Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 61Barbares, militaires et fonctionn...

Barbares, militaires et fonctionnaires dans le centre et le centre-ouest de la Gaule durant l’Antiquité tardive. 2e partie : la documentation

Barbarians, soldiers and officials in central and central-western Gaul during Late Antiquity. Part 2: the documentation
Alain Ferdière

Résumés

Le présent article, publié ici en deux parties, est issu d’une communication au colloque ATEG de Tours en 2018, aujourd’hui publié, et concerne l’examen de l’ensemble des données disponibles au sujet de la présence, dans tout un large Centre-Ouest et Centre de la Gaule, d’une part de militaires et fonctionnaires romains de l’autre de populations exogènes dites “barbares”, parcourant ce territoire ou s’y installant, de la fin du iiie s. à celle du Ve s. de n. è. Les données mobilisables sont examinées unes à unes, qu’elles soient textuelles ou archéologiques, à partir de corpus – publiés en ligne à part – conçus pour être aussi exhaustifs et larges que possibles. La critique de leur pertinence et de leur valeur heuristique quant à cette problématique est étudiée en détail, pour aboutir à des conclusions concernant ces questions – elles-mêmes entretenant entre elles une étroite relation dialectique. En prenant en compte les complémentarités mais aussi parfois les contradictions existantes entre documentation textuelle et archéologique, si les données mises en œuvre peuvent parfois paraître relativement marginales, voire peu pertinentes, et ainsi certaines conclusions décevantes, on arrive cependant, dans plusieurs cas, à des constats qui paraissent significatifs, notamment, grâce à une cartogroaphie renouvelée adéquate, quant à la répartition spatiale de certains phénomènes.

Haut de page

Texte intégral

Avertissement

1Il s’agit ici de la seconde partie de ce travail, qui, pour des raisons techniques et d’accessibilité, pour l’éditeur, a été divisé en deux parties, publiées en ligne séparément mais rapidement l’une à la suite de l’autre. Les références bibliographiques développées des deux parties – et donc celle de cette 2e Partie – sont déjà publiées, regroupées la fin de la 1re Partie (Bibliographie).

2Les corpus de données de tous ordres sont fournis in extenso en annexe de cet article.

3NB : pour leur permettre d’être plus aisément repérables, les noms de lieux ou terroirs concernant les régions étudiées ici sont présentés en caractères gras dans le texte. Les références détaillées aux éditions des textes antiques et inscriptions cités ici sont à voir dans le corpus en annexe C1.A et B).

3. En synthèse, des bilans pour l’aire concernée

  • 1 Plusieurs études historiques ou archéologiques de synthèse, incluant largement les données archéolo (...)

4Revenons donc aux régions sélectionnées ici pour l’enquête, dans son cadre chronologique1 (Fig. 2.1).

  • 2 On constate d’ailleurs trop souvent des surinterprétations fondées sur de tels rapprochements.

5Tout d’abord, de manière globale, il faut une fois de plus constater qu’il est exceptionnel de pouvoir mettre en relation directe des données archéologiques avec un événement historique spécifique mentionné par les textes, comme c’est par exemple le cas de la tombe de Childéric à Tournai cité plus haut (§ 2.2.1)2.

  • 3 Avec ses éléments de garnitures de ceinturon sans doute militaires (cf. corpus du mobilier (C6.1, a(...)

6Une fois rejetées (cf. supra, § 1.2.1) des relations trop étroites entre dépôts monétaires et migrations “germaniques”, il reste, dès lors, évidemment difficile d’attribuer sans restriction le dépôt de Chécy (Loiret)3 à l’invasion vandale de 408-410 (infra). Ne reste donc que très peu de choses, telle par exemple la sépulture aristocratique du ve s. de Lezoux (Puy-de-Dôme, cf. corpus C6.2), apparemment typiquement wisigothique, dans ces campagnes arvernes particulièrement frappée par l’installation de ces “Goths de l’Ouest”, selon Sidoine Apollinaire.

Fig. 2.1 - L’aire concernée par l’étude, selon la Carte de Peutinger, seg. II.

image d’après site Wikipedia, Table de Peutinger

3.1. La présence de hauts fonctionnaires et de commandements militaires

  • 4 Pour les Francs, voir notamment Fustel 1888 : 196-219.
  • 5 Sur le cursus publicus dans l’Antiquité tardive, voir : Di Paola 2016.
  • 6 Voir les différentes réformes de l’organisation et de la hiérarchie militaires alors, telles qu’ent (...)

7La fonction administrative, politique et fiscale des capitales de province4 – que sont ici Tours et Bourges – exige donc la présence d’un certain nombre de fonctionnaires de plus ou moins haut rang5, à la tête desquels est le gouverneur de province, dont la fonction de commandement militaire est transférée aux duces par Dioclétien (cf. Mackay 2004 : 296 (entre autres) ; cf. Lefebvre 2011). Pour les structures étatiques du Diocèse des Gaules, voir aussi : Van Ossel 2021 : 198-200, Fig. 1) (Fig. 2.2, 3 et 4). Peuvent s’y ajouter des fonctionnaires en mission, éventuellement mentionnés par les textes, ainsi par exemple que les administrateurs des ateliers impériaux tels qu’ici pour la fabrique d’armes d’Argentomagus. Il en est de même des commandements des armées6, pour les cantonnements militaires attestés par les textes, notamment par la Notitia Dignitatum (cf. corpus C1.A, et ici Fig. 2.5), et certains sites sont de fait concernés par les deux facettes de la problématique, civile (exogène) et militaire.

Fig. 2.2 - Les structures étatiques dans la Gaule tardive.

Fig. 2.2 - Les structures étatiques dans la Gaule tardive.

d’après Van Ossel 2021 : Fig. 1

Fig. 2.3 - Évolution des territoires administratifs entre la fin du iiie s. et 511, pour l’actuelle Région Centre-Val de Loire.

Fig. 2.3 - Évolution des territoires administratifs entre la fin du iiie s. et 511, pour l’actuelle Région Centre-Val de Loire.

d’après Fournier 2022 : Fig. 1

Fig. 2.4 - Carte des Comites et Magistri equitum en Occident dans l’Antiquité tardive.

Fig. 2.4 - Carte des Comites et Magistri equitum en Occident dans l’Antiquité tardive.

d’après Jones 1964 : carte IV

Fig. 2.5 - L’organisation militaire en Gaule autour de 350 notamment selon les données de la Notitia Dignitatum : sièges des commandements, cantonnements de troupes et d’auxiliaires “barbares”.

Fig. 2.5 - L’organisation militaire en Gaule autour de 350 notamment selon les données de la Notitia Dignitatum : sièges des commandements, cantonnements de troupes et d’auxiliaires “barbares”.

d’après À l’Aube… 1981 : Fig. 168, p. 230, et légende n° 363, p. 212

  • 7 D’abord capitale de l’Aquitaine Ire avec les réformes de Dioclétien, la ville perd provisoirement c (...)
  • 8 Voir notamment les tablettes de Monségur (CIL XIII, 921 ; cf. Ferdière 2011a : 126-132, Fig. 95), d (...)
  • 9 Ammien Marcellin (Hist., XV, 11, 11-13 ; cf. Chastagnol 1969 : 143-144, doc. 35), dans la 2e moitié (...)
  • 10 Cf., sur l’attribution erronée de cette réforme à Aurélien, Soyer 1910 ; à noter cependant les mill (...)
  • 11 Création de cette cité après la première version (fin ive s.) de la Notitia Dignitatum, qui ne la m (...)

8Avec les réformes du découpage provincial de Dioclétien puis tel qu’enregistré dans la Notitia Dignitatum à la fin du ive ou début du ve s., de nouvelles villes accèdent au rang de capitale de ces nouvelles provinces, à savoir donc ici Tours pour la Lyonnaise IIIe, et Bourges pour l’Aquitaine Ire7, sans compter Sens pour la Lyonnaise IVe ou Sénonaise (Lugdunensis Senonia ou Senonum, ajoutée vers 3858) (Mommsen 1862 : 511 ; Marquardt 1892, II : 148-150 ; cf. Ferdière 2004 : 315-324)9. Dans ce même mouvement, certaines cités disparaissent (Diablintes de Jublains-Noviodunum, intégrée dans celle du Mans) et d’autres sont subdivisés : Aureliani d’Orléans10, de celle carnute de Chartres, cité d’Auxerre puis de Nevers11, de celle des Éduens d’Autun (Picard 1992a : 51-53 ; 1992b ; 1992c : 145-146 ; Ferdière 2011a : 126-131 ; cf. Charrier 1984 : 29-58, pour Nevers).

3.1.1. Présence et résidence officielle de ces dignitaires

  • 12 Sur ces hauts fonctionnaires, voir : Fustel 1888 : 196-219. On exclura Guérande, improbable localis (...)

9La question se pose donc de l’identification de la résidence officielle/palais de ces hauts fonctionnaires – y compris ducs, comtes et autres des administrations wisigothique et franque12 – et officiers de l’armée, ainsi qu’éventuellement de leurs demeures campagnardes privées (villae). Ces interrogations ont fait couler beaucoup d’encre et parfois aussi suscité quelques débordements.

10A) Dans l’ordre chronologique, il nous faut tout d’abord mentionner, aux limites du propos, que Tétricus, fut, avant de prendre le pouvoir dans l’“Empire Gaulois” (271-274), gouverneur d’Aquitaine (Hist. Aug., XXIV, 24, Tetricus senior, 1 ; Eutrope, Abrégé, IX, 10) : il s’agissait en fait alors encore la grande province d’Aquitaine du Haut-Empire (capitale alors à Bordeaux) et non l’une des provinces de l’Aquitaine subdivisée par les réformes successives de Dioclétien puis de la Notitia Galliarum.

  • 13 Des inscriptions funéraires du Haut-Empire mentionnent des militaires (cf. supra, § 2.2.5), soldat (...)
  • 14 Cf. l’organisation de la flotte de Bretagne sous Dioclétien et la Tétrarchie, dont sur les fleuves, (...)
  • 15 Julien, Disc. (Mysopôgôn), 6, 340 c -341 à 7, 342 a ; et réf. Ammien Marcellin infra ; cf. Périn 19 (...)
  • 16 Séjours, avant son investiture, pour hivernage, en 357-358, 358-359 et autres ; c’est en 360 à Pari (...)
  • 17 Celui-ci séjourne à Paris en 365-367 (Ammien Marcellin, Hist., XXVI, 5, 8-9).
  • 18 Julien, Disc., XII, 6, 340 c -341 à 7, 342 a ; Ammien Marcellin, Hist., XV, 5, 2 ; 11, 3 ; XVII, 2, (...)
  • 19 Érigés sans doute avant 308 : palais sans doute adossé au rempart, comme plus tard le palais des ro (...)
  • 20 Cf. en général ici : Jullian 1902 ; 1907/26, 2 : 385-386 ; Pachtère 1912 : 159 sqq., chap. VIII ; G (...)
  • 21 Champs de Mars (in campo) : Ammien Marcellin, Hist., XX, 5, 1 ; ce camp militaire est en général si (...)
  • 22 La première évangélisation de la ville est attribuée par Gégoire de Tours (HF, I, 30), du temps de (...)
  • 23 Le siège de ce préfet des Sarmates n’est donc pas strictement localisé et pourrait être situé à Sen (...)

11B) Pour Paris-ex-Lutetia, la question se pose de manière sensiblement différente13. Auparavant ville moyenne capitale de l’assez modeste cité des Parisii, Lutetia commence à revêtir une réelle importance, notamment militaire, à partir au plus tôt de la fin du iiie s., précisément en 296, date à laquelle le César Constance Chlore mène une campagne décisive contre l’usurpateur Carausius en Grande-Bretagne (Panég., IV, 14, 4 ; Eutrope, Brev., IX, 14 ; cf. Galletier 1949 : 93, n. 2*) : il part alors de Boulogne, une autre flotte, quant à elle commandée par Asclépiodote, préfet du prétoire, descendant la Seine, après avoir été armée peut-être à Paris14. Mais ce n’est qu’un demi-siècle plus tard, au milieu du ive s., que Julien, alors César auprès de Valentinien Ier, séjourne dans cette ville avant d’y être acclamé empereur par ses troupes15. La ville devient dès lors une sorte de siège impérial, d’où Julien16 puis Valentinien17 émettent notamment des lois18. Le palais, qui comporte au moins un étage, est explicitement mentionné dans Ammien, Hist., XX, 8, 8 et Julien, Disc., Lettre aux Athéniens, 284b-c. Dès lors, outre un ou plusieurs magistri du secrétariat, un comte de la Garde (comes domesticorum) et tous les bureaux et services de la suite, y séjournent également l’épouse de Julien – l’impératrice Hélène –, le préfet du prétoire des Gaules (Florentius), le maître de la cavalerie (magiter equitum) Lupicin et autres officiers (un magister officium, un questeur, un grand chambellan (praepositus cubiculi), ainsi que des envoyés de l’empereur Constance, avec diverses infrastructures d’accueil de la cour et d’unités militaires (Jullian 1907/26, 2 : n° 141, p. 768-769 ; cf. Duval, Périn et Picard 1992, loc. cit.). Si la tradition érudite voyait dans les thermes de Cluny (hors castrum de l’île de la Cité) ce “palais de Julien”, on s’accorde aujourd’hui à placer cette résidence et haut lieu de commandement à l’intérieur même du castrum du Bas-Empire19 de l’île de la Cité, soit sans doute à la pointe avale de l’île (actuel Palais de Justice)20. Mais un grand édifice de plan basilical, sans doute civil, peut-être partie de l’ensemble, existe sans doute alors en outre au Marché aux Fleurs, daté du ive ou ve s. (Busson 1995 ; 1998 : 403-417) (Fig. 2.6). Ammien Marcellin (locc. citt.) mentionne par ailleurs à Lutèce garnisons, magasins militaires, ainsi qu’un champ de manœuvre21. En revanche, une supposée victoire de l’usurpateur Maxime, proclamé en Britannia et passé en Gaule, sur Gratien en 384 (sous le consulat de Ricimer et Cléarque) à Paris et sujette à caution (Prosper Aquitanus, Chron., 1184, a. 384 ; Hist. Brit., 15 ; cf. Pachtère 1912 : 182). Plus tard, un texte du début du ve s. (Sulpice Sévère, Vita…, XVIII) évoque encore l’entrée de Martin par une des portes de Paris. Mais dès lors la ville n’est plus mentionnée que par la Vita S. Genovefae (11-13 ; cf. Heinzelmann et Poulin 1986) : c’est l’épisode hunnique, puis franc (cf. infra). Cependant, Paris avait donc été promue en quelque sorte comme lieu de pouvoir par Julien et Valentinien : après la victoire de Vouillé (infra), Clovis en fera au début du vie s. la capitale de son royaume des Francs, y séjournant à partir de 507, avant d’y mourir en 511 (cf. Grégoire de Tours, HF, II, 38, 40 et 43)22. Reste en revanche inconnu – le praefectus que même que supra ? – le siège du commandement de la flotte, du Praefectus classis Anderetianorum, à Paris, mentionné par la Notitia Dignitatum (Occ., XLII, l. 22), de même que du Praefectus Sarmatarum gentilium, ayant compétence “depuis Saint-Moré-Cora jusqu’à Paris” selon ce même document (infra, § 3.2.1)23.

Fig. 2.6 - La “basilique” du Marché aux Fleurs, dans l’île de la Cité à Paris.

Fig. 2.6 - La “basilique” du Marché aux Fleurs, dans l’île de la Cité à Paris.

d’après Busson 1998 : Fig. 292

  • 24 Voir au Haut-Empire la présence d’un “curateur de citoyens romains” à Bourges, C. Agileius Primus ((...)
  • 25 Supra, et voir infra la présence d’un patrice royal dans cette ville au Ve s.
  • 26 Acta S. Ursini, éd. C. Narbey, 1899 ; cf. aussi à ce sujet : Faillon 1848 ; Le Luel 2007 : une trad (...)
  • 27 Pour lequel, selon le texte, il s’agissait d’un second palais, sa résidence principale étant à Lyon (...)
  • 28 “… in Burgundiam atque Aquitaniam potentissime princibatur” : ce titre est un peu énigmatique.
  • 29 Donc sans doute non pas la Porte d’Auron, à l’ouest, mais la Porte de Lyon, rue Moyenne, proche des (...)
  • 30 “… praemissi principis aulam…”.
  • 31 Cette tradition de la fondation alors de l’église de Bourges est aussi donnée par Grégoire de Tours (...)
  • 32 La date supposée de ces faits, à la fin du IIIe s. ou dans la première moitié du ive s., est d’aill (...)
  • 33 Ce sont les reliques de saint Étienne qui ont été déposées dans l’ecclesia primitive (supra), sans (...)
  • 34 D’autres légendes hagiographiques peu fiables (cf. De vita S. Ursini, in : Acta Sanct.) attribuent (...)
  • 35 Selon Laugardière 1951 : 23, n. 2, supposée être ensuite, pour les écuries, transformée en baptistè (...)
  • 36 Valentinien Ier (364-367) et Gratien (367-375) ; dont on ne suppose quand même pas qu’ils font part (...)
  • 37 TPQ avec l’érection du castrum, au cours du ive s., sans plus de précision, ainsi que ces 2 monnaie (...)

12C) À Bourges-ex-Avaricum24, capitale de l’Aquitaine Ière dans l’Antiquité tardive25, c’est la présence d’un palais du gouverneur provincial qui est en question, bien moins documentée de manière assurée ici quant à sa résidence dans l’Antiquité tardive, avec seule ici une tradition légendaire : la Vie de saint Ursin26, premier évêque de Bourges (c.250-c.350 ?), indique en effet que ce saint homme construisit une première et modeste église dans les écuries du “palais de Léocade”27, alors gouverneur de Lyonnaise et d’Aquitaine et disposant d’un pouvoir royal28, édifice situé près de la porte sud de la ville29 et mis alors à disposition de la communauté chrétienne par Léocade, avant que cette église épiscopale ne s’étende à l’ensemble du palais de Léocade30 : ce dernier ne le fait payer, symboliquement, que 3 aurei et un vase en argent31. La fonction de gouverneur de l’Aquitaine Ière32 n’est donc pas assurée pour Léocade. La tradition érudite locale situe cet édifice – et donc le palais du gouverneur de la province avec ses écuries – sur le flanc nord de l’actuelle cathédrale Saint-Étienne33 (cf. Veillat 1861/62 : 141-142 ; Delahaye 1927 ; Laugardière 1951 : 21-24, 44-46 ; Prévot 1989a : 17-26 ; Roumégoux 1992 : 47-48 ; Le Luel 2007)34. La “maison de Léocade” a été précisément située par Ch. Picard (1961 : 311) sous le domicile de l’archiprêtre, proche de la cathédrale et dont les caves ont été sondées par J. Favière dans les années 1959/6035. Mais une hypothèse alternative s’est faite jour avec les fouilles de la rue des Trois Maillets, contre le flanc nord du chœur de la cathédrale gothique et le rempart du Bas-Empire : bâtiment recouvrant les remblais de la tranchée de fondation du rempart, dont la fouille a notamment fourni deux solidi36 dans ses propres fondations, constituées de blocs de remploi. Cet édifice est ensuite recoupé par une construction sur poteaux datée du viie s.37 (voir Bailly 1980 ; 1981 : 46-47 ; 1983 ; Kisch 1980 : 312-313 ; Ruffier 1982 ; Ferdière et Kisch 1984 : 274-275, Fig. 6 ; cf. Chevrot et Troadec 1992 : 145-146 ; cf. Troadec 1996 : 22-23 ; Marot, Fondrillon et Durand 2022) (Fig. 2.7). En définitive, la question de la localisation du “palais de Léocade” reste donc en suspens : Mélanie Fondrillon a récemment fait le point sur ce dossier, constatant – sans trancher – une confusion ancienne entre la première église de Bourges et l’église Sainte-Hyppolite (pourtant assez éloignée), réputée être la plus ancienne du diocèse (Fondrillon 2021 : 49, renvoyant à : Thaumas 1689 (2005) : 253 ; Toubeau 1873/74 ; Buhot 1883 : 210).

Fig. 2.7 - Édifice de la fin du ive s. aux abords nord de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges : a) plan de localisation ; b) photographie en cours de fouille.

Fig. 2.7 - Édifice de la fin du ive s. aux abords nord de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges : a) plan de localisation ; b) photographie en cours de fouille.

d’après Marot, Fondrillon et Durand 2022 : Fig. 5 et 6

  • 38 Lusor, son propre fils selon la légende hagiographique ; pour leur inhumation ici, voir : Grégoire (...)
  • 39 Voir à Bourges la stèle funéraire d’Adventinus Fruendus, mil(es) leg(ionis) XXX v(exillatio…), vena (...)

13Léocade lui-même, mentionné ici par la tradition hagiographique, est réputé s’être alors converti au christianisme et avoir été enseveli à sa mort, avec saint Ludre38, à Déols-Deolus, où l’on peut toujours voir leurs sarcophages sculptés (de tradition méridionale) dans la crypte de l’église (Hubert 1930 ; Laugardière 1951 : 16, 25-27 ; Meunier 1964 ; Coulon et Holmgren 1992 : 115-116, Fig. 58 ; Dubant 2015 ; cf. Revol 2016). Signalons qu’à Bourges même, deux autres solidi (dont un de Valentinien Ier) sont connus (Chevrot et Troadec 1992 : 111), avec du mobilier peut-être militaire (cf. corpus C3), ainsi qu’un milliaire de Dioclétien et Maximien (CIL XVII, 482)39.

  • 40 La première évangélisation de la ville est attribuée par Gégoire de Tours (HF, I, 30), du temps de (...)
  • 41 La date étant ici inconnue, il pourrait tout aussi bien s’agir de la province de Lyonnaise IIe de D (...)
  • 42 Qui évoque notamment un hypothétique séjour de l’empereur Valentinien dans ce “prétoire”, dans les (...)
  • 43 Qui ne conserve que la seconde proposition de localisation, infra ; la remise en cause de la datati (...)
  • 44 Cf. église Notre-Dame-de-la-Bazoche (basilica).
  • 45 Possible “chalcidium” mentionné par une inscription : cf. Seigne 2007. : 87-88.

14D) Pour Tours-ex-Caesarodunum, capitale de la Lyonnaise IIIe au Bas-Empire40, sous l’évêché de Martin lui-même (371-397), un certain Avitianus occupe ici des fonctions de police et de justice, et conduit des prisonniers à un tribun, Dagridus (Sulpice Sévère, Dial., II (III), 4, 2 ; 5 ; 8). Ce haut fonctionnaire est dit résider alors dans un praetorium, où il tient audience, et ses fonctions l’appellent parfois dans d’autres cités (ibid°, III, 4 et 8) : quelle est sa réelle fonction ? Sans doute s’agit-il de Claudius Avitianus, vicaire d’Afrique en 362-363 (CIL VIII, 7037 et 7038) également connu par le Code Théodosien, qui a fait ensuite destituer Mamertin en 365, et ici sans doute commissaire impérial extraordinaire investi par l’usurpateur Maxime, voire même alors gouverneur de la province41 (Seeck 1884 ; Jullian 1902/26, VII : 264, 301 ; 1922 : 126 ; Babut 1912 : 200, n. 2 ; Monceaux 1927 : 28 ; Ganshof 1949 ; Piétri 1983 : 14-17 et 41). Cependant, contrairement à certaines traditions érudites locales, (Boussard 1948 : 316), aucun texte antique ou tradition n’évoque explicitement l’existence du palais du gouverneur de province (cf. supra) et en tout cas sa localisation, si ce n’est ce “praetorium” du comte Avicien – malheureusement sans indication de lieu – par Sulpice Sévère (locc. citt. ; cf. Piétri 1983 : 41, n. 89). La tradition érudite locale (Salmon 1857 : 224 ; Boussard 1948 : 316, 32542 ; cf. Piétri 1983 : 41 ; 1987a : 25-27 ; Riou et Dufaÿ 2016 : 60 et n. 51, 6543) le situe cependant, bien que sans grand argument, dans l’angle nord-est du castrum, dans le secteur de la chapelle Saint-Libert et de la Tour-Feu-Hugon, car c’est le lieu du palais du comte à l’époque carolingienne, mais on évoque aussi le “palais” où aurait séjourné Valentinien dans l’angle sud-est de ce même rempart (à l’est du “bastion” de l’amphithéâtre), à l’emplacement d’une “basilique”44, lieu où un important monument public du Haut-Empire semble attesté45. En réalité, rien n’étaye donc ces hypothèses de localisation et aucun élément issu des fouilles récentes ne permet d’apporter quelque éclairage sur la question. Par exemple – a contrario des localisations proposées –, les fouilles du Château de Tours dans l’angle nord-ouest du castrum, a livré des éléments d’une occupation d’assez rang, avec un édifice thermal en fonctionnement dans l’Antiquité tardive, qui ne permet pas d’exclure de situer par exemple ici cette résidence du gouverneur provincial (voir Galinié 2007 : 61-74, 221-223, 355-361).

  • 46 Avec une structure de type fond de cabane : cf. supra, § 2.2.2.
  • 47 Voir Piétri 1983 : 9 : c’est la date proposée pour ce siège par C. Jullian (1907/26, IV : 595, n. 3 (...)
  • 48 Des Taifales étant sans doute installés dans la région ainsi qu’en Poitou, cf. infra, 3.3.4, b (cf. (...)

15C’est à Tours que le préfet Vincent rend visite à saint Martin (Sulpice Sévère, Dial., I, 25, 6). On note en ville trois monnaies d’or de Constance II et, au cloître Saint-Martin46, un triens de Zénon (474-491), sans doute de frappe non officielle, avec deux autres trientes mérovingiens (cf. Amandry, Dhenin et Theureau 1983), ainsi que quelques pièces de mobilier “militaire” (cf. infra, § 3.1.3 ; Motteau 1991 : 15-16 et Fig. p. 26, n°107-114 ; 2007 : Fig. 28). Plus tôt, c’est un siège de Tours par les Francs et les Alamans, en 275, avec dès lors peut-être une allusion à une première enceinte, qui est mentionné par Eusèbe (Hist., IX, 8 = frg. 2, 4)47. Au ve s., Tours est épargné par les Francs lors de leur victoire décisive contre les Wisigoths en 507 (cf. infra) et peu après Clovis rendra visite à l’évêque de Tours Eustoche (Grégoire, HF, II, 39). On peut enfin signaler l’origine germanique (taifale48) de Senoch, prêtre à Tours (Grégoire, HF, V, 7 ; et cf. VP, XV).

  • 49 Avec mobilier du Bas-Empire et monnaies, jusqu’à Arcadius et Honorius (402) ; voir pour le IIe s. l (...)
  • 50 On peut y ajouter une silique d’argent d’imitation franque ou wisigothique d’Honorius (393-423), du (...)
  • 51 Selon S. Ritz (2017 : 28 ; 2020), avec des arguments recevables, pense cependant qu’il pourrait s’a (...)
  • 52Clausa ergo urbe murorumque intuta parte firmata…” : l’édification du castrum de Sens serait donc (...)

16E) À Sens-ex-Agedincum, chef-lieu de la province de Sénonaise dans l’Antiquité tardive, aucune donnée, apparemment, ne concerne l’éventuelle résidence du gouverneur de Sénonie, si ce n’est, en toute hypothèse, un édifice important dans le castrum (cour de l’ancien évêché), d’abord possibles thermes puis remanié dans l’Antiquité tardive avant d’être incendié49 (cf. Delor 2002 : 651-652) (Fig. 2.8). On note en outre plusieurs solidi (ou divisions) dans la ville de l’Antiquité tardive, dont Tétricus II, Constant, Honorius, et scrupulum de Gratien (Delor 2002 : 685-686, 692-693, 700)50. Le César Julien, après sa victoire contre les Alamans à Cologne, hiverne ici avec ses troupes en 356-35751, y reconstitue ses forces armées et en assure la subsistance, mais il y est attaqué par les “barbares”, en l’absence de ses scutarii et gentiles : il fait fermer les portes et réparer la muraille52 et les “barbares” lèvent le siège au bout d’un mois (Ammien Marcellin, Hist., XVI, 3, 3 ; 4, 1-4 ; 11, 1). En 353, le César Décence, frère de l’usurpateur Magnence, qui avait été envoyé par ce dernier pour défendre la Gaule, est battu par les Francs ; il est rejeté de Trèves et se réfugie à Sens où il se pend en apprenant le suicide de son frère à Lyon (Julien, Disc., I, 34-35 ; Eutrope, Brev., X, 12).

