Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 62Notes et documentsIndices d’orfèvrerie et d’élabora...

Notes et documents

Indices d’orfèvrerie et d’élaboration du laiton à Meaux (Seine-et-Marne) au ier s. ap. J.-C. : l’apport des analyses chimiques

Indices of goldsmithing and brass production at Meaux (Seine-et-Marne) during the 1rst century A.D.: the evidence of chemical analysis
Jean-Marc Séguier, Fabien Pilon, David Couturier et Christel Delozanne

Résumés

Plusieurs découvertes effectuées en contexte d’archéologie préventive montrent que la métallurgie du fer et des alliages cuivreux est bien représentée à Meaux, chef-lieu d’une petite cité à l’époque romaine. Les analyses chimiques de creusets récemment découverts attestent la présence d’ateliers de travail de l’or et de production de laiton. Cet article permet également de présenter des documents liés au travail du bronze au plomb, ainsi qu’un creuset probablement neuf.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les auteurs remercient Marie-France André, Nathalie Gomes et Patrick Pihuit (Inrap) qui ont pris en (...)

1Meaux-Iantinum est le chef-lieu d’une cité de taille modeste localisée dans la partie septentrionale de la Gaule Lyonnaise, aux confins de la Gaule Belgique (Fig. 1)1. La multiplication des fouilles préventives, particulièrement à partir des années 2000, a permis de mettre en évidence, comme dans un très grand nombre d’agglomérations gallo-romaines, des indices d’activités artisanales diversifiées (métallurgie, tabletterie, tissage, verrerie, céramique…).

Fig. 1 - L’agglomération et la cité de Meaux à l’époque romaine.

Fig. 1 - L’agglomération et la cité de Meaux à l’époque romaine.

Infographie N. Gomes

2La découverte de plusieurs ateliers de post-réduction, parfois importants (Magnan 2008), classe la sidérurgie au premier rang des activités métallurgiques. Cependant, le travail des métaux non ferreux est attesté en plusieurs endroits. La découverte de nouveaux artéfacts permet de préciser la nature et la diversité de cette pratique en élargissant le champ de ces activités à l’orfèvrerie et à la cémentation du zinc. Ceux-ci font l’objet de la présente note.

Le travail des métaux non ferreux à Meaux : état des lieux

  • 2 La numérotation des indices est celle établie dans le cadre de l’indexation des opérations archéolo (...)
  • 3 Pour une masse de 1,5 kg.
  • 4 Inédit : fouille préventive dirigée par C. Delozanne (Inrap).
  • 5 Inédit : diagnostic réalisé en 1997 sous la direction de É. Sethian (Inrap).

3Le travail des métaux non ferreux a été mis en évidence en plusieurs points, le plus souvent associé à celui du fer (Fig. 2)2. Ainsi, au 9 rue Georges Lugol (Fig. 2, site 14), deux zones distinctes fouillées en 1950 et 1956 ont livré des fragments d’alliage cuivreux fondu associés à de petites billes et à des chutes – tôles et tiges (Magnan 2008 : 284). Un possible four de bronzier pré-augustéen a été identifié en 2016 dans la fosse 5451 du 62-72 rue Saint-Faron (Fig. 2, site 125), associé à de nombreux fragments de bronze fondu3 (Couturier 2019 : 55). Du bronze fondu a été mis au jour dans deux autres fosses du même site, datées de la même époque (faits 2869 et 3718), en association avec des fragments de paroi de four pour cette dernière, ainsi que dans des recharges de l’état augustéen du decumanus 5 et dans des niveaux en rapport avec l’utilisation au milieu du ier s. ap. J.-C. du decumanus 5 et du cardo 2 (ibid.). Au 4 rue Camille Guérin, site fouillé en 2021 (Fig. 2, site 154), c’est un creuset isolé qui témoigne d’une activité de bronzier dans une domus dans laquelle ont été observés d’autres témoins d’activités artisanales (sidérurgie, verre, tissage)4. Mais c’est l’emprise du 23 boulevard Jean Rose (Fig. 2, site 60), fouillée en 2007, qui a livré les éléments les plus nombreux, répartis dans quatre fosses : bronze fondu (fait 5588), creusets (faits 5451, 50533 et 50481 : Fig. 3), plaque à alvéole/lingotière (fait 50481 : Fig. 4), chutes de métal (tôles et tiges : fait 50481) et fragment de fléau de balance de précision (fait 50481) – autant d’éléments datés entre le milieu et la fin du ier s. ap. J.-C. (Couturier 2015 : 88). Enfin, un autre fragment de lingotière datée de la fin de la période augustéenne provient de la fosse 5 du 1 rue de la République (Fig. 2, site 115)5.

  • 6 Fouille préventive dirigée par D. Couturier.
  • 7 Fouille préventive dirigée par C. Delozanne.
  • 8 Étude F. Pilon. Cette technique permet une analyse qualitative ou semi-quantitative (voire quantita (...)

4Jusqu’à présent et en l’absence d’analyses chimiques, tous ces documents ont été mis en relation avec le travail des alliages cuivreux lato sensu, mais deux nouvelles activités sont désormais attestées par la mise au jour de nouveaux creusets : l’orfèvrerie au 25 rue Saint-Fiacre/124 rue de Châage (Fig. 2, site 47)6 et la production de laiton au 1-9 rue Saint-Fiacre (Fig. 2, site 136)7. Identifiés lors de l’étude des céramiques, ces derniers artéfacts ont fait l’objet d’analyses de composition par spectrométrie de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde8 que nous présentons ici. Leur étude est complétée par celle de deux témoins du travail des alliages cuivreux, analysés en marge des précédents (creuset au 4 rue Camille Guérin et paroi de four au 1-9 rue Saint-Fiacre), et qui apportent une contribution à la connaissance de l’activité des bronziers de Meaux, ainsi qu’un creuset non utilisé issu de la fouille du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Fig. 2 - Localisation des sites mentionnés dans l’étude (infographie) : 9 rue Georges Lugol (site 14) ; 62-72 rue Saint-Faron (125) ; 1-9 rue Saint-Fiacre (136) ; 25 rue Saint-Fiacre (site 47) ; 23 boulevard Jean Rose (site 60) ; 4 rue Camille Guérin (site 154) ; 1 rue de la République (site 115).

Fig. 2 - Localisation des sites mentionnés dans l’étude (infographie) : 9 rue Georges Lugol (site 14) ; 62-72 rue Saint-Faron (125) ; 1-9 rue Saint-Fiacre (136) ; 25 rue Saint-Fiacre (site 47) ; 23 boulevard Jean Rose (site 60) ; 4 rue Camille Guérin (site 154) ; 1 rue de la République (site 115).

Infographie N. Gomes

Fig. 3 - Creusets des faits 50533 (A) et 50481 (B) du 23 boulevard Jean Rose.

Fig. 3 - Creusets des faits 50533 (A) et 50481 (B) du 23 boulevard Jean Rose.

Clichés N. Gomes

Fig. 4 - Lingotière du fait 50481 du 23 boulevard Jean Rose.

Fig. 4 - Lingotière du fait 50481 du 23 boulevard Jean Rose.

Cliché N. Gomes

Un atelier d’orfèvre

Le contexte

  • 9 Sur le système viaire de Meaux-Iantinum, voir Couturier et al. 2022.

5La fouille préventive du 25 rue Saint-Fiacre/124 rue de Châage a porté sur un quartier localisé en périphérie de l’agglomération antique (Fig. 2, site 47). Organisé autour d’une voirie (decumanus 2) formant un angle à l’est9, celui-ci se composait d’unités d’habitation dont la structure n’apparaît pas toujours avec netteté en raison de l’état de conservation assez médiocre des vestiges (Fig. 5). Les indices d’activités artisanales ne manquent pas : la sidérurgie (post-réduction) est attestée dans les horizons pré-augustéen, augustéen et tibérien, alors que des ateliers de verrier et de potier, ce dernier spécialisé dans la production de lampes à suif, sont datés du iiie s.

Fig. 5 - Plan simplifié des vestiges antiques du 25 rue Saint-Fiacre et localisation de la fosse 7114 (NB : les nombreuses autres fosses ont été omise afin de ne pas nuire à la lecture du plan).

Fig. 5 - Plan simplifié des vestiges antiques du 25 rue Saint-Fiacre et localisation de la fosse 7114 (NB : les nombreuses autres fosses ont été omise afin de ne pas nuire à la lecture du plan).

