Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 60Le site funéraire antique du 33, ...

Carte localisation

Le site funéraire antique du 33, rue du Rio à Saint-Marcel/Argentomagus (Indre)

The ancient funerary site of 33, rue du Rio in Saint-Marcel/Argentomagus (Indre)
Fabrice Couvin, Marielle Delémont et Frédéric Poupon
Avec la collaboration de Michel Barret, Dominique Canny, Magalie Guérit, Bénédicte Pradat et Christelle de Belvata Balasy

Résumés

Réalisée en 2006, la fouille du 33, rue du Rio à Saint-Marcel/Argentomagus (Indre) a permis d’identifier plusieurs séries d’enclos fossoyés quadrangulaires, orientées suivant les points cardinaux. Les recoupements sont fréquents et difficilement discernables. Les plans les plus complets sont proches du carré ou rectangulaires et délimitent des surfaces de 3,7 à 14,4 m2. Les creusements irréguliers sont peu profonds et livrent, dans un sédiment charbonneux, du mobilier majoritairement brûlé attribuable à la première moitié du ier s. ap. J.-C. (céramique, verre, petit mobilier, os humain et animal, carporeste). En l’absence de tombe au centre, la nature des résidus collectés laisse supposer qu’il s’agit d’enclos-bûchers.

Leur organisation spatiale suggère que ces enclos s’insèrent dans des parcelles dont les orientations et les limites ont pu quelque peu varier. À proximité, ou recoupant leurs tracés, on compte huit inhumations de nourrissons et une d’un enfant de moins de dix ans. Deux dépôts de crémation en vase ossuaire, un sujet adulte et un individu immature, sont identifiés à chaque extrémité de l’emprise, près de ce qui semble un espace de circulation. Au regard du mobilier, enclos, dépôts de crémations et inhumations sont contemporains et similaires à ceux appréhendés dans la nécropole des Ripottes, 50 m au sud. L’abandon de cet espace funéraire, après le milieu ier s., est probablement à mettre en relation avec le développement de l’agglomération en dehors des limites de l’ancien oppidum et la construction de l’amphithéâtre 50 m à l’ouest.

Haut de page

Texte intégral

Contexte géographique, topographique et géologique

1La fouille a été réalisée en avril 2006, avant de la construction d’une maison individuelle, 33, rue du Rio à Saint-Marcel/Argentomagus (Indre) (Fig. 1) (Couvin et al. 2007). La parcelle prend place au sud-est du bourg actuel, au lieu-dit les Palais, sur le haut du versant nord de la vallée de la Creuse, à une altitude de 149 m NGF, près du rebord qui domine la Mage. D’une superficie de 964 m2, elle présente un pendage NO-SE d’environ 1 m. Dans ce secteur, le substrat est constitué d’alluvions anciennes très fortement altérées (Fv). Elles se présentent sous la forme de graviers et de galets surtout quartzeux, pris dans une matrice sablo-argileuse jaunâtre, rouge ou grise (Cohen-Julien et al. 1998).

Fig. 1 - Localisation de la fouille.

Fig. 1 - Localisation de la fouille.

Extrait IGN

Contexte archéologique

2La fouille se situe au nord-est du plateau des Mersans, occupé par l’oppidum gaulois et le centre monumental de l’agglomération antique, au sud-est du secteur des Courates, où s’étend la ville du Haut-Empire et prend place l’amphithéâtre (Fig. 2) (Dumasy et Lebrun 2013 : 48-52). À Argentomagus ont été reconnus quatre principaux pôles funéraires antiques, situés à sa périphérie, à proximité des axes viaires les plus importants. Leur fréquentation n’est pas strictement contemporaine et semble avoir évolué à mesure de l’extension de l’agglomération (Durand 2013a et b).

Fig. 2 - Carte archéologique d’Argentomagus.

Fig. 2 - Carte archéologique d’Argentomagus.

Extrait de Dumasy et Lebrun 2013 : 55, fig. 7

3Le pôle funéraire le plus documenté se situe au nord-ouest du plateau des Mersans, à proximité de la voie vers Poitiers (Fig. 2, no 1). Il comprend la nécropole du Champ de l’Image qui a livré 112 dépôts cinéraires et 47 inhumations d’individus immatures, datés de la fin du ier au début du iiie s. ap. J.-C. (Allain, Fauduet et Tuffreau-Libre 1992 ; Durand 2013a : 31-33). Plus récemment, un diagnostic réalisé 50 m au nord, au lieu-dit Chemin de la Couture, a permis d’identifier la pratique conjointe de la crémation et de l’inhumation au cours du ier s. (de Belvata Balasy et Trébuchet 2007 ; Dumasy 2013 : 116-121). Ces deux espaces funéraires semblent se rattacher à une même nécropole dont les limites semblent évoluer au cours du Haut-Empire.

4La nécropole des Pommeurs se situe 600 m au nord-ouest, le long de la même voie de Poitiers. Elle a livré une dizaine de sépultures, dépôts de crémation et inhumations, dont l’arasement est très prononcé (Fig. 2, no 2) (Thiol, Duschesne et Belbenoit 1994 ; Dumasy 2013 : 117). Une datation iie-début du iiie s. indique que son utilisation est contemporaine de celle du Champ de l’Image.

5Les découvertes anciennes dans le faubourg Saint-Étienne situé au pied du plateau des Mersans, de cercueils, de vases antiques et de monnaies, dont l’une de Gallien, ont longtemps laissé supposer la présence d’une nécropole du Bas-Empire à proximité de la voie vers Limoges (Fig. 2, no 3) (Coulon et Holmgren 1992 : 64). Néanmoins, l’étude récente de fragments de stèles provenant du même secteur et portant des noms d’origine gauloise suggère que l’utilisation de cet espace funéraire débute dès le ier s. ap. J.-C. (Dumasy 2013 : 117).

6L’ensemble funéraire du 33, rue du Rio se situe 50 m au nord de celui des Ripottes fouillé en 1966-67 par Raymond Albert (Fig. 3) (Fauduet et Tuffreau-Libre 1992). Ceux-ci forment un quatrième pôle funéraire qui se développe immédiatement au nord-est du plateau des Mersans, probablement non loin du tracé de la voie de Bourges et de Clermont-Ferrand (Fig. 2, no 4). Aux Ripottes, dans une fenêtre de 42 m2, le fouilleur a pu identifier onze sépultures qui se répartissent en deux inhumations de nouveau-nés (Fig. 4, nos 9-10), deux amas d’os crémés en ossuaire (Fig. 4, nos 4 et 8), un en fosse (Fig. 4, no 11) et six autres en pleine terre (Fig. 4, nos 1-3 et 5-7). La présence de clous suggère que les nos 6, 7 et 11 étaient déposées dans des coffres en matière périssable. D’autres reposaient sur ou sous des fragments de céramiques (nos 4, 6, 7 et 11). À proximité du no 11, un anneau en métal vers lequel convergent des clous laisse supposer la présence d’une inhumation supplémentaire.

Fig. 3 - Plan rapproché de la carte archéologique, rue du Rio.

Fig. 3 - Plan rapproché de la carte archéologique, rue du Rio.

Extrait cadastral, restitution graphique : F. Couvin, Inrap

Fig. 4 - Plan de la fouille des Ripottes de R. Albert.

Fig. 4 - Plan de la fouille des Ripottes de R. Albert.

Extrait de Fauduet et Tuffreau-Libre 1992 : 220, fig. 101

7Le fouilleur met également en évidence une série de fossés formant des plans quadrangulaires, d’une largeur de 0,4 à 0,9 m pour 0,2 de profondeur. Il suppose que ceux-ci sont abandonnés lors de la mise en place des sépultures, mais souligne la difficulté d’interpréter ces aménagements. De fait, certains dépôts de crémation sont installés dans les comblements de ces fossés et des os brûlés et de la céramique, en particulier des tessons d’amphores, sont recueillis dans le fossé nord.

8Le mobilier semble-t-il relativement abondant comprend (au regard des vases illustrés dans la publication) majoritairement des céramiques de service, parmi lesquelles 29 estampilles sur sigillées italiques et de Gaule du Sud, ainsi que sept fibules et quatre monnaies, dont les plus récentes sont datées du règne d’Auguste. L’ensemble permet de proposer une datation assez précise comprise entre les années 30 à 50 ap. J.-C. (Fauduet et Tuffreau-Libre 1992).

9Les résultats de la fouille programmée engagée dans la parcelle AS 51, située immédiatement à l’ouest de notre intervention, sont développés dans le chapitre de synthèse. Pour la compréhension globale de ce secteur, on regrettera que Stéphane Thiol et Sandrine Rottier n’aient pu prolonger leurs recherches au-delà de la première campagne (Fig. 3) (Thiol et Rottier 2016).

Méthodologie

10Cette fouille fait suite à un diagnostic positif réalisé en octobre 2003 (Guiot et Raux 2003). La surface décapée est de 718 m2 (Fig. 5). Dans la moitié nord, les vestiges affleurent sous la terre végétale entre 0,15 à 0,3 m et entre 0,35 et 0,5 m, au sud, où un horizon de colluvions se situe en interface. Le substrat est très hétérogène et de lecture difficile. Il alterne entre argile plastique, sédiment argilo-sableux et colluvions à matrice argilo-sableuse avec galets et sables grossiers.

Fig. 5 - Plan des vestiges par période.

Fig. 5 - Plan des vestiges par période.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, Inrap)

11Les vestiges, assez largement arasés, se concentrent dans la moitié sud de l’emprise et dans une moindre mesure près de la limite nord, là où les colluvions sont conservées sur plusieurs dizaines de centimètres. Ailleurs, le substrat affleure directement sous le labour et d’autres structures ont pu totalement disparaître, excepté à l’ouest, où elles s’interrompent suivant une limite rectiligne.

12L’enregistrement a été réalisé par US et par Fait. Les faits F10 à F138 ont été attribués lors de la fouille et F250 à F264, lors de sondages complémentaires réalisés en fin d’intervention. Les ensembles fossoyés ont été numérotés de 1 à 13 sous la forme E1 à E13.

13Les structures ont été fouillées manuellement à 100 %, hormis les fossés récents testés par sondage et deux fosses explorées mécaniquement (F14 et F15). En raison de moyens réduits, il n’a pas été possible de coter systématiquement le mobilier. La difficulté à suivre les creusements et les remplissages des fossés nous a conduits à multiplier les numéros de fait, afin de réduire les risques de mélange de matériel.

14Malgré les précautions prises, la perception des relations stratigraphiques a été difficile. Cela s’explique par un fort arasement des vestiges, des remplissages très similaires et des recoupements assez systématiques dans les angles, où se concentre l’essentiel du mobilier. De plus, même les structures les plus récentes livrent de la céramique antique.

15Le mobilier collecté est relativement abondant. Il est le plus souvent très fragmenté et altéré par le feu, excepté les dépôts. La céramique comprend 8 864 tessons pour 739 NMI, le verre 67 fragments pour 30 NTI, l’instrumentum 38 individus (hors clous), 7 monnaies, la faune 364 NR dont 135 NRD. 71 carporestes et 200 macrorestes organiques ont été collectés après tamisage, ainsi que 374 g d’os brulés (plus de 2 000 restes), parmi lesquels 64 g humains déterminés. 115 litres de sédiment prélevés dans les fossés ont été tamisés (0,2 et 0,5 mm). Ce qui a permis d’identifier des petits os brûlés qui n’avaient pas été perçus lors de la fouille. Les charbons de bois collectés par flottation n’ont pas été étudiés.

Les vestiges funéraires

16L’essentiel des vestiges se rattache à un ensemble funéraire de la première moitié du ier s. ap. J.-C. (Fig. 6). On compte trois inhumations d’immatures, cinq dépôts mobiliers qui sont des sépultures du même type dont les ossements ne sont pas conservés, deux ossuaires en vase, ainsi que des fossés qui appartiennent à des enclos quadrangulaires. La céramique, les monnaies, ainsi que la chronologie relative, suggèrent une fréquentation relativement courte, limitée à quelques décennies, au cours desquelles des enclos fossoyés destinés à la pratique de la crémation sont associées à des sépultures d’individus immatures et adultes.

Fig. 6 - Plan des vestiges funéraires par type.

Fig. 6 - Plan des vestiges funéraires par type.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, Inrap)

Les enclos fossoyés

17Quatre-vingts numéros de faits se rattachent à des fossés participant à des enclos quadrangulaires orientés nord-sud et est-ouest. Treize enclos ont pu être individualisés, dont quatre présentent des plans quasi complets. Les autres tracés n’ont pu être attribués à une structure précise (Fig. 6 et 7). Les treize clôtures présentées livrent l’essentiel des données immobilières et mobilières. La profondeur conservée des fossés est comprise entre 0,08 à 0,28 m, pour une ouverture de 0,5 à 0,8 m. Les profils sont le plus souvent en U (Fig. 8). Ces dimensions sont proches des 0,18 à 0,2 m conservés pour 0,4 m à 0,9 m de large mentionnés par Raymond Albert sur la fouille des Ripottes (Fauduet et Tuffreau-Libre 1992). En l’absence de sol, la profondeur initiale des creusements ne peut être précisée. Conservées entre 0,05 et 0,4 m, les fosses des inhumations témoignent d’un arasement inégal. Des sépultures proches peuvent présenter des différences d’enfouissement de plusieurs dizaines de centimètres. La faible puissance des fossés ne s’explique donc pas seulement par un fort arasement, il faut aussi supposer qu’ils étaient peu profonds à l’origine.

Fig. 7 - Caractéristiques des enclos E1 à E13.

Fig. 7 - Caractéristiques des enclos E1 à E13.

Fig. 8 - Vue de la fouille depuis le sud-est.

Fig. 8 - Vue de la fouille depuis le sud-est.

© F. Couvin, Inrap

18Les remplissages, souvent uniformes, suggèrent des comblements rapides. Sauf rares exceptions, le mobilier est systématiquement fragmenté et altéré par le feu à divers degrés, c’est particulièrement le cas de la céramique. Malgré cela, une fréquence importante de vaisselle fine, en particulier de sigillée et de terra nigra, fournit pour ces structures une chronologie relativement resserrée comprise entre les années 15/20 à 50/60 ap. J.-C. (Fig. 9). Les faits qui livrent le plus de petits objets, de fragments de verre et de macrorestes organiques sont ceux qui ont fait l’objet de prélèvements et de tamisages (Fig. 10). Les taux de détermination des ossements humains et animaux sont très faibles. Leurs inventaires détaillés sont présentés dans les annexes 1 et 2. Ceux de la céramique, du verre et de l’instrumentum, dans les annexes 5, 6 et 7, les carporestes et les macrorestes organiques en annexe 8.

Fig. 9 - Céramiques fines et amphores des enclos E1 à E13.

Fig. 9 - Céramiques fines et amphores des enclos E1 à E13.

Fig. 10 - Objets, verres, ossements et macrorestes des enclos E1 à E13.

Fig. 10 - Objets, verres, ossements et macrorestes des enclos E1 à E13.

L’enclos E1

19L’enclos E1 apparaît en position isolée au nord de l’emprise (Fig. 6 et 11). Il recoupe le fossé F45 qui constitue peut-être les vestiges d’un enclos antérieur. Proche du carré, il délimite une surface de 4,6 m2 (Fig. 12). Le fossé large jusqu’à 0,55 m est conservé au mieux sur 0,2 m.

Fig. 11 - Plan et coupes de E1.

Fig. 11 - Plan et coupes de E1.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 12 - E1 depuis le nord.

Fig. 12 - E1 depuis le nord.

© F. Couvin, Inrap

20F18, F27 et F28 livrent le plus de céramique. F19 et F26 en livrent peu et F35 n’en livre pas. On relève une concentration dans l’angle sud-est, avec une panse d’amphore vinaire Pascual 1 (P1) de Tarraconaise (Fig. 13). E1 livre 1185 NR/52 NMI, fragmentés et brûlés, parmi lesquels les formes de service représentent les deux tiers. On compte de plus deux autres P1 de Tarraconaise, une imitation régionale du même type, ainsi qu’une Gauloise 3/4 régionale. L’absence de sigillée claudienne permet de dater le comblement de cet enclos 15/20 à 30/40 ap. J.-C.

Fig. 13 - Détail de l’angle sud-est de E1 depuis l’est.

Fig. 13 - Détail de l’angle sud-est de E1 depuis l’est.

© M. Delémont, Inrap

21Un anneau en bronze circulaire de 15 mm de diamètre provient de F35. Les os brûlés issus du tamisage de F27 et F35 comptent 15 fragments humains, dont des éléments de crâne, de côtes et peut-être d’humérus et d’ulna, appartenant à un ou plusieurs individus adulte ou sub-adulte (13,2 g), ainsi que 185 indéterminés (22,9 g).

22À l’échelle de la fouille, la faune est abondante (103 NR). À l’est, F26 et F28 totalisent 84 NR. F35, F18 et F27 en comptent 6, 8 et 5 et F19 n’en livre pas. 38 NR sont déterminés. Le bœuf domine avec 18, suivi du cheval (10), du porc (6) et des caprinés (4). Chaque espèce est représentée par un individu. Aucune zone de rejet selon les espèces n’est visible. Seuls, les restes de bœuf et de cheval se concentrent dans l’angle F28.

23À l’exception du gril costal, le bœuf est illustré par des éléments de la tête, du membre antérieur et postérieur, ainsi que des pieds et du rachis. Ils correspondent donc à la fois à des parties sans valeur alimentaire (crâne, rachis et pied) et à des quartiers de viande à forte valeur nutritionnelle (côtes, membres antérieurs et postérieurs). Aucune organisation en fonction de la distribution des parties anatomiques ne se dessine.

24Le cheval est représenté par des restes de la tête, du rachis et des pieds. Il s’agit d’éléments associés à la découpe primaire, encombrants et pauvres en viande, éliminés après l’abattage. Les ossements du pied, éparpillés dans les tronçons F18, F26 et F28 appartiennent à un même individu.

25Le porc livre des restes de la tête, du rachis, du membre antérieur et postérieur. Pour les caprinés, quelques éléments de la tête, du membre antérieur et postérieur sont présents. Parmi ces 103 NR, sept sont brûlés, un est carbonisé, six sont calcinés. Ce sont des restes osseux de porc (4 NR), de caprinés (2 NR) et un indéterminé.

26Dix-sept carporestes se répartissant en 15 issus de F27, avec deux semences de lentille et 13 fragments de matière organique indéterminée. Deux proviennent de F35 : un fragment de coque de noisette et une semence de graminées.

Les enclos E2 à E6

27La série E2 à E6 prend place dans le quart sud-ouest de la fouille (Fig. 6 et 14). La relation entre l’enclos E2 et E3 et E4 n’a pu être déterminée. L’appartenance du fossé F49 à E2 ou E4 n’est pas assurée. E2 recoupe le fossé F94 et est recoupé par la sépulture F47 et les fosses F46 et F133. E3 recoupe E4 et est recoupé par E5. Tous trois sont antérieurs à la fosse F42, datée iie-ive s. ap. J.-C. E5 est antérieur à la fosse F57, non datée. E6 est un segment isolé.

Fig. 14 - Plan et coupes de E2, E3, E4, E5 et E6.

Fig. 14 - Plan et coupes de E2, E3, E4, E5 et E6.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

28E2 a pu être identifié dans ses sections ouest, sud et est (F21 et F22). Au nord, il est impossible de préciser si F49 constitue un retour. E2 se développe sur 3,6 m pour au moins 2,6 m, soit 5,8 m2. Le fossé, large jusqu’à 0,6 m, est conservé sur 0,18 m au plus.

29La céramique, fragmentée et brûlée, comprend 78 NR/15 NMI, dont 7 sigillées. On compte aussi un tesson de vase plastique glaçuré (F22) et les restes d’une même P1 de Tarraconaise à pâte rouge (F21). L’ensemble est daté 15/20 à 50/60 ap. J.-C. Des fragments d’os brûlés ne sont pas déterminés (1,4 g). La faune comprend deux restes de bœuf : une partie distale de tibia et un fragment de frontal brûlé. F49 ne livre de céramique, mais un fragment de plaque en bronze, une perle annulaire en verre verte et un fragment de panse incolore.

30E3 présente un plan de 3,7 m pour au moins 4,2 m, soit 7,4 m2. Le fossé, large jusqu’à 0,7 m, est conservé sur 0,3 m et moins. Il livre 582 NR/53 NMI, fragmentés et brûlés. La céramique se répartit assez régulièrement, excepté les restes d’une même P1 de Tarraconaise près de l’angle nord-ouest. La vaisselle de service, en particulier sigillée et terra nigra, représente un peu moins des trois quarts des vases. On compte aussi un unguentarium fusiforme en pâte calcaire (Py 1993). En l’absence de forme flavienne, les formes sigillées claudiennes fournissent une datation 30/40 à 50/60 ap. J.-C.

31Un tesson déformé incolore et une embouchure de balsamaire en verre soufflé incolore de type Isings 6 proviennent de F24 (Isings 1957). F36 livre une forme indéterminée à lèvre ronde et incolore qui a subi l’action du feu. Un fragment de tôle de bronze non identifiable est issu de F52. Deux jetons en os et la moitié d’un troisième (L. 15 mm, l. 14 mm, ép. 4 et 5 mm) proviennent de F25. Blancs et déformés, ils ont subi l’action du feu. Ils se rattachent au type Béal A XXX111,2, fréquent au Haut-Empire (Béal 1983 : 286-287, pl. 50, no 870). À La-Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher), un exemplaire fragmentaire calciné provient de la fouille d’un petit monument funéraire antique arasé (Couvin et al. 2018).

32Les ossements brûlés comptent un fragment de diaphyse de fémur d’un individu adulte ou sub-adulte (3,1 g) et 17 indéterminés (12 g). Six des 20 restes de faune sont déterminés. Trois appartiennent au porc, deux aux caprinés et un au bœuf. Le porc compte des éléments de la tête (F24) et des membres antérieurs (F24 et F25) de deux individus : l’un de moins de douze mois, l’autre sub-adulte ou adulte. Les caprinés sont illustrés par les restes d’un radius calciné et d’un pied antérieur (F37 et F52) ; le bœuf par un scaphoïde carbonisé (F25). Le faible NR ne permet pas de restituer d’organisation particulière.