Fig. 2.8 - Édifice de la cour de l’Évêché à Sens

Fig. 2.8 - Édifice de la cour de l’Évêché à Sens

d’après Delor 2002 : Fig. 966)

17F) Pour Le Mans-ex-Vindinum, en 471, la ville et la cité sont passées sous contrôle franc et la ville fut (entre 487 et 491, ou seulement vers 510) peut-être le siège de l’éphémère royaume de Rignomer, qui y est assassiné sur ordre de Clovis (Grégoire, HF, II, 42 ; cf. Kurth 1896 : 255-256) ; Rignomer aurait pu être installé ici par Aegidius comme chef militaire et gouverneur (Rouche 1996 : 187). Mais son éventuel palais reste en tout cas complètement inconnu (voir Bouvet 2001 : 101 et 252-356). On ne connaît pas non plus le siège du Praefectus laetorum gentilium Sueuorum, au Mans, cité dans la Notitia Dignitatum (infra, § 3.2.1).

  • 53 Sur les fabricae d’armes pour les troupes impériales en Gaule, voir aussi : James 1988b (cf. p. 259 (...)
  • 54 À noter un autre texte tardif (début ve s.) mentionnant la sidérurgie de la cité de Bourges (Rutili (...)
  • 55 Passio s. Marcelli, p. 28 de l’éd. Molinier.

18G) Par ailleurs, on n’a aucune idée de la forme ou de l’aspect du siège du responsable de la fabrique d’armes53 d’Argentomagus-Saint-Marcel/Argenton-sur-Creuse (Indre) – dépendant du Magister officiorum pour l’ensemble des ateliers impériaux –, ni de son emplacement (Not. Dign., Occ., IX, 31 : Sub dispositione viri illustris magistris officiorum: / … / Fabricae inscriptae / … / In Galliis : / … / (31) Argentomagensis armorum omnium), même si un bâtiment d’entrepôt fouillé sur le site semble alors – au Bas-Empire – transformé en atelier, avec activité de cordonnerie/corroierie (cf. Dumasy 1993 : 82, 84 ; Dumasy et Paillet 2002 : 176 ; Dumasy, Dieudonné-Glad et Laüt 2010 : 25-32)54. De même est-ce sans doute une légende hagiographique que la mention du martyre de saint Marcel à Saint-Marcel-Argentomagus, sous l’empereur Dèce (248-251), ou vers 270-275 sous Aurélien (période de persécutions connues de chrétiens), par un certain Heraclius, gouverneur (de la province d’Aquitaine Ière ?)55 : Grégoire de Tours, symptomatiquement, n’en dit rien (cf. Laugardière 1951 : 209, renvoyant aux différentes versions de cette Passio, in : Molinier 1901/06, I : 28) ; celles-ci, comme d’ailleurs l’attestation de l’église Saint-Marcel, ne sont en réalité pas antérieures au xe s. (cf. Dumasy et Tardy 1994 : 25 et 98). Un hypothétique castrum de hauteur aurait cependant pu prendre place sur l’éperon de la Bonne-Dame à Argenton (cf. corpus C2).

  • 56 Peut-être en lien avec la solde des troupes concernées par la flotte de la Seine sous Constance Chl (...)
  • 57 Je remercie F. Pilon pour m’avoir orienté sur les bonnes références concernant cet atelier.

19H) Il faut aussi signaler la présence temporaire d’un atelier officiel itinérant de frappe monétaire à Meaux-ex-Ia(n)tinum – alors chef-lieu de cité des Meldes –, qui a frappé notamment des monnaies d’or à compter de 294-295, à partir de coins des ateliers de Trèves56 (Bastien 1980 ; Estiot et Zanchi 2014 : 269 sqq. ; cf. HATT 1959 : 242 sqq.)57 : la présence d’officiers impériaux est donc quasi certaine ici, au moins durant cette courte période. Mais aucun indice de son siège à l’intérieur du castrum n’a été à ce jour relevé.

20I) Enfin, le roi des Wisigoths Alaric réside temporairement à Poitiers-ex-Lemonum avant la défaite wisigothe décisive de Vouillé (infra ; cf. Grégoire, HF, II, 37). Par la suite, le palais des comtes, au nom de royaume des Francs, est donc a priori trop tardif pour notre propos : F. Eygun pensait que ses fouilles (sondage au Palais de Justice, ancien palais comtal) en 1943, sur le flanc occidental du castrum, avaient concerné ce palais, ce que des sondages plus récents n’ont pas confirmé (Eygun 1943 ; cf. Hiernard 1985 : 32 sqq. ; rens. F. Gerber, Inrap, janv. 2020 ; rens. B. Boissavit-Camus, fév. 2020). En revanche, le siège du Praefectus Sarmatarum et Taifalorum gentilium, à Poitiers, mentionné par la Notitia Dignitatum, reste totalement inconnu.

21J) Pour mémoire (cf. corpus C2), rien ne permet de reconnaître le praetorium-résidence du praefectus commandant l’unité de Gentiles Sarmates entre Chora-Saint-Moré et Paris dans le grand bâtiment (33 x 11 m) signalé sur le site du “camp de Cora” à Saint-Moré (Yonne) (cf. corpus C2 et infra, § 3.1.2, a).

22De même restent inconnus les sièges du praefectus militum superuentorum, à Nantes, du praefectus laetorum Teutonicianorum, à Chartres et du praefectus Laetorum gentilium Suevorum à Clermont-Ferrand, voire du praefectus Sarmatarum gentilium au Puy-en-Velay, tous mentionnés dans la Notitia Dignitatum (XXXVII et XLII ; cf. corpus C1.A). Mais il est vrai qu’un grand nombre d’unités militaires mentionnées dans la Notitia Dignitatum (V et VI) ne sont pas localisées et peuvent donc se situer dans notre aire d’étude.

3.1.2. Et leurs résidences privées ?

  • 58 Sur les résidences et sièges administratifs de ces derniers, cf. Grenier 1931 : 401 et n. 4.
  • 59 Voir encore, pour le Haut-Empire, à Vichy (03, cité des Arvernes), la stèle funéraire d’un homme en (...)
  • 60 Telle la villa Maroialensis, dans la cité du Mans, Mareil-sur-le-Loir ou Mareil-en-Champagne (Sarth (...)

23Pour d’autres sites dans l’aire ici concernée, il peut s’agit non plus de sièges administratifs de hauts fonctionnaires, ou préfets de troupes ou éventuels groupes de population de Laeti ou Gentiles58, mais de résidences privées supposées appartenir à de tels fonctionnaires, officiers et dignitaires ou à leur famille59. Il ne sera pas question des demeures privées urbaines (domus) ou rurales (villae)60 des évêques, hors sujet ici.

  • 61 Voir infra pour ce site du Tractus Armoricani et Nervicani.
  • 62 Avec en surface de nombreuses monnaies du Bas-Empire et deux fibules cruciformes fragmentaires (Nou (...)
  • 63 L’hypothèse n’est fondée – outre le mobilier tardif mentionné à la note précédente – que sur le pla (...)

24A) Un exemple de telle résidence a été proposé à C(h)ora-Saint-Moré61 (Yonne), dans l’extrême nord de la cité d’Auxerre (cf. supra, § 3.1.1, j ; infra, § 3.2.1, f ; et corpus C2) : avec l’éventuelle résidence (privée ou praetorium ?) du préfet commandant les Gentiles Sarmates mentionnés entre Chora et Paris (cf. infra, chap. 3.2, pour le Tractus Armoricanus) dans une grande villa repérée par prospection aérienne62 dans la plaine à Saint-Moré, sous le castrum (Nouvel et Venault 2012 : cf. Fig. 7-9 ; 2021) : cette proposition, en réalité peu étayée, semble devoir être rejetée 63.

  • 64 À ce propos, on ne mentionnera pas ici de très grandes villae tardives, véritables palais, qui sera (...)

25B) Dans la cité de Sens, il faut aussi mentionner la grande villa de Migennes (Yonne)64, avec son état particulièrement développé de l’Antiquité tardive (bains, mosaïques), où a été découverte une inscription lapidaire (cf. corpus C1.B) qui semble être une dédicace aux empereurs Constantin et Licinius (?) (Delor 2002 : 485-486 ; Kasprzyk 2021 : Fig. 33, n° 1) ; notons qu’on signale sur cette villa une fibule cruciforme (cf. le corpus concerné, C6.1), un bracelet et des perles en jais, ainsi qu’un umbo de bouclier et un éperon, mobilier militaire tardif (Kasprzyk 2021 : Fig. 32, n° 11-12) : tout ceci pourrait-il suggérer la résidence privée de quelque officier impérial dans cette villa de haut rang, au ive ou au début du ve s. ?

  • 65 Voir toutefois la découverte d’un dépôt monétaire d’aureliani en argent à Bazarnes : Amandry et Gau (...)

26C) On signale à Bazarnes, tout proche d’Auxerre – chef-lieu de cité dans l’Antiquité tardive –, une stèle funéraire d’un personnage, Aurelius Demetrius, adjoint des deux procureurs chargés du recensement d’une part pour Sénons, Tricasses, Meldes et Parisii, de l’autre pour les Éduens ; elle n’est datée que du début du iiie s. et est donc un peu précoce pour notre propos (CIL XIII, 2924 ; cf. Héron 1913/14 ; Jacques 1977 : 311-312, n. 23 ; Dondin-Payre 1999 : 135, n. 9, et 179 ; 2001 : 219, 234, 240, 265 ; Delor 2002, 1 : 230 ; Voisin 2002 : 175). Mais, selon M. Dondin-Payre (locc. citt.), le document est considéré comme un faux ou comme une interpolation du CIL65 : donc, en principe, rien à retenir ici…

27D) Mentionnons encore la villa de “Marijoulet” à Chanac (Lozère), dans la cité de Javols/Mende : en se fondant sur son occupation dans l’Antiquité tardive et surtout sur la découverte d’une bague en or inscrite “Justini”, on a proposé d’y voir la villa des frères Justinus et Sacerdos, neveux de Victorius, mentionné au ve s. par Sidoine Apollinaire dans son Propempticon (Carm., XXIV, 7-9 ; cf. Prunières 1868 : 113-114 ; 1986 ; Trintignac 2012 : 166) : cette hypothèse est discutable et il ne s’agirait d’ailleurs pas alors de hauts fonctionnaires mais simplement de parents de l’un d’eux (Victorius).

  • 66 C’est moi qui ajoute ici ce terme, non utilisé ici par Sidoine.
  • 67 Lieu de découverte d’une dédicace à Mars Tritulus (CIL XIII, 1561).
  • 68 Sur ce haut personnage, voir infra au sujet des événements liés aux Huns ; il possédait un autre do (...)

28E) La villa66 de “Trévidon” (Treuidon), où parvient le libelle de Sidoine Apollinaire (Carm., XXIV (Propempicon ad libellum), 35-40) après être passé dans celle de Justinus et Sacerdos, pourrait être située à Saint-Laurent-de-Trèves (Lozère), sans doute proche ou sur la hauteur du “Castellas”, possible castrum alto-médiéval67 : il s’agit bien là, en revanche, de la résidence de Ferréol, père de Tonance qui fut préfet des Gaules et parent de Sidoine68 (cf. Broussous 1806 ; Bosse 1989/90 : 53-56 ; Demougeot 1972/73 : 44 ; Ferdière 2011b : 414 ; Trintignac 2012 : 460-461).

  • 69 Une référence en vérité bien tardive pour notre propos. Voir le Corpus des castra (C2) ; une référe (...)
  • 70 Un Gallo-Romain gouverneur de Narbonnaise Ire, à laquelle il ajoute l’Auvergne, nommé duc par Euric (...)
  • 71 Et cf. encore sur cette question : Hedde 1979. Ce bilan en fait donc un élément un peu tardif pour (...)

29F) À Brioude (Haute-Loire), dans la cité des Arvernes (Clermont), un castrum Victoriacum aurait été pris par Thierry au vie s.69, proposé comme ancienne résidence fortifiée du duc Victorius70, patron du vicus Brivatensis/Brivas-Brioude (pour ce castrum, cf. corpus C2 ; Fournier 1962 ; Provost et Rémy 1994 : 53 sqq.), siège du comte et centre de regroupement des impôts. Ce castrum est aussi parfois situé à Rilhac (Lespinasse 1958) mais un document plus tardif, du ixe s. (Cartulaire de Brioude, n° 222 et n° 339), permet de le situer en réalité à Brioude même, ainsi dénommé en souvenir de Victorius, bienfaiteur de l’église de Brioude, à l’emplacement de l’actuel Hôtel de Ville. Des substructions importantes existent encore, mais il s’agit des enceintes médiévales canoniales et du bourg : elles englobent donc la basilique Saint-Julien, les bâtiments capitulaires et – séparée de ces derniers par un autre mur épais – cette villa urbana de Victorius (Cubizolles 1980 : 92-98 ; 125-129 ; 2000 : 172-17371). Un atelier monétaire mérovingien est attesté ici (Prou 1892 : n° 1782-1830).

30G) Une demeure rurale de Vensat (Puy-de-Dôme), Vindiciacensis domus, est attestée à la fin du Ve ou au début du VIe – encore une mention bien tardive ici – avec dans son saltus les bois de Pionsat (silvae Ponticiacenses), appartenant à Sigevald, alors gouverneur de l’Auvergne pour le roi wisigoth Thierry (Grégoire de Tours, VM, 12, 21 ; cf. Martinez 2017, 3 : notices 206 et 281).

31H) Encore peut-on sans doute évoquer la villa que le Bordelais Ausone, rhéteur à la cour impériale, préfet du prétoire des Gaules en 377-378 et consul en 379, possédait en Poitou à Rom-Rauranum (Deux-Sèvres) (Paulin de Nole, Carm., X, v. 249-251 ; cf. Loyen 1960 : 125, n. 5 ; Hiernard et Simon-Hiernard 1996 : 268).

32I) Ce n’est qu’au vie s. que Grégoire de Tours (HF, V, 14) signale que Gontran et Mérovée vont chasser près de Tours, dans un domaine dénommé Iocundiacensim domum, non localisé mais également signalé dans un document comptable de Saint-Martin au viie s. (donc très tardive ici), que Gasnault (1975 : doc. VI) considère ne pouvoir être Joué-les-Tours (cf. Longnon 1878 : 274).

33J) Enfin, on note que la première basilique chrétienne de Tours fut établie vers le milieu du ive s. par l’évêque Litorius (Lidoire, prédécesseur de saint Martin : 337/338-371), grâce au don d’une domus urbaine par un sénateur (i.e. décurion de la cité ? Donc en principe sans responsabilités administratives ou militaires directes) malheureusement anonyme, à l’emplacement sans doute différent, plus éloigné du castrum, que la basilique établie vers 440 à l’emplacement de la sépulture de Martin (basilique Saint-Martin actuelle), et indiqué comme étant sur la route de Nantes (rive gauche), à 1200-1400 m à l’ouest du castrum, sans doute vers Notre-Dame-la-Riche (Grégoire de Tours, HF, X, 31 ; GC, 4 ; VM, I, 23 ; cf. Vicart 1845/47 ; Piétri 1983 : 348, n. 38 ; 368-372 ; 1987a : 25-27 ; Galinié 2007 : 364).

34On peut enfin mentionner quelques villae propriétés des rois francs, de leurs proches ou de leurs officiers, la plupart il est vrai seulement attestées au vie s. :

35a) dans la cité de Paris, la villa de Chelles (Seine-et-Marne) est une des plus importante à partir de la fin du ve s., pour Chilpéric, Frédégonde… (villa Cala ou Calensis) pour la dynastie franque, à situer sur la butte du Mont Chalat (Roblin 1951 : 36, 222) ou peut-être rue Louis Éterlet (construction gallo-romaine encore occupée au Haut Moyen Âge) (Grégoire de Tours, HF, V, 39 ; VI, 46 ; VII ; 4 ; cf. Griffisch, Magnan et Mordant 2008 : 427-428) ;

36b) la villa de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), villa qui Noci[e]to nomen, au vie s. (Chilpéric) dont la réalité archéologique n’est pas attestée (Grégoire de Tours, HF, V, 39 ; cf. Roblin 1951 : 315-316 ; Héron 2018 : 193 sqq.) ;

37c) la villa de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), Novigentum villa, n’est aussi mentionnée qu’au vie s. pour Chilpéric (Grégoire de Tours, HF, VI, 2 ; cf. Roblin 1951 : 219 ; Naudet et al. 2001 : 118-119, av. bibliographie complète) ;

38d) une villa Rigoialinsis/Rotoialensis-Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) est attestée seulement à la fin du vie s., pour Gontran (Grégoire de Tours, HF, IX, 13 ; X, 28 ; cf. Longnon 1878 : 360-361 ; Abert 2005 : 61).

39Il est donc à noter que beaucoup des occurrences mentionnées sont en vérité très tardives pour le propos ici : on les maintiendra cependant pour leur intérêt intrinsèque.

3.1.3. Des séries d’objets dédiés ou de prestiges, témoins de la présence de ces dignitaires

  • 72 La présence de monnaies d’or (cf. supra § 2.2.7) est évidemment, dans une certaine mesure, du même (...)
  • 73 Voir dans le corpus de textes (C1.A) la mention d’officiers de ce haut rang (patrice) au ve s. dans (...)

40On a invoqué supra (§ 2.2.1) pour notre propos une série d’artefacts, pièces de vêtement ou d’équipement individuel, susceptibles d’être spécifiques des dignitaires de l’armée et de l’administration impériale ? La présence de ces hauts officiers peut aussi parfois – exceptionnellement – être déduite de la découverte d’objets dits “de prestige”72, plus ou moins caractéristiques de leur fonction, voire mentionnant leur titre ou leur nom, tel que celui de patrice73. Voir à ce sujet certaines représentations assez explicites concernant ces pièces de mobilier comme insignes de ces dignitaires – et ici notamment le Magister officiorum, Maître des Offices – dans les vignettes des manuscrits de la Noticia Dignitatum (Fig. 2.9 et 2.10).

Fig. 2.9 - Vignette de la Notitia Dignitatum pour le Maître des Offices contrôlant les fabriques (Fabricae) d’armes (copie du xve s. de la Bodleian Library, Oxford, Ms. Canon. Misc. 378, fol. 141r.

Fig. 2.9 - Vignette de la Notitia Dignitatum pour le Maître des Offices contrôlant les fabriques (Fabricae) d’armes (copie du xve s. de la Bodleian Library, Oxford, Ms. Canon. Misc. 378, fol. 141r.

d’après Fort et al. 2021b : Fig. 4)

Fig. 2.10 - Carte des ateliers impériaux, dont fabriques d’armes, selon la Notitia Dignitatum

Fig. 2.10 - Carte des ateliers impériaux, dont fabriques d’armes, selon la Notitia Dignitatum

d’après Lafaurie 1958 : Fig. p. 304

  • 74 L’inhumé lui-même ou le personnage qui a offert des lances de parade à ce dernier ?
  • 75 Les clous y forment un motif en svastika.
  • 76 Il peut en effet s’agir – outre son caractère de prestige – d’une arme de chasse, notamment pour ce (...)
  • 77 Du Ve s. (L = 48 cm), mais dans le mobilier d’une tombe (n° 1004, pillée) d’un personnage de haut r (...)
  • 78 Les exemplaires de Vermand et de Cutry portent des inscriptions damasquinées indiquant, dans le cas (...)
  • 79 Comme l’indique notamment son diptyque d’ivoire (Imperium… 2005 : 24 ; Descloux 2010 : 20).

41A) Le premier objet à mentionner ici à ce titre est certainement la lance à ailettes de Bourges (Buhot, Marguerie et La Guère 1891 ; Böhme 1981 ; Bailly 1984 ; Descloux 2010 ; cf. Kazanski et Périn 2008 : 188, Fig. 5 ; Périn et Kazanski 2011 : Fig. 23.4), portant l’inscription PATRI/CIVS Z/REG/IUS, permettant ainsi de l’attribuer à un patrice royal74. Elle fait partie du mobilier d’une tombe en cercueil de plomb contenu dans un sarcophage de pierre de la nécropole tardive de Bourges (sur le site de Bourges, voir déjà supra, § 3.1.1), où elle était accompagnée d’un coutelas de chasse à fourreau de bois, un balsamaire en verre d’un type du ive-déb. ve s., sans doute une amphore africaine et une paire de chaussures à semelle cloutée75 ; ce type de lance d’apparat (et de chasse)76 à crochets en têtes de félin fait partie d’une petite série (une dizaine) d’exemplaires connus en Gaule, par exemple de Vermand (Aisne), Nismes (prov. de Namur) et Bargen (Bade-Wurtemberg) (À l’Aube… 1981 : 142-143), ainsi que de Cutry (Meurthe-et-Moselle, avec inscription : cf. Legoux 2005 ; Temps… 2016 : p. 223-224, n° 177 ; Hamonic 2021)77 et Rhenen (Pays-Bas) (Descloux 2010, 2-7)78, et récemment (également avec inscription damasquinée) du site côtier de Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais) (Lelarge 2020b : 309-312, Fig. 6), en général datés du ve s. Et il est à noter que deux autres “lances de parade” à ailettes – cependant non inscrites – sont signalées ici (corpus C4) en Seine-et-Marne (Châteaubleau et Montigny-Lencoup). Quant à la fonction de patrice, elle a été créée par Constantin Ier et concerne le plus haut magistrat impérial – tel Stilicon79 au ve s. –, mais ici la mention de “regius” indique la dépendance à un roi qui ne peut être, à Bourges, que celui des Wisigoths : ceux-ci occupent en effet le Berry de 469 à 507 et la tombe et la lance en question serait donc de cette période de la fin du ve s. cf. infra, § 3.3.4, A).

  • 80 Ces diptyques dits “consulaires” sont en principe destinés à contenir des décrets impériaux de nomi (...)
  • 81 Ateliers de Constantinople et Rome, puis sans doute en Gaule même, dont ici probablement l’exemplai (...)
  • 82 Et peut-être les exemplaires signalés très hypothétiquement à Paris – non retenus ici –, correspond (...)

42B) Bien qu’il semble que la plupart de ces diptyques soient arrivés tardivement à-en Gaule, à la période carolingienne, on retiendra cependant ici aussi une petite série d’autres objets tout aussi prestigieux, les diptyques d’ivoire80, dont on recense ici non moins de 6 exemplaires (cf. corpus C4) : 3 à Bourges, 3 à Limoges ou environs immédiats (abbaye de Saint-Junien) et encore un à Houdan (Yvelines) et un au Puy-en-Velay, ainsi peut-être qu’un à Nevers. Ces objets apparaissent en Gaule au ive pour disparaître au vie s., même si leur origine de fabrication, en ivoire d’éléphant, est en général évidemment extérieure aux régions qui nous concernent81. Leur localisation peut-elle permettre d’y reconnaître la présence de dignitaires impérieux ? La plupart proviennent de lieux de culte – cathédrales ou abbayes – où souvent ils ont été réutilisés, plus tard dans le haut Moyen Âge, en couvertures de manuscrits précieux : ils peuvent donc, au moins dans certains cas, provenir d’ailleurs, comme bien de l’Église acquis antérieurement. Mais il est remarquable qu’à l’exception de l’exemplaire (relativement atypique) de Nevers82, tous ceux recensés concernent des sites – la plupart chefs-lieux de cité – localisés dans la partie nord et est des provinces d’Aquitaine (cités de Bourges, Limoges et Le Puy) : quelle peut être la signification de ce constat, qui, avec non moins de 9 éléments de diptyques, ne peut être dû au hasard de la constitution de ces trésors de l’Église ? Proposer un lien avec les territoires contrôlés au ve s. par les Wisigoths serait sans doute aventureux.

  • 83 On n’a pas ici d’exemple de boucle de ceinture en cristal de roche telle que l’exemplaire de Saint- (...)
  • 84 Voir l’exemple célèbre de la fibule et de la bague en or (nominale : “Childirici Regis”) de la tomb (...)

43C) D’autres objets “de prestige” (bijoux en or, boucle de ceinture en écume de Poitiers83, autre plaque décorative en ivoire de Bourges “Lazenay”…)84, bien qu’indiquant un statut élevé pour leur propriétaire, ne sont en revanche pas strictement spécifiques de tels dignitaires (voir supra, § 2.2.7 et corpus C4). Et l’on pourrait aussi mentionner, par exemple, des perles de collier en ivoire dans une sépulture du Bas-Empire des Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme) (Musée Bargoin de Clermont-Ferrand ; cf. Galerie… 2020 ; non incluses au corpus C4).

44La lecture d’un récent article (Lelarge 2020a) m’incite en outre à ajouter à la liste de ces “objets de prestige” la vaisselle en “pewter” (alliage étain-plomb, ou étain au plomb), sans doute importé de Britannia dans l’Antiquité tardive : bien que cette vaisselle soit certainement de moindre valeur que celle d’argent, le fait qu’elle soit une importation relativement lointaine leur confère sans doute un prix non négligeable. Une douzaine de pièces de cette série sont attestées dans notre aire géographie – relativement extérieure au secteur de plus grande diffusion de ces artefacts en Gaule (Nord de la Belgique dont régions côtières), et ont en général été découvertes en contexte funéraire : elles ont ainsi été ajoutées au corpus de ces objets de prestige (C4). Certes, ces objets ne sont pas strictement caractéristiques des membres officiers et aux fonctionnaires de la militia, mais – encore une fois – ils correspondent certainement à l’élite dont ces derniers font alors partie.

45C’est d’ailleurs pourquoi j’ai cru bon d’intégrer également à ce corpus C4 quelques pièces de vaisselles d’argent, issues de dépôts enfouis dans l’Antiquité tardive et susceptibles d’avoir appartenu à de tels dignitaires, comme c’est certainement le cas du “trésor d’Augst”, découvert dans le fort romain de Kaiseraugst, enfoui au milieu du ive s. et qui a très vraisemblablement appartenu à un officier ou fonctionnaire impérial (Laur-Belart 1967 ; Instinsky 1971 ; cf. À l’Aube… 1981 : 53-60, n° 41-50).

3.1.4. Le monnayage d’or et autres

  • 85 On n’a pas pris systématiquement en compte, en revanche, le monnayage d’argent contemporain, sans d (...)
  • 86 Reece 1975 ; Galliou 1981 ; Hiernard 1981/82 ; 1983 ; Aubin 1984b ; BLAND 1997 ; Callu et Loriot 19 (...)

46Comme indiqué supra, où le bilan est tiré de ces découvertes (voir 1re Partie, § 2.2.7 ; voir le corpus C3), il a paru intéressant de prendre en compte certaines données issues de la numismatique, telles que les solidi d’or et autres numéraires de ce métal précieux85 du Bas-Empire, en principe essentiellement destinés à la solde de l’armée et tout particulièrement des hauts officiers et fonctionnaires, y compris d’ailleurs dans l’aire wisigothique86. La présence de ce monnayage d’or, avec celle des objets de prestige mentionnés aux paragraphes précédents, peut dans une certaine mesure être considéré comme l’indice de la présence d’officiers et dignitaires. Voir carte dans la 1re partie, Fig. 1.33, en y ajoutant un probable dépôt de solidi découvert en Poitou au xixe s. et enregistré trop tardivement dans le corpus C3 pour pouvoir être cartographié.

  • 87 Pas de corpus ici de ces données : pour les régions qui nous concernent (cf. Pilon 2016 : 104-146, (...)

47Mais on aurait pu également s’interroger sur les assez nombreuses frappes “de nécessité” ou “de substitution”, avec ateliers, connus dans ces régions, qui quant à elles nécessitent sans doute un contrôle plus ou moins officiel et donc plus ou moins la présence d’officiers impériaux (autorisation ou accord tacite ; cf. à ce sujet Pilon 2016 ; 2022 ; cf. Le Gentilhomme 1947 ; Giard 1965 ; 1969 ; Estiot 1995 ; Galliou 2005 : 361 ; Lamoine 2009 : 296 ; et cf. Callu 1969 pour les ateliers de Postume)87. La répartition de ces ateliers comme des monnaies qui en sont issues, quasi exclusivement en Gaule au nord de la Loire, dans les provinces des Lyonnaises et des Belgiques (ainsi qu’en Britannia), laisse d’ailleurs penser que c’est justement dans ces régions d’assez forte présence militaire que la bonne monnaie était entièrement accaparée par la solde de l’armée (selon PILON 2022 ; cf. Fig. 2.12). Et la fabrication, au cours des ve et vie s., d’argentei pseudo-impériaux ressortit sans doute au même phénomène (Blanchet 2020 ; 2021).

Fig. 2.11 - Carte des découvertes de monnaies d’argent en Gaule, c. 440-575 (état de la documentation en 1964).

Fig. 2.11 - Carte des découvertes de monnaies d’argent en Gaule, c. 440-575 (état de la documentation en 1964).

d’après Lafaurie 1964

Fig. 2.12 - Carte des ateliers ayant frappé des monnaies d’imitation : a) durant la seconde moitié du iiie s. ; b) au milieu du ive s.

Fig. 2.12 - Carte des ateliers ayant frappé des monnaies d’imitation : a) durant la seconde moitié du iiie s. ; b) au milieu du ive s.

d’après Pilon 2022 : Fig. 6 et 7

3.1.5. Et quelques témoignages épigraphiques

48Le type d’information ici recherché sur la présence de fonctionnaires impériaux peut aussi venir de l’épigraphie (cf. corpus C1.B).

