Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 62Comptes rendusMonteil M. et Varennes G. (dir.) ...

Comptes rendus

Monteil M. et Varennes G. (dir.) - L’archéologie antique en Pays de la Loire. Bilan de deux décennies de recherches (2001-2021)

11e Supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2023, 506 p.
Florian Baret
Référence(s) :

Monteil M. et Varennes G. (dir.) - L’archéologie antique en Pays de la Loire. Bilan de deux décennies de recherches (2001-2021), 11e Supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2023, 506 p.

Texte intégral

1La région Pays de la Loire est bien connue des spécialistes de la Gaule romaine pour ses villes anciens chefs-lieux de cités – Nantes/Condevicnum, Angers/Iuliomagus, Le Mans/Vindinum et Jublains/Noviodunum – mais aussi son important port, Rezé/Ratiatum ou certains sanctuaires comme Allonnes. Ces noms sont en effet indissociables de vestiges connus de tous comme l’enceinte du Mans, la forteresse de Jublains ou, pour des découvertes plus récentes, le mithraeum d’Angers.

2Cette région est aussi plus largement intégrée dans une dynamique de recherches sur l’Antiquité romaine qui s’inscrit dans l’ouest de la Gaule Lyonnaise, portée notamment par l’équipe nantaise du CReAAH (UMR 6566), comme en témoigne, par exemple, le sujet du mémoire d’habilitation de Martial Monteil soutenu en 2012 sur les agglomérations (Monteil 2012) ou, plus récemment, la thèse soutenue par Stanislas Bossard en 2021 sur les édifices de culte (Bossard 2021), sous la direction de M. Monteil.

3Cette dynamique qui repose également sur de fortes collaborations interinstitutionnelles, comme on aimerait en voir dans d’autres régions, a conduit à la tenue en 2018, dans le cadre des Journées archéologiques régionales, organisées par le Service régional de l’archéologie de Nantes, à la réalisation d’un bilan scientifique des recherches menées sur l’Antiquité romaine en région Pays de la Loire, dont l’ouvrage en constitue les actes.

4La publication se présente sous la forme d’un regroupement de 16 articles précédés de deux préfaces et d’une introduction auxquelles succède un bilan sous la forme d’une remise en perspective puis une conclusion. Les contributions, qui correspondent, peu ou prou, aux communications présentées en 2018 sont logiquement regroupées en six thèmes : “Cadres géographiques, historiques et historiographiques” (trois articles), “Le fait urbain” (sept articles), “Entre campagnes et littoral” (deux articles), “Religion et funéraire” (deux articles), “Matériaux et productions” (deux articles) et “Éléments d’orientation scientifique” (bilan et conclusion). Cet ensemble est complété d’une riche bibliographie (plus de 600 références ; p. 481 à 506) correspondant aux productions datées entre 2001 et 2021. Celle-ci est organisée par thème (et parfois par site), ces derniers étant plus nombreux que ceux abordés dans le corps de l’ouvrage. On peut d’ores et déjà souligner la qualité des contributions et des illustrations. La lecture est agréable, les textes sont clairs et on ne relève que peu de coquilles, même s’il en reste quelques-unes tout comme quelques problèmes de mise en forme qui ont échappé à la vigilance des éditeurs.

5L’ouvrage est riche, dense et couvre de nombreux thèmes qui constituent l’essentiel des réflexions actuelles en archéologie de la Gaule romaine. En cela, il s’agit d’un apport important pour la communauté scientifique avec un éclairage nouveau sur une vaste région qui pouvait, jusqu’ici, apparaître parfois en retrait des publications de synthèse. On ne peut donc que féliciter les éditeurs pour cette livraison qui fera date. Malgré tout, il faut signaler, contrairement à ce que laisse supposer le sous-titre de l’ouvrage, que les bilans proposés ne s’étendent pas réellement jusqu’à l’année 2021, mais pour beaucoup d’entre eux sont antérieurs : 2017 (1), 2018 (6), 2019 (1), 2020 (4), 2021 (1), n. d. (3) et n’intègrent donc pas les découvertes ou les travaux de recherche de ces cinq dernières années même si elles sont parfois évoquées succinctement. C’est là, sans doute, l’une des principales critiques que l’on pourrait formuler, même s’il faut garder à l’esprit les difficultés inhérentes à la publication d’un tel recueil.

