Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome 63Comptes rendusC. Allinne (dir.) - Far West ? La...

Comptes rendus

C. Allinne (dir.) - Far West ? La Normandie antique et les marges nord-ouest de l’Empire romain

Actes du colloque (Caen 24-26 oct. 2018), 2 vol., Annales de Normandie, 72/2 et 73/1, Caen, 2022, 400 et 380 p.
Alain Ferdière
Référence(s) :

C. Allinne (dir.) - Far West ? La Normandie antique et les marges nord-ouest de l’Empire romain, Actes du colloque (Caen (24-26 oct. 2018), 2 vol., Annales de Normandie, 72/2 et 73/1, Caen, 2022, 400 et 380 p.

Texte intégral

1Les deux volumes publiés par les Annales de Normandie sous la direction de Cécile Allinne correspondent aux Actes d’un Colloque du même intitulé, tenu à Caen en octobre 2018.

2Il s’agit surtout d’articles de synthèse portant sur la période romaine dans les provinces les plus au nord-ouest de l’Empire, à savoir la Lyonnaise occidentale – en fait principalement les cités de l’actuelle Basse-Normandie –, mais aussi la Haute-Normandie, l’Armorique et ses confins, ainsi qu’à la marge, l’Hispanie occidentale et la Britannia (Essex). Les auteurs sont issus des différents organismes œuvrant en archéologie gallo-romaine dans les régions concernées : universités (dont Caen), dont doctorants, Inrap, Éveha, SRA, services archéologiques de collectivités (dont Calvados), associations locales...

3Les articles répartis dans les deux volumes – au nombre total de 26, sans compter Introduction et Conclusion, sont classés, classiquement mais de manière pertinente, en plusieurs thématiques. J’analyserai d’abord ici les diverses contributions à cet important recueil, dans l’ordre du sommaire, en insistant certes sans doute plus sur les sujets correspondant à mes propres centres d’intérêt.

4Vol. I :

5Introduction, par C. Allinne et G. Léon (p. 5-9)

6Celle-ci, par les organisateurs du colloque et éditeurs des Actes, précise les objectifs : il s’agit à l’origine du bilan des travaux d’un PCR (Arbano) portant sur la Basse-Normandie à l’époque romaine, dont l’objectif principal était la création d’un atlas régional de l’Antiquité, en ligne. S’y ajoutent des éléments de comparaison sur d’autres aires du “Far West” de l’Empire romain.

7Organisation des territoires, dynamiques de peuplement, réseaux (6 art.) :

8Cette première thématique est, d’emblée, la plus développée des six :

  • Léon G. - L’apport de l’archéologie à la reconstitution du réseau routier romain en Normandie (p. 13-36).
    Les voies romaines y ont donc la part belle, dont l’étude s’appuie sur un SIG : elles constituent en effet, avec le réseau d’agglomérations de tous ordres, le “fond de carte” à toute étude sur la Basse-Normandie romaine.

    • 1 Le rattachement de cet article à cette thématique apparaît donc un peu artificielle, car il aurait (...)

    Veron J. et Spiesser J. - Apports du site de “La delle du Carel, delle de la Commune” à Hérouvillette (Calvados) à la compréhension des dynamiques des territoires de confins (p. 37-55).
    Ce site est présenté comme structurant pour le territoire (établissement rural (?) laténien évoluant en sanctuaire au Haut-Empire)1 : dommage, donc, que la carte, Fig. 1, ne figure pas les voies romaines alentour à l’échelle régionale, celles-ci étant seulement présentées à l’échelle locale (Fig. 9 et 10). Il s’agirait d’un sanctuaire rural et non domanial, selon des arguments qui restent à mon avis discutables.

  • Leroux G. - Des pistes gauloises aux chaussées gallo-romaines : quelques exemples archéologiquement attestés en Bretagne orientale (p. 57-78).
    Première excursion au moins en partie hors de la Normandie occidentale, pour les voies gauloises et romaines de ces cités – incluant ici le Cotentin –, ce sont quelques exemples, récemment étudiés, qui sont examinés. On observe des faciès très divers, ainsi que la résilience des tracés d’itinéraire, avec des mutations essentiellement techniques d’une période à l’autre.

    • 2 On aboutit ainsi à une carte des cités de la province de Belgique (Fig. 9) sensiblement différente, (...)

