et dont les plus grandes exploitations peuvent même se passer. ” (Belèze 1862 : 852).

166La grange de la ferme Saint-Martin à Brie-Comte-Robert est transformée en étables, surmontée d’un grenier à grain. Des remaniements importants sont aussi observables dans les murs de la ferme du Coulevrain et celle de du Bois Briard.

La grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple, Seine-et-Marne

167Les observations en plan du quart nord-est de la grange, et en élévation des parois intérieures de ce même secteur de la grange, montrent de nombreux remaniements essentiellement liés aux techniques agro-industrielles de l’époque contemporaine.

  • 88 Le sol F est pavé de briques (21 × 10 cm) posées en chevron sur une surface de 340 × 220 cm. Le sol (...)

168Au nord-est du porche d’accès à la grange, deux zones88 pavées de briques servaient probablement à stabiliser un engin, ou un passage (Fig. 11). Au droit du sol pavé, la paroi est de la grange montre une perforation (Fig. 34, A) encastrant une platine de fonte servant à guider un axe en fer (axe pour un mécanisme lié au battage ?). Au droit du sol pavé en briques, la paroi montre cinq traces de scellement (Fig. 34, D). Toute la paroi montre de fait des ouvertures, maçonneries, traces de graisse et de suie, fixations diverses en métal pour des axes, courroies ou autres, logiquement destinés à actionner des systèmes de battage mécaniques. Sans que l’on sache trop bien dans laquelle des deux granges ils sont disposés, Henri Rodary décrit en 1906 :

“ A côté se trouve une autre grange dans laquelle est fixée une batteuse actionnée par une machine à vapeur dont les générateurs sont placés sous un petit appentis fixé sous le mur de la grange. A la batteuse est ajouté un pèse-paille du système Loriot. ” (Rodary 1906 : 34).

169L’appentis E, localisé à l’extérieur de la grange, à l’est de cette paroi, montre sur son mur ouest, c’est-à-dire sur le mur de grange, une échancrure en arc de cercle évoquant les manèges à battre circulaires aménagés au début de l’époque contemporaine en position adjacente aux granges des grandes fermes céréalières (Fig. 11 et 35) (Bouchard-Huzard 1858 : 266).

Fig. 34 - Relevé photogrammétrique de la paroi intérieure au levant de la grange positionnée sur l’aile ouest de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

Fig. 34 - Relevé photogrammétrique de la paroi intérieure au levant de la grange positionnée sur l’aile ouest de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).

© Photogrammétrie : R. Touquet, Inrap ; commentaires J.-Y. Dufour, Inrap

Fig. 35 - Plan d’une grange, extrait de Max Ringelmann, De la construction des bâtiments ruraux, 1893, fig. 215. AA’ sont les passages, la machine à battre fixe B est actionnée par un manège C extérieur.

Fig. 35 - Plan d’une grange, extrait de Max Ringelmann, De la construction des bâtiments ruraux, 1893, fig. 215. AA’ sont les passages, la machine à battre fixe B est actionnée par un manège C extérieur.

170Nous manquons de recul et de connaissances sur les aménagements liés au battage industriel, mais l’ensemble des indices observés va bien dans le sens d’aménagements successifs, liés au battage, voir au vannage des produits céréaliers.

  • 89 Les pavés de grès sont irréguliers (16 à 25 cm × 25 à 50 cm), leur face supérieure bombée est blanc (...)

171Le nettoyage de l’angle nord-est de la grange a également fait ressortir un pavement89 de grès, sur une surface trapézoïdale de 5,7 × 3,3 m (Fig. 11). Sur les pavés, une couche de limon compactée avec des déchets organiques et un litage de chaux résulte peut-être du chaulage des graines en cet emplacement. Le chaulage consiste à enduire les semences de chaux, pour éviter le développement ultérieur, sur la plante, de maladies cryptogamiques. Les grains disposés dans un panier sont plongés dans une cuve remplie de lait de chaux, ou bien le lait de chaux est versé sur les grains placés en tas, tandis qu’on les remue avec une pelle. Cette technique semble se développer fortement aux xviiie et xixe s.

172Au droit de ce pavement, la paroi orientale de la grange montre un joint de plâtre (Fig. 34, L) positionné à 230 cm (7 pieds) du sol, le trou d’encastrement (Fig. 34, M) d’une poutre, positionnée à la même altimétrie qu’une série de lambourdes visibles dans le mur nord de la grange, un enduit chaulé de la paroi (Fig. 34, Q) … toutes traces indiquant clairement la présence d’un ancien grenier à grain entresolé dans cet angle de la grange.

173Si un grenier à grain peut être construit à l’intérieur d’un bâtiment originellement destiné au stockage des gerbes, c’est parce que les techniques mécaniques et l’emploi des premiers moteurs agricoles accélèrent grandement le travail de battage et les autres tâches liées au traitement des céréales, et libèrent très rapidement de l’espace dans les granges.

174L’angle nord-est de la grange ouest, ainsi que les appentis attenants sont liés au traitement agro-industriel des récoltes.

175Dans la ferme de Varâtre, à Lieusaint, c’est tout un bâtiment qui est construit au xixe s. Le long du côté nord de la grange, dans la cour principale de la ferme, à proximité de la maison de l’exploitant, la présence d’une ancienne cheminée signale ici l’utilisation d’un générateur à vapeur (Fig. 36). Le petit édifice aujourd’hui disparu était destiné à la production de l’électricité nécessaire au battage, mais aussi à toute la ferme. Le propriétaire et exploitant nous confirme le fonctionnement de ce transformateur jusqu’après la seconde Guerre mondiale. Un générateur isolé de la grange est préférable, pour éviter la propagation de l’incendie en cas d’explosion de la chaudière (Bouchard-Huzard 1858 : 271).

Fig. 36 - Traces d’arrachement de l’ancien générateur appuyé contre la façade sur cour de la grange de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

Fig. 36 - Traces d’arrachement de l’ancien générateur appuyé contre la façade sur cour de la grange de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).

