Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 61L’établissement rural du Haut-Emp...

L’établissement rural du Haut-Empire de Gidy “ le Chêne de la Croix ” (Loiret)

The rural establishment of the Early Roman Empire of Gidy “le Chêne de la Croix” (Loiret)
Laure de Souris
avec la collaboration de Marie-Pierre Chambon et Yannick Mazeau

Résumés

La fouille préventive de la troisième tranche de la ZAC du Champ Rouge à Gidy (Loiret) a permis d’étudier un établissement rural du Haut-Empire situé à 1 km à l’ouest de la voie directe Orléans-Chartres, axe majeur structurant le territoire local. La durée d’occupation de cet établissement agropastoral est apparue relativement courte (seconde moitié ier s. ap. J.-C.-début du iie s.).
Trois enclos fossoyés sont inscrits dans les amorces d’un réseau parcellaire très lacunaire, composé de fossés convergents vers les enclos. Ces derniers sont circonscrits dans les deux zones de fouille, tandis que les fossés parcellaires se poursuivent hors emprise. Au sein même des enclos, il est difficile de préciser les liens chronologiques entre les différentes structures archéologiques, bien qu’on note une sectorisation de l’espace.
Deux bâtiments sur poteaux aux plans quadrangulaires ont été fouillés, il s’agit d’un grenier et d’un bâtiment d’habitation (?) abritant un cellier. Aucun niveau de sol n’est conservé. Le site se distingue par la présence de plusieurs fosses de stockage, qui ont vraisemblablement servi à conserver de la litière ou du fourrage pour les animaux, d’après les résultats des analyses carpologiques et des phytolithes. L’analyse des pollens issus des comblements d’un puits apporte quelques informations sur le paysage antique, en montrant la présence d’un environnement anthropisé et la proximité d’une forêt clairsemée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement de l’éditeur : le décès brutal de l’auteure, Laure de Souris, le 21 avril 2022, a empêché qu’elle puisse fournir la dernière version de son article sur laquelle elle avait largement commencé à travailler, après examen réalisé par les rapporteurs, à la RACF. La décision a été prise de publier cet article à titre posthume, après révision par l’un des rapporteurs, Alain Ferdière, avec l’aide de Yannick Mazeau, son compagnon, et de Marie-Pierre Chambon pour la céramique, ainsi que du Service de l’archéologie préventive du département du Loiret (chef de service : Jean-Michel Morin). Comme prévu à l’origine par l’auteure et/ou comme jugé utile, les annexes (1 à 4) ont été ajoutées, à partir des textes publiés dans le rapport de 2016, et également révisés par Alain Ferdière.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sauf indication contraire, les figures sont de l’auteure et collaborateurs.

1L’opération d’archéologie préventive a été menée à l’occasion de l’extension de la ZAC du Champ Rouge à Gidy (Loiret) (Fig. 11).

Fig. 1 - Localisation du site du “ Chêne de la Croix ” à Gidy (rectangle rouge) : situation par rapport à Orléans et aux voies anciennes.

Fig. 1 - Localisation du site du “ Chêne de la Croix ” à Gidy (rectangle rouge) : situation par rapport à Orléans et aux voies anciennes.

Cartographie J. Vilpoux, SRA CVL (sur fond de carte IGN au 1/100 000 et fond de carte IGN au 1/25 000)

2À la suite d’un diagnostic portant sur l’ensemble de l’emprise du projet, soit 20 ha (Souris 2013), deux zones de fouille contiguës ont été prescrites et la fouille a été réalisée sous la direction de l’auteure, par le service de l’archéologie préventive du département du Loiret (SAP), entre la fin mars et la mi-juin 2014 (Souris 2016).

  • 2 Donc plus larges que les tranchées de diagnostic.

3La zone A – qui correspond à l’emplacement de l’enclos le mieux circonscrit – a ainsi été intégralement décapée (5 000 m²) (Fig. 2). La zone B, d’une surface de 14 500 m², a été décapée en tranchées obliques larges de 6 m2. En complément de celles-ci, le suivi de l’ensemble des fossés a été effectué, sous forme d’une large tranchée (nos 5 et 8) permettant de les reconnaître et de les étudier dans leur intégralité. Une large fenêtre autour d’un bâtiment observé dans la tranchée 1 de diagnostic a aussi été ouverte à cette occasion. L’ensemble de ces tranchées, qui complètent celles du diagnostic, représente au total une superficie de 4510 m².

Fig. 2 - Plan général du site de Gidy, selon le diagnostic et la fouille : présentation des structures mises au jour par fonction.

Fig. 2 - Plan général du site de Gidy, selon le diagnostic et la fouille : présentation des structures mises au jour par fonction.

© Département du Loiret

4Les structures ont été fouillées manuellement, intégralement ou partiellement, pour permettre leur caractérisation et leur datation par le mobilier recueilli. Les fossés ont fait l’objet de sections manuelles significatives (angles, intersections, extrémités…), puis d’une fouille mécanisée sur l’intégralité des autres segments. Afin de vérifier la présence de trous de poteau dans les fossés d’enclos, plusieurs coupes longitudinales ont été effectuées. L’enclos sud-ouest (ES106) et les secteurs comportant des séquences stratigraphiques ont fait l’objet d’une étude complète comportant la fouille de chaque unité de fait identifiée.

5Au total (zones A et B), 9 510 m² ont ainsi été décapés : 149 faits ou structures archéologiques, 4 US indépendantes de toute structure et 32 anomalies géologiques ont été enregistrées dans les deux zones prescrites (Fig. 2).

6Enfin, des prélèvements de sédiments ont été pratiqués afin de réaliser des études paléoenvironnementales et/ou micro-morphologiques (voir infra et Annexes 2 à 4).

Contextes géographique et géologique

7La ZAC du Champ Rouge est située au sud de la commune de Gidy, à 15 km au nord-ouest d’Orléans, en limite sud-est de la Beauce (Fig. 1). La parcelle concernée prend place à l’extérieur du centre-bourg actuel de Gidy et en lisière des excroissances occidentales de la forêt d’Orléans, sur des zones agricoles actuellement en friche. Cette ZAC s’insère aujourd’hui dans une vaste zone d’activité qui se développe sur les communes de Gidy et Saran, englobant les ZAC du Champ Rouge et des Vergers, qui ont livré plusieurs autres sites archéologiques (voir infra, Contexte archéologique local).

8Dans cette partie méridionale de la Beauce, le calcaire de Beauce (g3) est recouvert par des formations continentales argilo-sableuses et marneuses (marnes de l’Orléanais, m1a) datant du Burdigalien (Berger et Desprez 1969). Fragmenté et fissuré, le substrat calcaire est le siège de phénomènes karstiques : dolines, gouffres et cavités souterraines.

9Du point de vue géologique, les formations marneuses de l’Orléanais, très calcaires à leur sommet, deviennent plus sablo-argileuses au contact des formations sableuses de l’Orléanais. Ces dernières sont blanches, grises ou jaunâtres, souvent oxydées de brun rouille en surface et moyennement argileuses. Ce sont des dépôts fluviatiles de la Loire tertiaire, déposés dans les irrégularités de la surface du calcaire de Beauce.

10Dans le cadre de la fouille, deux transects – traversant l’emprise du nord au sud et d’est en ouest – ont été reconstitués à partir des sondages issus de l’étude géotechnique et hydraulique (Venant, Robin et Grisey 2013), afin d’obtenir des coupes schématiques des différents horizons superficiels. Les couches traversées sont, outre la terre arable, des faciès argilo-sableux à argileux et des sables fins ou grossiers plus ou moins argileux correspondants aux sables, argiles et marnes de l’Orléanais. Le calcaire de Beauce n’a jamais été atteint.

11Le site du “ Chêne de la Croix ” se trouve en contrebas d’un léger relief culminant à 125,50 m NGF. Les vestiges apparaissent directement sous la terre arable (environ 0,40 m sous le sol actuel). Les structures sont fortement arasées, en raison de l’érosion naturelle du terrain et des activités agricoles en milieu ouvert, ceci étant plus marqué dans la moitié septentrionale du site, en bas de pente.

Contexte archéologique local3

  • 3 D’une manière générale, pour l’occupation antique au nord-ouest d’Orléans-Cenabum, voir : Souris 20 (...)

12À l’emplacement des ZAC des Vergers et du Champ Rouge, des sites laténiens font suite à quelques points de découverte hallstattiens disparates et des silos ont été recensés pour La Tène ancienne (Souris 2009 : 36). C’est au cours de La Tène finale que les établissements deviennent plus denses et organisés, avec l’installation de fossés parcellaires structurant l’espace dès le iie s. av. J.-C. (Fig. 3). À cette période, l’influence de l’axe voyer laténien et romain Orléans-Chartres direct par la Beauce, distant d’1 km à l’est, est perceptible dans l’orientation des fossés parcellaires jusqu’à cette distance de la voie.

Fig. 3 - Répartition des sites laténiens et antiques à l’ouest de la voie Orléans-Chartres, aux environs du site, visible en haut (N) de l’image.

Fig. 3 - Répartition des sites laténiens et antiques à l’ouest de la voie Orléans-Chartres, aux environs du site, visible en haut (N) de l’image.

© Département du Loiret

13À la période romaine, plusieurs établissements ruraux succèdent aux sites laténiens (cf. Fig. 3). Ils se répartissent en plusieurs noyaux, dont les fonctions et les limites sont parfois difficiles à établir, pour différentes raisons (faible quantité de mobilier, acidité du sol, érosion du terrain, emprises de fouille morcelées…). Des hiatus chronologiques existent, mais la permanence globale de l’occupation est réelle. La voie Orléans-Chartres demeure un axe majeur structurant dans le paysage et semble conditionner le réseau viaire secondaire.

14Dès la fin du ier s. av. J.-C., deux établissements s’implantent directement sur leurs prédécesseurs laténiens.

15Pour la ZAC du Champ Rouge, les données sur la période de la fin ier s. av.-début ier s. ap. J.-C. sont cependant très ténues. L’un de ces sites, à 860 m au sud (site n2, Fig. 3) de celui concerné ici (site n1, Fig. 3), ne semble pas être occupé au-delà du milieu du ier s. ap. J.-C. (Jesset 2006 : 69-71 ; Lusson 2009 : 265-276). Le second établissement précoce a été observé à 750 m au sud-ouest de ce dernier, sur la ZAC des Vergers (site n3, Fig. 3). À l’instar du précédent, il se caractérise par l’aménagement de deux enclos imbriqués à l’emplacement de l’enclos laténien (Jesset 2001 : 61-68) et se développe au cours de la seconde moitié du ier s. et jusque dans le courant du iie s. ap. J.-C. L’occupation s’organise autour de deux pôles successifs à vocation domestique, artisanale et agropastorale, au sein d’un dense réseau de fossés d’enclos et de parcellaire (Jesset 2001 : 73-95).

16Parallèlement, un autre établissement rural à vocation agricole et/ou artisanale (site n4, Fig. 3) se développe alors à 800 m du site dont il est question ici (n1). Il est de petite taille (500 m²) mais son cœur est occupé plus longuement, du ier au iiie s. ap. J.-C. (Vanderhaegen et Bours 2009 : 23-37 ; Souris 2009 : 56-95).

17Au Bas-Empire, après un possible hiatus d’occupation, seul le site des “ Vergers ” (n3) est occupé, à partir du milieu du ive s., avec l’aménagement de nouvelles constructions et d’une mare (Jesset 2001 : 96-109), alors que – comme on le verra – le site du “ Chêne de la Croix ” semble abandonné.

L’établissement rural gallo-romain du “ Chêne de la Croix ”

Les indices d’un parcellaire

18Des éléments d’un réseau parcellaire extrêmement lacunaire ont été mis au jour. Orientés globalement à environ 70° par rapport aux orientations des enclos d’habitat, ces fossés convergent vers ces derniers, définissant ainsi un espace agricole structuré plus ou moins radioconcentrique (Fig. 4). Son étendue est toutefois impossible à préciser (nombres et dimensions des parcelles, etc.), car elle reste inconnue en dehors de l’emprise de l’opération archéologique. La fonction de ces parcelles est associée par défaut au domaine agropastoral en général (cultures ou pâturages), en l’absence d’éléments plus précis observés dans les tranchées du diagnostic (structures archéologiques, mobilier…).

Fig. 4 - Plan d’ensemble et coupes des fossés parcellaires, autour des enclos du site.

Fig. 4 - Plan d’ensemble et coupes des fossés parcellaires, autour des enclos du site.

© Département du Loiret

Descriptions des fossés

19Six fossés associables à ce parcellaire, plus ou moins complets, ont été fouillés (Fig. 4). Rectilignes et très arasés, ils ont des profils similaires, aux parois évasées et aux fonds arrondis. Ils comportent généralement un comblement unique, peu organique, contenant peu de mobilier archéologique, hormis le fossé 30082, à l’ouest. Leurs fonds suivent la pente naturelle du terrain vers le nord.

  • 4 Le fossé 40017 est continu, sans interruption observée, même si le fossé 24 (section de fossé const (...)

20Deux états successifs semblent pouvoir être proposés, bien que les indices soient ténus. Cette hypothèse repose sur une seule relation stratigraphique de recoupement4 : l’état 1, constitué par le fossé 24, et l’état 2, regroupant les fossés 23, 09, 15004, 30082 et 40023.

21Il est malheureusement impossible d’établir le plan d’organisation globale de ce parcellaire en dehors de l’emprise du diagnostic, étant donné la présence de zones boisées et l’absence d’informations complémentaires apportées par l’observation des photographies aériennes infrarouges. La continuité éventuelle des orientations entre les sites contemporains alentour n’a non plus pu être mise en évidence, la prudence étant de mise en raison de l’emprise circonscrite réduite des fenêtres d’études. La question d’un éventuel réseau parcellaire commun à ces établissements ruraux reste donc en suspens, de même que celle du statut - collectif ou privé – de ces structures agraires (cf. Souris 2020). On a peut-être affaire à un parcellaire limité, strictement lié à l’établissement concerné et mis en place en même temps que ses enclos fossoyés eux-mêmes, ou au mieux relatif à des habitats indépendants les uns des autres (Gautier 1999 : 63). Il est également possible que cette organisation soit à mettre en relation avec la forêt antique sans doute proche, susceptible de faire office de limite naturelle. Se dessinerait ainsi potentiellement l’image d’établissements ruraux à enclos fossoyés, enserrés dans des petits réseaux parcellaires indépendants, se développant à proximité les uns des autres et éventuellement séparés par des aires forestières. Ils seraient marqués par des fossés venant à la rencontre de ces dernières.

22Si la fonction parcellaire de ces fossés semble ici admissible, la question de leur fonction secondaire spécifique se pose également. Celle-ci a été débattue et plusieurs propositions ont été avancées (Gautier 1999 : 63-68), qui ne s’excluent pas forcément entre elles : limites de propriété, protection des champs cultivés contre le bétail, brise-vent, drainage des eaux de ruissellement, toutes fonctions habituelles des limites parcellaires matérialisées...

La céramique des comblements des fossés parcellaires

23L’essentiel du mobilier, composé de fragments de poterie et de terre cuite architecturale, est issu des comblements du fossé 30082 (NR : 81).

  • 5 Pour la définition des catégories céramiques régionales évoquées dans cet article voir : CHAMBON et (...)

24Cet assemblage, modeste, comprend une majorité de céramique domestique à “ pâte brune du Val de Loire ”5 datable de la première moitié - milieu du ier s. ap. J.-C. Seuls deux vases dits “ dérivés de Besançon ” à lèvre courte moulurée (non illustrés) de type 1 (Chambon et Simon 2014) et un mortier à lèvre en bandeau (iso 3) (Fig. 5) ont été identifiés. Il est à noter que ce modèle, précoce, de mortier en pâte “ brune du Val de Loire ” est relativement rare. L’assemblage comprend également deux fragments de panse d’amphore de Bétique.

Fig. 5 - Bord de mortier découvert dans le fossé parcellaire 30082.

Fig. 5 - Bord de mortier découvert dans le fossé parcellaire 30082.

© DAO M.-P. Chambon

Les enclos

  • 6 Présentés ici dans cet ordre, celui de leur probable chronologie.

