Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 61Les blocs antiques en réemploi da...

Carte localisation

Les blocs antiques en réemploi dans l’église Saint-André de Saint-Just-Saint-Rambert (Loire)

Antique blocks being reused in the Saint-André church in Saint-Just-Saint-Rambert (Loire)
Jean-Claude Béal

Résumés

De nombreux blocs antiques ont été réemployés dans l’église Saint-André de Saint-Just-Saint-Rambert (Loire). Beaucoup proviennent d’édifices monumentaux funéraires. Peut-être peuvent-ils être mis en relation avec la villa de Saint-Côme, proche de l’église, la plus méridionale des villae de la cité des Ségusiaves. En les réemployant, les constructeurs de l’église cherchaient à accroître le prestige et l’antiquité du prieuré de Saint-Rambert.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La commune de Saint-Rambert-sur-Loire (rive gauche du fleuve) a fusionné avec celle de Saint-Just-s (...)

1Dominant le lit majeur de la Loire qui coule à moins d’un kilomètre à l’est, le quartier de Saint-Rambert à Saint-Just-Saint-Rambert (Loire)1 se trouve à l’extrémité méridionale du bassin sédimentaire qui forme la plaine du Forez, à 17 km au nord-ouest de Saint-Étienne (Loire) et, dans l’Antiquité, dans la partie sud-ouest de la cité des Ségusiaves (Fig. 1), à 27 km au sud de leur capitale, Feurs (Forum Segusiavorum). Si l’on admet que l’un des tracés de la liaison routière antique entre la vallée du Rhône et celle de la Loire a sans doute emprunté la vallée du Gier au nord de Vienne (Déchelette 1946 ; Lavendhomme 1997 : 50 ; Talbert 2000 : pl. 17), le territoire de Saint-Rambert serait parcouru par un axe routier antique, qui, traversant la Loire en empruntant des gués, assurerait le raccordement de cet axe à la voie Bolène de Lyon et Feurs vers Aquae Segetae (Montbrison-Moingt ; Loire) et, plus loin au sud-ouest, vers Ruessio (Saint-Paulien ; Haute-Loire), capitale des Vellaves dans la province d’Aquitaine.

Fig. 1 - Extension minimale de la cité des Ségusiaves et localisation de Saint-Rambert ; carrés gris : villae identifiées dans la cité ; étoiles : mentions de notables dans le Rhône, à Pommiers (P) et à Anse, et dans la Loire, à Bussy-Albieux (B) et à Marclopt (M). Entre Anse et la vallée du Gier, l’emprise discutée du territoire colonial de Lyon, n’est pas figurée.

Fig. 1 - Extension minimale de la cité des Ségusiaves et localisation de Saint-Rambert ; carrés gris : villae identifiées dans la cité ; étoiles : mentions de notables dans le Rhône, à Pommiers (P) et à Anse, et dans la Loire, à Bussy-Albieux (B) et à Marclopt (M). Entre Anse et la vallée du Gier, l’emprise discutée du territoire colonial de Lyon, n’est pas figurée.

D’après Béal 2007

2Dans le bourg actuel de Saint-Rambert, voisinant, à quelques mètres, avec la chapelle Saint-Jean qui fut la première église paroissiale (Fig. 2), se dresse l’église Saint-André, attachée d’abord à un prieuré dépendant de l’abbaye bénédictine de l’Île-Barbe à Lyon et honorée par la réception des reliques de saint Rambert au plus tôt en 1070 et sans doute plus tardivement (Laffont 2011 : 267). Elle devint église paroissiale à son tour, au xvie s.

Fig. 2 - La région de Saint-Rambert : le bourg médiéval et moderne, les sites antiques et les points de franchissement du fleuve.

Fig. 2 - La région de Saint-Rambert : le bourg médiéval et moderne, les sites antiques et les points de franchissement du fleuve.

DAO : M. Lagrange

3C’était, au xie s. (état I), un bâtiment à trois nefs précédées à l’ouest par un clocher-porche (Fig. 3, B, Fig. 4) qu’au xiie s. (état II), l’extension des nefs latérales vers l’occident inclut dans la masse de l’édifice (Fig. 5).

Fig. 3 - Plan de l’église Saint-André (d’après le plan de L. Bernard in Thiollier 1936, fig. de la p. 181) et localisation des principaux réemplois inscrits ou sculptés ; A : la façade sud-ouest ; B : l’intérieur du clocher-porche ; C : le collatéral droit ; D : la sacristie. En E, la chaufferie. Les contreforts (xvie s.) sont hachurés.

Fig. 3 - Plan de l’église Saint-André (d’après le plan de L. Bernard in Thiollier 1936, fig. de la p. 181) et localisation des principaux réemplois inscrits ou sculptés ; A : la façade sud-ouest ; B : l’intérieur du clocher-porche ; C : le collatéral droit ; D : la sacristie. En E, la chaufferie. Les contreforts (xvie s.) sont hachurés.

DAO : M. Lagrange

Fig. 4 - Façade occidentale de l’église Saint-André.

Fig. 4 - Façade occidentale de l’église Saint-André.

Cliché : J.-C. Béal

Fig. 5 - Façade occidentale de l’église Saint-André : parement en petit appareil du collatéral nord de l’état II adossé contre le clocher-porche de l’état I.

Fig. 5 - Façade occidentale de l’église Saint-André : parement en petit appareil du collatéral nord de l’état II adossé contre le clocher-porche de l’état I.

Cliché : J.-C. Béal

4De ce clocher (Fig. 6), seul est complètement visible à l’extérieur le parement externe de la façade occidentale, laquelle montre de nombreux réemplois dans ses deux premiers étages. Ses autres façades sont, dans leur moitié inférieure, prises dans l’agrandissement de l’édifice et les parements sont enduits ; elles n’émergent de la toiture qu’au niveau du troisième étage où les réemplois se raréfient. On ne connaît donc qu’un échantillon des blocs réemployés dans le clocher.

Fig. 6 - Façade du clocher-porche : en brun : blocs antiques inscrits A1-A3 ; en brun clair : bloc antique sculpté A4 ; en rose soutenu : blocs antiques avec trous de louve ou d’agrafe ; en rose clair : blocs buchés ; en vert : reste de la frise du clocher médiéval.

Fig. 6 - Façade du clocher-porche : en brun : blocs antiques inscrits A1-A3 ; en brun clair : bloc antique sculpté A4 ; en rose soutenu : blocs antiques avec trous de louve ou d’agrafe ; en rose clair : blocs buchés ; en vert : reste de la frise du clocher médiéval.

DAO : J.-Cl. Béal, d’après Reynaud 2002 : fig. 76 [relevé avant restauration récente : I. Parron] et observations après restauration

5De nombreux autres blocs en réemploi peuvent être observés à l’intérieur du bâtiment, au rez-de-chaussée du clocher-porche, dont les murs ont été décroutés, et au premier étage dont les murs sont cependant encore enduits, comme ceux de la sacristie (Fig. 3, D) où des blocs sont réemployés dans des pilastres.

6Sauf exceptions, ces blocs ont été réalisés dans un granit rosé à grain assez fin, géologiquement défini comme les “ leucogranites de Chambles ” (Vitel 2001 : 83-87 ; Barbarin et al., 2012 : 34-35, formation gγC ; sur son emploi au Moyen Âge : p. 100). Quels que soient les édifices dont ils proviennent, les blocs en réemploi n’ont donc pas été charriés sur une longue distance, puisque, percée à l’est par les gorges de la Loire, la nappe des “ leucogranites de Chambles ” (8 × 4 km environ) se trouvait à quelques kilomètres au sud-ouest de Saint-Rambert, entre 440 et 700 m d’altitude : les principales carrières modernes se trouvent à Périgneux, à neuf kilomètres de Saint-Rambert.

7Nous reviendrons ici sur ces blocs, inscrits, sculptés, architecturaux, pour en préciser la description et voir dans quel contexte ils ont pu être mis en œuvre.

Les blocs inscrits A1-3 de la façade occidentale du clocher-porche

  • 2 Collaborateur de l’abbé Signerin, historien de Saint-Rambert au début du xxe s., H. Marthoud est l’ (...)

8À 0,80 m du niveau actuel de la rue, deux blocs inscrits, réalisés dans un granite à grain fin dégradé, ont été insérés dans la façade occidentale de l’état I (Fig. 3 et Fig. 7, A2-A3) et dans le montant septentrional de la porte primitive du clocher-porche, avant que celle-ci ne soit rétrécie et refaite en blocs de molasse. Ils sont disposés perpendiculairement l’un à l’autre, comme le montre le dessin d’H. Marthoud2 (Fig. 8) même s’il les figure trop rapprochés l’un de l’autre, mais l’affirmation d’Héron de Villefosse (Thiollier 1889 : 411, n31) selon laquelle la première inscription a été “ encastrée sens dessus dessous ” est sans fondement. Ces blocs inscrits sont encore visibles mais on peut suivre leur dégradation au xixe s. et, aujourd’hui, leur surface est à peu près complètement désquamés. Un troisième bloc (Fig. 3, A1 ; Fig.7, A1), à gauche des précédents, était dégradé et illisible déjà au xixe s.

9

Fig. 7 - Blocs inscrits A1 à A3 réemployés à la base de la façade du clocher-porche.

Fig. 7 - Blocs inscrits A1 à A3 réemployés à la base de la façade du clocher-porche.

Cliché : J.-C. Béal

10Le champ épigraphique des deux inscriptions, très lacunaires, était cerné par un tore.

11La première inscription (bloc A2 : CIL, XIII, 1626 ; 0,53 × 0,39 m, champ épigraphique : 0,38 × 0,27 m, ép. inconnue) a été lue en premier par V. Durand (1886 : 76), selon qui elle serait votive :

12---] / V . S . L . M

13Mais dans ses notes au crayon rapportées sur le croquis conservé au Musée de Saint-Rambert (Fig. 8, à gauche), H. Marthoud lit, à la troisième ligne et après deux lignes aux lettres non identifiables, un A sans barre horizontale à la place du L et surtout, note avec précision que sa transcription à la plume est fautive : “ l’espace vide dans le dernier angle après l’M […] a été omis ou supprimé par erreur ”. On n’a donc sans doute pas affaire à la formule votive V(otum) S(oluit) L(ibens) M(erito) avec une mise en page axiale.

Fig. 8 - Les blocs inscrits A2-A3 et le bloc sculpté A5 dans la façade de l’église : croquis d’H. Marthoud (archives Signerin au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal).

Fig. 8 - Les blocs inscrits A2-A3 et le bloc sculpté A5 dans la façade de l’église : croquis d’H. Marthoud (archives Signerin au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal).

14Dans sa lecture naïve, Marthoud a dessiné au début de la première ligne un a minuscule, sans doute un Q en fait, encore visible aujourd’hui : on pourrait avoir affaire au prénom Q(uintus), au début d’un nom de personne.

15La deuxième inscription (bloc A3 : CIL, XIII, 1627 D3 ; 0,42 × 0,45 m ; champ épigraphique : 0,30 × 0,37 m ; ép. inconnue) est encastrée dans le mur de l’église à droite de la précédente (Fig. 7). Basculée sur le côté, elle a été lue par A. Bernard qui note, en 1835, que l’“ inscription […est] si dégradée[…] qu’on ne peut lire que le mot ALBANO ” (Bernard 1835 : 123) et, en 1858, que “ maintenant ce mot même (ALBANO) est complètement effacé sauf la dernière lettre. On aperçoit encore les deux premières des lignes suivantes ” (Bernard 1858 : 111) :

ALBANO / ET [---] / RI[---

16Le dessin de Marthoud montre aussi un texte difficile de trois lignes dont le premier mot est achevé par un O. Au moins peut-on dire qu’ALBANUS, que donne la lecture la plus ancienne, est un nom connu, notamment, dans l’onomastique de la Gaule et de l’Italie ; deux exemplaires proviennent de Lyon (Lȍrincz 1994 : 64-66).

  • 3 La tabula ansata au nom de Q. S[…] Aufustius réputée provenir de Roanne (CIL, XIII, 1649) est sans (...)

17J. Renaud (1969 : 111) a considéré qu’en l’absence de la formule D(is) M(anibus) à l’intérieur du cadre mouluré, l’inscription ne pouvait être funéraire et devait être votive, même s’il “ est très rare que le nom du dédicant précède celui de la divinité ”. Mais la forme ALBANO au datif ne peut désigner un “ dédicant ”. Le bloc est une plaque funéraire à bords moulurés, avec un nom de défunt au datif, la formule funéraire DM ne devenant courante qu’à la fin du ier s. de n. è. On connaît des plaques de ce type au ier s. de n. è. à Lyon (Laubry 2009 : 135-136) comme à Vienne (Adjadj 2013 : 427, fig. 423 ; ILN Vienne, nos 103, 147, 185, 195, 216, 224) ou dans le Valentinois (Faure et Tran 2010 : 58-59) par exemple ; elles y sont destinées à être encastrées dans des murs d’enclos ou de monuments funéraires. C’est le premier exemplaire ségusiave connu3. La parenté de matériau et de format avec le bloc A2 invite à supposer que celui-ci ait aussi pu être une inscription funéraire.