© J.-Y. Dufour, Inrap

176Dans la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes, les traces d’une occupation industrielle sont nettement visibles dans plusieurs travées de la grange. Un appentis, positionné au nord des travées 7, 8, 9 et 10 montre la trace d’arrachement de vestiges donnés comme ceux d’une forge. Aussi, c’est toute la liaison entre la grange et cet appentis nord, qui a été entièrement reconstruite. Les pans nord des travées 7, 8, 9 et 10 sont datables de l’époque contemporaine (Fig. 4, maçonneries 2A, 2B, 2C). Divers faits en témoignent : un plâtre fin sert désormais de liant et enduit, les maçonneries et baies reconstruites se mesurent pleinement dans le système métrique, le fer intervient dans la construction (poteaux, linteaux). La partie supérieure de tout le pan nord des travées concernées est perforée de quatre grandes (200 × 150 cm) baies vitrées avec châssis de fer. Les anciennes jambes harpées de la grange (maçonneries 2G) sont fortement noircies par une activité sans rapport direct avec la grange. La grange est réduite par l’ajout d’une cloison maçonnée (maçonnerie 2F) sous l’entrait positionné entre les neuvième et dixième travées. De cette grange réduite à 33 m (soit 100 pieds), nous supposons que quatre travées (c’est-à-dire 40 % de sa surface) au moins sont utilisées à des fins industrielles.

  • 90 La Célébrité : industrielle, artistique et littéraire : organe officiel de l’Institut polytechnique (...)

177Dans la littérature, la ferme du Bois Briard est surtout célèbre par la famille Decauville, présente sur le site comme exploitant depuis 1750. En 1830, Amand, Louis, Victor Decauville ainé achète les bâtiments et reprend la culture comme fermier. Propriétaire de la moitié de la ferme au milieu du xixe s., il se fait le promoteur de la distillerie agricole. En 1857, la distillerie Champonnois installée dans la ferme lui vaut la grande médaille d’or du concours agricole90. La cheminée de cette distillerie agricole est encore visible dans les cartes postales du début du xxe s., sur le pan extérieur nord de la ferme (Fig. 37). Une telle activité peut expliquer les nombreux réaménagements observés, ainsi que le noircissement d’une partie des murs de la grange.

Fig. 37 - Carte postale ancienne (vers 1910) illustrant le côté nord de la ferme du Bois Briard à Courcouronnes. Derrière la cheminée industrielle, des appentis sont adossés au long pan nord de la grange.

Fig. 37 - Carte postale ancienne (vers 1910) illustrant le côté nord de la ferme du Bois Briard à Courcouronnes. Derrière la cheminée industrielle, des appentis sont adossés au long pan nord de la grange.

Granges et lieux de culte

178La proximité architecturale entre grange et lieu de culte est forte, à tel point que les granges médiévales adoptent souvent un plan dit “ basilical ”. Rappelons que les premiers chrétiens se sont principalement inspirés de modèles de l’architecture civile pour leurs édifices de culte, et que la basilique désigne durant l’Antiquité un grand édifice public destiné à abriter des activités commerciales, financières et judiciaires. Sa grande surface est parfaitement adaptée pour abriter une assemblée de fidèles. Le modèle basilical est au ive s. le plus répandu, au point que le mot basilica est souvent utilisé pour désigner une église (Sotinel 2005). La grange médiévale et seigneuriale a les mêmes besoins ; disposer d’une vaste surface pour mettre à l’abri les récoltes. Le plan d’une basilique, comme celui d’une grange médiévale, est composé de trois nefs parallèles ou davantage, celle du centre étant plus élevée que celles qui la flanquent. De fait, le travail de synthèse fait sur la charpente en Normandie au Moyen Âge montre que le même type de charpente peut se retrouver dans les deux types d’édifices (Épaud 2007).

179Au Moyen Âge, la construction de granges à grandes nefs, avec ouverture sur mur pignon et l’utilisation de contreforts, utilise de fait des codes architecturaux communs, beaucoup mieux connus et conservés dans l’architecture religieuse, ce qui peut provoquer une confusion dans l’interprétation des vestiges. Pour exemple, les témoignages recueillis dans le Soissonnais n’hésitent pas à faire intervenir le diable dans la construction des granges (Rolland 1998 : 109-110).

180À Saint-Pathus en Seine-et-Marne, sur le site Les Petits Ormes, Séverine Hurard a fouillé deux longs bâtiments sur poteaux datés du haut Moyen Âge, bâtiments parallèles, orientés et implantés au sein d’un enclos fossoyé (Hurard et Bruley-Chabot 2011, vol. 1 : 121). Le rôle et la fonction de ces bâtiments en espace réservé se discutent entre enclos à caractère domestique, grange ou une unité ecclésiastique de type ermitage ou petit établissement monastique (ibid. : vol. 3 : 113 à 119). Les arguments existants en faveur de l’une ou l’autre hypothèse ne doivent cependant pas oblitérer le fait qu’une grange peut servir de lieu de culte, comme une ancienne église peut servir de grange. Si une église est un lieu consacré, en principe non utilisable à d’autres fins, “ l’exclusivité ” religieuse d’un bâtiment peut disparaître en même temps que sa désacralisation.

181En 1989, à Villechétif dans l’Aube, nous avons observé au 11 rue de la Croix une ancienne grange sur poteaux plantés et parois de torchis (Fig. 38). Des petites baies décoratives, agrémentées de verre coloré ont attiré notre attention. Renseignements pris, la grange a servi de chapelle entre 1860 et 1867, le temps que dura la construction de l’église paroissiale. Pour les cérémonies, la grange était décorée de draps blancs. C’était simple et primitif (Morin 1903 : 10).

Fig. 38 - Vues de la grange utilisée comme chapelle entre 1860 et 1867 à Villechétif (Aube), état 1989.

Fig. 38 - Vues de la grange utilisée comme chapelle entre 1860 et 1867 à Villechétif (Aube), état 1989.