33L’enclos E4, de 3,4 m pour plus de 2,25 m, délimite une aire d’au moins 5,6 m2. Le fossé ne dépasse pas 0,5 m de large pour 0,16 m de profondeur. La céramique est peu documentée (70 NR/6 NMI). Fragmentée et brûlée, elle comprend de la sigillée, un gobelet type Beuvray, un pot type Besançon et des fragments de P1 de Tarraconaise (Bet et Delor 2000 ; Couvin 2005 ; Lallemand et Tuffreau-Libre 2005). Ces éléments situent le comblement entre 15/20 et 50/60 ap. J.-C.

34Quatre restes humains brûlés sont issus de F30 : deux racines dentaires, un fragment de crâne et un autre de côte (1,5 g). Trente-trois autres sont indéterminés (4,1 g). Ils correspondent à un ou plusieurs individus adultes ou sub-adultes. F30 livre un reste de faune calciné indéterminé, ainsi qu’une semence de blé type froment et trois de pois.

35Seuls les tracés sud et ouest de E5 ont été reconnus. Ses dimensions sont de 4,2 m pour au moins 3,4 m, soit plus de 8,6 m2. Le fossé large de 0,5 m est conservé jusqu’à 0,4 m de profondeur. Le mobilier comprend de la céramique fragmentée et brûlée (168 NR/14 NMI), dont l’essentiel est issu de F23. Sigillées et terra nigra permettent de dater le comblement de 30/40 à 50/60 ap. J.-C. Des tessons de gobelet type Beuvray et d’amphores vinaires italique et de Tarraconaise complètent l’assemblage.

36E6 conserve un segment situé entre deux angles. Large de 0,45 m pour 0,08 m de profondeur, aucun retour n’est identifié. Il se peut qu’au nord deux creusements largement arasés (F20 et F132) constituent les vestiges de son tracé. Avec 2,35 m de côté, cet enclos constituerait le plus petit module de la fouille. La céramique, fragmentée et brûlée, est peu documentée (11 NR/4 NMI). La sigillée permet une datation 15/20 à 50/60 ap. J.-C., alors que F20 et F132 livrent des tessons du ier s. en faible quantité. F53 livre une scapula droite de bœuf.

Les enclos E7 et E8, F93

37E7 et E8 prennent place au sud de la fouille (Fig. 6 et 15). E8 est postérieur à E7 et tous deux sont recoupés par la fosse F89. F93 prend place en position centrée dans l’interruption de l’enclos E8. La relation entre cet enclos et les fossés F92 et F104 n’est pas perçue.

Fig. 15 - Plan et coupes de E7 et E8.

Fig. 15 - Plan et coupes de E7 et E8.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

38E7 présente un plan de 3,5 × 3,2 m, soit un peu plus de 3 m2. Large jusqu’à 0,65 m, le fossé est conservé sur moins de 0,2 m. La céramique (157 NR/18 NMI), fragmentée et brûlée, se répartit entre les tronçons F63, F64 et F65. F134 et F136 n’en livrent pas. Sigillées, parois fines type Beuvray et terra nigra indiquent une datation 15/20 à 50/60 ap. J.-C. On compte également des tessons d’amphore de Tarraconaise, un fragment d’os brûlé indéterminé (0,5 g), une semence de pois et de la matière organique indéterminée.

39Proche du carré, avec 3,2 m de côté, E8 délimite une aire de 3,7 m2. Le fossé est large jusqu’à 0,75 m pour 0,3 m de profondeur. À l’est, il présente une interruption centrée de 0,8 m dans laquelle s’insère F93 (cf. infra) (Fig. 16). La moitié sud du remplissage livre des charbons de bois en abondance et l’essentiel du mobilier.

Fig. 16 - E8 depuis le sud.

Fig. 16 - E8 depuis le sud.

© J. Tricoire, Inrap

40Avec 1 383 NR/113 NMI, fragmentés et brûlés, E8 livre plus du double de vases que les autres enclos les plus complets. Les deux tiers sont de la vaisselle de service. Sigillées et terra nigra fournissent une datation 30/40 à 50/60 ap. J.-C. On compte aussi un fragment de vase plastique de type “ déesse mère ”, trois P1 de Tarraconaise, avec des concentrations dans les angles sud-ouest et nord-est, et une anse d’amphore rhodienne Camulodunum 184 (Hawkes et Hull 1947). F67 livre un demi-as de Nîmes, d’Auguste et Agrippa, émis entre 8 et 3 av. J.-C.

41Quatorze os brûlés sont humains (15,6 g) et 126,6 g indéterminés. F67 livre des restes de crâne, de phalange distale de main, de diaphyse humérale et de côte ; F72, d’une diaphyse de fémur, d’un crâne et d’un radius ; F91, de crâne avec suture coronale. Ces éléments se rattachent à un ou plusieurs individus adultes ou sub-adultes.

42Parmi 15 restes de faune, 11 sont identifiés. Six sont attribuables au porc, trois au bœuf et deux aux caprinés ; ces espèces représentées par un individu. Une phalange d’oiseau indéterminé est aussi présente. Les restes de porc, d’oiseau et un indéterminé sont calcinés. Le porc est attesté par des éléments de la tête et du membre postérieur (F67 et F72). Trois ossements de bœuf appartiennent à des pieds postérieurs (F67 et F81) et à un membre antérieur gauche (F82). Les caprinés comptent deux scapula (F82). Aucune répartition en fonction des espèces et des pièces anatomiques n’est visible.

43E8 livre 95 restes carpologiques et organiques. Ils se répartissant en 25 restes pour F67 : 3 semences de lentille, 4 de pois et 17 fragments de matière organique ; 60 restes pour F72 : 2 semences de blé, 1 de lentille, 12 de pois, 2 de féverole, 1 noyau de prunoïdé, 1 pépin de vigne, 1 semence de sureau yèble et 40 fragments de matière organique ; 10 restes pour F81 : 1 semence de blé type froment, 1 de pois, 1 fragment de coque de noisette, 1 semence d’oseille et 6 fragments de matière organique.

44F93, circulaire de 0,7 m de diamètre et au profil en cuvette est profond de 0,3 m. Dans son comblement est fiché un bloc calcaire de 0,5 × 0,3 × 0,3 m. F93 est postérieur au comblement de l’enclos, mais sa localisation suggère qu’il lui succède rapidement. Dans la nécropole d’Aime (Savoie), de tels blocs signalent des fosses à résidus de crémation (Blaizot et Tranoy 2004 : 180). Sur la fouille, la sépulture F100 présente un aménagement du même type (cf. infra). Ces blocs n’étaient probablement pas visibles depuis la surface, mais signalaient la structure en cas de nouveau creusement. En l’absence de tout autre mobilier, F93 livre une épingle en alliage cuivreux de section filiforme et tête bouletée (L. 34 mm, d. tête 2 mm). La présence de cet objet attribué au bas Moyen Âge et à la période Moderne pose question (cf. infra).

Les enclos E9 à E13

45Les enclos E9 à E13 se situent dans le quart sud-est de la fouille (Fig. 6, 17 et 18). E10 recoupe E11 et probablement E12, ainsi que les fossés F74, F76 et F94. Il est recoupé par la sépulture F100 et la fosse F122 datée xiie-xiiie s. E12 et E13 sont très lacunaires. E9 est isolé au nord-est de cet ensemble.

Fig. 17 - Plan et coupes de E9.

Fig. 17 - Plan et coupes de E9.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 18 - Plan et coupes de E10, E11, E12 et E13.

Fig. 18 - Plan et coupes de E10, E11, E12 et E13.

Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

46Avec au minimum 3,6 m × 2,8 m, E9 délimite une aire de plus de 6 m2. Le fossé est large jusqu’à 0,7 m pour 0,15 m de profondeur. La céramique (151 NR/9 NMI), brûlée et extrêmement fragmentée, permet peu d’identifications. Sigillées et paroi fine type Beuvray livrent une datation 15/20 à 50/60 ap. J.-C. On compte aussi une base d’unguentarium en pâte calcaire et une cinquantaine de tessons de panse de P1 de Tarraconaise. Un fragment de coxal gauche de bœuf non brûlé provient de F61.

47Avec 4,8 m de côté, pour une superficie de 14,4 m2, E10 est le plus grand enclos de la fouille. Le fossé assez régulier est large jusqu’à 0,65 m pour 0,25 m conservé. Dans le tronçon F71 et l’angle F69/F113, les rejets sont plus abondants et le remplissage très charbonneux. Au sud, une interruption est partiellement détruite par une fosse postérieure. Une restitution par symétrie permet de supposer une ouverture centrée d’environ 2 m.

48La céramique (407 NR/50 NMI), absente des extrémités F113 et F128, apparaît en faible nombre dans les sections F96, F99, F100, mais est plus abondante dans F69, F71, F78. Une concentration est identifiée dans l’angle sud-ouest. Sigillées, terra nigra et parois fines régionales datent le comblement de 30/40 à 50/60 ap. J.-C. Des tessons de P1 de Tarraconaise sont présents dans l’angle F69/F113 (21 NR) et F96 (23 NR). Un tesson de verre indéterminé provient de F69. F71 livre une épingle en alliage cuivreux à tête bouletée (L. 24 mm, d. tête 3 mm).

49Parmi les os brûlés figurent 9 restes humains (11,4 g) et 226 indéterminés (39,1 g). Des fragments d’arc neural (F69), de crâne, dont une crête occipitale, de diaphyse de membre supérieur, de fémur et d’avant-bras (F78) sont identifiés. Ils se rattachent à un ou plusieurs individus adulte ou sub-adulte.

50Neuf restes de faune sur 41, sont déterminés. La majorité (28 NR) provient de la section F69. C’est aussi dans ce tronçon que se concentrent les ossements calcinés et carbonisés (10 sur 28). Parmi ceux identifiés, quatre sont attribuables au bœuf, trois au porc, un au coq et un au cheval. Ces espèces sont représentées par un individu. Les restes de bœuf proviennent de F78. Il s’agit d’éléments de la tête, du rachis, du membre et du pied antérieur. Ceux de porc sont issus de F71, avec un fragment de côte droite, un d’ulna droite et un d’astragale droit calciné. Le cheval et le coq sont respectivement attestés par une molaire 3 inférieure (F96) et un fragment de radius gauche (F69).

51Le tronçon F69 livre 31 macrorestes, dont 1 semence de blé type froment, 1 de lentille, 7 de pois, 3 fragments de coque de noisette, 1 de coque de noix et 18 restes de matière organique. F71 compte 12 carporestes, avec 1 semence d’orge polystique vêtue, 3 de blé, 1 de lentille, 1 d’ivraie, 1 d’oseille et 5 restes de matière organique.

52Les tronçons conservés de E11 permettent de restituer une clôture d’un minimum de 3,5 m × 3 m, soit plus de 5,6 m2. Sa largeur atteint jusqu’à 0,7 m, pour 0,22 m conservé. F88 et F101 se distinguent par une forte densité de charbons de bois.

53La vaisselle de table totalise les deux tiers des 56 NMI/477 NR. Présente sur tout le tracé, elle est plus abondante dans F108. Sigillées et terra nigra fournissent une datation 30/40 à 50/60 ap. J.-C. Des tessons d’unguentarium en pâte calcaire et d’amphores P1 de Tarraconaise complètent l’assemblage. Quatre fragments de verre déformés par l’action du feu proviennent de F88, deux autres de F101. Un fragment d’anneau en bronze est issu de F101 (L. 14 mm, l. 7 mm, ép. 3 mm). F88 livre deux monnaies, un dupondius d’Auguste divinisé, émis entre 22-23 et 30 ap. J.-C., l’autre illisible.

54E11 livre 9 restes humains (11,3 g) et 501 fragments indéterminés (83,6 g), dont 8 et plus de 83,7 g issus de F88, ce qui suggère que ce secteur de la clôture a pu faire office de fosse à résidus de crémation. Les éléments identifiés sont une diaphyse humérale, une ulna, près de la tubérosité ulnaire, un crâne avec suture, une racine dentaire et de crâne avec fragment d’orbite droite. L’ensemble se rattache à un ou plusieurs individus adulte ou sub-adulte.

55La faune compte 28 restes dont 7 sont déterminés. Cinq appartiennent au porc, un au bœuf et un au coq. Une phalange postérieure calcinée d’oiseau n’est pas identifiée. Les pièces osseuses du porc proviennent des membres antérieurs (F88) et postérieurs (F101), ainsi que des pieds (F88). Le bœuf et le coq sont respectivement représentés par un reste de mandibule (F101) et de fémur (F88). Le matériel osseux se concentre dans F88 (20 NR sur 28), dont 17 sont carbonisés ou calcinés. Le faible nombre de restes ne permet pas de déceler une quelconque organisation des rejets.

56Seuls F88 et F101 ont fait l’objet de prélèvements. F88 livre 39 carpo et macrorestes : 2 semences d’orge polystique vêtue, 1 de millet commun, 3 de pois, ainsi que 7 fragments de matière organique de type pain ou galette et 26 de matière organique indéterminée. F101 livre 68 restes : 2 semences de lentille, 1 de sureau noir et 65 fragments de matière organique de type pain ou galette.

57Seul l’angle sud-ouest de E12 est conservé. Avec 2,5 m × 2 m, il délimite une superficie d’un minimum de 2,65 m2. Le fossé est large jusqu’à 0,45 m pour 0,22 m de profondeur. Sigillées et terra nigra (76 NR/9 NMI), issues pour l’essentiel de F112, fournissent une datation 15/20 à 50/60 ap. J.-C. On compte aussi un col de P1 de Tarraconaise et un fragment non brûlé de vertèbre thoracique de porc. Seul l’angle nord-ouest de E13 est conservé. Large jusqu’à 0,8 m, le fossé est profond de 0,2 m. La céramique peu documentée (28 NR/3 NMI) permet de proposer une datation 15/20 à 50/60 ap. J.-C. F80 livre la partie droite d’un os hyoïde de bœuf.

Les fosses F89 et F133

58E7 et E8 sont recoupés par F89, une fosse oblongue de 1,6 m × 0,9 m (Fig. 6 et 15). Son creusement s’interrompt à la base du fossé de E8 et la structure a tout d’abord été perçue comme constituant un tronçon de fossé. La céramique (134 NR/13 NMI) comprend des sigillées et terra nigra datées 15/20 à 50/60 ap. J.-C. Deux plats à Enduit Rouge Pompéien et deux P1 de Tarraconaise complètent l’assemblage. Les autres restes sont un fragment de verre incolore déformé par le feu, un fragment de lombaire de porc, ainsi qu’un reste osseux brûlé indéterminé (moins de 0,5 g).

59La localisation et l’orientation de F89 suggèrent qu’elle est intentionnellement installée dans les limites de E7 et E8, probablement toujours perceptibles en surface. En l’absence de collage, il est impossible de préciser si la céramique issue de la fosse a été remobilisée ou constitue un dépôt distinct. En l’absence d’ossements humains, seul un creusement indépendant et la présence de charbons de bois en nombre suggèrent qu’elle a pu constituer une fosse à rejets de crémation. Des datations identiques suggèrent qu’enclos et fosse se succèdent rapidement.

60F133 présente des caractéristiques assez proches de celles de F89 (Fig. 6 et 14). Son creusement quadrangulaire de 1,3 m × 1 m a été perçu a posteriori dans le tracé de F49 (enclos E2 et E3). La structure ne présente pas un comblement différent des fossés. De même, elle ne livre pas de restes ou de mobilier spécifiques. La céramique (11 NR/2 NMI), sigillée et terra nigra, fournit une datation 15/20 à 50/60 ap. J.-C. F133 est recoupé par la sépulture F47 dont la chronologie est assez semblable. Là encore, la succession rapide de structures suggère, si ce n’est la présence d’éléments de signalisation, a minima une mémoire précise du lieu.

Les sépultures

61Les sépultures et les dépôts de mobilier supposés appartenir à des sépultures sont au nombre de dix (Fig. 6, 19 et 20). Deux sont des inhumations d’individus décédés en période périnatale (F33 et F60). Cinq dépôts semblent se rattacher au même type de structure où les ossements ne sont pas conservés (F47, F73, F98, F100 et F225). Les individus des tombes F33 et F60 semblent avoir été préservés d’une décomposition plus complète par un moindre enfouissement. On compte également une inhumation d’un enfant d’environ 7 ans (F97), ainsi que deux dépôts de crémation, l’un d’un adulte jeune (F95), l’autre d’un probable enfant de moins de 10 ans (F131). Pour d’autres structures, comme F34, F62, F129 et F130, l’arasement et le faible nombre d’indice ne permettent pas d’assurer leur interprétation, néanmoins, il n’est pas exclu qu’il s’agisse de sépultures (cf. infra).

Fig. 19 - Caractéristiques des sépultures.

Fig. 19 - Caractéristiques des sépultures.

Fig. 20 - Dépôts mobiliers des sépultures.

Fig. 20 - Dépôts mobiliers des sépultures.

Les dépôts de crémation en vase ossuaire

62F95 est apparu isolé dans le quart sud-ouest de la fouille (Fig. 6 et 21). L’amas osseux était déposé dans une céramique placée contre la paroi nord d’une fosse quadrangulaire. Le remplissage est composé de la grave silex et quartz qui constitue l’encaissant. Il a livré quelques tessons du ier s. ap. J.-C. (6 NR/ 2 NMI), dont un bord de Drag. 19 de Gaule du sud.

Fig. 21 - Plan, coupe et mobilier du dépôt de crémation F95.

Fig. 21 - Plan, coupe et mobilier du dépôt de crémation F95.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

63Le col d’amphore qui reposait sur le vase ossuaire assure que l’intégralité de l’amas osseux est conservée. Fouillé en laboratoire, il présente une hauteur de 6,5 cm, pour 6 à 12 cm de diamètre. Les os brûlés sont mêlés à des résidus de combustion. Outre les restes humains, il comprend des ossements animaux, des tessons de céramique et des cailloux ayant subi l’action du feu. Le poids des ossements humains s’élève à 93,8 g (Fig. 22 ; annexe 3). Ils correspondent aux restes crémés d’un individu adulte ou sub-adulte. Le dépôt osseux est très partiel (McKinley 1993). La majorité des fragments sont blanc crayeux, témoins d’une crémation poussée à plus de 650°C (Hummel, Schutkowski et Herrmann 1988). Celle-ci semble avoir été homogène pour l’ensemble du corps. Les pièces osseuses sont extrêmement fragmentées, avec un taux de détermination relativement faible de 36 %. Toutes les parties du squelette semblent représentées et réparties de façon égale dans l’urne. La surreprésentation du crâne est effective, à moins qu’elle ne corresponde à un biais méthodologique, les éléments crâniens bénéficiant généralement d’une bonne détermination (Krogman 1978).

Fig. 22 : Restes osseux du vase ossuaire F95.

Fig. 22 : Restes osseux du vase ossuaire F95.

64Neuf restes de faune sont présents, dont six déterminés. Deux appartiennent au porc (côte et tibia) et au coq (cervicale et fémur). Un os est attribuable au bœuf (coxal) et un autre au chien (atlas). À l’exception de l’atlas de chien et d’un fragment indéterminé, les ossements sont calcinés.

65Cette sépulture a été identifiée en surface par la présence d’un col d’amphore Dressel 7/11 de Bétique (Fig. 21, no 1). Retaillé sous la lèvre, il reposait à l’envers sur le vase ossuaire : un pot en céramique commune claire régionale dont la partie supérieure est retaillée (Fig. 21, nos 2-3). Il n’est pas évident qu’il ait servi de conduit à libation, à moins d’avoir été prolongé par un élément en matériau périssable (Blaizot 2009 : 236-239). La sépulture 728 de la nécropole de l’ancienne caserne Gouraud à Soissons (Aisne) présente un emboîtement de vases assez semblable (Corsiez 2016 : 383-386). Les deux vases sont attribuables au courant du ier s. ap. J.-C. sans plus de précision, mais la présence d’un bord d’assiette Drag. 19 dans le remplissage de la fosse suggère que la chronologie du dépôt est similaire à celle des enclos, 15/20 à 50/60 ap. J.-C.

66F131 est apparu dans l’angle nord-ouest de la fouille, comme une fosse subcirculaire aux contours irréguliers creusés dans les alluvions graveleuses (Fig. 6, 23 et 24). L’amas osseux était déposé dans le fond retaillé d’une amphore régionale de petit module qui reposait à la base du creusement (Fig. 23, n° 2). Une moitié de tasse Ritt. 5a de Gaule du sud, non brûlée et cassée dans sa hauteur, était associée à ce dépôt (Fig. 23, no 1). L’ensemble était scellé par un limon sableux brun noirâtre contenant des ossements brûlés et de la céramique. L’amas osseux reposait à un centimètre au-dessus du fond du vase et à distance de la paroi, ce qui suggère l’existence d’un contenant en matériau périssable relativement épais (bois ou osier). Malgré ses dimensions réduites (8 cm de large pour 3 cm de haut), l’amas fouillé en laboratoire semble conservé dans son intégralité. Les os humains étaient mêlés à des résidus de combustion et des restes animaux.

Fig. 23 - Plan, coupe et mobilier du dépôt de crémation F131.

Fig. 23 - Plan, coupe et mobilier du dépôt de crémation F131.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 24 - Dépôt de crémation F131 depuis le sud.

Fig. 24 - Dépôt de crémation F131 depuis le sud.

© M. Delémont, Inrap

67Le dépôt osseux est très partiel voire symbolique avec un poids de restes de 18,2 g (Fig. 25 ; annexe 4) (McKinley 1993). La majorité des fragments sont gris et blanc, témoins d’une crémation poussée à plus de 650°C (Hummel, Schutkowski et Herrmann 1988). Le taux de détermination est de 44 %. La majorité des restes identifiés sont des éléments de calotte crânienne (92 %), les autres sont extrêmement fragmentés et difficilement identifiables. Ces ossements appartiennent à un individu immature dont l’âge ne peut être précisé. Son immaturité est déduite de l’épaisseur des restes de crâne compris entre 1 et 4 mm, avec une majorité entre 1,5 et 2 mm, ainsi que la présence de deux restes d’épiphyses non synostosées, dont un de diaphyse de membre inférieur indéterminée épais de 3,5 à 4,5 mm.

