Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 61Comptes rendusPaul Picavet, De la mouture gaulo...

Comptes rendus

Paul Picavet, De la mouture gauloise à la meunerie Carolingienne, Archéologie des meules et moulins entre Seine et Rhin

Revue du Nord, Hors-série, 2021, 553 p. (collection Art et archéologie  ; 30)
François Dumoulin
Référence(s) :

P. Picavet, De la mouture gauloise à la meunerie Carolingienne, Archéologie des meules et moulins entre Seine et Rhin, Revue du Nord, Hors-série, 2021, 553 p. (collection Art et archéologie  ; 30)

Texte intégral

1La publication de la thèse de Paul Picavet marquera une étape dans notre connaissance des meules de la période gauloise au haut Moyen Âge, car ce type d’approche à une échelle macro régionale n’est pas très courante. Ce travail est né de la rencontre entre un archéologue et le monde des meules en 2007, et il est remarquable, de disposer d’une telle somme après 15 années de recherche.

2L’approche proposée dans ce fort volume de plus de 550 pages est de faire l’économie de la présentation du corpus reporté dans une annexe numérique disponible sur HAL, et de nous conduire, après une définition du cadre et de la méthode, sur le cheminement des meules, depuis ce qui en fait l’origine, avec la géologie des roches meulières, puis la forme de l’objet en abordant l’importance des choix techniques, avant d’aborder la question des circuits de distribution, puis la place de la meule dans la société. Une bibliographie unique regroupant rapports de fouilles et publications de tous ordres, un catalogue des sites. Un résumé en anglais et en allemand complète cet opus. La qualité graphique des illustrations et du maquettage le soin apporté au texte et à la structuration de l’ouvrage sont à souligner.

3En introduction, l’histoire de la meule rotative est abordée depuis son apparition au vie-ve s. en Méditerranée occidentale et sa diffusion rapide en Gaule du sud, avant sa diffusion dans les territoires de Gaule septentrionale à la fin du iiie s. Le moulin pompéien, qui n’est pas absent de l’étude malgré son caractère assez exceptionnel au nord de la Seine, le moulin hydraulique dont Barbegal reste l’icône, sont successivement abordés, avec plus ou moins d’épaisseur dans leur genèse. Dès cette étape P. Picavet esquisse une analyse en trois temps qui marquent des sauts technologiques avec le moulin rotatif domestique gaulois, le moulin urbain antique, puis le moulin à perche du haut Moyen Âge. Du côté de la méthode, les fruits du travail du “ groupe meule ”, à l’œuvre depuis de nombreuses années, permettent de faire l’économie de la construction d’une typo-chronologie dont l’auteur a bien conscience qu’il ne pourra que la préciser.

4La première Partie – Cadre et méthode – aborde en une vingtaine de pages la définition du cadre géographique, entre Seine et Rhin, revenant rapidement sur les entités historiques qui l’ont composé, nous apprend qu’une série de 2 066 meules a été étudiée dans l’optique de construire un corpus qui prenne en considération la matière, la forme et la fonction, et s’attache à une analyse territoriale, du site à la région. L’auteur rappelle le rôle des référentiels mis en place avec le “ groupe meule ” et l’importance des analyses chimiques développées avec l’université de Mayence (RGZM) et en particulier T.M. Gluhak. On regrette de ne pas trouver ici une présentation sommaire du corpus des sites pris en considération, présentation qui aurait permis, dès cette étape, de saisir le large spectre couvert en abordant leur nature et leur répartition.

5La deuxième partie – Géologie des roches meulières – aborde sur une centaine de pages huit familles de roches exploitées livrant, pour chaque secteur d’extraction reconnu – les archéologues miniers parleraient de district – une notice qui précise les types de meules produites par période et livre une cartographie très précise de leurs lieux de production et de leur diffusion. Ainsi se dessinent des bassins de diffusion et leurs frontières qui paraissent parfois traduire des confrontations quasi monopolistiques ou au contraire des zones de porosité. Apparaissent également les temps de ruptures bien illustrés par la figure 116, qui révèle également la carence documentaire des ve et vie s.