    Auvertin R. et Deru X. - Déterminer les territoires de cités au sortir de la guerre des Gaules : méthodologie d’une enquête entre Seine et Rhin (p. 79-106).
    La question des territoires de cités et de la définition de leurs limites est ensuite abordée : ceci est à saluer car la question est souvent éludée : une contribution, portant, hors de l’aire ici privilégiée, sur les civitates entre Seine et Rhin, s’appuyant sur les outils SIG pour en traiter (Fig. 2), en s’aventurant de manière téméraire dans la question des pagi dont l’existence même, comme entités territoriales constituantes des civitates, reste très discutée. Et le recours aux données médiévales y demeure inévitable, celui à la toponymie sans doute plus discutable2

  • Gandini Cr. - Regard sur les campagnes chez les Osismes. Peuplement et activités dans le Léon et la vallée de l’Aulne du second âge du fer à la fin de l’Antiquité (p. 107-147).
    Une 3e excursion est constituée par l’examen du peuplement dans la cité des Osismes, le vrai “Far West” de la Gaule, à l’extrémité occidentale de l’Armorique (avec notamment deux larges fenêtres d’étude). Ici aussi, l’outil SIG est largement mis à contribution. Il apparaît que, comme on pouvait s’en douter, la “romanisation” de ces régions a été auparavant largement sous-estimée, même si les traits traditionnels préromains perdurent ici de manière évidente, le “système” de la villa n’étant, par exemple, pas toujours dominant.

  • Silvino T., Pereira P. et Sá Coixão A. - Le monde rural dans la vallée du Douro durant l’Antiquité : une relecture de l’occupation des campagnes dans le nord de la Lusitanie (ier-ive siècle) (p. 149-176).
    L’examen du monde rural hispanique à l’époque romaine, à cheval entre Lusitanie septentrionale et Tarraconaise du nord-ouest, constitue une comparaison encore plus exotique, avec les établissements agro-pastoraux souvent de fort statut, ici réexaminés du point de vue, économique, de leurs productions.

9• Villes et campagnes (5 art.) :

10Ce second thème recoupe un peu le précédent, autour de l’occupation du sol.

  • Léon G. - Les agglomérations de bord de voie sur l’itinéraire Valognes-Bayeux-Lisieux (p. 179-204).
    Cette contribution reste également à la frange des voies traitées au thème précédent, entre les cités de Abrincates et des Lexoviens, soit 22 sites (dont surtout Goustranville, Calvados). Elle s’appuie notamment sur des données nouvelles de l’archéologie préventive, en soulignant le rôle de ces sites pour l’artisanat. La plupart n’existent que depuis le début du Haut-Empire et seule une partie perdure au Bas-Empire.

  • Paez-Rezende L., Jeanne L. et Duclos C. - Les agglomérations antiques de la presqu’île du Cotentin (ier siècle avant notre ère-ve siècle de notre ère) (p. 205-228).
    Ce sont ensuite les agglomérations de la cité des Unelles (Valognes, Portbail et Montaigu-la-Brisette) – qui sont examinées, qui connaissent une évolution complexe, entre Haut- et Bas-Empire. L’examen de leurs édifices thermaux est privilégié. Et l’on se consacre à la recherche du véritable chef-lieu de cité, qui serait Valognes.

  • Desforges J.-D. - L’agglomération antique d’Oxellum (Oisseau-le-Petit, Sarthe), données récentes (p. 229-242).
    Hors de Normandie, c’est une agglomération des Cénomans qui est proposée, ici à la lumière de nouvelles fouilles, étroitement liée, comme on le sait, à une très grande villa à pavillons alignés, et sur la voie entre chefs-lieux de cité Sées-Le Mans ; outre un réseau de rues, elle dispose d’un édifice de spectacle et de thermes.

  • Lukas D. et Adrian Y.-M. - Les fermes gallo-romaines en Normandie orientale : genèse et caractéristiques de quelques exemples fouillés récemment (p. 243-280).
    On reste un peu hors de l’aire d’étude principale avec l’examen de sept fermes gallo-romaines de l’est normand, également selon les données de récentes fouilles préventives, chez les Calètes et les Éburovices. À noter que, si ces établissements disposent, au Haut-Empire, en général au moins d’une résidence en dur, aucun d’entre eux ne correspond à une grande villa. Greniers et granges ont aussi été reconnus et les productions, diversifiées, de ces établissements sont examinées : on suppose ici des exploitations familiales.

  • Di Liberto A., Lockwood (†) Fr., Kay J., Mallison J. et Oldham J. - La villa romaine de Fordham (Essex, Royaume-Uni). Thermes et mitre de cheminée inédite (p. 281-304).
    Une comparaison plus exotique est donnée, avec cette villa du sud-est de la Britannia, permettant incidemment de présenter ses thermes et une mitre de cheminée en terre cuite d’un type rare, objet parfois qualifié d’épi de faîtage.