Fig. 25 - Restes osseux du vase ossuaire F131.

Fig. 25 - Restes osseux du vase ossuaire F131.

68La fouille de l’amas osseux a livré onze restes fauniques. Neuf sont brûlés, trois ont pu être déterminés. Ils correspondent à des os de porc calcinés : des éléments du membre antérieur (humérus droit) et postérieur (tibia gauche), ainsi qu’un pied antérieur (4e métacarpe droit). L’humérus appartient à un sujet de moins de 12 mois, tandis que le tibia et le métacarpe renvoient à un individu sub-adulte ou adulte.

69Faits notables concernant le rituel qui a accompagné le dépôt, contre le vase ossuaire ont été déposées quatre vertèbres cervicales de chien en connexion et non brûlées (C3 à C6) (Delémont et Poupon 2014). Par ailleurs, directement sous le vase reposaient quelques restes humains indéterminés, ainsi qu’un fragment de coque de pin pignon carbonisée (Pinus pinea). Ces dépôts semblent témoigner d’une forme de syncrétisme entre la pratique gauloise de la cynophagie et la présence du pin pignon, symbole d’immortalité dans le monde romain (Marinval 1993 : 62 ; Matterne 2001 : 197).

70L’amphore régionale utilisée comme vase ossuaire est plus largement attribuable au courant du ier s. ap. J.-C. La tasse Ritt. 5a est datée des années 5 av. et 40 ap. J.-C. (Passelac et Vernhet 1993). Le comblement de la fosse livre par ailleurs 22 NR/4 NMI brûlés et fragmentés parmi lesquelles de la sigillée à pâte calcaire, de la terra nigra et des fragments d’amphore de Tarraconaise. La chronologie de ce dépôt peut se situer, comme celle des autres vestiges funéraires de la fouille, entre les années 15/20 et 50/60 ap. J.-C.

Les inhumations avérées et potentielles

71F33 se situe dans le quart nord-ouest de la fouille où il recoupe F34 (Fig. 6 et 26). Dans la moitié est de la fosse, de part et d’autre des ossements d’un nouveau-né, sont déposées deux céramiques (Fig. 26). Si la conservation est bonne, la représentation est mauvaise. Les ossements correspondent à des éléments de la partie supérieure du corps, sans organisation, ni connexion anatomique (Fig. 27). Trois clous en fer suggèrent l’existence d’un coffre en bois. Les stades de calcification dentaire d’une canine et d’une prémolaire inférieures indiquent un âge au décès de 0 à 4 mois (Moorrees, Fanning et Hunt 1963a et b) ou de la naissance ± 2 mois (Ubelaker 1978), soit un individu de la classe des 0-1 an.

Fig. 26 - Plan, coupe et mobilier de l’inhumation F33.

Fig. 26 - Plan, coupe et mobilier de l’inhumation F33.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 27 - Restitution anatomique de l’individu de la sépulture F33.

Fig. 27 - Restitution anatomique de l’individu de la sépulture F33.

© M. Delémont, Inrap

72Le défunt est accompagné de deux vases : un gobelet type Menez 148 (Fig. 26, no 1), couché sur sa panse, et un pot type Besançon qui repose sur sa base (Fig. 26, no 2) (Menez 1985 ; Lallemand et Tuffreau-Libre 2005). Ces céramiques permettent de proposer une datation 15/10 av. à 40/50 ap. J.-C.

73Un anneau circulaire en alliage cuivreux à section facettée de 20 mm de diamètre devait se situer près de la moitié proximale de l’ulna et du radius gauches, où sont conservées des traces d’oxydation (Fig. 26, no 3). Un second anneau en fer de 25 mm de diamètre est sans localisation précise (Fig. 26, no 4). La présence de ces deux objets dans une inhumation d’un individu de moins d’un an laisse supposer qu’il peut s’agir d’anneaux de lange (Coulon 2003 ; Coulon 2004 : 46-47).

74La collecte de céramique brûlée dans le remplissage de F34 ne permet pas d’exclure qu’il s’agit d’une section d’un fossé d’enclos, néanmoins, son orientation et ses dimensions suggèrent qu’il s’agit d’une inhumation arasée. La superposition de F33 et F34 peut par ailleurs témoigner d’un regroupement intentionnel.

75F47 prend place dans le quart sud-ouest de la fouille (Fig. 6 et 28). Aucun reste osseux n’est conservé. Dans l’axe longitudinal, deux ferrures larges de 4 à 5 cm et distantes de 0,65 m reposent sur le fond de la fosse. La moins fragmentée conserve une longueur de 0,35 m. Des traces ligneuses permettent de restituer un probable coffre, coffrage ou cercueil, dont les dimensions sont suffisantes pour recevoir le corps d’un individu décédé avant l’âge d’un an.

Fig. 28 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F47.

Fig. 28 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F47.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

76Deux céramiques, initialement disposées le long de la paroi nord, ont basculé vers l’intérieur : une coupe Menez 103 (Fig. 28, no 1) et une grande cruche en céramique fine engobée blanc, dont l’anse est manquante et le pied est retaillé (Fig. 28, no 2). Ces lacunes suggèrent le recyclage d’un vase utilisé en contexte domestique ou une mutilation volontaire (Blaizot et Bonnet 2007 : 218-220). Cette forme figure en contexte funéraire dans les nécropoles de Soings, Gièvres, Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher), de la Haute Cour, à Esvres (Indre-et-Loire) et à La-Celle-Saint-Avant (Indre-et-Loire) (Tuffreau-Libre 2001 : 63, 78 ; Chimier 2009 ; Couvin et Riquier 2007 : 491-494). Entre les deux vases reposait un balsamaire en verre Isings 6 dont manque l’embouchure (Fig. 28, no 3) et, à l’est, un semis d’Auguste à l’autel de Lyon, frappé entre 15/10 av. J.-C. (Fig. 28, no 4) (Isings 1957). Ce mobilier permet une datation 10/15 à 40/50 ap. J.-C.

77F60 prend place dans les limites de E1 (Fig. 6 et 29). Bien que son orientation soit quelque peu divergente, il est possible que ce soit l’emprise de l’enclos qui ait été recherché, alors que celui-ci n'était plus ou peu visible. F60 est très arasé à l’ouest où sont identifiés les ossements. Si la conservation est bonne, la représentation est mauvaise. Au nord, des connexions anatomiques sont conservées, alors que le reste du corps est perturbé ou a disparu. Les os correspondent à la partie supérieure du corps déposé sur le dos, tête à l’ouest (Fig. 30). Le stade de calcification dentaire d’une canine inférieure indique un âge au décès de 0 à 4 mois (Moorrees, Fanning et Hunt 1963a et b) ou de la naissance ± 2 mois (Ubelaker 1978), soit un individu de la classe des 0-1 an.

Fig. 29 - Plan de la sépulture F60.

Fig. 29 - Plan de la sépulture F60.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 30 - Restitution anatomique de l’individu de la sépulture F60.

Fig. 30 - Restitution anatomique de l’individu de la sépulture F60.

© M. Delémont, Inrap

78L’arasement et les perturbations rendent impossible la restitution du mode de dépôt. Quelques connexions sont conservées au niveau du membre supérieur gauche. Trois galets de quartz alignés le long de la paroi nord semblent participer à l’architecture de la tombe, comme calages ou éléments de signalisation. Un clou en fer se situe en aval du pubis droit ; des traces d’oxydes visibles sur la moitié médiale de la clavicule, sur la scapula et les trois premières côtes gauches, laissent supposer la présence d’un objet en alliage cuivreux disparu. Les restes céramiques brûlés collectés dans le remplissage fournissent une datation de la première moitié du ier s. ap. J.-C.

79Située dans le quart nord-est de la fouille, F73 présente un plan aux contours et au profil irréguliers (Fig. 6 et 31). Aucun reste humain n’a été collecté à la fouille et au tamisage du comblement, mais ses caractéristiques suggèrent qu’il s’agit d’une inhumation d’un individu décédé en bas-âge. La moitié ouest est occupée par un dépôt de quatre céramiques complètes : une assiette Menez 22/27 (Fig. 31, no 1), une tasse Menez 89 (Fig. 31, no 2), une cruche en terra nigra (Fig. 18, no 3) et une petite cruche engobée blanc type Camulodunum 165 (Fig. 31, no 4), celle-ci peut-être déposée sans son anse (Menez 1985 ; Hawkes et Hull 1947). La tasse et l’assiette reposent sur leurs bases, les cruches ont basculé vers l’intérieur sur leurs flancs. Ce dépôt peut être daté 10/15 à 40/50 ap. J.-C.

Fig. 31 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F73.

Fig. 31 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F73.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

80F97 prend place dans le quart sud-est de la fouille (Fig. 7 et 32) où elle est recoupée par F98. Seule la partie supérieure du défunt est conservée (Fig. 33). Le sujet immature repose sur le dos, la tête à l’ouest. La position du crâne en vue antérieure, la verticalisation des clavicules, le pendage médial de la scapula droite, ainsi que le maintien des humérus en vue latérale, témoignent d’une constriction latérale. Celle-ci ne s’accompagne d’aucune délimitation linéaire. Les coudes sont écartés du corps, décalés par rapport aux bords latéraux des os coxaux et à une altitude supérieure par rapport aux autres pièces osseuses, notamment celles axiales. Ce type de contrainte est incompatible avec l’hypothèse d’un contenant rigide de forme rectangulaire voire aux parois obliques, mais doit plutôt être assimilé à un effet de gouttière généré par une fosse étroite aux parois obliques (Blaizot et Martin-Dupont 2006).

Fig. 32 - Plan, coupe et mobilier des sépulture F97 et F98.

Fig. 32 - Plan, coupe et mobilier des sépulture F97 et F98.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 33 - F97 et F98 depuis le sud.

Fig. 33 - F97 et F98 depuis le sud.

© M. Delémont, Inrap

81D’après le schéma de minéralisation et d’éruption dentaire, l’âge est estimé à 7 ans (± 24 mois) (Ubelaker 1978 ; Moorrees, Fanning et Hunt 1963a et b). À noter la présence de tartre et de caries sur les dents déciduales (la seconde molaire supérieure gauche en face mésiale, la seconde molaire inférieure droite en face distale, la seconde molaire inférieure gauche en face mésiale et distale), une agénésie des secondes prémolaires inférieures et des extensions radiculaires de l’émail en face labiale sur les premières molaires permanentes supérieures et inférieures gauches et droites. Les os longs, trop fragmentés, ne permettent pas la prise de mesure. Cette sépulture n’a pas livré de mobilier.

82F98 est très arasé. Le tamisage de son comblement n’a pas livré de restes osseux, mais la collecte d’un anneau en fer de 35 mm de diamètre, interprété comme un anneau de lange, suggère qu’il s’agit de l’inhumation d’un individu décédé en bas-âge (Fig. 32, no 5). Trois clous en fer sont disséminés dans le remplissage. Dans l’angle nord-ouest, deux céramiques, une bouteille balustre en terra nigra (Fig. 32, no 1) et un calice Menez 128 (Fig. 32, no 2), ont basculé vers l’intérieur. Près de l’anneau en fer, sur le fond de fosse, reposaient un demi as de Nîmes, d’Auguste et Agrippa, frappé entre 8 et 3 av. J.-C. (Fig. 32, no 4) et une fibule à queue de paon type Feugère 16a2 daté de l'époque augustéenne (Fig. 32, no 3) (Feugère 1985). Ce dépôt peut être daté 15/10 av. à 40/50 ap. J.-C.

83F100 recoupe les angles de E10 et E12 (Fig. 7 et 34). Aucun reste humain n’est conservé, mais la présence d’un anneau en fer de 29 mm de diamètre suggère que cette structure constitue la sépulture d’un individu décédé en bas-âge (Fig. 34, no 2). Dans la moitié est, un bloc calcaire incliné dans son axe longitudinal (0,3 × 0,15 × 0,15 m) reposait sur une cruche en céramique fine engobée blanc (Fig. 34, no 1). Celui-ci devait initialement se situer en position verticale, avant de basculer vers l’intérieur de la sépulture. On suppose que sa fonction était de signaler la présence de la tombe. F100 recoupe E12 et E10, datés 15/20 à 50/60 ap. J.-C. et 30/40 et 50/60 ap. J.-C. Il est probable que ces trois structures se sont rapidement succédé au cours des années 15/20 à 50/60 ap. J.-C.

Fig. 34 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F100.

Fig. 34 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F100.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

84La relation entre F255 et E1 n’a pas été perçue, mais la présence de mobilier brûlé dans son comblement suggère que la sépulture est postérieure à l’enclos (Fig. 6 et 35). Aucun reste osseux n’a été identifié, mais ses caractéristiques suggèrent qu’il s’agit d’une inhumation d’un individu décédé en bas-âge. Douze clous en fer, situés près du fond de fosse, permettent de supposer l’existence d’un contenant en matériau périssable de 0,75 m × 0,4 m. Deux céramiques reposent renversées sur le fond de la fosse à chaque extrémité. On compte deux coupelles Drag. 27b de Gaule du Sud (Fig. 35, nos 1-2), un petit gobelet cylindrique en commune claire régionale (Fig. 35, no 3) et un biberon tire-lait en céramique commune claire à pâte brune orangée (Fig. 35, no 4) (Passelac et Vernhet 1993 ; Rouquet et Loridant 2000 ; Centlivres Challet 2016). Leurs positions suggèrent qu’ils prenaient place sur un couvercle ou un présentoir. Dans la partie centrale ont été collectés un anneau en fer de section circulaire de 50 mm de diamètre (Fig. 35, no 5) et un as de Tibère à l’autel de Lyon (Fig. 35, no 6), frappé entre 12-14 ap. J.-C. L’ensemble peut être daté 30/40 à 50/60 ap. J.-C.

Fig. 35 - Plan, coupes et mobilier de la sépulture F255.

Fig. 35 - Plan, coupes et mobilier de la sépulture F255.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

D’autres structures funéraires ?

85Compte tenu de l’arasement des vestiges et de la mauvaise conservation des restes organiques, l’interprétation de certaines structures comme constituant des témoins de pratiques funéraires reste hypothétique.

86Localisé dans quart sud-ouest de la fouille, F62 livre quelques restes céramiques dont un bord daté des iie-ive s. ap. J.-C. et 35 fragments d’un même balsamaire bleu outremer (Fig. 6 et 36). En l’absence de reste osseux, les dimensions et le profil du creusement suggèrent qu’il a pu s’agir d’une sépulture d’un individu décédé en bas-âge.

Fig. 36 - Plan et coupe de F62.

Fig. 36 - Plan et coupe de F62.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

87F129 prend place dans le quart nord-ouest de la fouille, non loin du dépôt de crémation F131 (Fig. 6 et 37), dans un secteur où le sédiment est peu lisible. Il livre deux rochers (pyramides pétreuses de l’os temporal) non brûlés d’un même individu décédé en bas-âge et des tessons brûlés, dont une base de P1 de Tarraconaise. Toutefois, il est impossible de préciser s’il s’agit d’une sépulture ou d’une fosse à résidus de crémation.

Fig. 37 - Plans et coupes de F129 et F130.

Fig. 37 - Plans et coupes de F129 et F130.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

88Immédiatement au nord-ouest, F130 livre des tessons de céramiques de service et de P1 de Tarraconaise et régionale, ainsi qu’un fragment de verre bleu outremer (Fig. 7 et 37). Deux os brûlés, gris-blanc, sont indéterminés (0,7 g). On compte également un fragment de tibia gauche de porc. Près de F129 et F130, un bloc calcaire (0,3 × 0,25 × 0,25 m) est scellé dans le sommet de la grave sans creusement apparent (Fig. 38). Peut-être s’agit-il d’un élément de signalisation.

Fig. 38 - Faits F129 et F130, vus depuis l’ouest (M. Delémont).

Fig. 38 - Faits F129 et F130, vus depuis l’ouest (M. Delémont).

© M. Delémont, Inrap

89F41 prend place près de l’angle sud-ouest de E1, où il recoupe la sépulture F255 (Fig. 6 et 39). Il livre de la céramique brûlée, deux fragments de côtes de porc calcinées, deux clous en fer et un fragment de côte humaine calcinée appartenant à un individu adulte ou sub-adulte. Il peut s’agir d’une fosse à résidus de crémation associée à l’enclos E1, à moins que ces restes aient été remobilisés dans une fosse plus récente. La même question se pose pour les fosses F39 et F40, alignés sur un axe parallèle au côté sud de l'enclos 1 (Fig. 6 et 40).

Fig. 39 - Plan et coupe de F41.

Fig. 39 - Plan et coupe de F41.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

Fig. 40 - Plans et coupes de F39 et F40.

Fig. 40 - Plans et coupes de F39 et F40.

DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)

La céramique (Fabrice Couvin)

90La fouille a livré 8 864 NR pour un minimum de 739 NMI (Protocole Beuvray 1998), soit un peu plus de 250 kg issus de 135 us. Le temps imparti à l’étude a permis de réaliser un inventaire complet avec datations, les dessins des vases issus des sépultures, ainsi qu’une sélection de ceux rejetés dans les fossés. L’analyse quantitative a été limitée à cinq enclos les plus complets et les plus documentés. Parmi les 135 contextes, 128 (8 450 NR/697 NMI) livrent de la céramique brûlée et fragmentée attribuable à la première moitié du ier s. Elle provient majoritairement des fossés et des fosses associés aux enclos, mais également de structures plus récentes, où ce matériel est redéposé (445 NR/36 NMI pour F11, F12, F50, F58, F77, F84, F87, F90, F103, F106, F115, F116 et F127). Par ailleurs, 414 NR/42 NMI, sont issus de lots datés iie-iiie s. (F15), iie-ive s. (F46 et F62), xiie-xiiie s. (F122) et de la période contemporaine (F14).

Les enclos funéraires

91Cinq enclos ont été retenus pour illustrer les fréquences des groupes techniques et des types fonctionnels (E1, E3, E8, E10 et E11). Tous les vases comptabilisés (4 773 NR/402 NMI) présentent des traces d’altération par le feu à des degrés divers et le poids moyen de chaque tesson ne dépasse pas 6 g. Ces clôtures ont livré l’équivalent d’une cinquantaine de vases, excepté E8 qui en compte le double. Ce nombre reste indicatif au regard de la fragmentation du matériel et de la quasi-impossibilité de réaliser des collages. Par ailleurs, si la fouille n’a pas permis de le vérifier, il n’est pas exclu que ces enclos aient été utilisés à plusieurs reprises. On retiendra toutefois que quatre d’entre eux livrent un nombre de vases et des assemblages très similaires.

Répertoire typologique

92La céramique sigillée compte de 19,2 % (E1) à 52,8 % (E3) des individus recensés (Fig. 41). Des telles proportions sont exceptionnelles et ne trouvent pas de parallèles en contexte domestique. Compte tenu de son altération par le feu, cette catégorie a été classée en trois groupes. Le premier, à pâte calcaire, se rattache typologiquement aux productions de La Graufesenque, mais comprend probablement aussi des vases italiques, lyonnais ou de Montans. Le deuxième, à pâte siliceuse, correspond aux sigillées de mode A du groupe de Lezoux. Le troisième regroupe les indéterminés, des vases trop calcinés pour que leur origine puisse être précisée.

Fig. 41 - Répartition de la céramique par catégorie (en % du NMI).

Fig. 41 - Répartition de la céramique par catégorie (en % du NMI).

93Les sigillées à pâte calcaire et siliceuse apparaissent dans des proportions sensiblement identiques, excepté dans E8 ou les premières sont nettement majoritaires. Dans nos contextes, la bonne représentation des produits de Gaule du Centre correspond à une phase dynamique qui accompagne la diffusion des productions de la phase 2 au cours de la période tibérienne (Delage 1998 : 274-278). Les formes identifiées sont la tasse Lez. 40/Ritt. 5, ainsi que des variantes Lez. 134/Halt.7, Lez. 132/Drag. 27a et la coupelle Lez. 37 (Fig. 42, nos 1 à 3) (Bet et Delor 2000). Les assiettes les plus fréquentes sont les Lez. 65/Drag. 19, Lez. 62/Drag. 17a ou Lez. 61-62/Drag. 15/17. On compte également une forme Lez. 63/Drag. 3 (Fig. 42, nos 4 à 7). D’autres types sont plus caractéristiques des productions claudiennes de la phase 3, comme les coupelles Lez. 26/Drag. 24/25b et Lez. 28/Drag. 27b (Couvin 2006 : 560).

Fig. 42 - Céramiques des enclos : 1-7 : sigillée pâte siliceuse, 8 : sigillée pâte calcaire, 9 : fine calcaire : 10 : fine siliceuse type Lyon, 11 : fine engobée blanc, 12-13 : type Beuvray, 14 : peinte type Roanne, 15 : engobée rouge, 16-26 : terra nigra, 27-31 : enduit rouge pompéien (F. Couvin).

Fig. 42 - Céramiques des enclos : 1-7 : sigillée pâte siliceuse, 8 : sigillée pâte calcaire, 9 : fine calcaire : 10 : fine siliceuse type Lyon, 11 : fine engobée blanc, 12-13 : type Beuvray, 14 : peinte type Roanne, 15 : engobée rouge, 16-26 : terra nigra, 27-31 : enduit rouge pompéien (F. Couvin).

F. Couvin, Inrap

94Les productions à pâte calcaire présentent un répertoire similaire avec des tasses précoces des types Halt. 7, Ritt. 5 et peut-être Drag. 27a, des assiettes Drag. 19, Drag. 17a, Drag. 15/17 (Fig. 42, no 8) et Ritt. 1 (Passelac et Vernhet 1993). Parmi les formes plus spécifiquement claudiennes, on compte des coupelles Ritt. 8, Drag. 24/25b, Drag. 27b et des assiettes Drag. 16 et 18. Les indéterminés se rattachent au même répertoire. En l’absence de forme flavienne, la datation de ce mobilier se situe entre 15/20 et 50/60 ap. J.-C.