25Au moins trois enclos ont été mis en évidence (109, 108 et 1066). Les enclos 109 et 108 se développent vers le nord et l’est, tandis que l’enclos 106 est accolé à l’angle sud-ouest de l’enclos 109. Une seule relation physique nette a pu être observée aux croisements des fossés orientaux des enclos 109 et 108, montrant à deux reprises l’antériorité du fossé oriental de l’enclos 109 par rapport à son homologue de l’enclos 108.

L’enclos 109

26Cet enclos présente un plan incomplet, avec trois fossés à angle droit, dont la partie occidentale n’a pas été observée (Fig. 6). Seul le fossé oriental, orienté NNO-SSE, est complet et la superficie de l’enclos, d’au moins 7 000 m², ne peut être plus précisément évaluée, en l’absence de limite côté ouest. La faible quantité de vestiges en son sein, ainsi que le peu de mobilier archéologique issu des comblements de ses fossés, plaide en faveur d’une fonction agropastorale (champ ou pâture), mais la prudence est de mise en raison d’un décapage non exhaustif du secteur.

Fig. 6 - Plan d’ensemble et coupes des fossés des enclos 109 et 108.

Fig. 6 - Plan d’ensemble et coupes des fossés des enclos 109 et 108.

© Département du Loiret

27Ses fossés, rectilignes, sont assez arasés. Leur profil est généralement en cuvette et leur fond concave, même si des variations ont été ponctuellement observées. Un unique dépôt sablo-argileux en constitue généralement le comblement.

28– À l’est, le fossé EAS 22 (40041/40076/40077, longueur totale : 90,5 m) est marqué par une première entrée, d’une largeur de 3 m, matérialisée par l’interruption du fossé.

29– Le fossé d’enclos septentrional (40036) est visible sur seulement 9 m de long. Au-delà vers l’ouest, il est soit totalement arasé, soit absent. Son extrémité ouest est orthogonale et peu profonde (0,10 m).

30– Au sud de l’enclos, le fossé 40042 (longueur visible : 33,5 m), extrêmement arasé, présente une large interruption (30 m), sans doute due à l’érosion, entre son extrémité ouest, plutôt arrondie, et l’enclos 106, plus à l’ouest. Son profil est ainsi difficilement observable, mais le fond est plat. Il peut s’agir d’une interruption pour un accès, à moins que le côté sud de l’enclos n’ait été clos d’une autre manière, comme d’ailleurs peut-être du côté nord (haies… ?).

31Il n’est en effet pas exclu que cet enclos n’ait été que partiellement limité par des fossés au sens strict et que d’autres formes de limitation aient marqué son emprise : peut-être en effet des haies plutôt que des palissades, dont les poteaux auraient laissé des traces... Mais aucun indice ne permet de confirmer ou d’infirmer une telle hypothèse.

32La céramique issue des comblements des fossés de l’enclos 109 est avant tout composée de contenants à pâte “ brune du Val de Loire ”, de fabrication locale (amphores, dolia). Mais l’absence d’éléments de forme caractéristique ne permet pas de proposer une datation précise ni une comparaison avec le reste du site.

33L’espace interne de l’enclos 109 est marqué par plusieurs structures, à l’est par une série de trous de poteau qui prend place en face de l’entrée orientale et au sud par deux fossés d’un petit enclos interne (Fig. 7).

Fig. 7 - Éléments d’enclos interne (ESA520) formé par les fossés 40007 et 40057, avec coupes des fossés.

Fig. 7 - Éléments d’enclos interne (ESA520) formé par les fossés 40007 et 40057, avec coupes des fossés.

© Département du Loiret

34– Sept trous de poteau, formant un groupe, ont été associés en raison de leur situation relative. Cinq d’entre eux (40008, 40061, 40062, 40066, 40067) dessinent en effet un ensemble cohérent, rectiligne, malgré un écartement un peu irrégulier (1,25 à 1,50 m d’axe à axe). Au nord de ces derniers, deux autres trous de poteau sont également visibles (40059 et 40060), formant un début de ligne parallèle, distante d’environ 2 m. Ces creusements sont ovales à circulaires en plan, leurs parois soit droites, soit obliques et leurs fonds concaves à plats. Il pourrait s’agir d’une barrière ou d’une palissade bordant un cheminement interne à l’enclos, axée est-ouest, comprise entre le fossé d’enclos 40041 et les fossés de l’enclos interne ci-dessous. Un éventuel retour à angle droit serait matérialisé par le trou de poteau 40067.

35– Les fossés 40007 et 40057 (EAS 20) forment un angle droit qui s’inscrit dans l’angle sud-est de l’enclos 109 (Fig. 8). La fonction de cet aménagement paraît en lien avec le bâtiment 107 (infra), distant de 10,80 m. Les axes des fossés sont similaires à ceux des fossés 40041 et 40042 de l’enclos 109. La relation stratigraphique entre ces deux fossés internes n’est pas évidente, car leur arasement est très prononcé. Ils sont peu profonds et leur comblement est constitué d’un unique dépôt sablo-argileuse gris beige oxydé.

Fig. 8 - Vue de l’espace organisé en face de l’entrée à l’est de l’enclos 109, et plans et coupes des trous de poteau correspondants.

Fig. 8 - Vue de l’espace organisé en face de l’entrée à l’est de l’enclos 109, et plans et coupes des trous de poteau correspondants.

© Département du Loiret

36À noter la présence, dans le comblement du fossé 40007, d’une trentaine de fragments de céramique en pâte “ brune du Val de Loire ”, de vases de grande contenance, dont une amphore à lèvre plate (Barthélemy, Chambon et Couvin 2005 : 166, Fig. 10) datable du milieu du ier s. ap. J.-C.

37Issu d’un des comblements d’abandon du fossé 40057, le catillus de meule 40284.1 (cf. infra, Fig. 9, à droite) présente une typologie et des caractéristiques morphologiques communément rencontrées pour les moulins à bras gallo-romains (Polinski 2009 : 190-191). En grès d’origine régionale, de profil biconcave, il présente un flanc vertical, tandis qu’un léger méplat constitue la bordure de sa face supérieure. Son diamètre peut être évalué à 42 cm et la pente de sa surface active est de 16°. Son manchon latéral, percé dans la partie médiane de son flanc, correspond à l’emmanchement le plus simple et le plus répandu depuis La Tène moyenne en région Centre-Val de Loire (Jodry et al. 2011 : 301, type 1). L’usure généralisée de sa surface active montre qu’il a servi, sans doute pour la mouture de céréales.

Fig. 9 - Les meules du site (catilli) : a) à gauche, de la fosse 30129 ; b) à droite, du fossé 40057 de l’enclos 109.

Fig. 9 - Les meules du site (catilli) : a) à gauche, de la fosse 30129 ; b) à droite, du fossé 40057 de l’enclos 109.

DAO : Y. Mazeau

L’enclos 108

38L’enclos 108, complet – à l’exception de son angle sud-ouest occupé par l’enclos 106 – et d’une superficie de 5 420 m², présente un plan en losange assez régulier (79 m × 78 m, cf. Fig. 6), occupé dans son angle sud-ouest par l’angle nord-est de l’enclos 106. Il est limité par les fossés 40017 au nord, 40075 (AAS 21) à l’est, 40056 au sud et EAS 18 à l’ouest, généralement rectilignes au nord (40017) et au sud (40056) ou légèrement courbes à l’est (40075, AAS 21) et à l’ouest (EAS 18). Malgré un arasement relativement important, ceux-ci présentent globalement le même profil aux parois évasées et à fond plat ou légèrement concave. Ils sont comblés d’un unique dépôt sablo-argileux.

39Deux trous de poteau, 30002 et 30036, ont été mis au jour dans le fond de deux fossés de cet enclos (voir Fig. 10 : extrémité sud du fossé ouest FSE 18 et extrémité ouest du fossé sud 40056). Le fort arasement de ces fossés, ainsi que la difficulté de lecture du terrain, peuvent expliquer partiellement le faible nombre de structures à l’intérieur de celui-ci, dont toutefois à peine le tiers a été décapé. Il est également possible que la présence de ces deux trous de poteau dans ces fossés corresponde des cas isolés, voire fortuits (antérieurs aux fossés ?). Un troisième trou de poteau (40002) peut être mentionné, à 36,50 m à l’est du trou de poteau 30002, sur le bord nord de ce fossé 40056 (Fig. 10). Au vu du faible nombre de ces trous de poteau, il est évidemment difficile de proposer une interprétation. On note cependant qu’ils sont situés à proximité de ceux creusés dans le fond et/ou dans le remplissage des fossés de l’enclos 106 (infra) et qu’ils pourraient relever d’un même ensemble.

Fig. 10 - Répartition et coupes des trous de poteau dans les fossés sud et ouest de l’enclos 107, et dans tous les fossés de l’enclos 106.

Fig. 10 - Répartition et coupes des trous de poteau dans les fossés sud et ouest de l’enclos 107, et dans tous les fossés de l’enclos 106.

© Département du Loiret

40Le lot de céramique le plus riche (NR : 609 pour un NMI de 24) associé à l’enclos 108 a été découvert dans sa partie la mieux préservée (fossé méridional 40056). Cet assemblage (Fig. 11) se compose essentiellement de vaisselle domestique de production locale (vaisselle culinaire, de service et de conservation). La catégorie à pâte “ brune du Val de Loire ” est largement majoritaire en nombre de restes (62 %), mais seuls trois vases ont pu être clairement identifiés : une amphore régionale (non illustrée) à ouverture évasée et lèvre en amande, datée des 2e et 3e quarts du ier s. (Barthélemy, Chambon et Couvin 2005 : 167, Fig. 12, n2). Elle représente à elle seule la moitié des fragments de cette catégorie. Ont été également répertoriés un vase à panse bilobée et engobe rouge lustré (iso 76), modèle caractéristique et très répandu dans l’Orléanais entre le milieu du ier ap. J.-C. et le début du siècle suivant (Couvin 2005 : 126, Fig. 34) et un fond annulaire de vase à anse à pâte brune également mais avec un revêtement noirâtre (iso 79), que l’on rencontre en général vers la fin du ier-début du iie s. (Barthélemy, Chambon et Couvin 2005 : 171-172, Fig. 18).

Fig. 11 – La céramique issue du fossé sud 40056 de l’enclos 108.

Fig. 11 – La céramique issue du fossé sud 40056 de l’enclos 108.

© DAO M.-P. Chambon

41La présence de vaisselle domestique cuite en mode B (réductrice), avec 20 % des restes (gobelet à lèvre déjetée [non illustré], pots à cuire dont l’un à lèvre déjetée à léger ressaut à son extrémité (iso 78, Fig. 11) et couvercle à lèvre plate [non illustré]), est significative du point de vue de la chronologie. En effet, dans ce secteur, la vaisselle culinaire à cuisson réductrice tend à se développer à partir de la seconde moitié du ier s. (Chambon et Simon 2014). La céramique cuite en mode A (oxydante) comprend des éléments de panses de cruche (iso 77) et de mortier.

Fig. 12 - Les pesons de métier à tisser du site : a) en haut à gauche, fragment, découvert hors contexte ; b) et c) en haut au milieu et à droite, de la dépression humide 30084 ; d) et e) en bas à gauche et au milieu, du fossé ouest de l’enclos 106 ; f) en bas à droite, de 40056.

Fig. 12 - Les pesons de métier à tisser du site : a) en haut à gauche, fragment, découvert hors contexte ; b) et c) en haut au milieu et à droite, de la dépression humide 30084 ; d) et e) en bas à gauche et au milieu, du fossé ouest de l’enclos 106 ; f) en bas à droite, de 40056.

Clichés/DAO : Y. Mazeau

42On notera, dans cet assemblage, la quasi-absence de vaisselle importée, à l’exception de deux fragments de Terra Nigra et d’un unique fragment de panse d’amphore de Bétique ; environ 10 % des fragments restent non identifiables, du fait de la forte altération du mobilier.

43Tous ces éléments, associés, permettent de situer l’abandon du fossé au plus tôt à la fin du ier, voire au début du iie s.

44Par ailleurs, un peson de tisserand complet, issu du fossé 40056 (US 40401, Fig. 12, en bas à droite), est en terre cuite moulé, ses faces soigneusement lissées. Il est en forme de pyramide tronquée et pèse 323 g. Dans le fossé 40037 a en outre été mise au jour une table en grès fin (40313.1), probable aiguisoir de forme grossièrement parallélépipédique plate (150 × 140 mm ; ép. 31 mm ; Fig. 13, à gauche). Il possède deux faces de travail abrasées à la suite de l’aiguisage d’outils à tranchant transversal (ciseau, burin…) ou de tout autre type de lames, à l’exception des tranchants courbes de type faux (Pieters 2013 : 106-107).

Fig. 13 - Objets lithiques : à gauche, aiguisoir en grès fin du fossé 40037 (enclos 108) ; à droite, fragment d’aiguisoir (?) en grès fin rose, des fossés de l’enclos 106.

Fig. 13 - Objets lithiques : à gauche, aiguisoir en grès fin du fossé 40037 (enclos 108) ; à droite, fragment d’aiguisoir (?) en grès fin rose, des fossés de l’enclos 106.

© Département du Loiret

Le fossé 40034, une amorce d’enclos ?

45Axée OSO-ENE, ce fossé pourrait être le vestige d’un autre enclos qui se développerait vers l’est et/ou le nord, hors emprise. À peu près parallèle au fossé 40036 (enclos 109) et plus encore au fossé 40017-40056 (enclos 108), il présente un profil plutôt régulier (cf. supra, Fig. 6). Son extrémité occidentale correspond à une interruption volontaire, tandis que l’extrémité orientale est due, quant à elle, à une perturbation du terrain lors de la construction de l’autoroute.

  • 7 Bien que l’enclos 108 ne présente apparemment pas d’entrée dans les parages.
  • 8 Ainsi d’ailleurs que d’entrée aménagée sur ce flan nord de l’enclos 108.

46Avec l’un des fossés de l’enclos 108 (40017), il matérialise un espace – d’une largeur comprise entre 3,45 m à l’ouest et 1,78 m à l’est, et d’une longueur de 29 m – qui pourrait aussi, bien que ces deux fossés ne soient donc pas strictement parallèles, évoquer les fossés bordiers d’un chemin menant aux enclos, par exemple pour les bêtes7. Toutefois, l’absence de relation stratigraphique8 et de mobilier ne permet pas son attribution à une phase.

L’enclos 106

Description

47L’enclos 106, de plan trapézoïdal (67 × 32 × 54 × 29 m) (Fig. 14), est localisé au sud-ouest des enclos 108 et 109, occupant l’angle sud-ouest du premier. Axé quasi exactement nord-sud, il a une superficie de 1 680 m² et ses angles montrent une dissymétrie entre les parties septentrionale et méridionale.

Fig. 14 - Plan d’ensemble de l’enclos 106 et coupes des fossés.

Fig. 14 - Plan d’ensemble de l’enclos 106 et coupes des fossés.

© Département du Loiret

48Ses fossés sont relativement profonds et généralement rectilignes, ceux est et ouest étant légèrement curvilignes (rentrants) à l’est et à l’ouest. Leurs profils sont assez variés, mais leurs parois sont le plus souvent évasées et les fonds arrondis. La stratigraphie visible dans les différentes sections montre plusieurs dépôts, notamment des comblements massifs sablo-argileux ou argileux gris à brun oxydé. Certains de ces dépôts révèlent des indices de circulation de l’eau.

  • 9 Quasi face à l’aboutissement occidental du fossé sud de l’enclos 108.

49La fouille permet de proposer, à titre d’hypothèse, un enclos fossoyé auquel succèderait un enclos palissadé (Fig. 15). À partir de la stratigraphie des fossés – respectivement 28 et 27 – observée au niveau des accès est et ouest, il apparaît que, dans un premier état, les entrées, presque face à face à l’est et à l’ouest, sont matérialisées par des interruptions de fossé. Dans un second état, ces interruptions sont gommées par la jonction des tronçons de fossés de part et d’autre. Tous les fossés sont sans doute alors rebouchés et semblent avoir servi à l’implantation de poteaux installés sur leur tracé, en général espacés, repérés au nombre d’une douzaine pour les quatre côtés (cf. supra, Fig. 10). L’accès à l’intérieur de l’enclos se fait alors d’une manière qui n’a pas laissé de traces visibles, notamment à l’est, bien qu’il existe ici, un peu au nord de l’ancienne interruption de fossé, un groupe de sept trous de poteau dans le fossé9 (cf. Fig. 15 (état 2) et supra, Fig. 10). À l’ouest, juste à côté de l’entrée antérieure, un ensemble cohérent de trois trous de poteau (4041, 30079 et 30080) pourrait constituer un dispositif bâti évoquant un portique encadrant une entrée (surface de 5 m² ; cf. Fig. 15, b, état 2 et Fig. 16).

