Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 61Un établissement de l’étape moyen...

Carte localisation

Un établissement de l’étape moyenne du Bronze final à Morancez (Eure-et-Loir)

An establishment from the middle stage of the Final Bronze Age in Morancez (Eure-et-Loir)
Bruno Lecomte et Delphine Capron

Résumés

La fouille du site des Ardrets à Morancez (28) a permis la mise au jour d’une occupation de l’étape moyenne du Bronze final. L’occupation comprend des structures d’habitat au nord et des creusements liés à des pratiques funéraires au sud. La contemporanéité des deux ensembles n’est pas avérée. L’organisation du secteur résidentiel est comparable aux sites contemporains du nord-ouest de la France. Vu de manière partielle, cet habitat peut correspondre à un hameau ou à un petit village matérialisé par des bâtiments associés à de petites constructions probablement liées au stockage. Un important lot de céramique, attribuable au Bronze final IIIa, a été mis au jour lors de cette opération. Il permet d’étoffer un corpus peu documenté en Eure-et-Loir.
Le site est localisé aux marges des complexes Manche – mer du Nord et Rhin-Suisse-France-Orientale. Cette situation géographique permet la mise en perspective de l’occupation de Morancez au sein de cette zone “ tampon ˮ. Ce secteur reste peu documenté au regard de l’information disponible dans les régions voisines. Si les pratiques funéraires identifiées sont attribuables à la culture Manche-mer du Nord, les architectures et le mobilier céramique reflètent diverses influences.
Ces découvertes donnent de nouvelles informations sur les affinités culturelles du département durant l’étape moyenne du Bronze final. La situation géographique du site permet la mise en perspective des deux cultures dont les limites restent encore à préciser.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Le site

Contexte géographique et géologique

1L’emprise de l’opération est située sur un plateau limoneux en rive droite de l’Eure. Le cours d’eau actuel, situé à 1 km à l’ouest, est marqué par une vallée large au relief peu marqué (Fig. 1).

Fig. 1 - Contexte topographique du site.

Fig. 1 - Contexte topographique du site.

DAO B. Lecomte

2Le site est implanté sur une légère pente nord-sud. L’altitude de la surface actuelle varie de 143,50 m au sud à 146,50 m NGF au nord, soit 3 mètres de dénivelé sur environ 250 m de distance.

3Deux logs ont été réalisés et relevés le long des bermes nord et sud de l’opération (Fig. 2).

Fig. 2 - Contexte géologique du site.

Fig. 2 - Contexte géologique du site.

DAO B. Lecomte

4Le terrain est caractérisé par des limons de plateau quaternaires riches en manganèses dans la partie basse de l’emprise de fouille (Fig. 2).

5Ils reposent sur des argiles à silex surmontées par un cailloutis formant une interface avec les limons des plateaux. Les vestiges archéologiques apparaissent dans les limons des plateaux (3a – 3b). Le niveau de perturbation de ce sédiment en partie supérieure, correspond aux couches 2a – 2b. Les structures apparaissent à 50 cm sous le sol actuel, après décapage de la terre végétale (1a – 1b) et de ce limon brun (2a – 2b). Ces perturbations, induites par les activités agricoles récentes, témoignant d’une érosion du site.

Présentation générale

6L’aménagement d’une zone artisanale à Morancez en Eure-et-Loir a donné lieu à une fouille archéologique en 2016. Les investigations ont été réalisées sur 14 000 m2. L’intervention a permis de mettre au jour une occupation de l’étape moyenne du Bronze final dont l’intégralité n’a pas été mise au jour durant cette opération. La fouille de cet établissement renseigne sur une période encore peu connue dans le département. Elle complète les découvertes anciennes, pour l’essentiel des dépôts de haches en Bronze (Lutz-en-Dunois, Bronze final III, Cordier 2009 : 288) et d’objets divers (Chartres, Bronze final III, Eluère 1972 : 59). Le département est aussi marqué par la collecte d’objets isolés dont l’inventaire a été fait pour le Bronze final (Cordier 2009). Les données concernant le Bronze final ont été récemment complétées par les fouilles préventives menées à Auneau, Mignières et Sours (Frénée et al. 2017) et le long de la vallée du Loir (Alluyes et Saumeray : Hamon et Detante 2008, Georges et Hamon 2004). Les fouilles anciennes concernent pour l’essentiel le site du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987) (Fig. 3).

Fig. 3 - Principaux sites de l'étape moyenne du Bronze final en Eure-et-Loir.

Fig. 3 - Principaux sites de l'étape moyenne du Bronze final en Eure-et-Loir.

DAO B. Lecomte

Les structures de l’âge du Bronze

7Les vestiges archéologiques se concentrent pour l’essentiel dans deux pôles distincts. La partie sud est marquée par la présence de structures liées à des pratiques funéraires tandis que la partie nord de la fouille a révélé des creusements matérialisant un habitat.

Les indices de pratique funéraire

8Deux petites fosses contenant des ossements humains brûlés ont été mises au jour durant le diagnostic (Verneau 2015, faits 125 et 126). La fouille n’a pas permis, dans ce secteur, d’identifier d’autres aménagements liés aux pratiques funéraires ou tout du moins contenant des restes calcinés (Fig. 4). Néanmoins, il faut souligner la nature des comblements des fosses 3011 et 3023. En effet, le limon semble mélangé avec des cendres pour ces deux structures et présente de nombreux charbons de bois. Avons-nous ici des rejets d’éléments provenant de bûchers ? Aucun ossement brûlé n’y a été découvert.

Fig. 4 - Plan de l'espace funéraire.

Fig. 4 - Plan de l'espace funéraire.

DAO B. Lecomte / F. Verneau

9La présence de petites fosses stériles a déjà été observée dans la région durant l’âge du Bronze. Citons, en particulier, l’exemple de la nécropole de la Pierre Aiguë à Alluyes (Eure-et-Loir) (Fig. 3), fouillée entre 2007 et 2009 (Hamon et Detante 2008). Plus du tiers des dépôts cendreux mis au jour ne contenaient aucun ossement. Des analyses physico-chimiques, notamment la mesure des teneurs en phosphore inorganique et en calcium, ont pu démontrer que la plupart de ces dépôts correspondaient bien à des fosses en rapport avec la crémation. Certes, le corps est ici absent de la structure finale. Ces analyses montrent que le corps était présent lors de la crémation même si aucun ossement n’y a été mis au jour.

10Cette absence d’ossement est aussi observée pour la nécropole des Pâtures à Saumeray en Eure-et-Loir (Georges et Hamon 2004) : sur neuf fosses à crémation, trois ne présentent aucun ossement humain brûlé. Pour ces auteurs, la question de la nature des différentes fosses mises au jour se pose : ont-elles une fonction symbolique ? D’autre part, pour les fosses présentant des ossements humains brûlés, il n’est pas rare que les masses d’os soient faibles. Pour la nécropole des Pâtures, les échantillons représentent entre 0,1 et 29,6 g. Ces faibles quantités sont, pour les auteurs, probablement révélatrices d’un geste funéraire (Georges et Hamon 2004). Ces masses osseuses sont à rapprocher de celle de la fosse F126 de Morancez qui livre 3,5 g seulement. Pour la fosse F125, la quantité d’ossement est plus importante (220 g environ) mais ne peut représenter un ramassage exhaustif sur le bûcher, ou tout du moins un dépôt complet. Là encore, ce geste est observé dans d’autres nécropoles. La fouille d’une partie du site d’Anet “ le Débucher ˮ en Eure-et-Loir a livré deux structures datées du Bronze final livrant des résidus de combustion. Les masses osseuses sont de 348 g (F105) et 181 g (F106), représentant probablement un dépôt partiel (Lardé et Le Goff 2010).

11On notera l’absence d’enclos funéraire dans l’emprise de l’opération. Les enclos circulaires matérialisant des nécropoles et datés du Bronze final sont connus dans le département par des fouilles (Alluyes, Saumeray et Anet). L’emprise de fouille, restreinte, n’a probablement permis d’identifier une petite partie de la nécropole qui se développe probablement sur les parcelles contigües.

12Les structures funéraires de cette période en Eure-et-Loir sont encore mal connues. Les sites de la vallée du Loir (Alluyes et Saumeray) sont actuellement les mieux étudiés car ils ont fait l’objet de grands décapages. Ponctuellement, quelques enclos et structures funéraires ont été mis au jour lors de fouilles préventives (Anet, Nogent-le-Roi, Sours). Par ailleurs, de nombreux enclos circulaires, bien que non datés ont été identifiés dans le cadre de prospections aériennes et en particulier le long de la vallée de l’Eure (Ollagnier et Joly 1994 : 62-63 et Cliquet 1993).

13Outre les crémations en petites fosses identifiées dans le département, une structure oblongue, datée du Bronze final II/III d’après la chronologie française, contenant un vase retourné a été observé sur le site des Ouches à Sours (Lecomte et al. 2014). Pouvant correspondre à une inhumation, cette structure se distingue de celles observées pour l’instant en Eure-et-Loir.

14Les pratiques observées s’intègrent en tout cas dans le cadre local comme peuvent en témoigner les nécropoles d’Alluyes et Saumeray. Ces petites fosses contenant des rejets de bûcher apparaissent durant le Bronze final IIa en Normandie (Marcigny et al. 2017a : 74) et au début du Bronze final en Picardie et dans le Nord Pas-de-Calais (Buchez et al. 2017 : 45). Elles sont très largement majoritaires le long de la Manche et la mer du Nord (Le Goff et Billand 2012 : 141). D’autres exemples, de tradition funéraire du domaine atlantique, sont connus dans l’Aube (Riquier et al. 2017 : 233).

15La faible surface explorée lors de la fouille ne montre probablement qu’une petite partie de la nécropole.

16Le peu d’éléments mis au jour lors de la fouille ne permet pas de tirer de conclusions quant aux modalités des pratiques funéraires mises en œuvre sur le site. Sur d’autres sites, ces petites fosses sont contemporaines et/ou associées à des enclos circulaires (Georges et Hamon 2004) dont l’existence est probable sur le site. À Anet, les restes du défunt sont enterrés dans un contenant céramique (Lardé et Le Goff 2010). La fosse oblongue, interprétée comme une tombe et identifiée à Sours (Lecomte et al. 2014), témoigne d’une diversité des pratiques funéraires dans le département.

L’habitat

17Les structures correspondant à l’habitat ont été mises au jour à 150 m au nord de l’ensemble des structures liées aux pratiques funéraires.

18Il est caractérisé par la présence de plusieurs bâtiments aux architectures diverses, des fosses et un four dont la fonction n’est pas connue. Les structures sont en majorité concentrées dans la partie nord de l’emprise de fouille. L’interprétation des quelques creusements mis au jour dans la partie médiane demeure difficile même si un trou de poteau peut évoquer la présence d’une construction à cet emplacement.

Les bâtiments

19Plusieurs aménagements ou ensembles de trous de poteau ont été identifiés dans cette zone. On peut y distinguer une construction circulaire, des bâtiments rectangulaires, avec ou sans abside, et de petites constructions carrées ou trapézoïdales interprétées comme des greniers.

– Un bâtiment circulaire

20Le bâtiment 100 est situé à l’extrémité nord-ouest du terrain (Fig. 5 et 6). Il se compose de neuf trous de poteau disposés en cercle et régulièrement distants de 2,20 m les uns des autres - distances estimées à partir du centre des structures (Fig. 7). L’écart est plus important à l’est (3,80 m entre le TRP 2012 et le TRP 2060, 3 m entre le TRP 2060 et le TRP 2246) et semble indiquer des lacunes dans la partie est de la construction probablement dues à un arasement des structures dans ce secteur. Les trous de poteau rayonnent autour d’un creusement central (TRP 2026), à une distance de 3,50 m. La structure 2028, située à 70 cm du poteau central peut correspondre à un renfort de ce dernier. Rien n’indique cependant qu’il ait été planté de biais afin de venir s’appuyer sur la structure centrale. L’ensemble dessine un cercle de près de 7 m de diamètre, soit un espace de 37 m2 environ.