6Le premier regroupement d’articles – Cadres géographiques, historiques et historiographiques – inscrit l’ouvrage dans l’historiographie régionale avec une première contribution de M. Monteil et G. Varennes : “Regards croisés sur l’archéologie antique en Pays de la Loire”. On retrouve dans une première partie (p. 22 à 32) un bilan des recherches depuis les années 1980 mettant en avant les grands chantiers régionaux tout en pointant la diminution des fouilles programmées régionales (une seule opération en 2019). On ne peut que partager le point de vue de l’auteur (M. Monteil) sur l’écart grandissant entre le temps nécessaire à la conduite de travaux de terrain et à leur exploitation dans le cadre de rapports pour lesquels les attentes sont toujours plus importantes alors que le temps disponible pour les acteurs de ces travaux, en faible nombre, diminue car ils se retrouvent engagés sur plusieurs fronts pour maintenir vive l’activité programmée régionale. La seconde partie (p. 32 à 41) offre à G. Varennes la possibilité de dresser un bilan chiffré de l’activité archéologique. Certaines de ses observations rejoignent les propos précédents notamment sur l’essoufflement des forces vives. De fait, sans que cela ne soit étonnant, ni ne constitue une spécificité régionale, c’est l’activité préventive qui assure le rôle de locomotive et l’essentiel des publications sous la forme de monographies de site ou de séries de mobilier même si elles ne couvrent pas l’ensemble des données en souffrance (le déficit le plus important concernant le monde rural). On ne peut que soutenir les auteurs dans leurs constats, et mettre en avant, que les lacunes observées ne sont pas liées aux acteurs eux-mêmes, mais bien aux “contraintes de temps et de moyens” (p. 42) accordées à la recherche archéologique.

7La deuxième contribution “Territoires et cités antiques en Pays de la Loire : les cadres d’une enquête”, des mêmes auteurs, offre une introduction géographique glissant ainsi des territoires actuels, cadre de la publication, aux territoires antiques qui procurent “un cadre d’examen de la documentation plus cohérent” (p. 54), affirmation que l’on ne peut que soutenir. Pour ce qui est de la documentation, elle est, au dire des auteurs, pauvre, voire très pauvre, lorsqu’il s’agit de restituer la géographie de ces territoires et leur évolution après la conquête. Malgré tout, faisant feu de tout bois et de toutes les précautions nécessaires, ils dressent un portrait aussi précis que possible de l’évolution du territoire depuis la conquête jusqu’à Clovis. L’article s’achève sur une ébauche d’analyse du statut des cités, mais qui, ne reposant que sur une ou deux inscriptions par territoire, ne permet guère de dépasser la proposition de cités pérégrines obtenant à partir de Claude le droit latin.

8L’apport des inscriptions fait plus spécifiquement l’objet d’une analyse dans le troisième article de cette section, sous la plume de M. Monteil. 98 inscriptions composent un corpus épigraphique faible comparativement à d’autres cités, mais qui permet malgré tout de rejeter l’idée d’un “silence épigraphique” ou d’une “pseudo résistance à la romanisation” (p. 82). L’auteur tente ainsi de tirer la substantifique moelle de toutes les inscriptions disponibles (en excluant les textes douteux ou réputés faux) pour établir un bilan onomastique et social. On regrettera cependant la difficulté de lecture de la carte Figure 2 (p. 66) en raison d’un choix de tonalités de couleurs trop proche entre les éléments figurés et le fond de carte.

9Le deuxième thème – Le fait urbain – est celui qui compte le plus d’articles, puisque chaque chef-lieu fait l’objet d’un bilan, complété par le site de Rezé, une courte introduction au dossier et un état des lieux pour l’ensemble des agglomérations secondaires.