Fig. 15 - Les deux états proposés de l’enclos 106, à simples fossés puis à palissade : a) en haut, état 1 ; b) en bas, état 2.

Fig. 15 - Les deux états proposés de l’enclos 106, à simples fossés puis à palissade : a) en haut, état 1 ; b) en bas, état 2.

© Département du Loiret

Fig. 16 - Le possible portique (porche) d’entrée EAS 26 sur le fossé ouest de l’enclos 106.

Fig. 16 - Le possible portique (porche) d’entrée EAS 26 sur le fossé ouest de l’enclos 106.

DAO : L. Fabien, A. Hamel ; SIG : L. de Souris

50Les fossés nord et sud semblent n’avoir connu qu’un seul état. Néanmoins, la présence de quelques poteaux installés dans leurs comblements (cf. supra, Fig. 8) permettrait d’avancer un scénario identique.

51Enfin, la présence d’un talus interne à cet enclos peut être soupçonnée, en raison de l’espace vide régulier maintenu entre ses fossés et les structures archéologiques reconnues à l’intérieur. L’aspect de celui-ci reste cependant difficile à déterminer, et en l’occurrence les analyses palynologiques (cf. Annexe 2) n’apportent pas de réponses sur une éventuelle présence de haies le surmontant.

Le mobilier des fossés de l’enclos 106

  • 10 Nombre de Restes.

52– Fossé ouest EAS 27 : la céramique issue de ce fossé, avec plus de 1 000 restes, forme la plus importante concentration découverte sur le site (NR : 1124, Fig. 17). Cet assemblage se caractérise par une relative diversité, avec des amphores de grand commerce (NR10 : 54), dont une amphore à huile de type Dr. 20 de Bétique et une amphore vinaire de type Dr. 2/4 italique (iso 88) ; de la vaisselle “ fine ” importée (NR : 76) : coupes en sigillée à décor moulé (Drag. 37 de Gaule du Sud (iso 91) et Drag. 29 de Gaule centrale (iso 92), plusieurs coupes en Terra Nigra, type Menez 63 (Menez 1989) (iso 95) et type Menez 130/74 (Menez 1985 et 1989) (iso 94), ainsi que des amphorettes en céramique “ fine à engobe blanc ” (iso 96). Quelques fragments de panse de céramique de type NPR (“ noire à pâte rouge ”, production sableuse nord-carnute : Denat et al. 2014) ont également été identifiés dans ce lot.

Fig. 17 - La céramique issue des comblements du fossé ouest (EAS27) de l’enclos 106.

Fig. 17 - La céramique issue des comblements du fossé ouest (EAS27) de l’enclos 106.

© DAO M.-P. Chambon

53La céramique commune à pâte “ brune du Val de Loire ” reste la catégorie la mieux représentée, avec des vases à anse (amphore de type Gauloise 5, iso 118), un pot “ dérivé Besançon ” à lèvre ronde (iso 110) ultime évolution des imitations de vases “ Besançon ”, très fréquents dans les contextes orléanais du milieu et 3e quart du ier s. (Chambon et Simon 2014), deux pots à lèvre rectangulaire à gouttière (iso 113), un dolium à lèvre plate (iso 90) à pâte grossière et profil apparemment sub-ouvert, deux vases à panse bilobée à engobe rouge lustré (iso 108) et deux exemplaires de vases à col haut et ouverture légèrement évasée (iso 119, 120).

54La céramique cuite en mode A comprend trois mortiers à ouverture en collerette (iso 89) associés à deux cruches à lèvre plate (iso 101), une cruche à lèvre en “ bobine écrasée ” (iso 100) et une amphore à lèvre rectangulaire (iso 103).

55La céramique cuite en mode B arrive en dernière position, avec un pot à lèvre triangulaire (iso 115), une forme fermée à col (pichet ?) à lèvre ronde (iso 116) et un fond de gobelet à décor de “ côtes ” (non illustré) (Couvin 2008 : 414, Fig. 19, nos 8 et 9).

56L’association d’individus tels que la coupe sigillée Drag. 37, les cruches à lèvre plate, les amphores régionales de type G5, ainsi que le gobelet à décor de “ côtes ”, permet de proposer un terminus post quem autour des années 70/80 : la datation de ce lot semble certes se resserrer sur le dernier quart du ier s., mais la présence d’une amphore régionale à pâte claire et à lèvre rectangulaire (iso 103) incite à repousser celle-ci au début du iie s. ; on peut rapprocher cette datation de celle proposée pour l’assemblage issu du fossé méridional de l’enclos F108 (supra).

57L’instrumentum est représenté dans ce fossé par un possible aiguisoir fragmentaire en grès fin rose (30501.3) de section quadrangulaire (L. 85 × l. 45 ; ép. 40 mm) (cf. supra, Fig. 13, à droite) et deux pesons de métier à tisser modelés en terre cuite de métier à tisser (Fig. 12, en bas à gauche et au milieu, nos 30501.1 et 30501.2), en forme de pyramide tronquée à base carrée ; le premier, même fragmentaire, pèse 714 g et le second, archéologiquement complet, 388 g.

58– Fossé EAS 28 : la céramique de ce fossé (NR : 639, Fig. 18), à l’est, présente un certain nombre de formes communes avec celui du fossé ouest précédemment décrit. On retrouve des fragments d’amphores importées, essentiellement de Bétique (amphore à huile de type Dr. 20 (iso 20)), ainsi que trois fragments de panse de type Dr. 7 à 11. La vaisselle de service se compose, comme précédemment, de sigillée, de céramique “ fine à engobe blanc ” et d’un fragment de Terra Nigra (aucun élément de forme indentifiable). La céramique commune comprend plusieurs pots dont un modèle “ dérivé Besançon ” à lèvre ronde et un pot à lèvre rectangulaire (iso 29), deux vases à panse bilobée à engobe rouge lustré et une amphore à lèvre carrée, le tout façonné en pâte “ brune du Val de Loire ”. La vaisselle en cuisson oxydante comprend deux mortiers à ouverture en collerette, deux cruches à lèvre à corniche dont une à tendance aplatie (iso 21) et une jatte à lèvre tombante. Enfin, la céramique en cuisson réductrice, avec trois pots à lèvre triangulaire (iso 23, 24 et 25) associés à une jatte à profil en S, complète cet ensemble.

Fig. 18 - La céramique issue des comblements du fossé est (FSE28/ EA 33506) de l’enclos 106.

Fig. 18 - La céramique issue des comblements du fossé est (FSE28/ EA 33506) de l’enclos 106.

© DAO M.-P. Chambon

59Aucun élément ne peut, ici, être clairement daté du dernier tiers du ier s. Aussi proposera-t-on une datation plus large, centrée, sans plus de précision, sur la deuxième moitié du ier s.

60L’ensemble des céramiques mises au jour dans les différents comblements des fossés est et ouest (27 et 28) ne permet pas de distinguer clairement deux phases chronologiquement distinctes susceptibles de correspondre aux deux états du fossé observés à la fouille (supra). Les éléments les plus récents sont datables du dernier quart du ier, voire du début du iie s., mais la présence de fragments clairement plus anciens (2e et 3e quarts du ier s.) suggère néanmoins une occupation antérieure.

61– Fossé nord 30012 : le lot (non illustré) issu des comblements de ce fossé est de nouveau dominé par la céramique commune à “ pâte brune du Val de Loire ”. Les éléments datants sont une cruche à lèvre plate en pâte “ claire-lissée ” et des fragments d’amphore sud-gauloise de type G4. Ceux-ci fixent le TPQ de ces dépôts toujours aux alentours des années 70/80. Une jatte à lèvre tombante en pâte cuite en mode A et surface lissée est conforme à une datation ancrée dans la deuxième moitié du ier s. La datation de ce lot se situe donc dans le dernier quart du ier s. ap. J.-C. On note toutefois la présence de quelques rares fragments résiduels, comme très vraisemblablement une amphore à lèvre plate en pâte “ brune du Val de Loire ” (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 66, Fig. 10) connue dans des contextes du milieu du ier s. et l’assiette à lèvre rectangulaire en Terra Nigra.

62– Fossé sud 34007 : la céramique de ce fossé (NR : 51, Fig. 19) peut être datée par l’iso12. Il s’agit d’une amphore produite dans les ateliers chartrains (type Chartres 1517, Sellès 2001), datée de la deuxième moitié du ier s. Celle-ci est associée à un petit modèle de cruche en céramique à pâte cuite en mode A et lissée à goulot étroit (iso11), très altéré, dont le type n’a pu être précisé. Cet assemblage comprend également un pilon d’amphore ligérienne (iso10) (Barthélemy, Chambon et Couvin 2005 : 160-162), que l’on rencontre habituellement dans des contextes du début de la période romaine (entre le tournant de l’ère et le milieu du ier s.), ici très probablement un élément résiduel.

Fig. 19 - La céramique issue du comblement du fossé sud (EA 34007) de l’enclos 106

Fig. 19 - La céramique issue du comblement du fossé sud (EA 34007) de l’enclos 106

© DAO M.-P. Chambon

Organisation interne de l’enclos 106

63Au sein de l’enclos 106 (Fig. 20), un axe de circulation – joignant les deux accès est et ouest – et un tronçon de fossé plus ou moins axé est-ouest, au sud (EAS 17 = 30111/34008/34023), structurent sans doute l’espace interne (cf. infra). Cet axe de circulation, large d’environ 3 m (cf. Fig. 20), ne comporte aucune structure. À environ 2 m au sud et parallèlement à cet axe, quasi perpendiculaire au fossé ouest de l’enclos et à son contact, le petit fossé 30113 (cf. Fig. 20 et 21) pourrait être en lien avec ce dernier. Le fossé EAS 17, qui divise l’enclos 106 dans son tiers méridional, comporte deux interruptions – à l’ouest et à l’est, respectivement à 2 et 7 m des fossés d’enclos EAS 27 et 28 – permettant la circulation entre les différents espaces internes. À sa terminaison ouest, le fossé 34023 est désaxé de 10° au sud-ouest, ce qui correspond à l’orientation des fossés 30012 (fossé nord de l’enclos 106) et 40056 (fossé sud de l’enclos 109). Ce fossé 34023 constituerait le premier état ou un repentir du fossé EAS 17.

Fig. 20 - Structuration interne de l’enclos 106 en trois espaces, avec axe de circulation central.

Fig. 20 - Structuration interne de l’enclos 106 en trois espaces, avec axe de circulation central.

© Département du Loiret

Fig. 21 - Plan de la palissage semblant limiter l’espace septentrional de l’enclos 106 au sud ; et coupes de ses trous de poteau.

Fig. 21 - Plan de la palissage semblant limiter l’espace septentrional de l’enclos 106 au sud ; et coupes de ses trous de poteau.

© Département du Loiret

64Outre ce possible axe de circulation central, trois aires distinctes semblent ainsi pouvoir être mises en évidence à l’intérieur de l’enclos 106, avec des espaces occupés par des structures et d’autres vides (Fig. 20). Dans les trois aires ainsi définies, on note peu de recoupements entre structures et la céramique n’apporte pas d’informations supplémentaires.

65a) L’espace septentrional s’étend sur 775 m², compris entre le fossé nord de l’enclos (30012) et une possible palissade ou barrière (Fig. 21). Constituée d’un alignement de cinq à six trous de poteau (30039, 30040, 30105, 30104, 30021, voire 33510), de diamètre et profondeur similaires, cette palissade supposée est légèrement courbe. Quasi au contact, pour son extrémité ouest, avec l’axe de circulation médian de l’enclos, elle s’en écarte progressivement vers le nord en direction de son extrémité est. Les structures sont majoritairement concentrées dans la partie sud de cet espace septentrional, tandis que sa partie nord n’en comporte que cinq.

66b) L’espace médian, d’une superficie de 300 m, est compris entre l’axe de circulation et le fossé EAS 17. Deux accès, représentés par l’espace entre les extrémités est et ouest de ce dernier et les fossés est et ouest de l’enclos, assure le passage entre cette aire et la suivante.

67c) Enfin, l’espace méridional mesure 355 m². On n’y a mis au jour que cinq trous de poteau (30138, 30089, 30090, 30110 et 30102), qui ne permettent pas de restituer clairement un plan de bâtiment.

  • 11 Séparant les espaces médian (b) et méridional (c).
  • 12 Céramique “ rouge à pâte rouge ”, régionale.

68Le mobilier mis au jour dans le comblement du fossé EAS 1711 forme un assemblage relativement abondant, compte tenu du volume de dépôt concerné. Seul le diagnostic a fourni des éléments de datation (Fig. 22), avec un nombre notable de fragments de céramique fine, dont des assiettes en sigillée Drag. 18 et Drag. 15/17, une assiette à lèvre rectangulaire (iso 13), une coupe de type Menez 103 en Terra Nigra de Gaule centrale et un fond de gobelet de type RPR12.

Fig. 22 - La céramique issue du comblement du fossé FSE17.

Fig. 22 - La céramique issue du comblement du fossé FSE17.

© DAO M.-P. Chambon

69L’association de ces éléments de vaisselle fine correspond à un faciès du milieu - 3e quart du ier s. ap. J.-C., avec une cruche à lèvre en corniche moulurée cuite en mode A et lissée, un pot “ dérivé Besançon ” à lèvre ronde (iso 16), un vase à panse bilobée à engobe rouge, les deux en pâte “ brune du Val de Loire ”, ainsi qu’une jatte à collerette haute, de type du Nivernais (Chambon et Simon 2014) en céramique cuite en mode B. Toutefois, la présence d’un mortier cuit en mode A à lèvre en collerette et d’une jatte à lèvre tombante en céramique “ claire-lissée ” (iso 14), qui ne peuvent être antérieurs au milieu du ier s., resserrent sans doute la fourchette de datation aux années 50-75.

70Quelques éléments apparaissent plus anciens (première moitié du ier s. ap. J.-C.), dont la coupe en Terra Nigra de type Menez 103 et un fond de vase balustre en céramique brune, sont à considérer comme résiduels.

  • 13 Dans l’important corpus de barres à douille d’origine protohistorique étudié et recensé par M. Berr (...)

71Par ailleurs, une barre de fer (30315.1, Fig. 23, en haut au centre), dont une extrémité forme une douille ouverte conique constituant sa poignée, est identifiée comme un élément (douille à rabats) d’une possible barre à douille (semi-produit/currency bar) (L. conservée 74 mm ; l. 26 mm ; ép. 6 mm), par comparaison avec un exemplaire complet de Bretteville-sur-Odon (Calvados) (Base Arfefacts en ligne, fiche LGT-3003). Il s’agit d’un semi-produit, matériau à partir duquel le forgeron met en forme ses objets (petit outillage, lames de couteaux…). En effet, si cette douille peut rappeler l’emmanchement de certains outils, tel celui de serpettes (Pietsch 1983 pl. 27), sa morphologie – transition douille/fer plat à bords effilés et dos désaxé – et ses dimensions l’assimilent ici plutôt à une telle barre à douille (Berranger 2014 : 77-80, Fig. 28). Celles-ci sont considérées comme peu courantes à l’époque romaine sur les sites d’habitat, mais on soulignera que ce constat souffre, semble-t-il, d’un problème récurrent d’identification de tels semi-produits13.

Fig. 23 - Divers éléments en fer et pierre : a) en haut à gauche, barre de fer (semi-produit) mise au jour dans le fossé EAS17, à l’intérieur de l’enclos 106, et comparaison avec la barre de Bretteville-sur-Odon (Calvados) ; b) en haut à droite, de la structure excavée 30140 ; c) en bas, meulet [de la fosse 30093]), et comparaison avec l’exemplaire archéologiquement plus complet du Faubourg d’Arroux, à Autun).

Fig. 23 - Divers éléments en fer et pierre : a) en haut à gauche, barre de fer (semi-produit) mise au jour dans le fossé EAS17, à l’intérieur de l’enclos 106, et comparaison avec la barre de Bretteville-sur-Odon (Calvados) ; b) en haut à droite, de la structure excavée 30140 ; c) en bas, meulet [de la fosse 30093]), et comparaison avec l’exemplaire archéologiquement plus complet du Faubourg d’Arroux, à Autun).