Fig. 5 - Plan général du site.

Fig. 5 - Plan général du site.

DAO B. Lecomte

Fig. 6 - Plans des bâtiments 100, 101 et 109.

Fig. 6 - Plans des bâtiments 100, 101 et 109.

DAO B. Lecomte

21Les neuf trous de poteau appartenant au cercle ont une forme quasi-circulaire d’un diamètre variant entre 28 et 38 cm (Fig. 7). Seul le trou de poteau 2060 est de plus petite dimension, soit 13 cm par 16 cm. Il est possible que seul le négatif du poteau ait été fouillé. Le comblement, qui contenait du charbon et des nodules de torchis, étaye cette hypothèse.

Fig. 7 - Plan et profils du bâtiment 100.

Fig. 7 - Plan et profils du bâtiment 100.

DAO B. Lecomte

22Les structures sont comblées par un sédiment limoneux homogène brun gris contenant tous des petits fragments de torchis brûlés à l’exception du poteau central. Cela indique probablement une destruction du bâtiment à la suite d’un incendie. Ces nodules de terre peuvent provenir de la destruction de la cloison, située d’après les hypothèses de restitution du bâtiment, à proximité de ce cercle de poteaux. On notera aussi la présence de charbons de bois dans quelques creusements ainsi que de la céramique (NR 14 pour l’ensemble du bâtiment).

23Plusieurs trous de poteau situés à l’est et à l’ouest du bâtiment peuvent correspondre à un système d’entrée (2042 et 2272 à l’est et de manière moins probable 2004 à l’est). Selon l’hypothèse 2, les structures sont distantes de 1,40 à 1,70 m par rapport au cercle de poteau. Le bâtiment, dans ce cas, a une surface estimée entre 72 et 95 m2 et un diamètre de 9,40 m (Hypothèse 2, Fig. 7).

24L’existence probable d’une entrée déportée implique la présence d’une cloison dont aucune trace n’a pu être identifiée. Le poteau 2004 semble trop éloigné du cercle de poteaux pour correspondre à une structure liée à une entrée (hypothèse 1 : Fig. 7). Selon cette hypothèse, le bâtiment aurait un diamètre de 14 m et une superficie de 153 m2 environ.

25L’étude de l’implantation théorique des poteaux montre des anomalies à l’est. Il manque un poteau entre les structures 2012 et 2060. Les poteaux 2060 et 2246 sont légèrement décalés par rapport au cercle théorique tracé à partir du poteau central. Ces anomalies peuvent être en relation avec un aménagement non identifié (porte ou entrée ?).

– Des bâtiments à abside

- Le bâtiment 102

26Le bâtiment 102, situé à 25 m au sud du bâtiment 100, est composé de 19 creusements (Fig. 5, 8 et 9) de forme circulaire. La construction, de plan rectangulaire possède une abside dans sa partie sud-ouest.

Fig. 8 - Plan et profils du bâtiment 102.

Fig. 8 - Plan et profils du bâtiment 102.

DAO B. Lecomte

Fig. 9 - Tableau synthétique des bâtiments rectangulaires, trapézoïdaux et carrés.

Fig. 9 - Tableau synthétique des bâtiments rectangulaires, trapézoïdaux et carrés.

DAO B. Lecomte

27L’intérieur du bâtiment est matérialisé par trois lignes parallèles de poteaux pouvant soutenir la toiture de l’édifice. Deux lignes de poteaux externes, lacunaires au sud, peuvent correspondre à l’emplacement des cloisons de la construction. Ces deux axes sont, en tout cas, dans le prolongement de l’abside.

28Les structures sont comblées de manière homogène par un limon brun gris contenant généralement du charbon de bois, du torchis et ponctuellement de la céramique.

29Hormis les poteaux de l’abside qui présentent une régularité d’implantation, les autres creusements ne présentent pas de répartition particulière ; en particulier dans la partie est du bâtiment. Ce phénomène peut être dû à la disparition de certains creusements moins ancrés dans cette partie de la construction.

- Le bâtiment 108

30La construction 108 se situe à 3 m à l’est du bâtiment 102 (Fig. 5, 9 et 10). Elle se compose de huit trous de poteau et d’un creusement qui peut s’apparenter à une sablière (2132). L’existence d’un bâtiment à cet emplacement est hypothétique. L’implantation des différentes structures suggère un bâtiment quadrangulaire avec une abside située à l’ouest. Un sédiment limoneux brun gris parfois plus sombre caractérise le comblement des structures. Elles renferment presque toutes du torchis et du charbon de bois excepté 2234. Seuls trois trous de poteau (2128, 2228 et 2238) ont livré de la céramique non tournée dont les caractéristiques sont proches du mobilier daté de l’étape moyenne du Bronze final mis au jour dans plusieurs fosses (cf. infra). Le poteau 2128 a également livré des restes animaux dont certains calcinés.

Fig. 10 - Plans et profils des bâtiments 108 et 101.

Fig. 10 - Plans et profils des bâtiments 108 et 101.

DAO B. Lecomte

– Des bâtiments rectangulaires

- Le bâtiment 101

31La construction 101 (Fig. 5 et 6) chevauche en partie l’implantation du bâtiment circulaire 100. Aucune relation stratigraphique entre les structures ne permet de définir la chronologie relative des deux constructions.

32De forme rectangulaire, ce bâtiment possède vraisemblablement une extension au sud (2046). Ce creusement peut correspondre à une avancée ou un accès (Fig. 9 et 10). Les différents creusements sont comblés par un sédiment limoneux homogène de couleur gris brun. Ils ont, pour la plupart, livré du charbon de bois et des particules de torchis. À l’exception du trou de poteau 2022, l’ensemble des creusements a livré de la céramique (NR 10).

- Les bâtiments 103, 105 et 110

33Les bâtiments 103, 105 et 110 sont situés à 24 m au sud de la construction 102.

34Ces ensembles, cohérents, ont été identifiés à partir des 34 creusements mis au jour dans ce secteur de la fouille (Fig. 11).

Fig. 11 - Plans et profils des bâtiments 103, 105 et 110.

Fig. 11 - Plans et profils des bâtiments 103, 105 et 110.

DAO B. Lecomte

Le bâtiment 103

35La construction est de forme rectangulaire (Fig. 9 et 11). Un poteau (2154), situé au centre, peut correspondre à un soutien de la toiture. Les structures qui composent le bâtiment sont comblées de manière homogène par un limon gris brun contenant du torchis, du charbon de bois et ponctuellement de la céramique dont un bord attribuable au Bronze final.

Le bâtiment 105

36Le bâtiment 105 se superpose au bâtiment 103 dans sa partie nord (Fig. 11). L’ensemble correspond à une construction trapézoïdale de 6,5 m de long pour une largeur comprise entre 3,5 m au sud et 4,7 m au nord (Fig. 9 et 11). Les différents creusements sont comblés de manière homogène par du limon gris ou brun contenant du torchis, du charbon de bois et ponctuellement de la céramique (NR : 2).

Le bâtiment 110

37Le bâtiment 110, dont l’existence est plus hypothétique, est situé immédiatement à l’ouest des constructions 103 et 105 (Fig. 9 et 11). Ces sept creusements ont été regroupés de manière hypothétique. La construction peut correspondre à un petit bâtiment trapézoïdal composé par les poteaux 2294, 2296, 2242 et 2240. Dans ce cas, il mesure 2,7 m de long pour une largeur variant de 2 m au nord à 1,5 m au sud. La construction peut être plus grande et inclure les poteaux 2284 et 2196 au nord (hypothèse 1) et le creusement 2290 à l’est (hypothèse 2).

Conclusion

38Le peu de mobilier collecté dans l’ensemble des structures de ces trois bâtiments ne permet pas d’établir une chronologie relative dans ce secteur de la fouille. Ces différentes constructions peuvent correspondre à plusieurs états d’un même bâtiment ou à plusieurs occupations distinctes.

– Les greniers

39Plusieurs constructions carrées ou trapézoïdales ont été mises au jour lors de l’opération. Ces bâtiments, de petite taille, n’excèdent pas les 2 m de long. ils sont en majorité composés de quatre poteaux.

- Le bâtiment 104

40Le bâtiment 104 est situé à 15 m à l’est de la construction 103 (Fig. 5). Les quatre creusements (2258, 2262, 2260 et 2256) forment un trapèze et rayonnent autour du poteau 2254 (Fig. 9 et 12). Ces creusements sont comblés de manière homogène par un limon gris brun contenant systématiquement du torchis et du charbon de bois et ponctuellement de la céramique.

Fig. 12 - Plans des bâtiments 104, 111, 106, 107 et 109.

Fig. 12 - Plans des bâtiments 104, 111, 106, 107 et 109.

DAO B. Lecomte

- Le bâtiment 111

41Le bâtiment 111 est situé au centre de la construction 108 (Fig. 5, 9 et 12). Il correspond à un petit édifice carré. Ses fosses d’ancrage sont comblées par un limon brun gris homogène. Le sédiment est plus charbonneux au niveau des empreintes de poteaux, ici matérialisées par des pointillés (Fig. 12). Elles ont livré du torchis, des charbons de bois et de la céramique (NR : 69) attribuable à l’étape moyenne du Bronze final. Le poteau 2191 a livré des restes animaux. On peut s’interroger sur la taille des creusements disproportionnés par rapport à la taille de l’édifice. Il peut s’agir d’une architecture visant à soutenir un bâtiment plus grand mais non identifié ici. Il semble très hypothétique de l’associer à l’ensemble de poteaux 108.

– Autre groupement de poteaux rattachable à des bâtiments ou constructions : des greniers ?

42Signalons la présence de plusieurs ensembles de poteaux pouvant correspondre à des bâtiments ou à des structures dont la fonction est difficile à proposer ici.

- L’ensemble 109

43Une série de huit poteaux a été identifiée à proximité de ces deux bâtiments (100 et 101) (Fig. 5, 6 et 9). Le gabarit de ces structures est semblable à celui des bâtiments voisins. Elles ont livré ponctuellement de la céramique, dont un bord de pot, attribuable au Bronze final IIb/IIIa. Cet ensemble ne forme pas d’ensemble cohérent et est difficile à rattacher aux deux bâtiments situés à proximité. Il n’est pas possible de restituer le plan d’une construction avec si peu d’éléments. Ils peuvent appartenir à une construction plus vaste probablement située hors emprise de fouille. Les poteaux 2042, 2044 et 2052 peuvent éventuellement correspondre à un petit grenier carré de 1,50 m de côté (Fig. 12).

- Les groupements de poteaux 106 et 107

44Ils sont situés au nord-ouest du bâtiment 102 (Fig. 5, 9 et 12). Ces ensembles de poteaux ne présentent pas de plan clair de bâtiment. La ou les hypothétiques constructions peuvent se prolonger sous la berme ouest. Quelques tessons de céramiques, de morphologie proche des grands ensembles mis au jour dans des fosses du site, collectés dans ces creusements nous incitent à rattacher cet ensemble à l’occupation du Bronze final. Deux petites constructions carrées peuvent être identifiées à cet emplacement (106 et 107 : Fig. 9 et 12).

– Comparaison des bâtiments

45Plusieurs types de bâtiments ont été mis au jour sur le site. Des constructions circulaires ou rectangulaires interprétées comme des habitations et des structures plus petites pouvant être interprétées comme des greniers (Fig. 9).