Infographie N. Gomes

6Le creuset d’orfèvre provient de l’Us 7185 située à la base du comblement de la fosse 7114 (Fig. 6) et qui a par ailleurs livré, au sein d’un dépotoir domestique daté des années 20-40 ap. J.-C., un important lot de céramique, quelques scories et fragments de paroi de four liés à l’activité sidérurgique, ainsi que deux fragments de pesons en terre cuite (Couturier 2010 : 86-87). Une structure de combustion fondée sur un radier de tessons (foyer, four domestique ?), installée au sommet du remplissage de la fosse, appartient à une étape postérieure datée du ier s. sans plus de précision (Fig. 6), dont la conservation est probablement due au tassement différentiel du sédiment. La fosse 7114 est localisée dans une pièce appartenant à une série de locaux implantés en façade de rue (boutiques ?) (Fig. 5).

Fig. 6 - Coupe de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre : le creuset d’orfèvre provint de la base du remplissage.

Fig. 6 - Coupe de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre : le creuset d’orfèvre provint de la base du remplissage.

Cliché équipe de fouille, infographie N. Gomes

Le creuset

7Ce très petit creuset, incomplet (il n’en subsiste que la moitié), est en forme de cupule tronconique à fond plat d’à peine plus de 1 cm de diamètre à l’ouverture et de moins de 1 cm de haut (Fig. 7-8). Il a été modelé dans une terre dégraissée à l’aide de sable calcaire et de végétaux. La section du creuset est de teinte rougeâtre alors que sa surface externe grise comporte des taches d’oxydation plus claires. La face interne est couverte d’une pellicule vitrifiée de teinte ocre au centre de la cupule et noire dans sa partie médiane. C’est dans cette pellicule et à sa surface que sont visibles une vingtaine de très petites gouttelettes dorées témoignant de son usage (Fig. 7).

Fig. 7 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.

Fig. 7 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.

Clichés J.-M. Séguier

Fig. 8 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.

Fig. 8 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.

Dessin J.-M. Séguier, infographie M.-F. André

Résultats de l’analyse chimique

  • 10 La méthodologie est exposée en annexe.

8L’expertise10 d’une surface de 40 mm2 au moyen d’un spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde BRUKER S8 TIGER (Fig. 9) a mis en évidence la présence de plusieurs éléments chimiques présents à l’état de majeurs (Fig. 10) : d’une part Si, Fe, Ca, Al, Na, qui sont caractéristiques de la terre cuite et d’autre part Au et Ag qui sont strictement associés aux gouttelettes dorées (Pilon 2022).

Fig. 9 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre : surface caractérisée par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.

Fig. 9 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre : surface caractérisée par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.

Infographie F. Pilon

Fig. 10 - Résultats de l’analyse fluorescence X à dispersion en longueur d’onde du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.

Fig. 10 - Résultats de l’analyse fluorescence X à dispersion en longueur d’onde du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.

Document F. Pilon

9Des cartographies de répartition ont été réalisées pour plusieurs éléments majeurs : Si, Fe, Ca, Al, Ag et Au (Fig. 11) ; elles mettent en évidence la coïncidence stricte entre les concentrations en Au et Ag et les gouttelettes dorées.

Fig. 11 - Cartographies des éléments majeurs à l’intérieur du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre. NB : les tâches correspondant à l’alliage Au-Ag ne traduisent pas l’image réelle car l’échantillon n’est pas plan.

Fig. 11 - Cartographies des éléments majeurs à l’intérieur du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre. NB : les tâches correspondant à l’alliage Au-Ag ne traduisent pas l’image réelle car l’échantillon n’est pas plan.

Infographie F. Pilon

10L’analyse quantitative réalisée sur l’une des gouttelettes montre qu’il s’agit d’un alliage Au-Ag (Fig. 12) avec une teneur en argent relativement faible, de l’ordre de 2,3 % en moyenne qui pourrait être en réalité plus importante car la fluorescence X demeure une analyse de surface et subsurface qui ne concerne que quelques dizaines de µm d’épaisseur. Or les alliages Au-Ag (électrum) présentent un enrichissement naturel en or (Delestrée et Pilon 2011 : 42-44 ; Blet-Lemarquand et al. 2014), de la même façon que les alliages Ag-Cu s’enrichissent superficiellement en argent (Beck et al. 2004). Une analyse de composition précise pourrait être réalisée sur une gouttelette par spectrométrie d’émission atomique à source plasma à couplage inductif (ICP-OES), mais elle serait destructive. D’autres éléments ont été détectés, comme le palladium et le cuivre (en quantité insuffisante pour ce dernier pour envisager la mise en œuvre d’un alliage ternaire Au-Ag-Cu) et d’autres non (bismuth, platine).

Fig. 12 - Composition d’une gouttelette d’alliage or-argent du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre analysée au spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.

Fig. 12 - Composition d’une gouttelette d’alliage or-argent du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre analysée au spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.

Document F. Pilon

Discussion

  • 11 Sur ce procédé et sa réalisation à partir de paillettes d’or alluvionnaire dans du poussier, voir É (...)

11L’analyse spectrométrique et l’observation macroscopique s’accordent donc pour voir dans cette cupule un instrument utilisé par un orfèvre pour fondre de très petites quantités d’un alliage or-argent. La fonction exacte de cet instrument dans la chaîne opératoire reste cependant incertaine. Il est en effet a priori difficile de différencier un creuset de fusion/coupellation d’un autre utilisé pour la granulation11, et de savoir si la matière première était de l’or alluvionnaire en paillettes ou résultait d’un processus de recyclage. Le volume du creuset étant très faible (environ 0,13 cm3, soit un poids de l’ordre de 2,5 g d’or – en supposant le creuset plein), il est possible que l’opération ait été destinée à produire une très petite quantité d’alliage en vue de son laminage par battage ou de la production d’un fil (Pernot 2011), voire à obtenir des granules dont la bijouterie antique a fait un large usage (Guiraud 1999 ; Besson 2002 ; 2010).

12Le creuset de Meaux appartient à une petite série d’instruments comparables contenant des gouttelettes de métal précieux. Les éléments de comparaison les plus pertinents, décrits comme des cupules, des coupelles ou de petites vasques de 1,5 à 3 cm de diamètre pour 1 à 2 cm de profondeur, ont été découverts au Château d’Angers (Chevet et al. 1997, vol. 2 : 199-204), à Famars, 21 rue d’Artres (Clotuche 2021 : 37 et Fig. 23), à Poitiers, Îlot des Cordeliers (Jouquand 2000 ; Jouquand et Wittmann 2010 : 8 ; Flament 2018) et à Rennes, 3-5 rue de Saint-Malo (Le Cloirec 1995 : 87-90 ; Pouilles 2008 : 261-262), mais aussi, probablement, à Saint-Marcel-Argentomagus (Guiraud 1993 ; Picard 1968 : 336). Les analyses conduites sur quelques-unes de ces cupules révèlent la présence d’un alliage or-argent associé à des traces de cuivre à Poitiers (Flament 2018), et de cuivre et de plomb à Angers (Chevet et al. 1997, vol. 2 : 199-204).

  • 12 “En forme de citron” pour reprendre l’expression imagée employée à Poitiers pour les creusets de br (...)

13Ces cupules figurent parmi les arguments les plus pertinents permettant d’identifier un atelier d’orfèvre. En plus de ceux d’Angers, Famars, Poitiers, Rennes et Argentomagus, des creusets contenant des gouttelettes d’or localisent d’autres ateliers d’orfèvre à Rouen, Place de la cathédrale (Collectif 1982 : 25-28 ; Varoqueaux 1982 : 300 ; Lequoy et Guillot 2005 : 130-131), Autun (Besson 2002), Mâlain (Guiraud 1993 ; Chardron-Picault 2007 : 229-230), Vertault (ibid.), Alésia (ibid.) et Nuits-Saint-Georges (ibid.). Mais l’information se résume la plupart du temps à une simple mention assortie, au mieux, d’une description trop elliptique pour savoir si les creusets sont des cupules ou s’ils relèvent d’une autre morphologie. Ceux de Rouen seraient de forme ovoïde12 et d’une capacité plus importante que celle des cupules (Lequoy et Guillot 2005 : 130 et Fig. 84). Les creusets ne sont pas les seuls objets à porter des traces d’or puisque sont également connus un fragment de moule en calcaire à Angers, bibliothèque municipale (Aubin 1981 : 351-352) et des moules à alvéoles à Bavay (Hanoune 2000 ; Scheers 2000). Enfin, des pierres de touche sont signalées à Famars (Clotuche 2021) et à Poitiers (Jouquand et Wittmann 2010).