© Département du Loiret

L’organisation de l’occupation dans les enclos

Les bâtiments

Le bâtiment 107

72Le bâtiment 107 se situe dans l’enclos 109, à 15 m à l’ouest de son accès et à 40 m à l’est de l’enclos 106 (Fig. 24, haut et bas). Neuf poteaux matérialisent un plan quadrangulaire d’une superficie de 55 m² (9 × 4 m), axé ENE-OSO. Il comprend deux travées irrégulières, de 9 × 3,30 m, soit 20 m², pour la travée A au sud-ouest, et 8,70 × 2,92 m, soit 35 m², pour la travée B au nord-est. L’entrée du bâtiment n’a pas pu être identifiée.

Fig. 24 - Le bâtiment sur poteaux 107, avec le cellier 41016 dans son angle nord : a) vu du nord-ouest ; b) plan du bâtiment et coupes de ses trous de poteau.

Fig. 24 - Le bâtiment sur poteaux 107, avec le cellier 41016 dans son angle nord : a) vu du nord-ouest ; b) plan du bâtiment et coupes de ses trous de poteau.

DAO : L. Fabien, A. Hamel ; SIG : L. de Souris

  • 14 Respectivement, curieusement, plutôt vers l’extérieur pour le premier et vers l’intérieur pour le s (...)

73Les creusements destinés à recevoir les poteaux sont circulaires à ovales. Leurs dimensions sont relativement similaires (diamètre moyen : 0,35 m). Leurs profils sont asymétriques et évasés, avec des fonds plats à arrondis et les profondeurs conservées varient de 0,14 à 0,44 m (profondeur moyenne de 0,29 m pour la travée A et de 0,35 m pour la travée B). On note que deux des creusements indiquent des poteaux inclinés, vers l’ouest pour le 41004 et vers le sud-sud-ouest pour le 4008314. Hormis un unique cas présentant une empreinte de négatif de poteau (4104), comblé de fragments de torchis brûlé, les comblements des trous de poteau ne présentent qu’une seule unité stratigraphique.

74Des fragments de terre crue brûlée trouvés dans les comblements de quelques faits de ce bâtiment nous renseignent sur une possible élévation en torchis sur clayonnage détruite par un incendie. En raison de l’arasement ayant entraîné la perte de certaines informations telles que la présence de piquets et de poteaux plus légers, moins profondément ancrés, il est cependant difficile de proposer une restitution de l’élévation de ce bâtiment.

75Étant donné l’absence de niveaux d’occupation intérieurs et d’aménagements domestiques conservés, il est également délicat de savoir s’il s’agit d’un bâtiment de service ou d’une habitation. Même si la présence d’un cellier (infra) dans ce bâtiment oriente vers cette dernière hypothèse, les dimensions relativement modestes du bâtiment (55 m²) posent question.

  • 15 Soit, en l’état (arasement), une capacité, non négligeable, d’1,66 m3.

76Un cellier (41016, cf. Fig. 25, a et b) de plan quadrangulaire, axé NNO-SSE comme le bâtiment 107, est en effet aménagé dans son angle nord. Il présente une profondeur conservée de 0,70 m et une assez grande superficie, de 2,38 m² (1,75 × 1,50 m max.)15. Toutes les US de comblement – au nombre de quatre – ont livré du mobilier, mais les plus grandes concentrations sont issues de deux d’entre elles (US 40297 et surtout 40296). Après abandon de sa fonction première, ce creusement a donc sans doute servi de dépotoir.

Fig. 25 - Le cellier 41016 : a) vu du nord-est ; b) plan et coupes du cellier.

Fig. 25 - Le cellier 41016 : a) vu du nord-est ; b) plan et coupes du cellier.

DAO : L. Fabien, A. Hamel ; SIG : L. de Souris

77Les résultats d’analyse des restes carpologiques et des phytolithes présents dans trois de ces US de comblement (40295, 40296, 40297) sont particulièrement intéressants (cf. Annexe 2). Ils indiquent la présence de restes d’orge vêtue et/ou de blé carbonisés, de très rares semences de légumineuse et de millet, ainsi que des taxons de plantes sauvages tels que le gaillet des bois, le jonc, la renouée des oiseaux, des graminées, la brunelle commune et le sureau hièble. Le prélèvement issu de l’US 40296, la plus riche en rejets, est le plus important en termes de phytolithes (Annexe 2), provenant de tiges et de feuilles de graminées, notamment en raison de la grande quantité de torchis découvert dans ce niveau. Seul le prélèvement effectué dans l’US 40297 s’est révélé stérile. Cependant, ces restes archéo-botaniques correspondent plus probablement à des rejets postérieurs à l’abandon du cellier, celui-ci étant alors transformé en dépotoir.

78La céramique issue du comblement du cellier 41016 (NR : 437) se compose de vaisselle de service, avec deux fragments d’amphorette en céramique “ fine à engobe blanc ” (iso 1021.2), de stockage et de préparation (pots et dolia) et de nombreux fragments de cruche à cuisson oxydante, dont un fond annulaire (iso 1022.1) (Fig. 26). Cet assemblage, dont les tessons sont très altérés, a livré une majorité de fragments de panse, ce qui rend difficile l’identification assurée de certains types. Cependant, la présence conjointe de forme de tradition “ Besançon ” et d’une amphore à lèvre plate (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005 : 166, Fig. 10) en céramique à “ pâte brune du Val de Loire ” renvoie à un faciès du deuxième quart-milieu du ier s., peut-être donc antérieur aux datations des assemblages retrouvés dans les fossés des différents enclos (infra, Les structures de stockage). Cette dernière remarque doit cependant être prise avec précaution, du fait de la forte altération des vases.

Fig. 26 - Céramique du comblement du cellier 41016.

Fig. 26 - Céramique du comblement du cellier 41016.

© DAO M.-P. Chambon

Le bâtiment 110

79Les cinq trous de poteau 30106, 30024, 30023, 30022 et 30025 forment un très probable autre bâtiment, plus petit, qui, bien que trapézoïdal, pourrait éventuellement être interprété comme un petit grenier sur poteaux, d’une superficie minimale de 4 m² (Fig. 27). À l’exception de l’un d’eux (30024), ces trous de poteau sont plus ou moins circulaires, de faible profondeur conservée et leurs profils sont irréguliers. Sur la longueur (côtés est et ouest), l’espace entre les poteaux est à peu près le même, alors que ce n’est pas le cas sur la largeur (côtés nord et sud). Aucun mobilier n’a été mis au jour dans ces trous de poteau et la datation de cet ensemble ni son attribution à une phase du site ne peuvent être assurées.

Fig. 27 - Le possible grenier sur poteaux (bât. 110) : a) vu du nord-ouest ; b) plan et coupes des trous de poteau.

Fig. 27 - Le possible grenier sur poteaux (bât. 110) : a) vu du nord-ouest ; b) plan et coupes des trous de poteau.

DAO : A. Hamel ; SIG : L. de Souris

Une autre aire bâtie

80Quatorze trous de poteau sont concentrés dans la partie ouest de l’espace médian de l’enclos 106 (Fig. 28). Malgré les tentatives de regroupement, il s’est avéré impossible de mettre en évidence un plan cohérent d’ensemble bâti. Ces creusements, très arasés, ont des plans circulaires ou ovales et des dimensions voisines (prof. moyenne conservée : 0,12 m). Cet ensemble n’a livré qu’un unique fragment de céramique antique.

Fig. 28 - Possible autre bâtiment, dans l’enclos 106.

Fig. 28 - Possible autre bâtiment, dans l’enclos 106.

© Département du Loiret

81Notons que c’est aux alentours de cette aire d’habitat de l’enclos 106 qu’ont été mises au jour la majorité des terres cuites architecturales du site, dont des tuiles, du moins si l’on en juge par leur répartition quantitative dans les fossés ainsi que la dépression centrale de l’enclos 106 (Fig. 29, cf. infra, Le mobilier). Ceci pourrait indiquer qu’au moins l’un des bâtiments de cette possible habitation comportait une toiture en tuile “ à la romaine ”, de tegulae et imbrices.

Fig. 29 - Répartition des terres cuites architecturales du site (en NR) ; hormis les fossés, seule la grande “ dépression humide ” centrale à l’enclos 106 est traitée ici.

Fig. 29 - Répartition des terres cuites architecturales du site (en NR) ; hormis les fossés, seule la grande “ dépression humide ” centrale à l’enclos 106 est traitée ici.

SIG : L. de Souris

Les structures de stockage

82Outre le cellier situé dans le bâtiment 107 (cf. supra), trois creusements, tous quadrangulaires aux angles arrondis, parois légèrement évasées et fond plat, sont répartis dans l’espace nord de l’enclos 106 (30029, 30127, 30129, ce dernier recoupé par la fosse 30093, infra, D’autres fosses). Ils sont alignés selon un axe NO-SE et de dimensions comparables, seul le premier (30029) étant nettement plus profond. Ces fosses sont ici traitées ensemble, en raison de leur morphologie qui rappelle celle de petits celliers (Fig. 30). Mais elles pourraient aussi être également interprétées comme de grandes fosses de plantation, en raison de cette proximité, mais aussi de la possible correspondance entre leur comblement et les terres de surfaces environnantes au moment de leur creusement puis remblaiement. Cependant, cette dernière hypothèse ne semble pas confirmée par les données carpologiques et des phytolithiques (infra et Annexe 2).

Fig. 30 - Fosses dans l’enclos 106, possibles petits celliers pour trois d’entre eux : plans et coupes.

Fig. 30 - Fosses dans l’enclos 106, possibles petits celliers pour trois d’entre eux : plans et coupes.

© Département du Loiret

  • 16 Même si sans doute au moins une partie de ces vestiges a été déposé avec le comblement de ces fosse (...)

83Ces analyses, concernant des restes identifiés dans les remplissages de ces fosses, viennent plutôt étayer l’interprétation comme celliers16 (cf. Annexe 2). Les assemblages sont similaires dans ces fosses : elles contiennent toutes trois des grains de blés et/ou d’orge vêtue carbonisés (seulement dans la fosse 30029), de même que – sauf dans la fosse 30129 – des phytolithes de graminées. L’apport de l’étude des phytolithes est indéniable dans ce contexte, où peu de graines carbonisées ont été conservées : les fosses 30029 et 30127 semblent ainsi avoir reçu des rejets de tiges entières de graminées, peut-être gâtées, possiblement à l’origine destinés au fourrage ou à la confection de litière végétale pour les animaux.

84Quant à l’absence de phytolithes dans la fosse 30129, elle est peut-être liée à des problèmes taphonomiques, les résultats carpologiques (Annexe 2) indiquant plutôt des rejets domestiques.

85Le mobilier issu des comblements de ces fosses après abandon de leur fonction primaire est constitué de céramique, de fragments de terre cuite architecturale, d’objets en matériau lithique (meule) et en fer.

86La fosse 30029 a livré plusieurs éléments de céramique (NR : 21, non illustrée) et des fragments d’objets métalliques (tôle et tige indéterminée). L’intérêt de cet assemblage est la présence (US 30048) d’un mortier à pâte claire à ouverture à collerette pendante découvert intact (voir Fig. A1.1 dans l’Annexe 1), posé à l’envers sur le fond de la fosse. L’analyse des traces de matière organique imprégnées dans sa pâte a mis en évidence la présence de raisin et de millet (cf. Annexe 1). Ce mortier est associé à quelques fragments de panse de paroi fine engobée, confirmant une datation au plus tôt dans le courant de la seconde moitié du ier s.

87L’assemblage de cette fosse 30129 se compose quant à lui essentiellement d’une assiette archéologiquement complète en sigillée de Gaule du sud de type Drag. 18, datée des années 15-60. Celle-ci est associée à sept fragments de panse de céramique “ brune du Val de Loire ”, sans plus de précision.

88Une tige en fer et un fragment de meule rotative ont également été recueillis dans cette fosse. Il s’agit d’un catillus de moulin à bras en grès (30398.1), à profil biconcave et flanc vertical (supra, Fig. 9, à gauche), possédant les mêmes caractéristiques morphologiques que le catillus 40284.1 (fossé 40057, supra, Analyse micro-morphologique). Sa hauteur de flanc est de 110 mm, son diamètre de 380 mm et la pente de sa surface active de 20°. Il est muni d’un manchon latéral horizontal et l’encoche quadrangulaire visible au niveau de son œil indique qu’il était équipé d’une anille, pièce métallique assurant le centrage et le maintien du catillus sur la meta sur leur axe.

Une structure excavée

89La structure excavée 30140 est localisée dans l’espace médian de l’enclos 106 (Fig. 31). Elle présente un plan irrégulier piriforme orienté ENE-OSO (2,40 × 1,40 m) et ses parois sont plutôt verticales à légèrement évasées, seule la paroi orientale étant en pente douce. Le fond est plat et peu profond (0,30 m conservé). Un trou de poteau (30142), contemporain de la structure, est creusé dans sa paroi nord. Le trou de poteau 30141, creusé dans le remplissage de la structure dans sa partie est, avec quelques éléments de calage (pierre et TCA), est quant à lui postérieur à cette structure.

Fig. 31 - Structure excavée 30140, de l’espace médian de l’enclos 106 : plan et coupes.

Fig. 31 - Structure excavée 30140, de l’espace médian de l’enclos 106 : plan et coupes.

© Département du Loiret

90Il peut s’agir d’une structure de type fond de cabane ou vide sanitaire pour un plancher, sans doute utilisée dans un second temps comme fosse-dépotoir.

91Les résultats des analyses de carporestes et de phytolithes (Annexe 2) issus de ses US de comblement montrent un petit assemblage de quelques grains de blé carbonisés, d’une semence de millet commun et quelques graines de Poaceae. La recherche de battitures magnétiques, motivée par la présence d’une scorie et d’un semi-produit découverts à proximité de cette fosse, s’est en revanche révélée infructueuse.

92La céramique issue de cette structure se singularise par d’assez nombreuses céramiques fines, diversifiées : sigillée de Gaule du Sud, dont une coupe Drag. 35/36, une assiette Drag. 15/17, une coupe moulée Drag. 29 de Gaule centrale, un fond d’assiette en Terra Nigra et quelques fragments de céramique “ fine à engobe blanc ”, ainsi que par la présence d’éléments céramiques relativement atypiques et/ou rares.

93– On évoquera plus particulièrement un flacon de petite taille à panse ovoïde dont il manque la partie supérieure, peut-être un unguentarium (ou balsamaire) en pâte fine, brun clair, dont les surfaces externes portent encore les traces d’un revêtement de couleur rouge orangé (iso 50, Fig. 32a). Son origine n’est pas connue. L’utilisation d’unguentaria en terre cuite ne semble pas dépasser le ier s. ap. J.-C., ces objets étant remplacés peu à peu par des exemplaires en verre (Py 1993). Ce type de récipient est le plus souvent découvert en contexte funéraire (Silvino et Robin 2012 : 179). Néanmoins, leur utilisation courante en contexte d’habitat, comme à Gidy, est clairement attestée (Silvino et Robin 2012 : 180), les exemplaires en verre étant généralement plus aisément identifiés.

94– Un second objet, relativement rare, a attiré notre attention : il s’agit d’un pot horticole (iso 56, Fig. 32b) partiellement conservé (H. conservée, 10 cm). Il possède une large perforation à sa base et de plus petites sur les parois, pour l’évacuation de l’eau, ces dernières au moins réalisées avant cuisson. Pour comparaison, un lot important de pots de transplantation (150 individus) a été mis au jour dans cette même cité des Carnutes, dans les jardins de la villa gallo-romaine de Richebourg dans le département des Yvelines (Barat 1999 : 141). Percés avant cuisson, ceux-ci sont issus d’ateliers de production spécialisés dont un a été identifié à Chartres et daté du ier s. (Barat et Morize 1999 : 221, Fig. 8). Leur relative rareté est, semble-t-il, à mettre en relation avec des erreurs d’identification, surtout quand ils sont très fragmentés, certains exemplaires ayant aussi pu être confondus avec des faisselles ou des récipients culinaires. Parmi les usages variés de ces pots indiqués par les auteurs anciens, peuvent être cités le marcottage, le repiquage ou le transport des plants. En Gaule, ils sont en général associés à des espaces de jardins d’agrément, pour des fruitiers ou arbustes décoratifs.