- Le bâtiment circulaire

46Le bâtiment 100 s’apparente aux maisons rondes/installations domestiques du Bronze atlantique identifiées en Grande-Bretagne (Godard 2013) mais aussi en Bretagne ou Normandie durant le Bronze final à Maleville-sur-le-Bec “ le Buisson du Roui ˮ (Mare et al. 2018 : 179) et le Bronze final III comme c’est le cas à Cahagnes “ Benneville ˮ dans le Calvados (Jahier 2018 : 273) ou à Fontenay-le-Marmion (Marcigny 2019 : 50-51). Des exemples sont aussi connus en Picardie (Buchez et al. 2017 : 43) et dans le Nord (Leroy-Langelin et al. 2021 : 288). Ils montrent des plans parfaitement circulaires associés à une entrée en forme de petite avancée rectangulaire composée de 4 ou 6 poteaux dirigée vers l’est ou le sud-est.

47Il n’est pas unique dans la région comme le montrent les sites de Mignières ou encore d’Auneau. À Mignières, sur le site du “ Petit Courtin ˮ (Frénée et al. 2017 : 174), l’un des bâtiments repérés adopte un plan circulaire, aux dimensions comparables. De même, à Auneau, sur le site de “ la Sente des Roches ˮ (Frénée et al. 2017 : 174), deux bâtiments circulaires attribués au Bronze final IIIa sont reconnus, l’un de 8 m de diamètre et l’autre de 6,20 m. Les dimensions du bâtiment 100 et de ces exemples voisins (Mignières et Auneau) correspondent à la taille moyenne des bâtiments rencontrés en Bretagne et Normandie (Godard 2013 : 165 à 186).

48La présence du poteau 2028 à proximité du creusement central n’est pas sans évoquer le plan du bâtiment de Cagny dans le Calvados (Lepaumier et al. 2005 : 250). Notons que les bâtiments circulaires perdurent au Bronze final IIIb comme c’est le cas dans l’Eure à Gravigny par exemple (Fromont et al. 2018). Ces bâtiments possèdent sans doute un usage domestique. Par leurs caractéristiques communes (plan, dimensions, aménagement ou non d’une entrée), les exemples identifiés en Eure-et-Loir attestent leur appartenance au complexe Manche – mer du Nord ou tout du moins une influence atlantique.

- Les bâtiments rectangulaires

49Deux constructions à abside ont été reconnues sur le site. Si le bâtiment 102 a un plan cohérent, la structure du bâtiment 108 est beaucoup plus hypothétique.

50L’architecture du bâtiment 102 possède un plan semblable aux constructions mises au jour à Sours (Hamon et Creusillet 2012). Une cloison externe y a été identifiée contrairement à Morancez. Il n’est donc pas exclu que les creusements correspondent à la structure porteuse de cette construction de Morancez. Ce type de bâtiment est aussi connu à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 334). La taille du bâtiment 102 est tout à fait comparable à ces exemples. Cette architecture est connue durant le Bronze final IIIa et IIIb à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006). Des bâtiments à abside ont aussi été identifiés sur le site de Sublaines en Indre-et-Loire durant le Bronze final IIIa (Frénée et al. 2017 : 172).

51Des constructions similaires au bâtiment 105, attribuables par datation 14C à l’étape moyenne du Bronze final, ont été mises au jour à Auneau (Frénée et al. 2017 : 174) mais de taille beaucoup plus modeste. Une architecture semblable datée du Bronze final IIb/IIIa est aussi connue sur le site de Feuillères dans la Somme (Talon 1992 : 444).

52Le bâtiment 103 est comparable au bâtiment E.95 de Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 334) daté du Bronze final IIIb ancien, les deux ensembles possédant un poteau central. Par ailleurs, des bâtiments à plan rectangulaire existent durant le Bronze final sur les sites de Châtenay-sur-seine et de Grisy-sur-Seine (Mordant et Gouge 1992).

53Dans le cas de l’hypothèse 1 du bâtiment 110 (Fig. 11), les creusements peuvent correspondre aux structures porteuses d’une maison à 6 poteaux. Ce type d’architecture est connu à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006) durant le Bronze final IIIb.

- Les greniers

54Les petites constructions carrées (bâtiments 106, 107, 109 et 111) ont un plan connu durant le Bronze final. Des exemples sont connus à Gravigny durant la fin du Bronze final (Fromont et al. 2018 : 61), à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 332) et Sublaines (Frénée et al. 2017 : 172) durant le Bronze final IIIa.

55Des bâtiments comparables à la construction 101 ont été repérés dans plusieurs régions notamment en Normandie (Lepaumier et al. 2005), sur le site de la ZAC Object’Ifs sud à Ifs dans le Calvados, à Cahagnes “ Benneville ˮ dans le Calvados où des bâtiments quadrangulaires à quatre ou six poteaux étaient associés à des structures circulaires (Jahier 2018). D’autres exemples sont connus en Meurthe-et-Moselle sur le site de Rosières-aux-Salines (Koenig 2005). Ce type de bâtiment n’est donc pas caractéristique d’une région en particulier. Cet ensemble de poteaux peut aussi correspondre à la structure porteuse d’un bâtiment plus grand comme c’est le cas à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006 : 331, Fig. 76) et pour le bâtiment 110 de ce site.

56Aucune comparaison n’a pu être trouvée pour le type d’architecture du bâtiment 104. Les greniers de l’âge du Bronze ou de l’âge du Fer connus sont carrés ou rectangulaires. Une datation 14C des charbons prélevés dans la structure 2262 confirme une datation du Bronze final IIa au début du bronze final IIIa de cette construction à l’architecture originale (Age calibré : de 1264 à 1044 av. J.-C., Age 14C BP : 2950 ± 35).

57L’usage de ces petits bâtiments n’est pas déterminé, néanmoins au vu de leur taille et par analogie avec d’autres sites, il pourrait s’agir d’un grenier.

Les fosses

58L’occupation se caractérise aussi par la présence de fosses dont les formes peuvent varier. On notera deux grands types de creusements. D’une part les fosses présentant des bords verticaux et d’autre part les structures aux contours plus ou moins réguliers caractérisés par des profils en cuvette et présentant ponctuellement plusieurs cuvettes.

– Des fosses de stockage ?

59Les fosses 2002 et 2077 présentent des caractéristiques semblables. Outre leur taille, elles possèdent des profils similaires.

60La fosse 2002 se situe au sud-est du bâtiment 100. Il s’agit d’un creusement ovoïde mesurant 1,67 m de long sur 1,35 m de large pour une profondeur conservée d’un maximum de 0,70 m (Fig. 5 et 13). Les parois sont verticales. La partie supérieure du comblement (2003) a livré de nombreux tessons de céramique (NR : 144), des restes animaux, quelques silex et des calcaires brûlés. La structure a aussi livré des restes de céréales (orge vétue, millet et blé) et de légumineuse (pois) en très faible quantité. Ce rejet hétérogène marque la présence d’un rejet plutôt que d’un stockage de graines dans la structure (étude Françoise Toulemonde : Lecomte et al. 2017 : 193-197). Notons aussi la présence d’une tige en alliage cuivreux (Fig. 13). L’objet possède une section en “ D ˮ. D’après la forme, il peut s’agir de la partie d’un bracelet comparable à ceux trouvés à Azay-le-Rideau (Cordier 2009 : 242). En l’absence de décor et de la totalité de la pièce, il paraît hasardeux de caractériser typologiquement cet objet.

Fig. 13 - Plans et profils des fosses 2002 et 2077.

Fig. 13 - Plans et profils des fosses 2002 et 2077.

DAO B. Lecomte

61La fosse 2077 correspond à une structure globalement circulaire présentant des irrégularités pouvant être dues à des creusements successifs ou plus probablement des effondrements, d’environ 1,40 m de diamètre (Fig. 5 et 13). La partie supérieure du comblement a livré de la céramique (NR: 101). La partie médiane du comblement est marquée par une concentration de torchis brûlés observée sur 40 à 60 cm de long pour une épaisseur de 10 cm. Trois empreintes circulaires de 15 cm de diamètre matérialisent des perturbations postérieures ou la décomposition d’un élément organique (probablement du bois) au niveau de l’amas de torchis brûlé. La faible quantité de restes carpologiques identifiés au fond de la structure montre une forte hétérogénéité indiquant des rejets plutôt qu’un stockage de denrées alimentaires au sein du creusement.

62Les fosses 2002 et 2077 présentent de nombreuses similitudes. Leurs parois sont verticales et leurs dimensions assez proches. Les deux abandons des structures sont marqués par la présence de blocs de calcaire que l’on ne retrouve pas dans les autres creusements de la fouille. Ils ne présentent pas de traces particulières.

– Comparaison

63Des structures au profil semblable datées du Bronze final IIIa sont connues sur le site de Mignières en Eure-et-Loir (Frénée et al. 2005 : Pl. 19, faits 3086 et 3063). Le comblement de la fosse 2002 est comparable à celui de cette structure. Les comblements des deux structures en partie inférieure correspondent à un sédiment proche du terrain naturel et forme un niveau horizontal. La présence de litages charbonneux au fond de la structure 2002 peut évoquer un niveau d’occupation ou un simple rejet. La fosse a pu être utilisée comme atelier mais aucun aménagement ne permet d’étayer cette hypothèse contrairement à la fosse-atelier de tissage mise au jour à Mont-Saint-Aignan par exemple (Aubry et Sehier 2005 : 68-69).

64Le profil de ces fosses s’apparente aux structures de type 2 de Malleville-sur-le-Bec pouvant correspondre à des creusements liés au stockage d’aliments autres que des céréales (Mare et al. 2018 : 107).

65Il sera difficile d’établir la fonction de ces deux structures qui présentent une forme différente des autres creusements mis au jour sur le site.

– Les autres fosses

66Plusieurs types de fosses ont été identifiés sur le site. Les formes rencontrées correspondent à des creusements oblongs, circulaires et à des fosses aux contours irréguliers polylobés.

- Les fosses oblongues

67Sept fosses oblongues sont répertoriées sur le site (Fig. 5 et 14, Tabl. 1). Elles présentent une forme plus ou moins régulière dont la longueur varie de 1,40 m (2096) à 2,95 m (2232) et la largeur de 0,75 m (4016) à 1,60 m (2079). Leur conservation varie de 10 cm (2073) à 60 cm (4016). Les creusements ont de manière générale un fond plat et des parois évasées à l’exception de la fosse 4016 qui possède des bords verticaux.

Fig. 14 - Profils des fosses.

Fig. 14 - Profils des fosses.

DAO B. Lecomte

- Les fosses circulaires

68Les quatre structures mises au jour mesurent de 70 centimètres à 2 mètres de diamètre. Leur profil est en cuvette. Ces structures ont livré peu de mobilier (Tabl. 1).

Tabl. 1 - Inventaire des fosses.

Tabl. 1 - Inventaire des fosses.
- Les fosses polylobées (Fig. 5, 14 et Tabl. 1)

69Ces structures sont en général de grande dimension et peuvent atteindre 4,40 m de long (fosse 2081). Elles sont irrégulièrement conservées de 20 (fosse 2145) à 65 cm (fosse 2058). Leur profil est généralement marqué par une ou plusieurs cuvettes aux bords évasés. Elles sont comblées par du limon plus ou moins chargé en charbon ou en mobilier indiquant qu’elles ont pu servir ponctuellement de dépotoir. On notera la présence d’ossements brûlés dans la fosse 2150 et des silex taillés dont l’étude a été faite par Delphine Capron (fosses 2002, 2069 et 2232, infra), des blocs de grès de 5 à 10 cm de côté (fosses 2069 et 2147) et de calcaire de 5 cm de côté en moyenne (fosse 2147) présentant des traces de chauffe. Ce mobilier est associé à des couches très charbonneuses (2070 et 2097). Ces éléments peuvent correspondre à des rejets ou à des curages de structures de combustion bien que le niveau ne contienne pas de cendres.