95Les estampilles sont rares et souvent illisibles. On compte un timbre [...]NTHI, du potier XANTHI sur un produit italique ou lyonnais (E8, F72) (Hoffmann s.d. ; Genin, Lasfargues et Picon 1996) ; des marques SECVND (E11, F101) ; [...]TI[...] (E10, F71) ; [...]ACV (E7, F63/64), sur des sigillées à pâte calcaire. Hors corpus, on compte un second timbre SECVND sur tasse Ritt. 5 (F92) et une marque ANIR[...], sans comparaison, sur un produit de Gaule centrale (décapage) (Bet 1988). À La Graufesenque, l’activité du potier SECVNDVS se situe entre 15 et 70 ap. J.-C. (Genin 2007 : 268).

96La céramique à paroi fine siliceuse livre un gobelet cylindrique (Fig. 42, no 10) et un pied de gobelet moulé qui présentent les caractéristiques des produits précoces de Lyon (Desbat et Genin 1996 : 219-241). On compte également quelques productions locales, mais l’essentiel de cette catégorie comprend des gobelets type Beuvray cylindriques (Fig. 42, nos 12-13), une forme plus spécifique aux territoires biturige et nord-picton (Couvin 2005 : fig. 9).

97La céramique à paroi fine calcaire comprend un fragment décoré de pastille réalisé à la barbotine, une production de l’atelier de La Butte à Lyon, qui ne semble pas diffusée avant les années 20-30 ap. J.-C. (non illustré) (Bertrand et al. 1997 : 5-12). On relève également deux unguentaria fusiliformes du type Halt. 30 (Fig. 42, no 9), des vases à parfums et onguents qui, comme les balsamaires en verre, apparaissent plus fréquemment en contexte funéraire (Py 1993 : 581-584). Ces exemplaires réalisés en pâte calcaire sont probablement d’origine italique ou de Narbonnaise. Ils semblent similaires à ceux présents dans la tombe aristocratique d’Antran (Vienne), datée du premier quart du ier s. ap. J.-C. (Rouquet-Richard 1999 : 92-94).

98La céramique peinte compte deux bols qui présentent les caractéristiques des produits de Roanne (Fig. 42, no 14), où leur production est attestée depuis la période augustéenne jusqu’aux iie-iiie s. ap. J.-C. (Grand 1995 : 179).

99La céramique glaçurée produite dans les ateliers de la basse vallée de l’Allier figure avec un fragment de vase plastique dont la forme n’est pas identifiable (Corrocher 1994).

100Les amphores comprennent uniquement des emballages vinaires dont l’essentiel est composé de Pascual 1 de Tarraconaise à pâte claire et dans une moindre mesure à pâte rouge (Fig. 43, nos 15-16). Une forme Pascual 1 figure également en céramique régionale engobée blanc, tout comme une variante de Gauloise 3/4 (Fig. 43, no 14) (Laubenheimer 1985). Une amphore rhodienne Camulodunum 184, identifiée par un fragment d’anse dans l’enclos E8, complète ce lot (non illustrée) (Hawkes et Hull 1947). Chaque clôture livre une à quatre amphores calcinées, représentées par de grands tronçons (col et panse, panse ou panse et pied) et rejetés de préférence dans un angle ou à proximité.

Fig. 43 - Céramiques des enclos : 1-3 : enduit rouge pompéien, 4-7 : commune claire engobée blanc, 8-13 : pâte brune orangé, 14 : amphore régionale engobée blanc, 15-16 : amphore de Tarraconaise, 17 : commune sombre, 18-19 : type Besançon.

Fig. 43 - Céramiques des enclos : 1-3 : enduit rouge pompéien, 4-7 : commune claire engobée blanc, 8-13 : pâte brune orangé, 14 : amphore régionale engobée blanc, 15-16 : amphore de Tarraconaise, 17 : commune sombre, 18-19 : type Besançon.

F. Couvin, Inrap

101La céramique à enduit rouge pompéien compte des plats à cuire dont la face interne est engobée rouge (ERP) (Fig. 42, nos 27-31 et Fig. 43, nos 2-3). On compte également quelques couvercles (Fig. 43, no 1). Tous présentent une pâte micacée plus caractéristique des ateliers du Centre de la Gaule, où une production datée Auguste-Tibère a été identifiée à Lezoux (Bet 1994 : 120 ; Batigne-Vallée, Bet et Roma 2016 : 653). Dans nos lots, on soulignera la fréquence significative de ces formes culinaires d’origine italique (1,9 à 8,7 %) (Bats 1988 : 69). Ces proportions semblent traduire une assimilation précoce des usages culinaires méditerranéens, alors que dans le Val-de-Loire ce type reste anecdotique avant qu’il ne soit massivement produit localement en céramique commune sombre à la fin du ier s. ap. J.-C. (Couvin 2008 : 421-422).

102La terra nigra comme la sigillée est bien représentée avec 8,9 % (E11) à 31,9 % (E8) des effectifs. La forme la plus fréquente est l’assiette à bord oblique Menez 22/27 (Fig. 42, nos 16-18), mais on compte également des types M28/33 (Fig. 42, nos 19-20), M7/16 (Fig. 42, no 21) et M40/42 (non illustrée) (Menez 1985 ; Couvin 2008 : fig. 11-12). Parmi les autres formes identifiées figurent le bol M50 (Fig. 42, no 22) (Menez 1989), la coupe M103 (Fig. 42, no 26), la coupe galbée M130 (Fig. 42, no 24) et le vase bobine, lisse ou à décor de baguettes, M125/126 (Fig. 42, no 23) (Menez 1985). Au regard de leurs caractéristiques techniques et morphologiques, il est probable qu’une large part des assiettes M22/27 soit d’origine locale, alors que les autres terra nigra semblent des produits de la basse vallée de l’Allier.

103La céramique fine engobée blanc livre quelques exemplaires de cruches à col cylindrique et piédestal, des formes que l’on retrouve complètes dans les sépultures F47 et F100 (Fig. 43, no 11) (Couvin 2005 : 107-109).

104La céramique commune claire micacée et engobée blanc comptent des cruches dont les formes identifiables, à une ou deux anses et lèvre moulurée, se rattachent au type générique Camulodunum 163 (Fig. 43, nos 4-7) (Hawkes et Hull 1947).

105La céramique engobée rouge comprend quelques cruches réalisées dans une pâte fine très micacée (Fig. 43, no 15). L’origine de ces vases reste à déterminer, peut-être s’agit-il de la vallée de la Vienne où des exemplaires très similaires apparaissent dans la sépulture aristocratique d’Antran (Vienne) (Rouquet-Richard 1999 : 88-89).

106La céramique à pâte brune orangée livre des pots globulaires de diverses dimensions (Fig. 43, nos 8-9), des jattes tronconiques et quelques demi-modules d’amphores régionales destinées au stockage de liquides (non illustrées). Néanmoins, l’essentiel de cette catégorie comprend des marmites tripodes (Fig. 43, nos 12-13), dont la face externe était revêtue d’un engobe micacé, ainsi que des couvercles (Fig. 43, nos 10-11). La bonne représentation de ces marmites (1,9 à 10,2 % des effectifs), par ailleurs peu fréquentes au début du ier s. dans le Val de Loire, semble dénoter, comme pour les ERP, d’une assimilation précoce des usages culinaires méditerranéens (Couvin 2008 : 426 ; Couvin 2012 : 152).

107La céramique type Besançon originaire de la zone de confluence Loire-Allier apparaît régulièrement avec 3,5 à 7,7 % des NMI (Lallemand et Tuffreau-Libre 2005). La forme la plus fréquente est le pot à usage culinaire (Fig. 43, no 18), mais on compte également quelques jattes ou marmites (Fig. 43, no 19).

108La céramique commune sombre comprend des vases culinaires dont l’usage est encore peu développé durant la première moitié du ier s. (Couvin 2012). On compte un unique pot à cuire (Fig. 43, no 17) et un plat (non illustrée).

Origines des productions

109Si l’état de conservation des vases ne permet pas toujours une identification précise du lieu de production, il apparaît que suivant les enclos 40 à 65 % des céramiques sont importées à plus ou moins longue distance. C’est le cas en particulier des céramiques sigillées dont les plus représentées proviennent de La Graufesenque et de Lezoux, mais aussi probablement dans une moindre mesure, d’Italie, de Lyon, ou encore de Montans. De Lyon sont également originaires des gobelets et bols à pâte siliceuse ou calcaire. Du Centre de la Gaule et de la basse vallée de l’Allier provient une proportion non quantifiable des terra nigra, mais également les céramiques à couverte plombifères, les plats et couvercles en ERP et les types Besançon. On soulignera par ailleurs, la présence systématique d’une à quatre amphores vinaires, pour l’essentiel importées de Tarraconaise, mais également pour l’une d’entre elles de méditerranée orientale.

110Si ces importations s’inscrivent dans un schéma commercial classique pour le ier s. ap. J.-C., leur nombre apparaît ici tout à fait exceptionnel en comparaison de ce que l’on relève habituellement en contexte domestique.

Répartition typo-fonctionnelle

111Les lots issus des enclos E1, E3, E8, E10 et E11 comprennent entre 61,5 et 73,7 % de céramique de table (Fig. 44). Parmi celle-ci, ce sont les assiettes et les plats qui sont les plus fréquents avec 26,9 à 39,8 % des individus. Les proportions des tasses et coupelles (3,5 à 17 %), des bols (0,9 à 2 %), des coupes (2 à 7,7 %), des cruches (3,8 à 14 %), ainsi que des gobelets (1,9 à 8,2 %) sont plus fluctuantes, mais leurs variations ne semblent pas significatives. Ces fréquences sont proches de celles que l’on retrouve pour la même période dans l’enclos funéraire d’Épied-en-Beauce (Eure-et-Loir) (Gay et al. 2018 : 2016-217).

Fig. 44 - Répartition de la céramique par type fonctionnel (en % du NMI).

Fig. 44 - Répartition de la céramique par type fonctionnel (en % du NMI).

112Un deuxième groupe comprenant des céramiques réservées à la cuisine compte 13,2 à 32,7 % des lots. Parmi celles-ci, des petits modules d’amphores régionales utilisées pour le stockage des liquides, ainsi que des jattes employées pour les préparations alimentaires, apparaissent de façon irrégulière. Des céramiques culinaires, comme les marmites (1,9 à 10,2 %), les plats à cuire (1,9 à 9,6 %) et les pots (2 à 7,7 %), figurent de façon systématique dans des proportions variables. Seul le mortier, ustensile de préparation et de broyage, est totalement absent du répertoire. D’origine méditerranéenne, cette forme reste rare dans la Val de Loire avant le milieu du ier s. (Couvin 2008 : 421-422).

113Les amphores sont toujours présentes avec un à quatre emballages vinaires (2 à 7,7 %). Les unguentariua, liés à la toilette, ainsi que les figurines et les vases plastiques ne comptent que quelques exemplaires. Comme plus généralement sur les sites funéraires régionaux, on souligne l’absence de lampe, symbole de lumière aux vertus apotropaïques.

114Les enclos livrent des assemblages fonctionnels assez semblables avec des répertoires typologiques relativement variées. Dans quatre cas, le nombre de vases est assez similaire, mais aucune standardisation des formes n’est relevée. Ces lots présentent des vaisseliers diversifiés d’origine domestique, au sein desquels les formes de service sont surreprésentées (2/3 au 3/4 des effectifs) (Fig. 45). Composition, nombre de vases et fréquence des importations semblent traduire, si ce n’est une certaine aisance sociale, du moins une recherche d’une certaine forme ostentatoire. Dans ces lots, l’élément à plus forte valeur ajoutée est probablement le vin contenu dans les amphores, à supposer que celles-ci aient été pleines et n’aient pas uniquement revêtu un rôle symbolique. À titre de comparaison, les six Pascual 1 de la sépulture aristocratique d’Antran (Vienne) ont des capacités de 21,6 à 29 litres, ce qui selon une estimation basse permet d’évaluer à un minimum de 21 à 84 litres le volume de vin pur consommé autour de chaque enclos (Laubenheimer 1999 : 65).

Fig. 45 - Restitution de l’assemblage céramique collecté dans les fossés de l’enclos E1.

Fig. 45 - Restitution de l’assemblage céramique collecté dans les fossés de l’enclos E1.

F. Couvin, Inrap

115Si le nombre de 50 à 113 vases par structure peut paraître élevé, il reste comparable à celui relevé dans la nécropole de Valladas, à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), où 5 % des tombes datées 15 à 70 ap. J.-C., livrent entre 60 à 64 offrandes primaires brûlées sur le bûcher (Bel 2002 : 108-119 et fig. 99). Sur ce site, le courant du ier s. correspond au maximum du nombre de dépôts, offrandes primaires et secondaires confondues, hors restes animaux et végétaux.

116En territoire biturige, seul le site Le Bois Maussant à Levroux (Indre) livre des enclos aux caractéristiques clairement similaires (Baguenier 2008). Un des enclos identifiés dans ce diagnostic (F148) a fait l’objet d’une fouille partielle. Elle a livré 35 vases brûlés datés des années 10-30 ap. J.-C. L’assemblage bien qu’incomplet est tout à fait comparable à ceux de la rue du Rio. La céramique de service y représente 65,7 % des effectifs, le reste se partageant de façon égale entre céramiques culinaires (pot, marmite et couvercle), amphores vinaires (une Dressel 1B et trois Pascual 1) et unguentaria.

117Le fonctionnement des enclos funéraires de la rue du Rio semble relativement limité dans le temps, puisque les différents marqueurs céramiques livrent une fourchette comprise entre 15/20 et 50/60 ap. J.-C. qui correspond globalement aux règnes de Tibère et Claude, soit deux générations. Sur les treize enclos, le comblement de l’enclos E1 peut être plus précisément daté 15/20 à 30/40 ap. J.-C. et les autres 30/40 à 50/60 ap. J.-C.

Les sépultures

118Sur huit potentielles inhumations de nouveau-nés et d’immatures, seuls cinq livrent des dépôts céramiques (Fig. 46). L’altération des surfaces, leur fragmentation et pour certains leur conservation partielle ne permet pas de vérifier si ces vases portent des traces d’un usage domestique. Seuls, le pied retaillé et l’anse manquante de la grande cruche déposée dans F47 peuvent traduire un recyclage, à moins que ces éléments aient été délibérément mutilés avant dépôt (Blaizot 2009 : 45-46). Dans la sépulture F225, les deux sigillées sont de très petits modules. Le gobelet et le biberon tire-lait sont des miniatures ou des éléments de dînettes, plus symboliques que fonctionnels, que l’on retrouve dans les nécropoles de Lazenay à Bourges (Cher) et de la Haute Cour à Esvres (Indre-et-Loire) (Cadalen-Lesieur 2007 ; Chimier 2009).

Fig. 46 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de nouveau-nés de la rue du Rio.

Fig. 46 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de nouveau-nés de la rue du Rio.

F. Couvin, Inrap

119Le corpus de la rue du Rio est limité, mais les assemblages sont semblables à ceux que l’on connaît régionalement pour les inhumations de nouveau-nés et d’immatures des ier-début iie s., à Esvres et Tavant (Indre-et-Loire), à Lazenay (Bourges, Cher) et à Levroux (Indre) (Riquier et Salé 2006 : Chimier 2009 : 97-103 ; 98-100 ; Cadalen-Lesieur 2007 ; Baguenier 2008).

120Les formes de service, avec des gobelets, des coupelles, des assiettes et des cruches, sont très majoritaires, mais des pots à cuire sont aussi régulièrement présents. À Esvres et Tavant, où l’on peut suivre l’évolution des dépôts depuis la période augustéenne jusqu’au début du iie s., ainsi qu’à Levroux (Indre), pour la fin ier-début du iie s., on relève une même tendance, avec depuis la période augustéenne jusqu’au milieu du ier s., un nombre croissant de vases qui atteint parfois plus d’une dizaine à la période tibéro-claudienne (Fig. 47 et 48). À partir de la seconde moitié du ier s., une réduction du nombre de céramiques s’accompagne d’une simplification du répertoire. Avec un ou deux exemplaires, la cruche devient alors l’élément central ou exclusif du dépôt. Les assiettes disparaissent et les formes ouvertes de service ne comprennent éventuellement qu’un gobelet ou une coupelle. Le pot à cuire reste par ailleurs illustré, mais de façon plus irrégulière.

Fig. 47 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de Levroux, Le Bois-Maussant.

Fig. 47 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de Levroux, Le Bois-Maussant.

F. Couvin, Inrap

Fig. 48 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de Esvres, La Haute Cour.

Fig. 48 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de Esvres, La Haute Cour.

F. Couvin, Inrap

121Une même tendance se retrouve au sein des assemblages qui accompagnent les dépôts de crémations de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), où, à partir du milieu du ier s., on note une augmentation du nombre de formes fermées et en particulier des cruches (Bel 2002 : 129). À Lyon et plus largement en Rhône-Alpes, aux ier s. et iie s., les inhumations suivent proportionnellement le même schéma que les structures de crémation (dépôts primaires et secondaires), avec un nombre de dépôts céramiques croissant et parfois ostentatoire (Blaizot 2009 : 41-43).

122Compte tenu de leur nombre limité, les vases ossuaires F95 et F131 appellent peu de commentaires. Les urnes, un pot et une amphore régionale, sont retaillés pour ne conserver que le fond et la panse. F95 livre un col de Dressel 7/11 de Bétique, un emballage supposé transporter des sauces et des salaisons. Toutefois, la nature de son contenu a été remise en cause en raison de sa présence en dépôt dans des sépultures précoces de plus haut statut et il pourrait également s’agir de vin (Silvino et Poux 2005). F131 livre la moitié d’une tasse Ritt. 5a de Gaule du Sud, non brûlée. Le bris de ce vase ne semble pas accidentel, mais relever d’un geste rituel de type pars pro toto (Blaizot 2009 : 239-240).

123Un diagnostic réalisé Chemin de la Couture, à Saint-Marcel (Indre) a montré la présence d’un bûcher maçonné associé à quelques vases ossuaires en céramiques et en pierres calcaires datés du ier s. (de Belvata Balasy et Trébuchet 2007). Toutefois, en territoire biturige, le dépôt de crémation en vase est mieux illustré au iie s., avec la fouille de séries dans les nécropoles du Champ de l’Image et de la ZAC des Vieux Domaine à Vierzon (Cher) (Allain, Fauduet et Tuffreau-Libre 1992 ; Béguin et Le Goff 2001). Les vases les plus fréquemment utilisés sont des pots à cuire ou des moitiés inférieures de vases découpés, en particulier des cruches. L’amas osseux peut être protégé par un couvercle en céramique, une céramique de forme ouverte ou toute autre forme retaillée pour cet usage.

Le verre (Magalie Guérit)

124La fouille a livré 67 restes correspondant à 30 individus. Onze fragments (16 %) ont subi l’action du feu. Ce mobilier comprend de la vaisselle de table, des éléments de toilette et de parure. Plus d’un tiers du verre est polychrome ou de couleurs vives (bleu outremer, jaune, violine, vert olive, émeraude et rubané) (Fig. 49), ce qui permet de souligner la précocité de ces produits. La vaisselle de table comprend 8 fragments de coupes et de gobelets (12 %). Quarante restes se rapportent aux éléments de toilette (60 %), principalement des balsamaires. Un élément appartient au domaine de la parure (1,5 %) et 26,5 % sont indéterminés en raison de leur état fragmentaire et de leur altération par le feu.

Fig. 49 - Répartition du verre par domaine et couleur (NR).

Fig. 49 - Répartition du verre par domaine et couleur (NR).

125Un seul élément collecté hors contexte se rapporte à de la vaisselle moulée (Fig. 50, no 4). Ce fragment de panse polychrome présente des filets verts et bleus translucides et d’autres jaunes et blancs, opaques et juxtaposés. Issu du décapage, il n’est pas daté. Cet exemplaire rubané, probablement produit en Italie, est diffusé dans les provinces occidentales entre la période augusto-tibérienne et le milieu du ier s. (Foy et Fontaine 2003 : 62-63). Peu d’exemplaires sont connus dans la région. Un provient d’un contexte domestique de l’Allée Ménard à Bourges (Cher), quatre fragments de la nécropole du Fin-Renard, également à Bourges, et deux autres de la nécropole des Alléans à Baugy (Cher) (Moirin 2005).

126Deux fragments de panse, de couleur vert naturel et transparent, présentent un décor de côtes saillantes verticales (Fig. 50, no 3). Ces éléments appartiennent probablement à une coupe moulée Isings 3, une forme produite à partir du milieu du ier s. av. J.-C. et répandue en Gaule jusqu’à la fin du ier s. ap. J.-C. (Foy et Nenna 2001 : 170). Des exemplaires ont notamment été mis au jour dans la nécropole du Champ de l’Image à Saint Marcel (Arveiller-Dulong 1992 : 154-155).

Fig. 50 - Restitution graphique des récipients en verre.

Fig. 50 - Restitution graphique des récipients en verre.

M. Guérit, Inrap

127Deux gobelets, soufflés à la volée, incolores et transparents sont identifiés. Le premier est un fond à pied annulaire rapporté (F15). Le fond, légèrement convexe, porte la marque du pontil. Il est issu d’une fosse datée des iie-ive s. ap. J.-C. Le second est un bord de gobelet (F46) (Fig. 50, no 1). La lèvre ronde fait saillie et la panse cylindrique est ornée sous le bord d’un filet de verre rapporté. Il est issu d’une fosse datée des iie-iiie s. ap. J.-C. Ces deux éléments se rapportent à des gobelets à boire Isings 85b, une forme produite au cours des iie-iiie s. Fréquente, elle apparaît sur des sites domestiques et funéraires comme la nécropole du Champ de l’Image (Moirin 2005 : 82-84).

128Quatre individus sont des petits balsamaires soufflés à la volée. Le premier provient du fossé F24 de l’enclos E3 (Fig. 50, no 5). Incolore et transparent, il présente une lèvre droite évasée et laissée brute. Son col cylindrique s’étrangle légèrement à la base. Un autre exemplaire provient de la sépulture F47 (Fig. 50, no 6). Incolore et transparent, il possède un col cylindrique qui s’élargit à sa base. Sa panse est ovoïde et son fond concave. L’embouchure est manquante.