Le relief aux boucliers A4 de la façade occidentale du clocher-porche

18Un bloc sculpté (Fig. 3, A4 ; Fig. 6), en leucogranite se trouve contre le piédroit externe de l’arcature aveugle méridionale du premier étage de la façade de l’état I (Fig. 9). Ce bloc (dim. approx. : 0,90 × 0,45 m, ép. inconnue ; Renaud 1956 : fig. 2), signalé d’abord par V. Durand lors de la visite que les participants au Congrès archéologique de France de 1885 firent à Saint-Rambert (Durand 1886), est inconnu du recueil d’Espérandieu (ESP). Il présente une épaufrure à droite et une brisure à gauche, qui affecte l’un des deux boucliers. Dans sa thèse demeurée inédite, A. Carcel (1980) en a conclu que l’arcature avait été élargie au détriment du bloc, mais les blocs des assises supérieures ne présentent pas de perturbations.

Fig. 9 - Relief A4 réemployé à l’étage du clocher-porche de l’église.

Fig. 9 - Relief A4 réemployé à l’étage du clocher-porche de l’église.

Cliché : J.-M. Péault

19Le bloc montre en bas-relief deux boucliers hexagonaux à umbo central superposés en croix l’un sur l’autre. Renvoyant au volume du manuel de J. Déchelette consacré à l’époque laténienne (Déchelette 1927 : 674 sq.), J. Renaud considérait que les boucliers appartenaient à la période de La Tène III et, tout en faisant des rapprochements avec ceux des arcs de triomphe d’Orange ou de Carpentras comme avec celui du guerrier de Vachères, il attribuait le bloc à un “ monument commémoratif qui dominait le cours de la Loire ” ou au “ tombeau d’un chef militaire dressé le long du compendium d’Aquitaine qui, près de là, traversait le fleuve sur un pont. ” (Renaud 1956 : 105). L’hypothèse qu’il s’agît d’un “ arc de triomphe ” est encore avancée par J. Verrier (1994 : 48).

20Mais ce thème iconographique stéréotypé est plus largement employé, dans divers monuments, pour exalter la suprématie de Rome. Les amas d’armes sont effectivement connus sur des édifices publics, comme les arcs de triomphe, d’Orange par exemple (Stilp 2017 : 141-148) ou sur les portes urbaines de Langres (Polito 1998 : 154-155, fig. 87-88) où la frise d’armes est haute de 0,66 m (Girault de Prangey 1847 : pl. 4), ou de Besançon (Walter 1985 ; plus généralement : Fornasier 2003) ou sur le portique monumental de Saint-Romain-en-Gal (Fornasier 2003 : 137-141, pl. XXXVIII-XLV ; Terrer 2003 : 134-137 n312-320 ; H. : 0,63 m).

21On rencontre également des amas d’armes, parfois disposées en trophée, sur des monuments funéraires privés où ils exaltent la virtus du défunt, par exemple sur la colonne centrale de la tholos du mausolée tibérien de Faverolles (Fr. ; Haute-Marne ; Deyts 2000 : 230-231, pl. CII, 2), ou sur les édifices funéraires plus difficiles à caractériser (autels ou bases de mausolée notamment) de Narbonne (Aude ; ESP., n694 et sq. : H. entre 0,45 m et 0,60 m) ou de Rhénanie (Polito 1998 : 219-222).

22Au vu du format du bloc (0,90 m environ), les boucliers de Saint-Rambert ne peuvent prendre place dans une frise d’arcs ou de portes, dont la hauteur est plutôt inférieure (voire très inférieure) à 0,60 m - 0,70 m ; mais ils peuvent être rapprochés des boucliers de la tholos de Faverolles, ou des blocs à décor d’armes appartenant sans doute à un mausolée de Saverne (Fr., Bas-Rhin : ESP. 5675 ; H. estimée de la frise : 0,80 m) ou de Pourrières (Fr., Var : ESP. : 46 : H. de la frise : 0,82 m).

23Ce type de bouclier apparaît au ier s. av. n. è., mais il perdure dans l’iconographie du Haut-Empire.

Une scène de chasse A5 sur un pilastre de l’état II de la façade occidentale

24Trois plaques sculptées d’une cinquantaine de centimètres de côté ornent la façade de l’église et ont été étudiées par J. Renaud (1969 : 106-109) qui les considéraient toutes comme romaines, tout comme, après lui, J. Verrier (1994 : 48) et M.-O. Lavendhomme (1997 : 203). Cependant les deux premiers reliefs, en grès houiller, dans lesquels J. Renaud (1969 : 106-107) croyait reconnaître une scène d’adlocutio et la représentation d’une cérémonie d’incinération, ne sont pas antiques mais, situés sous les arcatures du premier étage du clocher-porche, sont romans et appartiennent à la frise qui courait sur les parois externes du clocher-porche (Fig. 6 et Fig. 10) et dont on voit, à la même hauteur, un segment en meilleur état dans le collatéral méridional de l’église du xiie s. (Bernard 1975 : 320).

Fig. 10 - En haut, éléments subsistants (encadrés noirs) de la frise décorative de l’état I ; en dessous, blocs en réemploi présentant des traces de buchage (hachures), ou des trous de louve ou d’agrafes (rectangles noirs).

Fig. 10 - En haut, éléments subsistants (encadrés noirs) de la frise décorative de l’état I ; en dessous, blocs en réemploi présentant des traces de buchage (hachures), ou des trous de louve ou d’agrafes (rectangles noirs).

Cliché : J.-C. Béal

25D’ailleurs, si le grès houiller, qui provient de la vallée du Gier (Fig. 2), y a été employé très ponctuellement dans la construction de l’aqueduc antique du Gier, ailleurs, et particulièrement à Saint-Rambert, il n’a été mis en œuvre qu’à partir du Moyen Âge, dans les chapiteaux sculptés du clocher-porche par exemple et dans quelques éléments du rempart du prieuré (xiiie s. : Randon 2012 : 57 ; autres observations : Rochigneux 1889 : 171).

26Le troisième relief se distingue des autres non seulement par son matériau, du granite à grain assez fin et non du grès, mais par sa localisation, à quatre mètres de hauteur dans un contrefort situé à droite de la porte méridionale, dans l’angle nord-ouest de la nef rallongée de l’état II de l’édifice (Fig. 3, A5). C’est un réemploi, au xiie s., d’un relief antique aujourd’hui très dégradé.

27Le témoignage le plus ancien est celui d’H. Marthoud qui avait dessiné (Fig. 8, à droite), dans un décor végétal et peut-être aux abords d’une grotte, un personnage aux prises avec un ou deux quadrupèdes. J. Renaud, suivi là encore par M.-O. Lavendhomme, proposait de reconnaître dans ce relief, à titre “ conjectural ”, un épisode de la légende d’Hercule, son combat contre l’hydre de Lerne, voire sa victoire, enfant, contre les serpents que Junon avait envoyés dans son berceau ; il supposait qu’Hercule “ avait peut-être un autel par là ”.

28En fait, on distingue encore (Fig. 11), en haut à gauche, la silhouette d’un personnage tourné vers la droite, bras gauche tendu vers l’avant et bras droit tiré vers l’arrière, et vers lequel court au moins un animal ; à droite, une double courbe du relief suggère, plutôt que la voûte d’une caverne, un filet tendu pour y prendre principalement des lièvres, des cerfs ou des sangliers (Fig. 12), qui, poussés par des rabatteurs, des chiens, voire des cavaliers (Aymard 1951 : 208-218 et 376-378) pouvaient tenter de s’échapper en faisant des crochets en retour.

Fig. 11 - Le bloc sculpté A5 réemployé dans le contrefort nord-ouest de l’église Saint-André.

Fig. 11 - Le bloc sculpté A5 réemployé dans le contrefort nord-ouest de l’église Saint-André.

Cliché : J.-C. Béal

Fig. 12 - Scène de chasse au filet sur une mosaïque de Carthage.

Fig. 12 - Scène de chasse au filet sur une mosaïque de Carthage.

D’après Fantar 1994 : 167

29Des scènes de ce type sont connues dans l’art funéraire gallo-romain. On rencontre des représentations de chasse au cerf sur un relief d’Espaly-St-Marcel (Fr. - Haute-Loire ; ESP 1683) qui formait sans doute le linteau d’une porte de mausolée, ou sur le mausolée de Faverolles (Deyts 2000 : 228 ; époque de Tibère). Des chasses au lièvre sont figurées sur un pilier d’Arlon (Lux. ; ESP. 4036 à compléter par Lefèbvre 1990 : 79) et sur un mausolée de Neumagen (All. ; ESP. 5142). D’autres chasses sont représentées sur un cippe de Châlons-en-Champagne (Fr. - Marne ; ESP. 3744), sur une stèle conservée autrefois au château de Clausen (Lux. ; ESP. 4169), ou sur les urnes funéraires, datées au iie s., de Lyon (Landes 2002 : 220, n65, pl. de la p. 235 ; Darblade-Audoin 2006 : 102, n287, pl. 111) et de Pérols-sur-Vézère (Landes 2002 : 220-221, n60, pl. de la p. 233-234) qu’on attribue au mausolée de Saint-Merd-les-Oussines (Fr. - Corrèze). Enfin, des chasses au filet sont figurées sur deux reliefs sans doute funéraires de Paris (ESP. 3179) et de Bonn (All. ; ESP. VIII, 6133) et sur des sarcophages d’Arles (ESP. 175), de Narbonne (ESP. 1704), de Cahors (Fr. - Lot ; ESP., 1648) ou de Déols (Fr. - Indre ; ESP. 1560).

30Ce panneau peut avoir orné un pilastre d’un édifice funéraire, pilier ou mausolée, comme on le voit par exemple, régionalement, à Craponne-sur-Arzon (Fr. - Haute-Loire ; lieu-dit : Pontempeyrat : Provost et Rémy 1994 : 66, fig. 27-28 : Amours porteurs d’un gibier et d’un animal domestique,) ou à Saint-Victor d’Arland (Fr. - Haute-Loire : Fournier 1965 : 395, fig. 11 ; Gounot 1989 : 116 : l. : 0,48 m et 0,74 × 0,54 m).

L’autel B1 et l’édicule B2 du clocher-porche

31Au rez-de-chaussée du clocher, le porche, couvert d’une voûte d’arêtes qui retombe sur des colonnes d’angle, est ouvert sur la rue à l’ouest, et donne accès à l’église à l’est. Au nord et au sud, des arcatures aveugles retombant sur un pilastre médian et deux pilastres d’angle réduisent de 0,35 à 0,37 m l’épaisseur des murs en petit appareil peu régulier (Fig. 13). La base des colonnes et des pilastres n’est plus aujourd’hui visible, puisque le niveau de circulation dans la pièce a été rehaussé en 1689 de 0,35 m comme le montre un sondage effectué dans les années 1960 (Renaud 1969 : 102).

Fig. 13 - Rez-de-chaussée du clocher-porche, paroi méridionale.

Fig. 13 - Rez-de-chaussée du clocher-porche, paroi méridionale.

Cliché : J.-C. Béal

32Les deux pilastres médians du porche, qui se répondent à 4,30 m l’un de l’autre, comportent chacun un bloc principal (Fig. 3, blocs B1 et B2), identifié sommairement par V. Durand (1886 : 76 : “ plusieurs cippes ou autels employés comme supports dans le narthex ”, c’est-à-dire dans le porche). Il s’agit en fait d’un autel gallo-romain au sud (bloc B1, Fig. 13) et un édicule sur podium gallo-romain au nord (bloc B2, Fig. 14), engagés, pour moitié à peu près, dans la maçonnerie si bien que l’une de leurs faces n’est absolument pas visible. Ils sont surmontés de plusieurs autres blocs qui reçoivent les arcatures ; les uns et les autres sont en leucogranite.

Fig. 14 - Rez-de-chaussée du clocher-porche, paroi septentrionale.

Fig. 14 - Rez-de-chaussée du clocher-porche, paroi septentrionale.

Cliché : J.-C. Béal

33À 0,95 m au-dessus du sol actuel, soit 1,30 m au-dessus du sol primitif, une cavité à peu près carrée a été creusée dans la façade de l’autel et de l’édicule qu’elle a dégradés. Il convient d’examiner cette question avant de pouvoir étudier plus avant les deux petits monuments.

34La cavité de l’autel B1 (0,21 × 0,20 m ; prof. : 0,20 m ; Fig. 15) paraît prolongée vers la droite par une saignée qui appartenait peut-être en fait à un premier dispositif. Sa partie supérieure est tangente à la base du bloc placé immédiatement au-dessus de l’autel ; à gauche, son creusement pourrait être à l’origine de l’éclatement du rebord de l’autel. Cette cavité avait été bouchée au mortier lors d’une restauration ancienne (Chatagneret et Verrier 2005 : fig. de la p. 130), peut-être à la fin du xixe s. et en même temps que la cavité de l’édicule B2 ; elle a été réouverte lors de la restauration des années 1990 qui a également fait disparaître la corniche de mortier qui avait été restituée à gauche.

Fig.15 - L’autel B1 réemployé dans le pilastre méridional du rez-de-chaussée du clocher-porche et la cavité creusée à son sommet.