49a) Pour mémoire, l’angon de Bourges signalé supra (§ 3.1.3 et corpus C4), porte l’inscription PATRI/IVS Z/REG/IUS (patrice royal).

50b) Pour mémoire aussi (bien que bien trardif pour le propos), l’inscription du diptyque d’ivoire de l’abbaye de Saint-Junien, près de Limoges, également mentionné supra (§ 3.1.3 ; et cf. corpus C4) concerne Flavius Félix, mort en 430 (Fl(avii). Felicis. V(iri). C(larissimi). Com(itis). AC. Mag(istri). Utr(ius). Mil(itiae). Patr(icius). Et. Cons(ulis). Ord(inarii), un haut personnage de l’Empire indiqué ici comme comte, patrice et consul (Volbach 1916 (1952) : 28, n° 19, Pl. 2 ; cf. Perrier 1993 : 177).

  • 88 Une fabrique de boucliers (scutaria) est en effet mentionnée plus tard à Autun-Augustodunum par la (...)
  • 89 Voir aussi un a(dlectori) ferrar(ia) (receveur des mines de fer), ayant également le titre de gutua (...)

51c) En revanche, l’inscription de Monceaux-le-Comte (Nièvre) n’est sans doute pas des plus pertinentes pour notre propos : il s’agit de la stèle funéraire de M. Ulpius Avitus, centurion de la 4e légion flavienne, ancien de la 3e légion Augusta, dédiée par les ouvriers cuirassiers (opifices loricari(i)) du pays éduen et du pays de Brève (vico Brivae) ; elle n’est en effet datable que du début du IIIe s. et est donc un peu trop précoce pour les questions examinées ici, même s’il s’agit bien d’un officier fonctionnaire en charge d’un atelier de cuirasse sans doute à destination de l’armée, dans un vicus de la cité des Éduens88 (CIL XIII, 2828 ; cf. Bigeard 1996 : 195-196, Fig. 171 ; voir Dondin-Payre 1999 : 214 pour le vicus)89.

52On peut en outre mentionner quelques fonctionnaires de diverses administrations impériales nommés par des inscriptions, malheureusement souvent un peu trop tôt (fin du Haut-Empire) pour être vraiment pertinents ici. On citera, à Sens (cf. supra, § 3.1.1), C. Amatius Paterninus, un Sénon, chargé du trésor public (ab aer(ario) muner(ario) praef(ecto) an/non(ae), sous Dèce et Gratus (mil. IIIe s.), en fait un membre de l’ordo de la cité (CIL XIII, 2949 ; cf. Guerrier 1979 ; Dondin-Payre 1999 : 184 ; Delor 2002 : 690, Fig. 1030), et, plus tôt, à Sens encore, la dédicace de C. Decimius Sabinianus, autre Sénon nommé curator r(ei) p(ublicae) / ciuit(atis) de la cité des Vénètes (Armorique) par Sévère et Caracalla (198-209), bien tôt pour le propos (CIL XIII, 2950 ; cf. Jacques 1983 : 391).

3.2. Des garnisons militaires

53Reste – du moins pour le domaine militaire – la question de la localisation et de la réalité archéologique des lieux de garnisons attestés par les textes (hormis Paris, déjà traité supra, § 3.1.1) : en général, pour le Nord de la Gaule, voir : Fort et al. 2021b : Fig. 9c) (Fig. 2.13, 2.14 et 2.15).

3.2.1. Le litus saxonicum

Fig. 2.13 - Les cités du Nord-Est de la Gaule et Germanies où des installations de “barbares” sont attestés par le Panégyriques latins.

Fig. 2.13 - Les cités du Nord-Est de la Gaule et Germanies où des installations de “barbares” sont attestés par le Panégyriques latins.

d’après Fort et al. 2012b : Fig. 9, A

Fig. 2.14 - Carte des installations de Lètes (en bleu) et Sarmates (en rouge) dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies.

Fig. 2.14 - Carte des installations de Lètes (en bleu) et Sarmates (en rouge) dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies.

d’après Fort et al. 2021b : Fig. 9, B

Fig. 2.15 - Carte des indices de présence impériale, militaire ou de fonctionnaires dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies.

Fig. 2.15 - Carte des indices de présence impériale, militaire ou de fonctionnaires dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies.

d’après Fort et al. 2021b : Fig. 23

  • 90 Document rédigé entre 379 et 437 ; voir le détail dans le corpus C1.A. Pour les préfectures de Lète (...)

54Il s’agit notamment des préfectures de Lètes, Gentiles et autres, et stations dépendant ici du Dux tractus Armoricani et Neruicani, mentionnées pour l’organisation du Litus Saxonicum dans la Notitia Dignitatum90 (Fig. 2.16).

Fig. 2.16 - Répartition en Gaule des cantonnements de Laeti (en bleu) et de Gentiles (en jaune)

Fig. 2.16 - Répartition en Gaule des cantonnements de Laeti (en bleu) et de Gentiles (en jaune)

d’après Mooney 2018 : Fig. 2

  • 91 Cf. Grenier 1931 : 398-400 ; Lot 1936 ; Hatt 1959 : 319, 358 ; Chastagnol 1969 : 243-244, doc. 78 ; (...)

55Cette défense du littoral contre les raids saxons (cf. infra, § 3.2.1) est sans doute mise en place dès 367 par Valentinien Ier (selon Ammien Marcellin, Hist., XXVII, 8, 1, avec le comes maritimi tractus). Il s’étend de la Garonne (Blaye) à la Seine (Rouen)91(Fig. 2.17, 2.18 et 2.19). Il est important de noter d’une part que ce texte mentionne les “praefecti” (officiers commandants) de ces unités militaires, composées de Germains ou en tout cas d’hommes d’origine exogène (Laeti et Gentiles) (Günther 1971 ; 1977 ; Szidat 1995 ; Heather 1997), et d’autre part que les changements alors des noms de villes capitales de cités (l’ethnique pour le nom gallo-romain antérieur) laisse planer une ambiguïté quant à la localisation de ces troupes elles-mêmes ; et ce d’autant plus que ces Germains introduits comme soldat ont – on le sait – aussi une fonction de paysans, avec leur famille (cf. supra, §§ 2.1.4, 2.2.1 et corpus C1.A : Panég., IV (Panég. de Constance César), 9 ; Hist. Aug., XVIII, Probus, XV, 6 ; Libanius, Orat., XII, 44 ; cf. HATT 1959 : 295, 358). Ainsi, si le commandant de ces unités (praefectus) peut avoir son siège au chef-lieu de cité, rien ne permet d’affirmer qu’il en est de même des effectifs mêmes. Quant à l’“Armorique” concernée par le Tractus, il est possible que cette entité géographique ait alors inclus un territoire plus vaste que celui attribué à l’Armorique traditionnelle, débordant de notre Bretagne continentale en tout cas au moins sur le pays de Nantes, mais aussi incluant peut-être des cités telles que celles du Mans, d’Angers, voire de Tours (cf. Hiernard 2003 ; Camby 2008).

Fig. 2.17 - Les stations du Tractus Armoricanus et du Litus Saxonicum selon les données de la Notitia Dignitatum.

Fig. 2.17 - Les stations du Tractus Armoricanus et du Litus Saxonicum selon les données de la Notitia Dignitatum.

d’après Périn et Feffer 1987 : Fig. p. 59

Fig. 2.18 - Les stationnements (fortifications) des Tractus Armoricani et Nervicani de la Notitia Dignitatum dans le Nord-Ouest de la Gaule (d’après Brulet 1989 : Fig. 10, selon L. Langouët) : 1 = Nantes, 2 = Vannes, 3 = Brest, 4 = Alet, 5 = Avranches, 6 = Coutances, 7 = Cherbourg, 8 = Île d’Alderney, 9 = Rouen ; manque en fait, en Armorique, la fortification du Yaudet (Côtes-d’Armor).

Fig. 2.18 - Les stationnements (fortifications) des Tractus Armoricani et Nervicani de la Notitia Dignitatum dans le Nord-Ouest de la Gaule (d’après Brulet 1989 : Fig. 10, selon L. Langouët) : 1 = Nantes, 2 = Vannes, 3 = Brest, 4 = Alet, 5 = Avranches, 6 = Coutances, 7 = Cherbourg, 8 = Île d’Alderney, 9 = Rouen ; manque en fait, en Armorique, la fortification du Yaudet (Côtes-d’Armor).

Fig. 2.19 - Vignette de la Notitia Dignitatum pour des stations du Tractus Armoricanus, avec représentations schématiques de ces fortifications, dont Mannatias (Nantes, en 3e place ligne 2) et Grannono non localisé, en dernière place).

Fig. 2.19 - Vignette de la Notitia Dignitatum pour des stations du Tractus Armoricanus, avec représentations schématiques de ces fortifications, dont Mannatias (Nantes, en 3e place ligne 2) et Grannono non localisé, en dernière place).

d’après À l’Aube… 1981 : Fig. 9, selon éd. Seeck de 1876, ms. Cod. Clm. 10291, Bayer Staatsbibliothek, Munich

56Examinons les sites attestés dans l’aire géographique qui nous concerne – somme toute en grande partie marginale par rapport au Tractus, surtout côtier –.

  • 92 Citons au passage un site apparemment non mentionné dans le dispositif du Litus Saxonicum dans la N (...)
  • 93 Granville, Port-en-Bessin, Saint-Aubin-sur-Mer, dans le Calvados, voire Le Havre, ou encore entre D (...)
  • 94 Édifice gallo-romain (env. 67 x 50 m), à grande cour, aux “Grands Jardins” (Fig. 2.20), et monnaies (...)

57a) Grannona (Not. Dign., Occ., XXXVII : “Sub dispositione viri spectabilis ducis tractus Armoricani et Nervicani : / Tribunus cohortis primae novae Armoricanae, Grannona in littore Saxonico / … / Praefectus militum Grannonensium, Grannona / / Extenditur tamen tractus Armoricani et Nervicani per provincias / quinque: / per Aquitanicam primam / et secundam, / Lugdunensem Senoniam, / secundam / et tertiam”) : le site nommé Grannona est le siège du commandement général du Tractus, dans le dispositif du Litus Saxonicum contre les pirates saxons de la Manche et de l’Atlantique92. Il n’est malheureusement pas sûrement localisé et sa localisation précise “in littore saxonico” est fort discutée93 (cf. Ferdière 2011a : 133). Ce site est mentionné ici car on a proposé, sans argument autre qu’un vague lieu-dit “Château Grannon” (aux “Grands Jardins”), de le localiser – dans notre aire d’étude – à Guérande (Loire-Atlantique) (Orieux 1884 ; Maître 1889 ; Liger 1900 ; cf. Provost 1988e : 115-121 ; Devals 2009 : 24), alors qu’en vérité on n’y connaît aucun témoignage archéologique pour les ive-vie s.94 (cf. Durandière et al. 2014 : 39) (cf. supra, Fig. 2.19).

Fig. 2.20 - Édifice des “Grands Jardins” à Guérande (Loire-Atlantique).

Fig. 2.20 - Édifice des “Grands Jardins” à Guérande (Loire-Atlantique).

d’après Provost 1988e : Fig. 24, selon Maître 1983

  • 95 Ici, 4 solidi signalés : Aubin 1984b ; cf. Provost 1988e : 121 ; voir une inscription dédiée à Cons (...)

58b) Cité des Namnètes (Nantes) (ibid°, 18 : “Praefectus militum superventorum, Mannatias [pour Namnetios]”) (cf. Sanquer 1977 ; 1978 ; Piétri 1987c ; Bedon 2001 : 228-229)95 : on signale seulement, en divers points de la ville, cinq solidi (Valens, un Valentinien III avec un Libius Severus, Valentinien III, Arcadius) (cf. Corpus C3 ; et supra, Fig. 2.19).

  • 96 Rien sur ce point dans Ollagnier et Joly 1994 ni Sellès 2007.
  • 97 Il n’en reste pas moins que l’on ne peut que constater – comme on l’a signalé plus haut (1re Partie (...)

59c) Cité des Carnutes (Chartres) (ibid°, 33-34 : “Praefectus Laetorum Teutonicianorum Carnunta Senoniae Lugdunensis”) (cf. Desjardins 1885 : 494 ; Delplace et Picard 1992 ; Bedon 2001 : 137-14096) ; il est sous l’autorité directe du magister militum praesentalis ; la maison de type germanique des Essarts (78), la céramique modelée de Flins (78) et plusieurs éléments archéologiques comme des tombes de la nécropole de Saint-Barthélemy à Chartres même (cf. corpus C6.1 et 2, et corpus annexe Cann.1) ont été – parfois sans doute un peu rapidement – attribués à ce cantonnement de Lètes Teutons, comme d’assez nombreuses fibules cruciformes qui signaleraient la présence des fonctionnaires impériaux en charge de cette unité (Quinze… 1991 : 39-40 ; cf. Delplace et Picard 1992 : 37-38)97.

60d) Cité des Pictaves (ou Pictons, Poitiers) (ibid°, XLII, 68 : “Praefectus Sarmatarum et Taifalorum gentilium, Pictavis) (DEZ 1966 ; Hiernard 1985 ; Boissavit-Camus, Fabioux et Le Masne 1992 ; Boissavit-Camus 1998 : 76 ; 2001 ; Bedon 2001 : 257-260), également sous l’autorité du magister militum praesentalis ; des indices de présence militaire tardive sont clairement présents dans ce chef-lieu de cité.

  • 98 À noter que cette ville n’est apparemment mentionnée dans aucune autre source de l’Antiquité tardiv (...)

61e) Cité des Cénomans (Le Mans98) (ibid°, 35 : “Praefectus laetorum gentilium… et Ceromannos [pour Cenomanos] Lugdunensis tertiae”, dépendant du “Dux Tractus Armoricani et Nervicani”), toujours sous la même autorité (Bouton 1962 ; Biarne 1987 ; Bouvet 2001 : 81, 263-265 ; Bedon 2001 : 187-188).

  • 99 Transcrit curieusement en “chora” (“cité”, en grec) de Paris par Demougeot 1979, 1 : 193, n. 51. Le (...)

62f) À Saint-Moré-C(h)ora (Yonne), à l’extrémité sud de la cité d’Auxerre (Not. Dign., Occ., XLII, 69 : “Praefectus Sarmatarum gentilium, a Chora Parisios usque99) : voir supra et corpus C2 ; ces troupes de Gentiles Sarmates peuvent donc en réalité être cantonnés certes à Cora, mais aussi ailleurs entre Cora et Paris.

63g) Cité des Arvernes (Clermont-Ferrand) (ibid°, XLII, 49 : sous l’autorité du “Magister peditum praesentalis a parte peditum”, un “praefectus Laetorum gentilium Suevorum, Arumbernos [pour Aruernos], Aquitanicae primae”) (Manry 1975 ; Sauget et Pin 1992 ; Boudartchouk 1999a : 92) (sur le castrum, cf. corpus annexe C2ann) : on note en ville trois solidi, de Valentinien Ier, Théodose et Honorius (Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 258-259).

  • 100 Ici seulement pour cette dernière cité du Velay, pour l’aire géographique prise en compte.
  • 101 É. Demougeot (1979, I : 193) traduit Rodunensum par Rouen alors qu’on considère généralement qu’il (...)

64h) Cités des Allobroges (Roanne) et des Vellaves (Le Puy-en-Velay)100 (ibid°, 71) : “Praefectus Sarmatorum Gentilium, per tractus Rodunensum [pour Rutenensum]101 et Alaunorum [pour Velavorum ?] ”) (cf. Demougeot 1970 : 110-113 ; Chastagnol 1976 : 150 ; Kazanski 1989).

65Avec ces trois derniers sites (Saint-Moré-Cora, Clermont-Ferrand et Le Puy-en-Velay), très à l’intérieur des terres (Gaule centrale : Lyonnaise Ire et Aquitaine Ire), on peut s’interroger sur la fonction et la signification de ces préfectures de Lètes et Gentiles – en l’occurrence Sarmates et Suèves – aussi à l’intérieur des terres et loin des côtes, par rapport au dispositif général du Litus Saxonicum, qui concerne essentiellement la Britannia : mais ils ne sont pas sous l’autorité du Dux tractus armoricani.

  • 102 Et l’on a aussi proposé que la nécropole tardive de Saint-Jean-d’Assé (Sarthe) soit liée à ce dispo (...)

66À noter par ailleurs qu’on a aussi proposé de lier l’édification du castellum de Jublains (Napoli 2003 ; cf. corpus C2) (Sarthe), dans le dernier quart du iiie s., à la mise en place du Tractus Armoricanus contre les raids saxons. Cependant, sa datation paraît dès lors bien précoce par rapport aux dates proposées de la mise en place de ce dispositif militaire, – on l’a vu – plutôt dans la seconde moitié du ive s.102.

3.2.2. La présence de corps d’armée dans les régions concernées

  • 103 Plus tôt, pour le 1er tiers du iiie s., le marbre de Thorigny (CIL XIII, 3162) mentionne la VIe Lég (...)

67Par ailleurs, on peut lister les corps d’armée impériale mentionné pour ces périodes et l’aire géographique étudiée103 : création de cohortes nouvelles, présence d’unités militaires.

68a) Pour mémoire, Ire Cohors Armoricana (par Dioclétien selon Hatt 1959 : 255 sqq.), constituée d’Armoricains, signalée pour Grannona (cf. supra) par la Notitia Dignitatum.

  • 104 Cf. l’inscription d’un officier de la XIe légion Claudienne et préfet de la IIe légion Herculéenne (...)

69b) Sous Dioclétien, qui aurait multiplié par quatre les effectifs de l’armée – en ajoutant notamment de la cavalerie et des troupes d’auxiliaires “barbares” (foederati) et en réorganisant la flotte –, mentions des légions I Italique, Illyrienne, II Herculéenne104, III Cyrénaïque, IV Flavienne, VII et XI Claudiennes ; à partir de Constantin, le commandement pour les Gaules est confié au magister militiae (Speidel 1992 : 371 ; Loriot et Badel 1993 : 182 ; Le Bohec 1997 : 88-91 ; cf. Chastagnol 1969 : 65-66).

70c) Notamment, sous la Tétrarchie, détachement de 1000 à 1500 hommes de la légion Prima Flavia à Vannes ou à Nantes (selon Galliou 2005 : 342), auparavant partagée entre Coutances et Vannes, le long des côtes atlantiques avec la Secunda Flavia Virtutis et Tertia Flavia Salutis (cf. Hoffmann 1969/70 : 190).

71d) Les légions auxiliaires sont appelées “herculiae” après la victoire de Maximien “Hercule” sur les Bagaudes en Gaule et ses “légions thébaines” sont alors aussi mentionnées (cf. Aurelius Victor, Hist., 39, 17-20 ; Liber…, 7-8 ; cf. Sánchez León 1996b : 121-122, 139-140 ; voir infra, § 3.3.1, pour les Bagaudes).

72e) Des cataphractaires et balistaires sont mentionnés pour seules troupes du César Julien en 356, certes présence ponctuelle dans le cadre d’une campagne, puis l’absence des scutarii et gentiles à Sens (Ammien Marcellin, Hist., XVI, 2, 3-4 ; 4, 1-4).

  • 105 L’inscription funéraire d’un mil(es) coh(ortae) XVIII Vol(…) à Brioux (Deux-Sèvres) est sans doute (...)

73f) Le corps des vélites, composé d'Hérules et de Bataves, et deux légions venues de Mésie participent en 359 à la compagne de Lupicin contre les Alamans en Gaule du nord, mais en fait dans le cadre de la campagne en Britannia (cf. Ammien Marcellin, Hist., XX, 1, 1-2)105.

74Et voir encore infra (chap. 3.3) des unités de fédérés mentionnés lors d’épisodes de conflits.

75Avec toute la prudence qui s’impose quant à ces inscriptions funéraires (cf. supra, § 2.1.5 et corpus C1.B), on peut enfin mentionner des militaires dont les stèles ont été découvertes en divers points du territoire ici concerné :

76a) sans doute en fait du Haut-Empire, l’inscription funéraire d’un légionnaire à Angers, pour Melius Gervinius, tribun militaire, et Nervinius, centurion de la Legio I Minerva Pia Fidelis (CIL XIII, 3091) ;

  • 106 En revanche, une stèle funéraire anépigraphique de Paris (Musée Carnavalet ; cf. Duval 1961 : 254 ; (...)

77b) quant à elle bien de l’Antiquité tardive, l’épitaphe d’un vétéran de la cohorte des Ménapes (veterano de Menapis), dans la nécropole de Saint-Marcel à Paris106 (CIL XIII, 3033 ; cf. Duval 1960 : n° 22 ; Lutèce… 1984 : 225, n° 132, Fig.) ;

78c) également de Paris, stèle funéraire d’un exarque (exarci), au plus tôt de la Tétrarchie (CIL XIII, 11272) ;

79d) sans doute de la fin du iiie s., la stèle d’un soldat réformé de la garde prétorienne, à Sens (CIL XIII, 2948) ;

80e) la stèle d’un centurion de la 4e légion flavienne, à Monceaux-le-Comte (Nièvre) est en revanche ici trop précoce car datable du courant du iiie s. (CIL XIII, 2828 ; cf. supra, § 3.1.5, c).

3.2.3. Les mithraea, lieux de culte témoins de la présence militaire ?

  • 107 Ceci étant invoqué au moins depuis Frans Cumont (1896/99) pour des militaires d’origine orientale, (...)
  • 108 Sur ce culte en Gaule : Cumont 1996/99 ; Rubel 2016.

81Enfin, sans doute peut-on mentionner comme argument en faveur d’une présence militaire107 les rares mithraea108 (Fig. 2.21) connus dans les régions étudiées et encore en fonction dans l’Antiquité tardive : ils ne sont en fait qu’au nombre de deux :

Fig. 2.21 - Carte des documents liés au culte de Mithra dans l’ensemble du monde romain

Fig. 2.21 - Carte des documents liés au culte de Mithra dans l’ensemble du monde romain

d’après Brodeur 2013 : Fig. 4, d’après Turcan 1981

82a) mithraeum de Septeuil “Pré de la Seigneurie” (Yvelines), au Nord de la cité de Chartres, découvert et fouillé dans les années 1980 (Fig. 2.22) : installé dans un nymphée désaffecté au milieu du ive s., avec notamment un relief représentant Mithra tauroctone, il a fonctionné de manière brève jusque dans le 3e quart de ce siècle, selon les monnaies, et a notamment livré, dans son mobilier, au moins une fibule cruciforme et un gobelet en céramique modelée (Sainrat 1987 ; Gaidon-Bunuel 1991 ; cf. Barat 2007 : 332-335, av. biblio.) ;

Fig. 2.22 - Le mithraeum de Septeuil (Yvelines), dans le nymphée désaffecté

Fig. 2.22 - Le mithraeum de Septeuil (Yvelines), dans le nymphée désaffecté

d’après Barat 2007 : Fig. 535

83b) mithraeum d’Angers, découvert en 2010 (Fig. 2.23) : construit dans un quartier périphérique ouest de la ville romaine à l’extérieur du castrum, il a fonctionné de la fin du iie au moins jusqu’à la fin du ive s. (dernière monnaie de 402) (Brodeur 2013 ; 2014 ; Brodeur et Mortreau 2018) : on y a découvert entre autres un vase en sigillée portant une inscription gravée avant cuisson, dédicacé à Mithra, ainsi qu’une tête en bas-relief représentant cette divinité.

Fig. 2.23 - Le mithaeum d’Angers dans sa dernière phase (fine du ive - tout début du ve s.).

Fig. 2.23 - Le mithaeum d’Angers dans sa dernière phase (fine du ive - tout début du ve s.).

d’après Brodeur 2013 : Fig. 3

3.3. Des épisodes de conflits justifiant la présence de troupes, des passages de populations exogènes “barbares”

84Les questions concernant la présence plus ou moins pérenne de populations exogènes venues d’Outre-Rhin, dites “germaniques”, en Gaule et de leur intégration culturelle ont fait l’objet d’une abondante bibliographie, qu’il serait hors de propos de citer ici. La présence de l’armée, dans ces périodes tardives, est liée soit à celle de cantonnements durables, examinés plus haut (§§ 3.2.1 et 2), soit à des épisodes guerriers nécessitant des interventions militaires temporaires de la part de l’armée romaine régulière et de ses auxiliaires, que l’on va maintenant examiner.

  • 109 Pour le Nord-Est de la Gaule et Germanies, voir : Fort et al. 2021 : carte Fig 9, A ; ici Fig. 2.13(...)
  • 110 Pour l’installation de Taifales en Poitou, cf. infra, 3.3.4, b.

85Des installations de populations exogènes “germaniques” comme fédérés (pour les Lètes et Gentiles du Litus Saxonicum, cf. supra, § 3.2.1) dans des cités de Gaule sont notamment mentionnées109. C’est le cas des Alains installés par Aetius en Orléanais ou régions de la Loire moyenne à partir de 442 : ils seront en particulier utilisés contre les Wisigoths au sud de la Loire, sans doute contre les Bagaudes et contre les Huns en 451, et enfin écrasés par les Wisigoths (cf. infra, § 3.3.4) en 453 (voir infra ; Constance, Vita, VI, 28 ; Jordanès, Get., XXXVII ; Prosper, Chron., a. 442 et a. 453 ; cf. Lagneau 1876 : 221, 226 ; Bachrach 1967 ; Demougeot 1969 : 501 ; Borius 1970 : 314 ; Debal 1983 : 153, 168-170 ; voir aussi Kazanski 1995a ; cf. Lebedynski 2001). Mais c’est aussi le cas des Huns utilisés comme auxiliaires dans la seconde moitié du ve s., notamment dans la cité de Tours (auxiliatores… Chunos : Paulin de Périgueux, Vita…, VI, 217-222)110.

86On va examiner les principales causes historiques de cette présence à la fois “barbare” (passage ou installation) et – par voie de conséquence – militaire.

3.3.1. Les Bagaudes

  • 111 Voir sur la question bagaude, notamment eu Gaule : Seeck 1896 ; Lévison 1904 : 95-175 ; Loyen 1942  (...)

87De la fin du iiie au ve s., tout le Nord-Ouest de la Gaule, qui nous concerne ici en grande partie, est touché par un mouvement apparemment plus d’ordre social qu’ethnique, celui dit des Bagaudes111.

  • 112 Voir notamment, pour ce qui nous concerne, la mention (Panég., II (Maximien), 12) selon laquelle Ma (...)
  • 113 Pour la Touraine : cf. Martin 2000.
  • 114 Voir : Aurelius Victor, Hist., 39, 17-20 ; Chron. Gal., a 511, 443 ; Eutrope, Brev., IX, 20 ; Frédé (...)
  • 115 Ceux-ci auraient frappé monnaie, dont seulement neuf exemplaires sont connus, parmi lesquels un d’A (...)

88Un premier épisode est en effet attesté à la fin du iiie s., après les raids “barbares” des années 270 (infra, § 3.3.3) et en partie en lien avec l’usurpation de Carausius en Britannia112, qui établit une “tête de pont” à Rouen (Génébrier 1740 ; cf. Beaujard et Huvelin 1980)113. L’empereur Maximien vient les combattre en Gaule en 285-286 : il s’agit – sous le nom de Bagaudae/Bacaudae – apparemment de bandes de paysans et brigands (cum arator peditem, cum pastor equitem, … rusticus ; agrestium ac latronum ; tumultum rusticani in Gallia ; rusticanorum ; rusticorum multitudine, agrestium hominum imperitam et confusam manum)114, qui auraient alors été commandés par deux chefs, Amandus et Aelianus, et ravagent les campagnes et les villes de Gaule115. On cite à ce sujet le “castrum bacaudarum” de Saint-Maur-des-Fossés (94), dont la relation à ce mouvement est cependant peu assurée car mentionné seulement par un texte du xie s. (cf. Gillon 1987).

  • 116 hypothèse (Lassandro 1987 ; cf. Segard 2010) selon laquelle les représentations de cavaliers anguip (...)
  • 117 Ceci fondé sur le fait qu’après ses exploits contre les Bagaudes, Maximien est qualifié non seuleme (...)

89Mais il paraît aventureux d’attribuer à ces événements de la fin du iiie s. – ainsi il est vrai qu’à la crise économique d’alors – la possible épidémie (“peste” de Cyprien) et l’établissement, pour l’inhumation des morts, du grand fossé devant le sanctuaire de Saint-Martin-au-Val à Chartres (Bazin 2013 ; Bazin, Hérouin et Joly 2014). Et il en est de même pour l’érection des monuments au cavalier terrassant l’anguipède assez nombreux en Auvergne et – alors que des exemplaires manifestement du iiie s. sont bien attestés – sensés commémorer la victoire impériale sur la Bagaude116, ou encore pour la défection de certains sanctuaires païens dans l’ouest de la Gaule (L’huillier 2005 ; L’huillier et Bertrand 2006 ; cf. Aubin et al. 2014)117.