129Un troisième balsamaire (Iso 54, us1046), légèrement bleuté, est déformé par le feu. Il s’agit d’un exemplaire de petite taille (non illustré). Il présente une embouchure d’environ 20 mm de diamètre et un col cylindrique court. Il provient du décapage du quart sud-ouest de la fouille. Le dernier exemplaire (Iso 35, F62, us1085), de couleur bleu cobalt et transparent, est très fragmenté (non illustré). Il présente un fond légèrement convexe. Au regard de sa taille réduite et de sa couleur, il se rattache probablement au même type que les précédents. Ces balsamaires correspondent aux types Isings 6, datés du règne d’Auguste aux flaviens (Isings 1957). Des exemplaires similaires sont connus dans les nécropoles de Gièvres (Loir-et-Cher) et de Fin-Renard à Bourges (Cher) (Moirin 2005 : 341-342).

130Un grain de perle est issu d’un fossé pouvant appartenir aux enclos E2 ou E4. Vert émeraude et translucide, il est annulaire et mesure 5 mm de diamètre pour 3 mm de haut (Fig. 51).

Fig. 51 - Perle en verre issue de F49.

Fig. 51 - Perle en verre issue de F49.

© N. Holzem, Inrap

131Le site livre du verre extrêmement fragmenté et déformé par l’ustion. Le mobilier comprend une faible variété de formes avec essentiellement du petit flaconnage et quelques éléments de vaisselle de table. Les éléments de toilette sont des petits balsamaires attribuables à la première moitié du ier s. ap. J.-C. La vaisselle de table comprend quelques gobelets à boire, un probable flacon pour le service de table, ainsi que deux coupes moulées.

132Les contextes de collecte sont divers (sépulture, fossé, fosse et décapage) et l’on peut supposer qu’une large partie de ce mobilier est redéposée, ou plus récent dans le cas des fosses F46 et F62. Seuls 14 fragments sont issus des fossés d’enclos, dont un peu plus de la moitié est altérée par le feu. Parmi ceux-ci, on compte un nombre égal de verre de couleur vive (bleu cobalt, jaune, vert olive, violine) et vert naturel ou incolore, une répartition que l’on retrouve par ailleurs dans des nécropoles situées à la charnière du milieu du ier s. ap. J.-C. (Foy et Nenna 2001 : 123-147). Les seuls éléments identifiables sont une perle et un petit balsamaire. Ces deux éléments non altérés par le feu sont peut-être des dépôts secondaires.

L’instrumentum et les monnaies (Dominique Canny, Michel Barret)

133L’instrumentum compte 68 NR pour 50 NMI. La méthodologie appliquée pour l’étude, le classement et la quantification, reprend les principes des publications parues dans Les Nouvelles de l’Archéologie en mars 2013 (Demierrre et al. 2013 ; Briand et al. 2013). Le nombre d’objet collecté est relativement faible et peut pour partie s’expliquer par l’absence de détection systématique. Les éléments identifiés sont des objets d’usage courant que l’on retrouve sur les sites d'habitat.

134Le domaine “ personnel ” livre deux éléments de parure en alliage cuivreux, une fibule à queue de paon type Feugère 16a2, issue de la sépulture F98 (Fig. 52, no 1) et une autre type Feugère 17a (Fig. 52, no 2), collectée hors contexte. La première (L. 38 mm) est composée d'un couvre-ressort rectangulaire, d'un arc à bords concaves et d'une plaque intermédiaire de forme circulaire qui surmonte un pied en forme de queue de paon. La plaque circulaire est ornée d'un ombilic circulaire central rapporté, encadré de côtes concentriques. Le pied porte trois lignes médianes. Ce type augustéen semble peu diffusé car vraisemblablement fabriqué durant une courte période. La fabrication de la variante Feugère 17b est attestée au Mont Beuvray (Feugère 1985 : 277). La seconde (L. 49 mm) se caractérise par un arc semi-circulaire épais qui part d'un couvre-ressort rectangulaire pour aboutir sur un disque en forme de cône très aplati qui est orné de cannelures et de côtes concentriques. Le pied en forme de queue de paon est orné d'une ligne ondée médiane en relief. Il est coulé d'une seule pièce avec l'arc. Ce type est daté de la période augustéenne par de nombreuses découvertes, en particulier à Saint-Marcel, au Mont Beuvray, et à Saint-Romain-en-Gal (Feugère 1985 : 273).

Fig. 52 - Fibules en alliage cuivreux issues de F98 (n° 1) et du décapage (no 2).

Fig. 52 - Fibules en alliage cuivreux issues de F98 (n° 1) et du décapage (no 2).

© D. Canny, Inrap

135Le domaine “ personnel ” compte six autres accessoires vestimentaires sous la forme d’épingles en alliage cuivreux. De section filiforme, elles sont couronnées d’une tête rapportée, faite d’un fil enroulé et martelé pour obtenir une tête sphérique, et se terminent en pointe à la base. Les diamètres de la tête se situent entre 2 et 3 mm, pour des longueurs de 24 à 34 mm. Ces épingles répondent à une production normalisée d’origine artisanale. Les contextes de découverte sont le décapage, les faits F71 (enclos E10), F93 (fosse dans l’ouverture de E8), F94 (fossé recoupé par E2 et E10) et F117 (fossé d’enclos recoupé par F122). Deux exemplaires du même type proviennent de la fouille voisine de la parcelle AS 51 (Fig. 53) (Thiol et Rottier 2016).

Fig. 53 - Épingles en alliage cuivreux issues de la campagne de la fouille programmée de la parcelle AS 51.

Fig. 53 - Épingles en alliage cuivreux issues de la campagne de la fouille programmée de la parcelle AS 51.

I. Bourdareau, Inrap, extraits de Thiol et Rottier 2016 : 46, fig. 26-27

136Si la présence de ces épingles en contexte funéraire évoque la présence de linceuls, elles sont habituellement associées à des inhumations des périodes médiévale et moderne ou au plus tôt du Bas-Empire, ce qui n’est pas sans poser problème ici (Bonnabel et Carré 1996 ; Blaizot 2009 : 32). Malgré la collecte de quatre d’entre elles dans des contextes datés du ier s., en raison de leur très petite dimension, on peut également envisager une origine intrusive, peut-être en relation avec la fosse F122 datée des xiie-xiiie s.

137Le domaine “vie sociale” comprend un jeton en os (d. 19 mm, ép. 6 mm), type Béal AXXXIII, 6 (Béal 1983 : 303), issu du décapage (Fig. 54, no 1). La face supérieure présente au centre un mamelon cylindrique pointé encadré par deux gorges concentriques périphériques. La tranche est droite et la face inférieure lisse. Ce type est daté des ier-iiie s. ap. J.-C. Trois autres jetons en os brûlés, deux complets et une moitié (d. 15 mm, ép. 4,5 mm) proviennent du comblement d’un même fossé d’enclos (E3, F25, us1030) (Fig. 54, nos 2-4). Blancs et légèrement déformés, ils ont subi une forte chauffe. Les faces sont dépourvues de décor et la tranche a un profil en V. Ce type Béal A XXX111, 2 est daté des ier-iiie s. ap. J.-C. (Béal 1983 : 289).

138Le domaine “ spirituel ” est représenté par un fragment brûlé d’une figurine en terre blanche (enclos 8, F91). Le motif moulé d’une trame de vannerie suggère qu’il s’agit du dossier du fauteuil en osier d’une statuette du type déesse mère (non illustré) (Bémont, Jeanlin et Lahanier 1993).

Fig. 54 - Éléments de tabletterie, jetons et baguettes facettées.

Fig. 54 - Éléments de tabletterie, jetons et baguettes facettées.

© N. Holzem, Inrap

139Deux déchets de tabletterie en os se rattachent au domaine “ production ” (Fig. 54, nos 5-6). Ils ont été collectés en position redéposés dans des contextes récents (F11, us1004 et F68, us1094). Le premier est une baguette à cinq facettes fragmentée aux extrémités (L. 40 mm, ép. 7 mm). Le second (L. 86 mm, ép. 9 mm), brisé lui aussi aux extrémités, est une tige à sommet de section quadrangulaire et à base affinée en cinq facettes.

140Le domaine “ immobilier ” comprend trois éléments de fixation non illustrés. On compte deux clous décoratifs en alliage cuivreux (F20, us1025 et F77, us1105). Le premier présente une tête circulaire et une tige à extrémité pointue (L. 3 mm, d. 4 mm). Le deuxième (L. 20 mm, d. 9 mm) est composé d'une tête en bronze en forme de dôme dont la base est soulignée par un bourrelet concentrique, surmontant une tige de fixation en fer de section ovale.

141Vingt fragments de bandes rectangulaires qui portent d'épaisses concrétions ferrugineuses proviennent de la sépulture F47. Il s’agit de deux ferrures parallèles, larges de 4 à 5 cm et distantes de 0,65 m, qui reposaient sur le fond la fosse. La moins fragmentée permet de restituer une longueur d’au moins 0,35 m. Des traces ligneuses visibles sur une des faces concrétionnées permettent de restituer un probable coffre, coffrage ou cercueil. Deux tiges de fixation scellées par la corrosion sont encore visibles. Les fonctions possibles de ces ferrures sont multiples. Elles peuvent être employées pour renforcer des assemblages, cercler des récipients, protéger des arêtes vives et des surfaces d’usure ou encore garnir et décorer des surfaces nues (Eneau 2002 : 53). À ces éléments, il faut ajouter des clous en fer issus des sépultures F60, F98 et F255. Dans F255, ceux-ci participent clairement à l’assemblage d’un coffre, d’un coffrage ou d’un cercueil.

142Parmi le domaine “ inclassable ”, on ne recense pas moins de six anneaux circulaires et deux tronçons d’anneaux probablement sectionnés de façon volontaire (Fig. 55). Deux exemplaires complets sont en alliage cuivreux (nos 1 et 6-8), les quatre autres en fer (nos 2-5). Les dimensions sont variables, avec des diamètres compris entre 14 et 50 mm. Fait notable, quatre anneaux en fer et un en bronze proviennent de sépultures de nouveau-nés (F33, F98, F100 et F255). F33 livre deux exemplaires, dont l’un en alliage cuivreux devait se situer près de la moitié proximale de l’ulna et du radius gauches, au regard des traces d’oxydation. Dans les tombes F98, F100 et F255, ces objets se situaient en fond de fosse au même niveau que les autres dépôts mobiliers. Les autres exemplaires proviennent des fossés des enclos E1 et E11, ainsi que F125.

Fig. 55 - Anneaux et sections d’anneaux en fer (nos 2-5), en alliage cuivreux (nos 1 et 6-8).

Fig. 55 - Anneaux et sections d’anneaux en fer (nos 2-5), en alliage cuivreux (nos 1 et 6-8).

© N. Holzem, Inrap

143La présence répétée de ces objets dans des inhumations d’individus de moins d’un an suggère qu’il peut s’agir d’anneaux de lange. Gérard Coulon signale leur présence au niveau de la poitrine dans des sépultures de nourrissons de Levroux et de Saint-Marcel (Indre) (Coulon 2003 : 153). C’est dans cette même position qu’ils apparaissent sur un ex-voto représentant un bébé emmailloté provenant du sanctuaire de La Croix Saint-Charles à Alésia (Côte-d’Or) et sur une statuette en bronze trouvée à Arcis-sur-Aube (Aube) (Jaeggi 2012 : 237 ; Denajar 2005 : 233). Dans la nécropole de Tavaux (Jura), des anneaux en bronze proviennent de la fouille d’imbrices supposés être des sépultures d’enfants. L’un d’eux livre treize exemplaires de très petit diamètre qui sont interprétés comme les attaches d’un couffin (Bails 2014).

144Les autres éléments du domaine “inclassable” sont des fragments de tiges et de tôles en alliage cuivreux et en fer.

145Enfin, le domaine des “ échanges ” – ou du “ spirituel ” si l’on considère qu’elles participent à un rituel – est illustré par six monnaies : trois en dépôt dans les sépultures F47, F98 et F255, une dans le fossé F67 (enclos E8) et deux dans le fossé F88 (E11). Seul, l’un des numéraires issus de F88, illisible, est plus clairement altéré par le feu. Les dates d’émission sont comprises entre 15 av. et 30 ap. J.-C. À noter également la collecte hors contexte d’un denier romain du milieu du iie s. av. J.-C. (cf. infra, Catalogue des monnaies).

La faune (Frédéric Poupon)

146La fouille a livré un total de 337 restes osseux, dont la majorité provient des fossés d’enclos (215 NR). Quelques fossés isolés, pouvant également correspondre à des enclos fortement arasés, ont fourni 22 NR. Le reste du mobilier provient des dépôts de crémation (21 NR), de fosses probablement à résidus de crémation (5 NR), des sépultures à inhumations (5 NR) et de structures postérieures à l’occupation funéraire (69 NR). Sur les 337 ossements étudiés, 40 % ont pu être déterminés (135 NRD) et ce pourcentage atteint 36 % pour les enclos (77 NRD). Ce faible taux s’explique par une extrême fragmentation. Le tamisage de certaines structures, les fossés d’enclos notamment, fait que les esquilles non identifiables ont augmenté les effectifs des indéterminés. Toutefois, ce pourcentage d’os déterminés pourrait être encore beaucoup plus faible en raison des nombreuses micro-esquilles osseuses qui n’ont pas pu être attribuées à des restes humains ou animaux. Malgré un effectif assez faible, les vestiges fauniques issus principalement des fossés d’enclos et des dépôts de crémation nous apportent quelques informations concernant les restes carnés dans la pratique funéraire.

Les enclos

147Il est difficile de présenter une synthèse concernant la faune issue des enclos et encore plus de proposer des comparaisons (hiérarchie des espèces et des pièces de viande) entre chaque structure. À cela plusieurs raisons, d’une part, le nombre d’os collectés est assez faible, d’autre part, la conservation des vestiges fossoyés est très variable. Se pose donc la question de la représentativité des lots par rapport au dépôt initial. Il est néanmoins possible de souligner certains points particuliers.

148Le bœuf apparaît dans les fossés de neuf enclos (enclos 1, 2, 3, 6, 8, 9, 10, 11 et 12). Sur 32 ossements collectés, seuls deux sont carbonisés (enclos 2 et 3). Le dépôt de quartier de viande de cet animal, à l’intérieur comme à l’extérieur des sépultures, est assez rare tant pour la période gauloise que romaine (Lepetz 1996 : 150). Dans l’enclos 1, qui est le plus documenté, il s’agit à la fois de pièces sans valeur alimentaire (tête, rachis, pieds) et de quartiers de viande à forte valeur nutritionnelle (membre antérieur et postérieur). Les enclos 2, 8 et 10, moins riches, fournissent une image assez similaire. Les enclos 3 et 12 ne livrent que des éléments à faible valeur nutritionnelle. Quant aux enclos 6 et 9, la présence d’éléments du membre antérieur et postérieur témoigne d’un rejet de pièces de viande à forte valeur alimentaire.

149Ces déchets renvoient d’une part à des rejets de découpe primaire. Ils correspondent à l’élimination, après abattage, des parties encombrantes et pauvres en viande, comme les éléments de la tête, du rachis et des pieds (Lignereux et Peters 1996). D’autre part, sont identifiées des parties osseuses riches en viande (scapula et humérus pour le membre antérieur, coxal, fémur et tibia pour le membre postérieur). Ces restes peuvent correspondre à des reliefs de repas funéraires, à moins que la viande désossée n’ait été offerte au défunt.

150Les restes de porc sont présents dans les enclos 1, 3, 8, 10, 11 et 13. Dans l’enclos 3, les ossements proviennent d’au moins deux individus. Dans les autres, seul un animal est représenté. De façon général, les restes de porc sont attribuables à des éléments de la tête, du rachis, du gril costal, du membre antérieur, du membre postérieur et des pieds. Une grande majorité de ces restes sont brûlés. Sur les 24 NRD collectés, 16 sont entièrement calcinés. Ces ossements peuvent correspondre à des pièces de viande qui ont été crématisés avec le défunt ou à des reliefs de repas funéraires jetés sur le bûcher. Dans le monde romain, le sacrifice et la consommation d’une truie est une pratique plus particulièrement associée au rituel de la crémation (Blaizot 2009 : 314 et 320).

151Les caprinés (moutons ou chèvres) sont très peu représentés et seuls les enclos 1, 3 et 8 ont fourni des restes. Cette tendance est assez conforme à ce que l’on connaît par ailleurs, car la fréquence de cette espèce chute dans les lots dès La Tène finale et continue de diminuer au cours de la période romaine (Lepetz 1996 : 150-151). Les quelques éléments recueillis proviennent à la fois de parties pauvres (la tête et les pieds) et riches en viande (membre antérieur et postérieur). Sur les huit ossements identifiés, trois sont calcinés (enclos 1 et 3). À l’instar du porc, l’ensemble de ces ossements peuvent correspondre à des offrandes alimentaires ou des reliefs de repas funéraires.

152Les restes de chevaux ont été mis au jour dans les enclos 1 et 10. Les parties rejetées n’ont aucune valeur alimentaire puisqu’il s’agit d’ossements de la tête (essentiellement des dents), du rachis (un fragment de thoracique et une vertèbre caudale) et des pieds (postérieur droit). La nature des restes d’équidé rappelle celle observée dans les nécropoles de la période gauloise, où il ne s’agit jamais d’offrandes alimentaires, mais d’ossements de la tête et des pieds qui peuvent correspondre aux “ traces ultimes de dépouilles d’animaux sacrifiés ” (Méniel 2001 : 96). La présence de ces restes de chevaux suggèrerait donc une certaine persistance des traditions funéraires gauloises. Discrète, la volaille n’est représentée que par deux ossements de coq issus des enclos 10 et 11. Calcinés, ils correspondent à des os d’une aile et d’une cuisse.

153Les informations sont très ténues, en ce qui concerne les âges d’abattage. Quelques indices concernent le porc, avec des individus jeunes, âgés de moins d’un an, mais également des sujets sub-adultes ou adultes. Aucune information ne concerne le sexe. Seuls les enclos 1, 10 et 11, les mieux conservés, livrent des informations concernant la localisation des rejets. Des concentrations sont observées dans l’angle sud-est de E1 (F28), dans l’angle sud-ouest de E10 (F69) et dans le tronçon F88 de E11. Les autres tronçons ne livrent souvent que quelques restes épars. Malgré un effectif assez faible, les vestiges fauniques issus des fossés d’enclos et des amas osseux crématisés nous apportent quelques informations concernant l’implication des animaux dans les pratiques funéraires. Dans les fossés d’enclos, où les restes de faune ont pu être déterminés, l’occurrence du bœuf est la plus importante. Ses restes sont attestés dans neuf enclos sur dix, contre six pour le porc, trois pour les caprinés, deux pour le cheval et le coq.

154Le bœuf se caractérise par la présence de parties à faible et/ou forte valeur alimentaire. L’animal a probablement été découpé intégralement sur place, d’où la présence des rejets de la découpe primaire. La plupart de ces os ne sont pas brûlés, notamment les ossements riches en viande, ce qui suggère que ces restes peuvent être les reliefs de repas funéraires. On ne peut toutefois pas écarter l’hypothèse que ces ossements aient pu être décharnés et la viande déposée auprès du défunt. Concernant le porc, le coq et, dans une moindre mesure, les caprinés, leurs ossements sont pour la plupart calcinés. Il s’agit peut-être d’offrandes alimentaires déposées sur le bûcher avec le défunt. Cependant, il est également possible que ces ossements correspondent à des pièces de viande décharnées, consommées au cours du repas funéraire, puis abandonnées sur le bûcher. Dans les deux cas, ces restes ont été rejetés dans les fossés d’enclos lors du nettoyage du bûcher. Le cheval est représenté sous la forme d’ossements erratiques dépourvus de traces d’ustion qui correspondent plus à des restes de dépouilles qu’à des offrandes alimentaires.

La faune mêlée aux dépôts de crémation

155Les sépultures F95 et F131 contiennent peu de restes de faune. F95 a fourni un spectre un peu plus important avec quatre espèces (porc, coq, bœuf et chien) contre deux dans F131 (porc et chien). Deux porcs ont été dénombrés dans l’urne F131, tandis que les autres espèces ne sont représentées que par un seul individu. Le porc, le coq et, dans une moindre mesure, le bœuf sont des offrandes courantes pour la période antique (Lepetz 1996 : 151 ; Lepetz in Gissinger 2012). À l’inverse, la présence du chien est assez rare au Haut-Empire, mais attesté dans quelques nécropoles tels que Courroux (Suisse) (S. Martin-Kilcher citée par Lepetz 1996 : 150) ou Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) (Olive 2002 : 130-139).

156Les os de chien correspondent à un atlas issu du remplissage de F95 et à un tronçon de cervicales (C1 à C3) déposé près de F131. Ces restes osseux ne sont pas brûlés, alors que ceux des autres espèces présentes dans les vases ossuaires sont totalement calcinés. Les dépôts se présentent donc sous deux formes qui renvoient à des actes bien distincts (Lepetz et Van Andringa 2004 : 164). Les os calcinés de porc, de coq et de bœuf sont probablement des reliquats de quartiers de viande crématisés sur le bûcher et mêlés dans l’urne aux ossements du défunt. À l’inverse, les cervicales de chien semblent être des dépôts ultérieurs placés dans ou à proximité de du dépôt de crémation. Dans la nécropole voisine du Champ de l’Image, une urne cinéraire du iie s. renfermait un coxal de chien non brûlé, associé à des restes de porc calcinés (Poulain-Josien et Chaix 1992 : 214).

157Si cette pratique est assez courante dans les nécropoles gauloises, notamment à Acy-Romance (Ardennes) (Méniel 1998 : 108-109), son attestation à la période romaine est plus rare et témoignerait de la persistance d’usages anciens, la viande de chien n’étant habituellement plus consommée à cette date (Lepetz 1996 : 150).

158Concernant les crémations, le nombre d’ossements est faible. Cependant, deux types de dépôt sont observés. D’une part, des fragments osseux de porc, de coq et de bœuf calcinés (dépôts alimentaires ou restes de repas funéraires) et, d’autre part, des cervicales de chien non brûlées et déposés dans ou à proximité de l’urne. Si les restes de chiens sont associés aux vases ossuaires et absents des fossés d’enclos, on note l’inverse pour les restes de chevaux. Toutefois, compte tenu de la faiblesse du corpus, il ne s’agit que d’une observation qui ne permet pas d’attester une pratique systématique. La présence de ces restes de chien et de cheval peut refléter une certaine persistance des traditions gauloises, à moins qu’il ne s’agisse de rejets opportunistes.