14Les creusets d’orfèvres ont presque tous été découverts dans des ateliers de bronzier révélés par des creusets, du métal fondu et des chutes de découpe, voire des fragments de moules ou des foyers (Angers bibliothèque, Château d’Angers, Rennes, Rouen, Poitiers, Mâlain, Vertault, Alésia, Nuits-Saint-Georges), mais ce n’est le cas ni à Meaux, ni à Famars. Ceux de Rouen étaient associés à des bijoux (perles, bague, bracelet, intaille), un lingot d’argent et un brunissoir en agate (Lequoy et Guillot 2005 : 130-131). Dans ce dernier cas, l’atelier semble bien être celui d’un bijoutier familier du travail des alliages cuivreux, des métaux précieux et de l’ajustage de gemmes. Mais on ne peut exclure que là, comme dans les autres ateliers gaulois, l’artisanat conjoint des alliages cuivreux et des métaux précieux puisse s’expliquer également par la pratique de la dorure.

  • 13 Des aurifices sont signalés à Narbonne (trois cas), Nîmes, Avenches et peut-être Fréjus et des anul (...)
  • 14 Saint-Ambroix, Langres, Sens et Metz (Guiraud 1993 : 78-79, Fig. 1-3).
  • 15 Paradoxalement, les indices d’orfèvrerie ne paraissent pas plus nombreux à l’époque romaine qu’à la (...)

15Si l’on ajoute à cette douzaine d’indices directs les rares attestations épigraphiques13 et quelques stèles funéraires interprétées comme celles d’orfèvres14 (pour autant que l’on puisse distinguer la stèle d’un orfèvre de celle d’un bronzier en dehors de toute mention épigraphique, ce dont il est sérieusement permis de douter), cet artisanat de luxe demeure finalement sous-représenté en Gaule dans l’état actuel des recherches, en dehors des données épigraphiques (Fig. 13), alors que l’on s’attendrait à le retrouver dans pratiquement toutes les agglomérations de quelque importance au premier rang desquelles figurent les chefs-lieux de cité15.

Fig. 13 - L’orfèvrerie en Gaule : localisation des ateliers avérés, des attestations épigraphiques et des stèles funéraires réputées être celles d’orfèvres : 1 : Meaux ; 2 : Rennes ; 3 : Angers ; 4 : Poitiers ; 5 : Saint-Marcel ; 6 : Rouen ; 7 : Famars ; 8 : Bavay ; 9 : Vertault ; 10 : Mâlain ; 11 : Nuits-Saint-Georges ; 12 : Autun ; 13 : Narbonne ; 14 : Nîmes ; 15 : Fréjus ; 16 : Avenches ; 17 : Mayence ; 18 : Metz ; 19 : Langres ; 20 : Sens ; 21 : Saint-Ambroix.

Fig. 13 - L’orfèvrerie en Gaule : localisation des ateliers avérés, des attestations épigraphiques et des stèles funéraires réputées être celles d’orfèvres : 1 : Meaux ; 2 : Rennes ; 3 : Angers ; 4 : Poitiers ; 5 : Saint-Marcel ; 6 : Rouen ; 7 : Famars ; 8 : Bavay ; 9 : Vertault ; 10 : Mâlain ; 11 : Nuits-Saint-Georges ; 12 : Autun ; 13 : Narbonne ; 14 : Nîmes ; 15 : Fréjus ; 16 : Avenches ; 17 : Mayence ; 18 : Metz ; 19 : Langres ; 20 : Sens ; 21 : Saint-Ambroix.

Infographie P. Pihuit et J.-M. Séguier

  • 16 La pierre de touche de Famars provient d’un quartier distinct de celui où a été découvert le creuse (...)

16Le recours plus systématique à des analyses spectrométriques pourrait compenser le hasard des fouilles archéologiques et mettre en évidence de nouveaux creusets d’orfèvres dans les ateliers de bronziers. Toutefois, les découvertes de Meaux et de Famars, où les creusets sont les seuls éléments permettant de documenter le travail des métaux précieux16, montrent que cet artisanat de luxe a pu s’exercer en dehors des officines de bronziers. L’orfèvrerie n’y est donc que plus difficile à mettre en évidence. Par ailleurs, si les ateliers d’orfèvres sont attendus le long d’axes de circulation importants, à proximité d’habitats privilégiés voire du forum (Besson 2002 ; Chardron-Picault 2007), la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre/124 rue de Châage montre une autre configuration (même si la proximité du decumanus doit être notée) ; en effet, le site est nettement excentré et rien dans les vestiges ne permet d’identifier un habitat élitaire à cet endroit.

L’activité de cémentation du zinc

Le contexte

17Localisée à 150 m au sud du site précédent, l’emprise du 1-9 rue Saint-Fiacre (Fig. 2, site 136) est implantée au carrefour du cardo 5 et du decumanus 6, un possible decumanus 7 ayant été décelé en limite septentrionale de l’emprise de fouille (Fig. 14). Ce quartier résidentiel, où un espace pourrait bien s’identifier à une caupona en raison du nombre élevé des foyers qui y ont été découverts et d’un faciès céramique atypique, a livré quelques indices d’activités artisanales. Les traces liées à la sidérurgie sont plus ténues qu’au 25 rue Saint-Fiacre/124 rue de Châage (quelques scories) et l’on doit noter un fragment de creuset de verrier isolé dans un contexte du iiie s. L’artisanat des alliages cuivreux est attesté en plusieurs points. Un lot de fragments de creusets (cf. infra) provient de la fosse 3322 de l’unité H, ensemble localisé en bordure du cardo ; bien qu’elle n’ait été que partiellement fouillée, cette fosse ovalaire composée de deux lobes (Fig. 15) n’a livré aucun autre déchet en rapport avec la métallurgie, le mobilier permettant de dater son comblement au milieu du ier s. ap. J.-C. (Delozanne 2022, vol. 1 : 276). Dans l’unité C, la fouille du puits 3333 (ibid. : 197) a livré des fragments d’alliage cuivreux fondu mis en relation avec une activité de production datée vers 70-140 (Leconte 2022 : 182). Il en va de même de l’Us 2032 (ibid. : 193) qui appartient à la séquence d’abandon de l’unité A datée du iiie s. (Delozanne 2022, vol. 1 : 197). Enfin, deux éléments proviennent de niveaux et recharges du cardo : il s’agit de fragments de paroi de four et d’un fragment de creuset (cf. infra).

Fig. 14 - Plan simplifié des vestiges antiques du 1-9 rue Saint-Fiacre et localisation des indices liés à la métallurgie des alliages cuivreux (NB : les nombreuses fosses ont été omise pour ne pas nuire à la lecture du plan).

Fig. 14 - Plan simplifié des vestiges antiques du 1-9 rue Saint-Fiacre et localisation des indices liés à la métallurgie des alliages cuivreux (NB : les nombreuses fosses ont été omise pour ne pas nuire à la lecture du plan).

Infographie N. Gomes

Fig. 15 - Vue générale et coupe de la fosse 3322 du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Fig. 15 - Vue générale et coupe de la fosse 3322 du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Cliché H. Civalleri ; infographie N. Gomes

Les creusets de la fosse 3322

  • 17 Individus 813 et 814 de l’inventaire général de la céramique.

18Un lot de huit fragments provient de l’Us 3516 dont deux bords qui permettent d’identifier au moins deux creusets distincts pour lesquels l’hypothèse selon laquelle il s’agissait de creusets à cémentation du zinc a été posée (Séguier 2022 : 162-163 et 272-273). Bien que la fragmentation en interdise une restitution, tous deux sont des instruments ovoïdes de plusieurs litres de contenance si l’on se réfère aux exemplaires de comparaison (cf. infra), au bord rentrant et épais, la lèvre étant soulignée par un épaulement peu marqué (Fig. 16, nos 1-2)17. Un fragment de fond plat évoque une base tronconique étroite alors que le diamètre maximum de la panse est compris entre 26 cm et 36 cm. Si les deux individus identifiés paraissent régularisés au tour, la technique de montage demeure difficile à identifier (plaques assemblées, colombins ?). Ces creusets ont été confectionnés dans une pâte très dure variant du beige clair au rouge sombre voire au brun clair, de texture grossière et abondamment dégraissée à l’aide de chamotte, de calcaire et de pisolites de fer (Fig. 17B). Si les pisolites, toujours présentes dans les productions de céramique commune de Meaux, paraissent constitutives des argiles locales, la chamotte et le calcaire concassé résultent d’ajouts permettant d’obtenir une terre réfractaire. Il ne subsiste aucune trace scoriacée à la surface, mais des coups de feu sont visibles sur la lèvre d’un des deux exemplaires (Fig. 17A).

Fig. 16 - Creusets de la fosse 3322 (n°1-2) et de l’Us 2145 (n°3) du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Fig. 16 - Creusets de la fosse 3322 (n°1-2) et de l’Us 2145 (n°3) du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Dessins J.-M. Séguier, infographie P. Pihuit

Fig. 17 - Creuset de la fosse 3322 du 1-9 rue Saint-Fiacre : aspect externe (A) et pâte (B).

Fig. 17 - Creuset de la fosse 3322 du 1-9 rue Saint-Fiacre : aspect externe (A) et pâte (B).