90D’autres textes indiquent, pour les régions qui nous concernant, la présence de “Bagaudes” peut-être à Tours dans la 2e moitié du ive s. : un brigand, faux martyr supposé bagaude, est démasqué dans les environs et par saint Martin (Fortunat, Vita, I, 223-234 ; cf. éd. Fontaine 1967/69 : 704-707 ; Sulpice Sévère, Vita…, II, 1-5 (XI) ; Paulin de Périgueux, Vita…, II, 158-206 ; cf. Sánchez León 1996b : 143-146 ; cf. Griffe 1966 : 36, 37, 51 ; Loriot et Badel 1993 : 162-163).

  • 118 Entre temps, le brigandage sévit dans toute la Gaule du temps de Valentinien Ier, sans que toutefoi (...)
  • 119 Et cf. ici infra, § 3.3.4, au sujet de la progressive indépendance de l’Armorique par rapport à l’E (...)
  • 120 Querolus, Acte I, sc. 2, morc. 16, 8-12 (cf. Chastagnol 1976 : 147, doc. 34, Sánchez León 1996b : 1 (...)
  • 121 Ce terme de Gallia ulterior est par exemple utilisé pour l’usurpation de Jovin, en 411-412, par Gré (...)
  • 122 C’est-à-dire les cités de la Loire moyenne (Est de la Lyonnaise IVe ou Maxima Senonia) et de l’Est (...)
  • 123 Sur les Bagaudes en Espagne, voir : Hydace, Chron., 125, 128, 140, 141, 142, 158 ; cf. Sánchez León(...)

91Ces mouvements de révoltes paysannes118 semblent en tout cas se réactiver dans la première moitié du ve s. dans les régions de la Loire et en Armorique119, de 407 à 418 puis en 435, avec un soulèvement à partir de 415, maté en 417-418 (Constance, Vita…, VI, 28 et 40 ; Paulin de Périgueux, Vita…, II, 158-206 ; cf. HATT 1959 : 361 sqq. ; Chastagnol 1976 : 139-140, doc. 31.A ; Demougeot 1979 : 501 ; 549-550 ; Drinkwater 1992 ; Sánchez León 1996b : 147-148, 152-154, textes 7-9 et 171-175, App. 2 ; cf. Bouet 2015 : 128-130) ; c’est à cette époque que la comédie du Querolus, écrite entre 410 et 425, mentionne leur présence dans la région de la Loire120 ; et dans ces années-là, Exupérantius (père de Palladius, parent de Rulilius Namatianus), préfet du prétoire en Gaule, réprime un soulèvement des populations armoricaines – sans doute les Bagaudes – contre l’administration romaine (Rutilius, Red., I, 213-216 ; Chastagnol 1976 : 145-146, doc. 32 ; Sánchez León 1996b : 148). La Touraine et Tours sont certainement alors touchées, car c’est en fait tout le Tractus Armoricanus (ou “Gaule ultérieure”121) qui est alors concerné (cf. Piétri 1983 : 91-103). Au milieu du ve s., des personnes libres ruinées fuient chez les ennemis “barbares”, émigrant chez les Goths, alors que les Bagaudes ou autres “Barbares” dominent apparemment plusieurs secteurs des Gaules. Salvien (Gub., V, 21 ; cf. Sánchez León 1996b : 149-150) prend la défense de ces Bagaudes (Bacaudae) opprimés. En 418, les Wisigoths de Wallia, après traité pour la paix avec Honorius contre une promesse de terres en Gaule et blé, sont appelés par l’Empire contre les Bretons et Bagaudes. Et en 435, de nouveau, les Bagaudes sont combattus par Aetius, avec l’aide des Alains de Goar, notamment en Orléanais : ils sont alors dits occuper les régions entre Sénonaise et Armorique122, les forêts de cette dernière étant ainsi apaisées grâce à Aetius. Une délégation d’Armoricains sollicite saint Germain (d’Auxerre), sous le gouvernement d’Aetius qui avait abandonné ces pays aux Alains de Goar. Et c’est encore alors “en Bagaudie” (in Bagaudam), en “Gaule Ultérieure”, que des esclaves conspirent, avec Tibatto (cf. Chron. Gal., a. CCCCLII (= ann. 435), p. 660), calmés par sa capture (en 437) et la fuite d’Eudoxe auprès des Huns. Cette révolte armoricaine est matée en 437 par Litorius (Constance, Vita, 40 ; Chron. Gal., loc. cit. (de 452) ; Jordanès, Get., XXXVI-XXXVII ; Mérobaude, Panég., II, 8-15 ; Sidoine, Carm., VII (Panég. d’Avitus), 244 sqq. ; cf. Sánchez León 1996b : 150-154)123. Tours, entre autres, a sans doute alors été encore touchée, car on y note la présence de mercenaires huniques (Paulin de Périgueux, Vita…, VI, v. 218-221 et 222-249), dont un profanateur (Hun) du tombeau de Martin (cf. Grégoire, VM, I, 2), un meurtre par un Hun dans le sanctuaire (Paulin de P., Vita…, v. 250-264 ; cf. Grégoire, ibid°) et dans les années 440, les Bagaudes sont encore dans le Tractus Armoricanus, qu’Aetius confie alors aux Alains de Goar (Constance de Lyon, Vita s. Germ., VI, 28 ; Chron. Gal., 127 (ann. 441-442) ; cf. Piétri 1983 : 91-103). En 446, ils semblent donc pacifiés et cultivent de nouveau leurs terres (Mérobaude, Panég., II, v. 8-15 ; cf. Piétri, loc. cit.). Mais l’Armorique se soulève de nouveau en 448, avec Eudoxius (Chron. Gall., 133 (ann. 448) ; Sidoine, Carm., V (Panég. de Majorien), v. 207-213) : sans doute durant l’hiver 447-448, Majorien, futur empereur et lieutenant d’Aetius, à la charge de défendre seul la ville de Tours menacée par les Bagaudes (Sidoine Apollinaire, Carm., V (Panégyrique de Majorien), 207-213 ; cf. Loyen 1942 : 64, n. 2, et 66 ; Demougeot 1979 : 489, 502 ; Piétri 1983 : 101, n. 37 ; Sánchez León 1996b : 152).

  • 124 Je le remercie ici pour m’avoir communiqué la primeur de ces informations.

92Michel Kasprzyk (à paraître) note124 que la répartition des milliaires semble montrer qu’il se passe quelque-chose dans l’ouest de la Lyonnaise à partir de l’“Empire gaulois” et jusqu’à Aurélien (c. 260-275), avec d’assez nombreux milliaires (Postume, Victorin, Postume, Aurélien), ensuite en nette diminution : la lutte contre les Bagaudes, comme les incursions saxonnes (infra, § 3.3.2), pourraient ainsi être impliquées dans ce phénomène.

93Mais en définitive, concernant les Bagaudes, les indications topographiques restent donc peu nombreuses à concerner précisément les régions qui nous occupent. En outre, il faut admettre que si ce mouvement justifie, durant les événements, la présence de militaires, il ne justifie pas à lui seul l’importance de la présence de la militia, au sens large, dans ces régions.

3.3.2. Des incursions de pirates saxons125

  • 125 Sur la question, voir : Lécrivain 1899 ; Lot 1915 ; 1929 ; Hatt 1959 : 223 sqq. ; Demougeot 1979 : (...)
  • 126 Voir par exemple la nécropole du probable cantonnement militaire d’Oudenburg (Flandre belge) (Merte (...)
  • 127 Cf. Dornier 1967 ; Johnson 1976 ; Johnston 1977, dont Johnston et al. 1977 ; Galliou 1980a et b ; B (...)

94Des pirates francs, frisons et saxons sont signalés dès les années 260 sur les côtes de l’Atlantique, dont le littoral de l’Armorique (Aurelius Victor, Hist., 39, 20 ; Eutrope, Brev., IX, 21 ; Vita S. Viviani, 7 [pour le ve s.°) (voir infra, carte Fig. 2.26). Carausius reçoit d’abord, à Boulogne, la mission de pacifier Francs et Saxons ; avec la pourpre, il prend son commandement et envahit les provinces de Bretagne insulaire ; on le soupçonne de laisser ainsi les pirates descendre sur les côtes (Eutrope, loc. cit.). C’est tout particulièrement pour lutter contre cette piraterie saxonne qu’est en tout cas établi définitivement au ive s. le système de défenses des côtes de la Mer du Nord126 à l’Atlantique – le Litus Saxonicum –, avec le commandement du Dux Tractus Armoricani et Nervicani (voir supra, § 3.2.1) que nous détaille la Notitia Dignitatum127.

  • 128 La crainte des pirates saxons, voire aussi des Bagaudes, est ressentie dans cette ville au milieu d (...)
  • 129 Voir aussi : Janniard 2020.
  • 130 En revanche, le siège de Nantes par les Saxons sous Clovis (Grégoire, HF, II, 18-19 ; cf. Piétri 19 (...)

95Outre un Praefectus militum superuentores à Nantes (Not. Dign., Occ., XXXVII, 15), on note la présence de la légion Prima Flavia sans doute dans cette même ville (?) et des Secunda et Tertia Flavia sur côte Atlantique sous la Tétrarchie (cf. Hoffmann 1969/70 ; Galliou 2005 : 356 ; cf. supra, § 3.1.5). En 460, les Saxons, déjà fixés sur les côtes gauloises de la Manche, sont dans l’estuaire de la Loire et ses îles (voir les établissements détruits par les Francs en 459 : Grégoire, HF, II, 19 ; cf. Piétri 1983 : 126), et opèrent des raids à partir de ces bases : en 463, commandés par Andovacrius, ils s’emparent d’Angers128, ensuite rançonnée, puis de nouveau en 469 (cf. infra). Aegidius, puis le comte Paul, réussit un temps à écarter cette menace sur la vallée de la Loire : en 468, Paul, succédant à Aegilius et envoyé par l’empereur Anthémius129 contre les Wisigoths, est retardé par les pirates saxons vers l’estuaire de la Loire (Jordanès, Get., XLV, 237-238). En 469-470 ou plutôt 478, Namatius, un Santon ami de Sidoine Apollinaire, commande la flotte contre les pirates saxons (Sidoine, Epist., VIII, 6, 13 ; cf. Introduction Loyen à Epist. (t. II) : XL ; cf. Lot 1915 ; Jones et al. 1980 : 77 ; sur Namatius : Stroheker 1948 : 194, n° 253). Angers, alors dernier bastion représentant de l’autorité romaine sur la Loire, aux mains des Saxons d’Andovacrius (Odoacre) depuis 469 (supra), est assiégé en 470 par le comte Paul avec les auxiliaires francs de Childéric : Paul est tué mais Childéric s’empare de la ville, les Saxons sont chassés, ainsi que des îles de l’estuaire qu’ils occupaient, mais la ville est incendiée. Childéric les intègre ensuite dans sa propre armée (Grégoire, HF, II, 18-19 ; cf. Chastagnol 1976 : 197-198, doc. 53 ; Piétri 1983 ; 119 sqq. ; 1987b : 72-73)130.

  • 131 Selon Provost 1988d : 87 sqq., sans argument bien clair et donc à écarter. Et un trésor d’argenteri (...)

96Des mobiliers possiblement attribuables à des populations saxonnes ont été reconnus ailleurs en Gaule (cf. SOULAT 2009) et notamment de la céramique typique sur les côtes septentrionales (cf. supra, § 2.2.5, note 182), mais aucun exemplaire n’en est attesté dans notre aire de recherche. Et à Angers, une église aurait été détruite par ces pirates saxons en 470-471131.

  • 132 Cf. toutefois l’observation de Michel Kasprzyk mentionné à la fin du paragraphe précédent (§ 3.3.1) (...)

97Comme pour les mouvements bagaudes, les épisodes liés aux pirates saxons, sur les côtes atlantiques et remontant les fleuves depuis leur embouchure, restent donc relativement rares à concerner les régions de notre propos132.

3.3.3. Les vagues successives de migrations à partir du milieu du iiie siècle133

  • 133 Compte tenu de l’abondance de références bibliographiques sur le sujet, par ailleurs citées à diver (...)

98On va tenter d’énumérer ici dans leur ordre chronologique (Fig. 2.24) des différentes vagues de migrations “barbares” – dites parfois invasions germaniques –, plus ou moins violentes et destructrices (Fig. 2.25). Il s’agit – notamment pour les trajets suivis pas celles-ci – de questions controversées.

Fig. 2.24 - Chronologie des “Grandes invasions”.

Fig. 2.24 - Chronologie des “Grandes invasions”.

d’après Wikipedia.fr, Invasion barbares, consulté en 2021

Fig. 2.25 a et b - Cartes supposées des différentes vagues d’“invasions barbares”, du milieu du iiie s. à la fin du ve s.

Fig. 2.25 a et b - Cartes supposées des différentes vagues d’“invasions barbares”, du milieu du iiie s. à la fin du ve s.

a) d’après Wikipedia.fr, Grandes invasions, consulté en 2021 ; b) d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021

99A) Les premières incursions en Gaule auraient concerné deux vagues successives “d’invasion”, mais sont largement discutées, du moins quant à leur ampleur, par l’historiographie récente (Vercauteren 1934 ; cf. Maurin 1992 ; 381-382). Leur portée et leur extension en Gaule ont largement été amplifiées par les auteurs postérieurs, pour des raisons politiques et autres, ceci relayé par l’historiographie récente (cf. supra, § 1.2.2).

  • 134 Pour les dépôts monétaires attribués à cette invasion, voir supra, § 1.2.1 et ici la Fig. 2.27, ain (...)
  • 135 Personnage cité à plusieurs reprises par Grégoire de Tours (HF, I, 32 ; 34) dont la réalité histori (...)
  • 136 On peut à la rigueur noter dans nos régions quelques milliaires sans doute d’allégeance à l’usurpat (...)
  • 137 Du moins si l’on en juge notamment par les dépôts monétaires : passage par la vallée Seine (Troyes (...)

100a) La première, essentiellement constituée d’Alamans, concernerait les années 258-260 (Orose, Hist., VII, 22 ; Drinkwater 2007 ; cf. Koethe 1942 : 202-204 ; Demougeot 1969 : 521-525, cartes XVIII, A et B ; et pour les sources, cf. notamment : Loriot 1999) (supra, Fig. 2.26, 27 et 28)134. Certes, en 256, Gallien doit s’opposer à la pression des Francs et Alamans sur le Rhin, ce qui lui vaudra le titre de Restitutor Galliarum : selon Christol et al. 2021 : 813-814, 320, 827, l’invasion des Alamans en Gaule pourrait sans doute être placée en 260. Selon Grégoire de Tours (HF, I, 32), le sanctuaire Vasso Galate de Clermont-Ferrand aurait alors été détruit par Chrocus, roi des Alamans, sous Valérien et Gallien selon cette source135 (Fournier 1936 : 73-79 : 1948 : 81-82 ; 1965 ; 1980/81 : 359-376 ; Demougeot 1962 : 1969 : 497-498 ; 1972/73 ; Fournier et LAPEYRE 1972 ; cf. Prévot 1989b : 31 ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 144). Grégoire (HF, I, 34) attribue également aux suites de cette invasion et à Chrocus le martyre de saint Privat, dans la cité des Gabales (Mende/Javols), alors que les populations gabales se sont réfugiées à Grèzes-Gredonense castrum, et avant que ce Chrocus ne soit défait à Arles (cf. aussi, pour ces régions : Ferdière 2011b : 416). En vérité, cet épisode serait plutôt attribuable à l’invasion vandale de 407 (infra). En outre, c’est aussi la période de l’usurpation de Postume136 et de la guerre contre les Francs (260-262) : les pillages consécutifs sont déviés vers l’ouest137 (cf. Van Gansbeke 1952 : 8, 22 ; Demougeot 1969 : 501-502 et Pl. XVIII).

Fig. 2.26 - Les premières “invasions barbares” du iiie s. (251-286), dont les raids saxons sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique.

Fig. 2.26 - Les premières “invasions barbares” du iiie s. (251-286), dont les raids saxons sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique.

d’après Aillagon 2008 : carte h.t.

Fig. 2.27 - Carte des dépôts monétaires enfouis entre 250 et 260.

Fig. 2.27 - Carte des dépôts monétaires enfouis entre 250 et 260.

d’après Demougeot 1969 : carte XVIII, A

Fig. 2.28 - Carte des dépôts monétaires enfouis en 259 et 260.

Fig. 2.28 - Carte des dépôts monétaires enfouis en 259 et 260.

d’après Loriot 1999 : Fig. 121

  • 138 La réalité et en tout cas la chronologie de cette “vague”, en Gaule en tout cas, reste beaucoup plu (...)
  • 139 En dernière analyse, il s’agirait d’un épisode de la guerre civile dans “l’empire gaulois”, et peut (...)

101b) Une seconde vague aurait déferlé dans les années 269-270 puis 275 et suivantes (Koethe 1942 : 207, 219 sqq. ; Hatt 1959 : 226 sqq. ; Demougeot 1969 : loc. cit.) (cf. supra et Fig. 2.29 et 30)138. En 275 notamment, elle concernerait des Francs et des Alamans, qui auraient alors assiégé Tours (cf. supra)139. Cette vague aurait été bien plus violente que la précédente et alors le Bassin parisien et Poitou beaucoup plus touchés, si l’on en juge par exemple par la mention de 60 cités à travers la Gaule dévastées autour de ces dates puis reprises en 277 par Probus (Hist. Aug., XXVIII, Probus (par Vopiscus), 13, 5-7 ; cf. Demougeot 1969 : 522-524). Beaucoup de régions des Gaules qui auraient pu être concernées par cette vague ne sont supposées l’avoir été qu’à partir d’indices archéologiques de destruction discutables ou de quelques dépôts monétaires (cf. supra, § 1.2.1) : ce serait par exemple le cas de Limoges pour 275-276, avec deux dépôts monétaires et des incendies alors dans le quartier Saint-Martial et boulevard Gambetta (dont thermes) (Ducourtieux 1925 : 397 ; Perrier 1964 : 53 ; 1993 : 98 et 103 ; Loustaud 1980 : 65-70 et 133 ; cf. Prévot 1989c : 72).

Fig. 2.29 - Carte des “invasions barbares” de la fin du IIIe s., en réalité plus qu’hypothétique (d’après Johnson 1976 : Fig. 1).

Fig. 2.29 - Carte des “invasions barbares” de la fin du IIIe s., en réalité plus qu’hypothétique (d’après Johnson 1976 : Fig. 1).

Fig. 2.30 - Carte des dépôts monétaires enfouis entre 270 et 280 (d’après Demougeot 1969 : carte XVIII, B).

Fig. 2.30 - Carte des dépôts monétaires enfouis entre 270 et 280 (d’après Demougeot 1969 : carte XVIII, B).

102En définitive, on le constate, rien de bien probant – y compris dans les textes – en faveur de ces premières “vagues” d’invasion – en ce qui concerne en tout cas les régions concernées ici –, sinon certes, selon les rares sources textuelles fiables, bien au-delà, les Champs Décumates, à l’est de la Germanie Supérieure.

  • 140 Voir supra, § 3.1.1, au sujet de Julien et des événements de Paris.

103B) Ce n’est que plusieurs décennies – presque un siècle – plus tard, dans les années 355-360, que les Alamans franchissent de nouveau le Rhin (Drinkwater 2007 : note p. 24 ; cf. Hatt 1959 : 297 ; Demougeot 1979 : 98-99) : Constance II envoie contre eux d’abord le comes et magister militum Silvanus, qui dégage Autun mais du coup tente d’usurper le pouvoir ; puis c’est le tour de Julien140, alors César, en 356 (cf. Ammien Marcellin, Hist., XV, 5, 15-35). Avec leur roi Cnodomarius, les Alamans ravagent cependant de nombreuses villes en Gaule, selon cet auteur (Ammien Marcellin, XVI, 12, 5) ; au nombre de 45, sans compter les castra et castella (“purgôn et phrouniôn”), selon Julien (Disc., V, 7). Leur nouveau roi, Suomaire, se rend à Julien qui lui demande d’approvisionner ses troupes (ibid°, XVII, 10, 4). En 359, souhaitant se rendre en Orient, Julien charge le général Lupicin de protéger la Gaule contre ces Alamans : dès l’hiver, ce dernier fait campagne et hiverne à Paris (ibid°, XX, 1, 1-2). Ces “Barbares” sont finalement vaincus et deviennent tributaires, alors que de nombreuses villes des Gaules en sont libérées (ibid°, XX, 4, 1). Mais ceux-ci, cette fois alliés aux Francs, engagent une nouvelle offensive (365-367), en traversant le Rhin : Valentinien Ier envoie d’abord contre eux Dagalaifus, puis accourt lui-même semble révélerinstallant encore ses quartiers à Paris. En 366-367, l’empereur envoie de nouveau Dagalaifus à Paris contre ces “Barbares” (ibid°, XXVI, 5, 8-9 ; XXVII, 1 et 2, 1). Ils sont vaincus dans l’Est de la Gaule par Jovien qui revient à Paris (ibid°, XXVII, 2, 10). À noter dans notre aire d’étude un milliaire découvert à Cannes-Écluse (77), de Valentinien et Valens (érigé entre février 364 et 367), peut-être, selon P. Wuilleumier (1963 : 195, n° 482), en 366, après la victoire de Jovien sur les Alamans à Scarpone et Châlons.

104Et de nouvelles vagues d’invasion ou raids „barbares“ touchent encore nos régions au ve s. (Fig. 2.31).

Fig. 2.31 - Carte des différentes invasions et incursions “barbares” au ve s., après le partage de l’Empire en 395 : d’après carte en ligne sur : Encyclopédie_Larousse_en_ligne, consulté en 2021 ; dont (en vert) les Vandales et (en rouge) les Huns.

Fig. 2.31 - Carte des différentes invasions et incursions “barbares” au ve s., après le partage de l’Empire en 395 : d’après carte en ligne sur : Encyclopédie_Larousse_en_ligne, consulté en 2021 ; dont (en vert) les Vandales et (en rouge) les Huns.
  • 141 Cf. Courtois 1955 ; Hatt 1959 : 352 ; Courcelle 1964 ; Chastagnol 1976 : 141-143, doc. 31.D ; Demou (...)
  • 142 Voir leurs pillages dans la région de Bordeaux, malgré la présence des Wisigoths (Paulin de Pella, (...)
  • 143 Et sans doute le Gévaudan, si l’on considère que les méfaits imputés au Vandale Chrocus par Grégoir (...)
  • 144 Sur cette invasion, voir aussi le contemporain Paulin de Nole (Epist., XLVII), indiquant qu’elle at (...)

105C) L’invasion des Vandales de 407-409141 (Fig. 2.32) : selon la lettre de Bethléem de saint Jérôme (Epist., CXXIII, 15-17, datée de 409), ceux-ci sont accompagnés d’Alains, de Suèves, de Burgondes et franchissent le Rhin le 31 décembre 406. Les dévastations se seraient étendues sur toute la Gaule, de l’Océan au Rhin (avec liste de villes et cités ravagées). L’Aquitaine142, la Novempopulanie, les Lyonnaises et la Narbonnaise auraient alors été complètement ravagées. La vallée de la Loire semble avoir été particulièrement touchée, et l’on attribue notamment à cette invasion le dépôt de Chécy (en Loire) (cf. supra, §§ 1.2.1 (note 21), 2.2.7 et introduction au chap. 3), ainsi qu’une mention textuelle concernant Meung-sur-Loire (cf. corpus C2), mais on ne sait si Tours a alors été également touchée (Courtois 1955 : 42 sqq. ; Courcelle 1964 : 82-84 ; Demougeot 1969 : 376-396 ; cf. Piétri 1983 : 91 sqq.). Cette invasion a en outre sans doute affecté l’Auvergne143 et Clermont-Ferrand car Grégoire de Tours (HF, II, 13) cite alors les évêques Exuperius de Toulouse et Venerandus de Clermont, ce dernier ayant peut-être organisé la défense de sa cité contre les Vandales comme le premier l’a fait pour Toulouse (Prévot 1993)144. L’usurpateur Constantin III tente de s’opposer à ces “Barbares” mais doit ensuite les laisser s’installer dans tout l’ouest de la Gaule, en 407-408 et atteindre l’Espagne en 409 (Zosime, Hist., VI, 4-5).

Fig. 2.32 - L’invasion des Vandales et Alains, de 407-409.

Fig. 2.32 - L’invasion des Vandales et Alains, de 407-409.

a) d’après Aillagon 2008 : carte h.t. ; b) ibid., carte Fig. 13

  • 145 Au sujet de Sainte-Geneviève à Paris, voir encore Dubois et Beaumont-Maillet 1982.
  • 146 Sur l’épisode orléanais, voir plus bas et cf. Janniard 2015.
  • 147 Jordanès, Get., XXXVI-XXXVII ; Sidoine Apollinaire, Carm., VII (Panég. d’Avitus), 321-330 sqq. ; Ep (...)
  • 148 Qui, selon Sidoine Apollinaire (loc. cit.) refusent de se porter contre eux.
  • 149 Ils prennent position devant les fossés de la ville, ou bien établissent des fossés pour le siège ( (...)
  • 150 Tonance Ferreol, parent de Sidoine Apollinaire, a participé à cette lutte contre les Huns aux côtés (...)
  • 151 On notera, quant à notre thématique, qu’avec la composition des forces hunniques, il s’agit donc su (...)
  • 152 Sidoine Apollinaire (Epist., VIII, 15, lettre écrite vers 479 à l’évêque d’Orléans Prosper), se ref (...)
  • 153 Voir la mention dans l’une des Vies de saint Aignan (cf. Fortunat). On signalera la découverte, lor (...)
  • 154 Selon Cuissard 1887 : 25, n. 4, Hydace (Chron., éd. Dom Bouquet, I, p. 462) évoquerait le combat ac (...)
  • 155 Passant notamment vers Meaux, défendu par Frunimius (Vita S. Genovefae, 41).
  • 156 Localisation selon la tradition historiographique classique, qui semble d’ailleurs discutée…

106D) L’invasion des Huns (Pachtère 1912 : 178 sqq. (app. IV) ; Demougeot 1958 ; 1962 ; Heinzelmann et Poulain 1986 ; Given 2014 : cf. p. 93-110 ; cf. Périn et Feffer 1987 : 97) (Fig. 2.33) : les régions ici concernée ne sont en fait en jeu que pour l’épisode du raid d’Attila qui, venant de Trèves, Metz et Reims puis menaçant Paris au passage145, vient assièger Orléans146 avant de se replier vers l’est147. Lors cette incursion des Huns en 451, soi-disant dirigée contre les Wisigoths148, ceux-ci, fin mai 451, présentent 50 000 hommes (avec des Ostrogoths, Gépides, Ruges, Skires, Francs, Burgondes, Bellono(i)tes, Neuriens, Bastarnes, Thuringiens, Bructères) devant Orléans149 où réside le roi des Alains Sangiban, successeur de Goar : ces Alains fédérés, cantonnés sur la Loire depuis 442, constituent en effet les seules forces alors disponibles. Les Huns d’Attila utilisent des machines de guerre et démolissent les murailles, la ville étant défendue par l’évêque saint Aignan. Les Orléanais se réfugient dans son église. Sangiban propose à Attila de lui livrer Orléans, alors que saint Aignan est en route pour Arles afin d’appeler Aetius au secours de la ville150 : ce dernier, à Arles, regroupe alors ses forces, comprenant Sarmates, Francs ripuaires, Burgondes de Sapaudia, Armoricains et Saxons, avec des Gallo-Romains151, et gagne Orléans alors que les Huns sont sans doute déjà entrés en ville et en ont commencé le pillage152. L’affrontement a lieu en juin 451 et les troupes d’Aetius – auxquelles se sont enfin joints les Wisigoths fédérés de Théodoric – massacrent les Huns, dont certains retranchés sur le pont153, protégés par des clayons d’osier154. Mais il s’agit en fait certes d’une défaite tactique, mais non d’un écrasement complet des Huns, et Attila peut se replier sur Troyes155, avant d’être définitivement défait aux “Champs Catalauniques”, près de Châlons-en-Champagne156 et de finalement se replier au -delà du Rhin. La vallée de la Loire est ainsi un temps sécurisée (cf. Aetius “libérateur de la Loire” chez Sidoine Apollinaire, Epist., VII, 12, 3).

Fig. 2.33 - L’incursion des Huns de 451.

Fig. 2.33 - L’incursion des Huns de 451.

a) d’après Aillagon 2008 : carte h.t. ; b) d’après Wikipedia.fr, “bataille des Champs Catalauniques”, consulté en 2021.

3.3.4. L’installation des “royaumes barbares” et autres territoires de l’Antiquité tardive

107Enfin, il nous faut évoquer les conflits territoriaux entre les Francs et les Wisigoths – avec l’installation de ces deux royaumes –, ainsi qu’éventuellement avec les autres protagonistes des conflits territoriaux que sont d’une part le “royaume de Syagrius”, de l’autre l’Armorique en sécession. Ceci à la suite des premières installations “barbares” dans le Nord de la Gaule au ive s. (Fig. 2.34).

