Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 62Comptes rendusMartinez D (dir.) - Un quartier d...

Comptes rendus

Martinez D (dir.) - Un quartier de frange urbaine en milieu humide (iie-xve siècle) : Les fouilles de la rue Fontgiève à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

ALPARA, MOM Éditions, Lyon, 2021, 278 p. (DARA 51, série Clermontoise, 1)
Élisabeth Lorans
Référence(s) :

Martinez D. (dir.) - Un quartier de frange urbaine en milieu humide (iie-xve siècle) : Les fouilles de la rue Fontgiève à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), ALPARA, MOM Éditions, Lyon, 2021, 278 p. (DARA 51, série Clermontoise, 1)

Texte intégral

1Cet ouvrage inaugure la série Clermontoise des DARA dont la qualité scientifique et éditoriale n’est plus à démontrer et ce volume ne fait pas exception. Il s’agit de la publication collective d’une opération préventive menée par la société Hadès en 2012 et dirigée par Damien Martinez qui a depuis rejoint l’Université de Lyon 2. Presque dix années ont donc été nécessaires à l’aboutissement de ce travail qui a mobilisé une quinzaine de personnes, archéologues, topographes et spécialistes divers du mobilier ou des données paléoenvironnementales, particulièrement nombreuses. En effet, le fil conducteur de l’ouvrage est l’eau, l’humidité, contre lesquelles les occupants ont dû lutter, tout en la mettant parfois à profit, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge dans un quartier resté extra muros à l’époque romaine comme médiévale ou moderne. Derrière la longue durée affichée dans le titre, se dissimule une grande disparité dans la nature et la quantité des vestiges identifiés sur le site. Le Haut-Empire et les derniers siècles du Moyen Âge se taillent la part du lion, alors que l’Antiquité tardive, le haut Moyen Âge et même le Moyen Âge central ont laissé très peu de traces matérielles. Cette succession d’occupations et de hiatus est clairement mise en évidence par la double page de planches (p. 24-25) présentant les sept états identifiés entre le iie s. et le début du xvs. (dont quatre pour le seul Haut-Empire).

2Après un premier chapitre introductif qui présente la méthodologie suivie sur le terrain, le phasage général et les différents types de mobilier découverts et étudiés, avec une évaluation quantitative de chacun, le volume associe un plan chronologique à un plan thématique : les chapitres 2 à 4 rendent compte des transformations de l’occupation du site, d’une superficie de 1 600 m2, du Haut-Empire au xviiie s. ; les chapitres 5 à 10 traitent du mobilier, artefacts et écofacts, alors que le chapitre 11 constitue la synthèse finale rédigée par le responsable de l’opération. Un court glossaire, des planches regroupant les principales coupes en couleur et une abondante bibliographie concluent l’ouvrage, dont la mise en page est très soignée : près de 240 figures sont disséminées dans le texte, plans, coupes, photographies, graphes, tous de très bonne qualité.

3Ce compte rendu ne pouvant souligner tous les mérites de cet ouvrage, il se concentrera sur les phases d’occupation principales et sur l’approche méthodologique fondée sur le croisement des données de toutes natures.

4Sur le plan chronologique et fonctionnel, la période la mieux documentée est assurément le Haut-Empire. La réactivation d’un chenal drainant les terrains alentour permet la construction d’un moulin hydraulique (déjà publié dans la RACF en 2018), associé à un bassin circulaire de 5,20 m de diamètre dans l’œuvre et précédé d’une rampe qui ont connu plusieurs états, le plancher d’origine ayant été remplacé par des dalles. La préservation de nombreuses pièces de bois permet de situer la construction du moulin dans le deuxième quart du iie s. (après 126-130 ap. J.-C.). Si l’activité de meunerie est bien attestée, la fonction précise du bassin, dont le système d’évacuation mais non d’adduction a été repéré, demeure indéterminée. Ses dimensions en font un réservoir d’eau d’au moins 21 m3, que devaient mettre à profit des activités artisanales proches.

5Dans l’état 2 (fin iie-début iiie s.), le moulin est déplacé de l’autre côté du chenal transformé en canal par des maçonneries latérales et plus au nord un bâtiment rectangulaire est édifié au-dessus d’un captage de sources circonscrit par une cuve rectangulaire provenant d’une fontaine : a-t-on affaire à un nymphé ?. Enfin, un bâtiment sur cave dont deux pièces ont été partiellement explorées est construit au nord du bassin circulaire. Même si la densité d’occupation demeure réduite, cet état témoigne bien du début de l’urbanisation de ce quartier périphérique qui prend corps pendant l’état 3 marqué par de nouvelles constructions établies autour d’une place observée sur plus de 400 m2 (et intégrant le bassin circulaire) et de plusieurs voies orthonormées. La fouille partielle de tous les bâtiments qui se poursuivent au-delà de la limite de parcelle rend leur interprétation délicate mais on peut supposer pour le plus grand (bâtiment C, doté d’un étage) des fonctions domestiques (four) et de stockage. Le grand canal remplit alors un double rôle permettant l’activité de meunerie mais aussi la collecte des eaux du quartier. Au total, cet état témoigne d’une “parfaite maîtrise de la contrainte hydraulique (p. 61). Outre la production de farine, les occupants de ce secteur ont surtout produit des objets en bois (tonnelets) et en os (aiguilles et jetons).