© J.-Y. Dufour, Inrap

182La question des premiers lieux de culte huguenots pose aussi la question de la réutilisation des granges. De très rares temples ayant survécu à la révocation de l’Édit de Nantes, les connaissances sur les temples français du xviie s. sont fondées essentiellement sur quelques gravures et descriptions. Dans son étude sur l’architecture religieuse des protestants, Bernard Reymond rappelle que les premiers temples furent bâtis sur le modèle des maisons ou des granges voisines (Reymond 1996 : 52 ; Guicharnaud 2000 : 479). En Nouvelle-Angleterre, les pionniers construisirent 300 meeting-house en bois, car ils n’envisageaient pas que ces édifices soient destinés à durer. Ces bâtiments sans cloches ne s’appellent pas churches, d’autant plus qu’ils peuvent servir à d’autres usages ; assemblées politiques, tribunal... Des granges peuvent être aménagées à ces diverses fins (Reymond 2015 : 92). Le temple n’est en effet un lieu de culte que lorsque les fidèles s’y rassemblent, aussi une simple grange peut-elle suffire (Félice 1897 : 2).

  • 91 Olivier Royer-Perez est archéologue chercheur à l’Inrap.

183Après la Révolution et la mise en vente des biens nationaux, les cas de lieux de culte transformés en granges sont fréquents dans toute la France. Pour illustrer notre propos, nous n’utiliserons ici que nos modestes observations réalisées en 2018, à Courpalay en Seine-et-Marne, dans la ferme du château de la Grange-Bléneau, château en cours d’étude archéologique par Olivier Royer-Perez91. Située en dehors du château, la chapelle est attenante à la ferme et à la maison du jardinier. La chapelle, transformée en grange est de fait intégrée à la ferme moderne (Fig. 39). La porte de grange bien rectiligne contraste avec les grandes baies cintrées, rebouchées lors de la transformation, baies qui laissent envisager la destruction de vitraux et des armatures de fenêtres. À 3,5 m de hauteur par rapport au sol actuel, une litre funéraire est l’ultime décor religieux à l’intérieur de la chapelle. Cette frise est recoupée par des graffitis, une datation, des rosaces incisées dans l’enduit de plâtre conservé en hauteur. Ces figurations symboliques, observées dans la grange de la ferme de Mons à Athis-Mons, dans celle de Varâtre à Lieusaint, et ailleurs… sont encore largement incomprises, mais sans doute liées aux croyances paysannes. Un recensement plus large sera nécessaire avant tout essai d’interprétation.

Fig. 39 - Vue de la chapelle du château de La Grange-Bléneau, à Courpalay (Seine-et-Marne), transformée en grange. État 2018.

Fig. 39 - Vue de la chapelle du château de La Grange-Bléneau, à Courpalay (Seine-et-Marne), transformée en grange. État 2018.

© J.-Y. Dufour, Inrap

Conclusion générale

184Les granges observées sont toutes dans le style vernaculaire sobre, éventuellement adapté à l’air du temps, comme c’est le cas de la façade reconstruite de la grange de la ferme de Mons à Athis-Mons (cf. l’article J.-Y. Dufour, Cl. de Mecquenem et G. Drwila - Quelques granges médiévales en Île-de-France et régions voisines, même livraison). Le style est simple, car la grange ne fait pas partie des bâtiments agricoles que l’on montre, à l’inverse des écuries, par exemple. Elle est de fait rarement positionnée en bordure de rue ou de chemin, pour éviter au maximum les incendies. À l’inverse d’autres bâtiments agricoles, tels le poulailler ou la porcherie, les grands volumes de la grange permettent sa réutilisation à des fins variées, et globalement sa meilleure conservation, sur le long terme. On la rencontre donc plus fréquemment sur nos chantiers, que d’autres bâtiments agricoles. Du point de vue architectural, nous constatons que les hauts murs des granges peuvent être soutenus ou pas, par des contreforts, des jambes harpées, des longrines en bois, ou simplement les bâtiments et porches adjacents. Les granges observées sont liées à notre zone géographique de travail, et ne répondent donc pas à toutes les interrogations ; comment est fondée une grange en secteur sableux ou argileux ? Quelle incidence le sol a-t-il sur la construction des élévations ? Les manuels d’agronomie consultés ne documentant pas les techniques de construction, et les traités d’architecture se consacrent à des édifices plus nobles. L’archéologie a donc pleinement son rôle à jouer.

185Ces deux articles ont, entre autres, pour but d’aider à la reconnaissance des granges, en livrant les critères d’interprétation ; les granges sont généralement des édifices séparés des autres, mais placées sous l’œil du maître, comme de nombreux autres bâtiments d’exploitation. L’isolement est possible dans une ferme à cour ouverte, plus difficilement dans une ferme à cour fermée, schéma qui forme l’évolution traditionnelle des fermes des pays de grande culture. Les quelques exemples du haut et bas Moyen Âge donnés dans l’article consacré aux granges médiévales témoignent bien de bâtiments anciens isolés. Plus que la taille du bâtiment, car il existe des petites granges, ce sont les dimensions de leurs ouvertures qui permettent de bien les distinguer des bâtiments d’élevage, pour lesquels les portes d’accès sont bien moins larges (Dufour 2012 et 2019b, fig. 1). L’association grange/élevage est un sujet confus chez la grande majorité des archéologues. Rappelons que bovins, chevaux et porcs nécessitent des sols en dur et des écoulements qui marquent fortement le sol de leur bâtiment, même s’il s’agit d’une ancienne grange. La difficulté subsiste avec le logement du mouton, qui peut effectivement stabuler en grange sans grand changement au sol. En élévation, les constructions liées aux ovins sont toutefois repérables.

186La localisation de la grange dans un endroit sec, si possible à l’abri des vents pluvieux, va de pair avec la surélévation de son sol, destinée à protéger les gerbes de l’humidité. Ce rehaussement est difficile à mettre en évidence, sur les sites arasés du haut Moyen Âge, mais se révèle pertinent sur les sites de la période moderne où il a pu être observé.

187Si l’aire à battre est encore plus indispensable que la grange, nous n’en avons reconnu aucune dans les granges visitées, alors que nos collègues méditerranéens n’ont aucune difficulté à identifier cet équipement agricole dans ou à proximité des exploitations (pour exemple, Raynaud 2020 : 116). Des études micromorphologiques et phytolithiques des sols de grange seront nécessaires pour apprendre à les distinguer.

188Enfin, nous avons brièvement abordé le parallèle possible entre grange et lieu de culte, les deux types d’édifices étant structurellement proches. Cette question reste importante pour le haut Moyen Âge, période pour laquelle les sols des bâtiments sont rarement conservés. Bien que totalement utilitaires, les granges révèlent des graffitis symboliques qu’il faut commencer à relever, avant d’envisager un jour, toute interprétation.