70Les creusements, des plans irréguliers, ont révélé la présence de plusieurs cuvettes pouvant correspondre à plusieurs occupations successives distinctes ou à un entretien régulier de ces structures. Des structures polylobées, datant du Bronze final II/III, sont connues en région Centre (Sours : Frénée et al. 2017 : 174, Sublaines : Frénée et al. 2008 : 151, F.3137 et Sandillon : Froquet et al. 2008) et dans d’autres régions (Île-de-France : Peake et al. 2017 : 203 et Alsace : Michler et al. 2017 : 270). Ce type de creusement semble lié à l’extraction de matériaux de construction et en particulier du limon dans ce cas. Rien ne permet cependant d’étayer cette hypothèse.

Le four 2089

71Le four 2089 correspond à la seule structure de chauffe identifiée sur le terrain. Il est situé immédiatement à l’ouest des bâtiments 103 et 105 (Fig. 15). Il est installé dans un creusement de forme ovale, mesurant 2,15 m de longueur (nord/sud) pour 1,30 m de largeur (est/ouest) et 50 cm de profondeur conservée. Les bords sont verticaux et ponctuellement en sape en partie supérieure ce qui suggère la présence d’une voûte. La partie supérieure du creusement est ponctuellement rubéfiée sur 2 à 3 cm d’épaisseur (2090). Le dépôt 2221 peut aussi témoigner de l’effondrement d’une voûte bien qu’aucun élément ne puisse l’affirmer. Le fond de la structure est plat.

Fig. 15 - Plan et profil du four 1089.

Fig. 15 - Plan et profil du four 1089.

DAO B. Lecomte

72L’abandon de la structure (2091) est matérialisé par des rejets de céramique (NR 58), des restes animaux, du silex taillé (un éclat cortical) et des charbons de bois (2091). Il faut noter la présence dans cette couche de trois fragments jointifs de diaphyse d’ulna humaine brûlée. La masse totale est de 5,5 g (étude Stéphane Hérouin : Lecomte et al. 2017). Ces éléments correspondent à un individu de taille adulte, et présentent une coloration blanche majoritairement à grise claire/grise, reflétant les températures égales ou supérieures à 650° atteintes lors de la crémation (Georges et Hamon 2004 : 15). Cet élément peut provenir d’une structure perturbée de la nécropole toute proche.

73L’absence de rubéfaction au fond de la structure peut indiquer un recreusement ou un curage de la fosse. Plus probablement, le creusement a été utilisé comme four dans un second temps comme en témoigne le niveau 2222, rubéfié après un abandon partiel du creusement. Le surcreusement localisé dans la partie ouest peut éventuellement être associé au four et correspondre à un accès à la chambre de chauffe, bien que la contemporanéité de ces creusements n’ait pu être établie avec certitude.

Étude de la céramique

74Les 1 426 tessons collectés appartiennent à 70 individus minimum et pèsent 13 500 g. À cette étude viennent s’ajouter 316 tessons de céramique protohistorique représentant un poids de 2 842 g provenant du diagnostic (Verneau 2015). Le mobilier provient pour l’essentiel de quelques fosses (2058, 2147, 2069 et 2002).

Analyse technologique

75L’essentiel du corpus est constitué de céramique mi-fine ou grossière. Les inclusions présentes dans la pâte correspondent à des particules de mica et de quartz en grande densité. Il faut noter ponctuellement la présence d’éclats de silex brûlés. Il peut s’agir d’éléments résiduels présents dans l’argile ou d’un ajout volontaire. Les pâtes fines peuvent être constituées d’argile pure sans ajout de sable.

76Les cuissons sont majoritairement réductrices, le brun et le noir sont alors les couleurs dominantes du tesson, et ponctuellement oxydantes, le beige clair et le rouge prédominent dans ce cas dans la coloration de la céramique. Certains tessons présentent une gamme de couleur très variée. Cela peut indiquer une atmosphère de cuisson mal maîtrisée ou une utilisation associée au feu, comme la cuisson des aliments.

77Les différents types de traitement de surface ont été observés :

  • le lissage grossier : les traces de régularisation de la surface à l’aide d’un outil ou à la main sont visibles.

  • le lissage main sèche : cette opération consiste à enlever les traces d’outil résultant du grattage des surfaces afin de les régulariser. La surface est lisse mais quelques aspérités dues au dégraissant sont encore présentes sur la surface.

  • le polissage mat : il a probablement été fait avec un galet. Les dégraissants sont poussés à l’intérieur de la paroi ce qui donne à la surface un aspect lisse et brillant. La finition n’est pas poussée jusqu’au polissage. Ce type de façonnage permet d’assurer en partie l’étanchéité des contenants, s’il est réalisé à l’intérieur de la poterie.

78Le nombre de formes rencontrées a permis d’établir une typologie propre au site (Fig. 16).

Fig. 16 - Typologie des formes céramiques.

Fig. 16 - Typologie des formes céramiques.

DAO B. Lecomte

Analyse typologique

Les pots

– Les pots tronconiques

79Deux exemplaires de ce type ont été mis au jour dans la fosse 2058 (FOS 2058 = F119, Verneau 2015 : Iso 3 (Fig. 17 et Fig. 18) et dans la fosse 2147 (2149.110 et 2148.102). Ce type de récipient a un lissage plutôt soigné et une lèvre plate.

Fig. 17 - Céramique issue du diagnostic.

Fig. 17 - Céramique issue du diagnostic.

DAO E. Frénée

Fig. 18 - Céramique de la fosse 2058.

Fig. 18 - Céramique de la fosse 2058.

DAO B. Lecomte

– Les pots à bord évasé et carène interne marquée

80Cette catégorie est la plus représentée sur le site (Fig. 16). Ils sont ponctuellement décorés sur la lèvre par des impressions digitées (Fig. 19, no 2149.101) ou des incisions (Fig. 19, n2149.102) sur la lèvre. Les plus gros individus sont réalisés avec de la pâte grossière et les plus petits sont en paroi mi-fine. Ces individus de petite taille peuvent aussi correspondre à des jattes biconiques.

Fig. 19 - Céramique de la fosse 2147.

Fig. 19 - Céramique de la fosse 2147.

DAO B. Lecomte

– Les pots à bord évasé et profil sinueux

81Les exemplaires 2059.107 et 2148.101 sont respectivement décorés par des incisions et des impressions digitées (Fig. 18 et 19). Ils sont réalisés en pâte grossière.

– Les pots à col vertical

82Un exemplaire de ce type a été mis au jour lors du diagnostic (F119 – Iso 8, Fig. 40). Il présente un bord à facette oblique.

Les coupes tronconiques

83Deux types ont été distingués dans cette catégorie. Les profils simples sont en pâte fine (Fig. 20, no 2003.103) ou en pâte grossière (Fig. 20, n4017.104).

84Plusieurs exemplaires présentent un rebord individualisé de la panse par une carène interne marquée (Fig. 18, nos 2059.102 et 108,). Deux individus possèdent une lèvre à facette oblique matérialisant un léger rebord interne (Fig. 21, n2074.101, et Fig. 18, F119 – Iso 1). Le vase 2059.112 (Fig. 18) est décoré avec des cannelures concentriques internes.

Fig. 20 - Céramique des fosses 2069, 2002 et 4016.

Fig. 20 - Céramique des fosses 2069, 2002 et 4016.

DAO B. Lecomte

Fig. 21 - Céramique des bâtiments, des fosses 2075, 3003, 2150, 2216 et du four 2089.

Fig. 21 - Céramique des bâtiments, des fosses 2075, 3003, 2150, 2216 et du four 2089.

DAO B. Lecomte

Les jattes

85Plusieurs types de profil ont été observés pour cette forme : les jattes à panse biconiques et les jattes à panse arrondie.

86Deux exemplaires de jattes à profil arrondi sont reconnus sur le site (Fig. 18, n2066.101, et Fig. 19, no 2149.103). Ils sont décorés par des impressions digitées sur la lèvre. Les jattes à profil biconique sont les plus représentées sur le site. Elles possèdent un rebord oblique marqué par une carène interne. Un des exemplaires (Fig. 20, n2166.102) est décoré par trois cannelures à la liaison col panse. On notera la présence de jattes à rebord marqué dont la panse forme un arrondi (Fig. 20, nos 2070.101 et 2003.107).

Les gobelets

87Deux vases de petite taille entrent dans cette catégorie. Le premier provient de la fosse F121 (Fig. 18, Iso 14). En forme de petit bol, il a un bord droit légèrement aminci à l’extérieur. Il est de facture très grossière. Le second est finement lissé à l’intérieur et à l’extérieur (Fig. 21, no 2091.101). Il possède un petit rebord oblique.

Autres éléments remarquables

88Notons aussi la présence d’un petit récipient dont une restitution est proposée de manière hypothétique. L’épaule de l’individu est marquée par des cannelures obliques (Fig. 20, no 2003.106).

Comparaisons et datations

89La forme du pot 2149.101 rappelle les exemplaires mis au jour à Mignières (Frénée et al. 2005 : Pl 29) et à Auneau (Noël 2011 : 115). Contrairement à ces exemples, le vase de Morancez n’est pas décoré à la liaison col/panse. Cette forme, connue durant le Bronze final IIIa dans la région, est aussi représentée au début du Bronze final IIIb (Lafage et al. 2006 : Fig. 12). Les pots tronconiques quasi cylindriques existent au Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 33, n6) et sur le site de Mignières durant le Bronze final IIIa (Frénée et al. 2005 : Pl 29). Les formes biconiques (2149.206, 107 et 109) sont bien représentées sur le site de Sours (Hamon et Creusillet 2012 : Fig. 235). Le vase 2149.111, bien que non décoré s’apparente à un exemplaire du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 37, no18) et reprend globalement la forme des petites jattes biconiques du site. Des formes semblables ont aussi été mises au jour à Sours (Hamon et Creusillet 2012 : Fig. 235). Le pot 2194.101 (Fig. 21) connait des comparaisons au Bronze final IIIa à Mignières (Frénée et al. 2005 : Pl. 29, n10 et Pl. 31, US1, n6) et sur le site du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 42, n16). Un bord semblable et décoré de façon similaire sur la lèvre est connu à Châteaudun (Froquet 2000 : Fig. 13, n8). La forme du pot à profil complexe (Fig. 18, F119, Iso 8) connait des comparaisons au Fort-Harrouard durant le Bronze final IIb (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 45, n27) mais est surtout représentée dans les corpus du Bronze final IIIa (Rychner 1979 : Pl. 61). Ce type de pot à col droit et bord peu développé est connu à Villeneuve-la-Guyard durant le Bronze final IIb/IIIa (Brun 1986 : Pl. 35) On retrouve ces formes à Sandillon mais avec des bords obliques beaucoup plus développés (Froquet et al. 2008 : Fig. 10, n8). Les registres de cannelures obliques (Fig. 20, no 2003.106) sont connus sur le site de Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 21, no 20 et Pl. 58, n50) sur des formes qui peuvent éventuellement s’apparenter à celle mis au jour à Morancez. Le vase 2003.106 correspond plus probablement à une forme présentée dans le corpus du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 57, n15) et datée du bronze final IIIa.

90Les coupes tronconiques simples sont connues durant le Bronze final IIIa au Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 33, no 14) et à Mignières (Goustard 2002 : Fig. 56, nos 1 à 4). Cette forme, identifiée durant le Bronze final IIb à Sandillon (Froquet et al. 2008 : 14, Fig. 7, n3), perdure jusqu’au premier âge du Fer (Dupont et al. 2011) et ne constitue pas un marqueur chronologique fiable. Les coupes à rebord simple sont connues durant le bronze final IIIa à Mignières (Goustard 2002 : Fig. 57) et sur le site du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 44, no 20, Pl. 51, n12 et Pl. 87, n30). Les coupes à bord biseauté sont identifiées au Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 52, n8 et Pl. 65, n7). Les jattes à profil biconique sont bien représentées sur le site du Fort-Harrouard durant le bronze final IIb/IIIa (Mohen 1988 : Fig. 2 et 3) et à Mignières (Frénée et al. 2017 : 178). Cette forme, au Fort-Harrouard, est fréquemment décorée par de larges cannelures et par des lignes incisées. Les jattes à rebord et à panse arrondie sont représentées dans les éléments attribués au bronze final IIIa du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 106, nos 6 et 7). On retrouve par ailleurs des jattes ou bols décorés sur la lèvre durant la phase Plain Ware en Angleterre (Barrett 1980, Manem et al. 2013 : 256).