Les carporestes et macrorestes (Bénédicte Pradat)

159Des prélèvements pour analyse carpologiques ont été réalisés sur les contextes les plus charbonneux. Les prélèvements proviennent des comblements de fossés des enclos E1, E4, E7, E8, E10 et E10 et de la sépulture F131. Les échantillons ont été tamisés sur des cribles de maille 2 et 0,5 mm selon un volume de 10 litres. L’extraction des résidus carpologiques a été faite sous loupe binoculaire. Le comptage des semences a été effectué en nombre minimum d’individus, notamment pour les légumineuses dont les cotylédons sont très souvent séparés. Ces prélèvements sont peu riches puisqu’ils livrent entre 2 et 68 restes avec un grand nombre de fragments de matière organique indéterminée. Malgré tout, une dizaine d’espèces cultivées ont pu être mises en évidence, ainsi que six espèces sauvages. Tous les résidus sont conservés par carbonisation.

160Trois espèces céréalières sont attestées, l’orge vêtue (Hordeum vulgare), le blé type froment (Triticum aestivum l.s.) et le millet (Panicum miliaceum). Quelques semences de blé fragmentées n’ont pu être déterminées à l’espèce (Triticum sp.). Les légumineuses sont représentées par de la lentille (Lens culinaris), du pois (Pisum sativum) et de la fève (Vicia faba). On compte également des restes de fruits, avec de la noisette (Corylus avellana), de la noix (Juglans regia), un pépin fragmenté de raisin (Vitis sp.), une coque de pignon de pin (Pinus pinea) et un morceau de fruit à coque de type prunoïdé dont un morceau de chair carbonisé masque d’éventuels éléments de surface du noyau qui permettraient une identification plus précise. De la matière organique est conservée. Souvent, elle n’est pas identifiable, mais quelques fragments présentent une texture très fine et régulière qui s’apparente à une pâte de type pain ou galette.

161Les éléments conservés, composés pour l’essentiel de restes de plantes de consommation, sont des offrandes déposées lors de la crémation. Les restes sont trop peu nombreux pour mettre en évidence d’éventuelles pratiques en matière d’offrandes végétales. Aucune règle ne semble établie, certains rejets ne livrent qu’une ou deux espèces, comme le pois en F64 et F65 (enclos E7), la lentille en F27 et la noisette en F35 (enclos E1). D’autres contiennent des restes de céréales, de légumineuses et de fruits comme F69 et 71 (E10) ou F72 et F81 (E8). De façon générale, les légumineuses semblent être les restes les mieux représentés parmi les résidus identifiables, tant en nombre de restes (40 semences) qu’en fréquence d’attestation (10 faits sur 11).

162La présence d’une coque de pin pignon dans la sépulture F131 n’est pas anodine. Dans la société romaine, cette plante symbole d’immortalité occupe une place particulière dans le domaine funéraire et cultuel (Marinval 1993 : 62). Importée depuis le bassin méditerranéen sous la forme de pommes de pin avec leurs pignons, sa présence dans un contexte de la première moitié du ier s. semble un indice d’acculturation précoce, si ce n’est du statut relativement élevé du défunt (Matterne 2001 : 197).

163Les sites funéraires de la première moitié du ier s. ap. J.-C. livrant des semences sont peu nombreux dans la moitié nord de la France. À Épieds-en-Beauce (Loiret), des plantes identiques à celles de Saint-Marcel ont été mises en évidence : orge, millet commun, blé nu, lentille, pois, féverole, noisette ainsi que des résidus de pain/galette/gâteau (Pradat in Gay 2018). En Auvergne, à Lussat (Puy-de-Dôme), c’est de l’orge vêtue, du pois et de la lentille qui sont observés (Bouby et Marinval 2003), tandis que du pois a été découvert dans une tombe de la nécropole La Citadelle à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) (Marinval 1993). Sur la fouille de l’ancienne caserne Gouraud à Soissons (Aisne), pain ou galette et légumes secs, avec en particulier la lentille, semblent les denrées les plus courantes. On compte également de l’orge, des blés, des noix, des noisettes et du raisin, ainsi que des fruits rares comme l’olive, la figue et la grenade. D’autres fruits charnus ne sont pas identifiables (Zech-Matterne in Gissinger 2012).

Synthèse

164Réalisée en 2007, la fouille du 33, rue du Rio n’a pas bénéficié de moyens permettant de systématiser la localisation du mobilier et la recherche de macrorestes par prélèvement et tamisage. La question de l’organisation de cet espace funéraire et de la population représentée s’est avérée difficile à trancher en raison du faible nombre de sépultures identifiées, ceci en relation avec une emprise limitée et un fort arasement. De même, des interrogations persistent concernant son extension. Toutefois, malgré les difficultés rencontrées, cette intervention met en évidence un type de structure, l’enclos-bûcher, inédit lors de la fouille en 2006.

Les enclos

165Les enclos fossoyés sont orientés suivant les points cardinaux. Les creusements irréguliers, larges de 0,5 à 0,8 m pour 0,1 à 0,25 m conservés, sont comblés de façon homogène et rapide par un limon sableux ou argileux, dans lequel sont présents des charbons de bois, parfois sous la forme de concentrations, ainsi que des cailloux et cailloutis silex et quartz portant des traces de chauffe. Les plans les plus complets sont proches du carré, de 3,15 à 4,8 m de côté, et délimitent des surfaces internes de 3,7, 4,6 et 14,4 m2. Certains, comme E5 et probablement E3, sont rectangulaires. Il est possible que d’autres clôtures plus largement arasées aient été en agrafe, comme E11, ou angulaires, comme E9 et l’angle formé par E1 et le fossé F45. Ces configurations se retrouvent sur la fouille de l’ancienne caserne Gouraud à Soissons (Aisne), qui livre pour la même période des enclos aux caractéristiques très similaires (Gissinger 2012 : 28-29).

166L’absence de tombe au centre des clôtures et les résidus crématisés collectés dans les fossés permettent d’écarter une fonction sépulcrale. Ils témoignent plus certainement de rites funéraires associés à la crémation. La céramique indique une fréquentation relativement courte, comprise entre les années 15/20 à 50/60 ap. J.-C. Les formes et les dimensions des enclos ont peut-être été adaptées à celle du bûcher, mais également à son volume, en prévision de son régalage dans les fossés périphériques. Cette pratique expliquerait le peu de fosse à résidus identifié.

167Bien que de plus grande dimension, E10 livre des résidus identiques, en nature et en nombre, à ceux collectés dans les autres enclos et rien ne signale un statut particulier du défunt. Les clôtures les mieux conservées présentent des tracés continus, excepté E10, ouvert au sud et E8, interrompu à l’est, où un bloc calcaire probablement de signalisation (cima) est installé dans une fosse creusée en position centrée.

168La crémation, associée à un substrat sablo-argileux très abrasif et acide, a provoqué une forte altération des restes humains (Fig. 56). En raison de leur importante fragmentation, l’essentiel n’était pas visible à l’œil nu lors de la fouille. En l’absence de prélèvements et de tamisages systématiques, les restes collectés sont peu nombreux, voire parfois absents. Le faible nombre de restes déterminés pour chaque enclos, 11 à 39 %, ne permet pas de distinguer la présence d’un ou plusieurs individus, pour le moins ces éléments renvoient à des individus adultes ou sub-adultes.

Fig. 56 - Distribution des os humains collectés hors vase ossuaire.

Fig. 56 - Distribution des os humains collectés hors vase ossuaire.

169Pour les mêmes raisons, la faune est peu illustrée. Sur les 77 restes déterminés, 23 sont brûlés (Fig. 57). Le porc, le coq et les caprinés, dans une moindre mesure, sont calcinés et constituent probablement des pièces de viande déposées auprès du défunt ou des reliefs de repas rejetés sur le bûcher. La plupart des os de bœuf ne sont pas brûlés, notamment ceux riches en viande, ce qui suppose que ces morceaux ont pu être consommés lors des funérailles. La présence de parties à faible valeur alimentaire suggère par ailleurs que ces animaux ont pu être découpés sur place. Le cheval est identifié sous la forme d’os erratiques.

Fig. 57 - Distribution des restes de faunes déterminés collectés dans les enclos.

Fig. 57 - Distribution des restes de faunes déterminés collectés dans les enclos.

170La présence du porc répond au rituel romain du sacrifice de la truie (Blaizot 2009 : 314 ; Lepetz 2013 : 1367-1368). Au sein d’un faible effectif, cette espèce est, toutes proportions gardées, la plus illustrée parmi les os brûlés, avec des fréquences proches de celles du site de l’ancienne caserne Gouraud à Soissons (Aisne), où cet animal est le plus impliqué dans le rituel funéraire (85 %), loin devant le coq (7 %) et les caprinés (2 %) (Lepetz 2012 : 45). Rue du Rio, la forte représentation du bœuf apparaît plus singulière, mais il est également bien illustré dans la nécropole voisine du Champ de l’Image (Poulain-Josien et Chaix 1992). Si ces restes de bœuf sont bien en lien avec les pratiques funéraires, il semblerait que la viande bovine occupe une place non négligeable lors des banquets, mais que peu de restes aient été rejetés sur le bûcher ou que leur consommation ne soit pas intervenue à la même étape du rituel.

171Parmi les 270 carporestes et macrorestes conservés par carbonisation, l’essentiel provient des enclos E1, E8, E10 et E11. 72 se rapportent à de la matière organique de type pain ou galette (26,7 %) et 128 à de la matière organique indéterminée (47,4 %). Trois espèces de céréales sont attestées (4,4 %), l’orge vêtue, le blé type froment et le millet. Les légumineuses (15,9 %) sont représentées par la lentille, le pois et la fève. On compte également des fruits (3 %), avec de la noisette, de la noix, un pépin de raisin et un morceau de fruit à coque de type prunoïdé. Pain et galette, légumes secs, céréales, fruits à coque et raisin sont également les offrandes végétales les plus fréquentes sur le site de l’ancienne caserne Gouraud à Soissons (Aisne) (Zech-Matterne in Gissinger 2012).

172Avec 4 733 restes pour 402 individus, la céramique constitue le principal mobilier brûlé. Cinq enclos les plus complets (E1, E3, E8 E10 et E11) livrent respectivement 52, 53, 113, 50 et 56 vases qui semblent représentatifs des assemblages déposés sur les bûchers. Pour la même période, dans la nécropole de Valladas, à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), on compte jusqu’à une soixantaine de céramiques parmi les offrandes primaires (Bel 2002 : 108-119 et fig. 99). Ces lots aux compositions diversifiées illustrent des répertoires domestiques, au sein desquels les formes de service sont surreprésentées (2/3 au 3/4 des effectifs). La forme la plus fréquente est le plat ou l’assiette, puis dans une moindre mesure, les tasses et les coupelles, ainsi que les cruches. Comme dans le répertoire domestique contemporain, les bols et les gobelets sont moins fréquents. La sigillée, avec des productions de La Graufesenque, de Lezoux et quelques types italiques et de Montans, représente 20 à 50 % des vases, la terra nigra 9 à 32 %. On compte une à quatre amphores vinaires par enclos, principalement originaires de Tarraconaise. Ces emballages dont on retrouve quelques grandes portions dans les angles des enclos sont systématiquement brûlés. Leur contenu semble donc avoir été consommé avant crémation.

173La fréquence des importations, la présence d’amphores vinaires, parfois à plusieurs exemplaires, ainsi que l’adoption précoce de certaines formes culinaires, comme les plats et les marmites, semble traduire une acculturation aux usages romains, si ce n’est une forme d’aisance sociale. Des produits parfumés, probablement contenus dans les balsamaires, les unguentaria et les vases plastiques, appartiennent également au rituel romain de la crémation (De Tommaso 1990 ; Blaizot 2009 : 314).

174Cette impression d’un relatif luxe est nuancée par la pauvreté du petit mobilier, à moins de supposer qu’il ait été réservé aux dépôts secondaires accompagnant les vases ossuaires. Le métal est particulièrement rare. On compte trois monnaies (E8 et E11), peut-être des viatiques, ainsi que deux anneaux (E1 et E11). Ces derniers sont similaires à ceux retrouvés dans les tombes de nouveau-nés. La collecte d’épingles en alliage cuivreux dans les remplissages de E8 et E10 pose question concernant leur chronologie et leur fonction (cf. supra). Trois jetons de jeu en os proviennent de l’enclos E3. Un faible nombre d’objets personnels caractérise également les résidus de crémation étudiés sur les sites funéraires de Rhône-Alpes-Auvergne (Blaizot 2009 : 335).

175Le verre se présente sous une forme très fragmentée et parfois fondue. Le fossé d’enclos F49 livre un grain de perle annulaire vert émeraude. E3 fournit un col de balsamaire, un élément fondu, ainsi qu’un bord de vaisselle indéterminé. E11, en particulier F88 et F101, livre des éléments fondus incolores et d’autres fragmentés colorés. Quelques restes épars apparaissent également dans E10 et la fosse F89 qui recoupe E7 et E8. Si les verres fondus se trouvaient sur le bûcher, ceux non fondus ont pu être utilisés au cours du repas funéraire ou à l’issue de la crémation. Comme pour les ungentaria en céramique, les substances odorantes contenues dans ces fioles étaient utilisées pour parfumer le cadavre et le bûcher, mais aussi les ossements du défunt à l’issue de la crémation (Bel 2002 : 144).

176En l’absence de géo-référencement systématique du mobilier, la fouille des fossés par tronçons a permis de souligner la présence de concentrations de résidus, signalées par des remplissages très charbonneux. Certaines situées dans les angles ou à proximité se distinguent par la présence d’importantes sections d’amphores calcinées (col et panse, panse ou panse et pied) (Fig. 58). Aucun surcreusement ou fosse à résidus de crémation n’a été identifié, même si la question a pu se poser pour la section F88/F101 de l’enclos E11. Si elles recoupent de façon intentionnelle des enclos, les fosses F89 et F133 restent difficilement interprétables, car elles ne livrent pas ou peu de résidus spécifiques. Les fosses à résidus de crémation sont potentiellement peu nombreuses, excepté peut-être F39, F40 et F41, et l’on peut supposer que les restes de bûcher ont été pour l’essentiel régalés dans les fossés de clôture. Aucun indice de pratique commémorative postérieure au comblement des enclos n’est identifié.

Fig. 58 - Distribution du mobilier par type (dépôts primaires et secondaires).

Fig. 58 - Distribution du mobilier par type (dépôts primaires et secondaires).

F. Couvin, Inrap

Les dépôts de crémation

177Parallèlement, on relève un net déficit entre les deux dépôts de crémation fouillés, un adulte (F95) et un immature (F131), et le minimum de treize enclos-bûchers identifiés. Une explication est fournie par la fouille voisine de la nécropole du Champ l’Image, où la partie sommitale des vases ossuaires, en céramiques et coffres, pouvait être visible en surface. Alors que d’autres étaient déposés “ en pleine terre ”, peut-être plus vraisemblablement dans des contenants en matériaux périssables (Durand 2013a : 32-33). Sur la fouille des Ripottes, deux vases ossuaires étaient installés dans le remplissage d’un fossé, alors que les autres dépôts se situaient “ en pleine terre ” et sur ou sous des fragments de céramiques (Fauduet et Tuffreau-Libre 1992). Ces types d’aménagements ne se retrouvent pas sur la fouille de la rue du Rio, probablement en raison d’un arasement plus prononcé, ainsi que d’importantes difficultés de lecture. La pratique du dépôt “ en pleine terre ” ou dans des contenants en matériaux périssables est également attestée dans les nécropoles bituriges de Lazenay, à Bourges, et du Vieux Domaine, à Vierzon (Cher) (Durand 2005 : 267-272).

178Au regard de la localisation des deux dépôts de crémation F95 et F131, aux extrémités nord et sud de l’emprise, près de ce qui semble être la limite occidentale de l’espace funéraire, on ne peut pas totalement exclure que les aires de crémation et celles sépulcrales aient été quelque peu différentes. Dans cette hypothèse, les vases ossuaires se situeraient pour la plupart hors de l’emprise du décapage.

179Dans la sépulture F95, le vase ossuaire dispose d’un “ couvercle aménagé ” qui pouvait faciliter la pratique de libations, comme cela est parfois le cas dans les nécropoles de Rhône-Alpes-Auvergne (Blaizot 2009 : 236-239). L’urne reposait dans la fosse sans autre dépôt secondaire, ce qui semble également le cas pour F131.

Les inhumations

180On compte huit inhumations qui suivent comme les enclos une orientation est-ouest. Au regard des restes osseux et des dimensions des tombes, il s’agit de sujets décédés avant l’âge d’un an et d’un enfant de la classe 5-9 ans (F97). Les ossements des inhumations les moins profondes ont été partiellement conservés (F33, F60 et F97). Dans celles les plus creuses ou taillées directement dans l’argile plastique, ils ont totalement disparu. En l’absence d’ossements, le mobilier, avec le dépôt de céramiques complètes, souvent d’anneaux en métal et parfois de monnaies, ne semble pas laisser de doute sur la nature sépulcrale de ces structures.

181Dans F33, les restes osseux sont trop perturbés pour permettre de restituer une quelconque organisation. Dans F60 et F97, les individus reposent sur le dos, la tête à l’ouest. Le squelette de F97 présente des contraintes dues à un effet de parois de la fosse, alors que l’étalement des os de l’individu de F60 suggère la présence d'un espace vide. Dans les tombes F47 et F255, la présence de clous et de charnières permettent de restituer la présence de coffres, coffrages ou cercueils, en matériaux périssables. Dans F100, la céramique a versé sur la panse, ce qui suggère l’existence d’un espace vide, même constat concernant l’un des vases de F33.

182Les recoupements intentionnels entre les sépultures F97 et F98, et probablement F33 et F34, témoignent de leur appartenance à un même groupe familial ou social. De même, les tombes F47 et F100 sont implantées dans des angles des enclos E2 et E10/E12, avec la présence d’un bloc calcaire de signalisation pour la seconde. F225 recoupe probablement le tracé ouest de l’enclos E1, mais la relation stratigraphique n’a pas été perçue sur le terrain. Bien que certaines de ces inhumations de nourrissons recoupent les tracés de clôtures, le mobilier céramique et numéraire semble assurer qu’enclos-bûchers, dépôts de crémation et inhumations sont contemporains et relèvent d’une même occupation funéraire.

Localisation et organisation

183Dans l’emprise, l’espace funéraire se développe sur 18 m de large et 30 m de long. En raison d’un plus fort arasement, sa limite orientale reste floue, mais aucun indice n’a été détecté dans un diagnostic réalisé à l’est près du rebord de la vallée de la Mage (Guiot 2003). Par ailleurs, la forte densité de vestiges et les recoupements enregistrés dans certains secteurs de la fouille laissent supposer que l’espace était relativement contraint. Son extension vers le nord est inconnue. Au regard des vestiges mis au jour, il s’agit du même ensemble que celui des Ripottes fouillé 50 m au sud, même si les orientations des vestiges semblent quelque peu différentes (Fig. 3).

184Bien qu’aucune structure ne vienne matérialiser une limite, celle-ci transparaît à l’ouest avec les alignements des enclos E2 à E6 et E7 et des sépultures F95 et F131. La fouille et la campagne programmée réalisée dans la parcelle voisine montrent la présence d’un niveau de grave silex et quartz induré, d’origine colluviale à moins qu’il ne s’agisse d’un remblai. À son sommet ont été identifiées des ornières comblées d’un mobilier similaire à celui collecté dans l’espace funéraire (Thiol et Rottier 2016), ainsi que de la céramique attribuable au iie s., période à laquelle est attribuée l’édification de l’amphithéâtre situé 50 m à l’ouest (Fig. 2 et 3) (Dumasy et Paillet 2002 : 49). Compte tenu de son extension et en l’absence de fossé bordier, cet empierrement constituerait plus probablement un espace de circulation qu’une voie. Peut-être la plateforme du chantier de l’amphithéâtre, auquel quelques vastes fosses de la fouille peuvent être chronologiquement rattachées (F15 et F58). On regrettera que l’arrêt prématuré de la fouille programmée dirigée par Stéphane Thiol et Sandrine Rottier n’ait pas permis de vérifier la conservation de niveaux sous-jacents, peut-être contemporains de l’espace funéraire.

185Si la présence d’une voie ne peut pas être établie pour le ier s., les contraintes relevées dans les développements des vestiges suggèrent la présence d’un espace de circulation à l’ouest. Situé près du rebord du plateau qui domine la Mage, il pourrait être orienté nord/sud en direction de l’extrémité orientale du rempart de l’oppidum. La proximité d’un tel axe expliquerait la localisation des deux dépôts de crémation et la polarisation des enclos-bûchers. Cet agencement serait par ailleurs plus conforme avec ce que l’on connaît pour d’autres nécropoles périurbaines localisées le long d’un axe de circulation.

186Le plan de la fouille, avec du nord au sud des secteurs avec différentes densités de vestiges, ne témoigne pas seulement d’un arasement différencié, il suggère que ces structures prenaient place dans des parcelles distinctes dont les limites et les orientations ont pu quelque peu varier au cours de la fréquentation du site (Fig. 59). Celles-ci pourraient correspondre à des groupes familiaux ou sociaux. Le secteur de l’enclos E1 au nord, moins dense, montre une possible association entre enclos-bûcher, dépôt de crémation d’un sujet immature, inhumations de nouveau-nés et possibles fosses à rejets. Toutes ces structures répondent à une même orientation et peuvent se situer dans une fourchette comprise entre les années 10/15 à 40/50 ap. J.-C. Toutefois, leur stricte contemporanéité et leur gestion par un même groupe humain ne peuvent être totalement assurées.

Fig. 59 - Espaces et alignements remarquables.

Fig. 59 - Espaces et alignements remarquables.

DAO : F. Couvin, Inrap

187La partie centrale de la fouille n’a pas livré de dépôts de crémations, mais on relève une association entre enclos-bûchers et sépultures d’enfants, avec pour ces dernières un alignement qui ne semble pas fortuit, mais suggère la présence d’aménagements de surface comme une limite de parcelle ou un espace de circulation. Au sud, on retrouve la présence conjointe d’enclos-bûchers et d’un dépôt cinéraire d’un individu adulte, ceci en l’absence d’inhumation. Si dans ce secteur des recoupements et des changements d’orientation sont perceptibles, les datations comprises entre 15/20 et 50/60 ap. J.-C. ne permettent pas de juger avec quelle fréquence.

