Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 61Comptes rendusSophie Liégard, Secrets de fouill...

Comptes rendus

Sophie Liégard, Secrets de fouille. Archéologie urbaine à Souvigny

Ville de Souvigny, 2022, 144 p.
Élisabeth Lorans
Référence(s) :

S. Liegard, Secrets de fouille. Archéologie urbaine à Souvigny, Ville de Souvigny, 2022, 144 p.

Texte intégral

  • 1 Chevalier P. et Maquet A., Des tombeaux, des reliques et des saints. Découverte des tombeaux et gis (...)

1Ce catalogue d’exposition, au format carré, est destiné avant tout au grand public et d’abord aux habitants de Souvigny (Allier). Cette petite ville, qui compte aujourd’hui moins de 2 000 habitants, a eu un glorieux passé comme berceau de la famille des Bourbons et siège d’un prieuré clunisien dont l’église reçut les corps de deux célèbres abbés décédés sur place, Mayeul (mort en 994) et Odilon (mort en 1049). Les vestiges de leur tombeau ont été mis au jour et restaurés il y a une vingtaine d’années, ce qui avait déjà donné lieu à une exposition1. L’archéologie est donc une pratique locale bien ancrée, ce dont on ne peut que se féliciter tant il est rare que les aménagements des petites agglomérations fassent l’objet d’investigations aussi poussées. C’est la réfection de la voirie et des places du centre-ville qui a engendré cette opération de fouille conduite entre mai 2009 et octobre 2012, soit dix mois de terrain, suivis d’environ un an de traitement des données pour six personnes.

2Ce volume, qui doit correspondre à l’organisation de l’exposition présentée sur place du printemps 2021 à l’automne 2022, livre les principaux résultats de cette intervention selon une organisation thématique, une fois décrits les vestiges ténus de l’Antiquité et du très haut Moyen Âge. À chaque thème correspond aussi un encart sur les différentes méthodes d’analyse de l’archéologie.

3Pour clore ces lignes introductives, signalons d’emblée que le sous-sol très humide de Souvigny a favorisé la conservation du bois et livré donc des informations rares, sur le plan funéraire comme domestique, la découverte la plus exceptionnelle étant sans doute celle d’une bêche du tout début du xie s. piégée dans une fosse d’inhumation.

4Commençons par résumer les grandes étapes de la fabrique de cette agglomération qui tire son origine d’une villa attestée entre 915 et 920 et possédée par le membre le plus ancien que l’on connaisse de la famille des Bourbon, un certain Aymard. Si l’on peut discuter le lien direct établi entre le terme de villa et les vestiges archéologiques, il n’en reste pas moins que la fouille a mis en évidence un espace d’au moins un hectare enclos par un fossé repéré sur trois côtés et contenant plusieurs bâtiments sur poteaux plantés dont un a rempli aux ixe-xe s. les fonctions de cuisine, comme l’atteste la présence de plusieurs soles foyères.

5Après le comblement dans la seconde moitié du xe s. du fossé occidental, l’occupation s’étend ; en témoigne notamment une nouvelle enceinte palissadée édifiée vers 1100. Une dernière enceinte, en pierre, la remplace à partir du xiiie s. ; si son tracé ponctué de sept portes est bien préservé dans la morphologie urbaine, les vestiges en sont rares aujourd’hui.

6Les équipements urbains sont bien documentés, du Moyen Âge à l’époque moderne, en particulier les chaussées successives, bien stratifiées, et les canalisations. L’occupation domestique est identifiée par les vestiges de constructions en bois ou, à partir des xie-xiie s., maçonnées, par des caves voûtées, mais aussi par des latrines tapissées de planches ou des puits et par un abondant mobilier témoin de la vie quotidienne et de la consommation carnée des habitants, dominée par le bœuf et les caprinés pour les occupants du château – détruit pour l’essentiel – tandis que le porc l’emporte sur le reste du site. L’observation des traces du bâti civil permet d’identifier sa densification au cours du Moyen Âge, avec des empiètements sur les espaces funéraires, puis sa rétraction au profit des espaces publics, voies et places, à partir du xviiie s. La présence des Bourbons n’a pas laissé beaucoup de vestiges bâtis mais du mobilier de grande qualité peut être rattaché à cette résidence aristocratique.

7Passons au monde des morts étudié par la fouille de plus de 220 sépultures réparties en plusieurs espaces documentés ou non par les sources écrites et pour la plupart en lien avec les édifices religieux de Souvigny qui en comptait six : trois dans l’enceinte du prieuré clunisien fondé dans la seconde moitié du xe s., deux dans l’agglomération, Saint-Marc (ancienne église paroissiale ?) et Saint-Eloi (ancienne chapelle hospitalière ?), et la chapelle castrale dédiée à Sainte-Catherine. À noter la découverte d’une zone funéraire jusqu’ici inconnue, à l’écart de l’agglomération, qui a livré en 2011 une majorité de tombes inhumées têtes au nord dont les plus anciennes remontent au xe s. La localisation de cet espace funéraire comme cette orientation atypique soulèvent la question du statut des inhumés, exclus du cimetière paroissial.

8La fouille de tous ces ensembles funéraires a fortement enrichi les connaissances sur la typo-chronologie régionale des contenants, qui court du ixe au xiiie s. et voit se succéder des coffrages en bois (en bâtière ou rectangulaires), des contenants monoxyles, des fosses en pleine terre fermées par des planches et, aux xie-xiiie s., des coffres maçonnés anthropomorphes, sans oublier des sarcophages trapézoïdaux des vie-viie s. réutilisés, comme ce fut le cas pour abriter les reliques des saints Mayeul et Odilon. Enfin, la fouille des zones d’inhumation associées aux lieux de culte a révélé d’une part l’existence de secteurs réservés aux très jeunes enfants (au chevet de Saint-Marc) et d’autre part la rétraction du cimetière situé au nord du prieuré au profit de l’extension de l’habitat, deux phénomènes bien attestés par ailleurs, en milieu urbain comme rural.

9Il convient donc de saluer cette entreprise qui montre à quel point la fouille, même limitée en épaisseur, de secteurs correspondant au centre ancien d’une agglomération d’origine médiévale, est riche d’enseignements, ce qui devrait encourager les services de l’État comme les municipalités à se lancer dans de tels projets. Il reste à souhaiter la parution prochaine de la publication scientifique de cette opération, annoncée en conclusion du volume.

Haut de page

Notes

1 Chevalier P. et Maquet A., Des tombeaux, des reliques et des saints. Découverte des tombeaux et gisants des saints abbés de Cluny, Catalogue de l'exposition de Souvigny, musée municipal - 10 mai / 31 décembre 2003, Ville de Souvigny, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Sophie Liégard, Secrets de fouille. Archéologie urbaine à Souvigny »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 61 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/5746

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Professeur d’archéologie médiévale à l’Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search