91Le petit gobelet à bord évasé trouve des comparaisons dans le corpus du Fort-Harrouard durant le Bronze final IIIa (Mohen 1988 : Fig. 4). On peut s’interroger sur ces récipients à parois fines dont la forme évolue jusqu’au premier âge du Fer et qui constituent, durant cette période des fossiles directeurs (Dupont et al. 2011). Cette forme semble annoncer les gobelets en bulbe d’oignon du Bronze final IIIb dont l’évolution est mentionnée au confluent Seine-Yonne du Bronze final au premier âge du Fer (Bulard et Peake 2005 : Fig. 3). Ces gobelets, sur le site du Fort-Harrouard sont par ailleurs de tradition RSFO (Brun 1998 : Fig. 2). Le gobelet de la fosse 121 peut être comparé à un exemplaire mis au jour au Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud 1987 : Pl. 16, n7) bien que ce dernier ait un amincissement de son bord beaucoup moins marqué. Un grand nombre de formes se retrouvent à la fois durant le Bronze final IIb et le Bronze final IIIa. La présence de quelques formes, et notamment le gobelet à bord évasé, le pot à col vertical et les coupes à rebord datent cet ensemble au Bronze final IIIa.

92La plupart des formes identifiées existent durant le Bronze final IIIa à Mignières, Auneau et Fort-Harrouard. Il n’est pas exclu que le site ait été fondé durant le Bronze final IIb comme peuvent en témoigner la superposition de certaines constructions attribuées au Bronze final et la datation 14C du bâtiment 104.

Influences culturelles

93Durant l’étape moyenne du Bronze final, le département de l’Eure-et-Loir est situé à la jonction entre le complexe Rhin-Suisse-France-Orientale à l’est et le complexe atlantique à l’ouest et au nord (Brun 2013 : Fig. 3). Le lot de céramique mis au jour à Morancez témoigne de ces différentes influences, à l’instar du mobilier mis au jour sur le site du Fort-Harrouard (Brun 1998, Manem et al. 2013 : 251). Une grande partie du mobilier s’intègre dans le fond commun. Il s’agit principalement des profils biconiques avec un bord évasé. Les coupes à rebord sont à classer dans la composante nord-alpine. Les pots tronconiques s’inscrivent quant à eux dans la composante atlantique.

94Les sites fouillés récemment en Eure-et-Loir ont aussi livré des formes se rattachant au groupe Manche - mer du Nord (Frénée et al. 2017 : 177). Ce corpus subit donc plusieurs influences culturelles comme c’est le cas pour des différentes occupations identifiées en Eure-et-Loir.

Étude du mobilier lithique (Delphine Capron)

95Le site a livré un assemblage de 109 pièces lithiques. Elles sont issues de 11 fosses, de trois ramassages en surface, d’un trou de poteau du bâtiment 100 et d’un four. L’étude (Lecomte et al. 2017) a permis de mettre en évidence deux occupations. Une est datée du Néolithique ancien et la seconde de l’âge du Bronze.

96Les séries retenues sont celles issues des comblements de trois structures datées du Bronze final, c’est-à-dire les fosses 2002, 2069, 2232. L’inventaire sélectionné comprend 59 pièces lithiques. L’état de conservation des séries est médiocre à moyen (Tabl. 2)

Tabl. 2 : Inventaire général des séries.

Tabl. 2 : Inventaire général des séries.

Méthodologie

97Chaque pièce a été lavée puis marquée. Chaque pièce a fait l’objet d’une description normative. L’inventaire a pour objectif, à partir d’une analyse macroscopique, d’identifier les matières premières sélectionnées, de replacer ou non les pièces au sein d’une chaîne opératoire et de classer les types d’outils confectionnés (Brézillon 1971). L’analyse a pour intention de déterminer une homogénéité ou d’éventuels mélanges par la perception des schémas opératoires mis en œuvre (Pélegrin 1995, Inizan et al. 1995). Une attribution chrono culturelle sera possible après avoir confronté le mobilier lithique au mobilier céramique.

Les ressources naturelles

98L’assemblage est composé de différentes ressources naturelles d’origine locale. Les matériaux siliceux exploités sont des silex secondaires locaux. Ils proviennent des argiles à silex. Cette matière première présente un panel de couleur compris entre le marron, le beige et le gris. Son grain est fin. Elle contient des inclusions blanches de taille variable. Le cortex est relativement fin et de couleur beige à blanc. Son épaisseur est inférieure à 2 mm. Un liseré subcortical de couleur noire, grise ou rouge est présent pour la majorité des pièces. Les ressources naturelles sédimentaires, calcaire et grès, proviennent de zones d’extraction locales. Les matières premières indéterminées renvoient à une altération thermique des surfaces.

Présentation du mobilier lithique par structure

99Le comblement de la fosse 2232 a livré une série comprenant trois déchets de taille, un grattoir sur éclat et un mésial de lame (Fig. 22). Le débitage est élaboré, la percussion est directe au percuteur dur. Les talons sont lisses inclinés, dièdres et punctiformes. L’étude céramique du lot renvoie à la période de l’âge du Bronze.

100Le comblement de la fosse 2002 est constitué de 38 pièces lithiques (Fig. 22). La série décompte neuf éclats de taille obtenus par percussion directe au percuteur dur. Les talons sont lisses inclinés pour cinq pièces, cassé, linéaire, lisse et cortical pour chacune des quatre pièces restantes. L’outillage est composé de trois éclats retouchés, d’un distal de lame et d’un fragment de mouture “ va-et-vient ” indéterminé. La série renvoie pour l’outillage à la sphère domestique. Elle n’est pas diagnostic et elle couvre la période protohistorique.

Fig. 22 - Mobilier lithique des fosses 2232, 2069 et 2002.

Fig. 22 - Mobilier lithique des fosses 2232, 2069 et 2002.

DAO D. Capron

101Le comblement de la fosse 2069 se compose de quatorze pièces (Fig. 22). La production d’éclat se compose de quatre pièces de débitage peu élaboré ou opportuniste. La percussion est directe au percuteur dur pour trois pièces et au percuteur tendre pour deux pièces. Les talons sont lisses inclinés et néocortical pour un éclat. Hormis un casson, les éclats sont aussi longs que larges. L’outillage se compose de deux éclats retouchés dont un incomplet et d’un proximal de lame retouché. Le lot n’est pas diagnostic. L’étude de la céramique du lot renvoie à la période de l’âge du Bronze.

Synthèse à l’échelle du site

102Les matières premières exploitées sont en ressources naturelles locales, les productions d’éclats et de supports allongés coexistent. Les pièces, datées de l’âge du Bronze portent des stigmates d’un débitage peu à élaborer avec une retouche régulière. L’analyse de l’assemblage démontre l’absence des étapes de débitage in situ pour la période protohistorique. Les séries reflètent un aspect de l'industrie et non les étapes de la chaîne opératoire.

Synthèse à l’échelle du territoire du département et extra départemental

103En Eure-et-Loir, les séries de comparaison, pour l’industrie lithique protohistorique sont peu nombreuses mais ont en commun l’exploitation des ressources naturelles locales, un mode opératoire simple avec un soin dans la confection. L’outillage se compose d’outils sur éclats et laminaires retouchés ou utilisés avec une prédominance des grattoirs, denticulés et des éléments de mouture. La chaîne opératoire est incomplète.

104La série de comparaison issue du site “ Les Ouches ” à Sours se compose de 32 pièces réparties dans le comblement de trois fosses et deux trous de poteau. Les ressources naturelles exploitées sont d’origine locale, le mode débitage observé est la percussion directe au percuteur dur et tendre, les talons sont lisses ou lisses inclinés, la production d’éclats et la production d’éclats laminaires coexistent avec ou sans préparation de la corniche, l’outillage est sur éclat et se compose de grattoir, d’éclats retouchés ou utilisés et de denticulé principalement et l’outillage sur éclat laminaire utilisé est assez soigné (Lecomte et al. 2014).

105La série issue du site Villemandeur, Chemin rural de Platteville (Frénée 2015 : 90-95) met en évidence les observations suivantes : une sélection locale pour l’exploitation des ressources naturelles, une industrie d’éclats, percussion directe au percuteur dur, production expédiente d’éclats larges et souvent corticaux sur des matériaux locaux.

106Les sites “ La sente des Roches ” à Auneau (Noël 2011 : 116-123) et “ Le Petit Courtin ” à Mignières (Frénée et al. 2005 : 33-34) se composent des lots clos mais avec des effectifs trop faibles pour établir des comparaisons statistiques mais ils présentent une exploitation des ressources naturelles locales et une industrie d’éclat sans schéma préconçu. Le mode de débitage observé est la percussion directe au percuteur dur et tendre.

107La collection du site du Fort-Harrouard comporte trop d’incertitudes pour alimenter une comparaison (Villes 1987 : 279-301).

108Plus à l’ouest dans le département de l’Eure, le site de Malleville-sur-le-Bec (Mare et al. 2018: 158-168), a permis de récolter un assemblage lithique composé de 37 outils et 55 pièces bouchardées. Son étude met en évidence l’absence du débitage laminaire, des modalités de débitage simples et l’exploitation des ressources naturelles locales. L’outillage se compose d’éclats retouchés, de denticulés, de grattoirs et de macro-outillage.

109Le site les Coudrettes (Fromont et al. 2018: 67-69) a livré les informations suivantes : exploitation des matières premières locales ; production d’éclats et de laminaires ; nucleus multipolaires à percussion directe au percuteur dur ; talons larges lisses et dièdres et rarement corticaux ; production laminaire et d’éclats allongés par percussion directe dure au percuteur dur. L’outillage est constitué de grattoir, de couteau à dos, d’éclat utilisé, une armature tranchante, deux perçantes et des éléments de mouture.

110Le site de “ Tatihou ” (Marcigny et Ghesquière 2003 : 107-137) a livré un assemblage daté de la phase moyenne de l’âge du Bronze. L’étude du mobilier a permis de mettre en évidence une exploitation locale des matières premières, une production d’éclats épais à la percussion directe au percuteur dur et une production laminaire de même percussion, des nucleus unipolaires / bipolaires et multipolaires. L’outillage se compose de grattoirs, d’éclats retouchés, de denticulés sur éclat épais ou non, dans une moindre mesure des racloirs, des couteaux à dos, des lames ou lamelles retouchées.

111L’assemblage du site “ Les Hautes Bruyères ” dans le Val-de-Marne (Nallier et al. 2009: 56) est constitué de 170 pièces lithiques. L’outillage se compose de grattoirs sur éclat ou sur troncature, perçoirs sur éclat, burin, denticulé sur lame, une pointe, des déchets de débitage laminaire et des éléments de mouture.

112La série issue du site de “ la fouille 42 Canal Seine-Nord ” (Riche 2015 : 235-238) a permis de mettre en avant une exploitation locale des matières premières, des nucleus multipolaires, un outillage composé de grattoirs, éclats retouchés ou utilisés, denticulés et d’éléments de mouture.

113Les travaux d’E. Martial (Martial 1995) ont permis de mettre en avant une exploitation des ressources naturelles locales majoritairement ; un mode de débitage à la percussion directe au percuteur dur et dans une moindre mesure au percuteur tendre; une méthode de débitage simplifiée avec des nucleus multidirectionnels avec des plages corticales importantes ; une production d’éclats et d’une production laminaire réduite ; un outillage composé de grattoir, éclat à retouche d’utilisation, denticulé, encoche, racloir, couteau à dos dont le bord opposé au dos (tranchant) est toujours esquillé, armatures de flèches perçantes à pédoncule et ailerons, tranchet très peu représenté, outillage poli, perçoir – burin – pic –hache taillée. L’utilisation des modes opératoires est simple mais la confection soignée.