Fig. 2.34 - L’installation des “royaumes barbares” et le divisions de la Gaule du début du ve s. au début du vie s. : a) installations, dont par traité, des Barbares dans l’Empire romain d’Occident, c. 445 (d’après Heather 2005 : carte 14) ; b) les aires cédées par traité aux Barbares (Alains, Burgondes et Wisigoths) par l’Empire romain, en Gaule (d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 3.6) ; c) les divisions de la Gaule au début du règne de Clovis, fin ve s. (d’après “l’Histoire de France pas à pas”, Clovis, en ligne sur alex-bernardini.fr/histoire) ; d) les divisions de la Gaule en 481 (d’après Wikipedia.fr, Syagrius, consulté en 2021) ; e) id. (481-482) (d’après Francs… 1997 : carte) ; f) l’Europe des royaumes barbares, vers 500 (d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021).

Fig. 2.34 - L’installation des “royaumes barbares” et le divisions de la Gaule du début du ve s. au début du vie s. : a) installations, dont par traité, des Barbares dans l’Empire romain d’Occident, c. 445 (d’après Heather 2005 : carte 14) ; b) les aires cédées par traité aux Barbares (Alains, Burgondes et Wisigoths) par l’Empire romain, en Gaule (d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 3.6) ; c) les divisions de la Gaule au début du règne de Clovis, fin ve s. (d’après “l’Histoire de France pas à pas”, Clovis, en ligne sur alex-bernardini.fr/histoire) ; d) les divisions de la Gaule en 481 (d’après Wikipedia.fr, Syagrius, consulté en 2021) ; e) id. (481-482) (d’après Francs… 1997 : carte) ; f) l’Europe des royaumes barbares, vers 500 (d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021).
  • 157 Cf. Grégoire de Tours, HF, II, 18 : nombre d’entre eux sont tués à la bataille de Déols.

108Au milieu du ve s., les tensions territoriales sont devenues vives entre les Francs, installés au nord, et les Wisigoths, au sud (Grégoire, HF, II, 19). En 463, une bataille a lieu près d’Orléans, entre Francs Saliens et Wisigoths (Hydace, Chron., 218 ; cf. Loyen 1935), avec le Wisigoth Frédéric, frère de Théodoric II, qui se soulève contre Aegidius, maître des deux armées (utriusque militiae), mais qui est tué “dans la province d’Armorique” (in Armoricana provincia) : la Chronique anonyme de 551 (Chron. Gal.) précise que Frédéric fut tué près de la Loire (cf. Stein 1928, I : 493, 543, 579 ; Loyen 1935). Vers 468, Anthémius, au nom de Rome, établit des Bretons en Berry, avec pour roi Riothmus, contre les Wisigoths d’Euric : ces Bretons sont battus et expulsés de Bourges par les Wisigoths157, mais se maintiennent sans doute sur la Loire (cf. Soyer 1902 ; Schmit 2017 ; 2022 ; et cf. Blois, cf. corpus C2).

  • 158 Date qui fera office de borne chronologique basse pour notre enquête ; Poitiers, un temps défendu p (...)

109Ces conflits territoriaux, notamment entre Francs et Wisigoths, ne se concluront qu’à la bataille de Vouillé, près de Poitiers, en 507158 : selon Grégoire de Tours (HF, II, 37), l’armée franque, commandée par Clovis et son fils Thierry, franchit la Loire en direction de Poitiers ; les Wisigoths conduits par Alaric II marchent alors sur eux, sans l’aide des Ostrogoths ; l’affrontement final a ainsi lieu, Alaric II est tué et les Wisigoths se replient vers le sud avec son héritier Amalaric, à l’exception d’une troupe de 10 000 Auvergnats (Arverni, cité de Clermont-Ferrand) leurs alliés, commandés par Apollinarius, fils de Sidoine Apollinaire (Mathisen et Shanzer 2011 ; Bourgeois 2010a).

  • 159 Sans parler ici, car hors des limites géographiques fixées, du royaume burgonde – future Bourgogne (...)

110Autour de ces conflits, on peut ainsi distinguer, en ce qui concerne les régions ici en jeu, plusieurs de ces territoires et entités qui prennent alors forme159. On ne traitera pas ici du Royaume Burgonde (à partir de 443 puis 476), car il ne concerne pratiquement pas le territoire ici étudié (cf. Fig. 2.35) et voir supra, Fig. 2.34c, d et e).

Fig. 2.35 - Le royaume burgonde en 443 (traité) et extension en 476.

Fig. 2.35 - Le royaume burgonde en 443 (traité) et extension en 476.

d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021

  • 160 Par opposition aux Ostrogoths, “Goths de l’Est”, qui concernent alors l’Italie.
  • 161 Cf. le sac de Rome par les Wisigoths en 410 ; la nécropole de “la Turraque” à Beaucaire-sur-Baïse ( (...)
  • 162 Ou 419 ? Voir Mathisen 2017/18.
  • 163 Dont le Poitou pour les régions nous concernant.
  • 164 Alors comte des Largesses Sacrées, il voit sa maison, près de Bordeaux, pillée par les “Barbares” ( (...)
  • 165 Voir Barrière-Flavy 1892 ; Lécrivain 1899 ; Garaud 1945 ; Chastagnol 1976 : 150-157, 215, doc. 36 e (...)
  • 166 Cf. un texte de la Lex Wisigothorum (X, 1, ch. 8) qui indique les règles de partage des terres entr (...)
  • 167 Cf. Grégoire de Tours, HF, II, 11 : Avitus est le beau-père de Sidoine Apollinaire (cf. la possessi (...)
  • 168 Voir supra, § 3.3.3, D.

111A) Les Wisigoths, ou “Goths de l’ouest”160 : Les Goths entrent en Gaule par le Sud-Est, depuis l’Italie161 et occupent l’Espagne avant de revenir vers le sud de la Gaule (Fig. 2.36). En 418162, sous le règne d’Honorius, le foedus avec le patrice Constance – futur empereur Constance III – leur permet d’étendre, depuis l’Espagne, leur territoire en Gaule à l’ouest et au nord-ouest, de Toulouse à l’Océan et jusqu’à la Loire (Aquitaine IIe)163 et la paix est signée avec leur roi, Ataulf puis Walia (Paulin de Pella164, Euch., v. 226-442 ; Hydace, Chron., 69 ; Prosper, Chron., 1272 ; Chron. Gal., an. 452, 71) (Fig. 2.37 et 38)165. Ce serait alors l’installation définitive du “royaume wisigoth de Toulouse”166 – qui cependant, selon Ch. Delaplace (2010 ; 2015) pourrait en réalité ne jamais avoir existé, sinon seulement à partir de 477, en tant que royaume wisigoth d’Aquitaine et d’Espagne –. Les méfaits des Wisigoths au détriment des fertiles campagnes d’Aquitaine sont dénoncés (Salvien, Gub., VII, 2, 8-25 ; cf. Chastagnol 1976 : 174-175, doc. 41). Après avoir soumis les Armoricains (Bagaudes, cf. supra, § 3.2.1 et infra, C) en 437, Litorius se porte contre les Wisigoths, pour dégager Narbonne, avec ses troupes de cavaliers huns et traverse ainsi le territoire des Arvernes où celles-ci se livrent à des pillages, se conduisant comme en pays conquis. Litorius doit ainsi défendre sa ville natale de Clermont-Ferrand167, tuant notamment lui-même l’un des Huns en arme (Sidoine, Carm., VII (Panég. d’Avitus), 244-294 ; cf. Paulin de Périgueux, Vita, VI, 216 ; Prévot 1993 ; Sánchez León 1996b : 151). On l’on a vu que les Wisigoths fédérés sont associés, en 451, à la victoire d’Aetius sur les Huns d’Attila, à Orléans (cf. supra, § 3.3.3, D) : leur volonté d’expansion se renforce alors, notamment vers le Rhône et la Loire. Leur roi Thorismond (451-453), successeur de Théodoric Ier, écrase les Alains168 de l’Orléanais, sans doute pour l’établissement des Wisigoths immédiatement au sud de la Loire (Prosper, Chron., ann. 453 ; Jordanès, Get., XLIII ; Bachrach 1967 ; Piétri 1983 ; 128-131), sans qu’on sache s’ils se sont maintenus ici par la suite.

Fig. 2.36 - De 376 au traité de 419, la migration des Goths de l’Europe de l’Est à l’Espagne.

Fig. 2.36 - De 376 au traité de 419, la migration des Goths de l’Europe de l’Est à l’Espagne.

d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 3.5

Fig. 2.37 - Implantation première des Wisigoths en Gaule à la suite du traité de 419, et leur extension jusque vers la fin du ve s.

Fig. 2.37 - Implantation première des Wisigoths en Gaule à la suite du traité de 419, et leur extension jusque vers la fin du ve s.

d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 2.1

Fig. 2.38 - Carte des cités de Gaule (Aquitaines et Narbonnaises) concernées par l’extension du royaume des Wisigoths, entre 413 et 476.

Fig. 2.38 - Carte des cités de Gaule (Aquitaines et Narbonnaises) concernées par l’extension du royaume des Wisigoths, entre 413 et 476.

d’après Wisigoths… 2020 : carte p. 89, selon Rouche 1979

112Sous Théodoric II (453-466), avec l’appui du pouvoir impérial maintenant installé à Ravenne par l’intermédiaire du patrice Ricimer (opposé au maître de la milice Aegidius), les Wisigoths reprennent l’offensive vers ces régions du centre de la Gaule, les opérations étant notamment menées par Frédéric, frère de Théodoric II. Ce dernier, ayant pris Narbonne en 462, reste l’allié des Romains contre Aegidius, qu’il repousse au nord de la Loire en 463 (Sidoine, Carm., XXIII, 69-73 ; cf. Stein 1928 : 565 ; Courcelle 1964 : 142), année où Aegidius, avec les auxiliaires francs conduits par Childéric, écrasent les Wisigoths près d’Orléans (Hydace, Chron., 218 ; Chron. Gal., a 511, 638 ; Grégoire de Tours, HF, II, 11 ; Piétri 1983 : 127 ; cf. introduction à ce §, supra) : Aegidius, abandonnant le siège de Chinon (cf. corpus C2), s’était replié par le val de Loire vers Orléans. Le combat – où Frédéric est tué – a lieu entre Loire et Loiret (Hydace et Chron. Gal., locc. citt., cf. Loyen 1935) et Aegidius regagne ainsi du terrain vers le sud (cf. Piétri 1983 : 128-131), mais meurt peu après, en 464. Son successeur, le comte Paul, nouveau général romain, poursuit ces opérations mais doit aussi faire face aux Saxons et aux Wisigoths, ces derniers ayant de suite réinvesti les régions qu’ils protégeaient au nom de Rome (Hydace, Chron., 228).

  • 169 Selon Sidoine Apollinaire (Epist., I, 7), Arvandus a déconseillé à leur roi Euric de faire la paix (...)
  • 170 Roi des Bretons installés au nord de la Loire (Pays de la Loire) et Berry par Anthémius (Sidoine, E (...)
  • 171 Sur la présence militaire à Angers, voir aussi : Mortreau 2008 ; 2019.
  • 172 C’est sans doute à cette période d’occupation wisigothique de Bourges et du Berry qu’est due la pré (...)

113En 468-469, l’empereur Anthémius, voulant mater les Wisigoths169, envoie contre eux depuis l’ouest le roi d’Armorique Riothime/Riothamnus170 et le comte Paul qui un temps les contient sur la vallée de la Loire en les empêchant de franchir le fleuve (Grégoire, HF, II, 18). Riothamnus prend Bourges mais Paul est retardé par la piraterie des Saxons vers l’estuaire de la Loire (supra, § 3.3.2). Paul meurt en donnant l’assaut aux Saxons à Angers (cf. supra, § 3.2.2, et Bedon 2001 : 70-72)171 et le nouveau roi des Wisigoths, Euric, n’a plus d’obstacle pour étendre leur territoire jusqu’à la Loire, avant de s’en prendre à l’Auvergne. En 469, Euric, revient d’Espagne et, rompant le foedus, reprend Bourges puis bat Riothime à Déols (Dolensem vicum), avant d’envahir tout le Berry et la Touraine, mais il est battu au nord de la Loire par les troupes franques du comte Paul. Il doit dès lors abandonner Bourges172 et se replier en Aquitaine (Jordanès, Get., XLV, 237-238 ; Grégoire, HF, II, 18 ; Jean d’Antioche (chroniqueur du viie s.), Chron. ; cf. Sidoine, Epist., introduction d’A. Loyen, p. XV et III, 9 ; V, 16, 2 ; cf. Stein 1928 : 576, 579 = trad. Palanque : 389, 392 ; Piétri 1983 : loc. cit.). Euric s’empare alors notamment de Tours (à une date inconnue, vers 468-471) : la présence des Wisigoths y est seulement constatée par Grégoire de Tours (HF, II, 26 ; X, 31, 7-8). La Touraine méridionale est peut-être occupée par les troupes d’Euric lors de l’offensive sur le Berry en 469, mais il avait alors été obligé par le comte Paul à se replier vers le sud (supra, dans ce §).

  • 173 Lieu non identifié (cf. Ferdière 2011b : 415 ; cf. Introduction d’A. Loyen à l’éd. de Sidoine, t. I (...)
  • 174 Patiens, évêque de Lyon, fournit des vivres à Clermont durant ces troubles, remercié par Sidoine Ap (...)
  • 175 Pour Bourges, le collège épiscopal, à cause des événements, est alors insuffisant pour élire un nou (...)
  • 176 Ce fait, rapporté par L. Schmidt (loc. cit.), ne figure pas en réalité dans Grégoire de Tours (HF, (...)
  • 177 Deux sièges successifs : au cours de celui de 474, Sidoine (Epist., VII, 10, 1) note famine et ince (...)
  • 178 Ennodius (Vita Epiphanii) indique que la négociation entre le roi des Wisigoths Euric et l’Empire a (...)

114Et en 469 encore (Sidoine, Epist., V, 13, 1-3), venant de Toulouse, un certain Evanthius, Wisigoth, précède Séronat (ministre d’Euric, Gallo-Romain transfuge) en GévaudanClausetia173) et les Gabales inoppidatos” (peu urbanisés) sont ensuite martyrisés et chargés d’impôts par Séronat. En 470, Sidoine (Epist., II, 1, 3-4 ; III, 1, 4) signale que les Wisigoths occupent l’Auvergne (son évêché) et que les temps sont alors durs à Clermont-Ferrand174 : en fait, en 469-470, Euric, avec la complicité de Séronat, annexe presque toute l’Aquitaine Ière (dont les cités du Gévaudan, du Velay, et de Limoges), mais sans doute sans Clermont et Bourges175, tout en encerclant l’Auvergne (Sidoine, Epist., VII, 5, 3 ; cf. Chastagnol 1976 : 194-195, doc. 50). En 471, l’empereur Anthémius est battu par Euric mais, aidé par les Burgondes, réussit à contenir les Wisigoths à l’ouest du Rhône. En 473 en tout cas, entre Océan, Loire et Rhône, seul Clermont (avec certainement Bourges) résiste encore aux Wisigoths (Sidoine, Epist., VII, 1, 1) : la désignation d’un comte goth par le testament de l’évêque de Tours Perpet (Grégoire, HF, X, 31 ; cf. Schmidt 1934 : 489, n. 4 ; cf. Demougeot 1979, 2 : 597)176 semble bien confirmer que la ville est alors aux mains des Wisigoths. Poitiers est alors défendu par les auxiliaires bretons (Grégoire, HF, II, 18 ; cf. Boissavit-Camus 1998). Entre 470 et 475, le castrum de Clermont est assiégé à plusieurs reprises par les Wisigoths (Sidoine, locc. citt. ; Grégoire, locc. citt. ; cf. Fournier 1970 ; Prévot 1989b : 31). En 472-473, Ecdicius, revêtu de la pourpre du commandement, avec seulement 18 cavaliers, attaque les Wisigoths en rase campagne près de Clermont, levant une armée (sans doute des Burgondes) à ses frais. Les Wisigoths attaquent en direction de Clermont, endommagé par le feu (Sidoine, Epist., III, 3, 3 et 7 ; Grégoire de Tours, HF, II, 24 ; cf. Stein 1928 : 583 = trad. Palanque : 394). En 473-474, les Wisigoths assiègent encore Clermont177, qui résiste avec des troupes burgondes, et l’évêque Sidoine Apollinaire fait appel à Constantius, prêtre à Lyon, pour réconforter les Arvernes. Le nouvel empereur Julius Népos soutient les Arvernes, nomme Ecdicius patrice et fait pression sur Euric, roi des Wisigoths, mais – les négociations du questeur Licinianus ayant échoué – leur accorde finalement l’indépendance et la souveraineté sur les territoires qu’ils occupent, en 475178, malgré la résistance arverne.

  • 179 Et cf. une démarche auprès de Julius Népos en faveur des Arvernes, en 474, évoquée par Sidoine Apol (...)
  • 180 Sidoine le considère alors ici comme à la fois son patron et son fils spirituel.
  • 181 Sans doute toute l’Aquitaine Ire, sauf Bourges même ; cf. le castrum Victoriacum de Brioude (cf. Ma (...)
  • 182 Plus sans doute pour établir un glacis défensif vers la Loire contre l’expansion des Francs et des (...)
  • 183 En 474, Félix, ami de Sidoine Apollinaire (cf. Epist., III, 7, 1), occupe des fonctions officielles (...)
  • 184 Volusien, évêque de Tours (491-496), suspect aux yeux les Wisigoths pour s’être rapproché des Franc (...)
  • 185 Pour ces deux castra, voir corpus C2, cité de Tours.
  • 186 L. Piétri (1983 : 131) a proposé que le monastère de Marmoutier (en rive droite, un peu en amont de (...)
  • 187 Voir encore à ce sujet : Wood 2010.

115La cité arverne de Clermont passe alors aux mains des Wisigoths179. Leur roi Euric y installe le comte Victorius (Sidoine, Epist., IV, 10, 2 ; VII, 17180) qui, selon Grégoire de (HF, II, 20) a le titre de dux et autorité sur sept cités181. Mais les témoignages de Sidoine Apollinaire concernant notamment la conquête de l’Auvergne par les Wisigoths doivent sans doute être pris avec précaution (Delaplace 2014, cf. 2015). Les Wisigoths ambitionnaient182 alors les territoires vers le nord et l’ouest jusqu’à la Loire, de l’Océan au Rhône (Jordanès, Get., XLV, 237-241 ; pour l’Auvergne, cf. Sidoine, locc. citt. supra (cf. Introduction Loyen : p. XV sqq. ; Stein 1928 : 585 = trad. Palanque : 396 ; Stevens 1933 : 199, 207 ; Loyen 1934 : 45 ; Courcelle 1964 : 148 ; Demougeot 1979 : 604-605, Prévot 1989b : 31)183 : ils occupent alors notamment Tours (cf. Piétri 1983 : 119-131 ; 1987a ; 25-27) et leur territoire inclut Poitiers (cf. Boissavit-Camus 1998 : 74-78 ; 2001). En 475, à la suite de ces événements, plusieurs évêchés d’Aquitaine sont ainsi sans titulaires, dont Limoges et la cité des Gabales (Sidoine, Epist., VII, 6 ; cf. Chastagnol 1976 : 196-197, doc. 52). Pour Tours, où les Wisigoths, ariens, sont bien installés dès les années 470 (en fait toute la Touraine cis-ligérienne), Grégoire de Tours reste dès lors très discret sur leur présence et la forme de cette occupation reste mal connue (cf. Piétri 1983 : 129-130). Les Wisigoths jouent apparemment un rôle dans la nomination des évêques successifs184, ainsi que sur quelques castra (voir corpus C2) : Loches, avec le chef wisigoth Silarius (Grégoire, VP, XVIII, 2), et sans doute Amboise, où plus tard Alaric II rencontre Clovis dans une île de la Loire185. Et les propriétaires fonciers sont sans doute contraints de céder une partie de leurs domaines aux Wisigoths (par exemple ce Silarius, au bord de l’Indre à Loches où existe alors un moulin à eau (Grégoire, loc. cit.). Tours est alors ville frontière septentrionale du royaume wisigoth de Toulouse, avec la Loire pour limite naturelle, mais sans doute le contrôle wisigothique sur ces confins est-il assez léger (cf. Piétri 1983 : 130-131)186 et les relations de l’épiscopat de Tours avec les cités au nord de la Loire (Lyonnaise 3e) sont-elles sans doute alors coupées, ne subsistant apparemment que par lettres pour les évêques d’Aquitaine. La foi trinitaire – contre l’arianisme wisigothique – est cependant maintenue en Touraine187 et, à partir de 490 jusqu’à 508 (Vouillé), les évêques de Tours misent sur les Francs (Piétri 1983, loc. cit.).

116On a vu (voir 1ère partie, § 2.2.1 et voir Fig. 1.13) d’assez nombreux artefacts qui sont habituellement attribués aux Wisigoths : voir, pour l’aire hors de leur territoire – et d’ailleurs hors de celle de notre étude –, Bierbrauer 1997 : Fig. 1 [Fig. 2.39). Et l’on peut enfin noter des épitaphes funéraires chrétiennes, datées du règne d’Alaric II, en Auvergne, à Coudes et Saint-Maurice (Puy-de-Dôme), toutes deux datées de 502-503) (Prévot 1997 : 180-183, n° 50-51).

Fig. 2.39 - Indices matériels de la culture wisigothique hors de son territoire, dans le Nord de la Gaule, au ve s.

Fig. 2.39 - Indices matériels de la culture wisigothique hors de son territoire, dans le Nord de la Gaule, au ve s.

d’après Bierbrauer 1997 : Fig. 1

  • 188 En fait une fédération d’ethnies, dont les Saliens, les Chamaves et d’autres (cf. Francs… 1997 : ca (...)
  • 189 Cf. la mention “Francia” sur la Table de Peutinger, entre la limite nord de la Gaule et la Mer du N (...)
  • 190 Dont Theeuws F. et Hiddink H. A. - Der Kontakt zu Rom, p. 66-80.

117B) Le royaume franc (Fig. 2.40 et 2.41) : au début du ive s., Constantin installe des Francs188, originaires des régions de Germanie Libre en rive droite du Rhin inférieur189, en Gaule du Nord (Toxandrie), pour cultiver les terres de ces régions désertées (Panég, VII. (– de Constantin, en 310), 5 ; Die Franken… 1996 ; Francs… 1997190) ; et voir aussi plus haut certaines unités mentionnées dans la Notitia Dignitatum. De là, ils tendent à se répandre plus à l’intérieur des Gaules : au ve s., leur progression est un temps contrôlée par Aegidius (cf. Musset 1965 : 122-123 ; Demougeot 1979 : 674-706 ; Périn 1981 ; 2000b ; Piétri 1983 : 119-131 ; Périn et Feffer 1987 ; Vallet 1997a ; Taayke et al. 2003 ; Sartor 2021). Cette expansion de l’“empire franc” en Gaule est surtout patente à partir de 480 et, au nord-est des régions ici examinées, la cité de Sens est en tout cas sous contrôle franc à la fin du ve s. (Beaujard 1992 : 25-26 ; cf. Kasprzyk 2002). À partir du milieu du ve s., Paris, libérée de la menace des Huns, entre dans la zone d’action des fédérés Francs et Childéric y détient un moment des prisonniers dont sainte Geneviève obtient la libération (Vita S. Genovefae, 26). Dans les années 460, Aegidius se manifeste dans la vallée de la Loire, d’abord, avec ses troupes franques, alors populaires à Tours (Paulin de Périgueux, Vita…, VI, v. 111-151 ; cf. Piétri 1983 : loc. cit.). Au nom de l’Empire, le patrice Ricimer s’oppose à lui et ses Francs, en s’accordant avec les Wisigoths (cf. § précédent, A). Aegidius, les Wisigoths de Frédéric approchant, tente de contrôler les places fortes de la Loire et assiège notamment Chinon qui refuse de lui ouvrir ses portes et est sauvé par un miracle de l’abbé Maximus (saint Mesme), dont le monastère était dans ce castrum (Grégoire, GC, 22 ; cf. corpus C2). Puis c’est le blocus de Paris par les Francs “durant 10 ans” et Geneviève remonte la Seine jusqu’à Bar-sur-Aube pour tenter d’assurer le ravitaillement de la ville (ibid°, 35).

Fig. 2.40 - Les conquêtes franques et l’expansion du royaume des Francs, de 486 à 511.

Fig. 2.40 - Les conquêtes franques et l’expansion du royaume des Francs, de 486 à 511.

d’après Wikipedia.fr, Royaume franc, consulté en 2021

Fig. 2.41 - L’expansion de l’empire franc à partir de 481.

Fig. 2.41 - L’expansion de l’empire franc à partir de 481.

d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021

  • 191 Possible siège royal de ce dernier après Childéric : cf. supra.

118Dans ces années 460, le roi franc Childéric est donc l’allié du représentant de l’Empire, Aegidius, puis du comte Paul, notamment contre les pirates saxons sur la Loire (cf. supra, § 3.3.2). Puis le Maine et l’Anjou passe sans doute alors sous contrôle franc : à partir de 475, Clovis s’emploie à contrôler les territoires entre Seine et Loire (Lyonnaises IIe et IVe), auparavant contrôlés par Syagrius (cf. infra, D ; Grégoire, HF, II, 41) et, devenu roi des Francs en 481, développe ce contrôle en direction du Sud. Puis il attaque son cousin Ragnacaire, roi franc de Cambrai, et son frère Riquier, les fait tuer, ainsi que leur frère Rignomer, au Mans191, étendant ainsi ses propres territoires vers le nord, ainsi que cette dernière cité (Grégoire, HF, II, 42 ; LOT 1930 ; cf. Demougeot 1979 : 585 ; Piétri 1983 : 127-131). Vers 476, les Francs sont sans doute alliés aux Armoricains (“Arboriques” : cf. infra, C ; Procope, Bell. Goth., I, 12).

  • 192 Où, selon Grégoire (HF, II, 38) qui veut sans doute ainsi asseoir le prestige de la ville par cette (...)

119Paris ne deviendra capitale du royaume franc qu’au début du VIe s. (cf. Duval, Périn et Picard 1992 : 105-108). En 507, enfin (Grégoire, HF, II, 37), Clovis mobilise contre les Wisigoths et marche sur Poitiers ou réside alors Alaric. Par respect pour saint Martin, il interdit les pillages en traversant le territoire des Turons, puis franchit la Vienne à gué et continue sur Poitiers, qui lui est indiqué par un miraculeux phare en feu sur la basilique de saint Hilaire : c’est alors, en 507, l’affrontement dans la plaine de Vouillé, à 10 milles de Poitiers, à la suite de quoi Clovis envoie son fils Thierry en Auvergne, passe l’hiver à Bordeaux puis retourne à Tours (Fig. 2.43192.

Fig. 2.42 - Le conflits des Francs et des Wisigoths : campagnes franques en Aquitaine wisigothique entre 507 et 509.

Fig. 2.42 - Le conflits des Francs et des Wisigoths : campagnes franques en Aquitaine wisigothique entre 507 et 509.

d’après Wikipedia.fr, Bataille de Vouillé, consulté en 2021

  • 193 À noter une possible installation de Taifales en Poitou, avec la mention d’un pagus du Poitou appel (...)
  • 194 En tout cas avant 511, car l’évêque Epiphanius est au Concile d’Orléans convoqué par Clovis (cf. Pi (...)

120On l’a dit supra (§ A) à propos des Wisigoths, par cette bataille décisive de Vouillé (supra) (Fig. 2.42), le contrôle par les Francs du territoire au-delà (sud) de la Loire, en Poitou193, est assuré, dont aussi, notamment, Tours, la ville de Martin puis Grégoire, Angers et sans doute Nantes194, ainsi que de Poitiers ou Clermont-Ferrand (voir Garaud 1951 ; Favreau 1985 ; Hiernard 1985 : 33 sqq. ; Piétri 1983, loc. cit. ; 1987a : 25-27 ; 1987b : 72-73 ; 1987c : 87 ; Prévot 1989b : 31) : voir aussi infra (§ d) pour la reprise en main progressive du “royaume de Syagrius” par Clovis. C’est enfin Orléans que Clovis choisira comme lieu de réunion du premier concile de son royaume en 511 (cf. Picard 1992b : 86-88).

  • 195 Il est cependant assez délicat de préciser à quoi correspondent en général ces “Armoricains” mentio (...)
  • 196 Les mouvements bagaudes (supra, § 3.3.1), touchant principalement ces régions un peu moins romanisé (...)