Clichés J.-M. Séguier

Résultats des analyses chimiques

19Trois fragments de creuset de la fosse 3322 dont deux prélevés sur les individus 813 (Fig. 16, no 1) et 814 (Fig. 16, no 2) et un tesson du seul fond repéré (fragment A), ont été caractérisés avec le spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde BRUKER S8 TIGER. Ces analyses ont été réalisées sur les faces intérieure et extérieure des tessons et ont concerné à chaque fois une surface circulaire de 18 mm de diamètre. Un tesson d’amphore régionale de production probablement meldoise découvert dans la même fosse (Us 3516) a servi de témoin (fragment B).

  • 18 Nom générique donné aux minerais de zinc qu’il s’agisse de silicates (hémimorphite) ou de carbonate (...)

20Les résultats montrent la présence du zinc en élément majeur dans trois d’entre eux (fragment de fond A et creusets 813 et 814), et ce aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ceux-ci (Fig. 18), confirmant que ces creusets ont bien été utilisés dans le processus de cémentation du cuivre par le zinc (Pilon 2022). La présence de zinc à l’état de trace en surface du témoin (fragment B) pourrait s’expliquer par une contamination au sein du sédiment via des rejets liés à cette activité, même si aucun déchet scoriacé n’a été recueilli, ce qui impliquerait que le processus de cémentation s’est bien effectué in situ. La présence de cuivre et de plomb, malgré leurs faibles teneurs, pourrait également résulter de cette activité, alors que l’argent détecté à la surface du creuset 814 pourrait provenir du minerai utilisé, la calamine18.

Fig. 18 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde de trois fragments de creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Fig. 18 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde de trois fragments de creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Document F. Pilon

  • 19 Même si aucun voile de calcite n’est visible à l’œil nu ou sous observation à la binoculaire sur le (...)

21La concentration des éléments Si, Al, Fe, Ca, Mn et Ti caractérise la terre utilisée pour la confection des creusets et se retrouve d’ailleurs à peu près à l’identique dans le tesson d’amphore servant de témoin (fragment B) (Fig. 18). On note cependant des concentrations anormalement élevées en calcium et en phosphore à la surface externe du fragment de fond A et, corrélativement, une baisse des concentrations en silicium, aluminium et fer (Fig. 18). Cette anomalie ponctuelle pourrait trouver son origine dans une pollution intervenue dans le sédiment après l’enfouissement du mobilier, les encroûtements carbonatés étant fréquents dans les niveaux antiques de Meaux19 et/ou par un apport de matière organique (phosphates) ; d’ailleurs, elle n’affecte que la surface externe du fragment et ne préjuge pas du pourcentage de zinc dans la pâte, à laquelle la technique d’analyse ne donne pas accès.

Discussion

22Le procédé de cémentation du cuivre par le zinc est connu dans l’Antiquité pour avoir permis de produire du laiton, alliage dont le point de fusion (entre 900 et 1000 °C selon le taux de zinc) est inférieur à celui du cuivre (1083 °C). Il s’effectue dans des creusets de grande taille où la calamine préalablement calcinée est mélangée à du cuivre métallique et à du poussier (charbon de bois réduit en poudre), le processus ayant lieu en milieu confiné et à une température d’au moins 1000 °C (Doridot et al. 2006). Les creusets devaient être obturés car le zinc, qui fond à 419 °C et se vaporise à 907 °C, donc à une température inférieure à celle de la fusion du cuivre (Picon et al. 1995). C’est la raison pour laquelle à Lyon, où sont localisés les plus importants ateliers de cémentation du cuivre par le zinc connus à l’heure actuelle en Gaule (tout au moins par des déchets), les creusets sont parfois associés à des bouchons en argile mêlée de sable (ibid. : 209-210). L’absence de système d’obturation dans la fosse 3322 de Meaux ne signifie pas que la cémentation n’a pas eu lieu sur place : la pollution du tesson d’amphore témoin par le zinc ne peut s’expliquer qu’ainsi et, du reste, aucun bouchon ne semble signalé sur les autres ateliers de cémentation présumés importants que sont Autun (Chardron-Picault et al. 2010), Reims (Rollet 2016) et Charleville-Mézières (Marian 2017). Est-ce pour des raisons touchant à la chaîne opératoire (les bouchons étant rejetés ailleurs ?) ou parce que l’obturation a été effectuée avec des matériaux qui n’ont pu être ni conservés, ni observés ?

23On notera également que la faible teneur en cuivre de la surface des creusets de Meaux s’explique par le fait que, en raison de sa température de fusion élevée, le cuivre du laiton a peu interagi avec l’argile au contraire du zinc qui, vaporisé, a imprégné les pores de la pâte (Flament 2018 : 9).

  • 20 Il est permis de se demander si les grands vases sans col, à bord rentrant et fond rond répertoriés (...)
  • 21 Les creusets de Charleville-Mézières sont néanmoins de plus faible volume que ceux de Meaux, Lyon o (...)

24Au-delà de ces observations, les creusets de la fosse 3322 de Meaux sont comparables, aussi bien du point de vue de leur morphologie que de leur calibre, à ceux découverts à Lyon où ils sont recensés sur au moins une dizaine de sites (Picon et al. 1995 ; Nin et Picon 2003), à Autun où l’on signale une demi-douzaine de découvertes (Chardron-Picault 1997-1998 ; Chardron-Picault et Pernot 1999 ; Chardron-Picault et al. 2010 ; Nin et Picon 2003), à Reims où au moins trois opérations d’archéologie préventive en ont livré, en particulier sur le site du boulevard Henrot (type B de P. Mathelart in Rollet 2016 : 269-274) et à Charleville-Mézières (Marian 2017)20. La ressemblance des creusets de ces cinq sites21 et la concordance des résultats des analyses chimiques réalisées sur le matériel de Lyon (Picon et al. 1995) et de Meaux suggèrent des chaînes opératoires comparables.

25Le laiton connaissait de multiples usages à l’époque romaine, dont la production monétaire et celle de pièces d’instrumentum diverses dont des accessoires vestimentaires, des pièces de harnachement ou de la vaisselle. L’importance des ateliers monétaires de Lyon au début de l’Empire explique probablement en grande partie que ce soit là que se concentre le plus grand nombre de découvertes de creusets à cémentation du cuivre par le zinc en Gaule (Desbat 2010). En revanche, à Charleville-Mézières où un atelier de faux-monnayeurs a fonctionné au iiie s., il n’est pas assuré qu’il existe une relation entre les deux activités, la production de laiton étant interprétée comme orientée vers celle de semi-produits (V. Le Quellec in Marian 2017 : 296-298). Cette hypothèse semble devoir être privilégiée dans les cas d’Autun, de Reims et de Meaux, où la production de pièces d’instrumentum est envisageable.

26Cette dernière activité s’accommode sans doute également des creusets de cémentation de Bordeaux (Adamski et Pernot 2008 : 212-213), Alésia (Nin et Picon 2003 ; Doridot et al. 2006), Augst (Flament 2018), ou encore Avenches où, de petite taille, ils sont confectionnés dans du lignite (Hochuli-Gisel et Picon 1999).

  • 22 La distinction entre les creusets à cémentation et ceux ayant servi à la fusion du laiton repose su (...)

27Divers indices sont mentionnés à Aix-en-Provence, Nice et Vaison-la-Romaine (Nin et Picon 2003), mais il s’agit de petits creusets que l’absence d’analyses chimiques publiées conduit à considérer avec prudence. Ces petits creusets peuvent néanmoins être comparés à certains exemplaires de Reims (type A de P. Mathelart in Rollet 2016 : 269-274), de Xanten (Le Quellec in Marian 2017 : 296) et d’Autun. Notons par ailleurs qu’une métallurgie du laiton est également attestée à Poitiers (Flament 2018), mais tout indique qu’il s’agit là de fusion de petites masses de laiton et non de cémentation (ibid. : 9-11, 15, 17-18)22, pratique qui devait être très courante dans les ateliers dédiés au travail des alliages cuivreux, mais que l’on ne peut guère reconnaître en dehors d’analyses chimiques. Les données dont on dispose ne permettent pas encore de préciser l’articulation entre la cémentation et la mise en œuvre du laiton, les deux activités pouvant être déconnectées. La fouille du 1-9 rue Saint-Fiacre a certes livré des témoignages du travail des alliages cuivreux, mais ceux-ci restent discrets et n’indiquent pas une activité bronzière très développée en dehors de la cémentation.