11• Évolutions des peuplements à la fin de l’Antiquité (3 art.) :

12Ce 3e thème concerne donc l’occupation du sol dans l’Antiquité tardive :

    • 3 Cf. dans le volume II, la thématique funéraire.

    Thomann A., Adrian Y.-M. et Kasprzyk M. - La nécropole d’Évrecy au Bas-Empire (ive-milieu ve s.) : population gallo-romaine et élite militaire “romano-germanique” (p. 307-329).
    C’est d’abord une importante nécropole3 qui est présentée, concernant notamment, pour une petite part, des officiers de l’armée romaine, avec des traditions “germaniques” – confirmée par l’étude anthropologique – : mobilier assez bondant, dont fibules en trompette, garniture de ceinturon…

    • 4 Catalogue fourni in fine.

    Éloy-Épailly L. - Les agglomérations du nord-est de la Normandie (Eure et Seine-Maritime) durant l’Antiquité tardive (p. 331-367).
    C’est le Nord-Est normand (surtout cités des Éburovices, Calètes et Véliocasses) qui est ensuite examiné pour l’évolution tardive de ses agglomérations, sur la base, encore, des récentes opérations préventives : une bonne trentaine de sites sont ainsi concernés, dont environ la moitié subsisterait dans l’Antiquité tardive4, dans une aire où quelques modifications territoriales des cités sont alors notées. On note en particulier des réutilisations d’édifices monumentaux.

    • 5 Y compris d’édifices publics, bien représentées ici.

    Quemener J. - La présence de l’État entre Seine et Loire au cours de l’Antiquité tardive (p. 369-400).
    Enfin, une question que j’ai moi-même traitée, au moins pour la présence de l’armée et la partie sud et sud-est de l’aire ici prise en compte, dans un article récent (Ferdière 2022), sans connaître cette contribution ici concernée… : fortifications (Fig. 3)5, mobiliers de la militia (Fig. 8 et 11)… S’y ajoute au moins l’analyse des bornes milliaires épigraphiques.

13Vol. II :

14Environnement cultuel (5 art.) :

15Une thématique classique pour l’étude des civitates.

  • Paez-Rezende L., Jeanne L., Leclerc G., Paupy C. et Veron J. - Le paysage religieux de la Normandie occidentale (ier siècle avant notre ère-ve siècle de notre ère) : topographie, chronologie et diversité chronologique (p. 7-66).
    On commence par cette synthèse régionale, qu’il s’agisse des chefs-lieux de cité, des agglomérations secondaires ou des sanctuaires ruraux (Fig. 11), soit au total 56 sites : les mobiliers cultuels et l’épigraphie sont aussi examinés, ainsi que les aspects chronologiques. À noter que les grands sanctuaires de cité hors chef-lieu, du type du Vieil-Évreux pour les Éburovices, ne sont pas traités en eux-mêmes.

    • 6 Objet d’un examen plus approfondi ici.

    Demarest M., Parra Prieto Cl., Pillault S. et Schütz Gr. - Données nouvelles sur les lieux de culte à la périphérie de Vieux/Aregenua (p. 67-94).
    Les lieux de culte aux alentours du chef-lieu de cité des Viducasses sont ensuite examinés, au nombre de trois : on tente d’en démêler les spécificités et complémentarités, avec celui présent dans la partie est du chef-lieu, sans doute “simple” sanctuaire “de quartier”, et ceux d’Amayé-sur-Orne, périurbain, et de Baron-sur-Odon, un peu plus éloigné6, ces deux derniers apparemment importants et de caractère certainement public.

  • Leclerc G. - Le sanctuaire gallo-romain à édifices multiples des Hernies à Macé (Orne) (p. 95-127).
    Ce sanctuaire n’est qu’à 3,5 km au nord-ouest de Sées, site supposé de la capitale des Ésuviens ; il présente plusieurs fana plus ou moins contemporains dans un péribole commun, à portiques. Si Sées est bien chef-lieu de civitas, ne pourrait-il aussi s’agir du sanctuaire principal de cette dernière ?

    • 7 Dont la majorité n’est connue que par les prospections aériennes.

    Le Borgne V. et J.-N., Dumondelle G. et Paupy C. - Les sanctuaires antiques dans le département de l’Eure : l’apport de l’archéologie aérienne (p. 129-147).
    Ceci concerne donc la cité des Éburovices mais aussi en partie celles de Calètes, Lexoviens et Véliocasses : au nombre de 677, ces lieux de culte se concentrent dans la partie centrale du département, ainsi qu’à l’est (rive droite de la Seine), bien moins à l’ouest (Fig. 3). Beaucoup sont ruraux mais d’autres sont reconnus dans des agglomérations…

    • 8 Possible sanctuaire de confins avec la cité des Riédones ; objet de fouilles programmées.