189Par manque de connaissance sur les techniques agro-industrielles du xixe s., nous devons bien confesser notre difficulté à lire l’histoire des murs de grange impactés par la Révolution industrielle. En l’état de la recherche, c’est plus largement le développement du fer dans l’architecture agricole qui nous reste étranger.

190Ces quelques pistes de réflexion montrent qu’un bâtiment emblématique de nos campagnes est encore bien mal connu.

Haut de page

Bibliographie

Bauchet 2006

Bauchet O. - Étude documentaire, in : Frangin, Dufour et Bauchet 2006 : 20-29.

Blary 1989

Blary F. - Le domaine de Chaalis, xiie-xive siècles : approches archéologiques des établissements agricoles et industriels d’une abbaye cistercienne, Éditions du CTHS, Paris, 417 p.

Bresson, Brut et Pillet 2011

Bresson V., Brut C. et Pillet E. - Grange de La Chapelle, 38 rue de La Chapelle, Paris 18e, Rapport de sondages archéologiques, Département Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris, 240 p.

Broutin 2017

Broutin P. (dir.) - Lieusaint, Site de la Ferme de Varâtre, Rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-de-France, 284 p.

Bruley-Chabot et al. 2012

Bruley-Chabot F., Clavel B., Jouanin F., Facquez D., Legros V. et Bernard (J.-L.) - Les fermes d’Herneuse à Verberie (Oise). Deux fermes voisines des xvie-début xviiie siècles, Revue archéologique de Picardie, 2012, 3-4 : 207-295.

Brunet et Dionnet 1986

Brunet P. et Dionnet M.- Cl. - La métrologie des granges en France, Cahiers de métrologie, tome 4 : 67-73.

Cammas 2016

Cammas C. - Analyse micromorphophologique de sols de bâtiments et structures en creux médiévaux et modernes, in : Dufour 2016 : 467-478.

Conversey 1965

Conversey R. - Matériaux pour la géographie historique et agraire de, la Lorraine II. Portes de granges cintrées et rectangulaires en Lorraine, Revue géographique de l’Est : 173-175.

Corvisier 2012

Corvisier C. - Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), La “ Grande Ferme ”, ancienne commanderie. Étude experte d’histoire architecturale et analyse chronologique du bâti, 43 p.

Corvisier 2015

Corvisier Ch. - Lieusaint (Seine-et-Marne). La ferme de Varâtre, ancien château. Étude experte d’histoire architecturale et analyse chronologique du bâti, 68 p.

Delarue et al. 1980

Delarue J., Ibergay F., Poupon C., Coraini P. et Renaux D. - Histoire d’Orly, Agence Régionale d’Edition pour les Municipalités, 271 p.

Demangeon 1920

Demangeon A. - L’habitation rurale en France. Essai de classification des principaux types, Annales de géographie, Klaus reprint limited (1967), Tome XIX : 352-375.

Dufour 2012

Dufour J.-Y. - Étables à bovins, écuries, bergeries, porcheries. Manuels agronomiques et vestiges médiévaux et modernes en Île-de-France, Archéopages, 35 : 60-67.

Dufour 2014a

Dufour J.-Y. (dir.) - Courcouronnes (Île-de-France, Essonne), rue du Bois Briard ferme du Bois Briard Salle culturelle, Inrap Centre Île-de-France, 132 p.

Dufour 2014b

Dufour J.-Y. - Éléments d’archéologie du bâti pour une histoire de la boucherie francilienne contemporaine (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis), Revue Archéologique du Centre de la France, 53 [En ligne] : https://journals.openedition.org/racf/2180

Dufour 2016

Dufour J.-Y. (dir.) - Roissy-en-France 14, rue Jean Moulin La ferme de La Selle, Rapport de fouille, Inrap Centre Île-de-France, 631 p.

Dufour 2019

Dufour J.-Y. (dir.) - Savigny-le-Temple (Île-de-France, Seine-et-Marne), Ferme du Coulevrain, Place Georges Henri Rivière, Rapport de diagnostic, Inrap Centre-Île-de-France, 386 p.

Dufour et Bauchet 2013

Dufour J.-Y. et Bauchet O. (dir.) - Le moulin et la maison du meunier de Roissy-en-France. Archéologie et histoire, Bordeaux, Fédération des moulins de France, Collection Monde des Moulins, 250 p.

Dufour et Bach 2014

Dufour J.-Y. et Bach M.-A. - Une maison villageoise du xviiie siècle observée à Roissy-en-France (Val-d’Oise), L’architecture vernaculaire, tome 38-39 (2014-2015), http://www.pierreseche.com/AV_2014_dufour_roissy.htm

Dufour et Péru 2020

Dufour J.-Y. et Péru J.-J. - Deux maisons de petits fonctionnaires seigneuriaux à Orly (Val-de-Marne), in : Archéologie de la maison vernaculaire, recueil d’articles sous la direction de J.-Y. Dufour, Éditions Mergoil, Drémil-Lafage : 159-191.

Dupias et Rey 1985

Dupias F. et Rey P. - Documents pour un zonage des régions phyto écologiques, CNRS, 39 p. + carte.

Eeckhout et Houbrechts 2002

Eeckhout J. et Houbrechts D. - Analyses dendrochronologiques à Athis-Mons et Melun, rapport préliminaire, Laboratoire de dendrochronologie, Université de Liège, 6 p.

Épaud 2007

Épaud F. - De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie du xie au xiiie siècle, CRAHM, 624 p.

Félice 1897

Félice (P. de) - Les protestants et autrefois, Librairie Fischbacher, Paris, 2e édition, 293 p.

Frangin 2004

Frangin E. - Lisses (Essonne) “ ZAC du Bois Chaland –Ferme du Bois Chaland ”. Rapport de diagnostic. Saint-Denis, SRA d’Île-de-France, Inrap, 21p.+annexes.

Frangin, Dufour et Bauchet 2006

Frangin E., Dufour J.-Y. et Bauchet O. - Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), La Ferme des Copeaux, le Domaine de Combs-la-Ville- rue du Haut Breuil, rue du Chêne, Rapport de diagnostic archéologique, Institut national de recherches archéologiques préventives, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France (Ministère de la Culture), Saint-Denis, 71 p.