Fig.15 - L’autel B1 réemployé dans le pilastre méridional du rez-de-chaussée du clocher-porche et la cavité creusée à son sommet.

Cliché : J.-C. Béal

  • 4 Le dessin figure dans le carnet n34 des archives de Roumejoux conservées et mises en ligne à la B (...)

35La cavité de l’édicule B2 a été bouchée au mortier entre 1885 et 1900, peut-être à l’occasion de la restauration de 1897, où il semble qu’on ait cherché à suggérer le contour plus sombre d’un visage au-dessus de la “ forme ovale ” que nous évoquons ci-dessous (Fig. 16). Cette cavité n’a pas été dégagée lors de la restauration récente. Mais elle est visible sur les croquis faits par H. Marthoud et par A. de Roumejoux4 à l’occasion de la visite des membres du Congrès Archéologique à Saint-Rambert (Durand 1886 : 78 ; ici Fig. 17). Le commentaire qui accompagne le dessin de Marthoud précise que la cavité, carrée, mesurait 0,17 à 0,18 m, sa profondeur n’étant pas donnée ; le dessin de Roumejoux montre qu’une porte fermait alors la niche qu’il qualifie de “ loculus ”.

Fig. 16 - La cavité bouchée (encadré blanc) de l’édicule B2.

Fig. 16 - La cavité bouchée (encadré blanc) de l’édicule B2.

Cliché : J.-C. Béal

Fig. 17 - L’édicule : croquis d’H. Marthoud (archives Signerin au Musée des Civilisations Daniel Pouget de Saint-Rambert).

Fig. 17 - L’édicule : croquis d’H. Marthoud (archives Signerin au Musée des Civilisations Daniel Pouget de Saint-Rambert).

Cliché : J.-C. Béal

36Signerin (1911), qui pestent contre “ la truelle du vandalisme ” cause de ce bouchage, rapporte que cette cavité aurait servi, par un usage détourné, de bénitier jusqu’en 1872. Mais il a aussi tenté (1901 : note 2, p. 223-224, fig. 38) de voir dans l’ouverture un conduit à libation comme A. Audin (1976) en identifiait – en partie basse – sur quelques stèles funéraires lyonnaises.

  • 5 L’encastrement après coup d’une même poutre dans les deux logements est possible si la profondeur d (...)

37Il faut plutôt imaginer que, se répondant l’une à l’autre, les cavités des deux pilastres pouvaient recevoir une poutre qui les reliait5 ou deux poutres en direction l’une de l’autre, pour fermer l’espace à l’aide d’une barrière ou de cloisons légères fixées sur un cadre de bois. Dépourvue de sens s’il s’agissait de partager le porche de l’église en deux moitiés, l’une à l’est et l’autre à l’ouest, cette construction pourrait être attribuée à la période révolutionnaire où, vendue comme bien national en 1793, l’église devint à la fois un dépôt de fourrage et une forge (Collectif 1975 : 18). Deux petits trous (l. : 0,10 m environ) ont été, à une date indéterminée postérieure à 1689, ouverts dans le dallage actuel à une quarantaine de centimètres à l’avant des arcatures méridionales : on ne saurait dire s’ils participaient également au dispositif de cloisonnement du “ narthex ”.

L’autel B1

38Signalé par Signerin (1911) dans sa monographie inédite de l’église, l’autel (H. restituée : 1,47 m ; l. cons. : 0,64 m ; l. du dé : 0.56 m ; pds : 1400 kg env.), en leucogranite rosé, était surmonté, jusqu’au niveau de la moulure d’imposte, par deux blocs de grand appareil (Fig. 13 ; 0,62 × 0,65 m ; ép. 0, 28 m et 0,31 × 0,66 m ; ép. supérieure à 0,33 m). Sa partie haute (Fig. 18, C) comporte des pulvini cylindriques dont celui de gauche est détruit ; puis, sous une moulure en bandeau, la corniche, détruite à gauche, comprend un talon droit et un filet au-dessus du dé. Il n’y a aucun décor sur les faces latérales et aucune inscription sur la face visible.

Fig. 18 - Profil des autels et de l’édicule : A : autel de Feurs pour Titius Servandus ; B : autel de Néronde ; C : autel de Saint-Rambert ; D : édicule de Saint-Rambert.

Fig. 18 - Profil des autels et de l’édicule : A : autel de Feurs pour Titius Servandus ; B : autel de Néronde ; C : autel de Saint-Rambert ; D : édicule de Saint-Rambert.

DAO : M. Lagrange

  • 6 Il faut retirer du corpus réuni par P. Chatagneret et J. Verrier le dernier “ autel ” qui est en fa (...)

39Dans la Loire, douze autres autels antiques, tous en granite, sont parvenus jusqu’à nous (Chatagneret et Verrier 2005 : 124-131, sauf pour les nos 9 et 106). Il s’agit de :

  • Feurs, autel funéraire (Fig. 18, A) pour Titius Servandus par lui-même (CIL, XIII, 1637 ; Lavendhomme 1997 : 122 ; cons. : Musée d’Assier de Feurs) ; H. totale : 1,35 ; l. max. : 0,57 × 0, 43 m ; Une ascia y est représentée ;

  • 2-Feurs, autel funéraire pour Peregrina (CIL, XIII, 1636 ; Lavendhomme 1997 : 122). Perdu ;

  • 3-Saint-Laurent la Conche, autel funéraire (CIL, XIII, 1634 ; Lavendhomme 1997 : 204 ; cons. : devant l’église du bourg) ; H. totale : 1,12 m ; l. max : 0.52 × 0.45 m (Fig. 19) ;

Fig. 19 - L’autel de Saint-Laurent-la-Conche (conservé in situ).

Fig. 19 - L’autel de Saint-Laurent-la-Conche (conservé in situ).

Cliché : J.-C. Béal

  • 4-Néronde, autel funéraire (Fig. 18, B) par Titius Messala (CIL, XIII, 1647/48 ; Lavendhomme 1997 : 148 ; cons. : chapelle du cimetière où il sert de support à un bénitier) ; H. visible au-dessus du dallage : 0,60 m ; l. : 0,48 × 0,39 m ;

  • 5-L’Hôpital-sous-Rochefort, autel funéraire (Lavendhomme 1997 : 125-126 ; cons. : sur la placette “ de la Croix de Trève ” à l’entrée du bourg où il sert de support à une croix) ; H. totale : 0.98 ; l. max. : 0.50 × 0.46 m). Une ascia y est représentée ;

  • 6-Chalain-le-Comtal, autel funéraire autrefois en réemploi dans l’église et déplacé au lieu-dit Le Poirier où il sert de support à une croix de carrefour ; il portait sans doute la figuration d’une ascia ; H. : indét. ; l. max. : 0,55 × 0,48 m ;

  • 7-Montbrison, autel funéraire (CIL, XIII, 11171 ; Lavendhomme 1997 : 145 ; cons. : musée de La Diana à Montbrison) : H. : 1,05 m ; l. max : 0,33 × 0,32 m (Fig. 20) ;

40

Fig. 20 - L’autel de Montbrison (musée de La Diana à Montbrison).

Fig. 20 - L’autel de Montbrison (musée de La Diana à Montbrison).

Cliché : J.-C. Béal

  • 8-Chalain-le-Comtal, autel (Lavendhomme 1997 : 77) autrefois en réemploi dans l’église. Perdu ;

  • 9-Saint-Romain-le-Puy, autel (Lavendhomme 1997 : 224 ; cons. : au début de la rue du 19 mars 1962 où il sert de support à une croix) ; H. : 1,04 m ; l. : 0,72 × 0,70 m ;

  • 10-Saint-Germain-Laval, autel (Lavendhomme 1997 : 193-194 ; cons. : derrière l’église de la Madeleine) ; H. cons. : 0,90 m ; l. cons. : 0,44 × 0,44 m ;

  • 11-Feurs, autel à Gallien (CIL, XIII, 1644 ; Lavendhomme 1997 : 122 ; cons. : musée de La Diana à Montbrison) ; H. cons. : 0,73 m ; l. max. : 0,62 × 0,61 ;

  • 12-Feurs, autel à Otacilla Severa (CIL, XIII, 1643 ; cons. : Musée d’Assier de Feurs) ; H. cons. : 0,47 m ; l. : 0,65 × 0,57 m.

  • 7 On ne peut pas en revanche faire apparaître de critères chronologiques ou d’atelier dans ces variat (...)

41La modénature de la corniche supérieure de l’autel de Saint-Rambert se distingue de celle des autres autels ségusiaves, marquée par la présence, dans un cas (no 10), d’une séquence doucine – filet, et le plus souvent d’un cavet très aplati (nos 2 ?, 4, 9 et 11) et parfois redoublé (nos 1, 3, 5, 6 et 7), associé à des filets. Le recours au cavet dans la corniche haute, de règle aussi sur les autels de l’Ain (Bertrandy 2005 : nos 16, 23, 30, 39, 53, 103, 126, 131, 132), mais qui figure encore dans 23 des corniches hautes des 51 autels lyonnais en calcaire suffisamment bien conservés dessinés par A. de Boissieu (1854, passim), semble être une facilité de tailleur de pierre par rapport à la courbure plus élégante et plus exigeante des talons et des doucines7.

42Parmi ces autels, les deux derniers sont des autels du iiie s. érigés en l’honneur de membres de familles impériales et les sept premiers sont des autels funéraires, datables entre le iie et le milieu du iiie s., à en juger par le formulaire des inscriptions (no 2 : D(iis) M(anibus) ; n3 : SUB ASCIA DEDICAVIT ; nos 1, 4 et n7 : D(iis) M(anibus) ET MEMORIAE AETERNAE) ou par la présence d’une ascia sculptée (no 1, n5 et n6). Selon N. Laubry (2009 : 137-138), l’emploi d’autels funéraires inscrits et sans décor chez les Ségusiaves témoignerait du “ rayonnement ” des modèles lyonnais parmi lesquels l’autel est la “ forme funéraire par excellence ” à partir de la fin du ier s. Il est donc vraisemblable, quoiqu’incertain, que l’autel anépigraphe de Saint-Rambert soit un autel funéraire.

43Le succès de cette forme, également connue, à la même période, dans l’Ain (Bertrandy 2005 : 30) et dans la cité de Valence (Faure et Tran 2010 : 60-61), tient aussi à ce que les tailleurs de pierre disposaient dans ces régions de matériaux durs et compacts, des calcaires (choin de Fay et, plus au sud, calcaire de Crussol : Savay-Guerraz 1990 : 139-140) à Lyon et dans la vallée du Rhône, et du granite à l’ouest où le leucogranite de Chambles, au grain fin et régulier, permettait une taille plus déliée que les granites de l’arrière-pays de Feurs. Mais plus à l’ouest, au-delà des Monts du Forez, le recours aux autels quadrangulaires n’est plus vraiment attesté chez les Vellaves ou les Arvernes de la Limagne où les principaux matériaux mis en œuvre sont des arkoses et des calcaires tendres : B. Rémy (1995 : 107-108, n46) n’a compté chez les Vellaves qu’un monument funéraire inscrit dont la forme soit certainement celle d’un autel et, plus généralement en Auvergne les quelques “ cippes en forme d’autels ” mentionnés par Chr. et D. Mondanel (s. d. : 75) sont plutôt des stèles éventuellement épaisses et surmontées par une toiture à deux pans, sous laquelle peut apparaître un décor figuré.

44Enfin, le format (près d’1,50 m) de l’autel de Saint-Rambert en fait le plus considérable dans la petite série forézienne des autels en granite, alors que les autels funéraires des plus grands formats en calcaire dépassent deux mètres de hauteur à Lyon (CIL, XIII, 1942 : 2,48 × 0,90 m ; XIII, 1844 : 2,77 × 120 × 0,85 m) ou à Vienne (CIL, XII, 1956 : 2,10 × 0,65 m).

L’édicule sur podium B2

45Encastré dans le pilastre médian septentrional, l’édicule sur podium (Lantier 1966, n9014) est un monument (Fig. 21) en leucogranite, que surmontent dans le pilastre un bloc de grand appareil (0,67 × 0,48 m ; ép. > 0,32 m) et deux blocs de moyen appareil (0,16 × 0,25 m et 0,47 × 0,24 m ; ép. > 0,32 m), de même matériau (Fig. 14).

Fig. 21 - L’édicule sur podium B2 entièrement dégagé lors d’un sondage dans les années 1960.

Fig. 21 - L’édicule sur podium B2 entièrement dégagé lors d’un sondage dans les années 1960.