121C) L’Armorique “indépendante” (voir supra, cartes Fig. 3.34a, c, d et e) : toutes les régions de l’Ouest de la Gaule sont d’abord menacées par les Bretons insulaires qui fuient les invasions saxonnes de la Britannia et occupent l’Armorique (Zosime, Hist., VI, 5 ; Loth 1883 ; LOT 1947 : 483 ; Chadwick 1965 ; Chastagnol 1976 : 210-211 ; cf. Galliou 1980a : 235-236), et ces territoires – toutefois surtout plus à l’ouest (nord-ouest) que l’aire ici concernée – échappent dès lors au contrôle de la capitale provinciale (Lyonnaise IIIe), Tours. Avec l’usurpation de Constantin III (c. 407-411), la Britannia, outre-Manche, se soulève, avec toute l’Armorique, imitée par d’autres circonscriptions des Gaules, pour se libérer, chassant les fonctionnaires romains, en organisant leur propre gouvernement, entre 410 et 420195 : dès lors, l’Armorique constitue une région autonome de l’Empire et de la province dont elle ressortissait196 (Zosime, Hist., VI, 4-5 et 51 ; cf. Hatt 1959 : 360-361 ; Chastagnol 1976 : 210-211, doc. 57.B1 ; Piétri 1983 : 119 sqq. ; Galliou 2005 : 352, 358). L’Armorique reste par la suite agitée. Plus tard, le roi des Bretons Riothamus participe, avec les représentants de Rome, à la défense du Berry, en 469, contre les Wisigoths (cf. supra, A). Et voir encore, vers 476, leur probable alliance avec les Francs, les auxiliaires bretons étant plusieurs fois mentionnés dans la lutte contre les Wisigoths (supra, A et B).

122Ceci sans omettre les éventuelles relations – ne serait-ce que chronologiques – de cette émancipation avec d’une part la Bagaude (supra, §. 3.3.1) et de l’autre le piratage saxon (supra, § 3.3.2).

  • 197 Sur Égidius et Syagrius, “roi des Romains”, voir aussi Grégoire de Tours, HF, II, 18 et 27.
  • 198 Syagrius a établi son siège de pouvoir à Soissons (Grégoire, HF, II, 27 ; cf. Demougeot 1979).

123D) Enfin, le “royaume de Syagrius” (Fig. 2.43 et cf. supra, Fig. 2.34a, c, d et e) : en réalité, à partir du milieu du Ve s., la Gaule échappe de plus en plus à l’autorité romaine impériale, partagée qu’elle est entre les peuples “barbares” et les dissidences (cf. supra, A, B et C), à l’exception peut-être d’un îlot de romanité résilient : il s’agit des territoires contrôlés par Aegidius puis par son fils Syagrius197, qui, tout en revendiquant leur romanité, ne reconnaissent cependant plus l’autorité impériale défaillante (dont le siège du pouvoir est désormais installé à Ravenne) (voir Sidoine, Carm., VII (Panég. d’Avitus), v. 359-362 ; Stein 1928, I ; 365-399 ; II : 7-76 ; Demougeot 1979, 2 : 573-616 ; James 1988a ; Mac George 2002 ; cf. Piétri 1983 : 119 sqq.). Ce territoire, resté donc un temps “gallo-romain”, est en gros autour de l’Île-de-France198, s’insérant, après 450, au nord de la Loire, entre la cité de Tours (capitale de la Lyonnaise IIIe, passée aux Wisigoths), les autres cités passées aux Bretons d’Armorique et les royaumes francs saliens de Belgique IIe (cf. supra, B et C ; Demougeot 1979 : loc. cit. ; Werner 1985 ; 1988 ; Bierbrauer 1997). Dans la seconde moitié du ve s., ce territoire comprenait entre autres la cité d’Angers (Provost 1988d : 87 sqq.).

Fig. 2.43 - Extension maximale du “royaume de Syagrius”, au nom de la Gaule romaine, vers 486.

Fig. 2.43 - Extension maximale du “royaume de Syagrius”, au nom de la Gaule romaine, vers 486.

d’après Wikipedia.fr, Royaume de Soissons, consulté en 2021

  • 199 Qui notamment assiège le castrum de Chinon (cf. corpus C2).
  • 200 En fait alors toute l’aire du Tractus Armoricanus (Not. Dign., XXXVII), de l’embouchure de la Garon (...)
  • 201 Sans doute nommé patrice par l’empereur Anthémius en 471.

124Comme on l’a vu en partie supra, en 461, Aegidius199 résiste à sa destitution par le nouvel empereur Libius Severus et, depuis la Septimanie, se retire vers la Loire, poursuivi par les Wisigoths ; mais il utilise ses auxiliaires francs et remporte une victoire fin 462 contre les Wisigoths de Frédéric (frère d’Agrippinus et de Théodoric II, roi des Wisigoths ; cf. supra, § 3.3.4, A). Il passe au sud de la Loire avec ces auxiliaires, avant d’être refoulé par Agrippinus et des fédérés wisigoths, mais il bat Frédéric près d’Orléans, entre Loire et Loiret (Jordanès, Get., XLV, 237-238 ; Priscus, Hist., fr. 30 ; Hydace, Chron., 217-218 ; Marius, Chron., a. 463 ; Sidoine, Carm., XXIII, 69-73 ; cf. Loyen 1935 ; Demougeot 1979 : 628 ; cf. A). Frédéric, frère de Théodoric II, s’était en effet soulevé contre Aegidius, maître des deux armées, mais est finalement tué “dans la province d’Armorique200” (cf. Loyen 1935). Le fils d’Aegidius, le notarius Syagrius201 – Arator étant alors dux – avait été nommé préfet et consul par Valentinien III, puis destitué après sa défaite contre les Alamans (Ammien Marcellin, Hist., XXVIII, 2, 5 et 9).

125Sous le règne du roi des Francs Childéric, une part importante de la Belgique IIe et des Lyonnaises, sans doute donc jusqu’à la Loire, reste sous le contrôle de Syagrius (Frédégaire, Chron., III, 15 ; cf. Demougeot 1979 : 686). Mais Clovis, avec Ragnacaire, marche sur Syagrius qui, sur le point d’être défait, se réfugie chez le roi wisigoth Alaric II à Toulouse qui s’empresse de le livrer aux Francs : il est tué, Clovis s’empare de son “royaume” en l’annexant à celui des Francs (cf. supra, § 3.3.4, B) et l’armée de Clovis y fait des ravages, dont à Soissons, siège de Syagrius (Grégoire, HF, II, 27 : cf. Demougeot 1979 : loc. cit.).

3.3.5. Des témoins de la culture matérielle pour la présence “barbare”

  • 202 Pour certains auteurs cités, l’identification ethnique d’éléments archéologiques repose parfois sur (...)
  • 203 Voir par exemple deux exemplaires de fibules de Cernjahov et 2 peignes à dos arrondi dans une caban (...)
  • 204 Et voir par exemple récemment, un peu plus au sud en Aquitaine, le petit groupe de sépultures de Mo (...)

126Quel bilan peut-on envisager ici de ces épisodes de conflits avec les dissidences et les “Barbares “? De manière générale, du point de vue archéologique, seules les témoignages culturels des Wisigoths peuvent être recherchés en Gaule, car ceux des Francs apparaissent vite trop fondus –, et donc impossibles à distinguer – dans l’ambiance “gallo-romaine”, indigène, des régions qui les concernent. Quant aux Wisigoths, c’est évidemment au premier chef – du moins pour l’aire ici prise en compte – dans les secteurs concernés de l’Aquitaine Ire et IIe que les indices les concernant sont à rechercher : ceux-ci y sont en définitive peu nombreux (cf. supra, § 3.3.4)202. Et il en est globalement de même pour les mobiliers attribuables aux Francs. Beaucoup d’indices restent en effet souvent discutables quant à leur attribution culturelle stricte à cette ethnie et culture, à l’instar, il y a un siècle, de la céramique dite “wisigothique” (DSP, cf. supra, § 2.2.5). Certaines fibules (dont de type Cernjahov), certains types de peigne en bois de cerf (à dos arrondi) sont toutefois considérés comme caractéristiques203. Et l’on recense ici quelques ensembles funéraires, tels Vicq (Yvelines) ou Lezoux (Puy-de-Dôme), où notamment des fibules en tôle d’argent de type gothique semblent révéler une telle présence ou du moins passage204.

  • 205 Avec dès lors les dépôts de “terres noires”, la céramique modelée…

127De manière générale – on l’a dit (cf. chap. 1) –, la présence claire de populations exogènes est difficile à mettre en évidence par les seules données archéologiques si elles ne sont pas étayées par des mentions textuelles. Et même dans ce cas – en réalité assez rare – il peut ne s’agir que d’hypothèses, comme par exemple –sans pourtant doute parmi les cas les mieux assurés – à Tours (Galinié 2007 : 221-223), notamment dans les fouilles du Château et dans l’occupation sous forme de sortes de “squat” reconnues pour la “période 4” juste à l’extérieur du castrum, place de la Cathédrale (Jouquand et al. 1999 : 51-61)205.

128On a vu plus haut (1re Partie), dans les passages concernant les différentes catégories de données prises en compte, mises en corpus et cartographiées, quand les répartitions géographiques de ces artefacts ou traits culturels sont caractéristiques en se concentrant seulement dans certains secteurs de notre aire d’étude, ceci concerne clairement, presque toujours, la partie nord de cette aire : centre du Bassin Parisien et Île-de-France, avec assez souvent le nord de l’actuelle région Centre-Val-de-Loire ; c’est-à-dire essentiellement, dans la province de Lyonnaise IVe-Sénonaise, les cités de Paris et Meaux, avec l’ouest de celle de Sens et nord de celle de Chartres. Sans doute, en quelque sorte entre Orléans et Paris, ceci correspond-il au foyer même, au creuset, pourrait-on dire des mutations politiques et évidemment culturelles qui marquent le passage de l’Antiquité au Moyen Âge, avec la mise en place du pouvoir franc. Cette tentative d’explication de cette zone de concentration d’indices est-elle suffisante ?

4. En guise de conclusion

129Il est même frappant que l’aire ici prise en compte concerne – certes avec des densités différentes, dues au nombre de données mobilisées – presque indifféremment les données en faveur de la présence militaire (cf. carte dans la 1re partie, Fig. 1.19 à 21 sqq.), et voir les fibules cruciformes et les garnitures de ceinturon à décor “kerbschnitt” : carte Fig. 1.19) ou de celle de populations “barbares” (cf. notamment la carte, Fig. 1.20), des autres mobiliers métalliques. On a notamment bien souligné l’ambiguïté d’une bonne partie de ces mobiliers, souvent susceptibles de renvoyer indistinctement au domaine militaire comme à celui “barbare”. Une fois écarté, comme on l’a vu, d’éventuels effets de source qui favoriseraient certains secteurs mieux documentés au détriment d’autres, reste à analyser ce constat de “superposition” entre les deux phénomènes étudiés.

130Cependant – point sur lequel Michel Kasprzyk a attiré mon attention – il apparaît que, globalement, les données archéologiques concernant la présence militaire (lato sensu) serait un phénomène plutôt urbain, à l’inverse de celles de la présence “barbare”, plutôt rurale ; même si ceci est sans doute à nuancer selon les régions des Gaules.

131Il peut sans doute paraître un peu simpliste de rappeler – comme on l’a bien souligné en introduction de cette étude – que dans l’Antiquité tardive, militaires et “barbares” tendent à se confondre, à se fondre en une culture certes multiface et très diversifiée mais en tout cas clairement en rupture avec la culture antérieure dominante “gallo-romaine”, assez homogène du moins dans les régions concernées ici des provinces de Lyonnaises et d’Aquitaines septentrionales et orientales : en quelque sorte une acculturation des sociétés concernant cette Gaule centrale dont les origines sont autant militaires que “barbares” (exogène à l’origine)… Ceci est d’ailleurs tout particulièrement patent dans la composition des forces qui s’affrontent dans les conflits les plus tardifs évoqués plus haut (cf. les sous-chapitres 3.2 et 3.3) : du côté du pouvoir en place – en principe l’Empire romain –, ce ne sont pas les “légions” et troupes régulières qui sont impliquées, mais plutôt de “auxiliaires” et alliés d’origine “germanique” lato sensu, tel que notamment lors de l’épisode orléanais de l’incursion hunnique (§ 3.3.3, D). Très généralement, des coalitions hétérogènes de groupes armés issus de diverses ethnies d’origine exogène, mêlées sans doute à des Gallo-Romains, indigènes, en général minoritaires.

132Quant à la confrontation, annoncée et recherchée, entre ces données archéologiques et les textes rassemblés dans notre corpus (C1.A), apparemment, rien d’inattendu n’en ressort : on ne peut visiblement relever aucune anomalie entre les lieux – malheureusement rarement précis – mentionnés dans ces documents écrits et les localisation et répartition des différentes catégories de données archéologiques prises ici en compte.

133Si ce constat final est rassurant, il peut être jugé un peu “minimaliste” et frustrant…

134Resterait en outre la question récurrente de la datation souvent assez vague des faits et artefacts concernés – telle qu’“Antiquité tardive” sans plus de précision –, qui interdit d’établir ici une chronologie fine des données mobilisées et, ainsi, de les confronter avec plus de précisions avec les événements historiques attestés par les textes.

  • 206 209 Pour cette question d’acculturation, voir par exemple : Zuckerman 1993 ; Wickham 2001 : 557-558 (...)
  • 207 Et surtout le retour à la baisse, pour des pratiques et usages différents, de la taille au garrot d (...)
  • 208 Noté par exemple pour l’Armorique (donc pour nous au moins la cité de Nantes) par P. Galliou (2005  (...)
  • 209 Pour la topographie chrétienne des cités et provinces concernées ici, voir : Piétri et Biarne 1987  (...)

135En définitive, quant à la “germanisation” de la société (cf. Fig. 2.44) – comme d’ailleurs à sa “militarisation” –, en termes d’acculturation206, on ne peut que constater les changements opérés, entre l’état de la fin du Haut-Empire – disons fin du iie - début du iiie s. – et l’Antiquité tardive, surtout après la Tétrarchie, la fin du iiie et le début du ive s., et encore plus au fur et à mesure, jusqu’à la fin du ve s. et la chute de l’Empire ou le règne de Clovis. Les modes d’occupation du sol, tant en ville qu’à la campagne, se transforment. Les techniques de construction (avec la renaissance du bois), les habitudes alimentaires ou vestimentaires, les pratiques agropastorales207, ou encore les circuits commerciaux208 sont dès lors profondément différents de ce qu’ils pouvaient être au Haut-Empire : on peut citer les produits, céramiques et autres, maintenant venus d’Afrique (cf. par exemple Barat, Séguier et Van Ossel 2011) ou les petits objets de parure ou autres en jais (ou jayet), sans doute venus de Britannia (région de York) ou de Rhénanie ; Hagen 1937 ; Todd 1992 ; Allason-Jones 1996 ; Kokowska 2012), maintenant bien plus nombreux qu’auparavant. Ceci donc sans parler ici des mutations sans doute encore plus profondes dans les pratiques religieuses (Van Andringa 2014) et notamment, bien sûr, de la christianisation209… En tout cas, si “germanisation” culturelle il y a, elle apparaît sans doute comme relativement superficielle : on en veut pour preuve, notamment, en ce qui concerne la langue parlée, le maintien global du latin provincial en usage en Gaule, avec assez peu d’apports notables du germanique.

Fig. 2.44 - Établissements de culture “germanique” dans le Nord de la Gaule aux ive-ve s., dont grandes maisons sur poteaux plantés.

Fig. 2.44 - Établissements de culture “germanique” dans le Nord de la Gaule aux ive-ve s., dont grandes maisons sur poteaux plantés.

d’après Goffioul et al. 2016 : carte

  • 210 Voir par exemple – a priori a contrario – la persistance de la langue “celtique” ou gauloise (sans (...)

136Comme souvent, il est difficile de faire la part entre ce qui ressortit d’un côté aux changements culturels de la société210, profonds, sur le temps long et dont les causes sont multiples, et de l’autre aux phénomènes plus ponctuels et éphémères – qui d’ailleurs en sont, souvent comme conséquences, partie prenante –, tels que ceux analysés ici, la “militarisation” et la “germanisation” de la Gaule dans l’Antiquité tardive.

  • 211 C’est par exemple le cas du site de Saint-Pathus “les Petits Ormes” (Seine-et-Marne) (Hurard et Bru (...)

137Mais ceci reste encore un des domaines de la recherche, pour l’ensemble de mon propos, où l’on constate le plus la tendance à la surinterprétation211.

Haut de page

Document annexe

  • Corpus (application/pdf – 45M)
Haut de page

Notes

1 Plusieurs études historiques ou archéologiques de synthèse, incluant largement les données archéologiques, ont été utilisées, qui peuvent être citer pour ces régions ; elles ne seront pas explicitement citées ici ; voir notamment : Dumézil 2013.

2 On constate d’ailleurs trop souvent des surinterprétations fondées sur de tels rapprochements.

3 Avec ses éléments de garnitures de ceinturon sans doute militaires (cf. corpus du mobilier (C6.1, a) [kerbschnitt]), possible largesse impériale à un militaire (donativum), comme on l’a dit.

4 Pour les Francs, voir notamment Fustel 1888 : 196-219.

5 Sur le cursus publicus dans l’Antiquité tardive, voir : Di Paola 2016.

6 Voir les différentes réformes de l’organisation et de la hiérarchie militaires alors, telles qu’entérinées ensuite notamment par la Notitia Dignitatum : Dioclétien renforce le rôle des comites au détriment des limitanei et Constantin décide que les armées dans les provinces seront commandées par des “maîtres de la milice” (magister militiae) (Zosime, Hist., II, 33-34 ; cf. Loriot et Badel 1993 : 181 ; Le Bohec 1997 : 88 ; Vannesse 2014).

7 D’abord capitale de l’Aquitaine Ire avec les réformes de Dioclétien, la ville perd provisoirement ce statut au milieu du ive s., pour le retrouver (Aquitaine Ire) à la fin du siècle (Not. Gall. (Bréviaire de Festus) = Laterculus Veronensis ; cf. Prévot 1989a : 19).

8 Voir notamment les tablettes de Monségur (CIL XIII, 921 ; cf. Ferdière 2011a : 126-132, Fig. 95), dédiées au gouverneur de Sénonaise Claudius Lupicinus, entre 383 et 388, avec la mention de la province de Maxima Senonia (sans doute du nom de l’empereur Maxime), et ici celle des cités de Sens, d’Auxerre et des Aureliani ; la Sénonaise Maxima et Lyonnaise IIIe (Tours) ont sans doute donc créées par Maxime entre 364-369 et 388 ; et cf., au sujet de Tours, capitale alors de la Lyonnaise IIIe, Piétri 1983 : 14-17 ;

9 Ammien Marcellin (Hist., XV, 11, 11-13 ; cf. Chastagnol 1969 : 143-144, doc. 35), dans la 2e moitié du ive s., donne des indications apparemment fausses – au moins en partie alors – en plaçant les cités de Sens, de Bourges et celle des Éduens (Autun) en Lyonnaise Ire, ainsi que celles notamment de Rouen et Tours en Lyonnaise IIe ; en XVI, 3, 3, il situe en outre Sens “au pays des Trévires” (per Treveros).

10 Cf., sur l’attribution erronée de cette réforme à Aurélien, Soyer 1910 ; à noter cependant les milliaires (leugaires) d’Aurélien à Saclas (Essonne), sur la voie de Paris à Orléans (CIL XVII, n° 498), et à Orléans même (Kisch 1978) ; cf. aussi Picard 1992b : 86-88.

11 Création de cette cité après la première version (fin ive s.) de la Notitia Dignitatum, qui ne la mentionne pas, et avant le Concile d’Épone en 517, où est en effet présent le premier évêque de Nevers (cf. Picard 1992c : 145-146) (cf. mention de Grégoire, HF, VIII, 1, seulement pour 484-485).

12 Sur ces hauts fonctionnaires, voir : Fustel 1888 : 196-219. On exclura Guérande, improbable localisation de Grannona de la Notitia Dignitatum (siège du commandement du Tractus Armoricanus) : cf. infra, § 3.2.1.

13 Des inscriptions funéraires du Haut-Empire mentionnent des militaires (cf. supra, § 2.2.5), soldat de la légion XXX Ulpia Victix Pia Fidelis, vexillaire, vétéran du corps auxiliaire des Ménapes, ainsi tribunus aereri, percepteur en nature (pour cette dernière : CIL, XIII, 11273 ; Duval 1960 : n° 24) ; en revanche, la stèle funéraire du Marché aux Fleurs (CIL XIII, 11272 ; Duval 1960 : n° 21, Fig. 44, Pl. XVII.A) d’un exarque (…exarci…), est au plus tôt du temps de Dioclétien.

14 Cf. l’organisation de la flotte de Bretagne sous Dioclétien et la Tétrarchie, dont sur les fleuves, avec la Seine (cf. Le Bohec 1997 : 88-91).

15 Julien, Disc. (Mysopôgôn), 6, 340 c -341 à 7, 342 a ; et réf. Ammien Marcellin infra ; cf. Périn 1984 : 368 ; Et Lutèce… 2011 : 48.

16 Séjours, avant son investiture, pour hivernage, en 357-358, 358-359 et autres ; c’est en 360 à Paris que ses soldats, mutinés contre la décision de Constance II de les transférer en Orient, le proclament empereur (cf. réf. citées d’Ammien Marcellin et Julien ; et cf. Chastagnol 1969 : 102-103, doc. 14).

17 Celui-ci séjourne à Paris en 365-367 (Ammien Marcellin, Hist., XXVI, 5, 8-9).

18 Julien, Disc., XII, 6, 340 c -341 à 7, 342 a ; Ammien Marcellin, Hist., XV, 5, 2 ; 11, 3 ; XVII, 2, 4 ; 8, 1-2 ; XVIII, 1, 1 ; XX, 1, 1-2 ; 2, 9 et 10 ; 4, 1 et 11-22 ; 5, 1 ; 8, 2-17 ; 9, 4-8 ; XXI, 2, 1-2 ; XXVI, 5, 8-9 ; XXVII, 2, 1 et 10 ; XXVIII, 2, 5 ; Code Théod., VIII, 1, 11 ; X, 19, 3 ; XI, 1, 13 et autres ; Codex Justin., XI, 7, 1pr, 1 et 2 ; XII, 49, 3; cf. Duval, Périn et Picard 1992 : 105-108.

19 Érigés sans doute avant 308 : palais sans doute adossé au rempart, comme plus tard le palais des rois (cf. Jullian 1907/26, 2 : 385 et n. 141).

20 Cf. en général ici : Jullian 1902 ; 1907/26, 2 : 385-386 ; Pachtère 1912 : 159 sqq., chap. VIII ; Guérout 1949 ; Brühl 1975 : 6-33 ; Demougeot 1979 : 98-99 ; 106 ; Périn 1984 ; Périn, Velay et Renou 1985 : 35 ; Busson 1986 ; 1998 : 417-425 ; 2007 : 265-267 ; Zylawyi 1989 ; cf. Duval, Périn et Picard 1996 : 105-108.

21 Champs de Mars (in campo) : Ammien Marcellin, Hist., XX, 5, 1 ; ce camp militaire est en général situé aux Gobelins, notamment – mais seulement – à cause de la présence d’une stèle militaire (cf. supra) dans la nécropole utilisée dans l’Antiquité tardive (cf. Duval, Périn et Picard 1992, loc. cit.).

22 La première évangélisation de la ville est attribuée par Gégoire de Tours (HF, I, 30), du temps de Dèce (249-251), à l’un des fameux sept évêques envoyés en Gaule, saint Denis.

23 Le siège de ce préfet des Sarmates n’est donc pas strictement localisé et pourrait être situé à Sens, voire à Auxerre (rens. M. Kasprzyk, sept. 2022).

24 Voir au Haut-Empire la présence d’un “curateur de citoyens romains” à Bourges, C. Agileius Primus (CIL XIII, 1194 ; cf. Dondin-Payre 1999 : 195)

25 Supra, et voir infra la présence d’un patrice royal dans cette ville au Ve s.

26 Acta S. Ursini, éd. C. Narbey, 1899 ; cf. aussi à ce sujet : Faillon 1848 ; Le Luel 2007 : une tradition très légendaire...

27 Pour lequel, selon le texte, il s’agissait d’un second palais, sa résidence principale étant à Lyon ; “secundam [aulae regalis sedem]… Bituriga in urbe”.

28 “… in Burgundiam atque Aquitaniam potentissime princibatur” : ce titre est un peu énigmatique.

29 Donc sans doute non pas la Porte d’Auron, à l’ouest, mais la Porte de Lyon, rue Moyenne, proche des thermes de Séraucourt.

30 “… praemissi principis aulam…”.

31 Cette tradition de la fondation alors de l’église de Bourges est aussi donnée par Grégoire de Tours au vie s. (HF, I, 31), passage apparemment ajouté ici par Grégoire pour satisfaire de son temps son collègue berruyer et où il ne nomme cependant pas Ursin (voir Prévot 1989a : 20) ; cf. toutefois Grég., GC, LXXIX, où il cite alors Ursin comme premier apôtre de Bourges, nommé évêque, et ne donne à Léocade que le titre de “sénateur des Gaules”. Le premier évêque de Bourges attesté avec certitude est Leo, qui signe en 453 au Concile d’Angers (cf. Prévot 1989a : 20).

32 La date supposée de ces faits, à la fin du IIIe s. ou dans la première moitié du ive s., est d’ailleurs antérieure à la réforme des provinces entérinée par la Notitia Galliarum à la fin de ce dernier siècle : c’est peut-être, dans cette période de transition entre la réforme de Dioclétien et cette dernière, la mention de cette double fonction de gouverneur de Lyonnaise et d’Aquitaine.

33 Ce sont les reliques de saint Étienne qui ont été déposées dans l’ecclesia primitive (supra), sans doute entre 415 et 573 (selon Prévot 1989a : 20).

34 D’autres légendes hagiographiques peu fiables (cf. De vita S. Ursini, in : Acta Sanct.) attribuent à Léocade le don à l’Église de Bourges d’autres demeures en Berry, alors transformées en églises (cf. Laugardière 1951 : 22-23).

35 Selon Laugardière 1951 : 23, n. 2, supposée être ensuite, pour les écuries, transformée en baptistère de la seconde église, puis église Saint-Hippolyte.

36 Valentinien Ier (364-367) et Gratien (367-375) ; dont on ne suppose quand même pas qu’ils font partie du paiement de ce bâtiment par l’évêque (supra) !

37 TPQ avec l’érection du castrum, au cours du ive s., sans plus de précision, ainsi que ces 2 monnaies (375), et TAQ avec cette construction du viie s.

38 Lusor, son propre fils selon la légende hagiographique ; pour leur inhumation ici, voir : Grégoire de Tours, GC, XCII.

39 Voir à Bourges la stèle funéraire d’Adventinus Fruendus, mil(es) leg(ionis) XXX v(exillatio…), venant de Trèves (?), mais vraisemblablement du Haut-Empire (CIL XIII, 1196) ; les milliaires ont été écartés l’enquête menée ici.

40 La première évangélisation de la ville est attribuée par Gégoire de Tours (HF, I, 30), du temps de Dèce (249-251), à l’un des fameux sept évêques envoyés en Gaule, ici saint Gatien.

41 La date étant ici inconnue, il pourrait tout aussi bien s’agir de la province de Lyonnaise IIe de Dioclétien que de la IIIe (chef-lieu à Tours) de la seconde réforme ; à noter qu’on connait par la Notitia Dignitatum en autre gouverneur de Lyonnaise IIIe (ayant donc son siège à Tours) sans doute au début du Ve s., Valerius Dalmatius (cf. supra, 1re Partie, note 50).

42 Qui évoque notamment un hypothétique séjour de l’empereur Valentinien dans ce “prétoire”, dans les années 370.

43 Qui ne conserve que la seconde proposition de localisation, infra ; la remise en cause de la datation ici (Riou et Dufaÿ 2016 : 37-40) du rempart du castrum (fourchette 315-350) ne repose que sur une monnaie de Constantin dans la tranchée de fondation de la courtine et reste donc insuffisamment étayée.

44 Cf. église Notre-Dame-de-la-Bazoche (basilica).

45 Possible “chalcidium” mentionné par une inscription : cf. Seigne 2007. : 87-88.

46 Avec une structure de type fond de cabane : cf. supra, § 2.2.2.

47 Voir Piétri 1983 : 9 : c’est la date proposée pour ce siège par C. Jullian (1907/26, IV : 595, n. 3 et 601, n. 2 ; VII : 44, n. 7), mais d’autres (Reinach 1890 : 34-36 ; Demougeot 1969 : 500-503) proposent la vague d’invasion franque à partir de 258.

48 Des Taifales étant sans doute installés dans la région ainsi qu’en Poitou, cf. infra, 3.3.4, b (cf. éd. Latouche, II : 258, n. 30).

49 Avec mobilier du Bas-Empire et monnaies, jusqu’à Arcadius et Honorius (402) ; voir pour le IIe s. la stèle funéraire de Secconius Secundinus, vétéran de la VIIIe Légion (… v(e)/ter(ani) leg(ionis) VIII…) et celle peut-être de la fin du IIIe s. de de Valerius Bassus, soldat réformé de la garde prétorienne (cau(s)arius / ex milite / pr(a)etoriani…) (CIL XIII, 2947 et 2948 ; cf. Delor 2002, 2 : 665, Fig. 993 e ; 681, Fig. 1032). ; voir notamment une série de peignes triangulaires (cf. corpus C9).