114Cet aperçu des sites récemment fouillés et des travaux de E. Martial permet d’observer des données analogues pour la période concernée :

  • une exploitation locale des ressources naturelles ;

  • une production d’éclat et une production laminaire dans une moindre mesure ;

  • un mode de débitage simple à plus élaboré par percussion directe au percuteur dur et tendre. Les éclats sont épais ou non et les produits laminaires irréguliers ;

  • les nucleus sont multidirectionnels, bipolaires et unipolaires ;

  • les talons présentent une préparation pour les produits allongés ;

  • les assemblages n’ont pas livré une chaîne opératoire complète des modalités de l’exploitation à l’abandon de la pièce ;

  • l’outillage est constitué majoritairement d’outils sur éclats ou éclats allongés dont la confection est soignée ou non, l’outil retouché ou utilisé tel que. Il se compose de grattoirs, éclats retouchés ou utilisés, denticulés, éléments de mouture et de polissage, percuteurs, bouchardes, puis dans une moindre mesure couteau à dos, burin, ciseau, encoche, armature.

115Ces séries de comparaison renvoient à un aspect de l'industrie et non à toutes les étapes de la chaîne opératoire. L’outillage présente des outils sur éclat, sur lame et sur bloc avec une typologie différente selon les sites ; les pièces communes aux sites de comparaison sont les éclats retouchés, les éclats bruts, les percuteurs ou bouchardes et le macro-outillage.

Discussion autour d’un établissement entre Atlantique et continental

Organisation du site et phasage

– Organisation spatiale

116Les vestiges mis au jour dans le cadre de l’opération archéologique sont inégalement répartis. Les deux pôles distincts se concentrent dans les parties nord et sud. Le secteur intermédiaire est marqué par la présence de quelques fosses et trous de poteau difficiles à interpréter au niveau spatial mais suggérant la présence d’un probable bâtiment à cet emplacement.

117L’habitat, au nord, est marqué par la présence de plusieurs bâtiments répartis de manière assez régulière. La contemporanéité des différentes constructions ne peut être établie avec certitude à cause d’une faible quantité de mobilier collectée dans les fondations. L’organisation du secteur sud, marqué par la présence de deux fosses à incinération, est difficile à interpréter. Ce secteur funéraire a probablement été vu de manière très partielle. Rien ne permet d’affirmer qu’il est contemporain de l’habitat mis au jour au nord.

118D’après les observations, le site semble s’étendre sur les parcelles situées à l’ouest et très probablement au nord-ouest de l’opération sur la partie la plus haute du secteur ; le diagnostic n’ayant pas livré de structures au nord et à l’est de l’emprise de fouille. Il sera donc difficile de préciser, à partir d’une superficie d’observation limitée, l’organisation générale du site contrairement aux sites de Cahagnes, Malleville-sur-le-Bec ou Changis-sur-Marne décapés sur de plus vastes emprises.

119L’habitat reconnu s’organise autour de plusieurs bâtiments dont il est difficile d’assurer la contemporanéité. On pourrait être tenté d’y voir une répartition homogène des grands bâtiments (100, 102 et 103/105/110) distants de 20 à 24 m (Fig. 23). Cette régularité d’implantation implique une contemporanéité de ces constructions. La présence régulière de petites constructions, interprétées comme des greniers, est cohérente avec l’implantation de bâtiments plus importants. La question de l’association d’un grenier et d’une habitation peut être posée ici. Les unités domestiques associant bâtiment, grenier et fosses sont connues en Picardie (Brun et Pion 1992) et en Lorraine (Blouet et al. 1992). Une distribution en étoile de petits greniers autour des bâtiments a par ailleurs été identifiée à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006). On peut comparer cette organisation à celle de Cahagnes où des bâtiments, circulaires sur ce site, sont entourés ou associés à des annexes de type grenier. Le mode d’organisation observé à Morancez semble proche de ce qui a pu être observé sur d’autres sites bien que celle-ci reste hypothétique.

Fig. 23 - Organisation du site.

Fig. 23 - Organisation du site.

DAO B. Lecomte

– Phasage intrasite ?

120Le secteur nord a livré plusieurs constructions dont les plans se chevauchaient. Aucune relation stratigraphique ne permet d’établir l’ordre des bâtiments. Selon une première hypothèse, ils ont pu être érigés suite à la destruction d’édifices plus anciens. La seconde hypothèse pourrait évoquer deux occupations successives dans un même secteur. La question de ces superpositions est toutefois délicate comme cela est mentionné pour le site de Cahagnes (Jahier 2018 : 307). Les ensembles céramiques, homogènes, mis au jour sur le site ne permettent cependant pas un phasage précis du site et appartiennent de toute façon au Bronze final IIIa d’après le mobilier céramique issu des fosses. Dans cette optique, il semble hasardeux de dater plus précisément les constructions avec le mobilier collecté dans des fosses situées à proximité comme c’est aussi le cas à Changis-sur-Marne (Lafage et al. 2006). De plus, la présence du four 2089 à l’emplacement du bâtiment 110 suggère aussi plusieurs états du site mais pas forcément plusieurs phases d’occupations. La datation du bâtiment 104, calibrée du Bronze final IIa au début du Bronze final IIIa, peut être due à un effet “ vieux bois ˮ des charbons prélevés. Cette datation, qui semble antérieure à celle des autres structures, n’exclut pas la contemporanéité de cette construction avec le reste du site. Aucun élément ne permet d’identifier sur le site une occupation antérieure au Bronze final IIIa.

121Le même problème se pose pour les structures funéraires, dont la datation d’une des esquilles osseuses avait été calibrée entre le Bronze final IIa et le Bronze final IIIa. Rien ne permet de confirmer ou d’infirmer la contemporanéité de cet espace funéraire avec l’habitat mis au jour plus au nord.

Théorie architecturale

122La régularité et l’implantation géométrique des creusements de fondation de certaines constructions nous ont incités à réfléchir sur les modes de mise en œuvre théoriques des fondations des différents bâtiments observés. Dans cette démarche, plusieurs sources d’imprécision ont été prises en compte. En l’absence de négatif de poteaux observés dans la plupart des structures, la situation des bois de fondation ne peut être localisée de manière précise dans la fosse d’ancrage. Les distances indiquées ici entre les poteaux correspondent donc à une moyenne qui est probablement très proche de la réalité. Ces réflexions ont été basées sur les travaux réalisés par Antoine Louis sur le site laténien de Gas en Eure-et-Loir (Fencke et al. 2015). Sans évoquer la certitude que les triplets évoqués dans l’étude étaient déjà utilisés à l’âge du Bronze en Europe du Nord-Ouest (La tablette Babylonienne Plimpton 322, datée de 1800 av. J.-C., indique un système de triplet), les différents triplets utilisés à Gas et notamment le triplet 8 - 15 – 17 s’intègrent de manière cohérente dans le plan des bâtiments 101, 102 et 103 qui présentent une implantation rectangulaire de ses fondations (Fig. 24). Ce constat permet de supposer que certaines structures sur poteaux ont été construites selon la même logique géométrique et le même rapport longueur/largeur. De plus, la régularité d’implantation des structures du bâtiment 100 évoque clairement l’utilisation d’un gabarit (Fig. 7) (très probablement une corde). L’utilisation d’une corde (à nœud ?) pour les bâtiments rectangulaires est ici probable. L’ensemble des poteaux des bâtiments ne répond cependant pas à cette logique. Cela peut s’expliquer par des structures, disparues ou non vues, et par un manque de précision au moment de l’implantation des fondations par rapport aux repères préalablement installés. L’unité de mesure du triangle implanté dans le bâtiment 101 est d’environ 15-17 cm, de 30 cm environ pour le petit triangle des bâtiments 102 et 103 et de 60 environ pour le grand triangle du bâtiment 103. En prenant en compte les imprécisions évoquées plus haut, il semble y avoir des gabarits de construction variant du simple au double entre les différents bâtiments et à l’intérieur d’un même ensemble. Cela ne signifie pas que la taille des constructions varie du simple au double mais que l’unité de mesure utilisée varie comme cela.

Fig. 24 - Implantations théorique des poteaux de bâtiments.

Fig. 24 - Implantations théorique des poteaux de bâtiments.

DAO B. Lecomte

Influences culturelles

123Le site de Morancez, durant l’étape moyenne du Bronze final, est situé aux marges des groupes culturels Manche – mer du Nord et Rhin-Suisse-France orientale (Fig. 25). Les données collectées traduisent plusieurs influences culturelles. Elles concernent l’architecture, le mobilier et les pratiques funéraires

Fig. 25 - Contexte culturel du site et bâtiments cités dans le texte.

Fig. 25 - Contexte culturel du site et bâtiments cités dans le texte.

DAO B. Lecomte

Les modèles architecturaux

124Le nord et l’ouest de la France sont marqués, durant le Bronze final, par la présence de bâtiments circulaires (Godard 2013). C’est le cas pour les sites normands de Cahagnes, Maleville-sur-le-Bec et Fontenay-le-Marmion par exemple (Marcigny et al. 2005). Cette tendance est généralisée dans le nord-ouest de l’Europe (Angleterre et côte française de la Manche - Godard 2013). Ce type d’architecture se rencontre aussi à l’intérieur des terres comme c’est le cas à Mignières et Auneau (Frénée et al. 2017 : 174).

125Les bâtiments observés dans l’aire Rhin-Suisse-France orientale sont rectangulaires comme c’est le cas sur le site de Changis-sur-Marne, caractérisé par des constructions à abside (Lafage et al. 2006). C’est une architecture que l’on rencontre plutôt durant l’âge du Bronze moyen en Normandie comme c’est le cas à Nonant (Marcigny et al. 2005 : 49 et Lepaumier et al. 2005).

126La présence de ces deux architectures à Morancez ne traduit pas une appartenance stricte du site à une des deux cultures. Elle témoigne de plusieurs influences architecturales contrairement aux habitats de Mignières et Auneau qui ne possèdent pas de bâtiments rectangulaires, du moins dans l’emprise des opérations.

Les influences culturelles dans le mobilier céramique

127L’étude du lot de céramique mis au jour permet de faire plusieurs constats.

128Si une majorité des formes identifiées appartiennent au fond commun défini par Patrice Brun, quelques éléments typologiques s’inscrivent dans les composantes atlantiques et nord-alpine. Le peu de corpus mis au jour dans ce secteur, situé entre Loire et Seine, ne permet pas de définir un groupe culturel comme cela peut être fait dans le haut Bassin de l’Escaut par exemple (Henton 2013).

Les pratiques funéraires

129La sobriété des structures liées aux pratiques funéraires de Morancez se rattache à la culture Manche – mer du Nord. À l’exception de quelques sites fouillés dans le département, les données font encore défaut en Eure-et-Loir. Ces nécropoles n’ont pour l’instant pas révélé de tombe associant des incinérations et des céramiques comme cela peut être le cas dans le Loiret (Frénée et al. 2017 : 182). Ces découvertes, de culture Rhin-Suisse-France orientale, se distinguent des fosses à résidus charbonneux, atypiques pour le secteur, de Contres dans le Loir-et-Cher par exemple (Frénée et al. 2017 : 183). Ces découvertes traduisent une certaine hétérogénéité des pratiques funéraires au sud et au sud-est de l’Eure-et-Loir.