Collectif 1975 : 28

46Monolithe dont la forme est sans parallèles dans le territoire des Ségusiaves, le monument (H. totale restituée : 1,64 m environ ; l. : 0,69 m ; ép. restituée : 0,74 m environ), plus important que l’autel, représente une masse, calculée sur la base d’une densité moyenne des granites de 2,7 kg/dm3, d’un peu plus de 2 200 kg, qui n’est dépassée en Forez, parmi les objets antiques en granite que nous connaissons, que par les couvercles de sarcophage trouvés à Pommiers et à Marclopt (Béal 2013a : poids respectifs de 2 800 kg et de 3 400 kg environ). Mais, outre le poids, c’est la masse et la forme qui sont remarquables, supposant l’extraction d’un bloc de grande taille sans diaclases ni fissures, dont on peine à trouver localement des équivalents, toutes périodes confondues : à Périgneux, les extracteurs du bloc qui a servi à faire, au xixe s., le dé de la croix de Rabieux n’ont pu trouver qu’un bloc plus large mais moins haut (1,23 × 1,23 × 0,80 m), qu’ils ont dû associer à une dalle pour réaliser leur projet d’un dé haut de 1,50 m environ : c’est le monolithe moderne de leucogranite de Chambles le plus imposant que nous connaissions.

47Le monument est composé d’un dé et de l’édicule proprement dit. Le dé (H. restituée : 0,73 m) est pris entre deux corniches moulurées (bandeau et talon droit, comme pour l’autel) présentes sur les différentes faces visibles du petit monument. Sur ce podium, l’édicule (H. : 0,91 m) présente, sur ses trois faces visibles, une arcature aveugle faite d’un large bandeau.

48Ces arcatures correspondent à autant d’amorces de voûtes qui se croiseraient sous le bloc de grand appareil que supporte l’édicule (Fig. 22) ; la dernière restauration empâte largement ce croisement, mais la photographie publiée par J. Renaud (1969 : fig. 1) permet de juger qu’il n’y avait pas de large aplat au sommet du monument, ce qui exclut notamment qu’il ait pu supporter une colonne ou que s’y soit trouvée la “ cavité circulaire ” dont J. Renaud soupçonne l’existence, envisageant qu’elle ait pu être “ destinée à recevoir l’urne cinéraire ”, ou un “ feu rituel ” si l’édicule avait une fonction cultuelle et non funéraire : hypothèses aussi peu fondées l’une que l’autre (Renaud 1956 : 103, note 5).

Fig. 22 - L’édicule vu de trois quarts ; décor de guirlande sur la face latérale.

Fig. 22 - L’édicule vu de trois quarts ; décor de guirlande sur la face latérale.

Cliché : J.-C. Béal

49À l’articulation entre les arcatures, des antéfixes sont représentées sous la forme simplifiée d’un volume cubique. Les arcatures retombaient là, par l’intermédiaire de chapiteaux, sur des pilastres d’angle qui délimitent l’espace central (l. : 0,43 m sur la face méridionale). Composé d’un haut tailloir sous lequel succède, à nouveau, un talon droit, ces chapiteaux sommaires sont d’ordre toscan provincial (Broise 1969), encore que la présence d’un talon y soit rare (Maligorne 2006 : 115) ; on peut les rapprocher peut-être des chapiteaux de la Maison des Nones de Mars à Limoges, datés vers 30-45 de n. è. (Loustaud 2000 : 186, fig. 32). La base est, quant à elle, composée d’un filet et d’un tore, sans plinthe, profil considéré comme ancien (Goudineau 1979 : 218), mais l’étude d’une série régionale étoffée permettrait seule de savoir si ces profils ne sont pas le résultat d’une schématisation sans pertinence du point de vue chronologique.

50Chacune des faces visibles de l’édicule est ornée d’un décor sculpté. À l’est et à l’ouest, une guirlande est attachée au pilastre (Fig. 22). Elle apparaît sur un fond lisse, en retrait de 2 cm par rapport au plan de l’arcature. J. Renaud a supposé, à tort, qu’un “ motif décoratif ” (Renaud 1956 : 157 ; Renaud 1969 : 103 : “ motif ornemental ou cultuel ”) aujourd’hui arasé, se trouvait au-dessus de la courbure des guirlandes. Le motif de la guirlande, signe de célébration, apparaît sur des édifices aussi bien funéraires que religieux.

51La face méridionale de l’édicule présente un décor plus difficile à analyser, d’autant qu’il a été en partie détruit, à la Révolution si l’on retient notre hypothèse, par le creusement de la cavité. Ce qu’on en voit (Fig. 16 et 21) sous la cavité est une sorte de robe en forme de cloche, divisée en trois étages par des galons ; trois autres galons sont fixés en sautoir, auxquels des pendeloques sont accrochées par d’autres galons, verticaux. À l’intérieur de l’espace délimité par le galon en sautoir supérieur, une forme ovale évoque une tête, identifiée comme telle par A. Bernard (1835 : 125), mais dont l’examen montre cependant que les traits (arcades sourcilières, nez) ne sont suggérés que par les arêtes des cassures de la pierre ; le restaurateur de 1897 n’en a pas moins esquissé au mortier le sommet d’un crâne à la base de la cavité.

52À gauche de la cavité, Signerin (1911) a identifié, après A. Bernard (1835 : 125) ce qui lui a paru être un avant-bras qui émergerait maladroitement de cette robe par une très courte emmanchure ourlée et serait terminé par une main sommairement figurée, paume bizarrement tournée vers le spectateur si l’on en juge par la taille des doigts décroissant vers l’extérieur. Malgré une restauration lourde au mortier, quelques traces de la pierre montrent qu’une forme identique existait certainement à droite. Pour Signerin (1911), ces mains “ élevées vers le ciel, semblent prier ”, mais nous reviendrons sur cette identification. Au-dessus de la cavité émergent deux petites virgules de pierre, seuls restes du motif (sommet de crâne, coiffure, couronne ?) détruit par son creusement.

53Le fond sur lequel le relief se dégage a été recreusé obliquement par piquetage, jusqu’à cinq ou six cm de profondeur dans sa partie supérieure (Fig. 18, D), tandis que celui, plus lisse, des autres faces est à 2,5 cm de profondeur ; mais l’observation technique ne peut évaluer l’impact de ce travail de reprise sur la silhouette elle-même, dont la surface a été polie.

54Identifier la forme sculptée et lui attribuer une datation a paru difficile, et même désespérée aux yeux d’A. de Rouméjoux (Durand 1886 : 79). Le premier, J. Renaud (1956 : 158-159 ; 1969 : 102-103) a proposé qu’un décor primitif, antique, de la face méridionale ait été retravaillé au Moyen Âge. Dans une brève note, J.-J. Hatt (in Renaud 1956 : 159, note 2) “ dat(ait) la sculpture secondaire du viiie ou du ixe s. ”, datation reprise par R. Lantier (1959 : 502) puis ramenée par lui au seul viiie s. (Lantier 1966 : 85) pour le “ motif […qui] remplace la figure, défunt en pied ou en buste, qui occupait primitivement la niche ”. Cette datation est reprise et élargie “ aux viiie-xe s. ” par M.-O. Lavendhomme (1997 : 202).

55Pourtant, en mettant en correspondance les descriptions successives et le relief, on peut, nous semble-t-il, arriver à comprendre son histoire.

  • 8 Au centre des jardins du château de La Bâtie d’Urfé, à une douzaine de kilomètres au nord de Montbr (...)

56Le premier auteur à avoir parlé de ce décor est le poète Anne d’Urfé (Reure 1915 : 449-453) qui, dans sa Description du pays de Forez rédigée vers 1607 (Bernard 1839 : 440 ; Longeon 1973 : 24), écrit que l’église “ montre une grande antiquité et crois qu’avant qu’il eût pleu à Dieu de planter sa foy en se païs que c’estoit un temple des Dieux des gentils, se voyant en une pierre prez de la porte une Cerez insculpée, qui se montre fort antique ”. Cette identification suggère que le relief, perçu comme une représentation anthropomorphe, ne figurait cependant pas l’image évidente d’un “ défunt en pied ou en buste ” comme l’évoquaient Renaud et Lantier. Mais A. d’Urfé n’attribuait pas le relief à l’iconographie chrétienne et le percevait comme païen. On ne peut, cependant, ajouter foi à son identification qui témoigne surtout de l’intérêt qu’on portait à Cérès en Forez, à la Renaissance et au siècle suivant : J. M. de La Mure (1674 : 49) croyait reconnaître ainsi un temple de Cérès dans l’agglomération antique d’Aquae Segetae, près de Montbrison, et le nom de Segeta, déesse des Ségusiaves, était mis en rapport avec segetes, les moissons que protège Cérès8.

57Deux siècles plus tard, le second témoignage est celui d’A. Bernard (1835 : 122-126) qui décrit au contraire la silhouette sculptée comme “ une figure assez semblable à celle qu’on donne à la Vierge de Fourvière, mais sans enfant Jésus. Sa robe en forme de cloche ne laisse voir absolument que la tête et les mains ”. A. Bernard a donc une lecture chrétienne du relief et fait référence aux représentations de la Vierge qui, à partir du xve s. et surtout dans les siècles suivants, la montrent enveloppée dans un grand manteau qui cache ses bras et même, au xviiie s., jusqu’à ses pieds ; des galons brodés en lignes parallèles ou en losanges, incluant des bijoux et des pendeloques, le décorent (Violet 1983 : 63 et sq., n36, p. 135, nos 73-78, p. 180-187) et la tête ou le buste de l’enfant Jésus, debout ou assis sur les genoux de sa mère, en émerge (Fig. 23).

Fig. 23 - Figuration de la Vierge au manteau enveloppant sur une plaque muletière.

Fig. 23 - Figuration de la Vierge au manteau enveloppant sur une plaque muletière.

D’après Gounot 1977 : 171, no 1374, pl. 88 ; diam : 173 mm ; Musée Crozatier du Puy-en-Velay, inv. no 37.1.82).

58C’est, au Puy-en-Velay, l’image de la Vierge qu’on voit sur un tableau du xviie s. conservé au Musée Crozatier du Puy (inv. n1937.1.66 ; Grandjean et Malgouyres 2011 : 96, notice n31) et sur les ex-voto de Jeanne Marie Vidal et de Jean Boys, datés l’un de 1699 et l’autre de 1707 conservés au trésor de la cathédrale (Ministère de la Culture, base Patrimoine, notice PM43000494 et PM43000521). Une image comparable est celle, au début du xixe s. (Berthod et Hardouin-Fugier 2008 : 52-53 ; Durand 2014 : 301), de la Vierge lyonnaise célébrée dans la chapelle Notre Dame de Bon Conseil construite en 1740. Aussi, sur le relief de Saint-Rambert, faut-il voir dans les deux “ bras ” maladroitement figurés et aux paumes ouvertes bizarrement vers le spectateur, non pas des membres, qui étaient occupés à tenir l’enfant sous le manteau, mais plutôt les bouquets de fleurs à longues tiges qui jaillissent du manteau comme on le voit sur plusieurs ex-voto ou images pieuses (Fig. 24 ; Radisson 2014 : 56).

Fig. 24 - Ex-voto lyonnais à la Vierge de Bon Conseil daté de 1881.

Fig. 24 - Ex-voto lyonnais à la Vierge de Bon Conseil daté de 1881.

D’après Berthod et Hardouin-Fugier 2008 : 58

59A. Bernard a donc vu le relief amputé de sa partie supérieure par le creusement, et a considéré comme “ la tête ” de la Vierge ce qui se trouve au-dessous, puisque, pour lui, le relief est une Vierge “ sans enfant Jésus ” ; mais c’est bien la tête de l’enfant qu’il faut restituer dans la cassure ovale de la pierre. Les deux virgules de pierres qui subsistent au-dessus de la cavité pourraient être les vestiges d’une couronne au-dessus du visage disparu de sa mère.

60C’est donc entre ces deux témoignages et avant le creusement de la cavité pendant la période révolutionnaire qu’il faut placer le surcreusement du fond de la niche et la transformation du relief païen non identifiable en un relief chrétien de la Vierge qui s’ajoute aux autres témoins du culte marial tant à Saint-Rambert, puisque chacune des portes était sous la protection d’une Vierge (Signerin 1901), que dans les environs où l’on trouvait huit chapelles mariales dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres (Mondésert 1999, fig. de la p. 87).

61Si l’on en juge par le fait que le relief de cette face méridionale était assez faible pour qu’on ait pu recreuser la paroi et sculpter une image nouvelle, cette face était sans doute la face postérieure de l’édicule, ce qui expliquerait aussi l’aspect schématique des antéfixes non sculptées, voire l’absence d’ornementation de l’arcature ou celle d’une inscription. Il est, certes, peu fréquent que les faces arrière des petits monuments funéraires ou votifs soient sculptées (par ex. : Mansuelli 1963 : 45 ; Guerrier-Delclos 2000 : 162), mais on en connaît cependant quelques cas (par ex. : stèle funéraire de Sens, ESP, n2768, Béal 2000 : 154 ; stèle funéraire de Blusus à Mayence, ESP, VIII, n5815 ; “ laraire ” de Dampierre-sur-Bouhy (ESP, VII, n2208). Prise dans la maçonnerie du porche, la face septentrionale de l’édicule, qui n’est donc pas visible, devait être la face principale et montrer, sous une arcature, une figure en relief, abritée sans doute dans une niche et qu’une inscription sur le podium pouvait expliciter.

  • 9 Objet autrefois conservé au Musée Archéologique de Dijon où E. Espérandieu témoigne de sa présence, (...)