Fig. 32 - Éléments de céramique du comblement la structure excavée 30140 : a) panse d’unguentarium ? ; b) pot horticole.

Fig. 32 - Éléments de céramique du comblement la structure excavée 30140 : a) panse d’unguentarium ? ; b) pot horticole.

© DAO M.-P. Chambon

95Cet assemblage se singularise également par un nombre important de fragments de cruche en céramique cuite en mode A et aux surfaces lissées, mais pour une quantité limitée de vases. Leur mauvais état de conservation n’a pas permis de remontage et seuls deux éléments de formes ont été isolés dont un bord de cruche à lèvre en corniche lisse. On constate un décalage chronologique entre cette cruche, datée du milieu et/ou du 3e quart du ier s., et la coupe sigillée Drag. 35/36 (supra), qui fixe le terminus post quem au début du dernier tiers de ce siècle.

  • 17 Aucune trace de balnéaire où même de pièce chauffée n’ayant été notée sur le site, on peut supposer (...)

96Un carreau en terre cuite (30413.2, Fig. 33) de forme carrée, d’environ 220 mm de côtés et 54 mm d’épaisseur, possède les dimensions courantes d’un carreau de pilette d’hypocauste17. Sa face supérieure et au moins deux de ses côtés ont été lissés, tandis que sa face inférieure (au sol ?) a été laissée rugueuse, comme il est courant.

Fig. 33 - Carreau de terre cuite (de pilette d’hypocauste ?), découvert dans la structure excavée 30140.

Fig. 33 - Carreau de terre cuite (de pilette d’hypocauste ?), découvert dans la structure excavée 30140.

© Département du Loiret

97Une scorie argilo-sableuse évoque le travail du fer (S.A.S. 30415.1, poids : 198 g ; supra, Fig. 22, en haut à droite). L’argile et le sable qui la constituent proviennent soit de la paroi ou d’une des tuyères du four, soit d’ajouts visant à limiter l’oxydation de la surface de l’objet en cours de fabrication ou à réaliser des soudures (Le Carlier, Leroy et Merluzzo 2007 : 26). Outre ces éléments de mobilier, on note encore dans cette structure un clou de construction (de charpentes ?) en fer.

Le puits

98Un puits (30068) a été établi au sein de l’espace médian de l’enclos 106 (Fig. 34). Deux trous de poteau qui lui sont accolés (30071 et 30112) ont été interprétés comme des traces d’un aménagement léger lié à ce puits (protection et/ou système de puisage ?).

Fig. 34 - Plan et coupe du puits 30068, dans l’enclos 106, dont deux trous de poteau associés, avec leur coupe.

Fig. 34 - Plan et coupe du puits 30068, dans l’enclos 106, dont deux trous de poteau associés, avec leur coupe.

© Département du Loiret

99Sa fosse d’implantation est ovale, et ses parois sont obliques. Le fond a été atteint à seulement 2,20 m. À partir de cette profondeur, le terrain naturel devient humide, mais aucune remontée d’eau n’a été observée, le niveau de la nappe phréatique ayant toutefois pu changer depuis sa mise en service.

100Excepté les dépôts provenant de l’effondrement de parois, toutes les US de comblements ont livré du mobilier archéologique. Des prélèvements ont été réalisés dans chacun de ces derniers (dans l’ordre en partant du haut : 30261, 30262 et 30392). Les analyses carpologiques et de phytolithes (Annexe 2) révèlent ici la présence de grains de blé carbonisés, d’une semence de millet, d’une lentille et de quelques plantes sauvages (graminées, ache, astéracées, oseille crépue). Malgré une mauvaise conservation des pollens (Annexe 3), les assemblages polliniques mis en évidence dans ces prélèvements sont apparemment issus de cultures et de prairies pâturées, de friches, de jachères et de communautés rudérales (chemins, zones d’habitat ou lieux de pacage), plus ou moins proches de ce puits.

101Ces comblements ont également livré de la céramique (Fig. 35), des éléments d’objets métalliques et de terre cuite architecturale. La vaisselle céramique rassemble différentes catégories. La céramique fine est faiblement représentée, avec un fragment de forme ouverte indéterminée de sigillée de Gaule centrale et trois fragments de céramique “ fine engobée ”. La céramique commune est marquée par une présence notable de fragments à pâte “ brune du Val de Loire ”, avec un pot “ dérivé Besançon ” à lèvre ronde, plusieurs éléments de vase à panse bilobée et engobe rouge lustré (iso 4071.1), une amphore régionale à lèvre carrée, un dolium à lèvre plate, une cruche ou amphore à ouverture large et lèvre aplatie qui pourrait être dérivée de la G. 5 et un fond de forme balustre sans doute résiduel (iso 4071.4). La céramique commune comprend aussi une part non négligeable de céramique cuite en mode A, dont une cruche à lèvre plate associée à une jatte à lèvre tombante (4071.2), ainsi qu’un mortier à collerette. On notera en outre la présence anecdotique de céramique sableuse de type NPR du nord du territoire carnute. L’élément le plus récent identifiable est la cruche à lèvre plate à pâte à cuisson oxydante, datable du dernier quart du ier s. Le reste de l’assemblage est plus largement daté de la seconde moitié de ce siècle. Ce lot est donc chronologiquement comparable à ceux découverts dans les fossés de l’enclos 106, supra.

Fig. 35 - Céramiques recueillies dans les comblements du puits 30068.

Fig. 35 - Céramiques recueillies dans les comblements du puits 30068.

© DAO M.-P. Chambon

D’autres fosses

102– Une petite fosse (41017), située à 3,50 m de la paroi orientale du bâtiment 107 (enclos 109), ovoïde, mesure 0,74 × 0,66 m. Très arasée, elle est conservée sur seulement 0,07 m de profondeur. Au vu des quantités de mobilier retrouvé dans son comblement, il pourrait éventuellement s’agir, sans doute dans un second état, d’une fosse-dépotoir. La céramique découverte est datable du ier s. ap. J.-C. Il comprend un fond d’amphorette à pâte “ fine engobée blanc ”, une coupe Menez type 103 à panse carénée en Terra Nigra et quelques fragments de dolium. La céramique à “ pâte brune du Val de Loire ” est bien représentée, avec de nombreux tessons.

103– Cinq fosses éparses ont été mises au jour au sein de l’enclos 108. Leurs plans sont généralement plus ou moins quadrangulaires, à l’exception de l’une d’entre elles qui est ovale (40053). Elles sont peu profondes et les comblements sont généralement des remblais homogènes. Seules deux fosses ont livré quelques fragments de céramique de facture antique ou protohistorique (40021 et 40079).

104– Située dans l’espace nord de l’enclos 106, la fosse 30093, recoupant la fosse 30129 (cellier, supra, Les structures de stockage), présente un plan quasi circulaire, des parois évasées et un fond concave (Fig. 36). Une fonction de stockage est, pour celle ici concernée, difficilement envisageable, au vu de sa morphologie, et il pourrait s’agir, en fonction primaire, d’une extraction de sable et argile. Comparativement aux autres entités archéologiques, celle-ci a livré plus de mobilier (éléments métalliques, meulet, fragments de céramique, de terre cuite architecturale et os animaux).

Fig. 36 - Plan et coupe de la fosse 30093.

Fig. 36 - Plan et coupe de la fosse 30093.

© Département du Loiret

105Malgré une quantité relativement limitée de fragments, le répertoire céramique de cette fosse s’avère assez diversifié (Fig. 37). Cet assemblage est clairement attribuable au dernier quart du ier s. ap. J.-C., avec la présence conjointe de vaisselle fine, dont des vases en sigillée du dernier tiers de ce siècle tels qu’une coupe Drag. 35/36 et une seconde du service E (iso 67), une olla en Terra Nigra de type Menez 74 (Menez 1989) et un fragment de céramique “ fine engobée ”. L’ensemble culinaire à pâte cuite en mode B est tout à fait compatible avec cette datation. Ce dernier est composé d’une jatte (tripode ?) à lèvre rentrante et rainure sous celle-ci et d’un couvercle à lèvre à méplat (iso 69 et 70). Ce couple est caractéristique du répertoire culinaire sud-carnute du dernier quart du ier s. et du début du siècle suivant (Chambon et Simon 2014 ; Verneau et Noël 2009 : Pl. 28). Le pot à lèvre déjetée à col court, à pâte fortement granuleuse de couleur brun à gris (iso 74), est atypique mais rappelle un autre individu découvert à Orléans dans un contexte de la fin du ier s. (Verneau et Noël 2009 : Pl. 15). La céramique commune comprend encore une part importante de céramique “ brune du Val de Loire ” dont un vase à panse bilobée. Cette catégorie est associée à deux mortiers cuits en mode A à ouverture en collerette (iso 66) et un pot en céramique à pâte stampienne nord carnute (iso 72). Des amphores de grand commerce, dont une à huile de Bétique, viennent compléter ce lot. Cet assemblage, clairement attribuable au dernier quart du ier s., est tout à fait comparable à celui du fossé ouest de l’enclos 106 (supra, Le mobilier des fossés de l’enclos 106).

Fig. 37 - Céramiques du comblement de la fosse 30093.

Fig. 37 - Céramiques du comblement de la fosse 30093.

© DAO M.-P. Chambon

  • 18 Au total, cinq clous de construction ont été mis au jour sur le site. Ils appartiennent au groupe 3 (...)

106Concernant l’instrumentum, un meulet (ou aiguisoir, 30238.1), outil traditionnellement utilisé pour l’aiguisage régulier des outils tranchant en fer, est ici une table en grès fin gris possédant en partie supérieure un méplat suivi d’une dépression, à la surface abrasée, qui constitue sa partie active (supra, Fig. 22, en bas ; 143 × 111 mm ; ép. 52 mm). Sa base grossièrement mise en forme est plane. Une analogie morphologique peut être faite avec l’un des deux exemplaires mis au jour à Autun, site du Faubourg d’Arroux, attribué à une activité de taillanderie, ces meulets de grandes dimensions n’apparaissant a priori qu’à l’époque romaine (Pieters 2013 : 107-108, Fig. 102). Quatre clous de construction (de charpentes ?) en fer (30230.1, 30236.6) sont à dénombrer. Ils sont fragmentaires, à tête homme (tête peu débordante aisément dissimulable dans le bois) ou circulaire. Les dimensions des sections des tiges, principal critère de distinction morphologique quand les longueurs de tiges sont comme ici incomplètes, mesurent 8 à 11 mm de côté18.

  • 19 Identification C. Aunay (Verre Ant’ère), que nous remercions.

107En verre sodique19, on note un fragment (4028.1) de lèvre double à repli d’un petit pot à panse carrée ou sphérique (pot miniaturisé ?), utilisé pour le stockage ou comme flacon à onguent. Il s’agit du type Isings 67, daté des ier-iie s. ap. J.-C. (Isings 1957) (Fig. 38, à gauche).

Fig. 38 - Fragments de verre découverts sur le site (fosse 30093 et dépression humide 30084).

Fig. 38 - Fragments de verre découverts sur le site (fosse 30093 et dépression humide 30084).

© Département du Loiret

108S’y ajoutent quatre clous de chaussure en fer (30236.4) à tête conique creuse également issus de cette fosse (Fig. 39). Malgré leur mauvais état de conservation, leurs dimensions correspondent au type B2 à tête réduite de Ph. Chapon (diam. entre 10 et 15 mm), avec ou sans motif d’accrochage au revers, datés sans précision des ier-ive s. ap. J.-C. (Chapon et al. 2004 : 205). Ils pourraient correspondre à une unique semelle, ici en rejet.

Fig. 39 - Clous de chaussure de la fosse 30093.

Fig. 39 - Clous de chaussure de la fosse 30093.

© Département du Loiret

109– Deux fosses (30085 et 30108) sont en outre situées dans l’espace médian de l’enclos 106, à 4 m à l’ouest du fossé 28. Le fond plat et les parois presque droites de la fosse 30085 évoqueraient le profil d’un petit cellier si son plan n’était circulaire.

  • 20 Fouillée par moitié en quinconce.

110– Enfin, une fosse (30030)20 est creusée à l’emplacement de l’axe de circulation de l’enclos 106, à 5,50 m de l’entrée occidental. Sa morphologie suggère plusieurs creusements imbriqués, difficiles à lire en plan (Fig. 40) et la stratigraphie de son comblement évoque des creusements successifs, remblayés au fur et à mesure. Cet aspect irrégulier évoque une activité ponctuelle d’extraction de sables et d’argile, antérieure (avec comblement) ou postérieure à cet espace de circulation.

Fig. 40 - Plan de la fosse 30030, fouillée par moitié en quinconce, et coupes des remplissages (1 longitudinale et 3 transversales).

Fig. 40 - Plan de la fosse 30030, fouillée par moitié en quinconce, et coupes des remplissages (1 longitudinale et 3 transversales).

DAO : L. Fabien, A. Hamel

111Le mobilier mis au jour dans cette fosse comprend des fragments de céramique, un fragment de verre, des restes de tiges en fer. Lors du diagnostic, un fragment de lèvre d’un petit pot à panse carrée ou sphérique en verre, daté des ier s.-iie s., a été trouvé à sa surface (Souris 2013 : 42). Les comblements ont livré peu de céramique (NR : 29). La céramique est majoritairement de la céramique “ brune ”. Le seul élément de forme identifiable est un bord (non isolé) d’amphore sud-gauloise de type G4. Cet assemblage est similaire à la plupart de ceux voisins et n’est pas aberrant pour la deuxième moitié du ier s. ap. J.-C.

Des secteurs d’activité agropastorale ?

112Plusieurs zones vides de vestiges (ou presque), pour une superficie totale de 6 820 m², ont été mises en évidence dans les trois enclos, hormis les secteurs liés à la possible présence de talus parallèle aux fossés d’enclos (Fig. 41). Ces espaces suggèrent de petites aires dévolues à des espaces cultivés (potagers ou vergers) ou au parcage de bêtes. D’une part peu de structures y ont été observées et d’autre part peu de mobilier a été mis au jour dans les fossés les plus proches.

Fig. 41 - Les aires vides de vestiges dans les enclos fouillés, possibles espaces agropastoraux.

Fig. 41 - Les aires vides de vestiges dans les enclos fouillés, possibles espaces agropastoraux.

© Département du Loiret

113– Dans l’enclos 109, on observe au moins une zone sans structure archéologique, d’une superficie de 1 000 m², localisée à l’ouest du bâtiment 107.

114– La surface enceinte de l’enclos 108, d’environ 5 420 m², contient très peu de structures, avec seulement cinq fosses réparties dans diverses tranchées. Bien que l’interprétation de cet espace soit un peu compromise en raison d’un décapage assez partiel, il peut avoir été dévolu à des activités de caractère agropastoral.

115– Au sein de l’enclos 106, enfin, deux aires “ vides ” ont été mises en évidence :

  • un espace pratiquement vide de vestiges archéologiques, sur 400 m², s’étend sur une grande partie est du secteur nord de cet enclos (angle nord-est) : seuls deux petits fossés de fonction indéterminée ayant été observés en son sein (Souris 2016 : 40) ; il est difficile de lui attribuer une fonction précise, mais il pourrait également être lié à de telles activités agropastorales ;

  • une seconde aire est située dans l’espace méridional de l’enclos 106, dont elle couvre une large moitié : elle est comprise entre le fossé EAS 17 et le fossé sud de l’enclos (34007) ; seuls cinq trous de poteau, ne formant pas un ensemble cohérent, y ont été recensés.

Une zone humide naturelle

116Une grande part de l’emprise de l’enclos 106 – en particulier dans sa partie centrale – concerne une dépression humide naturelle, en très légère cuvette (30084, Fig. 42). Sa morphologie et la stratification de son comblement montrent qu’elle est sans doute davantage liée à une particularité locale du substrat et de la topographie, mise à profit par les occupants du site, qu’à un véritable aménagement anthropique, ex nihilo. La stagnation d’eau dans ce secteur a produit une réduction profonde des sédiments, leur donnant une coloration bleu-gris très pauvre en taches ferriques et ferro-manganiques oxydées, qui rendent particulièrement difficile la lecture des processus de comblement de cette dépression, peu visible sur le terrain. Néanmoins, la présence de mobilier dans les 10 à 20 cm supérieurs, ainsi que le caractère oxydé des formations superficielles, tendent à suggérer un remaniement – ou du moins une intervention, peut-être pour nivellement par remblaiement – pour la partie supérieure du comblement de cette dépression humide, peut-être aussi lié à la fréquentation de l’espace par les hommes ou les animaux d’élevage sur une surface boueuse (mare-abreuvoir ?). Aucun prélèvement en vue d’analyse micro-morphologique ou autre n’y a malheureusement été réalisé.