28Enfin, à Meaux tout au moins, la question de l’origine de la matière première mérite d’être posée – même si elle demeure sans réponse – dans la mesure où l’agglomération est éloignée des gîtes de zinc, les sources les plus proches se trouvant dans les Ardennes, dans le Massif central et dans le Massif armoricain (BRGM 1977). La pratique de la cémentation suppose, à Meaux (comme à Reims par exemple), des circuits d’approvisionnement qu’aucun autre indice ne vient suggérer par ailleurs. Au regard du petit nombre d’indices comparables (Fig. 19), la découverte meldoise souligne, si besoin était, la complexité des chaînes opératoires dédiées à la production des alliages cuivreux en Gaule à l’époque romaine et montre l’intérêt indéniable des analyses chimiques de surface.

Fig. 19 - Localisation des ateliers de cémentation du cuivre par le zinc avérés ou présumés en Gaule (voir texte) : 1 : Meaux ; 2 : Reims ; 3 : Charleville-Mézières ; 4 : Alésia ; 5 : Autun ; 6 : Lyon ; 7 : Avenches ; 8 : Augst ; 9 : Bordeaux ; 10 : Vaison-la-Romaine ; 11 : Aix-en-Provence ; 12 : Nice (hors carte : Xanten).

Fig. 19 - Localisation des ateliers de cémentation du cuivre par le zinc avérés ou présumés en Gaule (voir texte) : 1 : Meaux ; 2 : Reims ; 3 : Charleville-Mézières ; 4 : Alésia ; 5 : Autun ; 6 : Lyon ; 7 : Avenches ; 8 : Augst ; 9 : Bordeaux ; 10 : Vaison-la-Romaine ; 11 : Aix-en-Provence ; 12 : Nice (hors carte : Xanten).

Infographie P. Pihuit et J.-M. Séguier

Autres indices liés au travail des alliages cuivreux

Les artéfacts analysés

29Le premier artéfact analysé est le creuset du 4 rue Camille Guérin (cf. supra) (Fig. 2, site 154) ; découvert dans l’Us 2161, qui est un remblai antique mal daté, il s’agit d’un petit creuset ovoïde à fond convexe résultant de la mise en forme par creusage d’une motte de terre réfractaire dégraissée à la chamotte (Fig. 20). Des usages répétés ont déposé une épaisse croûte scorifiée et vitrifiée sur sa face externe (Fig. 20) alors que des gouttelettes d’alliage cuivreux sont conservées sur sa face interne (Fig. 20).

Fig. 20 - Creuset de bronzier de l’Us 2161 du 4 rue Camille Guérin.

Fig. 20 - Creuset de bronzier de l’Us 2161 du 4 rue Camille Guérin.

Cliché J.-M. Séguier

30Le second est constitué par un lot de trois fragments de paroi de four du 1-9 rue Saint-Fiacre qui portent des traces d’oxydes de cuivre sur leur face externe, alors que la face d’arrachement montre un support sableux très charbonneux (Fig. 21). Ce mobilier a été découvert groupé au sein de l’Us 2327, recharge de rue datée des années 70/120 (Delozanne 2022, vol. 1 : 92).

Fig. 21 - Fragments de paroi de four de bronzier de l’Us 2327 du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Fig. 21 - Fragments de paroi de four de bronzier de l’Us 2327 du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Cliché J.-M. Séguier

Résultats des analyses chimiques et discussion

31L’analyse chimique est limitée au dosage des constituants majeurs présents sur la surface d’activité du creuset du 4 rue Camille Guérin (face interne) et de la paroi de four du 1-9 rue Saint-Fiacre (face supérieure) à l’aide du spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde BRUKER S8 TIGER (Fig. 22). Les résultats obtenus révèlent que ces deux pièces sont liées à la fonte de bronze au plomb qui se caractérise, ici, par des teneurs comparables en plomb d’environ 16 % et par la présence de quelques pourcents de zinc. Les concentrations présentées sont des moyennes obtenues sur plusieurs mesures et il convient de les considérer comme des ordres de grandeur avec des incertitudes liées à la géométrie des échantillons, à leur hétérogénéité, à la corrosion des métaux notamment.

32L’usage de bronzes présentant une teneur élevée en plomb (entre 9 et 30 % de la masse totale) est largement documenté en Gaule (Picon et al. 1966), l’ajout de plomb au bronze (ou au laiton) présentant le double intérêt d’abaisser la température de fusion et de faciliter les opérations mécaniques comme la frappe, la découpe ou encore l’arrachage de copeaux lors de la finition et le tournage, mais également le coulage (ibid. : 191-192, 210). Les analyses révèlent des bronzes au plomb un peu partout en Gaule, aussi bien à Lyon (ibid.), qu’à Bordeaux (Adamski et Pernot 2008) ou encore à Poitiers (Flament 2018), et pour les alliages monétaires mis en œuvre dans les ateliers officiels (Bouyon et al. 2000) et dans les officines produisant des monnaies d’imitation (Pilon 2016 : 166-170). Les analyses présentées ici ne font donc que confirmer la banalité de ces alliages en Gaule romaine.

Fig. 22 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde du creuset de l’Us 2161 du 4 rue Camille Guérin et des fragments paroi de four de bronzier de l’Us 2327 du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Fig. 22 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde du creuset de l’Us 2161 du 4 rue Camille Guérin et des fragments paroi de four de bronzier de l’Us 2327 du 1-9 rue Saint-Fiacre.

Document F. Pilon

Un creuset non utilisé ?

L’objet

  • 23 Individu 1274 de l’inventaire général de la céramique (Séguier 2022 : 56, 273).

33Il s’agit d’un creuset de petite taille (le diamètre maximum de la panse avoisine 10 cm) 23, de forme ovoïde, dont ne subsiste qu’un fragment de bord rentrant à lèvre en bourrelet (Fig. 16, no 3 ; Fig. 23). Cet instrument présente une pâte dure, de teinte orangée, à texture semi-grossière et dégraissée à l’aide de chamotte et de calcaire probablement ajoutés pour rendre la terre réfractaire (Fig. 23), ce qui la rapproche beaucoup de celle des creusets à cémentation (cf. supra). S’il est impossible de se prononcer sur la technique de mise en forme, on note que ce creuset a été cuit à haute température, comme en témoigne un début de vitrification et de scorification de la face externe (Fig. 23). Cet objet provient de l’Us 2146 du 1-9 rue Saint-Fiacre, laquelle se rattache à une phase d’abandon de la voirie dans le courant du iiie s. (Delozanne 2022 : 101).

Fig. 23 - Creuset de l’Us 2146 du 1-9 rue Saint-Fiacre : aspect externe (A) et pâte (B).

Fig. 23 - Creuset de l’Us 2146 du 1-9 rue Saint-Fiacre : aspect externe (A) et pâte (B).

Clichés J.-M. Séguier

Résultats des analyses chimiques et discussion

34L’analyse des éléments non métalliques présents sur les surfaces interne et externe du creuset à l’aide du spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde BRUKER S8 TIGER montre que la pâte est très riche en silice et qu’elle contient des quantités significatives de carbonate de calcium, d’alumine et d’oxyde de fer (Fig. 24). La composition présentée doit toutefois être considérée comme une approximation car la méthode mise en œuvre est fortement influencée par l’état de surface de l’échantillon et elle ne déploie pas suffisamment d’énergie pour rechercher certains composants, tels que l’oxyde de magnésium par exemple.

Fig. 24 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde des surfaces du creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre – 1re partie.

Fig. 24 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde des surfaces du creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre – 1re partie.

Document F. Pilon

  • 24 La comparaison avec les résultats d’analyse de l’amphore régionale de la fosse 3322 est instructive (...)

35L’analyse réalisée permet également de pointer deux facteurs (Fig. 25). En premier lieu, le cuivre, l’étain et le plomb n’étant pas détectés, il est évident que ce creuset n’a été utilisé ni pour une activité de cémentation du cuivre par le zinc, ni pour fondre du bronze ou du laiton. Il pourrait donc s’agir d’un creuset neuf. En revanche, la présence du zinc est notable, et dans des proportions qui ne sont guère compatibles avec la composition chimique des argiles mises en œuvre pour la fabrication de céramique dans le contexte géologique local24. La concentration de cet élément semble donc bien intrinsèque à la pâte, mais reste difficile à expliquer, à moins que l’on imagine une contamination par une activité de cémentation sur le lieu de fabrication du creuset, ou que des fragments de creusets à cémentation mis au rebut après usage aient été incorporés dans la pâte selon un processus de recyclage des matériaux bien connu dans l’Antiquité, à l’exemple du verre (recyclé presque à l’infini), de la céramique (recyclée sous forme de chamotte par exemple) et des déchets sidérurgiques (recyclés dans la maçonnerie et sous forme de dégraissant de céramiques).

Fig. 25 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde des surfaces du creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre – 2e partie.

Fig. 25 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde des surfaces du creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre – 2e partie.