    Bossard St. et Dufay-Garel Y. - Un sanctuaire du nord-ouest de la Gaule : Juvigné (Mayenne) (p. 149-158).
    Une comparaison sensiblement extérieure est donnée avec ce sanctuaire, à l’ouest de la civitas des Diablintes8 : un ensemble en fait relativement modeste, présentant un fanum dans son péribole à portiques de façade.

16• Monde des morts, pratiques funéraires (3 art.) :

17C’est donc aussi classiquement que cette thématique est ensuite traitée.

    • 9 Les nécropoles urbaines étant à ce jour peu documentées dans cette aire.

    Brunet V., Laurent Paez-Rezende L., Jeanne L., Nivez E., Piolot A. et Leclerc G. - Les pratiques et les espaces funéraires antiques en Normandie occidentale : premiers résultats (p. 161-203).
    On commence ici, de même, par une synthèse pour la région principale concernée, peut-être un peu rapide et superficielle, à partir d’un premier corpus de 29 sites seulement9 : ensembles funéraires, nécropoles et mausolées, tant urbains que ruraux, sur l’ensemble de la période romaine, avec le passage, classique, de la crémation dominante à l’inhumation quasi exclusive au Bas-Empire.

  • Robert M. - La nécropole de la Gendarmerie à Rouen. Apport de l’instrumentum à la compréhension des contextes funéraires romains de l’estuaire de la Seine (p. 205-240).
    Hors de cette aire normande occidentale, une étude est consacrée à cet ensemble du chef-lieu de cité des Véliocasses : la partie de cette importante nécropole urbaine au NNE de la ville romaine, sur la voie vers Lillebonne a été fouillée en sauvetage dans les années 1980 et comporte 73 sépultures. C’est le mobilier – et plus particulièrement l’instrumentum – qui est ici examiné, pour le début du Haut-Empire.

  • Nivez E. et Brunet V. - Les sépultures isolées en Normandie occidentale durant le Haut-Empire : définition et rôle dans la structuration des territoires (p. 241-251).
    Puis cette contribution s’attache à examiner les spécificités des sépultures isolées dans l’espace normand occidental, notamment en termes de territoire, soit 32 ensembles (crémations), généralement ruraux (Fig. 1) : tombes hors des groupements de sépultures, mais ici en général non privilégiées (pour de hauts personnages), apparemment placés – au moins dans certains cas – en guise de “bornes” de parcellaires ruraux…

18• Économie, matières premières, production, diffusion (4 art.) :

19Seuls restaient donc à examiner ces aspects économiques.

    • 10 Pas de synthèse depuis près de trente ans.

    Thierry M.-A., Bocquet-Liénard A., Bataillé M.-P., Dervin St., Dupré J., Gagnant H., Jardel K. et Savary X. - La production céramique en Normandie occidentale au Haut- Empire : une terra incognita ? (p. 255-299).
    C’est d’abord la poterie de terre cuite qui est examinée, de manière synthétique, pour l’aire géographique privilégiée ici, en fait assez méconnue10, avec, à la marge, la production de terres cuites architecturales. C’est moins d’une vingtaine d’ateliers qui sont à ce jour connus (Fig. 1), en incluant le nord des cités diablinte et cénomane, et aucun dans les cités les plus occidentales de la Normandie (Cotentin), à la géologie – comme l’Armorique – il est vrai peu propice. Pâtes et typologie des productions sont examinées.

    • 11 En partie des ateliers d’Île-de-France.

    Delage R. - La céramique de l’horizon Bas-Empire du site de Bretteville-l’Orgueilleuse (Calvados), le Bas des Prés (p. 301-320).
    Cette contribution pourrait paraître anecdotique mais correspond à un important ensemble céramique du Bas-Empire, d’une villa : outre une bonne représentation de la céramique de type argonnais11, on y note en particulier d’assez nombreuses Black Burnished Wares (BB1) provenant sans doute de Grande-Bretagne, assez bien représentées en Normandie, depuis les côtes de la Manche.

  • Demarez M. et Léon G. - Les supports de vase gallo-romains de Normandie occidentale. Éléments vernaculaires de la culture matérielle régionale (p. 321-332).
    Cette contribution, au titre un peu redondant – le terme “vernaculaire” concernant en effet le domaine culturel –, traite des éléments en terre cuite, modelés et décorés, souvent rares mais bien représentés en Normandie occidentale (une vingtaine de sites), comme c’est par exemple le cas en Île-de-France ou encore en Bourgogne. Leur fonction précise reste encore en partie énigmatique.