6La troisième partie – La forme de l’objet – consacre plus de 130 pages à un retour sur la typologie et dans le détail des évolutions pour chacun des types. Les grandes innovations sont mises en lumière, les variations métriques sont recherchées, l’émergence de nouveau modèle est décortiquée. La question du traitement des surfaces abrasives – l’habillage – donne lieu à un long développement sur le rôle fonctionnel (décorticage des grains ?) et sur les possibles critères culturels qui gouverneraient aux choix des variantes technologiques.

7La quatrième partie – Du choix de la matière à l’acheminement – consacre 70 pages à l’examen des circuits de distribution. Au regard de ce que l’on peut imaginer des modalités et du coût du transport de ces matières pondéreuses, l’auteur plaque des principes et prête des notions d’économie très contemporaines à la société gauloise et gallo-romaine sans les interroger au regard d’autres matériaux, comme le vin et l’huile. L’approche des dynamiques de marchés met en confrontation des centres urbains dont la variété du spectre d’approvisionnement est très large, des agglomérations à spectre plus réduit et des sites ruraux plus souvent limités à un ou deux fournisseurs (figure 245). Seul l’est de la région d’étude, où la présence des seules productions de l’Eifel interroge quant à une possible position monopolistique, échappe à cette variété. Cette étape aurait gagné à s’enrichir d’un éclairage critique sur les sources afin de mieux présenter les sites de découverte et de pondérer le biais apporté par la différence en nombre de fouilles.

8La cinquième partie – La place du moulin, du foyer à la société – examine la place des meules au sein des sites de consommation. Le chapitre portant sur l’approche économique de l’acquisition des meules pour les ménages, les exploitants agricoles, apparaît un peu déconnecté du sujet archéologique et appelle parfois des notions (la paysannerie) et des auteurs (Marc Bloch) éloignés des problématiques actuelles, sans interroger sur le fond ce que l’on sait des modes de vies alimentaires de la société gauloise et gallo-romaine urbaine et rurale, notamment en matière de pain, de boulangerie. Les chapitres suivants esquissent une judicieuse approche spatiale de la répartition des meules sur les sites. On découvre la nature des sites utilisés et l’évolution des modes de rejets traduit une mutation de la place du moulin des zones de stockage dans les grands domaines à la période gauloise, vers l’univers domestique sous le Haut Empire, ou dans les villes. La place du moulin hydraulique très peu documenté dans ce territoire, reste difficile à cerner alors que la présence des meules de type “ Brillon ” pourrait renvoyer à des pratiques plus agricoles que domestiques. Enfin la question du remploi de la meule balaye rapidement les cas de figure rencontrés, sans pourtant se poser la question du déclassement de la meule et de son bris.

9Une très importante bibliographie, 45 pages, précède deux catalogues de sites, celui des sites étudiés, puis celui des sites extraits de rapports et publications. Un renvoi à une base de donnée sur HAL – un QR code aurait été bienvenu – donne accès au catalogue des meules étudiées. Deux résumés en anglais et en allemand concluent cet ouvrage.

10La très belle publication de Paul Picavet est donc une somme macro régionale d’une grande pertinence, qui laisse peu de zones d’ombre sur les meules entre la Seine et le Rhin, de leur production à leur abandon. Elle présente toutes les qualités d’une très bonne thèse, et quelques-uns de ses défauts. Ces derniers ont le mérite de nous indiquer quelles directions devra prendre demain la recherche dans ce domaine, pour combler l’incroyable hiatus chronologique des ve et vie s., autour de la liaison meule – moulin – boulangerie, ou encore de la question des moulins hydrauliques, pour ne donner que quelques exemples du travail qui reste à accomplir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Dumoulin, « Paul Picavet, De la mouture gauloise à la meunerie Carolingienne, Archéologie des meules et moulins entre Seine et Rhin »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 61 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/5741

Haut de page

Auteur

François Dumoulin

Conservateur régional adjoint de l’archéologie, DRAC ARA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search