6Toutefois, le quartier ne résista pas à la hausse de la nappe phréatique et malgré plusieurs aménagements destinés à réduire l’humidité, la plupart des bâtiments furent abandonnés ou détruit vers 250 (fin de l’état 4). L’état 5 recouvre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, plusieurs siècles pendant lesquels le canal, bien que rétréci, et le bassin circulaire demeurent en service, malgré un remblaiement partiel du bassin par des matériaux de construction, de la faune et des tessons de céramique.

  • 1 Pascale Chevalier et Fabrice Gauthier, Clermont dans F. Prévot, M. Gaillard et N. Gauthier (éd.), T (...)

7Le premier recours aux sources écrites intervient à ce stade pour évoquer la proximité probable de l’église Saint-Adjutor (un certain Maixent né à Agde vers la fin du ve s. et baptisé sous le nom d’Adjuteur). Il est curieux que les auteurs aient supposé l’existence de cette église dès le vie s. au lieu d’appuyer leur démonstration sur la Topographie chrétienne des cités de la Gaule qui indique clairement que la basilica sancti Adjutoris est attestée pour la première fois à la fin du viie s.1. Plus gênant encore le glissement de l’église à la paroisse dès le haut Moyen Âge et de la paroisse à la continuité d’occupation de ce secteur alors que l’archéologie démontre un usage agricole à partir de la fin de l’époque romaine (cultures céréalières, voire fourragères), même si la présence de dépotoirs suggère la proximité d’habitats. Analyses environnementales et textes disponibles à partir du milieu du xiiis. révèlent le maintien d’un paysage rural composé essentiellement de vergers, bois et vignes, ce que confirment d’ailleurs les premières représentations de Clermont comme le célèbre Armorial de Revel réalisé vers 1450.

8Ce quartier périphérique connut une nouvelle urbanisation très tardive, amorcée à la fin du xiiie s. et plus nette au siècle suivant, notamment sous l’action de la confrérie du Saint-Esprit qui possédait son siège dans cette zone. Toutefois, peu de structures sont attribuables à l’état 6 ; la plus remarquable est assurément un bâtiment à fond excavé d’une superficie d’environ 15,50 m2, incluant trois empreintes de foyers, à proximité duquel deux puits ont été creusés : on a affaire ici à un bâtiment à fonction domestique dont d’autres exemples ont été observés à la périphérie de Clermont et dans d’autres villes, attestant leur existence à la fin du Moyen Âge. A quelques dizaines de mètres au sud, un bâtiment maçonné d’au moins trois pièces et une fosse de latrine manifestent un autre type d’occupation qui se développe pendant l’état 7 (xive- xve s.)

9À la suite d’un apport massif de remblais destinés à assainir les terrains, plusieurs bâtiments sont construits relevant de statuts divers : un colombier et un grand édifice implanté au sud de la parcelle témoignent de constructions de type seigneurial alors que d’autres édifices plus modestes renvoient plutôt à des fermes. Les constructions observées, toutes de manière partielle, sont organisées autour d’un espace ouvert comptant quatre puits. Finalement, le secteur fouillé est abandonné dans le courant du xve s., la crainte d’une attaque de la ville conduisant à la destruction des faubourgs proches de l’enceinte, à l’exception des églises. Il fallut attendre le milieu du xviie s., avec la fondation à proximité immédiate de l’hôpital général, pour une nouvelle mise en valeur de ces terrains utilisés en jardins.

10Cette fouille a donc clairement mis en évidence le mouvement de va-et-vient entre phases bâties et usages agricoles, voire périodes d’abandon, montrant la complexité que représente l’étude de ces franges urbaines dans la longue durée. Le croisement des données matérielles, textuelles et iconographiques (pour la fin de la période) est mené avec rigueur.

11D’une manière générale, on peut évaluer l’écart qui existe entre le rapport de fouille rendu en 2014 (4 vol. et plus de 1 500 p.) et l’ouvrage qui en fait moins de 300 et ne s’encombre pas de descriptions trop longues : observations, interprétations et synthèse sont bien équilibrées et le lecteur suit toujours sans difficulté le raisonnement des auteurs. À ce titre, cet ouvrage peut donc servir de modèle à d’autres monographies, à commencer par celles qui doivent étoffer cette collection clermontoise à laquelle on ne peut que souhaiter une longue vie !

Haut de page

Notes

1 Pascale Chevalier et Fabrice Gauthier, Clermont dans F. Prévot, M. Gaillard et N. Gauthier (éd.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, XVI, Quarante ans d’enquête, 1, Images nouvelles des villes de la Gaule, Paris, De Boccard, 2014, p. 81-86 ; 2. Christianisation et espace urbain. Atlas, Tableaux, Index, p. 494-496.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Martinez D (dir.) - Un quartier de frange urbaine en milieu humide (iie-xve siècle) : Les fouilles de la rue Fontgiève à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 62 | 2023, mis en ligne le 21 novembre 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6561

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Professeur d’archéologie médiévale à l’Université de Tours, Membre de l’Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search