    • 12 Avec quelques carrières connues.

    Picavet P. - Production et circulation des meules rotatives antiques le long de la Manche : perspectives de recherche en Normandie (p. 333-355).
    Le dernier article de ce recueil concerne enfin la production et la diffusion des meules rotatives pour les cités au sud de la Manche et en particulier la Normandie (Fig. 2) ; arkose, poudingue, meulière et brèche d’origine régionale12. Mais on note aussi des roches exogènes, notamment pour les plus gros moulins, dont les roches volcaniques, provenant apparemment ici des carrières du Massif Central, jusqu’à la Seine où elles rencontrent la concurrence de celles de l’Eifel, mais aussi calcaires durs et grès (Fig. 6). Un approvisionnement qui se retrouve au moins en partie au sud de la Britannia.

20Éléments de conclusion, par C. Allinne (p. 357-378) :

21Cette conclusion, justifiant le fécond travail du PCR à l’origine de ces travaux, insiste – à la fois – sur la diversité des cultures des cités concernées et les caractères communs au “fond” gallo-romain de ces régions aux confins nord-occidentaux du monde romain (“Far West”).

22Certes, les différentes thématiques définies peuvent paraître classiques et un peu artificielles, offrant ainsi plusieurs recoupements au gré des contributions, mais constituent cependant un cadre pratique de classification pour l’examen de ces territoires, à travers ces diverses études.

23Sur le plan technique et formel, il faut souligner l’excellente qualité, globale, de la cartographie, ce qui en la matière est ici primordial. Notons en revanche que la bibliographie des articles est donnée en notes infra-paginales (avec donc ensuite la mention “op. cit.”) et non à la fin de chaque article avec appels abrégés dans le texte, selon un système assez désuet qui n’est pas toujours très pratique mais qui correspond sans doute à celui de la vénérable institution que constituent les Annales de Normandie.

24En définitive, un ensemble riche pour un secteur géographique relativement dépourvu de synthèses, qui sera précieux pour les chercheurs travaillant à l’échelle de l’ensemble des Gaules romaines ou au moins d’une de ces provinces – ici la Lyonnaise. Il rappelle, dans une certaine mesure, les deux volumes publiés il y a une dizaine d’années pour l’Auvergne (Trément 2013). Nul doute qu’il fera référence durant de nombreuses années.

Haut de page

Bibliographie

Ferdière 2022

Ferdière A. - Barbares, militaires et fonctionnaires dans le centre et le centre-ouest de la Gaule durant l’Antiquité tardive. 1re partie - Les données + Bibliographie ; 2e partie - La documentation, Rev. arch. du Centre de la France, [en ligne], 61, URL : http://journals.openedition.org/racf/5590 et http://journals.openedition.org/racf/5702 + Corpus Ann. en ligne à part.

Trément 2013

Trément F. (dir.) - Les Arvernes et leurs voisins du Massif Central à l’époque romaine. Une archéologie du développement des territoires, 2 vol., Revue d’Auvergne, 125, 3-4 (2011) et 127, 1-2 (2013), Alliance Universitaire d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 512 + 456 p.

Haut de page

Notes

1 Le rattachement de cet article à cette thématique apparaît donc un peu artificielle, car il aurait tout aussi bien pu prendre place dans la 4e thématique (cultuel).

2 On aboutit ainsi à une carte des cités de la province de Belgique (Fig. 9) sensiblement différente, au moins dans le détail, de celle communément admise.

3 Cf. dans le volume II, la thématique funéraire.

4 Catalogue fourni in fine.

5 Y compris d’édifices publics, bien représentées ici.

6 Objet d’un examen plus approfondi ici.

7 Dont la majorité n’est connue que par les prospections aériennes.

8 Possible sanctuaire de confins avec la cité des Riédones ; objet de fouilles programmées.

9 Les nécropoles urbaines étant à ce jour peu documentées dans cette aire.

10 Pas de synthèse depuis près de trente ans.

11 En partie des ateliers d’Île-de-France.

12 Avec quelques carrières connues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ferdière, « C. Allinne (dir.) - Far West ? La Normandie antique et les marges nord-ouest de l’Empire romain »Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 63 | 2024, mis en ligne le 20 février 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/racf/6607

Haut de page

Auteur

Alain Ferdière

Professeur émérite d’Archéologie, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR CITERES, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search