Guicharnaud 2000

Guicharnaud H. - Approche de l’architecture des temples protestants construits en France avant la révocation, Études théologiques & religieuses, 4 : 477-504.

Hurard et Bruley-Chabot 2011

Hurard S. et Bruley-Chabot F. (dir.) - Saint-Pathus, Seine-et-Marne, les Petits Ormes/les Rouges Chaperons. Longue durée d’occupation du Néolithique à l’époque moderne. Mutations d’un habitat rural du Bas-Empire à la fin du premier Moyen Âge. Vol. 1 Description et analyse du corpus de structures, Inrap Centre Île-de-France, 346 p. ; Vol. 3 Interprétations et synthèse, Inrap Centre Île-de-France, 154 p.

Imbault 1986

Imbault D. - La Champagne : Architecture régionale, Jaher, 479 p.

Jouffroy-Bapicot 2016

Jouffroy-Bapicot I. - Analyse pollinique, in : Dufour J.-Y. - Roissy-en-France 14, rue Jean Moulin La ferme de La Selle, Rapport de fouille, Inrap Centre Île-de-France, 2016 : 479-486.

Moriceau 1994

Moriceau J.-M. - Les fermiers de l’Île-de-France. L’ascension d’un patronat agricole (xve-xviiie siècle), Fayard, Paris, 1 069 p.

Morin 1903

Morin L. - Excursions troyennes. Villechétif, Imprimerie G. Ardouin, Troyes, 30 p.

Pantano 2004

Pantano L. et coll. - Brie-Comte-Robert, la Ferme Saint-Martin, rapport de diagnostic archéologique, Inrap, DRAC Île-de-France, 22 p.

Raynaud 2020

Raynaud F. - Exploitations agricoles et constructions vernaculaires dans un paysage de garrigues du xvie s. au xixe s., in : Archéologie de la maison vernaculaire, recueil d’articles sous la direction de J.-Y. Dufour, Éditions Mergoil, Drémil-Lafage : 95-118.

Reymond 1996

Reymond B. - L’architecture religieuse des protestants, Labor et Fides, Genève, 295 p.

Reymond 2015

Reymond B. - La porte des cieux. Architecture des temples protestants, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 159 p.

Rodary 1906

Rodary H. - En Brie, le domaine de Savigny-le-Temple. Thèse agricole soutenue à l’Institut agricole de Beauvais devant MM. les délégués de la Société des agriculteurs de France. Publication de l’Institut Agricole de Beauvais, 103 p.

Rolland 1998

Rolland D. - Architectures rurales en Picardie, le Soissonnais, Ed. Créer, Nonette, 251 p.

Save et Elliott 2010

Save S. et Elliott S. - Rapport final d’étude des phytolithes du site du 38, rue de la chapelle, Paris 18e, Amélie, études environnementales et archéologiques, Département Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris, 2010, in : Bresson, Brut et Pillet 2011 : 225-240.

Scheffer et Serre 2005

Scheffer M.-E. et Serre S. - La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais, Service régional de l’archéologie, Orléans, 6 p.

Sotinel 2005

Sotinel C. - Les lieux de culte chrétiens et le sacré dans l’Antiquité tardive, Revue de l’histoire des religions, 4 : 411-434.

Sources agronomiques

Aubert de la Chesnaye des Bois 1751

Aubert de la Chesnaye des Bois F.-A. - Dictionnaire universel d’agriculture et de jardinage, de fauconnerie, chasse, pêche, cuisine et manège, À Paris, chez David, 2 vol., 730 p. et 467 p.

Belèze 1862

Belèze G. L. G. - Dictionnaire universel de la vie pratique à la ville et à la campagne, Hachette, Paris, 2e éd., 1862, 1872 p. + suppl. 30 p.

Bouchard-Huzard 1858

Bouchard-Huzard L. - Traité des constructions rurales, imprimerie et librairie d’agriculture et d’horticulture de Mme Ve Bouchard-Huzard, Paris, 888 p. + tables.

Chabouillé Dupetitmont 1795

Chabouillé Dupetitmont - Manuel pratique du Laboureur, suivi d’un traité sur les abeilles, Chez Fuchs, Paris, 172 p. + 5, + 35 p.

Danguy 1914

Danguy J. - Constructions rurales, Encyclopédie agricole publiée sous la direction de G. Wery, Librairie J.-B. Baillière et fils, Paris, 502 p

Graves 1834

Graves L. - Précis statistique sur le canton de Pont-Sainte-Maxence, arrondissement de Senlis (Oise), Achille Desjardins, Beauvais, 192 p.

Liger 1723

Liger L. - Le nouveau Théâtre d’agriculture et ménage des champs, Paris, 740 p.

Rozier et al. 1805

Rozier F. - Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique, et de médecine rurale et vétérinaire, Tome XI, à Paris, 492 p.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales de l’Essonne (1Fi/47).

2 On appréciera ici la limpidité des mesures exprimées dans le système de l’Ancien régime. Elle marque la volonté du constructeur d’obtenir une certaine surface utile, intérieure.

3 Leur espacement moyen de 265 cm ne se comprend qu’en ajoutant la largeur moyenne (65 cm) d’un contrefort.

4 Carte des Chasses du Roi de 1764.

5 Large d’environ 4 m.

6 Allée longue de 11, 8 m et large de 4 m.

7 Plâtre gris avec inclusions de charbon et de gravier.

8 Des fermes entières ont été personnellement observés et décrites à Roissy-en-Brie (77), La Queue-en-Brie (94), Sucy-en-Brie (94), Brie-Comte-Robert (77), Bessancourt (95).

9 En deux secteurs d’observations, nous avons pu, avec l’accord des services technique de la ville de Roissy, décaper le sol sur un godet de largeur au pied du mur de clôture à l’est.

10 Conservé sur 3 m de hauteur, le contrefort est large de 2 pieds (70 cm), épais de 3 pieds (105 cm) à sa base et de 2 en élévation. Il est construit d’une vingtaine d’assises irrégulières de moellons calcaires équarris liés au plâtre blanc.