Document F. Pilon

Conclusions

36Les découvertes meldoises soulignent, une fois de plus, l’intérêt qu’il y a à procéder à l’analyse chimique des matériaux en céramique suspectés d’avoir été impliqués dans la production d’objets en métaux non ferreux. Une systématisation du recours à des analyses spectrométriques pourrait certainement permettre d’identifier de nouveaux ateliers impliqués dans le travail des métaux précieux et dans la cémentation du zinc et, ainsi, de compenser l’indigence des données que soulignent les cartes de répartition produites ici (Fig. 13, 19). Ceci est d’autant plus vrai que ces activités n’ont, au contraire des ateliers sidérurgiques et de ceux des bronziers, pas nécessairement produit des masses de déchets considérables et aisément reconnaissables et qu’il faut s’attendre à ne découvrir, notamment dans le cas de l’orfèvrerie, que des traces ténues dispersées au sein de dépotoirs domestiques. Il en va d’ailleurs de même de la cémentation du zinc qu’il est remarquable d’observer aussi loin des sources de minerai. La contribution de ces analyses à une meilleure connaissance des alliages, des chaînes opératoires (ici incomplètes), des pratiques de recyclage et des approvisionnements en matières premières, n’est certainement pas le moindre des atouts que procurent les analyses de composition par spectrométrie de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.

Haut de page

Bibliographie

Adamski et Pernot 2008

Adamski F. et Pernot M. - Étude technique de vestiges du travail d’alliages cuivreux, in : Sireix C. (dir.), La Cité judiciaire, un quartier suburbain de Bordeaux antique, 15e supplément à Aquitania, Bordeaux : 207-224.

Aubin 1981

Aubin G. - Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, 39-2 : 333-362.

Beck et al. 2004

Beck L., Bosonnet S., Réveillon S., Eliot D. et Pilon F. - Silver surface enrichment of silver-copper alloys: a limitation for the analysis of ancient silver coins by surface techniques, Nuclear Instruments and Methods in Physics Research Section B, 226, 1-2 : 153-162.

Besson 2002

Besson C. - Un artisanat de luxe en ville : la bijouterie en or, in : Bedon R. (dir.), Amœnitas urbium. Les agréments de la vie urbaine en Gaule et dans les régions voisines, Caesarodunum, XXXV-XXXVI, Presses Universitaires de Limoges : 194-207.

Besson 2010

Besson C. - Influences ou diversité dans la bijouterie romaine d’Augustonemetum et de Lugdunum, in : Chardron-Picault 2010 : 323-336.

Blet-Lemarquand et al. 2014

Blet-Lemarquand M., Gratuze B., Barrandon J.-N. - L'analyse élémentaire des monnaies : adéquation entre les problématiques envisagées, les alliages étudiés et les méthodes utilisées, in : Derschka H., Frey-Kupper S. et Cunz R. (éds), Regards croisés sur l’étude des trouvailles monétaires. Bilan et perspectives au début du xxie siècle. Actes du cinquième colloque international du Groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires organisé avec la Numismatische Kommission der Länder in der Bundesrepublik Deutschland (Constance, 4-5 mars 2005), II. Réflexions, Éditions du Zèbre, Lausanne : 121-146 (Études de numismatique et d’histoire monétaire ; 7).

Bouyon et al. 2000

Bouyon B., Depeyrot G. et Desnier J.-L. - Systèmes et technologie des monnaies de bronze (4e s. avant J.-C.-3e s. après J.-C.), Moneta, Wetteren, 208 p., 4 pl. (Collection Moneta ; 19).

BRGM 1977

BRGM - Ressources minières en France. 2 : les gisements de Pb-Zn français (situation en 1977), Bureau des Recherches Géologiques et Minières, Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Paris, 115 p.

Chardron-Picault 2007

Chardron-Picault P. - Les artisanats de luxe chez les Éduens : les exemples de Bibracte et d’Augustonemetum, in : Baratte F., Joly M. et Béal J.-C. (dir.), Autour du trésor de Mâcon – Luxe et quotidien en Gaule romaine, Institut de Recherches du Val de Saône et Mâconnais, Mâcon : 221-237.

Chardron-Picault 2010

Chardron-Picault P. (dir.) - Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, actes du colloque d’Autun (2007), 28e supplément à la Revue Archéologique de l’Est, RAE, Dijon, 434 p.

Chardron-Picault et Pernot 1999

Chardron-Picault P. et Pernot M. (dir.) - Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun, le site du Lycée militaire, MSH, Paris, (coll. DAF ; 76).

Chardron-Picault et Picon 1997-1998

Chardron-Picault P. et Picon M. - La fabrication du laiton à Autun durant la période romaine : premières recherches, Mémoires de la Société Éduenne, LVI, 2 : 171-181.

Chardron-Picault et al. 2010

Chardron-Picault P., Guillaumet J.-P. et Labaune Y. - De Bibracte à Augustonemetum : permanences et évolution des activités manufacturières de l’époque gauloise à la fin du Haut-Empire, in : Chardron-Picault 2010 : 109-122.

Chevet et al. 1997

Chevet P., Daudin L., Mastrolorenzo J., Morera I. et Mortreau M. - Château d’Angers, fouille des jardins du quadrilatère et de la terrasse du Logis Royal. Étude des élévations de la grande salle, Document Final de Synthèse de fouille préventive 1993-1996, Afan Grand-Ouest, Cesson-Sévigné, vol. 2, 311 p. (document numérisé).

Clotuche 2021

Clotuche R. - Famars (Nord), 21 rue d’Artres, une occupation du Haut-Empire jusqu’au début du ive s., rapport de fouille préventive, Inrap Hauts-de-France, Glisy, 59 p.

Collectif 1982

Collectif - Rouen gallo-romain. Fouilles et recherches archéologiques 1978-1982, Musée des Beaux-Arts, Rouen.

Couturier 2010

Couturier D. (dir.) - Meaux (Seine-et-Marne), 25 rue Saint-Fiacre/124 rue de Châage, rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, Pantin.

Couturier 2015

Couturier D. (dir.) - Meaux (Seine-et-Marne), 23 boulevard Jean Rose, rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, Pantin.

Couturier 2019

Couturier D. (dir.) - Meaux (Seine-et-Marne), 62-72 rue Saint-Faron, rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, Pantin.

Couturier et al. 2022

Couturier D., Delozanne C. et Séguier J.-M. - Une ville dans son méandre. Voies et carrefours de la Meaux antique, Archéopages, 48 : 14-21.

Delestrée et Pilon 2011

Delestrée L.-P. et Pilon F. - Un comptoir maritime de la Tène moyenne en Haute-Normandie : le site de Bordeaux-Saint-Clair (Seine-Maritime), in : Hollard D. (dir.), La numismatique en Haute-Normandie. Actes du colloque de Bayeux, 17 avril 2010, Recherche et Travaux de la Société d’Études Numismatiques et Archéologiques, 4, Société d’Études Numismatiques et Archéologiques, Paris : 21-58.

Delozanne 2022

Delozanne C. (dir.) - Meaux (Seine-et-Marne), 1-9 rue Saint-Fiacre, rapport de fouille, Pantin, Inrap Centre-Île-de-France, (3 vol.).

Desbat 2010

Desbat A. - L’artisanat antique à Lyon, in : Chardron-Picault 2010 : 55-74.

Doridot et al. 2006

Doridot A., Robbiola L. et Téreygeol F. - Production expérimentale de laiton par cémentation en creuset ouvert, avec du minerai de zinc, selon les recettes médiévales et modernes, ArchéoSciences, 30 : 15-24.

Éluère et al. 1993

Éluère C., Cottier-Angeli D. et Eveno M. - De l’orpaillage aux granules d’orfèvre, Saint-Germain-en-Laye, Antiquités Nationales, 2 : 45-54.

Fénelon 1955

Fénelon P. - Les mines françaises de plomb et de zinc, Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 26, 4 : 272-291.

Flament 2018

Flament J. - Étude archéométrique du mobilier métallurgique du site antique des Cordeliers (Poitiers, Vienne), in : Jouquand-Thomas A.-M. à paraître, Le site antique des Cordeliers (Poitiers, Vienne), 30 p.

Guiraud 1993

Guiraud H. - Les orfèvres en Gaule à l’époque romaine, Saint-Germain-en-Laye, Antiquités Nationales, 2 : 77-84.

Guiraud 1999

Guiraud H. - Bijoux d’or de l’époque romaine en France, in : Cauuet B. (dir.), L’or dans l’Antiquité. De la mine à l’objet, 9e supplément à Aquitania, Bordeaux : 315-328.

Hanoune 2000

Hanoune R. - Les plaques à alvéoles de Bavay et d’ailleurs : moules à flans monétaires ou creusets-lingotières d’orfèvre ?, Revue du Nord, Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 82, no 338 : 9-12.