62Distinct des édicules à arcatures à façade in antis et à toiture à double pente qui peuvent avoir un caractère funéraire ou religieux, l’édicule de Saint-Rambert, avec son sommet en forme de croisée de voûtes, peut être rapproché de trois autres. À Mayence, un très petit édicule (ESP, VII, n5885 ; H. : 16 cm) de section sommairement circulaire, trouvé “ sur l’emplacement du camp romain ” montre, dans trois niches voisines, Mercure, Minerve et une divinité indéterminée, la quatrième niche restant vide. À Langres (Fr. - Haute-Marne), un “ cippe ” (ESP, n7704 ; Toutain 1930-31 ; H. conservée : 0,45 m) découvert au faubourg Saint-Gilles et posé sur un podium en partie non retrouvé (Fig. 25), montrait, sous trois arcatures mitoyennes, un taureau à cornes bouletées et deux personnages (des “ prêtres ” selon E. Espérandieu) ; la quatrième face n’est pas sculptée. Enfin, le fragment ESP, IV, n36659, provenant du sanctuaire de Beire-le-Chatel (Fr. - Côte-d’Or) montre la retombée de deux arcatures perpendiculaires l’une à l’autre et une tête (H. 12 cm), identifiée comme celle de Mercure, à leur jonction ; la taille de l’édicule auquel ce fragment appartenait devait être la plus proche de celle du monument de Saint-Rambert.

Fig. 25 - Édicule votif de Langres.

Fig. 25 - Édicule votif de Langres.

Musée d’Art et d’Histoire de Langres ; cliché : J.-Cl. Béal

63On peut donc attribuer un caractère religieux à l’édicule de Saint-Rambert comme aux trois autres, qui ne sont pas non plus sans rappeler les plus larges “ baldaquins ” à quatre arcatures, ouvertes cette fois, et à couverture en coupole sur lesquels E. Thévenot (1968 : 230-232) avait attiré l’attention : il mentionnait les exemplaires découverts, toujours séparés des colonnes et de l’éventuel podium qui les supportaient, dans la Saône-et-Loire (Autun, Chaintré, Sercy) et dans la Côte-d’Or (Cussy-la-Colonne, Beurey-Beaugay), et qui abritaient, selon lui, des divinités ou des sources divinisées.

Les éléments d’architecture

64Plusieurs blocs de leucogranite sans inscription ni sculpture figurent parmi les réemplois.

Le chapiteau toscan du collatéral droit

65Parmi les six bénitiers de l’église Saint-André, l’un, près de la porte du collatéral droit, est un bénitier composite, issu de l’assemblage d’une vasque en marbre, d’origine antique mais sans doute apportée après l’Antiquité à Saint-Rambert (Béal, à paraître) et d’un pied (Fig. 26) fait d’un chapiteau antique toscan (Fig. 3, bloc C1) renversé. Haut de 0,37 m, il comporte un large abaque rectangulaire (0,62 × 0,62 m ; H. : 0,12 m), aux angles brisés, qu’une échine constituée d’une doucine et de deux filets relie à un fût large au maximum de 0,42 m (Broise 1969, type D).

Fig. 26 - Chapiteau toscan C1 réemployé dans un bénitier composite de l’église Saint-André.

Fig. 26 - Chapiteau toscan C1 réemployé dans un bénitier composite de l’église Saint-André.

Cliché : J.-C. Béal

66Ce chapiteau est d’une taille importante, si on la compare à quelques autres. Ainsi, les trois chapiteaux toscans de la villa de Montmaurin dont l’abaque est conservé atteignent de 0,30 m à 0,41 m (Fouet 1969 : 108-109) ; à Vaison-la-Romaine, trois chapiteaux toscans de la Maison au Dauphin ont des abaques dont la largeur atteint 0,50 m × 0,50 m environ, tandis que ceux qui proviennent du portique voisin de la Rue des Colonnes sont larges au même endroit de 72 à 74,6 cm (Goudineau 1979 : 214-215). À Amiens, F. Bessière (2010 : 311-312, fig. 2, 3, 5) a étudié trois chapiteaux toscans d’un quartier d’habitat et attribué à des portiques intérieurs de domus les chapiteaux n98057 (l. 0,40 × 0,40 m) et n98013 (l. : 0,54 × 0,54 m) tandis que le chapiteau n98046 (l. : 0,70 × 0,70 m) provenait du portique de rue voisin. La largeur de certains chapiteaux toscans d’habitats avoisine cependant 0,60 m. À Limoges, un chapiteau du péristyle de la Maison des Nones de Mars est large de 0,58 m à l’abaque, tandis qu’un autre, du grand viridarium de la même maison, atteint une largeur de 0,64 m (Loustaud 2000 : 186, fig. 32) ; encore fera-t-on observer qu’en raison précisément de sa taille, P. Gros ou A. Bouet (2015 : 38, fig. 28) ont envisagé que la Maison des Nones de Mars fût un siège de corporation et non une demeure privée. Dans la villa d’Echternach, les colonnes de la Saülenkeller portent des chapiteaux toscans (no 88,-89/1,2) de 0,60 m de largeur à l’abaque (Metzler, Zimmer et Bakker 1981 : 111-113). Enfin, la largeur restituée de l’abaque du chapiteau toscan du mausolée sud de Saint-Merd-les-Oussines (Fr - Corrèze) avoisine 0,90 m (Paillet et Tardy 2006, fig. 7).

67Ainsi, sans être exceptionnel, le format du chapiteau de Saint-Rambert conviendrait peut-être mieux à un monument, public ou privé, qu’à un simple habitat.

Les corniches

68Signerin (1911) et après lui Marquet (1967 : 20) ont, à tort, mentionné la présence d’autels anépigraphes dans l’actuelle sacristie, ancien appartement du prieur, semble-t-il.

69En fait, un important élément antique de corniche (bloc D1 ; L. : 0,80 m ; H. : 0,23 m) retaillé à ses extrémités (Fig. 27-28), est réemployé à la retombée d’une arcade sur un pilastre construit en blocs de grand appareil, dont l’un comporte un trou de louve. Cette corniche comporte sous un bandeau une doucine entre deux filets et un cavet. Elle peut avoir, dans son premier emploi, limité un étage d’un petit édifice en grand appareil.

Fig. 27 - Corniche de la sacristie D1, représentée comme le couronnement d’un “ cippe ” à décor sculpté sur un croquis d’H. Marthoud.

Fig. 27 - Corniche de la sacristie D1, représentée comme le couronnement d’un “ cippe ” à décor sculpté sur un croquis d’H. Marthoud.

Archives Signerin au Musée des Civilisations Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal

Fig. 28 - Corniche de la sacristie D1, réemployée comme moulure d’imposte au-dessus de la base du pilastre faite de divers réemplois.

Fig. 28 - Corniche de la sacristie D1, réemployée comme moulure d’imposte au-dessus de la base du pilastre faite de divers réemplois.

Cliché : J.-C. Béal

  • 10 Archives Signerin (carton n6) au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert.

70À en croire le dessin que Marthoud donne de son profil, il faut distinguer cette corniche de la “ base présumée d’un cippe gallo-romain ” désignée aussi et plus justement comme “ corniche moulurée de grande taille ” (L. : 0,80 m ; l. : 0,50 m ; H. : 0,20 m environ) dont Marthoud dit qu’elle était conservée à “ la cure de l’église ”10 : “ cure ” de la paroisse ou “ sacristie ” de l’église, nous ne l’avons pas retrouvée. Elle comportait un bandeau épais (10 cm) et un talon (10 cm) (Fig. 29).

Fig. 29 - Corniche de “ la cure ” figurée sur un croquis d’H. Marthoud et non retrouvée.

Fig. 29 - Corniche de “ la cure ” figurée sur un croquis d’H. Marthoud et non retrouvée.

Archives Signerin au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal

Les colonnes et leur base

71À l’étage du clocher-porche et dans son angle nord-ouest, un fragment de tambour de colonne antique cylindrique (L. : 0,36 m ; diam. 0,355 m), avec un mince astragale, surmonte un tambour fusiforme (L. : 1,28 m ; diam max. : 0,39 m).

  • 11 Notes prises [par Ch. Signerin] sous la dictée de M. Sauvageot, architecte délégué le 9 août 1898 p (...)

72Ailleurs à l’étage comme au rez-de-chaussée dans le porche (Fig. 13), les colonnes qui reçoivent les arcatures dans les angles des pièces ont été en général obtenues par l’association de deux tambours de longueur variable (diam. entre 0,35 et 0,335 m et 0,385 m à l’étage), qui peuvent être complétés par un petit tambour de transition (H. : vers 0,20 m) muni d’un astragale épais à mi-hauteur. Pour autant qu’on puise l’identifier, ce qui n’est pas toujours le cas, le matériau de ces tambours est tantôt du leucogranite, tantôt du grès houiller. Ces remarques suggèrent que des éléments de fût en granite, peut-être antiques, ont été réemployés ici, comme le pensait déjà l’architecte Sauvageot11, et associés à des tambours de grès. Aucune des colonnes n’est assez large pour avoir reçu le chapiteau toscan E1.

73Marthoud a dessiné deux éléments, plus petits encore, que nous n’avons pas vus, un “ fût de colonne ” (diam. : 0,28 à 0,30 m ; L. : non précisée) réemployé dans le mur oriental du clocher et une base (H. : 0,15 m ; Diam. : 0,27 m) de colonnette, qui comporterait (ou dont subsisterait) une plinthe et un seul tore, repérée de manière confuse “ sur le clocher en façade ” “ dans la maçonnerie ”. De son côté, Signerin (1911) mentionne, dans un angle du porche, “ plusieurs débris de colonne, ayant appartenu soit à l’âge romain, soit à l’âge gothique, et qui font de la salle du narthex comme une sorte de vestibule d’un musée des antiques ” ; ils ont disparu.

Les blocs lisses de grand appareil

74Plusieurs dizaines de blocs de grand appareil de granite habillent la façade occidentale du clocher-porche et sont des réemplois. Il en allait peut-être de même sur les faces nord et sud du clocher, également visibles dans le premier état de l’édifice. Ces blocs sont employés en parement externe, adossés à une maçonnerie dont le parement interne est en petit appareil peu régulier dans le porche.

75Dans plusieurs assises des douze premiers mètres de l’élévation (Fig. 6 et Fig. 10), des blocs présentent des traces de buchage, d’autres des trous de louve. Certains montrent en outre l’emplacement d’agrafes, dans deux cas au moins perpendiculaires les unes aux autres, ce qui permet des liaisons de blocs à 90° comme il advient quand les blocs appartenaient à une assise de grand appareil dans un édifice construit en opus quadratum ou au moins à un angle dans un parement de façade sur noyau de maçonnerie.

  • 12 Il faut citer pour mémoire un dernier réemploi visible, celui d’une paroi de sarcophage mérovingien (...)

76Quelques autres blocs avec trous de louve sont à signaler dans la sacristie (voir ci-dessus et Fig. 27) et au sommet de l’escalier méridional, aujourd’hui bouché, qui donnait accès à la salle de l’étage du clocher12.

Signification des réemplois

77L’observation de la zone peu perturbée comprise entre le sommet de la porte d’entrée et les arcatures aveugles de l’étage (Fig. 10) montre que les réemplois clairement identifiables représentent environ un quart de la surface mais que d’autres blocs, dont la face visible ne porte pas de marques particulières (trous de louve ou d’agrafe, sculpture, inscription), peuvent aussi avoir été réemployés et ces marques se trouver sur une face non visible. C’est dire qu’une évaluation plus précise du volume des réemplois n’est pas possible, d’autant qu’on ignore, en plus, quelle part ils prenaient dans les façades nord et sud du clocher-porche inaccessibles à l’observation depuis l’allongement des collatéraux à l’état II de l’édifice. On se contentera d’admettre qu’ils sont “ nombreux ” et que le phénomène dépasse ici la récupération occasionnelle de blocs.

  • 13 Sur cette indifférence et même sur les contresens de lecture, voir un exemple dans Béal 2013b : 186

78Certains des blocs réemployés occupent une place privilégiée. C’est le cas des deux blocs B1 et B2 qui forment les bases des pilastres médians dans le porche d’entrée. Rappelons que la christianisation de la figure sculptée sur le bloc B2 est tardive, postérieure à 1607. C’est aussi le cas des trois inscriptions A1, A2 et A3, immédiatement à gauche de la porte d’entrée, et à 1,15 m de hauteur au-dessus du sol primitif. Une place comparable est occupée, par exemple, par un bloc antique inscrit qui sert de piédroit à la porte de la chapelle de Blyes (Ain ; Buisson 2017 : 148-149) et qui, placé à l’envers, témoignent de la même indifférence au sens de lecture du texte que le bloc A313.

79Ce recours aux réemplois a concerné principalement l’église de l’état I, mais aussi, marginalement, celle de l’état II (bloc A5), voire au-delà si l’on admet que le bénitier du collatéral sud (bloc C1) soit du xve s. (Béal, à paraître). Les réemplois sont en revanche peu nombreux dans les élévations de l’actuelle chapelle Saint-Jean-Baptiste, toute voisine de Saint-André (Fig. 2, n2), qui fut sans doute d’abord, entre le ive et le vie s., une église funéraire, reconstruite à plusieurs reprises, au sein d’une nécropole, ou dans la chapelle Saint-Côme construite à l’extérieur du bourg sur une villa antique et mentionnée d’abord dans une charte de Conrad de Pacifique datée de 971.