11 Ensuite est l’estimation de ladite grange et d’une cour qui donne entrée à ladite grange par une porte charretière qui donne sur la Grande rue du Moulin et qui sert à engranger les grains par cinq fenêtres qui sont dans la costière de ladite grange qui à neuf travées de long y compris la batterie […]  (AD Yvelines 1Q 73/2353 et 2354 14 germinal an II).

12 Plâtre blanc avec menues inclusions de charbon de bois et grosses inclusions de gypse.

13 Avec briques, ciment et mortier jaune.

14 Maçonnerie composée de moellons calcaire (10-20 cm) très mal assisés et sans liant dans la partie inférieure, cimentés dans la partie supérieure.

15 Les portes de sortie de la grange pour les charrettes à vide peuvent être plus étroites que les portes d’entrée.

16 3366 est une maçonnerie verticale, large de 60-65 cm, saillante de 5 cm, composée d’assises régulières de deux à trois rangs de dalles de meulière, calcaire taillé, silex, liées au plâtre blanc à moyennes et nombreuses inclusions de gypse et charbon.

17 10,8 m – deux contreforts larges de 60-65 cm (soit 125 cm) = 9,55 m = trois travées de 320 cm de longueur (soit 10 pieds). Ces mesures restituées sont un peu plus larges si on fait le calcul de poutre à poutre.

18 Ce mur présente trois assises inférieures composées de blocs de pierre de taille calcaire (50-60 × 30-35 cm de hauteur).

19 Une porte bétaillère est une porte dont les dimensions sont adaptées au passage du bétail.

20 Étude et transcriptions d’Olivier Bauchet dans Dufour 2013.

21 Deux contreforts subsistent noyés dans les appentis au nord et au sud de la grange.

22 La datation acquise de ce linteau est 1238-1239. Il s’agit donc d’une pièce en réemploi.

23 Le document (AD91, B823) n’est pas daté, mais la description d’une allée de marronniers nous situe logiquement après 1615, date de l’arrivée du premier marronnier à Paris (http://lesarbres.fr/marronnier.html). Par ailleurs, la grange décrite dans le document étant datée par l’étude dendrochronologique, nous pouvons suggérer une datation de ce document au sein du xviiie s.

24 Seul le cinquième entrait est en orme.

25 Longueur 36,3 m × largeur 7,1 m × hauteur sous entrait 4,8 m = 1 237 m3.

26 Nous limitons le comble au faux entrait positionné à 7,2 m au-dessus du sol.

27 Ce qui veut dire, qu’à partir d’un simple plan au sol d’une grange, un plan de vestiges archéologiques, on peut restituer le volume d’une grange si on dispose d’estimations sur la surface de son domaine agricole.

28 Arch. dép. Seine-et-Marne, E 185, fol. 204-205.

29 Arch. nat., étude CVIII/595.

30 Arch. dép. Seine-et-Marne, E 184.

31 Arch. dép. Essonne, 2 E 14/123.

32 Cette bergerie est conçue comme telle dès sa construction. Il ne s’agit donc pas d’une partie de grange réemployée.

33 Les fondations de ces murs sont longues de 2,7 m et larges de 0,7-0,75 m. Les maçonneries sont composées de petits (10-20 cm) moellons en meulière liés au mortier de chaux sableux jaune.

34 Arch. Nat. K 23 n° 15 (10).

35 La hauteur sous faîte est de 6,6 m (20 pieds).

36 Chaque porte est composée de cinq planches verticales (largeur 22 à 25 cm × 3 cm d’épaisseur). Les planches sont cloutées sur les deux montants verticaux et trois traverses horizontales + deux écharpes. Ces pièces d’encadrement de la porte sont reliées par des ferrures composées de bandes de fer plat (largeur 8 cm × 1,5 cm d’épaisseur) boulonnées. Les battants sont encastrés dans le sol par un pivot en fer, et dans un gond pour leur partie supérieure.

37 Dalles et carreaux longs de 40 à 100 cm et larges de 30 cm.

38 Les battants de la porte sont hauts de 395 cm (2 toises) et larges de 160 cm, composés de quatorze planches verticales en résineux, fixées par un encadrement, des écharpes et traverses en chêne. Des pentures en fer industriel renforcent ces assemblages.

39 Les pièces de bois en question ne sont pas posées sur l’épaisseur d’un mur, définition des sablières données par Pérouse de Montclos, mais dans les murs. La définition de longrines, donnée par le même auteur, comme pièce horizontale répartissant une charge, me semble plus adaptée et moins équivoque.

40 Les poteaux de la grange sont très visiblement réemployés. Ils ont été écartés par l’étude dendrochronologique.

41 Le contrefort présente une base large de 120 cm et profonde de 140 cm. Son profil est pyramidal. Sa maçonnerie est composée de moellons de meulière (25 à 35 × 10 à 25 cm) liés par un mortier sableux jaune rosé riche en inclusions siliceuses.

42 Le matériau de couverture consiste en tuiles plates. On observe de l’intérieur un voligeage sous les tuiles. La toiture a été refaite.

43 Boulons carrés de 5/6 cm de côté.

44 Les dalles au centre mesurent 47 cm, 67 cm et 130 cm de long pour 28 cm de large; Les dalles aux extrémités mesurent 60 cm de long et 32 cm de large. Des crapaudines carrées (11 cm de côté) en fer sont scellées sur les seuils. Ils reçoivent les pivots en fer emboîtés aux montants en bois, qui servent de gonds.

45 Dimensions des vantaux : 160 cm et 170 cm de largeur. Ils sont constitués chacun de six planches en chêne de 3 cm d’équarrissage, 23 à 25 cm de largeur, 330 à 360 cm de longueur, disposées verticalement. Des ajouts de planches ont été effectués dans la partie supérieure des vantaux. Tous les éléments sont maintenus par des montants, ainsi que par trois traverses et deux écharpes, auxquels ils sont cloutés. Montants, traverses et écharpes sont des madriers de section rectangulaire (18 cm × 10 cm). On observe aussi bien des ferrures artisanales cloutées que des ferrures industrielles boulonnées.

46 Dimensions : carreaux de 60 à 80 cm de longs et 16 à 23 cm de hauts. Ils sont liés au mortier sableux jaune à inclusions calcaires (chaux).