50 On peut y ajouter une silique d’argent d’imitation franque ou wisigothique d’Honorius (393-423), du site du Château), et 1 tremissis d’imitation franque ou des Romains d’Aetius d’une monnaie de Zénon (474-491), du site du cloître Saint-Martin (Schiesser 2001 : 45, n° 939 et 940).

51 Selon S. Ritz (2017 : 28 ; 2020), avec des arguments recevables, pense cependant qu’il pourrait s’agir non de Sens mais de Senon (Meuse) (rens. M. Kasprzyk, sept. 2022).

52Clausa ergo urbe murorumque intuta parte firmata…” : l’édification du castrum de Sens serait donc assez antérieure à cette date de 357.

53 Sur les fabricae d’armes pour les troupes impériales en Gaule, voir aussi : James 1988b (cf. p. 259) ; GLAD 2018 ; la Notitia mentionne aussi notamment celles de Mâcon, Autun et Soissons (cf. infra, Fig. 2.10).

54 À noter un autre texte tardif (début ve s.) mentionnant la sidérurgie de la cité de Bourges (Rutilius, Red., v. 349-354) ; NB : aucune fibule cruciforme ou d’autres types concernés ici n’est signalée sur le site dans le catalogue de 1976 (Albert et Fauduet 1976).

55 Passio s. Marcelli, p. 28 de l’éd. Molinier.

56 Peut-être en lien avec la solde des troupes concernées par la flotte de la Seine sous Constance Chlore (cf. supra, à propos de Paris, avec le préfet du prétoire Asclépiodote ; voir Estiot et Zanchi 2014 : 277).

57 Je remercie F. Pilon pour m’avoir orienté sur les bonnes références concernant cet atelier.

58 Sur les résidences et sièges administratifs de ces derniers, cf. Grenier 1931 : 401 et n. 4.

59 Voir encore, pour le Haut-Empire, à Vichy (03, cité des Arvernes), la stèle funéraire d’un homme en arme, avec inscription (L. Fufio Equestre / Mil(iti) Coh(orti) XVII / Lugduniensis ad / monetam / c(enturia) Ianuari(i) / l(ongum) i(n) f(ronte) p(edes) IIII, r(etro) p(edes) IIII), soldat de la 17e cohorte lyonnaise pour la garde de la monnaie (CIL XIII, 1499 ; cf. Mondanel 1988 : 67) ; elle date en fait au plus tard du règne de Néron (rens. S. Janniard, que je remercie ici). Le possible domaine privé d’un gouverneur de Sénonaise à la fin du ive s. serait à localiser hors de notre aire d’étude, à Monségur (Gers) (voir supra, § 3.1, note 10).

60 Telle la villa Maroialensis, dans la cité du Mans, Mareil-sur-le-Loir ou Mareil-en-Champagne (Sarthe), à la fin du vie s. (Grégoire de Tours, HF, X, 5), dont aucune trace archéologique n’est connue (cf. Bouvet 2001 : 359).

61 Voir infra pour ce site du Tractus Armoricani et Nervicani.

62 Avec en surface de nombreuses monnaies du Bas-Empire et deux fibules cruciformes fragmentaires (Nouvel et Venault 2012 : 31, Fig. 9.2 ; 2021 : Fig. 10).

63 L’hypothèse n’est fondée – outre le mobilier tardif mentionné à la note précédente – que sur le plan de l’établissement et le constat selon lequel la figure du site sur la Table de Peutinger – celle habituellement dévolue aux édifices de thermes – correspondrait aussi parfois à des praetoria. Selon Nouvel et Venault 2021 : Fig. 6, le plan de ce bâtiment (3) est plutôt comparable aux bâtiments classiques, perpendiculairement sur rue, dans maintes agglomérations.

64 À ce propos, on ne mentionnera pas ici de très grandes villae tardives, véritables palais, qui seraient alors hors de propos : voir supra, 1re Partie, § 2.2.1, note 98.

65 Voir toutefois la découverte d’un dépôt monétaire d’aureliani en argent à Bazarnes : Amandry et Gautier 1985 ; Hobbs 2006 : n° 1247.

66 C’est moi qui ajoute ici ce terme, non utilisé ici par Sidoine.

67 Lieu de découverte d’une dédicace à Mars Tritulus (CIL XIII, 1561).

68 Sur ce haut personnage, voir infra au sujet des événements liés aux Huns ; il possédait un autre domaine, Prusianum, près de Nîmes (Sidoine Apollinaire, Epist., II, 9, 7).

69 Une référence en vérité bien tardive pour notre propos. Voir le Corpus des castra (C2) ; une référence à Grégoire de Tours, parfois donnée, est quant à elle apparemment fantaisiste : celui-ci (HF, II, 20) ne parle que des titres de Victorius et de son rôle à Clermont et en général en Auvergne, sans citer Brioude ou ce castrum Victoriacum.

70 Un Gallo-Romain gouverneur de Narbonnaise Ire, à laquelle il ajoute l’Auvergne, nommé duc par Euric, roi des Wisigoths, en 479 (cf. Martinez 2017, I : 93 ; voir infra, § 3.3.4, au sujet des Wisigoths).

71 Et cf. encore sur cette question : Hedde 1979. Ce bilan en fait donc un élément un peu tardif pour notre propos. Je remercie ici Fabrice Gauthier pour ses informations récentes sur ce site ; et cf. Martinez 2017, 3 : notice Brioude.

72 La présence de monnaies d’or (cf. supra § 2.2.7) est évidemment, dans une certaine mesure, du même ordre.

73 Voir dans le corpus de textes (C1.A) la mention d’officiers de ce haut rang (patrice) au ve s. dans nos régions, par exemple pour Aetius, Constance, Ecdicius d’Auvergne et sans doute Syagrius.

74 L’inhumé lui-même ou le personnage qui a offert des lances de parade à ce dernier ?

75 Les clous y forment un motif en svastika.

76 Il peut en effet s’agir – outre son caractère de prestige – d’une arme de chasse, notamment pour celle, aristocratique, au cerf, alors (cf. Aymard 1951 : 343-345 ; par exemple sur les sarcophages tardifs et chrétiens : Baratte 2009). Pour ces lances d’apparat, voir aussi : Aillagon 2008 : Fig. 1 et Cat. 1.22.

77 Du Ve s. (L = 48 cm), mais dans le mobilier d’une tombe (n° 1004, pillée) d’un personnage de haut rang, datée de la seconde moitié du VIe s. ; avec une longue inscription damasquinée, sur deux lignes, en latin assez pur, au sujet de la chasse ; voir 1re partie, Fig. 1.6d.

78 Les exemplaires de Vermand et de Cutry portent des inscriptions damasquinées indiquant, dans le cas de Cutry, une lance de (de prestige) pour la chasse (cf. Temps… 2016 : 224, n° 177) : HAEC INT(E)R V(ASTAS) STRINGAT VENABULA SIL(V)AS / QVI GAUDET REBID(IS) OBUIU(S I(RE FERIS = “Que tire cette lance dans de vastes forêts celui qui se plaît à aller contre les bêtes féroces.”. Voir aussi la “lance de bénéficiaire” de Bezannes (Marne) (Jemin 2010).

79 Comme l’indique notamment son diptyque d’ivoire (Imperium… 2005 : 24 ; Descloux 2010 : 20).

80 Ces diptyques dits “consulaires” sont en principe destinés à contenir des décrets impériaux de nominations des consuls auxquels ils sont offerts à leur prise de fonction (Abbatepaolo 2002 ; David 2007 ; cf. Volbach 1916 (1976) ; Pierobon s.d. ; cf. Code Théodosien, XV, 9, 1) : ils sont donc d’abord entre les mains de dignitaires. Il est pour nous intéressant de noter que la présence d’un diptyque d’ivoire (diptichus ebur) est attestée par un texte dans la basilique Saint-Martin de Tours, mentionnant le nom de Martin lui-même (Fortunat, Carm., X, 7, 36). Et on rappellera aussi ici le diptyque de Stilicon, cité plus haut, 1re Partie, § 2.2.1, b) pour le port de la fibule cruciforme.

81 Ateliers de Constantinople et Rome, puis sans doute en Gaule même, dont ici probablement l’exemplaire dit “d’Aetius” à Bourges : cf. À l’Aube… 1981 : 40 (notice K. Weidemann).

82 Et peut-être les exemplaires signalés très hypothétiquement à Paris – non retenus ici –, correspondant plus probablement à d’autres lieux.

83 On n’a pas ici d’exemple de boucle de ceinture en cristal de roche telle que l’exemplaire de Saint-Dizier (Haute-Marne), sans doute du vie s. (Musée de Saint-Dizier ; Galerie… 2020).

84 Voir l’exemple célèbre de la fibule et de la bague en or (nominale : “Childirici Regis”) de la tombe de Childéric à Tournai (Chiflet 1655 : 182 sqq., Figs). Pour les objets ou plaques décoratives de meubles en ivoire, on peut citer les “chaises curules ornées d’ivoire” (eboratas curules) mentionné vers 467 par Sidoine Apollinaire (Epist., VIII, 8, 3) dans le domaine de son ami Syagrius à Taionnacus (chez les Éduens, près d’Autun, selon Sirmond 1728 : 621, note c : cf. éd. de Sidoine par A. Loyen, n. 27, p. 199) ; ce Syagrius, petit-fils du consul Fl. Afranius Syagrius et parent de Tonance Ferréol, a œuvré chez les Burgondes et n’est pas le personnage historique bien connu, Syagrius, fils d’Égidius, quasi contemporain (cf. Sidoine, Epist., V, 5, éd. A. Loyen, n. 7, p. 234-235), mentionné infra, § 3.3.4, D).

85 On n’a pas pris systématiquement en compte, en revanche, le monnayage d’argent contemporain, sans doute moins significatif pour notre propos : seuls quelques exemplaires notables seront cités.

86 Reece 1975 ; Galliou 1981 ; Hiernard 1981/82 ; 1983 ; Aubin 1984b ; BLAND 1997 ; Callu et Loriot 1990 ; Hobbs 2006 ; Depeyrot 2009 ; López Sánchez 2013 ; Fischer et López Sánchez 2016 ; et cf. à ce sujet par exemple, pour l’Armorique, Galliou 1980a : 257-258 ; 2005 : 348 ; pour le Limousin : Bost, Lintz et Perrier 1981 ; cf. Labrousse 1978 ; pour les dépôts de Postume : HOLLARD 1992 ; et voir aussi des dépôts de monnaies d’argent, espèces qui peuvent avoir la même destination (Lafaurie 1964 ; et ici Fig. 2.11 ; voir plus récemment Chameroy et Guilhard 2020, et en particulier Guilhard 2020 ; et voir encore : Lafaurie et Pilet-Lemière 2003.

87 Pas de corpus ici de ces données : pour les régions qui nous concernent (cf. Pilon 2016 : 104-146, av. biblio.), ateliers de la 2e moitié du IIIe s. – outre celui de Châteaubleau (77) – à Saint-Germain-lès-Corbeil (91), Arleuf (58), Étival-lès-le-Mans (72), Berneray et Moisssy-Cramayel (77) ; et ateliers du ive s. à Chevroches (58), Changis-sur-Marne et Le Mesnil-Amelot (77), Beaumont-sur-Oise (95) ; et ateliers mal datés (fin iiie - ive s.) à Oison (18) et Brie-Comte-Robert (77). Cf. un autre atelier rural de monnaies de substitution récemment découvert à Changis-sur-Marne (77) (Casasoprana 2013).

88 Une fabrique de boucliers (scutaria) est en effet mentionnée plus tard à Autun-Augustodunum par la Notitia Dignitatum (Occ., IV, l. 33) ; mais, à Monceaux, on est dans le futur territoire de la cité de Nevers-Nivernum, déduite de celle d’Autun dans l’Antiquité tardive. Cette inscription de Monceaux est sans doute bien au plus tard du iiie s., selon Sylvain Janniard, que je remercie ici.

89 Voir aussi un a(dlectori) ferrar(ia) (receveur des mines de fer), ayant également le titre de gutuater, sans doute dans la 2e moitié du IIe s., au Puy-en-Velay, certes alors encore simple agglomération de la cité des Vellaves (CIL XIII, 1576 = ILA, III, 25 ; cf. Barral 1989 ; Provost et Rémy 1994 : 101 ; Lamoine 2009 : 358-359).

90 Document rédigé entre 379 et 437 ; voir le détail dans le corpus C1.A. Pour les préfectures de Lètes dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies, voir supra, Fig. 2.14 ; voir dans ce document la vignette d’une fortification pour le Litus Saxonicum, Ms de Bâle, c. 1436, BNF, ms lat. 9661 : Zuckerman 2000 ; Fig.

91 Cf. Grenier 1931 : 398-400 ; Lot 1936 ; Hatt 1959 : 319, 358 ; Chastagnol 1969 : 243-244, doc. 78 ; 1976 : 147-150, doc. 35 ; Demougeot 1975 ; Galliou 1980a et b ; Brulet 1989 ; 1990 ; 1991 ; 1993 ; 1995a. Ammien Marcellin (Hist., XXVII, 8, 1 ; cf. Hatt 1959 : 319) mentionne en 367 un “comes maritimi tractus”, Nectaridus, tué par les “barbares” en Grande-Bretagne : le Tractus Armoricanus aurait pu être mis en place alors, avec la réorganisation de l’armée par Valentinien ; il semble déjà mentionné par Eutrope, Brev., IX, 21.

92 Citons au passage un site apparemment non mentionné dans le dispositif du Litus Saxonicum dans la Notitia Dignitatum, mais qui peut fort bien y avoir participé, à l’embouchure d’un petit fleuve côtier entre les cités d’Amiens et d’Arras, à Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais), avec solidus de Valens, mobilier de type militaire/“germanique” (fibule cruciforme, pièces de garniture de ceinturon et fer de lance de parade à inscription damasquinée), artisanat du bois de cerf (dont 1 peigne) et consommation du cerf : Doyen et Lelarge 2013 ; cf. Lelarge 2013 ; 2020b. On pourrait sans doute mentionner aussi, en Armorique, le site de Saint-Malo/Alet (Ille-et-Vilaine), ou encore celui de Brest (Finistère) (Langouët 1983 ; 1996 ; 2006).

93 Granville, Port-en-Bessin, Saint-Aubin-sur-Mer, dans le Calvados, voire Le Havre, ou encore entre Dieppe et Blaye (Devals 2009 : 24), ou estuaire de la Seine (Johnson 1976 ; cf. Galliou 2005 : 330 sqq.), l’hypothèse la plus solide consistant à localiser Grannona vers Cherbourg (à la pointe du Cotentin) et l’Île d’Alderney (île d’Aurigny, un peu au large à l’ouest) (Chastagnol 1969 : 243, n. 2 ; Brulet 2006 : 59 ; Monteil 2012 : 85).

94 Édifice gallo-romain (env. 67 x 50 m), à grande cour, aux “Grands Jardins” (Fig. 2.20), et monnaies (dont Magnence et Constantin), selon Maître 1989 ; cf. Provost 1988e : Fig. 24. Voir toutefois, à Guérande même ou alentour, la découverte d’un solidus de Valentinien et d’une autre monnaie d’or de Constantin (cf. corpus C3) et de céramique DSP (Devals 2009 : 42).

95 Ici, 4 solidi signalés : Aubin 1984b ; cf. Provost 1988e : 121 ; voir une inscription dédiée à Constance Chlore, découverte dans des déblais rue du Moulin selon Imp. Caes. Flav[…/…] Va/l. Constant[t…] (CIL XIII, 3113 ; cf. Galliou 2005 : 355 ; Provost 1988e : 96).

96 Rien sur ce point dans Ollagnier et Joly 1994 ni Sellès 2007.

97 Il n’en reste pas moins que l’on ne peut que constater – comme on l’a signalé plus haut (1re Partie, § 2.2) à plusieurs reprises – le fait que la répartition de plusieurs séries d’artefacts ou phénomènes culturels attribuables à la présence militaire et/ou “barbare” concerne souvent le territoire de cette cité de Chartres.

98 À noter que cette ville n’est apparemment mentionnée dans aucune autre source de l’Antiquité tardive (cf. Biarne 1987 : 46-47).

99 Transcrit curieusement en “chora” (“cité”, en grec) de Paris par Demougeot 1979, 1 : 193, n. 51. Le site est mentionné (cf. supra, § 3.1.1, f ; infra, § 3.3.3, b ; et corpus C1.A et C2) comme sur un itinéraire alternatif que n’emprunte pas Julien César venant d’Autun et se dirigeant vers Troyes et vers l’armée du Rhin, contre les Alamans, en 356 (Ammien Marcellin, Hist., XVI, 2, 3-4). Voir figures dans le corpus des castra, C2).

100 Ici seulement pour cette dernière cité du Velay, pour l’aire géographique prise en compte.

101 É. Demougeot (1979, I : 193) traduit Rodunensum par Rouen alors qu’on considère généralement qu’il s’agit d’une dysgraphie pour *Rutenensum : à ce compte, pourquoi pas Roanne-Rodumna ? “Alaunorum” serait aussi fautif, pour *Uellauorum (? ; et non bien sûr – vu le contexte de ce passage – pour Alauna dans le Cotentin).

102 Et l’on a aussi proposé que la nécropole tardive de Saint-Jean-d’Assé (Sarthe) soit liée à ce dispositif du Litus Saxonicus (Böhme 1978 : 22-38).

103 Plus tôt, pour le 1er tiers du iiie s., le marbre de Thorigny (CIL XIII, 3162) mentionne la VIe Légion Victrix. Sur la question de la position des légions et corps d’armée dans l’Antiquité tardive, outre les indications relativement précises de la Notitia Dignitatum, détaillées supra, voir : Ritterling 1924/25 ; Hoffmann 1969/70 ; Brulet 1996 ; 2004 ; Rodriguez Gonzales 2001 ; Farnum 2005 ; je remercie ici Sylvain Janniard pour ces références. Pour la portion orientale du territoire étudié ici, voir aussi : Fort et al. 2021b.

104 Cf. l’inscription d’un officier de la XIe légion Claudienne et préfet de la IIe légion Herculéenne sous les Tétrarques (ILS, 2781).

105 L’inscription funéraire d’un mil(es) coh(ortae) XVIII Vol(…) à Brioux (Deux-Sèvres) est sans doute un faux, comme probablement celle d’un soldat de Cremona, de la leg(io) XIIII Aerorum, à Néris (Allier) (CIL XIII, 1159 et 1383, cette dernière au plus tard du iiie s., selon Sylvain Janniard, que je remercie ici).

106 En revanche, une stèle funéraire anépigraphique de Paris (Musée Carnavalet ; cf. Duval 1961 : 254 ; Fig. 131 ; Walter 1993 : 59, n° 121, Pl. XXXVI), représentant un cavalier terrassant un “barbare”, semble être du Ier s. et n’est donc pas à prendre ici en considération.

107 Ceci étant invoqué au moins depuis Frans Cumont (1896/99) pour des militaires d’origine orientale, comme ce culte ; voir aussi à ce sujet Turcan 1975 ; 1981a et b ; Turcan et Walters 1974 ; Bricault et Roy 2021 ; et par exemple dans l’Est de la Gaule et peut être en relation avec les militaires, Hatt 1955.

108 Sur ce culte en Gaule : Cumont 1996/99 ; Rubel 2016.

109 Pour le Nord-Est de la Gaule et Germanies, voir : Fort et al. 2021 : carte Fig 9, A ; ici Fig. 2.13, supra.

110 Pour l’installation de Taifales en Poitou, cf. infra, 3.3.4, b.

111 Voir sur la question bagaude, notamment eu Gaule : Seeck 1896 ; Lévison 1904 : 95-175 ; Loyen 1942 : 45 et 65-66 ; Borkovskij 1947 ; Thompson 1952 : 11-23 ; 1990 ; Korsunskij 1957 ; Sirago 1961 : 380 sqq. ; Günther 1965 ; Musset 1965 : 226-228 ; Dockes 1980 ; Sánchez León 1996a et b ; Neri 1998 ; Drouin 2010 ; Pottier 2011 ; 2016 ; Montecchio 2012 ; Bianchi 2016 ; cf. Hatt 1959 ; Périn et Feffer 1987 : 37-39 ; Lamoine 2009 : 289 sqq., 351-352 ; et spécifiquement pour l’Ouest de la Gaule : CUNLIFFE et Galliou 2005 : 378-379. Outre les textes classiques cités ici concernant les Bagaudes, soit à la fin du iiie s. soit au ve s., J. C. Sánchez León (1996b : 119-121, 124-143, 151-155…) recense encore 22 textes complémentaires du Haut Moyen Âge, qui cependant n’apportent pas d’informations nouvelles à notre propos. À noter que le vocable semble d’origine celtique, indigène, signifiant sans doute “combattant” (Delamarre 2001 : 55, s.v. bagauda).

112 Voir notamment, pour ce qui nous concerne, la mention (Panég., II (Maximien), 12) selon laquelle Maximien arme des bateaux contre Carausius aux bouches de tous les fleuves de Gaule vers Océan (dont peut-être la Loire ?).

113 Pour la Touraine : cf. Martin 2000.

114 Voir : Aurelius Victor, Hist., 39, 17-20 ; Chron. Gal., a 511, 443 ; Eutrope, Brev., IX, 20 ; Frédégaire, Chron., II, 41 ; Jérôme, Chron., a. Abr. 303 (286-288) ; Jordanès, Get., 296 ; Liber…, 7-8 (Helianus pour Aelianus ici) ; Orose, Hist., VII, 25, 2 ; Paeanius, Hist., IX, 20, 3 (en grec, Βακαυδες) ; Panég., II (Maximien), 4, 2-4 et 6, 1 ; III, 3, 4-5 et 5, 3 ; VI, 3 ; Passio S. Typasii, I ; Prosper Aquitanus, Chron., 938 ; Querolus, I, 2, 16, 8-12 ; Rutilius, Red., v. 213-216 ; Salvien, Gub., V, 21-26 ; Sidoine Apollinaire, Carm., V, 209-211 ; Théophane, Chron., a.m. 5783 ; Zonaras, Epit., XII, 31 ; Zosime, Hist., VI, 2-3 (cf. Sánchez León 1996b : 122, 123, 124, 125, 128, 139-140, 147, 149-150…).

115 Ceux-ci auraient frappé monnaie, dont seulement neuf exemplaires sont connus, parmi lesquels un d’Aelianus dans le dépôt monétaire de Bayeux (14) ; si toutefois les frappes attribuées à ce dernier ne correspondent pas plutôt à l’usurpateur Lelianus (cf. Sánchez León 1996b : 147-148) ; pour la ville de Tours, voir Piétri 1983 : 10.

116 hypothèse (Lassandro 1987 ; cf. Segard 2010) selon laquelle les représentations de cavaliers anguipèdes – possible allégorie de l’empereur victorieux – assez courantes en Gaule notamment entre 150 et 250, se réfèreraient spécifiquement à la victoire de Maximin sur les Bagaudes (cf. Panég., II, 4), pourtant au moins une génération plus tard ; ces figurations ne sont pourtant pas nettement plus abondantes dans l’Ouest de la Gaule, particulièrement touché par la bagaude et qui aurait dès lors dû être plus reconnaissant à l’empereur…

117 Ceci fondé sur le fait qu’après ses exploits contre les Bagaudes, Maximien est qualifié non seulement d’Hercule mais comparé aux Titans (Panég., III, 3, 4-5 et 5, 3 ; cf. Desnier 1993), le motif de la Gigantomachie apparaissant alors sur le monnayage de Maximien ; voir supra la fibule cruciforme en or du Metropolitan Museum portant une inscription à “Hercule Auguste toujours vainqueur”.

118 Entre temps, le brigandage sévit dans toute la Gaule du temps de Valentinien Ier, sans que toutefois les Bagaudes soient explicitement mentionnés à ce titre (Ammien Marcellin, Hist., XXVIII, 2, 10).

119 Et cf. ici infra, § 3.3.4, au sujet de la progressive indépendance de l’Armorique par rapport à l’Empire.

120 Querolus, Acte I, sc. 2, morc. 16, 8-12 (cf. Chastagnol 1976 : 147, doc. 34, Sánchez León 1996b : 147) : “c’est le brigandage que tu réclame ? J’ai ton affaire ! Va vivre sur la Loire, où tout est permis” (Hatt 1959 : 361 ; Debal 1983 : 156) ; mais de quelle “bords de Loire” s’agit-il, depuis Nevers jusqu’à Nantes ? (voir ci-dessous).

121 Ce terme de Gallia ulterior est par exemple utilisé pour l’usurpation de Jovin, en 411-412, par Grégoire de Tours (HF, II, 9).

122 C’est-à-dire les cités de la Loire moyenne (Est de la Lyonnaise IVe ou Maxima Senonia) et de l’Est de la Lyonnaise IIIe, sans doute au moins cités de Chartres, Orléans, Tours, Le Mans, Angers… Pour la sécession de l’Armorique, voir infra, § 3.3.4, C.

123 Sur les Bagaudes en Espagne, voir : Hydace, Chron., 125, 128, 140, 141, 142, 158 ; cf. Sánchez León 1996b ; 156-157.

124 Je le remercie ici pour m’avoir communiqué la primeur de ces informations.

125 Sur la question, voir : Lécrivain 1899 ; Lot 1915 ; 1929 ; Hatt 1959 : 223 sqq. ; Demougeot 1979 : 502-506 ; Provost 1982 ; Thompson 1982 ; Detalle 2002 ; Delaplace 2012 pour Saintes et Bordeaux ; Vipard 2012 pour la Normandie.

126 Voir par exemple la nécropole du probable cantonnement militaire d’Oudenburg (Flandre belge) (Mertens et Van Impe 1972) ; on a proposé que le pilier de Lillebonne (Seine-Maritime, chef-lieu de cité des Velliocasses) ait été élevé à l’empereur Carin lors de sa campagne contre les pirates saxons en 282-283 (cf. Vipard 2011).

127 Cf. Dornier 1967 ; Johnson 1976 ; Johnston 1977, dont Johnston et al. 1977 ; Galliou 1980a et b ; Brulet 1989 ; 1991 ; Pilet 1990 ; 1992 ; Pilet, Buchet et Pilet-Lemière 1993 ; cf. Boudartchouk 2008 ; c’est sans doute à cette occasion que les axes de communication de la Gaule du nord-ouest semblent avoir été mise en défense (Quemener 2018). On a supposé que l’érection des castra urbains de Lyonnaise IIIe, particulièrement homogènes, ait été en lien avec l’organisation de ce Tractus Armoricanus. Celui-ci est d-sans doute alors dissocié du Litus Saxonnicum (cf. Janniard 2019).

128 La crainte des pirates saxons, voire aussi des Bagaudes, est ressentie dans cette ville au milieu du ve s., comme le montre le canon 4 du Concile d’Angers de 453, excluant de la communauté ceux qui aideraient des ennemis à prendre la ville (Cons. Gall., p. 138 ; cf. Piétri 1987b : 72).

129 Voir aussi : Janniard 2020.

130 En revanche, le siège de Nantes par les Saxons sous Clovis (Grégoire, HF, II, 18-19 ; cf. Piétri 1987c : 87) est peut-être légendaire (ou confusion avec Angers ?). Et plus au sud-ouest, en 496 et 498, Saintes et Bordeaux ont peut-être plutôt été touchés par des avancées des Francs contre les Wisigoths que par ces pirates saxons (Delaplace 2012).

131 Selon Provost 1988d : 87 sqq., sans argument bien clair et donc à écarter. Et un trésor d’argenterie du ive s. trouvé à Glasgow (Écosse) pourrait provenir de pillages de pirates saxons (“irlandais”, en 406) dans la région de Nantes, l’un des vases portant l’inscription “Prumiaco E(ccle)sia(e) Pict(avensis)” qui pourrait désigner Prigny, commune des Moutiers (Loire-Atlantique) (Reinach 1921 ; Besnier 1926 ; cf. Provost 1988e : 65) ; le castellum de Jublains (cf. corpus C2) semble quant à lui trop à l’intérieur des terres pour pouvoir être mis en lien avec ces raids et l’organisation contre eux du Tractus Armoricanus.

132 Cf. toutefois l’observation de Michel Kasprzyk mentionné à la fin du paragraphe précédent (§ 3.3.1) au sujet des Bagaudes.

133 Compte tenu de l’abondance de références bibliographiques sur le sujet, par ailleurs citées à divers endroits de cette étude, on ne fournira pas ici une bibliographie d’orientation trop développée, mais seulement quelques références essentielles.

134 Pour les dépôts monétaires attribués à cette invasion, voir supra, § 1.2.1 et ici la Fig. 2.27, ainsi que le corpus annexe C3ann.). À noter que Christol et al. 2021 : 798 sqq. ne mentionne pas les Gaules au sujet du début, alors, de la migration gothique.