80Au-delà de l’économie que représentait la mise en œuvre de blocs déjà plus ou moins prêts, le recours aux réemplois et la présentation de certains des blocs dans des contextes privilégiés permettaient donc aux bâtisseurs de l’église de suggérer la vénérable antiquité de son origine et celle du prieuré que les textes médiévaux, notamment la charte de 971, évoquent un peu confusément (voir Baud 1995 : 62 et Laffont 2011 : 267).

La question de la provenance des blocs : une hypothèse

81Relativement nombreux, le corpus des blocs réemployés dans l’église de Saint-André est aussi relativement divers, réunissant des fragments à caractère funéraire pour certains, religieux pour un autre, de format pour partie monumental. Il n’est donc pas nécessairement constitué du démontage d’un seul édifice mais la question de la provenance de ces blocs de leucogranite local doit être posée.

82Rares sont les investigations menées dans le sous-sol du bourg de Saint-Rambert qui aient rencontré un niveau antique. En 1994, à la faveur de travaux techniques réalisés dans la chaufferie de l’église Saint-André (Fig. 3, E), des niveaux archéologiques situés sous l’église ont pu être observés sur 1 m2 jusqu’à 1,50 m de profondeur : ils ont livré des “ éléments de La Tène finale (amphores Dr 1, quelques céramiques indigènes, un fragment de dolium), de la période romaine (nombreuses tegulae) et du Moyen Âge ” (Lavendhomme 1997 : 203). Les sondages ouverts dans l’église Saint-Jean-Baptiste et autour d’elle n’ont pas rencontré de constructions antiques, même quand elles ont atteint le terrain naturel (Baud 1990), mais un rare mobilier antique (fragments de mortier de tuileau, tegulae, fragments de céramiques dont sigillées : Quitaud 1993 : 44) qui peut provenir de couches d’occupation comme de remblais rapportés contre le rempart médiéval (Verrier 1994 : 48). Mais l’hypothèse (Maussier 1886 : 241) que la ville médiévale et moderne ait été précédée par une agglomération secondaire antique se heurte à l’absence de vestiges construits, pour le moment du moins, et le toponyme Occiacum, mentionné dans la charte de 971 (… cellam […] de Occiaco…), ne désigne pas explicitement un bourg.

83À l’est de l’église Saint-André et à l’extérieur de l’enceinte (Fig. 2), des observations peu précises ont été faites en deux points. D’une part, dans la pente du Jardin du Prieuré (Lavendhomme 1997 : 204), des “ substructions romaines ” ont été signalées dont la nature et la datation réelle sont incertaines. D’autre part, à l’occasion de travaux faits en 1899 “ un peu en aval ” de la source de la Chana (Signerin 1901 : 164-165), on a découvert à 1,80 m de profondeur “ un grand nombre d’épingles en cuivre ” longues de 3 cm environ, “ sur un espace de quinze à vingt mètres, dans un terrain mouvant et noir rappelant la vase des marais ”. Signerin y voyait la preuve que cette source était honorée par l’offrande de ces objets, dès une époque ancienne, antérieure à l’arrivée des reliques de Saint Rambert. Mais il doit s’agir en fait d’une pratique cultuelle et folklorique de la France médiévale peut-être et en tout cas moderne où le jet d’épingles dans une fontaine était censé permettre aux jeunes gens de s’assurer de l’amour de leur partenaire (Sébillot 1905 : 248-250 ; Caulier 1990 : 77).

  • 14 Lavendhomme 1997 : 204 : cependant, seule une partie des sites mentionnés se trouve sur la rive gau (...)

84Des sites, de médiocre importance semble-t-il, ont été trouvés en prospection sur le territoire de la commune14. On mentionnera, parmi eux, celui du Calvaire (Fig. 2) qui a livré quelques fragments de céramique antique, deux monnaies tardives et des “ substructions ” d’un édifice que P. B. Maussier (1886 : 242) mettait en relation avec le gué d’Asnières qu’il domine. Ce gué, situé à 1,5 kilomètre en amont du pont qui relie les actuels quartiers de Saint-Just et de Saint-Rambert, pourrait avoir existé dans l’Antiquité (Renaud 1937 : 16, fig. 17 ; Dumas 2008 : 60-61) tandis qu’il n’est pas certain que le pont attesté au Moyen Âge et dont subsistent quelques vestiges à côté du pont actuel, soit d’origine antique (Lavendhomme 1997 : 204 ; Laffont 2011 : 269 ; Dumas 2008 : 91-96).

  • 15 Rappelons qu’on ne dispose d’aucun plan complet de villa dans la plaine du Forez et que la seule so (...)

85Le principal site antique connu se trouve à 600 m au nord de la porte septentrionale de l’enceinte médiévale de Saint-Rambert, là où se dressent encore les ruines de la chapelle Saint-Côme (Fig. 2). L’édifice aujourd’hui visible serait du xviie s. pour L. Bernard (1964), mais l’élévation de son abside inclut de nombreux éléments gothiques (Verrier 1995b : 47). Une occupation médiévale a été signalée, ainsi que quatre tombes à entourage de lauzes, mal datées, fouillées hâtivement dans les années 1960 au pied du mur septentrional et à l’extérieur de la chapelle (Lavendhomme 1997 : 204). Complétant les informations imprécises des fouilles de 1960, des sondages ont été ouverts en 1995 à quelques dizaines de mètres au nord (Verrier 1995a ; Verrier 1996, fig. de la p. 257) : ils ont mis au jour quelques pièces et peut-être un portique d’une villa sur laquelle la chapelle Saint-Côme fut plus tard construite. L’ensemble, très incomplet, représente 560 m2 d’une villa d’extension très supérieure. Malgré la médiocrité des vestiges observés, cette villa avait un statut élevé dont témoigne la présence de tubulures d’hypocauste ou de placages de marbre ; un tambour de colonne (H. : 0,40 m ; Diam. : 0,50 m) a été retrouvé dans la chapelle (Verrier 1995b : 30). Elle faisait ainsi partie de la trentaine de villae ségusiaves (Fig. 1) que la présence de marbres, d’éléments architecturaux en pierre ou de mosaïques permet de considérer comme des habitats de rang supérieur, si l’on reprend le classement proposé par P. Nouvel (2009 : 380-381 : type ER3) pour la Bourgogne15.

86Sa position à l’extrémité méridionale de la plaine du Forez la sépare des autres villae de la cité des Ségusiaves où l’on peut distinguer quatre groupes, celui du Val de Saône (Béal 2015), celui du Roannais, celui du sud de Feurs et celui du Montbrisonnais (voir par ex. Valette 2011 : 13-16). Assise sur le rebord du plateau sédimentaire vers 374 m d’altitude (Fig. 2), la villa se trouvait à l’articulation de deux types de sols, entre “ varennes ” légères à l’ouest et “ chambons ” de Loire plus propices à l’agriculture (Thomas 1971 : 25-42) et au débouché (Dufour 2008 : 818 et 858 ; Signerin 1901 : 133, note 2, p. 177, p. 429) du gué “ des Giraudières ” (ou “ de la Roche ”) sur la Loire (Fig. 2). La villa de Saint-Côme devrait alors sa prospérité, en marge des autres villae et des lieux du pouvoir ségusiave, à une position dans le réseau régional et à un contexte agronomique favorables.

87Pour P.-Y. Laffont et Fr. Brechon (Laffont 2011 : 267-269), la chapelle, quant à elle, pourrait être une création du très haut Moyen Âge implantée au cœur du domaine rural de la villa, Saint-Jean étant, à 600 m au sud, un édifice funéraire associé à une nécropole qui remonte à la fin de l’Antiquité, à proximité duquel se serait par la suite développée l’ecclesia de Saint André et, autour d’elle, le bourg médiéval.

  • 16 Pour la partie orientale de la cité des Ségusiaves, voir le mausolée de Pommiers (Béal et Tourgon 2 (...)
  • 17 À Marclopt, la cuve du sarcophage qu’on y voit encore a été, selon nous (Béal 2013a : 226-227), cre (...)

88Si, parmi les blocs qui constituent le corpus des réemplois de Saint-Rambert, l’édicule, unique bloc à caractère vraisemblablement religieux, ne peut être rapproché particulièrement d’aucun site, la composante funéraire de ce corpus pourrait, en tout ou en partie, être associée à cette villa à proximité de laquelle se seraient trouvés un ou des monumenta funéraires en grand appareil et à décor sculpté. Les monuments auxquels ils appartenaient sont en tout cas, chez les Ségusiaves de la partie occidentale de la cité16, les premiers dont on puisse entrevoir l’existence en milieu rural, après celui, urbain, offert à Feurs par la cité à son princeps C. Julius Jullus, (CIL, XIII, 1645)17.

89Ainsi, le corpus des nombreux réemplois de l’église Saint-André comporte-t-il plusieurs catégories. Aux blocs lisses de grand appareil que des stigmates permettent d’identifier comme tels s’ajoutent sans doute des blocs dont la face visible n’en comporte pas. Un édicule de format exceptionnel avait une fonction sans doute religieuse. Sa modénature, comme celle de l’autel vraisemblablement funéraire et de grand format qui lui fait face, témoigne d’une certaine recherche, absente des autels ségusiaves connus ailleurs. Les autres blocs sculptés ou inscrits appartenaient à un ou des édifices funéraires localisables peut-être à Saint-Rambert même, ou, en tout cas, dans ces confins méridionaux de la cité des Ségusiaves où, pour le moment, on cherche en vain d’autres sites de rang supérieur.

90Enfin, au Moyen Âge, lors de la construction de l’église, les bâtisseurs ont réuni ces blocs et leur ont donné des emplacements choisis pour parer le prieuré de Saint-Rambert, filiale de l’abbaye lyonnaise de l’Île-Barbe, d’un lustre antique. La transformation du relief de l’édicule en une image de la Vierge est tardive (xviie-xviiie s.), postérieure à la sécularisation de l’église, et précède la destruction partielle de la sculpture à la Révolution française.

Haut de page

Bibliographie

Adjadj 2013

Adjadj F., avec R. Lauxerois et la coll. de B. Helly - Vienne, Paris, AIBL et al., 553 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 38/3).

Audin 1976

Audin A. - Cippes à libation du Musée de la Civilisation Gallo-romaine, Bulletin des musées et monuments lyonnais, V : 431-438.

Aymard 1951

Aymard J. - Essai sur les chasses romaines : des origines à la fin du siècle des Antonins, Paris, De Boccard, 610 p., XL pl.

Barbarin et al. 2012

Barbarin B., Gerbe M.-C., Vitel G., Gonord H., Couette F. et Lebret P. - Firminy, Carte géologique de la France au 1/50 000, n744, BRGM, Orléans, 2012 (notice : 129 p. et carte).

Baud 1990

Baud A. - Rapport de fouilles de Saint-Rambert-sur-Loire, oct. - nov. 1990, tapuscrit, Lyon, 1990, 51 p., 31 pl.

Baud 1995

Baud A., Cornu G., Martiniani-Rebes M, Poisson J.-M., Reynaud J.-Fr. et Treffort C. - Saint-Rambert, un culte régional depuis l’époque mérovingienne, CNRS Éditions, Paris, 220 p. (Monographies du CRA ; 14).

Béal 2000

Béal J.-C. - La dignité des artisans : les images d’artisans sur les monuments funéraires de Gaule romaine, Dialogues d’Histoire Ancienne, 26/2 : 149-182.

Béal 2013a

Béal J.-Cl. - Les sarcophages de pierre dans la cité antique des Ségusiaves, Revue Archéologique de l’Est, 62 : 211-230.

Béal 2013b

Béal J.-Cl. - La borne millaire de Vollore-ville, forme et transformation, Revue Archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, URL : http://journals.openedition.org/racf/1908

Béal 2015

Béal J.-Cl. - Bourgs, demeures et maisons dans le Beaujolais gallo-romain, Bulletin de l’Académie de Villefranche et du Beaujolais, 38 : 85-93.

Béal, à paraître

Béal J.-C. - Réemplois antiques à l’église de Saint-Rambert : le bénitier de la “ chapelle de Bourbon ”, Bulletin de La Diana, à paraître.

Béal et Tourgon 2018

Béal J.-C. et Tourgon D. - Mausolée, sarcophage et scène de sacrifice dans une ferme antique à Pommiers près d’Anse (Rhône), Gallia, 75 : 75-85.

Bernard 1835

Bernard A. - Histoire du Forez, I-II, Paris, Bernard aîné, 1835 (rééd. Lafitte Reprints, Marseille, 1979), 318 et 80 p.

Bernard 1839

Bernard A. - Les d’Urfé, souvenirs historiques et littéraires du Forez aux xvie et au xviie s., Imprimerie royale, Paris, 500 p.

Bernard 1858

Bernard A. - Description du pays des Ségusiaves, pour servir d’introduction à l’histoire du Lyonnais, Imprimerie Dumoulin à Paris et Imprimerie Brun à Lyon, 63 p.