47 Un mur en briques, enterré, a été observé à l’intérieur de la grange nord (largeur de 35 cm, longueur de 3,50 m). Il est positionné perpendiculairement au mur gouttereau sud, contre lequel il s’appuie, en limite intérieure de la cinquième travée et de la chaîne d’angle apparente dans le parement du mur-gouttereau sud.

48 Formats des moellons en meulière : de 20 cm à 30 cm.

49 Format des moellons en grès : 30 cm.

50 Les éléments de la maçonnerie sont liés au mortier maigre : limon beige mêlé de chaux.

51 Formats des moellons : 15 à 25 cm de longueurs.

52 Sur le mur oriental du porche, on remarque trois anneaux en fer alignés verticalement, qui sont scellés à 20 cm, 135 cm et 215 cm du sol. Leur fonction n’est pas connue.

53 Formats des carreaux : 45 à 55 cm de long pour 35 cm de large et 18 cm d’épaisseur, entre lesquels ont été posés des cales constituées de fragments de tuile plate, liés au mortier maigre.

54 La ligne de faîtage est perpendiculaire à celle du corps principal sur lequel il prend appui. La panne faîtière et les pannes intermédiaires de la charpente de toit du porche d’entrée ont une de leurs extrémités encastrée dans le mur gouttereau du corps principal. Elles sont soutenues de l’autre côté par une ferme, mais leurs extrémités sont débordantes. Des chantignoles sont insérées entre les arbalétriers et les pannes et des cales en bois ont été glissées contre les pannes et les chantignoles, entre les arbalétriers et les chevrons.

55 Formats des pavés : 22/25 cm de large, 33 cm de long, 16/20 cm d’épaisseur.

56 La datation de ces granges a été réalisée par Dendrotech.

57 Archives Nationales, S.5146 B.

58 Plans du village et de la ferme seigneuriale, Archives Nationales, N III 123.

59 Nous remercions Gaëlle Bruley-Chabot, chercheure à l’Inrap, de nous laisser reprendre les données de sa fouille publiée (Bruley-Chabot et al. 2012).

60 Archives départementales de l’Oise. Plan d’arpentage des Trinitaires de 1677 (H 614910).

61 Archives départementales de l’Oise. H 6111 (3) : Verberie. Arpentage. 1582-1677.

62 Arpent mesure 3 830 m2, selon la mesure utilisée dans ce canton à l’Époque moderne.

63 Le calcul exact est le suivant : 350 m3/deux travées = 175 m3/travée. Chaque travée de 47 m2 nécessitait donc 3,72 m de hauteur pour recevoir sa part de gerbes.

64 Archives départementales de l’Oise, H 6150 (10).

65 L’arpent des eaux et forêts en usage sous l’Ancien Régime, équivaut à 5 107,20 m2.

66 Archives départementales de Seine-et-Marne, série P, cadastre, 4P36/896 : cadastre de Lieusaint, section C.

67 Altitude prise sur le niveau pavé, composant l’unité stratigraphique 5, relevée dans la tranchée de sondage au sol n° 5.

68 Carreaux mesurant 35 à 50 × 15 à 17 cm.

69 Chasse-roues mesurant 80 cm de hauteur × 45 × 20-25 cm.

70 Vantaux mesurant 450 × 160 cm, composés de bordages longs de 295 cm (9 pieds) cloutés sur des traverses et trois écharpes. L’extrémité supérieure du montant est retaillée pour pivoter dans une paumelle en fer fixée au mur par un tirant. Une barre de fer (de section carrée 6 × 6 cm, longue de 107 cm) encastrée dans le montant vertical de la porte, et saillante de 6 cm, fait office de gond inférieur. Il pivote dans une crapaudine en fer.

71 Information de Monsieur Proffit, propriétaire exploitant.

72 Les murs de la grange principale de la ferme de Varâtre ont fossilisé les anciennes portes, car celles-ci n’étaient pas fixées dès l’origine. Les murs gouttereaux de cette grange sont aussi marqués par d’autres baies condamnées, appartenant manifestement à un logement civil, plutôt qu’à un bâtiment agricole. De fait, les murs de cette grange sont manifestement ceux du corps principal de logis du château de Varâtre partiellement démoli et réinvesti au xviiie s. L’absence de contrainte forte (porche, chaînes harpées, poteaux intérieurs) a permis le déplacement des portes de la grange et leur lecture. Les observations réalisées à Varâtre n’étaient pas possibles dans les autres fermes présentées dans cet article, où seul l’état final était lisible.

73 Archives Départementales de Seine-et-Marne, 4Q4/1/B 121. Descriptif joint à l'acte de vente de la ferme du 28 mars 1860, registre des hypothèques. Information extraite de Corvisier 2015.

74 Nous remercions Millena Frouin, géomorphologue de cette lecture.

75 AD Yvelines 1Q 73 /2353 et 2354 14 germinal an II.

76 Laure Cissé est archéologue-chercheure à l’Inrap. Nous remercions Laure Cissé des descriptions reportées ici.

77 Elles sont composées de moellons de meulière de petit et moyen appareil (entre 10 et 35 cm), liés par un mortier sableux jaune contenant de nombreux cailloutis calcaire.

78 AN/ZZ/1/31.

79 Le seuil de la baie est maçonné avec un rang de briques posées de champs.

80 Vantaux apparemment datés du xxe s., quincaillerie contemporaine.

81 Excepté sur le pan de mur sud-ouest, très remanié.

82 Le revêtement a été réalisé après le démontage des auges.

83 AD28 - H 1433.

84 Documents appartenant à Monsieur Maurice Barbe.

85 Blocs de grès équarris de 60 × 26 × 18 cm.

86 Une ventouse est une petite ouverture uniquement destinée à l’aération.

87 Belèze est ancien chef d'institution à Paris, auteur de divers ouvrages de sciences et d'éducation. Les parties agricoles de ses ouvrages sont traitées par des praticiens estimés du public. Si Belèze est en partie un compilateur, le recul apporté par cette position lui permet des considérations économiques que ne proposent pas maints ingénieurs agronomes.

88 Le sol F est pavé de briques (21 × 10 cm) posées en chevron sur une surface de 340 × 220 cm. Le sol G est pavé de briques (22 × 11 cm) disposées en ligne sur une surface de 130 × 195 cm (mesures d’Ancien Régime). La jonction entre les deux pavements est empierrée de meulière sur 20 cm de largeur.