10La structure donnée aux cinq études de cas est similaire et l’on remercie les auteurs d’avoir suivi un plan identique facilitant la comparaison entre les villes et permettant d’entrevoir les écarts de connaissances entre elles. Il n’est pas possible ici de revenir en détail sur chaque article qui constitue individuellement un point d’étape important pour qui s’intéresse à l’une ou l’autre de ces villes. On soulignera cependant la richesse et la qualité des illustrations de la contribution sur Angers dotée de nombreux plans qui accompagnent parfaitement le déroulé chronologique. Celle proposée sur Jublains montre les diverses perspectives de recherche qui restent encore à explorer, notamment grâce aux superbes images géoradar acquises récemment, dont un très bel exemple nous est donné sur la page de couverture de la section (p. 87), et dont l’existence est rapidement évoquée en conclusion. La présentation des perspectives en fin de synthèse aurait pu mettre l’accent sur ces données nouvelles qui modifient fondamentalement l’appréhension de la ville antique et répondent notamment à la méconnaissance de l’intérieur des ilots évoquée dans le texte. L’image étant livrée en couverture de section, un commentaire même succinct (la richesse des images justifie qu’il faudra encore des années pour pleinement les exploiter) aurait été attendu ; le lecteur reste sur sa faim. De même, il manque sur la Figure 3 (p. 137) la figuration des zones funéraires alors qu’elles sont mobilisées dans le texte. La présentation sur Le Mans, comme les précédentes synthèses, livre un état actualisé à 2018 des connaissances sur la ville antique tout en pointant les limites et les aspects qu’il reste à documenter (monuments publics, nécropoles…). Là encore, les travaux du PCR débuté en 2017 sur le rempart ne sont pas exploités ou simplement évoqués lorsqu’il s’agit de revenir sur la datation de la construction (avec une importante remise en cause des dates jusqu’ici admises) ce qui est sans doute dommage. L’article sur Nantes met en lumière toute la difficulté d’étudier cette ville antique du fait de son histoire contemporaine alors que les éléments connus (superficie du castrum, rôle stratégique…) montrent que Condevicnum devait être un pôle urbain de premier plan. Malheureusement, il est aujourd’hui impossible d’en proposer un plan et de localiser les monuments publics, tous inconnus. Par ailleurs, la conclusion aurait mérité d’être plus synthétique pour éviter des redondances avec le texte principal. En effet, des éléments d’information sont repris en conclusion sans qu’ils n’apportent réellement de plus-value à celle-ci ou soient rediscutés. De même, l’absence du nom des rues sur les plans ne facilite pas la localisation des sites et des découvertes évoqués dans le texte. Aussi, un plan plus large faisant figurer la Loire, l’Erdre et le canal “Saint-Félix” (sur le modèle de la Figure 3 de la synthèse sur Angers) aurait permis de mieux appréhender la géographie de la ville notamment pour les lecteurs extra-régionaux étant donné la portée de l’ouvrage et des contributions qui dépassent, à notre sens, le cadre régional.

11Au sujet des agglomérations secondaires, elles sont représentées par deux articles, l’un sur Rezé, l’autre correspondant à une synthèse régionale extraite du travail de M. Monteil dans le cadre de son mémoire d’HDR. On soulignera que cette contribution offre deux annexes composées de la liste des agglomérations certaines et hypothétiques (Annexe 1) et des sites requalifiés (Annexe 2) avec pour chaque site une bibliographie indicative.

12Concernant les autres sections, regroupant chacune deux articles, il convient de souligner quelques observations, mais il est impossible ici de revenir sur chacune. L’article sur les établissements ruraux, dont la date d’écriture (2017) est la plus ancienne de la publication, ne dépasse, de fait, pas la simple distinction entre villa avérée, villa supposée, établissement rural à enclos fossoyé avéré, établissement rural à enclos fossoyé hypothétique et site non caractérisé alors qu’une analyse plus précise des caractéristiques des établissements, sur le modèle des travaux menés par Antonin Nüsslein dans sa thèse (Nüsslein 2018), aurait permis de rattraper le retard, pourtant souligné, des recherches sur le monde rural pour cette région. Malgré tout, on ne peut que rappeler la difficulté de l’exercice en raison du corpus disponible, très faible, conduisant à une densité de l’ordre de 1 site pour 100 km². On soulignera, en contrepartie, l’effort important de l’auteur pour composer des planches avec les plans des sites, normalisés et remis à la même échelle.

13La synthèse sur le fait religieux souffre d’un manque d’illustrations. Par exemple, aucune carte ne permet de localiser les nombreux sites mentionnés dans les paragraphes historiographiques. Les Figures 1 (p. 359) et 2 (p. 365) restent insuffisantes pour cela. À propos de cette dernière, l’indication des numéros des sites, tels qu’ils apparaissent dans l’inventaire, aurait été préférable pour rendre la carte plus lisible et permettre à chaque point d’être étiqueté. La contribution est dense, l’historiographie fournie et bien structurée et le corpus des 78 sites est intégralement livré comme pour les agglomérations secondaires. Cependant, on manque de plan pour ces sites, puisqu’on ne retrouve que quatre illustrations concernant seulement trois sites (Allonnes, Angers et Saint-Denis-du-Maine) et ils restent insuffisamment documentés par rapport aux numérotations de terrain qui apparaissent dans le texte, mais pas sur les figures ce qui rend peu aisée la compréhension des descriptions. Ces absences rendent difficile la lecture de la synthèse car elle oblige le lecteur à parfaitement connaître tous les sites ou à consulter la bibliographie pour suivre les propos de l’auteur. Le modèle des planches de plans proposées pour les sites ruraux aurait eu toute sa place ici. Enfin, on regrettera que deux importantes affirmations soient rejetées en note (note 64, p. 370 et note 67, p. 371) et ne soient pas complètement appuyées par des références bibliographiques.