Conclusion

Statut du site

130Le site de Morancez semble s’organiser autour de grandes constructions probablement contemporaines. Elles sont associées à de petites constructions dont la fonction est probablement vouée au stockage par analogie à d’autres habitats. Cette répartition est comparable avec celle des habitats mentionnés auparavant (Fig. 25). Ces occupations ont une surface beaucoup plus importante que les sites identifiés en Eure-et-Loir. Cela implique probablement des statuts différents. L’habitat, durant l’étape moyenne du Bronze final se regroupe en hameaux ou village, tout du moins sur le littoral de la Manche (Marcigny et al. 2017b : 75). L’occupation de Morancez correspond probablement à un hameau isolé. La surface totale du site n’est cependant pas connue. Il convient donc d’être prudent quant au statut du site.

Perspectives

131La récente synthèse en région Centre Val-de-Loire (Frénée et al. 2017) et le séminaire de Caen, dont une des contributions concerne l’Eure-et-Loir (Chamaux et al. 2017) apportent des perspectives de recherche.

132La limite des différentes influences culturelles identifiées reste à affiner. Les corpus mis au jour en Eure-et-Loir et les départements limitrophes (Eure, Orne en particulier) sont trop peu nombreux pour définir un faciès propre à ce territoire.

133La présence d’une industrie lithique est récurrente sur les sites du Bronze final. Ces éléments, insuffisamment publiés actuellement, n’ont pas fait l’objet de synthèses régionales. L’accumulation de ces données peut montrer, si ce n’est des particularités locales, une évolution du mode de taille des silex durant l’âge du Bronze et plus particulièrement à la fin de cette période.

134La perspective de nouvelles découvertes permettra probablement de préciser les notions de culture dans ce territoire qui manque actuellement de données.

Haut de page

Bibliographie

Aubry et Sehier 2005

Aubry B. et Sehier E. - L’atelier de tissage de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), in : Marcigny C., Colonna C., Ghesquière E. et Verron G. (dir.), La Normandie à l’aube de l’histoire, les découvertes archéologiques de l’âge du Bronze 2300-800 av. J.-C., Somogy Éditions d’art, Paris : 68-69.

Barrett 1980

Barrett J. - The pottery of the Later Bronze Age in Lowland England, Proceedings of the Prehistoric Society, 46 : 297-319.

Blouet et al. 1992

Blouet V., Buzzi P., Dreiremy C., Faye C., Faye O., Gebus L., Klag T., Koenig M.-P., Maggi C., Mangin G., Mervelet P. et Vanmoerkerke J. - Données récentes sur l’habitat de l’Âge du Bronze en Lorraine, in : Mordant C. (éd.), Richard A. (éd.), L’habitat et l’occupation du sol à l’Âge du Bronze en Europe, Actes du colloque international sur l’Age du Bronze, Lons-le-Saunier, 16- 19 mai 1990, CTHS, Section de préhistoire et de protohistoire, Paris : 177-193 (Documents préhistoriques ; 4).

Brézillon 1971

Brézillon M. - La dénomination des objets de pierre taillée. Matériaux pour un vocabulaire des préhistoriens de langue française, supplément à Gallia, CNRS Éditions, Paris, 423 p.

Briard et al. 2001

Briard J., Gomez de Soto J., Milcent P.-Y. et Pautreau J.-P. - Les recherches sur l’âge du Bronze en Poitou- Charentes, Centre, Pays-de-Loire, Bretagne et Basse-Normandie, Documents d’Archéologie Méridionale, 24 : 259-266.

Brun 1986

Brun P. - La civilisation des Champs d’Urnes. Étude critique dans le Bassin parisien, Maison des Sciences de l’Homme, Paris,168 p. (Documents d’Archéologie française ; 4).

Brun 1998

Brun P. - Le complexe culturel atlantique : entre le cristal et la fumée, in : Oliveira Jorge S. (éd.), Existe uma Idadedo Bronze Atlântic ? Actes du colloque de Lisbonne, 12-14 octobre 1995, Instituto Português de Arqueologia, Lisbonne : 40-51 (Trabalhos de Arqueologia ; 10).

Brun 2013

Brun P. - La culture des Champs d’Urnes : problèmes de définition, in : Leclercq W. et Warmembol E. (dir.), Échanges de bons procédés, la céramique du Bronze final dans le nord-ouest de l’Europe, Actes du colloque international organisé à l’université libre de Bruxelles les 1er et 2 octobre 2010, De Boccard, Paris : 13-21.

Brun et Pion 1992

Brun P. et Pion P. - L’organisation de l’espace dans la vallée de l’Aisne à l’âge du Bronze, in : Mordant C. (éd.), Richard A. (éd.), L’habitat et l’occupation du sol à l’Age du Bronze en Europe, Actes du colloque international sur l’Age du Bronze, Lons-le-Saunier, 16- 19 mai 1990, CTHS, Section de préhistoire et de protohistoire : 117-127 (Documents préhistoriques ; 4).

Buchez et al. 2017

Buchez N., Henton A., Le Guen P. et Talon M. - L’habitat et l’occupation du sol en Nord Picardie, in : Carozza L. (dir.), Marcigny C. (dir.) et Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge de Fer, CNRS Éditions, Paris : 33-52 (Recherches archéologiques ; 12).

Bulard et Peake 2005

Bulard A. et Peake R. - Autour du confluent Seine-Yonne aux ixe-vie siècles : tendances évolutives des céramiques et chronologie, in : Buchsenschutz O., Bulard A. et Lejars Th. (dir.), L’âge du Fer en Île-de-France, XXVIe colloque de L’AFEAF, thème régional, 26e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, AFEAF/FERACF, Tours  : 225-240.

Chamaux et al. 2017

Chamaux G., Borderie Q., Fencke É., Labat O., Noël J.-Y., Perrichon P. et Sellès H. - Le diagnostic archéologique : un outil de recherche et de prospective en Eure-et-Loir, Le diagnostic comme outil de recherche : 2e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, Flotté D. et Marcigny C., Sep 2017, Caen, France, https://sstinrap.hypotheses.org/4626

Cliquet 1993

Cliquet D. - Carte archéologique de la Gaule. L’Eure. 27, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris (Carte archéologique de la Gaule ; 27).

Cordier 2009

Cordier G. - L’âge du Bronze dans les pays de la Loire moyenne, Édition la Simarre, Joué-lès-Tours, 642 p.

Dupont et al. 2011

Dupont F., Lecomte B., Liagre J., Rivière J. et Simon J. - Un établissement du début du premier âge du Fer en Eure-et-Loir : Sours “ Les Ouches ˮ, Revue Archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 50 | 2011, mis en ligne le 13 janvier 2012, URL : http://racf.revues.org/1583

Eluère 1972

Eluère Ch. - Les bronzes protohistoriques du Musée de Chartres, Bulletin de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, SAEL, Chartres, 124 p.

Fencke et al. 2015

Fencke E. - Gas “ Les Bordes ˮ (Centre - Eure-et-Loir). Un habitat rural fossoyé de La Tène D1-D2a – Déviation routière de Gas RD 929, Rapport de fouille archéologique préventive, Conseil général d’Eure-et-Loir, Chartres, 288 p., 109 figures, 13 annexes.

Frénée 2015

Frénée E. - Les occupations domestiques protohistoriques de Vilemandeur, Chemin rural de

Platteville, Villemandeur, Loiret, Chemin rural de Platteville, Rapport de fouille, Inrap Centre Île-de-France, 310.

Frénée et al. 2005

Frénée E., Creusillet M.-F., David F., Devillers P.-Y., Froquet H. et Pradat B. - Mignières “ Le Petit Courtin ˮ, Rapport de Fin d’Opération de fouille archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, DRAC, Service régional d’Archéologie du Centre, Orléans, Orléans, 140 p.

Frénée et al. 2008

Frenée E., Aubier M., Baguenier J.-P. et Baray L. - A85 (Indre-et-Loire), Sublaines, Le Grand Ormeau, Rapport de Fin d’Opération de fouille archéologique, Inrap Centre-Île-de-France, Pantin, DRAC, Service régional d’Archéologie d’Île-de-France, vol. 1 et 2, 520 p.

Frénée et al. 2017

Frénée E., Froquet-Uzel E., Hamon T., Mercey F. et Noël J.-Y. - Habitats, nécropoles et territoire à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer en région Centre, in : Carozza L. (dir.), Marcigny C. (dir.) et Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge de Fer, CNRS Éditions, Paris : 161-186 (Recherches archéologiques ; 12).

Fromont et al. 2018

Fromont N., Noël J.-Y., Dietsch-Sellami M.-F. et Juhel L. avec la collaboration de Leclerc E. et Coutard S. - Une occupation du bronze final à Gravigny “ les Coudrettes ˮ (Eure), in : Mélin M. et Boulud-Gazo S., Contribution à l’archéologie de l’âge du Bronze dans les espaces atlantiques et Manche-Mer du Nord, Actes de la table ronde de Rouen, 3e supplément, APRAB, Dijon : 59-76

Froquet 2000

Froquet H., Chambon M.-P. et Devillers Y. - Châteaudun, Déviation de la RN 10 contournement est, Donnemain-Saint-Mamès “ la Varenne Hodier ˮ, site n° 28.132.007.AH, Document Final de Synthèse, AFAN, SRA, Orléans.

Froquet et al. 2008

Froquet H., Castanet C., Joly S. et Pradat B. - Une fosse du Bronze final IIb dans le Val d’Orléans à Sandillon (Loiret) : données archéologiques et contexte environnemental, Revue Archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 45-46 | 2006-2007, mis en ligne le 02 juin 2008, URL : http://racf.revues.org/594

Georges et Hamon 2004

Georges P. et Hamon T. - La nécropole de l’âge du Bronze des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : mise en évidence de gestes funéraires originaux, Revue Archéologique du Centre de la France, 43 : 5-20.

Godard 2013

Godard C. - L’implantation des habitations circulaires en Bretagne et en Normandie à l’âge du Fer : un échange d’hommes et de savoirs, Revue archéologique de l’Ouest, 30, 2013 : 165-186.

Goustard 2002

Goustard V. - Mignières, projet d’extension d’une zone d’activité au lieu-dit “ Le petit Courtin ˮ, Diagnostic archéologique, Inrap CIF, Pantin.

Hamon et Detante 2008

Hamon T. et Detante M. - Alluyes “ La Pierre Aigüe ˮ Zones 1 et 2 (Eure-et-Loir, Région Centre, une nécropole diachronique, Rapport de fouille, Inrap, Pantin, 2 vol.

Hamon et Creusillet 2012

Hamon T. et Creusillet M.-F. - Sours “ les Friches de Flotville ˮ, Rapport Final d’Opération, site n° 28.380.049. AP, Inrap, Vol. 1, 379 p.

Henton 2013

Henton A. - La céramique du Bronze final dans le haut bassin de l’Escaut et ses marges côtières. Première approche typo-chronologique et culturelle, in : Leclercq W. et Warmembol E. (dir.), Échanges de bons procédés, la céramique du Bronze final dans le nord-ouest de l’Europe, Actes du colloque international organisé à l’université libre de Bruxelles les 1er et 2 octobre 2010, De Boccard, Paris : 145-168.

Inizan et al. 1995

Inizan M-L., Reduron M., Roche H. et Tixier J. - Technologie de la pierre taillée, Préhistoire de la pierre taillée, 4, CREP, Paris, 199 p.

Jahier 2018

Jahier I. avec la collaboration de Dupré M. - Un habitat groupé du Bronze final [Extrait] : premier âge du Fer à Cahagnes (Calvados), in : Mélin M. et Boulud-Gazo S., Contribution à l’archéologie de l’âge du Bronze dans les espaces atlantiques et Manche-Mer du Nord, Actes de la table ronde de Rouen, 3e supplément, APRAB, Dijon : 267-319.

Koenig 2005

Koenig M.-P. - Le Bronze moyen et le début du Bronze final en Lorraine : premiers éléments de réflexion, in : Bourgeois J. et Talon M., L’Âge du Bronze du nord de la France dans son contexte européen, Actes des Congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, Lille 2000, CTHS, Paris : 361-376.