Fig. 42 - La dépression humide naturelle (30084), à l’intérieur de l’enclos 106, en partie sondée mécaniquement.

Fig. 42 - La dépression humide naturelle (30084), à l’intérieur de l’enclos 106, en partie sondée mécaniquement.

© Département du Loiret

117Le mobilier mis au jour dans ce dépôt supérieur se compose de fragments de céramique, de terre cuite architecturale, d’un fragment de verre et de deux pesons de métier à tisser en terre cuite :

118– Le corpus des céramiques (NR : 218) montre un assemblage assez varié mais cohérent, qui reste proche de celui de la plupart des structures de l’enclos 106. On retrouve des amphores de grand commerce de Bétique (huile) et du sud de la Gaule (vin), de la céramique fine, assez rare, avec quelques tessons de sigillée dont certains pourraient être résiduels, associée à une assiette à lèvre rectangulaire en Terra Nigra (Fig. 43). La céramique commune est largement majoritaire : la moitié des fragments correspond à des productions à pâte “ brune du Val de Loire ”, avec une amphore dérivée de G4/G5 (iso 45), un dolium à lèvre oblique et plate (iso 38) et un couvercle plat (iso 44). Près de 20 % (en NR) de la céramique commune est cuite en mode A, parmi lesquels trois modèles classiques : les mortiers en collerette, les cruches dont une à lèvre plate (iso 39) et les jattes à lèvre tombante (iso 40). Restent 30 % de vaisselle commune cuite en mode B, dont un pot à lèvre triangulaire avec de fines moulures sur sa paroi externe (iso 34). L’élément datant est la cruche à lèvre plate, qui fixe le terminus post quem de ce lot aux alentours des années 60/80.

Fig. 43 - Céramique du comblement de la dépression humide 30084.

Fig. 43 - Céramique du comblement de la dépression humide 30084.

© DAO M.-P. Chambon

119– Un tesson de verre sodique, légèrement incurvé, transparent et de couleur bleu vert est un récipient indéterminé, probable paroi de bouteille de section carrée (30084.1, supra, Fig. 38, à droite).

120– Deux pesons de tisserand en terre cuite (30084.3 et 30084.4, Fig. 12, en haut au milieu et à droite), à perforation sommitale et en forme de pyramide tronquée, possèdent une hauteur similaire (100 et 109 mm), leur poids étant respectivement de 605 et 428 g.

Synthèse et conclusions

  • 21 Avec toutefois un certain nombre d’éléments céramiques plus anciens (gallo-romain précoce ou du moi (...)
  • 22 Au vu de la très faible quantité d’ossements animaux mis au jour (NR : seulement 141), aucune étude (...)

121L’établissement étudié, installé apparemment ex nihilo et d’une durée d’occupation brève (seconde moitié du ier-début du iie s. ap. J.-C.)21 est sans doute tourné vers les activités agropastorales, bien qu’en raison de l’acidité du sol (sables et argiles de l’Orléanais), les pratiques d’élevage n’aient pu être appréhendées par l’examen de reste de faune en quantité suffisante22. Il s’inscrit dans un vaste réseau d’établissements ruraux qui perdure, sous divers aspects, depuis le premier âge du Fer (cf. supra, Fig. 3, et infra, Fig. 47). Son statut reste encore difficile à déterminer et il est bien sûr impossible de se prononcer quant à la propriété et au statut des terres qu’il occupe et exploite à la seule aune des données archéologiques (Ferdière 2013) : petits établissements (familiaux) autonomes, hors du système domanial, ou bien rattachés à un réseau plus vaste de grands domaines ? Les potentielles villae situées à proximité – possibles centres domaniaux – n’ont à ce jour pas été repérées ni fouillées.

La structuration du site

122En première analyse, le site est constitué de trois enclos fossoyés emboîtés, orientés ENE-OSO et NNO-SSE et inscrits dans un réseau parcellaire aux orientations variées. Le plan semble hérité de ceux de tradition gauloise, souvent trapézoïdaux, et se rapproche des enclos du type P de la classification de C. Gandini (2008 : 197) pour le territoire voisin des Bituriges Cubes, soit des enclos emboîtés comprenant des partitions internes marquées au sol par des fossés et possédant des vocations différentes sur le plan fonctionnel.

123Au sein même des enclos, faute de relations stratigraphiques ou de mobilier datant, il est parfois ardu de préciser les liens chronologiques entre les différentes structures archéologiques. Néanmoins, deux hypothèses d’évolution du site peuvent être proposées, selon qu’on place l’établissement de l’enclos 106 en phase 1 ou seulement en phase 2 (Fig. 44) :

  • hypothèse A : dans une première phase, le réseau parcellaire et les enclos 109 et 106, ainsi que les structures internes à ceux-ci, sont mis en place simultanément ; dans une seconde phase, l’enclos 109 et son aire d’habitat, ainsi peut-être que les fossés parcellaires les plus anciens, sont abandonnés. L’enclos 109 est remplacé par l’enclos 108 ;

  • hypothèse B : dans une première phase, l’enclos 109, ainsi que le bâtiment 107, les structures situées en périphérie et le premier état du parcellaire sont aménagés ; dans une seconde phase, l’enclos 109 et son habitat sont abandonnés au profit de deux nouveaux enclos (108 et 106, emboîtés) ; un second système parcellaire est alors mis en place ; l’enclos 106 comporte l’aire d’habitat (au sens large du terme), avec deux états, alors que l’enclos 108 a vraisemblablement une fonction agropastorale.

Fig. 44 - Deux hypothèses (A en haut, B en bas) d’évolution du site entre les phases 1 (à gauche) et 2 (à droite).

Fig. 44 - Deux hypothèses (A en haut, B en bas) d’évolution du site entre les phases 1 (à gauche) et 2 (à droite).

© Département du Loiret

124Plusieurs secteurs vides de vestiges ont été mis en évidence (cf. supra, Des secteurs d’activité agropastorale ?). Ces aires sont malgré tout intéressantes car elles fournissent des données sur l’organisation spatiale des espaces non bâtis : champs, pacages ou parcages, aires de regroupement de bétail, etc.

  • 23 Et la présence, dans le comblement d’une structure excavée de cet enclos 106, d’au moins un vase ho (...)

125Dans les enclos 109 et 108, ces aires vides pourraient éventuellement concerner le parcage des bêtes et/ou la mise en culture intensive (jardinage, maraîchage). Dans l’enclos 106, les deux zones vides peuvent également indiquer la présence de jardins ou d’espaces, plus réduits, en lien avec des activités potagères ou plus généralement agropastorales. Malheureusement, hormis l’absence de mobilier dans les fossés d’enclos à proximité23, peu d’indices archéologiques ou paléo-environnementaux permettent de conforter ces hypothèses.

  • 24 Qui peut participer aussi de cette gestion de l’eau, sans doute pour abreuver les bêtes.

126Quant à la question de la gestion de l’eau sur le site, elle implique à la fois l’approvisionnement en eau à des fins personnelles et agricoles, mais aussi l’évacuation des eaux de pluie. Elle est documentée non seulement par les fossés dont le rôle de drainage a été démontré (pendages), ainsi que par la grande dépression sans doute naturelle qui occupe l’enclos 106, mais encore par la présence d’un puits. Si l’eau potable peut être fournie par ce puits et/ou des dolines visibles à proximité, qu’en est-il de la gestion des eaux de pluie et de ruissellement, un problème récurrent dans le sédiment imperméable orléanais ? La fouille montre deux états au cours desquels les fossés de l’enclos 106 sont établis, puis sans doute remplacée par des palissades dont les poteaux sont installés à l’emplacement des fossés. Les résultats de l’étude micro-morphologique réalisée dans les comblements des deux fossés latéraux (est et ouest) de cet enclos 106 indiquent que l’eau y a effectivement circulé (premier état ; cf. Annexe 4). L’écoulement se fait dans le sens de la pente naturelle du terrain, vers le nord. Dans le second état, où les fossés sont comblés et remplacés par des palissades ou des clôtures, on ne sait comment s’opère cet écoulement et s’il existe un lien entre ce dernier et l’existence de la dépression humide au sein de cet enclos 10624.

Le mobilier

127Quant à lui, le mobilier – céramique et autres – apporte des précisions sur les activités menées au sein de l’habitat. Ils offrent l’image d’un établissement rural traditionnel, comportant quelques éléments ou caractères qui méritent cependant d’être signalés.

La céramique

128L’ensemble du corpus des céramiques du site se compose de 4 803 fragments, pour un NMI (non pondéré) de 183, répartis inégalement dans les structures fouillées. 48 % – soit près de la moitié – de l’effectif total, en NR, est concentré dans seulement trois structures, deux fossés de l’enclos 106 (27 et 28) et le fossé méridional de l’enclos 108 (EA40056). Le reste de la céramique est dispersé dans 85 structures archéologiques, dont une large majorité (près des trois-quarts) a livré moins de 10 tessons.

129En raison du milieu d’enfouissement très acide, la céramique est dans un état d’altération très avancé, limitant fortement l’observation d’éventuels traitements de surface. En outre, le taux de fragmentation est très élevé, avec un nombre très important d’éléments de panse (4 191 sur un total de NR de 4 803, soit 87 %) et ainsi un nombre limité d’éléments discriminants.

130Aussi, seuls 11 assemblages ont été retenus pour l’étude céramologique et notamment l’établissement de la chronologie du site.

131Une relative homogénéité des répertoires atteste une courte durée d’occupation. Les éléments les plus anciens, antérieurs au milieu du ier s. ap. J.-C., sont rares et n’apparaissent clairement que dans les comblements du cellier EA41016 et du fossé parcellaire (30082). La présence récurrente d’autres éléments datables de la même période mais en position résiduelle tendrait à indiquer l’existence d’une première phase d’occupation (entre le tournant de l’ère et le milieu du ier s.) qui reste toutefois difficile à préciser.

  • 25 En excluant les éléments résiduels signalés supra.

132La majorité du corpus étudié s’inscrit dans une fourchette chronologique resserrée, allant du 3e quart du ier au début du iie s., mais les lots n’apparaissent pas toujours très homogènes. Les éléments datants25 permettent souvent de situer les TPQ dans le dernier quart du ier-début du iie s. Il n’est en vérité pas possible de proposer une évolution chronologique à l’échelle du site uniquement à partir de la céramique.

133Le répertoire correspond à un faciès régional assez classique pour cette période. La grande majorité de la vaisselle retrouvée provient d’ateliers locaux ou régionaux dont la plupart restent cependant non localisés à ce jour. Ceci concerne pour l’essentiel la vaisselle culinaire, quelques vases de service, ainsi que des amphores dites régionales. La céramique “ brune du Val de Loire ” reste prédominante, avec près de la moitié des vases (NR : 2324). Ce constat correspond très bien à ce qu’on connaît par ailleurs dans le sud du territoire carnute (Orléanais) pour le ier s. ap. J.-C. Le répertoire est identique à celui de l’agglomération d’Orléans-Cenabum pour la même période, avec des formes emblématiques telles que des vases à panse bilobée à engobe rouge, des pots dérivés des formes dites “ Besançon ” (Couvin 2005 ; 2008, Chambon et Simon 2014) et quelques modèles d’amphores régionales (Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005).

134Les réseaux d’approvisionnement, par importations plus lointaines, en céramique fine et denrées diverses transportées en amphores sont conformes à ce que l’on connaît pour la période dans ce secteur carnute méridional et Orléanais (Barthélemy-Sylvand 2005 ; Couvin 2005 ; 2008).

  • 26 Soit quasi 10 % du NMI total du site.

135Huit groupes fonctionnels ont été identifiés (Fig. 45). La vaisselle domestique culinaire et de table y est mieux représentée que les amphores et la vaisselle de stockage. Beaucoup de mortiers et de vases à anse – surtout de service, mais aussi de transport – ont été dénombrés, au regard des découvertes sur les sites de même nature et de même période dans la région. En effet, 18 mortiers26 ont été recensés. Un seul exemplaire à bord en bandeau en pâte “ brune du Val de Loire ”, précoce, a été noté, tous les autres se rattachant au modèle de mortier à ouverture en collerette tombante, plus tardif. Ils sont cuits en mode A, de couleur blanchâtre ou beige rosé, correspondant sans doute à deux groupes techniques différents mais dont l’origine reste à déterminer. Un nombre relativement important des vases à anse – ce qui certes n’en fait pas une catégorie pertinente en elle-même au plan fonctionnel – a donc aussi été remarqué par rapport à d’autres sites ruraux du secteur. Ainsi, 33 vases à anse ont été identifiés sur le site, soit non moins de 18 % du total en NMI, répartis en 14 amphores régionales et 19 cruches. En l’état des recherches, cette forte représentation reste encore difficile à expliquer. Les données comparatives issues de sites de même nature font actuellement défaut, mais il serait intéressant de mener une réflexion plus poussée sur les répertoires, afin de proposer des hypothèses visant à expliquer ce genre de “ surreprésentation ” apparente.

Fig. 45 - Répartition fonctionnelle de la céramique (en NMI) sur l’ensemble du site.

Fig. 45 - Répartition fonctionnelle de la céramique (en NMI) sur l’ensemble du site.

© DAO M.-P. Chambon

136La répartition de la céramique par fonction, à l’intérieur des fossés et des fosses les plus représentatives en termes d’assemblages, montre que tous les types fonctionnels se retrouvent dans les mêmes ordres de proportion. On observe ainsi la même répartition fonctionnelle dans les trois fossés d’enclos les plus riches et donc les plus représentatifs : fossés 28 (NR : 560), et 27 (NR : 1132) pour l’enclos 106 et fossé EA40056 (NR : 609) de l’enclos 108.

137Les rejets céramiques sont toutefois surtout concentrés au niveau de l’enclos 106, du moins si l’on en juge par leur répartition quantitative dans les fossés et la dépression centrale de l’enclos 106 (Fig. 46), ainsi que les fosses et celliers à l’intérieur de celui-ci. La céramique commune et les vases de stockage se retrouvent sur l’ensemble de cet enclos (fossés et structures insérées dans les enclos), tandis que la céramique fine (de table) ne se retrouve que dans ces dernières structures internes. Ce constat pourrait être un argument pour voir dans ce secteur une aire de type domestique (habitat ?), bien que cette analyse doive être nuancée par la faible représentativité numérique des artefacts concernés.

Fig. 46 - Répartition de la céramique, en NR, sur l’ensemble du site, par classes de quantités, selon les unités de fouille (de dimensions diverses) ; hormis les fossés, seule la grande “ dépression humide ” centrale à l’enclos 106 est traitée ici.

Fig. 46 - Répartition de la céramique, en NR, sur l’ensemble du site, par classes de quantités, selon les unités de fouille (de dimensions diverses) ; hormis les fossés, seule la grande “ dépression humide ” centrale à l’enclos 106 est traitée ici.

© Département du Loiret

Le mobilier non céramique et les écofacts

  • 27 Cinq éléments lithiques en grès (1 percuteur) et silex (4 outils et éclats) dont l’origine antique (...)
  • 28 Cette pondération vise à atténuer certaines surreprésentations de mobilier tel que les clous métall (...)
  • 29 30236.5, petits fragments de tôle, d’un possible récipient, de la fosse 30093.

138– L’instrumentum totalise quant à lui un NR de 121 pour un NMI estimé de 9127 qui, une fois pondéré28, peut être ramené à 29 (Demierre et al. 2013). Il est principalement constitué d’éléments en fer (NR : 84) dont l’état sanitaire médiocre a rendu difficile certaines identifications ou interprétations. 10 objets sont en terre cuite, autant en matériaux lithiques, tandis que seulement 2 sont en verre et un seul en alliage cuivreux29. Enfin, une unique scorie a été signalée.

  • 30 L’aiguisoir 40313.1 et la meule 40284.1 ont été mis au jour isolément dans des fossés (ES 108 et EA (...)