188Par la présence d’espaces, clos ou ouverts, correspondant à autant de parcelles où prennent place des enclos-bûchers et des sépultures à crémation et à inhumation, le site funéraire de la rue du Rio ne diffère pas d’autres nécropoles suburbaines du Haut-Empire situées le long d’axes viaires. On peut citer pour exemples les nécropoles de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) et de Lyon (Rhône) (Bel 2002 : 43-45 ; Blaizot 2009 : 262-273).

Comparaisons

189Les enclos funéraires fossoyés constituent une forme architecturale des plus fréquente dans les nécropoles de la fin de l’âge du Fer et du ier s. ap. J.-C. Néanmoins, malgré des formes proches, leur place dans le rituel funéraire a pu varier. Espaces sépulcraux pour les plus anciens, d’autres plus récents ont semble-t-il eu fonction d’aires de crémation, en particulier dans des nécropoles urbaines. La documentation concernant le territoire biturige reste inégale en raison de fouilles partielles et d’études incomplètes (Brissaud 1993).

190La nécropole du Bois Maussant à Levroux (Indre), constitue à ce jour le site de comparaison le plus proche en distance. Située au nord-ouest de l’agglomération secondaire antique, elle a été reconnue par un diagnostic en 2008 et a fait ensuite l’objet de deux fouilles limitées (Baguenier 2008). Dans une emprise de 30 000 m2, ont été identifiés un minimum de sept enclos fossoyés quadrangulaires orientés suivant les axes cardinaux. Aucun plan complet n’a été dégagé, mais les dimensions se situent entre 3,75 et 6 m de côté. Seul l’un d’entre eux a fait l’objet d’une fouille partielle et livre de la céramique brûlée dont la composition et la datation sont très similaires de celle de la rue du Rio (cf. supra). Ces enclos sont associés à des tombes d’enfants datées de la fin ier-début iie s., mais aucun dépôt de crémation n’a été reconnu. Les deux fouilles, mitoyennes, ont livré une inhumation d’adulte datée fin ier-début iie s., ainsi qu’un huitième enclos très arasé, associé à deux sépultures d’individus décédés en bas-âge de la première moitié du ier s. (Couvin 2016 ; Luberne 2019).

191La nécropole de Lazenay, située en périphérie de Bourges (Cher), est probablement associée à un habitat de plus haut statut. Fouillée de façon intégrale sur 15 000 m2, elle a livré plus de 700 sépultures dont la chronologie s’échelonne de La Tène C2/D1 au Bas-Empire (Troadec 1993 ; Augier et Moirin 2001 ; Durand 2005 : 125-130). Les études et les résultats de cette intervention restent très partiels. Au Haut-Empire, la nécropole se divise en deux espaces, l’un réservé aux inhumations d’individus décédés en bas-âge (126), à l’ouest, l’autre, aux dépôts de crémations d’enfants et d’adultes (150) à l’est. Ces derniers, en vase et en “pleine terre”, sont associés à une vaste aire de crémation. La chronologie de l’ensemble reste peu précise et concerne plus probablement les ier-début iie s. Néanmoins, les céramiques des sépultures des plus jeunes se rattachent à la première moitié du ier s. ap. J.-C. et dans une moindre mesure à la seconde moitié de ce même siècle et au début du suivant (Cadalen-Lesieur 2007). Aucun auteur ne s’attarde sur la vingtaine d’enclos quadrangulaires, de moins de 10 m de côté et pour certains ouverts à l’est, autour desquels semblent disposées les tombes. Seul Alexis Luberne, à l’occasion de la fouille de Levroux, se rappelle que “ les fossés des enclos recelaient de nombreux fragments de céramique et d’ossements calcinés ” (Luberne 2019 : 79-80).

192À Chartres (Eure-et-Loir), la fouille de la nécropole des Cinémas, datée de La Tène D2b et de la période augustéenne, a livré 22 enclos fossoyés dans une emprise de 3 000 m2 (Fissette et Hérouin 2017). Ces clôtures répondent à une même orientation, mais présentent des plans et des dimensions assez variables. Quadrangulaire, avec ou sans ouverture, ou parfois en agrafe, leur superficie varie de 3,5 à 224 m2. Certaines sont palissadées, d’autres non. Des dépôts de crémation, en vases ossuaires et en fosses, sont identifiés à proximité ou dans leur emprise, ainsi que des inhumations d’adulte et de jeunes enfants. L’un de ces enclos semble délimité un bûcher, alors que les fossés d’un autre livrent des résidus de crémation (Fissette et Hérouin 2017 : 225, fig. 142, nos 52099 et 25 487). L’étude de cette fouille est toujours en cours.

193La publication de l’ensemble funéraire de l’ancienne caserne Gouraud à Soissons (Aisne), en 2012, a fourni un nouvel éclairage sur les structures fouillées rue du Rio (Gissinger 2012). Sur cette fouille de 1 200 m2 se succèdent quatre phases comprises entre le début du ier s. et le milieu du iie s. ap. J.-C. Si les deux premières sont marquées par la prédominance des inhumations, majoritairement de jeunes enfants, les deux suivantes montrent une inversion au profit de la crémation. La charnière semble se situer à la période flavienne. L’essor de cette pratique est illustré par la multiplication des enclos fossoyés, d’abords quadrangulaires, puis circulaires et pour les plus récents en fer à cheval. Les 23 enclos quadrangulaires de la phase III retiennent plus particulièrement notre attention car, orientés selon les points cardinaux, avec des dimensions de 3,66 à 11,76 m2 et des comblements charbonneux livrant des résidus de crémation, ils sont très semblables à ceux de la rue du Rio (Gissinger 2012 : 28-29). Autour de ces structures sont disséminées des inhumations d’enfants, souvent très jeunes, et des sépultures à dépôt de crémation. Les enclos plus récents, de plan circulaire, témoignent de la perduration d’une même pratique jusque probablement dans le courant du iie s. ap. J.-C.

Conclusion

194En raison de moyens limités et d’un fort arasement, les vestiges de l’ensemble funéraire de la rue du Rio ont longtemps posé question quant à leur interprétation. Néanmoins, en dépit des difficultés rencontrées, cette intervention a permis de mettre en évidence une forme de structure de crémation, l’enclos-bûcher, inédite lors de la fouille. Ces résultats, associés à ceux anciens de l’ensemble des Ripottes, fournissent un nouvel éclairage sur les rites funéraires pratiqués à Argentomagus durant la première moitié du ier s. de notre ère.

195Treize enclos, dont cinq les plus complets et les mieux documentés, présentent des plans et livrent des résidus très similaires. Avec un adulte et un immature, les dépôts de crémations sont sous-représentés et l’on peut supposer qu’une large partie, peu enfouie, a disparu. Au regard de ce que l’on connaît par ailleurs en territoire biturige, on peut également envisager des dépôts difficilement perceptibles dans des contenants périssables.

196Les résidus des bûchers régalés dans les fossés témoignent de rituels similaires, mis en œuvre par des groupes sociaux de même statut (famille ou corporation). La localisation de l’espace funéraire et les indices mobiliers collectés renvoient à une population urbaine qui a accès à une alimentation carnée variée et de qualité, consomme du vin importé de Tarraconaise, emploie largement la céramique sigillée et des formes culinaires dont l’adoption par le plus grand nombre ne sera que plus tardive. De même, la présence de vases à parfum en verre et en céramique ou l’identification du pain pignon, indiquent une assimilation précoce de certains usages romains, si ce n’est d’un statut social relativement élevé des défunts. Parallèlement, des cervicales de chien associées à des dépôts de crémations, ainsi que la collecte de restes erratiques de cheval dans des fossés semblent illustrer la survivance de pratiques plus anciennes.

197Le nombre de vases des dépôts primaires témoigne de la quantité et de la diversité des mets proposés (vin, viandes, pain et galette, céréales, légumineuses et fruits), ou encore du nombre de participants aux funérailles. Cette importance numérique peut être révélatrice de l’envergure sociale des défunts. À l’inverse, ces résidus se caractérisent par un faible nombre d’objets personnels. En Rhône-Alpes-Auvergne, les bûchers que l’on peut qualifier d’ostentatoire semblent plus nombreux à la période julio-claudienne et disparaissent ensuite avec l’adoption de la pratique de la crémation par une plus large partie de la population (Blaizot 2009 : 337). Si les vases ossuaires de la rue du Rio sont en apparence de forme simple, situés au sein d’espaces privés que l’on suppose la propriété de groupes familiaux ou sociaux, ils occupent une place privilégiée le long d’un axe ou d’un espace public. Par ailleurs, les localisations des sépultures des plus jeunes ne semblent pas relever d’une forme d’opportunisme, mais s’insérer dans cette même trame.

198Cet espace funéraire est fréquenté durant une courte période, des années 15/20 à 50/60 ap. J-C., soit environ deux générations. Comme le site des Ripottes qu’il prolonge, il connaît un abandon rapide, probablement en relation avec le développement de l’agglomération en dehors des limites de l’ancien oppidum. La seconde moitié du ier s. pourrait correspondre à la construction d’un premier édifice public à l’emplacement de l’amphithéâtre et au développement plus important de la ville sur le plateau des Courantes. Les structures antiques postérieures à l’occupation funéraire sont rares. Leur implantation en dehors des concentrations de vestiges suggère une forme de mémoire du lieu.

Haut de page

Bibliographie

Allain, Fauduet et Tuffreau-Libre 1992

Allain J., Fauduet I. et Tuffreau-Libre M. (dir.) - La nécropole gallo-romaine du Champ de l’Image à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), Mémoire I du Musée d’Argentomagus, 3e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Musée d’Argentomagus, RACF, Saint-Marcel, Tours, 237 p.

Arveiller-Dulong 1992

Arveiller-Dulong V. - Le verre, in : Allain, Fauduet et Tuffreau-Libre 1992 : 145-158.

Augier et Moirin 2001

Augier L. et Moirin A. - Des tombes laténiennes à l’origine d’une nécropole antique, la fouille du Chemin de la Rottée, 1991-1997, in : Buchsenschutz O. et Ralston I. (dir.), Occupation de l’âge du Fer dans la vallée de l’Auron, 22e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 57-73.

Baguenier 2008

Baguenier J.-Ph. (dir.) - Levroux “ Le Bois Maussant ” (Indre), Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 63 p., 68 fig.

Bails 2014

Bails N. - Les imbrices : des sépultures d’enfants ?, in : Barbet G., Joan L. et Ancel M.-J. (dir.), La nécropole gallo-romaine des “ Charmes d’Amont ” à Tavaux (Jura), Éditions Monique Mergoil, Montagnac : 199-207 (Collection Archéologie et Histoire Romaine ; 27).

Batigne-Vallée, Bet et Roma 2016

Batigne-Vallée C., Bet Ph. et Roma V. - Production et consommation au sein du groupe des ateliers de la route de Maringues à Lezoux, l’exemple du terrain Pion, in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès d’Autun, Marseille : 639-657.

Bats 1988

Bats M. - Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 - v. 50 av. J.-C.), Modèles culturels et catégories céramiques, 18e Supplément à le Revue Archéologique de Narbonnaise, CNRS éditions, Paris, 272 p., 72 pl.

Béal 1983

Béal J.-C. - Catalogue des objets de tabletterie du musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Centre d'études romaines et gallo-romaines de l'Université Jean Moulin Lyon III, nouvelle série, 1, De Boccard, Paris, 421 p., 71 pl.

Bémont, Jeanlin et Lahanier 1993

Bémont C., Jeanlin M. et Lahanier C. (dir.) - Les figurines en terre cuite gallo-romaines, Éditions de la MSH, Paris, 307 p. (Document d’Archéologie Française ; 38).

Béguin et Le Goff 2001

Béguin F. et Le Goff I. - La ZAC du Vieux Domaine (Vierzon, Cher), une nécropole à incinération du iie siècle chez les Bituriges Cube, Rapport de fouille, Afan, Orléans, SRA Centre, 149 p.

Bel 2002

Bel V. (dir.) - Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule, la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, Lattes, 539 p. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne ; 11).

Bertrand et al. 1997

Bertrand E., Elaigne S., Desbat A. et Schmitt A. - L’atelier de la Butte, in : Desbat A. (dir.), Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. II : Les ateliers du ier s. après J.-C., Gallia, 54, CNRS Éditions, Paris : 5-43.

Bet 1988

Bet Ph. - Groupes de production et potiers de Lezoux (Puy-de-Dôme) durant la période gallo-romaine, Thèse présentée à l’École Pratique des Hautes Études en Sciences Historiques et Philologiques, Sorbonne, Paris, vol. 2, 291 p.

Bet 1994

Bet Ph. - Les productions céramiques antiques de Lezoux, in : Provost M. et Mennessier-Jouannet C., Carte Archéologique de la Gaule, Le Puy-de-Dôme (63/2), MSH, Paris : 117-127.

Bet et Delor 2000

Bet Ph. et Delor A. - La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire. Révision décennale, in : Rivet L. (dir.), Société Française pour l’Étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du Congrès de Libourne, Marseille : 461-484.

Blaizot 2009

Blaizot F. (dir.) - Pratiques et espaces funéraires dans le Centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Gallia, 66-1, CNRS éditions, Paris, 383 p.

Blaizot et Bonnet 2007

Blaizot F. et Bonnet Ch. - Traitements, modalités de dépôt et rôle des céramiques dans les structures gallo-romaines, in : Baray L., Brun P. et Testart A. (dir.), Pratiques funéraires et Sociétés, Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale, Actes du colloque de Sens, 12-13-14 juin 2003, Éditions Universitaires de Dijon, Dijon : 207-228 (Collection Art, Archéologie et Patrimoine).

Blaizot et Martin-Dupont 2006

Blaizot F. et Martin-Dupont S. - L'ensemble funéraire de Beaume à Châteauneuf-sur-Isère : caractérisation et hypothèses d’interprétation, in : Maufras O. (éd.), Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.), Paris : 39-60 (Documents d’Archéologie Française ; 98).

Blaizot et Tranoy 2004

Blaizot F. et Tranoy L. - La notion de sépulture au Haut-Empire : identification et interprétation des structures funéraires liées aux crémations, in : Baray L. (dir.), Archéologie des pratiques funéraires : approche critique, Actes de la table ronde de Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, Bibracte, 9, Glux-en-Glenne : 171-187.

Bonnabel et Carré 1996

Bonnabel L. et Carré F. (éd.) - Rencontre autour d’un linceul, Compte-rendu de la journée d'étude organisée par le GAAFIF et le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie (Paris, le 5 avril 1996), Bulletin de liaison du Groupe d'anthropologie et d’archéologie funéraire en Île-de-France, numéro spécial, 102 p.

Bouby et Marinval 2004

Bouby L. et Marinval Ph. - Fruits and seeds from Roman cremations in Limagne (Massif Central) and spatial variability of plant offerings in France, Journal of Archaeological Science, 1-10.

Briand et al. 2013

Briand A., Dubreucq E., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V. et Tisserand N. - Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum, in : Fort B. et Tisserand N. (dir.), Le mobilier métallique et l’instrumentum : approches méthodologiques, Les Nouvelles de l’Archéologie, dossier no 131, mars 2013, Éditions de la MSH : 14-19.

Brissaud 1993

Brissaud L. - Sépultures et habitats gallo-romains en Bas-Berry, in : Ferdière A. (dir.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (ier s. av. J.-C.-ve s. ap. J.-C.), Actes du Colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 février 1992, 6e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 255-263.

Cadalen-Lesieur 2007

Cadalen-Lesieur J. - Les céramiques dans les sépultures d'enfants du Haut-Empire de la nécropole de Lazenay près de Bourges, in : Tuffreau-Libre M. (dir.), La céramique gallo-romaine entre Loire et Creuse, 31e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 187-207.

Centlivres Challet 2016

Centlivres Challet C.-E. - Tire-lait ou biberons romains ? Fonctions, fonctionnalités et affectivité, L’Antiquité Classique, 85 : 157-180.

Chimier 2009

Chimier J.-Ph. (dir.) - La nécropole gauloise et gallo-romaine de la Haute Cour, ensemble 2, Esvres-sur-Indre, Indre-et-Loire, rue du Chamoine Noël Carlotti, Rapport de fouille, volume 1, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 203 p.

Cohen 1882-1892

Cohen H. - Description historique des monnaies frappées sous l’Empire Romain, 8 vol., Paris, 1882-1892.

Cohen-Julien et al. 1998

Cohen-Julien M., Quenardel J.-M., Lerouge G., Lorenz J., Macaire J.-J., Freytet P., Maget P. et Debrand-Passard S. - Carte géologique de la France au 1/50 000, feuille Argenton-sur-Creuse, 593, Orléans BRGM, carte et notice explicative, 168 p.

Corrocher 1994

Corrocher J. - Les vases plastiques à vernis plombifère du ier s. ap. J.-C., Antiquités Nationales, 26 : 119-127.

Corsiez 2016

Corsiez A. - Des amphores pour les morts, la nécropole de la caserne Gouraud à Soissons (Aisne), ier-iie s. ap. J.-C., in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès d’Autun, Marseille : 381-392.

Coulon 2003

Coulon G. - L’emmaillotage, in : Gourevitch D., Moirin A. et Rouquet N. (dir.), Maternité et petite enfance dans l’antiquité romaine, Catalogue de l’exposition au Musée d’Histoire Naturelle (6 novembre 2003-28 mars 2004), Bituriga, Catalogue 2003-1, Éditions de la Ville de Bourges : 152-154 et 202-203.

Coulon 2004

Coulon G. - L’enfant en Gaule romaine, 2e édition revue et augmentée, Errance, Hespérides, Paris, 207 p.

Coulon et Holmgren 1992

Coulon G. et Holmgren J. - Carte Archéologique de la Gaule, L’Indre (36), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 240 p.

Couvin 2005

Couvin F. - Premier aperçu de la céramique du Val de Loire au ier s. de notre ère, au regard de fouilles récentes des secteurs d’Orléans, Blois et Tours, in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de Blois, Marseille : 99-138.

Couvin 2006

Couvin F. - La céramique pré-flavienne de la fouille du Lycée Descartes à Tours (Indre-et-Loire), in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de Pézenas, Marseille : 559-568.

Couvin 2008

Couvin F. - La céramique du Val de Loire au ier s. de notre ère (seconde partie), in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de l’Escala-Empúries, Marseille : 401-436.

Couvin 2012

Couvin F. - Céramiques culinaires du Val de Loire au Haut-Empire (ier-iiie s.), in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de Poitiers, Marseille : 149-166.

Couvin 2016

Couvin F. (dir.) - Levroux (Indre), “ rue des Bergeronnettes ”, parcelle P1403, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre-Val de Loire, 94 p.

Couvin et Riquier 2007

Couvin F. et Riquier S. - Éléments du répertoire gallo-romain précoce en territoire turon, in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de Langres, Marseille : 477-500.

Couvin et al. 2007

Couvin F., Delémont M., Durand R. et Poupon F. - Le site funéraire de Saint-Marcel “ Les Palais ” (rue du Rio) (36.200.080.AH), Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 98 p., 28 pl.

Couvin et al. 2018

Couvin F., Delémont M., Fontaine A. et Gardère Ph. - Note sur la découverte d’un petit monument funéraire à proximité d’une villa, à La Chapelle-Vendômoise (Loir-et-Cher), Revue Archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 57 | 2018, mis en ligne le 27 novembre 2018, consulté le 09 janvier 2020, URL : http://journals.openedition.org/racf/2969

Crawford 1974

Crawford M. - Roman republican coinage, 2 vol., Cambridge University Press, 944 p.

de Belvata Balasy et Trébuchet 2007

de Belvata Balasy Ch. et Trébuchet É. - Saint-Marcel (Indre), “ Chemin de la Couture ”, parcelle AT 47, Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 32 p., 35 fig.

Delage 1998

Delage R. - Première approche de la diffusion des céramiques sigillées du Centre de la Gaule en occident romain, in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès d’Istres, Marseille : 271-314.

Delémont et Poupon 2014

Delémont M. et Poupon F. - Dépôts particuliers dans une sépulture à crémation du ier s. ap. J.-C. de l’ensemble funéraire du Rio, parcelle des Palais, à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), in : Bede I. et Detante M. (dir.), Rencontre autour de l’animal en contexte funéraire, Actes de la 4e rencontre du Groupe d’archéologie et d’anthropologie funéraire, Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), 30-31 mars 2012, Publications du GAAF, 4, Saint-Germain-en-Laye : 125-131.

Denajar 2005

Denajar L. - Carte archéologique de la Gaule, l’Aube (10), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 704 p.

Demierre et al. 2013

Demierre M., Dubreucq E., Girard B. et Roux É. - La quantification des mobiliers d’instrumentum, in : Fort B., Tisserand N. (dir.), Le mobilier métallique et l’instrumentum : approches méthodologiques, Les Nouvelles de l’Archéologie, dossier n° 131, mars 2013, éditions de la MSH : 10-14.

Desbat et Genin 1996

Desbat A. et Genin M. - Les ateliers précoces et leurs productions, in : Desbat A., Genin M. et Lasfargues J. (dir.), Les productions de potiers antiques de Lyon. I : Les ateliers précoces, Gallia, 53, CNRS éditions, Paris : 219-241.

De Tommaso 1990

De Tommaso G. - Ampullae vitreae, Contenitori in vetro di unguenti e sostanze aromatiche dell’Italia Romana (I sec. a.C.- III sec. d.C.), Archaeologica, 94, Rome, Giorgio Bretschneider, 133 p.

Dumasy et Paillet 2002

Dumasy F. et Paillet P. (dir.) - Argentomagus : nouveau regard sur la ville antique, Catalogue de l’exposition (13 juillet-17 novembres 2002), Musée archéologique d’Argentomagus, Saint-Marcel, 200 p.

Dumasy 2013

Dumasy F. (dir.) - Argentomagus, La ville se dévoile, 25 années de recherches archéologiques, Catalogue de l’exposition (5 juillet-15 décembre 2013), Musée archéologique d’Argentomagus, 174 p.