Hochuli-Gisel et Picon 1999

Hochuli-Gisel A. et Picon M. - Les creusets en graphite découverts à Avenches/Aventicum, Association Pro Aventico, 49 : 209-214.

Jouquand 2000

Jouquand A.-M. (dir.) - Poitiers (Vienne), Îlot des Cordeliers, rapport de fouille préventive, Afan Grand Sud-Ouest, Pessac, 492 p.

Jouquand et Wittmann 2010

Jouquand A.-M. et Wittmann A. - Des ateliers et des boutiques en bordure d’un complexe monumental (thermes, forum ?) à Poitiers à la fin du iiie s., in : Chardron-Picault 2010 : 75-83.

Leconte 2022

Leconte L. - Étude du mobilier métallique gallo-romain du site de Meaux “1-9 rue Saint-Fiacre”, in : Delozanne 2022, vol. 3 : 165-219.

Lequoy et Guillot 2005

Lequoy M.-C. et Guillot B. avec la collaboration de Le Maho S. - Rouen, Carte Archéologique de la Gaule, 76-2, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 322 p.

Le Cloirec 1995

Le Cloirec G. - 3-5, rue de Saint-Malo, Rennes (Ille-et-Vilaine), Document final de synthèse de fouille préventive, SRA Bretagne, Rennes, vol. 1.

Magnan 2008

Magnan D. - Meaux, in : Griffisch J.-N., Magnan D. et Mordant D., La Seine-et-Marne, Académie Des Inscriptions et Belles-Lettres (CAG 77), vol. 2 : 713-819.

Marian 2017

Marian J. (dir.) - Charleville-Mézières (Ardennes) “Le Clos Paul”, “Le Triot du Sart”, rapport de fouille préventive, Conseil départemental des Ardennes (CD 08), Charleville-Mézières, vol. 1, texte 3/3, 351 p.

Meuret et Santrot 1999

Meuret J.-C., Santrot J. et Santrot M.-H. - Nos ancêtres les Gaulois aux marges de l’Armorique, catalogue d’exposition, Nantes, Musée Dobrée.

Nieto-Pelletier et al. 2016

Nieto-Pelletier S., Gratuze B. et Blet-Lemarquand M. - Creusets et “lingotières” du second âge du Fer : l’analyse élémentaire des résidus métalliques, Revue Archéologique du Loiret et de l’axe ligérien, hors-série no3 : 37-41.

Nin et Picon 2003

Nin N. et Picon M. - Céramiques d’usage commun et creusets artisanaux à l’époque romaine, SFECAG, actes du congrès de Saint-Romain-en-Gal : 465-482.

Pernot 2011

Pernot M. - Quels métiers les arts des plombiers, bronziers et orfèvres impliquent-ils ? in : Monteix N. et Tran N. (dir.), Les savoirs professionnels des gens de métier. Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’empire romain, Centre Jean Bérard, Naples (Coll. Centre Jean Bérard ; 37).

Picard 1968

Picard G.-C. - Informations archéologiques. Circonscription du Centre, Gallia, 26-2 : 321-345.

Picon et al. 1966

Picon M. et Boucher S. et Condamin J. - Recherches techniques sur les bronzes de Gaule romaine, Gallia, 24, 1 : 189-215.

Picon et al. 1995

Picon M., Le Nezet-Célestin M. et Desbat A. - Un type particulier de grands récipients en terre réfractaire utilisés pour la fabrication du laiton par cémentation, SFECAG, actes du congrès de Rouen : 207-216.

Pilon 2016

Pilon F. - L’atelier monétaire de Châteaubleau. Officines et monnayages d’imitation du iiie siècle dans le nord-ouest de l’Empire, 63e supplément à Gallia, CNRS, Paris, 294 p.

Pilon 2022

Pilon F. - Annexe 3 : expertise de fragments de creusets in : Delozanne 2022, vol. 2 : 410-413.

Pouilles 2008

Pouilles D. (dir.) - Rennes antique, Presses Universitaires de Rennes, Rennes (coll. Archéologie et Culture).

Rollet 2016

Rollet P. (dir.) - Reims (Marne), ZAC du Vieux Port, bd. Henrot. Aménagements antiques et médiévaux en bord de Vesle (ier-ve s. et xive-xve s.), rapport de fouille préventive, Inrap Grand-Est Nord, vol. 1, Metz, 504 p.

scheers 2000

Scheers S. - Les moules à alvéoles de Bavay, témoins d’un atelier monétaire ?, Revue du Nord, Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 82, no338 : 35-40.

Séguier 2022

Séguier J.-M. - Céramique de la période romaine, in : Delozanne 2022, vol. 2 : 7-390.

Sellès 2001

Sellès H. - Céramiques gallo-romaines à Chartres et en pays carnute, catalogue typologique, 16e supplément à la Revue Archéologique de Centre de la France, ADAUC/FERACF, Chartres/Tours.

Tournaire et al. 1982

Tournaire J., Buchsenschutz O., Henderson J. et Collis J. - Iron Age Coin Moulds from France, Proceedings of the Prehistoric Society, 48, 1 : 417-435.

Varoqueaux 1982

Varoqueaux C. - Informations archéologiques. Circonscription de Haute-Normandie, Gallia, 40-2 : 293-306.

Haut de page

Annexe

Annexe : techniques d’analyse (F. Pilon)

Le spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde, BRUKER S8 TIGER, permet l’analyse de différents types de matériaux, liquides ou solides. Les échantillons caractérisés sont positionnés dans des cellules porte-échantillon de diamètre 8 à 34 mm. Ils ne peuvent excéder une épaisseur de 50 mm.

Le principe de la mesure est d’exciter l’échantillon en l’irradiant par un faisceau de rayons X. Ceux-ci sont générés dans un tube émissif à vide scellé, par accélération d’électrons entre deux électrodes. Les électrons émis par un filament chauffé arrivent sur une anode en rhodium et provoquent l’émission du faisceau primaire. Les atomes composant l’échantillon analysé sont excités par ce faisceau, soit sous vide (solides) soit sous hélium (liquides). En revenant à un état stable, ils émettent un faisceau de rayons X secondaire, polychromatique, composé des raies d’émission caractéristiques des éléments chimiques contenus dans l’échantillon à analyser. Un système optique, qui rassemble des collimateurs et des cristaux analyseurs (distance inter-réticulaire d) positionnés sur un goniomètre, permet de trier les longueurs d’onde (λ) de ce faisceau selon la loi de Bragg : kλ=2d sinθ. Deux détecteurs recueillent les énergies triées du faisceau secondaire. Pour une énergie ou une longueur d’onde donnée, le nombre de photons comptés est proportionnel à la concentration de l’élément dans l’échantillon. L’ensemble des systèmes d’excitation et de détection est confiné dans une structure métallique protégeant l’opérateur des radiations primaires et secondaires.

L’appareil de caractérisation élémentaire par Fluorescence X portable, Titan 800 de marque BRUKER, permet quant à lui de réaliser des caractérisations élémentaires de surface et sub-surface, semi-quantitatives et non-destructives in situ sur des temps d’utilisation très courts, de l’ordre de la dizaine de secondes.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs remercient Marie-France André, Nathalie Gomes et Patrick Pihuit (Inrap) qui ont pris en charge l’infographie et Anne-Marie Jouquand (Inrap) qui leur a transmis de la documentation inédite sur le site de Poitiers.

2 La numérotation des indices est celle établie dans le cadre de l’indexation des opérations archéologiques préventives par l’équipe du centre archéologique de Croissy-Beaubourg (Inrap).

3 Pour une masse de 1,5 kg.

4 Inédit : fouille préventive dirigée par C. Delozanne (Inrap).

5 Inédit : diagnostic réalisé en 1997 sous la direction de É. Sethian (Inrap).

6 Fouille préventive dirigée par D. Couturier.

7 Fouille préventive dirigée par C. Delozanne.

8 Étude F. Pilon. Cette technique permet une analyse qualitative ou semi-quantitative (voire quantitative dans des conditions très particulières) de la surface et la subsurface d’un objet (épaisseur de quelques dizaines de microns typiquement). Dans le cas présent, les teneurs obtenues sont à considérer comme des ordres de grandeurs obtenus à partir d’étalonnages internes de l’appareil, et suffisent à répondre aux problématiques posées.

9 Sur le système viaire de Meaux-Iantinum, voir Couturier et al. 2022.

10 La méthodologie est exposée en annexe.

11 Sur ce procédé et sa réalisation à partir de paillettes d’or alluvionnaire dans du poussier, voir Éluère et al. 1993.

12 “En forme de citron” pour reprendre l’expression imagée employée à Poitiers pour les creusets de bronziers (Jouquand et Wittmann 2010).