Bernard 1964

Bernard L. - La chapelle Saint-Côme près de Saint-Rambert-sur-Loire, Bulletin de la Diana, XXXVIII : 284-287.

Bernard 1975

Bernard L. - La sculpture en Forez aux xe et xie s., in : Actes du 98e congrès national des sociétés savantes, Saint-Etienne, 1973, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Bibliothèque Nationale, Paris : 317-328.

Berthod et Hardouin-Fugier 2008

Berthod B. et Hardouin-Fugier E. - Les ex-voto de Fourvière, “ Do ut des ”, Démarches votives lyonnaises, Éditions de la Taillanderie, Châtillon-sur-Chalaronne,127 p.

Bertrandy 2005

Bertrandy Fr., Kayser Fr., Rémy B. et Buisson A. - Les inscriptions de l’Ain (ILAin), Université de Savoie, Chambéry, 299 p.

Bessière 2010

Bessière F. - Les éléments architecturaux, Évolution d’une insula de Samarobriva au Haut Empire, Revue archéologique de Picardie, nspécial, n27, 3-4 : 309-327.

Boissieu 1854

Boissieu A. de - Inscriptions antiques de Lyon, Perrin Imprimeur, Lyon, 1846-1854, 619 – 85 p.

Bouet 2015 :

Bouet A. - La Gaule Aquitaine, Picard, Paris, 167 p.

Broise 1969

Broise H. - Éléments d’un ordre toscan provincial en Savoie, Gallia, 27 : 15-22.

Buisson 2017

Buisson A. - L’Ain, AIBL et al., Paris, 398 p. (Carte Archéologique de la Gaule, n01/2).

Carcel 1980

Carcel A - Au début de l’art roman : quelques églises foréziennes des xe et xie s., thèse dactylographiée sous la dir. de C. Heitz, Paris I – Sorbonne.

Caulier 1990

Caulier B. - L’eau et le sacré, Les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen Âge à nos jours, Québec, Presses de l’Université Laval et Beauchesne, Paris, 176 p.

Chatagneret et Verrier 2005

Chatagneret P. et Verrier J. - Les cippes gallo-romains en Forez, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 15, 2005 : 119-131.

Collectif 19--

Collectif - Histoire de Saint-Rambert, Musée du Prieuré, Saint-Rambert-sur-Loire, vers 1975, 40 p.

Darblade-Audoin 2006

Darblade-Audoin M. P. - Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule, Lyon, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, XLIX-213 p. (Nouvel Espérandieu, II).

Déchelette 1927

Déchelette J. - Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, IV, Second âge du fer ou période de La Tène, Picard, Paris.

Déchelette 1946

Déchelette Fr. - La route plate de Strabon entre le Rhône et la Loire, Les Études Rhodaniennes, 21, fasc. 3-4 : 119-124.

Deyts 1976

Deyts S. - Sculptures gallo-romaines, mythologiques et religieuses, Dijon, Musée Archéologique, Éditions des musées nationaux, Paris.

Deyts 2000

Deyts S. - Le décor sculpté du mausolée de Faverolles, in : Walter 2000 : 227-231.

Dufour 2008

Dufour J.-E. - Dictionnaire topographique du département de la Loire (réimp. de l’édition de 1946), Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne.

Dumas 2008

Dumas E. - La Loire ségusiave : gués et ponts antiques, mémoire dactylographié de master 1 sous la dir. de J.-C. Béal, Université Lumière - Lyon 2, 121 p.

Durand 1886

Durand V. - Excursion à Saint-Romain-le-Puy, Sury-le-Comtal et Saint-Rambert-sur-Loire, Congrès archéologique de France, 52, session de Montbrison, Imprimerie Champion à Paris et Imprimerie Delesque à Caen : 71-80.

Durand 2014

Durand J.-D. (dir.) - La grâce d’une basilique. Fourvière, l’âme de Lyon, Éditions La Nuée Bleue, Lyon, 406 p.

ESP

Espérandieu E. - Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, 16 vol., 1907-1981 (vol. I à IX : E. Espérandieu, vol. XII à XV : R. Lantier ; XVI : P.-M. Duval).

Fantar 1994

Fantar M. H. - La mosaïque en Tunisie, Éditions de la Méditerranée et Éditions du CNRS, 271 p.

Faure et Tran 2010

Faure P. et Tran N. - Les monuments funéraires inscrits de la colonie de Valence, Revue Archéologique de la Narbonnaise, 43 : 57-66.

Ferdière 1988

Ferdière A. - Les campagnes en Gaule romaine, 1, Les hommes et l’environnement en Gaule rurale (52 av. J.-C.-486 ap. J.-C.), Éditions Errance, Paris, 301 p.

Fornasier 2003

Fornasier B. - Les fragments architecturaux des arcs de triomphe en Gaule romaine, Presses Universitaires Franc-Comtoises, Besançon, 304 p., 47 pl. (Annales Littéraires Université de Besançon ; 746).

Fouet 1969

Fouet G. - La villa gallo-romaine de Montmaurin, Éditions du CNRS, Paris, 398 p. (XXe suppl. à Gallia).

Fournier 1965

Fournier P.-F. - Informations archéologiques, Circonscription de Clermont-Ferrand, Gallia, 23/2 : 389-411.

Girault de Prangey 1847

Girault de Prangey - Langres, la Porte Gallo-romaine, Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Langres, 1 : 4-11.

Goudineau 1979

Goudineau Chr. - Les fouilles de la Maison au Dauphin, Recherches sur la romanisation de Vaison-la-Romaine, XXXVIIe suppl. à Gallia, Éditions du CNRS, Paris, 2 vol., 325 p., 101 pl. h. t., XII plans.

Gounot 1977

Gounot R. - Mobilier et artisanat en Velay, Société Académique du Puy, Le Puy, 247 p., 100 pl.

Gounot 1989

Gounot R. - Archéologie gallo-romaine en Haute-Loire, nspécial des Cahiers de la Haute-Loire, 161 p.

Grandjean et Malgouyres 2011

Grandjean G. et Malgouyres Ph. - Regards sur Marie, Fages Éditions, Lyon, 146 p.

Guerrier-Delclos 2000

Guerrier-Delclos J. - À la recherche des piliers funéraires de Sens, in : Walter 2000 : 155-162.

ILN Vienne

Rémy B. (dir.) - Inscriptions latines de la Narbonnaise, V, 1, Vienne, XLIVe suppl. à Gallia, Paris, Éditions du CNRS, 2009.

Jacques 1987

Jacques Fr. - Étude de l’inscription de Roanne, in : Le pays roannais gallo-romain, Approche historique et archéologique, Riorges : 117-118.

Laffont (dir.) 2011

Laffonf P. (dir.) - L’armorial de Guillaume de Revel, Châteaux, villes et bourgs du Forez au xvs., Lyon (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne ; 35).

La Mure 1674

La Mure J. M. de - Histoire universelle, civile et ecclésiastique, du Pays de Forez, Gayet, Lyon, 483 p.

Landes 2002

Landes Chr. (éd.) - La mort des notables en Gaule romaine, Catalogue d’exposition, Musée Archéologique Henri-Prades, Lattes, 256 p.

Lantier 1959

Lantier R. - Chronique des publications. Recherches archéologiques en Gaule en 1956, Gallia, 17 : 491-511.

Lantier 1966

Lantier R. - Recueil des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, t. XV, supplément (suite), Presses Universitaires de France, Paris, 173 p., CXVII pl.

Laubry 2009

Laubry N. - Les inscriptions funéraires des monuments lyonnais, in : Goudineau Chr. (dir.), Rites funéraires à Lugdunum, Éditions Errance, Paris : 135-143.

Lavendhomme 1997

Lavendhomme M.-O. - La Loire, AIBL et al., Paris, 305 p. (Carte Archéologique de la Gaule, n42).

Lefèbvre 1990

Lefèbvre L. - Le Musée Luxembourgeois, Ministère de la communauté française, Arlon, (Musea Nostra ; 20).

Longeon 1973

Longeon Cl. - Documents sur la vie intellectuelle en Forez au xvie s., Centre d’Études Foréziennes, Saint-Étienne, 322 p.

Lȍrincz 1994

Lȍrincz B. (éd.) - Onomasticon provinciarum Europae latinarum (OPEL), I, Aba-Bysanus, Archaeolingua, 3, Budapest.

Loustaud 2000

Loustaud J.-P. - Limoges antique, Travaux d’Archéologie Limousine, 387 p. (Supplément ; 5).

Maligorne 2006

Maligorne Y. - L’architecture romaine dans l’Ouest de la Gaule, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 229 p.

Mansuelli 1963

Mansuelli G. - Les monuments commémoratifs romains de la vallée du Pô, in : Monuments et mémoires de la Fondation E. Piot, 53 : 19-93.

Marquet 1967

Marquet M. et al. - Guide-répertoire d’archéologie antique, 14, Départements de Loire et Haute-Loire, Éditions du GAA du Touring Club de France, Paris, 43 p.

Maussier 1886

Maussier P. B. - Étude sur le pays des Ségusiaves, in : Annales de la Société d’Agriculture, Industrie, Sciences, Arts et Belles-Lettres du département de la Loire : 231-246, 4 pl. 1 carte.

Metzler, Zimmer et Bakker 1981

Metzler J., Zimmer J. et Bakker L - Ausgrabungen in Echternach, Luxembourg, 400 p.

Mondanel s. d.

Mondanel Chr et D. - Sépultures et nécropoles gallo-romaines en Auvergne, Sites, s. d., 129 p. (hors série ; 34).

Mondésert 1999

Mondésert L. - Le culte marial en Loire – Forez à travers ses sanctuaires, in : Autour du culte marial en Forez. Coutumes, art, histoire, Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne : 85-91.

Nouvel 2009

Nouvel P. - De la ferme au palais. Les établissements ruraux antiques de Bourgogne du nord, iie-ive s. p. C., in : Leveau Ph., Raynaud Cl., Sablayrolles R. et Trément Fr., Les formes de l’habitat rural gallo-romain, Terminologie et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Colloque AGER VIII – Toulouse 2007, 17e suppl. à Aquitania, Bordeaux : 361-389.

Paillet et Tardy 2006

Paillet J.-L. et Tardy D., avec la coll. d’A. Pontet - Les monuments funéraires des Cars en Corrèze : premier bilan des recherches, in : Moretti J.-Ch. et Tardy D., L’architecture funéraire monumentale, la Gaule dans l’Empire romain, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris : 444-472.

Polito 1998

Polito E - Fulgentibus armis, Introduzione allo studio dei fregi d’armi antichi, “ L’Erma ” du Bretschneider, Rome, 238 p.

Provost et Rémy 1994

Provost M. et Rémy B. - La Haute-Loire, AIBL et al., Paris, 192 p. (Carte Archéologique de la Gaule, n43).

Quitaud 1993

Quitaud R. - Fouilles de la chapelle St-Jean de Saint-Rambert-sur-Loire, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 4 : 34-46.

Radisson 2014

Radisson L. - Souvenir de Fourvière : la vision de Notre-Dame de Fourvière véhiculée par l’imagerie pieuse lyonnaise du xixe s., mémoire de master sous la dir. de Chr. Sorrel, Enssib – Université Lumière - Lyon 2, Lyon [en ligne].

Randon 2012

Randon C. - Saint-Just-Saint-Rambert. Rempart du prieuré, angle des rues d’Occiacum et de Simiane de Montchal, Rapport Final d’Opération, Chaponay (doc. tapuscrit).

Rémy 1995

Rémy B. - Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA), Les Vellaves, Centre Pierre-Paris, Bordeaux.

Renaud 1937

Renaud J. - Histoire de Saint-Just-sur-Loire et de la navigation sur la Loire depuis cette ville jusqu’à Roanne, chez l’auteur, 342 p.

Renaud 1956

Renaud J. - Que représente le cippe gallo-romain de Saint-Rambert-sur-Loire (Loire) ?, Revue Archéologique de l’Est, VII, fasc. 2, av.-juin 1956 : 157-159.

Renaud 1969

Renaud J.- Observations sur les antiquités romaines en remploi dans l’église de Saint-Rambert-sur-Loire, Bulletin de La Diana, XLI, n4 : 101-108.

Reure 1915

Reure O. C. - Bibliothèque des écrivains foréziens ou qui se rattachent au Forez, La Diana, Montbrison (Recueil de Mémoires et documents sur le Forez ; XIV).

Reynaud 2002

Reynaud J.-Fr. (dir.) - Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, Alpara, Lyon, 208 p. (DARA ; 23).

Rochigneux 1889

Rochigneux Th. - Des matériaux employés aux diverses époques du Moyen-Âge dans la construction des édifices publics de la région Montbrisonnaise, Bulletin de la Diana, 5 : 165-172.

Savay-Guerraz 1990

Savay-Guerraz H. - Les matériaux calcaires dans l’art funéraire à Lyon, Gallia, 47 : 135-144.

Sébillot 1905

Sébillot P. - Le folklore de la France, II, La mer et les eaux douces, E. Guilmoto éditeur, Paris, 478 p.