Dumasy et Lebrun 2013

Dumasy F. et Lebrun L. - Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), contraintes du site et dynamiques urbaines, in : Gandini C. et Laüt L. (dir.), Regards croisés sur le Berry ancien : sites, réseaux et territoires, 45e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 45‑57.

Durand 2005

Durand R. - La mort chez les Bituriges Cubes. Approches archéologiques et données biologiques d’une cité de Gaule romaine, Thèse de doctorat, vol. 1, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 482 p.

Durand 2013a

Durand R. - La nécropole du Champ de l’Image et les pratiques funéraires à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre) : données anciennes et nouvelles approches, in : Ferdière A. (éd.), Ensembles funéraires gallo-romains de la Loire moyenne, II, 44e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 25‑50.

Durand 2013b

Durand R. - Inhumer aux rythmes de la ville, in : Dumasy F. (dir.), Argentomagus, La ville se dévoile, 25 années de recherches archéologiques, Catalogue de l’exposition (5 juillet-15 décembre 2013), Musée archéologique d’Argentomagus, Saint-Marcel : 120-121.

Eneau 2002

Eneau T. - Les objets en fer du sanctuaire gallo-romain du Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne), Mémoire de l’Association des Publications Chauvinoises, 21, Chauvigny, 114 p.

Fauduet et Tuffreau-Libre 1992

Fauduet I. et Tuffreau-Libre M. - La nécropole des Ripottes (Saint-Marcel, Indre), in : Allain J., Fauduet I. et Tuffreau-Libre M. (dir.), La nécropole gallo-romaine du Champ de l’Image à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), Mémoire I du Musée d’Argentomagus, 3e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours : 219-228.

Feugère 1985

Feugère M. - Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du ve ap. J.-C., 12e Supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, Paris, 509 p.

Fissette et Hérouin 2017

Fissette S. et Hérouin S. - Une nécropole à enclos, crémations et inhumations, datée de la transition La Tène D2b - époque augustéenne (Chartres, Eure-et-Loir, France), in : Hanut F. (dir.), Du bûcher à la tombe, diversité et évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles à crémation de la période gallo-romaine en Gaule septentrionale, Institut du patrimoine de Wallonie, Namur : 223-234 (Études et documents, Archéologie ; 36).

Foy et Fontaine 2003

Foy D. et Fontaine S. - Les gestes et la manière, petit répertoire des techniques, in : Foy D. (dir.), Cœur de verre, production et diffusion du verre antique, Infolio, Lyon : 60-77.

Foy et Nenna 2001

Foy D. et Nenna M.-D. (dir.) - Tout feu tout sable, mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Musées de Marseille, Edisud, Marseille, Aix-en-Provence, 255 p.

Gay et al. 2018

Gay J.-Ph., Barthélémy-Sylvand C., Linger-Riquier S. et Villenave C., avec la coll. de Bayle G., Canny D., Chambon M.-P. et Pradat B. - Traditions cultuelles gauloises et romaines dans un enclos funéraire à Épieds-en-Beauce (Loiret), in : Ballet P., Lemaître S. et Bertrand I. (dir), De la Gaule à l’orient méditerranéen. Fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte, Presses Universitaires de Rennes, Institut Français d’Archéologie Orientale, Rennes : 215-223 (Collection Archéologie et Culture).

Genin, Lasfargues et Picon 1996

Genin M., Lasfargues J. et Picon M. - Corpus des marques lyonnaises sur sigillées et imitation de sigillée, in : Desbat A., Genin M. et Lasfargues J. (dir.), Les productions de potiers antiques de Lyon. I : Les ateliers précoces, Gallia, 53, CNRS Éditions, Paris : 193-217.

Genin 2007

Genin M. (dir.) - La Graufesenque (Millau, Aveyron), vol. 2, sigillées lisses et autres productions, Fédération Aquitania, Études d’Archéologie Urbaine, Pessac, 589 p.

Gissinger 2012

Gissinger B. (dir.), Robin N., Corsiez A., Filipiak B., Kaurin J., Lepetz S. et Zech-Matterne V. - Fouille d'un quartier funéraire des ier et iie s. dans le suburbium de Soissons/Augusta Suessionum : aires de crémation et inhumations d'enfants, in : Van Andringa W. (éd.), Nécropoles et sociétés : cinq ensembles funéraires des provinces de Gaule (ier-ve s. ap. J.-C.), Gallia, 69, CNRS Éditions, Paris : 3-67.

Grand 1995

Grand K. - Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, 34 : 177-194.

Guiot 2003

Guiot Th. - Saint-Marcel (Indre), route du Rio, parcelles AV 26 et 27, Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 7 p., 5 pl.

Guiot et Raux 2003

Guiot Th. et Raux S. - Saint-Marcel, “ Les Palais ” (Rue du Rio) (Indre) (36.200.080. AH), Rapport de diagnostic, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre, 9 p., 10 pl.

Hawkes et Hull 1947

Hawkes C. et Hull M. - Camulodunum, first report on the excavation at Colchester, 1930-1939, Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London, XIV, Oxford.

Hoffmann s. d.

Hoffmann B. - Catalogue des estampilles sur vaisselle sigillée : 3ème partie (les ateliers d’Arezzo et de Pouzzoles), Notice technique ; 23, Touring-Club de France, Paris, 35 p.

Hummel, Schutkowski et Herrmann 1988

Hummel S., Schutkowski H. et Herrmann B. - Advances in cremation research, in : Buchet L. (dir.), Anthropologie et histoire ou anthropologie historique ? Actes des troisièmes journées anthropologiques de Valbonne (28-30 mai 1986), Notes et Monographies Techniques, 24, CNRS Éditions, Paris : 177-194.

Isings 1957

Isings C. - Roman glass from dated finds, J. B. Wolters, Groningue-Djakarta, 185 p.

Jaeggi 2012

Jaeggi S. - Le “ cimetière de bébés ” d’Alésia : un mobilier funéraire inédit, in : Hermary A. et Dubois C. (éd.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité, III, Le matériel associé aux tombes d’enfants, Actes de la table ronde internationale organisée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, 20-22 janvier 2011, Édition Errance, Centre Camille Jullian, Arles : 225-241 (Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine ; 12).

Krogman 1978

Krogman W.-M. - The Human Skeleton in Forensic Medecine, 63e édition, Charles C. Thomas, Springfield, Illinois, 337 p.

Lallemand et Tuffreau-Libre 2005

Lallemand D. et Tuffreau-Libre M. - La céramique “ type Besançon ” en Gaule centrale, in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès Blois, Marseille : 63-82.

Laubenheimer 1985

Laubenheimer F. - La production des amphores en Gaule Narbonnaise sous le Haut-Empire, Centre de Recherches et d’Histoire Ancienne, 66, Paris, 466 p.

Laubenheimer 1999

Laubenheimer F. - Les amphores, in : Pautreau J.-P. (dir.), Un ensemble aristocratique du premier siècle, Musées de la ville de Poitiers et de la Société des Antiquaires de l’Ouest : 62-69.

Lepetz 1996

Lepetz S. - L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord, Revue Archéologique de Picardie, no spécial, 12, Amiens, 174 p.

Lepetz 2013

Lepetz S. - Offrandes carnées sur les bûchers et restes de repas autour des tombes, témoignage des os animaux, in : Van Andringa W. et al. (dir.), Mourir à Pompéi, Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), volume 2, Collection de l’École Française de Rome, 468 : 1367-1400.

Lepetz et Van Andringa 2004

Lepetz S. et Van Andringa W. - Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines, l’apport conjoint des os et des textes, in : Baray L. (dir.), Archéologie des pratiques funéraires, Approches critiques, Bibracte, 9 : 161-170.

Lignereux et Peters 1996

Lignereux Y. et Peters J. - Techniques de boucherie et rejets osseux en Gaule romaine, Anthropozoologica, 24 : 45-98.

Luberne 2019

Luberne A. (dir.) - Levroux (Indre), “ Le Bois Maussant ”, fouille de la parcelle P1402, Rapport de fouille, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre - Val de Loire, 133 p.

Marinval 1993

Marinval Ph. - Étude carpologique d'offrandes alimentaires végétales dans les sépultures gallo-romaines : réflexions préliminaires, in : Ferdière A. (dir.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du Colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 février 1992, 6e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 45-65.

Matterne 2001

Matterne V. - Agriculture et alimentation végétale durant l'âge du Fer et l'époque gallo-romaine en France septentrionale, Éditions Monique Mergoil, Montagnac, 310 p.

McKinley 1993

McKinley J. I. - Bone Fragment Size and Weights of Bone from Modern British Cremations and its Implications for the Interpretation of Archaeological Cremations, International Journal of Osteoarchaeology, 3 : 203-287.

Menez 1985

Menez Y. - Les céramiques fumigées de l'Ouest de la Gaule, Cahiers de Quimper Antique, 2, 127 p., 44 pl.

Menez 1989

Menez Y. - Les céramiques fumigées (Terra nigra) du Bourbonnais, étude des collections de Néris-les-Bains et Châteaumeillant, Revue Archéologique du Centre de la France, 28, 2 : 117-178.

Méniel 1998

Méniel P. - Les animaux et l’histoire d’un village gaulois, Mémoire de la Société Archéologique Champenoise (collection Site protohistorique d’Acy-Romance, Ardennes, 3), 176 p.

Méniel 2001

Méniel P. - Les Gaulois et les animaux, Élevage, repas et sacrifice, Errance (Collection des Hespérides), Paris, 128 p.

Moirin 2005

Moirin A. - La vaisselle en verre dans la cité des Bituriges Cubes entre le ier et le viie s. de notre ère, production, diffusion, utilisations, Thèse de doctorat, 4 volumes, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Moorrees, Fanning et Hunt 1963a.

Moorrees C.F.A, Fanning E.A. et Hunt E.E. - Formation and resorption of three deciduous teeth in children, American Journal of Physical Anthropology, 19 : 99-108.

Moorrees, Fanning et Hunt 1963b.

Moorrees C.F.A, Fanning E.A. et Hunt E.E. - Age variation of formation stages for ten permanent teeth, Journal of Dental Research, 42 : 1490-1502.

Olive 2002

Olive C. - Les dépôts animaux, in : Bel V. (dir.), Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule, la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 11, Lattes : 130-139.

Passelac et Vernhet 1993

Passelac M. et Vernhet A. - Céramique sigillée sud-gauloise, in : Py M. (dir.), Dicocer, Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale (viie s. av.-viie s. ap. J.-C.), Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, Lattara, 6, réédité 2007 : 569-580, consulté le 31/08/2015, [en ligne], http://syslat.on-rev.com/ArcheOnLine/PUB1/PUB000147.pdf

Poulain-Josien et Chaix 1992

Poulain-Josien Th. et Chaix L. - La faune, in : Allain J., Fauduet I. et Tuffreau-Libre M. (dir)., La nécropole gallo-romaine du Champ de l’Image à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), Mémoire I du Musée d’Argentomagus, 3e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours : 213-218.

Protocole Beuvray 1998

Protocole de quantification des céramiques, in : Arcelin P. et Tuffreau-Libre M. (dir.), La quantification des céramiques, conditions et protocole, Actes de la table-ronde du Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray (Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998), Bibracte, 2 : 141-157.

Py 1993

Py M. - Unguentariums, in : Py M. (dir.), Dicocer, Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale (viis. av., viie s. ap. J.-C.), Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, Lattara, 6, réédité 2007 : 581-584, consulté le 31/08/2018, [en ligne], http://syslat.on-rev.com/ArcheOnLine/PUB1/PUB000148.pdf

RIC - Roman Imperial Coinage, 10 vol., Londres, 1923-2007.

Riquier 2004

Riquier S. - La nécropole gauloise de “ Vaugrignon ” à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, 43 : 21-113.

Riquier et Salé 2006

Riquier S. et Salé Ph. - La nécropole du Haut-Empire de Tavant (Indre-et-Loire), in : Ferdière A. (éd.), Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre, 1, 29e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 7-108.

Rouquet-Richard 1999

Rouquet-Richard N. - La céramique commune, in : Pautreau J.-P. (dir.), Un ensemble aristocratique du premier siècle, Musées de la ville de Poitiers et de la Société des Antiquaires de l’Ouest, Poitiers : 85-94.

Rouquet et Loridant 2000

Rouquet N. et Loridant F. - Notes sur les biberons en Gaule romaine, in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de Libourne, Marseille : 425-440.

Silvino et Poux 2005

Silvino T. et Poux M., avec la coll. de Garnier N. - Où est passé le vin de Bétique ? Nouvelles données sur le contenu des amphores dites “ à sauces de poisson et à saumures ” de type Dressel 7-11, Pompéi VII, Beltrán II (ier s. av. J.-C. - iie s. ap. J.-C.), in : Rivet L. (dir.), SFECAG, Actes du Congrès de Blois, Marseille : 501-514.

Thiol, Duschesne et Belbenoit 1994

Thiol S., Duschesne S. et Belbenoit V. - Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), nécropole des Pommeurs (36.200.036.AH), Rapport de fouille de sauvetage urgent, Orléans, SRA Centre.

Thiol et Rottier 2016

Thiol S. et S. Rottier S. - Saint-Marcel (Indre), Les Ripottes, rue du Rio, parcelle AS 51, Rapport de fouille programmée, Orléans, SRA Centre - Val de Loire, 119 p. 39 fig.

Troadec 1993

Troadec J. - Le complexe funéraire de Lazenay-Bourges (Cher), in : Ferdière A. (dir.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (ier s. av. J.-C. - ve s. ap. J.-C.), Actes du Colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 février 1992, 6e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours : 313-318.

Tuffreau-Libre 2001

Tuffreau-Libre M. - Richesses enfouies, céramiques gallo-romaines du Musée du Château de Blois, Catalogue de l’exposition (novembre 1997 - juin 1998), Blois, 106 p.

Ubelaker 1978

Ubelaker D.-H. - Human Skeletal Remains, Excavation, Analysis, Interpretation, Taraxacum, Washington, 1978.

Haut de page

Annexe

Catalogue des monnaies (Michel Barret)

Iso 1, us1000

Denier, 146 av. J.-C., Catulus Autestius (magistrat monétaire), Rome, argent.

Avers : Tête casquée de Rome à droite, devant X peu visible, derrière [C ANTESTI]

Revers : Les dioscures, Castor et Polux à cheval, galopant à droite, nus avec le manteau flottant sur l’épaule, coiffés d’un bonnet surmonté d’une étoile, tenant chacun une javeline, en dessous chien à droite les deux pattes avant levées. Marque de contrôle en T.

Réf. : Crawford 219/1.

Iso 2, F47, us1048

Auguste, Semis, 15-10 av. J.-C., Lyon, cuivre.

Avers : Buste lauré d’Auguste à droite. Légende fruste, reste CAESAR AVGVSTVS D.

Revers : ROM ET AVG, Autel de Lyon.

Réf. : Cohen 238.

Iso 67, F67, us1092

Auguste et Agrippa, demi Dupondius ou As, 8-3 av. J.-C., Gaule, Nîmes, 3e émission.

Avers : [I]MP // DIVI F. Imperator Divi Filius (Empereur fils du divin Jules). Tête d’Agrippa à gauche coiffée d’une couronne rostrale.

Revers : [COL]-NEM (Colonie de Nîmes). Crocodile enchaîné à un palmier qui est surmonté d’une couronne. Sous le crocodile reste des deux palmettes.

Réf. : Ric 2/158.

Iso 3, F88, us1118

Auguste divinisé, Dupondius, 22-23/30 ap. J.-C., Rome.

Avers : Buste radié d’Auguste à gauche, DIVVS AVGVSTVS PATER.

Revers : Autel, PROVIDENT SC

Réf. : Cohen 228.

Iso 4, F88, us1118

Monnaie illisible.

Iso 5, F98, us1131

Auguste et Agrippa, demi Dupondius ou As, 8-3 av. J.-C., Gaule, Nîmes, 3e émission.

Avers : [I]MP // DIVI F. Imperator Divi Filius (Empereur fils du divin Jules). Tête d’Agrippa à gauche coiffée d’une couronne rostrale.

Revers : [COL]-NEM (Colonie de Nîmes). Crocodile enchaîné à un palmier qui est surmonté d’une couronne. Sous le crocodile reste des deux palmettes.

Réf. : Ric 2/158.

Iso 6, F255, us2018

Tibère, As à l’autel de Lyon, 12-14 ap. J.-C., Gaule, Lyon.

Avers : Monnaie fruste mais on reconnaît la tête laurée de Tibère à droite. Légende illisible.

Revers : Reste de quelques traces de l’autel de Lyon et de la légende ROM ET AVG (à Rome et Auguste).

Réf. : Cohen 37, Ric 245.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation de la fouille.
Crédits Extrait IGN
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 2 - Carte archéologique d’Argentomagus.
Crédits Extrait de Dumasy et Lebrun 2013 : 55, fig. 7
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Fig. 3 - Plan rapproché de la carte archéologique, rue du Rio.
Crédits Extrait cadastral, restitution graphique : F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 4 - Plan de la fouille des Ripottes de R. Albert.
Crédits Extrait de Fauduet et Tuffreau-Libre 1992 : 220, fig. 101
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 - Plan des vestiges par période.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 6 - Plan des vestiges funéraires par type.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 7 - Caractéristiques des enclos E1 à E13.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Fig. 8 - Vue de la fouille depuis le sud-est.
Crédits © F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Fig. 9 - Céramiques fines et amphores des enclos E1 à E13.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 10 - Objets, verres, ossements et macrorestes des enclos E1 à E13.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 11 - Plan et coupes de E1.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 12 - E1 depuis le nord.
Crédits © F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 13 - Détail de l’angle sud-est de E1 depuis l’est.
Crédits © M. Delémont, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 14 - Plan et coupes de E2, E3, E4, E5 et E6.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 15 - Plan et coupes de E7 et E8.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 16 - E8 depuis le sud.
Crédits © J. Tricoire, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 927k
Titre Fig. 17 - Plan et coupes de E9.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 18 - Plan et coupes de E10, E11, E12 et E13.
Crédits Topographie : P. Mahy, Inrap. DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 19 - Caractéristiques des sépultures.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 20 - Dépôts mobiliers des sépultures.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 21 - Plan, coupe et mobilier du dépôt de crémation F95.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 22 : Restes osseux du vase ossuaire F95.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 23 - Plan, coupe et mobilier du dépôt de crémation F131.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 24 - Dépôt de crémation F131 depuis le sud.
Crédits © M. Delémont, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Fig. 25 - Restes osseux du vase ossuaire F131.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 26 - Plan, coupe et mobilier de l’inhumation F33.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 27 - Restitution anatomique de l’individu de la sépulture F33.
Crédits © M. Delémont, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 28 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F47.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 29 - Plan de la sépulture F60.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 30 - Restitution anatomique de l’individu de la sépulture F60.
Crédits © M. Delémont, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 31 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F73.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 32 - Plan, coupe et mobilier des sépulture F97 et F98.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 33 - F97 et F98 depuis le sud.
Crédits © M. Delémont, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 34 - Plan, coupe et mobilier de la sépulture F100.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 35 - Plan, coupes et mobilier de la sépulture F255.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 36 - Plan et coupe de F62.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 37 - Plans et coupes de F129 et F130.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 38 - Faits F129 et F130, vus depuis l’ouest (M. Delémont).
Crédits © M. Delémont, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 39 - Plan et coupe de F41.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 40 - Plans et coupes de F39 et F40.
Crédits DAO : V. Chollet, F. Couvin, J. Tricoire, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 41 - Répartition de la céramique par catégorie (en % du NMI).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 42 - Céramiques des enclos : 1-7 : sigillée pâte siliceuse, 8 : sigillée pâte calcaire, 9 : fine calcaire : 10 : fine siliceuse type Lyon, 11 : fine engobée blanc, 12-13 : type Beuvray, 14 : peinte type Roanne, 15 : engobée rouge, 16-26 : terra nigra, 27-31 : enduit rouge pompéien (F. Couvin).
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 43 - Céramiques des enclos : 1-3 : enduit rouge pompéien, 4-7 : commune claire engobée blanc, 8-13 : pâte brune orangé, 14 : amphore régionale engobée blanc, 15-16 : amphore de Tarraconaise, 17 : commune sombre, 18-19 : type Besançon.
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 44 - Répartition de la céramique par type fonctionnel (en % du NMI).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 45 - Restitution de l’assemblage céramique collecté dans les fossés de l’enclos E1.
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 46 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de nouveau-nés de la rue du Rio.
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 47 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de Levroux, Le Bois-Maussant.
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 48 - Répartition typo-fonctionnelle des dépôts céramiques des tombes de Esvres, La Haute Cour.
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 49 - Répartition du verre par domaine et couleur (NR).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 50 - Restitution graphique des récipients en verre.
Crédits M. Guérit, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 51 - Perle en verre issue de F49.
Crédits © N. Holzem, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 52 - Fibules en alliage cuivreux issues de F98 (n° 1) et du décapage (no 2).
Crédits © D. Canny, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 53 - Épingles en alliage cuivreux issues de la campagne de la fouille programmée de la parcelle AS 51.
Crédits I. Bourdareau, Inrap, extraits de Thiol et Rottier 2016 : 46, fig. 26-27
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 54 - Éléments de tabletterie, jetons et baguettes facettées.
Crédits © N. Holzem, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 55 - Anneaux et sections d’anneaux en fer (nos 2-5), en alliage cuivreux (nos 1 et 6-8).
Crédits © N. Holzem, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 56 - Distribution des os humains collectés hors vase ossuaire.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 57 - Distribution des restes de faunes déterminés collectés dans les enclos.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 58 - Distribution du mobilier par type (dépôts primaires et secondaires).
Crédits F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. 59 - Espaces et alignements remarquables.
Crédits DAO : F. Couvin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/4818/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Couvin, Marielle Delémont et Frédéric Poupon, « Le site funéraire antique du 33, rue du Rio à Saint-Marcel/Argentomagus (Indre) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 60 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/racf/4818

Haut de page

Auteurs

Fabrice Couvin

Inrap, Centre archéologique de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Marielle Delémont

Inrap, Centre archéologique de Tours

Articles du même auteur

Frédéric Poupon

Service Archéologique du Grand Reims, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search