135 Personnage cité à plusieurs reprises par Grégoire de Tours (HF, I, 32 ; 34) dont la réalité historique est discutée, ainsi que les dates : il devrait s’agir, en ce qui concerne les Vandales, plutôt de l’invasion de 407 (infra, d) (Coville 1910 ; Fournier, opp. citt. ; Demougeot 1962 ; Prévot 1989b : 31 ; Provost et Mennessier-Jouannet 1994 : 144).

136 On peut à la rigueur noter dans nos régions quelques milliaires sans doute d’allégeance à l’usurpateur Postume, dont celui de Javols-Anderitum (264-266), encore alors capitale de la cité des Gabales (CIL XIII, 8883 = XVII, 2, 334 ; Ferdière 2011b : 426, n° 4.10 ; cf. Prévot 1989d : 90) : une autre est connus sans doute à Saint-Léger-de-Malzieu (Lozère) (CIL XIII, 8882 : XVII, 2, 333) et une à Ydes (Cantal) (Wuilleumier 1963 : n° 464), toutes trois donc dans le même secteur géographique d’Aquitaine Ière (Arvernes et Gabales). Une 4e est cependant à signaler, pour notre secteur d’étude, à Prégilbert (Yonne), en territoire sénon (CIL XVII, 2, 491).

137 Du moins si l’on en juge notamment par les dépôts monétaires : passage par la vallée Seine (Troyes et Paris), de l’Aube et de l’Oise, dont Noyon : entre Bavai et Tours, on dénombrait dans les années 1950 non moins de 80 dépôts, surtout dès 261-262 ; rappelons (cf. supra) que le siège de Tours par des “Celtes d’Outre-Rhin” – c’est-à-dire les Germains –, selon Eusèbe (Hist., IX, 8) est attribué plutôt à cette invasion franque qu’à la vague suivante (cf. Piétri 1983 : 9).

138 La réalité et en tout cas la chronologie de cette “vague”, en Gaule en tout cas, reste beaucoup plus discutable (Christol et al. 2021 : 847 sqq.) : c’est notamment le cas de la carte fournie par Johnson 1976 (Fig. 2.29).

139 En dernière analyse, il s’agirait d’un épisode de la guerre civile dans “l’empire gaulois”, et peut-être le siège d’Autun de 269-270 (cf. De Cicco 2013/14 : 218).

140 Voir supra, § 3.1.1, au sujet de Julien et des événements de Paris.

141 Cf. Courtois 1955 ; Hatt 1959 : 352 ; Courcelle 1964 ; Chastagnol 1976 : 141-143, doc. 31.D ; Demougeot 1979 : 430-449 ; Debal 1983 : 153 ; Périn et Feffer 1987, 1 : 81 ; Loriot et Badel 1993 : 202-203 (avec trad.) ; Modéran 2014 ; Bouet 2015 : 128 ; Merrills 2016.

142 Voir leurs pillages dans la région de Bordeaux, malgré la présence des Wisigoths (Paulin de Pella, Euch., v. 226-442 ; et dans toute l’Aquitaine (Salvien, Gub., VI, 450 ; cf. Bouet 2015 : 128) ; et voir une possible tombe d’urgence d’un Vandale à Toulouse (Boudartchouk, Arramond et Grimbert 2006).

143 Et sans doute le Gévaudan, si l’on considère que les méfaits imputés au Vandale Chrocus par Grégoire de Tours dans les deux cités doivent être datés d’alors et non, comme le dit l’auteur, des règnes de Valérien et Gallien au IIIe s. (cf. supra, a), dans ce §).

144 Sur cette invasion, voir aussi le contemporain Paulin de Nole (Epist., XLVII), indiquant qu’elle atteint Bordeaux et sans doute Clermont-Ferrand (Bouet 2015) ; et cf. Zosime, Hist., VI, 2-3.

145 Au sujet de Sainte-Geneviève à Paris, voir encore Dubois et Beaumont-Maillet 1982.

146 Sur l’épisode orléanais, voir plus bas et cf. Janniard 2015.

147 Jordanès, Get., XXXVI-XXXVII ; Sidoine Apollinaire, Carm., VII (Panég. d’Avitus), 321-330 sqq. ; Epist., VIII, 15 ; Fortunat, S. Aniani, 7-10 ; Grégoire de Tours, HF, II, 7 ; Vita S. Genovefae, 12-13, 41 et autres ; cf. Cuissard 1887 : dt 28, n. 1 ; Pachtère 1912 : App. IV, p. 198 sqq. ; Loyen 1942 : 52 ; 1969 ; Demougeot 1969 : 549-550 ; Debal 1983 : 168-170 ; Picard 1992b : 86-88 ; cf. Duval, Périn et Picard 1992 : 105-108.

148 Qui, selon Sidoine Apollinaire (loc. cit.) refusent de se porter contre eux.

149 Ils prennent position devant les fossés de la ville, ou bien établissent des fossés pour le siège (“fossata circumeunt” : Fortunat, loc. cit., 9 (versions légèrement divergentes selon les Ms ; cf. Debal 1983 : 171).

150 Tonance Ferreol, parent de Sidoine Apollinaire, a participé à cette lutte contre les Huns aux côtés d’Aetius en 451, notamment pour libérer la Loire et Orléans (Sidoine, Epist., VII, 12, 3). Sur ce haut personnage, notamment préfet du prétoire des Gaules à Arles de 450 à 452-453, voir : Palanque 1933 : 58 ; Loyen 1943 : 72 ; 1969 ; Stroheker 1948 : 173, n° 149 ; Courcelle 1964 : 133, 232.

151 On notera, quant à notre thématique, qu’avec la composition des forces hunniques, il s’agit donc surtout d’une confrontation impliquant de part et d’autre des ethnies très diverses parmi les “Barbares”, avec fort peu de Gallo-Romains de souche. Notons aussi que l’on ne dispose, à ce sujet, que de sources tardives.

152 Sidoine Apollinaire (Epist., VIII, 15, lettre écrite vers 479 à l’évêque d’Orléans Prosper), se refusant à écrire la guerre d’Attila, évoque toutefois le siège, l’attaque de la ville, selon lui envahie mais non pillée (obsidio, oppugnatio, irruptio nec direptio).

153 Voir la mention dans l’une des Vies de saint Aignan (cf. Fortunat). On signalera la découverte, lors de prospections subaquatiques, d’un scramasaxe fiché entre les pieux d’une des piles du pont antique (Picard 1974 : 303 ; Baratin 1977 : 7 et 21-22, Fig. ; Debal 1978 : 145 ; cf. Provost 1988a : 86), mais il serait plus qu’aventureux de rapprocher ceci de cet épisode du siège d’Orléans par les Huns (ce scramasaxe est d’ailleurs sans doute plutôt datable du viie s.).

154 Selon Cuissard 1887 : 25, n. 4, Hydace (Chron., éd. Dom Bouquet, I, p. 462) évoquerait le combat acharné d’Attila contre les Goths (Wisigoths), sur la Loire et non loin d’Orléans : il aurait alors infligé à ceux-ci la perte de 200 000 hommes, ainsi que la mort du roi des Wisigoths Théodoric Ier dans la bataille : cette référence est apparemment fausse.

155 Passant notamment vers Meaux, défendu par Frunimius (Vita S. Genovefae, 41).

156 Localisation selon la tradition historiographique classique, qui semble d’ailleurs discutée…

157 Cf. Grégoire de Tours, HF, II, 18 : nombre d’entre eux sont tués à la bataille de Déols.

158 Date qui fera office de borne chronologique basse pour notre enquête ; Poitiers, un temps défendu par ces auxiliaires bretons (supra ; cf. Grégoire, HF, II, 18), passe alors dans le domaine des Francs, avant d’être l’objet de dispute lors des partages entre les rois francs (cf. BOISSAVIT-CAMUS 1996 : 74-78 ; 2001). Sur ce site et la villa Villaco (Vouillé) et une nécropole récemment fouillée, voir GLAD 2022.

159 Sans parler ici, car hors des limites géographiques fixées, du royaume burgonde – future Bourgogne –, qui s’installe dans le Centre-Est de la Gaule entre 480 et 516 (cf. Escher 2006 ; Wilkinson 2020) : ses confins occidentaux sont cependant sur la Loire, entre les cités des Éduens et de Bourges.

160 Par opposition aux Ostrogoths, “Goths de l’Est”, qui concernent alors l’Italie.

161 Cf. le sac de Rome par les Wisigoths en 410 ; la nécropole de “la Turraque” à Beaucaire-sur-Baïse (Gers) pourrait correspondre à leur arrivée en Narbonnaise occidentale et Aquitaine (Larrieu et al. 1985 ; Kazanski 1985a et b).

162 Ou 419 ? Voir Mathisen 2017/18.

163 Dont le Poitou pour les régions nous concernant.

164 Alors comte des Largesses Sacrées, il voit sa maison, près de Bordeaux, pillée par les “Barbares” (Vandales) qui se retiraient, malgré la protection dont il bénéficiait de la part des Wisigoths eux-mêmes.

165 Voir Barrière-Flavy 1892 ; Lécrivain 1899 ; Garaud 1945 ; Chastagnol 1976 : 150-157, 215, doc. 36 et 59 ; Demougeot 1979 : 471-481 ; 619-648 ; Rouche 1979 ; 1991 ; De Palol et Ripoll 1988 ; Piétri 1983 : 128-131 ; James 1991 ; Koch et Kazanski 2000 ; Delaplace 2010 ; 2012 ; 2013a et b ; 2014 ; 2015 ; Boudartchouk 2012 ; Boudartchouk et al. 2012 ; Pinar Gil 2012 ; Bouet 2015 : 130 ; Roux 2019 ; cf. Kazanski 1991 ; 1992 : 89-95 ; 1994b ; 2010 ; 2020 ; Wisigoths… 2020.

166 Cf. un texte de la Lex Wisigothorum (X, 1, ch. 8) qui indique les règles de partage des terres entre un Wisigoth et un Gallo-Romain, soir 2/3 pour le premier et 1/3 pour le second ; sur la question agraire, voir récemment Boudartchouk et Cabau 2019.

167 Cf. Grégoire de Tours, HF, II, 11 : Avitus est le beau-père de Sidoine Apollinaire (cf. la possession par ce dernier du domaine d’Avitiacus-Aydat, près de Clermont-Ferrand) ; il a un temps assuré, au Ve s. la permanence romaine en Auvergne contre les Wisigoths et a ambitionné l’empire mais est déposé par ses pairs sénateurs : il meurt en se rendant à Saint-Julien à Clermont-Ferrand et est enterré à Brioude ; voir à cette occasion ici (Sidoine, loc. cit.) la mention possible, pour Clermont, de son castrum (patriae muris) ( cf. corpus C2).

168 Voir supra, § 3.3.3, D.

169 Selon Sidoine Apollinaire (Epist., I, 7), Arvandus a déconseillé à leur roi Euric de faire la paix avec Anthémius.

170 Roi des Bretons installés au nord de la Loire (Pays de la Loire) et Berry par Anthémius (Sidoine, Epist., loc. cit. ; cf. Chastagnol 1976 : 190-194, doc. 49 ; Janniard 2020) ; après sa défaite à Déols, il se réfugiera en territoire burgonde, à l’est.

171 Sur la présence militaire à Angers, voir aussi : Mortreau 2008 ; 2019.

172 C’est sans doute à cette période d’occupation wisigothique de Bourges et du Berry qu’est due la présence de la sépulture d’un patrice royal attesté par l’inscription de sa lance de parade (cf. supra, § 3.1.3).

173 Lieu non identifié (cf. Ferdière 2011b : 415 ; cf. Introduction d’A. Loyen à l’éd. de Sidoine, t. II : 238, n. 41).

174 Patiens, évêque de Lyon, fournit des vivres à Clermont durant ces troubles, remercié par Sidoine Apollinaire (Epist., VI, 12, 8) durant l’hiver 471-472. Voir aussi sur la présence wisigothique en Auvergne : Dousse 1939 ; Fournier 1975.

175 Pour Bourges, le collège épiscopal, à cause des événements, est alors insuffisant pour élire un nouvel évêque, et, de toute l’Aquitaine Ière, seul Clermont-Ferrand est resté dans le parti des Romains (… solum oppidum Aruernum Romanorum reliquum partibus…).

176 Ce fait, rapporté par L. Schmidt (loc. cit.), ne figure pas en réalité dans Grégoire de Tours (HF, notamment X, 31, au sujet du testament de Perpet).

177 Deux sièges successifs : au cours de celui de 474, Sidoine (Epist., VII, 10, 1) note famine et incendie, dont la muraille du castrum (muri) à demi brûlée.

178 Ennodius (Vita Epiphanii) indique que la négociation entre le roi des Wisigoths Euric et l’Empire a alors été menée par Épiphane (cf. Courcelle 1947 : 169).

179 Et cf. une démarche auprès de Julius Népos en faveur des Arvernes, en 474, évoquée par Sidoine Apollinaire (Epist., V, 7), qui qualifie (Epist., VII, 7, 4) cet accord de “honteux”, car elle livre l’Auvergne – dont il est alors l’évêque – à Euric en échange de la Provence : cette paix sera d’ailleurs de courte durée.

180 Sidoine le considère alors ici comme à la fois son patron et son fils spirituel.

181 Sans doute toute l’Aquitaine Ire, sauf Bourges même ; cf. le castrum Victoriacum de Brioude (cf. Martinez 2017, I : 93 ; corpus des castra (C2)).

182 Plus sans doute pour établir un glacis défensif vers la Loire contre l’expansion des Francs et des Burgondes que pour affranchir leur territoire (cf. Delaplace 2010 ; 2013a et b ; 2015 : 280-281)

183 En 474, Félix, ami de Sidoine Apollinaire (cf. Epist., III, 7, 1), occupe des fonctions officielles auprès des Wisigoths, évoqués un peu plus loin (ibid., III, 7, 4) comme alors retirés dans leurs quartiers d’hiver.

184 Volusien, évêque de Tours (491-496), suspect aux yeux les Wisigoths pour s’être rapproché des Francs, est emmené par eux en Espagne (ou exilé à Toulouse, où il meurt, c. 498) (Grégoire, HF, II, 26 ; X, 31, 7-8).

185 Pour ces deux castra, voir corpus C2, cité de Tours.

186 L. Piétri (1983 : 131) a proposé que le monastère de Marmoutier (en rive droite, un peu en amont de Tours, sur la voie en direction d’Orléans) ait alors peut-être été une sorte d’avant-poste des Wisigoths sur cette rive : l’évêque Perpet s’y rend chaque année et l’évêque Volusien y établit une basilique.

187 Voir encore à ce sujet : Wood 2010.

188 En fait une fédération d’ethnies, dont les Saliens, les Chamaves et d’autres (cf. Francs… 1997 : carte p. 33).

189 Cf. la mention “Francia” sur la Table de Peutinger, entre la limite nord de la Gaule et la Mer du Nord.

190 Dont Theeuws F. et Hiddink H. A. - Der Kontakt zu Rom, p. 66-80.

191 Possible siège royal de ce dernier après Childéric : cf. supra.

192 Où, selon Grégoire (HF, II, 38) qui veut sans doute ainsi asseoir le prestige de la ville par cette référence à Clovis, des festivités sont organisées en son honneur.

193 À noter une possible installation de Taifales en Poitou, avec la mention d’un pagus du Poitou appelé Theiphalia, par Grégoire de Tours, dont était originaire un prêtre taifale de Tours, Senoch (VP, 15 ; cf. HF, V, 7).

194 En tout cas avant 511, car l’évêque Epiphanius est au Concile d’Orléans convoqué par Clovis (cf. Piétri 1987d : 87).

195 Il est cependant assez délicat de préciser à quoi correspondent en général ces “Armoricains” mentionnés dans les sources du Ve s.

196 Les mouvements bagaudes (supra, § 3.3.1), touchant principalement ces régions un peu moins romanisées de Gaule de l’Ouest, peuvent avoir été les prémisses de cette émancipation ou du moins y avoir, dans une certaine mesure, contribué.

197 Sur Égidius et Syagrius, “roi des Romains”, voir aussi Grégoire de Tours, HF, II, 18 et 27.

198 Syagrius a établi son siège de pouvoir à Soissons (Grégoire, HF, II, 27 ; cf. Demougeot 1979).

199 Qui notamment assiège le castrum de Chinon (cf. corpus C2).

200 En fait alors toute l’aire du Tractus Armoricanus (Not. Dign., XXXVII), de l’embouchure de la Garonne à celle de la Seine, incluant donc des régions qui nous concernent ici.

201 Sans doute nommé patrice par l’empereur Anthémius en 471.

202 Pour certains auteurs cités, l’identification ethnique d’éléments archéologiques repose parfois sur des bases discutables (cf. supra, 1re Partie, chap. 1.2).

203 Voir par exemple deux exemplaires de fibules de Cernjahov et 2 peignes à dos arrondi dans une cabane de la fin du ive-ve s. dans la cour de la villa de Jonzac (Charente-Maritime), dans la cité de Saintes (Bertrand et Robin 2019 : 339 et Fig. 7).

204 Et voir par exemple récemment, un peu plus au sud en Aquitaine, le petit groupe de sépultures de Molle (Charente) (2e moitié du ve-vie s.) (Huet et Mistrot 2017).

205 Avec dès lors les dépôts de “terres noires”, la céramique modelée…

206 209 Pour cette question d’acculturation, voir par exemple : Zuckerman 1993 ; Wickham 2001 : 557-558 ; Lenz 2005 ; Roussel 2011 ; Ferdière 2012 : 316 ; Liebeschütz 2015 ; López Quiroga, Kazanski et Ivanišević 2017b.

207 Et surtout le retour à la baisse, pour des pratiques et usages différents, de la taille au garrot des grands mammifères domestiques (surtout le bœuf), tel que bien documenté par l’archéozoologie (ici sans références bibliographiques détaillées, car aux limites du sujet ; cf. en général Ward-Perkins 2005 : 145, Fig. 7.3 ; Duval et Clavel 2018 : 154-158 ; tabl. Fig. 10 et 11).

208 Noté par exemple pour l’Armorique (donc pour nous au moins la cité de Nantes) par P. Galliou (2005 : 361).

209 Pour la topographie chrétienne des cités et provinces concernées ici, voir : Piétri et Biarne 1987 ; Prévot et Barral 1989 ; Picard et al. 1992 ; Gauthier et Fixot 1996 ; Maurin et al. 1998.

210 Voir par exemple – a priori a contrario – la persistance de la langue “celtique” ou gauloise (sans doute plutôt en fait “gallo-romaine”) en Gaule dans l’Antiquité tardive (Fournier 1955), et notamment au début du ve s. par les paysans d’Aquitaine (Sulpice Sévère, Dial., I, 27, 2-4), ainsi qu’en Auvergne vers 470 (Sidoine Apollinaire, Epist., III, 3, 2), y compris pour la noblesse. Mais sans toutefois en faire une culture différente – comme avec la définition du “Champdolien” (supra, § 2.2.1, note 99) ! – : les changements culturels sont profonds mais restent dans un continuum historique fait d’influences et d’acculturations permanentes.

211 C’est par exemple le cas du site de Saint-Pathus “les Petits Ormes” (Seine-et-Marne) (Hurard et Bruley-Chabot 2011), avec des bâtiments en bois, de céramique granuleuse (mais sans poterie modelée), un peigne en os/bois de cerf, des dépôts de squelettes de chiens, et un crâne humain daté du Bas-Empire portant des traces de crémation (cf. Ferdière 2012 : 324-326).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits image d’après site Wikipedia, Table de Peutinger
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 2.2 - Les structures étatiques dans la Gaule tardive.
Crédits d’après Van Ossel 2021 : Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2.3 - Évolution des territoires administratifs entre la fin du iiie s. et 511, pour l’actuelle Région Centre-Val de Loire.
Crédits d’après Fournier 2022 : Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2.4 - Carte des Comites et Magistri equitum en Occident dans l’Antiquité tardive.
Crédits d’après Jones 1964 : carte IV
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 2.5 - L’organisation militaire en Gaule autour de 350 notamment selon les données de la Notitia Dignitatum : sièges des commandements, cantonnements de troupes et d’auxiliaires “barbares”.
Crédits d’après À l’Aube… 1981 : Fig. 168, p. 230, et légende n° 363, p. 212
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Titre Fig. 2.6 - La “basilique” du Marché aux Fleurs, dans l’île de la Cité à Paris.
Crédits d’après Busson 1998 : Fig. 292
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 2.7 - Édifice de la fin du ive s. aux abords nord de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges : a) plan de localisation ; b) photographie en cours de fouille.
Crédits d’après Marot, Fondrillon et Durand 2022 : Fig. 5 et 6
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 803k
Titre Fig. 2.8 - Édifice de la cour de l’Évêché à Sens
Crédits d’après Delor 2002 : Fig. 966)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 2.9 - Vignette de la Notitia Dignitatum pour le Maître des Offices contrôlant les fabriques (Fabricae) d’armes (copie du xve s. de la Bodleian Library, Oxford, Ms. Canon. Misc. 378, fol. 141r.
Crédits d’après Fort et al. 2021b : Fig. 4)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2.10 - Carte des ateliers impériaux, dont fabriques d’armes, selon la Notitia Dignitatum
Crédits d’après Lafaurie 1958 : Fig. p. 304
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Fig. 2.11 - Carte des découvertes de monnaies d’argent en Gaule, c. 440-575 (état de la documentation en 1964).
Crédits d’après Lafaurie 1964
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 2.12 - Carte des ateliers ayant frappé des monnaies d’imitation : a) durant la seconde moitié du iiie s. ; b) au milieu du ive s.
Crédits d’après Pilon 2022 : Fig. 6 et 7
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2.13 - Les cités du Nord-Est de la Gaule et Germanies où des installations de “barbares” sont attestés par le Panégyriques latins.
Crédits d’après Fort et al. 2012b : Fig. 9, A
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 2.14 - Carte des installations de Lètes (en bleu) et Sarmates (en rouge) dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies.
Crédits d’après Fort et al. 2021b : Fig. 9, B
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 2.15 - Carte des indices de présence impériale, militaire ou de fonctionnaires dans le Nord-Est de la Gaule et Germanies.
Crédits d’après Fort et al. 2021b : Fig. 23
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Fig. 2.16 - Répartition en Gaule des cantonnements de Laeti (en bleu) et de Gentiles (en jaune)
Crédits d’après Mooney 2018 : Fig. 2
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 2.17 - Les stations du Tractus Armoricanus et du Litus Saxonicum selon les données de la Notitia Dignitatum.
Crédits d’après Périn et Feffer 1987 : Fig. p. 59
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 2.18 - Les stationnements (fortifications) des Tractus Armoricani et Nervicani de la Notitia Dignitatum dans le Nord-Ouest de la Gaule (d’après Brulet 1989 : Fig. 10, selon L. Langouët) : 1 = Nantes, 2 = Vannes, 3 = Brest, 4 = Alet, 5 = Avranches, 6 = Coutances, 7 = Cherbourg, 8 = Île d’Alderney, 9 = Rouen ; manque en fait, en Armorique, la fortification du Yaudet (Côtes-d’Armor).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 2.19 - Vignette de la Notitia Dignitatum pour des stations du Tractus Armoricanus, avec représentations schématiques de ces fortifications, dont Mannatias (Nantes, en 3e place ligne 2) et Grannono non localisé, en dernière place).
Crédits d’après À l’Aube… 1981 : Fig. 9, selon éd. Seeck de 1876, ms. Cod. Clm. 10291, Bayer Staatsbibliothek, Munich
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Fig. 2.20 - Édifice des “Grands Jardins” à Guérande (Loire-Atlantique).
Crédits d’après Provost 1988e : Fig. 24, selon Maître 1983
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 2.21 - Carte des documents liés au culte de Mithra dans l’ensemble du monde romain
Crédits d’après Brodeur 2013 : Fig. 4, d’après Turcan 1981
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-21.png
Fichier image/png, 180k
Titre Fig. 2.22 - Le mithraeum de Septeuil (Yvelines), dans le nymphée désaffecté
Crédits d’après Barat 2007 : Fig. 535
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Fig. 2.23 - Le mithaeum d’Angers dans sa dernière phase (fine du ive - tout début du ve s.).
Crédits d’après Brodeur 2013 : Fig. 3
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 2.24 - Chronologie des “Grandes invasions”.
Crédits d’après Wikipedia.fr, Invasion barbares, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-24.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 2.25 a et b - Cartes supposées des différentes vagues d’“invasions barbares”, du milieu du iiie s. à la fin du ve s.
Crédits a) d’après Wikipedia.fr, Grandes invasions, consulté en 2021 ; b) d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-25.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2.26 - Les premières “invasions barbares” du iiie s. (251-286), dont les raids saxons sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique.
Crédits d’après Aillagon 2008 : carte h.t.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 2.27 - Carte des dépôts monétaires enfouis entre 250 et 260.
Crédits d’après Demougeot 1969 : carte XVIII, A
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 2.28 - Carte des dépôts monétaires enfouis en 259 et 260.
Crédits d’après Loriot 1999 : Fig. 121
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 2.29 - Carte des “invasions barbares” de la fin du IIIe s., en réalité plus qu’hypothétique (d’après Johnson 1976 : Fig. 1).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2.30 - Carte des dépôts monétaires enfouis entre 270 et 280 (d’après Demougeot 1969 : carte XVIII, B).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 2.31 - Carte des différentes invasions et incursions “barbares” au ve s., après le partage de l’Empire en 395 : d’après carte en ligne sur : Encyclopédie_Larousse_en_ligne, consulté en 2021 ; dont (en vert) les Vandales et (en rouge) les Huns.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 2.32 - L’invasion des Vandales et Alains, de 407-409.
Crédits a) d’après Aillagon 2008 : carte h.t. ; b) ibid., carte Fig. 13
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 2.33 - L’incursion des Huns de 451.
Crédits a) d’après Aillagon 2008 : carte h.t. ; b) d’après Wikipedia.fr, “bataille des Champs Catalauniques”, consulté en 2021.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 2.34 - L’installation des “royaumes barbares” et le divisions de la Gaule du début du ve s. au début du vie s. : a) installations, dont par traité, des Barbares dans l’Empire romain d’Occident, c. 445 (d’après Heather 2005 : carte 14) ; b) les aires cédées par traité aux Barbares (Alains, Burgondes et Wisigoths) par l’Empire romain, en Gaule (d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 3.6) ; c) les divisions de la Gaule au début du règne de Clovis, fin ve s. (d’après “l’Histoire de France pas à pas”, Clovis, en ligne sur alex-bernardini.fr/histoire) ; d) les divisions de la Gaule en 481 (d’après Wikipedia.fr, Syagrius, consulté en 2021) ; e) id. (481-482) (d’après Francs… 1997 : carte) ; f) l’Europe des royaumes barbares, vers 500 (d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-34.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig. 2.35 - Le royaume burgonde en 443 (traité) et extension en 476.
Crédits d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-35.png
Fichier image/png, 410k
Titre Fig. 2.36 - De 376 au traité de 419, la migration des Goths de l’Europe de l’Est à l’Espagne.
Crédits d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 3.5
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-36.png
Fichier image/png, 225k
Titre Fig. 2.37 - Implantation première des Wisigoths en Gaule à la suite du traité de 419, et leur extension jusque vers la fin du ve s.
Crédits d’après Ward-Perkins 2005 : Fig. 2.1
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-37.png
Fichier image/png, 126k
Titre Fig. 2.38 - Carte des cités de Gaule (Aquitaines et Narbonnaises) concernées par l’extension du royaume des Wisigoths, entre 413 et 476.
Crédits d’après Wisigoths… 2020 : carte p. 89, selon Rouche 1979
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-38.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 2.39 - Indices matériels de la culture wisigothique hors de son territoire, dans le Nord de la Gaule, au ve s.
Crédits d’après Bierbrauer 1997 : Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-39.png
Fichier image/png, 704k
Titre Fig. 2.40 - Les conquêtes franques et l’expansion du royaume des Francs, de 486 à 511.
Crédits d’après Wikipedia.fr, Royaume franc, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-40.png
Fichier image/png, 187k
Titre Fig. 2.41 - L’expansion de l’empire franc à partir de 481.
Crédits d’après Wikipedia.fr, Invasions barbares, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 2.42 - Le conflits des Francs et des Wisigoths : campagnes franques en Aquitaine wisigothique entre 507 et 509.
Crédits d’après Wikipedia.fr, Bataille de Vouillé, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 2.43 - Extension maximale du “royaume de Syagrius”, au nom de la Gaule romaine, vers 486.
Crédits d’après Wikipedia.fr, Royaume de Soissons, consulté en 2021
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-43.png
Fichier image/png, 216k
Titre Fig. 2.44 - Établissements de culture “germanique” dans le Nord de la Gaule aux ive-ve s., dont grandes maisons sur poteaux plantés.
Crédits d’après Goffioul et al. 2016 : carte
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5702/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « Barbares, militaires et fonctionnaires dans le centre et le centre-ouest de la Gaule durant l’Antiquité tardive. 2e partie : la documentation »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 61 | 2022, mis en ligne le 13 décembre 2022, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/5702

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

LAT, UMR CITERES, Tours ; ferdiere@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search