139Ce mobilier se répartit majoritairement30 dans les structures de l’enclos 106 (fossés, fosses et trous de poteau), où se déroulent apparemment les principales activités observées. Ces dernières sont sans doute principalement orientées vers l’agropastoralisme et on y retrouve également les différentes activités liées à la vie quotidienne : tissage et vraisemblablement filage, mouture des céréales. Un seul ustensile de toilette a été mis au jour, un balsamaire en terre cuite, un fragment de statuette en terre blanche peu caractéristique s’ajoutant à ce lot.

140Cet ensemble correspond au matériel courant issu de ce type d’établissement agropastoral modeste, rejeté en fin d’utilisation par ses occupants à proximité des lieux de vie où étaient réalisés les travaux et activités du quotidien.

141Les objets de parure sont absents et les éléments personnels et d’habillement quasi inexistants, à l’instar des objets en verre, matériau bien souvent recyclé. La quasi-absence de ce type de mobilier est cependant peut-être à mettre en relation avec le niveau socio-économique peu élevé qui transparaît des quelques objets mis au jour.

  • 31 À moins que ces matériaux (TCA) aient été apportés ici, pour réutilisation à usages divers, d’un ét (...)
  • 32 Service d’Archéologie Préventive du Département du Loiret.

142– Lors de la fouille, les terres cuites architecturales (TCA), découvertes exclusivement en position secondaire, ont été systématiquement ramassées. Au total, 1 123 fragments, d’un poids total d’environ 156 kg, ont été étudiés. Elles représentent un NMI de 105 tegulae, 53 imbrices et 7 briques ou carreaux. Les fragments de TCA indéterminés constituent environ 72 % des restes et près de 50 % du poids total des restes. Ces éléments, tous types confondus, ont été rejetés à proximité de l’habitat situé dans l’enclos 106 (cf. supra, Fig. 29). On peut donc supposer qu’au moins ce bâtiment ait été couvert d’une toiture en tuiles romaines (tegulae et imbrices), bien qu’il soit construit en matériaux périssables sur poteaux plantés31. Une pré-étude en a été menée lors de la post-fouille (cf. J. Hahn32 et L. de Souris, in : Souris 2016 : 240-248). Elle a consisté à décrire les pâtes et à prendre un certain nombre de mesures (épaisseurs minimum et maximum, épaisseur des bords et des encoches des tegulae), afin que ces éléments puissent par la suite être comparés avec d’autres séries.

143– Peu d’ossements d’animaux ont été mis au jour, en raison des problèmes taphonomiques relatifs à l’acidité du sol (sables et argiles de l’Orléanais). Néanmoins, quelques fragments osseux de grands mammifères domestiques de type bœuf sont à dénombrer (NR : 141) et des traces d’os animal ont été perçues à travers l’étude micro-morphologique des comblements des fossés de l’enclos 106 (Annexe 4).

144– Les restes carpologiques et les phytolithes issus des prélèvements effectués sur un certain nombre de structures ont fait l’objet d’identifications, dont les résultats sont mentionnés supra pour plusieurs structures (cf. Annexe 2).

145– Enfin, l’étude des pollens issus des comblements du puits apporte quelques informations sur l’environnement immédiat du site (cf. Annexe 3). Si ces résultats sont à considérer avec précaution, au vu notamment de la qualité de l’échantillon, ils ont permis de révéler un paysage proche ouvert et anthropisé (cultures, prairies sur sols humides, jachères, plantes rudérales). La forêt est cependant perceptible à travers les quelques pollens de chêne permettant d’identifier des groupements de chênaies (chênaie-hêtraie ou chênaie mixte). La présence de certaines plantes sauvages est également confirmée par les phytolithes (joncs… ; cf. Annexe 2).

Conclusion

  • 33 De l’ordre de 3/4 de siècle, au maximum 125/130 ans, en incluant une éventuelle première occupation (...)
  • 34 C’est déjà ce qui a au moins été ébauché récemment, pour le secteur au nord-ouest d’Orléans, dans l (...)

146Pour conclure, l’établissement rural du “ Chêne de la Croix ” – malgré sa modestie – a livré des structures parfois difficiles à interpréter, ainsi qu’un mobilier et des restes végétaux ou animaux peu abondants et mal conservés. Mais il apporte des éléments nouveaux au sujet d’un secteur sur lequel les recherches menées ces vingt dernières années ont permis d’accumuler de nombreuses données sur l’habitat depuis la Protohistoire (cf. supra, Contexte archéologique local et Fig. 47) et plus particulièrement sur un type de fermes du Haut-Empire de statut modeste, sans construction maçonnée, à occupation courte33. L’analyse de cette documentation permettra à terme de mieux comprendre l’organisation spatiale du réseau d’habitats aux alentours de l’importante agglomération d’Orléans-Cenabum et les relations ville/campagne34.

Fig. 47 - Répartition des sites de La Tène Finale et gallo-romains et des voies de circulation sur le territoire des communes actuelles au nord-ouest d’Orléans.

Fig. 47 - Répartition des sites de La Tène Finale et gallo-romains et des voies de circulation sur le territoire des communes actuelles au nord-ouest d’Orléans.

J. Vilpoux, Département du Loiret

Haut de page

Bibliographie

Anderberg 1994

Anderberg A.L. - Atlas of Seeds, Part 4, Swedish Museum of Natural History, Risbergs Trycheri AB, Uddevalla.

Baize 2004

Baize D. - Petit lexique de pédologie, INRA, Paris.

Barat 1999

Barat Y. - La villa gallo-romaine de Richebourg (Yvelines), Rev. Arch. du Centre de la France, 38, 1 : 117‑167.

Barat et Morize 1999

Barat Y. et Morize D. - Les pots d’horticulture dans le monde antique et les jardins de la villa gallo-romaine de Richebourg (Yvelines), in : SFECAG, Actes du congrès de Fribourg, Marseille : 213‑236.

Barbier, Burnouf et Visset 2001

Barbier D., Burnouf J. et Visset L. - Les diagrammes société/végétation : un outil de dialogue interdisciplinaire pour la compréhension des interactions Homme/Milieu, Quaternaire, 12 : 103-108.

Barboni, Bonnefille et Meunier 1999

Barboni D., Bonnefille R.-A. et Meunier J.-D.- Phytoliths as paleoenvironmental indicators, West Side Awash Valley, Ethiopia, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 152 : 87-100.

Barthélemy-Sylvand, Chambon et Couvin 2005

Barthélemy-Sylvand C., Chambon M.-P. et Couvin F. - Les amphores ligériennes en Région Centre (Carnute, Turon, Biturige) de la période augustéenne à la fin du Haut Empire, in : SFECAG, Actes du congrès de Blois, Marseille : 159‑176.

Berger et Desprez 1969

Berger G. et Desprez N. - Carte géologique de la France, Orléans, XXII-19, et Notice, BRGM, Orléans.

Berggren 1981

Berggren G.) - Atlas of Seeds, Part 3, Swedish Museum of Natural History, Berlings, Arlöv.

Berranger 2014

Berranger M. - Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France, du viie au ier siècle av. J.-C. Approches interdisciplinaires, coll. Arts, archéologie et patrimoine, Éd. de l’Univ. de Dijon, Dijon, 382 p.

Blamey et Grey-Wilson 2003

Blamey M. et Grey-Wilson C. - La flore d’Europe occidentale, Flammarion, Paris.

Boardman et Jones 1990

Boardman S. et Jones G. - Experiments on the Effect of Charring on Cereal plant Components, Journal of Arch. Science, 17 : 1-11.

Bullock et al. 1985

Bullock A., Fédoroff N., Jongerius A., Stoops G. et Tursina T. - Handbook for soil thin section description. Waine Research Publications, Wolferhampton.

Campbell, Moffet et Straker 2011

Campbell G., Moffet L. et Straker V. - Environmental Archaeology: A guide to the theory and practice of methods, from sampling and recovery to post-excavation, 2e éd., English Heritage Publications, Swindon.

Cappers, Beller et Jans 2006

Cappers R.T.J., Beller R.M. et Jans J.E.A. - Digital Seed Atlas of the Netherlands, Gröningen Arch. Series 4, Barkhuis.

Chambon et al. 2010

Chambon M.-P., Fourré A., Renault I. et Riquier S. - Analyse comparative des faciès céramiques aux confins des territoires sénon et carnute de la période gauloise au iiie s. apr. J.-C., in : SFECAG, Actes du Congrès de Chelles, Marseille : 87-100.

Chambon et Simon 2014

Chambon M.-P. et Simon J. - L’évolution de la batterie de cuisine du ier au iiie siècle à Chartres (Eure-et-Loir) et à Orléans (Loiret) : regards parallèles, in : SFECAG, Actes du congrès de Chartres, Marseille : 99‑119.

Chambon, Joly et Mouton-Venault 2014

Chambon M.-P., Joly M. et Mouton-Venault S. - Entre Nivernais et Orléanais, affinités et disparités dans les faciès céramiques sur l’axe ligérien, in : SFECAG, Actes du congrès de Chartres, Marseille : 261-282.

Chapon et al. 2004

Chapon Ph., Bussière J., Delatre L., Feugère M., Villemeur I., Roth Conges A. et Richier A. - Annexe. Pour une typologie de la clouterie antique, Rev. Arch. de Narbonnaise, 37 : 205‑209.

Couvin 2005

Couvin F. - Premier aperçu de la céramique du Val de Loire au ier siècle de notre ère, au regard de fouilles récentes des secteurs d’Orléans, Blois et Tours, in : SFECAG, Actes du congrès de Blois, Marseille : 99‑138.

Couvin 2008

Couvin F. - La céramique du Val de Loire au ier siècle de notre ère (seconde partie), in : SFECAG, Actes du Congrès de l’Escala/Empuries, Marseille : 401‑436.

Demierre et al. 2013

Demierre M., Dubreucq É., Girard B. et Roux É. - La quantification des mobiliers d’instrumentum, Les Nouvelles de l’Arch., 131 : 10‑14.

Denat et al. 2014

Denat P., Fourré A., Pissot V., Linger-Riquier S. et Simon J. - Des catégories emblématiques du Bassin Parisien : NPR, RPR, PSG. Définitions et révisions typochronologiques, in : SFECAG, Actes du congrès de Chartres, Marseille : 63-98.

Faegri et Iversen 1989

Faegri K. et Iversen J. - Textbook of pollen analysis, 4, ed. John Wiley & Sons, Chichester, 328 p.

Fédoroff et Courty 1992

Fédoroff N. et Courty M.-A. - Organisation du sol aux échelles microscopiques, Document ronéotypé, INA-PG, Département des sols.

Ferdière 2013

Ferdière A. - 20 ans après... ou les mécomptes de Barcelone, Bilan de 20 ans de recherches sur la Gaule rurale, blog Ager en ligne : ager.hypotheses.org

Gandini 2008

Gandini C. - Des campagnes gauloises aux campagnes de l’Antiquité tardive. La dynamique de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi (iie s. av. J.-C.-viie ap. J.-C.), Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, 33, FERACF, Tours, 511 p.

Garnier et Valamotti 2016

Garnier N. et Valamoti S.M. - Prehistoric wine-making at Dikili Tash (Northern Greece): Integrating residue analysis and archaeobotany, Journal of Arch.. Sciences. 74 : 195-206, en ligne : https://doi.org/10.1016/j.jas.2016.03.003

Gaudin 2004

Gaudin L. - Les transformations spatio-temporelles de la végétation du nord-ouest de la France depuis la fin de la dernière glaciation. Reconstitutions paléo-paysagères, Thèse de doctorat, Univ. de Rennes 1, 2 t., 768 p. (consultable à l’Univ.).

Gautier 1999

Gautier M. - Les enclos : essai de typologie et organisations des réseaux de clôture, in : Enclos gaulois et gallo-romains en Armorique : de la prospection aérienne à la fouille entre Blavet et Mayenne, Documents arch. de l’Ouest, Assoc. pour la diffusion des recherches arch. dans l’ouest de la France, Rennes.

Guillaumet 2003

Guillaumet J.-P. - Paléomanufacture métallique, méthode d’étude, coll. Vestigia, Infolio, Gollion, 156 p.

Heim 1970

Heim J. - Les relations entre les spectres polliniques récents et la végétation actuelle en Europe occidentale, Thèse, Univ. de Louvain, Laboratoire de Palynologie et Phytosociologie, 181 p. (consultable à l’Univ.).

Isings 1957

Isings C. - Roman glass from dated finds, Groningen/Djakarta.

Jesset 2001

Jesset S. - Saran (Loiret) Z.A.C. des Vergers, Rapport préliminaire, vol. 1, Document de fouille de sauvetage archéologique, SRA Centre, 208 p. (consultable au SRA CVL).

Jesset 2006

Jesset S. - Saran, ZAC du Champ Rouge : Phase 1 (Loiret - Centre), Rapport de diagnostic, Inrap CIF, 119 p. (consultable au SRA CVL).

Jodry et al. 2011

Jodry F., Jaccotey L., Robin B., Picavet P. et Chaussat A.-G. - Typologie et fonctionnement des manchons des moulins rotatifs manuels durant le deuxième âge du fer et le Haut-Empire, in : Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille, Actes des IIIe Rencontres Archéologiques de l’Archéosite gaulois, Aquitania, Suppl., Fédération Aquitania, Bordeaux : 300‑317.

Kovda et Mermut 2010

Kovda I. et Mermut A.R. - Vertic features, in : G. Stoops, V. Mercelino et F. Mees (dir.) - Interpretation of Micromorphological Features of Soil and Regolith, Elsevier, Amsterdam : 109-127.

Le Carlier, Leroy et Merluzzo 2007

Le Carlier C., Leroy M. et Merluzzo P. - L’apport de l’analyse morphologique, microscopique et chimique des scories en forme de culot à la restitution des activités de forge, ArchéoSciences, 31 : 23‑35.

Lusson 2009

Lusson D. - Occupations rurales laténiennes et augustéennes à Saran, “ ZAC du Champ Rouge ” (Loiret), site n45.302.013 AH, tranches 2 et 3, zones 2 et 5, Rapport Final d’Opération de Fouille, Inrap CIF, 561 p. (consultable au SRA CIF).

Matterne 2001

Matterne V. - Agriculture et alimentation végétale durant l’âge du Fer et l’époque gallo-romaine en France septentrionale, éd. Monique Mergoil, Montagnac.

Menez 1985

Menez Y. - Les céramiques fumigées de l’Ouest de la Gaule, Cahiers de Quimper antique, 2, Centre d’étude et de recherche archéologiques de Quimper, 45, Quimper, 128 p.

Menez 1989

Menez Y. - Les céramiques fumigées (“ Terra Nigra ”) du Bourbonnais. Étude des collections de Néris-les-Bains et Châteaumeillant, Rev. Arch. du Centre de la France, 28, 2 : 118-175.

Pieters 2013

Pieters M. - Les outils comme traceurs des activités de transformation des métaux ? : supports de frappe, abrasifs et brunissoirs, outil d’aiguisage et outils de broyage, Thèse de doctorat. Université de Bourgogne, Dijon, 172 p. (consultable à l’Univ.).

Pietsch 1983

Pietsch M. - Die römischen Eisenwerkzeuge von Saalburg, Feldberg und Zugmantel, Saalburg Jahrbuch, 39 : 5‑132.

Piperno 2006

Piperno D. - Phytoliths: a comprehensive guide for archaeologists and palaeoecologists, AltaMira Press, Lanham (MD).

Polinski 2009

Polinski A. - Notes sur des meules en trachyandésite d’époque romaine découvertes en Loire Atlantique, Rev. arch. de l’Ouest, 26 : 189‑204.

Pradat 2004

Pradat B.) - Annexe 5 : L’étude carpologique, in : P. Salé (dir.) - Mignières Le Petit Courtin, Parcelle ZS. 10, (Eure-et-Loir), Rapport final d’opération arch., Inrap CIF (consultable au SRA CVL).

Pradat 2009

Pradat B. - L’étude des macro-restes végétaux, in : D. Lusson (dir.) - Occupations laténiennes et augustéennes à Saran : ZAC du Champ Rouge (Loiret), tranches 2 et 3, zones 2 et 5, Rapport de final d’opération arch., Inrap CIF : 400-402 (consultable au SRA CVL).

Py 1993

Py M. - Unguentariums, in : Py M. (dir.) - Dictionnaire des céramiques antiques (viie s. av. n. è.-viie s.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattara, Association pour la recherche arch. en Languedoc oriental, Lattes : 581‑584.