89 Les pavés de grès sont irréguliers (16 à 25 cm × 25 à 50 cm), leur face supérieure bombée est blanchie.

90 La Célébrité : industrielle, artistique et littéraire : organe officiel de l’Institut polytechnique universel, juin 1865, [s. n.] (Paris).

91 Olivier Royer-Perez est archéologue chercheur à l’Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 0 - Localisation des granges citées.
Crédits © I. Pasquier et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 1 - Vue de la grange de la ferme du Bois Chaland, à Lisses (Essonne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2 - Plan et section de la grange de la ferme du Bois Chaland, à Lisses (Essonne).
Crédits © C. Bertrand et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-3.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 3 - Roissy-en-France (Val-d’Oise), 14 rue Jean Moulin. Les vestiges de la grange conservés dans un mur de clôture.
Crédits © J.-Y. Dufour et I. Pasquier, Inrap ; plan Archives départementales du Val-d’Oise
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 4 - Plan détaillé de la grange de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).
Crédits © M. Belarbi et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 5 - Un des accès à la grange du xviiie s. de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6 - Mise en perspective du pan nord-est de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).
Crédits © Cliché : J.-Y. Dufour, Inrap ; plan : M. Belarbi, Inrap et carte postale phototypie Combier - Mâcon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 7 - Coupe de la charpente de la grange de la ferme du Bois Briard, à Courcouronnes (Essonne).
Crédits © Relevés : M. Belarbi, Inrap ; clichés : J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 8 - Plan de la ferme des Copeaux à Combs-la-Ville, Seine-et-Marne, telle qu’observée en 2006.
Crédits © L. Vallières et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 9 - Vue de la façade sur cour de la grange de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), telle qu’observée en 2006.
Crédits © L’herbe à midi, et L. Vallières, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 10 - Section de la grange de la ferme des Copeaux, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), telle qu’observée en 2006.
Crédits © L. Vallières et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 11 - Plan de la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © R. Touquet, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 12 - Relevé photogrammétrique de la façade au levant de la grange positionnée sur l’aile ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © Photogrammétrie : R. Touquet, Inrap ; commentaires J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 13 - Vue des portes charretières aux champs (côté ouest) de la grange implantée dans le tiers nord de l’aile ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 14 - Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), ferme du Coulevrain, grange nord-ouest, vue du mur ouest partie sud depuis l'intérieur.
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 15 - Coupe transversale de la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © R. Touquet, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 16 - Vue aérienne de la grange nord dans l’angle nord-ouest de la cour de ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © R. Touquet, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 17 - Plan des vestiges archéologiques de la ferme d’Herneuse, à Verberie (Oise).
Crédits © G. Bruley-Chabot et al., Inrap, 2012
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 18 - La petite grange située dans l’angle sud de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 19 - Vue de la porte charretière cintrée de la petite grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 20 - La grande grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).
Crédits © Relevé 2BDM ; DAO Mehdi Belarbi, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 21 - Relevé intérieur du mur nord de la grande grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 22 - Évolution de quelques portes de granges franciliennes.
Crédits © J.-Y. Dufour et Iliana Pasquier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 23 - Aperçu stratigraphique de la partie supérieure du sol dans la petite grange de la ferme de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 24 - Coupe au travers des fondations de la grange. Plan et photo des sondages mécaniques dans la cour et le jardin du 11 rue Louis Bonin, à Orly (Val-de-Marne).
Crédits © L. Cissé, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 25 - Vue du mur gouttereau oriental de la grange du 38, rue de La Chapelle à Paris 18e arrondissement, dans son contexte de 2007.
Crédits © C. Rapa, DHAAP
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 26 - Localisation des sondages au rez-de-chaussée de la grange du 38, rue de La Chapelle, à Paris 18arrondissement.
Crédits © V. Bresson, DHAAP
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 27 - Vue des sols rencontrés en sondage dans la grange nord-ouest de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 28 - Vue des ouvertures de la façade nord depuis l’intérieur de la grange nord de la ferme du Coulevrain, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 29 - Roissy-en-France (Val d’Oise), Le moulin, plan des bâtiments annexes, F.73 et ses appentis.
Crédits © J.-Y. Dufour et I. Pasquier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 30 - Plan d’une ferme maraîchère à Bessancourt (Val-d'Oise). La maison Barbe vers 1900.
Crédits © J.-Y. Dufour et I. Pasquier, Inrap, d’après le fond de plan de BBJ Sarl, Rueil-Malmaison
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 31 - Vue de l’ancienne porte charretière de la grange de la ferme Coat à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), état 2004 avant démolition.
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 32 - Plan de la grange de la ferme Saint-Martin, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), état 2004.
Crédits © M. Belarbi, P. Raymond et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 33 - Relevé de la façade et coupe de la grange de la ferme Saint-Martin, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), état 2004.
Crédits © M. Belarbi, P. Raymond et J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 34 - Relevé photogrammétrique de la paroi intérieure au levant de la grange positionnée sur l’aile ouest de la ferme du Coulevrain à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne).
Crédits © Photogrammétrie : R. Touquet, Inrap ; commentaires J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 35 - Plan d’une grange, extrait de Max Ringelmann, De la construction des bâtiments ruraux, 1893, fig. 215. AA’ sont les passages, la machine à battre fixe B est actionnée par un manège C extérieur.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 36 - Traces d’arrachement de l’ancien générateur appuyé contre la façade sur cour de la grange de Varâtre, à Lieusaint (Seine-et-Marne).
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 37 - Carte postale ancienne (vers 1910) illustrant le côté nord de la ferme du Bois Briard à Courcouronnes. Derrière la cheminée industrielle, des appentis sont adossés au long pan nord de la grange.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 38 - Vues de la grange utilisée comme chapelle entre 1860 et 1867 à Villechétif (Aube), état 1989.
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 39 - Vue de la chapelle du château de La Grange-Bléneau, à Courpalay (Seine-et-Marne), transformée en grange. État 2018.
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4711/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Dufour, « Quelques granges modernes en Île-de-France et régions voisines », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 60 | 2021, mis en ligne le 30 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/racf/4711

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Dufour

Inrap Centre-Île-de-France, UMR 7041, équipe Archéologies environnementales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search