13 Des aurifices sont signalés à Narbonne (trois cas), Nîmes, Avenches et peut-être Fréjus et des anularii à Narbonne et Mayence (Guiraud 1993 : 78 et Fig. 4).

14 Saint-Ambroix, Langres, Sens et Metz (Guiraud 1993 : 78-79, Fig. 1-3).

15 Paradoxalement, les indices d’orfèvrerie ne paraissent pas plus nombreux à l’époque romaine qu’à la fin de l’âge du Fer, période pour laquelle des creusets d’orfèvre sont notamment signalés à Corps Nud, Bais, Paule, Trégueux, Jublains, Le Chalard, Motteville (Nieto-Pelletier et al. 2016 : 39), Yvré-L’Évêque (Meuret et Santrot 1999 : 96), Levroux, Aulnat (Tournaire et al. 1982) ou encore Bibracte (Chardron-Picault et al. 2010).

16 La pierre de touche de Famars provient d’un quartier distinct de celui où a été découvert le creuset (Clotuche 2021).

17 Individus 813 et 814 de l’inventaire général de la céramique.

18 Nom générique donné aux minerais de zinc qu’il s’agisse de silicates (hémimorphite) ou de carbonates (smithsonite). Les minerais de zinc et de plomb sont très souvent associés dans les mêmes gîtes métallifères (Fénelon 1955) ; le fait que la plupart des minerais de plomb soient argentifères, en France tout au moins (ibid.) pourrait expliquer la présence d’argent à l’état de traces infimes en surface d’un creuset de cémentation.

19 Même si aucun voile de calcite n’est visible à l’œil nu ou sous observation à la binoculaire sur le tesson.

20 Il est permis de se demander si les grands vases sans col, à bord rentrant et fond rond répertoriés à Chartres sous le type 1951 (Sellès 2001 : 166-167) n’appartiennent pas à cette série – c’est du moins ce que suggèrent leur morphologie et leur calibre.

21 Les creusets de Charleville-Mézières sont néanmoins de plus faible volume que ceux de Meaux, Lyon ou Reims.

22 La distinction entre les creusets à cémentation et ceux ayant servi à la fusion du laiton repose sur la teneur en zinc, élevée dans le premier cas, plus faible dans le second (Flament 2018 : 9).

23 Individu 1274 de l’inventaire général de la céramique (Séguier 2022 : 56, 273).

24 La comparaison avec les résultats d’analyse de l’amphore régionale de la fosse 3322 est instructive dans la mesure où elle révèle dans ce cas un ratio Fe/Zn de l’ordre de 80 à 125 (Fig. 18) contre 2,9 ici.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - L’agglomération et la cité de Meaux à l’époque romaine.
Crédits Infographie N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 2 - Localisation des sites mentionnés dans l’étude (infographie) : 9 rue Georges Lugol (site 14) ; 62-72 rue Saint-Faron (125) ; 1-9 rue Saint-Fiacre (136) ; 25 rue Saint-Fiacre (site 47) ; 23 boulevard Jean Rose (site 60) ; 4 rue Camille Guérin (site 154) ; 1 rue de la République (site 115).
Crédits Infographie N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-2.png
Fichier image/png, 551k
Titre Fig. 3 - Creusets des faits 50533 (A) et 50481 (B) du 23 boulevard Jean Rose.
Crédits Clichés N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 4 - Lingotière du fait 50481 du 23 boulevard Jean Rose.
Crédits Cliché N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5 - Plan simplifié des vestiges antiques du 25 rue Saint-Fiacre et localisation de la fosse 7114 (NB : les nombreuses autres fosses ont été omise afin de ne pas nuire à la lecture du plan).
Crédits Infographie N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-5.png
Fichier image/png, 189k
Titre Fig. 6 - Coupe de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre : le creuset d’orfèvre provint de la base du remplissage.
Crédits Cliché équipe de fouille, infographie N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-6.png
Fichier image/png, 758k
Titre Fig. 7 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.
Crédits Clichés J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 8 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.
Crédits Dessin J.-M. Séguier, infographie M.-F. André
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 9 - Le creuset d’orfèvre de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre : surface caractérisée par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.
Crédits Infographie F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-9.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 10 - Résultats de l’analyse fluorescence X à dispersion en longueur d’onde du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre.
Crédits Document F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 11 - Cartographies des éléments majeurs à l’intérieur du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre. NB : les tâches correspondant à l’alliage Au-Ag ne traduisent pas l’image réelle car l’échantillon n’est pas plan.
Crédits Infographie F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-11.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 12 - Composition d’une gouttelette d’alliage or-argent du creuset de la fosse 7114 du 25 rue Saint-Fiacre analysée au spectromètre de fluorescence X à dispersion en longueur d’onde.
Crédits Document F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 13 - L’orfèvrerie en Gaule : localisation des ateliers avérés, des attestations épigraphiques et des stèles funéraires réputées être celles d’orfèvres : 1 : Meaux ; 2 : Rennes ; 3 : Angers ; 4 : Poitiers ; 5 : Saint-Marcel ; 6 : Rouen ; 7 : Famars ; 8 : Bavay ; 9 : Vertault ; 10 : Mâlain ; 11 : Nuits-Saint-Georges ; 12 : Autun ; 13 : Narbonne ; 14 : Nîmes ; 15 : Fréjus ; 16 : Avenches ; 17 : Mayence ; 18 : Metz ; 19 : Langres ; 20 : Sens ; 21 : Saint-Ambroix.
Crédits Infographie P. Pihuit et J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-13.png
Fichier image/png, 438k
Titre Fig. 14 - Plan simplifié des vestiges antiques du 1-9 rue Saint-Fiacre et localisation des indices liés à la métallurgie des alliages cuivreux (NB : les nombreuses fosses ont été omise pour ne pas nuire à la lecture du plan).
Crédits Infographie N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-14.png
Fichier image/png, 242k
Titre Fig. 15 - Vue générale et coupe de la fosse 3322 du 1-9 rue Saint-Fiacre.
Crédits Cliché H. Civalleri ; infographie N. Gomes
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-15.png
Fichier image/png, 972k
Titre Fig. 16 - Creusets de la fosse 3322 (n°1-2) et de l’Us 2145 (n°3) du 1-9 rue Saint-Fiacre.
Crédits Dessins J.-M. Séguier, infographie P. Pihuit
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 17 - Creuset de la fosse 3322 du 1-9 rue Saint-Fiacre : aspect externe (A) et pâte (B).
Crédits Clichés J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 18 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde de trois fragments de creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre.
Crédits Document F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 19 - Localisation des ateliers de cémentation du cuivre par le zinc avérés ou présumés en Gaule (voir texte) : 1 : Meaux ; 2 : Reims ; 3 : Charleville-Mézières ; 4 : Alésia ; 5 : Autun ; 6 : Lyon ; 7 : Avenches ; 8 : Augst ; 9 : Bordeaux ; 10 : Vaison-la-Romaine ; 11 : Aix-en-Provence ; 12 : Nice (hors carte : Xanten).
Crédits Infographie P. Pihuit et J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 20 - Creuset de bronzier de l’Us 2161 du 4 rue Camille Guérin.
Crédits Cliché J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 21 - Fragments de paroi de four de bronzier de l’Us 2327 du 1-9 rue Saint-Fiacre.
Crédits Cliché J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 22 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde du creuset de l’Us 2161 du 4 rue Camille Guérin et des fragments paroi de four de bronzier de l’Us 2327 du 1-9 rue Saint-Fiacre.
Crédits Document F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 23 - Creuset de l’Us 2146 du 1-9 rue Saint-Fiacre : aspect externe (A) et pâte (B).
Crédits Clichés J.-M. Séguier
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 24 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde des surfaces du creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre – 1re partie.
Crédits Document F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 25 - Résultats de l’analyse par fluorescence X à dispersion en longueur d’onde des surfaces du creuset et d’un tesson d’amphore du 1-9 rue Saint-Fiacre – 2e partie.
Crédits Document F. Pilon
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/5980/img-25.png
Fichier image/png, 8,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Séguier, Fabien Pilon, David Couturier et Christel Delozanne, « Indices d’orfèvrerie et d’élaboration du laiton à Meaux (Seine-et-Marne) au ier s. ap. J.-C. : l’apport des analyses chimiques »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 62 | 2023, mis en ligne le 16 mai 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/5980

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Séguier

Inrap Centre-Île-de-France et UMR 7041 ArScAn, équipe Gaule et Archéologie des Mondes Anciens

Articles du même auteur

Fabien Pilon

Association La Riobe et UMR 7041 ArScAn, équipe Gaule et Archéologie des Mondes Anciens

Articles du même auteur

David Couturier

Service du Patrimoine de la ville de Paris

Articles du même auteur

Christel Delozanne

Inrap Centre-Île-de-France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search