Signerin 1900

Signerin Ch. - Histoire religieuse et civile de Saint-Rambert-en-Forez, Saint-Etienne, Théolier, Thomas et Cie, 482 p.

Signerin 1901

Signerin Ch. - Les quatre Madones anciennes des portes historiques de la ville de Saint-Rambert-en-Forez, Saint-Etienne, Imprimerie Théolier, 52 p.

Signerin 1911

Signerin Ch. - Monographie des parties principales qui constituent l’église de Saint-Rambert-sur-Loire, archives de l’Association des Amis du Vieux Saint-Just – Saint-Rambert, document dactylographié, non paginé.

Stilp 2017

Stilp Fl. - L’arc d’Orange : origine et Nachleben, Les Belles Lettres, Paris, 262 p.

Talbert 2000

Talbert R. J. A. (éd.) - Barrington Atlas of the Greek and Roman World, Princeton University Press, Princeton et Oxford, 3 vol.

Terrer 2003

Terrer D - Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule, Vienne (Isère), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 251 p, 269 pl. (Nouvel Espérandieu ; I).

Thévenot 1968

Thévenot E. - Divinités et sanctuaires de la Gaule, Fayard, Paris, 245 p.

Thiollier 1889 :

Thiollier F. - Le Forez pittoresque et monumental, Imprimerie A. Waltener et cie, 451 p.

Thiollier 1936

Thiollier M. et J.-P. - St-Rambert, Congrès Archéologique de France, 98, Lyon, et Mâcon, 1935 : 177-190.

Thomas 1971

Thomas Fr. - Le relief et les sols de la plaine du Forez, Centre d’études foréziennes, Saint-Étienne, 119 p.

Toutain 1930-31

Toutain J. - Mémoire sur un petit autel gallo-romain trouvé en 1929, Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1930-31 : 222-224, pl. III.

Valette 2011

Valette P. - Le Forez avant le Forez, Le temps des Ségusiaves, Contribution à l’histoire du Forez, 10e printemps de l’Histoire, Cahiers de Village de Forez, 86 : 7-36.

Verrier 1994

Verrier J. - Bilan de la Carte Archéologique, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 5 : 43-53.

Verrier 1995a

Verrier J. - La chapelle Saint-Côme, commune de Saint-Just-Saint-Rambert, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 6 : 45-47.

Verrier 1995b

Verrier J. - Sondage au lieu-dit Saint Côme, commune de Saint-Just-Saint-Rambert, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 6 : 25-43.

Verrier 1996

Verrier J. - Saint-Just-Saint-Rambert (Loire). La chapelle Saint-Côme, Archéologie Médiévale, 26 : 257-258.

Verrier 2001

Verrier J. - L’occupation du lit majeur de la Loire, à l’époque gallo-romaine, dans la partie sud de la plaine du Forez : bilan intermédiaire, Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 12 : 81-91.

Violet 1983

Violet Fr., Gourtray B. et Soulingeas Y. - Iconographie de la Vierge noire du Puy : catalogue d’exposition, Le Puy, Baptistère Saint-Jean, Conservation des Antiquités et objets d’art de la Haute-Loire, Le Puy, 274 p.

Viollet-le-Duc 1867

Viollet-le-Duc E. - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie s., 2.

Vitel 2001

Vitel G. - Géologie de la Loire, Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne, 156 p.

Walter 1985

Walter H. - La Porte Noire de Besançon, Les Belles Lettres, Paris, 2 vol., 1985, 483 p., LXXXIX pl. (Annales Littéraires de l’Université de Besançon ; 321).

Walter 2000

Walter H. (éd.), La sculpture d’époque romaine dans le nord, dans l’est des Gaules et dans les régions avoisinantes : acquis et problématiques actuelles, Actes du colloque international de Besançon, 12-14 mars 1998, Presses Universitaires Franc-Comtoises, Besançon.

Haut de page

Notes

1 La commune de Saint-Rambert-sur-Loire (rive gauche du fleuve) a fusionné avec celle de Saint-Just-sur-Loire (rive droite) en 1973 pour former une unique commune de Saint-Just-Saint-Rambert où l’identité de chacun des deux quartiers reste forte.

2 Collaborateur de l’abbé Signerin, historien de Saint-Rambert au début du xxe s., H. Marthoud est l’auteur d’une série de croquis au crayon, conservés au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert, représentant des monuments ou des objets archéologiques du sud du département de la Loire ; il les “ recopiait à la plume ”, selon l’expression qui barre beaucoup d’entre eux, non parfois sans les modifier. Un tirage de ces versions à la plume est conservé dans les archives de l’Association des Amis du Vieux Saint-Rambert (voir par ex.  Verrier 1994 : fig. 4-5). Il nous est agréable de remercier pour leur accueil et leur aide M. Gursel, conservateur du musée et M. Chalard, président de l’association, ainsi que leurs collaborateurs, et J.-M. Péault à qui nous sommes redevable de la photographie du relief du clocher.

3 La tabula ansata au nom de Q. S[…] Aufustius réputée provenir de Roanne (CIL, XIII, 1649) est sans doute un faux moderne (Jacques 1987).

4 Le dessin figure dans le carnet n34 des archives de Roumejoux conservées et mises en ligne à la Bibliothèque Départementale de la Dordogne (https://archives.dordogne.fr ; cote : 41 Fi 07 ; réf. : A34P19).

5 L’encastrement après coup d’une même poutre dans les deux logements est possible si la profondeur de l’un d’eux était au moins le double de celle de l’autre, ce qui permet la manœuvre de la poutre, vérification qui ne peut être faite ici. Sur ce dispositif, employé aussi pour le verrouillage des portes d’enceintes diverses – mais aussi d’habitations –, voir Viollet-le-Duc 1867 : 122-123, fig. 2-3.

6 Il faut retirer du corpus réuni par P. Chatagneret et J. Verrier le dernier “ autel ” qui est en fait l’édicule dont nous parlons ci-dessous. Les deux auteurs publient le profil de chacun des autels.

7 On ne peut pas en revanche faire apparaître de critères chronologiques ou d’atelier dans ces variations.

8 Au centre des jardins du château de La Bâtie d’Urfé, à une douzaine de kilomètres au nord de Montbrison, se dressait au xviie s. une statue de Cérès. Sur le rôle de Cérès dans la Pastorelle (1588) du forézien L. Papon (1523-1599), voir Longeon 1973 : 209.

9 Objet autrefois conservé au Musée Archéologique de Dijon où E. Espérandieu témoigne de sa présence, il est absent du catalogue plus récent (Deyts 1976) des collections.

10 Archives Signerin (carton n6) au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert.

11 Notes prises [par Ch. Signerin] sous la dictée de M. Sauvageot, architecte délégué le 9 août 1898 par le ministère des Beaux-Arts, folio 1-2 (archives Signerin (carton n6) au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert).

12 Il faut citer pour mémoire un dernier réemploi visible, celui d’une paroi de sarcophage mérovingien en molasse employée comme linteau de la “ porte des Lions ” ouverte sur l’extérieur dans le collatéral nord.

13 Sur cette indifférence et même sur les contresens de lecture, voir un exemple dans Béal 2013b : 186.

14 Lavendhomme 1997 : 204 : cependant, seule une partie des sites mentionnés se trouve sur la rive gauche et rambertoise de la commune. Les données disponibles sur les communes voisines (Bonson, Chambles, Périgneux, St-Marcellin, Sury : Lavendhomme 1997 et prospections du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire) ne font pas davantage apparaître de sites majeurs.

15 Rappelons qu’on ne dispose d’aucun plan complet de villa dans la plaine du Forez et que la seule source utilisable pour hiérarchiser les sites est ici l’étude du mobilier recueilli en fouilles et lors de prospections.

16 Pour la partie orientale de la cité des Ségusiaves, voir le mausolée de Pommiers (Béal et Tourgon 2018).

17 À Marclopt, la cuve du sarcophage qu’on y voit encore a été, selon nous (Béal 2013a : 226-227), creusée dans le linteau de la porte d’un mausolée ; mais le sarcophage a pu être déplacé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Extension minimale de la cité des Ségusiaves et localisation de Saint-Rambert ; carrés gris : villae identifiées dans la cité ; étoiles : mentions de notables dans le Rhône, à Pommiers (P) et à Anse, et dans la Loire, à Bussy-Albieux (B) et à Marclopt (M). Entre Anse et la vallée du Gier, l’emprise discutée du territoire colonial de Lyon, n’est pas figurée.
Crédits D’après Béal 2007
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2 - La région de Saint-Rambert : le bourg médiéval et moderne, les sites antiques et les points de franchissement du fleuve.
Crédits DAO : M. Lagrange
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3 - Plan de l’église Saint-André (d’après le plan de L. Bernard in Thiollier 1936, fig. de la p. 181) et localisation des principaux réemplois inscrits ou sculptés ; A : la façade sud-ouest ; B : l’intérieur du clocher-porche ; C : le collatéral droit ; D : la sacristie. En E, la chaufferie. Les contreforts (xvie s.) sont hachurés.
Crédits DAO : M. Lagrange
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 4 - Façade occidentale de l’église Saint-André.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 5 - Façade occidentale de l’église Saint-André : parement en petit appareil du collatéral nord de l’état II adossé contre le clocher-porche de l’état I.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 6 - Façade du clocher-porche : en brun : blocs antiques inscrits A1-A3 ; en brun clair : bloc antique sculpté A4 ; en rose soutenu : blocs antiques avec trous de louve ou d’agrafe ; en rose clair : blocs buchés ; en vert : reste de la frise du clocher médiéval.
Crédits DAO : J.-Cl. Béal, d’après Reynaud 2002 : fig. 76 [relevé avant restauration récente : I. Parron] et observations après restauration
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 7 - Blocs inscrits A1 à A3 réemployés à la base de la façade du clocher-porche.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 8 - Les blocs inscrits A2-A3 et le bloc sculpté A5 dans la façade de l’église : croquis d’H. Marthoud (archives Signerin au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 9 - Relief A4 réemployé à l’étage du clocher-porche de l’église.
Crédits Cliché : J.-M. Péault
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 10 - En haut, éléments subsistants (encadrés noirs) de la frise décorative de l’état I ; en dessous, blocs en réemploi présentant des traces de buchage (hachures), ou des trous de louve ou d’agrafes (rectangles noirs).
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 11 - Le bloc sculpté A5 réemployé dans le contrefort nord-ouest de l’église Saint-André.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 12 - Scène de chasse au filet sur une mosaïque de Carthage.
Crédits D’après Fantar 1994 : 167
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 13 - Rez-de-chaussée du clocher-porche, paroi méridionale.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 14 - Rez-de-chaussée du clocher-porche, paroi septentrionale.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig.15 - L’autel B1 réemployé dans le pilastre méridional du rez-de-chaussée du clocher-porche et la cavité creusée à son sommet.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 16 - La cavité bouchée (encadré blanc) de l’édicule B2.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 17 - L’édicule : croquis d’H. Marthoud (archives Signerin au Musée des Civilisations Daniel Pouget de Saint-Rambert).
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 18 - Profil des autels et de l’édicule : A : autel de Feurs pour Titius Servandus ; B : autel de Néronde ; C : autel de Saint-Rambert ; D : édicule de Saint-Rambert.
Crédits DAO : M. Lagrange
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 19 - L’autel de Saint-Laurent-la-Conche (conservé in situ).
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 20 - L’autel de Montbrison (musée de La Diana à Montbrison).
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 21 - L’édicule sur podium B2 entièrement dégagé lors d’un sondage dans les années 1960.
Crédits Collectif 1975 : 28
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 22 - L’édicule vu de trois quarts ; décor de guirlande sur la face latérale.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 23 - Figuration de la Vierge au manteau enveloppant sur une plaque muletière.
Crédits D’après Gounot 1977 : 171, no 1374, pl. 88 ; diam : 173 mm ; Musée Crozatier du Puy-en-Velay, inv. no 37.1.82).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 24 - Ex-voto lyonnais à la Vierge de Bon Conseil daté de 1881.
Crédits D’après Berthod et Hardouin-Fugier 2008 : 58
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 25 - Édicule votif de Langres.
Crédits Musée d’Art et d’Histoire de Langres ; cliché : J.-Cl. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 26 - Chapiteau toscan C1 réemployé dans un bénitier composite de l’église Saint-André.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 27 - Corniche de la sacristie D1, représentée comme le couronnement d’un “ cippe ” à décor sculpté sur un croquis d’H. Marthoud.
Crédits Archives Signerin au Musée des Civilisations Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 28 - Corniche de la sacristie D1, réemployée comme moulure d’imposte au-dessus de la base du pilastre faite de divers réemplois.
Crédits Cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 29 - Corniche de “ la cure ” figurée sur un croquis d’H. Marthoud et non retrouvée.
Crédits Archives Signerin au Musée des Civilisations – Daniel Pouget de Saint-Rambert ; cliché : J.-C. Béal
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5294/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Béal, « Les blocs antiques en réemploi dans l’église Saint-André de Saint-Just-Saint-Rambert (Loire) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 61 | 2022, mis en ligne le 08 mars 2022, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/racf/5294

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Béal

UMR 5138 - ARAR, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 7, rue Raulin, Lyon, jcl.beal@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search