Reille 1990

Reille M. - Leçon de palynologie et d’analyse pollinique, CNRS, Paris, 206 p.

Reynolds 1979

Reynolds P. - The Iron Age Farm: The Butser Experiment, British Museum Press, Londres.

Sellès 2001

Sellès H. - Céramiques gallo-romaines à Chartres et en Pays carnute. Catalogue typologique, Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, 16/Études sur Chartres, 1, FERACF/ARCHEA/ADAUC, Chartres/Tours, 254 p.

Silvino et Robin 2012

Silvino T. et Robin. - Les “ balsamaires ” en contexte funéraire à Lyon/Lugdunum (ier-iie s. apr. J.-C.), un état de la question, in : D. Frère et L. Hugot (dir.) - Les huiles parfumées en Méditerranée occidentale et en Gaule (viiie siècle avant J.C.-viiie siècle après J.-C.), Presses Univ. de Rennes, Rennes : 179‑190.

Souris 2009

Souris L. (de) - Gidy, ZAC du Champ Rouge, Tranche 2 (Loiret, Centre), Rapport de diagnostic, Conseil Général du Loiret, 234 p. (consultable au SRA CVL et au Serv. Arch. de Départ. du Loiret).

Souris 2013

Souris L. (de) - Gidy, “ Le Chêne de la Croix ”, ZAC du Champ Rouge, Tranche 3 (Loiret, Centre), Rapport de diagnostic, Conseil Général du Loiret, 170 p. (consultable au SRA CVL et au Serv. Arch. de Départ. du Loiret).

Souris 2016

Souris L. (de) - Gidy, “ Le Chêne de la Croix ”, ZAC du Champ Rouge, Tranche 3 (Loiret, Centre - Val de Loire), Rapport Final d’Opération de fouille préventive, Conseil Départemental du Loiret, Orléans, 555 p. (consultable au SRA CVL et au Serv. Arch. de Départ. du Loiret).

Souris 2020

Souris L. (de) - Organisation et dynamiques de l’occupation au nord-ouest de Cenabum (Orléans) pendant l’Antiquité, Mém. de Master 2 en Archéologie, Univ. de Tours, Tours, 2 vol. : vol. 1 -Texte et figures, 208 p. ; vol. 2 – Annexes, 71 p. (consultable à l’Univ. et au LAT, UMR CITERES, Tours).

Stace 1997

Stace C. - New flora of the British Isles, Cambridge University Press, Cambridge (2nd ed., 2010).

Stoops 2003

Stoops G. - Guidelines for Analysis and Interpretation of Soil and Regolith in Sections, Soil Science Society of America, Madison (Winsconsin).

Tsartidou et al. 2007

Tsartidou G., Lev-Yadun S., Albert R.-M., Miller-Rosen A., Efstratiou N. et Weiner S. - The phytolith archaeological record: strenghts and weakness evaluated on a quantitative modern reference collection from Greece, Journal of Arch. Science, 34 : 1262-1275.

Twiss 1992

Twiss P.C. - World distribution of C3 and C4 grass phytoliths, in : G. Rapp Jr et S. Mulholland (dir.) - Phytolith Systematics: Emmerging Issues, Plenum Press, New York : 113-128.

Vanderhaegen et Bours 2009

Vanderhaegen B. et Bours C. - Gidy, Zone d’activité (1ère phase) (Loiret), Rapport Final d’Opération de diagnostic archéologique, Inrap CIF (consultable au SRA CVL).

Venant, Robin et Grisey 2013

Venant A., Robin F. et Grisey H. - Gidy (Loiret), Extension de la ZAE du Champ Rouge, étape 1, mission G11, Rapport d’étude géotechnique, Société Hydrogéotechnique est, 103 p. (consultable au SRA CVL).

Verneau et Noël 2009

Verneau F. et Noël M. - Orléans, “ ZAC le Clos de la Fontaine ” (Loiret - Centre), Rapport final de fouille, 3 vol., Inrap CVL, Orléans, 50-175-703 p. (consultable au SRA CVL).

Vincentini et al. 2008

Vincentini A., Baber J.C., Aliscioni S.S., Giussani L.M. et Kellogg E.A. The age of the grasses and clusters of origins of C4 photosynthesis, Global Change Biology, 14 (12) : 2963-2977.

Zech-Matterne et al. 2014

Zech-Matterne V., Wiethold J., Pradat B. et Toulemonde F. - L’essor des blés nus en France septentrionale : systèmes de culture et commerce céréalier autour de la conquête césarienne et dans les siècles qui suivent, in : X. Deru et R. Gonzalez Villaescusa (dir.) - Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine, Actes du Xe Congrès de l’Association AGER, Rev. du Nord, hors-série, coll. Art et Archéologie, 21, Univ. Charles-de-Gaulle - Lille 3, Lille : 23-49.

Haut de page

Notes

1 Sauf indication contraire, les figures sont de l’auteure et collaborateurs.

2 Donc plus larges que les tranchées de diagnostic.

3 D’une manière générale, pour l’occupation antique au nord-ouest d’Orléans-Cenabum, voir : Souris 2020.

4 Le fossé 40017 est continu, sans interruption observée, même si le fossé 24 (section de fossé constitué des EA 40045 et 40047) est très arasé, d’où ces “ indices ténus ”.

5 Pour la définition des catégories céramiques régionales évoquées dans cet article voir : CHAMBON et al. 2010 ; CHAMBON, JOLY et MOUTON-VENAULT 2014 ; COUVIN 2005 et 2008.

6 Présentés ici dans cet ordre, celui de leur probable chronologie.

7 Bien que l’enclos 108 ne présente apparemment pas d’entrée dans les parages.

8 Ainsi d’ailleurs que d’entrée aménagée sur ce flan nord de l’enclos 108.

9 Quasi face à l’aboutissement occidental du fossé sud de l’enclos 108.

10 Nombre de Restes.

11 Séparant les espaces médian (b) et méridional (c).

12 Céramique “ rouge à pâte rouge ”, régionale.

13 Dans l’important corpus de barres à douille d’origine protohistorique étudié et recensé par M. Berranger (op. cit.), l’interprétation d’un certain nombre de “ gouges ” et “ fragments d’outils ” a ainsi été largement révisée.

14 Respectivement, curieusement, plutôt vers l’extérieur pour le premier et vers l’intérieur pour le second.

15 Soit, en l’état (arasement), une capacité, non négligeable, d’1,66 m3.

16 Même si sans doute au moins une partie de ces vestiges a été déposé avec le comblement de ces fosses, après abandon de leur fonction primaire.

17 Aucune trace de balnéaire où même de pièce chauffée n’ayant été notée sur le site, on peut supposer que ce carreau a été récupéré sur un site proche, de plus haut statut (villa).

18 Au total, cinq clous de construction ont été mis au jour sur le site. Ils appartiennent au groupe 3 défini par J.-P. Guillaumet, soit des clous dont les longueurs sont comprises entre 90 et 280 mm et les sections de tiges supérieures à 8 × 8 mm (Guillaumet 2003 : 51).

19 Identification C. Aunay (Verre Ant’ère), que nous remercions.

20 Fouillée par moitié en quinconce.

21 Avec toutefois un certain nombre d’éléments céramiques plus anciens (gallo-romain précoce ou du moins 1re moitié du ier s. ap. J.-C.), par conséquent résiduels, redéposés, dont la présence reste à expliquer : installation précoce légère, n’ayant pas laissé de traces immobilières nettes, ou mobilier apporté par les occupants du site à leur installation au milieu du ier s.

22 Au vu de la très faible quantité d’ossements animaux mis au jour (NR : seulement 141), aucune étude archéozoologique n’a en effet pu être menée.

23 Et la présence, dans le comblement d’une structure excavée de cet enclos 106, d’au moins un vase horticole (cf. supra, Une structure excavée, et infra, La céramique).

24 Qui peut participer aussi de cette gestion de l’eau, sans doute pour abreuver les bêtes.

25 En excluant les éléments résiduels signalés supra.

26 Soit quasi 10 % du NMI total du site.

27 Cinq éléments lithiques en grès (1 percuteur) et silex (4 outils et éclats) dont l’origine antique est incertaine sont exclus de ces comptages.

28 Cette pondération vise à atténuer certaines surreprésentations de mobilier tel que les clous métalliques qui ne constituent pas des “ objets réels ” puisque faisant en général partie d’un tout (objets complexes), ou les éléments non identifiés, modérés par matière (indéterminés) et formes (tiges et tôles).

29 30236.5, petits fragments de tôle, d’un possible récipient, de la fosse 30093.

30 L’aiguisoir 40313.1 et la meule 40284.1 ont été mis au jour isolément dans des fossés (ES 108 et EAS 20), en dehors de l’enclos ES 106.

31 À moins que ces matériaux (TCA) aient été apportés ici, pour réutilisation à usages divers, d’un établissement proche de plus haut statut, type villa.

32 Service d’Archéologie Préventive du Département du Loiret.

33 De l’ordre de 3/4 de siècle, au maximum 125/130 ans, en incluant une éventuelle première occupation précoce (cf. céramique résiduelle).

34 C’est déjà ce qui a au moins été ébauché récemment, pour le secteur au nord-ouest d’Orléans, dans le cadre d’un mémoire universitaire : SOURIS 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation du site du “ Chêne de la Croix ” à Gidy (rectangle rouge) : situation par rapport à Orléans et aux voies anciennes.
Crédits Cartographie J. Vilpoux, SRA CVL (sur fond de carte IGN au 1/100 000 et fond de carte IGN au 1/25 000)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 2 - Plan général du site de Gidy, selon le diagnostic et la fouille : présentation des structures mises au jour par fonction.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 3 - Répartition des sites laténiens et antiques à l’ouest de la voie Orléans-Chartres, aux environs du site, visible en haut (N) de l’image.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 4 - Plan d’ensemble et coupes des fossés parcellaires, autour des enclos du site.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 5 - Bord de mortier découvert dans le fossé parcellaire 30082.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 6 - Plan d’ensemble et coupes des fossés des enclos 109 et 108.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 7 - Éléments d’enclos interne (ESA520) formé par les fossés 40007 et 40057, avec coupes des fossés.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 8 - Vue de l’espace organisé en face de l’entrée à l’est de l’enclos 109, et plans et coupes des trous de poteau correspondants.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 - Les meules du site (catilli) : a) à gauche, de la fosse 30129 ; b) à droite, du fossé 40057 de l’enclos 109.
Crédits DAO : Y. Mazeau
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 10 - Répartition et coupes des trous de poteau dans les fossés sud et ouest de l’enclos 107, et dans tous les fossés de l’enclos 106.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 11 – La céramique issue du fossé sud 40056 de l’enclos 108.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 12 - Les pesons de métier à tisser du site : a) en haut à gauche, fragment, découvert hors contexte ; b) et c) en haut au milieu et à droite, de la dépression humide 30084 ; d) et e) en bas à gauche et au milieu, du fossé ouest de l’enclos 106 ; f) en bas à droite, de 40056.
Crédits Clichés/DAO : Y. Mazeau
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 13 - Objets lithiques : à gauche, aiguisoir en grès fin du fossé 40037 (enclos 108) ; à droite, fragment d’aiguisoir (?) en grès fin rose, des fossés de l’enclos 106.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 14 - Plan d’ensemble de l’enclos 106 et coupes des fossés.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 15 - Les deux états proposés de l’enclos 106, à simples fossés puis à palissade : a) en haut, état 1 ; b) en bas, état 2.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 16 - Le possible portique (porche) d’entrée EAS 26 sur le fossé ouest de l’enclos 106.
Crédits DAO : L. Fabien, A. Hamel ; SIG : L. de Souris
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 17 - La céramique issue des comblements du fossé ouest (EAS27) de l’enclos 106.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 18 - La céramique issue des comblements du fossé est (FSE28/ EA 33506) de l’enclos 106.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 19 - La céramique issue du comblement du fossé sud (EA 34007) de l’enclos 106
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 20 - Structuration interne de l’enclos 106 en trois espaces, avec axe de circulation central.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 21 - Plan de la palissage semblant limiter l’espace septentrional de l’enclos 106 au sud ; et coupes de ses trous de poteau.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 22 - La céramique issue du comblement du fossé FSE17.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 23 - Divers éléments en fer et pierre : a) en haut à gauche, barre de fer (semi-produit) mise au jour dans le fossé EAS17, à l’intérieur de l’enclos 106, et comparaison avec la barre de Bretteville-sur-Odon (Calvados) ; b) en haut à droite, de la structure excavée 30140 ; c) en bas, meulet [de la fosse 30093]), et comparaison avec l’exemplaire archéologiquement plus complet du Faubourg d’Arroux, à Autun).
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 24 - Le bâtiment sur poteaux 107, avec le cellier 41016 dans son angle nord : a) vu du nord-ouest ; b) plan du bâtiment et coupes de ses trous de poteau.
Crédits DAO : L. Fabien, A. Hamel ; SIG : L. de Souris
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 25 - Le cellier 41016 : a) vu du nord-est ; b) plan et coupes du cellier.
Crédits DAO : L. Fabien, A. Hamel ; SIG : L. de Souris
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 26 - Céramique du comblement du cellier 41016.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 27 - Le possible grenier sur poteaux (bât. 110) : a) vu du nord-ouest ; b) plan et coupes des trous de poteau.
Crédits DAO : A. Hamel ; SIG : L. de Souris
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 28 - Possible autre bâtiment, dans l’enclos 106.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 29 - Répartition des terres cuites architecturales du site (en NR) ; hormis les fossés, seule la grande “ dépression humide ” centrale à l’enclos 106 est traitée ici.
Crédits SIG : L. de Souris
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 30 - Fosses dans l’enclos 106, possibles petits celliers pour trois d’entre eux : plans et coupes.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 31 - Structure excavée 30140, de l’espace médian de l’enclos 106 : plan et coupes.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 32 - Éléments de céramique du comblement la structure excavée 30140 : a) panse d’unguentarium ? ; b) pot horticole.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 33 - Carreau de terre cuite (de pilette d’hypocauste ?), découvert dans la structure excavée 30140.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 34 - Plan et coupe du puits 30068, dans l’enclos 106, dont deux trous de poteau associés, avec leur coupe.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 35 - Céramiques recueillies dans les comblements du puits 30068.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 36 - Plan et coupe de la fosse 30093.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 37 - Céramiques du comblement de la fosse 30093.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 38 - Fragments de verre découverts sur le site (fosse 30093 et dépression humide 30084).
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 39 - Clous de chaussure de la fosse 30093.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 40 - Plan de la fosse 30030, fouillée par moitié en quinconce, et coupes des remplissages (1 longitudinale et 3 transversales).
Crédits DAO : L. Fabien, A. Hamel
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 41 - Les aires vides de vestiges dans les enclos fouillés, possibles espaces agropastoraux.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 42 - La dépression humide naturelle (30084), à l’intérieur de l’enclos 106, en partie sondée mécaniquement.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 43 - Céramique du comblement de la dépression humide 30084.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 44 - Deux hypothèses (A en haut, B en bas) d’évolution du site entre les phases 1 (à gauche) et 2 (à droite).
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 45 - Répartition fonctionnelle de la céramique (en NMI) sur l’ensemble du site.
Crédits © DAO M.-P. Chambon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 46 - Répartition de la céramique, en NR, sur l’ensemble du site, par classes de quantités, selon les unités de fouille (de dimensions diverses) ; hormis les fossés, seule la grande “ dépression humide ” centrale à l’enclos 106 est traitée ici.
Crédits © Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 47 - Répartition des sites de La Tène Finale et gallo-romains et des voies de circulation sur le territoire des communes actuelles au nord-ouest d’Orléans.
Crédits J. Vilpoux, Département du Loiret
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5484/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure de Souris, « L’établissement rural du Haut-Empire de Gidy “ le Chêne de la Croix ” (Loiret) »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 61 | 2022, mis en ligne le 11 octobre 2022, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/5484

Haut de page

Auteur

Laure de Souris

Conseil départemental du Loiret, Service de l’archéologie préventive

Haut de page

Collaborateurs

Marie-Pierre Chambon

Inrap Centre-Île-de-France, marie-pierre.chambon@inrap.fr

Yannick Mazeau

Conseil départemental du Loiret, Service de l’archéologie préventive, yannick.mazeau@loiret.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search