14La remise en perspective finale constitue un bel outil de travail notamment pour le Service régional de l’archéologie puisqu’il dresse le bilan de la publication en structurant le texte selon les axes de la programmation nationale. L’article met en avant, de manière systématique, les acquis et les orientations à prendre pour chaque axe rapporté au cadre régional et à son état documentaire. Cette entreprise, à vocation “programmatique” est sans doute une importante plus-value pour l’ouvrage. Les observations et les pistes à suivre restent trop nombreuses pour être toutes évoquées ici mais il ressort notamment la nécessité d’un rééquilibrage entre les recherches en archéologie urbaine et en archéologie rurale tout comme un changement de paradigme concernant les lieux de culte avec une prise en compte plus forte du paysage religieux, donc un changement d’échelle – du site à la cité – pour renouveler la vision du rôle des sanctuaires dans la structuration des territoires mais aussi dans l’économie des cités. Là encore, l’intégration des travaux de Stanislas Bossard à la publication aurait peut-être permis d’illustrer ce propos par de premières observations.

15Ce onzième supplément à la Revue Archéologique de l’Ouest constitue finalement une importante contribution à l’archéologie des Pays de la Loire, mais aussi, pour l’archéologie des Gaules romaines. Il ne fait pas de doute qu’il marquera une étape historiographique importante dans le paysage français. Si ce format de publication n’est pas sans faire écho à d’autres réalisations, plus anciennes (Trément 2011 ; Zadora-Rio 2014 ; Bérard et Poux 2018), on ne peut que se féliciter de cette initiative et espérer qu’elle encourage d’autres régions à fournir une somme équivalente en mobilisant toutes les forces locales, quelle que soit leur institution, puisque cette publication montre aussi, à notre sens, tout l’intérêt d’un travail collaboratif et de la livraison à la communauté de synthèses régulières, malgré l’existence de lacunes documentaires.

Haut de page

Bibliographie

Bérard et Poux 2018

Bérard F. et Poux M. - Lugdunum et ses campagnes. Actualité de la recherche, Éditions Mergoil, Drémil-Lafage, 370 p. (collection Archéologie et Histoire Romaine ; 38).

Bossard 2021

Bossard S. - Cultes et sanctuaires du centre et de l’ouest de la Gaule Lyonnaise. Des antécédents gaulois à la fin des dieux (iie s. av. n. è.-ve s. de n. è.), Thèse de doctorat d’archéologie sous la direction de M. Monteil, Université de Nantes, Nantes.

Monteil 2012

Monteil M. - Contribution à l’étude des agglomérations secondaires des Gaules romaines. Les cités de l’ouest de la province de Lyonnaise (Bretagne et Pays de la Loire), Mémoire inédit d’HDR, Université François Rabelais, Tours, 363 p.

Nüsslein 2018

Nüsslein A. - Les campagnes entre Moselle et Rhin dans l’Antiquité: dynamiques du peuplement du ier s. avant J.-C. au ve s. après J.-C., Association pour la Valorisation de l’Archéologie du Grand Est, Strasbourg, 385 p.

Trément 2011

Trément F. - Les Arvernes et leurs voisins du Massif Central à l’époque romaine. Une archéologie du développement des territoires, no 600-601, Tome 1, 2011, 512 p., no 606-607, Tome 2, 2013, 450 p., Revue d’Auvergne, Clermont-Ferrand.

Zadora-Rio 2014

Zadora-Rio E. (dir.) - Atlas Archéologique de Touraine [En ligne], 53e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Baret, « Monteil M. et Varennes G. (dir.) - L’archéologie antique en Pays de la Loire. Bilan de deux décennies de recherches (2001-2021) »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 62 | 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6061

Haut de page

Auteur

Florian Baret

Université de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search