Lafage et al. 2006

Lafage F., Auxiette G., Brunet P., Martial E., Matterne V., Praud Y. et Laplantine N. - Premières tentatives d’interprétation spatiale d’un site rural du Bronze final à Changis-sur-Marne (Seine-et-Marne, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 103(2) : 323-377.

Lardé et Le Goff 2010

Lardé S. et Le Goff I. - Une fenêtre ouverte sur la nécropole d’Anet “ Le Débucher ˮ (Eure-et-Loir), Bulletin de l’APRAB, 7 : 60-65.

Lecomte et al. 2014

Lecomte B., Capron D. et Dupont F. - Nouvelles données sur les occupations du Bronze final à Sours “ Les Ouches ˮ (Eure-et-Loir), Bulletin de l’APRAB, 12 : 123-128.

Lecomte et al. 2017

Lecomte B., Hérouin S. et Gauthier F. - Une occupation de l’âge du Bronze final à Morancez “ ZA les Ardrets ˮ Morancez (Eure-et-Loir – Centre-Val de Loire), Rapport de fouille archéologique préventive. Site 033.28.269.0020. Opération n° 2. N° Patriarche 0610889. Prescription n° 15/0359 du 25 juin 2015. Dates d’intervention : du 11 avril au 10 juin 2016., Programme 15 – la protohistoire : les formes de l’habitat, Ville de Chartres, Direction de l’Archéologie, 447 p.

Le Goff et Billand 2012

Le Goff I. et Billand G. - De la détection des structures fugaces à la reconnaissance d’un système funéraire : les fosses à résidus de combustion de l’âge du Bronze, Archéopages, hors-série : 138-146.

Lepaumier et al. 2005

Lepaumier H., Marcigny C. et Ghesquière E. - L’architecture des habitats protohistoriques de Normandie : quelques exemples de la fin du IIIe millénaire au début du second âge du Fer, in : Buchsenschutz O. et Mordant C. (dir.), Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes du 127e Congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, CTHS, Paris : 231-264.

Leroy-Langelin et al. 2021

Leroy-Langelin E., Lorin Y., Lefevre P. et Audouit F.- L’habitat des Hauts-de-France à l’âge du Bronze : premiers résultats du collectif HABATA, in : Macigny C. et C. Mordant (dir.), Bronze 2019. 20 ans de recherches, Actes du colloque international anniversaire de l’APRAB, Bayeux (19-22 juin 2019), supplément n° 7 au Bulletin de l’APRAB, Orep Éditions, Nonant : 283-294.

Manem et al. 2013

Manem S., Marcigny C. et Talon M. - Vivre, produire et transmettre autour de la Manche. Regards sur le comportement des hommes entre Deverel Rimbury et post Deverel Rimbury entre Normandie et dans le sud de l’Angleterre, in : : Leclercq W. et Warmembol E. (dir.), Échanges de bons procédés, la céramique du Bronze final dans le nord-ouest de l’Europe, Actes du colloque international organisé à l’université libre de Bruxelles les 1er et 2 octobre 2010, De Boccard, Paris : 245-266.

Marcigny 2019

Marcigny C. - L’âge du Bronze en Normandie (2300-800 avant notre ère). Paysans et métallurgistes, Orep Éditions, Nonant : 50-51 (coll. Archéologies normandes).

Marcigny et Ghesquiere 2003

Marcigny C. et Ghesquière E. (dir.) - L’île de Tatihou (Manche) à l’âge du Bronze - Habitats et occupation du sol, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 192 p., 149 fig., 192 p. (Document d’Archéologie Française ; 96).

Marcigny et al. 2005

Macigny C., Colonna C., Ghesquière E. et Verron G. (dir.) - La Normandie à l’aube de l’histoire, les découvertes archéologiques de l’âge du Bronze 2300-800 av. J.-C., Somogy Éditions d’art, Paris, 152 p.

Marcigny et al. 2017a

Marcigny C. avec la collaboration de Ghesquière E., Giazzon D., Aubry B. et Néré É. - L’habitat et l’occupation du sol en Normandie, in : Carozza L. (dir.), Marcigny C. (dir.) et Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge de Fer, CNRS Éditions, Paris : 53-77 (Recherches archéologiques ; 12).

Marcigny et al. 2017b

Marcigny C., Bourgeois J. et Talon M. - Rythmes et contours de la géographie culturelle sur le littoral de la Manche entre le IIIe et le début du Ier millénaire, in : Lehoërff A. et Talon M. (éd), Movement, Exchange and Identity in Europe in the 2nd and 1st Millennia BC: Beyond Frontiers, Oxbow Books, 2017 : 63-78.

Mare et al. 2018

Mare E., Ghesquière E., Le Goff I., Marcigny C., Nicolas T. et Zech-Materne V. - Malleville-sur-le Bec (Eure), un village à l’âge du Bronze, in : Mélin M. et Boulud-Gazo S., Contribution à l’archéologie de l’âge du Bronze dans les espaces atlantiques et Manche-Mer du Nord, Actes de la table ronde de Rouen, 3e supplément, APRAB, Dijon : 77-266.

Martial 1995

Martial E. - L’industrie lithique à l’Age du Bronze dans le Nord-Pas-de-Calais, Les exemples de Roeux et Fréthun, Cah. Préhist. Nord, 15, 127 p.

Michler et al. 2017

Michler M., Schneikert F. et Véber C. - L’Alsace et l’âge du Bronze : bilan et perspectives, in : Carozza L. (dir.), Marcigny C. (dir.) et Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge de Fer, CNRS Éditions, Paris : 261-273 (Recherches archéologiques ; 12).

Mohen 1988

Mohen J.-P. - Les leçons du Fort-Harrouard, in : Brun P. et Mordant C. (dir.), Actes du Colloque International de Nemours, 1986, Le groupe Rhin-Suisse-France-Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, APRAIF, Nemours : 539-544.

Mohen et Bailloud 1987

Mohen J.-P. et Bailloud G. - La vie quotidienne, les fouilles du Fort- Harrouard, L’âge du Bronze en France, t. 4, Picard, Paris).

Mordant et Gouge 1992

Mordant C. et Gouge P. - L’occupation au sol à l’Âge du Bronze dans les vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine, L’habitat et l’occupation au sol à l’Âge du Bronze en Europe, Colloque de Lons-le-Saunier, 1990, CTHS, Paris : 133-164.

Nallier et al. 2009

Nallier R., Huard Ph. et Hadjouis D. - Une fosse polylobée de l’âge du Bronze final IIb-IIIa à Villejuif “ Les Hautes Bruyères ˮ (Val-de-Marne), RAIF, 2 : 33-63.

Noël 2011

Noël J.-Y. avec la collaboration de Chamaux G., Gueret C., Hamon C., Louis A., Neveu E. et Payraud N. - Auneau “ La sente des roches ˮ (Centre –Eure-et-Loir), Une occupation de l’âge du Bronze final, Rapport de fouille archéologique, n° de site 28.015.064 AP, SRA Orléans, 149 p.

Ollagnier et Joly 1994

Ollagnier A. et Joly D. - L’Eure-et-Loir - 28. Carte Archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 367 p.

Peake et al. 2017

Peake R., Brunet P., Delattre V., Néré É., Boulenger L. et Gouge P. - Bilan des connaissances de l’habitat et de l’occupation du sol à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer en Île-de-France, in : Carozza L. (dir.), Marcigny C. (dir.) et Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge de Fer, CNRS Éditions, Paris : 187-212 (Recherches archéologiques ; 12).

Pélegrin 1995

Pélegrin J. (dir.) - Technologie lithique : le Châtelperronien de Roc-de-Combe (Lot) et de la Côte (Dordogne), Cahiers du Quaternaire, 20, CNRS Éditions, 304 p.

Riche 2015

Riche C. (dir.) - Canal Seine-Nord Europe, fouille 42, Picardie, Oise, Choisy-au-Bac, Le Confluent, La Bouche d’Oise, Choisy-au-Bac, à la confluence de l’Aisne et de l’Oise : 10 000 ans d’histoire du Paléolithique à l’âge du Fer, Rapport de fouille, Inrap, Vol. 4, 455 p.

Riquier et al. 2017

Riquier V., Grisard J. et I. Le Goff I. - L’âge du Bronze et le premier âge du Fer en Champagne Ardenne : l’occupation du sol vue sous l’angle de l’archéologie préventive, in : Carozza L. (dir.), Marcigny C. (dir.) et Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge de Fer, CNRS Éditions, Paris : 213-240 (Recherches archéologiques ; 12).

Rychner 1979

Rychner V. - L’âge du Bronze final à Auvernier (Lac de Neuchâtel, Suisse). Typologie et chronologie des anciennes collections conservées en Suisse. Auvernier 1 et 2, Cahiers d’Archéologie romande, 15-16, Lausanne.

Talon 1992

Talon M. - Un site d’habitat de l’âge du Bronze final à Feuillères (Somme), Bulletin de la Société préhistorique française, 89(10-12) : 439-458.

Verneau 2015

Verneau F. - Morancez “ ZA des Ardrets ˮ (Eure-et-Loir), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap Centre Île-de-France, 58 p.

Villes 1987

Villes A. - Un aperçu de l’industrie lithique des niveaux de l’Age du Bronze au Fort-Harrouard, in : Audouze F et Blanchet J.-C. et al. (éd.), Les Relations entre le Continent et les Iles britanniques à l'âge du Bronze, Actes du colloque de Lille dans le cadre du 22e Congrès préhistorique de France, 2-7 Septembre 1984, 5e supplément à la Revue Archéologique de Picardie, Amiens : 275-305.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Contexte topographique du site.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 2 - Contexte géologique du site.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 - Principaux sites de l'étape moyenne du Bronze final en Eure-et-Loir.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 4 - Plan de l'espace funéraire.
Crédits DAO B. Lecomte / F. Verneau
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 5 - Plan général du site.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 6 - Plans des bâtiments 100, 101 et 109.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 7 - Plan et profils du bâtiment 100.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 8 - Plan et profils du bâtiment 102.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 9 - Tableau synthétique des bâtiments rectangulaires, trapézoïdaux et carrés.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 10 - Plans et profils des bâtiments 108 et 101.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 11 - Plans et profils des bâtiments 103, 105 et 110.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 12 - Plans des bâtiments 104, 111, 106, 107 et 109.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 13 - Plans et profils des fosses 2002 et 2077.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 14 - Profils des fosses.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Tabl. 1 - Inventaire des fosses.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 15 - Plan et profil du four 1089.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 16 - Typologie des formes céramiques.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 17 - Céramique issue du diagnostic.
Crédits DAO E. Frénée
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 18 - Céramique de la fosse 2058.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 19 - Céramique de la fosse 2147.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 20 - Céramique des fosses 2069, 2002 et 4016.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 21 - Céramique des bâtiments, des fosses 2075, 3003, 2150, 2216 et du four 2089.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tabl. 2 : Inventaire général des séries.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 22 - Mobilier lithique des fosses 2232, 2069 et 2002.
Crédits DAO D. Capron
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 23 - Organisation du site.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 24 - Implantations théorique des poteaux de bâtiments.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 25 - Contexte culturel du site et bâtiments cités dans le texte.
Crédits DAO B. Lecomte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5370/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Lecomte et Delphine Capron, « Un établissement de l’étape moyenne du Bronze final à Morancez (Eure-et-Loir) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 61 | 2022, mis en ligne le 23 février 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/racf/5370

Haut de page

Auteurs

Bruno Lecomte

Chartres métropole, Direction de l’archéologie, 2, rue Georges Brassens, 28000 Chartres

Articles du même auteur

Delphine Capron

Chartres métropole, Direction de l’archéologie, 2, rue Georges Brassens, 28000 Chartres

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search